Vaisseau-Monde d'Iyanden

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Iyanden)
Aller à :navigation, rechercher




Astre-ulthwe.png
Astre-iyanden.png
Astre-saim-hann.png
Astre-mymeara.png
Astre-alaitoc.png
Astre-biel-tan.png
Asuryani-side.pngAsuryani-side-2.jpg
Decor1Asuryani.png
Medaille-asuryani-1.png
Medaille-asuryani-2.png
Les Guerriers Fantômes, Les Éternels
« Les morts doivent rejoindre nos rangs, de crainte que nous rejoignons les leurs. »
- Prince Yriel, Autarque d’Iyanden.
Tarvaril Ciaradh est un Spirite d’Iyanden et un disciple d’Iyanna Arienal. Il mène au combat les osts fantômes de la Tour de la Lumière Stellaire Azurée.


  • Endurance Stoïque : La ténacité du peuple d’Iyanden est légendaire. Son Vaisseau-Monde a beaucoup souffert, mais les esprits de ses vivants et de ses morts restent invaincus.


Iyanden, autrefois majestueux, est à présent un lieu où les fantômes sont aussi nombreux que les vivants. Malgré cela, les Aeldaris de ce royaume déchu n’acceptent pas leur destin, et ils font de plus en plus appel à leurs ancêtres défunts pour assurer leur survie.

Jadis le plus grand et le plus populeux des Vaisseaux-Mondes, Iyanden abritait des milliards d’Aeldaris dans ses spires de Moelle Spectrale et sous ses dômes de cristal. Pendant des milliers d’années, Iyanden œuvra de concert avec Biel-Tan pour purger la Bordure Orientale de la galaxie de la présence des usurpateurs, tandis que son allié faisait de même dans la Bordure Occidentale. Puis vinrent les Tyranides.

Iyanden avait déjà eu affaire maintes fois à des Xenos, et son arrogance faillit causer sa perte. Les guerriers d’élite Asuryanis et leurs agiles vaisseaux avaient déjà vaincu des vrilles mineures des Tyranides, mais ils furent cette fois assaillis par toute une Flotte-Ruche. Pris au dépourvu par la férocité de l’assaut, des milliers de combattants d’Iyanden tombèrent face au Grand Carnassier. Seul le retour inopiné du Prince Yriel et de ses Corsaires évita la destruction du Vaisseau-Monde, mais malgré cela, le mal était fait.

Après l’attaque de la Flotte-Ruche Kraken, Iyanden n’était plus que l’ombre de lui-même. Le vaisseau dérivait dans les vents solaires et était au bord de l’annihilation. Les pertes subies forcèrent les survivants à avoir recours à un grand nombre de constructs en Moelle Spectrale, qui forment depuis l’ossature de leurs armées. Des Guerriers Fantômes silencieux et des automates en Moelle Spectrale surplombent les quelques Gardiens et Guerriers Aspects d’Iyanden, et utilisent les plus terribles armes à disposition du Vaisseau-Monde. Cependant, cette force a un prix, car les combattants en Moelle Spectrale qui protègent Iyanden sont habités par les esprits de ses morts. C’est ainsi que les âmes des héros d’antan périclitent dans des corps surnaturels, et doivent guerroyer pour assurer la survie de leur Vaisseau-Monde.

Le Temple d’Asuryan
SymboleVaisseauMondeIyanden.jpg
Asuryan est la plus illustre et vénérable des anciennes déités Aeldari. Il est le père des dieux, l’ancêtre de toute chose vivante. La rune de monde d’Iyanden "lumière dans les ténèbres", fait référence aux feux qui brûlent perpétuellement dans les temples d’Asuryan, l’espoir de tous les Aeldaris d’Iyanden.

Si la nécessité n’était pas si grande, les Prophètes d’Iyanden laisseraient leurs ancêtres reposer, mais la survie du Vaisseau-Monde dépend désormais de l’incorporation des défunts dans ses forces. Pour les Aeldaris, ce procédé se rattache à la nécromancie : l’âme doit être rappelée du Circuit d’Infinité et contenue dans une Pierre-Esprit en psychocristal qui sera ensuite enchâssée dans un corps de Moelle Spectrale. Même le plus chétif des Soldats Fantômes est capable de survivre à des attaques mortelles, mais s’il lui arrivait d’être détruit, ce qui reste rare, sa Pierre-Esprit peut-être récupérée et greffée à une autre machine. Ainsi les morts d’Iyanden sont-ils prisonniers d’un cycle de guerre éternel. Alors que la plupart des Vaisseaux-Mondes n’utilisent les Guerriers Fantômes que comme auxiliaires, ils composent l’essentiel des osts de guerre d’Iyanden. En leur sein marchent les Spirites, dont l’esprit sert de lien entre le monde réel et celui des esprits. Ces étranges Psykers guident les Guerriers Fantômes et leurs congénères au combat, mais ce faisant, leur âme s’aventure sur le fleuve du chagrin qui forme le cours de l’histoire d’Iyanden, et qui les oblige à revivre sans cesse ses événements les plus tragiques.

Depuis l’invasion de la Flotte-Ruche Kraken, les halls d’Iyanden sont emplis des esprits inapaisés qui débordent du Circuit d’Infinité. Les morts ne trouvent pas le repos et assurent une veille constante pour le compte des vivants. Toutefois, même s’il n’est plus que l’ombre de lui-même, Iyanden continue de repousser les attaques des Orks, de l’Imperium, des Nécrons de la Dynastie Sautekh et des vrilles des Flottes-Ruches. Suite à l’apparition de la Grande Faille, le Vaisseau-Monde a également repoussé trois invasions démoniaques.

l'Histoire du Vaisseau-Monde d'Iyanden

Pendant des milliers d’années, les armées d’Iyanden se sont dressées comme un rempart sur la bordure orientale, retenant les forces du Chaos. Aujourd’hui, presque entièrement dévorés par les Tyranides et au bord de l’oubli, les Aeldaris d’Iyanden luttent pour leur survie.

Autrefois, les Aeldaris régnaient sur la galaxie. Ils maîtrisaient tous les aspects de l’existence et d’innombrables mondes se pliaient à leur volonté. Mais rien n’est éternel, et après une ère de cruauté gratuite et de démesure, l’Empire Aeldari s’est effondré, consumé par les feux de sa propre folie. Pourtant, des survivants parcourent encore les étoiles, errant dans le noir d’encre de l’espace à la recherche des moyens de préserver leur espèce en voie de disparition. Ce sont les Aeldaris des Vaisseaux Mondes, et le plus grand d’entre eux est Iyanden, la Lumière dans les Ténèbres, l’Élu d’Asuryan.[1].

La lumière dans les ténèbres

Iyanden, le plus grand vaisseau-monde de l’empire Aeldari qui fut, dérivant à travers les étoiles de la bordure orientale. Autrefois, ses salles étaient animées et vibrantes de vie, mais ce n’est plus le cas. Aujourd’hui, il n’est plus que l’ombre de sa gloire passée, un vaisseau sombre et désolé où les morts marchent et les vivants s’étiolent.

L’histoire d’Iyanden fait écho à celle de la race Aeldari elle-même. C’est l’histoire d’une grandeur dilapidée par l’orgueil, d’une bravoure renversée par l’arrogance et, peut-être, d’une renaissance de la gloire à venir. C’est une histoire qui a commencé avec la Chute - les derniers jours de l’empire Aeldari, lorsque la naissance monstrueuse de Slaanesh a brisé leur civilisation et que les survivants ont fui dans le désarroi à travers les étoiles.

Ayant à peine survécu à la catastrophe, les Aeldaris d’Iyanden ne désespérèrent pas longtemps. Le désastre attisa les flammes de leur arrogance là où il les avait étouffées chez d’autres. Ceux qui avaient survécu à La Chute l’avaient fait précisément parce qu’ils n’avaient jamais succombé à la corruption, ou du moins c’est ce que disaient les Aeldaris d’Iyanden, et il était de leur devoir de reconstruire. Au début de l’existence de Slaanesh, certains membres du conseil d’Iyanden ont même osé dire que le Prince des Ténèbres était un ennemi qui pouvait être vaincu, avec le temps et les armes adéquates. Bien que cette idéologie se soit rapidement estompée lorsque les cicatrices laissées par Slaanesh sur la psyché des Aeldaris ne se sont pas refermées, le rêve de reconstruire l’empire du passé ne s’est jamais concrétisé.

C’est ainsi que les voyants d’Iyanden utilisèrent d’anciennes techniques mystiques et scientifiques pour récupérer les premières pierres de chemin sur les Mondes Vierges, et adaptèrent peu après le Circuit d’Infinité de leur Vaisseau Monde pour en faire un conduit pour les âmes des morts. Bien que l’ombre de Slaanesh ne puisse être véritablement niée, le Prince des Ténèbres aurait au moins à travailler plus dur pour obtenir ses récompenses dans les années qui suivirent. C’était une petite victoire, mais contre une némésis d’une puissance aussi terrifiante et indescriptible, il n’y aurait jamais que de petites victoires. Et si un dieu pouvait être ainsi contrecarré, se dit l’Aeldari d’Iyanden, pourquoi des ennemis mortels ne pourraient-ils pas être humiliés de la même façon ? Poussé par l’orgueil, Iyanden décida de reconstruire, non pas l’empire Aeldari d’antan, car il était perdu depuis longtemps, mais un nouveau royaume à partir duquel ils régneraient un jour à nouveau sur la galaxie. Cependant, pour que cela soit possible, les agents du Chaos devraient être bannis de la galaxie.

Estimant que ce noble objectif pouvait être atteint plus rapidement en s’unissant, Iyanden envoya des émissaires sur la Toile vers d’autres Vaisseau-Mondes. Ils leur firent part des découvertes de la pierre spirituelle et du Circuit d’Infinité , et les invitèrent à se joindre à la grande œuvre. Les voyants d’Iyanden ne tardèrent pas à se lamenter, car si leurs découvertes étaient bien accueillies, leur appel à l’action tombait dans l’oreille d’un sourd ou rencontrait des esprits trop fermés pour saisir l’opportunité qui s’offrait à eux.

Beaucoup de Vaisseaux-Mondes considéraient que leurs ressources étaient tout juste suffisantes pour assurer leur survie dans une galaxie hostile, et ne se laissaient pas aller à des plans aussi grandioses. D’autres, comme Alaitoc et Ulthwé, revendiquaient des devoirs plus importants, qui les obligeaient à concentrer leurs forces sur la destruction d’anciens ennemis plutôt que sur la reconstruction de leur propre passé. Finalement, seuls les Aeldaris de Biel-Tan se rallièrent à la cause d’Iyanden.

Le Feu de la Création[2]

Les Aeldaris d’Iyanden ont toujours vénéré Asuryan, le plus ancien et le plus grand de tous les dieux. En effet, le Sanctuaire d’Asuryan se trouve au cœur même du Vaisseau Monde. Au centre de cette chambre sacrée, au sommet d’une pyramide de diamant parfait, brûle le Feu de la Création, dont certains disent qu’il est la dernière parcelle du pouvoir d’Asuryan. Pendant des milliers d’années, c’est dans la présence de cette flamme que les Aeldaris d’Iyanden ont puisé leur force. Bien qu’Asuryan ait disparu, consumé par Slaanesh lors de la Chute, la présence de sa flamme indiquait aux Aeldaris d’Iyanden qu’ils étaient toujours touchés par la grandeur et qu’ils feraient un jour la fierté des dieux. Si ce feu venait à s’éteindre, la légende disait que le Vaisseau-monde et tous ceux qui s’y trouvaient seraient condamnés. Les Aeldaris, créatures à l’esprit subtil et complexe, interprétèrent la légende comme une métaphore, car ils savaient que le feu du sanctuaire n’était que le reflet de la flamme qu’ils avaient allumée dans leur propre âme.

Pendant des milliers d’années, Iyanden et Biel-Tan se sont battus en tant qu’alliés inséparables, leurs Vaisseaux-Mondes distants étant unis par l’objectif commun de vaincre le Chaos. Bien que les forces Aeldaris fussent peu nombreuses à l’échelle galactique, leur maîtrise de la Toile permettait à leurs flottes et à leurs Osts de guerre de parcourir les étoiles avec une rapidité et une sûreté qu’aucune autre race n’aurait jamais pu espérer égaler. Tout comme Biel-Tan a purgé le bras occidental, Iyanden a chassé les forces du Chaos de la bordure orientale, défendant sans relâche les Exodites et les mondes vierges dont ils espéraient qu’ils formeraient un jour le cœur d’une nouvelle civilisation. Puis vinrent les Tyranides.

Iyanden avait déjà rencontré de telles créatures, mais il ne s’agissait alors que de vrilles de l’Esprit-Ruche, tâtonnant à l’aveuglette dans l’espace ; aujourd’hui, Iyanden se trouvait exposé à l’arrivée d’une flotte Ruche entière. Dans leur orgueil, les Aeldaris d’Iyanden avaient sous-estimé la menace. Ils pensaient que leur puissance pouvait surmonter cette tempête, que leurs armées et leurs Flottes pouvaient vaincre le Grand Dévoreur. Hélas, ils se trompaient lourdement.

En un clin d’œil, comme les Aeldaris considèrent l’existence, le vaisseau monde d’Iyanden fut réduit à l’état de ruine. Les armées et les Flottes du vaisseau-monde avaient pratiquement disparu, détruites par l’implacable avancée des Tyranides. D’innombrables milliards de personnes ont été tuées, des familles entières et des lignées ont été perdues à jamais ; les vivants étaient bien plus nombreux que les morts. Iyanden, dont le peuple rêvait de retrouver sa gloire d’antan, se retrouva à la dérive dans les marées solaires. Abandonnés par Biel-Tan, dont le rêve d’un empire renaissant ne souffre aucun retard, les vivants d’Iyanden se tournent vers leurs morts pour trouver le salut ; le Circuit d’Infinité est devenu leur seul espoir. Réveillés de leur sommeil sans rêve et enterrés dans de puissants corps de Moelle Spectrale, les esprits du passé doivent se battre pour l’avenir d’Iyanden, et pour sa survie même.[3].

L’Ascension d’Iyanden

Pendant plusieurs millénaires après la chute des Aeldaris, Iyanden et Biel-Tan menèrent une guerre commune contre les forces du Chaos. Bien que les deux Vaisseaux-Mondes soient séparés par d’innombrables années-lumière, les tunnels labyrinthiques de la Toile ont permis à leurs forces de se battre comme une seule et même personne.

La trajectoire gracieuse d’Iyanden l’avait menée loin à l’est, et ses armées concentraient donc leurs efforts sur le pourtour de la galaxie. En revanche, l’Épée de Biel-Tan descendait le plus souvent pour défendre les mondes vierges éparpillés dans le bras de la spirale occidental. Biel-Tan estimait que ces planètes, qui avaient été ensemencées par la vie avant la Chute, détenaient la clé de l’ascension éventuelle de la race Aeldari et cherchait à les reconquérir.

Ensemble, Iyanden et Biel-Tan remportèrent des milliers de victoires, exterminant les forces du Chaos partout où ils le pouvaient. Le fait que les serviteurs des dieux sombres n’aient jamais possédé de forteresse puissante sur la bordure orientale est une conséquence directe de cette époque. Les Grand Prophètes d’Iyanden avaient concentré leurs divinations sur les seuls serviteurs du Chaos et, même si cela les rendait aveugles à bien d’autres événements, ils prévoyaient et écrasaient les incursions du Chaos avant qu’elles ne prennent de l’ampleur. Avec le temps, les mondes Exodites du lointain amas d’Ybaric rejoignirent la cause d’Iyanden, apportant avec eux des connaissances longtemps perdues pour les Aeldaris des Vaisseaux-Mondes et engageant plusieurs milliers de dragonniers dans la lutte. À chaque victoire d’Iyanden, la flamme éternelle du Sanctuaire d’Asuryan brûlait de plus belle, renforçant la détermination des Vaisseaux-Mondes à poursuivre le combat.[4].

Une Alliance Brisée

Hélas, il devint rapidement évident que les Aeldaris de Biel-Tan ne se battaient pas pour vaincre les serviteurs des Dieux du Chaos, mais pour humilier tous ceux qui leur barraient la route vers la renaissance. À chaque succès, Biel-Tan gagnait en confiance et, bientôt, ils ne se limitèrent plus à la destruction du Chaos. Au lieu de cela, Biel-Tan commença à déverser sa fureur sur toutes les planètes occupées par des extraterrestres que les Aeldaris avaient un jour revendiquées. Ils ne prenaient aucun plaisir à leurs victoires, les considérant simplement comme l’éradication vertueuse de la vermine, devenant de plus en plus amers à chaque fois qu’ils rencontraient un monde qui avait besoin d’être nettoyé. En peu de temps, le pacte entre Biel-Tan et Iyanden s’affaiblit et suivit son cours. Biel-Tan en vint à regretter que l’Iyanden ne partage pas son indignation face aux primitifs qui envahissaient les anciens mondes Aeldaris, et interpréta le refus de l’Iyanden de s’engager dans de telles batailles comme une réticence à faire couler le sang aux côtés de son allié.

En revanche, les Aeldaris d’Iyanden ne voyaient pas l’intérêt de gaspiller leurs forces sur des mondes qu’ils n’avaient pas les moyens de recoloniser ; ils ne haïssaient pas non plus les extraterrestres aussi profondément que leurs parents de Biel-Tan - en fait, les Aeldaris d’Iyanden avaient pitié de beaucoup d’entre eux pour leurs défauts. Bien que l’alliance n’ait jamais été officiellement dissoute, les campagnes communes entre les deux Vaisseaux-Mondes devinrent de plus en plus rares, jusqu’à ce qu’un jour, les communications cessent complètement. Iyanden connut de plus grands malheurs lorsque des Tempêtes Warp enveloppèrent l’amas d’Ybaric et coupèrent tout contact avec les mondes Exodites qui s’y trouvaient. Pour tenter de rétablir le contact, Iyanden essaya de contourner les tempêtes Warp en envoyant des expéditions vers l’amas par la Toile. Hélas, aucune ne revint jamais et le Conseil des Sages d’Iyanden abandonna à contrecœur ses alliés Exodites, les considérant comme perdus jusqu’à ce que les tempêtes Warp s’apaisent.

Ne pouvant plus compter sur l’aide de ses alliés, les réalisations d’Iyanden furent réduites dans les décennies qui suivirent. Pire encore, les Grand Prophètes avaient largement sous-estimé l’étendue de l’influence du Chaos sur les jeunes races. L’humanité avait été la plus corrompue, et même Iyanden, très peuplé, n’avait pas les effectifs nécessaires pour s’opposer plus que symboliquement à l’expansion de l’humanité. Au début, le conseil d’Iyanden crut qu’il s’agissait d’une série d’événements non orchestrés, mais avec le temps, les Grand Prophètes purent dévoiler la terrible vérité : ces soulèvements étaient guidés par un génie singulier. Zhemon, autrefois un Space Marine du chapitre des Dark Angels, aujourd’hui une âme tombée dans les ténèbres, manipulait l’insurrection et l’hérésie à une échelle sans précédent. Alors que l’empire anarchique de Zhemon s’étendait, des mondes qui avaient été purifiés de l’influence du Chaos tombèrent plus profondément que jamais sous l’emprise des Dieux Sombres, la folie engendrée se propageant comme une épidémie.[5].

Les Morts Sont Convoqués

La marionnette de Zhemon ne visait pas à nuire à Iyanden, il s’agissait plutôt d’un acte de vengeance contre ses anciens maîtres, mais comprendre son motif n’était pas une grande consolation pour le conseil d’Iyanden, qui prévoyait que Zhemon réduirait à néant les efforts qu’il avait déployés pendant des siècles en l’espace de quelques dizaines d’années. Sentant que les efforts des millénaires étaient sur le point d’être anéantis, ils se tournèrent vers des mesures drastiques. C’est ainsi qu’après mûre réflexion, le conseil d’Iyanden ordonna aux Spirites du Vaisseau-Monde de communier avec le Circuit d’Infinité et de réveiller les morts pour qu’ils se battent aux côtés des vivants.

Lorsque la nouvelle de cette décision parvint à la population d’Iyanden, ce fut un véritable tollé ; les Aeldaris de tous rangs et de toutes Voies affluèrent vers la Place de la Réponse pour faire part de leurs objections horrifiées. Réveiller les guerriers fantômes n’avait jamais été qu’une mesure de dernier recours ; le faire autrement que pour survivre était considéré par de nombreux Aeldaris comme une rupture avec la tradition et un abus de leurs morts honorés. Ce n’est qu’en assurant aux masses assemblées que ce sacrifice était nécessaire pour que le travail des éons ne soit pas anéanti que le conseil a pu apaiser cet affront.

L’armement Des Morts[6]

Un grand nombre d’armes Aeldaris sont si meurtrières qu’elles sont trop dangereuses pour être utilisées par les vivants. Les mécanismes complexes des armes de distorsion, en particulier, reposent sur un mélange de technologie arcanique et de science mystique mortelle pour la matière vivante. Heureusement, ces forces n’ont que peu d’emprise sur la forme de la Moelle Spectrale du guerrier fantôme, ce qui permet aux morts de manier ces armes en toute sécurité, là où les vivants ne peuvent le faire.

Les armes fantômes maniées par les soldats de Moelle Spectrale sont de loin les plus dangereuses. Nombre d’entre elles contiennent une pierre spirituelle dont la sensibilité sans peur de la mort guide les coups de son porteur pour un meilleur effet. Le danger vient du fait que ces esprits ne sont pas tirés du Circuit d’Infinité tédu Vaisseau-Monde comme le sont ceux des guerriers fantômes. Les pierres-esprits recueillies sur les mondes déchus ne sont pas toutes vides. En effet, certaines contiennent l’essence immortelle de grands érudits ou de héros de l’ancien empire Aeldari. Le plus souvent, cependant, les pierres-esprits qui ne sont pas imprégnées lorsqu’elles sont récupérées contiennent une âme malveillante, une âme qui enrage d’être enfermée dans le tesson de cristal.

Certaines de ces pierres-esprits, impropres à tout autre usage, sont intégrées à des armes fantômes. Aucun Aeldari vivant ne peut manier une telle lame en toute sécurité, car la rancune de l’esprit l’emporterait au mieux et, au pire, tenterait de s’approprier son corps mortel à des fins sadiques. Même les guerriers fantômes ne sont pas immunisés contre les effets psychiques d’une telle arme, et de nombreux Aeldaris pensent que la fureur légendaire des Armes Spectrales est autant due à la malveillance contenue dans leurs armes qu’à leur propre colère immortelle.

Avec ses rangs renforcés par d’implacables Guerriers Fantômes, Iyanden connut bientôt un nouveau succès. Les mondes entachés par le chaos furent purgés, les failles du Warp scellées et les prophètes et cultistes de Zhemon repoussés. Hélas, jamais Iyanden n’avait affronté un ennemi dont les forces étaient aussi étendues, et le conseil commença à craindre que, même avec les guerriers fantômes, ses forces ne soient pas suffisantes pour remporter la victoire.

Heureusement, le Vaisseau-Monde n’avait pas à affronter Zhemon seul. L’Imperium de l’humanité, bien que léthargique dans sa réaction, avait enfin envoyé des armées et des Flottes pour mettre au pas le secteur rebelle. Bien qu’Iyanden ne se soit pas abaissé à travailler directement avec les humains primitifs, son conseil a rapidement compris l’intérêt de partager leur objectif. L’Iyanden s’attaqua à la base du pouvoir de Zhemon sur des mondes clés, affaiblissant ses défenses à un point tel que même les efforts non coordonnés des humains loyalistes purent progresser.[7].

Cause Commune

Zhemon a finalement été acculé par les forces d’Iyanden sur le monde d’Ishasta. Cette bataille fut la seule de toute la campagne où les Aeldaris combattirent aux côtés de l’Imperium. Les Dark Angels, toujours à l’affût de leurs frères tombés au combat, frappèrent Ishasta à l’heure même où un ost de guerriers fantômes entamait l’assaut final sur la forteresse du palais de Zhemon. Seigneurs Fantômes et Gardes Fantômes avancèrent vers les portes du palais, presque insensibles aux tirs de mitrailleuses et d’Autocanon qui les martelaient. Voyant le danger, Zhemon lâcha une meute de Machines-Démons sur les attaquants à ses portes, alors même qu’il se préparait à fuir avec sa garde personnelle. Malheureusement pour les Déchus, l’ampleur de l’assaut des Guerriers Fantômes avait privé les défenseurs des autres murs, et les motos de la Ravenwing, qui se déplaçaient rapidement, ouvraient maintenant une brèche dans l’enceinte par l’arrière, les Bolters rugissant de flammes.

Tandis que Zhemon et ses gardes du corps se battaient comme des rats acculés pour tenir à distance les Dark Angels vengeurs, les Ferrocerberus foncèrent sur les guerriers fantômes. Leur Moelle Spectrale fut endommagée par des Mécaflagellums et se brisa, mais les assaillants tinrent bon. Les esprits à l’intérieur des Soldats Fantômes étaient ceux des Aeldaris tués lors de l’ascension de Zhemon ; ils étaient venus chercher vengeance et ne se laisseraient pas faire. Les poings de Moelle Spectrale défonçaient les armures démoniaques et les guerriers fantômes s’élançaient à travers les décombres pour pénétrer dans le palais. Pris entre la fureur froide des Dark Angels et la vengeance implacable des morts-vivants, les gardes du corps de Zhemon furent rapidement submergés et leur misérable maître capturé vivant.

À la fin de la bataille, les Dark Angels exigèrent que Zhemon leur soit confié. Le conseil d’Iyanden fut d’abord réticent à accéder à cette demande et, pendant un certain temps, il sembla que les alliés improvisés allaient se quereller sur le sort du traître. Ce n’est que lorsque le conseil prévit que Zhemon souffrirait bien plus des mains des Dark Angels que de celles des Asuryanis que l’affaire fut réglée. Ainsi, lorsque les Dark Angels quittèrent Ishasta, ils le firent avec Zhemon congelé dans un coffre de stase. Dans les jours qui suivirent la défaite de Zhemon, les Aeldaris d’Iyanden rendirent leurs morts au sommeil et se réjouirent. Ils avaient été mis à l’épreuve, disaient-ils, et en étaient sortis plus forts.

Stimulées par le succès d’Iyanden, deux Vaisseaux-Mondes de moindre importance de la bordure orientale rallièrent leurs forces à la cause d’Iyanden. Le premier, Malan’tai, était un Vaisseau-Monde sombre dont les habitants avaient beaucoup souffert aux mains des pirates Orks et avaient transformé leur foyer en une véritable forteresse. Idharae était à l’opposé, un vaisseau dont la splendeur rivalisait avec celle de l’ancien empire. Agissant de concert, ces trois peuples nomades étaient presque inarrêtables. Hélas, la confiance s’est transformée en arrogance, et les trois Vaisseaux-Mondes en ont bientôt fait les frais.[8].

L’âge de la Gloire

Pendant de longs siècles, Iyanden poursuivit sa course sereine, un phare de lumière qui repoussait les ténèbres partout où elles s’avançaient. Les victoires se succédèrent, toutes plus grandes les unes que les autres. Les hordes démoniaques furent repoussées dans le Warp et les cultes aux Dieux Noirs furent chassés des mondes humains et extraterrestres.

À des milliers d’années-lumière de là, les Hauts Seigneurs de Terra remarquèrent que les forces du Chaos semblaient beaucoup moins actives le long de la bordure orientale et se demandèrent brièvement pourquoi. Ils décidèrent de ne pas s’interroger sur ce hasard et se contentèrent de profiter des largesses du destin. S’ils avaient pensé à enquêter, les humains auraient trouvé un allié puissant dans leur propre combat contre la menace du Chaos, mais d’autres crises les ont vite distraits, et une grande opportunité a été perdue à jamais.[9].

L’attaque des Nagas

Au fil des siècles, les tempêtes Warp autour de l’amas d’Ybaric s’estompèrent, permettant le contact avec les mondes Exodites qui s’y trouvaient. Hélas, à peine les tempêtes Warp s’étaient-elles dissipées qu’un nouvel ennemi fit son apparition. La Flotte-Ruche Naga, vestige de l’ancien Béhémoth, avait jeté son dévolu sur les mondes généreux de l’amas d’Ybaric. À leur crédit, Iyanden et ses Vaisseaux-Mondes sœurs, Malan’tai et Idharae, réagirent presque immédiatement, mais même ainsi, ils furent trop lents. Le temps que les premières flottes Aeldari engagent la Flotte-Ruche Naga, Halathel, le plus grand et le plus prospère des mondes Exodites, était pratiquement envahi par les Tyranides. Même avec l’aide des forces de Malan’tai et d’Idharae, les Exodites ne purent repousser les envahisseurs. Les forces d’Iyanden, sous le commandement de l’amiral Draech, arrivèrent à Halathel pour découvrir son Esprit Monde détruit et ses défenseurs consumés.

Déterminée à venger Halathel, la Flotte Iyanden engagea le combat avec les Bio-vaisseaux en orbite, mais sous-estima la menace que représentait leur ennemi. Le vaisseau amiral de Flotte, l’Auspicious Illumination of Eternity, fut détruit au début de la bataille, et il sembla un temps que toute la Flotte Asuryani allait disparaître à ses côtés. Ce n’est que lorsqu’un jeune prince nommé Yriel prit le commandement que le cours de la bataille s’inversa.

La planète apparaissait en grand dans le dôme de la proue. Même depuis l’orbite, Yriel pouvait voir les signes de l’effondrement de la biosphère du monde Exodite. Les Tyranides grouillaient dans les forêts infestées, les essaims étant si vastes que, depuis l’orbite, ils ressemblaient à des vaisseaux sanguins malades pulsant furieusement à la surface d’Halathel.

« Quels sont vos ordres, mon prince ? » demanda le Seigneur Ethrael, le commandant en second d’Yriel.

Yriel l’ignora, toute son attention étant concentrée sur la dévastation en contrebas. Non loin de là, une rangée d’écrans de cristal clignotait, relayant les informations des capteurs du Vaisseau Dragon, mais Yriel n’y jeta pas le moindre coup d’œil. Halathel était perdu, il n’avait pas besoin de capteurs pour le savoir. Yriel reconnut la rage qui montait en lui. Halathel avait été un monde d’où l’empire Aeldari aurait pu jaillir à nouveau.

« Il y aurait une vengeance », jura-t-il silencieusement.

« Que le feu règne », dit Yriel à voix basse, d’une voix froide.

« Pardon, prince ? »

« Brûlez-le. Brûlez tout. Il n’y a plus rien pour nous ici. »

Comprenant que les petits vaisseaux tyranides ne pourraient pas fonctionner si les grands vaisseaux biologiques étaient détruits, Yriel fit converger ses forces vers ces cibles, mais ce n’est que lorsque le prince lança des équipes d’abordage pour détruire les vaisseaux de l’intérieur qu’il obtint gain de cause. Bien que de nombreux Aeldari aient perdu la vie et que des centaines de guerriers fantômes aient été détruits, les vaisseaux furent finalement abattus. Avec leur disparition, les petits vaisseaux tyranides s’envolèrent dans une frénésie désordonnée et devinrent des proies faciles.

Bien que la force de la Flotte-Ruche Naga ait été grandement diminuée, sa menace n’était pas encore terminée. Dans les mois qui suivirent, les forces d’Yriel se joignirent à celles de Malan’tai et d’Idharae pour mener des centaines de combats contre les Tyranides, aussi bien dans l’obscurité froide de l’espace qu’au milieu de l’horreur des mondes partiellement digérés. Peu à peu, les Tyranides ont été chassés de l’amas d’Ybaric, et la victoire a enfin été remportée, mais à un prix élevé. Idharae, qui n’avait jamais été la plus peuplée des Vaisseaux-Mondes, perdit un grand nombre de ses guerriers en défendant le monde vierge d’Eth-aelas, et ses salles restèrent à jamais vides et sans joie. Malan’tai connut bien pire et fut détruite lorsqu’une forme aberrante de vie tyranide dévora le circuit d’infinité du Vaisseau-Monde et utilisa l’énergie volée pour tuer le reste des Aeldari encore en vie sur Malan’tai.[10].

Une Époque de Grandeur

Seule Iyanden sortit relativement indemne du conflit avec la Flotte-Ruche Naga. Bien que son peuple ait pleuré la destruction de Malan’tai et ait compati avec Idharae pour ses pertes, il n’a tiré aucune leçon de ces deux événements. L’Iyanden n’a pas pris conscience de l’ampleur de la menace Tyranide. Taolis Eversong, Grand Prophète d’Idharae, affirma que les créatures qu’ils avaient combattues n’étaient que les signes avant-coureurs d’un essaim plus important. Les avertissements d’Eversong tombèrent dans l’oreille d’un sourd, Idharae mit fin à son alliance avec Iyanden pour voler de ses propres ailes.

Le peuple d’Iyanden ne se soucia guère de la séparation de son dernier allié survivant, car il ne voyait plus rien d’autre que sa propre grandeur naissante. Enorgueillis par leur victoire contre la Flotte-Ruche Naga, les Aeldaris d’Iyanden connurent un âge d’or de renouveau. La fierté d’Iyanden était passée de quelques étincelles à un véritable brasier. Son peuple devenait trop confiant en ses capacités, trop certain que son ascension était prédestinée.

Tous les habitants d’Iyanden n’étaient pas aussi affligés ; quelques Grand Prophètes virent le danger. Kelmon Firesight, chef du conseil d’Iyanden, était le plus inquiet. Au fil du temps, il a vu les parallèles entre l’ascension d’Iyanden et celle des anciens Aeldaris, et il craignait que son foyer bien-aimé ne partage le terrible destin de ses ancêtres si une autre voie n’était pas choisie rapidement. Hélas, même ses augustes paroles de prudence furent étouffées par la clameur des masses exaltées. Les Aeldaris d’Iyanden avaient le goût d’un destin glorieux, et leurs cœurs brûlaient de le revendiquer.[11].

L’Ascension D’Yriel

Personne n’incarnait mieux l’état d’esprit d’Iyanden que le prince Yriel, aujourd’hui élevé au rang de Grand Amiral de la flotte d’Iyanden. Yriel pensait que le destin d’Iyanden était de reconquérir les étoiles, et qu’il serait l’architecte de cette ascension. Kelmon et d’autres membres du Conseil des Sages avaient perçu les dangers de l’orgueil démesuré d’Yriel et avaient maintes fois cherché un moyen d’humilier le prince. Si Yriel pouvait être dompté, pensaient-ils, son exemple pourrait peut-être refroidir l’ardeur de leur peuple. Hélas, tous ces efforts n’aboutirent à rien. Grâce à ses victoires, Yriel était devenu plus qu’un héros pour les habitants d’Iyanden ; il était le héraut de la flamme qui flambait à nouveau. Toutes les petites censures que Kelmon pouvait imaginer étaient déjouées, car les gens du peuple d’Iyanden n’étaient guère enclins à suivre les conseils de têtes froides alors qu’Yriel continuait à connaître de tels succès.

Enfin, Yriel rencontra un ennemi à sa mesure. Alors qu’Iyanden longeait la frontière de ce que l’Imperium appelait le Secteur Vidar, ses éclaireurs lui apprirent qu’une grande partie du secteur était sous l’emprise d’une puissante armada de pirates, dont les navires portaient les couleurs d’Argan Kallorax. Des investigations plus poussées ont permis de déterminer que Kallorax était un renégat du chapitre de la Raven Guard, qui avait depuis longtemps fait allégeance au Chaos. Après avoir trahi, Kallorax a pris le contrôle d’une petite mais efficace bande de pirates et a entrepris de se forger une légende sanglante. Aujourd’hui, ses partisans se comptent par milliers : sectaires, renégats, traîtres et vauriens - la lie d’une douzaine de systèmes stellaires. De nombreuses planètes étaient fidèles à Kallorax, et toutes les tentatives de l’Imperium pour l’anéantir s’étaient soldées par des désastres.

Prince Yriel, Descendant d’Ulthanash[12]

Yriel est un descendant de la Maison d’Ulthanash, l’une des plus anciennes et des plus nobles lignées de la race Aeldari. Ulthanesh était l’ami d’Eldanesh, le plus grand héros des mortels Aeldari, et a combattu à ses côtés dans de nombreuses batailles périlleuses. Hélas, Ulthanesh en vint à se quereller avec Eldanesh, et suivit ainsi un chemin qui causa bien des malheurs à la race Aeldari naissante. Bien que les deux héros se soient à nouveau battus comme des frères avant la fin, la méfiance règne depuis lors entre les Vaisseaux-Mondes qui remontent à la Maison d’Ulthanash et ceux qui se réclament de la Maison d’Eldanesh.

Avant ses succès contre la Flotte-Ruche Naga, Yriel avait toujours été une sorte de paria, isolé en raison de son statut de sang-mêlé. La mère du prince était peut-être issue de la plus noble des lignées, mais son père était une autre affaire. Bien que peu de gens en parlent en présence d’Yriel, des rumeurs circulent selon lesquelles le père du prince était un paria d’un autre Vaisseau-Monde, un marcheur sans titre dont les pieds et l’âme suivaient le Chemin de l’Exil. Cela signifierait probablement qu’il portait le sang d’Eldanesh et d’Ulthanash, ce qui expliquerait sa fierté monstrueuse. Cependant, certains murmurent que le père d’Yriel n’était pas du tout un paria des Vaisseau-Monde, mais qu’il venait plutôt d’un royaume bien plus sombre. Ces mêmes murmures suggèrent que c’est le dégoût d’Yriel pour cette partie de sa nature qui le pousse à relever sans cesse de nouveaux défis.

Bien qu’Yriel ait fait ses preuves lors de la campagne contre la Flotte-Ruche Naga, il fallut de nombreuses années et beaucoup de sang versé avant qu’Iyanden ne l’accepte vraiment.

Même la puissante Flotte d’Iyanden était éclipsée par le nombre impressionnant de vaisseaux de guerre pirates commandés par Kallorax. De nombreux membres du conseil d’Iyanden déconseillèrent de s’engager dans une bataille contre un ennemi aussi solidement implanté, affirmant qu’il fallait laisser les humains s’entre-détruire de la manière qui convenait le mieux à leur nature barbare. Mais d’autres membres du conseil estimèrent qu’il fallait mettre fin à la menace de Kallorax une fois pour toutes. Personne ne plaida plus longtemps et plus bruyamment en faveur de cette solution qu’Yriel, mais même ses paroles ne parvinrent pas à convaincre ses pairs. Finalement, la question ne fut tranchée que lorsque Firesight, le plus grand des Grand Prophètes d’Iyanden, soutint la cause d’Yriel. C’était tout à fait inattendu, car Kelmon Firesight avait été le détracteur le plus virulent du prince ces dernières années, toujours à l’avant-garde des tentatives visant à réduire son influence. Yriel se méfia d’abord des motivations du Grand Prophète, mais oublia rapidement ses soupçons lorsqu’il devint évident que le soutien de Kelmon permettrait à Iyanden d’affronter l’armada de Kallorax.

Kelmon n’a jamais expliqué pourquoi il soutenait Yriel. Au fil des longues journées de débat, le Grand Prophète avait consulté les runes mais n’y avait trouvé qu’ambiguïté. A chaque fois, le schéma était le même, les runes de l’orgueil, du malheur et du salut gravitant autour de celle d’Asuryan. Il était clair que de grands événements étaient imminents, et qu’Yriel en serait le pivot. Kelmon n’était pas certain de la forme que prendraient ces événements, mais après avoir essayé en vain pendant des années de contenir l’arrogance d’Yriel, il s’était résolu à l’encourager. Si Yriel était condamné, comme le suggéraient les runes, mieux valait qu’il brûle brillamment et brièvement, plutôt que de devenir un brasier durable dont les flammes consumeraient le Vaisseau-Monde tout entier.[13].

La Guerre au Milieu des Etoiles

Pendant près de dix ans, Yriel a dirigé les forces d’Iyanden contre l’armada de Kallorax. Guidé par son propre instinct et par les divinations des Grands Prophètes du Vaisseau-Monde, Yriel a entrepris d’isoler et de détruire les forces de Kallorax. Il ne s’agissait pas d’une guerre de flottes glorieusement disposées pour une bataille frontale, mais d’une guerre d’embuscades et de subterfuges. Yriel commença à surveiller les voies spatiales à la recherche d’appels de détresse, ne perdant ses vaisseaux pour la chasse que lorsqu’une attaque était bien engagée et que les pirates étaient distraits par leur pillage. Les navires marchands qui avaient servi d’appâts involontaires survivaient rarement, mais ce n’était pas la priorité de Yriel. Il valait mieux, et de loin, que ces humains sans cervelle se rendent utiles par leur mort plutôt que de continuer à polluer la galaxie par leur présence. Malgré tout, quelques vaisseaux chanceux survécurent, leurs équipages se contentant de contempler l’épave en flammes, se demandant quelle force avait bien pu les sauver.

Les attaques d’Yriel ne se limitaient pas aux engagements spatiaux ; toute installation sous le commandement de Kallorax était une cible potentielle. Des Vampire Raiders aux ailes rapides transportaient des forces de frappe de la Garde Fantôme et des Armes Spectrales contre des stations de ravitaillement, des bases d’astéroïdes, des postes de surveillance et des dépôts d’esclaves. Ils frappaient sans avertissement et ne laissaient que des ruines dans leur sillage. Peu à peu, les chaînes d’approvisionnement de Kallorax s’étiolèrent et moururent.

Furieux de ses pertes, mais impuissant à mener le combat contre un ennemi dont la base d’opérations était inconnue, Kallorax chercha des moyens de "motiver" ses serviteurs. La peur galvanisa les équipes de Kallorax là où l’avarice ne l’avait pas fait, et les Aeldaris subirent bientôt leurs premières pertes. Pourtant, la colère de Kallorax ne cessait de croître. Lorsque les pirates parvenaient à détruire un vaisseau plus important, les pertes qu’ils subissaient en retour rendaient ce succès presque insignifiant. Les navires d’Yriel étaient tout simplement trop rapides et trop bien dirigés pour permettre à Kallorax de remporter autre chose que la plus insignifiante des victoires.

Les choses en vinrent finalement à la planète Agrion, où se trouvait un chantier naval orbital clé à partir duquel les pirates organisaient leurs raids. C’est là que Kallorax a enfin fait l’expérience d’une attaque Aeldari. Il s’agissait de l’affrontement le plus proche d’une action navale conventionnelle que les deux camps n’aient jamais menées, avec quelque quatre cents vaisseaux Iyanden affrontant une flotte pirate presque deux fois plus nombreuse qu’eux. Kallorax n’a jamais été aussi proche de la victoire, car dans la bataille, ses forces ont réussi à détruire ou à paralyser une douzaine de vaisseaux capitaux Aeldaris. Malheureusement, ce succès lui coûta la moitié de ses propres forces. La fierté de sa flotte, le Croiseur Lourd Hades, le Deathless Reaver, dont les Moteurs Warp avaient été percés au début de la bataille par une salve du vaisseau amiral d’Yriel, le Flame of Asuryan.

Héros Éternels[14]

L’histoire d’Iyanden regorge de grands héros réveillés d’entre les morts pour défendre leur patrie en tant que Seigneurs Fantômes. Les exploits du Seigneur Phénix Dreamspinner pourraient remplir un millier de volumes, tout comme ceux de Draech Starhand et d’Elendri Deathsiren, la Banshee déchue - et ce ne sont là que trois des centaines d’âmes puissantes qui se sont battues au-delà du voile de la mort. Si ces héros pouvaient tous être réveillés en même temps, c’est du moins ce que croient les Aeldaris, leur race aurait à nouveau le pouvoir de refaire les étoiles.

Hélas, plus un esprit séjourne dans le Circuit d’Infinité , plus son anima s’évanouit, et moins les préoccupations des vivants semblent urgentes. Une âme récemment inhumée, dont la conscience vacillante conserve les souvenirs de ses proches, est toujours plus prompte à prendre les armes - du moins une fois surmontés les chocs psychiques de la mort et de la renaissance crépusculaire. Au fil des décennies, les écheveaux de la mortalité s’estompent et la personnalité de l’âme se fond dans la gestalt chuchotante du Circuit d’Infinité .

Néanmoins, dans les moments les plus difficiles, les Spirites d’Iyanden jugeront que seul le travail de leurs morts les plus puissants permettra de sauver le Vaisseau-Monde. À cette occasion, leurs esprits voyagent dans les profondeurs du Circuit d’Infinité afin de rassembler et de réassocier la conscience déclinante d’un héros en une seule entité dotée d’une volonté implacable. Il s’agit d’une entreprise périlleuse, et de nombreux Spirites se perdent dans le processus, leurs esprits étant attirés dans la sérénité et la paix du monde des esprits. Néanmoins, ils se sacrifient tous de leur plein gré, afin d’avoir ne serait-ce qu’une infime chance de ramener un digne héros du passé pour qu’il livre une dernière bataille à l’intérieur de la puissante carcasse d’un Seigneur Fantôme.

Lorsque les vaisseaux pirates se retirèrent enfin, Yriel ordonna à ses guerriers de monter à bord du chantier naval. Hélas, les renégats à bord du chantier naval comprirent qu’ils n’avaient nulle part où fuir et décidèrent de faire payer aux attaquants leur témérité dans le sang. Les forces d’Yriel ouvrirent facilement une brèche dans les hangars, mais une fois à l’intérieur, l’avant-garde des Guerriers Aspects fut fauchée par une tempête de tirs de Bolters. Déterminés à ne pas échouer, les Aeldaris poursuivirent leur route malgré la tempête, mais plus ils s’enfonçaient dans la station, plus la résistance s’intensifiait. Les pirates disposaient des vestiges d’une centaine de batailles et chaque point d’accès était défendu par des barricades et des emplacements Icarus.

Ne voulant pas perdre plus de vies à bord du chantier naval qu’il n’en avait déjà perdu, Yriel ordonna aux Guerriers Aspects de battre en retraite et lança ses Guerriers Fantômes à la poursuite des pirates. Guidés par les ordres précis des Spirites, les Soldats Fantômes avancèrent dans la tempête d’obus et de missiles, encaissant des coups qui auraient déchiré un Aeldari mortel. Les forces de Kallorax s’enfuirent tandis que les Seigneurs Fantômes détruisaient les barricades, mais il n’y avait nulle part où se cacher de la vengeance des morts. Lors d’une dernière et terrible bataille dans les conduits de refroidissement du réacteur du chantier naval, les guerriers fantômes débarrassèrent la station de ses ennemis, puis utilisèrent des charges de plasma pour la saborder.[15].

La Colère de Kallorax

Après la bataille d’Agrion, Kallorax a dû faire face à une importante rébellion. Bien qu’elle ait été réprimée rapidement et dans le sang, et que le corps mutilé (et pas encore mort) du meneur ait été rivé à la proue de la navette personnelle de Kallorax, l’amiral pirate savait que les défis ne feraient qu’augmenter s’il ne parvenait pas à mettre un terme aux prédations des Aeldaris. Kallorax demanda alors à sa cabale de Sorciers de deviner l’emplacement de la base Aeldari. Malheureusement pour lui, les voyants d’Iyanden avaient anticipé une telle initiative et tissé un bouclier psychique qui dissimulait leurs forces à la vue des sorciers. Furieux, Kallorax fit mettre à mort ses sorciers et conclut des pactes avec les Démons, offrant de plus en plus de vies dans l’espoir d’attirer l’attention d’un être assez puissant pour lui donner les réponses qu’il cherchait.

En fin de compte, après qu’un nombre inconcevable de vies se soient éteintes sur les bûchers sacrificiels de Kallorax, c’est justement cette entité qui accorda à l’amiral les informations qu’il désirait. Il s’agissait de N'kari, un Démon de Slaanesh dont l’orgueil monstrueux lui permettait de sentir celui des Aeldaris, même à travers leur bouclier psychique. N’kari accorda à Kallorax l’emplacement du Vaisseau-Monde en échange d’un certain nombre de Pierres-Esprits dont les pirates s’étaient emparés au cours de leurs combats et de la promesse d’en recevoir d’autres une fois que Kallorax aurait pris sa revanche. Ignorant la fonction des Pierres-Esprits, et donc perplexe devant le prix apparemment insignifiant du Démon, Kallorax accepta néanmoins le marché et mobilisa rapidement tous les navires de guerre à sa disposition.

C’est ainsi que les éclaireurs des Vaisseaux-Mondes apportèrent bientôt la nouvelle qu’une puissante armada de vaisseaux convergeait vers le Vaisseau-Monde. Nombreux furent ceux qui furent consternés, voyant là l’attaque même qu’ils avaient cherché à éviter. Yriel ne perdit pas de temps à détourner les récriminations qui lui parvenaient. Au lieu de cela, il rassembla ses propres navires et frappa la flotte du Chaos alors qu’elle était encore loin d’Iyanden. Yriel était si confiant dans la victoire qu’il rassembla tous les vaisseaux que possédait le Vaisseau-Monde, du plus grand Cuirassé Void Stalker au plus petit Chasseur Darkstar.[16]

La Bataille de la Lune Ardente

C’est ainsi que commença la bataille de la Lune Ardente, le plus grand affrontement naval jamais vu dans cette partie de la galaxie depuis des siècles. L’armada de Kallorax, même si elle avait beaucoup souffert des précédentes attaques d’Yriel, était encore plus imposante que les forces d’Aeldaris, et les Aeldaris durent faire appel à toute leur ruse. Heureusement, la taille de l’armada de Kallorax commença bientôt à jouer contre elle, lorsque Yriel ordonna à ses vaisseaux d’attaquer à pleine vitesse et à bout portant. À une telle vitesse, même les artilleurs Aeldaris ne pouvaient espérer obtenir un tir précis, mais ce n’était pas le plan d’Yriel. Les vaisseaux de Kallorax étaient si serrés et si mal armés qu’aucune de leurs salves n’atteignit le vaisseau Aeldari qu’elle visait, mais plutôt des blessures béantes dans la coque de leurs alliés, des équipages massacrés et des batteries de canons désaffectées. Alors que des sections des vaisseaux des Space Marine du Chaos disparaissaient, d’agiles bombardiers Aeldaris se glissaient dans les zones d’abattage silencieuses pour infliger plus de dégâts, parfois en volant dans la superstructure ravagée elle-même pour détruire des systèmes vitaux. Certains de ces pilotes audacieux furent consumés dans les explosions qui s’ensuivirent, d’autres suivirent sans encombre la vague d’énergie jusqu’à une sortie vers l’espace libre.

Pourtant, tout n’était pas à l’avantage des Aeldaris dans cette bataille. Les vaisseaux de Kallorax avaient beau être lourds, leur puissance de feu était dévastatrice. La moindre erreur de la part d’un timonier Aeldari pouvait s’avérer désastreuse. Les volées d’obus, de missiles et de torpilles pouvaient détruire en un clin d’œil les délicates ailettes et les voiles solaires des vaisseaux Aeldaris, les laissant à la dérive ou incontrôlables, proies faciles pour une seconde salve. De nombreux vaisseaux d’Yriel furent paralysés par des tirs perdus, d’autres furent submergés par les innombrables chasseurs et Métadracs qui grouillaient et bouillonnaient dans le vide entre les vaisseaux qui s’affrontaient.

Au cœur de la ligne de bataille, la Flamme d’Asuryan affrontait le nouveau vaisseau amiral de Kallorax, le Riot Hunger. Le vaisseau du Chaos était bien plus imposant que celui d’Yriel, mais ici comme ailleurs, la victoire revenait au combattant le plus rapide, pas au plus musclé. Passant en rase-mottes sous les torpilles ondulantes du vaisseau du Chaos, la Flamme d’Asuryan creusa une grande brèche dans la coque du Riot Hunger. Bientôt, les Vampire Raiders furent lâchés dans l’espace, déployant les Armes Spectrales d’Yriel au cœur même de la superstructure de commandement. Les klaxons retentirent tandis que Kallorax ordonnait à la Garde de l’Ombre, son cercle restreint de Space Marines renégats, de défendre la brèche. Il s’agissait de vétérans d’un millier d’abordages, d’assassinats de colonies entières ; c’étaient des tueurs au cœur noir qui avaient tué les meilleurs guerriers de l’Adeptus Astartes sur ordre de leur maître, et maintenant ils s’avançaient pour massacrer de perfides aliens en son nom.

Tous les membres de la force d’assaut d’Yriel n’étaient pas montés à bord du Riot Hunger à bord de Vampire Raiders. Comme Kallorax, le prince Aeldari avait engagé ses meilleurs guerriers dans cette bataille. Il s’agissait de Chevaliers Fantômes, bien trop massifs pour être logés dans la coque élégante d’un Vampire. Au lieu de cela, ils avaient utilisé leurs sauts pour traverser le vide entre les deux vaisseaux, se frayant un chemin à travers la coque ravagée du Riot Hunger et dans les chambres voûtées à l’extérieur pour rejoindre le combat.[17]

Duel À Mort

Le prince Aeldari et l’amiral traître se battaient en duel tandis que leurs vassaux se battaient et mouraient autour d’eux. La Garde de l’Ombre se battait furieusement, mais les robustes carapaces de Moelle Spectrale des Guerriers Fantômes étaient à peine égratignés par leurs coups, et chaque coup de leurs Armes Spectrales coûtait la vie à un ennemi. Pendant ce temps, Yriel et Kallorax se battaient. Le Seigneur pirate était une véritable brute, balançant son encombrante hache Warp avec une force suffisante pour faire voler en éclats une porte blindée. Yriel esquivait chaque coup avec une grâce sans effort et s’élançait vers l’avant pour porter ses propres coups immaculés dès que l’occasion se présentait. Kallorax riait, car les coups d’Yriel n’étaient que les piqûres d’un insecte gênant. Un adversaire plus calme aurait ignoré ces railleries, mais l’orgueil de Yriel s’irritait de ces moqueries et l’incitait à prendre toujours plus de risques.

Par deux fois, la lame de l’arme de Kallorax passa à un cheveu du front du prince Aeldari - si près, en fait, qu’Yriel crut entendre la voix chuchotante du Démon lié à l’intérieur. Le Seigneur pirate porta un nouveau coup, et Yriel l’esquiva à nouveau, mais cette fois, Kallorax lança également son poing blindé vers l’avant. Les plaques d’armure le long du ventre de Yriel se raidirent pour absorber l’impact, mais la force du coup projeta le prince contre une cloison. Sonné, Yriel tomba à genoux. Sentant enfin le triomphe, Kallorax s’avança, la hache prête pour un dernier coup. Rassemblant tout ce qu’il pouvait, Yriel se jeta en avant, se baissa sous la hache et enfonça son épée jusqu’à la garde dans la poitrine de Kallorax. D’un seul coup, le Seigneur pirate sentit ses forces s’envoler. D’un dernier juron, il bascula, mort comme une pierre.[18]

Un Acte de Malveillance Mortelle

Peu de membres de la Garde de l’Ombre survécurent longtemps à leur maître, mais Yriel n’eut guère l’occasion de se réjouir de sa victoire, ni même d’achever la destruction du Riot Hunger. À peine Kallorax était-il tombé qu’un message télépathique désespéré du Flamme of Asuryan avertissait Yriel qu’un fer de lance de trois Croiseurs du Chaos avait franchi le cordon des Aeldaris et fonçait sur Iyanden.

Yriel savait que trois croiseurs étaient une force risible à envoyer contre un Vaisseau-Monde entier, mais il supposait que Kallorax le savait aussi, ce qui signifiait qu’un stratagème plus profond était à l’œuvre. Sachant que le Flamme of Asuryan était le seul vaisseau assez proche pour intercepter les attaquants, et peu enclin à laisser cette tâche à un autre, Yriel abandonna son attaque sur le Riot Hunger. Il se retrouva bientôt à bord de son propre vaisseau, dont il poussa les moteurs à leur maximum.

Le Flamme of Asuryan dépassa l’un des vaisseaux du Chaos en quelques minutes, ses batteries de proue s’allumant pour envoyer le croiseur, dont les moteurs ne fonctionnaient que difficilement, s’enfoncer dans les ténèbres. Un deuxième vaisseau fut paralysé quelques minutes plus tard, ses moteurs s’allumant une dernière fois lorsque les pulsars du Flame déchirèrent les voûtes de ses moteurs pour les ouvrir sur l’espace. Il ne restait plus qu’un Croiseur du Chaos, et l’équipage du vaisseau d’Yriel savait que sa victoire était scellée. Bien qu’aucun vaisseau n’escorte le Vaisseau-Monde - Yriel avait réquisitionné tous les vaisseaux capables de combattre pour son attaque - un seul Croiseur ne pouvait espérer endurer ses batteries d’armes assez longtemps pour infliger de sérieux dégâts. C’est alors que les capteurs du vaisseau Asuryani ont détecté le lancement d’une torpille par le croiseur, et tout a changé.

En tout, trois douzaines de torpilles avaient été tirées, un geste pitoyable qui aurait normalement été risible face à un vaisseau de la taille énorme de l’Iyanden. Hélas, les capteurs du vaisseau Aeldari ont montré qu’il ne s’agissait pas d’ogives ordinaires, mais de torpilles cycloniques modifiées, l’un des nombreux outils d’Exterminatus planétaire de l’Imperium. Ces armes étaient réputées pour leur imprécision et leur faible utilité contre les vaisseaux de guerre, mais un Vaisseau-Monde était une cible bien plus grande - et bien plus lente. Si une seule de ces ogives frappait, les dégâts seraient incalculables.

Les torpilles étaient trop petites, trop rapides et trop éloignées pour que les armes du Vaisseau puissent les cibler. Cela n’aurait pas eu d’importance si un seul escadron de chasseurs était resté à bord du Vaisseau-Monde pour s’attaquer aux ogives en approche, mais il n’y en avait plus aucun pour le faire. Tendu par la frustration, mais impuissant à faire quoi que ce soit pour sauver son foyer, Yriel dirigea l’armement du Flamme contre le troisième et dernier croiseur qui ne fut bientôt plus qu’une ruine de métal tordue et scindée. Mais ses yeux ne quittaient pas Iyanden, et les torpilles élancées qu’il savait être presque en contact avec lui.

Kelmon Firesight[19]

À l’époque où Yriel était devenu le Haut Amiral d’Iyanden, Kelmon Firesight était le Grand Prophète le plus important du Vaisseau-Monde depuis plusieurs siècles. Dans sa jeunesse, des millénaires auparavant, Kelmon avait été aussi motivé et déterminé que n’importe quel membre de sa race, mais son ardeur s’étant refroidie, il s’était souvenu, trop clairement, de la mort de proches qu’il aurait pu sauver s’il avait été moins impulsif et plus mesuré dans ses actions. Lorsqu’il commença son voyage sur la Voie des Sorcières, Kelmon en était venu à penser qu’il n’y avait rien de plus dangereux dans la galaxie que la sauvagerie de la jeunesse, du moins tant qu’elle n’était pas tempérée par la sagesse des aînés.

Pendant des décennies, Kelmon observa le prince Yriel d’Ulthanash, et d’autres comme lui, attendant que le feu de leur cœur s’éteigne pour qu’ils puissent enfin écouter ses paroles. Hélas, ce jour n’arriva jamais. Au lieu de cela, l’âme enflammée par le rêve d’une gloire retrouvée, ils devinrent de plus en plus effrontés, prenant toujours plus de risques inutiles. Kelmon était persuadé qu’une telle témérité ne pouvait mener qu’au désastre. C’est pourquoi Kelmon cherchait à humilier Yriel, avant que d’autres ne paient le prix de l’arrogance du prince. Néanmoins, le Grand Prophète ne serait jamais certain que ses actions ne provinssent pas d’un orgueil blessé, et ces incertitudes le hanteraient jusqu’à sa mort.

Des étincelles lumineuses jaillirent des lasers de défense du Vaisseau-Monde, qui cherchaient à s’attaquer aux torpilles. Ici et là, des explosions illuminaient l’obscurité tandis que les torpilles en approche étaient frappées et transformées en nuages d’éclats et de vapeur. Au total, les batteries d’artilleries ont traqué et détruit trente-cinq des torpilles en approche, mais, par un mauvais tour du destin, la trente-sixième a échappé à tous les efforts déployés contre elle. La torpille frappa le Vaisseau-Monde en plein sur son quadrant supérieur bâbord. Il y eut un brillant éclair de lumière et une partie de la coque en Moelle Spectrale du Vaisseau-Monde se vaporisa. Yriel regarda, impuissant, les incendies déchirer la coque extérieure du Vaisseau-Monde et s’engouffrer dans les passages brisés par l’explosion, et il pleura devant la terrible beauté du spectacle.

Sachant qu’il ne pouvait rien faire pour les morts, Yriel ordonna au Flame of Asuryan de faire demi-tour et de retourner au combat. Il fallut de nombreuses heures avant que les derniers vaisseaux du Chaos ne soient enfin détruits - mais la colère des Aeldaris était telle que pas un seul des vaisseaux pirates n’en réchappa. Yriel ne vit pas grand-chose de la bataille qui s’ensuivit ; la vision d’Iyanden en feu dansait toujours devant ses yeux, et il ne pouvait rien faire pour chasser cette image. Il ne prononça plus un mot jusqu’à ce que les derniers vaisseaux du Chaos soient réduits à l’état de ferraille et que la bataille soit enfin terminée.

Yriel avait gagné la bataille de la Lune Ardente, mais le prix à payer était plus élevé que ce qu’il était prêt à payer. Tous les vaisseaux d’Iyanden avaient été détruits, et chacun d’entre eux nécessitait d’importantes réparations. Les dégâts subis par le Vaisseau-Monde lui-même étaient bien pires. Des dizaines de milliers d’Aeldaris étaient morts sur le coup lorsque la torpille cyclonique avait frappé ; pire encore, leurs pierres-esprits avaient été détruites au même moment, les condamnant à subir l’étreinte cruelle de Slaanesh.[20]

Le Prix de l’Arrogance

Yriel était triste pour les morts, mais il ne pleurait pas. Il savait que leur sort aurait également été celui d’Iyanden, s’il n’avait pas mené une attaque préventive contre la Flotte de Kallorax. Il se disait que certains sacrifices étaient nécessaires pour que le destin d’Iyanden s’accomplisse, et il était certain que les morts à bord du Vaisseau-Monde ne seraient que de peu d’importance face à sa grande victoire.

En cela, Yriel se trompait grandement sur l’état d’esprit de son peuple. L’attaque de la torpille n’avait pas fait que des victimes. Le feu de la création au cœur du sanctuaire d’Asuryan - une flamme qui brûlait depuis le voyage inaugural de la Vaisseau-Monde - ne brûlait plus. C’était un signe de désespoir que même le plus ennuyeux des esprits pouvait comprendre : Iyanden n’était plus digne de son grand destin. On se souvint des mises en garde de Kelmon au sujet d’Yriel et on les écouta enfin. Ainsi, Yriel ne fut pas fêté et honoré comme il l’avait prévu, mais sommé de justifier son choix. Yriel fut indigné d’être interrogé de la sorte. Avec ses plus proches partisans, il partit volontairement en exil, déclarant sombrement qu’il ne remettrait plus jamais les pieds sur Iyanden.

Kelmon regarda partir le prince déshonoré avec un tumulte d’émotions. Il était heureux que la folie du Vaisseau-Monde se soit enfin éteinte, mais il se désespérait du prix à payer. Iyanden avait subi de graves préjudices et avait perdu non seulement son amiral le plus compétent, mais aussi une bonne partie de la flotte, car de nombreux vaisseaux avaient choisi de s’exiler aux côtés d’Yriel. Kelmon savait qu’en encourageant la témérité d’Yriel, il était aussi responsable que le prince de ce qui s’était passé, mais il tirait sa force du fait que ses actions avaient permis d’éviter un plus grand désastre. C’est du moins ce qu’il pensait. L’humeur de Kelmon s’assombrit lorsqu’il lança à nouveau les runes, dont le tracé n’avait pas changé. Les runes de la fierté, du destin et du salut étaient en orbite autour d’Asuryan ; quel que soit le destin auquel elles faisaient allusion, il n’avait pas encore été évité.[21]

Le Destin d’Iyanden

Jamais, au cours des millénaires précédents, Iyanden n’avait été aussi humilié. Les dégâts physiques infligés au Vaisseau-Monde étaient sans précédent, mais la perte de la Flamme d’Asuryan avait creusé une blessure bien plus grave dans la psyché collective d’Iyanden. Mais un péril encore plus grand se profilait à l’horizon…

Iyanden se tourna alors vers l’intérieur, délaissant la guerre contre le Chaos pour soigner ses blessures. Rien n’illustra mieux l’attitude de plus en plus isolationniste de l’Iyanden que la décision de Kelmon de nommer un nouveau Haut Amiral. Le remplaçant d’Yriel était un homme de rang moyen du nom d’Ethrael. En vérité, Ethrael ne possédait pas la moitié de l’audace ou du sens du combat de son prédécesseur, mais telle était la raison de cette nomination. Kelmon Firesight pensait qu’Iyanden avait été mis en danger par l’incapacité du conseil à contrôler l’imprudence d’Yriel, et il a donc usé de toute son influence pour qu’un candidat plus souple devienne Haut Amiral. Cela ne veut pas dire qu’Ethrael était faible ou incompétent - de tels traits de caractère auraient condamné Iyanden aussi sûrement que ceux que Kelmon souhaitait éviter - mais il se tenait toujours à la disposition du conseil et ne prenait jamais de mesures sans son approbation expresse.[22]

Un Avertissement D’Ulthwé

À peu près à la même époque, Iyanden reçut un émissaire d’un Vaisseau-Monde, qui n’était autre qu’Eldrad Ulthran lui-même, le plus grand de tous les prophètes Aeldaris. Il avait appris les torts causés à Iyanden et avait amené avec lui de nombreux Chanteurs de Moelle d’Ulthwé. Il leur demanda rapidement de participer aux réparations du mieux qu’ils pouvaient, et les efforts de sa suite ne restèrent pas sans effet. Malgré cela, Eldrad Ulthran fut mal accueilli, car beaucoup pensaient qu’il était venu se moquer d’Iyanden pour ses malheurs. Lorsque le conseil d’Iyanden découvrit qu’il était venu pour lancer un avertissement, leur attitude se refroidit encore davantage.

Au cours des siècles précédents, Eldrad Ulthran était devenu de plus en plus conscient de la menace grandissante qui pesait sur la bordure orientale, une obscurité affamée aussi avide de chair Aeldaris que Slaanesh l’était d’âmes Aeldaris. Eldrad était persuadé qu’Iyanden se trouvait sur son chemin ; si rien n’était fait, le Vaisseau-Monde serait dévoré. Il supplia le conseil du Vaisseau-Monde de se diriger vers l’ouest, loin de la bordure - si cela était fait maintenant, le Vaisseau-Monde pourrait encore échapper aux ténèbres qui s’annonçaient, et la race humaine supporterait le plus gros de l’assaut.

Malheureusement, le conseil d’Iyanden n’accorda que peu d’attention au Grand Prophète d’Ulthwé, et Kelmon Firesight encore moins. Conscient des différences passées entre leurs Vaisseaux-Mondes, il accusa Eldrad de tenter de tromper Iyanden et de l’amener à abandonner le territoire qu’il s’était tant battu pour nettoyer. Iyanden avait affronté cette menace - ce Grand Dévoreur - et l’avait vaincue, informa froidement Kelmon. Ils le feraient à nouveau si nécessaire. Lorsqu’Eldrad prit la parole, il le fit sur un ton chargé de tristesse.

« Ce n’était pas une question de territoire », déclara-t-il à Kelmon et au conseil, « ni de grandeur d’une Vaisseau-Monde par rapport à l’autre. Seule la survie de la race Aeldari l’intéressait » . Le conseil d’Iyanden n’ayant toujours pas écouté, Eldrad repartit pour Ulthwé, déplorant silencieusement l’entêtement de ses pairs.[23]

L’Ombre du Kraken

Il fallut moins d’un an pour que les sombres prédictions d’Eldrad se transforment en une terrifiante réalité et, au fil du temps, Iyanden commença lentement à tendre à nouveau les bras vers les étoiles. Elle le fit avec plus d’hésitation et moins souvent qu’auparavant, car son peuple était encore marqué par la perte de la Flamme éternelle. Malgré tous ses efforts, le Sanctuaire d’Asuryan restait sombre et sans vie, la dernière étincelle de la faveur de leur dieu perdue jusqu’à ce qu’elle puisse être regagnée. Aucune victoire contre les adeptes du Chaos ne pouvait remonter le moral de la population d’Iyanden.

Pendant tout ce temps, le Vaisseau-Monde maintenait son cap le long de la bordure orientale ; le conseil n’envisagea pas une seule fois de suivre les conseils d’Eldrad. Ce n’est que lorsque les runes se couvrirent d’ombres étranges et que Kelmon commença à entendre une cacophonie de voix étrangères hurler dans ses pensées qu’il réalisa la terrible profondeur de son erreur. Kelmon avait rencontré cette voix il y a plus d’un siècle, lors de la défense désespérée de l’amas d’Ybaric par Iyanden. Il s’agissait de la présence obscure de l’Esprit Ruche des Tyranides dans le Warp, mais elle était des milliers de fois plus puissante qu’auparavant. Dans un terrible moment de prise de conscience, Kelmon comprit à quel point la Flotte-Ruche Naga - une force d’invasion qui avait détruit des dizaines de mondes - avait été insignifiante. Alors que le réseau de probabilités et de présages concernant Iyanden s’enchevêtrait de plus en plus et devenait de plus en plus incertain, Kelmon prit à contrecœur les mesures désespérées qui s’offraient à lui. En demandant à l’amiral Ethrael de déployer la Flotte d’Iyanden en tant que ligne de garde éloignée, Kelmon donna enfin l’ordre qui permit au Vaisseau-Monde de s’éloigner de la bordure et de revenir vers le cœur de la galaxie. Mais il était trop tard, bien trop tard…[24]

L’Essaim Approche

En fin de compte, l’avertissement d’Iyanden n’est pas venu de sa Flotte lointaine, mais des Rangers disséminés sur les mondes de la bordure. Ethrael, toujours soucieux de ne pas outrepasser son autorité, avait gardé ses vaisseaux éclaireurs à proximité de la flotte, s’empêchant ainsi de voir ce qui se passait à quelques années-lumière de distance. Néanmoins, les Rangers rapportaient constamment à Kelmon des informations sur les mondes ravagés et dévastés par l’avancée des Tyranides.

Comme l’avait prédit le Grand Prophète, l’essaim qui s’abattait sur Iyanden était bien plus important que celui auquel Iyanden s’était précédemment opposé. Pire encore, la faim de la Ruche la poussait vers l’avant à une vitesse qu’Iyanden ne pouvait pas dépasser. Elle submergea rapidement les éléments extérieurs de la flotte d’Ethrael, et Kelmon ordonna à l’amiral de se retirer. Ethrael s’exécuta volontiers, menant une série de frappes cliniquement parfaites contre l’avant-garde de Kraken. Même lorsque l’amiral fit exploser l’étoile instable du système de Kalibax, l’allure de Kraken ne ralentit guère. Des milliers et des milliers de vaisseaux biologiques ont été consumés dans ce cataclysme, mais beaucoup d’autres ont enduré les incendies nucléaires pour continuer leur progression implacable.

Conseils de L’Ombre[25]

Les Guerriers Fantômes ne perçoivent que faiblement le monde physique et peuvent être lents à réagir - ou même à reconnaître - les instructions données par des non-spécialistes. Pour les armées d’Iyanden, qui comptent de plus en plus sur leurs Soldats Fantômes pour remporter la victoire, de tels retards peuvent s’avérer catastrophiques s’ils se produisent dans le creuset de la bataille, où même une seconde de retard peut transformer une victoire durement acquise en une défaite amère et coûteuse.

C’est pour se prémunir contre ce danger qu’un Autarque d’Iyanden s’engage rarement dans une bataille sans avoir au moins un Spirite à ses côtés. En maintenant un lien télépathique avec l’Autarque et les Guerriers Fantômes, un Spirite d’Iyanden peut s’assurer que les Soldats Fantômes réagissent rapidement aux changements du plan de bataille ; plus rapidement, parfois, que les Guerriers d’Aspect et les Gardiens qui constituent le reste de l’ost. Bien entendu, plus l’ost compte de Guerriers Fantômes, plus les Spirites sont sollicités. Ainsi, dans les grandes campagnes, un Autarque peut être accompagné d’un conseil entier de Spirites - connu sous le nom de "Conseil de l’Ombre" - dont chacun est chargé de superviser les actions d’une force d’intervention différente des guerriers fantômes.

Cet arrangement, né à l’origine d’une nécessité, est devenu au fil du temps une pratique établie et l’une des plus grandes forces d’Iyanden, permettant aux éléments de l’Ost du Vaisseau-Monde disséminés sur le champ de bataille d’opérer avec une coordination qui dépasse de loin celle des vivants. Êtres infatigables n’ayant besoin ni de repos ni de nourriture, les guerriers fantômes peuvent rester en embuscade silencieuse pendant des jours, si nécessaire, attendant patiemment l’ordre qui déclenchera le massacre.

Chaque aperçu de la flotte Ruche obligeait les Aeldaris à élargir leur perception de la menace Tyranide ; chaque seconde gagnée était un répit béni. Tandis qu’Ethrael retardait les Tyranides du mieux qu’il pouvait, Kelmon convoqua les Aeldaris d’Iyanden sur la Place de la Réponse et les avertit de l’imminence de l’assaut Tyranide. Trop d’erreurs de jugement, selon lui, jalonnaient le chemin derrière lui. Non seulement il avait encouragé la témérité d’Yriel, mais il avait également nommé à dessein un amiral fantoche et avait ensuite exhorté ses compagnons à ignorer les avertissements d’Eldrad Ulthran. N’importe laquelle de ces décisions, si elle avait été altérée, aurait pu changer le destin d’Iyanden pour le meilleur, et Kelmon ne voulait pas risquer le Vaisseau-Monde sur la base de son propre jugement erroné. Il avait lancé les runes encore et encore, et toujours les runes de l’orgueil, du malheur et du salut tournaient en spirale autour d’Asuryan. L’orgueil, il l’avait enfin compris, était le sien et le sien seul. Il valait mieux qu’Iyanden agisse d’une seule volonté et d’un seul esprit dans ses heures les plus sombres.[26].

Le Dernier Débat

C’est ainsi que Kelmon, dans son moment de doute, multiplia le danger d’Iyanden. Une fois le débat ouvert sur la Place de la Réponse, les principaux représentants de chaque Voie avaient le droit de donner leur avis sur la question en jeu - ce n’est que lorsqu’un consensus était atteint qu’une ligne de conduite était choisie. Le débat qui s’ensuivit fut houleux et prolongé. Peu d’habitants du Vaisseau-Monde mesuraient l’ampleur du danger. La plupart d’entre eux pensaient qu’Iyanden était une proie bien plus dangereuse que Malan’tai ou Idharae n’auraient jamais pu l’être, et que leur maison pouvait résister à n’importe quelle tempête.

En fin de compte, et après de nombreuses désolations qui auraient été mieux employées à se préparer à la guerre, les dirigeants d’Iyanden se disputèrent sur deux plans d’action potentiels. Les éléments les plus conservateurs du Vaisseau-Monde préconisaient une politique d’isolement, protégeant le Vaisseau-Monde derrière une puissante barrière psychique afin d’éviter tout contact avec les Tyranides, tandis que les éléments les plus agressifs voulaient attaquer l’ennemi immédiatement, en envoyant la flotte détruire les Tyranides avant qu’ils n’atteignent le Vaisseau-Monde. Les deux plans d’action étaient cependant erronés, car ils sous-estimaient grandement la taille de l’essaim Tyranide. Il fallut un discours d’Irilith, une Ranger qui avait cartographié l’ampleur du Kraken au cours d’un voyage solitaire et terrible. Elle fit comprendre à tous les Aeldaris présents que la Flotte-Ruche était bien plus grande que ne l’avait été la Flotte-Ruche Naga ; elle était trop vaste pour que la flotte Aeldari puisse s’y cacher ou la vaincre seule. Il faudrait les efforts combinés de tous les Aeldaris d’Iyanden pour avoir une chance contre les Tyranides, et même dans ce cas, ils n’y parviendraient peut-être pas.

Une terreur muette s’abattit sur la salle alors qu’Irilith terminait son discours. Il n’était pas nécessaire d’en dire plus, car tous les Aeldaris avaient reconnu la vérité dans les paroles du Ranger et se rendaient compte de l’énormité de la tâche qui les attendait. Rapidement, l’assemblée parvint à un consensus : tous les éléments de la Flotte seraient rappelés, et chaque Aeldari prendrait l’aspect de l’Archonte, du Gardien ou du Guerrier Aspect. De l’aide serait demandée aux autres Vaisseaux-Mondes Aeldari. L’Avatar de Khaine, l’esprit incarné du dieu de la guerre du Vaisseau-Monde, serait réveillé pour prendre part à la bataille. Iyanden elle-même serait fortifiée, car il ne faisait aucun doute que les Tyranides franchiraient leurs défenses extérieures et atterriraient sur le vaisseau.

Tout au long du débat, Kelmon écouta d’un air approbateur, mais il perçut une faille fatale dans le plan et, enfin, se leva pour que sa voix soit entendue. Kelmon avertit la foule rassemblée que les Aeldaris vivants ne suffiraient pas à tenir les Tyranides en échec ; seul le réveil des Guerriers Fantômes permettrait de remporter la victoire. La foule pensa que Kelmon n’avait pas compris ; les Guerriers Fantômes avaient combattu aux côtés des vivants pendant des millénaires, et ils le feraient sûrement à nouveau. En fait, dit Kelmon à la foule, c’est elle qui a mal compris. Il ne proposait pas que seules les âmes volontaires soient réveillées en tant que Guerriers Fantômes, comme le voulait la tradition, mais que tous les esprits capables du Circuit d’Infinité soient réveillés pour la guerre.

En risquant de détruire les Pierres-Esprits du Vaisseau-Monde, Iyanden risquait d’effacer sa culture et la mémoire de son peuple, mais tous savaient qu’un seul Guerrier Fantôme pouvait faire la différence entre la victoire et la défaite. C’est ainsi que, dans un acte considéré par beaucoup comme un simple pillage de tombe, toutes les Pierres-Esprits d’Iyanden furent arrachées à leur lieu de repos ; chaque ancêtre fut revêtu d’une carapace de Moelle Spectrale pour combattre aux côtés de ses descendants encore en vie.[27].

Le Début de la Bataille

« Rassemblez les morts pour la guerre. Qu’ils rejoignent nos rangs, de peur que nous ne soyons forcés de rejoindre les leurs.»
- Grand Prophète Kelmon

Les préparatifs de Kelmon étaient à peine terminés que les premiers essaims de Tyranides attaquèrent. Entre-temps, Iyanden avait sombré dans l’Ombre du Warp, mais les autres Vaisseaux-Mondes avaient tout de même envoyé de l’aide. Aucun n’envoya autant d’aide que Biel-Tan, mais Kelmon ne sut jamais si cette largesse était en souvenir de leur alliance passée ou si elle était purement motivée par le désir de perpétrer un xénocide. Quelques Arlequins et Exodites sortirent même du portail de la Toile à l’arrière d’Iyanden et promirent leur aide, mais les perspectives étaient toujours aussi sombres.

Tiriel se réveilla au crépuscule. « Non, ce n’était pas tout à fait exact, » pensa-t-elle ; il y avait encore des couleurs, mais elles manquaient de vivacité, comme si tout ce qui était joyeux ou triste s’était vidé du monde. Elle perçut des silhouettes qui se déplacent autour d’elle. Elles étaient indistinctes, de simples ombres dérivant dans un paysage gris. Elle voyait leurs lèvres bouger, mais leurs paroles étaient étouffées et indistinctes, comme un écho lointain.

« S’agit-il d’un rêve », se demanda Tiriel, « ou peut-être d’un délire provoqué par une blessure ? Avait-elle été blessée ? » Elle ne s’en souvenait pas.

Tant de ses pensées étaient enchevêtrées et devenaient de plus en plus insaisissables à mesure qu’elle cherchait à les saisir. Cette prise de conscience aurait dû la faire paniquer, mais Tiriel ne connaissait que la sérénité. Il n’y avait pas d’émotion, réalisa-t-elle lentement. L’espoir, la peur, le remords, tout l’avait abandonnée, et son cœur était vide.

Une silhouette émergea de la foule spectrale et s’approcha. Son corps rayonnait de toute la lumière et de toutes les couleurs qui manquaient au reste du monde, et lorsqu’elle parla, les tons étaient clairs comme du cristal.

« Viens ma sœur, la guerre continue et ta famille a besoin de toi ».

Le Spirite se retourna et Tiriel Endarial - autrefois fille, artiste, voyante, et maintenant guerrière fantôme d’Iyanden - le suivit avec une détermination retrouvée.

Les Bio-vaisseaux des Tyranides se rapprochèrent du Vaisseau-Monde, et des centaines de voiles solaires scintillèrent à la lumière des étoiles tandis que la flotte d’Iyanden fonçait à l’assaut. Les vaisseaux spatiaux Aeldari étaient plus rapides, plus maniables et disposaient d’armes à plus longue portée que leurs adversaires, mais ce n’était pas leur seul avantage. L’amiral Ethrael, propulsé vers de nouveaux sommets d’audace par le besoin pressant, devint enfin le commandant dont Iyanden avait besoin pour survivre. Bataille après bataille, les vaisseaux spatiaux Aeldari détruisirent les imposants Bio-vaisseaux Ruche des Tyranides, tout en ne subissant que des pertes minimes. Pendant un moment, il sembla que la Flotte pourrait tenir tête aux Tyranides, mais Kelmon était inquiet. Déjà, la capacité du Vaisseau-Monde à remplacer les vaisseaux spatiaux détruits était dépassée par les pertes subies. La flotte des Aeldaris était en train de se faire laminer dans une bataille d’usure massive, une bataille que seuls les Tyranides pouvaient espérer gagner.

Comme pour confirmer les pires craintes de Kelmon, la prochaine vague d’assaut fut massive, deux fois plus importante que toutes les précédentes. La flotte d’Iyanden subit de lourdes pertes et, pour la première fois, Ethrael ne put empêcher la brèche dans le Vaisseau-Monde. Les Carnifex se déchaînèrent dans les halls de Moelle Spectrale, mais ils furent rapidement abattus par un ost de Garde Fantôme sous le commandement de Draech, le héros décédé depuis longtemps, dont l’âme résidait désormais dans la carcasse implacable d’un Seigneur Fantôme.

Grâce à l’intervention de Draech, la Flotte avait été anéantie avant même d’avoir subi de graves dommages, mais la flotte Aeldari avait pratiquement cessé d’exister - seuls une douzaine de vaisseaux avaient survécu. Il y avait encore de l’espoir, croyait Kelmon, surtout si la vague avait été la principale force d’assaut des Tyranides. Les esprits s’échauffèrent encore plus lorsqu’il apparut que l’assaut suivant était minuscule par rapport à ceux qui avaient précédé. Bien qu’Ethrael n’ait pu repousser qu’une fraction des essaims, ceux qui ont atterri ont été facilement isolés et détruits. Souvent, les forces d’Iyanden arrivaient sur le site d’une brèche pour découvrir que leurs alliés Biel-Tan avaient déjà détruit les intrus. Pendant un court laps de temps, les scanners n’indiquèrent aucun nouveau vaisseau Tyranide, et les Aeldaris osèrent espérer qu’ils avaient résisté à la tempête. Kelmon et les autres prophètes savaient qu’il n’en était rien. Ils sentaient encore l’Esprit de la Ruche s’emparer de leurs pensées, ils entendaient encore sa faim d’extraterrestre s’attaquer à leur santé mentale. La bataille était loin d’être terminée.[28].

L’Invasion D’Iyanden

Lorsque les Tyranides revinrent, ils furent plus nombreux que jamais. Les pitoyables restes de la Flotte Aeldari s’opposèrent tant bien que mal à la Flotte-Ruche Kraken, mais furent balayés par une marée de Bio-vaisseaux. Ethrael, son vaisseau en flammes et son équipage mort, guida le Starwind Voyager sur une trajectoire de collision avec le plus grand des vaisseaux Tyranides, et dans un dernier acte désespéré, surchargea les systèmes du vaisseau pour créer une explosion de plasma qui consuma les deux vaisseaux.

Sa flotte étant désormais complètement détruite, la Vaisseaux-Mondes fut entièrement engloutie, tandis que des nuages de spores s’installaient, infectant le Vaisseau-Monde lui-même. Des formes tordues s’efforcèrent d’émerger de la belle harmonie de l’architecture d’Iyanden. Un horrible cri psychique retentit dans l’infrastructure du Vaisseau-Monde, tandis que des hordes d’extraterrestres griffus et destructeurs se déversaient en son cœur. De gigantesques batailles éclatèrent dans tout Iyanden ; les combats étaient âpres et rapprochés, les forces ennemies n’étant souvent séparées que par la largeur d’un mur de Moelle Spectrale.

Les combats se déroulèrent dans toutes les arènes possibles et imaginables. À la cime des arbres des anciennes et saintes Forêts du Silence, les Chasseurs Écarlates s’attaquaient aux mères couveuses Harridan, tandis que les Faucons Grifferin menaient une danse aérienne mortelle avec de sombres volées de Gargouilles aux ailes de chauve-souris. Les Scorpions se frayaient un chemin à travers les Termagants massés qui bloquaient les passages artériels du Vaisseau-Monde comme un vil cancer. Les faucons chassaient les Carnifex massifs qui détruisaient les magnifiques et complexes bastions sculptés de la Forteresse des Larmes. Sur les marches sacrées du Sanctuaire d’Asuryan, les Vengeurs Lugubre se sont livrés à des combats serrés et sanglants contre un nombre apparemment infini d’Hormagaunts. Mais tous ces vaillants champions sont tombés face au nombre impressionnant d’assaillants, leurs vies ayant été vendues au prix fort aux hordes Tyranides. En peu de temps, les régions les plus disputées du Vaisseau-Monde furent plongées dans un bain de sang et d’ichor, les corps des victimes étant innombrables. Mais les Tyranides continuaient d’arriver.

Les Aeldaris abandonnaient désormais des régions entières afin de pouvoir offrir une meilleure défense ailleurs. Sur ordre de Kelmon, Quaillindral, Exarque des Dragons Flamboyant, mit le feu aux passages abandonnés. Le Vaisseaux-Mondes tressaillit d’agonie tandis que les flammes déchiraient sa structure. Les Tyranides n’étaient pas les seuls à avoir péri dans les incendies ; de nombreux défenseurs avaient été isolés par l’avancée des Tyranides, et ceux qui n’avaient pas succombé aux guerriers de l’Esprit de la Ruche le faisaient désormais dans les flammes.

A peine les flammes s’étaient-elles calmées que les Aeldaris contre-attaquèrent. L’Avatar lui-même mena la charge, réduisant en miettes tous ceux qui se dressaient devant lui. Les gardiens se battaient côte à côte avec les guerriers fantômes, la génération vivante se battant aux côtés de ceux qui étaient morts depuis longtemps, tandis que les Aeldaris donnaient tout ce qu’ils avaient. La bataille qui s’ensuivit fut une orgie de destruction. Elle fit rage comme une traînée de poudre dans les Forêts du Silence assiégées, éliminant les Tyranides de cette terre sacrée. Mais le mal était fait, l’arboretum souillé par les spores extraterrestres à croissance rapide. Les Aeldaris pleurèrent de colère en voyant les parodies hideuses et tordues d’arbres autrefois grandioses qui étaient restées debout.

Cependant, le vent de la bataille était en train de tourner, ou du moins c’est ce qu’il semblait. Les Aeldaris avaient repoussé les Tyranides, au prix d’innombrables vies. Les Chevaliers Fantômes et les Faucons avaient systématiquement traqué les créatures synaptiques géantes, détruisant le réseau de commandement qui guidait leurs serviteurs. Des chœurs de Psycharque s’étaient unis dans un accord psychique pour repousser l’Ombre dans le Warp. Les Chanteurs de Moelle ont incité la Moelle Spectrale, riche des esprits défunts du Circuit d’Infinité , à lutter contre les terribles effets mutagènes des spores tyranides. Puis, au grand désespoir des Aeldaris, la Flotte-Ruche Kraken lança une nouvelle vague d’assaut. C’était la plus importante à ce jour, et tandis que les scanners du dôme de commandement d’Iyanden s’illuminaient de la présence d’autres essaims, les Grand Prophètes se turent. Il n’y aurait pas d’échappatoire.

Kelmon savait qu’à moins d’un miracle, Iyanden était condamné. Encore et encore, il consulta les runes, désespérément en quête d’espoir. À chaque fois, il ne voyait que la même chose : les runes de la fierté, du destin et du salut entourant celle d’Asuryan. Alors que les Tyranides déferlaient sur Iyanden, Kelmon s’enferma dans les Chambres de la lumière des étoiles, ses salles de méditation, et chercha la lumière. Les Tyranides progressaient comme jamais auparavant, mais Kelmon restait caché dans les Chambres de la lumière des étoiles. L’obsession du désespoir animait désormais le Grand Prophète, et il ne se souciait pas de l’absence de son peuple, qui se décourageait.[29].

Un Destin Reforgé

Finalement, les délibérations de Kelmon ne prirent fin que lorsqu’il sentit une intruse tapie dans l’obscurité de ses couloirs. En touchant son esprit, Kelmon sut qu’il s’agissait de Sylandri Veilwalker, Prophétesse des Ombres et dernier survivant de la troupe d’Arlequins qui était venue en aide à Iyanden. Le fait que le Grand Prophète n’ait pas été très poli en disait long sur son état mental, mais si Sylandri s’était sentie offensée, elle n’en avait rien laissé paraître. Son masque resta lisse et sombre, et elle ne prononça aucun mot de reproche. En fait, Sylandri ne dit rien du tout, mais marcha gracieusement jusqu’à l’endroit où les runes de Kelmon tournoyaient encore dans l’air.

Dans une gerbe de lumière scintillante, elle saisit la rune d’Asuryan, la brisa net en deux et en tint les restes dans ses mains jointes. Kelmon s’avança, outré par les actions de Sylandri, avant de reculer rapidement sous l’effet de l’horreur - le masque de la Prophétesse des Ombres était devenu une similitude de son propre visage, mais vermoulu et décomposé. Les mains de la Prophétesse des Ombres s’écartèrent, projetant les restes de la rune vers les autres. Kelmon ne vit pas les deux moitiés brisées d’Asuryan auxquelles il s’attendait, mais deux nouvelles runes chargées de sens. L’une était la rune de la rédemption, l’autre celle de la Maison d’Ulthanash. L’indignation de Kelmon fit rapidement place à l’espoir, et il exigea de savoir ce que la Prophétesse des Ombres avait fait. Sylandri resta un moment sans rien dire. Puis son masque s’assombrit à nouveau et elle dit simplement au Grand Prophète qu’il faut parfois forger le destin, et non le suivre. Un instant plus tard, elle disparut, aussi mystérieusement qu’elle était arrivée. Cela n’avait pas d’importance. Kelmon savait désormais ce qu’il fallait faire.[30].

La Mort de L’Orgueil

Émergeant enfin des Chambres de la lumière des étoiles, Kelmon rassembla les Grand Prophètes restants et les conduisit au Dôme des Sages de Cristal. Un message devait être envoyé, leur dit-il, un message qui devait percer l’Ombre dans le Warp si Iyanden voulait avoir une chance de survie. Travaillant de concert, les Grand Prophètes survivants d’Iyanden envoyèrent un faisceau focalisé d’énergie psychique à travers la présence étouffante de l’Esprit de la Ruche, repoussant les vrilles qui se tordaient avec de la lumière télépathique. L’esprit de Kelmon traversa des années-lumière d’espace vide et toucha enfin celui d’Yriel, le plus grand exilé d’Iyanden.

Kelmon avait prévu de présenter ses excuses, de promettre que le nom d’Yriel serait rétabli si seulement il revenait pour défendre sa demeure qui en avait désespérément besoin. En fin de compte, il n’eut l’occasion de dire rien de tout cela. À peine Kelmon avait-il établi le contact que le sol se souleva et que les Tyranides firent irruption dans le dôme. Une demi-douzaine de Grand Prophètes furent tués au moment de la brèche, soit par les rafales bioélectriques des Trygons, soit par les vagues de Termagants qui les suivaient dans leur sillage. Kelmon sentit le contact se rompre, maudit sa malchance et fit pleuvoir des tirs Aeldaris sur ses assaillants.[31].

Le Retour du Paria

À des années-lumière de là, Yriel vécut le contact avec Kelmon comme un rêve éveillé, rempli de ténèbres et d’émotions. Il aperçut des bribes de Tyranides se déchaînant dans les dômes en ruine de son ancienne demeure, il vit les flèches de Moelle Spectrale brisées, et il vit les corps ravagés des morts qui gisaient dans les couloirs. Yriel n’avait pas besoin d’entendre les mots que Kelmon avait prévu de prononcer, car il connaissait la vérité. Iyanden luttait pour sa survie. Il devait rentrer chez lui, mais il ne le ferait pas seul.

Yriel n’avait pas chômé pendant les cinquante années qui s’étaient écoulées depuis son départ d’Iyanden. Pendant cette période, il avait réuni ses disciples au sein d’une flotte de corsaires connue sous le nom de Pillards Sorciers. Opérant à partir de nombreux anciens bastions de Kallorax, Yriel avait poursuivi la guerre contre le Chaos. En chemin, il s’était heurté à l’Imperium de l’humanité à de nombreuses reprises. Comprenant qu’ils ne pourraient pas vaincre Yriel dans une bataille spatiale, les humains avaient tenté d’encourager la rivalité entre les Pillards Sorciers et deux autres compagnies de pirates : les Pillards Noirs de Xian et le Commandement Écarlate. Cette tentative s’est rapidement retournée contre Yriel, qui a tout simplement pris le contrôle des flottes de ses rivaux.

Yriel convoqua un conseil des capitaines de sa flotte et annonça son intention de retourner à Iyanden. Il les avertit qu’il était presque certain de naviguer dans les mâchoires de la mort, et ne demanda qu’à ceux qui le voulaient bien de le suivre. Aucun navire ne décida de rester en arrière. Ils n’en étaient pas moins des Aeldaris, et possédaient donc un sens du devoir qui dépassait de loin les codes d’honneur des autres races. Ils se battraient.[32].

L’Attaque des Pillards Sorciers

Les Pillards Sorciers arrivèrent alors qu’une autre vague se rapprochait. Une petite partie d’Iyanden était désormais aux mains des Aeldaris, et la majorité de ses défenseurs étaient morts. Les dernières forces de Biel-Tan avaient péri en tentant de tuer le Tyran des Ruches à la tête de l’essaim. Ils avaient échoué ; des centaines de vies avaient été perdues, et la bête n’avait pas encore été blessée. Le Grand Prophète Kelmon avait disparu au milieu du massacre, tout comme de nombreux membres du conseil. Draech avait péri une seconde fois en défendant la porte de la Toile. Le Grand Prophète Taec Silvereye et la Spirite Iyanna Arienal prirent la tête du conseil et rassemblèrent leurs dernières forces dans la Forteresse de la Lune Rouge.

Depuis le pont de la Flamme d’Asuryan, Yriel contemplait les ruines d’Iyanden et n’éprouvait que de la colère. Il en voulait à Kelmon de ne pas l’avoir contacté plus tôt et à Ethrael de ne pas avoir protégé le Vaisseau-Monde, mais la majeure partie de sa rage, Yriel ne la réservait qu’à lui-même. Il aurait dû être là, il aurait été là sans l’orgueil monstrueux qui l’avait fait fuir. Les subordonnés d’Yriel remarquèrent l’expression sinistre du visage de leur prince, mais n’osèrent pas lui demander ce qu’elle signifiait.

Telle la lance brûlante de Khaine, les forces d’Yriel déchirèrent le blocus de la Flotte Kraken et arrachèrent le cœur de l’essaim attaquant. Puis, sans relâche, elles s’apprêtèrent à frapper deux autres vagues. Pas un seul vaisseau Tyranide n’atteignit le Vaisseau-Monde à travers ce maelström de plasma, même si le prix à payer pour les Pillards fut lourd. Près d’une centaine de vaisseaux avaient accompagné Yriel, et il en restait à peine un tiers lorsque la deuxième vague de Tyranides n’était plus qu’un amas de débris mouchetés d’ichor. Les Pillards, exsangues mais inébranlables, se préparaient à vendre leur vie jusqu’au dernier pour repousser la prochaine vague de Tyranides. Des yeux vigilants surveillaient les scanners, attendant le premier signal qui indiquerait le début du prochain assaut - un assaut qui n’eut jamais lieu. La menace spatiale avait été vaincue.

La bataille spatiale avait été gagnée, mais sous le ciel d’Iyanden, la bataille pour l’âme du Vaisseau-Monde faisait toujours rage. Les hordes tyranides se retournèrent et se jetèrent sur les Aeldaris avec une férocité renouvelée. Cet assaut inattendu ébranla la Forteresse de la Lune Rouge et fit vaciller ses défenseurs. Il n’y avait plus de défense concertée d’Iyanden, mais une série de poches de résistance condamnées, luttant pour leur survie.

Iyanna Arienal rassembla les guerriers fantômes qu’elle pouvait et forma une digue de morts qui, espérait-elle, donnerait aux vivants le temps de contre-attaquer. Les Canons Fantômes et les Faux à Distorsion flamboyait sombrement dans les ruines, tandis que les ancêtres renaissants périssaient à nouveau pour sauver les descendants qu’ils pouvaient. Ils ne tinrent pas longtemps. Cette attaque était menée par un Tyran des Ruches plus grand que tous ceux que les Aeldaris avaient affrontés jusqu’à présent. Ni shuriken ni lame ne pouvaient percer la peau de la créature, et chaque coup de griffes réduisait un guerrier fantôme à l’état de ruine.

Sachant que la bataille serait gagnée ou perdue avec la chute du Tyran, Iyanna convoqua les forces qu’elle pouvait. Parmi elles, il y avait un guerrier dont la puissance aurait dû suffire à écraser le Tyran des Ruches. À l’appel d’Iyanna, l’Avatar du Vaisseau-Monde s’avança dans la mêlée, son imposante silhouette animée par le feu. Dans un grognement semblable à celui d’un volcan en éruption, l’Avatar lança un défi au Tyran de la Ruche. Cependant, les Tyranides ne se battent pas pour l’honneur ; en effet, il est douteux qu’ils aient la moindre notion de bravoure ou de lâcheté.[33].

Yriel était fatigué lorsqu’il entra dans le Sanctuaire d’Ulthanash, son armure luisant de l’ichor des ennemis tués. La taille et la férocité de la horde Tyranide avaient dépassé ses sombres espérances. Iyanden était un charnier infesté de Tyranides, et chaque pas dans ses couloirs avait coûté aux Pillards Sorciers beaucoup de temps et de vies. Le prince n’avait jamais pris la décision délibérée de chercher le Sanctuaire d’Ulthanash, mais chacun de ses pas - chacune de ses batailles - après son atterrissage sur Iyanden l’avait rapproché de cette salle interdite. Les champs de force des portes d’albâtre, toujours fonctionnelles malgré les dégâts infligés par les Tyranides, s’écartèrent juste assez longtemps pour permettre à Yriel d’y accéder. Les salles crépusculaires que le prince traversait à présent étaient lourdes de poussière et d’histoire. Les statues des dieux tendaient les bras, comme pour soutenir le plafond en forme de dôme. Leurs yeux de pierre précieuse brillaient faiblement au passage du prince, témoignant silencieusement de ses pas. Des reliques datant d’avant la chute tapissaient les murs - calices et heaumes, régalia et armes - éphémères d’un empire disparu, protégés du passage des éons par des champs de stase de conception ancienne. Yriel passa devant chacun d’eux, attiré plus profondément dans le sanctuaire par une contrainte qu’il ne pouvait nommer, jusqu’à ce qu’il atteigne enfin sa destination : un berceau de Moelle Spectrale illuminé, dans lequel reposait la Lance du Crépuscule, jadis brandie par Ulthanash lui-même. A cet instant, Yriel sut enfin pourquoi il était venu, quel instinct l’avait guidé jusqu’ici.

« Pourquoi es-tu venu ici, Descendant d’Ulthanash ? »

La nouvelle venue était enveloppée par l’obscurité du sanctuaire, mais en s’avançant, Yriel eut l’impression d’un masque sombre et lisse sous un capuchon et d’images vacillantes qui se brouillaient et se répercutaient dans son sillage.

« Je cherche les moyens de délivrer Iyanden de cette infestation », répondit le prince.

Il ne voulait pas être défié ici, dans le sanctuaire de son ancêtre.

« C’est tout ce que tu cherches ? » répliqua Yriel d’un ton moqueur.

Yriel s’arrêta avant de répondre, mais il sentait que seule la vérité servirait.

« J’ai manqué à mes devoirs envers ceux que j’ai juré de protéger. Je voudrais me racheter, si cela est encore possible. »

« Alors prends l’arme de ton aïeul », répondit la silhouette. « Lui aussi a été égaré par l’orgueil, mais il a trouvé la rédemption dans la bataille. Ma réponse changerait-elle ta détermination ? »

« Non. »

« Alors, jeune prince, choisis ton destin. »

Prenant une décision, Yriel tendit la main, les champs de stase se séparant à son contact. Lorsque ses doigts se refermèrent sur l’arme, il sentit son pouvoir l’envahir. Il y avait aussi de la tristesse, un tremblement de l’âme, mais cela n’avait pas d’importance. La Lance du Crépuscule était à lui, et il était temps pour eux deux d’atteindre leur but.

Au lieu d’affronter l’Avatar en combat singulier, le Tyran des Ruches exhorta ses sbires à détruire le nouveau venu. Pas un, mais une douzaine de Carnifex tonitruants se ruèrent sur le demi-dieu. L’avatar gémissant abattit deux des bêtes d’un seul coup et en éventra une troisième, mais face à un tel assaut, même l’incarnation du Dieu aux mains sanglantes ne pouvait l’emporter. L’impact du quatrième Carnifex fit tomber l’Avatar de ses pieds, du sang en fusion suintant de sa carcasse de fer brisée. Avant que le dieu de la guerre ne puisse se relever, les autres brutes se rapprochèrent et le déchiquetèrent.

La chute de l’Avatar épuisa les dernières forces d’Iyanden, mais, dans un acte de loyauté qui redonna à Yriel son statut de héros, le Prince Corsaire et son peuple débarquèrent de leurs vaisseaux élégants pour renforcer les troupes terrestres qui vacillaient. Yriel lui-même mena la charge, et aucune des abominations de l’Esprit de la Ruche ne put se dresser devant lui, car il avait récupéré la Lance du Crépuscule, qui reposait dans le Sanctuaire d’Ulthanash. Il s’agissait d’une arme maudite de légende, susceptible de s’avérer aussi fatale à son porteur qu’à ses ennemis, mais l’heure était trop tardive pour qu’Yriel se préoccupe d’un quelconque danger personnel.

Le Tyran des Ruches s’élança à la rencontre du prince Aeldari, mais la force sauvage et la férocité de la créature ne firent pas le poids face aux puissantes énergies de la Lance du Crépuscule. D’un geste fluide, Yriel enfonça l’arme dans la gueule béante du monstre et la fit ressortir par l’arrière de son crâne chitineux. C’était un coup aussi parfait que tous ceux qui n’avaient jamais été portés. Dans un hurlement, le Tyran s’effondra et mourut aux pieds d’Yriel. Les derniers échos du cri de mort du monstre signalèrent la défaite de la horde extraterrestre. Leur conduit synaptique coupé, les Tyranides restants cessèrent d’attaquer en tant que vague unie et retournèrent à l’instinct. Dans ce battement de cœur, les chasseurs devinrent enfin les chassés, tandis que les Aeldaris qui avaient encore la force de rester debout s’élançaient vers l’avant pour réclamer vengeance pour les morts. Iyanden avait été sauvé.[34].

Le Prix de la Victoire

« Nous avons peut-être gagné la bataille, mais nos ancêtres ont perdu leur âme. »
- Prince Yriel

La victoire sur Iyanden ne fut pas éclatante, car si les défenseurs du Vaisseau-Monde avaient repoussé les envahisseurs, il n’en restait pratiquement plus aucun en vie pour en témoigner. Iyanden n’était plus qu’un vestige de sa gloire passée. Les quatre cinquièmes de la population gisaient, morts ou mourants, dans les salles marquées par les batailles - un coup terrible pour la race déclinante des Aeldaris. Parmi les morts se trouvait Kelmon Firesight, entouré des corps d’une douzaine de Tyranides déchiquetés par le feu psychique. Personne ne savait ce qu’il était advenu de Sylandri Veilwalker.

La gracieuse et majestueuse Flotte d’Iyanden n’était plus que l’ombre pitoyable de sa puissante stature d’antan, les restes explosés orbitant dans un silence de mort autour du vaisseau-monde brisé. Le paysage autrefois magnifique du Vaisseau-Monde était couvert de cadavres noircis de Tyranides. L’architecture ancienne était dévastée ; les minces tours de Moelle Spectrale et les magnifiques dômes de cristal gisaient, brisés, en miettes. Pire encore, les âmes contenues dans les pierres-esprits détruites par les Tyranides étaient perdues à jamais.

Pourtant, même dans l’obscurité, l’espoir demeure. Silvereye prit la place de Kelmon à la tête du conseil et supplia Yriel de rester. Iyanden avait besoin de tous ses fils et filles pour survivre. Yriel ne répondit pas tout de suite. Il sentait les énergies néfastes de la Lance du Crépuscule le traverser et savait qu’il avait changé son destin à jamais en prenant la lame. Mais Yriel savait aussi qu’il ne pouvait pas abandonner Iyanden une seconde fois. C’est ainsi que le Descendant de la Maison d’Ulthanash rentra enfin chez lui.[35].

Le Crépuscule d'Iyanden

« Bien que nous voyagions dans l’obscurité, nous nous dirigeons toujours vers la lumière. »
- Iyanna Arienal

Après le passage de la Flotte Kraken, les survivants d’Iyanden entamèrent le lent travail de reconstruction de leur foyer brisé. Ce qui fut jadis le plus peuplé des Vaisseaux-Mondes n’était plus qu’un mausolée en ruine, pratiquement à la dérive dans l’espace. Les morts étaient légion, les vivants peu nombreux et accablés de chagrin.

Iyanden était devenu un lieu étrange et inquiétant pour les Aeldaris survivants. Les morts étaient si nombreux que la Moelle Spectrale du Circuit d’Infinité s’était surchargée d’énergie psychique et s’était développée de manière incontrôlée. Dans les dômes et les passages où les combats avaient été les plus violents, des formes étranges s’extirpaient des murs et des sols, s’enroulant en spirale pour se fondre dans les pierres-esprits non réclamées. La Forêt du Silence, autrefois un dôme rempli de la flore de mondes depuis longtemps disparus, abritait désormais des arbres de cristal scintillants. La forteresse de la Lune rouge, dont les bastions en Moelle Spectrale avaient été déchirés par les Tyranides, renaissait sous la forme d’un sépulcre, où les statues de cristal de ceux qui avaient été tués pour la défendre gardaient à jamais les remparts. D’anciens palais vides, dont les Tyranides avaient mis fin à jamais à la lignée, ont été scellés, leurs portes refermées par la Moelle Spectrale.

Normalement, ce processus aurait été contrôlé par les Chanteurs de Moelle du Vaisseau Monde, mais ils étaient trop peu nombreux et les morts trop déterminés. Ces lieux étaient devenus des halles fantômes, coincés dans le crépuscule entre les plans spirituel et matériel. Au début, les vivants ont cherché à récupérer les halls fantômes, mais ils ont vite abandonné cette tentative. Pénétrer dans ces chambres ravagées, c’était risquer la folie ; le cristal qui s’y trouvait portait d’étranges reflets et des fragments de mémoire, les brises impossibles portaient l’écho de chants douloureux. En fin de compte, il était plus simple de céder les halls des fantômes aux esprits.

Les guerriers fantômes ne pouvaient plus se reposer, car leur force et leurs compétences étaient nécessaires pour reconstruire et défendre le Vaisseau-Monde. D’ailleurs, beaucoup ne le souhaitaient pas, car l’immersion partielle d’Iyanden dans le monde des esprits signifiait que leurs âmes de Garde Fantôme connaissaient une vivacité peu commune. Plutôt que de céder à l’étreinte du Circuit d’Infinité , les guerriers fantômes déjà réveillés se rassemblèrent dans les halls des fantômes, réoccupant les domaines familiaux d’autrefois, les esprits des morts affluant à travers les éperons enchevêtrés du Circuit d’Infinité pour rejoindre d’autres membres de leur espèce. Les Spirites sentirent rapidement ce changement dans le tissu éthéré de leur Vaisseau-Monde et s’enfoncèrent dans les halls des fantômes. Ils y découvrirent des Seigneurs Fantômes tenant une cour silencieuse parmi les ruines froides et inhabitées.

Craignant que le comportement étrange des guerriers fantômes ne soit encore plus profond, Taec Silvereye demanda aux Spirites d’Iyanden si les morts se battaient encore lorsqu’on les appelait. La réponse des Seigneurs Fantômes fut aussi immédiate que définitive. Les morts serviraient comme ils l’avaient toujours fait, mais ils avaient choisi de veiller aux côtés des vivants plutôt que de sommeiller dans le Circuit d’Infinité jusqu’à ce qu’ils soient réveillés. Conscient qu’une telle chose n’était possible que dans le vaisseau-monde crépusculaire qu’était devenu Iyanden, le Taec Silvereye invita les plus grands Seigneurs Fantômes à rejoindre le conseil d’Iyanden. La plupart refusèrent, mais quelques-uns comprirent la sagesse de la suggestion du Grand Prophète. Chaque Seigneurs Fantômes avait enfoui dans son esprit des connaissances acquises au cours de sa vie, en temps de guerre et de paix, et dont Iyanden aurait besoin pour survivre dans les temps à venir.[36].

Un Vaisseau-Monde Divisé

« Il est de notre devoir de ranimer les feux de l’espoir au sein de notre peuple, et non de nous quereller entre nous pour savoir qui insuffle la vie à la flamme. »
-Grand Prophète Taec Silvereye

L’assaut de Kraken n’avait pas seulement perturbé l’équilibre entre la vie et la mort, il avait aussi détruit l’unité d’Iyanden, et les Aeldaris qui restaient, vivants ou morts, s’étaient polarisés en deux factions. L’une d’entre elles, dont Yriel était la voix la plus forte, souhaitait poursuivre la guerre contre le Chaos. Ils ne croyaient plus que la puissance du Vaisseau-Monde était suffisante pour obtenir une victoire durable, mais ne désespéraient pas. L’autre groupe pensait que le Vaisseau-Monde pouvait renaître de ses cendres comme le phénix du mythe, et qu’il ne fallait pas gaspiller les forces du Vaisseau-Monde dans une croisade fataliste. Cette seconde faction était beaucoup plus petite, du moins au début, mais de nombreux individus influents, dont Iyanna Arienal, vinrent grossir ses rangs.

Il revint à Taec Silvereye, en tant que chef du conseil d’Iyanden, de maintenir la paix entre ces deux factions. Yriel reçut toutes les forces disponibles pour poursuivre ses campagnes, mais pas au point de laisser Iyanden sans protection ou d’empêcher Iyanna Arienal de poursuivre son objectif de redonner au Vaisseau-Monde sa grandeur. C’est ainsi que le Taec Silvereye maintint l’équilibre entre la vie et la mort. Cette solution ne satisfaisait aucune des deux factions, mais elle permettait à Iyanden de rester unie.[37].

Le Prince et le Voyant

La lutte contre le Chaos occupait désormais toute la vie d’Yriel, interrompue uniquement lorsque d’autres ennemis s’approchaient suffisamment pour menacer Iyanden. À maintes reprises, Yriel mena les armées et les Flottes du Vaisseau-Monde contre des forces bien plus nombreuses que celles d’Iyanden. Pour un autre Autarque, cela aurait pu conduire à un désastre, mais les jours d’insouciance d’Yriel étaient derrière lui, et il n’a jamais dépassé les limites. Pour ses partisans, Yriel était un héros, une main de Khaine qui s’étendait pour massacrer les ennemis du Vaisseau-Monde. Pour ses détracteurs, il était le plus grand danger auquel Iyanden était confronté. Des rumeurs racontaient que le prince ne dormait pas et ne mangeait plus, que la Lance du Crépuscule le maintenait en vie alors même qu’elle la lui volait lentement. On racontait qu’Yriel pouvait sentir la main de la mort sur son épaule, et que ce rappel constant le poussait à rechercher un héritage durable pour son peuple avant que la mort ne l’emporte.

Iyanna Arienal et ses disciples n’étaient pas moins actifs qu’Yriel. Ils avaient placé leurs espoirs dans une ancienne prophétie, celle du Phoenix Renaissant, qui parlait de la renaissance de la race Aeldari. Sur les conseils d’Iyanna, ils recherchèrent les Larmes de Morai-Heg, des fragments de pierre précieuse dotés d’une magie ancienne qui, selon les Spirites, permettraient à la renaissance de s’accomplir. Les Larmes avaient été perdues pendant des milliers d’années, et les disciples d’Iyanna cherchaient des indices sur leur localisation plus souvent qu’ils ne cherchaient les gemmes elles-mêmes. Cette quête mit les Aeldaris en contact avec des humains, des Orks et d’autres primitifs. Certains pouvaient être échangés, dans les rares occasions où Iyanna était capable de s’abaisser à traiter avec eux d’égal à égal. La plupart du temps, cependant, seule la menace ou l’application de la force permettait de faire aboutir les recherches. La récupération de la première Larme a laissé une douzaine de mondes en ruine, et les survivants craignent que les Aeldaris ne reviennent pour tuer ceux qui avaient survécu.

Iyanna Arienal, l’Ange d’Iyanden[38]

Dès son plus jeune âge, Iyanna, de la Maison Arienal, était destinée à la grandeur. Son âme brillait de mille feux, et c’est sans surprise qu’elle posa ses pieds sur la Voie de la Sorcière. C’était dans les années précédant l’attaque du Chaos sur Iyanden, lorsque la Maison Arienal était encore une puissance vivante et vibrante au sein du Vaisseau-Monde. Hélas, le destin ne fut pas tendre avec la Maison d’Arienal ; lorsque les feux de la torpille cyclonique de Kallorax s’éteignirent enfin, Iyanna était la dernière de sa famille à être encore en vie. Un autre aurait été rendu fou par une perte d’une telle soudaineté et d’une telle ampleur. Peut-être Iyanna le devint-elle aussi, car elle embrassa par la suite les devoirs d’une Spirite, et son esprit resta toujours dans le Circuit d’Infinité , en communion avec les membres de sa famille qu’elle avait perdus.

Lorsque Eldrad Ulthran lança un avertissement à Iyanden, il ne parla pas seulement du Grand Dévoreur. Il parla aussi de Kysaduras l’Anchorite, de ses prédictions selon lesquelles la seule chance d’expiation pour les Aeldaris résidait dans Ynnead, le Dieu des morts. Tout comme le Conseil d’Iyanden avait ignoré les avertissements d’Eldrad concernant les Tyranides, il avait rejeté ses propos sur Ynnead comme une fantaisie morbide, mais Iyanna ne l’avait pas fait. Pour elle, la prophétie de Kysaduras était la plus éblouissante vérité. L’avenir décrit par Eldrad était inévitable, estima Iyanna, et elle se jura de se préparer à son arrivée. Dans un moment d’illumination, Iyanna perçut une glorieuse apothéose, où les esprits des Aeldaris vivants ne feraient plus qu’un avec les morts. Le contrecoup psychique qui en résulterait tirerait Ynnead de son sommeil, croyait-elle ; Slaanesh connaîtrait enfin la défaite, et les Aeldaris survivraient dans l’étreinte du Circuit d’Infinité .

Lentement, l’équilibre des forces au sein d’Iyanden commença à se modifier. Les victoires d’Yriel coûtaient de plus en plus cher et n’apportaient que peu de bénéfices évidents. Celles d’Iyanna, en revanche, donnaient au peuple d’Iyanden un sentiment d’espoir et de progrès. Alors que chaque triomphe d’Yriel n’était qu’une nouvelle victoire coûteuse dans une guerre qui n’avait pas de fin perceptible, chaque Larme de Morai-Heg récupérée par Iyanna était un pas de plus vers l’accomplissement de la prophétie. En quelques années, la faction d’Iyanna Arienal devint si influente qu’elle éclipsa complètement celle d’Yriel. La Spirite pouvait désormais compter sur l’allégeance de la quasi-totalité des Guerriers Fantômes du Vaisseau-Monde et d’une bonne partie des vivants. Pourtant, Taec Silvereye gardait toujours sa neutralité et maintenait ainsi un équilibre (le plus souvent) harmonieux sur le Vaisseau-Monde.

De nombreux dangers se présentèrent à Iyanden à cette époque : les hordes de Démons de M’kar le Ressuscité et les Nécrons de la dynastie Sautekh, pour n’en citer que deux. Une flotte sectorielle impériale, dirigée par le Grand Commodore Rassoloth, ambitieux mais terriblement trop confiant, a même tenté de s’attaquer au Vaisseau-Monde. Tous ces adversaires, Yriel les a facilement éliminés. Hélas, chaque victoire était entachée d’une tragédie, car des pierres-esprits, des guerriers fantômes étaient détruites à chaque bataille, leurs âmes projetées dans le Warp pour être dévorées par Slaanesh. Pourtant, si les guerriers fantômes ne se battaient pas, leur Vaisseau-Monde serait détruit et le Circuit d’Infinité lui-même mourrait en même temps qu’eux. C’est pourquoi leur sacrifice était vraiment noble : mieux valait que quelques-uns marchent sciemment vers l’oubli plutôt que tous soient consumés.[39].

La Waaagh! de Kasspoing

Pendant tout ce temps, une seule menace a failli mettre fin à Iyanden : les forces de la Waaagh! de Kasspoing. Alors que le Vaisseau-Monde abordait le système d’Antellas, les runes avertirent Taec Silvereye que les planètes sur le chemin d’Iyanden étaient infestées d’Orks et que toute tentative de passage se solderait par un désastre. La retraite n’était pas non plus une option ; la flotte d’Iyanden avait déjà engagé plusieurs Kroizeurs, et il ne faisait aucun doute que les Orks connaissaient la présence du Vaisseau-Monde. Le seul espoir qui restait aux Aeldaris d’Iyanden était de déclencher une attaque préventive sur l’empire de Kasspoing.

Le fait qu’Yriel et Iyanna aient mis de côté leurs différences et accepté de travailler de concert en dit long sur l’ampleur de la menace Ork ; les besoins de la survie ont transcendé le caractère sacré de l’idéologie. Si Iyanna n’est pas allée jusqu’à placer ses partisans sous le commandement d’Yriel, elle leur a demandé d’offrir toute leur assistance au prince et a cessé de remettre en question son leadership en public. Il semble que la grande menace que représentaient les Orks ait rapproché les deux moitiés du peuple d’Iyanden d’une manière qu’aucune entreprise pacifique n’aurait jamais pu atteindre.[40].

La Bataille Pour Antellas Commence

Surpassant aisément la flotte Ork, Yriel lança une série d’attaques audacieuses sur les chantiers navals et les stations de combat délabrés en orbite autour d’Antellas Prime. Les défenses de la planète ainsi neutralisées, Iyanna Arienal a fait descendre ses propres forces à la surface, non pas pour mener une guerre conventionnelle, mais pour plonger les Orks dans le chaos. La plupart de ceux qui l’accompagnaient étaient des Soldats Fantômes, mais elle dirigeait également des guerriers qui connaissaient les techniques de la traque silencieuse : Chasseurs Écarlate, Araignées Spectrales, Scorpions Foudroyants et Rangers. Ils frappèrent depuis les forêts lugubres d’Antellas Prime, brandissant la terreur et l’ombre comme armes. Les patrouilles Ork étaient prises en embuscade et éliminées, les Boss de Guerre abattus de loin par les fusils longues portés des Rangers, ou de près par le tranchant d’une lame énergétique.

Rapidement, ces attaques ont semé le trouble parmi les Orks. Les Boyz de Kasspoing aimaient se battre autant que n’importe lequel d’entre eux, mais aucun Ork n’avait encore vu un Aeldari et n’avait survécu pour en parler, si bien que les rumeurs d’un ennemi surnaturel se répandirent rapidement. Kasspoing lui-même ne croyait pas à ces rumeurs, mais il était aussi pragmatique et ordonna donc que les forêts soient incendiées. Au cours de la semaine suivante, tous les Karboniseurs et Kramboy’z d’Antellas furent mis à contribution, et bientôt, les anciennes forêts s’embrasèrent. Les forces d’Iyanna n’avaient plus d’autre choix que de rester debout et de se battre.

Pendant ce temps, dans les ténèbres extérieures du système d’Antellas, Iyanden avait ses propres problèmes. Les attaques d’Yriel avaient paralysé ou détruit de nombreux vaisseaux Orks, et ceux qui restaient étaient trop éloignés pour constituer une menace pour Iyanden ou les forces Aeldaris sur Antellas. Malheureusement, c’est à ce moment-là qu’un énorme vaisseau émergea du Warp, presque directement au-dessus d’Iyanden. Il ne s’agissait pas d’un simple Kroizeur, mais d’une vaste carcasse spatiale, un Agglomérat tordu de vaisseaux, d’astéroïdes et d’épaves fusionnés par son séjour dans l’Immaterium, tous réutilisés selon le design Orkoïde.

Dans un premier temps, Taec Silvereye a craint qu’Iyanden n’ait été délibérément pris en embuscade, mais elle a rapidement estimé que les Orks auraient été incapables de guider leur monstrueux vaisseau avec suffisamment de précision. Il ne s’agissait pas d’un plan des Peaux Vertes, mais de la plus maudite des malchances. Il était probable que l’engin ait eu l’intention de rejoindre les forces de Kasspoing, ou qu’il s’agisse d’une arrivée très attendue de la même Waaagh! qui avait déferlé sur Antellas. Entre l’imprévisibilité inhérente au comportement des Orks et les tourbillons instables du Warp, il n’était pas étonnant que les runes n’aient donné aucun avertissement.

Pendant un moment, le Vaisseau-Monde et le Space-Hulk restèrent silencieux, mutuellement choqués par la présence de l’autre ; puis, comme à un signal préétabli, les batteries d’armes des deux vaisseaux s’allumèrent et les missiles fusèrent dans le vide. Un battement de cœur plus tard, la Flotte d’Yriel retournait en hurlant vers Iyanden. Il était prévu qu’il conduise ses forces à l’aide d’Iyanna une fois les vaisseaux orks repoussés, mais l’arrivée de la carcasse Ork avait tout changé. En temps normal, même une forteresse spatiale comme le Space-Hulk n’aurait eu que peu de chances face à un Vaisseau-Monde, mais Iyanden n’était plus que l’ombre de sa puissance passée. Heureusement, le prince avait laissé la moitié de ses vaisseaux spatiaux pour protéger le Vaisseau-Monde de toute menace invisible. Malheureusement, le vaisseau Ork était si gros et si bourré d’armements redondants et de systèmes de secours qu’il absorba la puissance de feu combinée d’Iyanden et de sa flotte d’escorte sans le moindre frémissement. Les torpilles d’abordage foncèrent sur Iyanden, déversant des milliers d’Orks dans les dômes de la Vaisseau-Monde. Taec Silvereye rassembla les forces de défense, dirigeant les efforts des guerriers fantômes restés à bord du vaisseau-Monde tandis que les Spirites s’efforçaient d’en réveiller d’autres du Circuit d’Infinité . Mais ce n’était pas suffisant. Les Orks étaient partout, et leur nombre écrasant balayait ce que leur force brute ne pouvait écraser.

Pendant ce temps, sur Antellas Prime, Iyanna Arienal avait une surprise à faire subir à la Waaagh! de Kasspoing. Alors que les Orks avançaient à travers les vestiges cendrés de la forêt et fonçaient sur son armée, elle envoya un signal télépathique dans les montagnes pour appeler ses Chasseurs Fantômes Conium dans la mêlée. Ces vaisseaux élégants avaient été cachés depuis qu’Iyanna était tombée pour la première fois sur Antellas Prime. Elle avait l’intention de les utiliser, ainsi que leurs armes dévoreuses d’âme, comme pierre angulaire d’une stratégie de terreur soigneusement élaborée, mais ils venaient à présent mettre en déroute la horde de Kasspoing.

Quatre-vingts chasseurs hurlèrent au-dessus des Orks qui chargeaient, le gémissement de leurs Faux à Distorsion étant facilement audible par-dessus les mugissements des Peaux Vertes. Puis, d’un seul coup, les mugissements cessèrent. Les Orks tombèrent sans vie sur le sol, leurs âmes brutales jetées dans le Warp affamé. Les Chariots de Guerre et les Motos s’immobilisèrent, leurs équipages affalés aux commandes. Rockets et obus fendaient le ciel tandis que les Orks survivants tentaient d’abattre les sinistres vaisseaux Aeldaris, mais le mal était fait ; la horde de Kasspoing avait été désorganisée par l’attaque des Chasseurs, et Iyanna lançait maintenant ses forces terrestres en avant pour profiter du désarroi. Ensanglanté mais invaincu, Kasspoing réclama des renforts et, dans tout Antellas Prime, les Téla-Tépulas des Mékanos s’animèrent et inondèrent la zone de combat de troupes fraîches. Alors que les renforts Orks commençaient à arriver, Iyanna regarda les forces qui se dressaient contre elle et sut qu’elle ne pourrait pas l’emporter.

Où était Yriel, se demanda-t-elle, maudissant silencieusement le prince pour avoir abandonné son ost de guerre.[41].

Yriel Frappe

Dans l’espace, la Flotte d’Yriel avait enfin rejoint la bataille pour Iyanden. Le prince fut brièvement tenté de faire débarquer ses guerriers et de les faire combattre à bord du Vaisseau-Monde comme ils l’avaient fait contre la Flotte-Ruche Kraken, mais il écarta rapidement cette idée. Le vaisseau Ork bombardait la coque extérieure d’Iyanden d’obus et de rokettes tout en lançant de nouvelles torpilles d’abordage sur le Vaisseau-Monde. Il n’y aurait pas de victoire tant qu’il ne serait pas détruit. En chargeant la moitié de ses vaisseaux d’intercepter et de détruire les torpilles d’abordage, Yriel mena les autres en vol à basse altitude sur la surface de la coque, faisant exploser les attaches qui reliaient les vaisseaux en ruine et les astéroïdes captifs qui formaient sa coque. Après une douzaine de vols de ce type, la coque commença à se disloquer, les débris se dispersant paresseusement dans l’espace sous l’effet de la force des explosions. Des milliers de corps de Peaux Vertes s’échappèrent dans l’espace tandis que la structure du vaisseau perdait son intégrité. Avec un sourire sinistre, Yriel retourna sa Flotte vers Iyanden.

Malgré les efforts de la Flotte, d’innombrables torpilles d’abordage avaient ouvert une brèche dans Iyanden, et les Orks s’étaient répandus loin à travers le Vaisseau-Monde. Les Peaux Vertes évitaient les salles infestés par des fantômes, car la clameur des voix spirituelles les mettait mal à l’aise, mais elles causaient beaucoup de dégâts ailleurs. Taec Silvereye avait reculé devant la horde, troquant la distance contre le temps nécessaire pour réveiller d’autres guerriers fantômes et les faire participer au combat, mais il n’avait finalement plus d’endroit où se replier. Alors que le Grand Prophète se préparait à ce qu’il savait être l’assaut final, le salut vint d’une source des plus improbables.

Sans crier gare, le portail de la Toile d’Iyanden s’embrasa et une force nouvelle et sinistre fit irruption sur le Vaisseau-Monde. Il s’agissait du Culte de la Main Ecorchée et de la Kabale Spectrale : les Aeldaris de la cruel Commorragh étaient venus à l’aide de leurs cousins. Comme un vent de lames, ils balayèrent les couloirs et les salles d’Iyanden, ne laissant dans leur sillage que des cadavres de Peaux Vertes mutilés. Voyant les Orks faiblir, sans en connaître la cause, Taec Silvereye poussa ses propres forces à avancer. Lorsque Yriel arriva, il ne restait plus un seul Ork en vie dans les couloirs d’Iyanden.

Quelques instants plus tard, la Flotte d’Yriel se remit en route, transportant cette fois des renforts vers Antellas Prime, où Iyanna Arienal était toujours assiégée. À la surprise générale, les Archontes Drukharis offrirent à nouveau leur aide, expliquant qu’ils trouvaient très amusant le maniement de la nécromancie par Iyanden et qu’ils seraient ravis d’en être les témoins. Dégoûté, mais incapable de refuser de l’aide, Yriel accepta de laisser monter ses sombres cousins à bord de ses vaisseaux.[42].

La Chute de Kasspoing

Yriel arriva à Antellas Prime pour découvrir une guerre chaotique et fragmentée en cours. Si Kasspoing avaient pu rassembler ses troupes en une seule masse, la force d’Iyanna aurait certainement été submergée. En l’état, les Téla-Tépulas Orks avaient craché les renforts de Kasspoing à travers tout le nord du continent. Ils avaient convergé, mais lentement, et les Aeldaris en avaient profité pour isoler et détruire les bandes dispersées. Les guerriers Aeldaris étaient plus rapides et bien plus agiles que les Orks, mais les Aeldaris avaient un autre avantage : les Guerriers Fantômes étaient infatigables et pouvaient continuer le combat longtemps après que leurs congénères en chair et en os se soient lassés. Néanmoins, les Aeldaris savaient qu’ils ne pourraient pas gagner ce combat sans l’aide du reste des troupes du Vaisseau-Monde. C’est pourquoi aucun des membres de l’ost n’a boudé son plaisir lorsque la Flotte d’Yriel s’est mise en orbite au-dessus de leur tête.

Les rapides Saccageurs des Drukharis furent les premiers à entrer dans la mêlée, leurs équipages riant à gorge déployée tandis que leurs fusils éclateurs faisaient des ravages parmi les Peaux Vertes. Des Succubes élancés jaillirent des ponts de leurs vaisseaux, impatients de s’exercer à leurs cruelles poursuites. Puis vinrent les Ravageurs, dont les lances sombres réduisaient Kamions et Tank à l’état de ruines fumantes. Enfin, les premiers Vampire Raiders d’Yriel se posèrent à côté de la position d’Iyanna Arienal, dégorgeant Gardiens, Guerriers Aspect et Garde Fantôme au cœur du combat. A leur tête se trouvait Yriel lui-même, la Lance du Crépuscule scintillant d’une lueur maléfique dans ses mains. Yriel n’avait rien à dire à Iyanna Arienal, ni elle à lui ; quelles que soient leurs différences, ils faisaient désormais face à un ennemi commun qui paierait cher les torts infligés à leur Vaisseau-Monde.

Et c’est ce qui arriva. Bien que le combat ait duré près de trois jours, à la fin, le pouvoir de la Waaagh! de Kasspoing avait été brisé à jamais. Kasspoing était mort, tué de la main d’Yriel lorsque le prince avait mené une charge téméraire au cœur de la marée verte. Yriel serait mort là aussi, écrasé sous les pieds gigantesques d’un Krabouilleur, si Iyanna Arienal n’avait pas eu la clairvoyance de charger deux Chevaliers Fantômes d’assurer la sécurité de l’amiral. Ils étaient peut-être rivaux, mais la Spirite savait qu’un Iyanden sans Yriel ne survivrait pas longtemps. Les lourds canons des chevaliers Fantômes immobilisèrent le Krabouilleur, de la fumée s’échappant de son blindage, et Yriel vécut pour se battre un jour de plus.

Le lieutenant de Kasspoing, Snakra, tenta de sauver la bataille en lançant des escadrons entiers de Dakkajets dans le combat. L’air était plein de grognements mécaniques tandis que les Fling's de gros calibre tiraient sur les positions des Aeldaris. Sans un mot, les Gardes Fantômes formèrent un mur de corps impénétrable autour des vivants et, bien que leurs puissantes carcasses se fracturaient et se brisaient sous les tirs des Fling’s d’la Mort, leur sacrifice permit d’épargner les vivants. Un instant plus tard, un boum sonique résonna dans la vallée ; des débris de Dakkajets s’étendirent dans le ciel tandis que les Chasseurs Stymphale réduisaient les chasseurs des Ork en ferraille.

Au bout du compte, et après bien des efforts, les Aeldaris dominaient un champ de bataille parsemé de cadavres mutilés. Tous les Orks n’avaient pas été tués. Certains s’étaient enfuis dans les collines, peut-être pour reprendre un jour Antellas. Yriel et Iyanna n’en avaient cure : la menace qui pesait sur Iyanden avait été vaincue. Ils ne se préoccupèrent pas non plus des centaines de Peaux Vertes en cage que les Drukharis avaient ramenés dans la toile en guise de « paiement pour services rendus ». Ces sauvages avaient défié la suprématie des Aeldaris, et ils allaient payer un lourd tribut dans le royaume obscur de Commorragh.[43].

Un Bref Répit

Avec la défaite des Orks de la Waaagh ! Kasspoing vaincus, les Aeldaris d’Iyanden connurent enfin quelques brèves années de paix relative. Il y avait encore des guerres et des batailles à mener, bien sûr, car la galaxie était toujours un foyer cruel, et la lance d’Yriel se retrouvait rarement au repos. Mais il ne s’agissait pas de conflits mettant en jeu la survie même d’Iyanden ; jamais depuis cette époque des étrangers n’ont foulé sans y être invités les couloirs sacrés du Vaisseau-Monde. Cette période de calme relatif permit aux Chanteurs de Moelle d’effectuer de nombreuses réparations ; à la fin du millénaire, grâce à leurs efforts constants, une grande partie du Vaisseau-Monde avait retrouvé sa splendeur. Dans un millier d’années supplémentaires, du moins selon les Chanteurs de Moelle, Iyanden serait peut-être reconstitué.

Malgré tout, Iyanna Arienal continuait à chercher à accomplir la prophétie du Phénix. La moitié des Larmes de Morai-Heg avait été découverte, c’est du moins ce qu’elle affirmait, bien qu’elle ne partageât aucun détail sur son objectif final, même avec ses plus proches partisans. Les rares fois où l’on pouvait la trouver à bord du Vaisseau-Monde, Iyanna était invariablement en train de communier avec Olari Dreamshaper, l’un des plus anciens Chanteurs de Moelle d’Iyanden. La rumeur veut qu’ils ne parlent que du circuit d’infini du Vaisseau-Monde, bien qu’aucun d’entre eux n’en connaisse la raison.[44].

Émissaires des Morts[45]

Les Chevaliers Fantômes sont indispensables à la survie de toute Vaisseau-Monde. Non seulement ils comptent parmi les guerriers les plus redoutables que les Aeldaris puissent mettre en œuvre, mais ce sont eux qui récupèrent les Pierres-Esprits dans l’horreur métaphysique des Mondes Déchus, assurant ainsi la survie des âmes des Aeldari.

Sur Iyanden, les Chevaliers Fantômes sont encore plus étroitement liés à la survie du Vaisseau-Monde, car ce sont eux qui servent d’émissaires entre les vivants et les morts. Cela n’est possible que grâce au lien psychique qui unit les pilotes jumeaux de chaque Chevalier Fantôme. Même une fois liés au corps d’un guerrier fantôme, les morts partagent peu de points de référence avec les vivants. À moins qu’un Spirites ne soit présent - ce qui n’est que trop souvent le cas, surtout pendant les batailles - la communication entre les morts et les vivants peut être comparée à celle entre un aveugle et un sourd : les progrès sont lents, dans le meilleur des cas, et souvent d’une imprécision exaspérante. Seuls les pilotes d’un Chevalier Fantôme sont à l’abri de cette confusion. Une âme commune permet à chaque jumeau de communiquer à tout moment dans des termes compréhensibles par l’autre. Bien que cela permette rarement au pilote vivant de communiquer directement avec les morts, ou au pilote fantôme de parler d’égal à égal avec les vivants, cela leur permet de traduire les pulsions oniriques des guerriers fantômes en quelque chose que les âmes plus vives des Aeldari vivants peuvent comprendre, et vice-versa.

C’est ainsi que les Chevaliers Fantômes servent de nœuds de commandement secondaires dans les armées d’Iyanden, en particulier lorsque des stratégies complexes sont employées et qu’une perte soudaine de coordination entre les vivants et les morts serait désastreuse.

L’héritage du Kraken

Une décision désespérée du passé est revenue hanter Iyanden. Après la bataille contre la Flotte Ruche Kraken, les Grands Prophètes du Vaisseau-Monde avaient créé une Tempête Warp artificielle pour bloquer la poursuite des Tyranides. Des centaines de Bio-vaisseaux avaient plongé dans cette tempête d’un autre monde, et les Aeldaris pensaient qu’ils avaient tous été détruits, ou du moins bannis là où ils ne pourraient pas causer de dommages immédiats.

Hélas, ce n’était pas le cas. Prévenus par les prophéties du Taec Silvereye, les Aeldaris d’Iyanden apprirent que les tourbillons capricieux du Warp avaient ramené la vrille de la Flotte-Ruche Kraken dans l’espace réel. Pire encore, les Bio-vaisseaux étaient réapparus près de Dûriel - un monde connu de l’Imperium sous le nom de Valedor - directement sur le chemin de la Flotte-Ruche Léviathan. Les deux Flottes ne pouvaient pas être combinées, de peur qu’une souche de Tyranides d’une puissance inarrêtable n’émerge et ne menace à nouveau l’Iyanden. Les Tyranides devaient être arrêtés, et ils devaient l’être à Dûriel.

Iyanden savait que ses forces étaient trop éloignées pour atteindre Dûriel à temps, et trop peu nombreuses pour garantir la victoire, mais elle n’aurait pas besoin de rester seule. Biel-Tan ne tarda pas à promettre son aide, et même la parenté sombre de Commorragh accepta de se joindre au combat. En fait, ce furent les Drukharis qui apportèrent une solution : un dispositif à déclenchement psychique capable de faire jaillir le noyau en fusion de la planète dans une fureur cataclysmique, détruisant Dûriel et tous les Tyranides qui s’y trouvaient. Ce dispositif était connu sous le nom de Cœur de feu, mais il ne pouvait pas être déclenché à distance. Dûriel pouvait être détruit, mais les Spirites qui allaient activer le Cœur de feu devaient périr en même temps que lui.[46].

La Mort Rouge de Dûriel

Dûriel devint un Creuset de Guerre alors que les Aeldaris se battaient pour empêcher la fusion des Flottes Ruches Kraken et Léviathan. Biel-Tan arriva en premier sur Dûriel et supporta donc le fardeau des premiers combats, mais les forces d’Iyanden découvrirent bientôt que leurs propres batailles commençaient avant même qu’elles n’atteignent leur destination. L’impensable s’était produit : les Tyranides avaient ouvert une brèche dans la Toile.

Alors que l’avant-garde d’Iyanden confirmait que la porte de la passerelle de Dûriel avait été compromise, Taec Silvereye ordonna aux Guerriers Fantômes du Vaisseau-Monde de mener la contre-attaque. Un mur de Moelle Spectrale implacables bloquait les tunnels lumineux de la Toile, une barrière que seules les plus puissantes bio-abominations pouvaient franchir. Les Canons Solaires et les Faux à Distorsion s’enflammèrent, et l’infestation Tyranide s’arrêta. C’est alors que l’Avatar d’Iyanden, renaissant dans la rage et le feu, entra dans la bataille. Alors que le géant en fusion plongeait dans les lignes tyranides, la gloire de Khaine balaya les Gardiens et les Guerriers Fantômes qui venaient dans son sillage. Les Tyranides qui n’avaient pas été abattus ou déchiquetés par des Shurikens furent piétinés par les Aeldaris d’Iyanden qui se frayèrent un chemin à travers le portail de la Toile jusqu’à la surface de Dûriel.

À leur arrivée, ils découvrirent que la bataille finale pour Dûriel était bien engagée au sommet de la montagne connue sous le nom du « Pic des Dieux ». Tandis que les Grand Prophètes de Biel-Tan soumettaient le Cœur de Feu à leur volonté, les armées combinées d’Aeldaris et de Drukharis se battaient pour maintenir les essaims de Tyranides à distance. L’air résonnait de rugissements extraterrestres et du sifflement des tirs de shuriken. À maintes reprises, les Tyranides se jetèrent sur les positions des Aeldaris, la volonté impitoyable de l’Esprit de la Ruche cherchant toujours une faiblesse à exploiter.

Ils n’en trouvèrent pas. Les Aeldaris se battirent jusqu’au bout alors que la planète se désagrégeait sous leurs pieds. Taec Silvereye y périt, guidant la Garde Fantôme de la Maison Illumenwë qui repoussa les essaims tyranides suffisamment longtemps pour permettre aux Aeldari restants de s’échapper. Dans les cieux, Yriel dirigea la flotte Iyanden contre les Bio-vaisseaux de la Ruche Kraken, mettant à profit son expérience durement acquise pour détruire jusqu’au dernier ses vaisseaux obscènes. Au dernier moment, il semblait que l’Esprit de la Ruche pourrait gagner sa récompense, que les précieuses bio-informations encodées dans les essaims Kraken pourraient être récupérées par la Flotte Ruche Léviathan, mais une attaque de dernière minute des chasseurs Drukharis retarda la réabsorption suffisamment longtemps pour permettre au Cœur de Feu d’achever son œuvre cataclysmique. Bien que de nombreuses vies aient été perdues, l’union des Flottes-Ruches avait été empêchée. Iyanden était à nouveau en sécurité.[47].

La Fin des Temps Approche

Bien qu’Iyanden ait perdu relativement peu de ses guerriers lors de la défaite des deux Flottes-Ruches, les pertes qu’elle avait subies étaient difficiles à supporter. Nombre de ses Grand Prophètes avaient péri au cours de la bataille cruciale du Pic des Dieux, dont Taec Silvereye, et l’absence de leur sagesse nuirait grandement au Vaisseau-Monde à l’avenir. Beaucoup pensaient également qu’Iyanna Arienal avait été tuée. Elle avait toujours été aux côtés de Taec Silvereye pendant la bataille, et la plupart des gens pensaient que le destin du Grand Prophète était aussi le sien. Mais cette crainte n’était pas fondée, car Iyanna fut rapidement découverte parmi les blessés. Elle avait essayé de rester aux côtés de Taec, elle avait insistée, mais le Grand Prophète lui avait ordonné de partir et de poursuivre son travail.

Yriel, quant à lui, était fatigué jusqu’à la moelle. Il sentait que Dûriel avait été sa dernière bataille et que la Lance du Crépuscule avait brûlé tout ce qui restait de son âme. Pendant près de dix ans, il avait combattu les ennemis de son Vaisseau-Monde sans repos et sans amis - tout ce qui lui restait d’espoir ne concernait pas son propre destin, mais celui de ses proches.

Dans les profondeurs de la nuit, Yriel retourna au Sanctuaire d’Ulthanash, d’où il avait pris la Lance du Crépuscule il y a bien longtemps. Il ne fit pas d’adieux et ne parla pas de son but, mais traversa les salles du Vaisseau-Monde comme dans un rêve. Personne ne remarqua son passage. Le prince se trouva bientôt dans le sanctuaire, devant le reliquaire où reposait la lance du Crépuscule. Il inclina la tête, avec l’intention de rendre l’arme à son repos légitime, même si cet acte lui coûterait la vie. Après avoir murmuré une dernière prière à Asuryan, il commença à abaisser la Lance du Crépuscule dans son berceau, mais s’arrêta lorsqu’il sentit une main se poser sur la sienne. Yriel leva les yeux et découvrit le masque lisse et sombre de la Prophétesse des Ombres, Sylandri Veilwalker, qu’il n’avait pas vu depuis qu’il avait pris la lance pour la première fois.

La Prophétesse des Ombres expliqua au prince que sa tâche n’était pas encore terminé, que la nuit tombait sur la galaxie, mais que l’aube offrirait la possibilité de restaurer l’empire. Tandis qu’Yriel écoutait, les murs du sanctuaire scintillaient d’images vibrantes de mondes en feu, de Démons lâchés parmi les étoiles et de Dieux Aeldari renouant avec la gloire. Yriel sentit son âme reprendre de la force, mais il ne savait pas si c’était les mots de la Prophétesse des Ombres, son toucher ou les images qu’il voyait, qui avaient provoqué ce changement. Yriel ramena la Lance du Crépuscule à son côté et se tint debout, plus grand qu’il ne l’avait été depuis de nombreuses années. A cet instant, il comprit qu’il avait encore de nombreuses batailles à mener - il n’était pas encore temps pour son âme de connaître la paix. Les illusions de Veilwalker s’estompèrent et elle fit signe à Yriel de la suivre dans les ombres du sanctuaire. Resserrant sa prise sur la Lance du Crépuscule, Yriel la suivit. Il fallut attendre longtemps avant de le revoir dans cette partie de la galaxie. Pendant ce temps, l’histoire du Vaisseau-Monde d’Iyanden se poursuit, mais jusqu’à quelle destination, même les dieux ne peuvent le dire.

Iyanna Arienal se tenait seule dans le Sanctuaire d’Asuryan, perdue dans sa contemplation. Personne n’avait vu Yriel depuis plus d’un mois, et les écheveaux de son destin étaient si enchevêtrés qu’aucun des Grand Prophètes du Vaisseau-Monde n’avait pu deviner ce qui lui était arrivé. Iyanna ne regrettait pas vraiment l’absence d’Yriel - il se serait opposé à ses plans s’il les avait vraiment perçus - mais elle ne pouvait nier que sa perte diminuait Iyanden et sa propre race. Le Feu de la Création, au cœur de la chambre, était resté froid et inerte depuis l’attaque insolente de Kallorax, il y a des décennies. Le sanctuaire portait encore les cicatrices de ce jour, et de l’invasion Tyranide qui avait suivi. La Spirite se demanda si son destin désolé n’était pas une métaphore de celui du peuple d’Iyanden.

« Bien sûr que oui, » se rassura-t-elle.

Seule l’étreinte d’Ynnead offrait un espoir de salut. Les anciens dieux étaient morts, la froideur de la chambre en était la preuve. Après avoir jeté un dernier coup d’œil à la chambre, Iyanna se tourna pour partir ; il ne restait plus qu’une seule Larme de Morai-Heg, mais il y avait encore beaucoup à faire si l’on voulait contrecarrer Celle qui a soif. Derrière elle, sans qu’elle s’en aperçoive, le Feu de la Création se mit à scintiller d’une vie soudaine et brillante.[48].

Le Sort d'Iyanden depuis le Dathedian

Le Vaisseau-Monde assiégé d’Iyanden avait failli voir sa flamme étouffée. Alors que la menace du Chaos s’amplifiait, sa situation devint encore plus précaire. En les Ynnari, le Vaisseau-Monde vit une dernière chance de changer le cours de son destin.

Le temps pressait pour le Vaisseau-Monde Iyanden. Depuis des temps immémoriaux, il avait résisté à de terribles attaques lancées par des armadas du Chaos, à des assauts de Seigneurs de Guerre Orks, et à l’incursion d’une vrille majeure de la Flotte-Ruche Kraken. Puis N’Kisha était arrivé. Alors que l’obscurité empyréenne de la Noctis Aeterna menaçait d’engloutir la galaxie, ce Gardien des Secrets avide se servit de son énergie capable de ployer la réalité pour se frayer un chemin à travers l’un des précieux bio-dômes d’Iyanden. Les Asuryanis virent, stupéfaits, une entaille luisante d’une centaine de mètres fendre la trame de la réalité parmi les magnifiques clairières du dôme, et répandre la folie du Warp. Des Équarrisseurs et des meutes de Chiens de Khorne en surgirent pour traquer les Aeldaris hurlants au milieu des arbres tel du gibier. Des Démons Majeurs de Nurgle traversèrent les bois cultivés avec amour en gloussant bruyamment tandis que la pourriture se répandait de leurs corps dans toutes les directions et que des vagues de Portepestes pataugeaient dans la bouillie créée sous leurs pas. Des Démons de Slaanesh affrontaient des escouades de Gardiens, de Guerriers Aspects et de Chevaliers Fantômes en un effroyable ballet et gobaient leurs pierres spirituelles telles des friandises, tandis que des Disques et des Hurleurs de Tzeentch fendaient l’air, leurs cavaliers faisant pleuvoir le feu sur leurs alliés comme leurs ennemis.

Un bio-dôme tomba, puis un autre, avant que les Démons n’investissent les dédales du Vaisseau-Monde pour tout saccager. Les Autarques et Prophètes d’Iyanden ripostèrent avec toute l’énergie du désespoir et déployèrent des phalanges de Soldats Fantômes pour empêcher le flot de folie d’engloutir leur Vaisseau-Monde. Mais ils savaient que la bataille était perdue d’avance, car l’effectif Aeldari, déjà étiolé, n’était pas suffisant pour endiguer le raz de marée. Ce fut le don de vision de leurs cousins qui sauva Iyanden du désastre ; alors que tout semblait perdu, une coalition d’Arlequins et d’osts de guerre issue d’une mi-douzaine de Vaisseaux-Mondes plongea dans la mêlée. Ils avaient bravé les horreurs de la Noctis Aeterna - et en avaient payé le prix - pour voler à l’aide d’Iyanden à la dernière minute. Les forces Aeldaris furent alors capables de contenir l’infestation démoniaque puis de l’éradiquer, salle après salle, coursive après coursive. Un conclave de Prophètes parvint à refermer la faille Warp, et, privés de la source de leur puissance, les Démons disparurent. Cependant, l’heure n’était pas aux réjouissances, car Iyanden avait été forcé de dépendre d’autrui pour assurer sa survie, et les forces Aeldaris alliées se séparèrent non sans amertume et un sentiment de rancœur mutuel.

Lorsqu’Yvraine apporta le credo des Ynnari à Iyanden, elle se vit rejetée. Cependant, lorsqu’un assaut naval de Nurgle suivit son arrivée, Yvraine invoqua ses anciens alliés Corsaires et parvint à repousser l’invasion du Chaos. Le Prince Yriel en profita pour mener une action d’abordage contre le Spawn of Oghanothir, vaisseau amiral du Prince Démon Gara’gugulgor, et frappa avec tant d’aplomb qu’il pénétra jusqu’au cœur du navire. Plongeant la Lance du Crépuscule dans l’enginarium du vaisseau, il détruisit de l’intérieur le vaisseau doté d’une semi-conscience. Mais Gara’gugulgor riposta en le frappant violemment à l’aide d’une poutre et le tua sur le coup. Le corps d’Yriel fut retrouvé et rapatrié à Iyanden. Par bonheur, l’Ange d’Iyanden, Iyanna Arienal, reconnut les vertus du credo d’Yvraine et la laissa pénétrer dans le mausolée d’Yriel. Là-bas, la prêtresse éradiqua la maladie. Grâce à l’énergie de la mort, elle ressuscita le prince par la puissance de la renaissance. Une fois de plus, Iyanden avait été contraint de s’appuyer sur d’autres pour assurer son salut, mais cette fois, les sauveurs apportèrent la preuve et la promesse d’une solution à ce problème.

Le débat fit rage parmi les Spirites du Vaisseau-Monde au lendemain de l’action d’Yvraine. Beaucoup prétendirent que si les Ynnari avaient le pouvoir de la renaissance et comptaient autant de Drukharis que d’Asuryanis, leur maîtrise du corps et de l’âme pourrait suffire à traverser sans encombre la rivière de la mort et réapparaître dans une nouvelle vie sur l’autre rive, le tout en évitant Slaanesh. Un plan ambitieux se dessina parmi le conseil des anciens, même si d’autres le considérèrent comme une pure folie. L’hypothèse défendue par Iyanna Arienal reposait sur le fait que les Asuryanis disposaient déjà d’un sanctuaire sous la forme de leur Circuit d’Infinité. S’ils mobilisaient suffisamment de Soldats Fantômes pour le protéger, le Vaisseau-Monde tout entier ne pourrait-il franchir le seuil de la mort? Et si un seul y parvenait, les autres pourraient-ils le suivre ? Iyanna Arienal affirmait que les Drukharis avaient le moyen de remodeler des corps à partir de morceaux de chair morte, et qu’une fois le danger passé, les âmes Aeldaris pourraient se réincarner en ayant trompé Slaanesh et renforcé Ynnead au passage. Ils pourraient rebâtir leur société, libérés de la malédiction spirituelle qui les avaient hantés pendant dix millénaires.

C’était une théorie solide, mais si elle se révélait erronée, elle pourrait voir les Vaisseaux-Mondes imploser. Si les Ynnari n’étaient pas là pour absorber leurs essences spirituelles, ils offriraient à Slaanesh un festin d’âmes semblable à nul autre depuis l’époque de la Chute.

Pendant longtemps, le Dôme des Prophètes de Cristal résonna de débats houleux sans qu’aucune faction ne cède. Loin au-delà du bio-dôme, un cercle d’émeraude étincelant se mit à grossir. Le Vaisseau-Monde approchait de la planète Iathglas, théâtre d’une grande convergence de destins. C’était là qu’Iyanden allait combattre en tant que champion de la mort.

Le réveil d’Ynnead a suscité une grande agitation parmi les Vaisseaux-Mondes, et Iyanden reste le plus grand soutien à la cause des Ynnari. Dans tous les cas, l’histoire terrible d’Iyanden a formé un lien indéfectible entre son peuple et ses morts, si bien que le message des Ynnari a été facilement accepté.

Les Salles des Fantômes

« L’univers est tripartite : la lumière du plan matériel, l’obscurité du plan spirituel et le crépuscule des espaces entre les deux.»
-Iyanna Arienal, Spirite

Pour la plupart des Vaisseaux-Mondes, les guerriers fantômes constituent la dernière ligne de défense, réveillés avec parcimonie et rarement en grand nombre. En Iyanden, où la frontière entre le monde des vivants et celui des morts est particulièrement ténue, les guerriers fantômes sont si nombreux et si actifs qu’ils ont volontairement pris en charge le fardeau des guerres du Vaisseau-Monde. C’est ainsi que les Gardes Fantômes, les Armes Spectrales et les Seigneurs Fantômes ont pris en charge les tâches autrefois dévolues aux Gardiens et aux Guerriers Aspects, écrasant par leur endurance et leur implacabilité les ennemis qui auraient autrefois été vaincus par l’habileté et la grâce. Tout comme les Soldats Fantômes d’Iyanden vivent dans les salles fantômes en ruine et silencieuses qui étaient autrefois les dômes ancestraux de leurs familles, ils se battent ensemble sur le champ de bataille. Ils portent les couleurs de leur Vaisseau-Monde et l’iconographie de leurs maisons - pour les Aeldari d’Iyanden, l’importance de la lignée transcende même la mort.

Il est rare, mais pas inouï, que des guerriers fantômes de maisons différentes se battent ensemble. Ce qui reste de l’âme d’un Aeldari après la mort est donné à des personnalités extrêmes - seuls les traits de caractère et les obsessions les plus forts survivent à la transition de l’être vivant à l’esprit En faisant combattre les guerriers fantômes des grandes maisons aux côtés de leurs proches, les Spirites garantissent que ces forces divergentes sont liées par un but commun qui transcende les désirs oniriques des morts.[49].

La Maison De Varinash

Fiers dans la vie, fiers dans la mort - c’est ce que les autres Aeldaris disent de la Maison de Varinash, car ses descendants ont toujours été réticents à partager avec d’autres le fardeau du devoir et de l’honneur. Varinash était si grande et si peuplée qu’à son apogée, elle régnait sur de nombreux sanctuaires d’Aspect et pouvait aligner des armées d’une taille impressionnante sans l’aide ou le consentement d’autres maisons. Aujourd’hui, seules quelques centaines de ses membres vivent encore dans le monde des vivants. Ceux qui restent ont consacré leur vie au service de leurs ancêtres, s’assurant qu’ils sont toujours prêts pour la guerre.[50].

La Maison De Divinesh

Les Guerriers Fantômes de la Maison de Divinesh sont des isolationnistes et sortent rarement de leurs salles fantômes, sauf en cas de grand besoin. Le reste du temps, les Titans Fantômes se réunissent dans les salles obscures où les anciens de Divinesh tenaient autrefois conseil, cherchant toujours à percer le voile de l’avenir. Personne ne sait ce qu’ils cherchent, car aucun membre de la Maison de Divinesh ne veut en parler. Néanmoins, des rumeurs circulent selon lesquelles les pierres de divinations dispersent les âmes de leurs guerriers fantômes, et les autres Aeldaris se demandent quel péril peut bien être si terrible pour qu’il nécessite un tel sacrifice.[51].

La Maison D’Arienal

La Maison d’Arienal a été pratiquement détruite lors de la bataille de la Lune ardente. La plupart d’entre eux n’étaient même pas présents lors du conflit, mais ont péri lorsque la torpille cyclonique de Kallorax a frappé Iyanden. Le chagrin psychique engendré à ce moment-là s’est répandu dans le Warp, submergeant les survivants d’Arienal. Dans toute la flotte d’Yriel, les Guerriers Aspects, les timoniers et les membres d’équipage s’effondrèrent comme des marionnettes dont on aurait coupé les fils ; leurs âmes s’enfuirent dans leurs Pierres Spirituels. Seule une fille de la Maison d’Arienal est encore en vie, et personne ne peut dire comment elle a évité d’être rendue folle par le chagrin.[52].

La Maison de la Vaillance

De leur vivant, les guerriers de la Maison de la Vaillance étaient au premier rang des plus grands ost d’Iyanden, et la mort n’y a rien changé. Ils sont parmi les premiers à se rassembler lorsque la guerre les appelle, répondant solennellement à une convocation invisible, souvent avant que les vivants ne soient conscients du danger. La Maison de la Vaillance n’a plus de descendants parmi les vivants, car le dernier de leur lignée a été tué lors de l’attaque de la Flotte-Ruche Kraken. C’est ainsi que les guerriers fantômes ont silencieusement adopté tous les Aeldaris comme de proches parents et qu’ils donnent librement leur force et leur âme lorsque le Vaisseau-Monde est menacé.[53].

La Maison Delgari

Il existe peu d’endroits sur Iyanden aussi désolés et tristes que les salles fantômes de la Maison Delgari. Les Delgari, qui n’ont jamais été une grande lignée, ont connu plus que leur part de tragédies ; aujourd’hui, même leurs Guerriers Fantômes sont de moins en moins nombreux. Chaque année, de plus en plus de Garde Fantôme sombrent dans le sommeil sans repos de la mort, abandonnant leur fière tâche à l’ennui et à la tristesse. Les Delgari encore en vie regardent avec horreur leurs ancêtres s’enfoncer dans le vide et s’efforcent de trouver un moyen de retrouver l’espoir avant qu’il ne soit trop tard.[54].

La Maison de Haladesh

De toutes les grandes lignées d’Iyanden, la Maison d’Haladesh est celle qui a le moins souffert des tragédies du Vaisseau-Monde. Un destin aussi capricieux aurait peut-être engendré de mauvais sentiments entre Haladesh et les autres maisons, si ses fils et ses filles ne s’étaient pas lancés dans la guerre de manière irréprochable et désintéressée. Kelmon Firesight, autrefois chef du conseil d’Iyanden, était un fils de Haladesh, et l’on dit qu’il arpente encore les halls fantômes de sa famille, rongé par le regret de ses échecs dans la vie mortelle.[55].


Runes d’Esprit[56]

Chaque guerrier fantôme porte une rune spirituelle quelque part sur son corps robotique. Il existe des centaines de ces symboles, chacun avec ses propres subtilités de signification et d’inflexion. Le guerrier fantôme ne choisit pas lui-même la rune qu’il porte, mais le symbole est sélectionné par un Spirite lorsqu’il ou elle réveille l’âme du pilote du Circuit d’Infinité . Chaque rune est choisie pour refléter la perception qu’a le Spirite de l’âme contenue dans la machine, afin que les autres Aeldaris puissent savoir d’un coup d’œil quels souvenirs ou émotions persistants animent le Guerrier Fantôme - plus la rune est complexe, plus les désirs de l’âme qu’elle renferme sont complexes.

La Maison d’Ulthanash

Comme il sied à une lignée issue de l’un des plus grands héros, la Maison d’Ulthanash est une lignée fière, au parcours glorieux. Mais elle a aussi appris l’humilité au cours des dernières années. Pendant trop longtemps, les fils et les filles d’Ulthanash ont méprisé le prince Yriel, le rejetant en raison de sa nature de sang-mêlé. Ce n’est que lorsque le descendant exilé est devenu le sauveur d’Iyanden que ses proches, vivants et morts, ont reconnu la folie de leurs préjugés. Aujourd’hui, seuls les plus têtus des ancêtres d’Ulthanash ne se sont pas entièrement ralliés à la cause d’Yriel - les autres ont volontiers mis de côté leurs vieilles réticences au nom de la survie.[57]

L'Ascension et la Chute d'Iyanden
  • Le voyage commence

Iyanden est l’un des premiers Vaisseaux-Mondes à échapper à l’empire Aeldari en pleine déliquescence.[58]

  • La chute des Aeldaris

L’empire Aeldari se déchire lorsque Slaanesh naît de leurs dépravations.[59]

  • Le Salut de l’Âme

Mehlendri Silversoul s’aventure dans le monde des cendres de Falladon et revient en Iyanden avec les premières pierres de chemin. Pendant les trois siècles suivants, elle travaille avec les Chanteurs de Moelle à l’adaptation du Circuit d’Infinité . À la fin, Mehlendri se rend compte qu’une âme doit être donnée en offrande pour éveiller le Circuit d’Infinité , et elle se sacrifie donc. La légende raconte que son esprit s’attarde ensuite à la frontière entre le monde des morts et celui des vivants, accueillant les nouveaux morts dans l’étreinte du Circuit d’Infinité .[60]

  • Une Alliance s’Estompe

Le Vaisseau-Monde Biel-Tan entame une guerre sanglante pour reprendre le Monde Vierge de Rasilena aux humains qui l’envahissent. Iyanden, jugeant que la reconquête de Rasilena n’apporte rien à la guerre contre le Chaos, refuse d’envoyer de l’aide, même lorsque deux flottes sectorielles entières et dix chapitres de Space Marines se joignent au combat. Biel-Tan émerge finalement ensanglanter, mais victorieux. Par la suite, les deux Vaisseaux-Mondes perdent rapidement leur unité d’objectif, chacun supposant que l’autre n’est pas engagé dans leur alliance.[61]

  • La Purification de Menimshemash

Les armées d’Iyanden s’abattent sur le monde de Menimshemash, infesté de Démons. Autrefois fierté des Exodites, la planète est désormais envahie par les immondes serviteurs de Tzeentch, et son esprit est corrompu par le labyrinthe d’un autre monde, celui du Grand Trompeur. L’ampleur de la menace est telle que les Guerriers Fantômes d’Iyanden sont réveillés et reçoivent l’ordre de défendre les Spirites et les Chanteurs de Moelle qui tentent de libérer l’esprit du monde de l’infestation contre nature. Les Démons, sentant ce que les Aeldaris tentent de faire, contre-attaquent immédiatement. Les Gardes Fantômes forment un mur de corps non vivants autour des Spirites, ce qui leur permet de gagner du temps pour purger la source principale de l’infestation, mais la bataille ne sera gagnée que lorsque les âmes des Exodites piégées dans l’esprit du monde contaminé se joindront au combat. Par la suite, les esprits Exodites restants sont transférés en toute sécurité et avec respect dans le Circuit d’Infinité d’Iyanden.[62]

  • Un Empereur Déchu

Les Aeldaris d’Iyanden entrent en guerre contre l’Empire de l’Anarchie de l’Ange déchu Zhemon.[63]

  • Vengeance pour Lilarsus

Le Mondes Vierge de Lilarsus est détruit par les forces d’expansion T’au. Cela provoque une réponse sanglante de la part d’Iyanden, et la colonie du sept Ke’lshan, Ka’mais, est réduite à l’état de ruines lors des représailles. La contre-attaque T’au, bien que lente à se mobiliser, est déterminée et bien coordonnée, et les extraterrestres récupèrent les débris de plusieurs Garde Fantôme alors que les Aeldaris se retirent. Les scientifiques de la Caste de la Terre sont fascinés par leurs prises, pensant qu’il s’agit d’une version plus sophistiquée de leurs propres Exo-Armures de combat. Cependant, les secrets de la Moelle Spectrale se révèlent bien plus difficiles à percer pour les T’au, et l’épave est rapidement récupérée lorsque les Aeldaris reviennent en force.

Malgré la supériorité innée des Aeldaris, les T’au se révèlent incroyablement tenaces, et le conflit se poursuit pendant plusieurs semaines, jusqu’à ce que les deux camps découvrent que leurs actions sont manipulées par l’Archonte Drukhari Andross Klax. Les Aeldaris d’Iyanden se désengagent, et les T’au tendent la main de l’amitié, espérant apprendre les secrets technologiques de leurs récents ennemis. Le Conseil d’Iyanden ignore catégoriquement l’offre des primitifs et s’efforce de faire payer à Klax le carnage inutile qu’il a causé.[64]

  • Le Sang de Khaine

Le Sang de Khaine, l’un des plus puissants vaisseaux de la flotte d’Iyanden, est abordé et capturé par la 2e compagnie des Imperial Fists. Les Space Marines transportent leur prise jusqu’aux chantiers navals du Monde-Forge d’Hypnoth, où les restes abîmés peuvent être étudiés. Cependant, avant qu’une enquête sérieuse puisse commencer, l’amiral Draech d’Iyanden lance des représailles contre Hypnoth. Les Aeldaris détruisent délibérément le Sang de Khaine, puis envoient des guerriers fantômes à bord des deux croiseurs d’assaut Imperial Fists encore en orbite, le Vengeful Praetor et le Stalwart Hammer. Les vaisseaux sont rapidement submergés par les Armes Spectrales en furie et sabordés. Le châtiment étant accompli, les Aeldaris s’éloignent des défenses ravagées d’Hypnoth et disparaissent dans les étoiles.[65]

  • La Fureur de Shai'naid

Les forces d’Iyanden se joignent à celles des Vaisseaux-Mondes Malan’tai et Idharae pour détruire la Flotte-Ruche Naga.[66]

  • L’Assaut d’Hellabore

Les forces d’Iyanden massacrent le conseil planétaire d’Hellabore avant que les graines de damnation de leurs âmes ne puissent porter des fruits blasphématoires. Ignorant que les Aeldaris ont empêché une grande Hérésie, les Crimson Fists arrivent en force sur Hellabore et amènent les Aeldaris à se battre. La plupart des forces d’Iyanden sont déjà parties par la Toile lorsque les Space Marines arrivent, mais c’est à un petit groupe de guerriers fantômes, menés par le Seigneurs Fantômes Toralven Gravesong, qu’il incombe de tenir les Crimson Fists à distance pendant que les derniers Aeldaris encore en vie s’enfuient. Leur sacrifice sera toujours pleuré.[67]

  • Encore des Pirates

La guerre d’Iyanden contre le pirate du Chaos Kallorax commence contre la horde de pirates.[68]

  • La bataille d’Agrion

Le prince Yriel remporte une grande victoire contre la flotte de pirates de Kallorax et détruit son navire amiral, le Deathless Reaver.[69]

  • La Bataille de la Lune Ardente

Apprenant que Kallorax a l’intention de frapper directement Iyanden, Yriel prend la tête de la flotte du Vaisseau-Monde pour mener une attaque préventive. Yriel prend d’assaut le nouveau vaisseau amiral de Kallorax et tue le Seigneur pirate en combat singulier. Hélas, la flotte du Chaos ravage Iyanden avant qu’elle ne soit détruite. Le Conseil d’Iyanden demande à Yriel de rendre compte de ses actes, mais le prince refuse de se justifier et s’exile.[70]

  • Le Temps de la Fin

Kysaduras prévoit la montée en puissance d’Ynnead.[71]

  • La Fin des Aeldaris

Iyanden résiste à l’assaut de la Flotte-Ruche Kraken, mais seulement au prix de milliers de vies. Par la suite, de nombreux Guerriers Fantômes qui avaient été élevés pour repousser l’invasion refusent de retourner à leur sommeil, et de nombreuses salles d’Iyanden sont à jamais perdues pour les morts.[72]

  • La chute de la fureur

L’Inexorable Fureur, une Barge de Bataille du chapitre des Novamarines, émerge du Warp à moins d’une année-lumière d’Iyanden. Ne voulant pas prendre le risque qu’il s’agisse du prélude à une nouvelle attaque, Yriel dépêche des Guerriers Fantômes de la Maison d’Ulthanash pour monter à bord et détruire le vaisseau.[73]

  • Bataille pour Teleth-Ai

Ayant désespérément besoin de réparer et de réapprovisionner leur Vaisseau-Monde en ruine, le Conseil d’Iyanden demande l’aide du monde Exodite de Teleth-Ai. Les Exodites fournissent volontiers l’aide qu’ils peuvent, et de nombreuses zones vitales et sacrées d’Iyanden sont remises en état de marche, y compris l’immense porte du Vaisseau-Monde. Malheureusement, seule une fraction des réparations a été effectuée lorsque Teleth-Ai est assaillie par une vaste armée de gardes impériaux cadiens. Les humains envahissent le Monde Exodite en si grand nombre que même les racines des montagnes tremblent sous leurs pas, et les défenseurs de Teleth-Ai se replient en désordre.

Le Conseil d’Iyanden sait que les Exodites ne peuvent pas contenir seuls les envahisseurs humains, mais il sait aussi que ses propres forces sont encore terriblement affaiblies par la bataille contre la Flotte-Ruche Kraken. C’est donc le cœur lourd - après tout, les humains sont plus ignorants que véritablement méchants - que les Autarques d’Iyanden libèrent leurs Chasseurs Fantôme Conium. Les régiments de Cadiens massés ne peuvent rien contre les Faux à distorsion dévoreuses d’âmes et, lorsque les Garde Fantômes d’Iyanden entrent dans la bataille, il ne leur reste plus qu’à pousser les humains en déroute plus profondément dans les montagnes, où les attendent les Scorpions Foudroyants et les Dragonniers Exodite.[74]

  • Le Destin de Malan'tai

Taec Silvereye envoie une expédition sur Malan’tai, dans le but de récupérer tout ce qui peut servir à accélérer les réparations d’Iyanden. Malheureusement, le Vaisseau-Monde abandonné grouille d’Orks. Les Aeldaris reprennent finalement le contrôle de Malan’tai, mais découvrent que les Orks ont volé ou détruit tout ce qui pouvait être utile. Le cœur lourd, ils modifient la trajectoire du Vaisseau-Monde en direction du soleil le plus proche et rentrent chez eux.[75]

  • Un Allié Inattendu

Iyanden est contraint d’affronter la Waaagh ! de Kasspoing sur le monde d’Antellas Prime. La horde Ork semble sans fin, mais les Aeldaris du Vaisseau-Monde sont enfin victorieux, principalement grâce à la détermination implacable de leurs guerriers fantômes, et à l’aide inattendue de la Kabale Spectrale et du Culte de la Main Écorchée.[76]

  • L’Essaim Envahissant

La nouvelle d’une nouvelle et terrible incursion Tyranide parvient à Iyanden. Bien que le Vaisseau-Monde ne soit pas directement menacé par cette nouvelle invasion, tous les membres de l’Iyanden s’accordent à dire qu’ils ne peuvent pas rester inactifs pendant que la galaxie est à nouveau envahie. Des émissaires sont envoyés sur les Vaisseaux-Mondes les plus proches du Léviathan, afin de partager l’expérience durement acquise contre le Kraken.[77]

  • La Mort Rouge de Dûriel

Les Aeldaris d’Iyanden et de Biel-Tan s’allient aux forces des Drukharis pour empêcher l’union biologique des Flottes Ruches Kraken et Léviathan sur le Monde Vierge de Dûriel. Ils y parviennent, mais Dûriel elle-même est sacrifiée pour assurer la victoire, au moyen d’un dispositif arcanique connu sous le nom de Cœur de feu. À la suite de la bataille, le prince Yriel disparaît.[78]

  • La Bio-Purge se Poursuit

Encouragés par leurs succès contre les Tyranides à Dûriel, les Aeldaris d’Iyanden et de Biel-Tan apportent le Cœur de Feu sur d’autres mondes. C’est ainsi qu’ils entament une campagne d’annihilation planétaire afin d’affamer la Flotte Ruche Léviathan au fur et à mesure de sa progression. D’innombrables mondes, dont beaucoup sont habités, sont débarrassés de leur biomasse au cours de la campagne qui s’ensuit. Des dizaines de civilisations pacifiques sont rayées de la carte, sacrifiées pour la victoire dans une guerre dont elles n’auraient pu concevoir l’ampleur.

Peu à peu, l’Imperium prend conscience que les destructions ne peuvent être imputées aux seuls Tyranides, et quarante chapitres de Space Marines convergent bientôt vers la zone de guerre. Certains s’engagent dans un conflit avec les Orks, eux-mêmes déplacés par l’impitoyable purge des Aeldaris. Les chapitres des Invaders et des Crimson Castellans, ignorant totalement les motivations des Aeldaris, attaquent les forces d’Iyanden qui s’apprêtent à détruire les Agri-Mondes du système de Verdox. Alors que l’avant-garde de la Flotte Léviathan s’abat sur Verdox II, l’Autarque Sunspear et son armée de Guerriers Fantômes sont pris en tenaille entre des Space Marines revanchards et la faim de l’essaim Tyranide.

Malgré tout, Sunspear mène une campagne sans faille qui amène les Space Marines à combattre les Tyranides et les Aeldaris à s’échapper par les cieux encombrés de gargouilles moins d’une heure avant que Verdox II ne s’effondre dans le feu atomique. Bien que conseillé, Sunspear avertit les Invaders et les Crimson Castellans de l’effondrement imminent de Verdox, puis s’enfonce dans la Toile, sans savoir si les Space Marines ont cru à son message et sans s’en soucier.[79]

  • Le Choc des Destins

Les Grand Prophètes d’Iyanden prennent conscience de deux futurs possibles dans lesquels le Vaisseau-Monde serait détruit. La première catastrophe potentielle est provoquée par les hordes de Démons de M'kar le Ressuscité ; la seconde par les Ultramarines de Macragge. C’est ainsi que les Aeldaris d’Iyanden entament une série de campagnes destinées à mettre ces deux ennemis en conflit direct. Les forces de M'kar sont attirées de plus en plus près d’Ultramar par une série d’engagements à l’aveuglette. Lorsqu’il ne fait plus aucun doute que les forces du Démon vont s’abattre sur Talassar, les Aeldari se retirent et le dégoût de M’kar pour les Ultramarines fait le reste.[80]

  • Le Phénix se lève

Devenue la voix prééminente sur Iyanden, la Spirite Iyanna Arienal entame les préparatifs qui, selon elle, projetteront les âmes d’Iyanden dans le Circuit d’Infinité et hâteront le réveil d’Ynnead.[81]

Iyanden était autrefois le Vaisseau-Monde le plus peuplé, mais il fut transformé en vaisseau fantôme suite à l’attaque de la Flotte-Ruche Kraken. Aujourd’hui, les morts sont plus nombreux que les vivants, mais tous portent le fardeau de leur destin sans céder au désespoir.

Sources

Pensée du Jour : « Seuls les imbéciles écoutent les mensonges de l’Hérétique. »
  • Codex Craftworlds, V8
  • Iyanden : A Codex Eldar Supplement, V6
  • Codex Eldars, V4
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : L'Essor du Phénix
  1. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Introduction (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  2. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Fire of Creation (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  3. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Light in the Darkness (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  4. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Rise of Iyanden (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  5. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - An Alliance Sundered (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  6. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Weaponry of the Dead (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  7. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Dead are Summoned (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  8. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Common Cause (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  9. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Age of Glory (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  10. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Naga's Strike (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  11. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - A Time of Greatness (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  12. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Prince Yriel, Scion of Ulthanash (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  13. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Yriel's Rise (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  14. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Eternal Heroes (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  15. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - War Amidst the Stars (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  16. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Kallorax's Wrath (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  17. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Battle of the Burning Moon (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  18. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Duel to the Death (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  19. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Kelmon Firesight (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  20. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - A Dying Act of Malice (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  21. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Price of Arrogance (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  22. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Doom of Iyanden (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  23. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - A Warning From Ulthwé (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  24. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Shadow of the Kraken (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  25. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Shadow Councils (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  26. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Swarm Approaches (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  27. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Last Debate (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  28. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Battle Begins (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  29. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden Invaded (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  30. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - A Fate Reforged (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  31. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Death of Pride (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  32. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Outcast Returns (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  33. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Attack of the Eldritch Raiders (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  34. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Attack of the Eldritch Raiders (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  35. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Price of Victory (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  36. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden in Twilight (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  37. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - A Craftworld Divided (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  38. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyana Arienal, The Angel of Iyanden (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  39. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Price and the Seer (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  40. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Waaagh! Rekkfist (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  41. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Battle for Antellas Begins (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  42. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Yriel Strikes (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  43. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Rekkfist's Downfall (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  44. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - A Brief Respite (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  45. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Emissaries of the Dead (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)'
  46. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Kraken's Legacy (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  47. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Red Death of Dûriel (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  48. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The End Times Approach (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  49. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The Ghost Hall (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  50. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The House of Varinash (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  51. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The House of Divinesh (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  52. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The House of Arienal (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  53. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The House of Valor (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  54. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The House of Delgari (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  55. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The House of Haladesh (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  56. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Spirit Runes (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  57. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - The House of Ultanash (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  58. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Voyage Begins (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  59. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Fall of the Eldar (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  60. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Salvation of the Soul (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  61. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, An Alliance Fades (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  62. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Cleansing of Menimshemash (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  63. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, An Emperor Deposed (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  64. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, Vengeance for Lilarsus (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  65. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Blood of Khaine (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  66. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Fury of Shai'Naid (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  67. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Hellabord Assault (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  68. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, Against the Pirate Horde (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  69. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Battle of Agrion (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  70. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Battle of the Burning Moon (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  71. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Time of Ending (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  72. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Doom of the Eldar (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  73. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, Fury's Fall (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  74. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, Battle for Teleth-Ai (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  75. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Fate of Malan'Tai (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  76. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, An Unexpected Ally (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  77. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Encroaching Swarm (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  78. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Red Death of Dûriel (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  79. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Bio-Purge Continues (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  80. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, A Clash of Fates (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  81. Informations issues de Iyanden : A Codex Eldar Supplement - Iyanden's Rise and Fall, The Phoenix Rising (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)