Incursion de Xana

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png
« La lame du soupçon est encore plus aiguisée que celle de la haine, car elle tue les amis aussi facilement que les ennemis. Elle sème la discorde entre les membres d’une même famille et sépare ceux qui, dans le cadre d’une action saine, seraient des alliés aussi facilement que ceux que la nature elle-même désigne comme des ennemis mortels. C’est une arme si sauvage que ceux qui la maîtrisent n’ont à craindre personne, si ce n’est eux-mêmes, bien entendu[1]. »
- Le Livre de l’Hydre.

La Limite de l’Empire

En l’an 009.m31, la galaxie entière était déchirée par l’horreur de la guerre civile. Le feu qui s’était allumé à Isstvan s’était propagé pour consumer des mondes sans nombre, tandis que le fléau de la Tempête de la Ruine continuait de hurler, jetant le trouble sur toutes les communications à longue portée, et les voyages Warp sur toute grande distance devenaient au mieux dangereux et imprévisibles, et au pire quasiment impossibles. Malgré ces difficultés, la guerre ne fit que s’intensifier, les charges et contre-charges entre Loyalistes et Traîtres ne faisant que créer des vagues de destruction et de carnage de plus en plus importantes, sans pour autant pousser l’un ou l’autre des camps vers la victoire finale. La galaxie brûle.

Dans ce conflit de grande ampleur, tous les mondes n’avaient pas choisi un camp, ni d’ailleurs pris une telle décision, que ce soit par opportunisme ou par violence. De nombreux mondes ont été épargnés par le conflit direct en raison d’une bizarrerie de la géographie galactique ou d’un simple manque de conséquences stratégiques, tandis que d’autres sont allés jusqu’à se retirer complètement des combats, préférant l’indépendance ou une neutralité avouée. Certains mondes et domaines n’avaient cependant pas fait grand-chose pour prouver leur loyauté ou leur opposition à l’une ou l’autre cause, et c’est dans ce dernier camp qu’était tombé le puissant et isolé Monde-Forge de Xana.[2]

Occidentem Thule

Le Monde-Forge de Xana était un exemple puissant et célèbre en son genre, une faculté de grade Ultima II considérée comme l’un des Mondes-Forges les plus performants de l’Imperium, et sans équivalent dans sa région de la galaxie. Il se composait d’une sphère planétaire principale, Xana II, d’un certain nombre de lunes habitées et de vastes unités mobiles sous la forme d’installations d’exploitation minière spatiales et d’extractrices de gaz disséminées dans les ceintures de débris et l’atmosphère turbulente de la géante gazeuse de macro-magnitude, Xana I, autour de laquelle le Monde-Forge gravitait. Sa position, à l’extrême pointe du bras galactique de la frange occidentale, lui conférait le titre d’"Occidentem Thule" sur les cartes stellaires de la Carta Imperialis - le dernier grand port au bord de l’abîme intergalactique. Pour les équipages de la flotte impériale dont les patrouilles à long rayon d’action utilisaient Xana comme avant-poste le plus éloigné, il portait un autre nom plus évocateur, "le Port des Os" - une référence d’origine incertaine, mais peut-être développée à cause de la livrée blanc ossuaire et gris noir de ses Magos à la tête du Monde-Forge.

Longtemps l’objet de sinistres rumeurs autour de sa découverte et de son inclusion dans l’Imperium au cours de l’un des épisodes les plus sombres des débuts de la Grande Croisade, les maîtres de Xana étaient notoirement indépendants et politiquement éloignés de Mars depuis longtemps. Le privilège de Xana a été acheté en grande partie grâce aux vastes ressources de ses forges pour alimenter et armer la Grande Croisade en cours, et l’opportunisme a été à l’origine du pacte qui a permis au Monde-Forge d’entrer dans l’Imperium par le biais de négociations avec les émissaires de l’Empereur, plutôt que sous les auspices de Mars. Alors que les forges de la lointaine Xana produisaient des provisions et des munitions en grandes quantités, elle fut largement laissée à elle-même.[3]

Isolement et Évasion

Automate de Bataille Thanatar Cuss NUR0-CI - Taghmata Scoria, Groupe d’Artillerie Tactique - Corps Expéditionnaire de Rangdan
Après son entrée initiale, mouvementée, dans le domaine croissant de l’Empereur, la première campagne de la Grande Croisade à laquelle les éléments de la puissance militaire amassée par Xana allaient prendre part fut ce choc apocalyptique des armes qui entrerait plus tard dans la légende sous le nom de Xenocides Rangdans. L’Automate de Bataille codé NUR0-CI, troisième automate de la neuvième manipule dans l’écriture archaïque de l’enclave Xante, est l’une des rares machines à avoir survécu à ce conflit et à être retournée dans les Temples-Forge de son monde d’origine. Une grande partie des archives de ces batailles est scellées, mais l’automate NUR0-CI est connu pour avoir participé au génocide soigneusement planifié des forces Xenos rencontrées par les forces Xantes à Rangda.[4]

Alors que l’Hérésie d'Horus se déroulait soudainement et de manière sanglante, l’isolement de Xana ne fit que s’accroître et c’est une situation que son synode dirigeant de magos, connu sous le nom de "Consistoire Vodien", n’essaya guère d’atténuer extérieurement, ne choisissant initialement aucune faction à favoriser, avouant, du moins publiquement, que la question était une "affaire interne de l’armée de la Grande Croisade" dans laquelle il n’était pas directement impliqué. Même avant l’arrivée de la Tempête de la Ruine, les convois de fret programmés de Xana vers les ports loyalistes et traîtres avaient diminué en fréquence et avaient finalement été suspendus. Et ce, en dépit du fait que les vaisseaux de Libre-Marchands, les Capitaines Chartistes et d’autres organisations lointaines aient signalé que le système semblait relativement accessible via l’Empyrée, aussi loin qu’il soit de la fureur des grands fronts de la Tempête Warp qui avaient déchiré le cœur de la galaxie.

Les demandes répétées, les mises en accusation, les exigences et même les menaces de Terra et du Maître de Guerre ont toutes deux été accueillies par la même réponse froide, faite de regrets et de courtoisie. Ces regrets, transmis cette fois par l’intermédiaire d’un messager sous la forme d’une Sonde-Warp qui s’est frayé un chemin jusqu’au cordon de la flotte de sécurité Terranienne deux ans après son lancement en 006.M31, n’étaient qu’un piètre réconfort à côté de son rapport sur la perte totale provoquée par une tempête de l’empyrée d’un convoi entier de macro-arche et de son escadron d’escorteurs navale en provenance d’Oltnec, presque à portée de vue de Xana. Des sources loyalistes ont appris plus tard, grâce à des journaux de bord capturés, que des condoléances similaires avaient été présentées l’année suivante au Maître de Guerre pour la perte d’une flotte de Libre-Marchands condamnée par les Traîtres, qui tentait d’atteindre Xana dans des circonstances tout à fait similaires.

La question de savoir si l’une ou l’autre des parties croyait vraiment aux explications données pour la perte de leurs Flottes reste discutable, car on commença à soupçonner que Xana n’était d’aucun côté du conflit hormis le sien et qu’elle ne se contentait peut-être plus de rester à l’écart du conflit jusqu’à ce qu’un vainqueur se dessine clairement. La preuve de cette position s’est présentée aux informateurs des deux principales factions lorsque, à la fin de l’année 008.M30, des assaillants provisoirement identifiés comme étant des forces de Frappe de Xana ont attaqué le monde minier contesté de Guilders Grave, en bordure du Secteur Vicidax, repoussant le blocus naval allié aux Traîtres avant de massacrer les défenseurs de la Milice Loyaliste et de piller les coffres-forts planétaires restants de leurs éléments métalliques rares et de macro-machines minières avant de repartir, ne laissant guère plus que des ruines dans leur sillage.

Alors que la guerre se poursuivait sans qu’aucune victoire ne soit en vue, les deux camps se tournèrent vers le Monde-Forge de Xana, de plus en plus belliqueux et actif, avec un intérêt renouvelé. Les espions et les sondes envoyés pour contourner le système révélèrent clairement que des dizaines de macro transporteurs et de cargos étaient désormais partiellement dissimulés dans les débris rocheux qui entouraient la géante gazeuse Xana I, et qu’entre eux et le Monde-Forge de Xana II, il y avait un trafic constant de chargeurs et d’allèges de fret. On en conclut que les forges de Xana n’ont pas chômé pendant les années d’isolement qui ont suivi l’éclatement de la guerre, et des preuves commencent à s’accumuler qu’un vaste stock bien gardé de munitions et de machines de guerre a été constitué dans le système, et préparé comme s’il était destiné à être expédié à un client, mais on ne sait toujours pas à quelle fin ni à qui.

En apprenant cette nouvelle et conscient du sort réservé à Guilders Grave, Rogal Dorn, Prétorien de Terra, a publié un communiqué à destination de Xana par l’intermédiaire d’un vaisseau-courrier Warp, une proclamation ouverte déclarant le Monde-Forge de Xana Traitoris Perdita et sous le coup d’une condamnation à mort. Dans le même temps, une offre loyaliste plus secrète a été faite par l’intermédiaire du Sigillite pour la remise de cette sentence en échange de son allégeance absolue renouvelée et de la livraison de ses stocks de matériel de guerre immédiatement à l’installation loyaliste dans le Segmentum Solar.

La Maître de Guerre, cependant, allait proposer un marché plus subtil et plus mielleux.[5]

Xana-Tisiphone : Station expérimentale et colonie pénitentiaire du Mechanicum, orbite satellite de Xana II, emplacement transplanté artificiellement à partir de la position de Xana V. Nombre d’Habitants inconnus : Traitoris Perdita.
Xana II : Domaine souverain du Mechanicum, Monde-Forge de rang Primaris-I, capacité Manufactora de classe Apex, capacité Militaris de classe Omega-VII, 2,7 milliards d’habitants estimés : Traitoris Perdita.
Xana I : Géante gazeuse de macro-magnitude : Zone de tempête de classification Typhon-Tanis, extraction de ressources de grande valeur/dangereuses dans les couches de gaz médianes.
Xana I/Ceintures de débris Orbital : Ceinture de débris turbulents de haute densité asservie par des forces magno-gravitiques planétaires exceptionnellement concentrées. Vaste industrie d’extraction de minerai ferrique par les forces du Mechanicum, installations défensives secondaires dissimulées, voûtes d’astéroïdes et défenses contre les mines du vide de qualité mortis-extremis : Traitoris Perdita.
[6]

Le Paradoxe de Xana

« La mort s’est érigé un trône, dans une ville étrange et solitaire, l’enfer, surgissant d’un millier de trônes, lui rendra hommage.[7] »
- Fragments poétiques inconnus recueillis dans la Lexis Dramaturica Circa M2

Le Phare sur le Rivage de la Nuit

"Xana" est un mot qui, depuis les premiers jours de la Grande Croisade, évoque des images de mystère sinistre aux confins de l’inconnu. Les premières rumeurs tirées des rapports des Libre-Marchands et des vaisseaux d’exploration envoyés vers les confins occidentaux de la galaxie dès 800s.M30 étaient confuses, contradictoires et exagérées dans leurs récits. Ces récits parlaient d’une part d’un empire de machines qui s’étendait sur de nombreux mondes et d’autre part d’un avant-poste solitaire, un domaine interdit qui renfermait les merveilles et les terreurs de l’Âge Sombre de la Technologie. Certaines versions des rumeurs faisaient de ses dirigeants des seigneurs cyborgs tels que les maîtres de Mars, tandis que d’autres parlaient d’une cabale cauchemardesque de Super Intelligences sombres, des choses sans chair qui auraient dû être mortes depuis longtemps. Mais malgré ces divergences, certaines constantes sont restées entre les itérations de l’histoire ; tout d’abord, cette puissance technologique était - ou du moins avait été - humaine et son foyer était un système stellaire à l’extrême limite de la portée galactique occidentale, sur un monde qui a été nommé à maintes reprises "Xana".

La recherche de la vérité qui se cachait derrière le mythe de Xana intéressa vivement les planificateurs et les stratèges des premières décennies de la Grande Croisade, en particulier, croit-on, le Fabricator Général de Mars et l’Empereur lui-même. Pour le premier, les données mystérieuses indiquaient la présence d’un Monde-Forge puissant et indépendant, fondé peut-être par une Arche perdu Mechanicum, car il ne restait aucune trace dans les coffres de Mars d’une expédition intentionnelle vers cette région désolée et mal famée de l’espace. Quant à l’intérêt de cette dernière, on ne peut que spéculer, mais on sait que des vaisseaux sondes ont été envoyés dans la région sur ordre express de l’Empereur. Peut-être le Maître de l’humanité avait-il à cœur d’unir les domaines les plus éloignés de l’humanité, ou peut-être d’isoler un rival à détruire. Il se peut aussi qu’il ait vu en Xana un lieu potentiel où l’un de ses fils perdus pourrait être retrouvé ; nous ne le saurons jamais. Pendant des décennies, des explorateurs empyréen longues portés et des flottilles d’expédition ont cherché Xana au loin, mais ne sont pas revenus ou sont revenus bredouilles, le mythe de Xana est resté tel quel, supplanté par des conflits plus urgents et des découvertes tangibles qui ont détourné l’attention de la Grande Croisade.

Les marées de la guerre et de la conquête firent que la vérité sur Xana resta cachée jusqu’en 843.M30, lorsqu’un galion endommagé appartenant à la Libre-Marchande Casilida De Aniasie, ayant été projeté loin de sa trajectoire après une bataille avec des Pirates Fra'al, intercepta un trio d’énormes vaisseaux de guerre automates à la lisière du vide intergalactique. Alors qu’ils auraient pu prendre ou détruire son vaisseau déjà endommagé avec peu d’efforts, ces vaisseaux lui offrirent leur aide et portèrent avec eux un message de salutation et une offre d’échange diplomatique entre le "Domaine Souverain de la Forge de Xana" et l’Imperium de l’humanité et son Empereur. Les vaisseaux de Xana firent honneur à leurs intentions en ramenant le galion en détresse dans le système de Xana lui-même, où il fut réparé et réapprovisionné pour son voyage de retour avec une rapidité exemplaire, et où la Libre-Marchande elle-même fut traité avec courtoisie et honneur dans un royaume que De Aniasie elle-même décrirait plus tard comme un "…phare sur le rivage de la nuit". Un Monde-Forge à part entière, aussi puissant que n’importe quel autre monde de l’Imperium, à l’exception de la puissante Mars elle-même, en orbite autour d’une géante gazeuse titanesque, elle-même dépendante d’une étoile jetée seule au bord du grand vide, sans constellation ni voisine à des centaines d’années-lumière. Un monde, si l’on peut dire, au bord de l’abîme de l’inconnu.[8]

Une Alliance Difficile

Les négociations entre l’Imperium et Xana ne tardèrent pas à suivre le retour de la Libre-Marchande, mais malgré le ton cordial sur lequel elles avaient été entamées, elles furent rapidement assaillies de soupçons par de nombreuses personnes dans le camp de l’Imperium. Les premiers à douter furent les émissaires de Mars. Pour eux, Xana était un paradoxe troublant : un Monde-Forge reconnaissable, dogmatique et d’origine martienne, là où il ne devrait pas y en avoir, et dont ils n’avaient aucune trace de la création. De plus, il ne s’agissait pas d’un simple avant-poste du Culte de la Machine, comme l’avait été Kalibbrax lors de sa redécouverte, ni même d’un exemple reconnaissable d’un domaine créé par une Arche qui aurait maintenu des liens intermittents avec Mars, comme Lucius. Au lieu de cela, un examen rapide de Xana montrait qu’il s’agissait d’un Monde-Forge primaire disposant de vastes ressources et d’installations de production dépassant de loin ses propres besoins.

Un Monde-Forge dont les racines étaient profondément enfoncées, des siècles peut-être, et dont les arts avaient entraîné d’autres corps planétaires mineurs dans son orbite proche pour la consommation de son monde d’origine après l’épuisement de ses propres mines. Ses technologies et industries de pointe avaient produit de multiples Temple-Forge quasi-indépendants qui, à leur tour, avaient créé de puissants Taghmata pour leur protection et, pour la défense de leur monde, avaient mis leurs ressources en commun pour créer une Légion Titanique d’une taille correspondant au premier rang de la propre classification de l’Imperium, et qui avait également construit sa propre marine spatial, dont les vaisseaux étaient capables de voyager dans le Warp. Pour les émissaires et les évaluateurs de Mars, que les Seigneurs de Xana recevaient avec des honneurs cordiaux, voire froids, ces faits n’avaient aucun sens. La lointaine Xana était tout simplement trop puissante, trop bien établie, trop apparemment en accord avec la doctrine du Culte de la Machine pour un monde sans histoire de communion avec Mars; les faits ne s’accordaient pas; Xana était un paradoxe. Ou plus simplement, comme le dit succinctement un attaché militaire de la Cour de Terra dans son rapport:

« …Xana est un cadeau tout simplement trop parfait pour qu’on lui fasse confiance; c’est soit notre plus grande chance en ces temps de guerre, soit un serpent à l’affût pour nous tuer. Mon esprit perçoit la première hypothèse, mais mon âme m’avertit de la seconde. »

Les soupçons n’ont pas été dissipés par le flou des Xantes quant aux origines et aux activités de leur monde au fil des ans, attribuant aux tribulations de guerres lointaines et aux privations des tempêtes solaires passées d’une puissance foudroyante les archives manquantes et incohérentes de leur propre histoire, tandis qu’ils expliquaient leur vaste capacité militaire comme une réaction à des attaques antérieures d’envahisseurs extraterrestres. L’ambassadeur du Fabricator-Général exigea un accès total aux archives planétaires et aux entrepôts de données du Temple-Forge pour vérification, mais cela lui fut catégoriquement refusé ; des négociations pour l’admission dans l’Imperium étaient en cours et les Seigneurs de Xana rejetèrent toute demande de capitulation prématurée de leur souveraineté; ils ne désiraient pas la guerre, mais ils ne se soumettraient pas non plus à l’"asservissement" sans conflit.

Les commandants de la Grande Croisade se livrent alors à des calculs rigoureux; ils estiment à un niveau élevé la force nécessaire pour prendre Xana. Une telle conquête nécessiterait la puissance totale d’au moins une Légion entière de Space Marines, de préférence plus, et cette force serait soutenue par une force totale de plusieurs Légions Titaniques et des centaines de milliers de troupes auxiliaires. Tout cela pour assurer la victoire sur ce qui serait inévitablement un trophée brisé. L’Imperium en 846.M30 n’était pas en mesure de disposer de la force nécessaire pour accomplir une telle tâche, car le spectre d’une guerre bien plus importante planait sur les négociations dans l’impasse. Cette guerre serait les premières vagues de ce qui serait plus tard connu sous le nom de Xenocides Rangdans ; la plus grande menace existentielle du premier siècle d’existence de l’Imperium et un conflit dont les pertes et les blessés seraient d’une ampleur inégalée jusqu’aux guerres de l’Hérésie d’Horus elles-mêmes.

Sous l’influence néfaste de cette menace bien plus grande, un accord fut conclu entre les ambassadeurs de Terra et les Seigneurs de Xana, une proposition qui s’accompagnait d’une action drastique de la part de l’Imperium si ses offres généreuses étaient rejetées. En vertu de ce traité de conformité, Xana conserverait sa souveraineté en tant que partie du grand Imperium, et théoriquement, tout en tombant sous la domination de la lointaine Mars, ses affaires et ses secrets resteraient en grande partie les siens tant qu’elle obéirait aux restrictions sur le développement technologique imposées à Mars elle-même par l’Empereur. En retour, Xana, ses Temples-Forges, armerait la Grande Croisade et servirait de port pour ses vaisseaux, et l’Imperium alimenterait Xana en matières premières, en sang frais et en schémas pour lui permettre de le faire. L’accord fut scellé et ratifié par les Seigneurs de Xana et les propres écrits de l’Empereur, malgré les doutes de beaucoup et le mécontentement à peine dissimulé du Fabricator-général.

Malgré les soupçons de beaucoup, l’accord et l’alliance malaisée portèrent leurs fruits ; les Titans de Xana, divisés désormais en deux Légions, la Legio Vulturum (connue sous le nom de « Corbeaux Pourpres ») et la Legio Kydianos (connue sous le nom de « Cri de la Mort »), quittèrent leur monde avec l’armada de vaisseaux de guerre de la Marine Xante et des dizaines de cohortes Cybernetica, et se jetèrent sans relâche dans les flammes de la campagne de Rangdan. Le renforcement de la ligne de front était absolument nécessaire, et les forces Xantes ont brisé leur plus grande force dans d’innombrables batailles à la limite des Étoiles du Halo, devenant des vestiges brisés de leur ancienne existence, mais gagnant ainsi beaucoup d’honneur pour leur Monde-Forge. Plus important encore, des armes et des munitions ont afflué de Xana et ont été expédiées directement sur les lignes de combat de l’ensemble du Segmentum, offrant un répit bien nécessaire et des troupes fraîches aux forces impériales assiégées, aidant à transformer lentement la marée de la défaite en une première impasse et finalement en une victoire. Une victoire pour laquelle Xana a été en grande partie saignée à blanc.

Bien que diminuée, Xana est entrée dans la dernière ère de la Grande Croisade en tant que Monde-Forge puissant et souverain, son indépendance vis-à-vis de l’autorité directe de Mars et de Terra étant maintenue non seulement par l’adhésion absolue au traité par lequel elle était entrée dans l’Imperium, mais aussi par sa grande distance du Segmentum Solar et sa facilité à être surveillée. Des rumeurs circulaient encore sur des opérations cachées et des secrets profonds et interdits dissimulés sur Xana, sur des hérésies murmurées par ses Technoprêtres sur les myriades de champs de bataille sur lesquels ils servaient, sur une distance et une méfiance augmentant régulièrement entre le Mechanicum de Xana et ceux des autres Mondes-Forge, même si la Grande Croisade progressait. Mais comparées aux bizarreries et aux pratiques macabres ouvertement observées chez d’autres Technoprêtres telles que le Redjak de Sarum ou le Crat’mau’kora de Voss, ces subtilités étaient perdues pour ceux qui n’appartenaient pas au culte de l’Omnimessie et à ses intimes.

C’est ainsi que lorsque le Maître de Guerre, Horus Lupercal, accéda au pouvoir après Ullanor, Xana resta une force lointaine et presque légendaire dans un Imperium qui s’était beaucoup développé pour en faire le tour, une galaxie aux confins silencieux et peu peuplés où elle vivait seule, un Monde-Forge dont les Magos ne tenaient d’autre conseil que le leur, et dont le paradoxe n’était pas résolu.[9]

Le Messager à Plumes

Xana II[10]

Descriptif : Corps orbital capturé de Xana I (une géante gazeuse de macro-magnitude), Système stellaire Xana-Vicidex
Classification : Monde-Forge [Grade Primaris-1-Samek, anciennement Ultima-II-Aleph]
Type de gouvernement : Domaine souverain du culte Mechanicum [Ref : Consistoire Vodien]
Population estimée : 2,7 milliards d’habitants, Assise impériale/978.M30
Note : Déclaré Traitoris Perdita - 007.M31

Xana II est un monde de type terrestre qui, en dépit de sa longue occupation et de son exploitation par le Mechanicum [Voir addendum-référence au registre/anomalie de datation de la fondation], a conservé une biosphère viable, bien que réduite, et entretient la vie indigène et transplantée (y compris la mégafaune chthonienne), bien qu’à des degrés élevés de toxicité environnementale.

La surface de la planète est composée d’environ 52% d’océan à haute salinité, le reste de la masse terrestre étant réparti en seize formations primaires et de nombreuses îles et archipels. La topographie dominante est variée, avec des clairières marécageuses près des régions équatoriales qui cèdent la place à des zones principalement constituées de toundra et de taïga vers les régions polaires.

La présence du Mechanicum sur le monde est particulièrement dispersée, avec seulement 17% de la surface dominée par des structures artificielles, la grande majorité des Temples-Forge, des installations de production, des dortoirs et des entrepôts étant situés sous la surface de la planète, dans des voûtes souterraines et sub-océaniques. Ces forges géographiques distinctes, qui fonctionnent toutes de manière très autonome, sont reliées par un vaste réseau souterrain de cavernes naturelles, de mines exploitées et de tunnels délibérément créés, d’une étendue et d’une complexité inconnues. Outre les capacités technologiques et de fabrication de masse de Xana, qui n’ont pas d’équivalent dans la frange occidentale de l’Imperium, il convient également de noter que grâce à sa biosphère tenace, qui peut témoigner d’une évolution spécifique ou d’une adaptation artificielle pour supporter la toxicité industrielle, une écologie qui comprend une flore souterraine étendue, Xana, contrairement à la plupart des Monde-Forge, est entièrement autosuffisante en matière de besoins agricoles.

Ce facteur de soutien, ainsi que la nature intrinsèquement protégée de son infrastructure planétaire, font de Xana II un exemple remarquablement indépendant et hautement défendable d’un Monde-Forge de cette ampleur, bien que les données récoltées par l’enquête de la Carta Imperialis suggèrent également que la plupart des ressources de la planète ont été épuisées et consommées, rendant ses manufactures dépendantes de l’approvisionnement hors-monde pour maintenir leur pleine capacité de production.

Le premier ambassadeur envoyé par Horus à Xana après le jugement de Dorn était inattendu. Estimant, peut-être à juste titre, qu’une démonstration ouverte de force ne lui servirait à rien en ce moment et qu’un Technoprêtre de Mars serait encore moins bien accueilli sur Xana qu’un de ses chefs de guerre, Horus avait envoyé à la place l’un des prêtres de la loge de Davin. Identifié par les agents loyalistes sous le nom de "Unvacar Noon", un individu habillé d’étranges vêtements de plumes et d’ossements de morts, il offrit aux Seigneurs de Xana plus que des menaces et de l’intimidation ; au nom de son maître, il leur offrit le pouvoir.

Comme avec Sarum et Cyclothrathe, d’autres Monde-Forge "renégats" et méfiants à l’égard de Mars que le Maître de Guerre avait ralliés à sa cause par l’attrait de la construction d’un petit empire et de la liberté d’expérimentation, il proposa un nouveau traité d’alliance dont les accords plairaient davantage au Consistoire Vodien de Xana qu’à l’ancien. Par ce nouveau pacte, Xana servirait son "nouvel Imperium" tout comme l’ancien, mais là où ils avaient été utilisés et saignés à blanc dans le passé par un maître qui ne se souciait pas de leur pouvoir ou de leur prospérité, sous Horus, ils s’épanouiraient et seraient récompensés.

Les restrictions mesquines des édits technologiques de l’Empereur - des blocages mis en place pour éviter le spectre des horreurs de la Longue Nuit - disparaîtraient, tout comme la main morte du dogme du Culte de la Machine - s’ils le souhaitaient, tant qu’ils offriraient leurs armes et leurs machines de guerre à la cause des Traîtres avec abondance. Les détails s’avéreraient plus tortueux et élaborés à finaliser, mais en secret un accord fut conclu, même si en fausse foi les Seigneurs de Xana continuaient à traiter tout aussi secrètement avec les émissaires de Malcador pour leur prouver le contraire. L’Archimagos du Consistoire Vodien chercha donc à jouer un camp contre l’autre, jusqu’à la fin.[11]

Point d’Ignition

Dans les dernières divisions de l’année 009.M21, le marché entre Xana et les mandataires du Maître de Guerre était sur le point d’être conclu. Comme le veut la tradition, il devait être scellé par un échange de cadeaux. Bien que le transfert de milliards de tonnes d’armes et d’armures fasse partie de la fidélité de Xana à Horus, les premiers cadeaux que le Consistoire Vodien offrirait seraient uniques et incomparables. Ils seraient dignes de celui qui entendait devenir le maître de la galaxie tout entière ; Xana offrirait à Horus le pouvoir de l’Ordinatus.[12]

Ulator

La classification Ordinatus regroupait les plateformes d’armes mobiles les plus puissantes et les plus mystérieuses de l’arsenal du Mechanicum. Qu’ils soient armés d’une Lance-Fusion géante, de Munitions Cyclonique ou d’un Conflagrateur de Radiation, ils étaient tous montés sur d’énormes tracteurs à chenilles pour la mobilité et lourdement protégés contre les attaques, ce qui leur permettait de traverser et de survivre sur les champs de bataille les plus infernaux. Chacun d’entre eux était une œuvre d’art mortelle et de puissance ancienne. À l’instar des Titans, dont ils dépassaient souvent la puissance de feu, les Ordinatus variaient en taille et en puissance. Les Ordinatus Primaris, tels que le Mars et l’Endymion dont la puissance était légendaire, même comparée aux machines divines des grandes Legions Titanicus, sont des reliques colossales, uniques et impossibles à reproduire de l’Âge de la Technologie, tandis que les Ordinatus Minoris sont des sous-classes moins importantes, mais toujours gargantuesques et mortelles.

À l’apogée de la Grande Croisade, seuls les Mondes-Forges les plus puissants pouvaient construire les Minoris, et encore, en nombre très limité. Tel était le cadeau que Xana offrait : pas moins de trois armes terrifiantes de type Ulator, entièrement prêtes au combat et dotées d’armes de destruction soniques dévastatrices. Il s’agissait de tueurs de Titans, de massacreurs d’armées, chacun assez puissant pour renverser le cours d’une bataille d’un seul coup, d’une puissance bien supérieure à celle de n’importe quel Char Super-Lourd et éclipsant la puissance de feu des puissants Canons de Siège de Diamat qui étaient tombés entre les mains des Iron Warriors au début de l’Hérésie d’Horus.

Ces Ordinatus, baptisés Mithrax, Nepothax et Ashurax, du nom d’anciennes divinités terriennes dont le culte a disparu depuis longtemps, devaient d’abord faire l’objet d’une démonstration devant l’émissaire choisi par le Maître de Guerre sur les propres terrains d’essai du Monde-Forge, sur la lune de Xana-Tisiphone, puis leur remise cérémoniale devait servir à sceller symboliquement la loyauté de Xana envers Horus. Le fait que ce trio d’armes puissantes soit remis à Horus lui-même pour qu’il en dispose comme il l’entendait était à la fois un atout puissant à offrir au Maître de Guerre, mais aussi un coup de canif codé dans le flanc du Fabricator-Général traitre, Kelbor Hal, qui bien que haut placé dans la cause d’Horus, n’avait jamais fait de don aussi direct, gardant les quelques Ordinatus que lui et ses satrapes avaient à leur disposition fermement sous le contrôle du Mechanicum. Par cet acte, les Seigneurs de Xana cherchaient peut-être à préparer le terrain pour devenir les rivaux de Mars dans la cause des Traîtres, et non pas simplement une force subordonnée du Mechanicum.[13]

L’Émissaire du Roi sans Couronne

La main du Maître de Guerre dans l’affaire finale de l’alliance avec Xana ne devait pas être un prêtre de Davin, mais l’un de ses propres chefs de guerre, l’un de ses propres sangs ; Raxhal Koraddon - un chef des Reavers élevé au rang de Capitaine pour ses opérations sanglantes lors de la destruction de la légion des Sons of Horus et de ses loyalistes sur les ruines d’Isstvan III jonchées de cendres.

Au cours des années de guerre qui ont suivi Isstvan III, Koraddon s’est forgé une réputation féroce, d’abord lors du Massacre du Site d'Atterrissage, puis en menant pour le compte de son Primarque une vingtaine d’actions de Conformité Noire dans les régions septentrionales du Segmentum Obscurus. La réputation impitoyable et orgueilleuse de Koraddon l’a précédé, tout comme le fait qu’il soit considéré avec faveur par Horus, ce qui en fait un choix honoré, bien que menaçant, pour servir d’émissaire au Maître de Guerre dans cette affaire. Le vaisseau qui l’emmenait dans le système de Xana n’était pas moins une démonstration de puissance : le Croiseur Super Lourd Cicatrice Tyrannis de classe Geryon, pris en otage par les Traîtres lors de la bataille de Port Maw, au début de la guerre, et dont la coque autrefois blanche et dorée était désormais brûlée et piquée par les flammes d’innombrables batailles spatiales depuis qu’elle était tombée en disgrâce.

Le Croiseur Super Lourd était accompagné d’un escadron de huit Frégates de différents types et de quatre vaisseaux d’escorte de classe Isos. Ces derniers étaient de petits vaisseaux de transport armés, capables de se déplacer dans le Warp, conçus pour acheminer des fournitures vitales aux vaisseaux de guerre en première ligne, mais qui transportaient à présent une cargaison bien plus étrange et macabre : le cadeau du Maître de Guerre aux Seigneurs de Xana. Ces vaisseaux transportaient des centaines de nacelles verrouillées et blindées, dans lesquelles se trouvaient les épaves d’Isstvan, de Momed et d’Autosarat, ainsi que d’autres champs de bataille inconnus où les Sons of Horus avaient affronté leurs frères des Legiones Astartes dans le sang et avaient triomphé. L’héritage des morts devait être le cadeau du Maître de Guerre à Xana.

Dans ces conteneurs étaient enfermés les cadavres des légionnaires que les Sons of Horus avait combattu, ainsi qu’une grande quantité de chars brisés et de machines de guerre éventrées, d’armes brisées et d’armures déchirées - les restes charnels d’une douzaine de légions loyalistes. Pour eux, il ne s’agissait pas de simples détritus de batailles, mais d’un trésor de connaissances et de techno-arcane pour ceux qui étaient capables d’en déchiffrer les secrets et qui n’avaient que faire des lois de Mars ou de ce que l’Empereur leur avait interdit d’étudier.[14]

Des Invités Indésirables

Alors que le Cicatrice Tyrannis et ses escorteurs entraient en orbite proche de l’immense géante gazeuse Xana I, en approche finale du Monde-Forge lui-même, la grille Auspex du système planétaire extérieur s’anima de signaux d’urgence et d’alarmes. À une distance dangereuse de l’ombre gravitationnelle de la sphère intérieure du système, l’espace réel s’ouvrit et les formes brutes et barbelées de dizaines de vaisseaux de guerre sortirent du Warp. Les augures de poursuite et les Cogitateurs spatiaux des machines défensives constamment vigilante de Xana firent des balayages sur les intrus et analysèrent rapidement la flotte; ils en conclurent à l’hostilité absolue et se mirent en état d’éveil brutal. Pas moins de cinq vaisseaux de classe capitale ont été identifiés, d’origine impériale et d’allégeance loyaliste, sans aucun effort pour cacher qui ou ce qu’ils sont. À leur tête se trouvait un vaisseau immédiatement identifié comme étant l’Amphion, l’un des puissants cuirassés de classe Gloriana et un exemple du type de vaisseau fournit le plus souvent pour les vaisseaux amiraux des Legiones Astartes elles-mêmes, équipé comme un pur dispositif de puissance de feu né dans le vide, et l’une des goupilles de sécurité de la flotte Solaire elle-même.

Ces vaisseaux capitaux étaient accompagnés d’une multitude de petits vaisseaux d’escorte et d’une douzaine de vaisseaux de transport dont les émissions anormalement surpuissantes les désignaient comme une seule chose aux yeux de l’intellect froid des Esprits de la Machine: des Brûlots, chargés d’ogives et de substances volatiles conçues pour infliger des dégâts catastrophiques lors d’attaques suicides contre leurs cibles. Les Esprits des Machines se concertèrent avec les Magos et, à une vitesse fulgurante dépassant l’entendement humain, les données furent analysées, vérifiées et réanalysées, les conclusions tirées et testées, puis soumises à nouveau et publiées sous forme de directives. La composition de la puissante flotte indiquait qu’il s’agissait d’un raid en force, et non d’une invasion, avec pour cible la flotte de macro-convoyeurs en attente, protégée par les anneaux de débris de Xana I.

Terra avait décidé que s’ils ne pouvaient pas profiter de la richesse des forges de Xana, alors personne ne le ferait, et avait calculé que le risque de déployer plusieurs unités lourdes et puissantes de l’armada de défense de Terra valait bien la récompense que cette mission de destruction impliquait.

Avec une précision sans faille, les défenseurs de Xana s’élancèrent à la rencontre de leurs agresseurs ; des escadrons de chasseurs-tueurs de la taille d’une frégate et des dizaines de plates-formes d’armes autonomes surgirent des profondeurs vaporeuses de l’atmosphère de Xana I pour protéger les richesses de leurs maîtres et crachèrent leur charge avec une fureur synchronisée, envoyant des centaines de torpilles vers leur cible, les réacteurs à plasma des chasseurs-tueurs, ressemblant à des requins, brûlant dans leur sillage. Depuis leurs propres stations sur les routes de patrouille allouées à travers le système planétaire, les propres vaisseaux de guerre interstellaires de Xana, des arches de combat et des porte-aéronefs d’attaque pour la plupart, bien plus grands que les vaisseaux défensifs locaux, se réveillèrent et brûlèrent à leur poussée maximale pour intercepter la force d’assaut loyaliste qui, malgré la bravoure et l’habileté de ses Navigators qui avaient largué la force dans l’espace réel suffisamment près pour être à des heures plutôt qu’à des jours de distance de leur cible prévue, était encore capable de contester l’attaque avant qu’elle n’atteigne son but, ou au moins de fermer un piège mortel derrière les intrus.

Les calculs furent vérifiés et les projections tactiques exécutées et réexécutées des milliers de fois en l’espace de quelques secondes, des vagues secondaires de munitions jaillirent de la surface du Monde-Forge de Xana II lui-même et ses propres Serviteurs de combat dans le vide - des Kraken mécaniques de la taille de Croiseurs d’Attaque - s’échappèrent de leurs coquilles d’acier comme des lunes creuses et s’élancèrent vers la mêlée. Tout comme les globules blancs d’un corps humain essaient d’écraser un virus envahissant, les machines de guerre de Xana essaieraient d’écraser cette attaque inattendue, quelle que soit sa puissance.[15]

La Fausse Guerre

La nouvelle de l’attaque du système de Xana avait inévitablement atteint les Sons of Horus, dont le propre vaisseau avait détecté l’incursion depuis le Warp des forces impériales et témoigné de la réponse apocalyptique des défenses de Xana. Koraddon exigea des réponses. On lui présenta de profondes excuses pour l’inquiétude causée, et on lui assura que l’affaire serait traitée rapidement et sans risque pour la délégation du Maître de Guerre, et qu’il ne serait pas nécessaire de modifier l’échange de cadeaux et la démonstration de l’Ordinatus qui avaient été prévus. Pour Xana, la démonstration et la bataille imminente dans le vide étaient devenues une démonstration de force nécessaire devant leurs futurs alliés, d’une manière qu’ils n’avaient jamais prévue, mais qui n’en était pas moins vitale pour autant. Le Consistoire Vodien ne voulait pas perdre la face devant Horus.

Ainsi, alors que les vaisseaux de guerre et les torpilles des Loyalistes et du Mechanicum fonçaient les uns sur les autres à des vitesses inimaginables dans le vide spatiale et l’au-delà, l’alliance officielle de Xana avec la cause des Traîtres se déroulait avec une grande cérémonie et une précision d’horloger. Selon un accord préalable, la cargaison du Maître de Guerre fut livrée depuis l’orbite, alors même que les batteries d’intercepteurs planétaires de Xana II tiraient, tournaient et tiraient encore, envoyant des torpilles à toute allure dans la nuit sur des colonnes de feu. La cargaison fut débarquée entre les tirs de barrage, toujours scellée dans les ports d’atterrissage de plusieurs des principaux Temples-Forge de Xana : Tephra, Escorial et Setna, sans doute pour éviter la discorde au sein du Consistoire lui-même en répartissant le butin entre les Archimagos, libérer par transfert de clé à code lorsque l’accord serait officiellement conclu.

Pendant ce temps, le vaisseau de guerre des Sons of Horus, le Cicatrice Tyrannis, a été autorisé à se placer en orbite proche de la lune de Xana-Tisiphone, à l’abri des vagues de feu déchaînées par le Monde-Forge lui-même, et Koraddon, avec Unvacar Noon à ses côtés, est descendu avec une garde d’honneur de la taille d’une compagnie complète de Sons of Horus jusqu’à la surface via les ailes de Stormbirds entièrement armés et d’aéronefs d’assaut; une démonstration de force et peut-être de mécontentement qui ne pouvait pas être perdue pour la délégation du Mechanicum qui attendait. L’Archimagos-Procurateur Gilim Raijan, décideur principal du Consistoire Vodien de Xana et de son asseùblée personnelle de Magos, de Serviteurs-Gardiens et de Lexmécaniciens, était prêt à rencontrer le groupe de Koraddon à la lisière du grand terrain d’essai, un vaste champ de bataille artificiel situé à l’extérieur des murs d’un demi-kilomètre de haut de la grande prison-forge de Tisiphone-Shaol.

Les documents qui subsistent de cette rencontre sont fragmentaires et non corroborés, et suggèrent une rencontre froide et chargée de tension entre l’arrogance à peine contenue du seigneur de guerre Sons of Horus et la civilité froide et précise de l’Archimagos de Xana, avec la figure étrange et macabre du prêtre Davinite jouant le rôle d’intermédiaire. Rien n’a été dit sur l’imminence de la bataille spatial et, une fois la diplomatie et les salutations initiales terminées, la nature de la démonstration prévue a été détaillée.

Ce qui fut présenté aux émissaires de la Maître de Guerre devait être une sorte de fausse guerre, mais où le carnage serait bien réel. Des milliers d’esclaves armés et un énorme troupeau humain, certains étant des Abhumains, d’autres des serfs de forge et des Adsecularis, tandis que d’autres étaient des prisonniers militaires capturés lors de raids par les Xantes - des soldats de la cause loyaliste pour la plupart - ont été lâchés sur le terrain d’essai de plusieurs kilomètres de large. Contrôlé par des colliers-suicide télécommandés et stimulé par des produits chimiques auto-injectés en cas de besoin, ce maudit régiment était équipé d’une panoplie d’armes allant des armes légères jusqu’aux chars lourds de modèle impérial, et on lui avait confié une tâche simple mais impossible : survivre à ce qui se préparait.

Depuis la coupole d’observation blindée d’un imposant engin terrestre Mechanicum, flanqué d’une paire de transporteurs Mastodons des Sons of Horus formant l’escorte, les émissaires du Maître de Guerre et l’Archimagos Raijan observeraient le jeu sanglant qui allait suivre, inviolés derrière leurs boucliers du vide mais au cœur même de la bataille inventée. Ce devait être un spectacle purement destructeur, un massacre sur commande. Les vastes portes noires voûtées de la prison-forge s’ouvrirent et les trois monstres apparurent, Mithrax, Nepothax et Ashurax, chaque Ordinatus étant entièrement armé et opérationnel, et chacun ayant à son bord une bande de Techmarines des Sons of Horus pour observer leur fonctionnement de très près.

Avec un signal codé qui promettait une mort instantanée en cas de refus, la première vague de soldats asservis attaqua, des centaines puis des milliers de fantassins se déversant sur le sol brisé et truffé d’obus. En réponse, les Ordinatus s’étendirent et se déployèrent, avançant, formant un alignement, des grappes à moitié visibles d’Automate bourdonnants planant pour garder les flancs de chaque énorme machine de guerre si quoi que ce soit s’approchait pour mettre en danger leurs puissantes charges.

Telle une vaste nuée d’insectes, la vague d’infanterie déferla et commença à encercler les bêtes de métal grondantes, les vastes et baroques canons des Ulators commencèrent à crépiter et à briller sous l’effet d’une énergie croissante provenant d’une puissance sauvage, jusqu’à ce que des arcs de foudre soudains et des vagues chatoyantes d’air déformé jaillissent de leurs canons et de leurs bobines comme des fantômes enragés. Les premiers tirs des attaquants désespérés – des obus lourds et des roquettes non guidées - commençaient à peine à se disperser sur les champs énergétiques protecteurs des Ordinatus quand les destructeurs soniques des Ulators se mirent enfin à tirer. Il y eut un bref éclair aveuglant.

Fragments et Suppositions[16]

L’essentiel de ce que l’on sait sur l’incident connu sous le nom d’Incursion de Xana est un dossier assemblé à partir de sources secondaires diverses et incomplètes. Celles-ci incluent les archives akashiques de l’Amphion récupérées dans sa coque après la Bataille de Triton, les données récoltées par le savant Xante exilé Mordifia Turul et l’appendice apocryphe des "Larmes de la Gorgone", un traité allégorique et désormais interdit associé à un Chapitre de la Troisième Fondation. Le dossier source principal de l’opération, détenu sous le Sceau et l’organisation du Sigillite et la Divisio Sicarii, a été perdu lors de la dévastation du Siège de Terra. Il est également certain que pendant la durée des Guerres de l’Hérésie, l’opération a été tenue secrète par les ordres du Sigillite, même vis-à-vis du Haut Commandement Impérial. Il est également très probable que l’individu se faisant passer pour Raxhal Koraddon était en fait Endryd Haar, un paria non pas des Sons of Horus mais de la légion des World Eaters, qui est resté loyal, mais la provenance d’au moins 1 000 Legiones Astartes l’accompagnant reste une question de conjecture.

Il est généralement admis que cette force, qui entreprenait ce qui était en fait une mission suicide avec peu d’espoir de récupération ou de sauvetage, même en cas de succès, était composée de Legiones Astartes vétérans qui, comme Endryd Haar, étaient restés loyaux, même si leurs Légions d’origine étaient devenues des Traîtres. Cette force désespérée et maudite n’avait pas grand-chose à perdre, et rien à gagner, si ce n’est la rédemption dans la mort. On ne sait pas non plus comment Endryd Haar a survécu, car ses actions au cours de la dernière Guerre Solaire sont connues de tous. La profondeur de l’implication des Dark Angels est tout aussi énigmatique, mais le mystère le plus inconnu et le plus inquiétant de l’Incursion de Xana est sans doute l’horreur qui a éclaté sur Xana II après l’Archimagos et l’attaque du Souverain Noir.

Un silence rugissant, dévorant tout son, la surface du monde elle-même sembla onduler comme une mer torturée et, en cet instant, un millier de vies furent anéanties. Les corps, déchirés en lambeaux rouges par les vagues d’énergie sonique dévastatrices, furent projetés à travers le champ de bataille comme s’ils étaient poussés par un ouragan, et sous eux, trois grandes tranchées creusaient maintenant la terre pour marquer les explosions déchaînées. À côté de ces sillons, des dizaines d’hommes ensanglantés titubaient sur des membres brisés, les sens dévorés et l’esprit brisé. Ceux qui avaient la chance d’être suffisamment éloignés voyaient le sort de leurs camarades et s’enfuyaient s’ils le pouvaient, ou s’effondraient simplement sous le choc.

Les Ordinatus, implacables, poursuivirent leur route, entraînant dans leur sillage la colonne d’observateurs, vers leur but ultime, un paysage urbain en ruines situé à environ neuf kilomètres de là ; une ville qui avait été construite et reconstruite à de nombreuses reprises par le passé, pour être détruite lors des essais des canons de Xana. Le signal fut donné et la deuxième vague fut ordonnée, cette fois une force mixte d’infanterie blindée et de blindés de soutien. L’attaque était encore plus désespérée, la tempête qui éclatait sur les boucliers des Ordinatus plus violente, mais le résultat était le même : une armée anéantie comme par la main d’un dieu annihilateur. Le signal fut émis encore et encore et la sanglante mascarade de la guerre se poursuivit, des forces blindées seules, des troupes aéroportés, des Serviteurs de Combat, puis une colonne de chars super-lourds pour tester les défenses des puissants Ulators jusqu’à la limite. La tuerie continua pendant des heures.[17]

L’Ombre de l’Aile de l’Ange

Alors que la puissance des trois dons était démontrée de manière aussi vide et meurtrière sur Xana-Tisiphone, dans le vide spatial, les flottes adverses se rencontraient. Des forces de destruction inimaginables se déchaînèrent, des lances à rayons tissant des tracés de lumière annihilantes dans le vide, des vagues de torpilles se heurtant à des barrages de tonnerre et des explosions atomiques ondulant comme des étoiles mourantes à travers le firmament. Les cuirassés de l’Imperium formaient un coin conique pour protéger leur entourage mortel des brûlots, leurs frégates et Destroyers d’escorte s’élançant follement autour d’eux pour intercepter les salves de torpilles ou les Serviteurs qui franchiraient les barrages titanesques de l’Amphion et de ses sœurs, certains payant de leur vie pour accomplir leur tâche sanglante, interposant leurs frêles coques contre la fureur. Lentement, la poigne de fer de Xana se referma sur la flotte loyaliste, et bien que des dizaines de chasseurs-tueurs du Mechanicum périrent, déchiquetés en fragments spiralés par les Macrocanons et les canons à plasma des Loyalistes, et que des Arches de Guerres entières furent tranchés en deux de l’étrave à la poupe par les prodigieuses lances primaires de l’Amphion, la flotte attaquante commença à faiblir et à rétrécir.

D’abord, l’un des Cuirassés loyalistes, le Fureur de Dequenne, se détacha de la formation, une carcasse en flammes, puis, peu après, un second, le vénérable Sceptre de Io, devint incontrôlable, les bêtes d’acier rongeant et s’enroulant sur sa coque comme des goules voraces, les bandes de Thallax et les Automates de Bataille Castellax injectés comme du poison dans les veines du Cuirassé, tandis que les hommes d’armes de l’Auxilia Solar à bord luttaient désespérément pour leur survie, sans grand résultat. Le bouclier défensif des Loyalistes s’est ouvert, son écran d’escorte a été arraché, et les brûlots eux-mêmes ont commencé à s’embraser dans leur agonie. Lentement, et à grands frais, le Mechanicum Xante gagnait la bataille, la flotte des Loyalistes n’atteindrait jamais la distance de frappe des vaisseaux cachés dans la ceinture de débris.

Les plates-formes d’armes de la stratosphère trouble de Xana II s’étaient enfin tues, leurs munitions étant épuisées, tout comme les silos terrestres de Xana II qui s’étaient entièrement déchargés. Dans le vide lointain, la question était maintenant tranchée par la brutalité d’une bataille à courte portée dans le vide, à laquelle ils ne participeraient pas. C’est ainsi que la station défensive Mortis-XI, au cœur du réseau de défense de la ceinture de débris, commença à réduire ses systèmes pour se mettre en position défensive, les Technoprêtres cyber-liés à son cercle de contrôle s’adressant aux dizaines de plates-formes d’armement qu’ils contrôlaient pour leur faire part de leur état et corriger les anomalies de position dans leur déploiement causées par leur masse désormais réduite. Soudain, leurs Augures signalèrent un nouveau contact hostile, un vaisseau de guerre incroyablement proche, non pas au-delà dans le vide spatial, mais en dessous d’eux dans l’épaisse atmosphère de Xana I. La station Mortis-XI mourut dans une éruption de néant, des torpilles à Vortex l’arrachant à la réalité dans une bourrasque d’épaves en désintégration. A sa place, un vaisseau noir sablonneux sortit de l’obscurité, long et vil comme une lame, le blindage presque sans accroc de sa surface ne présentant aucune particularité à l’exception d’une seule icône cramoisie sur sa proue basse, gravée à l’image d’une épée ailée.

Le vaisseau sablonneux décrivit un arc de cercle presque paresseux vers les dizaines de transports et de cargos en sommeil dont la protection dans la ceinture de débris de Xana I ne valait plus rien face à ce loup parmi le troupeau, et il commença à tuer. Des batteries de plasma secondaires et des lasers défensifs jaillirent des plates-formes d’armement usagées en direction du vaisseau meurtrier, mais ils étaient trop peu nombreux pour avoir une chance de s’en sortir. Sur Xana II, les esprits froids qui régissaient les Temples-Forge identifièrent rapidement le vaisseau, car il s’agissait d’une machine de mort unique en son genre, aux côtés de laquelle leurs propres forces s’étaient battues plusieurs décennies auparavant, lors des guerres de Rangdan. Il ne s’agissait pas d’un simple Croiseur d'Attaque des Legiones Astartes, mais d’une relique isolée de la Longue Nuit, une chose récupérée dans les permafrosts de Ganymède de la propre main de l’Empereur. Il s’appelait le Souverain Noir et appartenait à la Ie Legion, aux Dark Angels.[18]

La Colère des Trahis

Ordinatus Minoris Ulator : Ashurax[19]

Dans les jours précédant l’éclatement de l’Hérésie d’Horus, Xana II rivalisait avec les plus grands Mondes-Forges de l’Imperium par sa maîtrise des arcanes du Culte de la Machine et par l’ampleur de sa capacité de production. Leur capacité à produire des Ordinatus Minoris, même dans des proportions extrêmement limitées, est un exploit que seule une poignée d’autres Mondes-Forges ont pu reproduire, et qui a suscité un grand émoi parmi les Magos, car les secrets de fabrication de ces machines de guerre titanesques étaient étroitement gardés et leur apparition aux confins de l’espace impérial, là où une telle puissance ne devrait pas exister, s’est révélée être un mystère profondément contrariant. Pourtant, alors que l’Hérésie d’Horus passait d’un conflit limité à quelques mondes isolés à une guerre galactique totale, les Magos de Xana révélèrent non pas un seul exemplaire de ces machines dévastatrices, mais trois, toutes destinées à augmenter les hordes déjà puissantes du Maître de Guerre.

Les quelques archives de Xana qui ont survécu à l’Hérésie d’Horus montrent que l’Ordinatus Minoris de classe Ulator est le seul artefact de cette envergure que les Magos aient conservé les connaissances nécessaires à sa construction, ou du moins la seule classe dont on sache qu’elle a été fabriquée par ces Magos reclus. L’Ordinatus de classe Ulator est construit autour d’un destructeur sonique colossal ; un générateur de transduction sonique directionnel capable de nettoyer un champ de bataille des combattants et blindés ennemis. Générant une onde d’impulsion hyper destructrice qui résonnait avec une force égale à la masse de l’objet frappé, l’impact de l’arme était aussi redoutable pour les puissants chars super lourds des Legiones Astartes que pour les humbles fantassins de l’Auxilia Imperialis.

Cette arme impressionnante, qui rivalisait avec la puissance de destruction des puissantes machines divines de la Legio Titanicus, était le principal objectif des machines de l’Ordinatus. La structure principale du véhicule était un tracteur renforcé permettant de mettre l’arme en position de tir et de monter l’immense réacteur à fusion nécessaire à l’alimentation du destructeur sonique. L’exemple présenté ici est l’Ordinatus Minoris Ashurax, l’un des deux Ordinatus capturés par la force alignée sur l’Imperium qui a attaqué Xana II en 007. M31.

Le contrôle de l’Ashurax a été pris par une cabale de Techmarines loyalistes, dont sept ont subi des dommages neuro-corticaux mortels en tentant de maîtriser l’Esprit de la Machine déchaîné que les Magos de Xana avaient lié au fonctionnement de l’Ordinatus. Les essais à tirs réelles qui s’ensuivirent décimèrent les Magos Xanites chargés de récupérer l’inestimable artefact. Évacué en toute sécurité de la surface de Xana-Tisiphone, l’Ashurax fut transféré sur Beta- Garmon, où il reposa entre les mains des Magos loyalistes chargés de son entretien jusqu’à ce que la campagne connue sous le nom de "La Mort des Titans" se déroule sur ce même monde.

Sur Xana-Tisiphone, la nouvelle de la lame dans l’obscurité fut un choc suffisant pour mettre un terme au carnage simulé de la manifestation des Ordinatus. Les explosions de macro-munitions des transports mourants dans le champ de débris de la géante gazeuse Xana I étaient suffisamment puissantes pour être clairement visibles dans le ciel. Les prises du Maître de Guerre étaient en train de mourir dans les flammes, et les vaisseaux spatiaux de Xana étaient tout simplement trop loin pour l’empêcher.

Sur le pont d’observation de l’imposant Mechanicum, l’Archimagos-Procurator Gilim Raijan se tourna vers Unvacar Noon, peut-être pour lui offrir une explication ou peut-être pour implorer le propre vaisseau de guerre des Sons of Horus d’attaquer le vaisseau des Dark Angels, mais il constata que les traits de Noon fondaient comme de la cire devant lui. Le bras de l’émissaire jaillit, trop vite même pour que les réflexes augmentés de l’Archimagos puissent y réagir, et une pointe dorée s’enfonça dans son corps, une onde de choc rugissante court-circuitant ses systèmes d’alimentation et faisant s’effondrer son bouclier défensif personnel.

Raijan s’éloigna de son attaquant tandis que ses propres Serviteurs s’abattaient sur l’assassin flou, mouvant et rapide comme une ombre, mais derrière lui, il découvrit la masse blindée de Koraddon qui le surplombait alors qu’il chancelait. Le seigneur de guerre à l’armure vert-de-gris tendit la main vers l’Archimagos déchu et arracha sans mot dire la tête de Gilim Raijan avec son Gantelet Énergétique dans une pluie d’étincelles et de fluides noirs, puis réduisit en miettes son corps métallique agité de soubresauts.[20]

L’Heure de l’Exécution

Les Seigneurs de Xana avaient été trompés et le stratagème sanglant des Loyalistes avait porté ses fruits. Quelques trois heures après le premier échange de tirs contre la flotte loyaliste dirigée par l’Amphion, toutes les forces des défenses du vide du Mechanicum avaient été déployées et engagées dans la bataille, les munitions à longue portée de Xana II avaient été utilisées et leurs vaisseaux de guerre étaient maintenant engagés dans un combat rapproché avec le groupe de combat terranien. Les vaisseaux Xantes étaient désormais trop éloignés pour défendre leur Monde-Forge ou, plus important encore, pour protéger l’immense flotte de ravitaillement ancrée dans la ceinture de débris de Xana I, lorsqu’un nouvel attaquant loyaliste, le mortel Souverain Noir, lança son propre assaut surprise dévastateur depuis l’atmosphère de la géante gazeuse Xana I.

Au milieu de ce chaos général, la bataille soudaine sur Xana-Tisiphone passa presque inaperçue, car un autre mensonge fut révélé, et ceux qui s’étaient fait passer pour les Sons of Horus et les émissaires du Maître de Guerre se révélèrent être d’une toute autre étoffe. Il s’agissait des Legiones Astartes pour l’essentiel, mais pas des élus de Malcador - que l’on appellerait plus tard les Chevaliers Errants - il s’agissait des restes amères des Légions qui avaient trahi alors qu’eux étaient restés loyales, une décision que nombre d’entre eux avaient déjà payés de leur sang et de leurs nerfs en combattant ceux qu’ils avaient autrefois appelés leurs frères. Leur chef était Endryd Haar, ancien World Eaters, et c’est lui qui s’était fait passer pour le chef de guerre des Sons of Horus, Koraddon, qu’il avait sans doute lui-même tué auparavant. Lui et ses compagnons avaient, par une brutale attaque surprise, pris le commandement des trois Ordinatus Minoris destinés à être offerts au Maître de Guerre et, avec une sauvagerie diabolique, avaient retourné leur redoutable pouvoir contre leurs créateurs.

Tout d’abord, les Automates Gardiens qui les escortaient avaient été abattus et écrasés par les Sons of Horus, grâce à des chars lourds maquillés en Mastodon qui avaient servi de garde d’honneur à Koraddon, avant que la puissance maléfique des destructeurs soniques des Ordinatus ne réduise à néant les blindés et les véhicules de soutien Xante qui se trouvaient à proximité. L’anomie s’est encore accélérée lorsque les Techmarines loyalistes ont compromis le réseau de commandement djinn local en s’interfaçant avec les restes déchiquetés de l’Archimagos Gilim Raijan pour actionner le déclenchement à distance des colliers des milliers d’esclaves de guerre restants qui allaient être utilisés dans la démonstration sanglante de la puissance de l’Ordinatus. Ces esclaves armés, une fois libérés, s’enfuirent là où ils le purent, propageant le désordre et la violence sauvage qui s’étaient déchaînés.

La tentative désespérée de s’emparer de l’Ordinatus, très prisé, n’était que le début de l’opération sur Xana-Tisiphone. L’énorme vaisseau de guerre qui avait amené la délégation supposée des Traîtres à Xana, le Cicatrice Tyrannis, est descendu plus bas dans l’orbite de Xana-Tisiphone, plaçant l’ombre de la lune entre lui et Xana II, se protégeant ainsi des représailles qui allaient suivre alors que son équipage ignorait toutes les demandes d’attaquer le Souverain Noir ou d’aider à la défense contre les Loyalistes. Le Cicatrice Tyrannis commença alors son propre assaut terrestre sur Xana-Tisiphone, des Stormbirds et des Thunderhawk descendirent tandis que la puissance de l’Ordinatus se tournait vers les portes cyclopéennes de la grande prison-forge de Tisiphone-Shaol, les brisant.[21]

La Fureur du Souverain Noir

Dans l’anneau de débris qui gravite autour de Xana I, une grande et violente tempête se déchaîne. L’un après l’autre, les énormes vaisseaux de marchandises de la flotte de ravitaillement, lourdement chargés de munitions et autres substances volatiles, furent déchiquetés par la fureur des attaques des vaisseaux de guerre des Dark Angels ou furent incendiés et laissés exsangues leurs cargaisons en cours de désintégration dans l’espace. Les macro transports, longs de plusieurs dizaines de kilomètres et jamais destinés à la guerre, ne disposaient pas d’armes ou de défenses suffisantes pour faire face à un vaisseau aussi meurtrier que le Souverain Noir, tandis que leur masse disgracieuse aurait rendu toute fuite impossible, même s’ils n’avaient pas été attrapés à l’arrêt par le vaisseau prédateur à l’allure de lame.

Le Souverain Noir se fraya un chemin à travers le grand arc de vaisseaux de ravitaillement, faisant feu de tout bois, et atteignit le cœur de la Flotte, où se trouvaient les vaisseaux les plus précieux - des barges Mechanicum à coque d’airain et des Dromons contenant des voûtes de stase, à présent rassemblés en une formation toroïdale défensive. Comparés aux carcasses ternes des macro-cargo, ces transports avaient assez de mordant pour répondre à leur attaquant, et tandis que le Souverain Noir plongeait au milieu d’eux comme un couteau venu des ténèbres, les batteries coordonnées des barges ouvrirent le feu sur leur attaquant, lézardant le vide de flots flamboyants de plasma surchauffé et de faisceaux dorés d’énergie uniforme.

Les boucliers du Souverain Noir s’enflammèrent lorsque le barrage l’atteignit, faisant apparaître la silhouette du vaisseau blafard dans une couronne de lumière, mais il ne se découragea pas, car il s’agissait d’un vaisseau de la Première Légion et d’un vétéran de siècles de guerre cauchemardesque au milieu des étoiles sombres. Au lieu d’effectuer un passage rapproché afin d’utiliser ses armes avec un maximum d’efficacité, comme l’exigeait la doctrine navale et comme l’avaient sans doute prévu les Cogitateurs-Logis du Mechanicum, le Souverain Noir plongea au cœur de la formation défensive, ses canons se taisant soudain, toute la puissance disponible étant dirigée vers ses boucliers afin de résister à la tempête des tirs de riposte à bout portant. Il dépassa sa première proie à quelques centaines de mètres à peine, et les griffes d’assaut Kharybdis jaillirent des flancs du Souverain Noir pour s’enfoncer dans la coque de la Barge Xante. Le vaisseau de guerre des Dark Angels roula sur lui-même et d’autres modules d’assaut se plantèrent dans une deuxième barge, trop proche et trop rapide pour être interceptée.

Un escadron de Béliers d’Assaut Caestus se détacha du Souverain Noir et s’éloigna dans le sillage des réacteurs brulants du vaisseau de guerre pour trouver sa propre proie alors que le vaisseau des Dark Angels trouvait sa cible finale, un long Dromon spatial presque cristallin, désigné maintenant comme le Mu-571, un vaisseau singulier qui était peut-être autrefois d’origine Xenos avant que le Mechanicum n’étende ses propres rouages gris acier sur sa coque blanche comme du quartz. Les réacteurs du Mu-571 chauffaient à blanc alors qu’il tentait d’échapper à une collision imminente, mais en vain. Le ventre blindé du vaisseau Dark Angels percuta la colonne vertébrale du Dromon et poursuivit sa course, réduisant à néant les Boucliers Void du Mu-571 et rendant le vaisseau incontrôlable, alors qu’au cœur du vaisseau, dans ses chambres, la réalité se fendait et que les silhouettes en armure noire des Terminators Dark Angels se manifestaient dans le fracas de l’éclair de transit de leur Téléporteur.[22]

La Logique de la Survie

Au plus profond des Temples-Forge de Xana II, conglomérats de manufactures, de voûtes et de Ruches labyrinthique enfoncés loin sous la surface de la planète, les Magos restants du Consistoire Vodien communiquaient entre eux par impulsions de données quasi frénétiques, à travers les réseaux souterrains du monde. Avec une rapidité surnaturelle, on peut supposer qu’ils ont recueilli toutes les informations disponibles sur la catastrophe qui se déroulait autour d’eux: trahison, assaut, destruction massive, une guerre sur de multiples fronts dans laquelle ils ont été complètement aveuglés et pris au piège les uns après les autres. Comment, avec leurs vastes intelligences augmentées par des machines, ils avaient pu être ainsi déjoués, c’était une impossibilité à laquelle il faudrait réfléchir plus tard, mais pour l’instant, il fallait agir si l’on voulait garantir la survie, qui est la directive première de tout Monde-Forge.

Face à une tournure aussi choquante des événements, la paranoïa dominait désormais leur raisonnement. Confronté à la possibilité indiscutable que des forces d’attaque encore plus nombreuses étaient en route pour assiéger leur Monde-Forge, le Consistoire Vodien envoya des signaux de rappel prioritaires aux vaisseaux de guerre encore engagés dans la bataille spatial pour défendre Xana II et la débarrasser du Croiseur Super-Lourd des Sons of Horus qui se tenait en orbite autour de sa lune comme un assassin en attente. Le retrait de la Flotte du combat était une manœuvre coûteuse, mais tous les coûts seraient supportés pour la défense du Monde-Forge, et même la flotte remplis de munitions, qui ne brûlait plus qu’à moitié, fut abandonnée par les froides équations de la survie.

Partout sur Xana II, les réseaux d’armes et de scanners étaient pointés vers le ciel, les grilles défensives et les Boucliers Void étaient réalignés pour se défendre contre les attaques orbitales, tandis que loin en dessous, les trains lev-mag souterrains filaient à des vitesses très dangereuses pour réarmer les silos de missiles de la planète qui venaient d’être utilisés, à partir des stocks auxiliaires conservés profondément sous les mers du monde. Tout Xana s’était mobilisé pour repousser une attaque venu du vide de l’espace, mais ce n’était pas de là que venait l’attaque.[23]

La Vengeance des Déchus

Aux ports de transfert orbitaux des plus grands Temple-Forge de Xana : Tephra, Escorial et Setna, les cadeaux du Maître de Guerre attendaient ; plusieurs centaines de conteneurs de fret répartis entre eux, scellés et inertes, allant de modules de manutention d’un mètre carré de type SCS, que l’on trouve par milliards dans tout l’Imperium, à des transporteurs spatiaux blindés d’une capacité d’une mégatonne, destinés à survivre intacts aux rigueurs des voyages interstellaires. Ils avaient été minutieusement scannés par les Auspex à leur arrivée et aucun signe de vie ou de source d’énergie active n’avait été trouvé à l’intérieur. De plus, les écho-scanners avaient révélé des mesures de masse et de résonance, indiquant la présence de ce qui avait été promis: les corps brisés des Legiones Astartes et de leurs machines de guerre. Dans ces conditions, conformément à l’accord diplomatique qui avait été conclu, aucun conteneur n’a encore été percé ou ouvert. Ce qui devait se passer ensuite reste un sujet de controverse pour ceux qui se sont penchés sur cet incident, et ne peut être reconstitué que par des fragments de données auxiliaires, des données éparses de capture d’images et de Vox provenant des archives ennemies saisies et des ouï-dire bien après les faits, la vérité mourant peut-être avec tant d’autres vérités dans les pertes subies pendant le Siège de Terra, où tant d’autres choses ont été perdues. Mais d’après toutes les preuves disponibles, les morts marchaient sur Xana II.

Presque d’un seul coup, les conteneurs furent brisés et ouverts à l’intérieur, les poings recouverts de Céramite s’enfonçant dans l’air comme s’ils avaient été appelés par un appel inaudible. Des silhouettes en armure sombre s’avancèrent, sinistres et silencieuses, portant la livrée des Loyalistes déchus, des légionnaires des Raven Guard et des Salamanders, voire des Imperial Fists et des White Scars, mais la plupart portaient la livrée brûlée et déchirée des Iron Hands, des compagnies de Clans massacrées en masse sur les sables noirs de Isstvan V, et plus sinistrement encore, des compagnies de Clan tombées longtemps auparavant, durant les jours les plus sombres de la Grande Croisade. De cette armée de morts, on ne pouvait discerner aucun chef, aucun signal de commandement ou transmission Vox de commandement n’était enregistré, mais seulement un champ électro-spectral oscillant d’origine inconnue qui semblait pulser sans relâche depuis les conteneurs funéraires d’où ils provenaient. Ils étaient suivis par des dizaines de Dreadnoughts issus des plus grandes unités de fret, dont les coques étaient aussi endommagées et malmenées que les armures et les corps qu’ils côtoyaient, mais qui n’en étaient pas moins fonctionnels pour autant, et derrière eux grondaient des chars à moitié détruits et des plates-formes d’armes de pointe, bourdonnant d’énergie et du cliquetis des obus en cours de chargement. Les Automates et les Adsecularis qui se trouvaient à proximité et qui répondirent à cet assaut soudain furent submergés en quelques instants et l’armée silencieuse se déploya rapidement en éventail, de façon désordonnée, trébuchant ici et là sur des membres cassés et chancelant, mais toujours avec une rapidité mortelle et un but meurtrier. Bientôt, les alarmes retentirent et les défenseurs de Xana, dont la vigilance incessante était tournée vers le ciel, se tournèrent vers la contre-attaque rapide des envahisseurs en leur sein et se retrouvèrent face à un ennemi d’une férocité singulière et suicidaire.

Les équipes de Techno-serfs Adsecularis et les Servo-gardes casernés près des astroports furent les premières troupes à réagir, mais elles ne firent rapidement pas le poids face à la sinistre marée de morts qui se déversait des conteneurs, leurs corps brisés par d’inébranlables volées de tirs de Bolters ou simplement déchiquetés dans des combats au corps à corps trop unilatéraux pour mériter ce nom. Les manipules de Castellax et les détachements d’armes lourdes commandés par les Technoprêtres arrivèrent bientôt dans la mêlée, mais ils se retrouvèrent face à des Legiones Astartes qui se battaient et mouraient avec une fureur froide et inflexible qui semblait transcender les blessures et la mort plus encore que ne le proclamait la renommée des Legiones Astartes. Des corps à l’armure sombre, amputés de membres ou coupés en deux par des Canons à Bolts Mauler se traînaient toujours vers l’attaque, tandis que des chars qui auraient dû être rendus inopérants au moins trois fois à cause des dommages subis se traînaient comme des épaves en flammes, leurs armes continuant à tirer alors même que leurs propres réserves de munitions commençaient à fondre et à exploser.

Les Automates de Bataille Xante étaient attaqués par des tirs de Phosphex rampants et affaiblis par des missiles rad, ils étaient blessés devant les serres maraudeuses des Dreadnoughts qui les déchiraient membre par membre ou les réduisaient en miette. L’armée vengeresse poursuivit sa route, sans chercher à sécuriser les installations portuaires ou à consolider une ligne de bataille, avec pour seul impératif de détruire, de tuer et de continuer à tuer, jusqu’à ce qu’elle soit elle-même tuée. Lorsque le Consistoire Vodien, ébranlé par ce nouvel assaut, a réalisé le véritable danger de ce qui se passait, il était trop tard. L’évasion était en cours et les envahisseurs ne pouvaient plus être contenus.

Lentement mais inexorablement, les Legiones Astartes envahisseurs se répandirent dans les hautes sphères du Temple-Forge, le massacre et la destruction étant leur seul objectif stratégique. Savants et soldats, Adsecularis et Automates de Bataille, Technoprêtres et esclaves, tous furent massacrés. Dans leur sillage, les incendies brûlaient de manière incontrôlable, le Phosphex rampant sur toutes les surfaces s’infiltrait dans les conduits d’aération et dévorait avidement tout ce qu’il touchait, les systèmes de transition d’énergie étaient dynamités et sabotés, les conduites de carburant incendiées et les tours Vox renversées. Les niveaux sous la surface des grands Temples-Forge de Xana commencèrent à brûler.[24]

L’Éclatement

Quinze heures après le début des hostilités, le système de Xana était envahi par les flammes et les débris en spirale. Le reste de la Flotte de guerre Xante, qui avait engagé le groupe de combat de l’Amphion, se précipitait à présent vers Xana II. La flotte du Mechanicum n’était plus qu’au tiers de ses effectifs initiaux, ayant subi de nouvelles pertes importantes en se désengageant des vaisseaux capitaux loyalistes, qui avaient utilisé les brûlots survivants contre eux alors qu’ils tentaient de se replier. Le groupe de combat loyaliste survivant, y compris l’Amphion blessé mais invaincu, n’a pas poursuivi, profitant de l’occasion pour se désengager, leurs propres arsenaux ayant été presque épuisés par la longue bataille dans le vide et chacun ayant subi d’importants dommages au cours du combat.

Dans la ceinture de débris de Xana I, désormais parsemée de carcasses en flammes et déchirée par des tempêtes de munitions explosives, le résultat pour la vaste flotte d’armement avait été encore plus désastreux, car plus des deux tiers des macro-transporteurs avaient été soit détruits, soit envoyés en flammes pour plonger dans le puits de gravité de la géante gazeuse ou pour dégringoler, impuissants, dans le vide. Les architectes de ce désastre, le Souverain Noir et les Astartes de la Ie Legion, étaient également en partance pour les confins du système, l’une des grandes barges et le Dromon Mu-571, devenus le butin de guerre des Dark Angels, peinant à suivre la vitesse du vaisseau de guerre. Les incendies faisaient également rage à la surface de Xana II, bien que le Monde-Forge tout entier se soit à présent soulevé contre les envahisseurs qu’il avait laissés pénétrer en son sein.

Les envahisseurs avaient pénétré jusqu’aux vastes galeries souterraines avant d’être accueillis par les gardiens les plus belliqueux de Setna, un contingent de Chevaliers de la Maison Malinax, vétérans de longue date de guerres menées loin du sol de Xana. Ici, les sinistres Legiones Astartes avaient été accueillis par une vingtaine de Chevaliers de la Maison Malinax, et bien que près de la moitié des Chevaliers présents aient péri en contrant l’assaut, les envahisseurs avaient été brûlés et écrasés par centaines, les combats ne s’arrêtant que lorsque le dernier des Space Marines soit totalement brisé, au-delà de l’amer fil de vie qui le propulsait. Les deux autres grands Temples-Forge de Xana n’avaient pas été aussi bien loties et, parmi elles, la célèbre Tephra avait beaucoup souffert, l’un de ses puissants réacteurs ayant été percé et explosé, transformant plusieurs kilomètres carrés de son cœur en scories radioactives au prix de dizaines de milliers de vies perdues et de vastes ressources en machines détruites avant que les envahisseurs ne soient finalement submergés par le simple poids du nombre.

Les dégâts subis par le Temple-Forge Escorial, sa jumelle, furent moins importants, mais largement diffus, l’ennemi s’étant propagé à ses artères enchevêtrées de tunnels et de portiques, et les derniers vestiges des envahisseurs, bien que réduits à une simple poignée de corps en ruine, continuent de faire des ravages dans les profondeurs. Sur Xana-Tisiphone, les choses s’étaient terminées dans un état encore plus sanglant, la prison-forge elle-même était tombée sous l’assaut des Legiones Astartes loyalistes sous le commandement d’Endryd Haar et la puissance de feu des Ordinatus capturés, la population sombrant dans l’anomie et une révolte violentes qui permirent aux forces de Haar de saccager le centre d’essais d’armes avant d’être soudainement et sauvagement repoussées par une contre-attaque venant d’en bas.

Les forces qui les assaillaient, des cohortes de la Legio Cybernetica aux armures d’airain, avaient sommeillé dans les profondeurs du pénitencier de Sheaol et étaient d’étranges modèles inconnus jusqu’alors, dont l’apparence presque diabolique était à l’opposé de tous les modèles répertoriés du Mechanicum. Se déplaçant à une vitesse inouïe et avec un instinct de prédateur, ces Automates de Bataille repoussèrent les Legiones Astartes loyalistes, tuant un grand nombre d’entre eux et les forçant à battre en retraite lorsque tout ce qu’ils avaient gagné fut bientôt mis en danger, la contre-attaque culminant lorsque l’un des Ordinatus les plus précieux, le Nepothax, fut attaqué et détruit dans une tentative de le reprendre. Les forces de Haar se retirèrent à contrecœur, emportant avec elles leurs prises restantes et quittant la planète, leur vaisseau, le Cicatrice Tyrannis, subissant lui-même de lourds dommages dans sa fuite, devançant de justesse la flotte Xante qui revenait sur ses pas.

L’incursion de Xana était terminée.[25]

Les Conséquences de l’Incursion

L’opération connue sous le nom d’Incursion de Xana est restée un secret de l’Âge des Ténèbres, une bataille de plus livrée sans souvenir et largement inconnue, bien qu’une bataille plus étrange que la plupart des autres, et depuis lors, cet engagement a été entouré de mystères sinistres et de rumeurs. La grande richesse de Xana, une récompense qui aurait pu faire basculer la guerre pour l’un ou l’autre camp, avait été livrée aux mains de la mort uniquement, à l’exception d’une petite partie soigneusement choisit que les loyalistes auraient utilisée à leurs propres fins pendant la "Mort des Titans" et le Siège de Terra lui-même, bien que les véritables gains de cette victoire ou la question de savoir s’ils valaient le prix élevé qu’il a fallu payer pour les obtenir soit un jugement que personne ne peut faire aujourd’hui. Les moyens mis en œuvre pour remporter la victoire, et en particulier la véritable nature de l’"armée des morts", utilisée avec un tel effet meurtrier lors de l’attaque apparemment suicidaire contre le Monde-Forge lui-même, sont tout aussi énigmatiques.

En fin de compte, l’alliance de Xana avec la cause des Traîtres n’avait pas été contrecarrée, mais seulement retardée de plusieurs années, et c’était peut-être suffisant. Xana fut rapidement reconstruite et fortifiée et commença finalement à fournir aux Traîtres une grande quantité de machines de guerre toujours plus étranges et plus dangereuses dans les dernières années de l’Hérésie d’Horus - un véritable exemple de ce qui sera connu sous le nom de Mechanicum Noir - était difficilement reconnaissable de ce qui avait précédé et demandait un lourd tribut pour son soutien. Certains sont allés jusqu’à dire qu’en renversant le synode dirigeant de Xana, le Consistoire Vodien ayant été assassiné dans les rangs du Monde-Forge peu après l’incursion, un ordre de maîtres bien plus sombre et dangereux a vu le jour. Ils prirent ce qui restait du champ de bataille et l’utilisèrent à leurs propres fins infernales, ce qui signifie que ce sont les tromperies et les armes monstrueuses de l’Imperium qui ont donné naissance au cauchemar à venir.[26]

Pelagor Marner.jpg

Dark Angels Lance-Décurion - Eioi-7, Escouade Despoiler, Adjudant de l’Escouade, 52e Chapitre du Premier Ost Firewing, Pelagor Marner

Pelagor Marner était un légionnaire Calibanite des Dark Angels dont le chapitre était basé sur le célèbre vaisseau de guerre pré-Imperium, le Souverain Noir, et dont la présence est consignée dans les journaux de bataille de la Campagne de Sibelius datant de 002.M31. Il s’agit de la dernière action confirmée du Souverain Noir avant l’Hérésie d’Horus. La trajectoire et les activités du vaisseau de guerre des Dark Angels entre cette époque et son attaque surprise lors de l’opération secrète connue sous le nom d’Incursion de Xana restent inconnues des archives impériales survivantes, mais les preuves indiquent qu’il ne faisait pas partie de la flotte des Dark Angels rassemblés lors de la Croisade de Thramas.[27]

Armure et Livrée : Les insignes et les ornements arborés par Pelagor Marner sont très représentatifs des systèmes développés par la légion des Dark Angels à la fin de la Grande Croisade. Ce système combine des éléments de la glyphographie des techno-coteries Av-Am de l’Ère de l’Unification, de l’iconographie désignée par les Principia Belicosa pour les Legiones Astartes et des éléments des signes héraldiques distinctifs de la culture féodale des Calibanites. Comme l’indiquent de nombreuses sources, ce "langage" fusionnel de la livrée était utilisé par la Légion pour transmettre des informations à plusieurs niveaux; ces couches de signification étant largement opaques aux yeux extérieurs, et peut-être seulement visibles par certains individus au sein des Dark Angels. Il convient également de noter l’armure, qui est du sous-type distinctif "Paravane", une variante idiosyncrasique du modèle Mark II largement répandu, produite par les artificiers de la Première Légion, et réputée pour son endurance et ses systèmes améliorés dans le vide spatial.[28]

Terminator Inconnu Dark Angels.jpg

Légionnaire-Primaris Inconnus, 13e Chapitre du Troisième Ost, Escouade d’Assaut Terminator, Deathwing, l’Incursion de Xana

Tirée d’un enregistrement fragmentaire de transmission vis-Vox récupéré dans le cortex d’un Technoprêtre déchu du Mechanicum lors de la bataille du Creux de Gaunt en 009.M31, cette image est censée se rapporter à la tristement célèbre incursion de Xana. L’image montre une force d’assaut Terminator engageant des cohortes Thallax dans les baies d’amarrage extérieures d’un grand cargo du vide, provisoirement identifié à partir de l’iconographie comme étant le Thorn-Macro-878, un ancien transporteur chartiste à grande vitesse suborné par la faction Xante du Mechanicum avant l’incursion et inclus dans leur vaste flotte de ravitaillement dissimulée. L’identité du Terminator des Dark Angels représenté sur cette image ne peut être confirmée de manière concluante, mais d’après ses insignes et ses armoiries, on peut affirmer que son unité fait partie du 13e Chapitre du Troisième Ost; une formation qui n’est pas connue pour être affectée au Souverain Noir et dont l’implication dans l’incursion reste un mystère.[29]

Armure et Livrée : L’individu représenté ici porte une armure Terminator de modèle Cataphractii modifiée dans une forge, de production tardive, avec une livrée et des insignes propres aux déploiements ultérieurs de la Légion des Dark Angels à l’époque de la Grande Croisade et des premières guerres de l’Hérésie d’Horus. Outre les représentations ornementales du symbole de sa légion, l’"Aciarium" - l’ancien symbole terrien de l’ange de la mort de la Longue Nuit - et les lames croisées de l’Ordre de la Deathwing, l’élite de la légion, on trouve également l’étoile de l’Hexagrammaton, l’une des formes héraldiques les plus obscures et les plus méconnues de la légion, des glyphes chiffrés à la signification inconnue et la remise de clés symboliques à ce légionnaire en reconnaissance d’une lourde tâche dont il s’est acquitté avec succès.[30]

Techmarine Bouclier Noir.jpg

Techmarine Bouclier Noir, Tyran-Forgeron, Force d’Infiltration Xana II, Capture du 0rdinatus Minoris : Ashurax, Erud Vahn

Erud Vahn comptait autrefois parmi les plus grands Tyrans-Forgerons de la Death Guard. Reconnu à contrecœur par le sinistre maître de sa Légion, Mortarion, comme un maître des disciplines ésotériques de la guerre alchimique, Vahn avait passé de longues années à étudier avec les techno-adeptes de Mars. Avec l’éclatement de l’Hérésie d’Horus, Vahn estima que sa loyauté envers le Mechanicum l’emportait sur celle envers son lointain Primarque et se déclara pour la cause loyaliste. Détaché au commandement d’Endryd Haar pour sa connaissance des mystères les plus ésotériques du culte de la machine, Erud Vahn dirigea la force qui monta à bord de l’Ordinatus Minoris Ashurax et en prit plus tard le contrôle. Sur les douze Techmarines loyalistes qui ont pénétré dans le sanctuaire au cœur de l’Ashurax, seuls cinq ont survécu à la tentative.

L’armure de combat Mark III lourdement modifiée d’Erud Vahn, telle qu’elle apparaît lors de l’Incursion de Xana II, a été réduite à l’état de métal nu avant qu’une approximation grossière de l’héraldique des Sons of Horus n’y soit apposée. Les marques utilisées pour masquer la véritable allégeance de Vahn sont en fait celles d’un détachement d’assaut mécanisé des Sons of Horus, plutôt que les emblèmes employés par les Techmarines de cette légion. Heureusement pour la force d’infiltration, les Magos de Xana n’avaient que peu d’expérience de l’héraldique du Maître de Guerre, n’ayant eu que peu de contacts avec l’Imperium, hormis les flottes de la Dîme de Terra.[31]

Automate Inconnu.jpg

Automate de Combat Castellax Non Identifié, Xana II - Légion Revenante, Assaut Sur Temple-Forge Escorial

Cette image est tirée du catalogue de données présenté par les Sons of Horus aux Magos de Xana, données qui indiquent que cet Automate a été irrémédiablement endommagé lors du conflit d’Isstvan V. Le catalogue des dommages énumérés dans la série de données d’accompagnement et représentés visuellement sur l’Automate semblerait en effet indiquer que l’unité aurait dû être incapable de toute action indépendante, de larges segments de son cortex neural ayant été endommagés. Pourtant, d’après les rapports de l’Incursion de Xana II, cette unité était l’une des nombreuses à avoir participé à l’assaut du Temple-Forge Escorial. Les derniers rapports des Loyalistes avant l’évacuation de Xana-Tisiphone indiquent que cet automate, codé sous le nom de SVAROG-171, est toujours actif dans les sous-strates d’Escorial, se livrant à un massacre aveugle de toutes les entités mobiles qu’il rencontre.[32]

Source

Pensée du Jour : « Que la mort soit votre guide. »
  • The Horus Heresy, Book Six - Retribution
  1. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  2. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Edge of Empire (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  3. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Edge of Empire - Occidentem Thule (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  4. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Edge of Empire - Thanatar Class Battle-Automata NUR0-CI (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  5. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Edge of Empire - Isolation and Evasion (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  6. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Edge of Empire (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  7. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Xana Paradox (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  8. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Xana Paradox - The Beacon on the Shore of Night (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  9. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Xana Paradox - An Uneasy Alliance (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  10. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Xana Paradox - Xana II (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  11. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Feathered Messenger (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  12. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Feathered Messenger - Flashpoint (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  13. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Feathered Messenger - Ulator (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  14. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Feathered Messenger - The Emissary of the Uncrowned King (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  15. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Feathered Messenger - Unwelcome Guests (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  16. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Feathered Messenger - Flashpoint (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  17. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Feathered Messenger - Fragments and Suppositions (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  18. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Feathered Messenger - The Shadow of the Angel's Wing (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  19. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - Ordinatus Minoris Ulator: Ashurax (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  20. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Feathered Messenger - The Wrath of the Betrayed (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  21. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Hour of Execution (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  22. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Hour of Execution - The Fury of the Dark Sovereign (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  23. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Hour of Execution - The Logic of Survival (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  24. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Hour of Execution - The Vengeance of the Fallen (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  25. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Hour of Execution - Breakout (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  26. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - The Hour of Execution - Aftermath (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  27. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - Dark Angels Lance-Decurion - Pelagor Marner (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  28. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - Dark Angels Lance-Decurion - Pelagor Marner - Armour and Livery (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  29. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - Unknown Dark Angels Legionary-Primaris (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  30. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - Unknown Dark Angels Legionary-Primaris - Armour and Livery (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  31. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - Blackshield Techmarine - Forge Tyrant Erud Vahn (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  32. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Xana Incursion - Unidentified Castellax Battle-Automata (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)