Incursion de Pandorax

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png
Incursion de Pandorax.
L’Incursion de Pandorax eut lieu entre 959.M41 et 961.M41, quand une flotte de la Black Legion envahit le système Pandorax et s’empara du monde impérial Pythos. Sous sa surface se trouvait le portail Warp nommé Cache de la Damnation, qu’Abaddon activa pour lâcher une légion démoniaque. Les forces impériales entreprirent une campagne pour reprendre Pythos et fermer la Cache de la Damnation, campagne qui se déroula d’abord dans l’espace, puis à la surface infestée de Démons de Pythos.

L'Invasion de Pythos[modifier]

En 959.M41, une flotte d’incursion de la Black Legion s’empara de Pythos, une planète du système impérial Pandorax. Cette flotte était commandée par Abaddon le Fléau en personne, et se composait d’une demi-douzaine de vaisseaux de ligne, chacun capable de ravager une planète, soutenue par de nombreux navires d’escorte.

Pythos
Pythos.jpg

La flotte d’incursion balaya dédaigneusement les défenses du système Pandorax, et vint se placer en orbite au-dessus de Pythos à peine quelques heures plus tard. Rien n’indiquait alors ce qu’Abaddon pouvait bien rechercher sur Pythos, un Monde Hostile dont le seul trait notable était sa colonie de vigoureux citoyens impériaux. L’essentiel de Pythos est couvert de jungle dense, où vivent d’énormes sauriens extrêmement voraces et les océans sont également peuplés de grands prédateurs.

À cause des risques que présentent les étendues forestières et les océans, les colons de Pythos se sont établis clans les montagnes autour de leurs exploitations, en construisant des bastions miniers. C’est là qu’ils mènent une existence précaire, en exploitant les minéraux précieux qui abondent clans les chaînes de montagnes. Des centaines de bastions de ce genre sont disséminées sur la planète, chacun peuplé de quelques milliers de colons impériaux seulement.

Le port-ruche d’Atika était la seule cité majeure de Pythos, située sur le rivage du plus grand océan de la planète, et avec pour arrière-pays les Marais de la Mort. Atika se composait d’une spire relativement modeste dont les principales zones d’habitation se concentraient dans les dômes supérieurs, loin au-dessus des marécages. Les liaisons entre Atika et les bastions miniers étaient assurées par une flotte de péniches aériennes, des dirigeables vétustes permettant de survoler les basses terres infestées de monstres dans une sécurité relative.

C’est ce morne paysage qu’Abaddon trouva en arrivant à Pythos. Sitôt parvenue en orbite, sa flotte lâcha un barrage concentré qui neutralisa promptement les défenses d’Atika et écrasa les baraquements et les casemates des Forces de Défense Planétaire. Une averse rouge sang s’abattit alors, les immenses vaisseaux de ligne du Chaos semant des douzaines de Modules d’Atterrissage Dreadclaws, qui vomirent à leur tour des centaines de Space Marines du Chaos. À l’avant-garde de l’assaut, les Berzerks de Khorne soutenus par des meutes de Ferrocentaurus massacrèrent les défenseurs dans un tourbillon sanglant.

Surpris, démoralisés et déjà décimés par le bombardement, les défenseurs d’Atika succombèrent presque tous au premier choc. La seule formation apte à organiser une défense crédible fut le 183e Régiment de Gardes de la Jungle de Catachan, qui était en transit vers le Maelström, et même eux ne purent tenir leur position plus de quelques heures, avant de battre en retraite vers les marécages. Moins de trente-six heures après l’arrivée d’Abaddon, Atika avait été conquise au nom des Dieux Sombres.

La Marche Sanglante[modifier]

Colonel Strike, dit "La Mort"

Le Colonel Strike commandait le 183e Régiment de Gardes de la Jungle de Catachan au début de l’Incursion de Pandorax. Il reçut son surnom à l’époque où il n’était encore que simple sergent d’une escouade chargée de traquer les insurgés dans les forêts de Burlion VIII. Ses adversaires disaient qu’affronter Strike et ses hommes ne pouvait avoir qu’une issue : la mort. Le 183e était en toute pour le Maelström quand son vaisseau de transport subit une défaillance sévère, et dut faire halte sur Pythos juste avant l’invasion d’Abaddon. Par la suite, le Commandeur Azrael affirma que sans le Colonel Strike, Pythos aurait été irrémédiablement perdue.

Les Gardes de la Jungle de Catachan qui avaient pu quitter la ville durent se frayer un chemin à travers les jungles hostiles de Pythos, harcelés par les soudards de la Black Legion. De toute évidence, aucune autre formation de la Garde Impériale n’aurait pu survivre à une telle marche, et même les Catachans souffrirent terriblement au cours de cette épreuve. Après avoir repoussé aussi bien les embuscades ennemies que les assauts des reptiles géants et des plantes anthropophages, les Catachans parvinrent à se regrouper dans le massif du mont Olympax, juste 250 km à l’est d’Atika.

Tous s’attendaient alors à subir une attaque en règle de la Black Legion. Or, de manière inexplicable, ils eurent le temps de se réorganiser. La Black Legion se contentait de harceler les Catachans, sans entreprendre d’offensive majeure, ce qui laissa aux forces impériales le temps de reprendre contact.

Si la principale concentration de troupes impériales se trouvait à Atika, chaque bastion minier disposait de sa propre garnison, ce qui représentait un total de plusieurs dizaines de milliers de combattants. Le Colonel Suike, dit "La Mort", qui commandait le 183e Régiment, était de facto le gouverneur impérial de Pythos. Il entreprit aussitôt de réunir ces forces éparses, réquisitionnant des péniches aériennes pour assembler une armée digne de ce nom à son camp de base du mont Olympax. Deux semaines plus tard, il planifiait la contre-offensive pour bouter les envahisseurs du Chaos hors de ce qu’il considérait désormais comme sa planète.

La Cache de la Damnation[modifier]

La Cache de la Damnation
CacheDeLaDamnation.jpg
Dissimulée sous la surface de Pythos, la Cache de la Damnation était une front donnant sur le Royaume du Chaos.

Le Colonel Strike ne pouvait pas deviner ce qu’Abaddon tramait. À l’insu des colons impériaux, Atika avait été bâtie au-dessus d’un portail infernal connu sous le nom de Cache de la Damnation. Il s’agissait d’un accès vers le Warp, de dimensions réduites, mais très stable, via lequel il était possible d’acheminer des légions démoniaques dans l’univers matériel. En s’emparant de cette porte, Abaddon pourrait invoquer des hordes de Démons pour anéantir les derniers défenseurs de Pythos, puis menacer des centaines de planètes impériales.

Aux jours sombres de l’Hérésie d'Horus, de nombreux Démons avaient surgi par la Cache de la Damnation pour affronter les troupes restées fidèles à l’Empereur. Après la défaite d’Horus, le passage fut bloqué, puis il sombra dans l’oubli au fil des siècles. Seuls les Chevaliers Gris, spécialistes de la lutte contre les Démons, étaient encore au fait de l’existence du portail.

C’est ainsi que lorsque Pythos redevint une colonie impériale au M33, les seuls qui se rappelaient des abominations celées sors sa surface étaient les Chevaliers Gris, les Dieux du Chaos, et les quelques Space Marines du Chaos qui avaient connu les lieux au temps de l’Hérésie. Abaddon se trouvait justement être l’un de ces vétérans des Légions Renégates, et dès son arrivée sur Pythos, il entreprit de briser les scellés qui avaient été apposés sur cette porte infernale des millénaires plus tôt.

Ce ne fut pas aisé. Des douzaines de puissants sorciers au service d’Abaddon entreprirent de défaire les liens qui fermaient la porte, en sacrifiant à cette fin des centaines de citoyens d’Atika au cours de rituels sanglants. Un par un, les antiques scellés cédèrent, et finalement, guère plus d’un mois après l’arrivée de la flotte d’Abaddon dans le système, la Cache de la Damnation fut de nouveau accessible.

Immédiatement, le portail vers le Warp s’ouvrit, et une déferlante de Démons en surgit pour se répandre hors d’Atika et inonder toute la planète, y compris les positions de l’année hétéroclite du Colonel Strike. Cette fois, les Catachans et leurs alliés des FDP étaient en ordre de combat, mais rien n’aurait pu les préparer au raz-de-marée démoniaque provoqué par l’ouverture de la Cache.

Une lutte désespérée s’engagea au bas des pentes du mont Olympax, où des vagues d’entités démoniaques s’écrasaient contre les bastions et les lignes de défense protégeant le camp du Colonel Strike. Ce n’est qu’au prix de sacrifices héroïques que la base résista au premier assaut. Cela prouva au Colonel Strike qu’une défense passive du campement aboutirait tôt ou tard à la destruction de ses troupes. Ainsi entassées au même endroit, elles étaient une cible toute désignée pour les hordes de Démons qui déferlaient hors de la Cache de la Damnation.

À contrecœur, le Colonel Strike ordonna à ses troupes de se diviser et de retourner dans les centaines de bastions miniers disséminés sur Pythos. De la sorte, même si une colonie donnée ne pouvait pas espérer résister à un assaut frontal, la quantité de bastions et leur isolement donnaient les meilleures chances de préserver des forces impériales jusqu’à l’arrivée des renforts. À condition qu’il y ait un jour des renforts…

Flotte de Bataille Demeter[modifier]

Amiral Kranswar

Le Seigneur Amiral Orson Kranswar descendait d’une lignée d’officiers qui servait l’Empereur depuis des millénaires. Il se distingua comme jeune aspirant, et fut rapidement promu. En dehors de son courage, il était tactiquement peu imaginatif, un défaut que ses adversaires exploitèrent lors des batailles des Champs d’Adamantium. Il périt en menant la contre-attaque quand son navire amiral, le Revenge, fut abordé par les Space Marines du Chaos d’Abaddon.

Le Système de Pandorax.
En dépit de la vitesse foudroyante de l’assaut d’Abaddon, il ne put empêcher l’émission de tous les messages d’alerte. Au sommet d’Atika, les défenseurs avaient pu tenir assez longtemps pour envoyer un signal de détresse astropathique à travers l’Immaterium. Malgré les efforts concertés des sorciers du Chaos à bord du vaisseau amiral d’Abaddon, la Black Legion ne put bloquer cet appel au secours, dont l’émission se poursuivit jusqu’à ce que les Berserks de Khorne assoiffés de sang finissent par se frayer un chemin dans la chambre astropathique de la spire centrale ’Atika.

Le système Pandorax se trouve à une faible distance au sud galactique du Maelström, clans le secteur Demeter. Proche du domaine de Huron Sombrecœur, le secteur Demeter était constamment sur le pied de guerre et très réactif. Dès la réception du message de détresse, la flotte de réserve la plus proche se mit en route pour le système Pandorax. Pendant ce temps, les dispositions furent prises pour transporter les 19e et 27e armées de la Garde Impériale, et les immenses ressources de l’Imperium furent mobilisées pour repousser l’invasion d’Abaddon.

La flotte de réserve en question était commandée par le Seigneur Amiral Orson Kranswar, à bord du vaisseau amiral Revenge. Cet officier très expérimenté avait souvent combattu les vaisseaux Red Corsairs en maraude, mais cela ne pouvait guère le préparer à affronter une opposition aussi puissante que celle qui l’attendait dans le système Pandorax. Dans les mois qui viendraient, sa flotte allait devoir livrer les plus grandes batailles spatiales depuis la campagne du secteur Gothique.

Dès que la flotte de bataille Demeter entra dans le système Pandorax, elle eut un aperçu de ce qu’elle allait bientôt endurer. La 129e escadre de destroyers impériale progressait en avant du gros de la flotte, et venait d’arriver à la hauteur de la ceinture d’astéroïdes qui bordait le système stellaire intérieur. C’est alors qu’elle fut l’objet d’une attaque éclair menée par des destroyers de classe Iconoclast cachés dans la ceinture. Deux vaisseaux impériaux furent perdus, et l’escadre du Chaos s’échappa impunément, en disparaissant parmi les astéroïdes quelques minutes seulement après le début de l’attaque.

Kranswar commença par installer une base sur la petite planète Gaea, en marge du système Pandorax. Une fois ses lignes de communication bien établies, il organisa une série d’attaques dans le champ d’astéroïdes afin d’ouvrir la voie vers Pythos. Les semaines suivantes virent se multiplier les engagements violents autour de la ceinture d’astéroïdes, ce qui valut à cette dernière le titre de "Champs d’Adamantium" tant furent nombreuses les épaves de vaisseaux qui s’y accumulèrent. Tout d’abord, la flotte d’Abaddon eut le dessus, et infligea de lourdes pertes aux flottilles impériales qui cherchaient opiniâtrement à traverser la ceinture. Mais à terme, Abaddon ne pouvait espérer remporter une telle campagne, car les effectifs de la flotte du Chaos étaient érodés lentement et sûrement par la supériorité matérielle ennemie, et le fait que l’Imperium était prêt à accepter des pertes considérables pour parvenir à Pythos.

Le cours de la guerre s’inversa peu à peu, et Abaddon fut forcé de mobiliser toujours plus de vaisseaux pour retenir Kranswar. C’est alors qu’Abaddon reçut une aide vitale sous la forme d’une flotte de maraudeurs Red Corsairs.

On ignore si cette intervention était la conséquence d’un accord entre Abaddon et Huron Sombrecœur, ou si plus prosaïquement les Red Corsairs furent attirés vers le système Pandorax par le goût de la guerre, comme le mégalosquale des océans pythosiens est attiré par le sang clans l’eau.

Quelle qu’en fût la cause, l’effet fut le même : unissant leurs forces, les flottes du Chaos chassèrent sans délai les vaisseaux impériaux des Champs d’Adamantium, les repoussant jusqu’à leur base de Gaea. Les navires des cieux camps se regroupèrent alors pour s’affronter en une bataille spatiale décisive, dont on se souviendrait pour les cent générations à venir.

La Bataille de Pandorax 960?M41[modifier]

« En ce jour, nos actes décideront si nos noms seront nimbés de gloire ou entachés de disgrâce. À tous les escadrons : sus à l’ennemi ! »
- Amiral Kranswar, Bataille de Pandorax.
Flotte Impériale

Le Seigneur Amiral Kranswar se savait en piètre posture. Les effectifs de ses escorteurs étaient certes comparables à ceux des deux flottes du Chaos combinées, mais en tenues de vaisseaux de ligne, il était surclassé en qualité comme en quantité. Son seul avantage significatif résidait dans le nombre d’appareils d’assaut dont il disposait. Les baies de lancement du Revenge et du Stalwart pouvaient en lancer deux fois plus que les navires du Chaos.

Pour exploiter cet atout majeur, Kranswar décida de garder en retrait le Revenge et le Stalwart, tandis que le reste de ses navires avancerait vers la flotte du Chaos. Pendant que le gros de ses forces tiendrait à distance la flotte ennemie, ses deux porteurs lanceraient des vagues successives d’appareils, avec pour mission de déborder les escadrons de défense des vaisseaux du Chaos, pour infliger un maximum de dommages à ces derniers. Cela permettrait a priori de rééquilibrer les forces avant que les flottes commencent réellement à échanger des bordées.

Hélas pour Kranswar, ce plan était sensé mais trop évident. Pendant qu’Abaddon commandait la campagne terrestre sur Pythos, c’est son lieutenant élu, le seigneur du Chaos Malgar Irongrasp, qui encadrait les opérations dans le système stellaire. Ce vétéran de centaines de batailles spatiales avait anticipé la stratégie de Kranswar avant même que ses senseurs aient détecté les navires impériaux.

Les vaisseaux d’Irongrasp surgirent des Champs d’Adamantium comme un coup de bélier, doit au centre de la ligne avancée de Kranswar. Ils traversèrent le rideau de petits appareils d’attaque sans laisser le temps aux vaisseaux de Kranswar d’exécuter les manœuvres prévues par son plan.

La flotte du Chaos plongea dans l’avant-garde impériale comme un soc de charrue dans la terre, et les flancs des grands vaisseaux s’illuminèrent en lâchant de terrifiantes bordées. Des centaines d’appareils d’attaque virevoltaient et tournoyaient autour des vaisseaux de lignes longs de plusieurs kilomètres, tandis que les unités d’escorteurs s’échangeaient des tirs mortels à courte portée.

Flotte du Chaos

Kranswar ordonna en hâte à ses vaisseaux de se désengager. Malgré l’ampleur des dégâts subis, ils en avaient infligé autant en retour, et s’il pouvait gagner assez de temps pour ravitailler ses appareils d’attaque, la victoire serait encore possible. Les navires impériaux exécutèrent les ordres de Kranswar avec le sang-froid que confère un entraînement draconien. Protégés par leurs escorteurs, les vaisseaux de ligne impériaux s’éloignèrent de la flotte du Chaos, tandis que les petits appareils du Revenge du Stalwart revenaient faire le plein de munitions et de carburant.

Or, Irongrasp avait prédit cette réaction. Tapi à l’arrière de la flotte du Chaos, le croiseur Might of Huron alluma ses énormes moteurs typiques de la classe Slaughter, pour se ruer vers les porte-nefs impériaux. En outre, il tractait un mystérieux astéroïde.

La fonction de ce dernier fut révélée quand le Might of Huron fut proche du Revenge et du Stalwart : l’énorme roc avait été évidé pour y cacher des troupes d’abordage de la Black Legion et des Red Corsairs, soutenues par des modules Dreadclaw et des navettes orbitales. Le Might of Huron lâcha l’astéroïde de sorte qu’il poursuive sa trajectoire vers le Revenge.

Une fois proches du vaisseau impérial, les occupants du roc déclenchèrent des faisceaux tracteurs pour s’y agripper, et des cénacles de Sorciers du Chaos se mirent à incarner à l’unisson. Le déluge d’attaques psychiques finit par saturer les boucliers de la cible et aveugler ses batteries défensives.

Aussitôt que furent abattus les boucliers énergétiques du Revenge, des centaines de modules d’assaut se mirent à pleuvoir sur le navire, et ce fut l’abordage. Dans les coursives et les baies de lancement, les corps à corps firent rage. Rapidement, les Space Marines du Chaos reçurent le renfort d’abominables Démons, venus de portails Warp qui s’étaient mis à apparaître dans le vaisseau. Le Revenge tout entier ne fut bientôt plus qu’un immense champ de bataille.

Red Corsairs
  • Croiseur classe Slaughter Might of Huron
  • Croiseur classe Murder Deathblade
  • Croiseur classe Murder No Redemption
  • Escadron Red Fury, trois raiders classe Infidel
  • Escadron Sanguine Slaughter, deux destroyers classe Iconoclast

Laissant aux troupes d’abordage le soin de s’occuper du Revenge, le Might of Huron se dirigea vers le Stalwart, qui était désavantagé dans un duel de tir à courte portée contre le croiseur du Chaos. D’un seul coup, le seigneur Irongrasp avait pris l’ascendant sur la flotte impériale, annulé l’avantage que cette dernière possédait en matière d’appareils embarqués, tout en la divisant d’une manière fatale.

Entre-temps, le reste de la flotte du Chaos put s’appliquer à écraser l’avant-garde de Kranswar. Une fois que celle-ci serait détruite jusqu’au dernier vaisseau, Irongrasp achèverait aisément le Revenge et le Stalwart, à supposer qu’ils n’aient pas déjà été détruits par le traitement brutal qui leur était infligé.

Conscient de cette situation, l’Amiral Kranswar prit personnellement la tête d’un des bataillons de sécurité pour tenter de repousser l’abordage, sachant la flotte sous ses ordres condamnée, à l’évidence. Il recommanda son âme à l’Empereur immortel, car seul un miracle pouvait encore sauver ses vaisseaux.

Le Marteau et l'Enclume 960.M41[modifier]

Commandeur Azarel

Le Commandeur Azarel est présentement le Grand Maître Suprême du Chapitre des Dark Augels. Azrael est un chef dynamique, intègre et plein de conviction, qui croit fermement à la justesse de sa cause. Il commande l’une des forces armées, les plus puissantes et les plus énigmatiques de la galaxie. Azrael est également le conservateur des secrets que les Dark Angels recèlent dans des chambres obscures, enfouies à des kilomètres sous la surface du Roc, et où seuls osent se rendre les Guetteurs des Ténèbres.

À ce stade crucial, les Navigators des deux flottes perçurent une ouverture vers le Warp, signe que des astronefs allaient faire irruption dans le système. Les Navigators n’en croyaient pas leurs sens, car se matérialiser si près d’un corps céleste équivalait presque à un suicide. Néanmoins, les instruments confirmèrent cette observation : quatre vaisseaux de ligne et une demi-douzaine d’escorteurs venaient de surgir du néant.

Quelques secondes plus tard, un onzième objet apparut, d’une taille invraisemblable, car beaucoup plus grand que l’astéroïde qu’Irongrasp avait lancé sur le Revenge. Il s’agissait du Roc. Alors que tout semblait perdu, les Dark Angels étaient arrivés.

Le Roc et ses auxiliaires manœuvrèrent pour affronter le gros de la flotte du Chaos, et la Barge de Bataille Unrelenting Fury des Dark Angels se dirigea vers le Revenge, accompagnée d’escorteurs de classe Hunter. Approchant à grande vélocité, la barge Ustrelestling May lâcha une volée de Torpilles d’Abordage sur l’astéroïde du Chaos. Peu avant leur impact, une phalange de Terminators se téléporta à la surface du planétoïde. Toutes ces armures pâles contrastant avec la roche sombre signifiaient que la Deathwing s’était déployée à plein effectif, un événement qui ne survient en moyenne qu’une fois par siècle.

Vaisseau Dark Angels Notables
  • Le Roc
  • Barge de Bataille Unrelenting Fury
  • Croiseur d’Attaque Sword of Caliban
  • Escadron Fortitude, trois destroyers classe Hunter
  • Escadron Terminatus, trois destroyers classe Hunter

Les Terminators abattirent leur juste fureur sur les cénacles de Sorciers du Chaos, qui périrent par dizaines avant même que les rescapés se rendent compte qu’ils étaient attaqués. C’est alors que les Torpilles d’Abordage des Dark Angels s’abattirent, et l’astéroïde entier fut bientôt le théâtre d’affrontements sans merci.

Les secours arrivaient aussi pour le Revenge. Un Croiseur d'Attaque argenté accompagnait la flotte des Dark Angels, qui fit se matérialiser toute une confrérie de Chevaliers Gris à bord du Revenge afin d’y éradiquer les légions démoniaques. Ils furent bientôt rejoints par les contingents de Dark Angels, qui épaulèrent les défenseurs pour repousser la marée des troupes d’abordage du Chaos.

À mesure que périssaient les cénacles sur l’astéroïde, les portails d’invocation des Démons se refermaient. Les Chevaliers Gris organisèrent la traque du moindre Démon tapi dans le vaisseau. La souillure de l’incursion fut ainsi effacée en quelques heures. Malgré des dégâts considérables, le Revenge était sauf, et il allait contribuer à la suite de la campagne de Pandorax.

Tout autour de Gaea, la même histoire se répétait. L’arrivée des Dark Angels avait retourné la situation en défaveur du Chaos. Le Might of Huron subit en premier leur colère vengeresse, en étant réduit à néant par la puissance de feu de l’Unrelenting Fury et des escadrons d’attaque lancés depuis le Stalwart.

Pendant ce temps, les vaisseaux du seigneur Irongrasp étaient piégés entre les navires opérationnels de la flotte Demeter, et les croiseurs et Escorteurs Space Marines venus en renfort. Cerné, Irongrasp tenta une percée pour rejoindre la relative sécurité des Champs d’Adamantium, mais seule la moitié de l’armada du Chaos parvint à s’échapper, et encore faudrait-il des années pour remettre en état les navires rescapés. Hélas, l’Amiral Kranswar fut tué à la tête d’un groupe de défenseurs face aux renégats qui avaient abordé son vaisseau amiral, peu avant de pouvoir savourer sa victoire. Dans l’espace, le triomphe des forces impériales était presque complet. Par conséquent, Abaddon et sa Black Legion se retrouvaient isolés sur Pythos.

La Reconquête de Pythos 960.M41[modifier]

Kreator Rex

Kreator Rex devint l’un des premiers membres du mystérieux culte de la machine chaotique que sont les Obliterators. Il prit part aux batailles les plus meurtrières de l’Hérésie d’Horus, à l’aide d’engins qui combinaient les arts qu’il avait appris et le pouvoir mutagène du Chaos. Il travaille désormais au service d’Abaddon, pour qui il bâtit d’immenses machines de guerre du Chaos. Durant la campagne de Pandorax, ses Scorpions d’Airain, Tours des Crânes, chars super-lourds Plaguereaper et autres Seigneurs des Crânes se sont révélés cruciaux pour abattre les murs des bastions miniers de Pythos, et prendre la lite de tous les assauts.

Abaddon ne montra aucun signe d’inquiétude face à ce retournement de situation. En quelques mois, Pythos était devenue un enfer infesté de créatures du Warp. Les Démons Majeurs se réjouissaient de pouvoir se mesurer aux grands sauriens indigènes, et des hordes de Démons mineurs marchaient sur les bastions miniers.

Chaque fois que cette armée caquetante atteignait une forteresse montagnarde, elle se ruait à l’assaut, aidée de contingents de la Black Legion et des Red Corsairs envoyés par Huron Sombrecœur pour appuyer les troupes d’Abaddon. Malgré leur vaillance, les défenseurs de chaque place forte ne pouvaient résister bien longtemps. Les bastions étaient pris l’un après l’autre, et les éventuels survivants étaient ramenés vers Atika comme esclaves.

Les esclaves découvrirent que la cité n’était plus celle qu’ils avaient connue. Victime de sa proximité avec la Cache de la Damnation à l’influence corruptrice, Atika était méconnaissable. D’étranges structures difformes s’étaient développées sur les murs de ce qui fut une spire élégante. La ville était pratiquement à l’abandon, et sa population vivait à présent dans le réseau de grottes insalubres qui entouraient la Cache de la Damnation. L’air de ce royaume souterrain était empli de vapeurs putrides, qui se diffusaient dans l’atmosphère à travers les fissures du sol. Et pour couronner le tout, les habitants asservis avaient été victimes d’une horrible épidémie qui avait fait d’eux des créatures titubantes, plus mortes que vives.

Ordre de Bataille : l’Incursion de Pythos

Défense Planétaire de Pythos

  • 183e régiment de Gardes de la Jungle de Catachan
  • 100 bataillons de miliciens des bastions miniers

Forces de Reconquête de Pythos, 785960.M41

  • Chapitre des Dark Angels
  • Une Confrérie de Chevalin Gris
  • 4e, 15e, 22e et 99e Régiments Cadiens
  • 5e Régiment de Mordian
  • Régiment de Boucliers Blancs Cadiens
  • 116e Régiment de la Death Korps de Krieg
  • 3e et 8e Régiments de reco. Cadiens
  • 10e Régiment Blindé Cadien
  • 116e Régiment blindé Vostroyen
  • 1ère et 5e Régiments d’Artillerie Cadiens
  • Ce. de Super-Lourds "Tonnants"
  • 1ère à 3e Escadrilles de Chasse de la flotte Demeter
  • 1ère et 2e Escadrilles de Bombardement de la flotte Demeter

Force d’Incursion du Chaos

  • Black Legion d’Abaddon : 26 bandes guerrières
  • Machines du Chaos de Kreator : 7 engins majeurs et 12 mineurs
  • Horde Méphitique de Corpulax : 100 000 Zombies de la Peste
  • Bandes vassales : bandes de Space Marines du Chaos ayant juré allégeance à Abaddon le Fléau

Osts de la Cache de la Damnation

  • Légion de Graknor : 18 cohortes de Démons de Khorne.
  • Ost de. Plaguetoad : 21 cohortes de Démons de Nurgle.
  • La Fraternité Fourbe : 8 cohortes de Démons de Tzeentch.
  • Ost de Vangorian : 9 cohortes de Démons de Tzeentch.
  • Légion d’Exstalix : 13 cohortes de Démons de Slaanesh

Tel était le spectacle dramatique qui attendait les vainqueurs des affrontements spatiaux. Après avoir pris position au-dessus de la planète, la flotte impériale déclencha sans délai le bombardement orbital sur les armées démoniaques qui s’en prenaient aux bastions miniers. Les escadrons de Bombardiers Marauder apportèrent leur contribution, avec l’appui des escadrilles de soutien aéroporté Xerxes, ainsi que des escadrons Thunderhead et Talon of Vengeance des Dark Angels.

Les forces d’Abaddon reculèrent sous la pression irrésistible des frappes aériennes, ce qui permit à des compagnies de Space Marines et à des régiments de Gardes Impériaux de prendre la relève des défenseurs, dont beaucoup avaient combattu sans repos depuis plus d’un an. Au cours d’une brève cérémonie, le Colonel Strike remit officiellement la direction de la Force de Défense Planétaire au Commandeur Azrael. On proposa à plusieurs reprises au Colonel Strike de rejoindre les officiers supérieurs parmi la flotte en orbite, mais il préféra retourner au front à bord du Traitor’s Fane, son Hellhammer spécialement modifié, pour combattre en personne les envahisseurs qui lui avaient coûté tant d’hommes.

Or, malgré la tournure de la situation, les années du Chaos poursuivaient leurs assauts contre les bastions miniers. Abaddon changea de tactique : au lieu d’attaquer systématiquement les bastions les plus proches d’Atika avec une supériorité écrasante, ses légions, assistées par les Molosses de Huron, frappaient là où les défenseurs présentaient les faiblesses les plus criantes.

Azrael avait beau organiser ses forces pour réagir au plus vite, il ne pouvait pas toujours arriver à temps. De nombreux bastions modestes tombèrent, et leurs habitants furent asservis. Azrael ne tarda pas à constater qu’il ne servirait à rien de lutter tour à tour contre ces multiples foyers d’incendie. Il fallait attaquer le problème à sa source, en capturant ou en refermant la Cache de la Damnation elle-même.

En vérité, les Chevaliers Gris venus avec les Dark Angels soutenaient un tel plan depuis l’arrivée de la flotte alliée au-dessus du monde en guerre. Or, en dépit de la haine inextinguible qu’éprouvent les Dark Angels envers Abaddon et ses sbires, Azrael mettait en avant que la priorité des armées de l’Empereur était de protéger les citoyens de Pythos. Il s’agissait donc de sauver les bastions miniers avant de s’en prendre à Atika. Quand il devint clair que les forces d’Abaddon poursuivraient les attaques contre ces bastions en dépit des mesures défensives, Azrael fut amené à changer de stratégie.

L'Assaut sur Atika, 961.M41[modifier]

Dès que la décision fut prise, les forces impériales s’apprêtèrent à abattre la colère de l’Empereur sur l’engeance démoniaque. L’assaut sur Atika eut comme prélude un bombardement orbital torrentiel. La spire urbaine s’effondra et ses environs furent transformés en désert par la puissance de feu de la flotte impériale. Aussitôt après le bombardement, le secteur se couvrit de Modules d’Atterrissage et de Thunderhawks, d’où débarqua l’intégralité du Chapitre Dark Angels, ainsi que les Chevaliers Gris qui avaient sauvé le Revenge. La Black Legion et les hordes de Démons sous les ordres d’Abaddon ne pouvaient résister à un tel coup de boutoir, et durent se réfugier sous terre devant la fureur de l’assaut impérial.

La seconde vague ne se fit pas attendre. Des douzaines de transports orbitaux atterrirent autour de la tête de pont établie par les Space Marines, déversant un flot de régiments de la Garde Impériale dans les désolations encore fumantes. Le Colonel Strike fut l’un des premiers à débarquer dans les ruines ; dans le cadre de l’assaut, c’est à ce survivant indomptable qu’Azrael avait confié le commandement de la Garde Impériale. Il avait bien l’intention de mener cette campagne à son terme.

Les régiments de la Garde Impériale étaient arrivés juste à temps. Flairant des proies, des vagues de Démons hideux surgirent des passages souterrains. De nombreux pelotons venaient juste de prendre position avec leurs blindés de soutien au moment où la horde démoniaque assaillit le périmètre de la tête de pont. Les Fusils Laser et les obusiers pratiquaient des trous béants dans la masse de Démons, mais chaque créature abattue était remplacée par dix autres.

La ligne impériale fut bientôt le théâtre d’une mêlée dantesque, où les Gardes et les Space Marines luttaient pied à pied contre les rejetons du Warp. La baïonnette et l’Épée Tronçonneuse ferraillaient contre la griffe et la lame impie. C’est alors que la flotte en orbite ouvrit le feu sur la marée démoniaque, tout près de l’immense corps à corps. Les impacts étaient tout proches des troupes alliées, de sorte qu’à chaque fois que les obus de Macrocanon et les faisceaux d’artillerie navale labouraient le sol autour de la tête de pont, des douzaines de corps étaient projetées dans les airs et retombaient parmi les combattants.

Même cette horde surnaturelle, d’une ampleur à peine concevable, ne pouvait endurer longtemps une telle canonnade, et l’assaut démoniaque faiblit graduellement avant de prendre fin. Autour des infatigables Space Marines, les Gardes blessés et épuisés reprirent leur souffle, soulagés de constater que les issues des tunnels demeuraient vides et silencieuses.

Autour de la tête de pont, près de 100 000 cadavres de Démons se dématérialisaient lentement. Une heure plus tard, les restes étaient retournés au Royaume du Chaos d’où ils étaient venus. Le champ de bataille sembla soudain étrangement vide, car il n’était plus parsemé que de corps de combattants impériaux et de carcasses de chars calcinées.

La Guerre Souterraine[modifier]

Le Seigneur de la Peste Corpulax

Le Seigneur de guerre du Chaos Corpulax était jadis membre du chapitre des Consecrators, mais il fut victime de la peste des zombies en affrontant les forces infectieuses de Typhus. Laissé pour mort sur une planète dévasté, Corpulax se réveilla sous la forme d’un cadavre animé. À la différence de la plupart des victimes de cette peste, Corpulax conserva son intelligence. Au cous des trois derniers siècles, il a orchestré son ascension jusqu’à devenir un des plus proches collaborateurs d’Abaddon. Il a combattu dans des douzaines de batailles au côté du Fléau, ou en son nom. Partout où il passe il répand à terrible peste dont il est affligé. C’est ainsi qu’à lui seul, il peut être tenu responsable de la contagion qui a corrompue jusqu’au dernier les habitants de la grande spire d’Atika.

Une fois la tête de pont bien établie, Azrael entreprit de se frayer un chemin jusqu’à la Cache de la Damnation. Le dédale de tunnels et de cavernes était âprement défendu par des Démons fraîchement invoqués et par les Space Marines du Chaos aux ordres d’Abaddon, mais l’avance impériale était inexorable.

Le réseau souterrain était complexe en plus d’être vaste. Par endroits, certains tunnels permettaient à peine le passage d’un fantassin, alors que d’autres s’élargissaient en des grottes assez grandes pour qu’on y utilise des batteries de missile vortex Deathstrike ainsi que les armes à longue portée des Titans Warhound. Les ténèbres chthoniennes, sous ce qui fut Atika, furent le siège d’innombrables corps à corps, mais lentement, les forces impériales prenaient le contrôle de ce monde enfoui.

À proximité de la Cache de la Damnation, des hordes de zombies mutants s’ajoutaient aux Démons et aux Space Marines du Chaos. C’est tout ce qu’il demeurait des habitants d’Atika, asservis et transformés sous l’effet du portail du Chaos. Serrant les dents, les attaquants impériaux continuèrent à se frayer un passage à travers toute opposition, et chaque pas les rapprochait de la Cache de la Damnation.

Autour de la Cache, la situation devenait intenable pour Abaddon, mais il poursuivit les raids contre les bastions miniers, parfois en personne. Toutefois, Azrael ne se laissa pas distraire de son but. Sous la pression des Dark Angels et des Chevaliers Gris, les serviteurs du Chaos furent repoussés tant et si bien que la Cache de la Damnation allait bientôt tomber aux mains des forces impériales.

Cependant, alors que les troupes d’Abaddon semblaient vaincues, une nouvelle flottille des Red Corsairs fit son apparition dans le système. Faisant fi du blocus impérial, elle retrouva Abaddon dans la jungle, et ses appareils de transport orbitaux évacuèrent promptement les Space Marines du Chaos qui demeuraient éparpillés en divers points dc Pythos. Malgré les efforts de la flotte impériale, la majorité des transports des Red Corsairs put rejoindre les navires en orbite, qui s’échappèrent sans délai. Quelques heures plus tard, l’ultime assaut impérial permit aux Chevaliers Gris de s’emparer de la Cache de la Damnation, et d’entamer le délicat processus de restauration des scellés qui en bloqueraient l’accès de nouveau. Les forces du Chaos responsables de l’Incursion de Pandorax avaient finalement été vaincues, mais au prix d’une campagne meurtrière.

Les Suites, de 961.M41 à Nos Jours[modifier]

Après le départ d’Abaddon et la fermeture de la Cache de la Damnation, les Dark Angels et les Chevaliers Gris quittèrent Pythos. Le Colonel Strike demeura à la tête des deux armées de la Garde Impériale qui avaient pris part à la campagne de reconquête. Depuis des décennies, il s’efforce de purger la planète des dernières traces d’infestation démoniaque. Avant que la Cache de la Damnation soit refermée, elle aura provoqué de graves dégâts, et il reste à clore de nombreuses failles Warp mineures. La guerre se poursuit à ce jour.

On ignore encore pourquoi Abaddon a attaqué le système de Pandorax. La rumeur veut qu’il ne soit pas venu en conquérant, mais en découvreur, suite à une vision transmise par les dieux obscurs. Un puissant Psyker se serait trouvé parmi la population de Pythos, et son potentiel pourrait apporter la victoire à Abaddon dans sa prochaine croisade contre l’Imperium.

Des dizaines d’années plus tard, les Dark Angels ont eu vent d’un mystérieux Psyker prodigieusement puissant, qui aurait ordonné la capture d’un artefact nommé Gemme de Feu. La rumeur fut confirmée quand un détachement de Dark Angels affronta des renégats du Chaos qui recherchaient l’artefact en question sur le monde impérial de Bane’s Landing. En son sanctum, Azrael se souvint de la campagne contre Abaddon, et fit le rapprochement. Peut-être bien qu’en définitive, Abaddon n’avait pas été vaincu sur Pythos. Peut-être qu’il avait simplement quitté les lieux une fois qu’il avait trouvé ce pour quoi il était vraiment venu…

Source[modifier]

  • Livre de Règles, V7