Ordo Sinister

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png
« …Je suis devenu la Mort, le Destructeur des Mondes. »
- L’Apocryphe de Terra.
« Les imbéciles ont demandé "Pourquoi le Moyen-Âge Technologique s’est-il terminé par la chute de l’Humanité ?" et d’autres imbéciles répondent "Folie" ou "Fierté" ou "L’Artisan du Progrès", comme si ces choses seules avaient un sens quelconque. La réponse, comme le savent les sages, est simple. C’est parce que l’Humanité avait enfin les moyens à sa disposition pour réaliser ses rêves, et les rêves de l’Humanité ont toujours été les choses les plus sombres de toute la création. »
- Introduction du Testament d’Émeraude. Suppression du travail du technoarchéologue Synecius Thom. M29.[1]
L’Ordo Sinister.
La Legio Ordo Sinister est une Legio d’élite à but spécial. Elle est sous le commandement du célèbre Grand Maître Ferromort. Le but de la Legio Ordo Sinister est simple : inspirer la terreur et l’obéissance à ceux qui risquent de désobéir à la Pax Imperialis, prêtant le poids de l’acier aux paroles des Adeptus. À cet égard, la Legio travaille souvent en collaboration avec l’Adeptus Arbites, l’Inquisition et l’Ecclésiarchie, fournissant transport et soutien-feu à leurs troupes terrestres dans d’innombrables campagnes courtes et vicieuses.

Les assauts soigneusement planifiés du Grand Maître Ferromort sont célèbres pour leur précision et leur exécution sans faille. On prend grand soin de les utiliser comme un exemple d’efficacité impériale impersonnelle et sans visage. En persuadant les gouverneurs digressifs de se soumettre à la volonté impériale, la Legio Ordo Sinister a détruit des centaines de forteresses prétendument imprenables et des palais soi-disant inattaquables. Cependant, cette Legio demeure un instrument de précision pour l’Imperium - un sabre bien affûté utilisé à la place de la masse du bombardement planétaire ou du scalpel d’une intervention Space Marine.[2]

Origine[modifier]

Les forces de la Grande Croisade étaient innombrables, et comme les Commémorateurs avaient l’habitude de les nommer « …aussi innombrables que les étoiles elles-mêmes. » C’était tout à fait approprié, car la tâche pour laquelle la vaste armée de l’Imperialis Militarum a été conçue et incarnait n’était rien de moins que le but stupéfiant et incompréhensible de la domination de la galaxie entière. Cela exigeait des armes et des guerriers aussi divers que d’innombrables corps pionniers d’ouvriers sous contrat, forts de centaines de milliers de personnes, à la puissance surhumaine des Legiones Astartes, une force de combat génétique créée à cette fin, la plus grande jamais formée dans l’histoire. La volonté et la raison de l’Empereur devinaient et concevaient pour la Grande Croisade une arme et un guerrier pour toutes les formes de guerre imaginables, et même contre celles qui étaient inconcevables jusqu’à ce qu’il faille les mener - des guerres non autorisées contre des puissances et des horreurs qui dépassaient l’imagination humaine et la simple endurance humaine. Une de ces sombres créations, une expérience d’une arme longtemps interdite, fut réalisée non par un Archimandrite du Mechanicum ni par un Strategos Magister, mais par l’Empereur Lui-même, ce qui a conduit à la création de l’Ordo Sinister.[3]

Interdit à Tous Sauf Un[modifier]

La genèse exacte des expériences qui ont mené à la création de l’Ordo Sinister est difficile à cerner par les observateurs savants de ce dernier âge. Comme pour presque tout ce qui a commencé dans les voûtes interdites du complexe des laboratoires de l’Empereur, sous le Palais Impérial sur Terra, sa nature reste scellée par le temps et par les destructions qui allaient suivre. De tels documents existent cependant au sein du Mechanicus de Mars, et qui, étant donné la nature des origines de l’Ordo Sinister, était sérieusement perturbé par le projet - ou plus exactement par son exclusion de celui-ci. Cela a mené à des spéculations suggérant qu’il s’agissait d’une tangente de ce qui allait devenir le plus grand travail de l’Empereur dans le contrôle et la manipulation du facteur Psyker dans l’évolution de l’homme, soit qu’il s’agissait d’une tentative directe de développer des armes ésotériques à l’échelle macro pour combattre certaines menaces rencontrées et dont le prix de leur destruction était terrible. Ces menaces, comme les incursions de niveau Alpha d’Asservisseurs, les Osseivores de Rangdan et les formes spectrales d’Hellespont, avaient tous coûté la vie à des millions de soldats et à des milliers de vaisseaux stellaires durant les combats, brisant des Flottes Expéditionnaires entières et des Legios Titaniques dans le passé. C’étaient des menaces pour lesquelles il n’existait pas d’armes sûres, sauf l’Exterminatus.

Le but de ce qui allait devenir l’Ordo Sinister était l’emploi sur le champ de bataille d’armes de niveau macro d’une puissance terrible et d’une nature expressément interdite à quiconque dans l’Imperium, qu’il soit Primarque ou Gouverneur Planétaire, sous peine de mort. Il s’agissait d’armes nées lors du Moyen-Âge Technologique et peut-être d’anciennes reliques de civilisations qui s’étaient levées et tombées avant même que la vie n’ait commencé sur la Terra primitive. Armes interdites à tous sauf à ceux sous l’ombre et le contrôle directs de l’Empereur, et même alors seulement dans les meilleures conditions possibles de secret et de sécurité absolue. L’"Ordo Sinister" était le cadre mis en place pour construire, entretenir et utiliser ces armes, classées comme leur nom l’indique comme "Sinistrum". Ce mot s’est longtemps imposé dans la classification technoarcanique Terran des technologies interdites destinées à amplifier ou armer artificiellement le don du Psyker, généralement au détriment du Psyker lui-même, corps et âme. Par exemple, citons les "Manilles de Culexine" utilisées par les trafiquant des couvents de Psykers des désolations du Caucase, soumises par l’Empereur pendant les Guerres d'Unification, et qui avait longtemps été utilisés durant le Moyen-Âge Technologique.[4]

L'Oblation[modifier]

On ignore depuis combien de temps l’Ordo existait dans l’ombre de l’Empereur, mais sa première citation connue est survenue en 967.M30 lorsqu’une Ordonnance Contraignante fut émis par l’Empereur exigeant la délivrance à perpétuité de vingt-cinq Titans de Bataille entièrement opérationnels de classe Warlord aux Voûtes Impériales. Cette demande extraordinaire provoqua une forte réaction dans la hiérarchie du Mechanicum, car l’Empereur était l’incarnation vivante de l’Omnimessie, et par conséquent, Il avait immédiatement droit de disposer des biens de Ses serviteurs. Mais ceux qui avait un point de vue plus politique, considéraient cette demande comme une violation de l’esprit sinon de la lettre du traité qui liait le Mechanicum à l’Imperium et garantissait ses droits. Pour ce dernier groupe, le spectre de Legios Titaniques se formant sans l’empreinte sacrée du Mechanicum lors de leur création ou de leur contrôle était le début de la fin de l’indépendance de Mars. Un schisme menaçait mais après une audience entre le Fabricator-Général et l’Empereur, la demande colossale a été satisfaite et tout autre mécontentement ouvert dans les rangs du Culte Mechanicus sur la question fut étouffé. Mais on ne peut spéculer qu’à la lumière d’événements ultérieurs, que la rancune couvait secrètement. Mars elle-même porta le poids du fardeau en délivrant huit Warlords de sa réserve, tandis que les nouvelles productions et réquisitions des Mondes-Forges de Metalica, Phaeton, Arachnus, Caradryn Magna et Voss ont livrées le reste. Le transfert a été considéré comme un crime par certains et une bénédiction par d’autres, mais de cet événement, ou l’"Oblation" comme l’ont appelé les disciples du Culte de la Machine, rien ne se passerait avant plusieurs années, les machines-divines disparaissant sans laisser de traces sur Terra malgré leur envergure et leur puissance. Vingt-cinq des machines de guerre les plus puissantes jamais fabriquées par l’Humanité s’étaient évaporées.[5]

Le Roi des Terreurs[modifier]

Skagan-VI était un monde peu occupé par l’homme à la frontière sud du Segmentum Solar. Mis en Conformité en 860.M30 par la IVe Légion dans une action relativement sans effusion de sang, sa population avait augmenté rapidement, grâce à des vagues de migrations en provenance de mondes surpeuplés du noyau de Segmentum Solar, avec en parallèle l’accélération rapide de l’urbanisation et de l’industrialisation typique des Mondes-Ruches en devenir. Le résultat pour Skagan-VI a été l’instabilité politique, l’insurrection naissante et la menace d’une guerre civile à grande échelle en l’an 946.M30, quand le Seigneur Arbitrator local demanda l’aide des seigneurs du secteur, affirmant que le monde était devenu une poudrière prête à exploser.

La réponse au Seigneur Arbitrator, lorsqu’elle arriva, fut inattendue : une flottille de navires envoyés depuis Terra elle-même, comprenant un seul convoyeur de Titans banalisé, flanqué d’une escorte de croiseurs de l’Auxilia Solar de la flotte Saturnyne et, ce qui est le plus surprenant, une frégate écarlate et dorée de l’Escadron de la Maison Impériale. Un seul creuset terrestre s’est déployé à partir du convoyeur de Titan anonyme et est descendu jusqu’au spatioport de Decorah Breaks, près de la capitale de Skagan-VI. Sa cargaison à sa descente devait être un seul Titan Warlord couleur vert-de-gris foncé et portant en guise de sceau un lion grognant en argent. Sur son armorial ne figurait aucun symbole ou signe reconnaissable comme appartenant à une Legio Titanique de l’Imperium, Au lieu de cela, il portait les mots Ordo Sinister - Pavore Dominatur et ce qui a été jugé être le nom blasonné du Titan, Polaris-Albedelach, bien qu’en quelques jours, une dénomination aussi étrange ait été remplacé par une autre beaucoup plus appropriée dans les chuchotements des indigènes de Skagan-VI - ils l’appelèrent Le Roi des Terreurs d’après le Psyker du jeu de cartes divinatoires du Tarrot. Car là où la machine-divine marchait, la peur l’accompagnait. Bien sûr, de tels colosses de destruction aussi imposants suscitaient à juste titre la peur chez ceux qui les regardaient. Leur qualité inhérente de crainte et de splendeur guerrière était telle que même le soldat le plus blasé ne pouvait s’empêcher de trembler devant une machine de destruction si terrifiante ou en contemplant ce dont elle était capable, mais la frayeur que ce nouveau venu monstrueux a inspirée était autre chose. La terreur se propageait et refroidissait les os et les cœurs. Les foules s’enfuyaient dans une panique totale, tandis que d’autres ne pouvaient que tomber prostrés dans une frayeur abjecte alors que le Titan traversait les grandes artères de la ville, ne tirant jamais de coups de feu ni de sirène de guerre colériques.

Là où il marchait, le monde était immobile, et son ombre se voyait depuis l’horizon, le sommeil des justes et des coupables était rongé par des rêves froids de mort et d’oubli. Les révolutionnaires en puissance furent réduits au silence, les insurgés abandonnèrent leurs armes et furent dispersés dans les districts éloignés, leur cause et leurs doléances envolées. Le Roi des Terreurs mis Skagan-VI au pied du mur sans tirer un seul coup de feu.[6]

L'Idole des Sorciers de Magc'Sithraal[modifier]

Les Titans Warlords Sinister.
La deuxième fois que l’Ordo Sinister se rendit sur le terrain fut une affaire beaucoup plus sanglante et terrible, dans le cadre d’une longue série de batailles connues depuis sous le nom de Défense d’Helioret. Depuis le début des années 960.M30, le secteur d’Helioret avait été attaqué de plus en plus violemment par les corsaires et les maraudeurs Asuryanis à partir d’un Vaisseau-Monde à moitié brisé, connu sous le nom de Magc’Sithraal. Ces Asuryanis étaient, comparés aux autre membres de leur espèce rencontrés, des créatures insensées et torturées, toujours sous le choc de la chute de leur pouvoir antique, poussées par le chagrin, la haine amère et suicidaire envers toutes les autres races. Ils étaient tombés sur les mondes d’Helioret avec une violence impitoyable, brûlant planète après planète, déclenchant d’étranges fléaux synthétiques qui transformaient la chair en cristal ensanglanté, et abattaient des lunes et des stations orbitales fracturées sur les mondes.

La réaction de l’Imperium à l’attaque s’est rapidement intensifiée jusqu’à ce que des dizaines de régiments de l’Imperialis Auxilia aient été mobilisés, avec les forces Taghmata d’Anvilus et d’Incaladion, soutenues par une demi Legio Titanique des Yeux de Tigre qui se battaient âprement pour tenir la ligne contre les Titans Fantômes Asuryanis à épine dorsale de Magc’Sithraal à Luxor et Ratep. La perte totale de ces mondes clés n’a été évitée que lorsqu’un tiers des effectifs de la Légion des Blood Angels pris part à la bataille avec leur Primarque Sanguinius en tête. Même cette force apocalyptique n’a pas pu remporter la victoire, mais elle a forcée les Asuryanis à former un anneau défensif autour de leur Vaisseau-Monde déchiqueté et parsemé de débris.

C’est au moment où le Primarque angélique rassembla ses forces pour une attaque totale contre le Vaisseau-Monde de Magc’Sithraal qu’il fut soudain rejoint par un escadron portant le sceau et le libelle de Terra et la Maison Impériale. Avec elle se trouvaient une douzaine de Vaisseaux Noirs transportant des cohortes de la Sororité du Silence et avec eux un trio de convoyeurs de Titans non identifiés avec les Warlords de l’Ordo Sinister dans leurs cales. La bataille qui a suivi a été d’une intensité choquante. Les rapides vaisseaux de guerre Asuryanis ont mis le feu au vide alors qu’ils combattaient à la fois les navires de guerre gris acier d’Anvilus et les fiers cuirassés à coque blanche de l’Armada Ultima. Tandis que la bataille du vide faisait rage, les Vaisseaux Noirs aux lignes pures et les navires cramoisis de la flotte des Blood Angels plongèrent directement sur leur proie. S’écrasant à travers les flèches en décomposition et le dôme de force atmosphérique du Vaisseau-Monde désolé, les envahisseurs firent face à l’armée des morts de Magc’Sithraal ; des milliers de constructs de guerre Fantômes allant des rapides assassins aux guerriers imposants ainsi qu’aux Titans, tous animés par les âmes vengeresses de ce royaume hanté. La réalité ondulait et tremblait tandis que les Armes à Distorsion des Asuryanis déchiraient l’air, pulvérisant dans le ciel les vaisseaux de guerre cramoisi, tandis qu’en contrebas, d’anciennes colonnades et tours qui s’étaient dressées pendant des siècles s’écroulèrent, martelés par des tirs d’obus impitoyables. Alors que les missiles pleuvaient, l’atterrissage eu lieu. De nombreux Titans Asuryanis s’élevèrent des profondeurs de leurs anciennes voûtes, et à leur tête se trouvait un Titan Warlock, remplie des âmes des Prophètes et Spirites de Magc’Sithraal tombés au champ d’honneur. L’Imperium l’avait déjà rencontré et l’avait baptisé l’"Idole des Sorciers" et là où il avait marché, aucune victoire impériale n’avait encore été remportée. Contre cette masse de force, l’assaut impérial avorta et fut stoppé, car même les Titans de la Legio Fureans débarquant avec la deuxième vague furent rapidement détruits par l’Idole des Sorciers et ses pairs, bien qu’on dise que l’Ange Sanguinius ait lui-même détruit l’un d’entre eux, arrachant une tête à mains nues et l’envoyant s’écraser avant d’être frappé d’un tir de Lance Sonique du Warlock dont aucun autre n’aurait survécu. C’est alors que les trois Titans de l’Ordo Sinister débarquèrent, et sous leurs pas, on disait que le tissu même du Vaisseau-Monde avait frissonné comme révulsé.

Depuis leur carapace, les armes déversèrent des volées de tirs de roquettes et des tirs de Turbo-Lasers comme on aurait pu s’y attendre de n’importe quel Titan de Bataille, tandis que leurs mains droites étaient de vastes Griffes Énergétiques qui se crispaient dans l’attente du combat rapproché. Mais des armes baroques et étranges leur servaient de bras gauche, et de là, une obscurité silencieuse était apparue. Ces Bolts de néant noir se fracassaient dans les rangs des constructs Fantômes, dévorant tout ce qu’ils touchaient. Pendant l’échange de tirs, des dizaines d’autres Soldats Fantômes sont simplement tombés comme des marionnettes au fil coupés, pour ne plus jamais se relever. Hurlant un grand chœur de chagrin et d’indignation, les Titans Asuryanis arrosèrent de tirs les géants nouvellement arrivés avec des Lasers à Impulsion, tandis que l’Idole des Sorciers faisait surgir une tempête d’éclairs. Mais son cortège de destructions se heurta soudain à une flambée de force lumineuse, comme si de la glace émanait des machines-divines de l’Ordo Sinister, puis se dissipa. Le contrecoup des forces s’annulant mutuellement secoua le Vaisseau-Monde comme un tremblement de terre, faisant tomber les Space Marines et les Gardes Fantômes au sol comme des jouets. La force de l’Empyrée rencontra la force de l’Empyrée et la nature des colosses devint clair pour chaque spectateur lors de cet affrontement ; les machines-divines de l’Ordo Sinister étaient des Titans-Psi. Le conflit qui s’en suivi fut une véritable bataille des dieux, et le Primarque Sanguinius qui se rétablissait eut la sagesse de retirer les guerriers de sa Légion pour donner aux Titans une large place pour ce qui allait finalement suivre.

Pendant trois heures, les Titans se battirent, déclenchant des forces destructrices à une échelle suffisante pour détruire une douzaine de villes ; le Laser à Impulsion entailla une armure en céramite d’un mètre d’épaisseur pour la faire fondre et se reformer à la suite de la destruction, bien que même de telles protections occultes ne puissent empêcher le coup mortel d’une gigantesque Lame Énergétique Asuryani plongé profondément dans le cœur alimenté du réacteur de l’un des Titans de l’Ordo Sinister. Les Holo-Champs vacillaient et tremblaient tandis que les Titans Asuryanis dansaient une chorégraphie de mort avec une grâce impossible. Les fusillades de roquettes hurlantes ne trouvaient que de l’air vide, mais même une telle maîtrise de la vitesse et de la confusion ne pouvait arrêter les ravages des armes primaires maléfiques des Warlords Sinister. Lentement mais sûrement, les Titans Asuryanis passèrent de quatre à trois, de trois à deux, puis il ne resta seulement plus que l’Idole des Sorciers blessé, toujours assaillie par deux Warlords de l’Ordo Sinister, bien qu’ils furent tous deux endommagés. Sa lance brisée par une explosion dévastatrice, l’Idole des Sorciers hurla son défi à travers l’Empyrée mais reçue un ouragan de force psychique contre lesquels sa manœuvrabilité supérieure était aussi utile qu’un épouvantail pris dans une tempête. L’un des Warlords Sinister saisit alors l’épaule endommagée de l’Idole des Sorciers, le retenant captif pendant que son sombre compagnon arrachait la tête du Titan Warlock. Avec la destruction de l’Idole des Sorciers, l’âme de Magc’Sithraal disparu avec. Les lumières clignotèrent et moururent dans le Vaisseau-Monde en ruines, les systèmes tombèrent en panne et la fin commença. Les derniers vestiges des Asuryanis qui n’avaient pas encore fui leur foyer mourant firent preuves d’une frénésie suicidaire, mais ne trouvèrent que la fureur de la Légion des Blood Angels et la froide sauvagerie des Sœurs du Silence qui les attendaient. Les Titans-Psi de l’Ordo Sinister n’ont pas demandés leurs restes. Ils emportèrent les restes de leur camarade tombé au champ d’honneur puis quittèrent le champ de bataille. Le dernier massacre n’a pas tardé à venir, et l’acte final de la Défense d’Hélioret fut l’envoi dans un soleil proche de l’épave du Vaisseau-Monde vers sa mort définitive.[7]

Les Actes de l'Ordo Sinister[modifier]

Le récit de l’implication de l’Ordo Sinister dans la Défense d’Hélioret contenu dans les chroniques de bataille des Blood Angels reste le récit le plus détaillé et le plus authentique de l’Ordo secret lors d’une bataille. Il y a peut-être une douzaine d’autres incidents de ce genre, qui sont moins véridiques ou qui sont peu détaillés ailleurs, mais chacun d’entre eux présente aussi le récit d’un ennemi extrêmement puissant, possédant généralement un grand pouvoir psychique, ou inversement, comme à Skagan-VI, un monde rebelle ramené à la paix par une terreur presque préternaturelle. Le plus important d’entre eux est peut-être le passage de trois Titans de l’Ordo Sinister au sein de l’Armée Impériale dépêchée pour censurer Prospero, un fait qui semble avoir été caché même à Leman Russ bien après le début des combats. Ce qui semble toutefois certain, d’après tous ces récits, c’est que très peu de Titans ont été déployés à la fois par l’Ordo Sinister, et quand ils sont apparus, c’était souvent à l’insu de toutes les forces du côté desquelles ils sont intervenus. De ce qu’on peut discerner, l’Ordo n’a jamais été envoyé aux frontières de la Grande Croisade et n’a jamais quitté Terra pour une longue période. Il ne semble pas non plus, à moins que par des moyens beaucoup plus secrets, que d’autres Titans aient été ajoutés à leur nombre. Pour beaucoup, cela a conduit à croire que l’Ordo Sinister, tout au long de la dernière période de la Grande Croisade, était un essai expérimental sur le terrain, un projet inachevé qui n’en était qu’à ses débuts, dont les guerres de l’Hérésie ont bouleversé les plans d’action envisagés. Fait révélateur, avant même sa trahison, l’Ordo Sinister n’a jamais été mis une seule fois à la disposition du Maître de Guerre Horus ou de tout autre commandant indépendant, mais est toujours resté dans l’ombre de l’autorité de l’Empereur.

Lorsque l’Hérésie d'Horus se déclencha, un représentant de l’Ordo Sinister s’est présenté au Conseil de Terra à sa demande et a répondu à diverses questions sur la structure et le commandement de l’Ordo pendant la période de l’auto-séquestration de l’Empereur ; une réunion au cours de laquelle certains des détails que vous venez de lire sont tirés. Mais sur les des ordres exprès du Maître de l’Humanité, l’Ordo n’a pas été inclus dans les préparatifs généraux des guerres de l’Hérésie qui ont suivi. Au lieu de cela, il a attendu, dans le cadre de la dernière ligne de défense de Terra, presque jusqu’à la fin, du moins c’est ce qu’on dit officiellement.[8]

Les Warlords Sinister[modifier]

Selon les informations données au Conseil de Terra par le représentant de l’Ordo Sinister, le Préfet Kelner Anahat (à la fin de l'Hérésie d’Horus), il a été confirmé par des certificats authentifiés que l’organisation de l’Ordo Sinister était organisée et assurée entièrement selon un ordre précis établi par un décret dicté par l’Empereur, dont il ne pouvait s’écarter ni réformer sous peine de destruction. Elle comprenait quatre cryptes fortifiées, alliées mais autonomes - chacune avec ses propres défenses, son personnel de soutien, ses subalternes et ses techno-arcanistes, tous au service d’une "Chambre", chacune comprenant cinq Titans Warlords spécialement modifiés. À la place des d’Unités d’Impulsion Cérébrale standards des Titans, qui est normalement présent au sein d’un Warlord, les Titans-Psi étaient dotés de ce qui pouvait être considéré comme des Psykers damnés, confinés chirurgicalement et asservi à la volonté du Précepteur-Indentant qui commandait la machine-divine à la place d’un Princeps. Par un contrôle cortical direct, la puissance et l’esprit des Psykers liés étaient siphonnés et focalisés par les technologies obscures du Ciricrux Anima, le dispositif maléfique qui faisait vraiment du Titan-Psi ce qu’il était. Cette énergie était contrôlée par une interface techno-arcane très différente de l’Unité d’Impulsion Cérébrale de configuration standard, tandis que la plupart des autres fonctions du Titan-Psi étaient asservies à des systèmes de sous-automates et à des Esprits de la Machine. Mais même cela n’était pas suffisant pour le protéger entièrement des forces psychiques, et ainsi chaque commandant de Titan de l’Ordo Sinister était un "Intouchable", mais choisie selon des critères tout à fait différents de ceux des Sœurs du Silence ou du Temple Culexus, et cybernétiquement augmenté pour permettre l’interface homme-machine. Bien que dans son témoignage, le Préfet Kelner Anahat n’a rien révélé sur le recrutement ou la formation de ses camarades, il déclara que parmi les Psykers liés à l’intérieur des Warlords Sinister, « pour certains, c’était une punition pour leurs crimes, et pour d’autres, un soulagement béni de leurs tourments, et que… un équilibre était maintenu afin que des conditions optimales soient réunies. » Il ne s’est pas non plus attardé sur le taux de mortalité des Psykers lors du processus.

Grâce à l’utilisation du Ciricrux Anima, un Warlord Sinister était capable de projeter des phénomènes psychiques à une échelle vraiment gargantuesque, bien que dépourvue des nuances ou des manipulations fines que peut pratiquer un Psyker entraîné. Ces phénomènes comprennent des vagues de peur surnaturelle, des effets psychokinétiques, la biomancie et même l’inversement temporelle des dommages causés au Titan lui-même. Mais l’utilisation la plus dévastatrice du potentiel psychique du Ciricrux Anima est la concentration de son pouvoir à travers un système d’armes unique, le Sinistramanus Tenebrae. Il s’agit d’un hybride de technologies étranges, plus proches d’un Moteur Warp mutilé que d’une arme conventionnelle, mais elle sert à focaliser la puissance psychique des Psykers en créant une faille Warp qui est ensuite canalisé et libéré comme un projectile d’une force cauchemardesque et destructrice. Là où le projectile - qui se manifeste sous la forme d’une sphère ou d’un Bolt d’obscurité absorbant la lumière de la zone l’intermédiaire qu’il traverse avant de toucher la matière dense - explose, il provoque l’annihilation complète dans la zone d’impact immédiat, car ce qui s’y trouvait est réduit à l’état moléculaire puis envoyer dans une faille vers l’Empyrée, faille heureusement brève qui s’auto-scelle. Ceux qui se trouvent dans la zone plus large de l’impact sont simplement mortellement frappés, leur corps n’étant pas marqué de la même manière que ceux dont l’âme avait été arrachée de leur corps. Bien que les ogives vortex soient puissantes dans leur explosion et ont une portée limitée uniquement par leur fonction, le Psi-Canon Sinistramanus Tenebrae a l’avantage de pouvoir être tiré à plusieurs reprises, au moins tant que la force de ceux à bord dure pour l’alimenter.[9]

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « Béni soit celui qui meurt comme il a vécu - dans l’Ignorance »
  • The Horus Heresy, Book Seven - Inferno
  • Codex Titanicus, V2
  1. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Ordo Sinister (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Codex Titanicus : The Titan Legions - Legio Ordo Sinister (traduit de l’anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Ordo Sinister (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Ordo Sinister - Forbidden To All Save One (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Ordo Sinister - The Oblation (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Ordo Sinister - The King of Terrors (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Ordo Sinister - The Witch-Idol of Magc'Sithraal (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Ordo Sinister - The Deeds of the Ordo Sinister (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Ordo Sinister - The Warlod-Sinister (traduit de l'anglais par Guilhem)