Catégorie:Ultramarines

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Iax)
LogoUltramarines.jpg

Les Ultramarines sont de puissants guerriers et d’excellents tacticiens. Ce sont tous à la fois des croisés et des protecteurs qui incarnent la perfection des Space Marines, non seulement par leurs actes de bravoure, mais aussi par leur stricte respect des préceptes du Codex Astartes. Les Ultramarines livrent les guerres de l’Empereur dans toute la galaxie. Ils défendent l’Humanité contre les hérétiques et contre les vils Xenos. Leur discipline et leur sens tactique sont entrés dans la légende , tout comme leurs redoutables talents guerriers. Beaucoup d’humains sur des mondes reculés n’ont jamais vu de Space Marine, pourtant tous ont eu vent des exploits des Ultramarines. Quand à ceux qui ont la chance de les voir combattre, ils n’oublient jamais le spectacle dont ils ont été témoins. Non seulement les Ultramarines sont une source de force pour l’Imperium, mais ils sont aussi un symbole d’espoir. Ils ont engendré plus de successeurs que n’importe quel autre Chapitre de la Première Fondation, qui essaient tous d’égaler les prouesses de leur géniteur.

Beaucoup des plus grands héros de l’Imperium proviennent des rangs des Ultramarines, comme le Capitaine de la 2e Compagnie Cato Sicarius, l’avisé Maître Archiviste Tigurius, le noble Premier Capitaine Agemman… ces guerriers et bien d’autres servent avec honneur les Ultramarines depuis des millénaires. Le plus célèbre d’entre eux n’est autre que le père de tous les Ultramarines, le Primarque Roboute Guilliman. Il est le Seigneur Commandeur de l'Imperium qui mène des campagnes sans fin pour repousser les hordes du Chaos et reconquérir les domaines de l’Empereur, afin de les arracher aux griffes de la démence et de l’infamie qui se sont emparées de nombreuses planètes.

  • Discipline Codex : Les Fils de Guilliman considèrent les préceptes du Codex comme sacrés. Dans la fureur des combats, sa sagesse les guide, tandis qu’ils déjouent et écrasent l’ennemi avec une précision mortelle. Quels que soient leurs devoirs, du combat à l’étude, les Ultramarines se montrent méthodiques, analytiques et attentifs au moindre détail. La colère ne vient pas facilement chez eux et ils prennent rarement une décision irréfléchi. Recourant constamment aux articles de foi gravés dans le Codex Astartes, les Ultramarines sont en mesure de faire face à toute éventualité par l’intermédiaire de parades martiales bien rodées et de doctrines éprouvées. Un Ultramarine est enclin à se tourner vers les passages incroyablement longs qu’il a retenus du Codex Astartes pour trouver la solution à un problème.


Parmi tous les Chapitres Codex, le plus célèbre est celui des Ultramarines, le Chapitre du Primarque Roboute Guilliman en personne. Ce nom est synonyme de discipline et d’honneur, et les récits de leurs victoires sont contés aussi bien dans les halls de Macragge, leur planète d’origine, que dans ceux de Terra. Lorsque les ennemis de l’Humanité se rassemblent, les Ultramarines sont là pour les vaincre.

Sommaire

Les Guerriers d'Ultramar

« Par-delà mon dernier souffle, j’honorerai mes frères, mon Chapitre et mon Empereur. »
- Serment d’endoctrinement des Ultramarines.
Decor1Ultramarines.jpg
« Honneur et Courage ! »
- Cri de Guerre des Ultramarines.
Les Ultramarines sont des guerriers et des stratèges renommés, l’incarnation de l’héroïsme de l’Adeptus Astartes. Tout autant conquérants que protecteurs, ils sont le parangon du Space Marine, à la fois par leur courage, mais aussi par leur stricte application du Codex Astartes. Ils ont donné naissance à plus de Chapitres successeurs que n’importe quelle autre Légion de la Première Fondation, et ceux-ci ne ménagent pas leurs efforts pour se montrer dignes de leurs illustres cousins.

Le Monde Chapitral des Ultramarines est une planète rude et montagneuse nommée Macragge, qui se trouve au cœur du royaume d’Ultramar, domaine des Ultramarines. Située près de la Bordure Orientale, cette enclave de systèmes solaires fortifiés connaît une prospérité inégalée ailleurs dans l’Imperium. Les populations des nombreux mondes civilisés sont en compétition permanente pour fournir des recrues aux Ultramarines, et des statues immortalisent ceux qui ont atteint cette apothéose tant convoitée.

Les Ultramarines guerroient au nom de l’Empereur à travers toute la galaxie, et défendent l’Humanité contre les hérétiques et les Xenos. Pourtant, la pire épreuve du Chapitre ne se déroula pas à l’autre bout de la galaxie, mais dans Ultramar, lorsqu’en 745.M41 les Tyranides de la Flotte-Ruche Béhémoth attaquèrent Macragge et faillirent la détruire totalement. Seul le sacrifice héroïque de l’intégralité de la 1ère Compagnie parvint à stopper la marée extraterrestre. Ce fut un coup terrible pour le Chapitre, qui mit de longues années à s’en remettre. Cependant, il y est parvenu, et se tient aujourd’hui plus fort que jamais face à ses ennemis.

L'Héritage d'Ultramar

Macragge était capable de fournir de nouvelles recrues à un tel rythme que rapidement, la Légion déjà imposante des Ultramarines compta plus de la moitié des Space Marines loyalistes de la galaxie, qui s’éparpillèrent dans tous les systèmes pour les défendre. Leurs pertes furent terribles, pourtant ils parvinrent à restaurer un semblant d’ordre dans l’Imperium. Guilliman acheva alors le Codex Astartes et lança la Deuxième Fondation.

Le patrimoine génétique des Ultramarines devint prééminent lors de la Deuxième Fondation, car aucune autre Légion n’avait les effectifs ou les stocks génétiques nécessaires pour fonder autant de Chapitres que les Ultramarines. La stabilité du patrimoine génétique de ces derniers fit également d’eux le choix préféré de l’Adeptus Terra lors de la création ultérieure de nouveaux Chapitres. Au début du 41e Millénaire, on estimait qu’environ deux tiers des Chapitres existants descendaient des Ultramarines, et qu’ils étaient donc tous les héritiers de leur Primarque.

Le dernier legs de Roboute Guilliman n’était pas génétique, mais spirituel. Tous les Fils de Guilliman estiment que le seigneur d’Ultramar est la parangon d’un Space Marine. À ce jour, pas un seul Maître de Chapitre des Ultramarines n’a dévié des préceptes et des standards fixés par le Codex Astartes, afin d’être une figure d’inspiration non seulement pour ses guerriers, mais aussi pour ceux des autres Chapitres. Au cours des siècles qui suivirent la Deuxième Fondation, les Ultramarines ont vénéré leur Primarque et ses enseignements tels que rédigés dans le Codex Astartes, avec autant de dévotion qu’un prêtre suit à la lettre de saintes écritures. Le fait que Roboute Guilliman soit revenu pour guider les armées de l’Imperium au milieu des ténèbres qui s’accumulent n’a fait que renforcer la fierté qu’éprouvent les Space Marines de son Chapitre.

Depuis plus de dix mille ans, les Ultramarines ont affronté les pires ennemis, comme des Waaagh! Orks, des soulèvements de cultistes du Chaos, des invasions Tyranides, des incursions T’au et le réveil de Mondes-Nécropoles Nécrons. À ce jour, les Ultramarines n’ont pas seulement survécu, ils ont triomphé. Leur sens du devoir, leur honneur, leur courage et leur loyauté envers l’Empereur sont infaillibles, ce qui fait d’eux le Chapitre le plus respecté.

Puissants Seigneurs

Roboute Guilliman est loin d’être le seul champion héroïque à diriger les Ultramarines au combat. Au crépuscule du 41e Millénaire, le Chapitre réunissait l’une des plus grandioses congrégations de vaillants individus dont un Chapitre pourrait s’enorgueillir.

Qu’il s’agisse du Maître de Chapitre Marneus Calgar, un guerrier diplomate à la stature royale, du Chef Archiviste Tigurius à la prescience redoutable, ou des officiers spécialistes comme le Sergent Chronus, chef de char émérite et le Sergent Telion au regard d’aigle, les Ultramarines sont dotés de nombre de champions dont ils suivent scrupuleusement l’exemple.

Origines

« Admettre la défaite est un blasphème contre l’Empereur. »
- Roboute Guilliman, Primarque des Ultramarines.
Le Chapitre des Ultramarines.
Fait unique parmi les Légions de la Première Fondation, l’histoire des Ultramarines est relativement bien documentée et il existe une pléthore d’informations concernant la création de cet illustre Chapitre. L’un des grands mystères au sujet des Primarques à l’origine des Légions Space Marines concerne les circonstances dans lesquelles ils furent ravis à l’Empereur. De nombreuses théories, parfois fantaisistes, ont été élaborées, mais aucune n’est à même d’expliquer vraiment comment un tel acte blasphématoire a pu être commis. S’il est peu probable qu’on sache un jour la vérité, l’examen des circonstances de la découverte de Roboute Guilliman sur Macragge peut néanmoins aider à mieux comprendre ce qui a pu se passer.

Macragge est un monde rocailleux et inhospitalier situé dans la Bordure Orientale de la galaxie. Les trois-quarts de sa surface sont recouverts de plateaux désolés ou de montagnes, et le reste de mers azurées. Macragge avait survécu aux catastrophes de l’Ère des Luttes, son industrie était restée intacte, le contact avait pu être maintenu avec les systèmes voisins et des vaisseaux spatiaux ne cessèrent jamais de circuler malgré la force des tempêtes Warp. À la tête de la planète trônaient deux rois, ou consuls, dont les paroles faisaient loi. Ceux qui osaient enfreindre les règles s’exposaient à de sévères châtiments, tandis que les attitudes honnêtes étaient encouragées et que des responsabilités étaient proposés aux plus capables. La vie des habitants était dure, seuls les plus robustes parvenant à l’âge adulte. Il revenait à l’État de déterminer à la naissance si un bébé, garçon ou fille, était assez fort pour survivre. Dans le cas contraire, il était abandonné au fin fond des montagnes…

Les citoyens de Macragge vivaient dans la discipline, le don de soi et la simplicité. Ils se considéraient comme les garants des valeurs de l’Humanité, fuyant la luxure et l’oisiveté. Le progrès technologique était à leurs yeux synonyme de discorde et, à terme, de déclin des valeurs morales, aussi ne lui accordaient-ils que peu de confiance.

Les valeurs de ce peuple étaient si justes qu’elles forçaient l’admiration des systèmes voisins. Afin de maintenir cet état d’esprit, les enfants des deux sexes étaient envoyés dès l’âge de six ans dans des académies militaires et athlétiques où on leur enseignait le combat, la discipline, la résistance à la souffrance, la survie en milieu hostile et la manière d’entretenir leur santé. Cette période de leur vie était particulièrement dure et brutale, aussi peu d’entre eux en sortaient-ils vivants. À quatorze ans, à l’issu de huit années d’un entraînement très sévère, les étudiants devenaient des soldats.

Le régime répressif de Macragge reposait sur sa puissance militaire qui ne pouvait pas être remise en question, méthode particulièrement efficace d’ailleurs copiée par les systèmes avoisinants. C’est pourquoi, alors que le reste de la galaxie était menacé de sombrer dans l’anarchie pendant l’Ère des Luttes, Macragge et les planètes environnantes continuèrent de prospérer tandis que leurs armées disciplinées et entraînées faisaient face aux invasions extraterrestres, aux pirates et aux renégats. Un soldat combattait jusqu’à l’âge de trente ans, après quoi il lui était possible de fonder une famille. Cependant, en dépit de nets succès militaires dans l’espace, certaines régions de la planète restaient désolées et étaient parcourues par des bandits qui écumaient les landes de l’Illyrium dans le nord. Konor, l’un des plus puissants Rois-Guerriers de Macragge, mena ses armées contre les barbares du nord, mais même lui ne parvint pas à pacifier durablement la région.

Roboute Guilliman

La venue de Roboute Guilliman fut précédée de nombreux présages. Les scribes notèrent divers phénomènes étranges et un passage issu des mémoires de Konor apporte des éléments vitaux à la compréhension des mystères environnant les Primarques. Ces écrits ont été préservés par les Archivistes Ultramarines et ont autant éclairé que divisé les historiens.

De tels rêves peuvent mener un homme à penser qu’il est devenu fou, ou pire, qu’il est la proie des démons. Je fais ces cauchemars toutes les nuits depuis trois mois et il n’est pas un matin ou je me réveille sans avoir poussé d’horribles hurlements. Je rêve de monstruosités bardées de griffes et de crocs cherchant à déchires mon corps et à se repaître de mon âme. Les guérisseurs me préparent des infusions de racines de lassiam, mais cela n’y change rien. Jusqu’à ce soir je me sentais devenir fou or, cette fois-ci alors que je contemplais avec horreur des monstres cherchant à sucer la moelle de mes os, j’ai vu un personnage en armure resplendissante. Sur sa plaque pectorale était gravé un aigle si bien poli qu’il brillait comme de l’argent. Un casque de bronze recouvrait son visage et il tenait fermement dans sa main une imposante épée qui crépitait d’énergie. Les créatures des ténèbres se jettent sur lui mais il les abattit avec sa puissante épée jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. Il lança alors un regard dans ma direction et je me retrouvais soudain au pied des Chutes d’Hera dans la Vallée de Laponis. J’étais trempé par les éclaboussures des impressionnantes trombes d’eau lorsque j’aperçus non loin un enfant aux cheveux d’or. Le guerrier me demanda d’en prendre soin et, alors que je m’approchais pour le prendre dans mes bras, je me réveillais, plus apaisé que je ne l’avais été depuis des mois. Était-ce un rêve ou une vision ? Je n’en sais rien, mais à mon réveil mon visage était couvert d’une fine pellicule d’eau fraîche.

Selon la légende, le lendemain de son rêve, Konor, le premier Roi-Guerrier de Macragge, chevaucha vers l’est à la tête de ses gardes d’honneur en direction des Chutes d’Hera. Ce n’est qu’après plusieurs semaines de voyage et la traversée de pics enneigés qu’ils parvinrent aux chutes vertigineuses d’eau glaciale.

Là, emmitouflé dans ses langes, ils trouvèrent l’enfant que Konor avait vu. Comment avait-il pu se retrouver dans cette vallée était un mystère qui ne fut jamais percé à jour, mais l’événement n’en fut pas moins considéré comme historique. Konor ramena le bébé à son palais et l’appela Roboute, ce qui signifie "Celui qui est Grand".

La discipline martiale, l’honneur altruiste et le génie tactique des Ultramarines sont à attribuer directement à leur Primarque. Élevé sur le monde de Macragge, Roboute Guilliman fut intronisé par une noblesse guerrière dès son plus jeune âge. À son dixième anniversaire, il avait déjà assimilé tout ce que les érudits de Macragge pouvaient lui enseigner. Ses connaissances en matière d’histoire, de philosophie et de science étonnaient ses aînés, mais son plus grand talent résidait dans les domaines de la stratégie, de la logistique et de la guerre. La jeunesse de Roboute Guilliman et son ascension fulgurante sont bien documentées, mais il suffit de dire qu’il était une force de proposition irrésistible, une figure d’inspiration qui sortit Macragge d’une ère de guerre et de trahison pour la mener vers un âge de prospérité. Lorsque l’Empereur atteignit cette planète, Il fut abasourdi par l’ordre et l’opulence qui y régnaient. Il comprit immédiatement que Guilliman était un Primarque aux aptitudes exceptionnelles.

Quand la Légion des Ultramarines fut placée sous les ordres de Roboute Guilliman, sa base avancée fut établie sur Macragge. Le Primarque assimila rapidement les merveilles technologiques de l’Imperium et se mit à l’œuvre avec enthousiasme et talent. Ses plus grandes compétences brillaient dans le domaine de la guerre, et il mena les Ultramarines vers de glorieuses conquêtes dans le sud de la galaxie.

Les planètes qu’il ramena dans le giron de l’Imperium bénéficièrent de ses talents d’organisateur et de sa capacité à instaurer des gouvernements efficaces. Lorsqu’il libérait un monde de la tyrannie ou le sortait de l’ignorance, il s’attelait en priorité à assurer son autonomie en matière de défense. À son départ, il laissait des conseillers de confiance chargés de fonder une industrie et des routes de commerce avec l’Imperium. Le gouvernement avait pour priorité le bonheur de son peuple et le renforcement de ses capacités militaires. Même si l’exemple de Guilliman a été copié au fil du temps, nul n’a jamais réussi à égaler ses talents dans le domaine de la création de planètes prospères, et à même de se défendre seules en cas d’attaque imprévue.

Decor2Ultramarines.jpg

Histoire des Ultramarines

« Nous sommes les Ultramarines, les fils de Guilliman. Tant que nous respirons, nous nous dressons. Tant que nous nous dressons, nous combattons. Tant que nous combattons, nous vainquons. Rien ne saurait apaiser notre colère ! »
- Maître de Chapitre Marneus Calgar.

De tous les Chapitres Codex, le plus ancien et le plus célèbre est celui des Ultramarines, le Chapitre du Primarque Roboute Guilliman en personne. Leur nom est synonyme de discipline et d’honneur, et les récits de leurs victoires se diffusent depuis Macragge, leur Monde Chapitral, jusqu’à la Sainte Terra elle-même. Si un ennemi de l’Humanité menace l’Imperium, les Ultramarines se tiennent prêts à l’affronter.

Primus Inter Pares

Les Ultramarines sont des parangons de tout ce qui signifie être un Space Marine. Leur excellence martiale et leur force physique sont tempérées par la discipline, la culture et des millénaires de sagesse accumulée, et avec le retour d’entre les morts de leur Primarque Guilliman, les Ultramarines - et leurs nombreux Chapitres successeurs - comptent parmi les plus fervents défenseurs du domaine de l’Empereur. Hélas, l’excellence attire l’infamie ; la liste des ennemis des Ultramarines est aussi longue que leur tableau d’honneur.

Les Ultramarines sont les héritiers génétiques du Primarque Roboute Guilliman. Venus de Macragge, leur Monde Chapitral et le cœur de leur empire stellaire, les Ultramarines s’élancent contre la myriade de menaces envers l’Humanité. Ils ne le font pas seulement équipés des meilleures armes, mais aussi nantis d’une perfection tactique et stratégique qui leur permet d’exploiter ces outils à la perfection. Grâce à l’excellence doctrinale et à une discipline sans faille, les Ultramarines surclassent et dépassent leurs ennemis sur tous les fronts. Ils passent avec fluidité d’une tactique à l’autre, court-circuitant et neutralisant la moindre manœuvre de l’adversaire tout en l’accablant, une frappe parfaitement placée après l’autre. Ainsi, grâce à un assemblage de maîtrise du champ de bataille et de force martiale dynamique, les Ultramarines triomphent de l’ennemi encore et encore.

La XIIIe Légion

Lorsque l’Empereur entama Sa Grande Croisade pour revendiquer et unifier la galaxie, Il le fit à la tête de vastes Légions de Space Marines. Chacune était une force de combat incroyable forgée à partir du matériel génétique de l’un des Primarques, et chacune hérita des traits et des prédilections de son géniteur. Les Ultramarines étaient la XIIIe Légion. Leur Primarque, Roboute Guilliman, était le plus rigoureusement organisé de ses frères ; il légua aux Ultramarines son sens de la discipline, de l’ordre et de l’attention aux détails stratégiques qui en fit l’une des Légions les plus mortellement efficaces de toutes.

La noblesse innée de leur Primarque insuffla en outre à ses fils un sens rigide de la loyauté envers l’Imperium, qui les protégea des murmures corrupteurs des Dieux Sombres lorsque l’Hérésie d’Horus éclata. Guilliman s’accrocha plus à son humanité que la plupart de ses frères, et ses fils ont toujours suivi son exemple. Les Ultramarines luttèrent durement lors de l’Hérésie, mais les machinations des Word Bearers et des World Eaters les contraignirent à défendre les Cinq Cents Mondes d’Ultramar. Lorsque les Ultramarines rallièrent enfin Terra, il était trop tard ; Roboute Guilliman atteignit le Monde-Trône alors que la bataille était déjà terminée.

Après l’Hérésie d’Horus, c’est de la plume de Guilliman que naquit le révéré Codex Astartes. Il s’agissait de sa réponse aux horreurs de la guerre civile apocalyptique de l’Imperium, sa façon de rationaliser les terribles blessures infligées, écrit pour s’assurer qu’un tel cauchemar ne pourrait plus jamais s’abattre sur le royaume de son père. Quelques années après avoir achevé cet ouvrage fondateur, Guilliman fut mortellement blessé par son frère Fulgrim et inhumé dans un champ de stase ; lorsqu’il fut ressuscité près de dix millénaires plus tard, ce fut pour constater que tous ses efforts n’avaient pas empêché la Longue Guerre d’engloutir l’Imperium dans les flammes.

Champions du Codex

Le Codex Astartes n’a peut-être pas empêché les ravages du Chaos, mais il a considérablement amoindri les dégâts dont un Chapitre de Space Marines renégats est capable. Il est aussi devenu le cœur de tout ce pourquoi les Ultramarines et leurs Chapitres successeurs combattent.

Le génogerme des Ultramarines est devenu prééminent lors de la Seconde Fondation, car aucune autre Légion ne disposait alors des effectifs ni des banques génétiques pour fonder autant de Chapitres. La stabilité de leur génogerme en a aussi fait le choix de prédilection de l’Adeptus Terra pour fonder de nouveaux Chapitres. À l’aube du 41e Millénaire, on estimait que plus des deux tiers de tous les Chapitres Space Marines existant descendaient des Ultramarines - les fiers héritiers de leur Primarque.

L’héritage de Roboute Guilliman s’avéra non seulement génétique, mais spirituel. Tous les Fils de Guilliman considèrent le seigneur d’Ultramar comme leur suzerain suprême. À ce jour, pas un seul Maître de Chapitre des Ultramarines n’a échoué à vivre selon les standards dictés par le Codex Astartes, et tous sont devenus des personnages modèles pour leurs guerriers, mais aussi pour les étrangers au Chapitre. Lors des siècles qui suivirent la Seconde Fondation, les Ultramarines ont vénéré leur Primarque et adhéré aux préceptes, aux régulations et aux doctrines du Codex Astartes comme un prêtre adhère aux saintes écritures. Que Roboute Guilliman soit revenu pour diriger les armées de l’Imperium dans les ténèbres grandissantes n’a fait que renforcer la fierté du Chapitre, qui croît avec chaque nouveau haut fait d’héroïsme.

C’est selon la sagesse du Codex que les Ultramarines coordonnent avec expertise les divers bras de leur machine militaire. Des escadrons de chars et des aéronefs hurlants frappent l’ennemi comme autant de coups d’épée. L’infanterie et des forces de frappe repoussent l’adversaire avec une impitoyable efficacité, et ne laissent qu’un sillage de cadavres comme ils s’emparent d’un objectif après l’autre. Fidèles aux enseignements du Primarque avec un talent et un dévouement rarement égalés, les Ultramarines ne font pas que triompher de l’ennemi - ils l’annihilent de manière sanglante.

Decor2Ultramarines.jpg

Le Royaume d'Ultramar

Le Royaume d’Ultramar.
(Cliquez pour agrandir)
Une des particularités de la Légion des Ultramarines qui survécut à la Deuxième Fondation fut le lien étroit entre ces Space Marines et les populations de Macragge et des planètes environnantes. Au cours de la Grande Croisade, ces mondes fournirent de jeunes recrues pour les Ultramarines, ainsi que des matières premières, du matériel et des navires de guerre. Même si le taux de recrutement diminua suite à la réorganisation, la tradition persista et aujourd’hui, les Ultramarines ne recrutent pas sur une seule planète, mais dans toute la zone autour de Macragge nommée Ultramar, l’empire stellaire du Chapitre des Ultramarines.

Ultramar est un cas unique parmi les domaines des Space Marines. Alors que les autres Chapitres règnent sur une seule planète, un astéroïde, voire une forteresse orbitale ou une flotte spatiale, le domaine des Ultramarines est bien plus vaste. Ils contrôlent un sous-secteur regroupant plusieurs systèmes solaires, chacun ayant ses propres mondes et gouvernements loyaux envers le Chapitre. Toutes les planètes d’Ultramar ont un socle culturel commun avec Macragge, il n’est donc pas surprenant que les styles architecturaux et gouvernementaux soient les mêmes, ainsi que les traditions.

Utilisant un système gouvernemental mis en place par Roboute Guilliman, les citoyens d’Ultramar sont disciplines, productifs et loyaux. Ultramar est donc devenu un empire opulent qui n’a pas connu de rébellion ou de soulèvement depuis bien longtemps, ce qui est un cas unique au sein de la galaxie. Les mondes les plus peuplés d’Ultramar sont autosuffisants, et le commerce interplanétaire est florissant. Même s’il comporte essentiellement des mondes industriels, Ultramar est dépourvu des désolations toxiques qu’on retrouve sur les autres planètes industrielles de la galaxie. Cependant, tout change.

Même avant que la Noctis Aeterna survienne, Ultramar eut à faire face à de graves menaces. Des vrilles de plusieurs Flottes-Ruches Tyranides dérivèrent implacablement vers le royaume de Guilliman. L’Archipyromane de Charadon, un des Seigneurs de Guerre Orks les plus puissants de la galaxie, mena une Waaagh! monstrueuse depuis ses terres anarchiques dans l’intention de déborder les défenses orientales des Ultramarines. Cependant, la menace la plus terrible fut celle posée par les serviteurs du Chaos. Une horde de traîtres, de renégats, de Mutants et de déments s’abattit sur Ultramar, sous le commandement du Prince Démon M'kar le Ressuscité. C’est alors que se produisit la Noctis Aeterna, qui amena des tempêtes Warp ou grouillaient des Démons. Suite a ces désastres, certains des plus redoutables séides de Nurgle, le Dieu du Chaos des épidémies et de la pestilence, attaquèrent les domaines des Ultramarines afin de corrompre ses planètes bucoliques et paradisiaques. Ces Guerres de la Peste furent le théâtre de certaines des plus violentes batailles livrées par l’Imperium au cours de son histoire, et tous les mondes habités d’Ultramar subirent des pertes effroyables.

Macragge, le Monde-Capitale, vit des affrontements faire rage sur ses plateaux rocheux arides aussi bien que dans ses villes populeuses. L’immense Forteresse-Monastère des Ultramarines, y compris le temple où Roboute Guilliman reposait en stase depuis plus de sept millénaires, subit des attaques répétées. Les Légions Bubonicus commandées par un Démon Majeur de Nurgle nommé Ku'gath s’emparèrent du système proche de Tartella avant d’attaquer Iax, un Monde-Jardin luxuriant. Le Système Espandor souffrit sous les coups de la Mort Rampante, et ceux du Primarque Démon Mortarion et de sa Death Guard. Sur Parmenio eut lieu un immense affrontement de blindés, et à travers tout le sous-secteur, une bataille spatiale fit rage tandis que les stations de combat engageaient une flotte de la peste sous les ordres de l’amiral Typhus de la Death Guard. Même les tactiques infaillibles et les sacrifices héroïques des défenseurs suffirent à peine à éviter une défaite ignominieuse.

Quittant la Croisade Indomitus, Roboute Guilliman revint à l’aide de son système natal. Il comprit qu’il devait reprendre l’initiative et mit au point une campagne brillante baptisée Lance d’Espandor. Des contre-attaque fulgurantes et des abordages audacieux permirent de reprendre plusieurs têtes de pont adverses. Alors que les armées du Chaos ne se concertaient pas, celles d’Ultramar se soutenaient mutuellement, ce qui permit à Guilliman d’inverser le cours de la guerre. Espérant tirer profit de leurs effectifs supérieurs, les forces du Chaos se rassemblèrent pour un affrontement décisif à Iax, mais Guiliman contra tous leurs assauts. Finalement, les forces du Chaos s’échappèrent sous le couvert d’un bombardement viral massif. N’ayant pas une minute à perdre, car le reste de la galaxie était en danger, le Seigneur Commandeur de l’Imperium organisa rapidement la reconstruction d’Ultramar et repartit à la tête d’une force de frappe.

La Renaissance des Cinq Cents Mondes

Peu de temps après sa résurrection, Guilliman réalisa qu’il avait commis une grave erreur après l’Hérésie d'Horus : celle d’avoir démembré le royaume des Cinq Cents Mondes d’Ultramar car il était à l’époque convaincu qu’un aussi grand domaine aurait été impossible à défendre pour le Chapitre des Ultramarines, alors limité à mille guerriers suite à la réforme du Codex Asatrtes. Avant de partir pour Terra rencontrer son père, il annonça l’annulation des anciens traités ayant démembrés son ancien domaine et ordonna aux Ultramarines de rétablir l’antique Ultramar des Cinq Cents Mondes.

La motivation du Primarque s’expliquait par son effarement face à l’Imperium qu’il découvrait ; un régime brutal et superstitieux, totalement opposé à l’idéal que portait l’Empereur durant la Grande Croisade. Néanmoins, il fut satisfait de constater que ses fils avaient réussi à bien gérer Ultramar, un des rares domaines connaissant avant la Grande Faille une paix et une prospérité relative au sein de l’Imperium. Le Fils Vengeur décida de rebâtir son royaume afin d’en faire l’exemple de ce que devait être l’Imperium rêvé de l’Empereur mais se heurta, plus d’un siècle après son retour, aux résistances des gouverneurs et administrations des planètes anciennement membres des Cinq Cents Mondes.

Durant les Guerres de la Peste, Guilliman organisa le Conseil d’Héra sur Macragge et y décida d’accélérer la réunification d’Ultramar en rétablissant l’ancien Conseil des Tétrarques, l’organe dirigeant de l’Ultramar de l’antiquité comportant quatre membres. Ses quatre nouveaux Tétrarques étaient Severus Agemman, Premier Capitaine des Ultramarines, Portan, le Deuxième Capitaine du Chapitre Genesis, Balthus, Capitaine des Doom Eagles et le Capitaine Decimus Felix, un Primaris des Ultramarines et Écuyer du Primarque. Quand au Maître de Chapitre Marneus Calgar, il se vit remettre l’autorité des mondes centraux de Macragge. L’avenir nous dira si les Cinq Cents Mondes se rétabliront totalement.[1] 

Decor2Ultramarines.jpg

Monde Natal : Macragge

Macragge
Macragge.

C’est le monde natal des Ultramarines, le cœur et la capitale du royaume d’Ultramar, et un des plus grands bastions de l’Imperium. Ce monde a été attaqué à plusieurs reprises, mais les Ultramarines ont toujours triomphé de leurs ennemis.

Les mondes des Ultramarines sont situés dans le Segmentum Ultima au sud-est galactique. Tandis que la plupart des autres Chapitres ont leur Forteresse-Monastère située sur une unique planète, les Ultramarines contrôlent pas moins de huit systèmes (plus désormais depuis la volonté de rétablissement des Cinq Cents Mondes). Tout ce domaine est appelé Ultramar, et bien que chacun des mondes qui le composent possède ses propres gouvernements, armées, et cultures, tous sont directement placés sous la tutelle des Ultramarines.

Largement industrialisées, les planètes environnant Macragge se sont transformées sous l’ère de Guilliman en endroits productifs et prospères où l’on récompense des valeurs comme l’honnêteté et le courage. Les habitants de ces mondes sont industrieux, disciplinés et loyaux aux Ultramarines.

Pour se protéger, chacun entretient sa propre armée, mais peut également en appeler au soutien des Ultramarines. Ils n’ont pas l’obligation de fournir chaque année à la Garde Impériale un contingent de recrues, bien que leur sens de l’organisation soit tel que leurs centaines de régiments se donnent constamment prêts pour combattre à travers la galaxie. De plus, les mondes d’Ultramar fournissent les futurs Space Marines du Chapitre et les familles dont l’un des membres est devenu un tel guerrier en tirent une grande fierté. Au temps des jours glorieux de la Grande Croisade, les systèmes environnant Macragge fournirent à la Légion des centaines de nouvelles recrues ainsi que des vivres et du matériel. Cette tradition a perduré jusqu’à nos jours et des liens très forts ont été maintenus entre Macragge et les systèmes voisins. Étant donné cette étroite amitié, il n’est pas surprenant de constater que tous ces mondes partagent la même langue, culture, architecture et forme gouvernementale.

La Forteresse de Hera

Macragge est un monde rocailleux protégé par de nombreuses batteries de défenses orbitales et deux gigantesques stations polaires. C’est au cœur des rudes montagnes de la planète que les Ultramarines ont construit la Forteresse de Héra, qui abritait le corps de leur Primarque dans le Temple de la Droiture. Il s’agit d’un haut lieu de pèlerinage pour les citoyens de l’Imperium.

Thalassar

Thalassar est une planète parcourue par des vents turbulents, recouverte de mers agitées et ne possédant qu’un seul continent du nom de Glaudor. À l’inverse, Quintarn, Tarentus et Masali, qui orbitent autour d’un centre de gravité commun, sont constituées de landes désolées et arides, à l’exception des énormes cités agricoles emmurées. Des pièges à vent permettent d’accumuler l’eau nécessaire à l’irrigation des milliers d’hectares d’agriculture intensive recouverts de dômes.

Calth

Le peuple de Calth vit loin sous la terre à l’abri des rayons mortels de son soleil bleu, contaminé il y a bien longtemps par la Légion Renégate des Word Bearers. De gigantesques cavernes souterraines parcourent la croûte de la planète qui, bien qu’autosuffisante, échange une grande quantité de nourriture avec son voisin Iax. Ses chantiers aéronautiques sont extrêmement réputés et construisent une grande partie de la Flotte des Ultramarines ainsi que des vaisseaux d’autres armées de l’Imperium.

Iax et Espandor

Iax et Espandor sont des mondes peu peuplés situés aux abords d’Ultramar. Iax est l’un des Agri-Mondes les plus productifs de tout l’Imperium, tandis qui Espandor est essentiellement couverte de forêts. On dit qu’elle aurait été colonisée par des colons détournés de leur chemin par une tempête Warp.

Prandium

Le joyau d’Ultramar fut jadis Prandium dont la beauté était réputée dans toute la galaxie, mais à présent la planète est réduite à un bout de roche sans vie, sucée jusqu’à la moelle il y a deux cent cinquante ans par les Tyranides de la Flotte-Ruche Béhémoth.

Decor2Ultramarines.jpg

Doctrines de Combat

Comme il sied au Chapitre de Roboute Guilliman, les Ultramarines adhèrent fermement aux préceptes du Codex Astartes, et cela fait plus de dix mille ans qu’ils combattent selon les méthodes couchées dans ses pages sacrées. Si d’autres Chapitres se permettent d’interpréter les écrits du Primarque, les Ultramarines, eux, les suivent à la lettre et toute déviation est pour eux impensable. Le Codex Astartes est un ouvrage d’inspiration divine, sanctifié par l’Empereur en personne, aussi ne voient-ils aucune raison de se détourner de sa sagesse. Les enseignements de discipline et de contrôle de soi enseignés aux peuples d’Ultramar dès leur enfance leur a conféré la grande force de caractère qui leur a permis dé s’en tenir strictement à ces règles pendant si longtemps.

Pour chaque situation tactique, le Codex fournit des centaines de pages expliquant comment la traiter et la résoudre. Tout guerrier du Chapitre doit apprendre des sections entières du Codex de telle sorte que chaque Compagnie sait en mesure d’en restituer la totalité. Cet ouvrage est riche de la mémoire d’un nombre incalculable de combattants et détaille tout autant les diverses enseignes d’innombrables unités que des récits d’assauts planétaires à grande échelle.

Decor2Ultramarines.jpg

Organisation

« Nous marchons dans les pas de Guilliman. Car nous suivons les prescriptions du Codex. »
- Marneus Augustus Calgar.

Organisation et Structure d'une Unité au Sein de la Légion (Pré-Hérésie)

Héraldique de la Légion des Ultramarines[2]
Bannières de la Légion des Ultramarines.

Parmi les nombreuses bannières et icônes portées par les Ultramarines, les Étendards de Bataille de la Légion sont les plus importants. Ces grandes banderoles en tissu sont commandées individuellement par le Haut Commandement de la Légion et remises aux sous-commandements des Chapitres, souvent en l’honneur d’une grande victoire. Elles sont le symbole que le commandant du Chapitre porte l’autorité du Primarque et l’honneur de la toute la Légion.

Iconographie des Boucliers Ultramarines.

La Légion des Ultramarines attache une grande importance au déploiement d’unités équipées de boucliers, et en plus des Escouades Breacher de la Légion que l’on retrouve couramment chez les Legiones Astartes, la XIIIe Légion équipe ses escouades d’élite Invictus de Boarding Shield fabriqués par des Artificiers et que de nombreux Invictarii continueront de porter lors de leur service ultérieur dans le corps des officiers de la Légion.

Dès sa première incarnation, la XIIIe Légion était restée fidèle aux rigueurs du Principauté Bellicosa, telles que définies par l’Empereur et Ses conseillers au début de la Grande Croisade. Les guerriers de la Légion étaient organisés en Compagnies standardisées d’environ mille guerriers, puis en Chapitres, chacun composé de dix Compagnies. Contrairement à plusieurs de leurs Légions frères, la XIII a fait peu d’efforts pour recodifier la structure ou varier la taille des unités individuelles. Au lieu de cela, les Guerriers-Nés ont enchâssé les restrictions de base de ce système en tant que tradition honorifique de la Légion. Cette tradition a été peu modifiée, même dans ses dernières années, après la redécouverte de Guilliman, qui a développé et précisé cette structure au lieu de la remplacer car il y voyait une grande vertu. Roboute Guilliman a également développé la pratique de la XIIIe d’observer comment les autres s’en sortaient au combat et d’adopter des versions modifiées des tactiques de leurs camarades des autres Légions, lorsque cela s’avérait efficace. Cela venait de la prédilection de Guilliman pour l’analyse et l’observation, et dans son cas, ce que le Primarque voyait, il l’étudiait avec une précision sans faille, cherchant toujours à distiller et à améliorer le succès et à dépasser les accomplissements de l’initiateur par l’application de son intelligence et la diligence de sa Légion. Une telle amélioration a toujours été une possibilité qu’il a toujours cru possible, une attitude qui a parfois apporté l’appui de certains des pairs de Roboute Guilliman.

Les doctrines opérationnelles de la XIIIe favorisaient la diversité tactique et l’application d’une force écrasante. En conséquence, la Légion a maintenu relativement peu de Compagnies spécialisées, choisissant plutôt de répartir les unités qui entretenaient d’importants stocks d’équipement et de munitions non standard de façon égale entre les diverses Compagnies de la Légion. Il était prévu que chaque Compagnie d’Ultramarines serait individuellement capable de rencontrer les ennemis de l’Humanité sur n’importe quel terrain et dans n’importe quel théâtre de guerre avec la même capacité et de sortir victorieux, amplifiant cette puissance en se combinant avec d’autres Chapitres. À cette fin, chaque Chapitre présentait un mélange proportionné d’unités tactiques et d’unités d’assaut, de blindés et d’artillerie, ainsi que de vaisseaux de guerre et de transports.

Avec la subdivision des importants effectifs de la XIIIe qui eu lieu dans les dernières années de la Grande Croisade, la Légion composa plus de flottes de croisade individuelles que toute autre Légion. Ainsi, la valeur de la doctrine fut rapidement rétablie et mise à profit, la Légion essayant d’uniformiser une grande partie de sa base d’équipement et de la compléter, au besoin, avec des modèles locaux, qui, s’ils n’étaient pas les plus puissants ou les plus avancés de leur type, nécessitaient moins de ressources pour les produire en masse, répondant ainsi de manière optimale aux besoins sans cesse croissants de ces guerriers. Ce facteur en soi aurait un grand impact sur le développement des forces Space Marines au-delà des guerres de l’Hérésie d’Horus.

Bien que cette doctrine de l’adaptabilité structurée allait s’enraciner profondément dans plusieurs Chapitres de la Légion, il y avait quelques écarts notables par rapport à ce modèle. Quelques Chapitres individuels, par une préférence de longue date ou un manque d’approvisionnement, ont conservés des atouts notables de l’équipement ou du personnel non standard. Les 4e et 22e Chapitres en sont les exemples les plus remarquables, le 4e Chapitre étant connu au sein de la Légion sous le nom d’Aurorans, opérant avec environ cinq fois plus de véhicules blindés qu’un Chapitre standard, tandis que le 22e, le Chapitre dit Némésis - qui a longtemps conservé une réserve de contingents d’origine terranne - a maintenu un grand nombre d’unités de Destroyers, et était l’une des rares formations Ultramarines à être régulièrement déployées, en particulier dans le cadre des opérations Exterminatus de la Légion. Roboute Guilliman était connu pour détester les horribles armes fondamentalement autodestructrices ; elles détruisaient le terrain même sur lequel elles étaient utilisées, ce qui était selon ses doctrines un mauvais moyen de conquérir ou de libérer un monde. Mais ceci étant dit, Guilliman n’avait pas interdit l’utilisation de telles armes dans sa Légion, comme Vulkan l’avait fait, réalisant que dans certains cas, leur utilisation serait nécessaires, et stratégiquement, il ne pouvait laisser sa Légion ne pas posséder la capacité de déployer du phosphex, des destructeurs d’oxygène et même des cascades de carboxylique in extremis.

En plus de l’ordre de bataille conventionnel avec lequel les Ultramarines opéraient, plusieurs formations uniques se distinguaient de la structure traditionnelle. Les premiers de ces Chapitres ont été les Chapitres Evocatii, introduits pour la première fois par le Seigneur Commandant Vosotho, puis réorganisés, élargis et rebaptisés par Roboute Guilliman. L’Evocati était le terrain d’entraînement de la Légion, comprenant deux sections aux forces similaires composées à la fois de recrues novices d’Ultramar et d’ailleurs, ainsi que d’un noyau d’anciens combattants endurcis par la guerre. Là où le défunt Seigneur Commandant avait envoyé ces guerriers néophytes à l’avant-garde de ses campagnes, Guilliman les a d’abord affectés à une tournée d’opérations défensives à l’intérieur des frontières d’Ultramar en conclusion d’un régime d’entraînement rigoureux qui favorisait à la fois l’expérience pratique du combat et une rigueur accrue ainsi qu’un plus long conditionnement cérébral et d’implantation mémétique que la plupart des autres Légions.

Un développement ultérieur, mais tout aussi important, fut l’Invictarii, un cadre d’anciens combattants qui servit à la fois comme élite de la Légion et comme groupe de guerriers qui, par leurs actions, s’étaient distingués pour un futur haut commandement potentiel, non seulement par la bravoure ou l’habileté dans les armes, mais aussi pour avoir fait preuve d’un talent en matière de gouvernance, d’organisation et d’administration. Leurs rangs formaient le noyau à l’extérieur de la structure habituelle de la Légion, consacré en grande partie au contrôle et à l’ordre du domaine d’Ultramar. Leur nombre a augmenté à mesure que la Légion elle-même s’accroissait et que le royaume d’Ultramar s’étendait avec elle.

La plus célèbre et la plus puissante de ces sous-formations d’élite était la Garde Invictus. Elle formait la suite des cinq Tétrarques d’Ultramar et servait à la fois de force militaire pour la défense du domaine, d’arbitre de la loi pour la population et de garde d’honneur pour leur commandant au combat. Les forces individuelles de ces Invictus variaient en taille, le Tétrarque Amyntas maintenant une force de plusieurs milliers de soldats de la paix, redoutés dans les mondes troublés autour de Iax, tandis que le Tétrarque Lamiad n’en avait qu’une centaine dans sa garde, en partie par déférence pour les guerriers du Mechanicum qui se chargeaient de la défense de Konor et qui n’avaient pas besoin d’aide pour ce faire. En dehors des forces de la Garde Invictus, les membres des Invictarii pouvaient aussi être trouvés en nombre limité répartis dans les unités de vétérans de la Légion et diverses sous-strates de commandement (bien qu’en nombre, cela représentait seulement une fraction de tous les vétérans, officiers ou sergents) permettant d’acquérir ainsi plus d’expérience sur le champ de bataille et affinant leurs compétences par le commandement sur le terrain.

Bien que rarement mentionné, il existait une autre agence de la XIIIe Légion à œuvrer à l’intérieur des frontières d’Ultramar. Le Vigil Opertii, une organisation dont les racines remontent aux premiers jours de la fondation d’Ultramar, fonctionnant comme une branche fantôme du gouvernement militaire d’Ultramar, afin de réduire au silence les menaces découvertes dans les Cinq Cents mondes et assurer la garde des diverses milices de défense de ses armées humaines permanentes. Il n’est guère fait mention de leur organisation interne, si ce n’est que les guerriers qui constituaient leurs forces étaient au cœur d’un corps d’humains augmentés - des aspirants dont les déficiences mineures de l’esprit ou du corps les empêchaient de rejoindre les rangs de la XIIIe Légion, mais non de servir. Cette organisation relevait de l’Invictus et se rendait là où la Legiones Astartes ne pouvait pas se rendre secrètement ou facilement. À sa manière, elle aurait été modelée, au moins en partie, sur les agents similaires de certaines autres Légions, bien qu’avec un code de conduite irréprochable pour leurs opérations.[3]

Hiérarchie de Commandement de la Légion

Les Seigneurs d’Ultramar[4]

Les Seigneurs Martiaux du domaine d’Ultramar en 007.M31 :

  • Le Conseil Tétrarque
  • Roboute Guilliman, Maître de Macragge, Primarque de la XIIIe Légion et Seigneur des Cinq Cents Mondes
  • Eikos Lamiad, Tétrarque de Konor
  • Tauro Nicodemus, Tétrarque de Saramanth
  • Eben Frain, Tétrarque d’Occluda
  • Stolos Amyntas, Tétrarque d’Iax
  • Légats et Commandants Supérieurs dignes de mention
  • Marius Gage, Premier Maître - Maître du Chapitre Primus de la XIIIe Légion
  • Orfeo Cassandar, Légat des Evocatii et Sénéchal d’Armatura
  • Valentus Dolor, Légat de la Vigil Opertii, Prévôt-Magistratus d’Ultramar
  • Drakus Gorod, Premier Légat de la Garde Invictus et Commandant de Fief de la Garde du Primarque

La XIIIe Légion opérait sous une hiérarchie stricte où les responsabilités et les devoirs de chaque guerrier étaient connus en tout temps. Roboute Guilliman avait le commandement général de la Légion, décidant de sa disposition et stratégique, et prenait le commandement de la flotte ou de la zone de guerre dans laquelle il était présent. Sous le Primarque se trouvaient les Maîtres de Chapitre, chacun d’eux conduisant environ 10 000 guerriers et un contingent de la flotte d’Ultramar. Le cadre des officiers supérieurs et des commandants, les Légats, les assistaient. Chaque Chapitre de la Légion comprenait dix Compagnies, chacune composée de 1000 Legiones Astartes, commandées par un Capitaine, qui était responsable du déploiement tactique, de l’efficacité et de l’entraînement de ses guerriers.

Quelques Chapitres ont conservé et employé des variations des sous-structures et de l’héraldique de l’ancienne XIIIe Légion, marquant les réalisations de la première génération terrane des "Guerriers-Nés" ou les origines disparates de leurs guerriers, mais celles-ci s’étaient quelque peu estompées au fil des ans lorsque le corps démographique de la Légion s’est transformé pour favoriser les fils d’Ultramar. Au cours des dernières décennies de la Grande Croisade, tous, quelle que soit leur origine, suivaient le même schéma d’organisation détaillé, avec seulement des variations mineures comme l’héraldique personnelle et les honneurs parmi ses plus hauts échelons. Les vingt-cinq Chapitres de la Légion - un vaste effectif théorique d’environ 250 000 Légionnaires au moment de l’Hérésie Horus - comprenaient alors une seule force cohésive avec une structure de commandement entièrement intégrée, et étaient capables de se former harmonieusement en vue de grands assauts stratégiques ou d’opérer sans faille dans des détachements plus petits pour mener à bien des actions individuelles dans le cadre de cet arrangement souple.

Tandis que les Capitaines et les Maîtres de Chapitre de la XIIIe Légion gouvernaient les armées de croisade de la Légion, c’est le système parallèle des Tétrarques et leurs propres Légats qui gouvernaient les nombreuses institutions militaires du royaume d’Ultramar et étaient chargés de sa défense. Chaque Tétrarque était un dictateur militaire de l’un des cinq "mondes royaux" d’Ultramar, et régnait sur un sous-secteur de ce royaume. Les Tétrarques étaient nommés par le Primarque, qui était lui-même Maître de Macragge et des mondes centraux d’Ultramar, bien que ses fonctions de gouverneur de ces mondes étaient souvent exercés par son sénéchal en pratique, pendant qu’il dirigeait les armées de l’Imperium de l’Empereur en croisade.

Les Légats étaient une division spéciale qui avait un rang équivalent à celui d’un Préteur de la Légion selon le modèle Terran. Ils servaient comme commandants des armées de la Legiones Astartes stationnées au sein même d’Ultramar et d’unités et détachements spécialisés particuliers en dehors de l’ordre de bataille régulier de la Légion. Un Légat particulier, parfois connu sous le nom de commandant de fief, était également chargé de diriger l’escorte Invictus du Tétraque, ce qui était un grand honneur. Le commandement général des Chapitres jumeaux des Evocati et du monde guerrier d’Armatura tomba également sous la coupe d’un Légat, chargé de maintenir un flux régulier de recrues pour les Chapitres de la Légion en croisade, tandis qu’un autre était placé à la tête de la Vigil Opertii, et chargé de veiller à l’ordre civil, un poste d’une grande influence et d’une sombre renommée au sein du royaume d’Ultramar.[5]

La Flotte des Ultramarines (Pré-Hérésie)

Contrairement au grand nombre de Space Marines qui composait la Légion des Ultramarines, les ressources navales d’Ultramar étaient plus limitées. Historiquement, Roboute Guilliman avait forgé une alliance étroite avec les flottes de l’Armada Imperialis du Segmentum Ultima, et s’y appuyait étroitement lorsqu’une campagne particulière demandait l’emploi d’un puissant contingent de vaisseaux de classe capitale ou la réalisation de bombardements orbitaux importants. Le Primarque lui-même était connu pour avoir observé que ses guerriers étaient destinés à exceller dans des sphères de combat autres que le choc impersonnel à longue portée depuis des vaisseaux stellaires à des kilomètres de distance dans le vide profond. Il favorisa donc grandement l’optimisation de la propre flotte de la Légion en vue d’un assaut rapproché et entretenait pour cette raison les navires conçus pour les opérations d’invasion.

Par conséquent, la Légion n’avait jamais exploité un grand nombre de navire lourds de classe capitale, conservant moins de 30 à 35 de ces vaisseaux à divers endroits, en ayant perdu plusieurs au fil des batailles, notamment le premier vaisseau amiral de la Légion au cours de la catastrophe de l’Amas d’Osiris. De ces navires lourds de classe capitale qui restaient, la plupart avaient servi depuis la création de la Légion au début de la Grande Croisade et avaient été lourdement réaménagés avec le temps. Seule une poignée des nouveaux modèles de navires lourds de classe capitale leur avaient été assignés depuis le début du commandement du Primarque Roboute Guilliman, bien que deux d’entre eux notamment étaient de la classe extrêmement puissante Gloriana.

Le corps principal de la flotte de la Légion se composait alors de croiseurs de taille moyenne et de Barges de Bataille plus petites de diverses classes, ainsi que d’un nombre important de Croiseurs d’Attaque plus légers construits sur mesure, des frégates et des patrouilleurs rapides, qui pourraient tous être produits par les chantiers navals à travers Ultramar. Bien que cette structure de flotte ait permis à la Légion une grande flexibilité et une grande portée dans la façon dont elle a déployé ses nombreux Chapitres de Space Marines, son tonnage global combiné et sa puissance de feu ont classé la flotte des Ultramarines dans l’échelon intermédiaire des Légions, considérablement derrière les Imperial Fists, par exemple, en termes de tonnage et de puissance destructrice, et derrière la Death Guard en termes de nombre de vaisseaux lourds de classe capitale.[6]

Disposition de Guerre

Avant les ordres du rassemblement sur Calth pour la Croisade de Ghaslakh, la majeure partie de la XIIIe Légion avait été répartie dans les secteurs sud et est de la galaxie au sein de nombreuses flottes de croisade. De ces effectifs, Guilliman rappela vingt Chapitres à Calth, dont quatorze d’entre eux se trouvaient sur Saturne dans le Système Sol pour s’approvisionner avant de faire le voyage. Cela signifie qu’environ 200 000 Legionnes Astartes - aux côtés de nombreux auxiliaires – furent déployés à Calth. Le nombre de morts à Calth au cours de ces atrocités a été tel qu’il est impossible d’obtenir des chiffres exacts, on estime que pas plus de 40 000 Ultramarines échappèrent au Système de Calth au lendemain des combats, dont un grand nombre étaient blessés, et avec un nombre indéfinissable de guerriers piégé sous la surface de ce monde en ruine et radiologiquement dévasté.

Parmi les Chapitres qui ne furent appelés pour la Croisade de Ghaslakh, les détails suivants sont connus. Le 7e Chapitre s’était lancé dans une campagne coûteuse qui balaya la frange orientale d’une infestation Khrave fragmentée qui menaçait de submerger les colonies impériales établies dans la région et qui ne pouvait être concernée par le rassemblement, tandis que le 10e était dispersé à travers les limites nord-est de l’expansion impériale et était tout simplement trop loin pour qu’on ait pu le rappeler. Les 24e et 25e Chapitres, éléments des Evocatii, aux côtés du 19e Chapitre, furent dispersés à travers les mondes les plus importants d’Ultramar pour rester alors que Guilliman menait l’essentiel de sa Légion en guerre, ignorant tout de la tempête qui allait suivre, mais épargnée au moins dans un premier temps de ses ravages.

À côté d’un grand nombre de vaisseaux certifiés de l’Armada Imperialis, et de centaines de navires de transport militaires et du Mechanicum, le gros de la flotte des Ultramarines était à Calth pour le rassemblement, et était mal préparé à l’attaque des Traîtres. Elle souffrit sauvagement sous les coups. Bon nombre des navires de classe capitale des Ultramarines et de la classe des croiseurs avaient été martelés dans des carcasses en flammes, ou étaient tout simplement manquants ou gravement endommagés et avaient besoin d’être réparés. Cette situation laissa la Légion et Ultramar dépendre principalement des petites embarcations pour leur défense et leur transport stratégique. La construction de navires militaires devint une priorité pour les mondes qui en avaient la capacité. Guilliman chercha à améliorer sa position en ajoutant à ses quelques vaisseaux de guerre lourds restants (une poignée n’avait pas été présente au rassemblement et avait donc été épargnée par l’embuscade), des navires de guerre supplémentaires provenant de l’Armada Imperialis s’ils étaient disponibles et modifiés pour leur utilisation par des Space Marines. Il fit de la capture des vaisseaux de guerre ennemis, par des mesures d’abordage si possible, une priorité. La rapidité et l’efficacité avec lesquelles cela fut accompli fut tout simplement phénoménales et aura une grande importance dans les batailles à venir.[7]

Organisation Chapitrale (Après l'Hérésie)

Organisation du Chapitre des Ultramarines.
(Cliquez pour agrandir)
L’organisation martiale et logistique des Ultramarines est un véritable modèle pour nombre de Chapitres Space Marines adhérant au Codex Astartes. Elle suit les principes édictés par Guilliman à l’issue de l’Hérésie d’Horus, avec quelques déviations mineures soigneusement soupesées et des modifications stratégiques présentes dans le Codex Astartes.

Comme le prescrit le Codex Astartes, le Chapitre des Ultramarines est séparé en dix Compagnies, chacune comportant un effectif maximal de cent frères de bataille. Cette force est commandée par des héros issus de l'État-major du Chapitre, l’Armurerie, le Reclusiam, l’Apothecarion et le Librarius, et appuyée par les chars de combat lourds, les Escorteurs et l’artillerie de l’Armurerie, ainsi que par les vaisseaux spatiaux de la Flotte du Chapitre.

Bannière Chapitrale
BanniereChapitraleDesUltramarines.jpg
La Bannière Chapitrale dépeinte ci-dessus fut commandée par le Maître de Chapitre Marneus Calgar après la Bataille pour Macragge. De tous les étendards brandis par les Ultramarines au cours de leur longue histoire, peu ont été imbus d’un mélange aussi éloquent de fierté et de chagrin. Le personnage dépeint en tant qu’ange vengeur est le Capitaine Saul Invictus, qui mena la 1ère Compagnie lors de son dernier carré déterminé à la forteresse du pôle nord. Le Genestealer est une métaphore de la Flotte-Ruche Béhémoth dans son entier, abattue par les martyrs de la 1ère Compagnie. L’inscription signifie "Notre présence refaçonne le passé", un propos sibyllin que l’on retrouve sur plusieurs Bannières Chapitrales Ultramarines. Il se réfère peut-être à un retour à la gloire passée de l’Imperium, ou à une sorte de rédemption, mais nul ne saurait le dire. Ses pans listent les noms de vétérans loués pour des actes de bravoure particulièrement héroïque lors de ce dernier carré, aux côtés d’autres héros Ultramarines qui sont tombés au champ d’honneur lors de la Bataille de Macragge, ainsi qu’une carte stellaire stylisée se référant aux actions majeures de la campagne.

La 1ère Compagnie des Ultramarines comprend ses vétérans les plus aguerris. Ces héros ont passé des décennies, voire des siècles à combattre au nom de l’Imperium. Ils ont accumulé de vastes connaissances stratégiques et martiales qui les rendent quasiment impossibles à arrêter. La 1ère Compagnie peut également affecter certains de ses membres à des forces de frappe regroupant des éléments d’autres Compagnies de Combat ou de Compagnies de Réserve, afin de leur apporter leur savoir-faire et leur puissance de feu. Ainsi, la sagesse des vétérans du Chapitre bénéficie à tous leurs frères, et ils contribuent à la victoire sur divers théâtres d’opérations.

Les Compagnies 2 à 5 sont les Compagnies de Combat du Chapitre. Ces guerriers combattent en première ligne des campagnes des Ultramarines. En effet, la mission des Compagnies de Combat est de constituer le pivot du Chapitre en première ligne, et les forces de frappe sont généralement formées de combattants de ces compagnies. Il est rare de voir plus d’une Compagnie de Combat engagée sur un théâtre d’opérations donné, car la présence d’une centaine de Space Marines suffit généralement à traiter la plupart des menaces.

Lorsque la Croisade Indomitus atteignit Macragge, les effectifs des Compagnies de Combat Ultramarines étaient particulièrement dispersés. Leur 3e Compagnie avait été séparée en plusieurs forces de frappe - parfois des années auparavant - et se trouvait encore sur des théâtres d’opérations allant de la bordure Orientale aux débris de la Porte Cadienne. La 5e Compagnie était encore plus dispersée : des éléments de cette Compagnie s’étaient en effet joints à une croisade assiégeant Penumbran Reach, tandis que le reste de la Compagnie était réparti sur pas moins de quatre forces de frappe distinctes combattant dans tout l’Imperium. Les 2e et 4e Compagnies se consacraient quant à elle à la défense d’Ultramar même. Après l’éveil de Guilliman et son départ pour Terra, les bandes du Chaos attaquant Ultramar étaient de plus en plus nombreuses, et les germes des Guerres de la Peste avaient été semés. Accompagnée de guerriers issus de plusieurs autres compagnies Ultramarines, la majorité de la 2e et de la 4e Compagnie défendait le Royaume d’Ultramar contre d’innombrables vagues d’assaut de traîtres immondes et d’hérétiques.

Les Compagnies 6 à 9 d’un Chapitre Codex sont ses Compagnies de Réserve. Leur tâche est de combler les pertes des Compagnies de Combat. Bien sûr, en termes pratiques, cela signifie que les guerriers des Compagnies de Réserve doivent d’abord être affectés aux forces de frappe Ultramarines avant qu’elles soient acheminées sur le théâtre d’opérations qui leur est dévolu : la galaxie est vaste, les communications comme les voyages sont coûteux en temps et en ressources, sans parler des dangers qu’ils comportent. Si les forces Space Marines sur le terrain devaient attendre les réserves requises, les renforts n’arriveraient que des mois, voire des années plus tard, à supposer qu’ils arrivent. En se déployant aux côtés des Compagnies de Combat, les frères des Compagnies de Réserve peuvent combler les brèches sitôt qu’elles s’ouvrent, ou même appuyer leurs camarades si une plus grande puissance militaire est requise. C’est d’ailleurs bien souvent le cas.

Les 6e et 7e Compagnies sont composées de cent fantassins de ligne chacune, fournissant aux Ultramarines des effectifs pouvant rapidement occuper toute niche stratégique requise. De plus, durant leur service au sein de ces deux Compagnies, les Frères de Bataille apprennent à combattre à bord de véhicules d’assaut légers tels que des Land Speeder, et de piloter les chars de combat principaux que le Chapitre utilise au combat, comme les Predators et les Repulsors.

Les 8e et 9e Compagnies comportent respectivement cent frères d’appui rapproché, et cent fantassins d’appui-feu. Vu l’habileté stratégique des Ultramarines, les guerriers de ces compagnies passent rapidement par tous les rôles tactiques qu’offre chaque compagnie, qu’il s’agisse d’Eliminators, de Hellblasters ou de Hellfuries dans la 9e Compagnie ou d’Incursors et d’Inceptors au sein de la 8e. Les frères atteignent ainsi rapidement au niveau d’aptitude pour être adjoints aux Compagnies de Combat, auprès desquelles ils acquièrent une grande expérience du feu. Ainsi, les Compagnies de Réserve Ultramarines font partie des unités les plus flexibles de leur catégorie.

La 10e Compagnie des Ultramarines est formée pour l’essentiel de ses nombreux Scouts néophytes, accompagnée d’une force permanente de cent Vanguard Primaris qui constituent les troupes de reconnaissance et les assassins d’élite du Chapitre. Les Scouts sont des novices qui combattent sous la supervision du Maître des Recrues, secondés par plusieurs Sergents chargés de façonner des guerriers Ultramarines à part entière à partir de l’argile des néophytes. Le Scout Sergent Telion, qui demeure un des meilleurs tireurs d’élite de l’Imperium, est le plus célèbre de ces sous-officiers. Outre ses aptitudes guerrières, Telion a un talent certain pour transmettre sa sagesse aux néophytes sous sa responsabilité, à qui il apprend à abattre des cibles de loin avec tout un éventail d’armes à feu.

La 1ère Compagnie - Les Guerriers d'Ultramar

La Force de Frappe Ultra

À plusieurs reprises dans l’histoire du Chapitre, une part substantielle de sa 1ère Compagnie a été déployée en une formation baptisée Force de Frappe Ultra. Commandée par le Capitaine de la 1ère Compagnie en personne, cette formation regroupe autant de Frères de Bataille en Armure Tactique Dreadnought que possible. Appuyée par assez de Land Raider et de Stormravens pour transporter la totalité des troupes rapidement, la Force de Frappe Ultra est mobilisée quand il s’agit de détruire de façon décisive les cibles les plus coriaces. Des fortifications ennemies cruciales, des Titans hérétiques, ou encore des machines de guerre Xenos capables d’anéantir des mondes entiers ont été détruits par les canons et les poings de la Force de Frappe Ultra. Dernièrement, cette formation a intégré des Intercessors vétérans embarqués dans des Repulsors et des Inceptors pour accroître la puissance de feu à courte portée de cette force.

Etendard1eCompangieUltramarines.jpg
La 1ère Compagnie des Ultramarines se compose des vétérans les plus aguerris du Chapitre. Cette vénérable assemblée de héros est associée à d’innombrables exploits, mais son histoire comporte également son lot de tragédies.

Regroupant les cent plus grands guerriers du Chapitre des Ultramarines, la 1ère Compagnie s’entraîne au maniement de modèles d’armure inhabituels ou anciens, ainsi que toutes sortes d’armes. Comme pour la plupart des Chapitres, les vétérans de la 1ère Compagnie des Ultramarines bénéficient du meilleur équipement disponible et peuvent combattre ont le droit de combattre selon leurs aptitudes et leurs méthodes de prédilection. Comme le prescrit le Codex Astartes, la majorité de ses guerriers servent au sein de Terminator, Vanguard et Vétérans d’Appui. Celles-ci sont détachées auprès des forces de frappe Ultramarines servant dans toute la galaxie, afin de partager avec leurs frères une expérience chèrement acquise. Il arrive que des vétérans de la 1ère Compagnie soient sélectionnés pour rejoindre les rangs de la Garde d'Honneur Victrix, et les vétérans Primaris peuvent revêtir l’Armure Phobos pour conduire des opérations furtives derrière les lignes ennemies.

Capitaine Severus Agemman
EpauliereSeverusAgemman.jpg

Le Capitaine Agemman est un véritable héros d’Ultramar. Stratège de talent à la mine sévère, ce guerrier ne recherche pas la gloire personnelle ou les actions d’éclat. Il est si calme et réfléchi que les autres chefs de guerre des Ultramarines ont mis en doute son aptitude à remplir cette fonction, surtout après qu’Agemman eut failli périr de la main du Prince Démon M’kar ; cette blessure laissa des séquelles spirituelles aussi profondes que celles qui affligeaient sa chair. Cependant, Marneus Calgar, et maintenant Roboute Guilliman, ont renouvelé leur confiance au Capitaine Agemman, à juste titre. Agemman est un expert en logistique qui sait exploiter au mieux les talents de chaque guerrier sous ses ordres. Combattant féroce et déterminé, le Capitaine Agemman est au mieux de sa forme au milieu du feu et de la fureur d’une zone de guerre, enchaînant les ordres avec le calme glacial qui le caractérise, évaluant le cours de la bataille d’un œil expert et broyant sans pitié chaque tentative de ses ennemis de lui ravir la victoire.

La 1ère Compagnie des Ultramarines bénéficie d’un large éventail de blindés d’appui : le parc de Land Raider et de transports Repulsor du Chapitre est à leur disposition, de même que les escadrilles de Stormraven et des Dreadnoughts dont l’âge et la sagesse sont une source d’inspiration pour leurs Frères de Bataille. Le dernier de ces guerriers à avoir atteint ce statut de revenant est le Dreadnought Redemptor Augustin, qui a l’honneur douteux d’avoir été blessé mortellement par Silence, la faux démoniaque de Mortarion, Primarque Démon de la Death Guard.

Le Béhémoth

Dans les dernières années du 41e Millénaire, la 1ère Compagnie fut durement ébranlée après avoir subi des pertes catastrophiques. La Flotte-Ruche Tyranide Béhémoth frappa de plein fouet le royaume d’Ultramar, et la férocité des Xenos les entraînant jusqu’à Macragge. Tandis que Marneus Calgar, contraint de quitter Macragge par la violence de l’assaut extraterrestre, livrait bataille dans l’espace, des éléments du Chapitre attirèrent les Tyranides vers les canons des forteresses polaires. Au nord, les Tyranides attaquèrent en nombre et, bien que la totalité de la 1ère Compagnie se dressât devant eux, ils franchirent les lignes de défense et investirent la forteresse. Lorsque les renforts arrivèrent enfin, la 1ère Compagnie avait été intégralement massacrée. Mais les vétérans avaient consacré leurs ultimes moments à organiser une retraite au combat qui avait brisé l’offensive Tyranide et laissa des montagnes de cadavres Xenos, qui durent être déblayés au bulldozer pour dégager les corps des Ultramarines. Macragge fut sauvée, mais à un prix exorbitant. De nombreuses Armures Terminator d’une valeur inestimable étaient irréparables, et il fallut longtemps aux Ultramarines pour reconstituer les effectifs de leur 1ère Compagnie.

La 2e Compagnie - Les Gardiens du Temple

« Ce saint Imperium est au bord de l’annihilation. Des Démons et les serviteurs du Chaos se déversent du Warp en légions innombrables et désirent dévorer nos âmes. Mais ce n’est pas la fin, mes frères. Ce n’est pas cette mort qui viendra nous délivrer de notre devoir après tant d’années, de tout ce pour quoi nous avons combattu, saigné et souffert. Le Primarque est revenu, et nous ne connaîtrons pas la peur ! »
- Capitaine Acheran, 2e Compagnie des Ultramarines.
Etendard2eCompangieUltramarines.jpg
La Bannière de la 2e Compagnie

La Bannière de la 2e Compagnie des Ultramarines a l’insigne honneur d’arborer l’Aquila Maximus. Placé au-dessus de l’icône de Chapitre des Ultramarines et des lauriers de la victoire, cette combinaison de marques d’honneur célèbre l’histoire glorieuse de la 2e Compagnie. Brandie fièrement au combat en cette ère de sang et de ténèbres par le Porte-Étendard de Compagnie Maxim Calaginos, la bannière de la 2e inspire de véritables exploits aux guerriers qui combattent sous son égide. Sous le laurier figure en haut gothique un serment de fidélité éternel envers Ultramar, ainsi qu'une étoile étincelante - représentant l’Empereur et la lumière de Terra - et une liste d’honneurs commémorant les exploits de la Compagnie au fil des millénaires. Parmi les derniers ajouts se trouvent les victoires honorables autour du Golfe de Damoclès contre l’Empire T’au et de glorieuses décorations pour sa défense héroïque d’Ultramar.

Capitaine Cato Sicarius
EpauliereCatoSicarius.jpg
Cato Sicarius fut de nombreuses années durant le Capitaine de la 2e Compagnie. Maître de l’attaque-éclair, Sicarius paraissait aux yeux de certains d’une arrogance frisant la témérité. En réalité, s’il avait bel et bien une confiance absolue en ses propres capacités, la vitesse d’analyse de Sicarius lui permettait d’évaluer la situation des zones de guerre les plus chaotiques d’un regard, avant d’agir de façon décisive pour faire pencher la balance en sa faveur. De plus, Sicarius était un bretteur de talent. Armé de la Lame Tempête de Talassar, il pouvait déjouer les attaques des adversaires les plus redoutables avant de leur administrer le coup de grâce. Lorsque Roboute Guilliman rejoignit l’Imperium et se lança dans sa quête pour Terra, Sicarius fut promu à la tête de la Garde Victrix du Primarque. Mais il ne revint jamais, car après avoir combattu fidèlement aux côtés de son Primarque sur la route de Terra, Sicarius et son vaisseau disparurent durant leur transit Warp dans les premières années de la Croisade Indomitus. Nul ne l’a vu depuis…

La 2e Compagnie du Chapitre des Ultramarines entretient une réputation de héros dynamiques. Dans les années qui précédèrent l’ouverture de la Grande Faille, elle était commandée par Cato Sicarius, et perpétuent son approche intrépide de la guerre.

Chez nombre de Chapitres Space Marines, la 2e Compagnie est considérée comme la Compagnie principale. Ses membres respectent scrupuleusement les traditions du Chapitre, et l’on attend d’eux une conduite exemplaire. Ce sont en outre les guerriers les plus susceptibles d’être élevés au rang de vétérans, si bien qu’ils redoublent d’ardeur pour se montrer dignes de ce statut envié.

Il en va ainsi de la 2e Compagnie des Ultramarines. Leur prédilection pour les actions d’éclat est si prononcée que Marneus Calgar les a plusieurs fois réprimandés pour avoir fait montre d’une conduite inconsidérée. Les guerriers de la 2e Compagnie se jettent tels la foudre au cœur de la mêlée ; les plans de bataille qu’ils échafaudent sont si risqués et exigeants que rares sont les guerriers qui oseraient les mettre en pratique ; ils comptent sur l’effet de surprise et leur force posthumaine pour écraser toute résistance et remporter la victoire au nom d’Ultramar avant que leurs ennemis ne se rendent compte que la bataille a débuté. Pourtant, un observateur attentif comprend bien vite que la 2e Compagnie est tout sauf imprudente. Elle se bat ainsi uniquement parce que ses guerriers savent qu’ils possèdent la discipline, la volonté inébranlable et les talents martiaux requis pour l’emporter, qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes et en attendent de même de la part de leurs frères. Ce n’est pas pour rien que la 2e Compagnie a reçu l’insigne honneur de garder le sanctuaire du Primarque avant le retour de Guilliman.

Les actions de la 2e Compagnie sur le monde de Damnos font partie des moments les plus héroïques de son histoire. Cette colonie impériale était recouverte d’une épaisse couche de glace et de neige compactée qui, pour son malheur, dissimulait une gigantesque nécropole Nécron. Lorsque la nécropole se réactiva et que les guerriers de la Dynastie Sautekh investirent la surface de Damnos, les malheureux habitants de la planète durent lutter pour leur survie. La 2e Compagnie des Ultramarines accourut pour les secourir. Grâce à leur audace, et au prix d’immenses sacrifices, les Ultramarines portèrent des coups sévères aux forces ennemies et réussirent à évacuer la majorité de la population de Damnos durant la libération de Kellenport.

Lorsqu’une croisade impériale revint quelques années plus tard pour écraser les Nécrons de Damnos, Cato Sicarius et sa 2e Compagnie faisaient partie de l’avant-garde de l’immense armée impériale. Ils se battirent comme des lions pour venger la mort de héros comme le Dreadnought Agrippan lors de la Première Guerre de Damnos, et malgré les pertes qu’elle subit sous les coups de la mystérieuse technologie Nécron, la 2e Compagnie triompha.

Voici la composition de la 2e Compagnie lorsqu’elle se rendit au combat lors des ultimes attaques de la Death Guard contre Macragge. Son chef précédent, Cato Sicarius, ayant été déclaré disparu, le commandement échut au Capitaine Acheran.
(Cliquez pour agrandir)
Polyvalence Tactique

Le Codex Astartes remanié permet à chaque Compagnie de Combat d’être renforcée par des troupes des Compagnies de Réserve. Ces Frères de Bataille forment généralement les escouades numérotées à partir de XI. Une fois rattachées à une Compagnie de Combat, il est usuel que ces escouades adoptent les marquages de leur nouvelle compagnie, même si les événements et l’urgence des combats ne permettent pas toujours l’application de telles formalités.

Les Gardiens du Temple

Par tradition, la 2e Compagnie des Ultramarines, c’est-à-dire la plus révérée de leurs Compagnies de Combat, porte le titre de Gardiens du Temple. Ce n’est pas qu’un titre honorifique, car il est de leur devoir de protéger le célèbre Temple de la Correction dans la Forteresse-Monastère de Macragge, car c’était là que se trouvait auparavant le sanctuaire du Primarque Roboute Guilliman. Suite à son réveil, Guilliman suggéra que la Compagnie conserve son titre, en lui en ajoutant un nouveau. Grâce à son héroïsme au cours des Guerres de la Peste, la Compagnie est en effet nommée les Vengeurs d’Ultramar.

La 3e Compagnie - Le Fléau des Xenos

Etendard3eCompangieUltramarines.jpg
Mort aux Xenos

La bannière de la 3e Compagnie, particulièrement frappante, arbore la tête tranchée d’une Bioforme Tyranide, la gueule figée dans un rictus de mort. Attribué à la Compagnie en récompense de ses vaillants efforts durant la Première Guerre Tyranique, et du coût énorme de leur victoire, c’est un symbole glorieux de leur triomphe sur cet adversaire particulièrement féroce. Voir l’étendard flotter fièrement dans le vent rappelle aux guerriers de la 3e Compagnie les glorieuses traditions dont ils sont les héritiers. Mais c’est également un avertissement salutaire. Le Tyranide dépeint, quoique vaincu, n’en est pas moins le symbole d’une menace aussi sournoise que dangereuse. Pour les Frères de Bataille de la 3e Compagnie, c’est un rappel des conséquences de la complaisance. La seule conclusion à en tirer est que pour préserver Ultramar, les Xenos doivent être exterminés jusqu’au dernier.

Capitaine Mikael Fabian
EpauliereMikaelFabian.jpg
Le Capitaine de la 3e Compagnie Ardias fut le premier à honorer ses guerriers en intégrant la couleur de la Compagnie à son héraldique personnelle. Cette tradition se perpétue depuis lors, et le Capitaine Mikael Fabian ne fait pas exception à la règle. Fabian est un guerrier têtu et obstiné dont la haine des Xenos est sans égale, même au sein des spécialistes de la chasse aux extraterrestres de l’Ordo Xenos, et un homme direct qui préfère les solutions les plus simples. Il a une prédilection pour l’emploi d’une puissance de feu écrasante pour garantir l’éradication d’une infestation Xenos, et privilégie le déploiement d’armes à flammes, de Land Raider Redeemer et d’une grande quantité de munitions Feu d'Enfer. Malgré son inflexibilité, le Capitaine Fabian attend de tous ses guerriers qu’ils s’expriment franchement devant lui lorsqu’il s’agit d’évaluer la situation du champ de bataille, et il lui est arrivé plus d’une fois de modifier ses plans de bataille sur les conseils d’un Frère de Bataille bien placé sur le terrain pour apprécier la situation.

La 3e Compagnie des Ultramarines s’est particulièrement distinguée durant les sauvages batailles des Guerres Tyraniques. Avant ces événements, les guerriers de la 3e s’étaient déjà taillé une réputation de chasseurs de Xenos qui leur avait valu le respect de la Deathwatch.

Le domaine de l’Empereur est menacé de toutes parts par les Xenos. La Bordure Orientale en particulier est un foyer d’agressions extraterrestres. Elle a en effet été le théâtre de plusieurs invasions de la part de vrilles de Flottes-Ruches Tyranides, des Waaagh! Orks issues de Charadon, sans parler des visées expansionnistes de l’Empire T’au. Si l’on ajoute le fléau des Asservisseurs qui affligea le Système Hrathin, des attaques répétées de Sarkydd sur les routes commerciales entre Veridia et Parmenio, et les récents ravages de l’autoproclamé Voleur de Temps Hrud, il est aisé de comprendre que ces dernières décennies, Ultramar et les mondes alentour ont connu un grand nombre d’attaques Xenos.

Face à cette marée extraterrestre se dressent les frères de bataille de la 3e Compagnie des Ultramarines. La mission de ces guerriers est en effet d’affronter les menaces Xenos les plus monstrueuses et de les détruire avant qu’elles ne déstabilisent l’Imperium, ou pire. À cette fin, la Compagnie a depuis longtemps incorporé des techniques de combat anti-Xenos à son programme d’entraînement et de psycho-endoctrinement. Leurs forces de frappe incorporent également des éléments de la 1ère Compagnie déployés en Armure Terminator pour mener des opérations de nettoyage sur les Space Hulks infestés ou les astéroïdes miniers. La 3e utilise également un grand nombre d’Escouade Aggressor et d’Exo-Armures Centurion, généralement équipés d’armes à courte portée pour nettoyer les zones infestées, coursive par coursive, tunnel par tunnel.

La 3e Compagnie participa à toutes les phases de la Première Guerre Tyranique. Elle affecta des détachements à la défense des vaisseaux Ultramarines durant les batailles spatiales du système Macragge pour repousser les tentatives d’abordage des biocréatures de la flotte Béhémoth qui se taillaient un chemin à coups de crocs dans la coque des Barges de Bataille et des Croiseurs d’Attaque Ultramarines. La 3e se retrouva en pointe des renforts envoyés sur la forteresse du pôle nord de Macragge et, bien qu’ils arrivèrent trop tard pour sauver les Terminators de la 1ère Compagnie, les guerriers vengèrent leurs frères défunts et exterminèrent les survivants de l’invasion Tyranide qui infestaient encore la banquise.

Les guerriers de la 3e Compagnie servent aussi fréquemment au sein de la Deathwatch, où leurs talents de chasseurs de Xenos font des merveilles. Ceux qui survivent et peuvent réintègrent leur Chapitre se voient attribuer le rang honorifique de Vétéran des Guerres Tyraniques : la plupart ont en effet affronté l’abominable fléau Tyranide au sein de la Deathwatch, et acquis une grande expérience face à ces monstruosités extraterrestres. Ainsi, les guerriers vétérans de la 3e Compagnie pourront transmettre leur expertise aux autres frères du Chapitre.

La 4e Compagnie - Les Défenseurs d'Ultramar

Etendard4eCompangieUltramarines.jpg
Porte-Étendard Cessio

Les guerriers de la 4e Compagnie parlent avec fierté du Porte-Étendard Cessio, qui gagna son titre en affrontant l’insidieux Culte Genestealer qui infestait la Cité-Ruche de Chanchados, sur Ponides III. Alors qu’ils semblaient vaincus, les cultistes lancèrent une contre-attaque parfaitement synchronisée et se jetèrent en hurlant sur les Ultramarines. Lorsqu’un Aberrant fracassa le crâne du Porte-Étendard avec son Marteau Énergétique, Cessio récupéra l’étendard de la Compagnie avant qu’il ne touche le sol. Il poussa alors un hurlement de défi et rallia ses frères, qui se jetèrent sur les cultistes, la céramite de leurs armures rencontrant la chair inhumaine. Brandissant toujours la bannière, Cessio affronta le Patriarche du culte en combat singulier. Les griffes de la créature lacérèrent l’armure du Porte-Étendard et ses pouvoirs psychiques ravagèrent son esprit, mais dans son dernier souffle, Cessio trancha la tête du monstre puis périt, en tenant toujours l’étendard.

Capitaine Uriel Ventris
EpauliereUrielVentris.jpg
Uriel Ventris a connu la gloire comme l’infamie. Promu à ce grade à la suite du sacrifice héroïque du Capitaine Idaeus face aux Night Lords, Ventris se retrouva bientôt exilé du Chapitre en châtiment de l’emploi de stratégies radicales étrangères au Codex Astartes. Son exil dura des années, au cours desquels il combattit les séides du Chaos en compagnie de son vieux camarade, le Sergent Pasanius. À l’issue de sa croisade de pénitence, Ventris regagna Ultramar et pu reprendre le commandement de la 4e Compagnie. Ces années d’épreuve et l’expérience du combat acquise sont venues tempérer le caractère entêté d’Uriel Ventris, qui est désormais un commandant ingénieux qui combine les enseignements du Codex Astartes avec des trouvailles tactiques de son cru pour décontenancer l’ennemi. Et c’est tant mieux, car Ventris s’est fait beaucoup d’ennemis pendant son exil, dont le plus dangereux est sans doute le Techmancien Honsou des Iron Warriors, qui désire plus que tout prendre sa revanche sur Ventris.

Les guerriers de la 4e Compagnie des Ultramarines comptent parmi les combattants les plus résolus de tout le Chapitre. Réputée pour leur détermination en attaque comme en défense, c’est une force à ne pas sous-estimer.

La 4e Compagnie des Ultramarines a une histoire mouvementée. Ses honneurs de bataille comportent de durs revers subis au fil de millénaires, mais aussi d’innombrables victoires et une force morale qui a permis à la 4e de triompher au nom de l’Empereur et du Primarque même face aux obstacles les plus insurmontables.

Le titre de cette Compagnie n’est pas seulement honorifique car c’est à la 4e Compagnie que revient la tâche de défendre le royaume d’Ultramar des déprédations d’innombrables hérétiques, Xenos et autres monstruosités qui cherchent à le détruire. Ainsi, les guerriers de la 4e ont combattu des Tyranides, des Démons, des Peaux-Vertes, des T’au et des bandes de Space Marines du Chaos. Les exploits de la 4e Compagnie contre la Flotte-Ruche Béhémoth sont même entrés dans la légende du Chapitre, quoique ce soit moins pour ses victoires que pour les méthodes employées. Aux côtés des forces de la Deathwatch et de l’Inquisiteur Kryptmann de l’Ordo Xenos, avant sa disgrâce, les guerriers de la 4e Compagnie affrontèrent les Tyranides sur la planète Tarsis Ultra. Ils lancèrent un raid audacieux contre la Reine Norne qui coordonnait l’assaut, et parvinrent au prix fort à inoculer une biotoxine hyper-mutagène dans son organisme. L’offensive Tyranide s’effondra en même temps que l’influence de l’Esprit-Ruche, et Tarsis Ultra fut sauvée. Néanmoins, certaines actions accomplies durant ce conflit contrevenaient aux préceptes du Codex Astartes, et son état-major fut sévèrement sanctionné.

Bien que ses techniques reposent souvent sur la vitesse et l’agressivité, la 4e Compagnie livre fréquemment des batailles défensives. En effet, les Frères de Bataille de la Compagnie sont responsables des fortifications principales d’Ultramar ; ils commandent les garnisons d’auxiliaires de défense d’Ultramar stationnés dans ces places fortes, et les pièces d’artillerie opérées par les Techmarines de la Compagnie surveillent les routes d’approche des bastions, sanctuaires et centres de communications clés de l’empire stellaire. À cette fin, la 4e Compagnie aligne souvent un grand nombre d’Escouades d’Appui-Feu, de Canons Thunderfire ou encore de Vindicators, utilisant des véhicules de transport blindés et des escorteurs pour redéployer leurs pièces quand l’ennemi tente de contourner leurs positions.

Depuis le retour de Guilliman, la 4e Compagnie est chargée en outre de superviser la reconquête des mondes de l’ancienne Ultramar. Pour cela, ses guerriers ont chassé les envahisseurs de nombreux mondes qui appartenaient jadis aux Ultramarines. Ils ont également combattu les insurgés et gouverneurs renégats qui préféraient encourir la fureur du Primarque plutôt renoncer à leur emprise sur ces mondes.

La 5e Compagnie - Les Gardiens du Bord Oriental

Etendard5eCompangieUltramarines.jpg
Insignes Honorifiques

L’aigle de la 5e Compagnie est affiché dans toute sa splendeur sur la bannière de la Compagnie. Une version stylisée de ce motif, ainsi que le symbole de l’éclair et du crâne enflammé, sont des insignes de campagne répandus parmi les forces de frappe de la 5e. Parmi toutes les Compagnies de Combat des Ultramarines, ce sont les guerriers et les véhicules de la 5e qui sont les plus susceptibles de porter de tels insignes, et d’y attacher une signification importante. Combattant loin d’Ultramar pendant des années, voire des décennies, les forces de frappe de la 5e Compagnie sont des confréries autonomes qui peuvent participer à de nombreuses campagnes sans voir aucun autre Ultramarine. Ceux qui survivent à ces longues croisades tissent des liens de loyauté et de camaraderie que symbolisent les insignes de campagne qu’ils portent fièrement sur leur armure et leurs étendards.

Capitaine Galenus
EpauliereGalenus.jpg
En tant que Maître des Marches, le Capitaine Galenus a pour devoir de garder les abords d’Ultramar et de traiter les menaces rôdant par-delà les frontières de l’empire. Dans ce but, Galenus a tissé des liens étroits avec les capitaines de la flotte. Sa Compagnie utilise un grand nombre d’éléments d’appui orbital, et chaque force de frappe est généralement assignée à une Frégate de Classe Sword ou à un Croiseur d’Attaque spécifique en dehors des frontières d’Ultramar. Galenus est lui-même un maître de la guerre spatiale, et il a commandé un grand nombre de vaisseaux au cours de sa carrière. C’est une véritable terreur du combat en apesanteur, des abordages et des assauts planétaires, un colosse à la carrure d’ours qui adore se trouver en première ligne pour combattre ses ennemis au corps à corps. Néanmoins, Galenus est tout sauf une tête brûlée : quand c’est possible, il préfère étudier l’ennemi de loin, et utilise une profusion de forces Vanguards pour reconnaître le territoire adverse et évaluer ses forces avant de frapper avec vitesse et précision.

La 5e Compagnie est la plus dispersée de toutes les Compagnies de Combat des Ultramarines. Il est rare que cette Compagnie combatte au complet, car ses guerriers parcourent sans cesse les étoiles pour déjouer les menaces qui pèsent sur l’Imperium.

Lorsqu’un Frère de Bataille est intégré aux Compagnies de Bataille, il rejoint d’abord la 5e. Chez les Ultramarines, cela précède un redéploiement rapide au sein d’une armée de croisade, à bord d’un vaisseau spatial du Chapitre ou au sein d’une force de frappe à destination d’un théâtre d’opérations lointain.

Cette pratique est motivée par plusieurs raisons pragmatiques. La première, et la plus importante, est que les Ultramarines ont pour devoir de répondre aux appels à l’aide en provenance de tout l’Imperium. Si la 2e Compagnie peut être perçue comme une lame vengeresse pointée sur ceux qui ont suscité le courroux des Ultramarines, la 5e est plutôt le gladius traditionnel de Macragge, paré à frapper à tout moment pour parer les assauts de l’ennemi avant de frapper d’estoc pour le terrasser promptement. En fait, le schéma de force de frappe gladius est nommé ainsi en l’honneur de cette Compagnie, et c’est une méthode de déploiement encore employée fréquemment non seulement par les Ultramarines, mais aussi chez d’innombrables Chapitres dans tout l’Imperium.

La deuxième raison est que cela permet à ses Frères de Bataille d’accumuler rapidement une expérience du combat en première ligne. Qu’ils combattent des renégats aux abords du Maelstrom, ou interceptent des pirates Drukharis dans la Nébuleuse du Voile, ou purgent les mondes bordant le Piège de Nachmund de leurs insurgés, ou qu’ils se joignent à une croisade pour reprendre les mondes impériaux conquis par un empire Ork en pleine expansion, les guerriers de la 5e peuvent faire face à des adversaires très divers à chaque engagement. De même, les Frères de Bataille combattent dans des milieux tout aussi diversifiés, qu’il s’agisse d’engagements dans le vide de l’espace, d’assauts planétaires, de patrouilles dans des jungles hostiles, de fusillades en milieu urbain ou de combats cauchemardesques face à des incursions démoniaques de la Cicatrix Maledictum.

En vertu de leur rôle, les guerriers de la 5e Compagnie combattent aux côtés d’un large éventail de forces militaires impériales, tels que d’autres Chapitres, des maisonnées de Chevaliers, des régiments de l’Astra Militarum ou les Sœurs de Bataille de l’Adepta Sororitas. Cela permet non seulement d’élargir la gamme des stratégies et tactiques inter-escouades des Frères de Bataille, mais cela conduit également à la troisième raison pour laquelle la 5e Compagnie est constamment en croisade. Par leur présence, les guerriers de la 5e s’assurent que les Ultramarines sont vus dans toute la galaxie, afin qu’ils demeurent une source de l’inspiration pour tout l’Imperium. C’est aussi l’assurance que leurs ennemis apprennent à craindre leur vengeance, car cela montre que nul n’est à l’abri de la colère des Ultramarines.

La 6e Compagnie - Les Frères de la Forge

Etendard6eCompangieUltramarines.jpg
L’Honneur de Gerio

C’est en M36 que des guerriers de la 6e Compagnie des Ultramarines remportèrent une de leurs plus fameuses victoires. Le pilier du Secteur Gerio était le monde d’Archus, autour duquel passaient toutes les routes Warp stables de la région. Dans le but d’exploiter les courants Warp pour alimenter un puissant rituel d’invocation, une immense bande de Word Bearers envahit Archus. Ils fomentèrent des rébellions dans les cités et commencèrent à tracer d’immenses runes d’invocation sur ses plaines. Une force motorisée d’Ultramarines de la 6e Compagnie atterrit six semaines après le début de l’occupation et lança une offensive parfaitement orchestrée qui divisa les forces ennemies et les contraignit à battre en retraite. La 6e Compagnie subit soixante-dix pour cent de pertes lors de cette campagne éprouvante et inégale, et son incroyable victoire est depuis commémorée sur sa bannière.

Capitaine Maximus Epathus
EpauliereMaximusEpathus.jpg
Le Capitaine Epathus comprend bien la valeur des démonstrations de puissance militaire. En tant que Frère de Bataille Primaris, il part au combat vêtu d’une Armure Mark X Gravis de maître appelée l’Armure Gloriastus, dont les dorures et les parchemins d’argent lunaire de Theldrite luisent d’un éclat magnifique dans le feu des combats. Epathus préfère anéantir ses ennemis et utilise donc en général des gantelets Boltstorm capables d’éradiquer les fantassins ennemis sous une grêle de bolts à réaction de masse ou de broyer les plus puissants champions ennemis en assénant des coups de poing semblables à ceux de Marneus Calgar. Epathus applique ce principe de force écrasante aux offensives blindées que sa Compagnie lance contre l’ennemi. Quand il le peut, il réquisitionne autant de véhicules de combat blindés qu’il le peut auprès de l’Armurerie du Chapitre, puis regroupe tous les chars de combat disponibles en un puissant poing blindé grâce auquel il écrase aussi rapidement que possible ceux qui ont le malheur de l’affronter.

En tant que première des Compagnies de Réserve des Ultramarines, la 6e fournit des fantassins de ligne pour renforcer les Compagnies de Combat du Chapitre. Mais elle est bien plus qu’une réserve de troupes, et s’est couverte de gloire par elle-même.

Lorsque des Frères de Bataille des Compagnies de première ligne tombent au champ d’honneur, ils sont remplacés par des guerriers des Compagnies de Réserve. De fait, il est rare que plus de la moitié de la force de combat effective de la 6e Compagnie soit déployée au même moment : le reste de ses effectifs est détaché auprès de forces de frappe livrant bataille dans toute la galaxie, servant aux côtés des frères d’arme des Compagnies de Combat.

Malgré cela, la 6e Compagnie est une force de combat à part entière. C’est avant tout parce que c’est durant leur service au sein de cette Compagnie que les Frères de Bataille du Chapitre s’entraînent au combat montés sur de puissantes motos ou à bord des chars de combat du Chapitre. La 6e est par conséquent la plus susceptible de se déployer en tant que convoi blindé, et ses forces servent souvent aux côtés de la formation de tanks Lance de Macragge du sergent Antaro Chronus.

Lorsque c’est le cas, la 6e Compagnie constitue une force d’une puissance terrifiante. En premier lieu viennent ses éclaireurs, des escouades de Space Marines partant au combat sur divers modèles de motos et véhicules de combat légers. servant d’éclaireurs et de troupes de choc chargées de harceler l’ennemi, la 6e Compagnie orchestre des attaques de flanc ou localise les points faibles du dispositif adverse que la force principale saura exploiter.

À la suite des motos viennent les transports blindés acheminant des escouades d’Intercessors et de Marines Tactiques au cœur des combats. Repulsors, Rhinos et Razorbacks foncent sur les lignes ennemies en tirant de toutes leurs armes tandis qu’ils se préparent à débarquer une force écrasante de guerriers posthumains. Ces transports sont escortés par des chars de combat Ultramarines, depuis les Repulsors Executioner jusqu’aux Predators et aux Vindicators. Des escadrons d’artillerie mobiles tirent des salves ininterrompues de missiles dans les rangs de l’ennemi, achevant de briser la ligne de bataille ennemie et de réduire ce qui était une armée redoutable à une débandade de victimes en état de choc.

En l’honneur de la contribution des véhicules à ses batailles, la 6e Compagnie affecte une Garde d'Honneur à la surveillance de l’Armurerie du Chapitre. Ils gardent les Esprits de la Machine endormis des tanks et des Dreadnoughts du Chapitre. Ils effectuent des patrouilles dans les couloirs et les ateliers où les maîtres artisans travaillent sur l’équipement des Ultramarines et où les Techmarines accomplissent les rituels de maintenance et de réparation. Nombre de Frères de Bataille assignés à cette mission honorifique en profitent pour passer du temps à la forge et appliquer leur prodigieuse faculté de concentration et leurs talents à la fabrication d’armes puissantes ; certains quittent même la 6e pour devenir Techmarines.

La 7e Compagnie - Défenseurs de Caeserean

Etendard7eCompangieUltramarines.jpg
La Couronne de Chaînes

La 7e Compagnie arborait jadis une couronne de lauriers plus traditionnelle, mais elle fut modifiée après la bataille qu’elle livra en M38 aux côtés des Iron Hands. Sous les ordres du Capitaine Gerostus, les trois quarts de la 7e Compagnie des Ultramarines furent chargés d’appuyer une importante armée impériale assiégeant la forteresse du seigneur de guerre Word Bearers Achorus’Hax. Ils combattirent avec une force plus petite d’Iron Hands commandée par le Révérend Karrdas de la Compagnie Clanique Haarmek, officier de talent et maître de la poliorcétique. Karrdas et Gerostus en vinrent rapidement à s’apprécier, l’inflexible logique du premier complétant à merveille la flexibilité tactique du second. Les Ultramarines et les Iron Hands mirent fin à un siège de quinze ans en moins de six mois, et maintinrent par la suite leurs liens confraternels, ce ce que symbolise la couronne de chaînes.

Fantassins de Ligne
Les marquages des Escouades de Ligne peuvent être très variés. Voici des exemples de marquages des guerriers de la 7e Compagnie.
Les fantassins de ligne se doivent d’être stratégiquement flexibles. Ils peuvent en effet être à un moment face à un assaut ennemi, et l’instant d’après devoir bondir à bord d’un transport blindé pour se redéployer, ou passer à l’offensive pour ravir un objectif stratégique à l’ennemi. Dotés d’armes et d’armures qui exacerbent leur polyvalence sans les alourdir ni les contraindre à une trop grande spécialisation, ces guerriers comptent parmi les membres les plus honorés du Chapitre des Ultramarines. Les flèches qu’ils portent sur leurs épaulières pour indiquer leur rôle tactique varient parfois d’une escouade à l’autre, mais le respect qu’ils suscitent demeure inchangé.

Rejoindre la 7e Compagnie des Ultramarines est pour un Space Marine la première occasion de combattre en tant que fantassin de ligne au nom d’Ultramar. C’est là que chaque Ultramarine perfectionne la flexibilité tactique que le Chapitre attend de lui.

Être affecté à la 7e Compagnie est un moment important pour chaque Ultramarine. Nombreux sont les rites d’initiation et d’honneur qu’il accomplit alors, car c’est à ce point de sa progression dans les rangs qu’un Frère de Bataille devient véritablement dépositaire du legs de son Primarque. C’est une chose de combattre comme néophyte sous la supervision de combattants chevronnés, ou de maîtriser l’usage d’un armement et d’un équipement spécifiques tels que ceux qu’utilisent les 8e et 9e Compagnies, mais ce n’est que lorsqu’un Frère de Bataille s’est montré capable de maîtriser ces disciplines et de les développer de façon intuitive et flexible qu’il est jugé digne de rejoindre la 7e Compagnie. Cet avancement est donc un moment de grande fierté pour le guerrier, ceux qui l’ont entraîné, et les frères aux côtés desquels il a combattu. Ceci dit, les nouveaux membres-de la 7e Compagnie apprennent rapidement que, loin d’avoir atteint un sommet, ils commencent tout juste à véritablement faire leurs preuves.

Le Capitaine Gerad Ixion est un officier aussi exigeant que sévère qui pousse sa Compagnie à se dépasser en toutes occasions. Grand, de port noble, Ixion est un vieux soldat endurci par les horreurs de la galaxie. Selon lui, seules l’application d’une discipline inflexible et des exigences apparemment impossibles à atteindre permettent aux Frères de Bataille sous ses ordres de remplir leurs devoirs envers l’Empereur et le Primarque.

Là où la 6e Compagnie est souvent disséminée dans toute la galaxie, la 7e se déploie généralement en formations plus importantes. Ses guerriers appuient en masse les Compagnies de Combat et commencent la plupart de leurs campagnes au sein de forces dédiées, avec leurs camarades plus expérimentés. Les forces de frappe de la 7e Compagnie ont alors pour mission de capturer et défendre des objectifs stratégiques, de tenir des fortifications et de combler rapidement les brèches qui se forment dans les lignes impériales. Ils peuvent se retrouver à sécuriser les flancs d’une avance rapide, ou de s’intégrer à une ligne de bataille pour empêcher qu’elle s’effondre. Ainsi, les frères de la 7e Compagnie gagnent leur place auprès des escouades qu’ils intégreront un jour.

C’est au sein de la 7e Compagnie que les Ultramarines s’entraînent au pilotage de divers modèles d’antigrav de combat. Les plus doués dans l’art du combat à grande vitesse peuvent également apprendre à piloter les aéronefs du Chapitre, qu’il s’agisse d’Escorteurs chargés de convoyer des troupes ou d’Intercepteurs rapides tels que les Stormhawks. Ainsi, lorsque la 7e part au combat, c’est souvent sous l’escorte de formations d’appareils d’attaque qui pilonnent sans répit l’adversaire.

La 8e Compagnie - Les Lames Honorifiques

Etendard8eCompangnieUltramarines.jpg
L’Honneur de la Lame

Le surnom des guerriers de la 8e Compagnie, les Lames Honorifiques, provient d’un rituel auquel chaque Frère de Bataille se soumet lorsqu’il intègre la Compagnie. Chaque guerrier doit s’agenouiller devant le Capitaine, qui porte le titre honorifique de Seigneur Exécuteur. La nouvelle recrue jure ensuite sur son honneur de guerrier et de fils du Primarque de défendre le domaine de l’Empereur au prix de sa vie, quels que soient les obstacles ou les horreurs qui se dresseront sur sa route. Le Seigneur Exécuteur dégaine alors sa lame et la place sur le cou de la recrue, en exigeant du guerrier qu’il répète son serment en lui indiquant, en haut gothique, qu’il lui tranchera la tête s’il ment. Ainsi le guerrier répète son serment, une goutte de son sang perlant sur la lame de son Capitaine. Ce n’est que lorsque l’arme est rengainée que le serment du nouveau Frère de Bataille est considéré comme valable.

Appui Rapproché
Marquages d’Escouade d’Appui Rapproché de la 8e Compagnie.
C’est aux guerriers d’Appui Rapproché que reviennent les plus dangereuses missions, qu’il s’agisse des assauts en pointe ou de contre-offensives désespérées. Les pertes de la 8e sont élevées, et c’est durant leur service dans cette Compagnie que nombre de frères reçoivent un augmétique pour remplacer la perte d’un membre, d’une main ou d’un œil. Courir de tels risques ensemble favorise l’établissement de liens très forts, ainsi qu’une certaine attitude de laisser-faire face au danger et un individualisme qui, plus tard, sera le fondement de la flexibilité stratégique de chaque Ultramarines. De même, les marquages d’armure de ces guerriers comptent parmi les plus variés du Chapitre, et incluent souvent des ornementations personnalisées.

La 8e Compagnie a une réputation singulière au sein du Chapitre des Ultramarines en ce sens qu’elle a pour devoir de donner libre cours à sa fureur sur l’ennemi, et de tester les limites des doctrines du Codex dans tous les engagements auxquels elle prend part.

Lorsqu’ils sont promus au sein de la 8e Compagnie, les Ultramarines commencent à s’entraîner dans les diverses disciplines d’Appui Rapproché et d’Assaut qu’ils doivent maîtriser pour espérer un jour rejoindre les Compagnies de Combat. C’est là qu’ils apprennent à se servir des Réacteurs Dorsaux, ainsi que des divers modèles de Motos Space Marines et de l’Armure Aggressor. Ils développent encore leurs talents au combat rapproché, en s’entraînant intensivement au maniement des armes de corps à corps qu’un guerrier de l’Adeptus Astartes se doit de maîtriser. Épées tronçonneuses, Haches Énergétiques, Bombes à Fusion, Pistolets Bolter lourds et d’innombrables types d’armement deviennent les outils de chaque Frère de Bataille. Grâce à une rotation rapide et éprouvante auprès des diverses Escouades d’Appui Rapproché que leur Chapitre utilise, les Ultramarines deviennent rapidement des experts dans le maniement de chaque combinaison d’armes et d’équipement.

Il en va de même pour tous les Chapitres adhérant au Codex Astartes : la 8e Compagnie est la lame qui transperce le cœur de l’ennemi, le brasier qui consume l’adversaire et forge les Frères de Bataille qui servent en son sein. Mais les Lames Honorifiques jouent un autre rôle. Après avoir servi dans deux Compagnies, ces Frères de Bataille en ont beaucoup appris sur la façon dont le Chapitre opère et ont intégré les préceptes du Codex Astartes grâce au psycho-endoctrinement et des milliers d’heures d’étude. Cependant, ils se souviennent du temps passé dans la 10e Compagnie et conservent la fougue de néophytes nouvellement élevés au rang de demi-dieux de la guerre. Ainsi les membres de la 8e sont bien placés pour tester les limites du Codex et appliquer ce qu’ils ont appris.

Cela ne signifie pas pour autant que les escouades de la 8e agissent inconsidérément ou se fient aveuglément au Codex. Sous le regard vigilant de leurs Sergents, ils sont encouragés à remettre en question les principes stratégiques à mesure qu’ils les apprennent, de proposer des suggestions pour désorienter l’ennemi par des tactiques radicales, et même d’améliorer le Codex. Pour tout autre dans l’Imperium, ce serait un blasphème, mais pour les Ultramarines, la pratique est encouragée par le Primarque, à qui un simple Sergent enseigna un jour une leçon de flexibilité stratégique et mentale. Lorsque les membres de la 8e Compagnie vont au combat, ils testent les limites du Codex Astartes en employant des méthodes agressives et des tactiques inhabituelles. Cela leur permet de prendre l’ennemi par surprise grâce à des assauts éclair, des prises de flanc ultrarapides et des retraites feintes, et leur enseigne aussi une importante leçon : dans quatre-vingt-dix-neuf pour cent des cas, le Codex Astartes permet de vaincre n’importe quel adversaire. Mais pour autant, ils ne doivent jamais cesser de penser par eux-mêmes.

La 9e Compagnie - Les Porteurs de Tempête

Etendard9eCompangnieUltramarines.jpg
Maître des Reliques

Le Capitaine Sinon de la 9e Compagnie porte le titre de Maître des Reliques. Ce poste le relie en effet rituellement à sa propre Compagnie et au Reclusiam du Chapitre. Le Reclusiam conserve les plus précieuses reliques des Ultramarines à l’abri de champs de stase, et selon la tradition le Maître des Reliques en est le gardien et le champion, qui s’assure que ces artefacts sont bien gardés et met tout en œuvre pour retrouver les trésors perdus du Chapitre. Ainsi, le Capitaine Sinon affecte une garde d’honneur de guerriers de la 9e Compagnie à la surveillance du Reclusiam. Il entretient également un réseau d’acolytes et de serfs qui parcourent les routes spatiales de l’Imperium à l’affût du moindre indice sur les artefacts perdus des Ultramarines. Si l’un de ses agents signale la réapparition d’un objet, c’est au Capitaine de la 9e Compagnie qu’il revient de commander la force de frappe chargée de le récupérer.

Appui-Feu
Exemples de marquages d’Escouade d’Appui-Feu de la 9e Compagnie.
Les forces de frappe Ultramarines ne peuvent se permettre d’avoir des guerriers d’Appui-Feu qui ne réfléchissent pas. De fait, les Frères de Bataille de la 9e Compagnie changent fréquemment de rôle tactique. Ainsi, il peut arriver qu’ils servent comme snipers chez les Eliminators, puis dans le déploiement suivant adopter le rôle de Hellblasters pour faire pleuvoir une grêle de tirs de plasma sur l’ennemi. À mesure qu’ils changent d’escouade, ces Frères de Bataille arborent des marquages d’Appui-Feu variés, mais tous véhiculent le même message : ce guerrier est un tireur d’une grande adresse, et il tient dans ses mains le pouvoir de massacrer ses ennemis à distance.

La 9e Compagnie des Ultramarines combat rarement en une seule entité, car son rôle est de fournir un appui-feu aux forces de frappe des autres compagnies. Toutefois, dans les rares occasions où cela se produit, nul ne résiste à la puissance de feu de la 9e Compagnie.

Les Porteurs de Tempête sont ainsi nommés parce que, lorsque la Compagnie se déploie au grand complet, sa puissance de feu écrasante est telle la tempête du courroux de l’Empereur. Comprenant des escouades de Devastators, de Hellblasters, d’Eliminators et d’autres escouades de tireurs d’élite équipés d’Armes Lourdes, les rangs de la 9e Compagnie sont en mesure d’annihiler leurs ennemis à une portée extrême avec une fureur apocalyptique.

Les Frères de Bataille de la 9e Compagnie sont très appréciés des autres Compagnies Ultramarines, et sont accueillis chaleureusement par les guerriers de chaque force de frappe qu’ils rejoignent. C’est en partie parce que leur équipement renforce la puissance de feu de leurs camarades, en fournissant des tirs de couverture pour appuyer une avance ou désintégrer les monstres et machines de guerre les plus dangereux. De plus, tout guerrier qui passe de la 10e à la 9e Compagnie devient ainsi un Frère de Bataille à part entière, et non plus un simple néophyte. Le guerrier a alors prouvé qu’il est capable de perpétuer l’héritage du Primarque et qu’il est digne des facultés physiques et mentales qu’il a reçues. Même des dizaines, voire des centaines d’années après avoir quitté ses rangs, aucun guerrier des Ultramarines n’oublie jamais la fierté ressentie lors de son entrée dans la 9e Compagnie, et ils considèrent leurs nouveaux frères d’armes avec une admiration fraternelle.

De toutes les Compagnies Ultramarines, la 9e est celle qui suit les doctrines stratégiques les plus défensives et les plus statiques. Cela dit, cette affirmation est à relativiser : avec des escouades d’Eliminators et de Suppressors opérant à l’avant de leurs formations et des transports blindés acheminant rapidement des combattants vers des positions de tir optimales, lorsque les Porteurs de Tempête combattent en une seule entité, c’est avec tout le dynamisme que l’on peut attendre des forces de frappe Space Marines. Toutefois, grâce à la nature de l’armement qu’ils manient et du rôle tactique qu’ils remplissent, leurs escouades sont plus souvent retranchées dans des positions solides d’où elles tirent des salves dévastatrices de lasers, de rafales de Bolter Lourd, de faisceaux de plasma et de missiles en direction des lignes ennemies.

C’est pendant leur service au sein de la 9e Compagnie que les Ultramarines apprennent à détruire les chars de combat ennemis en utilisant uniquement des Armes Lourdes portatives. Ils perfectionnent leur adresse au tir en utilisant des armes de sniper, surpassant même les tireurs d’élite de la 10e Compagnie, et commencent à apprécier à sa juste valeur l’application d’une puissance de feu extrême dans diverses conditions d’opération. C’est ainsi que se développe leur compréhension de la stratégie à l’échelle du champ de bataille.

La 10e Compagnie - Les Fils d'Ultramar

Etendard10eCompangnieUltramarines.jpg
Les Scouts de la 10e Compagnie sont les futurs héros des Ultramarines, forgés dans la guerre et le sens du sacrifice.
La 10e Compagnie des Ultramarines transforme des novices inexpérimentés en une confrérie de guerriers unis, jugés dignes de progresser dans les rangs des Compagnies de Réserve et de Combat. Les futurs héros du Chapitre sont forgés dans ses rangs.

La 10e Compagnie des Ultramarines remplit le double rôle de corps d’entraînement et de force d’infiltration et de reconnaissance avancée. Dans ce but, elle comprend une centaine de Marines Primaris Vanguards en plus de l’afflux constant de novices commençant leur formation dans l’espoir de devenir un jour des Frères de Bataille à part entière.

Recrutés sur tous les mondes d’Ultramar, les novices du Chapitre sont de jeunes guerriers au summum de leur condition physique et mentale. Nombre de Chapitres recrutent leurs initiés auprès des tribus superstitieuses de Mondes Hostiles pour que seuls les candidats les plus robustes et les plus farouchement déterminés rejoignent leurs rangs, mais ce n’est pas le cas des Ultramarines. En effet, le Chapitre possède à la fois plusieurs mondes de recrutement et un empire stellaire où l’ambition ultime des familles nobles est de voir un de leurs fils rejoindre les Ultramarines. Des académies ont été fondées sur toutes les planètes d’Ultramar pour préparer ces fils de bonne famille aux rigueurs de l’initiation. Beaucoup ne survivent pas aux premières épreuves, qui sont aussi exigeantes que celles qu’endurent les aspirants des autres Chapitres Space Marines. D’autres échouent durant la dernière épreuve, et deviennent des serfs du Chapitre ou des officiers des Auxiliaires de Défense d’Ultramar plutôt que des Space Marines. Ceux qui passent avec succès les épreuves de sélection rejoignent la 10e Compagnie.

Dans certains cas, les Scouts du Chapitre fournissent, tout en se formant, un appui aux unités Vanguards de leur Compagnie ou aux Compagnies de Combat. Dans d’autres cas, les Vanguards opèrent seuls derrière les lignes ennemies. Cette force hautement spécialisée est telle une dague dans la main du Maître de Chapitre, parée à être plongée par surprise dans le cœur de l’ennemi.




État-Major Chapitral

Marneus Augustus Calgar, Maître de Chapitre des Ultramarines, est l’un des plus grands héros Space Marines de l’histoire et un général rarement égalé dans l’ensemble de l’Imperium.

Rares sont les Chapitres à compter autant de héros que les Ultramarines. Les couloirs et les salles majestueuses du strategium de la Forteresse de Hera résonnent des nobles paroles et du pas solennel de véritables demi-dieux de la guerre.

EtendardApothecarionUltramarines.jpg
Le Chef Apothicaire des Ultramarines est Corpus Helix, un guerrier et guérisseur d’une patience infinie dont le sens du détail a sauvé de nombreuses vies.
EtendardLibrariusUltramarines.jpg
Le Maître Archiviste Varro Tigurius commande le Librarius des Ultramarines. Son héraldique personnelle est très connue sur Macragge, et grandement respectée.
EtendardReclusiamUltramarines.jpg
Ortan Cassius dirige le Reclusiam, mais en raison de sa vendetta contre les Tyranides, il est rarement présent sur Macragge.

Si les statues de la Galerie des Héros de Terra prenaient vie et descendaient de leurs podiums ornés de dorures, elles auraient du mal à égaler la noble assemblée de guerriers exemplaires qui dirigent les Ultramarines. Sans même parler du fait que le Chapitre peut se targuer d’avoir à sa tête le seul Primarque vivant de l’Imperium, qui porte par ailleurs le grade de Seigneur Commandeur de l’Imperium, le prestige des individus qui constituent l’État-major du Chapitre des Ultramarines est époustouflant. Le Maître de Chapitre et Seigneur de Macragge Marneus Calgar était à la tête du Chapitres depuis deux siècles déjà lorsque Roboute Guilliman revint, et avec la bénédiction de son père génétique, il continue de diriger avec sagesse. Sous les ordres de Guilliman et de Calgar se trouve une assemblée de puissants héros impériaux, la Garde d’Honneur des Ultramarines, sélectionnés parmi les vétérans les plus redoutables du Chapitre, qui se sont couverts de gloire au cours de dizaines de conflits sanglants. Les champions armés de haches de la Garde d’Honneur et les défenseurs de la Garde d’Honneur Victrix se tiennent prêts à obéir à tous les ordres de leur suzerain, et à porter la vengeance d’Ultramar dans les étoiles hostiles.

Autour de ces héros orbite une véritable constellation de personnages augustes et de personnel de soutien. L’Armurerie, l’Apothecarion, le Librarius et le Reclusiam dépendent de l’État-Major et participent à la gouvernance du Chapitre. Une légion de serfs, d’Acolytes, d’Astropathes, de Lexographes, de Carto-divinateurs, d’Historiteurs, de Logisticateurs et une myriade d’autres types d’aides de camp s’occupent de l’administration et de la coordination des affaires du Chapitre. Les habitants de Macragge, et d’Ultramar dans son ensemble éprouvent un profond respect pour les serviteurs du Chapitre, et les guerriers des Ultramarines eux-mêmes apprécient leur travail à sa juste valeur.


Armurerie

EtendardArmurerieUltramarines.jpg
Fennias Maxim est le Maître de la Forge actuel des Ultramarines. En tant que Techmarine de plus haut rang du Chapitre, Maxim a sa propre héraldique, qui est également celle de l’Armurerie du Chapitre.

L’Armurerie du Chapitre des Ultramarines se trouve dans les profondeurs de la gigantesque Forteresse de Hera. C’est là que les artisans du Chapitre entretiennent les armes, l’équipement, mais aussi les véhicules et les pièces d’artillerie des Ultramarines. C’est également là que reposent les Dreadnoughts jusqu’à ce que vienne pour eux le moment de repartir au combat.

C’est sous la bannière de l’Armurerie du Chapitre que sont rassemblés le matériel lourd et les armes des Ultramarines. L’armurerie est à la fois un lieu et une organisation militaire à l’intérieur du Chapitre, un fief indépendant où, derrière les portes anti-explosion adamantines, la volonté des Techmarines du Chapitre fait la loi. Leur domaine vit au rythme du martèlement des pistons et du grondement des forges, des chants religieux, du crépitement des braseros, du vrombissement des servo-outils qui émanent des alcôves des artificiers, le tout baigné du parfum entêtant de poudre à roder, d’huile et d’encens consacré. Les Serviteurs déambulent d’un pas lourd sous la lueur rouge des veilleuses, en portant des pièces de blindage de tanks ou des conteneurs de munitions pesant plusieurs tonnes. Les Techmarines se déplacent d’un poste de travail à l’autre, leurs armures couvertes de robes écarlates, jugeant de leur regard d’expert le travail des serfs du Chapitre et des Serviteurs de maintenance. C’est là que l’on répare les Chars d’Assaut du Chapitre, et que l’on prépare les Esprits de la Machine des canons de campagne et des aéronefs à leur prochain engagement. C’est aussi là que des Artificiers consacrent parfois leur vie entière à fabriquer des armes et des armures exceptionnelles pour les plus grands héros des Ultramarines.

C’est également auprès de l’armurerie que les commandants des forces de frappe Ultramarines réquisitionnent les véhicules requis pour l’accomplissement de leur mission. Les Ultramarines ont la chance de posséder nombre de machines vénérables exploitant les technologies mortelles d’une ère reculée, sans parler d’une quantité prodigieuse de Dreadnoughts dont les sarcophages peuvent être éveillés lorsque l’heure de la guerre a sonné. Certains de ces guerriers sont âgés de plusieurs milliers d’années, et partagent volontiers leur sagesse millénaire sur les applications pratiques du Codex Astartes.

Decor2Ultramarines.jpg

Héraldique des Ultramarines

« Nombreux sont les Fils de Guilliman. Nos étendards flottent sur d’innombrables fronts et au sommet d’autant de bastions, de Quintarn à Callathoria. Nous chargeons en première ligne de bien des assauts et écrasons une pléthore d’adversaires sous nos bottes cuirassées. Sans nous, l’Imperium aurait depuis longtemps sombré dans la ruine. Avec nous, il est inexpugnable. »
- Sergent Ultramarine Inconnu.

Les Ultramarines adhèrent totalement aux préceptes du Codex Astartes rédigé par leur Primarque, y compris au niveau de l’héraldique et des marquages. En cela, ils servent d’exemple à beaucoup d’autres Chapitres successeurs, si bien que leur iconographie est connue dans tout l’Imperium.

HeraldiquedesUltramarines1.jpg
HeraldiquedesUltramarines2.jpg


UltramarinesHeraldique.jpg


Héraldique de la Légion des Ultramarines[8]
HeraldiqueLegionUltramarines1.jpg

Forme Héraldique Commune de la Légion

HeraldiqueLegionUltramarines2.jpg

Variante de l’Icône de la Légion

HeraldiqueLegionUltramarines3.jpg

Icône et Numéro de la Légion

HeraldiqueLegionUltramarines4.jpg

Variante Honorifique de la Légion

HeraldiqueLegionUltramarines5.jpg

Maître de Chapitre

HeraldiqueLegionUltramarines6.jpg

Premier Capitaine

HeraldiqueLegionUltramarines7.jpg

Capitaine de Ligne

HeraldiqueLegionUltramarines8.jpg

Variante Capitaine de Ligne

HeraldiqueLegionUltramarines9.jpg

Honneur Invictarus

HeraldiqueLegionUltramarines10.jpg

Sergent Breacher

HeraldiqueLegionUltramarines11.jpg

Sergent de Soutien Lourd

HeraldiqueLegionUltramarines12.jpg

Légionnaire Vétéran

HeraldiqueLegionUltramarines13.jpg

Escouade Tactique

HeraldiqueLegionUltramarines14.jpg

Variante Escouade Tactique

HeraldiqueLegionUltramarines15.jpg

Escouade d’Assaut avec Numéro de Chapitre

HeraldiqueLegionUltramarines16.jpg

Variante Escouade d’Assaut

HeraldiqueLegionUltramarines17.jpg

Escouade de Soutien Lourd (Armement Spécialisé)

HeraldiqueLegionUltramarines18.jpg

Escouade de Soutien Lourd (Blindé)

HeraldiqueLegionUltramarines19.jpg

Variante de l’Escouade de Soutien Lourd (Blindé)

HeraldiqueLegionUltramarines20.jpg

Escouade Breacher avec Numéro de Chapitre

Croyances

« Nos frères de la Première Fondation suivent les enseignements de leur Primarque et, ce faisant, se spécialisent dans certains domaines. Qu’il s’agisse de la maîtrise du siège des fils de Dorn, des attaques éclairs des White Scars ou des Raven Guards enveloppées de ténèbres, tous sont singulièrement redoutables. Nous autres, les Ultramarines, n’avons pas ce luxe. Notre père enseigne l’équilibre en toutes choses, nous devons donc exceller en tout. Et cela, mes frères, nous y parvenons. »
- Lieutenant Basistus, avant la Bataille de Theld’s Gulf.

Soumis à une vie rude, le peuple de Macragge est solide, besogneux et obéit à des valeurs martiales fortes. La discipline, l’autonomie et l’honneur sont considérés comme des vertus cardinales et enseignés aux enfants dès leur plus jeune âge au sein des académies. Les habitants d’Ultramar comptent parmi les peuples humains les plus disciplinés de la galaxie et respectent la toute-puissance de l’Empereur. Se battre en Son nom est pour eux le meilleur service qu’un individu puisse Lui rendre. Leur réputation n’est plus à faire, et leur société est souvent prise comme exemple de réussite et de dévotion d’un bout à l’autre de l’Imperium. Au combat, les Ultramarines suivent à la lettre les préceptes de Guilliman, dont ils ont tous hérité d’une partie du talent et de la férocité légendaires. Les Rois-Guerriers de Macragge avaient coutume de dire qu’un guerrier devait s’en retourner d’un combat soit en portant son bouclier, soit en étant porté dessus sans vie. Ceci reste encore vrai de nos jours : aucun Ultramarine ne se permettrait d’apporter la honte sur son Chapitre. Au contraire, les Archivistes enregistrent régulièrement des faits héroïques qui ne cessent de porter toujours plus haut la gloire et la renommée de ce Chapitre.

Decor2Ultramarines.jpg

Patrimoine Génétique

« Je n’ai jamais été témoin d’autant d’actes héroïques que lors de la bataille de Corinth. En ce jour, certains devinrent des héros, mais aucun ne se couvrit autant de gloire que Galatan l’Ancien, porteur de la Bannière de Bataille de Macragge. Que son nom soit cité un million de fois pendant un millier d’années. J’ai eu le privilège de faire partie de ceux qui ont transporté son corps jusqu’à Maccrage, où son nom honore le Mur des Morts dans le Temple de la Droiture. Nous ne connaîtrons sans doute jamais plus tel héros. »
- Capitaine Idaeus, IVe Compagnie des Ultramarines.

L’Hérésie d’Horus a mis en évidence les faiblesses du patrimoine génétique de nombreuses Légions Space Marines, imperfections accélérées par la technique du prélèvement des glandes progénoides employée pour renflouer les Légions. Lorsque ces dernières furent divisées en Chapitres, un stock de leurs patrimoines fut constitué sur Terra afin de les conserver et d’en vérifier la pureté. Les Ultramarines étant la Légion la plus importante, sa contribution fut proportionnelle à sa taille, aussi leur patrimoine devint-il la référence pour beaucoup de Chapitres de la Seconde Fondation, aussi connus sous le nom de Primogenitors, ou "premiers nés", et qui vénèrent aujourd’hui Roboute Guilliman comme leur père fondateur. Le patrimoine génétique Ultramarine est de loin le plus pur de toutes les Légions de l’Adeptus Astartes, aucune altération connue ne vient souiller leur structure ADN. Chacun des nombreux organes implantés au cours de la création d’un Ultramarine fonctionne parfaitement et l’on peut dire que ce Chapitre est aussi parfait aujourd’hui qu’aux temps glorieux de sa création.

Primogenitors

Les Primogenitors sont les Chapitres créés lorsque la Légion des Ultramarines fut divisée à l’occasion de la Deuxième Fondation. Parfois appelés les "Premiers Nés", ces Chapitres ont leurs propres histoires et traditions, toutefois ils honorent Roboute Guilliman comme leur Primarque et respectent strictement les enseignements du Codex Astartes.

Il existe des écrits en désaccord sur le nombre exact de Chapitres Primogenitors qui ont été créés, toutefois le plus vieil exemplaire du Codex Astartes en mentionne douze. On pense qu’il y eut au moins onze autres Chapitres Primogenitors, cependant leurs noms ont été perdus au fil des millénaires, et aucun Chapitre existant au 41e Millénaire ne se réclame d’un tel héritage.

Decor2Ultramarines.jpg

Chapitres Successeurs

« Nous devons remercier l’Empereur, j’imagine, que ce soit la lignée génétique de Roboute Gulliman qui s’est avérée la plus stable et la plus répandue. Si cela avait été celle de Russ ou du Khan, par exemple, nous aurions dû confier notre défense à des sauvages impossible à distinguer de nos ennemis. Au moins les successeurs des Ultramarines savent faire la guerre de façon civilisée. »
- Seigneur-genator Knepf Sacrabactus, réflexions privées, archives 6:56:6.

Beaucoup de Chapitres Space Marines jurent allégeance au Primarque des Ultramarines. Quelques-uns sont présentés ici. Certains ont une histoire qui remonte à l’aube de l’Imperium, alors que d’autres sont des créations récentes. Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive, car les Fils de Guilliman forment les deux tiers des Chapitres existants dans la galaxie en cette fin de quarante et unième millénaire…

Les Fils de Guilliman, c’est-à-dire les Chapitres qui descendent des Ultramarines et de leurs Primogenitors, ont leurs propres traditions, souvent inspirées ou influencées par celles de leur monde d’origine. C’est d’ailleurs ce que préconise le Codex Astartes, qui suggère que chaque Chapitre doit choisir son nom, son héraldique et ses marquages. Malgré tout, ces Chapitres reconnaissent Roboute Guilliman comme leur Primarque et suzerain. Si ce dernier les appelle, il peut être sûr qu’ils répondront avec diligence. Ils considèrent les Ultramarines comme des exemples à suivre, et Ultramar comme un modèle de civilisation. Cependant, cela ne veut pas dire qu’il n’y a jamais eu de mésentente ou de schisme au fil des millénaires entre les Ultramarines et leurs nombreux successeurs.

L’immense nombre de successeurs que les Ultramarines ont engendrés au cours des Fondations successives est remarquable. D’ailleurs, certains dans l’Imperium ont malicieusement noté que, bien qu’étant le Primarque qui a interdit la mobilisation d’armées de Space Marines à l’échelle d’une Légion d’antan, Roboute Guilliman est le seul fils loyal de l’Empereur restant qui soit capable de faire appel à une telle puissance combinée. Évidemment, ces voix ne se sont jamais élevées à portée d’oreille du Seigneur Commandeur de l’Imperium. Si Guilliman est sûrement au fait de ce qu’il se dit à son sujet, il garde manifestement pour lui son avis sur la question.

Quelle que soit la manière dont d’aucuns jugent la puissance cumulée des successeurs des Ultramarines ou de leur loyauté culturelle et doctrinale envers Ultramar, nul ne peut nier que sans eux, l’Imperium aurait sûrement succombé depuis bien longtemps. Les noms des Novamarines, Sons of Orar, Howling Griffons, Hawk Lords, Silver Skulls et bien d’autres ont mérité une place légitime sur les tableaux d’honneur les plus célébrés du domaine de l’Empereur. Ne variant généralement qu’imperceptiblement des doctrines dictées par le Codex, et peuplant des planètes chapitrales ou des flottes de croisades disséminées dans toute la galaxie, ces Fils de Guilliman luttent inlassablement pour défendre l’Humanité.

Fulminators

Fulminators.jpg
FulminatorsEpaulette.jpg
Un des premiers Chapitres Primaris créés, les Fulminators existent depuis M31, l’époque des ultimes batailles de la Purge. Les aspirants sélectionnés étaient les meilleures recrues de la Garde de Terra, et ils sont restés en stase depuis près de huit mille ans. Le Chapitre a été nommé en référence aux tempêtes électriques qui font rage sur Mars, et qui lors de leur création étaient particulièrement violentes.

Chapitre Genesis

ChapitreGenesis.jpg
ChapitreGenesisEpaulette.jpg
Le Chapitre Genesis fait partie des premiers Primogenitors. Il a été formé à partir des plus nobles vétérans des Ultramarines qui survécurent à l’Hérésie d’Horus. Ils ont toujours vénéré Roboute Guilliman, et furent un des premiers Chapitres à rejoindre le Primarque après sa résurrection, s’agenouillant face à celui qu’ils considéraient déjà comme le Seigneur Commandeur de l’Imperium.

Black Consuls

BlackConsuls.jpg
BlackConsulsEpaulette.jpg
Les Black Consuls sont connus pour être les plus impitoyables des Chapitres Primogenitors, et les plus respectueux du Codex Astartes. Leur histoire est jalonnée de triomphes, même si on pensait qu’ils avaient été récemment exterminés par les Iron Warriors. En fait, le Chapitre a reconstitué ses forces sur son Monde Chapitral, Cyclopia, et garde de nouveau les frontières de l’Imperium dans le Segmentum Pacificus.

Eagle Warriors

EagleWarriors.jpg
EagleWarriorsEpaulette.jpg
Fondés au cours d’une période d’anarchie, les Eagle Warriors sont un Chapitre basé dans une flotte spatiale, et donc des nomades. La plupart de leurs campagnes ont lieu dans les systèmes solaires que Roboute Guilliman conquit au cours de la Grande Croisade. Plusieurs navires de ce Chapitre ont été portés disparus suite aux tempêtes Warp de la Noctis Aeterna, ainsi que deux Compagnies au complet.

Novamarines

Novamarines.jpg
NovamarinesEpaulette.jpg
Les Novamarines ont une histoire longue et glorieuse, et sont un des Primogenitors les plus célèbres de l’Imperium. Même parmi les autres Chapitres Premiers Nés, les Novamarines sont connus pour leur foi envers le Codex Astartes. C’est un Chapitre particulièrement dynamique qui n’a pas combattu en tant que force homogène depuis les premières années du 37 Millénaire.

Praetors of Orpheus

PraetorsOfOrpheus.jpg
PraetorsOfOrpheusEpaulette.jpg
Les Praetors of Orpheus sont célèbres pour leur approche rigoureuse du Codex Astartes. Cela provoque parfois des frictions avec leurs alliés, mais cela signifie aussi que sur le champ de bataille, les Praetors opèrent comme une machine de guerre optimale. Les récentes révisions du Codex par Guilliman ont été immédiatement adoptées par le Chapitre, qui reste tout aussi obsessionnel qu’avant dans son application.

Silver Skulls

SilverSkulls.jpg
SilverSkullsEpaulette.jpg
Très superstitieux, les Silver Skulls pensent que l’Empereur en personne guide leurs actes. Bien que cela signifie qu’ils ne se rendent au combat que si les augures sont favorables, cela leur permet de se battre avec fanatisme, même si cela met parfois mal à l’aise les commandants impériaux. Suite à l’ouverture de la Grande Faille, les Silver Skulls ont fait partie des Chapitres les plus réactifs face aux invasions.

Scythes of the Emperor

ScythesOfTheEmperor.jpg
ScythesOfTheEmperorEpaulette.jpg
Ayant failli être exterminés par les Tyranides, les Scythes of the Emperor étaient récemment hors de combat, mais l’Archmagos Cawl et la Fondation Ultima leur ont donné l’occasion de regarnir leurs rangs. De façon inhabituelle, les Scythes of the Emperor portent les marquages de leur Compagnie sur l’Aquila de leur cuirasse. Les vétérans se reconnaissent à une genouillère gauche jaune décorée d’un crâne noir.


Decor2Ultramarines.jpg

Les Chroniques d'Ultramar

Les Ultramarines sont fiers de leur longue histoire, et à juste titre, car leur passé regorge de faits héroïques. Leur loyauté et leur bravoure n’ont jamais été remises en cause depuis dix mille ans. Les Fils de Guilliman sont tout aussi fiers de leur royaume stellaire, car Ultramar est un joyau de civilisation au cœur d’une galaxie pétrie de tyrannie et de violence.

Chroniques d’Ultramar
M30-M31 L’Aube de l’Imperium
  • Destiné à Commander

L’Empereur découvre Roboute Guilliman sur Macragge et reconnaît en lui un des Primarques perdus. Il s’émerveille du royaume qu’il a établi. La Légion des Ultramarines est placée sous les ordres de Guilliman et sa base d’opérations est installée sur Macragge. Le Primarque assimile rapidement les innovations de l’Imperium et se met à l’œuvre avec enthousiasme et efficacité.

  • D’Innombrables Victoires

Menés par leur incroyable Primarque, les Ultramarines accumulent les triomphes et libèrent plus de planètes que n’importe quelle autre Légion. Les mondes libérés par les Ultramarines bénéficient de la clairvoyance de Guilliman, et héritent de gouvernements stables et justes, et d’une industrie prospère.

  • La Destruction de Monarchia

Sur ordre de l’Empereur, les Ultramarines rasent les cités idolâtres de Monarchia, afin de prévenir le Primarque Lorgar que son zèle religieux ne sera pas toléré.

  • La Bataille de Calth

Éloignés de Terra par les machinations du Maître de Guerre, les Ultramarines se rassemblent sur Calth, un monde stratégique pour lancer des conquêtes dans la Bordure Orientale, lorsqu’ils sont attaqués par les Word Bearers, jusqu’alors leurs alliés. La Légion de traîtres dévaste les docks orbitaux de Calth et provoque un désastre qui provoque l’émission de radiations mortelles par le soleil, ce qui éradique toute vie sur les planètes à proximité. La bataille de Calth se déroule dans les sous-sols, un immense réseau de cavernes. Elle fait rage pendant des années et sur plusieurs théâtres de guerre.

  • La Croisade de l’Ombre

Suite à la trahison des Word Bearers sur Calth, les Ultramarines livrent une campagne impitoyable dans tout Ultramar contre les forces renégates commandées par des combattants et des seigneurs de guerre issus des Légions des Word Bearers et des World Eaters.

M31-M33 L’Âge de la Renaissance
  • Les Campagnes de la Vengeance

Suite à l’Hérésie d’Horus, c’est le grand stratège Roboute Guilliman qui orchestre la majorité des contre-attaques qui permettent de repousser les forces du Chaos. Les Ultramarines forment la Légion la plus populeuse, les autres ayant subi de lourdes pertes. Guilliman lui-même semble partout à la fois. Il rallie les défenseurs des mondes impériaux et les renforce avec ses propres guerriers pour remporter la victoire avant de passer à une autre zone de guerre. Les Space Marines ne cèdent pas un pouce de terrain tant leur foi en l’Imperium, en l’Empereur et en leur Primarque est grande.

  • La Création du Codex Astartes

Roboute Guilliman crée son œuvre majeure, le Codex Astartes, qui deviendra l’ouvrage sacré pour l’organisation militaire, les stratégies et les tactiques des Chapitres. Le processus visant à diviser les Légions en Chapitres prend des années. Il est appelé la Deuxième Fondation.

  • Les Hordes Vertes de Talassar

Une horde d’Orks ravage Talassar et menace de détruire toute civilisation sur l’unique continent de la planète, Glaudor. Testant son Codex Astartes, Guilliman déploie son armée en limitant au maximum son intervention. Ses forces suivent les protocoles, et plusieurs frappes fulgurantes leur apportent la victoire.

  • Une Légende Périt

Le Primarque des Ultramarines est mortellement blessé par son frère renégat Fulgrim, le Primarque des Emperor's Children, au cours de la Bataille de Thessala. Le monstre ophidien qu’est devenu Fulgrim jouit de grands pouvoirs accordés par Slaanesh et poignarde Guilliman au cou avec une lame empoisonnée. Cette perte est un terrible revers pour les Ultramarines. Ils emportent le corps de leur père et le placent dans un champ de stase, au cœur du temple de la Forteresse de Hera.

  • Réunis

La perte progressive des Primarques laisse un vide difficile à combler dans l’Imperium, ce qui mène à une période de luttes intestines, et parfois de guerres ouvertes. Cette discorde est stoppée par Agnathio, le Maître de Chapitre des Ultramarines, qui unit plus de cinquante Chapitres avant de se poser sur Terra. Agnathio tient un conseil avec les prétendus seigneurs de Terra, qui passaient jusque-là leur temps à se disputer. Rien ne transpire de ce concile, mais lorsque la flotte de Space Marines repart, elle laisse derrière elle douze Hauts Seigneurs de Terra, et l’ordre est rétabli.

M34-M40 Ultramar Ascendant
  • Expansion du Royaume de Guilliman

La guerre civile du Nova Terra Interregnum qui s’étend depuis le Segmentum Pacificus n’a que peu de répercussions dans le Segmentum Ultima. Alors que les Ultramarines guerroient constamment au cours de cette période, le Royaume d’Ultramar grandit et se renforce. N’ayant pas à subir le joug de l’Ecclésiarchie qui se répand partout ailleurs dans l’Imperium, et guidé par les enseignements éclairés de Guilliman, Ultramar échappe à la guerre civile.

  • Campagnes de la Bordure Orientale

Des expéditions en profondeur dans la Bordure Orientale inexplorée sont organisées mais se heurtent aux Hruds, aux Orks et à d’autres Xenos. Les Ultramarines et leurs successeurs se portent au secours des colons.

  • Tempêtes de Sang

Des incursions démoniaques majeures dévastent des systèmes adjacents à Ultramar, dont Tartella. Trois Maîtres de Chapitre sont perdus successivement au cours des batailles qui durent plusieurs décennies, toutefois la corruption est circonscrite et épargne Ultramar.

M37-M38 L’Âge de la Rédemption
  • Le Sauvetage de Corillia

Combattant aux côtés des White Scars, les Ultramarines arrivent en force pour éviter aux Lamenters d’être annihilés par la Black Legion pendant la Neuvième Croisade Noire d’Abaddon.

  • La Croisade du Justicier

Une Compagnie d’Ultramarines vient mettre un terme au règne despotique d’Ullrex, qui a usurpé le trône du Système Phoebes. Mais une corruption profonde est découverte au-delà de ce seigneur dément. La croisade qui s’ensuit nettoie neuf systèmes solaires, et se termine par une bataille apocalyptique dans la forteresse flottant de Xentar, lors de laquelle tout le Chapitre des Ultramarines mène une coalition de douze Chapitres.

  • La Guerre de Thrax

Marneus Calgar mène son Chapitre contre le Monde-Forge Thrax, qui a été corrompu par les Démons.

  • Un Nouveau Pouvoir

Les Ultramarines fortifient les frontières orientales de leur royaume face à la menace émergent de l’Empire T’au.

M41 La Fin des Temps
  • La Bataille de Macragge

Les Tyranides pénètrent dans galaxie et les Guerres Tyraniques commencent. La Flotte-Ruche Béhémoth attaque Ultramar et dévaste plusieurs planètes. Seule la valeur et la détermination des Ultramarines mettent un terme à la menace de Béhémoth, au prix de pertes terribles.

  • La Campagne d’Ironblood

Le Techmancien Grathax assaillit le monde d’Ironblood avec une armée de Machines-Démons. Elles sont contrées par plusieurs régiments blindés de la Garde Impériale, et par plus de cent chars Ultramarines sous le commandement du Frère-Sergent Chronus.

  • La Bataille du Sépulcre d’Orar

Pour la première fois depuis plus d’un siècle, Calgar mène l’intégralité de son Chapitre à la guerre pour protéger le Sépulcre d’Orar de la planète Commrath face aux Aeldaris d’Alaitoc et d’Iyanden.

  • Les Assauts de M’kar

Des pirates du Chaos commandés par le Prince Démon M’kar le Ressuscité s’emparent de plusieurs mondes habités aux frontières d’Ultramar. Lors d’une bataille décisive à Halamar Rift, le Capitaine Sicarius détruit l’essentiel de la flotte pirate, toutefois M’kar s’échappe dans le Warp. Il revient cinquante ans plus tard à la tête d’un ost de Démons pour capturer le fort stellaire Indomitable. Sous le commandement de Marneus Calgar, des Terminators de la Première Compagnie abordent le fort. M’kar est banni par le Seigneur de Macragge.

  • Des Vrilles Avides

Les Ultramarines écrasent une rébellion sur le monde industriel d’Ichar IV, mais se retrouvent ensuite en première ligne face à une invasion de la Flotte-Ruche Kraken. Ailleurs dans la Bordure Orientale, des éléments des Ultramarines et des Mortifactors tiennent un dernier carré face à une réminiscence de la Flotte-Ruche Léviathan, sur le monde Tarsis Ultra.

  • Ultramar Assiégé

Ultramar est de nouveau attaqué par les forces du Chaos. M’kar le Ressuscité, qui porte bien son nom, mène l’attaque contre Talassar. Quintarn est envahi par les armées des Bloodborn, alors que Calth est assiégé par les Iron Warriors. D’autres Seigneurs du Chaos s’en prennent à Espandor et Tarentus. Rappelant toutes les forces disponibles vers Ultramar, puis envoyant une Compagnie de Combat sur chaque planète menacée, Calgar affronte une fois de plus M’kar, et parvient cette fois à le détruire définitivement.

  • Le Retour du Fils Prodigue

Roboute Guilliman est sorti de sa stase juste à temps pour repousser une attaque de la Black Legion, venue justement pour empêcher sa résurrection. Alors que la galaxie s’assombrit et que les tempêtes Warp se multiplient, le Primarque des Ultramarines se lance dans une odyssée vers Terra pour s’entretenir avec l’Empereur, et Lui demander conseil.

  • La Grande Faille

La galaxie est ravagée par des tempêtes Warp provoquée par l’apparition de la Grande Faille. La Noctis Aeterna balaie Ultramar. Le dernier message envoyé depuis Macragge à chaque planète leur ordonne de se préparer au pire.

  • Les Maux d’Ultramar

Au nord galactique d’Ultramar, les serviteurs du Dieu du Chaos Nurgle s’assurent le contrôle des Astres Fléaux. Des armées de Démons se déversent à partir de cette base corrompue. Ils sont accompagnés par la Légion Renégate de la Death Guard et par des millions de cultistes. Trois armées pénètrent dans Ultramar, et attaquent sur près d’une centaine de fronts, amenant avec elles une pestilence surnaturelle. Les défenseurs d’Ultramar combattent bravement mais perdent du terrain. Des Ultramarines de la Fondation Ultima arrivent en renforts, mais ils ne peuvent que ralentir les assaillants.

  • Guilliman Revient à Ultramar

Partout dans Ultramar, les défenseurs impériaux sont massacrés lors de centaines d’affrontements au sol, alors qu’une Fotte de la Peste détruit systématiquement les défenses orbitales et les forts stellaires. Guilliman revient de la Croisade Indomitus. Ses manœuvres expertes donnent naissance à la contre-offensive baptisée Lance d’Espandor. Les armées pestilentielles sont finalement contrées sur Iax, même si le Primarque Démon Mortarion de la Death Guard parvient à s’échapper grâce à un barrage de bombes virales.

  • Dans les Ténèbres

Lors d’un bref répit, Guilliman ordonne de reconstruire et de décontaminer Ultramar, et de rétablir le processus de création de nouveaux Ultramarines. Il ne faut guère de temps pour que le Seigneur Commandeur de l’Imperium quitte Ultramar et se rende ailleurs dans la galaxie.

  • Les Guerres Vengeresses

Les Ultramarines mènent une coalition de Chapitres successeurs et de maisonnées de Chevaliers dans les systèmes avoisinants. Alors qu’il tente de libérer sept planètes de l’esclavage, le Maître de Chapitre Marneus Calgar met en place une campagne de guérilla qui halte une horde d’Orks avant qu’elle atteigne le Monde-Forge Metalica. Les Space Marines remportent des centaines de batailles, toutefois ils ne peuvent que ralentir les Orks, car ils doivent aussi affronter simultanément les Démons. Trois planètes sont sauvées, mais l’essentiel du Système Tartella reste aux mains de ses seigneurs démoniaques.

LogoPrincipalUltramarines.jpg
Decor2Ultramarines.jpg

Sources

Pensée du Jour : Le Brave ne doute pas, il agit.
  • Codex Adeptus Astartes Space Marines, V8
  • Codex Space Marines, V8 ; 2ème édition
  • Codex Supplement Ultramarines, V8
  • Codex Adeptus Astartes Space Marines, V7
  • Codex Space Marines, V6
  • Codex Space Marines, V5
  • Warhammer 40K - Livre de Règles, V8
  • The Horus Heresy, Book Five - Tempest
  • Warhammer 40K - Livre de Règles, V8
  • ABNETT DAN, La Bataille de Calth - Et ils ne Connaîtront pas la Peur, Black Library, 2012
  • COUNTER BEN, La Galaxie en Flammes : Où l'Hérésie se révèle, Black Library, 2006
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Premier Hérétique : Corruption, Black Library, 2010
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Félon : Du sang pour le Dieu du Sang, Black Library, 2013
  • HALEY GUY, Sombre Imperium, Black Library, 2017
  • MERRET ALAN, Visions d'Hérésie - Guerre, ténèbres, traîtrise et mort, 2014
  • Gathering Storm - Livre I : La Chute de Cadia, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • Livret Primaris Space Marines, V8
  • Index Astartes du White Dwarf N°97 (Mai 2002)
  • Index Astartes du White Dwarf N°132 (Avril 2005)
  1. Informations issues de Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, Chapitre II : OURAGAN DE GUERRE, produit par le design studio Games Workshop, 2017 et de Sombre Imperium, Chapitre Vingt - Le conseil D’Héra de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  2. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Ultramarines - Ultramarines Legion Heraldry (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Ultramarines - Unit Formation and Structure Within the Legion (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Ultramarines - Legion Command Hierarchy - The Lords of Ultramar (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Ultramarines - Legion Command Hierarchy (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Ultramarines - The Ultramarines Fleet (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Ultramarines - War Disposition (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Ultramarines - Ultramarines Tactical Markings and Heraldry (traduit de l'anglais par Guilhem)