Histoire des Night Lords

De Omnis Bibliotheca
« Nous avons reçu votre offre de reddition et la rejetons ; nous ne sommes pas venus pour recevoir votre supplication mais pour rendre un jugement. Le temps de la reddition est passé depuis longtemps. Le verdict a été rendu de vos propres mains. L’heure de la mort a sonné. »
- Message sur les canaux vox des Night Lords lors de la Pacification de Listrantia IV.

Pour de nombreuses Légions, nous sommes obligés de nous demander comment la loyauté la plus authentique peut se transformer en trahison, la plus pure dévotion à la haine, la noblesse en méchanceté, mais pour les Night Lords, nous devons nous demander si leur cœur a toujours appartenu aux ténèbres. Créés dans un but supérieur, leur fin aurait peut-être pu être différente, mais leur histoire est celle d’une idéologie empoisonnée et d’une atrocité. Même lorsqu’ils étaient considérés comme loyaux, leur nature et leurs actions ont toujours été remises en question. Certains ont fait valoir qu’ils n’étaient qu’une fonction de la nécessité, les monstres dont on avaient besoin pour passer d’un âge barbare à la lumière. Certains disent qu’ils étaient une erreur, une erreur de jugement aggravée par les circonstances. Quelques-uns se demandent s’ils ont été damnés dès leur naissance, qu’ils étaient destinés à ne jamais faire partie de l’avenir qu’ils allaient contribuer à créer. Toutes ces spéculations sont finalement inutiles ; quelle qu’en soit la cause, ce sont des créatures d’horreur et ils l’ont toujours été.[1]

Origines : Les Enfants de la Misère[modifier]

La VIIIe Légion.
La VIIIe Légion a été trempée dans le sang dès sa naissance. Les premières recrues de la Légion venaient des prisons de l’Ancienne Terra. Dans de vastes cavernes remplies des ruines à moitié écrasées des millénaires, vivaient des hommes et des femmes qui transgressaient les lois de leurs maîtres. Condamnés à ne plus jamais voir la lumière ou à respirer l’air libre, ils vivaient leur vie dans la peur et l’obscurité aveugle. Il n’y avait pas de loi dans ces terres sans lumière, et la survie n’existait que par le tranchant d’une lame. Seuls les plus forts et les plus impitoyables survivaient dans les guerres souterraines, et ceux qui le faisaient devenaient de plus en plus cruels et rusés. Nourris par un afflux constant venant des Ruches, les puits de prison étaient une porte toujours affamée vers la folie et le meurtre. Mais parmi les millions de personnes qui ont vécu et sont mortes dans les oubliettes, toutes n’ont pas été bannies du monde d’en haut. Parmi les effusions de sang et la peur, des enfants y sont nés. Bercés dans l’obscurité et élevés parmi la mort, ceux qui ont vécu plus de dix ans étaient des créatures pâles et silencieuses qui se déplaçaient sans bruit. Les prisonniers les appelaient les "enfants de la nuit", et même le plus sauvage des tueurs ne cherchaient pas à les provoquer.
Sang et Illumination : La Pax Imperialis[2]

La Grande Croisade a apporté la paix à l’Humanité, mettant fin aux guerres entre les peuples et les nations, et les liant dans l’unité. Elle a brisé les chaînes de la superstition et libéré des milliards de personnes des caprices des tyrans. Là où auparavant il y avait eu des conflits et le nuage de l’ignorance, maintenant il y aurait une paix et une vérité. Il s’agissait en effet d’idéaux élevés, mais des idéaux qui avaient un prix. L’Humanité a dû être entraînée vers l’illumination, et beaucoup ont essayé de la ramener dans l’ombre, dans les anciennes voies de l’ignorance et de la discorde. L’Empereur a unifié Terra non seulement par des mots et des alliances, mais aussi par la force des armes. L’illumination et la paix devaient être gagnées par le sang. C’était la vérité fondamentale de la Pax Imperialis, et lorsque la Grande Croisade a pris le chemin des étoiles, cette vérité est allée de pair avec elle.

Mais ce n’est pas seulement dans une guerre ouverte qu’il fallait payer le prix du sang pour la paix. Les ennemis de l’Imperium étaient nombreux, et avant même qu’Horus ne se détournent de l’Empereur, il y avait ceux qui nourrissaient la trahison dans leur cœur, qui prononçaient des paroles de loyauté tout en semant la discorde. Alors que les idéaux de la Grande Croisade voyaient les guerriers marcher en guerre ouverte, la vérité était qu’il y avait d’autres méthodes et d’autres batailles moins nobles menées pour maintenir la paix. Les Temples des Assassins, les réseaux d’informateurs et les Agents Silencieux du Sigillite, les Protocoles d’Annihilation, et les armes anciennes et presque interdites que détenaient quelques élus dans les Légions, tous ces éléments étaient les outils et les guerriers grâce auxquels l’Imperium a fait respecter ses idéaux et, pour un temps, a apporté la paix dans la galaxie.

C’est à partir de ces enfants pâles que l’Empereur façonnera les premiers guerriers de la VIIIe Légion. Durs, à la peau si pâle qu’elle ressemblait à de la cendre ou à de la poudre d’os, ils étaient très différents de leurs frères Légionnaires par leurs manières et leur apparence. Le gène de la VIIIe Légion avait été bien apparié au stock humain de ses premières recrues, si bien qu’il semblait que l’un avait été fait en pensant à l’autre. En plus d’accentuer la pâleur de leur peau, le gène a donné aux fils du monde souterrain la capacité de voir à travers l’obscurité à un degré bien supérieur à celui des autres Légions. Mais ce don était aussi une malédiction, les obligeant à voir la lumière des soleils et des étoiles à travers des filtres et des protections ; même s’ils marchaient maintenant dans la lumière du monde d’en haut, les guerriers de la VIIIe avançaient toujours dans la nuit.

La première utilisation que l’Empereur a faite de Sa VIIIe Légion a été de mettre au pas ceux qui croyaient que les péchés du passé pouvaient continuer à vivre dans l’Imperium. Plusieurs de ceux qui avaient plié le genou devant l’Empereur l’avaient fait parce qu’ils croyaient que c’était le seul choix possible. D’autres, ayant vu les empires des seigneurs de guerre s’élever et s’effondrer, croyaient qu’ils faisaient simplement partie d’un arrangement temporaire. Les crimes contre le nouvel ordre prirent plusieurs visages : de l’enclave de Saragorn dont les atrocités génétiques se poursuivirent en secret, à la reproduction psychique de la Cour d’Antius, en passant par la Marche des Dix Millions, tous montrèrent que même face à toute la puissance de l’Empereur, certains retomberaient dans les voies de la Vieille Nuit. Lorsque de tels crimes nécessitaient non seulement l’écrasement mais aussi le châtiment, l’Empereur envoyait la VIIIe Légion.

De telles actions semblaient bien adaptées à la VIIIe Légion. Que ce soit en raison de leur héritage génétique ou de la combinaison de leurs origines et de l’endoctrinement, les guerriers de la VIIIe Légion semblaient avoir tendu vers l’absolutisme moral et la volonté d’exercer des représailles. Il n’y avait pas de nuances dans l’univers moral de la VIIIe Légion, l’innocence, la vérité et le mensonge étaient comme le jour est à la nuit, indivisibles et non qualifiés. L’obscurité était le royaume de la culpabilité, des mensonges et des monstres, et ceux qui habitaient dans l’obscurité ne connaissaient que le langage du sang, le message d’un châtiment rapide et impitoyable pour leurs actions. La justice apportait la lumière aux ténèbres, et la justice n’était ni chaleureuse ni attentionnée, mais aussi indifférente et froide que le fil d’un couteau. Les guerriers de la VIIIe Légion étaient des créatures faites pour vivre dans l’obscurité et pour mener une guerre pour un avenir de lumière. Au fond d’eux-mêmes, ils étaient des guerriers pour un avenir sans créatures de leur espèce. C’est du moins ce que disent aujourd’hui ceux qui ont connu la VIIIe Légion. Peut-être la mémoire était-elle trop aimable, peut-être souhaitons-nous croire qu’il y avait une noblesse dans ces monstres, où en fait il n’y avait que de l’horreur. Peut-être souhaitons-nous qu’il y ait un but derrière l’atrocité, sinon comment de telles créatures pourraient-elles souffrir pour vivre ?[3]

Le Night Haunter[modifier]

Visions d’un Sinistre Avenir : la Malédiction du Seigneur des Night Lords sur le Futur[4]

Konrad Curze connaissait la malédiction de connaître l’avenir. Dans les rêves, les visions et les augures, il pouvait voir comment les autres allaient mourir, comment l’avenir allait brûler et comment tout ce qui avait été allait s’effondrer. Il ne s’agissait pas de la lecture subtile des causes et des conséquences, mais de la touche malveillante de la prophétie. Il entrevoyait l’avenir, s’y plongeant dans des rêves sanglants et des visions éveillées. Toujours le chemin entre le présent et le futur lui était dissimulé, une île lointaine d’honneur aperçue à l’horizon du temps. Car c’était toujours la mort et la ruine qui troublaient sa vue : la mort d’amis, de frères, de fils, tous consumés dans la flamme et le sang. Il a vu sa propre mort et a su qu’elle serait causée par son père. Curze a caché une grande partie de cette malédiction, et ce qui est connu n’est qu’entrevu à travers les récits des autres, y compris Fulgrim à qui Curze s’est confié, et il faut se demander si, par-dessus tout, l’absence d’espoir ne l’a pas conduit sur le chemin qu’il a emprunté. Alors que les visions le hantaient, il a cherché à comprendre. L’art de la cartomancie nostramienne l’occupait particulièrement, et dans le maniement de mains sans fin, il cherchait sans cesse le chemin entre le présent et les futurs qu’il voyait.

Konrad Curze était un homme seul. Lorsque sa capsule descendit du ciel de Nostramo, c’était comme une comète qui écrasa une ville courbée, mais de sa cargaison, Nostramo resta ignorant. Jeune garçon solitaire, sauvage et méfiant, il frissonna dans l’ombre des bâtiments détruits et sur les toits, vivant comme un charognard et tuant tous ceux qui cherchaient à s’en prendre à lui, car dès son enfance, il était doté d’une force effrayante et d’une volonté infatigable mariées à une intelligence surhumaine et vigilante. Les cris des gens qui suppliaient sous le couteau du tortionnaire étaient ses berceuses, et quand il dormait, il rêvait de guerres qui l’attendaient dans les étoiles, de morts entassés sur des mondes qu’il n’avait jamais vus, et il se réveillait avec les cris des mourants dans les oreilles et découvrait qu’ils étaient réels. Toujours dans l’obscurité, isolé et silencieux, il était plus un cauchemar qu’un demi-dieu. Il a tué pour survivre et a découvert qu’il n’était pas comme ceux qu’il a tués. Ils étaient faibles et lents en comparaison, et tombaient facilement entre ses mains, ses poings et ses dents. Il mangeait la chair des vermines pour survivre et quand cela ne suffisait pas, il mangeait les morts.

Dans ce chaudron du péché, il a appris, son esprit prenant les chuchotements des pensées de la chair qu’il a mangée, la parole sanglante et les arts du meurtre de ceux qu’il a regardés. Il a absorbé tout ce que les ténèbres pouvaient lui apprendre, l’assimilant comme seul l’esprit d’un Primarque pouvait le faire. Mais le produit de cette tutelle sauvage n’était pas un simple meurtrier ou une bête. Peut-être qu’un des plus grands desseins de l’Empereur fut murmuré à Curze. Il aurait pu devenir, comme le reste de Nostramo, un tueur et un criminel. Vu sa nature, on aurait pu s’attendre qu’il se soit élevé au rang de roi corrompu à partir de tout ce qu’il a étudié, mais il ne l’a pas fait. Au lieu de cela, le garçon qui avait grandi parmi la vermine et sur la chair des morts a choisi de changer son monde en lui rendant justice.

Konrad Curze, le Night Haunter, Primarque des Night Lords.
Il a commencé par tuer ceux qui croisaient son chemin. Le péché l’entourait depuis son premier souffle - il n’y avait pas besoin de le chercher. Les assassins et les voyous ont commencé à disparaître, puis des gangs entiers. Des corps sont apparus, mutilés et crucifiés sur les murs des immeubles. Des monceaux de peau écorchée étaient suspendues aux loges et des têtes coupées souriaient sur les grilles. Un nom commença à apparaître suite à ses actes, un nom qu’il entendit murmurer par les individus de son monde, moitié dans la peur, moitié dans l’espoir. "Le Night Haunter" était le nom effrayant qu’ils lui donnaient - un esprit vengeur, un ange de justice aveugle - un meurtrier que d’autres meurtriers craignaient. Ils se mirent à le pourchasser : les gangs, les hommes de main des nobles et les cartels criminels, et cela lui convenait, car cela lui apportait sa proie, si ce n’est rien. Il tua la plupart de ceux qui le suivirent et en laissa quelques-uns en vie pour transmettre son message aux infâmes tribunaux et princes de Nostramo. Sans yeux, sans mains, mais en laissant leur langue, les messagers mutilés pleuraient un simple message : "Je viens pour vous", disaient-ils.

Le Night Haunter a suivi les chuchotements, les rumeurs et les vérités sorties de la bouche des Gangers écorchés. Il a tué et mutilé jusqu’à ce que les rues se taisent et que son nom ne soit plus une prière pour la justice, mais un appel à la peur et que tout un monde soit intimidé par la terreur. Lorsque les villes dormaient en silence et que le bruit des coups de feu était un rare murmure, il se présenta devant l’aristocratie du péché et lui donna le choix : s’agenouiller et suivre sa loi ou être détruit. Certains ne quittèrent jamais ce premier conseil, les autres s’agenouillèrent devant leur maître. Nostramo appartenait au Night Haunter.[5]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : Konrad Curze

La Spirale de la Folie et de l'Horreur[modifier]

Près d’un siècle après le début de la Grande Croisade, l’Empereur est venu sur Nostramo. Son arrivée apporta pour la première fois la lumière du soleil dans ce monde nocturne.

Ceux qui ont assisté aux retrouvailles du Primarque et de son créateur, disent que Curze s’est soumis à la volonté de l’Empereur comme s’il l’avait déjà vue, comme s’il jouait un rôle dont il craignait depuis longtemps qu’il ne lui revienne. À partir de ce moment, le sort de la VIIIe Légion suivie le chemin du néant.

Les Légions ont souvent changé après la découverte de leur Primarque et de leur monde de substitution. Dans le cas de la VIIIe Légion, Nostramo et Curze les ont condamnés, mais au début, ils semblaient les moins changés de toutes les Légions au retour de leur géniteur. Il y a eu des changements bien sûr, mais beaucoup d’entre eux étaient relativement mineurs. Le Nostramien devint la langue de la VIIIe Légion, ses runes d’écriture et ses mots sifflants se répandant à mesure que les recrues de Nostramo commençaient à être plus nombreuses que les vieux Terrans. Le caractère de la VIIIe Légion commença lui aussi à inclure un humour sombre et cruel, et un fatalisme sournois. De nouvelles traditions, des reflets corrompus des rites et coutumes des gangs de Nostramo ont été adoptés au sein de la Légion, comme le marquage des gantelets des Légionnaires condamnés au rouge pour montrer qu’une peine de mort pèse sur eux. Les titres honorifiques portés par de nombreux officiers de la Légion ont commencé à prendre la forme de ceux des tribunaux de Nostramo.

Ces changements, bien que perceptibles, n’ont pas touché le cœur de la nature de la VIIIe Légion, si tant est que le retour de Curze ait vu s’intensifier la juste volonté de punir. Leurs méthodes de guerre ne changèrent pas du tout, et l’intégration des guerriers terrans et nostramiens fut l’une des plus rapides de toutes les Légions. L’ancienne et la nouvelle Légion s’assemblèrent comme les deux faces d’une pièce de monnaie : toutes deux surgirent des ténèbres pour apporter l’ordre dans les conflits, toutes deux faites de chair née dans des endroits évités et sans lumière.

La vérité, cependant, est que l’union du Primarque et de la Légion a été le début d’une spirale qui a vu les Night Lords s’enfoncer encore plus dans l’horreur et le nihilisme. Après le départ de Curze, Nostramo a rompu avec sa paix forcée et est retourné dans l’anarchie. À partir de ce moment, Nostramo a nourri la VIIIe non pas avec les meilleurs éléments de sa jeunesse, mais avec des ordures trempés dans le sang et la cruauté. Certains prétendent que cela commença à empoisonner la Légion, déformant son objectif et faisant de nombreux Night Lords de simples meurtriers dotés de la force des demi-dieux. Cette thèse, cependant, ignore volontairement un certain nombre de facteurs, dont le moindre est la façon dont Curze dirigea sa Légion. Il est probable qu’il en soit venu à mépriser ses propres fils, mais il était tout de même leur seigneur. Loin de freiner la Légion, il l’a poussée à agir, apportant la paix par l’atrocité, planète après planète. Parfois, il semble qu’il y ait eu une raison justifiant ces méthodes, mais souvent, la seule explication à la décimation des populations, aux fosses de dépeçage et aux villes crucifiées, semble être que les Night Lords y ont pris plaisir. Ils étaient devenus non pas des monstres nécessaires, mais simplement des monstres.

Il est clair que l’Empereur était préoccupé par les actions de la VIIIe et par l’instabilité apparente de leur Primarque, mais ce qui n’est pas clair, c’est ce qui a été fait pour retenir Curze ou ses fils. Il y a eu des mots, des demandes, peut-être même des menaces, mais aucune action, aucun jugement pour étouffer les crimes des Night Lords. La raison de cet état de fait est une question à laquelle on ne pourra jamais répondre, et il ne nous reste que les conséquences. La chaîne d’atrocités s’est allongée au cours des décennies qui ont précédé le retournement de Curze contre l’Empereur, comme un chemin qui descend en spirale vers les ténèbres inévitables. En effet, de toutes les Légions et de leurs Primarques, les Night Lords étaient les plus sinistres et les plus suspects, ayant été censurés pour les énormités et les massacres perpétrés au service de l’Empereur. C’étaient des créatures de l’obscurité, attelées à la volonté d’un père rongé par la justice et le pressentiment ; quel autre destin aurait pu leur être réservé que celui de retomber dans la nuit d’où ils venaient ?

Lorsque les forces furent rassemblées pour frapper Horus et les quatre Légions Renégates, beaucoup furent surpris d’apprendre que les Night Lords avaient répondu à l’appel. Pendant des années, la VIIIe s’était retrouvée entre la sanction et la censure, menant ses propres guerres de terreur comme des ombres au sein des forces de la Grande Croisade. L’esprit désespéré de cette époque était tel que peu de gens ont remis en question l’aide de Curze, et ceux qui l’ont fait se sont peut-être souvenus de la nécessité pour les Night Lords de punir ceux qui s’étaient éloignés de la lumière. Cependant, comme l’a montré la trahison du Massacre du Site d'Atterrissage, la VIIIe n’avaient pas abandonné le contact avec tous les éléments de la Grande Croisade, et leur besoin de vengeance les avait conduits à devenir les Traîtres et les criminels qu'ils avaient autrefois tant détestés.[6]

La Chute de Nostramo[modifier]

Le Roi Sombre[7]

Bien que l’on ait beaucoup parlé dans les pages de l’histoire des batailles sur Isstvan V comme étant le premier conflit entre les Primarques de l’Empereur, ce n’est pas strictement vrai. Il existe un seul cas où un Primarque s’est retourné contre l’un de ses frères et l’a gravement blessé, et ce avant le conflit de Isstvan et celui de Prospero. Le fait que Konrad Curze soit au cœur de cet incident, longtemps dissimulé aux historiens dans les archives du Palais Impérial, ne devrait guère surprendre ceux qui connaissaient ce fils troublant de l’Empereur.

Cela s’est produit au lendemain de la longue et sanglante Conformité de Cheraut, un conflit qui a vu des éléments des Emperor's Children, des Imperial Fists et des Night Lords déployés pour amener une planète perdue de l’Humanité particulièrement têtue sous la domination de l’Imperium. Les trois Primarques de la Légion étaient présents, ce qui était rare en ces jours mouvementés de conquête et d’expansion, et il y avait peu de points communs entre Dorn et Curze dans la poursuite de la guerre. À la fin des combats, les méthodes brutales de Curze et les massacres aveugles qu’il a commis pour pacifier le peuple vaincu de Cheraut avaient amené la relation entre ces deux frères disparates sur le fil du rasoir de l’amertume. Une confrontation entre les deux Primarques a rapidement dégénéré en une véritable bataille entre Primarques, au cours de laquelle Dorn a été gravement blessé.

Les guerriers qui ont été témoins de l’événement ont juré de garder le silence, et le Night Haunter a été placé sous surveillance en attendant la sentence de ses frères. Pourtant, il n’y aura pas de procès secret ni de croisade pénitente pour le Night Haunter. Au lieu de cela, le Primarque des Night Lords s’est échappé de sa prison et n’a laissé que des cadavres ensanglantés dans son sillage. Le sang a coulé entre les Légions, une fissure s’est ouverte dans ce que beaucoup avaient vu comme une fraternité à l’épreuve du temps. Curze se hâta vers Nostramo, où il immola son monde d’adoption, autant un symbole de son défi à ses frères qu’un acte destiné à ramener son domaine à un semblant d’ordre, puis il disparut dans l’arrière-pays de la Grande Croisade.

Aucune nouvelle de cette rébellion tranquille n’atteindrait jamais le reste de l’Imperium, aucune ordonnance de condamnation ou de dénonciation ne serait émise par les tribunaux de Terra ou les flottes punitives envoyées à la recherche du Primarque errant. Les éléments des Night Lords présents dans les autres Flottes Expéditionnaires n’encouraient aucune censure et le Night Haunter lui-même se cantonnait dans les lieux sombres au-delà des frontières de la carte, tuant et conquérant comme il l’avait toujours fait. Les grands et les sages accordaient plus de valeur à l’unité de la croisade de l’Empereur à travers les étoiles qu’à la punition ouverte d’un seigneur de guerre qui avait commis une erreur, peut-être même craignaient-ils ce qu’ils pourraient déclencher s’ils forçaient la main de Konrad Curze. Au lieu de cela, ils ont eu recours à des punitions plus subtiles, mettant fin aux expéditions de fournitures vers les secteurs tenus par les Night Lords et le bannissant effectivement des rangs de l’avant-garde de la Grande Croisade. Au début du nouveau millénaire, la Cour de Terra jugea que cette punition était complète et donna l’ordre de rappeler le Night Haunter, lui accordant une place d’honneur dans la flotte qui se rassemblait pour répondre à la trahison soudaine d’Horus Lupercal.

Lorsque le Night Haunter quitta Nostramo, la planète retomba bien vite dans la corruption et le meurtre. Dans les faits, les rapports du Régent-Administrateur Balthius, laissé sur Nostramo après le départ de l’Empereur pour Terra, devinrent de moins en moins fréquents et finirent par tomber dans la dernière irrévérence. On chuchote parmi les historiens spécialisés qu’il mit peu après fin à ses jours. Mais pour la population de la planète, le pire était de savoir que la civilisation florissait en dehors du système de Nostramo, et qu’il existait de meilleurs endroits dans la galaxie où rayonnaient en permanence la lumière et la splendeur de l’Empereur. Cet espoir futile n’amena que le malheur à ces hommes qui savaient que ces lieux idylliques restaient hors de leur atteinte. En réalité, la lumière de l’Empereur avait privé Nostramo de son ultime défense contre les ténèbres : l’ignorance. Après la mort d’une partie de ses Space Marines tombés durant la Grande Croisade, Curze fit venir de nouvelles recrues de Nostramo mais il ignorait cependant que sa planète était déjà retombée sous le joug de la corruption et de la décadence qui avaient précédé son arrivée. Seuls les criminels les plus enhardis avaient de l’influence sur cette planète devenue un véritable trou à rats et ce furent ces hommes, forts et aux nerfs d’acier mais absolument dénués de scrupules, qui rejoignirent les rangs des Night Lords. Des cultes guerriers émergèrent à l’arrivée de ces recrues pâles aux yeux sombres et les épisodes de massacres de populations sans défenses perpétrés par les Night Lords connurent un accroissement constant. Les Primarques s’étaient mis à considérer comme suspect le comportement du Night Haunter qui était hanté par des visions de sa propre mort et de ses Night Lords affrontant les autres Légions, bien qu’il refusa d’en parler à ses frères Primarques et lui. Il parvint à établir une certaine forme de confiance avec le Primarque Fulgrim à qui il exprima ses angoisses. Mais le Phénicien confia à son tour les paroles du Night Haunter à Rogal Dorn, qui s’en indigna. Une confrontation eut lieu entre Rogal Dorn et Curze, et le Prétorien fut grièvement blessé, jetant le discrédit sur le Night Haunter qui prit la fuite avec sa Légion.

Les vaisseaux des Night Lords mirent le cap sur Nostramo, et tandis qu’ils se mettaient en orbite autour de la planète enveloppée de brumes, ils pointèrent dans sa direction leurs centaines d’armes, éclairées par les rayons d’un soleil mourant. Lorsque les quelques vaisseaux qui ne s’étaient pas fait distancer émergèrent du Warp, les canons du vaisseau amiral du Night Haunter ouvrirent le feu sur la planète. Une myriade de rayons incandescents se concentra sur le point faible de Nostramo : le sillon creusé dans l’écorce lors de l’arrivée du Primarque. L’intensité des tirs des Night Lords se mua en un trait d’énergie aveuglante, transperçant tel la pointe d’une lance le noyau de ce monde qui fut éparpillé dans une explosion cataclysmique.[8]

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Konrad Curze fut prompt à proclamer son allégeance à Horus suite à la Bataille de Isstvan V et il devint clair que les accusations qui accablaient les Night Lords étaient fondées. À partir du monde de Tsagualsa, dans l’espace appelée Bordures Orientales, les Night Lords lancèrent une campagne de génocides en comparaison desquels leurs atrocités précédentes semblèrent insignifiantes. Ils n’étaient affiliés à aucune puissance du Chaos en particulier et considéraient une telle dévotion avec mépris. Leur Primarque ne voulait que répandre la terreur et avait fini par devenir ce qu’il détestait auparavant le plus au monde. Rapidement, les rangs autrefois fiers de cette Légion ne furent plus composés que de meurtriers et de criminels à qui les puissants gènes de leur Primarque conféraient le pouvoir d’oppresser ceux qu’ils choisissaient pour victimes. Plutôt que de servir le Chaos, les Night Lords en firent l’outil de leurs indicibles exactions.[9]

Une Légion Maudite[modifier]

Les Night Lords étaient une Légion engagée dans une voie qui les conduirait inévitablement à leur destruction, une voie dont l’origine se trouvait sur la lointaine Terra et dans les plans impénétrables de l’Empereur, mais qui connaîtrait une fin amère parmi les étoiles sombres de la Frange Orientale. Comme il se doit pour une Légion de si mauvaise réputation et pleine de rancœur, elle ne se laissa pas faire et n’accepta pas sans effusion de sang la fin du chemin qu’elle avait choisi de suivre. Au milieu de l’agitation et de la destruction de l’Hérésie d’Horus, les premiers signes de ce qui les attendait apparurent, annoncés par le Night Haunter lui-même, et la Légion se retourna contre elle-même dans une orgie de violence afin de se libérer de la malédiction de son Primarque. Ce n’était pas la fin dont ils se rapprochaient toujours plus, que le Night Haunter avait vu dans un millier de rêves maudits, mais simplement un avant-goût de l’horreur à venir. En effet, malgré la ferveur sinistre avec laquelle ils se battaient, les Night Lords se trompaient d’ennemis pour exprimer leur rage, choisissant de blâmer une corruption qu’ils voyaient dans leurs propres rangs comme si elle leur avait été apportée de l’extérieur. Au lieu de cela, la malédiction qu’ils cherchaient à mettre fin avait toujours vécu au cœur de la Légion, un fléau qui s’était envenimé là où il avait été créé par la propre main de l’Empereur, à l’aide de plans incompréhensibles pour l’esprit des simples mortels - le Night Haunter lui-même.

Affligé par la malédiction de ne voir qu’un fragment de la vision qui guidait son père génétique, Konrad Curze avait vu la sombre possibilité qui les attendait, lui et ses fils, après l’Hérésie d’Horus. Il avait autrefois cherché à combattre cette possibilité, à lutter contre l’avenir en espérant que ses sombres rêves s’effaceraient, que le sang qu’il avait versé et les vies qu’il avait prises suffiraient à modifier un tant soit peu la trajectoire de l’avenir. Que les rêves qui avaient hanté son esprit, les visions d’un avenir sombre et terrible, s’effaceraient et seraient remplacés, qu’il pourrait trouver une place dans l’empire que son père cherchait à construire parmi les étoiles. Pourtant, même après qu’Horus ait brisé le cours des plans de l’Empereur et remodelé l’avenir de l’Imperium lui-même, sa vision est restée constante et immuable, une malédiction qu’il a fini par croire inévitable et inamovible. L’idée que toutes les luttes et les morts avaient été vaines, que tout cela n’avait servi à rien, travaillait sur l’esprit du Primarque d’une manière plus catastrophique que n’importe quel coup de lame, une blessure qu’aucun chirurgien ne pouvait réparer. Ainsi, à l’époque de la Croisade de Thramas, il en était venu à accepter son destin, à se délecter de la futilité de son existence et de la sombre vérité qu’il pensait avoir découverte.[10]

Les Marginaux de la Rébellion[modifier]

Durant l’Hérésie d’Horus, les monstres sadiques qu’étaient les Night Lords laissèrent libre cour à leur folie.
D’un point de vue extérieur, les Night Lords ont commencé l’Hérésie d’Horus comme une force puissante dans l’ost du Maître de Guerre, une Légion tempérée par la guerre et fixée dans sa propre rancune contre la cause loyaliste. L’emprisonnement de Curze avant la destruction de Nostramo et l’incident qui s’ensuivit avec Rogal Dorn furent considérés par beaucoup parmi les Traîtres comme un gage de confiance envers le Night Haunter. Sachant cela, Horus a cherché à mettre les Night Lords à l’avant-garde de ses plans et, à la suite au Massacre du Site d’Atterrissage, Horus les a chargés des tâches qu’il avait tissées pour la disparition de l’Empereur. Pour les Night Lords, le Maître de Guerre a fixé la tâche de courir à l’avant de son ost, incitant la peur et l’agitation parmi les mondes encore indécis dans leur loyauté. Lorsque les couteaux des Night Lords arrivaient, Horus montrait à ces mondes le prix de son animosité, et à ceux qui choisissaient de plier le genou devant lui, il accordait sa protection et un répit contre les prédations de ses serviteurs.

En tant qu’annonciateurs des Traîtres et émissaires de la Conformité Noire d’Horus, les Night Lords ont fait entrer des dizaines de systèmes dans l’empire grandissant d’Horus, chacun étant intimidé par la connaissance des horreurs qui avaient frappé ceux qui avaient refusé de se rendre. En l’espace de quelques mois, la plupart des régions du nord étaient sous le contrôle des Traîtres, une base stable à partir de laquelle Horus pouvait préparer son assaut sur le cœur de l’Imperium mais qui ne pouvait pas fonctionner avec un fléau comme les Night Lords qui sévissait à l’intérieur de ses frontières. En effet, dans chaque baisse mineure de production et chaque malheur qui frappait les mondes nouvellement conquis, le Night Haunter voyait la plus terrible des trahisons et infligeait la seule punition qu’il connaissait : la mort sous sa forme la plus terrible. Un tel fléau s’avéra rapidement plus préjudiciable à l’accumulation de munitions et d’armes qu’il ne fut bénéfique à la loyauté forcée des conquis.

Ce qui avait commencé sur Terra comme une force qui faisait de la cruauté un outil, était devenu dans certains cas un peu plus qu’une foule indisciplinée qui considérait la cruauté comme un but et non comme un moyen. Ce n’était plus l’arme précise qui définissait les Légions lorsqu’elles été conçues, mais plutôt un fléau aveugle qui cherchait à assouvir sa soif de sang sur tous ceux qui croisaient son chemin. Laissés à eux-mêmes et aux désirs de plus en plus sombres de leur maître, les Night Lords auraient sûrement été une épine dans les préparatifs minutieux d’Horus, et le Maître de Guerre leur a donc confié une nouvelle tâche, qui leur permettrait de mettre à profit leurs talents uniques. Comme ils l’avaient fait au nord, ils allaient servir à l’est, en tant qu’annonciateurs de l’empire noir et de la volonté d’Horus. Ils amèneraient de nouveaux territoires et de nouvelles sources de pouvoir et de ressources dans le giron des Traîtres, renforçant l’armada croissante qu’Horus avait l’intention de lâcher sur Terra.[11]

Un Empire Construit sur la Peur[modifier]

Sur les sombres étoiles du secteur de Nostramo, Horus allait y déchaîner les Night Lords. Les mondes qui avaient autrefois plié le genou devant le Night Haunter, avant son départ soudain de l’espace de l’Imperium dans les années qui ont suivi Cheraut et la destruction de Nostramo, allaient à nouveau subir son jugement. Constitué de près d’une centaine de systèmes habités, dont de nombreux Mondes-Ruches établis de longue date et fortement peuplés, le secteur de Nostramo est resté un précieux centre de recrutement et de fabrication pour les forces renégates, même après la destruction de sa capitale. On y trouvait en abondance des âmes désespérées et amères prêtes à prendre les armes au nom du Maître de Guerre et à poursuivre ses guerres contre une Terra lointaine qui leur avait longtemps dicté leurs épreuves et leurs malheurs, et dont le travail pouvait être rapidement mis au service des osts d’Horus en pleine expansion. Dans sa forme, elle convenait parfaitement aux rebelles et était mûre pour être pris, ne devant que peu de fidélité ou d’allégeance à une faction loyaliste ou à un seigneur de guerre, le Night Haunter, vu de l’extérieur, étant l’outil parfait pour sa conquête. Ce serait une rare erreur de jugement de la part d’Horus, car le Night Haunter s'est avéré mal adapté à la tâche qui lui avait été assignée.

Les mondes qui entouraient Nostramo, aujourd’hui disparu, ont longtemps souffert sous le règne du Night Haunter. Son code de loi rigoureux et impitoyable avait imposé une vie morne de souffrance et de labeur à ceux qui le servaient, toute infraction, aussi insignifiante soit-elle, étant punie par la mutilation ou la mort. S’il avait maintenu une forme d’ordre brutal, il l’avait fait par le biais d’une peur si ancrée qu’elle avait commencé à ronger les âmes de ceux qui vivaient sous son fardeau, les péchés réprimés de son peuple étant une menace négligée par ses anciens maîtres. Avec l’absence du Night Haunter pendant les dernières années de la Grande Croisade, cette menace est apparue au grand jour, avec de nombreux mondes de ce secteur lointain qui ont renversé les régimes tyranniques imposés par les Night Lords et sont revenus aux méthodes anarchiques de leur passé. Des cartels corrompus et des gangs brutaux prirent le contrôle de villes et de mondes, ignorant tout ce que Konrad Curze avait interdit et apportant une terreur plus chaotique aux faibles qui habitaient ces mondes ignorants.

Les cartels qui se sont levés pour prendre le contrôle se sont avérés tout aussi capables de répondre aux besoins d’Horus que n’importe quel gouvernement plus légitime, mais pour le Night Haunter, ils étaient un affront à tout ce qu’il représentait, une tache sur le royaume pour lequel il avait tué tant de personnes. Là où d’autres dans les rangs des Traîtres auraient pu accepter l’allégeance des nouveaux maîtres du secteur, cooptant leur force pour servir le Maître de Guerre, le Night Haunter cherchait sa propre voie. Alors que la flotte principale des Night Lords arrivait dans le secteur, les Syndarques du cartel de la Lune de Sang se réunirent sur le monde isolé de Kehdure IV pour promettre leur loyauté à Konrad Curze, s’attendant seulement à céder une partie de leurs richesses à sa nouvelle rébellion, confiants qu’il ne souhaiterait pas voir leurs territoires plongés dans le chaos alors qu’ils pouvaient offrir une dîme en hommes et en munitions. Au lieu de cela, ils découvrirent que le Night Haunter s’abattit sur eux avec la seule intention de mettre fin à leurs vies, sans se soucier du tribut qu’il pourrait récolter en acceptant leur promesse, et laissant Kehdure IV brisé et ensanglanté, ses quelques habitants n’étant guère plus que des dommages collatéraux du massacre.

C’était la première étape du retour de Konrad Curze dans son foyer d’adoption, et même les mondes qui étaient restés fidèles à ses lois draconiennes subirent une série de châtiments horribles pour s’assurer de leur loyauté. Tandis que les autres Légions Renégates s’occupaient des assauts initiaux sur les canaux Warp menant à la lointaine Terra, et que Paramar et Karadoc étaient devenus de vastes champs de bataille pour les seigneurs de la guerre qui se disputaient le cadavre de l’Imperium, les Night Lords se sont lancés dans une guerre privée. Car le retour du Night Haunter était bien plus que la poursuite de la conquête du Maître de Guerre, mais aussi un élément d’une vision que le Night Haunter redoutait depuis longtemps, la prochaine étape d’un chemin qui avait commencé lorsque Horus avait levé sa bannière sur Isstvan. Dans la descente de Nostramo et de ses voisins dans la folie et la débauche, et dans l’affrontement entre frères, il a vu les prémices de sa propre fin et la damnation éternelle de sa Légion. C’était un destin contre lequel il luttait encore, même si ses méthodes étaient de plus en plus guidées par le désespoir avant la ruse. Il a lâché les guerriers de sa Légion pour éradiquer tout signe de cette possibilité, pour effacer la tache de la perfidie avec du sang et peut-être inverser le cours du destin lui-même.[12]

Le Prix de l'Infamie[modifier]

Si ses outils avaient été plus finement forgés, sa propre volonté plus aiguisée et moins fragile, ces mesures désespérées auraient pu réussir, mais les Night Lords n’étaient plus ce qu’ils avaient été. La décadence du secteur de Nostramo était bien plus profonde et bien plus longue que beaucoup ne l’avaient deviné, ses vrilles s’étendaient non seulement parmi les mondes qui s’étaient engagés au service des Night Lords, mais aussi au sein même de la Légion. Les Night Lords avaient longtemps eu pour habitude de ne recruter que dans un petit nombre de mondes, principalement ceux qui se trouvaient à proximité de Nostramo, et comme ces mondes étaient devenus pourris, les jeunes envoyés pour payer la dîme de la Légion l’étaient aussi. Bien qu’ils fussent d’excellents tueurs, ils n’avaient pas la discipline et l’engagement à la cause de la Grande Croisade qui avaient marqué les premières Légions, et de nombreuses compagnies étaient désormais entièrement composées de ces guerriers, souvent au grand dam des compagnies de vétérans d’origine terrane. Ce seront les outils que Konrad Curze utilisera pour tenter d’éliminer l’infection qui s’est emparée de son petit empire.

Ces nouveaux Night Lords avaient été forgés dans les régimes corrompus qui s’étaient emparés de Nostramo et de ses voisins, bien différents de la dureté de la vie qui avait façonné le Night Haunter et les gangs du Vieux Nostramo. Ces guerriers faisaient peu de cas des codes qui avaient guidé ces combattants brutaux, se consacrant plutôt à l’application gratuite de la violence sanglante - la suprématie du fort sur le faible en toutes choses. Alors qu’autrefois le Night Haunter avait enseigné à son peuple que toute action devait avoir des conséquences, que le sang devait être payé en sang, ce credo avait été corrompu pour que ceux qui avaient la force de prendre le pouvoir puissent agir à leur guise. C’était vrai pour les riches comme pour les pauvres, certains montrant leur force dans la richesse avec laquelle ils achetaient et vendaient ceux qui leur étaient inférieurs et d’autres par l’habileté avec laquelle ils maniaient leurs lames. Ce furent les rebuts de cette société qui allaient remplir les rangs des Night Lords, ceux pour qui la force et le pouvoir se mesuraient à la peur de ceux qui les entouraient.

Lâchés par leur maître, la nature des Night Lords fut clairement établie par leurs actions, car, autorisés par le Night Haunter à chasser à leur guise, ils se lancèrent dans les mondes du secteur de Nostramo non pas comme un ensemble discipliné, mais comme une foule de bandes de guerre et d’osts de pillards éparpillés. Ils ne ressemblaient guère aux rangs ordonnés de l’ancienne VIIIe Légion, ni même aux bandes sauvages mais concentrées de la Raven Guard ou des White Scars qui combattaient dans leur propre style, mais plutôt comme une foule joyeuse de tueurs. Ils ne manquaient pas d’habileté dans le maniement des armes, et lorsqu’ils rencontraient une résistance, celle-ci s’effondrait devant leurs prouesses à la lame et au fusil, mais ils manquaient cruellement de retenue. Peu de mondes échappaient au fléau de leurs penchants brutaux, la plupart d’entre eux étant plus préoccupés par le spectacle rouge de leurs raids que par l’ordre qu’ils étaient censés faire respecter. La peur était l’arme qui leur avait été enseigné par leur maître, et c’était une arme qu’ils maniaient sans retenue, une arme qu’ils utilisaient jusqu’à ce qu’elle recouvre les mondes autour du cadavre de Nostramo comme un linceul. Pourtant, la terreur qu’ils inspiraient était telle que si aucun de ceux qui sentaient leur fouet n’osait transgresser les lois de Curze, rares étaient ceux qui restaient capables de payer les nouvelles dîmes qu’Horus exigeait de lui.

Ceux des Night Lords qui se souvenaient des anciennes méthodes se sont battus avec l’habileté et le courage pragmatique qui leur avaient permis de traverser la Grande Croisade, mais leurs efforts pour rétablir le fief qu’ils avaient autrefois gouverné ont été contrecarrés par les recrues les plus zélées de la Légion. Tant ceux d’origine terrane que les recrues nostramaniennes les plus âgées se trouvaient de plus en plus éloignés des conseils du Night Haunter, dont les visions l’incitaient à de plus grands efforts de rétribution sanglante et donnaient aux plus vicieux de ses nouveaux fils une plus grande influence sur lui. Le fait que les efforts des vétérans, mesurés mais toujours sanglants, apportaient à la Légion plus de récompenses que les effusions de sang frénétiques de leurs cadets semblait sans importance pour le Primarque, dont les rêves s’assombrissaient à mesure que la rébellion d’Horus gagnait en puissance et que les mondes de l’Imperium plongeaient dans la guerre et les ténèbres. Il commença à écouter de moins en moins les vieux vétérans de la Grande Croisade, ces guerriers dont les efforts n’avaient jusqu’alors pas permis d’éviter le désastre qu’il prévoyait, et commença plutôt à tenir compte des conseils de ses officiers plus récents. Les deux groupes virent en l’autre une menace pour ce qui faisait la force de la Légion et, tandis que la flotte se rassemblait pour l’assaut du secteur de Thramas, ils établirent des plans pour une campagne différente.[13]

Une Croix d'Os, une Main de Sang[modifier]

Bien que l’histoire ait vu dans Thramas le champ de bataille qui allait opposer les Night Lords aux Dark Angels, c’est aussi sur ce champ de bataille qu’une autre bataille allait se dérouler, une bataille pour l’âme de Konrad Curze lui-même. Perdus parmi les grandes batailles et les terribles massacres qui formaient la toile de fond de l’assaut du secteur de Thramas, les Night Lords connaissaient leur propre rébellion interne. Les deux visages de la Légion se livraient une lutte fratricide pour le contrôle de leur Légion et de son Primarque. Il y avait ceux qui se languissaient des jours de gloire - quand les Night Lords faisaient partie des légendes de l’Imperium, une force militaire avec laquelle il fallait compter, et ceux qui ne cherchaient qu’un mandat sanglant pour piller et tuer dans les étoiles sauvages aux limites de l’espace de l’Imperium. Horus leur avait offert la liberté dans sa rébellion et c’est là que se trouvait le cœur de leur tragédie, car dans la liberté ils n’avaient trouvé que le désespoir, à la fois dans le déclin de leur Primarque et dans le déclin de leur Légion.

Ceux qui, parmi les Night Lords, cherchaient à saisir pleinement cette nouvelle liberté que leur offrait Horus étaient pour la plupart des recrues issues des mondes corrompus autour de Nostramo, bien qu’ils présentaient le front le moins unifié. Collection de seigneurs de guerre et de groupes disparates, ils étaient unis par le désir de tuer et de raser comme ils l’entendaient, sans égard pour la Grande Croisade ou les désirs de généraux éloignés. Ils cherchaient à revenir à leurs origines, à réimaginer la Légion sous la forme des anciens syndicats et gangs de rue de Nostramo, mais avec le pouvoir de contrôler des mondes au lieu de blocs de Ruches. Ils adoptèrent le symbole d’une croix d’os, dont la forme variait d’un groupe à l’autre, une marque dérivée des traditions des mondes de ce secteur sombre qui avaient longtemps représenté un conflit dont la fin ne pouvait être trouvée que dans la mort. C’était un signal à la fois de leur intention et de leur objectif, pour ceux qui s’opposaient à eux, il promettait une fin macabre et pour la Légion en général, il offrait une voie qui leur permettrait d’exploiter pleinement les dons qui leur avaient été donnés.

Ils cherchaient à se tailler un royaume bien à eux dans le nouveau domaine d’Horus, un royaume où ils pourraient régner comme il sied aux guerriers des Night Lords et en se souciant peu des objectifs souvent obscurs du Night Haunter. Nakrid Thole était un membre éminent de cette faction, recruté dans les Cités-Ruches de Nostramo au cours de ses dernières années et formé à la guerre par les luttes de gangs de sa jeunesse et les purges brutales des dernières campagnes de la Grande Croisade. Pour lui et pour ceux qui lui ressemblaient, Curze était un personnage distant, épris d’oracles étranges et de prémonitions qui les tenait en laisse. S’il était tenu à l’écart du champ de bataille, laissé à l’obsession de ses rêves et de ses regrets, les guerriers des Night Lords pourraient échapper à la laisse et se déchaîner dans les étoiles. Thole et ses alliés voyaient une galaxie mûre pour la cueillette, une galaxie où ceux qui rejoignaient la cause d’Horus pouvaient prendre ce qui leur avait été refusé lors de la Grande Croisade. Ce ne seraient plus les Ultramarines et les Imperial Fists, les favoris de l’Empereur, qui récolteraient les fruits de la longue guerre pour la galaxie, mais ceux qui avaient été contraints de se cacher dans l’ombre du grand projet de l’Empereur.

Ils s’opposaient aux vétérans de l’ancienne VIIIe Légion, terrans et nostramiens, ainsi qu’aux nouvelles recrues qui voyaient en leur Primarque autre chose qu’un devin et un fou. Ils étaient toujours dévoués à la rébellion qu’Horus avait déclenchée, déterminés à voir le renversement de l’Empereur, mais ils avaient conservé l’étincelle d’honneur qui avait été autrefois au cœur de la Légion et des anciens gangs de Nostramo. Un code dur et impitoyable guidait leurs actions, ils tuaient d’une manière que les autres Légions trouvaient brutale et répugnante, mais cela servait un but, ce n’était pas un massacre aléatoire mais un devoir nécessaire. Ces guerriers voyaient dans le Primarque l’apogée de cette tradition, un guerrier prêt à sacrifier l’apparence de l’honneur pour accomplir son devoir, celui qui avait gravé le code qu’ils suivaient dans l’âme même de ceux qui vivaient dans les mondes du secteur de Nostramo. Ils cherchaient à se tenir parmi les autres Légions avec fierté, n’étant plus les bouchers ou les couteaux cachés de l’Empereur, mais à l’avant-garde d’un nouveau régime aux yeux de tous. Ils avaient besoin d’un Primarque fort, capable de guider la Légion et de lui faire atteindre la position qui lui revenait dans le nouvel empire d’Horus.

Le plus important de ces vétérans était le guerrier Sevatar. Bien qu’il dédaignât lui-même ce genre de politique, il servait d’icône à ceux qui voulaient donner du pouvoir à leur Primarque. En l’honneur de sa dévotion à Curze, le symbole du gantelet rouge qu’il portait, une marque de mort dans l’ancien code de Nostramo, devint le symbole de ceux qui s’engageaient aux côtés du Primarque. C’était une ironie qui n’échappa pas aux guerriers nostramiens des deux factions, car c’était une marque de déshonneur qui représentait ce que certains pourraient interpréter comme la faction loyaliste au sein de la Légion. Sevatar lui-même travailla sans relâche tout au long des campagnes de Nostramo et de Thramas pour soutenir les objectifs de son Primarque dans la guerre et pour renforcer la détermination du Night Haunter lui-même. Il commit plus que sa part de massacres, mais chacun d’entre eux dans un but autre que sa propre soif de sang, chacun d’entre eux pour la gloire de sa Légion et les besoins de son Primarque. Pourtant, Sevatar ne se souciait pas des machinations des autres au sein de la Légion, et menait ses propres batailles sans se soucier de ceux qui seraient ses alliés. D’autres agissaient en tant que leaders de la faction. Anrek Barbatos de la garde du Primarque était l’un d’entre eux, car son dévouement au Night Haunter était légendaire au sein de la Légion, et d’autres aussi parmi les Capitaines et Préteurs, ces guerriers coordonneraient la guerre secrète menée entre les Night Lords.

Cette guerre secrète ne devait pas être menée directement. Il n’y aura pas de bataille ouverte entre les Night Lords, pas de grande confrontation qui réglerait le problème. Même s’ils se battaient pour contrôler les mondes de la Route de la Dîme aux abords du système de Thramas, ils se battaient entre eux, en proposant des commandants pour le droit de diriger des invasions ou bien en fustigeant l’autre pour ses échecs au combat et exilés du côté du Primarque. Au fur et à mesure qu’ils s’enfonçaient dans le secteur de Thramas, les batailles ne faisaient que s’intensifier, tant sur le champ de bataille qu’en dehors, chacun étant capable de tirer parti des pics de mort de ses subordonnés et des siens pour revendiquer toujours plus d’influence sur le Primarque. Les paroles effrontées et les triomphes sanglants ont permis à ceux qui ont combattu sous la Croix d’Os d’obtenir l’influence nécessaire pour noyer leurs adversaires, dont les champions ne pouvaient pas faire grand-chose pour endiguer la vague de ferveur qui s’était emparée des rangs des Night Lords. Il semblait que le peu qui restait de la VIIIe Légion qui avait quitté Terra près de deux siècles auparavant avait été presque entièrement supprimé.[14]

Un Déclin Prévu de Longue Date[modifier]

Alors même que sa Légion se battait pour attirer son attention, luttait pour le sauver ou le damner, Konrad Curze détournait son attention de ses fils et sombrait dans une fugue qui ne faisait qu’exacerber le conflit. Il avait longtemps lutté contre l’avenir funeste qu’il avait prévu avec ce fragment maudit du don de son père qui lui avait été transmis. Dans sa jeunesse, il avait imposé l’ordre avec le sang des êtres mauvais, sous la direction de l’Empereur et de ses frères. Il avait essayé de dompter son don et de voir au-delà des terreurs qu’il lui montrait, et en combattant pour Horus, il avait essayé de noyer les visions dans la mort. Aucune n’avait fonctionné, quelles que soient les méthodes employées par le Night Haunter, ses nuits restaient inchangées et inéluctables. Ses premiers signes s’étaient déjà manifestés : la corruption avait pris racine dans ses villes malgré tout le sang versé pour les enchaîner dans la peur, et comme il avait un jour essayé de prévenir ses frères, l’Imperium avait sombré dans la guerre civile. Pour l’étroit aperçu de l’avenir que le Night Haunter pouvait percevoir, ce qui allait suivre semblait inévitable, 10 000 ans de sang et de mort qui se poursuivraient bien après sa propre fin.

Après l’échec de ses tentatives à Nostramo et les premières étapes de la Campagne de Thramas pour contrer le sort qu’il prévoyait, Konrad Curze se retira des combats et se replia dans la forteresse à moitié achevée de Tsagualsa. Il y passera une grande partie de la guerre emprisonné dans la cage de son propre désespoir, donnant libre cours à sa frustration dans une série de manifestations de plus en plus dérangées et violentes, assez pour inquiéter les Night Lords. Le Primarque se vautra un temps dans le découragement, rageant de la futilité de son combat et gravant sa douleur sur les peaux des malheureux prisonniers traînés dans son repaire. En son absence, Thole et ses disciples lancèrent les Night Lords au combat dans tout le secteur, le nombre d’ennemis morts étant plus important que la valeur stratégique et leurs gains. Plus le Primarque s’éloignait de ses devoirs de Seigneur de la Nuit, plus il cédait de pouvoir à Nakrid Thole et à ses semblables. Sevatar et les autres membres du cercle restreint des Night Lords toujours à ses côtés, furent incapables de prendre l’avant-garde de la guerre tandis que le Primarque se morfondait dans sa fugue, attendant de nouveaux ordres et implorant le Night Haunter d’abandonner son marasme et de reprendre le combat.

Leurs efforts pour remuer le Primarque allaient porter des fruits amers, le poussant à l’action pour la brève confrontation avec le Lion sur Tsagualsa. Aucune créature vivante ne sait aujourd’hui ce que Curze espérait tirer de cette bataille, car en combat singulier, rares étaient les Primarques capables de se mesurer à Lion El'Jonson, lame contre lame. Peut-être espérait-il trouver des réponses en partageant ses visions, peut-être cherchait-il à prévenir son frère des horreurs à venir, peut-être même espérait-il que le Lion le tuerait, afin qu’il puisse échapper au destin qui le hantait de cette simple façon. Quelles que soient les intentions du Night Haunter, il quitta le champ de bataille ensanglanté et pas plus sain d’esprit que lorsqu’il était parti. Ce schéma se répéterait à Sheol, où une fois encore Konrad Curze se jetterait sur son frère et forcerait les plus loyaux de ses fils à se sacrifier pour que sa forme brisée mais encore vivante puisse être récupérée. Même s’il n’était plus qu’un fardeau comateux et insensible, le Primarque restait au centre de la lutte de sa Légion. Ceux qui avaient combattu pour libérer la Légion le rendaient responsable de leur situation désastreuse, tandis que ceux qui cherchaient à ramener la Légion et le Primarque à la gloire luttaient pour le préserver face à son échec.[15]

La Note du Boucher[modifier]

Malgré l’échec apparent des plans du Night Haunter, ce sont ses actions qui ont finalement fait pencher la balance du pouvoir au sein de la Légion en faveur de ses fils qui cherchaient à le libérer de ses visions. En donnant leur liberté aux éléments les plus têtus de sa Légion, il leur avait permis d’étendre leurs forces et de s’engager dans une série de batailles qu’ils n’étaient plus en mesure de terminer - ils étaient pris au piège de leur propre orgueil. Dans les derniers mois de la Campagne de Thramas, beaucoup de ceux qui portaient la Croix d’Os ont été abattus, Nakrid Thole tombant à Thramas, Vaeduc le Mutilé à Sheol et Malithos et Cel Herec entre les mains de Sevatar et de son Atramentar. Avec leurs morts, les fils les plus loyaux de Curze prirent finalement le contrôle de la Légion, Sevatar rassemblant un nouveau conseil interne, le Kyroptera des Night Lords, rempli de guerriers qu’il considérait comme loyaux à sa cause et à la survie de la Légion. Ce nouveau conseil allait diriger pendant que le Primarque se languissait aux portes de la mort, établissant un cap plus pragmatique que ceux qui avaient pris les rênes durant la majorité de la Campagne de Thramas.

Fidèle à son désir de redonner à la Légion sa gloire d’antan, le nouveau Kyroptera ordonna à ses guerriers d’emmener les restes de la Légion aux côtés d’Horus, afin qu’ils puissent se battre comme de vrais guerriers et cesser de se cacher dans l’ombre de la grande rébellion qui avait envahi l’Imperium. Thramas et l’étrange folie qu’il avait infligée au Primarque furent abandonnés, ses tentatives pour déjouer le destin furent mises de côté alors qu’il gisait blessé, et les restes en lambeaux de la flotte des Night Lords se rassemblèrent pour quitter la Frange Orientale et retourner au cœur de la guerre dans le Segmentum Solar. Les Night Lords seraient libérés du secteur de Nostramo, du fardeau de la culpabilité pour la destruction de leur monde natal et de l’application du régime raté du Night Haunter. Ils se battraient à nouveau comme une véritable Légion, des conquérants sauvages et non des gardiens ennuyés, et la fureur de la bataille ouverte les purifierait de la tare qui s’était emparée de la Légion. Tel était le plan final de Sevatar et la résolution de ceux qui s’étaient alliés à lui, de libérer la Légion et le Primarque de la lente dégénérescence qui les affectait.

Mais cela n’adviendra pas. Alors même que les vaisseaux survivants des Night Lords se rassemblaient, leurs commandants convaincus par la puissance des arguments de Sevatar ou par les lames de ses alliés de joindre leurs guerriers à ce nouveau plan, les deux ennemis qui les avaient tourmentés depuis leur arrivée à Thramas intervinrent une fois de plus. Les Dark Angels furent les premiers, une incarnation de la colère de l’Empereur à laquelle ils donnèrent une forme terrible et une puissance inégalable en combat ouvert. Les vaisseaux noirs de leur flotte se déversèrent du Warp, les tirs de leurs armes étant une pénitence pour l’orgueil des Night Lords et les péchés qu’ils avaient commis, se traçant un chemin à travers les restes de la flotte du Night Haunter. Le Lion et ses fils pouvaient les blesser, les blesser gravement, mais pas les tuer avant qu’ils ne puissent s’échapper et reprendre le chemin de la gloire. C’est la deuxième némésis, de loin la plus mortelle des deux, qui scellerait leur destin, une menace dont ils ne pourraient jamais vraiment se libérer. Alors que les vaisseaux de la flotte des Night Lords se rapprochaient du point de translation préétabli qui les mènerait aux côtés d’Horus, le Night Haunter sortit de sa torpeur.

Durant les dix millénaires qui ont suivis la fin de l’Hérésie, les Night Lords sont devenus des chasseurs meurtriers causant d’innombrables souffrances à l’Imperium.
Incapables d’ignorer les ordres de leur père génétique et peu désireux de l’abandonner à la merci des Loyalistes, de nombreux membres de la Légion se joignirent à un dernier assaut suicidaire dans la gueule des Dark Angels. Peut-être une dernière tentative du Night Haunter pour trouver la mort aux mains de son frère et éviter le sort funeste qu’il avait prévu, ou rien de plus qu’une dernière flèche malveillante lancée à ses ennemis, l’attaque n’ayant aucune chance d’arrêter ou de retarder les Dark Angels. Au contraire, elle a détruit le peu de Night Lords qui avaient survécu. Ceux qui parvinrent à échapper à la bataille disparurent dans le Warp presque au hasard, éparpillés dans la galaxie et incapables de reformer la Légion telle qu’elle était auparavant, tandis que ceux qui revinrent se battre aux ordres de leur maître maudit furent pratiquement anéantis.

Toutes les morts qui avaient été infligées pour restaurer les Night Lords, toutes les épreuves qui avaient été endurées par ses guerriers, avaient été vaines, contrecarrées par les actions du Night Haunter. Ils étaient devenus un poison répandu à travers l’Imperium, semant le chaos et la mort partout où les escadrons dispersés avaient été déposés. C’était la prochaine étape des cauchemars de Konrad Curze qui prenait enfin forme, à un pas de l’oubli de la damnation éternelle qui les attendait, et à un pas de la mort du Night Haunter sur ordre de son père dans un futur qu’il avait espéré ne jamais voir. Le dernier coup de fouet amer, le dernier hurlement de désespoir qui a hanté Konrad Curze alors qu’il s’exilait, piégé à bord du vaisseau amiral des Dark Angels, était la certitude que c’était lui-même qui avait mené la malédiction à son terme. C’était la fin de Konrad Curze, les derniers vestiges du fils troublé de l’Empereur ayant été engloutis par les ténèbres qui l'avaient contrôlé. Tout ce qui resterait serait le Night Haunter et la mort.[16]

Après l'Hérésie[modifier]

Après l’Hérésie d’Horus et la mort d’Horus, les Night Lords poursuivirent leurs raids dans tout l’Imperium, abandonnant ce qu’il leur restait de stratégie militaire et leur habitude des campagnes soigneusement planifiées au profit de la destruction et du meurtre à l’état brut.

La marque du Night Haunter transparaissait toujours dans les actions de sa Légion, mais il semblait évident que les ordres du Primarque avaient changé. Les Night Lords cédaient à leurs pulsions destructrices en lançant des attaques aux chances de succès pratiquement nulles alors que le Night Haunter, revenu auprès de ses fils peu après la fin de la guerre civile, avait sans doute fini par réaliser que l’Empereur avait ordonné que la vie lui soit ôtée par les Assassins du Temple Callidus, dont plus de la moitié des agents reçurent pour mission de localiser et détruire le Primarque dans l’espoir que sa mort désorganiserait à jamais la Légion des Night Lords.

Les dernières paroles du Night Haunter demeurent l’une des grandes énigmes de l’histoire impériale et on suppose qu’il laissa en toute conscience l’assassin M’Shen pénétrer dans son palais sur le monde de Tsagualsa, dont les murs étaient entièrement composés de corps encore vivants. S’attendant à devoir se charger de nombreux gardes loyaux, M’Shen fut surprise de trouver des salles remplies d’os et de chair mais entièrement désertes. Les capteurs vidéo incorporés dans ses brassards, depuis conservés dans un champ de stase au cœur du Temple Callidus, nous montrent la confrontation finale avec le Primarque déchu. Assis au milieu des ombres sur un trône fait des os fusionnés de ses victimes, un parterre de visages hurlants menant à ses pieds nus, le Night Haunter, irradiant d’une intense folie annonça à M’Shen :

« Ta présence ne me surprend pas, Assassin. Je savais que tu viendrais, au moment où ton vaisseau a pénétré dans la Bordure Orientale. Pourquoi n’ai-je pas ordonné ton exécution ? Parce que ta mission et l’acte que tu t’apprêtes à commettre prouvent la véracité du moindre de mes mots, du moindre de mes actes. Je me suis contenté de châtier ceux qui ont péché, tout comme ton faux Empereur cherche à me punir à présent. La mort n’est rien comparée à la légitimation. »

Puis l’image s’est brouillé alors une fraction de seconde tandis que M’Shen s’élança, et la dernière image fut celle du regard fixe de deux yeux sombres au-dessus d’un sourire débordant de folie avant que l’enregistrement ne cesse d’une façon aussi brusque qu’inexplicable.

Quand aux Night Lords, les survivants rejoignirent l’Œil de la Terreur, d’où ils continuent encore à participer à des raids sur l’Imperium. Tout semble indiquer qu’ils n'adorent aucun Dieu du Chaos, et qu’ils sont devenus plutôt des guerriers cyniques, endurcis et sans aucune pitié qui se battent pour le plaisir et les richesses matérielles. Certains rapports signalent leur attitude condescendante envers leurs frères plus dévoués, qu’il s’agisse de fanatiques Space Marines du Chaos tels que les Berzerks de Khorne, ou de loyaux Space Marines comme les Dark Angels ou les Ultramarines.

Depuis dix mille ans, les Night Lords prospèrent en semant la terreur et la confusion chez l’ennemi, massacrant la population de planètes à loisir, ne faisant pas de quartier, et ignorant totalement la pitié.[17]

Sources[modifier]

  • The Horus Heresy, Book Two - Massacre
  • The Horus Heresy, Book Nine - Crusade
  • Index Astartes du White Dwarf N°93 (Janvier 2002)
  • Codex Marines du Chaos, V3
  • Codex Marines du Chaos, V3 ; 2ème édition
  1. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Night Lords - Blood and Illumination : The Pax Imperialis (traduit de l’anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Night Lords - Nostramo : Real of Eternal Night (traduit de l’anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Night Lords - The Children of Misrule (traduit de l’anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Night Lords - Visions of a Dead Future : The Night Lord’s Curse of Forseight (traduit de l’anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Night Lords - Nostramo : Real of Eternal Night (traduit de l’anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Night Lords - The Spiral of Madness and Horror (traduit de l’anglais par Guilhem)
  7. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter A Legion Accursed : The Night Lords at Thramas - The Dark King (traduit de l’anglais par Guilhem)
  8. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°93 (Janvier 2002) et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°93 (Janvier 2002) et résumées par Guilhem.
  10. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter A Legion Accursed : The Night Lords at Thramas - A Legion Accursed (traduit de l’anglais par Guilhem)
  11. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter A Legion Accursed : The Night Lords at Thramas - The Outriders of Rebellion (traduit de l’anglais par Guilhem)
  12. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter A Legion Accursed : The Night Lords at Thramas - An Empire Built on Fear (traduit de l’anglais par Guilhem)
  13. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter A Legion Accursed : The Night Lords at Thramas - The Price of Infamy (traduit de l’anglais par Guilhem)
  14. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter A Legion Accursed : The Night Lords at Thramas - A Cross of Bone, A Hand of Blood (traduit de l’anglais par Guilhem)
  15. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter A Legion Accursed : The Night Lords at Thramas - A Decline Long Foreseen (traduit de l’anglais par Guilhem)
  16. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter A Legion Accursed : The Night Lords at Thramas - The Butcher's Bill (traduit de l’anglais par Guilhem)
  17. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°93 (Janvier 2002)
    Informations issues du Codex Marines du Chaos, V3
    Informations issues du Codex Marines du Chaos, V3 ; 2ème édition et résumées par Guilhem.