Histoire de la Black Legion

De Omnis Bibliotheca

Les Sons of Horus - la Légion de celui responsable de l’Hérésie, la première en infamie sinon en trahison, dont le nom résonne maintenant comme une malédiction dans les royaumes dispersés et en guerre de l’Humanité. Son crime est tel qu’il est facile d’oublier que le passé était très différent, et qu’autrefois, elle et son maître perfide étaient loués avant tout les guerriers des Legiones Astartes, et favorisés par l’Empereur. Nés sous le nom de XVIe Legiones Astartes sur Terra, elle s’éleva à la grandeur sous le nom de Luna Wolves et tombera dans l’abîme comme les anges du mythe antique en portant le nom de son Primarque. Avant ces jours sombres, elle a combattu aux côtés de l’Empereur sur Terra et dans les premiers temps de la Grande Croisade. Elle était aussi solide et infatigables que n’importe qui, et ses actions ont largement contribué à illustrer ce que c’était d’être un guerrier des Legiones Astartes. Brutal, impitoyable et inébranlable, mais aussi honorable, et autrefois totalement loyal, son histoire est celle de l’ambition de l’Imperium lui-même ; et des failles qui ont brisé ses rêves d’unification et de gloire.[1]

Origines : Les Loups de Terra[modifier]

La XVIe Légion.
Avant les Sons of Horus, il y avait les Luna Wolves. Au moment où l’œil de l’Empereur commença à se tourner au-delà de l’unité de Terra, Il leva de nouvelles armées pour combattre dans Sa croisade. Il les tira en partie des forces qui avaient unifié Terra, et en partie de celle de Ses ennemis soumis, et à côté des races génétiques, les guerriers et les émissaires de bataille furent les premiers des Legiones Astartes

Ce n’étaient pas encore les vastes armées qui, par centaines de milliers, allaient conquérir la galaxie, mais les héritiers des Guerriers Tonnerre qui les avaient précédés, et ensemble, ils représentaient une force de combat sans précédent dans l’histoire. Bien qu’elle se soit développée sous l’impulsion de la conquête, la XVIe Légion n’avait probablement pas plus de mille hommes à sa naissance, et pourtant, malgré leur numérotation, on sait, grâce à de nombreuses preuves, qu’ils ont été l’une des premières unités de service actif des Legiones Astartes, avec de nombreux honneurs de guerre dans les dernières années des Guerres d'Unification.

Comme la plupart des Legiones Astartes embryonnaires, la XVIe a tiré ses premières recrues de la population terrane. Bien qu’il soit difficile d’en être certain, certains éléments indiquent qu’une grande partie des premières recrues de la XVIe Légion provenaient des clans de chasseurs du Jutigran Bowl et des bidonvilles de la sous-plaque Samsatienne. Les conflits perpétuels et la dureté de la vie dans les marges désolées avaient rendu ces individus impitoyable et autonomes. Peut-être que l’Empereur, connaissant les qualités de chaque Légion, a fait correspondre ce stock de recrues au gène de la XVIe ou peut-être y avait-il une autre raison, connue seulement de Son esprit perspicace, mais quelle que soit l’origine de leurs premières recrues, le caractère du XVIe est rapidement apparu.

La XVIe Légion fit la guerre avec une agressivité acerbe. Peut-être par l’influence de son patrimoine génétique ou l’utilisation que l’Empereur en fit, la XVIe est devenu synonyme d’agressions par choc soudaines et écrasantes. La XVIe a été l’outil d’une poursuite rapide des batailles et d’une fin sanglante des campagnes ; ses attaques étaient préventives durant la durée d’une guerre, ses caractéristiques étant soit la première poussée mortelle, soit la passivité pour porter soudainement un coup fatal et définitif. La Première Pacification de Luna fut peut-être sa plus célèbre de ces premières victoires, mais la rupture des Enclaves de Coriolis et l’Hiver de Feu ont laissé dans la conscience collective de Terra des cicatrices qui persistent encore aujourd’hui, alors que dans les Cloaques Capridiens, les commerçants et les joueurs appellent encore le nombre de seize de la Légion "le dépouillement du loup".

On dit que la XVIe s’est déchaîné pour commencer et terminer des guerres dont ses ennemis ignoraient même l’existence. Elle sortait de la nuit ou à l’aube, transportée dans les cales des Stormbirds et des Storm Eagles, flanqués d’escadrons de Lightning. Ceux qui ont été témoins de ces attaques disent que la XVIe se battait aux contacts de l’ennemi avant que les effets de ses missiles et de ses obus s’estompent.

Les guerriers qui ont livré ces batailles avaient un caractère tout à fait conforme à leur réputation. Fiers, peu portés sur l’humour ou l’empathie, ni sur le mysticisme ni même sur le rituel de l’élite militaire, ils étaient une race à part des véritables forces humaines qui combattaient à leurs côtés. Leur agressivité était évidente dans chacun de leurs actes, mais la force du contrôle qui la tenait en laisse l’était aussi, et les besoins de cette époque s’accommodaient facilement d’une attitude aussi belliqueuse et acariâtre.

Si un seul événement de cette époque est révélateur de la nature de la XVIe, c’est bien l’unification de Somon, un ensemble de principautés suborbitales qui avaient obstinément résisté aux ouvertures diplomatiques de l’Empereur, refusant de faire partie de l’unité terrane croissante. Au centre de cette obstination se trouvait Somon Prime, la station orbitale qui empalait le ciel du sud comme une aiguille d’argent. Lorsque le Panarque de Somon rencontra la dernière délégation envoyée à la station orbitale, il dirigea une grande partie de sa bile vers Lercon Hurn, Capitaine de la 3e Compagnie de la XVIe Légion. Dans une tirade qui dura une heure, le démagogue énuméra les péchés qui se manifestaient dans la création d’êtres tels que les Legiones Astartes. Hurn, désarmé, n’avait accompagné la délégation qu’après de longs appels. Il était réticent à être là, et semblait ennuyé à la fois par les formalités et par le déchaînement du Panarque. Lorsque le Panarque découvrit que ses paroles n’avaient aucun effet, il cracha sur l’armure de Hurn et le frappa avec son sceptre. Il n’y eut toujours pas de réponse. Ce n’est que lorsque le Panarque s’est presque effondré d’épuisement que Hurn a réagi. Il tua les gardes du Panarque à mains nues, puis arracha la tête de l’homme de son corps. Voyant ce qu’un des guerriers de l’Empereur, seul et sans arme, pouvait faire, les autres souverains de Somon en tinrent compte et se rendirent.

À un moment donné, l’idée que l’Empereur envoie Ses "loups" pour briser les ennemis insolubles ou potentiels a pris racine dans la conscience de l’Imperium nouvellement crée suite à la pacification de Luna. La XVIe embrassa cette épithète avec délectation. La tête de loup devint une icône commune à tous, le lien étant quelque peu abstrait - les loups eux-mêmes n’existant plus qu’à travers des créations génétiques pour être des bêtes bio-armes sur Terra même, et synonyme de sauvagerie contrôlée. Le port de la fourrure de ces prédateurs canidés améliorés apparu de plus en plus sur les commandants de terrain et les officiers de la Légion. La XVIe ne serait pas la seule Légion à porter un tel titre et à adopter cette imagerie comme sienne, mais elle a été la première.[2]

Le Retour du Père[modifier]

Horus Lupercal, Primarque des Luna Wolves/Sons of Horus.
Alors que l’histoire de la jeunesse de nombreux Primarques est largement, quoique inégalement documentée, on ne peut en dire autant d’Horus. La contradiction et l’omission ternissent tous les récits des années de formation d’Horus. Il est clair que l’Empereur a trouvé Horus et aussi qu’il a pris le commandement de la XVIe Légion au début de la Grande Croisade. Au-delà de ces faits manifestes, l’accord entre les sources fait cruellement défaut, certains plaçant même Horus sur Cthonia comme un enfant trouvé.

Comme beaucoup de ses frères, ces sources disent qu’il a prospéré dans cet environnement rude, apprenant ses premières leçons de guerre et tuant des gangs techno-barbares de Cthonia. Une autre source affirme qu’Horus est retourné sur Terra lui-même. Des passages poétiques datés des premiers jours de la Croisade décrivent la capsule d’incubation d’Horus tombant du ciel nocturne comme une étoile naissante. Dans ce récit, Horus grandit aux côtés de l’Empereur, éduqué par son père alors même qu’ils reprenaient le Système Sol et forgeaient les alliances qui créèrent l’Imperium. D’autres affirmations très crédibles affirment que l’Empereur retrouva Horus, le premier de Ses fils perdus, mais ne précisent pas où, ou plaçant sa découverte sur Luna, Skarasen ou même sur un Space Hulk près du noyau galactique. Beaucoup de ces légendes disent que l’Empereur envoya le jeune Horus vivre dans les guerres des gangs cthoniens jusqu’à ce qu’il soit mature et prêt à prendre sa place au sein de l’Imperium, d’autres qu’il l’a entraîné à Ses côtés.

En effet, il est à la fois symptomatique et frustrant pour le chroniqueur de l’histoire d’Horus qu’il y ait d’autres récits encore plus fantaisistes : l’Empereur arrachant Horus du vortex alors même qu’il tentait de le revendiquer. Horus revenant à Terra d’un empire lointain à la tête de sa propre flotte, pour ensuite plier le genou à la vue de Son père. La mort d’Horus et le fait d’être à nouveau créé par les cultes Selenar de la technologie génétique de Luna. Horus sortant d’un bassin de lumière dans le Palais de l’Empereur après avoir marché parmi la lumière des étoiles perdues. Nous ne connaîtrons jamais la vérité ; cette époque est trop lointaine, trop engluée par les mythes et souillée de sang pour être certaine. Sauf que, dès le début, Horus était un être qui, peut-être plus que tout autre Primarque, semait ses propres mythes et légendes en avançant, un être auquel de grandes actions arrivaient facilement et une gloire presque surnaturelle s’accumulait comme si elle lui était destinée.[3]

Une Légion Renaît[modifier]

Les Cthoniens ont refaçonné la XVIe Légion. Ils l’ont fait sans réfléchir, peut-être même sans être conscients de ce qu’ils ont fait. Pour les Space Marines Terrans, leurs nouveaux frères ont apporté avec eux leurs propres coutumes, attitudes et modes de pensée, ainsi que l’héritage d’un millier de générations de violence et de poursuite impitoyable à la survie que les pratiques d’endoctrinement de l’époque pouvaient modifier et peut-être supprimer mais pas effacer, et après tout, c’était peut-être là le but. À mesure que les Terrans tombaient au combat, leurs voix et les traditions militaires plus ordonnées dans lesquelles ils avaient été entraînés se réduisaient et s’affaiblissaient. Les marques de changement étaient nombreuses et subtiles, n’écrasant pas entièrement mais apportant un caractère unique à ce qui avait été fait auparavant. Les exemples de ce changement sont apparus lentement. Les Topknot et les Mohawks, tels qu’ils étaient portés par les chasseurs de têtes des gangs de Cthonia, devinrent courants dans tous les rangs comme armure et décoration personnelle. Le sang versé au combat pour honorer un ennemi digne de ce nom était souvent marqué par une égratignure sur l’orbite d’un casque. Le plus révélateur fut sans doute le fait que le mot des gans tueurs "Aebaltan", qui désignait le fait de trancher la gorge d’un tueur de gang ennemi en combat singulier, était devenu un terme courant dans les rangs pour décrire l’achèvement d’une campagne. Le charisme et la réputation personnels étaient devenus une caractéristique des commandants de la Légion, comme si les manières des seigneurs de gang entachaient leur compréhension du leadership, et cela ne s’appliquait autant à leur Primarque Horus dont le culte de la personnalité était universel au sein de la Légion.

Au combat, le caractère des Luna Wolves n’a pas changé, mais il semble s’être renforcé au fil du temps. La Légion s’est efforcée à maintenir la flexibilité nécessaire pour lui permettre de combattre toute guerre ou ennemi qu’elle pourrait rencontrer selon ses propres conditions, mais lorsque cela était possible, l’application d’une force soudaine et écrasante était sa forme d’attaque préférée, et celle de son Primarque. Cette doctrine était liée à une férocité sauvage née du sang de Cthonia, et était maniée avec une intelligence féroce et l’instinct tactique incomparable du Primarque. Les systèmes stellaires tombaient souvent aux mains de la Légion en un seul engagement : les vaisseaux de guerre se lançaient à l’assaut du système dans une formation de lances de fer qui se brisaient en plusieurs pointes plus petites pour frapper les planètes, les lunes et les stations spatiales. Le bombardement orbital et les largages orbitaux massifs simultanés brisaient la force et la volonté de la résistance de l’ennemi. Les menaces tactiques étaient systématiquement identifiées, isolées, contournées, encerclées et détruites avec une précision impitoyable et une sauvagerie quasi surnaturelle. On parlait alors de prédateurs en meute qui divisaient un troupeau et en étripaient les membres avec une fureur fulgurante. Les armées qui suivaient dans le sillage des Luna Wolves n’avaient souvent rien d’autre à faire que de racler des mondes soudainement dociles et de débarrasser les restes de la bataille.

L’approche des Luna Wolves durant la Grande Croisade était directe et brutale, et leurs résultats étaient souvent inélégants bien qu’incontestablement efficaces. Mais ils ne lâchaient pas toute la puissance d’une flotte en orbite sur une ville forteresse tout en déployant des milliers de Luna Wolves à la surface avec l’ordre de tuer tout ce qui vivait dans les murs de la ville. Au cours de la bataille, chaque guerrier de la Légion a agi de manière transparente, à la fois comme individu et comme membre d’une escouade intégrée, une bête avec une vingtaine d’yeux et de mains qui ne faisaient qu’un. Ils se battaient en mettant un ennemi en pièces, rusés dans leurs manœuvres mais ne craignant pas de l’écraser par la force brutale si nécessaire, et de pourchasser un ennemi en fuite sans pitié ni relâche. Ce qui restait dans leur sillage n’était souvent guère plus que des cendres et des lambeaux de chair brûlée. Les débris refroidis du palais d’un tyran et les restes de ses soldats étaient un avertissement pour ceux qui vivaient en dehors des zones d’attaque des Luna Wolves. Les forces de Conformité qui sont intervenues après une telle opération ont déclaré qu’ils retrouvaient le plus souvent des populations en état de choc, à peine capables de comprendre comment les piliers de leur univers avaient été renversés. Bien que sanglante, la progression de la Légion fut sans aucun doute rapide et les lauriers de la victoire se sont accumulés sur les Luna Wolves et surtout sur leur Primarque. À maintes reprises, les Luna Wolves ont brisé la résistance d’un monde et sont passés à la campagne suivante avec à peine un regard en arrière.

Dans cette méthode de conquête, on peut voir le caractère de la ténacité et du caractère impitoyable des Luna Wolves comme lors de la conquête du Système Sol, mais aussi la mentalité sauvage et la férocité des guerres de gangs de Cthonia où les prisonniers n’étaient que des bouches indésirables à nourrir. La guerre consistait à identifier la force et le leadership de l’ennemi, à l’isoler puis à l’anéantir. De la même façon que les yeux d’un chef de gang trouvaient un rival et que son couteau suivait, les Luna Wolves ont soumis leurs ennemis.

C’était peut-être brutal, mais pour les Space Marines membres des Luna Wolves, c’était une question de nécessité ; les guerres pouvaient être brutales et courtes ou longues et inutiles. Poussées par l’énergie de la Grande Croisade, leurs méthodes répondaient aux besoins de l’époque.[4]

Les Fils Victorieux[modifier]

Les Luna Wolves ont fait la guerre pendant deux cents ans, repoussant les ténèbres par le feu et le sang. Leurs victoires furent multiples et le poste de général d’Horus était légendaire. C’est ainsi que le respect de leurs Légions sœurs s’éleva à un niveau presque inégalé. Au cours de dizaines de milliers de batailles, ils furent rarement vaincus. Ils excellaient dans tous les modes de déploiement, que ce soit comme fer de lance d’un assaut de la taille d’un amas d’étoiles ou comme escouade individuelle soutenant une grande formation de l’Armée Impériale. D’autres Légions, parfois hostiles à l’ingérence de leurs Légions sœurs, demandaient leur placement dans une campagne avec les Luna Wolves qui les accueillaient en retour.

Bien sûr, la réputation des Luna Wolves était en grande partie le reflet des qualités de leur Primarque. Le charisme d’Horus et son palmarès inégalé lui conféraient un grand respect parmi ses frères Primarques, Horus lui-même a fait preuve d’un talent presque surnaturel pour utiliser les forces relatives des autres Légions à leur avantage sur le plan stratégique. En effet, dans le cas des World Eaters et de leur belliqueux Primarque, il était l’un des rares à pouvoir les commander. Certains disaient qu’Horus était sans égal à part l’Empereur. Il était certainement un cas à part parmi les Primarques, car il inspirait le respect et la loyauté de tous, et il était soutenu par un génie stratégique et tactique. D’autres commandaient de plus grandes Légions, avaient une vision plus profonde, excellaient au-delà d’Horus dans certains arts de la guerre et de la tradition, ou peut-être attiraient une plus grande affection fraternelle, mais seul Horus pouvait avoir toutes les vues et tous les idéaux à l’esprit. Même les plus difficiles des Primarques étaient connus pour s’en remettre à Horus dans de nombreux domaines.

Bien que les Luna Wolves aient remporté de nombreuses victoires au cours de leurs années de conflit incessant, l’une d’entre elles éclipsera toutes les autres et les vit renaître à nouveau. Sur Ullanor, l’Imperium brisa le plus grand empire Ork de l’histoire, que certains voyaient comme la véritable menace à la domination de l’Humanité sur la galaxie. Là, Horus tua de sa propre main le seigneur suprême Urlakk Urg, et certains disent qu’il a ainsi sauvé la vie de l’Empereur. Là, les forces d’Horus ont brûlé les mondes de l’empire Ork jusqu’à leur fondement. Ce fut une victoire sans précédent à l’époque par son ampleur et son importance. Pour exalter Son favori, l’Empereur accorda à Horus un grand honneur. Sur la surface d’Ullanor, la puissance des Space Marines, de l’Armée Impériale, des Legios Titaniques et du Mechanicum défilèrent en triomphe devant l’Empereur, Horus et huit de ses frères Primarques. Au point culminant de ce triomphe, l’Empereur attribua à Horus seul le titre de Maître de Guerre. L’Empereur se repliant sur Terra, le commandement stratégique de la Grande Croisade tomba alors entre les mains d’Horus. Désormais, lorsque les flottes s’engageaient à reconquérir les ténèbres barbares, elles le faisaient au gré d’Horus et lorsque des mondes brûlaient ou étaient épargnés, c’était les lèvres du Maître de Guerre qui prononçaient les mots. Bien que respecté, Horus était un fils à part ; il n’était plus un frère, mais un Seigneur des Primarques. Aux côtés de son père, la XVIe sera également refondu. En l’honneur d’Horus et de ses conquêtes, la XVIe ne fut plus les Luna Wolves. L’armure devint le vert métallique d’une mer en tempête. À la place du croissant de lune et de la tête de loup, un œil reptilien unique et aveuglant fixait leurs épaulières. Pour une seconde fois, les Sons of Horus s’étaient élevés avec leur père à une hauteur inégalée.[5]

Le Dernier Fils d'Horus[modifier]

L’Astre Chute[6]

Ce qui a attiré Horus dans les ténèbres est un mystère que nous ne pourrons jamais résoudre. Seuls ceux qui étaient là, qui ont tout vu et tout entendu peuvent le savoir, et ils sont perdus pour nous. Ce que nous savons, c’est que pendant la période qui a suivi son accession au rang de Maître de Guerre, Horus est tombé gravement malade alors qu’il réprimait une rébellion sur les lunes de Davin. Il n’est pas certain que cette maladie ait été causée par une blessure, un poison ou un autre moyen, mais Horus semblait avoir été proche de la mort. Incapables de sauver leur Primarque, et sa prise sur la vie s’affaiblissant, les Sons of Horus acceptèrent l’aide d’une des Loges Guerrières Davinites.

Horus est entré dans la Loge du Serpent, et quelques jours plus tard en est ressorti vivant. Ce qui s’est passé dans les murs de cet endroit est inconnu, et les spéculations sont certainement inexactes. Qu’il s’agissait d’un rituel occulte et d’une interaction avec les pouvoirs de ce que nous appelons aujourd’hui amèrement le Chaos est la limite de la supposition raisonnable. Que ce soit le moment de la chute d’Horus semble presque certain ; bien que les origines des failles par lesquelles le Chaos est entré dans l’âme d’Horus doivent s’être formées bien avant ce jour. Il semble également probable que d’autres aient contribué à créer ces circonstances. Les principaux suspects sont la Légion des Word Bearers, qui avait secrètement embrassé les mensonges du Warp bien avant qu’Horus ne devienne Maître de Guerre. Quelle qu’en soit la cause ou les raisons, dès le moment où il a quitté la Loge du Serpent sur Davin, Horus a suivi la voie de l’hérésie.

Il est impossible de raconter l’histoire de la Black Legion sans raconter aussi celle d’Abaddon, le dernier et le plus doué des généraux d’Horus. Plus grand des champions du Chaos et favori des Dieux Sombres, Abaddon allait un jour devenir la ruine de l’Imperium.

L’histoire d’Ezekyle Abaddon commence à la naissance de l’Imperium, à l’époque de la Grande Croisade, alors que l’Empereur se battait pour récupérer les étoiles. C’était une époque de guerriers légendaires et d’exploits épiques, où les Légions Space Marines ont gagné leur gloire en écrasant les mondes extraterrestres et en imposant le règne de l’Empereur dans une galaxie alors fragmentée. Au cours de cette vaste entreprise, Abaddon s’est tenu aux côtés du Primarque Horus Lupercal et de ses Luna Wolves. En tant que Capitaine de la Première Compagnie, Abaddon suivit Horus dans son cheminement vers l’illumination dans le vide. Guerrier talentueux, Abaddon était l’un des généraux préférés du Primarque, prenant part aux conseils secrets du Mournival : le cercle le plus intime d’Horus.

Abaddon a mené d’innombrables charges pour les Luna Wolves, sa compagnie étant toujours au cœur des combats, déchiquetant les extraterrestres avec des Épées Tronçonneuses, des Bolters et même à mains nues. Pendant la Croisade d’Ullanor contre le Seigneur de Guerre Ork Urrlak, Horus et Abaddon ont mené un fer de lance contre le Seigneur de Guerre lui-même. Alors qu’Horus échangeait des coups de poing avec le gigantesque Peau-Verte, Abaddon et le reste de la force d’assaut ont été engloutis par les gardes du corps d’Urrlak. Quand Horus a finalement tué Urrlak, il est revenu pour découvrir qu’Abaddon avait survécu seul, couvert de sang, l’ensemble de sa compagnie tuée. Grâce à cette grande victoire, Horus a pu écraser les Orks et disperser leurs tribus. En l’honneur du succès du Maître de Guerre lors de la Croisade d’Ullanor, l’Empereur rebaptisa les Luna Wolves "Sons of Horus", afin qu’ils puissent toujours porter le nom glorieux de leur Primarque.

Abaddon préférait son Primarque à tous les autres, le vénérant comme un père bien-aimé. Alors que l’Empereur était une figure lointaine, Abaddon était toujours aux côtés d’Horus, les deux guerriers se soutenant mutuellement alors qu’ils traversaient des champs de bataille ensanglantés et s’enfonçaient dans les coques enflammées de navires de guerre estropiés. Aux yeux du Capitaine, Horus ne pouvait pas faire de mal et était le plus grand de tous les Primarques des Space Marines. Lorsque l’Empereur nomma Horus Maître de Guerre, ce fut un moment d’extrême fierté pour Abaddon. Pour lui, la supériorité d’Horus était évidente et, par extension, les Sons of Horus étaient supérieurs à toutes les autres Légions ; des chefs légitimes des armées de l’Empereur.

Tragiquement, ces gloires n’ont pas duré. Peu de temps après, Horus a été mortellement blessé sur la lune éloignée et marécageuse en orbite autour de Davin. Lors d’une escarmouche avec un ennemi inconnu, le Maître de Guerre fut transpercé par une lame maudite, dont la malédiction s’enracinait dans sa chair. Abaddon ressentit vivement ce coup, comme si lui, au lieu de son Primarque, avait été blessé. Bien qu’il ne puisse pas le savoir, c’est à ce moment que les Sons of Horus furent à jamais séparés de l’Empereur. Désespérés de sauver la vie du Maître de Guerre, les Sons of Horus et leurs alliés emmenèrent leur maître dans l’un des Loges Guerrières de Davin et son ancien ordre sacerdotal. Inconnus d’Abaddon, ces prêtres étaient des serviteurs des Dieux Sombres. Par des rituels obscènes et de magie de guerre, les prêtres nourrissaient la haine dans le cœur d’Horus et le sentiment qu’il avait été trahi et abandonné par l’Empereur. Bien que son corps ait été sauvé, son âme avait été perdue. C’est ainsi que les efforts d’Abaddon pour sauver à jamais son Primarque ont damné Horus et sa Légion et ont jeté les bases non seulement de la Grande Trahison, mais aussi des innombrables jours sombres qui ont suivi.[7]

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Les Sons of Horus suivirent leur Primarque Horus dans sa guerre civile, devenant la principale force renégate durant cette période.
Se réjouissant de la restauration de son Primarque, Abaddon ne remit pas en cause les humeurs sombres et le tempérament cruel qui se manifestaient au sein d’Horus. Ce n’est que lorsque le Maître de Guerre commença à parler de la trahison de l’Empereur et de la façon dont Il avait abandonné les Légions, qu’Abaddon vit la haine profonde qui couvait dans le cœur d’Horus. Ces sentiments trouvèrent un terrain fertile au sein d’Abaddon, qui avait toujours nourri du mépris pour les membres des autres Légions, et il n’avait guère besoin d’excuses pour les considérer comme des ennemis. Lorsque Horus se retourna finalement contre l’Empereur dans une rébellion ouverte, Abaddon jura avec empressement de mener ses forces jusqu’aux portes de Terra elle-même.

Alors qu’une poignée de Space Marines au sein des Sons of Horus s’interrogeait sur la sagesse de se retourner contre l’Empereur, la plupart suivaient leur Primarque sans se poser de questions. Ce n’était pas un simple hasard, mais l’œuvre d’Horus lui-même, qui avait passé ses années comme Maître de Guerre à consolider sa position au sein de la Grande Croisade et à éliminer les voix dissidentes de ses partisans. La dévotion des Sons of Horus envers leur Primarque était telle que les Puissances de la Ruine trouvèrent des serviteurs volontaires dans leurs rangs et que beaucoup acceptèrent volontiers la vile influence du Warp. Au cours de l’Hérésie qui suivit, Abaddon se fit un nom brutal en tant que guerrier hors pair et général impitoyable. Au nom du Maître de Guerre, Abaddon sanctionna le meurtre d’innombrables innocents et l’incendie de mondes entiers.

Sur Isstvan III, après que le virus d’Horus ait bombardé les Loyalistes de sa propre Légion ainsi que ceux des Emperor's Children, des World Eaters et de la Death Guard, Abaddon et sa Compagnie ont pourchassé les survivants. À travers les cadavres brûlés et pourris de la planète, les Space Marines ont mené une guerre de trahison et de représailles. Les Frères de Bataille, qui quelques jours auparavant avaient rompu le pain et s’étaient entraînés, se sont massacré entre eux. Abaddon ressentit une joie sauvage à affronter ses anciens Frères de Bataille, les déchirant et en faisant des exemples sanglants aux Dieux Sombres.

L’Hérésie d’Horus est rapidement devenue une terrible guerre d’escalade et de représailles. Les Légions se sont affrontées à coups désespérés sur toute la longueur et la largeur de l’Imperium naissant. Au moment où Horus avait tracé un chemin sanglant vers Terra, les Sons of Horus se trouvaient à la tête d’une vaste armée de Space Marines renégats. Dans une bataille comme l’Imperium n’en a jamais vu depuis, les armées d’Horus sont tombées sur le palais de l’Empereur et Abaddon a eu l’honneur de les mener au combat. Ce devait être l’apogée du pouvoir des Sons of Horus. Jamais plus la Légion ne se rassemblerait dans une telle force ou grandeur sur le champ de bataille. Dans le chaudron de la guerre, Abaddon mena la Première Compagnie et les Terminators Justaerins, blindés de noir, dans le palais de l’Empereur, écrasant les défenseurs Loyalistes. Leurs Gantelets et leurs Épées Énergétiques dégoulinaient de sang, et tous ceux qui s’y opposaient étaient déchirés. Partout, les feux de l’Hérésie brûlaient de manière incontrôlée ; les Titans échangeaient des coups sur les murs en ruine du palais et de grands navires de guerre remplissaient le ciel d’un feu de lance éblouissant, faisant pleuvoir les bombardements sur les alliés et les ennemis.[8]

La Chute du Maître de Guerre[modifier]

Horus a regardé la bataille se dérouler à la surface, depuis le pont couvert de son navire amiral, le Vengeful Spirit. Sur des hololithes vacillants, le Maître de Guerre voyait ses armées coincées contre les murs intérieurs du palais de l’Empereur et des renforts Loyalistes arrivant à chaque heure. À travers les vitres de son pont, il pouvait voir que la bataille spatiale se retournait également contre sa flotte. Horus savait que le temps pressait. Dans son arrogance et sa colère, le Maître de Guerre utilisa sa dernière carte en abaissant les Boucliers Voids de son vaisseau pour que l’Empereur puisse lui faire face personnellement. Il ne fut pas déçu. Dans une explosion de lumière incandescente, l’Empereur se téléporte sur le Vengeful Spirit à la recherche de Son fils félon. La bataille entre l’Empereur et Horus résonna dans l’Immaterium, les deux grands guerriers échangeant des coups titanesques alors même que leur aura psychique se débattait dans le Warp. Malgré toute sa rage et sa colère, Horus n’a pas pu gagner - bien qu’avant que l’Empereur n’efface l’âme de Son fils, Horus porta un coup mortel à son père génétique.

Abaddon grimpait sur les cadavres entassés de soldats impériaux brisés lorsqu’il sentit le hurlement psychique annonçant la mort de son Primarque. Tous les Sons of Horus ont su immédiatement que leur Maître de Guerre était tombé, des milliers de guerriers s’arrêtant pour regarder le ciel brûlant. La nouvelle se répandit comme une contagion à travers les Légions Renégates, et l’assaut qui avait failli réussir, commença rapidement à s’effondrer. Abaddon se téléporta immédiatement sur le vaisseau amiral et arriva aux côtés de son maître à temps pour sécuriser le corps d’Horus. Avec un cri de douleur et d’angoisse profonde, Abaddon jura de se venger de l’assassin de son père. S’emparant de la Griffe Éclair du bras d’Horus, il la fixa au sien, reprenant symboliquement la dette de sang de son Primarque envers l’Empereur. Réalisant que la bataille pour Terra était perdue, Abaddon s’est replié pour sauver sa Légion de l’anéantissement total. Il se fraya un chemin à travers les Loyalistes restants sur le Vengeful Spirit et dégagea le vaisseau, l’Empereur mortellement blessé déjà ramené sur Terra par Rogal Dorn. En revendiquant le Vengeful Spirit, Abaddon et les Sons of Horus ont quitté l’orbite et se sont battus pour se libérer de la bataille en s’échappant dans le vide.

Une période de représailles et de vengeance connue sous le nom de "la Purge" s’ensuivit, et d’innombrables mondes furent condamnés à mort par les Loyalistes pour s’être rangés du côté d’Horus, leurs restes étant laissés en guise d’avertissement aux autres. Les Légionnaires renégats qui restèrent dans l’Imperium furent traqués sans merci et chassés à travers les étoiles par des Loyalistes sans pitié. Abaddon et les autres Sons of Horus se réfugièrent dans l’Œil de la Terreur, choisissant de plonger dans le maelström de la folie plutôt que de faire face à l’extinction aux mains des guerriers vengeurs de l’Empereur.[9]

La Naissance de la Black Legion[modifier]

La défaite d’Horus signa aussi celle des Sons of Horus qui allaient devenir peu à peu la base d’une nouvelle force armée : la Black Legion.
Lorsque les Sons of Horus sont entrés dans l’Œil de la Terreur, ils ont trouvé un royaume de folie, où les règles de la galaxie matérielle ne s’appliquaient plus. Presque aussitôt, les Légions Renégates se sont affrontées dans d’âpres conflits et de petites guerres, alors que chaque Primarque et chaque seigneur de guerre s’efforçait de se tailler une part de ce royaume effroyable.

Les Sons of Horus avaient atteint l’Œil de la Terreur avec les survivants ensanglantés de la Purge, mais la Légion, autrefois puissante, fut réduite à une fraction de sa taille d’antan. Dirigée par quelques Capitaines seulement, la Légion luttait pour sa loyauté envers le Primarque déchu et la froide réalité de sa défaite face à l’Empereur et ses laquais. Autour d’eux, de nombreuses Légions Renégates s’accrochaient encore à leurs anciennes traditions et à leurs serments, essayant désespérément de faire régner l’ordre malgré la folie de leur existence dans une galaxie qui s’était retournée contre eux. D’autres Légions ont embrassé le Chaos, abandonnant à la fois leur esprit et leur corps à ses effets corrompus et abandonnant à jamais tout ce qu’elles avaient été.

Les Légions Renégates se sont retournées les unes contre les autres, et beaucoup se sont même complètement fragmentées lorsque les Capitaines sont devenus des chefs de guerre et ont forgé leurs propres bandes de guerre à partir des guerriers désillusionnés qui les entouraient. Assoiffés de pouvoir et de sang, les Traîtres massacrèrent leurs frères avec des lames aiguisées par le Warp et des sortilèges démoniaques. Dans une mer de sang et d’avidité, les gloires de l’Hérésie furent oubliées et un nouveau chapitre de carnage commença. Pendant ce temps, les Dieux Sombres subvertissaient et manipulaient leurs nouveaux jouets, remodelant les Légions pour leurs propres fins et la guerre sans fin entre les dieux.

Abaddon abandonna la Légion ; brisé par la mort d’Horus et malade de la guerre, il erra seul dans l’Œil de la Terreur. Pendant ce temps, les Sons Of Horus portèrent le corps de leur Primarque, conservé en stase, dans l’Œil, ignorant les guerres qui faisaient rage autour d’eux. Malgré cela, le chant des sirènes de Démons et les chuchotements de leurs dieux les ont poursuivi durant leur voyage afin de trouver un lieu de repos pour leur maître. Remplis de rage et d’humiliation face à la destruction et à la décadence qui s’étaient abattues sur eux, des dizaines de Frères de Bataille commencèrent à être changés par le touché corrompue du Chaos. Peu à peu, leurs âmes s’érodèrent et leurs esprits furent empoisonnés par les ténèbres.[10]

La Tombe d'Horus[modifier]

Sur Maeleum, un cimetière d’acier et de rouille, les Sons of Horus ont élevé une forteresse. Entourée de ténèbres et d’ossements de dragons morts, elle a été construite à partir d’épaves de vaisseaux en déliquescence depuis longtemps disparus à cause de la guerre, chaque flèche et tour étant fabriquée à partir de la proue dentelée d’un ancien navire. La Légion a enterré le corps d’Horus dans une grande tombe, où beaucoup sont tombés en adoration devant leur demi-dieu. Le corps du Maître de Guerre fut suspendu dans une chambre en spirale de pierre blanche, baignée d’une lumière dorée vacillante, sa forme parfaite regardant ses fils. S’élevant à perte de vue, les actes d’Horus étaient gravés dans les murs de la crypte voûtée, chacun représentant une grande bataille ou une glorieuse victoire. Chaque jour, les adorateurs se rassemblaient à l’ombre de leur Primarque et prêtaient à nouveau serment, incapables et peu désireux de trouver un nouveau chef. Avec leur Primarque mort et leur Légion au bord de l’extinction, les Sons of Horus ont lentement stagné.

Comme beaucoup d’autres Légions Renégates, les Sons of Horus ont souffert d’incessantes attaques démoniaques pendant leurs premières années dans l’Œil de la Terreur. Il y avait une marée incessante de Démons à combattre, et beaucoup de ceux qui n’ont pas été tués en combattant directement les créatures sont tombés sous l’influence incontrôlable du Chaos, leurs esprits et leurs corps se faisant posséder. Ils essayèrent de maîtriser l’art de la possession, liant intentionnellement les entités du Warp à leur chair tout en gardant le contrôle de leur esprit. Par d’amers essais et erreurs, les Psykers de la Légion ont pu protéger leurs guerriers des pires effets de l’Immaterium, en préservant leur psychisme contre la folie insouciante inhérente au fait de toucher le Warp. Malgré cela, de nombreux Space Marines ont été réduits à l’état de ruines et de chair à canon par cette tentative, et la nature capricieuse du Chaos en a vu beaucoup d’autres se faire tuer.

Certains au sein de la Légion ont fait valoir que les Sons of Horus devraient offrir leur allégeance à une seule puissance plutôt que de traiter avec les Démons de plusieurs dieux. La plupart, cependant, avertissaient que la Légion ne devrait plus jamais s’incliner devant une puissance extérieure ; ils se souvenaient trop bien du joug que l’Empereur avait exercé sur la Légion, et se méfiaient de laisser un autre maître détenir à nouveau un tel pouvoir sur eux. L’orgueil martial de la XVIe Légion signifiait également qu’ils n’accepteraient jamais complètement un maître qui ne viendrait pas de leurs propres rangs, qu’il s’agisse de l’Empereur de l’Humanité ou d’un Dieu du Chaos.

Alors qu’elle s’installait sur Maeleum et veillait sur le cadavre d’Horus, la Légion continuait à agrandir sa forteresse. Les esclaves et les autres ressources étaient inconstants dans l’Œil de la Terreur, et peu de Légions possédaient la force nécessaire pour effectuer des raids importants ou soutenus dans l’Imperium. Les Sons of Horus ont donc pillé les matériaux et la main d’œuvre qu’ils pouvaient trouver dans les Mondes Démons voisins et dans les colonies impériales proches de l’Œil. Sous le ciel bouillant de Maeleum, inondé de sang et de larmes d’âmes damnées, les citoyens impériaux décharnés ont travaillé aux côtés de mutations corrompues en taillant de la pierre blanche à partir du sol. Alors que les Légionnaires renégats imposants fouettaient leurs esclaves dans des efforts toujours plus grands, les murs de la forteresse s’élevèrent de plus en plus.

Certains Capitaines se doutaient que ce ne serait qu’une question de temps avant qu’eux et leurs Frères de Bataille ne soient entraînés dans les guerres entre les Légions. Ils ont donc fait pression pour que les Sons of Horus remplacent leurs pertes en augmentant les stocks génétiques de la Légion. Ces mêmes Capitaines savaient qu’une forteresse, aussi grande soit-elle, ne pouvait pas espérer retenir un assaut déterminé des Space Marines, et ils demandèrent que l’on trouve davantage de guerriers. Malheureusement, la majorité des Capitaines survivants étaient convaincus que le Warp leur fournirait toute la puissance dont ils avaient besoin, si seulement ils pouvaient maîtriser les méthodes de fusion de Démon et de Space Marine.[11]

La Guerre des Légions[modifier]

Alors que les Sons of Horus élevaient leur forteresse toujours plus haut et vénéraient le cadavre de leur Primarque, les guerres entre les autres Légions qui s’étaient rangées du côté d’Horus pendant l’Hérésie continuaient à faire rage. Sur des centaines de Mondes Démons, des armées corrompues de Space Marines s’affrontaient les unes contre les autres, leurs corps mutant et se transformant sous la lumière éthérée d’étoiles caquetantes. La cupidité et l’avarice des Emperor’s Children, et leur faim d’esclaves frais, les ont vu lancer des dizaines d’attaques contre leurs compagnons renégats, et chaque Légion a lutté contre les autres pour la domination des territoires dans l’Œil de la Terreur. Les Sons of Horus étaient restés largement à l’écart de ces conflits, mais des yeux jaloux ont fini par se tourner vers eux. Des forces traîtresses se rassemblèrent contre eux et conspirèrent pour leur voler les restes d’Horus afin de poursuivre des ambitions viles et égoïstes. Le corps du Primarque, avec ses puissantes informations génétiques et ses secrets biologiques, était en effet une grande récompense.

Lors d’un assaut soudain, les Emperor’s Children, à la tête d’une alliance de Légions Renégates, descendirent sur Maeleum, frappant fort et rapidement depuis le Warp. Plus nombreux que les Sons of Horus, et avec l’élément de surprise, ils se frayèrent un chemin à travers les défenses et dans les chambres centrales de la forteresse. Les Sons of Horus furent responsables de la mort de nombreux guerriers, mais les Emperor’s Children scellèrent leurs terribles pactes avec Slaanesh et sont devenus de plus en plus puissants. Riant et criant de joie, les fils de Fulgrim furent rejoints par des bandes de Démonettes qui se répandirent dans la forteresse, coupant les membres et tranchant les muscles des os.

En désespoir de cause, de nombreux Sons of Horus ont conclu à la hâte des pactes démoniaques, s’abandonnant à la possession et ouvrant leur esprit et leur corps à des Démons affamés. Ils furent perdus à jamais alors qu’ils cédaient à la puissance du Warp, leur chair se tordait et leur âme s’éteignait en un seul moment terrible. Le Démon a combattu le Démon dans une orgie de mort et de folie dans les couloirs de la forteresse, alors que la lutte entre les Dieux Sombres se jouait avec les Légions comme pions. Malheureusement pour la légion d’Horus, l’ennemi était trop nombreux. Malgré leur sacrifice désespéré, ce qui a commencé comme une amère bataille défensive est devenu un combat pour la survie alors que les Sons of Horus étaient contraints de battre en retraite.

La Légion a à peine survécu à l’assaut, bien qu’elle ait abattu une marée apparemment sans fin de Démons et d’ennemis mortels. Elle a déchiré la chair pâle et corrompue des Emperor’s Children, leurs lames étaient couvertes de sang cramoisi, mais ils n’ont pas pu empêcher le vol du corps du Primarque dans la voûte de stase en spirale. Une fois le corps d’Horus sécurisé, les Emperor’s Children et leurs alliés ont pris leur butin et se sont retirés. Alors que leurs ennemis corrompus s’évanouissaient et disparaissaient dans le Warp, les Sons of Horus ne pouvaient compter que les morts et les damnés, et contempler les ruines de la forteresse. Cependant, le pire était à venir. Les Emperor’s Children avaient pris les restes du Maître de Guerre pour créer des clones avec l’aide de Fabius Bile. Il s’agissait sans doute d’une tentative malavisée de restaurer le pouvoir des Légions Renégates, et une foule de doubles naquirent des restes en décomposition du guerrier autrefois illustre, chacun étant plus abominable que le précédent.[12]

Vaincre le Passé[modifier]

Une Marque de Honte et de Dévotion[13]

Quand Abaddon a pris le contrôle des Sons of Horus, il a entrepris de rompre avec leur histoire précédente. Tout d’abord, il a abandonné le nom de leur Primarque, en rebaptisant les Sons of Horus "Black Legion", afin qu’ils puissent dépasser les échecs de l’Hérésie et réparer leur réputation ternie. Tout en conservant l’image de l’Œil d’Horus comme seul rappel de leurs origines, il ordonna à ses guerriers de peindre leur armure en noir et de frapper tous les autres symboles de leurs allégeances passées. Cela devait servir à la fois de marque de leur honte et de leur dévotion. Ancien symbole de deuil, le noir honorait leur Primarque mort sans prononcer son nom. De même, il garantissait que les anciens Sons of Horus n’oublieraient jamais que leur Primarque avait échoué, et que son échec devait être noyé dans le sang de ses ennemis. Plus important qu’une marque de honte, le noir de l’armure de la Légion faisait partie du plan d’Abaddon visant à unifier les Légions Renégates pour sa grande guerre contre l’Imperium. Ce symbole est devenu si puissant que peu d’autres bandes de guerre portent une armure noire. C’était un message clair qui racontait la dévotion d’un Space Marine à Abaddon et qu’il avait renoncé à tous les autres serments.

Leur forteresse en ruines et leur Légion décimée, les Sons of Horus étaient sur le point de disparaître à jamais de la galaxie et de s’effacer dans une mémoire maudite. Leur idole mortelle ayant disparu, les survivants se sont battus entre eux, cédant à un sombre désespoir ou à une rage incontrôlée. Les divisions entre les Capitaines de la Légion se sont transformées en un bain de sang amer et en un meurtre alors que l’ordre s’effondrait complètement. Abaddon était revenu de son sombre pèlerinage à temps pour assister à la bataille de loin, mais personne n’était heureux de le voir après la perte du corps d’Horus. C’est à ce moment qu’il vit, avec une froide clarté, que c’était l’échec du Maître de Guerre qui avait conduit la Légion ici, à se déchirer dans les ruines ensanglantées de Maeleum.

Pendant des jours, Abaddon est resté dans la tombe d’Horus pendant que ses frères combattaient, fixant les images représentant les victoires de son Primarque, chacune d’elles ne le remplissant plus que de haine et de mépris. Enfin, écœuré par la chute de la Légion, il traqua ses compagnons de combat à travers les ruines, calmant sa rage par leurs derniers cris. Finalement, Abaddon resta seul parmi les chefs de la Légion, exigeant l’obéissance de ses frères. Certains virent en Abaddon le successeur d’Horus et tombèrent à ses pieds de plein gré, tandis que d’autres reconnurent sa force brute et s’inclinèrent devant sa puissance. Quelques-uns tournèrent le dos à Abaddon, et furent soit abattus par leurs frères, soit réussirent à s’échapper dans le Warp. Avec sa Légion à ses pieds, Abaddon tourna son attention vers les clones d’Horus ; il ordonna à ses guerriers d’effacer toute trace de leur ancien Primarque et de se libérer de son ombre.

Avec des aveux et des rumeurs, arrachés aux gorges torturées des Démons ou arrachés à la chair de Space Marines renégats, Abaddon a pu retrouver la trace laissée par Bile. Sur un monde souillé par des os rouillés, de chair dégoulinante et de sang bouillant, les Sons of Horus ont trouvé et détruit les clones macabres de leur Primarque. Avec la mort de chaque clone, la Légion s’est éloignée des échecs de l’Hérésie et a récupéré une partie de sa fierté ternie. Abaddon comprit que la destruction des clones était plus qu’une simple vengeance pour la trahison finale du Primarque, elle faisait également partie du salut des survivants. La Légion avait commencé à stagner, avant même la destruction de Maeleum et le vol de la dépouille du Maître de Guerre, piégée par la mort de leur Primarque et perdue sans que l’Hérésie ne les chasse. Quand Abaddon a finalement tué le premier clone d’Horus et détruit les laboratoires de Fabius Bile, il a également détruit ce qui restait de son ancien maître, son père. Les Sons of Horus étaient finalement morts, leur passé lavé par le sang des viles abominations.[14]

Un Nouveau Maître[modifier]

Ezekyle Abaddon, le Maître de la Black Legion.
Le passage des Sons of Horus à la Black Legion n’a pas été instantané. Abaddon a donné ce nouveau nom à la Légion à la suite de la purge des clones ; cependant, il faudra de nombreuses années avant qu’ils ne deviennent une force à la hauteur de ses ambitions. Bien que la majorité des anciens Sons of Horus aient accepté la domination d’Abaddon, la Black Legion n’avait pas encore fait ses preuves.

Des siècles de guerre contre les autres Légions Renégates Space Marines les avaient transformées presque à l’extrême, et les paradigmes du pouvoir au sein de l’Œil de la Terreur avaient changé. La seule force unifiée qu’Horus avait dirigée contre l’Empereur était disparue à jamais, remplacée par des guerriers qui se chamaillaient pour des miettes ou qui étaient perdus dans des excès hédonistes. Abaddon ne ressentait que du mépris pour les Space Marines qu’il avait autrefois appelés frères, dégoûté par les Emperor’s Children, moribonds et léthargiques, et par les World Eaters, stupides et enragés. Tout comme les Légions Renégates avaient perdu leur gloire passée, ce fut aussi le cas de leurs Primarques. La plupart d’entre eux étaient complètement consumés par la puissance corrompue du Chaos. Abandonnant leurs Légions, beaucoup de Primarques avaient déjà atteint la démonification, s’alignant avec l’une des Puissances de la Ruine et acceptant leurs sombres promesses. C’était un chemin qu’Abaddon aurait pu suivre lui-même, s’élevant au rang de dieu dans le Warp, mais un chemin qui aurait limité son existence au-delà de l’Œil de la Terreur et qui aurait mis sa vengeance ultime hors de sa portée.

Abaddon a commencé à élargir les rangs de la Black Legion consumé par son désir de lancer un assaut contre l’Imperium. La nouvelle se répandit dans l’Œil de la Terreur que tout Space Marine qui s’inclinerait devant le Fléau se verrait accorder une place dans sa Black Legion et une partie de son grand plan de vengeance contre l’Empereur. Beaucoup d’autres Traîtres se moquaient et ridiculisaient Abaddon pour son arrogance. Cependant, les guerres sans fin et la corruption du Warp avaient semé la désillusion dans le cœur des autres et la promesse d’une place dans une Légion dirigée par un seigneur de guerre déterminé à poursuivre la guerre contre l’Imperium séduisit un grand nombre. La défaite insultante face aux Légions Space Marines Loyalistes était encore fraîche dans l’esprit de beaucoup et ils avaient faim d’une chance de verser le sang de leurs anciens frères. D’autres Légionnaires se moquaient de savoir de qui ils répandaient le sang, mais seulement qu’Abaddon pouvait les conduire vers des mondes où ils pouvaient arracher des cris piteux aux mourants et écraser les cadavres de leurs ennemis sous leurs pieds. La légende d’Abaddon se répandait, et ces Space Marines renégats qui ne respectaient que la force et la cruauté étaient attirés par le Fléau, son aura de carnage et de sombre majesté le désignant déjà comme un seigneur de guerre qui régnera sur tous les autres.

Au fil du temps, la Black Legion accueillit de nombreux Seigneurs du Chaos qui rejoignirent Abaddon dans son projet de détruire l’Imperium de l’Humanité.
Abaddon a rapidement acquis une réputation durable au sein des Légions pour la terrifiante vengeance qu’il exerçait sur ceux qui le trahissaient. Certains Légionnaires renégats et chefs de guerre démoniaques ont tenté d’utiliser la Black Legion à leurs propres fins, en infiltrant ses rangs avec de fausses promesses de loyauté. Le champion des Word Bearers, Rynax le Tacite, pensait utiliser la Légion comme hôte pour ses alliés démoniaques, l’infectant avec des Démons et en laissant le Warp prendre racine dans son esprit. Purgor le Putréfié, un général favori de Nurgle, essaya de transformer les Black Légionnaires en porteurs de peste, en souillant leur armure avec les restes de ses expériences les plus viles et en les envoyant au combat en toussant un mucus ensanglantés. Le sorcier Slaaneshi Hexagalimere complota pour convertir les Légionnaires en Emperor’s Children, en chuchotant des promesses aux oreilles de ceux qui avaient juré fidélité à la Black Legion et en essayant de les retourner contre le Fléau. Finalement, les têtes de tous ces champions ornent à présent le porte trophées d’Abaddon, leurs guerriers ayant terminés écorchés et leurs forteresses démolies pierre par pierre. Depuis, seuls les fous ou les déments rompent leur serment envers Abaddon le Fléau.

Abaddon était un maître de la manipulation et savait exactement quelle combinaison de peur, d’avidité et de vanité allait faire basculer l’esprit des hommes. Les seigneurs de guerre se présentaient devant Abaddon simplement pour voir par eux-mêmes ce Champion du Chaos et sa Black Legion, mais se retrouvaient à peindre leur armure en noir et à rejoindre sa cause. Alors que le nombre de membres de la Black Legion augmentait, Abaddon ravagea les mondes de l’Œil de la Terreur, réclamant plus de guerriers et d’esclaves pour sa cause. Cette fois, le Fléau prit soin de ne pas créer une cible aussi facile pour ses ennemis, et la Légion Noire resta une formation transportée par une flotte, glissant comme une ombre dans le Warp. À bord du Vengeful Spirit, Abaddon mena sa guerre contre les autres Légions, leurs alliés et leurs ennemis, créant une armée capable de rivaliser avec n’importe quelle force dans la galaxie.

La nature des Légions Renégates était telle qu’aucun seigneur de guerre ne pourrait jamais les diriger toutes, mais Abaddon espérait les unir vers un seul but comme l’avait fait Horus. La Black Legion ne pouvait espérer détruire l’Empereur et Son Imperium qu’avec l’aide des autres Traîtres, en se corrodant pour écraser leurs ennemis et lancer un seul assaut massif sur Terra. C’est le sombre rêve d’Abaddon et le chemin qui allait façonner son destin pour les siècles à venir.[15]

De Sombres Pactes[modifier]

Alors que d’autres seigneurs de guerre se contentaient de conclure des pactes avec des Dieux et des Démons individuels, abandonnant avec empressement le contrôle pour une parcelle de pouvoir, Abaddon était différent. Pendant les longues décennies de la Grande Croisade et les années sanglantes de l’Hérésie d’Horus qui ont suivi, il avait étudié la façon dont Horus avait mené ses guerres et dominé ses alliés. Ce qu’Abaddon a observé, c’est d’abord la main de l’Empereur, puis l’influence des Dieux Sombres à l’œuvre, limitant la grandeur de son Primarque et conduisant finalement à sa disparition. Abaddon ne commettrait pas une telle erreur, et bien qu’il courtisait les Dieux du Chaos en tant qu’alliés, il a juré, peut-être bêtement, de ne jamais être complètement sous leur emprise.

On ne sait toujours pas comment Abaddon a pu utiliser la volonté des dieux à ses propres fins tout en restant épargné par leur pouvoir. Certains disent que c’est le sang qu’il partage avec Horus, ce qui alimente de vieilles rumeurs selon lesquelles il serait le seul fils cloné pur du Maître de Guerre. D’autres disent qu’Abaddon a été brisé d’une manière fondamentale par la mort de son Primarque et la défaite sur Terra, son esprit consumé par la haine et la rage jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de son humanité. Un autre récit soutient qu’Abaddon n’a jamais été humain du tout et qu’il est au contraire une création des Dieux Sombres - une expression de leur haine de l’Humanité. Quelle que soit la raison, les dieux ont choisi Abaddon pour être leur champion et lui ont donné une liberté de volonté refusée à tant de leurs serviteurs, peut-être impressionnés par l’audace et la grandeur de sa quête de vengeance.

Quelle que soit la manière dont cette faveur a été gagnée, la période qui a suivi la destruction des clones et le changement de nom des Sons of Horus a été une période de guerre et de domination pour Abaddon et la Black Legion. Au fur et à mesure qu’elle grandissait en taille et en force, elle exerçait son pouvoir sur les autres bandes de guerre de l’Œil de la Terreur, écrasant et absorbant d’innombrables petits chefs de guerre, les pliant à la volonté de la Légion et ajoutant leur force à ses rangs grandissants.

Pendant ce temps, Abaddon cherchait également d’autres moyens d’accroître son pouvoir personnel et d’apprendre tout ce qu’il pouvait sur ce nouveau et dangereux royaume dans lequel se trouvaient les Légionnaires renégats. Le Fléau avait déjà découvert beaucoup de choses lors de son propre pèlerinage dans l’obscurité, le voyage qu’il avait entrepris pendant les années perdues entre la fin de l’Hérésie d’Horus et son retour dans les ruines de Maeleum. Au cours de ses voyages, il avait appris que le pouvoir que représentaient les Démons pouvait être exploité et contrôlé, tout comme un homme peut en contrôler un autre. Il a également appris que l’Œil de la Terreur était un lieu contenant des dispositifs obscurs non identifiés et des armes interdites, dont la plupart sont inconnues dans la galaxie, et que nombre d’entre elles pouvaient être utilisées à ses fins.[16]

Les Secrets du Warp[modifier]

L’ascension d’Abaddon vers la maîtrise des Légions du Chaos n’existe que sous forme de chuchotements sombres et de légende. Ce que l’on sait, c’est qu’il a laissé derrière lui pour toujours Ezekyle Abaddon, Premier Capitaine des Sons of Horus, et est devenu Abaddon le Fléau, maître de la Black Legion. Bien qu’il ait été en grande partie perdu dans les méandres de l’histoire, il reste des histoires sinistres de son triomphe sur les Démons et de sa défaite face à des seigneurs de guerre jaloux.

Une nouvelle Légion, au service du Chaos et de l’héritier d’Horus.
Abaddon se serait rendu dans un monde modelé par le Warp où le temps s’écoulait à l’envers, se désynchronisant avec l’espace qui l’entourait. Au centre du monde, un Prince Démon de Tzeentch était assis, enroulé autour de son noyau, comptant à rebours la fin des jours. Abaddon voulait s’approprier ce pouvoir et a plongé dans les marées du temps pour affronter le Démon. Les années passèrent en arrière, alors qu’il se frayait un chemin vers le Prince Démon, arrivant enfin à ses pieds et exigeant son obéissance. Méprisant le mortel arriviste, le Démon demanda pourquoi il ne devait pas le tuer là où il se tenait. En réponse, Abaddon le défia à un jeu impossible. Si Abaddon pouvait deviner le nom du Démon, il lui prêterait allégeance ; s’il échouait, il lui remettrait les artefacts qu’il portait, mais le Démon devait lui dire son nom pour prouver qu’il n’avait pas triché. Incapable de résister au défi, le Démon accepta les conditions du jeu, se moquant du mortel pour sa bêtise.

Comment le Démon aurait-il pu savoir que c’était la deuxième fois qu’Abaddon se tenait devant lui ? La première fois, il n’avait pas réussi à gagner le défi mais avait appris le nom du Démon. En remettant ses artefacts, Abaddon avait alors fait un pas en arrière dans les marées du temps et était revenu des années avant de débarquer sur la planète, laissant un message pour lui-même dans le futur avant qu’il ne soit éteint par le paradoxe. Il avait ainsi fait en sorte que les événements soient modifiés et que le Démon soit à lui. C’est ainsi qu’Abaddon a asservi Xyn’Goran, le Démon du Temps Fracturé. Avec les futurs souvenirs du Démon et les sombres sortilèges de sa cabale, Abaddon pouvait percevoir les destins et façonner sa propre destinée.

Dans une autre légende, on dit qu’Abaddon a mis le feu à tout un système pour brûler un secret sur les étoiles. S’installant sur une série de Mondes Démons à la limite extérieure de l’Œil de la Terreur, le maître de la Black Legion y aurait soumis les habitants primitifs à sa volonté, tuant de puissants champions mutants et ravageant des continents entiers jusqu’à ce que les tribus avilies et les esclaves démoniaques s’inclinent devant lui. Puis, en une seule nuit terrible, Abaddon commanda à ses nouveaux serviteurs de mettre le feu à leurs planètes, des millions d’âmes brûlant des forêts corrompues, des villes féodales et de vastes prairies cramoisies. Alors que les flammes s’élevaient, les primitifs se sont alors jetés dans les flammes, ajoutant leurs propres corps pour alimenter davantage l’enfer. Au son des ricanements des Démons, chaque monde du système maudit brillait et vacillait dans la nuit, le Warp autour d’eux bouillant en réponse à l’orgie de mort et de destruction. Depuis son navire, Abaddon regardait avec plaisir les marées de l’Empyrée répondre au carnage et changer de direction, ouvrant une porte cachée. La légende ne dit pas avec certitude où le portail menait, mais seulement qu’il s’agissait d’un autre royaume créé il y a longtemps par une race perdue, permettant au Fléau de voyager entre les mondes, échappant ainsi aux défenses de l’Imperium.

Dans des mondes où les lois de la nature n’avaient aucun sens, la Black Legion a écrasé des dizaines de bandes de guerriers rivales, ralliant leurs chefs de guerre à leur cause ou en faisant des exemples violents et sanglants. Dans la forteresse mécanique de Hezlock Trois Fois Aveugle, la Black Legion a vaincu les brins de cristal démoniaque du sorcier, et lui a donné le choix entre le service ou la vie éternelle, sa tête tranchée empalée sur un pic de cristal vivant. Avec sagesse, Hezlock s’inclina devant Abaddon. Sur une planète rance et sans fin, la Black Legion pataugea dans une rivière turgescente de saleté humaine pour faire tomber la forteresse pestilentielle du Prince Démon Anexthrok. Après avoir détruit l’armée de Démon, Abaddon le lia à la puissance du Warp et le força à se nourrir des restes de ses guerriers jusqu’à ce qu’Anexthrok accepte de lui offrir son allégeance. Chaque fois que la Black Legion apparaissait au-dessus d’un monde, ses guerriers savaient qu’ils avaient un choix à faire : se joindre au Fléau ou devenir un autre exemple de la puissance incontrôlée de la Black Legion.

Alors que la Black Legion mettait au pas un groupe de guerriers après l’autre, Abaddon a étudié les mondes de l’Œil de la Terreur. Plus Abaddon en apprenait sur l’Œil, plus il comprenait la puissance brute qu’il offrait et comment, perdu dans les limbes de l’intemporalité, il pourrait faire la guerre à l’Imperium non seulement pendant des siècles, mais aussi pendant des millénaires. Dans son esprit, les premiers signes d’une grande et sombre guerre commencèrent à se matérialiser ; la nature de sa vengeance prenait enfin forme. Abaddon travailla sans relâche à l’expansion de son armée. Chaque monde qu’Abaddon découvrait, et chaque ennemi qu’il affrontait, il se tournait vers sa cause ou les écrasait impitoyablement sous ses pieds. C’est ainsi que la Black Legion s’agrandit, ses rangs se peuplèrent non seulement de Space Marines renégats mais aussi d’une ménagerie d’âmes maudites.[17]

Armes de Guerre Forgées par le Warp[modifier]

Pendant ses guerres dans l’Œil de la Terreur, Abaddon a découvert de nombreux et puissants artefacts du Chaos, des objets qui avaient été perdus dans le Warp ou qui avaient été façonnés par les Dieux Sombres eux-mêmes. Les récits racontent que le Creuset des Mensonges, le Dernier Souvenir des Yuranthos et la Lame du Frison, des objets périlleux mais puissants, tous volés par le Fléau. Des dizaines d’armes démoniaques ont été retrouvées par la Black Legion au fond des ruines antiques des mondes en guerre ou dans les cales de navires en panne, leurs coques rouillées attirées dans l’Œil de la Terreur par les marées du temps et de l’espace. Chaque objet était une abomination mortelle contre la réalité, cachée ou oubliée pour de bonnes raisons.

Ces dispositifs et ces armes anciennes deviendront les outils avec lesquels Abaddon élaborera ses Croisades Noires, puisant dans leurs viles énergies pour réaliser sa propre ambition. Abaddon utilisa une cabale de sorciers des Thousand Sons et les sortilèges du Démon asservie Xyn’Goran pour suivre les fils du temps, toujours attentif à l’avenir et au destin de la Black Legion. En passant au crible des siècles de futurs possibles, l’esprit vif d’Abaddon a pu discerner les schémas du Warp - et les signes révélateurs laissés par les sombres artefacts qu’il désirait - qui pourraient faire tourner les marées de la Longue Guerre en sa faveur.

Nombre de ces reliques interdites ont été échangées contre le pouvoir ou données en cadeau aux généraux d’Abaddon en guise de remerciement. Les guerriers et les seigneurs de guerre du Fléau ont été marqués par le fait qu’ils portaient souvent des armes démoniaques baroques et des engins d’une puissance dévastatrice. Les plus exaspérantes et majestueuses de ces armes furent données aux Élus d'Abaddon ; ces guerriers véreux et corrompus étaient parmi les rares assez forts pour plier à leur volonté les esprits rebelles et affamés des armes. Ces objets et artefacts ésotériques jugés importants pour la Longue Guerre d’Abaddon furent cependant enfermés dans des voûtes cachées ou derrière les portes de la forteresse, scellés des regards indiscrets et des ambitions jalouses de peur qu’ils ne tombent entre les mains de ses ennemis.[18]

Nous Sommes de Retour[modifier]

Cinq siècles après sa retraite de Terra, Abaddon revint s’en prendre à l’Imperium à la tête de la Black Legion, entamant alors les terribles Croisades Noires qui bouleverseront la galaxie.[19]

NOUS SOMMES DE RETOUR !

Sources[modifier]

  • The Horus Heresy, Book One - Betrayal
  • Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, V6
  1. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Sons of Horus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Sons of Horus - Origins : The Wolves of Terra (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Sons of Horus - The Father Returned (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Sons of Horus - A Legion Reborn (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Sons of Horus - Sons of Victory (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Sons of Horus - The Fallen Light (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Horus' Last Son (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Horus' Last Son - The Horus Heresy (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Horus’s Last Son - The Warmaster Falls (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - The Tomb of Horus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - The Legion War (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. Informations issues de Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - A Mark of Shame and Devotion et résumées par Guilhem.
  14. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - Vanquishing the Past (traduit de l'anglais par Guilhem)
  15. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - A New Master (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - Dark Pacts (traduit de l'anglais par Guilhem)
  17. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - Secrets of the Warp (traduit de l'anglais par Guilhem)
  18. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - Warp Crafted- Weapons (traduit de l'anglais par Guilhem)
  19. Informations issues de Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns et résumées par Guilhem.