Hiérophante (Ecclésiarchie)

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Imperium-banner left.jpg
Imperium-banner right.jpg
DeathwatchBar.jpg




Deco-dark-angel-10.png
Deco-dark-angel-10.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Aquila-imperium.png
Imperium gothic.jpg
Aquila-imperium.png
Imperium page corner.png
DeathwatchSymbol.png
Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Hiérophante
« Ne me demandez pas de définir la foi. La foi est ce qui résiste à toute tentative de définition. C’est ce qui demeure pur, intact et immaculé quand tout autour de vous s’est effondré et s’est révélé n’être que mensonge. »
- Frater Millay, confesseur de l’Inquisiteur Krand, s’adressant à l’interrogateur Eulis lors de la purge du palais du Péché.
Un Hiérophante du Ministorum.

Les Hiérophantes sont des membres de l’Adeptus Ministorum qui se sont élevés au-dessus de la masse du clergé ordinaire. Aux yeux du monde, ces individus ont transcendé les étroites limites de la hiérarchie de l’Ecclésiarchie par les services qu’ils ont rendus à l’Imperium en général et s’apprêtent à présent à accepter de nouvelles responsabilités vis-à-vis de l’Empereur.

Leur nouvelle mission consiste de témoigner de l’irréfutable vérité du Credo Impérial au travers de leurs moindres actes et paroles. Cette mission sacrée sera conduite à l’aune du jugement de chaque Hiérophante, qui répond au commandement de l’Empereur selon ce qui lui est révélé dans son cœur. De tels individus sont véritablement consumés par le zèle que leur inspire leur vocation. Leur simple présence distille une dévotion insurmontable chez les fidèles en sa présence et emplit le cœur des adversaires de l’Humanité d’une terreur indicible. En tant que tels, les Hiérophantes font souvent cause commune avec l’Inquisition, allant parmi les hommes avec détermination et dirigeant les ouailles de l’Empereur contre les horreurs qui infestent l’univers. Certains finissent par intégrer des cellules inquisitoriales secrètes où leur présence et leur sagesse enhardissent les cœurs de leurs camarades, permettant à ceux-ci de l’emporter dans des circonstances désespérées. Les devoirs d’un Inquisiteur l’amènent souvent à découvrir des choses proscrites pour l’homme du commun et la présence d’un Hiérophante peut servir de fusible et empêcher ainsi son groupe de sombrer dans l’hérésie au contact de laquelle il passe la plupart de son temps. Certains Hiérophantes servent par ailleurs de confesseurs à leur Inquisiteurs, mettant à leur disposition leur sagesse et leur perspicacité, ou prêtant l’oreille à leurs plus terribles confessions. Les Hiérophantes sont donc capables de les absoudre et prennent en charge l’une des ressources de l’Imperium : l’âme d’un Inquisiteur.

Les Hiérophantes sont généralement imaginés sous les traits d’un individu drapé de saintes robes, annonçant la bonne nouvelle impériale à tue-tête. Bien que ce soit effectivement le type le plus courant de Hiérophante, il en existe quelques autres. Certains d’entre eux manifestent un air de sérénité si pur qu’il affecte chaque âme avec laquelle il entre en contact, tandis que d’autres sont empreints d’une aura palpable de sagesse ou d’autorité. De nombreux saints impériaux sont issus des rangs des serviteurs du Credo Impérial que sont les Hiérophantes, le canon impérial reconnaissant un nombre invraisemblable de saints parmi les fidèles. Chaque monde parmi la multitude que compte l’Imperium vénère un personnage particulier et bon nombre d’entre eux finissent par être "béatifiés"' (élevés au rang de saint) au cours des millénaires. L’écrasante majorité de ces béatifications ont lieu des siècles et même des millénaires après la mort de l’individu en question. Ce n’est qu’après une série d’enquêtes minutieuses menées par des générations entières de serviteurs du Ministorum, que le titre de saint peut être accordé. Le titre de "Hiérophante" est souvent accordé conjointement au titre de saint et donc, bien après la mort de l’individu en question, afin de lui conférer une légitimité qui ne dépende pas de son statut de saint ou de sa naissance.

Certains Hiérophantes parviennent cependant à devenir des saints de leur vivant. De telles circonstances sont extraordinairement rares et il n’existe aucune procédure formelle pour encadrer ce genre d’élévation. De tels individus sont des flambeaux à la gloire de l’Empereur qui entraînent souvent une masse de fidèles à leur suite. Ils sont capables de faire appel à l’Empereur et d’exaucer Ses volontés par le biais de miracles et d’actes de foi si frappants que les croyants n’ont d’autre choix que se jeter à terre et pleurer, se croyant en la présence d’un individu touché par l’Empereur Lui-même. La nature de ces manifestations varie du tout au tout et peut rarement être prédite. Les yeux du saint s’illuminent parfois d’une glorieuse lumière si aveuglante et intense qu’elle laisse une marque au plus profond de l’âme. On a parfois vu des saints s’élever dans les airs, comme s’ils étaient portés par les bras de l’Empereur Lui-même. D’autres saints possèdent la vigueur de dix hommes et sont capables de pulvériser les hérétiques et les blasphémateurs avec une force surnaturelle.

Quand de tels "saints vivants" font leur apparition, l’Ecclésiarchie et l’Inquisition essaient le plus souvent de déterminer la nature de ces individus et de leurs buts afin de s’assurer qu’ils ne représentent pas de menace contre leurs propres objectifs. Quand ces idéaux entrent en conflit, les autorités choisissent parfois d’éliminer l’individu en question, procédant discrètement afin d’éviter la vengeance des foules qui le vénèrent. Si la sainteté du personnage est avérée, il se peut qu’il soit intégré au Ministorum ou à l’Inquisition. Fermement acquis aux buts de ces organisations, le Hiérophante travaille à présent en tandem avec elles au nom de l’Empereur-Dieu de l’Humanité.

Source

Pensée du Jour : « Le devoir inclut sa récompense. »
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Ascension