Guerrier Nécron

De Omnis Bibliotheca
« Mes vassaux n’ont pas besoin de réfléchir, ils n’ont besoin que de savoir combattre, afin de mourir dans la poursuite de mes guerres glorieuses. Seul un seigneur bon et miséricordieux choisit de faire grâce à ses sujets du fardeau de la liberté, n’être-vous pas d’accord ? »
- Phaëron Thaszarn l’Invincible, Phaëron de la Dynastie Sarnekh, Chef de Guerre Suprême du monde primordial de Zapennec.
Sur le champ de bataille, le spectacle du crâne de métal brillant et du châssis squelettique d’un guerrier Nécron a de quoi glacer le sang des plus téméraires. Ces machines de guerre représentent la forme la plus commune des Nécrons, le soldat standard. Leur fonctionnement est simple, mais la technologie à laquelle ils doivent leur existence dépasse de loin les aptitudes du techno-savant le plus talentueux.

Les Guerriers Nécrons forment le cœur glacial des armées d’un Monde-Nécropole. Silencieux comme la tombe, ils sont implacables, dénués d’émotions et terrifiants. Pourtant, l’inspection des Guerriers Nécrons révèle des détails aberrants qui viennent briser leur image d’émissaires de la Mort. Bien que précise, leurs réactions sont lentes. Leurs membres, certes robustes, sont corrodés et maculés de fluides huileux dégoulinant de leurs joints usés. Leurs mouvements sont saccadés et leur arrive de trébucher lorsque leurs synapses subissent des interférences. Si les yeux de ces guerriers ne brillaient pas d’une lueur implacable, et s’ils ne donnaient pas l’impression d’être plus des morts-vivants que des esprits enfermés dans des coques de métal, ils seraient presque pitoyables.

Comme tous les Nécrons, le corps en métal vivant d’un Guerrier est incroyablement résistant, capable d’absorber des quantités de tirs vraiment effroyables sans la moindre égratignure. Même le démembrement total ou la décapitation ne sont pas des moyens sûrs de les arrêter, car lorsqu’un guerrier subit suffisamment de dégâts pour être mis hors de combat, les protocoles d’autoréparation avancés annulent tous les dommages, sauf les plus graves, en quelques instants, et on a déjà vu des soldats Nécrons hors d’usage se remettre en état plusieurs fois au cours du même affrontement. Ces machines apparemment indestructibles portent des armes que le Mechanicus a surnommées "Fusils à Fission". À ce jour, aucune observation fiable n’a été faite d’un Guerrier Nécron équipé d’une autre arme. Alors qu’un commandant de la Garde Impériale peut s’attendre à ce que cette uniformité et ce manque d’armement spécialisé soient une faiblesse, c’est loin d’être le cas pour les Nécrons, car les Fusils à Fission utilisent une science théoriquement impossible pour démanteler leur cible au niveau moléculaire. Ces armes puissantes peuvent décaper l’adamantium de la coque d’un char aussi sûrement qu’elles décomposent la chair d’un homme. Même l’Armure Énergétique et la constitution améliorée d’un Space Marine ne fournissent qu’une défense limitée.

Alors que la noblesse Nécron a conservé sa personnalité et son intelligence intacte, les Guerriers Nécron n’ont pas eu autant de chance lors du Biotransfert et il est probable que la quasi-absence d’émotions et de conscience de soi d’un Guerrier Nécron soit une conséquence du processus. Les guerriers ne possèdent qu’une vague acuité tactique, s’appuyant en combat sur des réactions instinctives et des schémas d’attaque programmés plutôt que sur une quelconque autodétermination ou intelligence. En fait, les Guerriers sont liés à la volonté de leur commandant et, une fois privés de direction, ils continueront simplement à exécuter le dernier ordre reçu, ou même cesseront toute activité autre que de suivre un programme de surveillance et tirer sur tout ennemi qui se trouve trop près. Les Guerriers Nécrons compensent leur manque d’intelligence par une détermination et une durabilité sans failles : une fois leurs ordres reçus, ils les suivent à la lettre sans poser de questions jusqu’à ce qu’ils les aient accomplis. De même, les Guerriers Nécrons n’ont pas la moindre trace de personnalité. Lors de l’Âge de la Chair, ces combattants n’étaient pas des soldats mais des civils de basse extraction, il était donc inévitable que leur conversion soit moins précise qu’avec les soldats ou les nobles Nécrons. Les milliards de citoyens Necrontyr qui ont été transformés en Guerriers, ayant chacun eut en son temps des espoirs, des craintes et des idées, forment maintenant des rangs d’automates sans visage et sans émotions. S’il reste une once de leur ancien moi, elle est emprisonnée derrière des murs de servilité codée. Plus troublante est l’hypothèse que les Guerriers Nécrons puissent avoir été délibérément privés de leur personnalité par la noblesse, afin qu’ils constituent une soldatesque loyale et obéissante. Malgré tout, un Guerrier Nécron n’est pas dénué de peur. Si la plupart de ses instincts primaires ont été réduits à néant depuis longtemps, l’instinct de survie demeure, mais si celui-ci ne s’active pas, le guerrier continuera le combat envers et contre tout traversant imperturbablement les horreurs de la guerre, avançant imperturbablement à travers des champs de mines, des bombardements, et d’autres dangers mortels jusqu’à ce qu’il soit détruit ou qu’il ait atteint son objectif.[1]

D’ailleurs, si les Guerriers Nécrons combattent dans un silence total, c’est parce que leurs corps mécaniques n’ont pas de synthétiseur vocal, à dessein. Toutefois, lorsqu’il est gravement endommagé, un Guerrier Nécron émet un cri électronique strident rappelant étrangement le hurlement d’agonie d’un être vivant. Il est impossible de dire si ce cri est censé avertir les autres Nécrons, ou s’il s’agit simplement d’une réaction instinctive face à la menace d’une destruction définitive.

Sources[modifier]

  • Codex Necrons, V8
  • Codex Nécrons, V5
  • Warhammer 40 000 JdR - Deathwatch : The Outer Reach
  1. Warhammer 40 000 JdR - Deathwatch : The Outer Reach - Necron Warriors (traduit de l'anglais par Christer)