Guerre de Badab

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png
« Bien que mes gardes dorment et que mes vaisseaux soient amarrés, nos ennemis savent parfaitement que nos canons ne se reposent jamais. »
- Le Tyran de Badab, attribué en 909.M41.
Le Secteur de Badab.
(cliquez pour agrandir)

Sommaire

Chapitre I : Le Maelström[modifier]

Le conflit que fut la Guerre de Badab, qui ébranla un monde entier, ne se déclencha pas du jour au lendemain. Ses racines étaient profondément enracinées dans le passé. Ses origines se trouvaient à la fois dans le cœur et dans l’histoire de ceux qui allumèrent le brasier et dans la nature du lieu où elle eu lieu : la Zone du Maelström. Les graines de la guerre furent semées un millier d’années avant le début du conflit armé entre les Chapitres Space Marines, quand une menace séculaire pour la stabilité et l’ordre de l’Imperium releva de nouveau la tête.[1]

Les Prédations du Maelström - Environ 720.M40-580.M41[modifier]

Le Maelström[2]
Le Maelström.
Après la grande tempête de l’Œil de la Terreur, le Maelström est une vaste tempête/vortex spatial Warp qui marque à la fois l’univers physique et le tissu de l’Æther de l’au-delà. C’est une lumière sombre et tortueuse dans le Warp, et un phare déchu pour ceux qui trouveraient du réconfort en enfer, un endroit où notre univers et l’au-delà se mélangent et où il est terriblement facile de glisser de la réalité à l’irréalité et vice-versa. C’est le salut pour les damnés et une mer de tempête changeante qui trouble les justes.

Situé à proximité des masses stellaires denses du noyau galactique, sur un trajet linéaire précis entre le noyau et la Sainte Terra, le Maelström couvre une zone de plusieurs centaines d’années-lumière et sa présence dans l’espace est marquée par un vaste tourbillon tournant lentement, constitué de nébuleuses, de poussière et de matière stellaire, dans lequel d’innombrables étoiles et mondes ont été perdus depuis longtemps. Bien qu’elle soit suffisamment turbulente et imprévisible pour rendre toute véritable carte sans valeur et tout espoir de la conquérir ou même de la patrouiller étant une tâche insurmontable, elle reste considérablement plus stable que la plupart des autres tempêtes Warp enregistrées, et les preuves indiquent qu’elle existe depuis bien avant l’évolution de l’Humanité. En raison de sa relative stabilité, le Maelström a longtemps servi de refuge à toutes sortes de corsaires et de renégats, de parias, d’exilés et d’horreurs oubliées, des Légions Renégates aux parents avilis des Aeldaris. À tout moment, la Deathwatch estime qu’au moins vingt royaumes Orks ou de petits pirates existent dans le Maelström, se faisant la guerre et s’aventurant dans des raids et des pillages. Des choses pires encore vivent dans sa radieuse obscurité. En tant qu’anomalie du Warp de niveau Majoris, c’est un point d’interface constant entre le réel et l’irréel. L’espace réel et le Warp s’y superposent comme une image floue. Les incursions démoniaques et les prédations d’entités spectrales telles que les Psychneuein et les Hullghasts sont courantes dans le Maelström où ces réalités se chevauchent, tandis que l’amas d’éons inconnus est projeté dans son vortex ombragé. De nombreux mondes qui tourbillonnent dans les profondeurs du Maelström ont été contaminés par le Chaos d’une manière ou d’une autre, tandis que d’autres ont été touchés par le clapotis de marées plus étranges encore.

Bien qu’il soit considéré comme "stable" - du moins pour une tempête Warp - le Maelström n’est pas statique, et on sait qu’il augmente et diminue périodiquement en taille et en turbulence avec le temps. On ne peut pas non plus se fier entièrement à l’endroit où il a été rencontré pour la dernière fois. Au cours des siècles, un certain nombre de savants et d’Explorators ont cherché à définir un modèle, une raison ou une rythme des fluctuations chaotiques du Maelström, attirés par ses sombres mystères. La plupart sont devenus fous ou se sont perdus eux-mêmes ; bien que ceux qui ont laissé des documents déchiffrables ont souvent comparé ses motifs au souffle des dieux qui sommeillent comme il se doit ou aux motifs encéphalographies d’un esprit cauchemardesque.

Tout au long de la fin du quarantième millénaire et du début du quarante et unième millénaire, l’Imperium avait subit une recrudescence d’attaques de forces malignes provenant de l’intérieur du Maelström, un vortex stellaire, ancien et massif près du noyau galactique. Ces attaques frappèrent et ravagèrent des centaines de planètes et de systèmes stellaires dans les environs, causant le massacre de centaines de milliers de personnes et s’en prit lourdement aux navires impériaux qui transportaient des ressources vitales puisées dans les amas denses d’étoiles à proximité.

Les effets corrosifs de ces attaques devinrent de plus en plus graves et inclurent la perte des mondes frontières de la Nébuleuse d’Hybraxis au profit d’une Waaagh! Ork à la fin des années 700 de M40, et le débordement des colonies minières vitales de Larsa et Kyro par des hordes mutantes adorant le Chaos pendant les premières années de M41. En particulier, le contrôle impérial sur cette région frontalière éloignée mais importante sur le plan économique, connue sous le nom de Zone du Maelström, commença à glisser dangereusement. En soi, cette situation menaçait de saper massivement la capacité de production militaire des secteurs voisins, des secteurs impériaux plus insérés et menaçaient de voir les frontières poreuses de l’Imperium dans la région s’effondrer, mettant ainsi des mondes relativement sûrs sous la menace directe d’attaque.

La "Grille de la Zone d’Extraction des Ressources Impériales Autonomes Adjacentes du Maelström 004-357" pour lui donner sa désignation complète et quelque peu lourde de l’Administratum (simplement et plus communément appelée la Zone du Maelström), était et reste un vaste balayage de l’espace sauvage situé à l’ouest/sud-ouest/sud du Maelström galactique lui-même en utilisant le formulaire standard. Cette vaste étendue d’espace vide éclipse de nombreux secteurs impériaux en taille, contenant plus d’un millier de systèmes stellaires observés et n’a en vérité jamais été plus qu’une division cartographique et administrative, et pas du tout un domaine vraiment cohérent. Alors que la Zone du Maelström contenait plusieurs grandes planètes et colonies impériales, aucun contrôle central ou même éphémère de l’Imperium n’était maintenu sur la zone dans son intégralité. Elle ne pouvait l’être non plus, tant la région était peu explorée, dangereuse et éloignée. Située entre les denses masses stellaires du bras galactique et les turbulences mortelles du Maelström lui-même, une grande partie de la zone est un vide sombre, des golfes sans étoiles au milieu desquels des amas de corps célestes sont inégalement et faiblement dispersés. Toute la région est en proie à des phénomènes mortels et imprévisibles tels que des récifs ioniques, des zones nulles et des singularités nomades, tandis que l’influence néfaste du Maelström, qui s’amplifie et s’atténue de manière chimérique, rend tout aussi hasardeuse et imprévisible toute tentative de traverser le Warp dans la région : un facteur qui est peut-être plus que tout autre responsable de la rapidité avec laquelle la Zone du Maelström est restée résolument indomptée au cours des millénaires. Compte tenu des conditions locales, il n’est peut-être pas surprenant qu’il y ait relativement peu de mondes habitables dans la zone, le pourcentage de systèmes stellaires ayant des biosphères viables étant bien inférieur à celui des régions plus sédentaires.

Historiquement, cela signifie que ces lieux qui accueillent la vie, là où ils se trouvent, ont toujours été importants et leur possession a souvent été âprement contestée car ils permettent d’accéder facilement aux richesses de la Zone du Maelström, - et les richesses y sont abondantes. Les mondes de la Zone, souvent à l’origine peuplés des voleurs et des exilés du Noyau Galactique expulsés dans les âges passés par des effets à la fois naturels et contre-nature, sont une source de nombreux minerais, isotopes et dépôts cristallins rares, presque inconnus, situés plus loin du centre galactique et rarement aussi accessibles. C’est cette richesse qui a attiré l’Humanité dans la Zone à maintes reprises, malgré ses nombreux dangers et difficultés, et il existe en effet des preuves évidentes de la présence de l’Humanité dans la région dès le Moyen-Âge Technologique. La Zone du Maelström a également attiré les ennemis de l’Humanité dans leur nombre incalculable et leurs formes diverses et détestables.

Lentement, au cours des trente-huitième et trente-neuvième millénaires, plusieurs avant-postes impériaux importants de la Zone du Maelström se sont imposés comme des phares d’influence et de force dans la région. Cette poignée de mondes vitaux formait les maillons d’une chaîne lointaine qui permettait aux richesses de la Zone du Maelström de couler depuis ses dangereuses profondeurs dans les coffres de secteurs plus établis au-delà du bras stellaire. Les trois maillons les plus importants de cette chaîne étaient les systèmes stellaires de Cygnax, Sagan et Badab, chacun étant un îlot de la civilisation impériale dans cette mer anarchique. C’est cette voie du commerce qui était de plus en plus menacée à mesure que la situation dans le Maelström devenait de plus en plus instable.[3]

La Mort de Cygnax 4 667 577.M41[modifier]

Le Monde-Ruche de Cygnax, fortement militarisé dans le système stellaire qui porte son nom, était, au milieu de M41, la sphère la plus peuplée de la Zone nord du Maelström. Cygnax était un monde clé, ayant longtemps été un pilier du contrôle impérial de la région, formant un rempart contre les agresseurs et un port sûr pour les vaisseaux Impériaux. En l’an 557.M41, avec l’apparition soudaine d’une tempête, il a succombé à la corruption de l’intérieur et aux attaques de l’extérieur. Soutenu par l’intervention du redoutable groupe de guerre Space Marines du Chaos, connu sous le nom de Reborn, la planète a rapidement sombré dans une guerre civile sanglante entre sa garnison impériale et les nihilistes du culte de la mort qui s’étaient développés dans la sous-Ruche jusqu’à atteindre des dizaines de milliers de membres, tuant sans discernement et s’emparant de quartiers entiers de la ville sans se soucier des conséquences. Malgré l’intervention du Chapitre Space Marine des Mantis Warriors, qui avait lui-même élu domicile dans le secteur voisin de l’Amas d’Endymion, le nombre de morts s’est rapidement élevé à plusieurs millions. Sans contrôle, les adeptes de la mort ont eu accès à une partie du réseau de silos de missiles de défense de la planète et, dans une rage suicidaire, ils ont déclenché une pluie d’ogives atomiques et à plasma qui a fait voler en éclats les Cités-Ruches et réussi à perturber l’orbite de la planète pendant plusieurs années. L’hiver permanent, les retombées radioactives et les bouleversements tectoniques qui en ont résulté ont anéanti toute vie sur Cygnax.

Les ondes de choc de cet événement ont été énormes, et tout comme la suppression d’une seule clé de voûte vitale peut faire s’effondrer une puissante infrastructure, la chute de Cygnax a provoqué l’effondrement du contrôle Impérial de la zone nord du Maelström. Les routes commerciales ont été coupées et le contact avec des dizaines d’avant-postes et de stations minières périphériques a été rapidement perdu. Cygnax est devenu une terre désolée, balayée par les tempêtes et couverte de retombées, les ruines des Ruches détruites constituant un riche attrait pour les charognards et les renégats, qu’ils soient d’origine humaine ou Xenos. Des mondes lointains ont été coupés de l’Imperium et ont été soit forcés de se retrancher pour survivre, soit ont glissé dans un silence obscur. En un an, l’Imperium avait perdu l’accès à une étendue d’espace équivalant à un mois et demi de voyage Warp.

Pris avec d’autres pertes au cours des siècles précédents, un point de basculement crucial avait été atteint et des chaînes d’approvisionnement militaires vitales s’étendant jusqu’à Bakka et à Sainte Terra elle-même furent menacées, ce qui força l’Adeptus Terra à agir.[4]

Les Gardiens du Maelström 0 338 587.M41[modifier]

Les Orphelins de la Guerre[5]

Ailleurs, en 680.M41, loin de la Zone du Maelström, une série d’événements a été mise en branle et s’avérera plus tard avoir de terribles ramifications pour le Chapitre des Astral Claws. Le Bakasurra, un Croiseur d’Attaque appartenant aux Tiger Claws, réapparut sur le bord du Segmentum Pacificus, contenant plus d’une centaine de Frères de Bataille d’un Chapitre déclaré détruit plus de quatorze siècles auparavant. Le navire semblait avoir été soumis à une grave distorsion temporelle dans le Warp, et pour ceux qui se trouvaient à bord, il ne s’était pas écoulé plus de quelques mois. Après avoir pris contact avec une Force de Frappe Space Marine des Storm Wings et les avoir aidés dans la bataille contre les esclavagistes Drukharis, les Tiger Claws ont été réapprovisionnés et sont retournés à l’emplacement de leur Forteresse-Monastère sur Krodha. Là, ils ont découvert qu’en leur longue absence, leur ancien soleil s’était étendu et avait transformé leur monde en une enveloppe sans vie et irradiée, et que leur Chapitre n’était rien d’autre qu’une légende oubliée.

Le Capitaine Vetala des Tiger Claws, devenu le maître de facto de ce qui était en fait un Chapitre mort, s’est rendu à Sainte Terra pour demander la libération des stocks génétiques du Chapitre et le droit et le titre de reconstruire les Tiger Claws. Le Capitaine Vetala a disparu sans laisser de traces en attendant l’audience de sa requête et, en conséquence, sa plainte a été sommairement rejetée. Des rumeurs dans les cercles inquisitoriaux ont laissé entendre que le Chapitre perdu était considéré comme entaché par certains et qu’il faisait partie de la soi-disant "Fondation Maudite" qu’il valait mieux oublier. Le Bakasurra, vu pour la dernière fois en train de mener des opérations dans la région du monde où leur Chapitre est mort, n’a pas pu être localisé par les navires envoyés dans la région pour le retrouver.

En réponse à ces terribles prédations du Maelström, un Édit Impérial a été prononcé par les Hauts Seigneurs de Terra et l’ordre a été donné de baser de façon permanente plusieurs Chapitres Space Marines dans la Zone du Maelström afin de protéger les intérêts de l’Imperium et de pacifier la région. Le Chapitre des Astral Claws, en reconnaissance de ses glorieux services passés envers l’Imperium, a reçu le grand honneur de commander les Gardiens du Maelström nouvellement formés. Cette force devait également inclure le Chapitre basé sur une flotte des Lamenters et le Chapitre Charnel Guard qui étaient spécifiquement chargés de patrouiller dans les régions extérieures du Maelström, et devait également incorporer à son commandement les Mantis Warriors qui étaient déjà basés dans l’Amas Endymion voisin. Une fois sur place, le Chapitre des Astral Claws s’est emparé à son arrivée une station de combat orbitale dans le système stratégiquement vital de Badab pour en faire sa Forteresse-Monastère et sa base d’opérations. Une fois établis, les Chapitres des Gardiens, soutenus par le détachement permanent d’un escadron de la Marine Impériale dans la région pour mener des recherches, de détruire et de protéger les convois, ont rapidement stabilisé les environs et ont purgé la zone intérieure des éléments hérétiques et Xenos qui les avaient affligé, ramenant une douzaine de planètes sous le contrôle impérial. Les richesses de la Zone du Maelström commencèrent à nouveau à couler dans les coffres de l’Imperium.

La plus grande opération de cette époque fut la Campagne de Purge de 640.M41-651.M41 au cours de laquelle les Astral Claws et leurs alliés menèrent une série de grandes opérations guerrières, frappant au cœur même du Maelström et menant le combat contre l’ennemi, la première force impériale depuis des siècles à le faire. En utilisant les renseignements recueillis pendant plus de cinquante ans de guerre constante, les cartes et secrets anciens recueillis à partir des histoires cryptiques conservées dans les archives du Chapitre des Mantis Warriors, les Forces de Frappe des Gardiens ont réussi à localiser et à détruire des dizaines de bastions ennemis et à déraciner les cachettes de nombreux renégats tristement célèbres pendant la campagne. Lors d’une bataille à Taskar’s Wound, les Mantis Warriors se sont vengés des Reborn pour leurs pertes sur Cygnax. Malgré les succès des Space Marines, leurs efforts ont finalement été brusquement ruinés lorsque le Chapitre de la Charnel Guard a été brutalement retiré de la Zone du Maelström. Grâce à l’intervention directe de l’Adeptus Terra, les liens du Chapitre avec les Gardiens furent rompus et ils furent envoyés dans la Croisade de Thanatos dans la Région Voilée. Cette perte soudaine, qui réduisit les forces des Gardiens d’un quart, mit effectivement fin à la campagne. Les Astral Claws demandèrent par la suite qu’un Chapitre de remplacement soit attribué aux Gardiens en temps voulu pour régénérer leurs forces, mais cela leur fut refusé.

Moins de vingt ans plus tard, les Gardiens vont subir un autre coup dur. En 681.M41, un vaisseau spatial jusqu’alors inconnu, appelé Unhallowed Heart, est apparu au bord du Maelström. Le Space Hulk, un conglomérat tordu de paysages urbains déchiquetés et de vaisseaux perdus, s’avéra être la demeure de Démons, et tous ceux qui entraient en contact avec elle étaient rongés par un désespoir et une folie suicidaires. Plusieurs escadrons de navires et un Croiseur d'Attaque des Astral Claws furent perdus dans une vaillante tentative d’intercepter le Unhallowed Heart qui a dévasté plusieurs avant-postes avant de disparaître dans le Warp et de réapparaître en orbite autour du Monde en cours de Colonisation d’Eshunna. Un quart de la population de la planète fut tué en une seule longue nuit de carnage, victime d’une vague de suicides en masse, de saccages meurtriers et d’hystérie gratuite. Seuls les Space Marines du Chapitre des Lamenters semblaient pouvoir s’approcher du Space Hulk sans souffrir de sa terrible malédiction, mais même eux commencèrent à succomber et les spectres fantomatiques des damnés les assaillaient sans pitié. Infaillibles malgré la terreur impie à laquelle ils furent confrontés, les Lamenters ont utilisé une combinaison de bombardements à courte distance et d’abordages désespérés contre le Space Hulk hantée par la guerre, et parvinrent à éloigner de force cette chose monstrueuse de la planète. Pressant leur assaut, l’étoile noire en son cœur s’est éteinte et la coque s’est finalement brisée sous leur assaut soutenu. Les pertes des Lamenters furent élevées, avec plus de trois cents Frères de Bataille et quatre Vaisseaux d’Attaque perdus dans l’engagement.

L’enquête ultérieure d’Ordo Malleus a critiqué le Chapitre pour ne pas avoir détruit la coque le plus tôt possible aux dépens de la planète. Le jugement a été accueilli avec une certaine fureur par le Chapitre des Lamenters, qui a chassé la députation de l’Ordo Malleus pour son insulte. Ce jugement marqua le nadir des relations entre l’Imperium et les Gardiens du Maelström durant cette période, et vint alors que les Gardiens étaient de plus en plus sollicités par une recrudescence d’incursions démoniaques et d’attaques de corsaire qui les poussaient dans une posture de plus en plus défensive, toutes les opérations près du Maelström étant suspendues.[6]

Le Tyran de Badab 5 901 715.M41[modifier]

La Dîme Impériale et les Fils Fragiles de la Survie Humaine[7]

Le tissu de l’Imperium est cimenté par la Grande Dîme, également connue sous le nom de "Dû de Terra" ou la "Grande Récolte". La dîme est universelle et payée avec la seule vraie chose qui a de la valeur dans l’Imperium, la vie humaine, à la fois comme une levée de la jeunesse de monde abandonnée pour le service et la sombre récolte des Psykers et des sorcières livrés aux redoutables Vaisseaux Noirs. La dîme, dont l’administration, la surveillance et le recouvrement sacrés incombent aux innombrables membres de l’Administratum, est (du moins en théorie) appliquée à chaque monde de l’Imperium dans sa propre mesure et selon sa capacité à payer. Peu de mondes dans les limites de l’Imperium sont exemptés d’une manière ou d’une autre, les plus remarquables étant les mondes redevables à une autre branche de l’Adepta, comme les Mondes Chapitraux des Astartes ou les bastions inquisitoriaux, tandis que les grands Mondes-Forges de l’Adeptus Mechanicus ont leurs propres structures de prélèvement cachées dans l’empire dissimulé du Culte de la Machine.

À la Grande Dîme vient s’ajouter un vaste réseau de distribution de ressources, de devoirs, qui est mouvant et insondable, les taxes féodales et les anciens contrats commerciaux par lesquels les moyens de production de l’Imperium, les guerres sans fin et les nécessités de la survie humaine sont maintenus. Pour les grands Mondes-Ruches industriels comme Necromunda ou Hermetica, cette production durable est vaste, occupant de nombreux gigatonnes de produits manufacturés, tandis que leur faim de matières premières est à la fois colossale et insatiable. La collecte de la dîme et le transfert des matériaux sont incessants, mais la guerre, l’erreur, l’avidité, l’échec, le désastre et les caprices des voyages Warp peuvent tourner ce processus en dérision, et les rouages monolithiques de la bureaucratie de l’Administratum tournent beaucoup trop aveuglément et lentement pour prendre note des destins changeants des mondes marginaux avec une réelle précision. Cela peut conduire à des situations dans lesquelles une dîme peut rester non perçue pendant des siècles, où des milliards de personnes peuvent mourir de faim sans être remarquées ou une planète ravagée est soumise à des exigences qu’elle n’est tragiquement pas en mesure de satisfaire. Pour les mondes humains périphériques et les stations frontalières trop éloignées de l’Imperium proprement dit dans la nature sauvage de l’espace, soit qui sont passées inaperçues en raison de leur taille, la dîme ne s’applique pas strictement, mais dans la pratique, les colonies parrainées doivent quand même payer un prix, et peut-être subir l’attention des Libres-Marchands, ce qui peut être à la fois une malédiction et une bénédiction.

Après qu’une série d’importants raids des Orks, provenant du Maelström, aient frappé profondément le secteur de Badab, le Maître des Astral Claws, Rovik Blake, est allé à l’encontre de sa propre doctrine et a poursuivit personnellement les Orks dans le Maelström avec la Barge de Bataille du Chapitre, Seraph of Judgement, à la tête d’une importante Force de Frappe. Les Astral Claws ont quitté le Warp peu après que les vaisseaux des Orks soient arrivés dans leurs bases Roks situées dans les vastes champs de débris planétaires en orbite autour de l’étoile colossale d’Hellsiris. Là, la bataille débuta. Le Maître de Chapitre Rovik Blake, qui avait dirigé les Astral Claws pendant les deux derniers siècles, est tombé en combat singulier avec le Big Boss Ork Vorg Manburna et même si les Space Marines avaient tué des milliers de Peaux-Vertes dans la bataille et détruit une grande partie de la base des Orks, le Seraph of Judgement a été gravement endommagé et les Astral Claws furent forcées de battre en retraite.

Lors du retour des survivants dans le système de Badab, Lugft Huron, Capitaine de Compagnie des Astral Claws, fut nommé Maître de Chapitre par l’acclamation populaire de ses pairs en 5 901 715.M41. Ce faisant, il est devenu de loin le plus jeune guerrier de l’histoire du Chapitre à atteindre ce rang. Il s’était déjà imposé sur le champ de bataille comme un leader charismatique et un tacticien habile. Lugft Huron s’est rapidement fait remarquer en réorganisant les déploiements stratégiques des Astral Claws et en établissant une politique d’expansion de la flotte de son Chapitre, qui s’était fortement réduite, accueillant y compris dans ses rangs des navires de corsaire capturés lors de raids agressifs. De concert avec les Maîtres des autres Chapitres des Gardiens, il a ensuite mis en place une politique de la planète brûlée contre leurs ennemis et a augmenté le stock d’armes de classe Exterminatus des Astral Claws à cette fin, transformant plusieurs mondes marginaux qui, dans le passé, avaient fourni aux navires renégats un port temporaire, en orbes sans vie.

En 4 512 718.M41, un coup d’État manqué sur Badab Primaris a conduit à une guerre civile avortée sur le Monde-Ruche. Les Astral Claws sont intervenus et ont brutalement écrasé le conflit. Au lendemain du coup d’État, les interrogatoires ont révélé que des éléments à l’origine du complot avaient des liens avec des pilleurs et des réseaux de contrebande, qu’ils avaient utilisé comme source d’armes et de drogues contaminées pour alimenter le soulèvement manqué. L’affaire a ensuite été portée devant Lugft Huron pour être jugée, alors que des émeutes et des révoltes mineures commençaient à éclater de nouveau à travers la planète. Lugft Huron s’est indigné qu’une telle trahison puisse s’envenimer insidieusement dans son dos et conscient du destin de Cygnax, il a décidé de prendre les choses en main personnellement. Les Space Marines des Astral Claws ont rapidement réimposé l’ordre une fois de plus sur Badab Primaris. Cette fois-ci, ils ont utilisé une Force de Frappe et exécuté une grande partie de la classe dirigeante de la planète, tout en purgeant ses Ruches de tout individu qu’elle percevait comme moralement récidiviste. Lugft Huron a également pris la tête de la planète se proclamant lui-même "Tyran du Badab", revendiquant le secteur de Badab (l’ensemble des mondes habités à proximité de la région relativement hospitalière du vide autour du système de Badab) comme le fief du Chapitre, "pour mieux protéger ces mondes et les âmes qui y habitent dans la gloire de l’Empereur", faisant écho dans sa déclaration à l’exemple et aux précédents du royaume souverain d’Ultramar et de la charte des Gardiens. La purge générale des élites dirigeantes des systèmes voisins ne tarda pas à suivre et, dans les décennies qui suivirent, un certain nombre de "bastions de garde" des Astral Claws furent établis, tandis que les serviteurs choisis et les alliés politiques de Huron furent placés dans des positions de pouvoir, transformant effectivement le secteur de Badab en un petit empire sous l’autorité des Astral Claws. La puissance de Huron fut encore renforcée par la création de ce qui fut connu sous le nom de "Légion du Tyran" dans le cadre d’une réorganisation massive des Forces de Défense Planétaire indigènes inégales et souvent isolationnistes de la région. Ces forces suivaient désormais une norme dictée par Huron ainsi qu’une structure de commandement unifiée. Des détachements d’Astral Claws ont été chargés de poursuivre leur formation pour les purger des éléments faibles. En 790.M41, la défense du secteur de Badab était plus forte qu’à aucun autre moment de son histoire, la valeur de la Légion du Tyran ayant prouvé sa valeur lors du refoulement des raids corsaires sur les stations de Decabalus et de Mynestra. Le Chapitre lui-même, libéré de sa position défensive, a mené une série de raids brillants dans les zones périphériques pour harceler et détruire des cibles sur Bloody Bones et d’autres planètes contrôlées par les hérétiques ou les Xenos. La renommée du "Tyran" des Astral Claws s’est développée, sa réputation s’est étendue au-delà de la Zone du Maelström, à mesure que le nombre de ses victoires augmentait, que l’activité des pirates diminuait et que la Zone du Maelström connaissait des niveaux de production jamais atteints auparavant.

Encouragé par ses succès, Lugft Huron envoya ses serviteurs en pèlerinage pour remettre une longue pétition officielle à Terra. Ce document exposait en détail les arguments en faveur de la soumission complète du Maelström et de ses environs, ainsi que les grands avantages que cela apporterait à l’Imperium. Pour y parvenir, le document a présenté les arguments en faveur d’un déploiement massivement accru de Chapitres Space Marines dans les rangs des Gardiens du Maelström, suggérant qu’une nouvelle Fondation pourrait même être envisagée pour répondre aux besoins du plan. La requête de Huron a été rejetée sans audition complète au motif que les besoins de l’Imperium étaient dirigés ailleurs.[8]

Le Schisme de Badab 748.M41[modifier]

Le Péché de Huron[9]

Au milieu des années 700.M41, l’envoie des stocks génétiques des Astral Claws au Magos Invigila de l’Adeptus Mechanicus est devenue peu fréquent et incomplet. Bien que cela fut préoccupant, de tels cas ne sont pas rares lorsqu’il s’agit des Chapitres Space Marines, en particulier ceux qui sont déployés dans des zones frontalières ou en croisade, simplement parce que le Chapitre lui-même peut avoir un besoin temporaire de conserver le gène lui-même pour soutenir les pertes sur le champ de bataille. Mais plus une telle omission persiste, plus le risque est grand qu’un autre motif plus sombre soit à l’œuvre. Des preuves ultérieures indiqueront que cela devait certainement se vérifier avec les Astral Claws, et cela, ainsi que la fierté, s’avérerait être le premier grand péché contre les traditions des Astartes, ce qui entraîna sans doute la chute du Chapitre dans l’hérésie.

Après que d’autres demandes de redistribution des ressources de la Zone du Maelström aient été rejetées, Huron a retenu la dîme planétaire de Badab Primaris à l’Administratum et a encore bloqué le passage du commerce à travers ses royaumes pour protester contre le fait que l’Adepta ne lui avait pas fourni, ainsi qu’à ses alliés, les ressources suffisantes pour assurer la surveillance du Maelström. Cela a eu un double effet car une grande partie de la production de Badab était en fait constituée de raffinage de minerais et de cristaux provenant des avant-postes miniers dispersés de la région des Étoiles Pâles de la Zone du Maelström. De plus, comme les principales routes Warp viables de la région passaient par Badab Primaris, la majeure partie de l’approvisionnement en minerais de cette région vitale avait également été coupée.

Le Tyran de Badab a expliqué ce refus au nom du rôle des Astral Claws en tant que défenseurs de la Zone de Maelström, détournant les ressources industrielles et la main-d’œuvre qu’il avait réquisitionné pour compléter directement les défenses du secteur de Badab ainsi que pour augmenter le détachement de la flotte du Maelström et fortifier les mondes clés sous sa responsabilité. Dans le système de Badab, cela s’est traduit par une augmentation massive des défenses basées dans l’espace, encerclant les sphères extérieures et intérieures dans un "Anneau d’Acier". Pendant son séjour à Badab Primaris, Lugft Huron ordonna la démolition de l’ancienne citadelle des précédents dirigeants et érigea à la place ce qui allait devenir le légendaire "Palais des Ronces", immensément fortifié, selon ses propres critères et plans.

La situation politique de l’époque a donné lieu à une vive controverse et à des discussions amères au sein de l’Adeptus Terra et des Courts Temporelles du Segmentum au sujet des chartes et des contrats rompus. Au cœur de ce débat se trouvait une ligne de faille qui avait longtemps dormi sous la structure rigide de la Loi Impériale : le droit contradictoire de l’Administratum à la Dîme Impériale et les droits anciens des commandants Astartes à défendre l’Imperium par tous les moyens nécessaires. Cette situation fut rapidement connue des observateurs sous le nom de "Schisme de Badab" et dura pendant plus d’un siècle et demi, au cours de laquelle les opérations militaires des Astral Claws et des Gardiens du Maelström devaient se poursuivre comme d’habitude sur fond d’aggravation des tensions avec les autorités de l’Administratum et du Segmentum.

Cette perte soudaine de la force vitale de l’industrie et du commerce n’a été nulle part aussi vivement ressentie que dans le Secteur de Karthargo. Pendant plus de sept siècles, les Seigneurs Karthans et les Gouverneurs Planétaires ont détenu la charte de distribution de la production industrielle de la Zone du Maelström et ont surveillé son passage depuis la forteresse d’approvisionnement de Sagan, contrôlée par l’Administratum, et de là au Segmentum Ultima occidental puis au-delà. Isolés des autorités de Kar Duniash par de vastes distances de turbulences et de l’espace en guerre, les Karthans s’étaient depuis longtemps amollis et étaient décadents, protégé des prédateurs bestiaux et de l’alien par le sang et le labeur de royaumes plus déchirés par les conflits. Les seuls maîtres qu’ils craignaient étaient les Procurato-Généraux du Segmentum qui réclamaient leur dû, mais les sources qui les approvisionnaient depuis si longtemps se sont soudainement taris.[10]

La Campagne de la Dérive de Lycanthos et la Croisade de la Colère[modifier]

Malgré la fureur et l’encre répandue que leurs actions avaient engendrées à des centaines d’années-lumière de distance, les Astral Claws, désormais en pleine force de combat et libérées du poids peu glorieux du devoir de garnison, se sont déplacées pour intervenir au lendemain de la longue et infâme Rébellion du Quatrième Quadrant, qui couvait depuis longtemps et qui avait troublé l’Imperium pendant de nombreuses décennies. Répondant à un appel général aux armes parmi les Astartes de la région, les Astral Claws dépêchèrent une puissante force sous le commandement personnel de Lugft Huron contre l’un des derniers systèmes fortifiés majeurs de la révolte au-delà des frontières méridionales de la Zone du Maelström.

Lors du rassemblement des forces impériales, Lugft Huron a été élu chef de la campagne par le consentement commun de Forces de Frappe mixtes comprenant des Compagnies des Chapitres des Astral Claws, des Fire Hawks, des White Scars et de la Celestian Guard, soutenu par les régiments de la Garde Impériale de Krieg et de Kol-Sec et les Titans de la Legio Venator. Sous le commandement inspiré du Lugft Huron, la Force de Frappe a impitoyablement éradiqué en moins d’un an les forces du Chaos et les renégats du système de Lycanthos fortement fortifié. Cependant, Stibor Lazaerek, le Maître de Chapitre des Fire Hawks, furieux de ne pas avoir reçu le commandement de la campagne à la place d’Huron, est connu pour en avoir voulu aux Astral Claws depuis cette époque. Une rancune qui allait bientôt porter des fruits amers.

Le Tyran Isolé[11]

Les documents de cette période décrivent Lugft Huron comme un homme taciturne et singulier, qui s’est retiré à son retour dans le Maelström, soit en s’enfermant dans les archives du Chapitre pendant des jours et en refusant de voir qui que ce soit, soit en vivant des veilles silencieuses dans le Panopticon-Solar de la Forteresse-Monastère, en regardant sans cligner des heures les holosphères qui décrivaient l’étendue de la Zone du Maelström et le vortex maléfique qui dominait ses étoiles. Certains observateurs ont ajouté que c’est à cette époque que Lugft Huron est tombé en disgrâce, qu’il a renié les buts pour lesquels il avait passé sa vie à se battre, qu’il a vu sa gloire ultime lui être arrachée des mains par ceux qu’il devait appeler maître et allié, ou qu’il a cédé à l’orgueil et à la fausse fierté. Certains sont allés jusqu’à suggérer que pendant la Croisade de la Colère, au plus profond du vortex cauchemardesque du Maelström, une étrange souillure, extraterrestre ou du Warp, s’est infiltrée dans son cœur. Mais cette réponse est peut-être trop simple et peu probable, et il est tout aussi possible que l’obscurité dans l’âme de Lugft Huron n’était ni plus ni moins que le même feu empyréen qui l’a appelé à la grandeur et qui a fait de lui un guerrier si efficace et novateur, comme le découvriront bientôt à leurs dépens tant de ses anciens frères Space Marines.

De retour dans la Zone du Maelström suite à une glorieuse victoire, les Astral Claws ont rapidement cherché à capitaliser sur leurs acquis, et en 869.M41 à l’instigation de Lugft Huron, les Black Templars ont déclaré une Croisade de la Colère dans le Maelström, l’attaquant depuis ses marches orientales. Pendant ce temps, les Astral Claws, les Lamenters et les Mantis Warriors ont lancé leurs propres assauts sur les chemins de la grande tempête depuis ses approches sud et nord-est. Grâce en grande partie à la planification stratégique du Tyran ainsi qu’au courage des Chapitres Space Marines impliqués, pas moins de vingt-trois mondes fortifiés extraterrestres ou hérétiques ont été purgés, dont plusieurs en marge du Maelström qui étaient tombés entre les mains des Word Bearers et de leurs disciples apostats. Au plus fort de la campagne, ayant fait des incursions plus profondes que toutes les flottes impériales enregistrées n’avaient jamais tenté, les Astral Claws et les Mantis Warriors ont dirigé leur assaut massif pour écraser les chasseurs de chair sous-humains du Tourbillon Hurlant. Au point culminant de la bataille contre les chasseurs de chair, la compagnie des Astral Claws, dirigée par Lugft Huron, s’est frayée un chemin au plus profond des voûtes des carcasses des créatures immondes avant de déchaîner le virus dévoreur de vie sur les abominations. Par ce seul acte, ils mirent fin à une menace qui pesait sur l’Imperium depuis avant l’Âge de l'Apostasie, offrant une grande et louable victoire. Une fois de plus, des événements plus importants sont intervenus pour mettre un terme prématuré aux plans des Astral Claws. Les Black Templars ont soudainement été appelés à aider le royaume assiégé d’Ultramar au lendemain de la Guerre Tyranique. Ayant déjà subi des pertes substantielles au cours de la campagne, craignant d’être coupés de leurs bases, et avec les lectures du Tarot de l'Empereur annonçant la fin prochaine, les Chapitres Gardiens ont été contraints de se retirer du Maelström et n’ont pas pu atteindre leurs objectifs, à la fureur d’Huron.

Les choses se sont à nouveau aggravées, non seulement dans la Zone du Maelström, mais aussi pour l’ensemble de l’Imperium. La menace de la Flotte-Ruche Béhémoth avait désorganisé la défense du Segmentum Ultima, et des menaces somnolentes aussi loin que l’Œil de la Terreur et les Étoiles Goules ont refait surface. Partout, il y a eu des guerres et des rumeurs de conflits, des révoltes et des phénomènes étranges. Dans la Zone du Maelström, les troubles ont de nouveau éclaté et les ennemis ont afflué des lieux obscurs, comme une force Ork en maraude d’une taille jamais vue depuis la Bataille d’Hellsiris qui a ravagé l’Amas d’Endymion, et l’ancien monde de Phargos Hex, au bord de la Zone du Maelström, a tout simplement disparu, pour ne plus jamais être revu. Les convois ont été attaqués en nombre toujours plus important et des navires gigantesques et des tempêtes Æthériques ont été vues sur des itinéraires Warp autrefois sûrs, alors que la grande tempête du Maelström elle-même devenait agitée et s’étendait. Dans la lumière de la tempête Warp, les révoltes des sectes ont ravagé les avant-postes miniers dispersés des Étoiles Pâles et ont également frappé plus près de la Zone du Maelström, alors que les activités des cultes étaient découvertes et se développaient dans l’ombre du secteur de Badab, ce qui a suscité une série de pogroms impitoyables de la part des partisans du Tyran.

Alors que les crises se succédaient dans les dernières années de 800.M41, Lugft Huron vit la Zone du Maelström lui échapper et toutes les victoires remportées par les Gardiens commençaient à s’effriter. Il se mit donc à resserrer son emprise, ignorant qu’ailleurs des événements se liguaient contre lui.[12]

Chapitre II : Les Ombres de la Guerre[modifier]

Une fois le décor et les acteurs mis en place, il ne fallut pas longtemps pour que le mécontentement couvant du Tyran de Badab se transforme en violence et que l’Imperium verse son propre sang. Les choses allaient rapidement se gâter, car les Karthans et leurs alliés de l’Administratum, quelle que soit la raison, allaient faire preuve d’une arrogance choquante dans leur propre pouvoir et d’une ignorance de la véritable situation de l’Imperium au-delà de la sécurité relative du secteur de Karthago. Quant aux autres Gardiens du Maelström, ils s’étaient de plus en plus isolés et devenus insulaires au cours des siècles précédents. Perdant de vue où se trouvait leur véritable devoir, ils avaient semé les graines de leur propre calamité.[13]

La Destruction de la Flotte de la Dîme VX542/11 6 899 901.M41[modifier]

Lugft Huron, le Tyran de Badab.
Avec des jugements préliminaires sur le Schisme de Badab dans les Courts Temporelles du Segmentum qui se positionnèrent en faveur de l’Administratum, les Karthans et leurs alliés au sein de l’Administratum ont saisi leur chance pour agir. En 901.M41, une flotte d’investigation impériale commandée par un Général Assesseur de l’Administratum et transportant des représentants de l’Adeptus Mechanicus Biologis Invigila, des Seigneurs du secteur de Karthargo et au moins un Inquisiteur indépendant, fut assemblée. La force a été envoyée à Badab pour exiger la livraison immédiate de la dîme de Badab, réquisitionnées des ressources et obtenir le stock génétique des Astral Claws. La force, sans doute calculée pour afficher la puissance et l’autorité de la mission et transporter une menace pas si voilée au cœur des domaines du Tyran, pouvait être considérée rétrospectivement comme un plan mal jugé. Mais peu d’individus auraient pu prévoir ce qui allait se passer ensuite.

Dans des circonstances qui ne peuvent toujours pas être pleinement confirmées ou expliquées, la flotte d’enquête a été attaquée et entièrement détruite alors qu’elle tentait de se frayer un chemin à travers l’"Anneau d’Acier" du système de Badab afin de faire valoir ses exigences. Aucun navire n’a survécu et plus de vingt mille serviteurs de l’Imperium ont été perdus.

Une réclamation et une contre-réclamation ont suivi sur la façon dont cette destruction tragique s’était produite, et Lugft Huron, en remettant aux autorités du Segmentum le rapport de son propre gouvernement sur l’affaire de Badab, était catégorique sur le fait que la flotte s’est fait tirée dessus pour avoir refusé de céder à la juste autorité des maîtres du système, payant de la vie de son équipage sa transgression, comme le prescrit la Loi Impériale. Entre-temps, l’indignation suscitée par l’incident dans le secteur de Karthargo s’est rapidement répandue, et un tollé général s’est propagé parmi les élites dirigeantes du secteur concernant les "barbares" de la Zone du Maelström. Les liens commerciaux qui subsistaient entre les deux zones ont été brusquement rompus. Ou encore, ils ont été soumis à un examen minutieux des plus rigoureux dans la mesure du possible. Le Gouverneur du secteur de Karthan, Tanit Koenig, a décidé de censurer sévèrement le Chapitre des Astral Claws, ainsi que des appels à l’arrestation et au procès de Huron pour trahison contre l’Imperium, tandis que les agents locaux du Magos Invigila adressaient une pétition à leurs propres maîtres lointains pour obtenir la condamnation des Astral Claws. Avec l’inertie habituelle, l’Adeptus Terra n’était pas délibérément encore intervenu ; comme toujours, les guerres et les conflits sont nombreux au sein de l’Imperium, et cette discorde locale entre régions voisines - pas plus pour eux qu’un enchevêtrement de revendications et de contre-revendications entre autorités légitimes, n’était rien devant le poids des souffrances et du sang versé ailleurs. Lugft Huron était le maître légitime d’un royaume en permanence sur le pied de guerre ; un rempart contre le Xenos et les griffes du Chaos, et au niveau le plus élémentaire, il avait le droit de défendre ces domaines, et sans preuves solides, les accusations d’homicide volontaire et prémédité contre les serviteurs de l’Imperium dans ce cas seraient presque impossibles à prouver.

Les commandants impériaux Karthans, sous la pression des autorités du Segmentum et frustrés par la destruction de la Flotte de la Dîme, prirent sur eux d’envoyer deux autres expéditions punitives dans la Zone du Maelström sous les auspices supposés de l’autorité impériale au cours des trois années suivantes. Les deux flottes ont été perdues dans des circonstances non confirmées. Elles n’auraient même jamais atteint le système de Badab, mais l’intervention des Astral Claws et de leurs alliés a été sérieusement suspectée. Les navires impériaux commencèrent à subir des attaques et des disparitions croissantes en traversant la Zone du Maelström, (même au-delà des zones telles que le secteur de Badab sous l’emprise directe des Astral Claws). Les rapports de l’escadron de patrouille de Maelström ont mis en cause l’augmentation du trafic de pirates et des orages Warp dans la zone, mais pour chaque perte, les chuchotements accusant Lugft Huron et ses partisans se sont intensifiés, à la fois sur le Monde-Forteresse de Sagan, contrôlée par l’Administratum, à la limite de la Zone du Maelström et de l’autre côté de la frontière dans le secteur de Karthan.

Incapables d’imposer leur volonté sur la situation de manière décisive, les Seigneurs Karthans, de plus en plus désespérés, presque en faillite à ce stade de leurs engagements, ont d’abord cherché à contourner Badab avec l’aide des forces de l’Administratum sur Sagan. Dans une opération combinée, les deux acteurs ont tenté d’accéder directement aux dîmes perdues, leurs navires empruntant les routes beaucoup plus longues et plus périlleuses vers les Étoiles Pâles via Khymara, alors que les Karthans ont augmenté les demandes de quotas des mondes de la Zone du Maelström, comme Vyaniah, tentant de combler le déficit. En 903.M41, les agents des commandants impériaux Karthans commencèrent à diffuser systématiquement de la propagande dans les Assisses du Segmentum et dans les élucubrations du Senatorum Imperialis sur la "corruption morale, la trahison et l’orgueil vaniteux du Tyran de Badab" à qui voulait bien l’entendre. Pendant ce temps, les autorités locales de l’Administratum pressaient les Hauts Seigneurs de Terra eux-mêmes d’intervenir directement pour punir Huron et son Chapitre capricieux de leurs affronts. Les Gardiens du Maelström, pour leur part, continuèrent à s’armer pour la guerre et effectuèrent des ratissages de la Zone du Maelström en force, tout en restant dans le secteur de Badab lui-même, Des plans de construction massifs et fébriles étaient en cours pour augmenter encore leurs défenses en prévision de la guerre.[14]

La Sécession du Maelström 5 995 903.M41[modifier]

La réponse de Huron aux menaces constantes qui pesaient sur le contrôle de son domaine a été de produire ses tristement célèbres "Articles de la Juste Sécession". Ces documents, qui ont également été signés et ratifiés par les Maîtres des Chapitres des Lamenters et des Mantis Warriors (qui avaient été convaincus par Huron de la justesse de sa cause et de l’injustice des demandes extérieures), ont été conçus pour couper formellement les dîmes directes de la Zone du Maelström à ses secteurs voisins.

Des copies de ces articles ont été remises aux autorités du Segmentum et aux Cours Temporelles en réponse aux "nombreuses et graves insultes, les présomptions et les dénégations des droits et des titres donnés à l’Empereur à l’Adeptus Astartes, par les faux et capricieux serviteurs de l’Administratum, les Seigneurs Karthans et leurs alliés". Ces documents font également état du refus des signataires de remettre les dîmes aux autorités locales du Segmentum, d’aider ou de défendre toute tentative en ce sens, ou de reconnaître les exigences des Seigneurs Karthans. Ils ont cependant affirmé le vœu des Gardiens du Maelström de poursuivre la défense de l’Imperium comme leur seule cause. Ils ont déclaré que les gardiens du Maelström devaient avoir les coudées franches pour protéger l’Humanité, comme ils l’avaient juré à l’Empereur, et sans l’ingérence corrompue de ceux qui "prétendent le servir", mais "cherchent plutôt leur propre gloire et leur propre avidité". Pour soutenir leur cause, le document cite à la fois l’édit qui a fondé les Gardiens du Maelström et les anciens droits et titres de la prérogative de l’Adeptus Astartes pour leur défense, des précédents qui ont tous deux pesé lourdement en leur faveur. Le document demandait ensuite une enquête complète sur la direction du secteur de Karthan, a affirmé la souveraineté historique et légale des Chapitres Space Marines concernés par l’ingérence extérieure d’un Adepta inférieur et a réaffirmé sa volonté de défendre la Zone du Maelström contre toute personne qui la menacerait.

À cette époque, les navires impériaux passant par les régions extérieures de la Zone du Maelström ont commencé à être attaqués et perdus en grand nombre par des forces inconnues. Bientôt, le contact avec plusieurs mondes encore sous le contrôle des Karthans et de l’Administratum sur Sagan dans la zone intérieure s’est terminé par des communications brouillées avertissant d’une attaque et d’un siège par les forces Space Marines. Les Karthans, indignés, menacèrent de faire la guerre à tout prix en réponse, mais n’avaient tout simplement pas les moyens de le faire seuls. Au lieu de cela, ils demandèrent de l’aide pour monter une attaque à la fois du Departmento Munitorum et du sous-commandant du Segmentum Naval à Ryza, mais la réponse fut un refus catégorique et ils furent informés que l’affaire était un "conflit interne" dans lequel ils ne s’immisceraient pas. Il convient également de noter que, bien qu’ils aient plaidé leur cause devant ces pouvoirs et les Procuratos de l’Administratum, ils ont évité, dans la mesure du possible, toute implication inquisitoriale dans l’affaire, en craignant sans doute les conséquences de cette implication. Les représentants locaux de l’Inquisition, pour leur part, assez occupés par d’autres affaires, se sont contentés de suivre la situation de près, conscients que de telles querelles, même sanglants, étaient loin d’être rares parmi les commandants impériaux, en particulier dans les régions frontalières, et aucune preuve accablante ou concluante d’hérésie ou d’altération n’avait encore été avancée contre l’un ou l’autre des parties.

Face aux démentis de ces puissances, le secteur de Karthargo lui-même commença à se mobiliser pour la guerre, en incorporant des troupes de plus en plus nombreuses dans ses régiments de défense planétaire, et établir des liens militaires directs et une alliance formelle avec le Questeur de l’Administratum de Sagan qui avait également souffert des conséquences de la sécession et craignait la montée en puissance du Tyran. En accord sur les objectifs, et sur décision personnelle de la Satrape Tanit Koenig, ils envoyèrent des appels directs et ouverts à plusieurs Chapitres Space Marines avec lesquels ils avaient eu des relations par le passé pour les aider à récupérer la dîme perdue et à sauvegarder leurs vaisseaux.

Les motivations de Koenig à cet égard ont été déterminées par la suite dans le cadre d’un questionnement intérieur, prenant conscience que seuls les Space Marines pouvaient réellement espérer affronter d’autres Space Marines dans une bataille ouverte. En effet, elle a peut-être simplement espéré parvenir à une "neutralisation" à court terme des Astral Claws dans la région, en utilisant le conflit contre un moyen de les distraire afin que les Karthans puissent à nouveau assurer le libre accès à la Zone du Maelström. Cette arrogance et cette folie monumentales se révéleront bientôt désastreuses.

Le Chapitre des Fire Hawks a été le premier à répondre à la cause des Karthans.[15]

La Tempête Éclate 5 350 904.M41[modifier]

Les Vaisseaux de Guerre des Space Marines[16]

Tous les Chapitres Space Marines disposent d’une flotte qui, selon les prescriptions du Codex Astartes et les limitations imposées à la suite de l’Hérésie d'Horus, est étroitement axée sur le transport intra-système et l’assaut planétaire, avec, par tradition, leurs petits vaisseaux conçus spécialement comme des navires de guerre optimisés pour le combat naval. Certains Chapitres se sont toutefois toujours insurgés contre cette situation, en particulier ceux qui passent leur temps en permanence en croisade ou qui n’ont pas de foyer, mais leur flotte a souvent fait beaucoup pour contourner, voire ignorer carrément ces limitations, entrant souvent en conflit avec la Marine Impériale pour ce faire.

Plutôt que de définir des classes et des modèles particuliers de navires de guerre, la plupart des Chapitres définissent leurs vaisseaux spatiaux par leur utilisation et leur type général, à quelques exceptions près, étant eux-mêmes d’anciens vestiges de la Grande Croisade ou des navires de guerre uniques capturés comme prix et convertis à l’usage du Chapitre. La Barge de Bataille est le plus grand et le plus puissant des vaisseaux de guerre Space Marines rencontrés, et peu de Chapitres possèdent plus de deux ou trois de ces puissants engins au maximum. De la taille d’un cuirassé, les Barges de Bataille sont conçues avant tout pour assurer la survie sous le feu le plus intense - un trait inestimable dans un vaisseau de pointe pour l’invasion planétaire. Leurs conceptions renforcent cette durabilité par une puissance de feu massive, bien que souvent à courte portée, pour faciliter les opérations d’assaut, ainsi que par des baies de lancement et des capacités de Modules d’Atterrissage importantes. En raison de leur durabilité et de leur puissance massives, peu de vaisseaux, à l’exception d’un cuirassé grandeur nature, peuvent résister à une Barge de Bataille dans un combat spatial rapproché, et grâce aux Space Marines à bord, ce sont des adversaires vraiment terrifiants dans un assaut d’abordage. Les Croiseurs d’Attaque sont les vaisseaux de guerre lourds les plus courants des Space Marines ; des unités de réponse rapide et à grande vitesse, orientées vers l’assaut planétaire et les opérations de pacification. Les Croiseurs d’Attaque sont capables de transporter une Force de Frappe pouvant atteindre la taille d’une Compagnie de Combat et de la déployer avec une rapidité surprenante. Le dernier type commun de navires de guerre Space Marines sont les navires de frappe rapide ; ceux-ci sont relativement petits, des navires d’attaque, des Frégates et des Destroyers à capacité Warp qui servent à la fois d’escorte de ligne de bataille et de patrouilleurs et peuvent également être utilisés pour déployer de très petites forces lors de raids d’infiltration.

Outre ces principaux types de navires, les Chapitres basés sur une flotte emploient souvent un certain nombre de navires de soutien tels que des éclaireurs, des navires de forge et de puissantes barques chapitrales (souvent des convoyeurs de masse convertis) qui servent presque de Forteresses-Monastères mobiles afin que les Chapitres basés sur une flotte ne risquent pas leurs précieuses réserves de graines génétiques et autres biens irremplaçables sur la ligne de front et les croiseurs d’avant-garde qui sont des Croiseurs d’Attaque réaménagés destinés à des opérations indépendantes à longue distance, servant souvent d’yeux à la flotte des Chapitres elle-même ou de lourds navires d’escorte, bien qu’ils soient moins capables de jouer un rôle d’assaut planétaire.

À la demande directe de la Satrape de Karthan, Tanit Koenig, le Chapitre des Fire Hawks de l’Adeptus Astartes a accepté d’enquêter sur la disparition des vaisseaux originaires de Karthan dans les zones au sud galactique, dans les Désolations du Golgothan (qui bordait la partie nord de la Zone du Maelström). À plusieurs reprises dans le passé, le Chapitre des Fire Hawksr, basé sur une flotte, avait utilisé les vastes chantiers navals orbitaux de Sidon Ultra, la capitale de Karthan, pour se réapprovisionner. Il avait également été invité par les Karthans à prononcer des jugements sur des planètes rebelles et affronter les menaces mineures d’origine extraterrestre dans le secteur, et c’est sur cette relation que Karthan s’est appuyé pour obtenir une audience favorable. La nature volatile et belliqueuse du Chapitre des Fire Hawks était également largement connue, et il est probable que cela figurait aussi dans le raisonnement de Koenig pour leur adresser directement sa demande.

Les Fire Hawks menaient à l’époque des opérations de recherche et de destruction dans les Désolations de Gologothan, et le Maître de Chapitre des Fire Hawks, Stibor Lazaerek, a accepté, pour des raisons qui lui sont propres et pour d’autres motifs, d’envoyer plusieurs navires dans la Zone nord du Maelström. L’un de ces navires, le Red Harbinger, est entré dans l’Amas d’Endymion en 350 904.M41. L’amas est une étendue d’étoiles anciennes, dont plusieurs accueillaient des colonies humaines habitées depuis de nombreux millénaires, et qui, à cette époque, était depuis longtemps sous la tutelle du Chapitre des Mantis Warriors. Intercepté et encerclé dans le système de Galen, le Red Harbinger a refusé de se retirer et d’être abordé par les vaisseaux de frappe des Mantis Warriors. Les Mantis Warriors, toujours aussi féroces et fiers, et poussés par les refus et les menaces des Fire Hawks, ouvrirent le feu et paralysèrent le croiseur isolé. C’est ainsi que le conflit à grande échelle entre les Chapitres Space Marines qui devait suivre s’est déclenché avec ce seul acte. L’abordage et la capture du Red Harbinger ne furent pas chose facile, car les Fire Hawks étaient plus que prêts à mourir pour défendre leur honneur et les pertes furent lourdes des deux côtés. Moins de vingt Fire Hawks furent capturés vivants, et aucun ne se rendit, mais leurs combats donnèrent le temps d’envoyer un message astropathique à leur Chapitre pour l’avertir de leur sort et de ceux qu’ils combattaient.

En apprenant la prise du Red Harbinger, le Maître Stibor Lazaerek et tout le Chapitre des Fire Hawks exprima sa fureur, et se retirant des opérations déjà en cours, toute la flotte du Chapitre des Fire Hawks a reçu l’ordre de se rendre le plus rapidement dans la Zone du Maelström. Les choses se sont rapidement envenimées et l’arrivée d’un groupe de combat Fire Hawks a été accueillie à Galen par une force de combat composé de navires de guerre Mantis Warriors et Astral Claws. Après une impasse tendue, les captifs furent rendus et les deux parties échangèrent des menaces. Les Fire Hawks se sont retirés pour attendre l’arrivée de l’ensemble de leurs forces qui s’étaient dispersées à travers les Désolations, et en particulier leur énorme vaisseau amiral, le Raptorus Rex, une forteresse stellaire mobile pré-impériale d’une puissance incroyable. Se donnant rendez-vous à Sagan, et aidés par la flotte de Karthan, les Fire Hawks lancèrent une série de raids et de missions de reconnaissance vers le secteur de Badab et l’Amas d’Endymion, mais ce faisant, ils ne firent guère plus que remuer un nid de frelons. Le Tyran et ses alliés se préparaient à la guerre depuis des années, leurs forces étaient aguerries, ils connaissaient parfaitement le territoire sur lequel ils se battaient et leurs plans étaient bien établis. Les Mantis Warriors se sont avérés pratiquement impossibles à cerner, leurs navires apparaissant et disparaissant à volonté dans les bancs d’astéroïdes et les champs de nébuleuses de l’Amas d’Endymion, tandis que toute force dirigée vers Badab faisait face à un ensemble impénétrable de défenses.

Utilisant les Karthans pour distraire les forces du secteur de Badab et les protéger d’une éventuelle contre-attaque, la force principale des Fire Hawks frappa l’Agri-Monde féodal d’Iblis à la limite de l’Amas d’Endymion, en attaquant des cibles civiles et en brûlant de grandes étendues de cultures et les champs afin d’attirer les Mantis Warriors au combat. Malheureusement pour les Fire Hawks, cette attaque (sinon son emplacement précis), avait été à la fois anticipée et planifiée par les Sécessionnistes et leur propre piège se déclencha. Les attaques des Mantis Warriors, qui se sont succédées, ont permis de clouer les Fire Hawks sur place à Iblis et, surtout, d’éloigner leur flotte de Sagan permettant à la force combinée des Chapitres des Astral Claws et des Lamenters de descendre sur le système de Sagan. Contrôlé par l’Administratum, le système de Sagan, avec son ancrage orbital pour les flottes et son relais astrophathique, était considéré à juste titre comme la porte d’entrée de la Zone du Maelström. Pris au dépourvu pour un assaut aussi direct et soudain, Sagan tomba en quelques jours car ses défenses, bien qu’étendues, furent bientôt contournées. Les protecteurs de Sagan furent engloutis par un grand massacre de leurs Forces de Défense Planétaire et des troupes Karthannes clouées au sol. Avec Sagan entre les mains du Tyran, la situation stratégique avait rapidement changé, et le deuxième plus important monde de la région après Badab était sous le contrôle direct des Sécessionnistes, ainsi que le vaste stock d’armes, de munitions et de fournitures de la forteresse. Les forces des Fire Hawks et des Karthans bloquées dans la Zone du Maelström se sont retrouvées coupées du ravitaillement et derrière les lignes ennemies. Malmenés, les Fire Hawks se sont retirés du système d’Iblis, la puissance de feu sauvage du Raptorus Rex ratissant la surface de la planète en guise de cadeau d’adieu et permettant aux Fire Hawks de percer la tentative de blocus à l’intérieur du système. La forteresse stellaire a ainsi détruit un seul Croiseur de Combat de classe Mars de l’escadron Maelström, le Sacred Tetrarch, prouvant ainsi que même le puissant Canon Nova du vaisseau de guerre ne pouvait pas l’emporter sur le vaste vaisseau-relique.

Après ces événements tumultueux, une relative accalmie suivit dans les combats alors que les Sécessionnistes consolidaient leurs gains et que les Karthans battaient en retraite dans le désordre. Bientôt les Fire Hawks, fortement dépassés en nombre, ont été contraints de mener une série de batailles et d’actions défensives dans les marges de la Zone du Maelström. Cette période de retraite forcée dura jusqu’en 710 904.M41, lorsque le Chapitre des Marines Errant répondit à l’appel des Fire Hawks pour du renfort. Ce faisant, les Marines Errant ont détourné une force importante de six Compagnies et une flotte de navires de soutien de leurs préparatifs pour entreprendre une croisade extra-galactique afin d’aider leur frère Astartes, bien que leurs motivations précises à cet égard restent obscures. Malheureusement, leur arrivée a coïncidé avec une nouvelle offensive des Sécessionnistes, et le Chapitre s’est rapidement enlisé dans la protection des navires impériaux qui tentaient d’emprunter les dangereuses longues routes vers la région des Étoiles Pâles et les colonies périphériques de la Zone du Maelström. Pendant les mois qui suivirent, les deux camps se heurtèrent à de nombreux affrontements mineurs et répétés, les Fire Hawks tentant de rassembler les forces qui leur restaient dans l’espoir de forcer un engagement décisif, tandis que les Marines Errant, avec une meilleure compréhension de la réalité de la situation, ont scindé leurs forces basées sur des Croiseurs d’Attaque très mobiles afin de protéger les convois en transit contre des raids et des attaques de harcèlement de plus en plus fréquents. En peu de temps, les Marines Errant se sont trouvés pris entre le désir des Fire Hawks d’attaquer et de détruire à tout prix Huron et ses alliés, et le besoin immédiat et croissant de protéger la navigation impériale et les colonies dans le secteur de Kathargo contre les attaques des forces Sécessionnistes en maraude. Ce conflit d’intérêts était encore compliqué par les anciens liens de loyauté et de sang que les Marines Errant avaient avec le Chapitre des Lamenters, aux côtés duquel ils avaient combattu aussi récemment que la Croisade de Corinthe, mais qu’ils affrontaient maintenant en tant qu’ennemis au combat. Cela a conduit à des incidents où les Marines Errant n’ont pas réussi à faire plus que repousser les forces des Lamenters lors des raids, et dans lequel les deux parties ont épargnés l’autre, soulevant la colère mutuelle de leurs alliés.

La situation s’est progressivement aggravée vers la fin de l’année, alors qu’un nombre toujours plus important de systèmes stellaires étaient entraînés dans une guerre qui s’intensifiait rapidement. Pendant ce temps, les Fire Hawks et leurs alliés Karthans continuaient à subir de lourdes pertes au combat. Le monde de Surngraad, forteresse férocement isolationniste située dans la zone centrale du Maelström, résistait presque seul aux Sécessionnistes. Ses défenses étaient tout simplement trop puissantes et étaient habilement gérées pour qu’ils puissent les prendre sans que cela ne leur coûte quoi que ce soit qui affaiblirait dangereusement leurs forces. Mais malgré ces quelques revers et les efforts des Fire Hawks et des Marines Errant, une douzaine d’autres mondes sont tombés sous la coupe des Sécessionnistes, soit par attaque directe, soit par soumission, ne laissant que la périphérie et les zones les plus désespérées et les plus dangereuses de la Zone du Maelström hors de l’emprise des Sécessionnistes.

Les Karthans et leurs alliés allaient bientôt connaître des développements plus graves, comme en 915 904.M41, lorsque les Marines Errant reçurent la nouvelle qu’en paiement d’un ancien serment de sang prêté aux Astral Claws, le Chapitre Space Marine des Executioners avait également annoncé son soutien armé aux Sécessionnistes, en envoyant le navire de guerre Night Hag contenant une Compagnie de Combat complète de Space Marines pour appuyer leurs propos. Le reste des forces de ce Chapitre, notoirement sinistre et indépendant, était connu pour se rassembler sur leurs mondes jumeaux lointains de Stygia-Aqulion en préparation de la guerre. De plus en plus désespérée, et devant ses propres dîmes et obligations au Procurato-Général de l’Adeptus Terra, en retard de paiement depuis longtemps, la Satrape Tanit Koenig fut forcée de prendre des mesures drastiques. Le mouillage de la flotte à Sagan étant désormais entre les mains des Sécessionnistes, les commandants impériaux de Karthan, presque ruinés par les pertes de leur secteur pendant la guerre, ont monté une dernière tentative pour récolter les ressources qu’ils savaient attendaient dans les dépôts de dîmes de Vyaniah et de Khymara avant que les Sécessionnistes puissent consolider leur contrôle de la Zone occidentale du Maelström et revendiquer ces mondes comme les leurs.

Un convoi armé assemblé à la hâte autour du grand vaisseau chartiste, le Cardinal Urdaneta, a été préparé afin d’offrir une dernière chance aux Karthans et à leurs alliés. Le convoi mené par le Urdaneta comprenait une vingtaine d’autres cargos armés et des transporteurs de masse et était protégé par le croiseur de classe Gothique Dreadchild de la flotte de combat Karthargo, la Force de Frappe Mercurio des Marines Errant et seize escorteurs plus petites de différentes classes, représentant les dernières forces de Karthan dans la Zone du Maelström. Le réseau de renseignements des Sécessionnistes avait cependant déjà établi tous les détails de cette mission prétendument secrète. Leur flotte attendit en embuscade que le convoi remplie de richesses arrive au milieu du transit Warp. Cette embuscade fut tendue par un groupe d’attaque Sécessionniste composé des principaux éléments des flottes Astral Claws et Lamenters et dirigé par Lugft Huron lui-même. Le convoi a d’abord été encerclé, puis pris un navire à la fois dans une série d’abordages féroces. Il s’agissait de batailles sanglantes, menées entre les forces d’assaut Space Marines et les équipages des convois, ces derniers étant repoussés dans les confins meurtriers des ponts d’armes des navires de guerre et des vastes voûtes sans air des transporteurs de masse. Le Cardinal Urdaneta et le Dreadchild, ainsi que vingt-trois autres navires, ont été capturés alors que les pertes des forces d’assaut furent presque nulles. Le Croiseur d’Attaque des Marines Errant, le Star Jackal, a été le seul navire de la capitale du convoi à échapper au piège du Tyran, se frayant un chemin malgré des dégâts importants. La prise du convoi Urdaneta fut une victoire écrasante des Sécessionnistes qui mit effectivement fin à l’implication active des Karthans dans la guerre.

Face aux Sécessionnistes ascendants, tout ce qui semblait leur rester à présent était de chasser de la Zone du Maelström les Space Marines qui les contestaient encore et de consolider leurs acquis. Les Astral Claws concentrèrent leur attention sur les Fire Hawks et les repoussèrent jusqu’au bord de la Désolation de Golgothan, infligeant de nouvelles pertes graves au Chapitre, qui ne pouvait plus être considéré comme une force de combat efficace, tout en ne subissant apparemment aucune perte importante, malgré le fait que les Fire Hawks leur firent payer dans le sang chaque victoire. Le plus grand revers pour les ennemis des Sécessionnistes fut cependant lorsque les Mantis Warriors réussirent à attirer une partie importante des derniers éléments du Chapitre des Marines Errants dans la bataille sur la lune industrielle de la Chute de Bellerophon. La "Chute", comme on l’appelait, était un point de ravitaillement et de navigation vital et était particulièrement âprement disputée. Les deux Chapitres s’affrontèrent avec acharnement, les Marines Errant faisant preuve d’une ténacité et d’une habileté tactique à toute épreuve face aux assauts et aux manœuvres de flanc de leur ennemi, les Mantis Warriors. Le dernier coup de maître a eu lieu lorsque les Mantis Warriors ont réussi à isoler et à piéger les Marines Errant et la 3e Compagnie dans les Zones Rouillées, et une grande partie de la structure de commandement du Chapitre a été détruite lors d’une série de frappes chirurgicales meurtrières. Avec la mort de leur Maître de Chapitre, du Capitaine de la 3e Compagnie et de leur personnel de commandement, les Marines Errant ont été décimés et forcés de se replier dans le désordre.

Dans la foulée, l’alliance entre eux et les Fire Hawks s’est pratiquement effondrée sous les récriminations amères. Les forces Sécessionnistes ont continué à faire des progrès majeurs, sans rencontrer d’opposition ou presque pendant le reste de l’année, avec d’autres engagements mineurs, combattant au milieu des ruines de Cygnax, et sur les mondes extérieurs du système de Surngraad. La Zone du Maelström appartenait à Lugft Huron.[17]

L'Œil des Hauts Seigneurs 0 016 905.M41[modifier]

Avec cinq différents Chapitres de Space Marines maintenant engagés dans une guerre ouverte, et un sixième en route, avec plusieurs détachements navals et les diverses factions sectaires désormais impliquées dans ce qui s’accélérait rapidement pour devenir le plus grand conflit de ce genre depuis la tristement célèbre Rébellion du Quatrième Quadrant, les hautes autorités de l’Imperium ont finalement été contraintes d’agir. Un triumvirat de Légats Impériaux a été envoyé sous le sceau des Hauts Seigneurs pour prononcer un jugement sur le conflit en cours dans la Zone du Maelström et avait pour ordre de ne rien laisser au hasard. Le triumvirat se vit accompagner d’une importante délégation de l’Inquisition Impériale de l’Ordo Hereticus, un groupe de travail d’Auditeurs de l’Administratum et un puissant escadron de combat de la Marine affecté à partir de la réserve du Segmentum Solar, et ont rapidement réparti leurs attentions entre les différents belligérants et leurs soutiens. L’enquête de l’Inquisition a rapidement mis au jour une chaîne de preuves accablantes concernant les activités du Lugft Huron et de son Chapitre. Des accusations ont été portées, allant de la rareté de leur gène retourné à des preuves irréfutables de leur implication directe dans des attaques contre la marine marchande Impériale. Quant aux Karthans, aux yeux de l’Inquisition, leur propre rôle dans la contribution et l’aggravation des événements de la Sécession était, au mieux, empreint d’une arrogance flagrante, mais plus probablement d’une ambition excessive et d’une mauvaise gestion.

La résolution de la crise de la Sécession de Badab a rapidement été déclarée par les Légats de Terra comme étant une question de sécurité de l’Imperium plutôt qu’un conflit civil. À la suite de cette conclusion préliminaire, ils ont immédiatement exigé un cessez-le-feu inconditionnel de toutes les protagonistes et la reddition des Sécessionnistes. Une demande qui a été immédiatement rejetée par Lugft Huron, le Tyran déclarant que se conformer aux exigences des Légats "laisserait nos braves mondes et les charges données par l’Empereur nus devant l’ennemi." En conséquence, les Légats de Terra ont ordonné l’arrestation, en attendant le procès, des Maîtres de Chapitres de tous les Chapitres Sécessionnistes et la saisie, de leurs mondes, biens, archives et possessions par la force jugée nécessaire. Cet ordre devait être exécuté par toutes les forces loyales de l’Imperium, où qu’elles se trouvent et quelles qu’elles soient. Ainsi dénoncé, la main de l’Imperium lui-même était maintenant tournée contre Lugft Huron et tous ceux qui se trouvaient à ses côtés.

Ce n’était plus une querelle sanglante sur le commerce et l’influence entre les factions impériales, ni même une vendetta mortelle entre les Chapitres Space Marines ; le conflit était désormais entre l’Imperium et ceux qui se sont détournés du pouvoir de l’Empereur, entre les Loyalistes et les Sécessionnistes. La Guerre de Badab avait véritablement commencé.[18]

Chapitre III : La Vague de Destruction[modifier]

Une fois que le Space Marine affronta le Space Marine au combat, le conflit dans le Maelström s’est rapidement aggravé. Alors que les autorités impériales tentaient d’imposer une cessation des hostilités par une mortelle sanction et d’arrêter et de saisir Lugft Huron, le conflit dans la Zone du Maelström a éclaté en une guerre totale, mais même à cette heure, certains croyaient que les différentes factions allaient s’arrêter en arrivant au bord de la destruction. Il a été prouvé qu’ils avaient tort.[19]

Les Loyalistes se Rassemblent pour la Guerre 0 764 905.M41[modifier]

Avec le prononcé du jugement des Légats de Terra, un important déploiement de Space Marines a été introduit dans la guerre pour faire appliquer son jugement par tous les moyens nécessaires.

Choisi parmi les Chapitres disponibles dans la région et désireux de répondre à l’appel aux armes, le Chapitre des Red Scorpions formait la plus grande partie de ce qui allait être rapidement connu sous le nom de contingent de Space Marines "Loyalistes". Ils seront rejoints par d’autres Compagnies de Combat issues des Chapitres des Salamanders, des Raptors et des Fire Angels, avec à court terme, les Fire Hawks et Marines Errant survivants qui recevront l’ordre de se retirer des opérations indépendantes et de se soumettre à l’autorité des Hauts Seigneurs pour enquête.

Les Marines Errant, dans un état lamentable à cause de leurs récentes pertes, se sont pliés sans hésiter, mais avant de se soumettre à la directive des Légats, les Fire Hawks ont dû accomplir un dernier acte de vengeance sanglante qui est depuis entré dans l’histoire de la guerre sous le nom infâme de "Bombardement de Sacristain". Dans ce qui est largement considéré comme un assaut stratégiquement inutile et vaniteux, Lazaerek des Fire Hawks a utilisé la flotte du Chapitre, dirigée par la Forteresse Stellaire Raptorus Rex, pour mener un assaut orbital de représailles sur la planète frontalière de Sacristain, un monde souverain à la lisière de l’Amas d’Endymion. Sacristain était un monde colonial dur avec une petite population et n’avait pas de véritable signification, si ce n’est qu’il s’agissait d’un des mondes que les Mantis Warriors comptaient depuis longtemps parmi ceux qu’il leur incombait de défendre. Après avoir brisé les défenses spatiales dérisoires de la planète et décapité ses dirigeants et ses quelques ressources militaires lors d’une série de raids sauvages menés par les forces d’assaut des Fire Hawks, le Raptorus Rex est entré en orbite dangereusement basse et a procédé à un bombardement systématique au plasma depuis la haute atmosphère de la planète. Pendant plusieurs jours et nuits, Sacristain a été dévasté avant que les Fire Hawks ne se retirent du système, laissant la planète en feu, ayant anéanti plus de 90 % de sa population.

Ailleurs, les forces Loyalistes avaient rassemblé leurs forces sur Josiah Quintus, à la lisière du secteur de Karthargo, et s’étaient préparées et organisées pour une longue campagne de guerre. Alors que le Légat-Inquisiteur Jarndyce Frain de l’Ordo Hereticus avait la charge théorique des Loyalistes, c’était plutôt Verant Ortys, le Haut Seigneur Commandant des Red Scorpions, qui a reçu le commandement tactique global des forces Space Marines Loyaliste unifiée en tant que Magister Militum, "premier parmi ses pairs", par les commandants des autres contingents Space Marines, (une telle nomination étant une pratique courante lorsque divers Chapitres étaient présents au sein d’une même force). Étant donné les dangers inhérents à la gestion des conflits entre les Chapitres Space Marines et leur relative autonomie par rapport au contrôle impérial direct, Frain n’avait pas d’autre choix que de suivre cette décision, mais aurait très probablement préféré un commandant d’un Chapitre plus "tractable" si on lui avait laissé le choix, car les Red Scorpions ont été dans le passé un Chapitre à part entière, célèbre pour son indépendance d’esprit et parfois pour ses frasques. Quoi qu’il en soit, les forces Loyalistes Space Marines, soutenus par des détachements amenés de la réserve de la flotte du Segmentum Solar, se sont rapidement attelés à leur tâche qui était double. Le premier de ces objectifs était de forcer la reddition et la mise en conformité des Chapitres Sécessionnistes sous l’autorité du Légat. Le second objectif consistait à rétablir et à protéger les liens commerciaux entre les mondes de la Zone du Maelström et le reste de l’Imperium, un Imperium qui avait un besoin urgent de ces ressources afin de maintenir fonctionnel une vingtaine d’opérations militaires importantes.

La Condamnation de Sidon Ultra[20]

Ailleurs, en dehors des frontières de la Zone du Maelström, l’attention des Hauts Seigneurs de Terra s’est également porté sur le secteur de Karthago. Les enquêtes légitimes menées à Sidon Ultra, capitale du secteur de Karthago, ont rapidement permis de retrouver le Commandant Impérial et Gouverneur du secteur de Karthan, la Satrape Tanit Koenig coupable d’avoir provoqué la guerre. Elle et les chefs de sa noble maison ont été exécutés par l’Ordo Hereticus pour "ambition licencieuse et mauvaise gestion inconsidérée ne convenant pas à un serviteur de l’Empereur".

Les conclusions de l’enquête sur les actions des Karthans étaient (en bref) qu’elle et sa clique dirigeante avaient outrepassé leur autorité sur de nombreux points lors des événements qui ont conduit au début de la Guerre de Badab. Aujourd’hui, elle et ceux qui l’ont suivie ont été mis à mort, et les Karthans doivent payer pour leurs transgressions, la population de Sidon Ultra, forte de quatorze milliards d’habitants, s’étant engagée dans une servitude contractuelle pendant six générations pour le paiement de sa dette.

Les audits de rectification de l’Administratum et les pogroms d’application morale de l’Adeptus Arbites ont commencé à se répandre dans le secteur de Karthargo, alors que les coûts de la dîme et les réparations pour l’Adeptus Terra étaient extraits de force des mondes de Karthargo. Un processus qui se poursuit encore aujourd’hui.

Le premier ordre du Seigneur Commandant Ortys a été de déployer ses propres Red Scorpions avec le gros des navires de la Flotte de Guerre Solar et d’effectuer une série de poussées et de feintes dans les régions contrôlées par les Sécessionnistes afin de jauger lui-même leur résistance et leurs déploiements. Cela devait aboutir à ce qui a été l’engagement naval le plus lourd de la guerre jusqu’à présent, l’indécise Bataille de Silent Reach en 4 011 906.M41. Dans cet engagement, les escadrons de croiseurs des flottes du Maelström et des Lamenters ont affrontés les navires de guerre du Segmentum Solar et des Red Scorpions dans l’espace vide et stérile entre les systèmes stellaires de Galen et du Deuil. La bataille s’est avérée peu concluante, les navires des deux camps ayant subi des dommages, mais peu de navires importants des deux côtés ont été perdus. Rétrospectivement, les analystes ont attribué cette situation à l’hypothèse selon laquelle, à ce stade, aucun des deux camps n’était prêt à sacrifier sa principale ligne de bataille pour assurer la victoire. La seule perte sérieuse subie a été celle du navire amiral de la Flotte du Maelström pour l’engagement, le Croiseur de Combat de Classe Overlord|Croiseur de Combat de classe Overlord Gauntlet of Wrath. Son pont principal a été détruit après qu’un tir chanceux du croiseur léger Lady Sybaline ait pénétré ses Boucliers Voids, provoquant la perte de contrôle du Croiseur de Combat et la rupture de ses escorteurs. Voyant cette erreur inattendue, plusieurs croiseurs de frappe des Red Scorpions se sont immédiatement précipités et malgré les vaillants efforts des équipages du Gauntlet of Wrath, ils ont rapidement abattu le vénérable navire de guerre dans un tir croisé à bout portant avant de l’achever par des raids, laissant au navire une coque éventrée et enflammée avant que ses alliés ne puissent le rallier pour le défendre. La flotte Sécessionniste a rompu l’engagement en pénétrant dans le Warp peu de temps après, laissant les Loyalistes revendiquer une victoire provisoire.

Ce fut le plus grand des douze combats qui eurent lieu en très peu de temps au cours de cette période, consistant à la fois en des combats spatiales entre vaisseaux et en des batailles rangées sur des mondes frontaliers. Dans l’ensemble, les importantes forces Loyalistes parvinrent rapidement à contenir l’avancée Sécessionniste au début de 906.M41, surtout après que les Marines Errant et les Fire Hawks furent lavés de tout soupçon d’être des hérétiques ou des séditieux et ont ajouté leurs forces restantes à l’ordre de bataille des Loyalistes. Mais malgré cette résistance étonnamment forte, ils n’ont pas pu réaliser de gains significatifs. Le Seigneur Commandant Ortys, en poursuivant une stratégie d’attaques sur un large front, avait espéré révéler une faiblesse chez un ennemi qu’il savait devoir être dos au mur, mais remarquablement, aucune faiblesse de ce type n’est apparue. Ainsi, la stratégie des Loyalistes changea.[21]

Les Raids de Vyaniah et la Trahison sur Surngraad 906.M41[modifier]

Les Red Scorpions menant les Raids de Vyaniah.
L’avancée Sécessionniste étant effectivement contenue, le plan d’attaque suivant du Seigneur Commandant Ortys fut de mener une série de raids importants sur le système de Vyaniah, ayant déterminé que celui-ci était la cible contre laquelle la plus grande pression pouvait être exercée sur l’ennemi. Vyaniah était un monde important et servait de porte d’entrée le long de l’une des routes secondaires du Warp autour du Maelström, alors que les analyses et les sources de renseignements Auspex avaient qualifié ses défenses et sa garnison de plus faibles que le système de Sagan fortement renforcé. Les rapports des services de renseignement ont donné plus de poids à Vyaniah en tant que cible, indiquant que le monde conquis était toujours en proie à des troubles importants contre les Sécessionnistes, qui pourraient être poussés à la révolte ouverte par une attaque des Loyalistes.

Tandis que le contingent des Fire Hawks et des Raptors nouvellement arrivés menait des opérations de patrouille et d’escorte, les Forces de Frappe étaient tirées des Red Scorpions. Les Marines Errant et les Novamarines ont mené une attaque sur trois fronts contre le système de Vyaniah, le premier d’une série de plusieurs raids de ce type menés en succession rapide. La cible principale de ces raids était l’endommagement de la capacité de production de Vyaniah et des plateformes de transbordement orbital, avec pour objectif secondaire d’affaiblir l’emprise des Sécessionnistes sur le système. Dans la série de batailles qui ont suivi, les Loyalistes Space Marines ont affronté pour la première fois en guerre ouverte les Forces de Défense Planétaire du secteur de Badab, réformées et réorganisées, de la Légion du Tyran. La résistance de ces forces avait été largement sous-estimée et, en conséquence, les groupes de frappe Loyalistes ont été largement empêchés d’atteindre nombre de leurs objectifs lors de ce premier raid, une seule des quatre plateformes orbitales ayant été mise hors service. En outre, si les complexes manufacturiers de Vyaniah ont subi quelques dommages, la production n’a pas été affectée de manière significative. Les données interceptées sur le réseau vox de commandement de Vyaniah ont cependant révélé que le prix de la résistance était élevé pour la Légion du Tyran, les Loyalistes ayant infligé un taux de mortalité estimé à plus de 178:1 aux Auxiliaires humains qui défendaient le système. Le dernier des raids de Vyaniah de 906.M41 s’est avéré particulièrement sanglant pour la Légion du Tyran. Les forces des Red Scorpions ont mené des attaques directement dans la Ruche industrielle de Caelian dans le but précis d’infliger des pertes massives aux défenseurs humains et mettre la main sur leurs maîtres Space Marines des Astral Claws lorsqu’ils se trouvaient dans leurs rangs.

Le contrôle Sécessionniste de Vyaniah s’est cependant maintenu malgré les attaques, et peu après, en 115 906.M41, d’autres mauvaises nouvelles sont parvenues aux Loyalistes. Tout d’abord, plusieurs convois militaires dans leurs lignes de ravitaillement arrière du secteur de Karthago avaient été attaqués et dispersés par un navire de guerre inconnu qui s’est révélé plus tard être le Night Hag du Chapitre des Executioners. L’autre nouvelle concernait le sort de Surngraad. Ses seigneurs de guerre refusaient de s’agenouiller devant le Tyran, et leurs défenses avaient tenu bon face à la flotte Sécessionniste, mais Surngraad avait en partie succombé à cause de la trahison intérieure, et les forces d’Huron contrôlaient désormais ses citadelles nord, tandis que les citadelles sud tenaient à peine le coup. Surngraad était trop profondément situé en territoire ennemi pour monter une opération de secours efficace, et la perspective d’un Monde-Forteresse antique entièrement sous le contrôle des Sécessionnistes était une sinistre perspective pour les Loyalistes comme futur siège.[22]

La Trahison de Deuil 3 390 906.M41[modifier]

La guerre étant dans un cul de sac, ce sont les Sécessionnistes qui, de manière inattendue, sont sorti de l’impasse avec une proposition remarquable. Lugft Huron envoya personnellement des émissaires auprès des Loyalistes, offrant un cessez-le-feu temporaire et un pourparler honorable avec le commandant Loyaliste Verant Ortys afin d’éviter de nouvelles effusions de sang entre ceux qui devraient être "… des frères loyaux" comme le disait son ambassadeur. Malgré les fortes objections du Légat-Inquisiteur Frain, Ortys accepta la réunion, se fiant à la parole de Huron, en tant que Maître de Chapitre, de maintenir la trêve. Mais Orlys a également avoué son intention de rester ferme dans sa détermination à exécuter le jugement des Hauts Seigneurs.

Des dispositions ont été prises pour un contact face à face entre le Tyran et le Magister Militum sur une station de transmission abandonnée en orbite autour du géant gazeux Shedim, dans les limites du système inhabité du Deuil. Ce qui devait se passer ensuite reste un point de discorde et une énigme tenace jusqu’à ce jour, et une grande partie des détails du compte suivant est reconstituée à partir de documents endommagés et récupérés. La station elle-même, autrefois un dépôt de ravitaillement naval construit dans une masse d’astéroïdes, et abandonné en raison de l’activité des éruptions solaires quelques siècles auparavant, maintenait une atmosphère résiduelle mais était autrement morte. Chaque chef et sa Garde d'Honneur ont été déposés sur l’astéroïde par un Thunderhawk, leurs Croiseurs d’Attaque respectifs s’éloignant hors de portée des armes. Les deux parties se sont rencontrées au cœur de la station désaffectée. D’après les documents retrouvés par la suite, il est clair que les choses sont immédiatement devenues instables et acrimonieuses. Lugft Huron agissait et parlait comme si c’était Ortys et ceux qui se tenaient à ses côtés, et non Huron et les Sécessionnistes, qui avaient enfreint la Loi Impériale.

Présent dans le parti de Huron, le Maître de Chapitre Sartaq des Mantis Warriors, a rapidement accusé le Chapitre des Fire Hawks d’avoir perpétré des crimes génocidaires gratuits contre des populations civiles fidèles à l’Imperium, exigeant que leur maître Lazaerek soit jugé par la justice militaire pour ses crimes. Lugft Huron lui-même, d’humeur impérieuse, a entamé une diatribe déchaînée contre ses ennemis et leurs apparences d’inimitiés et d’insultes, allant jusqu’à suggérer qu’Ortys lui-même devrait se prosterner devant lui et combattre sous la bannière du Tyran contre ceux qui transformeraient les Astartes en "… pas plus que des esclaves lèche-bottes à leur propre cupidité mesquine." Verant Ortys, pour sa part, a tenu bon et a réitéré l’autorité du Légat et le droit inattaquable d’assignation. Les discussions devenant houleuses, un ajournement fut demandé, et les deux parties se retirèrent dans des compartiments séparés de la station pour discuter avec leurs compagnons. C’est à ce moment que les questions relatives à cet incident deviennent confuses, et que des rapports contradictoires existent quant à ce qui s’est passé ensuite lorsque les communications des Loyalistes avec leur Croiseur d’Attaque ont été coupées.

Ce qui est certain, c’est que trois navires inconnus, deux marqués par les journaux de bord d’Auspex comme susceptibles d’être des raiders de type Iconoclast (un modèle de renégat) et un troisième navire de la taille d’un croiseur léger d’origine inconnue, attaquèrent depuis des positions cachées au plus profond de l’épaisse atmosphère du géant gazeux Shedim. Les assaillants ont attaqué la base sur l’astéroïde avant que les vaisseaux Loyalistes ou Sécessionnistes ne puissent réagir, ratissant la station abandonné avec des tirs d’armes avant d’embarquer avec un groupe de pilleurs composé d’hérétiques, de mutants et d’autres renégats. Dans la bataille confuse qui a suivi, on sait que la délégation Loyaliste, y compris le vénéré Maître de Chapitres des Red Scorpions, le Seigneur Commandant Verant Ortys, a été tué, et plusieurs membres du camp d’Huron, dont le Maître de Chapitre Sartaq des Mantis Warriors, ont également été tués, mais on ne sait pas exactement comment cela s’est produit. Au cours de la bataille spatiale à trois qui en a résulté, autour de la station, l’Archiviste en chef des Red Scorpions, Sevrin Loth, a mené une contre-attaque désespérée sur la station par une attaque mêlant Bélier d’Assaut et téléporteur. Au plus fort de la bataille, le plus grand vaisseau inconnu, gravement touché par le feu du Croiseur d’Attaque des Astral Claws, s’est écrasé sur la station et a explosé, provoquant la lente dislocation de l’astéroïde en une cascade de débris. Malgré cette destruction, Sevrin Loth a réussi à récupérer les restes de son maître, et les Red Scorpions se sont heurtés aux deux vaisseaux attaquants restants et aux Astral Claws de Huron dans la base de l’astéroïde en désintégration avant que les deux camps ne quittent ce lieu pour éviter une mort certaine. Sevrin Loth avait sauvé l’honneur de son Chapitre contre toute attente et, ce faisant, avait écrit une légende durable pour lui-même, malgré le coup dur subi par les Red Scorpions. Quant au Tyran, il semble avoir réussi à s’échapper très tôt, et on ne peut pas confirmer le rôle qu’il a joué dans la mort du Seigneur Commandant Ortys ou même du Maître de Chapitre Sartaq.

Une réclamation et une contre-réclamation ont suivi ce qui a été rapidement connu par les Loyalistes comme "La Trahison de Deuil", beaucoup accusant la perfidie de Huron pour l’attaque, la revendiquant comme une trahison de rang, tandis que les Sécessionnistes eux-mêmes rejettent la faute sur l’Inquisition en tant que complot visant à assassiner le Tyran par des moyens clandestins. Les communiqués envoyés par le Légat-Inquisiteur Frain à ses collègues de l’Ordo Hereticus concernant cette affaire sont encore plus ouverts en conclusion, et n’excluent pas l’intervention éventuelle de tiers maléfique, des parties qui ne pourraient rien faire d’autre que de gagner si la guerre se poursuivait et si toute la région sombrait dans le sang et l’anarchie. Frain n’exclut pas non plus la possibilité d’un complot du Lugft Huron dont la cible principale n’était pas le Seigneur Commandant Verant Ortys, mais plutôt son ancien allié, le Maître de Chapitre Sartaq des Mantis Warriors ; la mort d’Ortys ne faisant que sceller l’assassinat dans un "linceul" de doute pour l’allié et l’ennemi. Cette affirmation, aussi étrange qu’elle puisse paraître, porte en elle le germe de la vérité, car on a découvert des preuves de l’inquiétude croissante des Mantis Warriors dans leur soutien à la Sécession. Les Mantis Warriors s’étaient engagés à protéger leurs compagnons Gardiens du Maelström contre les agressions extérieures et à défendre par le sang l’indépendance et les droits sacrés des Astartes. Ils considéraient toujours que le jugement direct des Hauts Seigneurs était quelque chose à ne pas négliger, et les rumeurs qui avaient commencé à circuler concernant la domination des Astral Claws dans leurs propres domaines avaient été la cause de l’inquiétude du Chapitre pendant un certain temps. La mort de Sartaq, à ce moment-là, pourrait peut-être servir à assurer la résolution du Chapitre, en particulier si le responsable était un Chapitre ennemi, et tant mieux si cet ennemi blâmerait les Mantis Warriors de leur propre mort.

Avec toute possibilité de rapprochement entre les parties désormais effectivement détruite, la guerre s’intensifiera encore plus, sans que les Red Scorpions ou les Astral Claws ne fassent preuve de quartier, tandis que bientôt des secrets seront dévoilés qui donneront à la Sécession une teinte encore plus sombre.[23]

Chapitre IV : Les Étoiles Ensanglantées[modifier]

Au fur et à mesure que la guerre progressait et que le nombre de victimes augmentait, les Loyalistes et les Sécessionnistes ont dû faire face à de nombreux imprévus. De sombres péchés ont été révélés, l’honneur a été bafoué et les massacres se sont succédés. Cette spirale sanglante a changé la nature de la Guerre de Badab, passant d’une guerre de domination et de contestation à une guerre d’extermination, alors que les Loyalistes s’attaquaient aux Sécessionnistes et commençaient lentement à les chasser de leurs mondes asservis.[24]

Un Nouveau Leader, le Redéploiement & le Renforcement des Loyalistes 906.M41-907.M41[modifier]

Le Seigneur Commandant Carab Culln[25]
Le Seigneur Commandant Carab Culln.
Le nouveau Haut Seigneur Commandant Carab Culln, Maître de Chapitre des Red Scorpions, était un guerrier d’un grand courage et d’une grande expérience de la bataille, qui avait combattu au cours de sa longue carrière des ennemis aussi divers que les Légions du Chaos pendant le Siège de Vraks et les Tyranides sur Beta-Anphelion condamnée. Successeur désigné par Verant Ortys s’il devait tomber au combat, et soutenu par la sagesse et la bénédiction de Sevrin Loth, célèbre Archiviste en chef des Red Scorpions (qui était lui-même traité comme une légende vivante par le Chapitre), la prise de commandement suprême de Carab Culln des Red Scorpions a été bien accueilli par la majorité de ses Frères de Bataille. Son droit à revêtir le manteau de son seigneur décédé en tant que Magister Militum et commandant général des forces des Space Marines Loyaliste n’était cependant pas automatiquement assuré, et ce n’est qu’avec le soutien principal des contingents des Raptors et des Salamanders que le titre lui a été accordé, ainsi que son propre plaidoyer passionné au conseil de guerre, selon lequel il avait le droit de se venger et avait prouvé qu’il était à la hauteur de la tâche. Les Sons of Medusa et les Marines Errants avaient, pour des raisons qui leur étaient propres, tous deux donné leur accord à celui qui serait acclamé comme vainqueur sans contestation. La seule opposition directe à l’accession de Culln est venu du Maître de Chapitre des Fire Hawks, Stibor Lazaerek, qui exigea qu’on lui accorde plutôt le commandement général mais la tirade de Lazaerek au conseil de guerre a été réduite au silence par la voix calme et mesurée du seul personnage présent qui n’était pas un Space Marine, le Légat-Inquisiteur Jarndyce Frain. La légère silhouette en soutane noire se tenait devant les seigneurs guerriers surhumains rassemblés et leur rappelait qu’ils ne se battaient pas pour la gloire, le gain ou même la vengeance, mais pour exécuter la volonté de l’Empereur-Dieu telle qu’elle a été exprimée par ses serviteurs dûment nommés, les Hauts Seigneurs de Terra, dont les mots étaient l’autorité de l’Imperium. Frain apporta son soutien à Carab Culln, le chargea de mener la bataille contre l’ennemi, et ne tarda pas à brandir l’épée du jugement. C’était une admonestation que Carab Culln prit à cœur.

Guerrier dont la réputation s’était étendue au-delà de son propre Chapitre, et même en tant que Capitaine, Carab Culln était réputé pour être un chef inspirant d’une bravoure irréprochable, même parmi les meilleurs de son espèce, ainsi qu’un stratège compétent, bien que peu subtil, et doté d’une volonté inébranlable. Cependant, jamais auparavant il n’avait commandé une force aussi puissante ou importante, peu de généraux l’avaient fait, et même si la Guerre de Badab devait être le baptême du feu de Carab Culln en tant que Maître de Chapitre Space Marine, il a prouvé qu’il avait suffisamment d’esprit et de sagesse (malgré une personnalité particulièrement inflexible), pour profiter des connaissances et de l’expertise particulière de ceux qui l’entouraient. Parmi eux, Lias Issodon, Maître de Chapitre des Raptors qu’il a envoyé pour provoquer et déstabiliser l’ennemi sur Gargathea et Galen, et Pellas Mir’san des Salamanders, un Capitaine de grande expérience et ayant une grande connaissance technique, dont les conseils lui ont rapidement permis d’analyser les lignes de bataille changeantes de la guerre et le jeu d’ombres sans fin. Carab Culln devait se révéler un commandant stratégique agressif et souvent étonnamment novateur pendant la Guerre de Badab, qui, avec ses Red Scorpions, a préféré mener les grandes actions guerrières depuis le front.

Avec la mort du Maître de Chapitre Ortys des Red Scorpions, l’initiative stratégique fut de nouveau entre les mains des Sécessionnistes, et le nombre de raids contre les navires impériaux a augmenté. D’importantes forces d’escorte de Space Marines furent nécessaires pour maintenir l’accès aux mondes de Galen et de Khymara, tandis que les Étoiles Pâles furent presque entièrement isolées. Pendant un certain temps, les Loyalistes ont été pressés de tenir le peu de terrain qu’ils avaient acquis dans la Zone du Maelström. Cela dura jusqu’à ce que la situation s’apaise avec l’arrivée de contingents des Chapitres des Howling Griffons, de Novamarines et plus tard des Sons of Medusa, et la nomination de Carab Culln, le nouveau Seigneur Commandant des Red Scorpions, comme nouveau Magister Militum des forces Loyalistes. Culln a rapidement repris le contrôle de la situation et l’un de ses premiers actes a été de présenter des plans visant à convertir l’ancienne station-relais du Monde Minier largement abandonné de Hallows Point en une importante zone de transit. C’est devenu la première base Loyaliste de la Zone du Maelström proprement dite, et avec les navires et le matériel déplacés dans le système avec une grande rapidité, la Vengeance Station, comme on l’appela, fut pleinement opérationnelle en moins d’un an.

Avant même que la "Vengeance Station" ne soit achevée, les Loyalistes avaient repris l’initiative offensive et menaient une nouvelle phase d’opérations agressives, avec le Chapitre des Red Scorpions en particulier, avide de bataille. Ils étaient tempérés et contrôlés par leur nouveau maître et la sagesse de leur Archivistes en chef Sevrin Loth, qui leur promettait du sang mais réfléchissait à des représailles. Dans les derniers moments de 906.M41, des détachements de Red Scorpions basés sur les Croiseurs d’Attaque du Chapitre ont combattu dans des douzaines d’actions spatiales séparées, allant de la défense de convois au raid sur des avant-postes et à l’interception de navires Sécessionnistes aux côtés des Raptors, renversant pour la première fois la situation face aux pilleurs d’Huron. Dans le même temps, de nouvelles forces des Novamarines et des Sons of Medusa ont mené des attaques d’éclaireurs dans la région de l’Amas d’Endymion et contre les limites du système de Sagan afin de maintenir la pression sur les Sécessionnistes et de immobiliser leurs forces autant que possible. Les premiers fruits majeurs de cette nouvelle campagne furent la fortification du système stérile de Khymara et l’installation sur place de plusieurs avant-postes et postes d’écoute, ainsi qu’une nouvelle capacité à mener des opérations soutenues dans le système contesté de Gargathea. Rapidement, la fagne toxique et les jungles corrosives de Gargathea III se sont transformées en un champ de bataille sauvage lorsque les Raptors, les Salamanders et les Fire Angels se sont battus contre les Astrals Claws et les Mantis Warriors au milieu de la végétation enchevêtrée et souvent mortelle. La guerre à Gargathea s’est rapidement transformée en une série d’embuscades et de contre-attaques, l’avantage oscillant entre les deux camps. Les lignes de bataille de Gargathea sont restées fluides, l’issue des combats étant incertaine et les pertes élevées de tous côtés. Étant l’un des rares mondes éclairés de la région avec une station orbitale utile, Gargathea III resta un monde contesté d’une importance stratégique vitale jusqu’à la fin de 907.M41, lorsque les forces Sécessionnistes furent finalement chassées de la planète et le système repris par les Loyalistes.

Avec l’arrivée de nouveaux renforts pour les remplacer dans l’ordre de bataille, les Marines Errant ont d’abord pris en charge la réserve pour le reste de 906.M41 avant de se retirer entièrement de la Guerre de Badab au début de 907.M41 avec une certaine acrimonie liée à leur départ. Les survivants du Chapitre des Fire Hawks, de plus en plus aigris, furent forcés de se retirer par le nouveau Seigneur Commandant Carab Culln des Red Scorpions pour éviter de nouveaux problèmes dans les rangs des Loyalistes. Ce déploiement s’est cependant avéré stratégiquement efficace, car la présence du Raptorus Rex à Hallows Point a permis de protéger les installations des Loyalistes pendant leur construction. Cela s’est avéré vital lorsque Hallows Point a été attaqué en 7 810 906 M41 par des navires et des escadrons de frégates Sécessionnistes dirigés par un trio de Croiseurs d’Attaque du Chapitre des Lamenters. L’attaque, bien que bien exécutée, fut repoussée sans dommage majeur sur la base à moitié achevée et l’ancrage de la puissance de feu concentrée du Raptorus Rex ainsi que de la Barge de Bataille Red Scorpions Sword of Ordon, s’avéra un facteur décisif. Une autre conséquence de la Bataille de Hallows Point fut le sort d’un des Croiseurs d’Attaque des Lamenters, l’Inflexible, qui s’est avéré si gravement endommagé après avoir été éperonné par le destroyer Ravage des Fire Hawks pendant la bataille, que même s’il s’est échappé du système, le navire a été forcé de pénétrer dans le Warp près de l’étoile interdite d’Hiruko pendant sa retraite et a ensuite été perdu avec tout le monde à bord dans des circonstances inconnues.

Avec l’arrivée de nouveaux renforts presque mois après mois, et les missives de l’Adeptus Terra les informant que d’autres Chapitres Space Marines étaient en route, la balance commençait à pencher en faveur des Loyalistes. Tous les renseignements disponibles sur les Sécessionnistes indiquaient qu’ils étaient dans une position défensive et qu’ils continuaient à creuser et à fortifier leurs systèmes clés. Le Seigneur Commandant Culln savait qu’il devait presser son avantage rapidement ou risquer que la guerre ne se transforme en une lente bataille d’usure qui saignerait ses forces à blanc. Le premier pas vers cette solution serait la prise du Monde-Forteresse de Surngraad. Ses citadelles continentales du sud parvenaient encore à résister à l’agression Sécessionniste grâce à un sacrifice héroïque et à une foi sanglante en l’Empereur-Dieu, née de millénaires dans l’ombre du Maelström et de ses nombreuses horreurs. Mais même cela ne pouvait pas durer indéfiniment. Les Raptors et les Salamanders se virent confier la tâche d’intervenir, et une Force de Frappe sélectionnée fut envoyée en mission d’incursion à long terme derrière les lignes des Sécessionnistes dans les Barges de Bataille Pyre of Glory et War Talon. À leur arrivée dans le système, même leur puissance de feu combinée n’était pas suffisante pour effectuer un débarquement et ils ont été forcés de se replier, le War Talon ayant subi de lourds dommages lors de l’assaut manqué. Cependant, aucun des deux Chapitres n’était prêt à admettre la défaite et après avoir recueilli des renseignements auprès des "sudistes" assiégés de Surngraad, un plan de bataille très peu orthodoxe, appelé "Opération Sedna", a été rapidement formulé et mis en œuvre. Sous le couvert d’une série d’attaques de diversion dans la zone équatoriale, les Raptors ont réussi à faire débarquer un important contingent de Frères de Bataille, dans des armures modifiées, à plus de trois cents kilomètres de leur cible. Évitant les engins lourds et les véhicules en faveur d’une visibilité réduite aux Auspex et aux détecteurs thermiques, la bande de guerre des Raptors s’est ensuite déployée. Après avoir avancé à pied pendant des semaines à travers les paysage de glace et dans la toundra, ils ont lancé leur assaut sous le couvert d’un coup de vent aveuglant. Après avoir percé les murs de la forteresse du principal complexe de défense orbitale avec des Bombes à Fusion, ils ont réussi à entrer et à saboter les silos d’armes de la base malgré les lourdes pertes des Astral Cawls qui ont âprement résisté à leur assaut. Maintenant libres de se déplacer en orbite rapprochée, les deux Barges de Bataille sont descendues pour bombarder la planète depuis la haute atmosphère, écrasant les positions tenues par les Sécessionnistes pour les amener à se rendre, et libérant Surngraad qui fut de nouveau aux mains des Loyalistes. La tâche de reconstruire rapidement les défenses de la planète a été confiée aux Salamanders, le Chapitre à l’esprit technique s’attelant à la tâche avec enthousiasme avant qu’une contre-attaque Sécessionniste sérieuse ne puisse être montée, le War Talon et le Pyre of Glory restant en sentinelle en orbite. Surngraad a marqué un tournant dans la guerre, et a offert un angle d’attaque potentiel qui pourrait être exploité pour atteindre le centre des mondes Sécessionnistes, mais avant que l’on puisse en tirer plus de profit, les Howling Griffons stationnés dans le système de Khymara ont annoncé une nouvelle menace mortelle.[26]

La Hache Tombe à Khymara 4 003 907.M41[modifier]

Dans ce qui allait marquer l’année la plus sanglante du conflit jusqu’à présent, 907.M41 commença par une défaite désastreuse pour les forces Loyalistes. Le gros des troupes du Chapitre des Executioners était arrivé en force dans la Zone du Maelström, et en se regroupant avec sa force d’avant-garde à bord de l’ancien vaisseau amiral de l’ancien Libre-Marchand et maintenant possession du Chapitre, le Night Hag, il a mené une attaque surprise immédiate sur Khymara. Cette attaque a permis de détruire d’un seul coup les avant-postes Loyalistes, les stations d’écoute et le complexe vital de relais astropathique sur les lunes nocturnes du système de Khymara. Surpassées en nombre, mais aussi dépassées par la force et la rapidité de l’assaut, les forces du Chapitre des Howling Griffons qui gardaient le système de Khymara ont beaucoup souffert car les bastions du système et les stations tombèrent l’une après l’autre malgré leur défense tenace ; le sang du Chapitre des Howling Griffons se répandit inutilement dans la poussière sans atmosphère alors qu’ils cherchaient à empêcher les Executioners de détruire complètement les emplacements des Loyalistes. Leurs objectifs stratégiques atteints, la Force de Frappe des Executioners se retira du terrain alors qu’il aurait été en leur pouvoir d’anéantir les survivants Loyalistes s’ils l’avaient souhaité. Cette évolution a provoqué la consternation du Lugft Huron, tout en tenant compte du tempérament dangereux du commandant des Executioners, le Haut Chapelain Thulsa Kane. Il est connu pour ne pas leur avoir adressé de réprimande formelle, et les a accueilli comme allié de la cause Sécessionniste.

Quant aux Howling Griffons, le gros de leurs forces dans la guerre avait été presque systématiquement détruit par l’assaut incessant, ce qui a également entraîné la destruction catastrophique de leur Croiseur d’Attaque Augeias, ainsi que la mort du révéré Dreadnought Chapelain Titus, un événement qui a porté un coup fatal au Chapitre. Mais malgré ces blessures graves, le reste de la force du Chapitre a continué à se battre avec acharnement, refusant de fuir ses responsabilités envers la cause Loyaliste jusqu’à ce qu’il se réengage pleinement dans la guerre en 909.M41.[27]

Des Ennemis Inattendus Mi-907.M41[modifier]

Les Péchés Découverts d'Huron 3 151 908.M41[28]

L’interrogatoire Inquisitorial d'un Apothicaire des Astral Claws capturé pendant la bataille pour la forteresse polaire de Surngraad a provoqué un véritable choc pour ses interrogateurs. Le prisonnier n’était en fait pas du tout un Astral Cawl à l’origine, mais était en fait un ancien membre des Tiger Claws, un Chapitre longtemps pensé perdu. D’autres méthodes d’interrogatoire terribles et extrêmes ont alors été déclenchées dans le plus grand secret, alors qu’une série de raids de traque et de capture était planifiée par les forces secrètes Space Marines et de l’Inquisition opérant dans la Zone du Maelström.

Les preuves d’une hérésie imprévue et terrible, poursuivie par les Astral Claws et Lugft Huron depuis plus d’un siècle, se sont rapidement accumulées. Ces preuves ont prouvé que, sur ordre de Lugft Huron, le Chapitre a délibérément conservé le gène des Astral Claws, non pas pour combler ses propres pertes, mais d’abord pour aider à sauver leur parent presque disparu, le Chapitre des Tiger Claws. Les derniers survivants avaient cherché refuge auprès d’eux en secret. Lugft Huron et ses compagnons les cachant dans les propres rangs des Astral Claws. Ce grave péché avait conduit à un autre acte bien plus dangereux. Dans son arrogance et sa fierté monumentales, Lugft Huron avait refusé à plusieurs reprises les renforts qu’il avait demandés pour l’aider, lui et les Gardiens du Maelström, afin d’accomplir son devoir selon sa propre vision. Le Tyran de Badab avait cherché à étendre ses propres forces bien au-delà des niveaux prescrits par le Codex Astartes. Pendant au moins cent ans avant le début du conflit, le but secret des Astral Claws avait été de transformer lentement leur Chapitre en une force égale à une ancienne Légion Space Marine. Il semble que Lugft Huron ait d’abord cherché à ne pas se rebeller contre l’Imperium, mais à prouver le bien-fondé de ses actes inscrits dans le sang ; un Maelström purgé pour devenir un nouveau royaume taillé pour l’Humanité au nom de l’Empereur. Indépendamment de la folie d’un tel plan, il fut condamné par la main inconstante du destin. Jusqu’au début du conflit, il avait cherché à cacher l’augmentation constante de ses forces, dispersées parmi les étoiles lointaines de la Zone du Maelström et loin des regards indiscrets. Mais, ensuite, vint la flotte de la dîme et la menace d’un examen direct qu’il ne pouvait pas se permettre de tolérer et avec elle la guerre, une guerre trop précoce dans les plans du Tyran et contre un ennemi dangereux. Immédiatement, des facteurs inexpliqués concernant la guerre, les taux d’attrition et les forces déclarées de l’ennemi Sécessionniste ont été mis en lumière sous un jour nouveau.

Une enquête plus approfondie a révélé que l’Apothecarion des Astral Claws menait des expériences hérétiques sur la culture rapide de zygote. Bien que ces expériences aient été largement infructueuses, grâce à l’utilisation de sa semence génétique non soumise, le Chapitre des Astral Claws comptait désormais environ trois mille cinq cent Frères de Bataille.

Face à cette hérésie et cette dissimulation, et en invoquant la pleine autorité d’urgence, le Légat-Inquisiteur Jarndyce Frain a condamné à mort l’ensemble du Chapitre des Astral Claws comme Excommunicate Traitoris, et a placé leurs alliés sous la suspicion officielle d’hérésie et de trahison en violation de la Haute Loi Impériale (car il n’existait aucune preuve immédiate qu’ils avaient également participé au péché de Huron). Ce fait a fondamentalement modifié la nature du conflit et un voile de secret est tombé sur la guerre. Sur l’insistance de Frain, d’autres forces de l’Ordo Hereticus et des régiments du Militarum Tempestus de la Schola Progenium furent également appelés à suivre les lignes de bataille des Space Marines pour mener des enquêtes complètes sur chaque monde arraché à l’emprise du Tyran afin d’éradiquer toute l’étendue de cette hérésie.

Guère surprenant vu la marée de la guerre qui avait engloutie la Zone du Maelström, les attaques des forces pirates non alignées et des races Xenos basées dans l’étendue turbulente du Maelström ont augmenté de façon spectaculaire, atteignant un nouveau sommet au cours de 907.M41. Bien que les sources de renseignement impériales aient à l’époque l’habitude de voir la main du Tyran de Badab derrière chaque attaque de pirates ou de Xenos s’agitant dans l’obscurité, les preuves recueillies depuis ont prouvé que ce n’était tout simplement pas aussi simple. En effet, avec la malveillance couveuse du Maelström derrière eux et des Loyalistes en face d’eux, il est évident que les Sécessionnistes souffraient des assauts des forces non alignées pendant la Guerre de Badab.

Pendant cette période, les Orks "Gore-Chomps", des bandes de guerre de clans de pirates, se sont répandues du système de Calah infesté de Peaux-V afin de régler leurs comptes. Leurs navires de terreur ont attaqué les convois de ravitaillement Sécessionnistes entre l’Amas d’Endymion et le secteur de Badab, et ont finalement livré bataille aux Mantis Warriors dans Endymion même. Là, une force d’assaut Ork s’est abattue et ont a estimé à vingt-mille le nombre de Boyz équipés d’une profusion de Chariots de Guerre, des Buggies et des "marcheurs" de toutes sortes qui ont procédé à l’abattage de la maigre garnison de la planète. Les Mantis Warriors ont été contraints de se retirer et de contre-attaquer dans Endymion, sans perdre la planète. Ils ont affronté les Orks dans une bataille terrestre qui se déroula rapidement dans les plaines poussiéreuses d’Oarella. Ici, les escadrons de Predators et de Razorbacks du Chapitre, soutenues par des vagues successives de tirs des canons des Thunderhawks, ont réussi à arracher une piste en zigzag de cinquante kilomètres de long, constituée d’épaves d’Orks en feu et de corps déchiquetés, par des retraites feintes répétées devant les Orks enragés. Aussi grave que fut l’attaque des Orks contre l’amas, la menace croissante des cultes de corsaire, teintés par les Démons, basés sur le monde dévasté de Magog, était bien pire en termes d’implication potentielle, dont l’augmentation de pouvoir avait en fait poussé les Orks récemment vaincus. Bientôt, les Sécessionnistes furent contraints de prendre des mesures préventives et de lancer un assaut direct sur cette planète infernale, qui, malgré une campagne Exterminatus antérieure, était restée longtemps une épine dans le pied des Gardiens du Maelström. Une Barge de Bataille des Astral Claws, sous le commandement de Cohan Surnatris, l’un des chefs de guerre les plus expérimentés d’Huron, fut rappelé des lignes de front pour mener l’attaque sur Magog, ainsi qu’un fort contingent de Terminators des Chapitres des Astral Claws et des Lamenters triés sur le volet pour la mission. Cette diversion s’est avérée coûteuse pour la cause Sécessionniste, et les pertes subies par la troupe lors de l’exécution du raid de décapitation sur Magog ont été coûteuses, mais le Tyran savait bien qu’il ne pouvait pas se permettre de ne pas saisir l’occasion d’écraser la menace alors qu’elle était encore en formation. S’il ne l’avait pas fait, il aurait risqué une guerre sur deux fronts s’il avait laissé les horreurs qui naissaient sur Magog se réaliser, mais ce faisant, il n’a pas pu renforcer son flanc lorsqu’un nouvel ennemi est entré en scène.[29]

La Colère des Minotaurs 5 440 907.M41[modifier]

Les Minotaurs, un puissant Chapitre basé sur une flotte de sombre renommée et aux liens incertains avec l’Adeptus Terra, sont arrivés en pleine force dans la Zone du Maelström au milieu de l’année 907.M41. Ils annoncèrent leur présence dans la guerre en lançant une attaque à l’échelle du Chapitre contre les installations minières de Kyro, dominées par les Sécessionnistes, en anéantissant la garnison de la Légion du Tyran, forte de 46 000 hommes, et en rendant les mines inutilisables avant de repartir. Les Minotaurs ont alors envoyé un navire et se sont officiellement présentés au conseil de guerre des Loyalistes, mais leur maître, le célèbre Asterion Moloc, est resté avec son Chapitre alors qu’il se dirigeait dans la région des Étoiles Pâles, frappant une liste de cibles préétablies dans un effort délibéré pour décimer plutôt que de conquérir les installations de production de ressources de la région, et ainsi commencer à affamer l’effort de guerre Sécessionniste. L’arrivée des Minotaurs fut accueillie avec prudence par les Loyalistes, bien qu’ils étaient un atout considérable à la cause de l’Imperium, en particulier en ce qui concerne les navires lourds et les moyens d’assaut au sol. Le Chapitre étant bien équipé en Croiseurs d’Attaque, en Land Raiders et en Vindicators, et à la fois expert et impitoyable comme force d’assaut. Les attaques des Minotaurs étaient aveugles ; elles visaient non seulement les plus de trente mondes et stations mineurs dont la Sécession avait pris le contrôle direct, mais aussi des avant-postes mineurs indépendants, et même ceux qui avaient fait confiance à leurs lointains maîtres Karthans. Alors que les Minotaurs coordonnaient leurs efforts avec le réseau de commandement Loyaliste, ils opéraient de façon largement indépendante dans la Zone sud du Maelström, frappant des cibles au milieu des régions frontalières des Étoiles Pâles et de la Dérive Stellaire de Dene. Dans ces batailles, la réputation du Chapitre de ne laisser aucun survivant parmi ceux qui leur résistaient s’est rapidement renforcée, et l’arrivée des sauvages Carcharodons à la cause Loyaliste plus tard dans la guerre n’a pas entamée cette notoriété. Seuls les navires de guerre et les Forces de Frappe des Executioners semblaient capables de freiner la progression des Minotaurs dans la Zone sud du Maelström, les deux Chapitres semblant presque savourer les batailles entre eux comme une sorte de sport sanglant. Pendant le reste de l’année, les Minotaurs remportèrent plusieurs victoires importantes, détruisant efficacement la force de la Légion du Tyran sur Crows World et Larsa lors d’une série de frappes sauvages contre des planètes, et forçant les Astral Claws et leurs mondes fantoches à se déplacer à partir de positions statiques préparées ou à risquer de voir leurs mondes isolés et ravagés un par un. Grâce aux dommages directs et collatéraux causés par les actions des Minotaurs, on estime que dans le tiers d’une année normale après leur arrivée dans la région, la population humaine des seules Étoiles Pâles a été réduite de plus de 20 %.

Un Land Raider des Minautors sur le Monde du Corbeau.
Alors que le Chapitre des Minotaurs a cédé l’autorité stratégique globale au conseil de guerre des Loyalistes, il est délibérément resté en dehors de sa chaîne de commandement générale, se distançant des autres Chapitres et s’appuyant plus souvent sur l’Inquisiteur Frain Inquisiteur que sur le Haut Commandant Culln ou ses conseillers. Cette distance se manifestait dans le fait que son représentant permanent au conseil de guerre était le Chapelain Enkomi, décharné et taciturne, dont les yeux rouges observaient tout, bien qu’il n’ait presque pas prononcé un mot pendant les rassemblements. Il n’existe aucune trace de la présence d’Asterion Moloc au conseil et la seule preuve de sa présence à la guerre provient des images récupérées des scans des batailles et des histoires savantes diffusées par les quelques survivants des attaques des Minotaurs. La puissance de ce Chapitre s’est rapidement révélée un poids décisif en faveur des Loyalistes, quelles que soient ses méthodes. À la fin de 907.M41, grâce à une série de batailles et d’abordages brutalement contestés, les forces Sécessionnistes commencèrent à être repoussées de plusieurs systèmes clés et subirent de lourdes pertes. Ailleurs, dans le centre-nord de la Zone du Maelström, lors de la Bataille pour Galen entre les Astral Claws et une force conjointe de Salamanders et de Fire Angels, le conflit se transforma soudainement en une guerre à trois, alors qu’un soulèvement populaire pour l’indépendance s’emparait de la population meurtrie du monde frontalier. Le système fut finalement conquis par les Loyalistes.

Dans un autre coup porté à la cause Sécessionniste, Vyaniah, soumis à des attaques répétées depuis quelques années, est finalement tombé aux mains des Loyalistes après un assaut conjoint massif des Chapitres des Minotaurs et des Red Scorpions. Déjà saigné à blanc par les Sécessionnistes et dépouillé de certaines de ses armes lourdes afin qu’elles puissent être utilisées pour renforcer les défenses ailleurs, Lugft Huron avait pratiquement abandonné à son sort le monde et l’importante garnison de la Légion du Tyran qui y était stationnée. La fin fut rapide et brutale, alors que les Modules d’Atterrissage gris charcoal et de bronze pleuvaient sur les rues et les places industrielles de la proto-rivière de Caelian dans un assaut nocturne qui déchira les ténèbres avec la flamme. Pris de panique et désemparés par l’assaut, les escadrons de Leman Russ et les phalanges d’infanterie Auxilia de la Légion du Tyran se tirèrent dessus dans la confusion, là où les Anges de la Mort étaient tombés parmi eux. La ville est devenue un abattoir embrouillé et confus. À l’aube, Vyaniah était aux mains des Loyalistes et la garnison de la Légion du Tyran fut passée au fil de l’épée.[30]

Le Fléau de Cygnax 908.M41-910.M41[modifier]

Les preuves acquises par les agents de l’Inquisition ont révélé, au début de l’année 908.M41, des détails sur les contacts entre les Astral Claws, les éléments humains renégats et les charognards "Heretek" des Désolations de Golgotha. Entre eux, ils avaient conçu un plan pour récupérer les stocks d’armes enterrés sur le monde mort de Cygnax. En réponse, les Loyalistes ordonnèrent de rallier ce monde et la compagnie du Clan des Atropos des Sons of Medusa se vit confier le rôle principal dans cette tâche, soutenue par une Compagnie nouvellement arrivée du Chapitre des Exorcists. La force Loyaliste a d’abord encerclé la planète avant de procéder à un balayage du monde, alors que les Sécessionnistes et les renégats, numériquement inférieurs, s’enterraient dans les Cités-Ruches en ruines, s’appuyant sur le terrain infernal et l’atmosphère brumeuse de radiations pour éviter d’être facilement découverts. Le Fléau de Cynax a nécessité une campagne déterminée et brutale pour écraser les forces du Tyran, dont la conduite a provoqué une certaine discorde entre les Sons of Medusa et les Exorcists. Les Exorcists accusaient les Sons of Medusa d’être plus intéressés à servir leurs propres desseins cachés sur Cygnax qu’à traquer l’ennemi aussi rapidement que possible. La petite force des Exorcists fut rapidement retirée et redéployée pour l’assaut à venir du système de Sagan, tandis que les Sons of Medusa ont été laissés afin de liquider la menace de Cygnax avec la méthode de leur choix.[31]

La Seconde Bataille de Sagan 908.M41[modifier]

Lors d’un assaut planétaire majeur, les Sécessionnistes ont été chassés de leurs forteresses sur Sagan par la plus grande force combinée jamais déployée dans la Guerre de Badab, en utilisant massivement les forces des Fire Angels, des Red Scorpions et des Exorcists, soutenus par des forces spécialisées dans les assauts, issues des Salamanders, des Raptors et des Novamarines. Les combats se sont avérés particulièrement sanglants et plutôt que d’abandonner le système stratégiquement vital, les Sécessionnistes ont choisi de monter une défense à tout prix. Cela a finalement détruit une partie importante de leur propre ligne de bataille. Les Astral Claws ont eu recours à des armes virales qui ont tué des dizaines de milliers de personnes de la population mondiale dans une tentative désespérée soit de chasser les Loyalistes de la surface, soit de rendre la planète inutilisable de part et d’autre. Ici, au milieu du labyrinthe des entrepôts et des maisons de comptage de l’Administratum qui contrôlait officiellement l’immense agglomération à la surface de ce monde, la pleine force du Chapitre des Fire Angels a porté le poids des pertes des Loyalistes, se sacrifiant vaillamment afin de contenir les attaques suicides de dernière minute des Astral Claws. La Seconde Bataille de Sagan a entraîné le plus grand nombre de morts de tous les engagements de la guerre jusqu’à présent, ainsi que la perte de plusieurs navires de guerre Sécessionnistes clés dans une contre-attaque vaine contre le système.

Malgré le lourd tribut en sang et en vie, l’invasion réussie de Sagan a été un tournant majeur dans la guerre. Le système devint la principale base des Loyalistes dans la Zone du Maelström et leur a permit d’accéder plus facilement aux principales routes Warp stables de la Zone du Maelström, tout en refusant ces routes à l’ennemi. Peu de temps après, en utilisant Sagan comme point de ravitaillement, Surngraad a été entièrement repeuplé et renforcé, et la campagne de purge d’Endymion a commencé, forçant effectivement les derniers guerriers des Mantis Warriors à adopter une posture purement défensive et les isolant de Badab et de leurs alliés. Cela a effectivement divisé la Zone du Maelström, reléguant les Sécessionnistes en deux régions - l’Amas d’Endymion et le secteur de Badab lui-même, toujours inviolable et fortement défendu. À partir de ce moment, l’agression des Sécessionnistes se limitera à des raids commerciaux et à des frappes ciblées menées principalement par les navires des Chapitres des Executioners et des Lamenters, la domination du Lugft Huron s’avérant brève ailleurs.[32]

La Marée Verte 908.M41-909.M41[modifier]

Au-delà de la Guerre de Badab, des incursions massives Orks et de multiples Waaagh! ont éclaté, menaçant la sécurité du Segmentum Ultima. Les forces Loyalistes des Novamarines, des Raptors et des Howling Griffons, qui avaient toutes subi une certaine usure sur le champ de bataille, ont été retirées une à une du conflit par étapes dans le cadre d’un redéploiement stratégique majeur à l’échelle de l’Imperium, en même temps qu’un certain nombre de navires de guerre des forces de réserve du Segmentum Solar qui avaient été déployés pour la cause Loyaliste.[33]

La Destruction des Lamenters 6 888 908.M41[modifier]

[Special Addendum : Redéploiement des Chapitres][34]

Les renseignements indiquent que les Chapitres retirés du conflit n’ont pas été jugés assez "fiables" pour mener le genre de campagne impitoyable contre leurs compatriotes Astartes que l’Inquisiteur Frain exigeait maintenant. C’était la raison principale de leur redéploiement, bien que la menace Ork fut également très réelle. Des rumeurs persistent selon lesquelles les Salamanders auraient résisté avec succès à des pressions similaires pour être réaffectés pendant cette période. On peut donner du crédit à cette histoire par l’arrivée de nouvelles forces Space Marines des Exorcists et des Star Phantoms et de nouveaux renforts des Chapitres des Sons of Medusa pour assurer la destruction finale des Sécessionnistes. Tous étaient des Chapitres Space Marines considérés par certains comme des étrangers parmi leurs frères Space Marines d’une certaine manière.

En 908.M41, le Chapitre des Lamenters avait déjà subi des pertes importantes par attrition, le Chapitre étant basé sur un flotte ayant été en déploiement continu pour défendre le secteur sud de Badab ainsi que pour servir d’escorte à de nombreux convois de ravitaillement Sécessionnistes. Mais ils étaient encore une force avec laquelle il fallait compter, et un plan a été mis en place pour les isoler de la cause de Lugft Huron et les sortir de la guerre. Le réseau d’espionnage insidieux du Légat-Inquisiteur Frain, de concert avec les scans d’augure à longue portée et les missions de reconnaissance menées à travers la Zone sud du Maelström, a fourni aux Loyalistes une masse de données sur les mouvements et les déploiements du Chapitre, qui a ensuite été analysée à la recherche d’un modèle. Ce qui leur a paru immédiatement évident, c’est que le Chapitre était utilisé comme un bouclier ablatif par le Tyran de Badab pour garder son flanc sud et contester la domination Loyaliste des Étoiles Pâles, alors qu’il gardait la majeure partie des Astral Claws en réserve près de Badab même. Saisissant cette faiblesse, le Chapitre des Minotaurs se rassembla en force pour attendre une ouverture pour frapper là où ils seraient le plus efficaces. Cette opportunité se présenta en 6888908.M41 lorsque l’emplacement de la Barge du Chapitre des Lamenters, Mater Lacrimarum, fut découvert en orbite au-dessus du Monde Sauvage d’Optera en train de s’approvisionner. Immédiatement, une Force de Frappe a été envoyée pour attaquer le navire, et a réussi à l’aborder et à paralyser ses principaux moteurs, l’empêchant de fuir le système. La Barge, qui transportait à la fois les pertes de guerre du Chapitre et sa précieuse ressource de graines génétiques, était une cible que les Lamenters ne pouvaient s’empêcher de défendre à tout prix, et le piège fut donc tendu. Attirée par une série continue d’attaques sur la Barge, la majeure partie de la flotte des Lamenters transportant avec elle une grande partie du Chapitre a été attirée vers le système d’Optera sans autre éléments de la cause Sécessionniste à leurs côtés. Une fois sur place, ils furent alors engagés par la pleine puissance du Chapitre des Minotaurs dans une bataille sanglante qui dura dix-sept heures standard et vit les combats les plus brutaux que l’on puisse imaginer entre les navires et sur la surface rocheuse d’Optera V. Les Minotaurs subirent de lourdes pertes mais réussirent à vaincre leur ennemi grâce à leur propre brutalité et au poids de leur nombre. Leurs forces étant anéanties, les Lamenters restants furent contraints de se rendre plutôt que de risquer l’anéantissement total une fois la Barge prise et une grande partie de leur flotte laissée en ruines ou en flammes. Ayant eux-mêmes subi de graves pertes lors de la défaite des Lamenters, les Minotaurs réclamèrent des droits de s’emparer des restes paralysés d’une grande partie de la flotte des Lamenters et de l’équipement des soldats tombés au combat. Les survivants, à l’exception de ceux qui sont restés aux côtés de Huron pendant la bataille, furent incarcérés dans une prison en orbite autour de Sagan II, dans l’obscurité, au milieu de rumeurs sur leur folie croissante.

En comptant ceux capturées dans l’Apothecarion du Chapitre pendant la bataille, seuls trois cent onze Frères de Bataille des Lamenters ont survécu pour être internés sur un navire-prison en orbite autour de Sagan pour le reste de la guerre. Un nombre inconnu (estimé à moins d’une centaine) de Lamenters déployés ailleurs pendant les combats demeuraient. La perte du Chapitre a enlevé aux Sécessionnistes une grande force qu’ils ne pouvaient pas se permettre de perdre.[35]

L'Incident d'Angstrom 4 897 908 M41[modifier]

Le Secteur d’Angstrom.
Dans l’une des opérations les plus remarquables de la Guerre de Badab, les Loyalistes sont intervenus dans les affaires se déroulant sur le monde d’Angstrom en 908.M41. Le domaine souverain et indépendant de l’Adeptus Mechanicus d’Angstrom dans la Zone orientale du Maelström était resté neutre jusqu’à présent tout au long du conflit, rejetant les missions diplomatiques et les menaces des deux parties de se joindre à elles dans la guerre. Les Magos d’Angstrom ne considéraient le conflit lui-même que comme un "conflit interne" entre factions impériales concurrentes dans lequel ils n’avaient aucune raison de s’immiscer, et avaient fait connaître leur intention de défendre leur souveraineté territoriale contre tous les intrus. Au lieu de prendre parti, Angstrom avait simplement poursuivi ses opérations comme d’habitude, ce qui incluait le respect d’un accord de longue date visant à faire un "don" d’armes avancées et des minerais raffinés qui étaient collectés par les représentants de l’Imperium selon un cycle de trois ans à partir du bord de leur système planétaire. Il est clair que les Magos ne se souciaient pas seulement de savoir lequel des serviteurs de l’Imperium récupérait le don, seulement que leur partie de l’arrangement était exécutée à la lettre. Dans le passé, ce don avait fourni aux gardiens du Maelström une ressource vitale et les serviteurs du Tyran continuaient à être parfaitement en mesure de la collecter, ce qui a grandement contribué à leur effort de guerre. Cet arrangement unique devait aboutir à l’un des incidents les plus singuliers de la guerre, car les Red Scorpions et les Salamanders ont mené conjointement un plan secret pour empêcher les Sécessionnistes de réclamer le don.

Par une patiente infiltration du système extérieur, les Loyalistes ont secrètement déployé une petite force d’élite sur Angstrom XIII avant l’accomplissement de la donation, commandé en personne par le Seigneur Commandant Carab Culln et le Capitaine Pellas Mir’san des Salamanders. Angstrom XIII était un monde sans vie, turbulent, volcanique, à la limite du système interdit où le don devait être accompli. Avec les pilotes du Chapitre des Salamanders, qui avaient une expérience inégalée de l’exploitation dans des environnements aussi hostiles grâce à la nature de leur monde d’origine, Nocturne, ils ont réussi à débarquer une Force de Frappe à la surface d’Angstrom XIII et sont restés en attente sans être détectés. En peu de temps, les Sécessionnistes sont arrivés dans le système et, en attendant que l’échange ait lieu, les Loyalistes ont déclenché leur embuscade éclair, sabotant les baies de la station spatiale et attaquant les navires Sécessionnistes qui débarquaient pour recevoir le don. La bataille qui suivit fut brève mais furieuse ; elle se déroula dans l’enfer de la surface d’Angstrom alors que les Loyalistes cherchaient à infliger le plus de dommages possible avant d’être contraints de battre en retraite. Dans la confusion et la destruction qui s’ensuivirent, le Mechanicus d’Angstrom, révolté par le déclenchement des hostilités dans leur domaine, a attaqué les deux parties, avec des colonnes d’assaut lourdement blindées de Technogardes et de Serviteurs de Bataille Prétoriens qui ont été activé sur Angstrom XIII dans les heures qui ont suivi le lancement de l’attaque, tandis que les Chasseurs-Tueurs de classe Typhon attaquaient les navires de guerre des deux camps sur l’orbite d’Angstrom XII et chassaient rapidement les Loyalistes et les Sécessionnistes du système.

Ce qui fut connu sous le nom d’"Incident Angstrom" a permis aux Loyalistes de remporter une victoire stratégique majeure, mais a cependant incité le belliqueux Mechanicus d’Angstrom à s’intéresser davantage à la guerre, ses navires de guerre et ses forces terrestres menant des raids de représailles contre Galen et Ibis, jusqu’à ce que les Légats de Terra interviennent et négocient une paix avec la promesse d’éventuelles restitutions. Le Seigneur Commandant Carab Culln est cependant resté prudent et a envoyé les restes du Chapitre des Fire Hawks sur le Raptorus Rex aux côtés d’une force choisie parmi les différents Chapitres Loyalistes pour mener un blocus des approches du système extérieur comme mesure de précaution pour la durée de la guerre.[36]

La Domination Loyaliste de la Zone du Maelström 909.M41[modifier]

Enquête sur les Chapitres Renégats[37]

Peu après la découverte du projet hérétique de Lugft Huron et de son Chapitre, des missions Inquisitoriales ont été envoyées par les Saints Ordos chez les deux Chapitres des Mantis Warriors et des Executioners. Les objectifs étaient de les examiner et de rechercher toute preuve de complicité dans cette hérésie, ainsi que des falsifications génétiques et de déviances morales de quelque nature que ce soit. La mission dans l’Amas d’Endymion a échoué à localiser l’accès aux bases cachées des Mantis Warriors, mais a mit la main sur des échantillons de la graine génétique des Mantis Warriors pour des tests, qui se sont finalement révélés conformes à la tolérance, mais avec une certaine dissonance génétique détectée. La mission sur Stygia-Aquilon, les mondes jumeaux du Chapitre des Executioners, a cependant été autorisée à y accéder pleinement lorsqu’elle est finalement arrivée après un voyage périlleux de cinq mois à la périphérie sud. Malgré quelques inquiétudes quant aux tendances individualistes et quelque peu hargneuses du Chapitre, l’enquête a permis de découvrir que leurs gènes et leur foi n’étaient pas corrompus, tout en faisant la lumière sur les causes de leur implication dans le conflit du côté des Sécessionnistes. Il est à noter qu’aucune mission séparée n’a en fait été effectuer pour contacter les Lamenters, et les découvertes qui ont été faites sur la Barge du Chapitre après la Bataille d’Optera restent scellées et cachées, même dans les rapports de l’Inquisition mis à la disposition du Conclave du Segmentum de l’époque.

Avec les jonctions vitales de Sagan et de Vyaniah désormais entre leurs mains et les Lamenters éliminées de la guerre, les Loyalistes de l’Imperium avaient désormais le commandement effectif des principales routes Warp de la Zone du Maelström, ce qui leur permettait de déplacer rapidement leurs forces à travers la région presque à volonté, tout en refusant largement cette capacité à leur ennemi. Ce facteur, combiné aux conséquences de l’Incident d’Angstrom qui a servi à remuer un nid de frelons dans la région proche de Maelström, a effectivement coupé en deux la sphère d’influence du Tyran et a permis de contenir la Sécession. Ce changement dans l’équilibre des pouvoirs a également divisé les Sécessionnistes entre l’Amas d’Endymion et le secteur de Badab lui-même. Désormais, seules les forces imprévisibles du Chapitre de Executioners, offraient une menace significative au contrôle des Loyalistes en dehors des enclaves Sécessionnistes.

De ces deux zones contrôlées par les Sécessionnistes, le danger bien moindre pour la cause Loyaliste était l’Amas d’Endymion. Ici, les Mantis Warriors survivants étaient réduits à mener une résistance de guérilla contre une campagne de purge des Loyalistes menée par des éléments des Chapitres des Fire Angels et des Sons of Medusa, avec des engagements sporadiques mais sanglants dans les systèmes de Tranquillity, d’Iblis et de Sigard, dont une défaite sévère pour les forces Loyalistes lorsque le Croiseur d’Attaque Polaris Rising des Fire Angels a été attaqué par les Mantis Warriors sous la direction de leur prophétique Maître Archiviste Alhazra Redth. Les attaques des Mantis Warriors ont réussi à endommager les principaux réacteurs à plasma du navire de guerre et les baies d’armes avant de se retirer. Le navire des Fire Angers est ainsi devenu vulnérable lorsque, en quelques heures, deux Kroiseurs Kitus Ork en maraude sont arrivés dans le système, leur trajectoire étant prédite par l’art des Prophètes. Surpassés en nombre et en armement, les Fire Angels ont combattu les Orks avec détermination, tuant des centaines de Peaux-Vertes et éviscérant l’un des Kroiseurs Kitus lors d’un abordage suicidaire, avant d’être submergé et de se retrouver à défendre les quelques compartiments restants du Polaris Rising alors que les Orks envahissaient ses ponts. C’est alors que les Mantis Warriors sont apparus, tombant en embuscade sur les forces Orks malmenées par l’arrière et les anéantissant. Au lendemain de la bataille, les trente-sept Space Marines Fire Angels survivants ont été abandonnés sur Sigard VI sous les soins de leur Apothicaire et de ses Serviteurs médicaux, tandis que le Polaris Rising, qui avait été battu, fut pris par les Mantis Warriors comme butin de guerre.

Ailleurs, seul le secteur de Badab est resté résolument entre les mains du Tyran. Il comprenait le système de Badab lui-même, ainsi qu’un certain nombre de systèmes importants et très fortifiés, notamment Eshunna, Decabalus et Isin. L’analyse de Strategos-Militum a indiqué que la prise de ces systèmes serait probablement une opération aussi coûteuse et sanglante pour les Loyalistes que le reste de la guerre jusqu’à présent combiné. À cela s’ajoutait les effectifs inconnus des Astral Claws ; depuis la révélation que Lugft Huron avait travaillé en secret à l’expansion de son Chapitre, il n’était pas possible de savoir avec certitude combien de Space Marines étaient déployés pour la défense de la région alors que même l’estimation la plus prudente du nombre d’effectifs de la Légion du Tyran dans la région atteignait les millions. Lugft Huron avait pratiquement abandonné le reste de ses domaines autrefois puissants à la fin de l’année 909.M41 et des rumeurs sont parvenus aux oreilles des agents des services secrets Loyalistes sur la violence et la paranoïa croissantes du Tyran, et sur le resserrement de son emprise meurtrière sur les mondes qu’il contrôlait encore.

La domination Loyaliste des principales routes Warp de la Zone du Maelström leur permettait de bloquer et, dans une certaine mesure, d’exploiter à nouveau les mondes riches en minerais des Étoiles Pâles, empêchant ainsi l’ennemi d’accéder à leurs ressources, ce qui, combiné à l’isolement d’Angstrom, a considérablement réduit la capacité des Sécessionnistes à créer et à distribuer du nouveau matériel de guerre. En particulier, la vulnérabilité la plus grave à laquelle les Sécessionnistes étaient confrontés se situait peut-être dans l’espace ; grâce à une combinaison d’attrition au cours des dernières années et plus particulièrement avec la destruction ou la capture de la flotte du Chapitre des Lamenters, les Sécessionnistes furent désormais très réduits en navires de guerre, souffrant notamment d’un manque d’unités lourdes et de vaisseaux de classe capitale. Les ressources de la flotte que les Astral Claws pouvaient rassembler se limitaient désormais en grande partie aux vaisseaux d’attaque légers (que les chantiers navals de Rigeal dans le système Badab pouvaient encore produire en nombre limité), et une poignée de Croiseurs d’Attaque et de Barges de Bataille accompagnés des restes ravagés de l’escadron Maelström, autrefois puissant. Ces derniers navires lourds de Lugft Huron se sont sagement déployés uniquement en tant que force de réserve concentrée basée dans le système Badab lui-même, prête à renforcer la ligne là où la frappe principale des Loyalistes tomberait.

Les Mantis Warriors lors de la Chute de Bellerophon.
Le facteur le plus imprévisible de la Guerre de Badab pendant cette période reste peut-être le Chapitre énigmatique et barbare des Executioners. Depuis leur arrivée dans le conflit en 907.M41, les Executioners avaient mené leur propre guerre, devenant le fléau des patrouilles et des convois de ravitaillement Loyalistes, ainsi que la destruction de nombreux avant-postes et postes d’écoute. Ils furent responsables de la majorité des vaisseaux saisis et détruits des Loyalistes ; quelque quarante-trois navires marchands et onze navires de guerre en tout durant cette période, y compris la capture et le sabordage du transporteur chartiste Ar’saban Queen et la destruction du Croiseur de classe Lunar Vengeful Hand, qui ont tous deux été perdus sous les coups du tristement célèbre Night Hag. Ils se sont également engagés dans plusieurs raids lourds, jusqu’à la Chute de Bellerophon et de Kyro, tandis que certaines de leurs actions les plus importantes furent contre le Chapitre des Minotaurs dans la Zone sud de Maelström, comme le duel sanglant des chars d’assaut qu’ils ont menés sur la lune sans atmosphère d’Uzeal dans le système du Monde du Corbeau. La base d’opérations des Executioners était censée être un système stellaire quelque part au bord de la turbulente Dérive Stellaire de Dene, mais son emplacement est resté insaisissable, ce qui a permis au Chapitre de mener des raids presque à volonté. Les Executioners, cependant, en plus de défier les forces Loyalistes dans une guerre ouverte et d’attaquer leurs lignes de ravitaillement, ont refusé catégoriquement d’être sous le contrôle direct du Tyran de Badab, n’opérant que comme alliés et jamais comme subordonnés, situation qui a suscité une colère croissante dans les rangs des Sécessionnistes.

À la fin de 909.M41, la Sécession du Maelström était largement contenue, mais les commandants Loyalistes ne se faisaient pas d’illusion sur la fin de la guerre elle-même. Il ne restait plus qu’une phase d’opérations encore plus brutale que toutes celles qui avaient eu lieu auparavant dans le conflit ; une période de purges planétaires impitoyables, de campagnes de terre brûlée et de sièges apocalyptiques rapprochés. Pour le camp Loyaliste, de nombreux Chapitres qui avaient combattu la cause de l’Imperium avaient subi des pertes substantielles, et allaient maintenant être remplacés dans l’ordre de bataille par d’autres Chapitres Space Marines d’une renommée encore plus sombre, amenés par le Légat-Inquisiteur Frain pour s’assurer que la Sécession de Badab soit complètement écrasée. Pour ceux qui étaient pris dans ce conflit entre guerriers divins et tueurs surhumains, les jours les plus sanglants de la Guerre de Badab étaient encore à venir.[38]

Chapitre V : Le Courroux de l'Imperium[modifier]

À la fin de l’année 909.M41, la Guerre de Badab avait fait rage pendant six ans. Ce qui avait commencé comme une tentative de Lugft Huron, le Tyran autoproclamé de Badab, d’affirmer théoriquement l’indépendance de son Chapitre et de ses alliés par rapport aux autorités centrales du Segmentum, avait révélé la trahison et l’hérésie au cœur du Chapitre des Astral Claws, et s’est transformée en persécution brutale d’une faction renégate par tout le poids de la puissance de l’Imperium.

Le mouvement Sécessionniste de Badab était composé de quatre Chapitres Space Marines : les Astral Claws de Lugft Huron, les Lamenters et les Mantis Warriors, qui avaient formé ensemble les Gardiens du Maelström affectée à la région, ainsi que le Chapitre des Executioners qui était venu à l’aide des Astral Claws pour le paiement d’une ancienne dette de sang. Une force bien plus nombreuse, bien que moins compétente, connue sous le nom de Légion du Tyran, aidait ces forces Space Marines, qui comprenait une force auxiliaire humaine directement sous le contrôle des Astral Claws. Cette force était utilisée pour garnir et défendre leurs royaumes sous le régime le plus dur et le plus redoutable de la discipline impitoyable. Afin de vaincre cet ennemi extrêmement puissant, l’Imperium, sous la direction des Légats Inquisitoriaux, avait réuni une puissante force propre comprenant des éléments de pas moins de douze Chapitres Space Marines "Loyalistes" assistés par les forces Inquisitoriales et des éléments de la Flotte de Guerre Solar. Le commandement tactique et stratégique des forces Loyalistes était entre les mains du nouveau Maître de Chapitre des Red Scorpions, Carab Culln, comme Magister Militum, ou "premier parmi ses pairs", qui s’était révélé être un commandant compétent et sophistiqué dont la stratégie avait permis de renverser nombre des acquis Sécessionnistes, non sans un coût important en sang et en matériel.

Le déroulement de la guerre pendant six ans a été jusqu’à présent à la fois imprévisible et brutal. Plutôt qu’un conflit grinçant d’attrition constante, il s’est caractérisé par des à-coups dans des dizaines de mondes et de zones de guerre différents, un affrontement soumis à des revirements soudains et à des campagnes éclair pour renverser un monde ou un autre en faveur de la cause Loyaliste ou Sécessionniste. Les conquêtes et les gains initiaux des Chapitres Sécessionnistes avaient forgé, en fait, un petit empire dans la Zone du Maelström à leur profit, mais grâce à une série de victoires des forces Loyalistes, en 909.M41, les domaines Sécessionnistes avaient été fracturés et divisés, les privant de l’initiative stratégique et les mettant dos au mur. Une autre défaite écrasante fut infligée à la cause Sécessionniste en 888908.M41 lorsque le Chapitre des Lamenters, basé sur une flotte, fut effectivement détruit dans une bataille sauvage de navire à navire à Optera par le Chapitre Loyaliste des Minotaurs. Toutes les forces du Chapitre, à l’exception d’une poignée, ont été soit tuées, soit capturées au cours de cette bataille. Après cela, la Sécession du Maelström fut largement contenue. Cependant, les commandants Loyalistes n’avaient pas l’illusion que la guerre elle-même était terminée, et les combats se poursuivaient sporadiquement depuis les frontières de l’Amas d’Endymion où des éléments des Fire Angels et des Sons of Medusa se battaient pour contenir les Mantis Warriors, aux confins de Khymara et dans les Étoiles Pâles où les navires du Chapitre des Executioners frappaient encore presque à volonté, en luttant contre les Chapitres des Red Scorpions et des Minotaurs, en harcelant la navigation des Loyalistes et en contrecarrant les tentatives de consolidation de leurs acquis. Nombreux sont ceux qui ont jugé avec justesse que ce qui restait serait une phase d’opérations encore plus brutale que tout ce qui avait été vu auparavant dans le conflit ; une période de purges planétaires impitoyables, des campagnes de terre brûlée et des sièges apocalyptiques. Les Loyalistes avaient besoin de temps pour se préparer à une telle campagne et de nouveaux renforts si ils voulaient obtenir rapidement une victoire, mais le Seigneur Commandant Carab Culln et ses conseillers savaient qu’ils ne pouvaient pas se permettre d’attendre trop longtemps avant de passer à l’offensive, car chaque jour donnait aux Sécessionnistes une nouvelle occasion de s’enraciner et peut-être de compenser leurs propres pertes. Culln savait qu’il ne pouvait tout simplement pas se permettre de laisser un général du calibre de Lugft Huron trop longtemps pour se reconstruire, planifier et se préparer.

Le point culminant de l’année 910.M41 s’est avéré être un dernier calme mortel avant la tempête qui allait voir la Guerre de Badab arriver à sa terrible conclusion. Du côté des Loyalistes, de nombreux Chapitres qui avaient combattu la cause de l’Imperium avaient subi des pertes substantielles et allaient maintenant être remplacés dans l’ordre de bataille par d’autres Chapitres Space Marines de renommée encore plus sombre. La Zone du Maelström allait connaître par un massacre sans précédent, même dans sa longue et troublante histoire.[39]

Le Visage de l’Ennemi[40]

À la fin de la Guerre de Badab, la position des Sécessionnistes était grave ; ils avaient subi de nombreuses défaites au cours des dernières années précédentes qui les avaient privé d’une grande partie de leur force d’antan. Sur les quatre Chapitres Space Marines que Lugft Huron avait emmenés avec lui dans la rébellion, aucun n’en était sorti indemne. La plus grande partie de ces pertes avait été subie par le Chapitre des Lamenters, qui avait supporté le poids des combats entre navires au début de la guerre. Il avait été amené à combattre le puissant Chapitre Loyaliste des Minotaurs et fut détruit en tant que force de combat (bien qu’à un coût élevé pour les Minotaurs également). Les Mantis Warriors avaient également beaucoup souffert, leur force ayant été anéantie par des combats continus contre des ennemis numériquement supérieurs.

Malgré d’importantes victoires en leur faveur, ils avaient été réduits à peut-être moins de la moitié de leur force de combat initiale, et étaient maintenant enclavés et dispersés dans leurs anciens domaines dans l’Amas d’Endymion et effectivement coupés du reste des Sécessionnistes. Ils manquaient cruellement de navires de guerre lourds pour leur permettre de tenter une quelconque percée. Quant aux Astral Claws, grâce à la politique hérétique du Tyran de Badab, leurs effectifs avaient crû bien au-delà des diktats du Codex avant et pendant le déclenchement du conflit. C’est un facteur qui, à lui seul, leur avait permis de résister à la tempête de la guerre et de subir des pertes d’un degré tel qu’un Chapitre Space Marine normal aurait été anéanti. Mais même les Astral Claws agrandis ne pouvaient pas supporter de telles pertes indéfiniment et les Space Marines qui restaient étaient un mélange de vétérans sanguinaires et de néophytes relativement inexpérimentés, élevés au combat en n’ayant connu que la guerre de Lugft Huron. Parmi les forces Sécessionnistes, celles qui semblaient les moins réduites étaient celles du Chapitre des Executioners. Étrangers à la Zone du Maelström, les Executioners étaient venus aider la cause du Tyran non pas par alliance ou par communion de croyance, mais en paiement d’une ancienne dette de sang, et l’ont fait à leurs propres conditions, à la frustration croissante du Tyran. Ils ont agi comme une force d’attaque insaisissable qui a frappé les lignes des Loyalistes sur toute la longueur et la largeur de la Zone du Maelström. Les Executioners sont restés une épine persistante dans le pied des Loyalistes et une force peut-être capable de renverser le cours de la guerre, mais qui ne semblaient pas vouloir faire plus que de se battre contre des cibles de leur choix, en quête de gloire et de combat, plutôt que de remplir les objectifs stratégiques du Tyran.

La Soumission de Galen 4 017 910.M41[modifier]

Comme c’est souvent le cas lors des grandes guerres, des batailles imprévues peuvent surgir et s’enflammer dans des endroits souvent inattendus, et dans les premiers jours de 910.M41, une de ces batailles s’est produite dans le monde surchargé de la colonie de Galen VI. Pendant six ans, le système isolé de Galen a été l’objet de nombreuses batailles et a changé de mains à plusieurs reprises entre les forces Loyalistes et Sécessionnistes. Plus important encore, le système de Galen a été le théâtre d’une bataille majeure entre le Chapitre des Fire Hawks et d’une force d’assaut Sécessionniste mixte, provoquant de lourdes pertes des deux côtés, une bataille qui avait vu les dômes de vie de Galen II s’effondrer, entraînant une immigration massive de réfugiés vers son voisin, le monde de Galen VI, un monde de durs labeurs. Ces tribulations n’étaient que les dernières tragédies du système de Galen, qui avait été ravagé par les différents conflits majeurs du siècle précédent. La plus grave de ces tragédies a été l’influence du Chaos qui a entraîné une campagne de répression peu avant la création des Gardiens du Maelström. En 910.M41, Galen était réduit à un seul monde, à peine habitable, le monde dur et stérile de Galen VI, une planète faite de plaines salines métalliques parsemées de mines à ciel ouvert, d’industries tentaculaires et de camps de réfugiés délabrés, construits au milieu des détritus humains des colonies brisées à travers le système. Les ressources de Galen VI avaient été, au-delà de la rupture avec l’afflux de personnes déplacées et dépossédées. La famine et le mécontentement étaient devenus le quotidien sur la planète. À la suite de sa dernière "libération" par les forces Loyalistes, un détachement de l’Ordo Hereticus, sous le contrôle de l’Inquisitrice Taria Shard, était arrivé pour mener une enquête sur les activités des Sécessionnistes alors qu’ils étaient en possession du système, et pour éliminer et punir les collaborateurs dans les rangs de la population civile. Basée dans la capitale de Galen VI, connue dans le langage local simplement sous le nom de "Vieille Ville", le détachement de l’Ordo était à la fois détesté et craint par les locaux, et maintenait une emprise sur la planète par le contrôle direct des stations d’épuration de la vieille ville sur lesquelles des centaines de milliers de réfugiés comptaient pour leur subsistance. L’insurrection civile qui a suivi était peut-être inévitable et sans doute attendue, mais ce qui n’a pas été anticipé, ce fut la fureur du soulèvement et le degré d’organisation dont il a fait preuve. Parallèlement à une rébellion populaire dans les camps, les gardiens de la ville et les guildes industrielles se sont également engagés dans une révolte armée contre leurs maîtres, avec l’intention de se débarrasser du contrôle Impérial et de rester également indépendant des Sécessionnistes, avec la conviction générale que les deux camps ne leur avaient apporté que des effusions de sang et de la misère. Le fait que les habitants de Galen VI se soient leurrés en croyant que cela était possible au centre d’une guerre aussi grande et âprement disputée témoigne peut-être des horreurs qu’ils ont subi. Dans les heures qui ont suivi le début de la révolte, une grande partie de la garnison Impériale, composée d’un seul régiment de la Garde Impériale et d’un détachement de soldats du Militarum Tempestus, avait été débordée ; la Vieille Ville était en flammes et une orgie de contre-représailles sanglantes contre ceux qui avaient soutenu l’un ou l’autre pouvoir s’était installée. Bien que des complots secrets entre les différentes factions locales aient réussi à renverser la petite garnison Impériale, elles ne pouvaient pas rester unies en tant que force cohésive une fois ce but atteint et les représailles des rebelles se transformèrent en massacres aveugles et en pillages par les factions rivales et les petits chefs de guerre. Bientôt, les camps de réfugiés s’étaient dissous en une anarchie de bandes s’entre-tuant pour des restes de nourriture dans les villes et les zones d’expansion. Lorsque le haut commandement Loyaliste fut informé de cette perte, le Légat-Inquisiteur Jarndyce Frain ne tarda pas à déclarer le système de Galen apostat, ayant d’abord été libéré des griffes des Sécessionnistes, puis s’étant délibérément détourné de la grâce de l’Empereur. Ainsi fut scellé le sort de Galen VI.

Le gros des forces du Chapitre Loyaliste des Sons of Medusa, alors en cours de redéploiement des environs de Cygnax vers des positions avancées, ont été détournés pour imposer l’ordre à Galen VI. Ils le firent sous le commandement direct de Carab CuIln, le "Magister Militum" ou commandant général des Space Marines Loyalistes, et étaient accompagnés par un détachement de l’Ordo Hereticus sous les ordres de l’Inquisiteur Kramner, un des assistants personnels de Frain. Les ordres de Culin étaient directs et explicites. Le système de Galen devait être ramené aussi rapidement que possible sous le contrôle Impérial, et tout espoir de résistance future écrasé complètement. Les seules réserves à cet ordre étaient que la planète devait rester habitable et qu’un noyau suffisant de population et d’infrastructures devait être laissé en vie et intact pour répondre aux besoins de l’effort de guerre Impérial.

Les Sons of Medusa ont calculé leur schéma d’attaque en conséquence et ont élaboré leurs plans pour reprendre le monde, sous la direction de leur "Thane de Fer" et commandant de théâtre, Vaylund Cal. À leur arrivée en orbite, ils ont ciblé et bombardé des zones de débarquement préalablement choisies aux abords de la Vieille Ville, les réduisant a à peine plus que des cratères et des décombres fumants. Dans ces zones ravagées, les Space Marines ont lancé trois assauts d’atterrissage avec leur Compagnie aux abords de la Vieille Ville de Galen VI, l’encerclant et détruisant toute résistance immédiate à l’atterrissage avec une facilité presque superficielle. Pendant trois jours et trois nuits, les Sons of Medusa restèrent dans les cratères brisés, débarquant des fournitures et des troupes et construisant de nouvelles fortifications et de nouveaux bastions, qui s’élevaient de la poussière et de la fumée comme des dents dentelées des mâchoires d’un prédateur. Dans la Vieille Ville, la vague de violence inter-communautaire s’est calmée et une nouvelle onde de peur a commencé à se répandre dans la ville tentaculaire et ses millions d’habitants survivants. Tous avaient vu et entendu la fureur des bombardements venus du ciel qui avaient si étrangement épargné la ville et les traînées de feu des aéronefs de débarquement, et beaucoup pouvaient deviner ce qu’ils laissaient présager. Des murmures se sont répandus parmi les escadrons de la mort paramilitaires et les survivants se sont rassemblés pour parler des martèlements couverts de poussière, des éclairs actiniques crépitants des arcs énergétiques dans les profondeurs des cratères, et des vastes projecteurs qui balayaient la ville autour d’eux avec la mort délivrée par des spectres en émeraude à quiconque s’approchait de trop prêt. À l’aube du quatrième jour, un silence contre nature et presque total s’était abattu sur la Vieille Ville, qui redoutait ce qui allait arriver. Des colonnes blindées de véhicules Rhinos et Razorbacks, des Land Raiders tonitruants et des Dreadnoughts aux silhouettes imposantes sortaient des nuages de poussière, tandis que les ombres des Land Speeders s’élevaient dans le ciel comme des volées de corbeaux charognards. À côté de la livrée verte des véhicules des Sons of Medusa se trouvait le cramoisi de l’Inquisition. De leurs Chimères et Repressors, ils ont exigé la reddition immédiate de toute la population de Galen VI pour un jugement immédiat. Ceux qui avaient pris les armes savaient que pour eux, il n’y aurait guère de pitié. Certains se sont suicidés pour éviter la colère de l’Empereur avant d’être impitoyablement détruits par les Sons of Medusa dans une bataille ouverte, tandis que d’autres se sont réfugiés dans des positions défensives préparées à la hâte ou ont cherché à se cacher ou à fuir la ville. Ceux qui ont tenté de fuir ont été massacrés aux frontières de la Vieille Ville, abattus par des patrouilles de Land Speeders et de vaisseaux de combat Vulture alors qu’ils essayaient de s’échapper par un terrain dégagé, à l’abri de la poussière des landes. Bientôt, les routes de la Vieille Ville ont été obstruées par les épaves brûlées de véhicules terrestres et les piles de corps déchirés. Dans la ville, ceux qui offraient une résistance sérieuse étaient d’abord isolés puis détruits, barricades, hab-blocs et manufactures offrant peu de protection contre l’habileté et la puissance impitoyables des Space Marines. Des tours entières se sont effondrées, leurs étages inférieurs ont été détruits par les tirs concentrés des Canons Démolisseur et les tirs de Fuseur, enterrant leurs défenseurs et les malheureux pris avec eux dans les décombres, tandis que des incendies ravageaient les ruines. Seuls les plus démunis et les plus méprisables furent épargnés, pratiquement ignorés par les géants qui traquaient dans les cendres des bûchers. Les misérables civils attendaient que la mort arrive, mais les Sons of Medusa ne leur ont rien fait comme on leur avait ordonné. Beaucoup auraient pleuré ouvertement de joie d’être pris par les fantassins de l’Inquisition pour être traités et jugés, et les images qui ont été prises après la catastrophe montrent des hommes et des femmes aux yeux creux, aux rayures grises, attendant passivement leur sort dans les bastions d’assaut du Saint Ordo qui les attendent dans les zones de débarquement impériales.

Dans les cinquante-six heures qui suivirent le début de l’attaque des Sons of Medusa, la Vieille Ville était fermement aux mains de l’Imperium. Comme c’étaient prévu, la nouvelle de ses massacres s’est répandue sur Galen VI, et un linceul de terreur s’est posé sur la planète. D’abord des centaines, puis des milliers et bientôt des millions de personnes, les habitants de Galen VI, les autochtones et les réfugiés ont capitulé, même si beaucoup se sont donnés la mort, plutôt que de vivre dans la peur de ce qui allait arriver. On a découvert que l’Inquisitrice Shard avait survécu, mais qu’elle avait été terriblement blessée par l’explosion d’une bombe, sa vie préservée par sa fidèle coterie d’acolytes, et fut confiée à l’Inquisiteur Kramner. Une fois rétablie par les ministères des Techmarines des Sons of Medusa, elle fut chargée des procédures judiciaires, et ses jugements furent à la fois rapides et définitifs, et bientôt la totalité des ruines de la Vieille Ville ont été réaménagées et reconstruites pour servir de centre d’internement et de traitement de la population de Galen VI. Dans l’ensemble, la campagne de Galen était considérée comme un succès sans lendemain, et bien qu’une grande partie de la population de la Vieille Ville ait été tuée, le nombre total de morts était faible comparé à celui qu’aurait été le résultat d’une longue campagne d’attrition à l’échelle de la planète. Alors que les pires éléments récidivistes et hérétiques trouvés sur la planète ont été livrés au bûcher, l’Ordo Hereticus a été miséricordieux, et a contraint la majorité de la population de la planète à une vie de servitude pénale pour payer leurs crimes et leurs transgressions. En conséquence, un certain nombre de nouvelles Légions Pénales ont été levées pour le Departmento Munitorum à partir des éléments les plus endurcis trouvés sur la planète, tandis que les autres se mettaient au travail, soit sur Galen VI même, soit en étant déportés pour aider aux efforts de reconstruction ailleurs dans la Zone du Maelström. Les Sons of Medusa quittèrent bientôt Galen VI, laissant un monde carcéral dont les habitants paieraient leurs crimes contre l’Imperium pour les générations à venir.[41]

Du Sang dans les Eaux Sombres 3 327 910.M41[modifier]

De manière assez inattendue, un seul Croiseur d’Attaque Space Marine noirci par le feu, portant une livrée étrangère et transmettant un code d’identité vox inconnu jusqu’alors, est sorti du Warp dans les confins du Système de Cygnax en 3327910.M41. C’était le Levitus Vex, et sa venue devait annoncer l’arrivée d’une force dont le nom allait devenir synonyme d’effusion de sang et des actes les plus sombres de la Guerre de Badab. Le vaisseau, entrant en contact avec les navires impériaux qui surveillaient l’espace de Cygnax s’identifiait avec d’anciens, bien que toujours valables, protocoles d’autorisation impériaux. Il annonça l’arrivée d’une force de Space Marines venue offrir ses épées à la cause Loyaliste contre les hérétiques, prétendant être venue en réponse à une convocation de Sainte Terra elle-même. Il s’est identifié comme étant le Chapitre des Carcharodons Astra, en utilisant la forme ancienne (ou Space Sharks pour donner à leur nom une version plus moderne en bas gothique), et a officiellement demandé l’acceptation et la permission d’entrer dans la zone de guerre et faire couler le sang. Après une certaine crainte, les vaisseaux ont renvoyé des communications au commandement central Loyaliste, et sur confirmation que le navire n’était que le précurseur de toute une flotte de navires qui traversaient maintenant les Désolations de Golgotha, une députation officielle a été envoyée pour rencontrer le chef de cette flotte de guerre sous le commandement direct du Légat-Inquisiteur Jarndyce Frain lui-même afin de s’assurer de ses véritables intentions. L’implication personnelle de Frain a conduit certains observateurs à penser qu’il avait une idée de qui et de quoi il s’agissait depuis le début. D’autres ont fait remarquer que Frain lui-même avait appris à se méfier de la nature honorifique des Space Marines dans de telles affaires après la trahison qui avait conduit à la mort de Verant Ortys, le précédent Maître des Red Scorpions lors d’une rencontre avec Lugft Huron quelques années auparavant - un événement que les Loyalistes ne pouvaient se permettre de voir se répéter.

La délégation de Frain, qui comprenait ses meilleurs serviteurs et savants de l’histoire de l’Adeptus Astartes, avec des gardes du corps choisi au sein du Chapitre des Fire Angels et plusieurs puissants vaisseaux de la Marine Impériale, a rencontré la flotte des Carcharodons en approche à l’étoile morte de Null-17 dans le vide interstellaire au-delà de Cygnax. Les détails précis de cette réunion sont restés longtemps secrets, connus seulement de ceux qui étaient avec l’Inquisiteur Frain lorsqu’il est monté à bord du vaisseau amiral des Carcharodons, le Nicor, mais on sait qu’après des négociations tendues et des enquêtes directes, certaines menées sous les auspices des possesseurs de la vérité sanctionnée, que l’Inquisiteur Frain a accepté l’alliance des Carcharodons dans la poursuite de la guerre.

Le peu que l’on peut tirer de ce Chapitre de Space Marine obscur les dépeint comme ayant une étrange et ancienne origine, et beaucoup d’entre eux semblaient imprégnés de méthodes archaïques et de secrets qu’il valait mieux ne pas agiter. La croisade incessante et perpétuelle du Chapitre contre les ennemis de l’Humanité, prétendait-il, les avait éloignés des zones colonisées et établies de l’Imperium pendant des siècles, peut-être des millénaires. L’existence du Chapitre est depuis longtemps inscrite sur des pages de l’histoire et il n’en restait que des traces dans des sources apocryphes, brouillées de légendes et d’allégories. La réapparition des Carcharodons, comme des prédateurs attirés par le sang, au moment où la Guerre de Badab allait entrer dans sa phase la plus meurtrière, semblait pour beaucoup au mieux suspecte.

Dès le début, le Seigneur Commandant Carab Culln s’est méfié de ces nouvelles recrues des forces Loyalistes, surtout au vu des rapports indépendants des Fire Angels qui avaient accompagné Frain (aussi limités soient-ils) qui dépeignaient les Carcharodons comme barbares et aberrants, avec peu de choses pour les encenser car ils ne semblaient même pas respecter les diktats du Codex Astartes. L’autorité du Légat Frain ne devait cependant pas être remise en cause, et en vérité, les Loyalistes avaient justement besoin de tel renfort s’ils voulaient lancer l’attaque à temps. Après quelques délibérations, Culln a envoyé les Carcharodons dans la campagne en cours contre les mondes Sécessionnistes et renégats de l’Amas d’Endymion afin de prouver leur valeur.[42]

La Campagne de Tranquility 3 360 910.M41[modifier]

Les Carcharodons affrontent les Mantis Warriors durant la Campagne de Tranquility.
La Guerre de Badab avait placé le Chapitre des Mantis Warriors dans une position peu enviable en l’an 910.M41. En tant qu’un des Chapitres des Gardiens du Maelström, ils s’étaient directement et incontestablement alliés à Lugft Huron et à ses Astral Claws au début de la Sécession, étant à la fois fidèles à leurs liens de sang et à leur alliance avec leurs frères Gardiens et furieux de ce qu’ils considéraient comme une violation gratuite de l’autorité et du protocole de l’Administratum sur les questions politiques du précédent Schisme de Badab. Cependant, à mesure que la guerre progressait, il semble qu’ils aient commencé à nourrir de sérieux doutes sur les motivations du Tyran et les pratiques de plus en plus obscures du Chapitre des Astral Claws, particulièrement après la mort mystérieuse de leur propre Maître de Chapitre Yarvan Sartaq au cours de l’incident notoire connu sous le nom de Trahison de Deuil. Mais à ce moment-là, les dés étaient jetés et les Mantis Warriors étaient responsables du sang versé de nombreux Space Marines Loyalistes, et étaient tenus pour responsables de la première action armée de la guerre entre Space Marines. De plus en plus usés par les pertes et les dégâts des navires de guerre, ils se méfiaient également de plus en plus de leurs anciens alliés proches. Les Mantis Warriors de 908.M41 se sont retrouvés largement isolés dans les champs de bataille familiers des étoiles et des mondes de l’Amas d’Endymion, une région de l’espace qu’ils avaient depuis longtemps été leur domaine à défendre. Grâce à leur grande familiarité avec ces systèmes stellaires et ces mondes, la loyauté endémique de leurs peuples envers leurs anciens protecteurs, et la longue série de bastions cachés qu’ils y entretenaient, les Mantis Warriors avaient réussi à se replier dans une position apparemment inattaquable. Le Chapitre a joué ici de ses grandes forces et de son expertise, en menant des campagnes de guérilla contre des ennemis numériquement supérieurs et en employant fréquemment des tactiques d’attaque et de fuite, des raids et des embuscades. Leur puissance et leur habileté étaient telles qu’ils ont réussi à repousser les détachements du Militarum Tempestus, soutenus par les Fire Angels et les Sons of Medusa, qui les ont pourchassé dans une série d’actions et d’engagements prolongés, connus sous le nom de Campagne de Tranquility, d’après le système de Tranquility où se sont déroulées les batailles les plus fréquentes et les plus coûteuses. C’est à cette époque que la figure d’Ahazra Redth, le Maître Archiviste des Mantis Warriors et connu dans son Chapitre sous le nom de "Prophète Poudreux", s’est hissé au rang de maître des Mantis Warriors jusqu’à la fin de la guerre. Guidés par l’étonnante clairvoyance et l’habileté d’Ahazra Redth, les Mantis Warriors sont devenus une force de plus en plus importante, déterminés et impitoyables dans la défense de leur honneur et les mondes qu’ils ont juré de protéger.

La force des derniers Mantis Warriors, bien que considérablement affaiblie par rapport à son apogée au début de la guerre par l’attrition continue, était telle que Carab Culln reconnut la folie de les laisser invaincus dans cette zone alors que les Loyalistes se préparaient de toute leur force vers l’invasion du secteur de Badab. La particularité de cette zone est que le Chapitre des Executioners restait également une menace importante. Le Magister Militum avait déjà envisagé un changement de ses déploiements afin de monter une nouvelle offensive contre l’Amas d’Endymion, mais avec l’arrivée des Carcharodons, Carab Culln s’est vu offrir un atout inattendu pour se déployer, et il a laissé filer cette horde sauvage contre les Mantis Warriors et les mondes de leur domaine.

Le système de Sigard a été le premier à goûter à la colère et à la fureur des Space Marines vêtus de gris, et la flotte des Carcharodons est sortie du Warp directement au-dessus du système sur le plan galactique, dangereusement proche du soleil gonflé et enflé de Sigard. Utilisant ses éruptions solaires comme bouclier, la flotte a réparti ses dizaines de Forces de Frappe et a dévasté les nombreuses colonies de la ceinture, les clans de navires et les astéroïdes-citadelles du système de Sigard, détruisant en quelques jours et semaines ce qui avait pris des millénaires à être construit et avait résisté aux ravages des extraterrestres et des renégats. Un navire éclaireur de la Marine Impériale, le Resplendent Martyr, qui a balayé Sigard à la suite de l’attaque, a signalé que tout le système était criblé de débris avec des signaux fantomatiques vox de navires morts et mourants. Il a également noté qu’en plus de la destruction massive, beaucoup de choses avaient été délibérément pillées et mises au rebut, tant en termes d’engins que de matériel, des ressources et même la vie humaine. Plusieurs autorités ont depuis conclu que le choix de Sigard, avec sa richesse coloniale et ses infrastructures spatiales, avait été la première cible des Carcharodons, non seulement parce qu’elle avait des liens de longue date avec les Mantis Warriors, mais parce qu’après le voyage inconnu des Carcharodons depuis les ténèbres extérieures, ils avaient besoin de ses ressources pour se réapprovisionner en vue de leur participation à la guerre.

Le monde verdoyant d’Iblis devait être la prochaine cible des Carcharodons. Le grand Monde Féodal avait déjà été le théâtre d’une grande bataille entre les Fire Hawks et les Sécessionnistes qui les encerclaient, laissant une grande partie de ses champs équatoriaux en friche. Iblis s’était rangé à plusieurs reprises du côté des Mantis Warriors pendant la Sécession et ses petits rois offraient toujours au Chapitre aide et soutien malgré les raids punitifs qu’ils avaient subis. Les Carcharodons descendirent sur le Monde Féodal et ont systématiquement détruit ses infrastructures et passé ses dirigeants au fil de l’épée, attaquant de nuit les colonies dispersées de la planète et les caravanes nomades sur chenilles, ne laissant que des épaves ensanglantées. Les Mantis Warriors ont réagi rapidement, tentant de distraire et de détourner les Carcharodons avec leurs propres raids contre des cibles Loyalistes, et séparant les flottes d’attaque par des vols simulés et des ruses, mais en vain. Les Carcharodons ne restèrent pas en place, et après avoir écrasé Iblis dans un terrain vague désordonné, habité uniquement par des bandes éparses de survivants en état de choc, la flotte continua sa route. Cette fois, leur cible était le monde industriel délabré d’Endymion Prime lui-même, où une petite force des Fire Angels attaquait déjà les complexes décrépis de manufactora enveloppés de brouillard contre les insurgés menés par les Mantis Warriors. Sans recourir aux dispositions des Fire Angels, les Carcharodons ont attaqué depuis le ciel dans l’étendue contestée, s’écrasant avec leurs Modules d’Atterrissage dans les baraquements couverts de suie au milieu d’un grand massacre. Endymion a été rapidement dépassée par une bataille planétaire confuse qui a brisé l’insurrection, mis le feu à de grandes étendues industrielles et a inondé d’autres régions de millions de litres de déchets chimiques toxiques provenant de navires de confinement ensoleillés. Les honorables Mantis Warriors ne pouvaient pas abandonner le monde à son sort et n’avaient pas d’autre choix que de réagir, en venant au secours d’Endymion avec un nombre croissant de Frères de Bataille de leur Chapitre pour tenter d’endiguer la sauvagerie de l’assaut des Carcharodons. Les Mantis Warriors ont égalé le massacre impitoyable des Carcharodons avec leur propre féroce habileté martiale dans la mise en place d’attaques éclair et d’embuscades meurtrières, mais ils étaient trop peu nombreux et ne pouvaient pas renverser le cours de l’assaut. Ils ne battirent pas en retraite, même après qu’Ahazra Redth eut interdit toute nouvelle tentative de renfort, mais ceux qui ont été pris se sont battus et sont morts pour défendre leur ancien pacte avec le peuple d’Endymion, comme l’avait prédit le plan que le Légat Frain avait concocté avec le chef des Carcharodons, Tyberos. Le schéma s’est répété sur les mondes mineurs de C’sthal et Largitor, puis sur les mondes jumeaux du système de Tranquility eux-mêmes. Ici, les attaques ont détruit l’infrastructure de chaque monde à tour de rôle, laissant des survivants désespérés en vie pour souffrir de leur punition. Les Mantis Warriors furent amenés à se battre à maintes reprises et, bien qu’ils aient remporté quelques victoires contre l’assaut et infligé des pertes, ils furent chaque fois moins nombreux à revenir se battre. À la fin de l’année 910.M41, leur résistance fut écrasée et les Mantis Warrior, maintenant épuisés et dispersés, avaient cessé d’exister en tant que force de combat efficace, mais à un prix très élevé. La famine, la maladie et la mort persistante étaient désormais les seuls maîtres d’une douzaine de mondes habités, et des millions de personnes étaient laissées sans sépulture pour pourrir sous les étoiles aveugles.

Au lendemain de la campagne de Tranquility, les Space Marines des Fire Angels, ayant déjà participé à des batailles, se sont vu décerner la plus haute distinction de la Guerre de Badab, et ayant subi de lourdes pertes, ils ont demandé l’autorisation de se retirer du conflit. Cet acte inhabituel était en grande partie dû à la colère croissante du Chapitre des Fire Angels contre les Carcharcodons, avec qui ils ont été en désaccord à plusieurs reprises pendant la campagne de Tranquility et dont ils méprisaient totalement les méthodes. Plutôt que de risquer que l’inimitié croissante entre les deux Chapitres Loyalistes ne déclenche un conflit civil de grande ampleur (le sang ayant déjà été versé entre eux lors d’escarmouches sporadiques), les Fire Angels sont repartis avec honneur dans leur monde d’origine pour reconstruire leur Chapitre gravement endommagé.

L’Amas d’Endymion n’étant plus une menace pour les flancs Loyalistes, les Carcharodons se sont redéployés, divisant leurs flottes pour patrouiller dans les arrières des Loyalistes et relever les Minotaurs et les Red Scorpions afin de se consolider en prévision de l’invasion prévue du secteur de Badab. Malheureusement pour les peuples de l’Amas d’Endymion, les Carcharodons reviendront dans les années à venir pour répandre une autre calamité sur ses mondes condamnés.[43]

Chapitre VI : Le Tyran est Seul[modifier]

Un Choc de Fer et de Feu 5 260 911.M41[modifier]

Une augmentation de l’activité des corsaire le long de la Zone orientale du Maelström au milieu de l’année 910.M41 avait conduit les membres du haut commandement Loyaliste à penser qu’au moins une force opérationnelle des Astral Claws s’était échappée du secteur de Badab lui-même et opérait maintenant depuis les bords du Maelström proprement dit. Craignant que cela ne marque le début d’un nouveau front de bataille sur leur flanc, les escadrons de recherche et de destruction de la Marine Impériale ont été envoyés dans la région pour rechercher des preuves des opérations ennemies et réprimer les attaques. Traverser ne serait-ce que le bord du Maelström était une entreprise dangereuse, et l’escadron subissait un taux élevé de pertes d’équipage à cause de la folie et des tempêtes, même sans avoir contacté l’ennemi. Sur le monde frontalier de Rook, l’un des rares mondes du Maelström dont on pouvait compter sur la population puritaine de fanatiques Oblationistes pour aider volontairement les agents impériaux, ils trouvèrent leurs preuves. Ils y ont entendu des témoignages sur l’augmentation des raids d’esclaves dans les systèmes voisins, et des attaques de vaisseaux corsaire humains dirigés par un Croiseur d’Attaque des Astral Claws qu’ils ont identifié comme l’Hyrcania. Ce type d’attaques a laissé un écho dans le Warp qui a été suivi par le Navigator principal de l’escadron, le terrible et légendaire Onna Nostromo, l’amenant jusqu’au système stellaire riverain du Lamptan, et ses deux Mondes Sauvages, Shaprias et Scarfel. Ainsi, ayant deviné qu’une forte force ennemie se rassemblait à Lamptan, l’escadron impérial, ayant à ce moment grand besoin de remise en état et de ravitaillement, revint chercher des renforts.

Ailleurs dans la zone de guerre, les Loyalistes et les Sécessionnistes étaient à nouveau entrés dans une période d’engagement armé croissant. Dans la Zone nord de Maelström, les Carcharodons mettaient en place les dernières étapes de la campagne de Tranquility, tandis que dans la Zone sud, les Minotaurs et les Sons of Medusa, soutenus par les régiments pénitentiaires de la Garde Impériale, attaquaient Isin à la limite du secteur de Badab lui-même, où une défense tenace était en cours de la part de la Légion du Tyran. Pendant cette période, le Seigneur Commandant Culln rassemblait ses propres Red Scorpions et le contingent du Chapitre des Exorcists nouvellement renforcé à Sagan, en préparation d’un assaut sur la route stratégique Warp du Pireaus, une cible considérée par beaucoup comme la porte d’entrée du secteur de Badab.

Dans l’ensemble, les forces Loyalistes avaient subi des pertes considérables depuis le début de la guerre, et les contingents de nombreux Chapitres Space Marines qui avaient précédemment combattu pour la cause Loyaliste avaient maintenant quitté les lieux. Certains, tels que les Howling Griffons et les Marines Errant, s’étaient retirés en raison des pertes qu’ils avaient subies, tandis que d’autres, comme les Novamarines et plus récemment les Fire Angels, sont partis pour des raisons qui leur sont propres. En bref, les forces Loyalistes étaient à bout de souffle malgré l’arrivée récente de nouvelles Compagnies Space Marines, et le Seigneur Commandant Carab Culln ne pouvait pas se permettre d’être entraîné dans des combats sur un nombre croissant de fronts et à saigner lentement par attrition, car c’était sans doute le plan du Tyran. En conseil avec ses commandants, c’est le vieux et célèbre guerrier Pellas Mir’san, chef du continent Space Marine des Salamanders, qui a proposé une solution aux événements de Lamptan. Il s’est proposé pour diriger ses propres forces, maintenant un peu en dessous d’une Compagnie en terme d’effectif mais très bien équipée en armure et en armes pour une attaque éclair contre Lamptan, en comptant sur l’élément de surprise, les compétences obscures d’Onna Nostromo pour positionner leur attaque, et la puissance de leur puissante Barge de Bataille Pyre of Glory pour porter un coup fatal à l’ennemi. Culln vit à la fois les risques inhérents et les avantages potentiels de ce plan, et il a été poussé plus loin en sa faveur de manière quelque peu inattendue par le sinistre et taciturne Chapelain Ivanus Enkomi, qui représentait le Chapitre des Minotaurs. Souvent distant et secret, au sein du conseil de guerre, Enkomi proposa de prendre sa garde personnelle et les forces qu’il pourrait rassembler pour aider dans la mission. La Force de Frappe de Mir’san, appelée "Don du Feu", fut renforcée par deux Croiseurs légers de la Marine Impériale et un escadron de frégates. Cette force fut immédiatement envoyée de Sagan pour le long voyage vers le vortex meurtrier et turbulent du Maelström lui-même et du système de Lamptan, afin d’y rencontrer l’ennemi dans la bataille.

En entrant dans l’espace réel, dans la sphère intérieure du système stellaire binaire erratique de Lamotan, avec son panache de gaz brûlant en forme de serpent qui s’enroule entre les deux soleils, les craintes des Loyalistes se sont rapidement concrétisées. Au-dessus du Monde Sauvage de Shaprias, une armada de vaisseaux, d’embarcations et d’épaves a été rassemblée à partir de coques de navires et de cargos pirates, tandis que les scanners Auspex et les sondes d’augure ont révélé que sur la planète, sous de vastes camps et terrains d’entraînement, s’étaient élevés à l’ombre de tours fortifiées à flanc de fer et entourées de kilomètres de fil de fer. Ici, sur Shaprias, une nouvelle armée était en train de se forger à partir de guerriers tribaux brutaux et corrompus, asservis à la cause du Tyran, et était organisé pour devenir une lance censée être utilisée contre les Loyalistes depuis un lieu inattendu - une arme jetable pour tuer et être tué au gré de Lugft Huron. Compte tenu de la présence de quelques escortes de corsaire et de vaisseaux de raidissement, qui ont été rapidement dispersés par leur attaque, Mir’san en déduisit que le gros des navires de guerre ennemis étaient partis pour une mission de pillage, et qu’il n’y aurait pas de meilleur moment pour frapper. Son plan d’attaque rapidement configuré était audacieux et bien conçu. Les Salamanders et les Minotaurs allaient faire une chute planétaire immédiate pour attaquer les bastions et les camps d’entraînement Sécessionnistes, tandis qu’après avoir effectué l’insertion orbitale, leurs navires et leur escorte navale attaqueraient à nouveau immédiatement et se mettraient à détruire l’armada de prétendus navires de troupes aussi rapidement et complètement que possible, éliminant ainsi les deux facteurs de menace.

Les Modules d’Atterrissage et les Thunderhawks des deux Chapitres ont rugi dans le ciel pourpre et froid de Shaprias, accompagnés par le bombardement des Macrocanons du Pyre of Glory contre ce qui était considéré comme les cibles les plus solidement retranchées. Une fois dans l’atmosphère, les deux Chapitres se sont séparés pour se rendre sur les lieux de la tuerie. Les Minotaurs ont attaqué les bastions de fer où étaient probablement cachés les sombres maîtres de ce domaine, tandis que le gros des forces des Salamanders descendaient au cœur des camps d’entraînement de la taille d’une ville. Une force secondaire, composée d’une aile choisie de Béliers d’Assaut de type Caestus transportant à leur bord une force de Terminators Salamanders des Dragons Ardents, les plus grands guerriers de leur estimé Chapitre, se chargèrent d’attaquer les terrains d’atterrissage des Sécessionnistes.

Au premier passage, les proues blindées et les Magna-Meltas des Caestus ont attaqué les transporteurs ennemis pris au sol et les ont détruits en les brûlant à travers leur coque, rompant leurs réservoirs de carburant. Les flammes s’élevèrent à des centaines de mètres dans les airs sous forme de tempêtes incandescentes, le phosphore blanc contre le ciel rouge. Les Dragons Ardents, lancés à l’assaut depuis leur embarcation dans les palmes noires de fumée, ont transformé la confusion et la destruction en un massacre, leurs Boucliers Tempête et leurs Lance-Missiles Cyclones balayant l’ennemi paniqué avant qu’une résistance ne puisse être organisée. Ailleurs, la principale force de Salamanders dirigée par le Capitaine Mir’san était descendue au cœur de l’ennemi, déployant ses troupes et ses blindés dans un anneau défensif au centre des camps d’entraînement. Entièrement encerclée, la force des Salamanders, avec moins de cent Space Marines, faisait face à une horde de sauvages et de mutants supérieure de mille fois en nombre devant eux. Pour tout autre guerrier, la position aurait été suicidaire, mais ils étaient les descendants de Vulkan, et ils se souciaient peu de ces rapports de force. La grande horde, stupéfaite par la fureur et le choc soudains de l’assaut, était presque sans chef et sans réflexion. Le temps qu’elle lance l’attaque, un mur de puissance de feu s’est dressé contre cette masse sauvage, et des milliers sont tombés dans les premières minutes de la bataille alors que les Lance-Missiles Whirlwinds, les chars Predators Destructor et les rangs des Space Marines Salamanders ouvraient le feu à bout portant sur une masse solide de chair et d’os, en tuant des centaines. L’ennemi a immédiatement faibli, leurs lames émoussées et leurs armes à feu étant impuissantes face aux armures de Prometheus. Les quelques armes plus lourdes que l’ennemi devait porter furent rapidement repérées et détruites par des tirs concentrés. Alors que le sol des champs d’entraînement était constamment recouvert de monticules de corps qui s’agitaient, la horde, fuyant l’effusion de sang, ne s’est ralliée que lorsque ses maîtres se sont rendus sur le terrain derrière eux, l’armure tachée de sang et de couleur acier des escadrons de représailles des Astral Claws au milieu du tissu sale et les peaux pâles de la horde clairement visibles aux sens des Salamanders qui maintenaient leur puissance de feu implacable. Alors que les Salamanders apercevaient leur véritable ennemi au milieu du carnage, Mir’san lança la deuxième phase de son plan d’assaut et trois Land Raiders du rare et précieux modèle Achilles menèrent un contre-attaque visant directement le contingent des Astral Claws. Le Canon Thunderfire des chars d’assaut balaya les rangs de la horde, et leurs Multi-Fuseurs se sont abattus sur les masses de cadavres, transformant des dizaines de combattants inhumains en explosions de sang et de vapeur à chaque tir. Des coques trois fois bénites des Land Raiders résistèrent aux tirs de faisceaux des Canons Laser et des missiles avec lesquels les Astral Claws cherchaient à les arrêter, et tracèrent un chemin pavé de cadavres jusqu’au centre de la force des Astral Claws. Le trio inviolé de Land Raiders s’est ainsi écarté alors que la fureur des Anciens se déchaînait. Six Dreagnoughts, dirigé par Bray’ath le Cendré, connu sous le nom de Dragon de Fer dans les chroniques de son Chapitre, a frappé les Astral Claws comme un coup de tonnerre, les brisant et les aspergeant d’une flamme purifiante. Dépassées et accablées, les Astral Claws ne cédèrent pas facilement, mais furent tuées dans un combat glorieux, abattant deux des Ancêtres des Salamanders. À la mort des derniers Astral Claws, le nom du Tyran fut hurlé par le dernier souffle de leur Centurion alors que le Dragon de Fer le déchirait en deux et jetait sa carcasse aux quatre vents. Leurs maîtres ayant été massacrés, la horde paniqua et se disloqua. Les dizaines de milliers de ceux qui sont restées en vie ont fui, dans une course effrénée, les seigneurs du feu et de la mort qui en écrasèrent et en tuèrent des centaines durant la déroute.

À la ligne du bastion, les Minotaurs ont rencontré une résistance plus ferme. Les défenses avaient été construites dans une série de rochers de basalte avec la diligence et l’habileté typiques des Astral Claws. Les tours de fer étaient parsemées de lourds emplacements de Bolters et de canons de combat qui couvraient toutes les approches terrestres avec des zones de tuerie imbriquées, tandis que des canons quadruples et des Canons Laser Icarus surveillaient le ciel au-dessus d’eux. L’assaut des Minotaurs a commencé par des attaques à basse altitude par des vaisseaux de combat Thunderhawks, qui ont frôlé le terrain déchiqueté pour concentrer leur puissance de feu sur un point soigneusement choisi de la ligne de bastion, en perçant une brèche dans les lignes de tir et en dégorgeant les Terminators d’Assaut et les Escouades Devastators directement dans les ruines fumantes. Bravant la tempête de feu, le reste de la force de la Compagnie des Minotaurs s’est déployé directement derrière ce point de rupture, et a subi le plus fort de la contre-attaque ennemie. L’avant-garde des Minotaurs a tenu le bastion en ruines avec une férocité disciplinée, ne cédant pas un pouce de terrain, malgré de lourdes pertes, aux Sécessionnistes qui approchaient. Les Minotaurs, blindés de bronze, affrontèrent dans un combat rapproché et brutal les Astral Claws, qui avançaient sous couvert de leurs Boucliers de Combat à travers une grêle de tirs de Bolters pour tenter de reprendre les fortifications détruites, pour ensuite être repoussé à maintes reprises de la monture de métal tordu et de béton rocheux brisé. Bien qu’en nombre, les Minotaurs qui attaquaient et les Astral Claws qui défendaient la ligne de bastion étaient à peu près égaux, les Astral Claws étaient bien retranchées, bien armées et bien dirigées, et ne manquaient de rien en matière de bravoure et de combativité. Les Minotaurs étaient cependant des maîtres dans l’art du siège, et cet enfer proche et sanglant était exactement le genre de champ de bataille dans lequel ils se délectaient. Avec la contre-attaque des Astral Claws clouée sur place au bastion brisé, les Minotaurs mirent en place leur deuxième ligne d’attaque. Dirigé par un fer de lance blindé de Land Raiders et de Dreadnoughts de Siège qui a ouvert un assaut parallèle contre un autre bastion. Le Chapelain Enkomi a personnellement commandé les Vétérans d’Assaut de l’avant-garde pour s’emparer du second bastion ennemi et tuer tout ce qui s’y trouvait, ses cris de guerre amplifiés par le vox, qui résonnaient encore plus fort que le rugissement des canons. Coupée et encerclée, la Force de Frappe des Astral Claws fut rapidement isolée et détruite méticuleusement alors que les Minotaurs commençaient à avancer la moitié de leurs forces pour prendre le prochain bastion, tandis que l’autre consolidait la conquête précédent et se réarmait en vue du prochain assaut séquentiel. La progression fut lente et sanglante, et les Astral Claws firent payer aux Minotaurs un lourd tribut en morts pour chaque fortification prise, mais la fureur martiale des Sécessionnistes ne put endiguer l’avance des Loyalistes et un à un, les bastions tombèrent et la victoire fut revendiquée par les Minotaurs.

Sous les fortifications détruites, les Minotaurs et les Salamanders ont vite découvert les secrets pour lesquels ils avaient été construits : un vaste système de cavernes naturelles abritant des laboratoires hérétiques. Ceux-ci fabriquaient des drogues de combat en grandes quantités et tentaient de pratiquer des manipulations génétiques primitives et des opérations chirurgicales expérimentales sur les guerriers sauvages de Shaprias, ainsi que sur des centaines de prisonniers impériaux capturés lors de raids dans la Zone orientale du Maelström. Au niveau le plus bas, gardé par un cadre des Apothicaires de la Légion du Tyran et de leurs serviteurs, se trouvait une chambre forte blindée dans laquelle se trouvait un stock génétique Space Marine, dont une partie avait été volée aux Loyalistes tombés au combat. Si la bataille a fait rage sur la planète, le conflit en orbite a également joué en faveur des Loyalistes, mais non sans coût. Alors que l’armada de fortune avait été réduite en miettes et en cendres, des plates-formes d’armes dissimulées destinées à garder la flotte avaient infligé des dommages au Pyre of Glory et détruit la frégate de classe Sword, l’Epona, qui avait dû être abandonnée. Moins de onze jours après le début de la bataille, la Force de Frappe Don du Feu quitta le système de Lamotan pour entreprendre le périlleux voyage de retour vers l’espace tenu par les Loyalistes, avec plus d’un millier de prisonniers libérés transportés dans les cales de ses Croiseurs légers de la Marine, et l’inestimable graine génétique récupérée et conservée dans le sanctuaire intérieur du Pyre of Glory lui-même. La Force de Frappe Don du Feu avait remporté une grande victoire pour les Loyalistes et avait mis à jour et contrecarré une sombre machination du Tyran qui, si elle avait pu éclore, aurait pu avoir des conséquences désastreuses pour l’Imperium. Le haut commandement des Loyalistes ne soupçonnait cependant pas que l’attaque de Lamptan aurait des conséquences immédiates et imprévues qui modifieraient inopinément le cours de la Guerre de Badab.[44]

L'Heure Rouge 6 270 911.M41[modifier]

La Force de Frappe Don du Feu, revenant tout juste de sa victoire dans le système de Lamptan, a été frappé de façon inattendue par une puissante tempête Warp et fut détourné de sa route vers l’espace contrôlé par les Impériaux. La calamité totale fut évitée grâce aux compétences de leur Navigator principal, Nostromo, et seule une frégate fut perdue au profit de l’Empyrée en ébullition, tandis que la Barge de Bataille des Salamanders Pyre of Glory et le Croiseur léger Admiral Gregorius ont été refoulés dans le Maelström en avant du front de tempête et forcés de revenir dans l’espace réel dans la stabilité relative des hauts-fonds de Calah à l’intérieur des limites du Maelström. Avec leurs Champs de Geller sur le point de s’effondrer et leurs moteurs en panne, les deux vaisseaux Loyalistes se sont retrouvés sur l’orbite extérieure des limites de Calah pour être réparés et remis en état. Leur arrivée à Calah n’est cependant pas passée inaperçue, et un vaisseau humain qui avait fait du commerce avec les repaires dispersés des Orks qui infestaient le système intérieur s’est éloigné sans être vu et a porté la nouvelle de leur présence aux Sécessionnistes. Le Croiseur d’Attaque des Astral Claws, l’Hyrcania, était toujours dans la région, ayant trouvé sa base d’attache sur Shaprias détruite. Son maître, l’Archi-Centurion Carnac Commodus des Astral Claws, avait soif de vengeance et d’une chance d’obtenir les faveurs de son seigneur. Seul, cependant, l’unique Croiseur d’Attaque de Commodus avait peu de chances de s’attaquer avec succès aux Loyalistes blessés, et il chercha donc désespérément de l’aide pour affronter l’ennemi alors qu’ils étaient encore isolés. Son message astropathique crypté trouva un allié inattendu dans le Phaeton’s Wrath, Barge de Bataille du Chapitre des Executioners, et les escadrons de Frégates de classe Gladius lui servant d’escorte, et qui s’approvisionnaient dans le monde océanique inhabité de Deluge, au bord de l’Amas de Magog. Le groupe de combat combiné a alors attaqué les navires Loyalistes qui se dirigeaient vers le point de transfert Warp à Calah pour reprendre leur voyage mouvementé, leurs réparations enfin terminées. La bataille fut rapide et âpre, l’Admiral Gregorius étant été réduit en pièces lors de la première salve des canons Sécessionnistes, bien que le Pyre of Glory se soit rapidement révélé être une proie beaucoup moins facile. Il repoussa les premiers assauts d’abordage et détruisit deux des frégates attaquantes, mais le feu nourri du Phaeton’s Wrath a réussi à désactiver entièrement les propulseurs de la Barge de Bataille des Salamanders après une bataille de trois heures, la laissant pour morte dans l’espace. Le Pyre of Glory étant désactivé, Thulsa Kane, le maître des Executioners, a envoyé un signal vox au vaisseau des Salamanders et leur a offert la possibilité d’une reddition honorable, se portant garant de leur passage de la zone de guerre sous serment de ne pas reprendre les armes dans le conflit. Pellas Mir’san, commandant de la force des Salamanders, a accédé à cette demande, malgré les réticences de certains de ses subordonnés, sachant qu’autrement sa force serait détruite sans qu’il puisse riposter contre son ennemi. Pellas Mir’san était un commandant sage et un vétéran très expérimenté, et savait que le sacrifice vain de sa force ne servirait à rien d’autre qu’à profiter aux ennemis de l’Imperium. Ayant lui-même combattu aux côtés du Chapitre des Executioners des siècles auparavant en tant que néophyte Scout, il s’est fié à leur serment de garantie.

Le Phaeton’s Wrath et l’Hyrcania s’approchèrent tous deux du Pyre of Glory et accostèrent, Thulsa Kane dirigeant personnellement le groupe d’abordage des Executioners et acceptant l’épée de Mir’san en signe de reddition alors que les Salamanders déposaient les armes. C’est alors qu’ailleurs dans le grand navire, l’impensable s’est produit. L’Archi-Centurion Commodus avait dirigé sa propre équipe d’abordage pour s’emparer des armureries du Pyre of Glory, et grâce aux conditions de la reddition, il n’y eut pratiquement aucune opposition. Sans se soucier des conséquences, Commodus chercha à percer les voûtes du sanctum du navire à la recherche de stocks génétiques qu’il espérait y trouver ; non seulement celui que les Salamanders avaient récupéré dans les cavernes de Shaprias, mais celui des propres fils de Nocturne ont récupéré du stock à partir des morts qu’ils avaient déploré pendant la guerre. Lorsque les Apothicaires des Salamanders résistèrent, l’hargneux Commodus les abattit. La fureur vengeresse de l’Archi-Centurion se déchaîna, il ordonna immédiatement le massacre des Salamanders qu’ils avaient fait prisonniers, imposant à ses Corpse Takers de les dépouiller de leurs gènes, qu’ils soient vivants ou morts, et une bataille rangée éclata sur les ponts. Alors que les rapports arrivaient dans la salle du pont, Thulsa Kane était furieux de cette entreprise meurtrière. Voyant cela, Mir’san pensa avec sagesse que les Executioners n’avaient peut-être pas pleinement connaissance des inimitiés de l’hérésie et du blasphème que les Astral Claws en étaient venues à embrasser, peut-être ayant été délibérément trompées par le Tyran. Contrôlant sa propre colère, Mir’san a délibérément méprisé le chef des Executioners, à la fois pour ce manquement à sa parole et pour le déshonneur de ne pas avoir remis en questions les péchés du Tyran. Lisant les rapports de ses propres yeux prouvant la gravité de la vérité des dires de Mir’san, la colère de Kane fut terrible à contempler. Il déclara que le serment de sang liant son Chapitre à la cause d’Huron avait été violé, et que l’infamie que les Astral Claws leur avaient apportée ne pouvait être lavée que par une rivière de sang.

Les Frères de Bataille Salamanders qui ont survécu à ce qui devait arriver ont depuis témoigné qu’une sombre folie qui s’est abattue sur les Executioners lors de la déclaration de Kane, et qu’ils se sont jetés sur les Astral Claws avec une véracité meurtrière, insouciants du risque de leur propre vie, satisfaits seulement que leurs anciens alliés allaient mourir de leurs mains quel qu’en soit le coût. Pellas Mir’san rallia les Salamanders qui avaient survécu et mit en place une défense du sanctum intérieur de la Barge de Bataille, libérant le pouvoir de Bray’ath et de ses compagnons d’armes pour les aider. Les couloirs et les voûtes de l’immense et ancien Pyre of Glory d’abord, puis de l’Hyrcania des Astral Claws ensuite, furent rougi par le sang. Dans ce qui est rapidement entré dans les légendes de la guerre comme "l’Heure Rouge", chaque Astral Claw, serf et serviteur du Chapitre qui étaient présents ont été massacrés sans relâche et sauvagement, et l’Hyrcania est devenu un charnier de cadavres décapités. Alors qu’un silence de mort s’est installé, Thulsa Kane est venue seule devant Mir’san aux portes du sanctuaire, son armure sinistre brûlée et déchirée. Il s’agenouilla à la lumière des braseros brûlants du sanctuaire devant les Salamanders et ne leur offrit aucun mot, mais sous son manteau noir déchiqueté, il laissa un seul objet de gloire tomber et rouler aux pieds de Mir’san. C’était la tête de l’Archi-Centurion Commodus.

Les Executioners se retirèrent sans autre commentaire, laissant le Pyre of Glory blessé et le Croiseur à quai et partirent. Mais leur désir de vengeance n’était pas assouvi et le message atteint bientôt tous les recoins de la Zone du Maelström. À partir de ce moment, le Chapitre des Executioners devint un élément dévoyé de la guerre, non seulement en cherchant et en descendant avec une fureur suicidaire sur les Astral Claws et leurs agents partout où ils pouvaient être trouvés en dehors de la sécurité de Badab lui-même, mais aussi en refusant de se rendre aux forces Loyalistes lorsqu'’ils les rencontraient. L’incident le plus notoire de ce genre fut la destruction par les Executioners du Croiseur d’Attaque des Sons of Medusa Warspite dans le système de Deuil en 310911.M41, lorsque les groupes de combat des deux forces se sont engagés de manière inattendue hors du point de transfert de la route Warp en ce lieu, mais il y en a eu de nombreux autres cas. Au-delà de cela, les attaques du Chapitre des Executioners contre les navires impériaux ont cessé presque immédiatement. Ce développement ne fut expliqué que quelques mois plus tard. Le Pyre of Glory, presque naufragé, fut finalement mis au quais à la station de combat des Loyalistes à Surngraad avec une histoire étrange et sanglante à raconter.

Pour la cause du Tyran, il ne pouvait y avoir de coup plus rude que celui porté de ces alliés devenus ennemis. Non seulement la défection des Executioners de la cause Sécessionniste a privé les forces d’Huron de navires de guerre et des raids, mais les Executioners étaient aussi des ennemis implacables, qui avait l’avantage de connaître en détail un grand nombre de bases cachées et de déploiements des Sécessionnistes, qu’ils ont immédiatement mis à profit pour les détruire. Les Lamenters d’abord, puis les Mantis Warriors, ont été écartés de l’ordre de bataille Sécessionniste, et maintenant, les Executioners se sont retournés contre lui avec beaucoup d’amertume. Lugft Huron et ce qui restait de ses Astral Claws autrefois puissants étaient vraiment seuls avant que la colère de l’Imperium, leurs rêves de domination et de gloire éternelle ne se brisent.[45]

Une Mise à Mort 5 319 911.M41[modifier]

Suite à ce qu’il considérait comme la trahison de ses anciens alliés, Lugft Huron annonça dans un message enregistré qui fut relayé dans tout le secteur de Badab que les Astral Claws et leurs sujets ne faisaient plus partie de l'Imperium de l’Humanité, une institution qu’il voyait comme une "carcasse en faillite, en décomposition, prête seulement pour la tombe…", au profit d’un État souverain dédié à "la survie et au triomphe de l’Humanité". Le Tyran jura en outre que lui et ses disciples se battraient jusqu’à leur dernier souffle pour se venger de ceux qui les avaient "… trahis" et conserver leur liberté, terminant l’enregistrement bientôt tristement célèbre par l’affirmation que "Les forts sont plus forts seuls". Peu après, dans les domaines restants d’Huron, tous les signes et symboles de l’autorité, de la culture et de la croyance Impériales ont été mis à bas dans une tempête d’iconoclasme, et les exécutions massives sur Badab Primaris de clercs et de fonctionnaires (dont la plupart étaient restés largement ignorants de la cause et de la nature réelles de la guerre) auraient duré de nombreuses semaines sans interruption. Jusqu’à ce moment, il faut se rappeler que bien que les Sécessionnistes de Badab aient été déclarés hérétiques par l’Imperium, dans les mondes qu’ils contrôlaient, la vie établi avait continué comme elle l’avait fait pendant de nombreux siècles, et le culte de l’Empereur-Dieu avait été maintenu. Les prélats qui s’étaient ouvertement opposés à la Sécession avaient été supprimés et remplacés par ceux qui étaient plus favorables à la cause du Tyran et des millions de personnes continuaient à vivre leur foi sans entrave, alors que les défenseurs natifs du secteur croyaient assez naturellement qu’ils se battaient et mouraient dans une bataille contre l’hérésie, plutôt qu’en son nom. Cependant, la vérité n’était plus cachée aux masses pitoyables du secteur de Badab et, devant la malveillance et la fureur du Tyran, la grande basilique fut renversée, et le clergé et les adeptes furent massacrés (malgré toute allégeance antérieure prouvée). Quant aux Astral Claws eux-mêmes, bien que la pratique ne fût en aucun cas universelle, beaucoup de Frères de Bataille commencèrent à défigurer tout semblant d’héraldique et d’insigne impérial de leur armure et de leur arsenal, récurant jusqu’au métal nu ou les barbouillant de rouge et de cramoisi en représentation de leur serment de vengeance, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que les symboles du Tyran. Les agents Inquisitoriaux qui infestaient le secteur de Badab à cette époque rapportaient que les conditions sur les principaux mondes étaient de plus en plus dures, que la famine et la misère étaient monnaie courante et que l’ombre du désespoir s’abattait sur tous. Alors qu’auparavant, la population du secteur de Badab était contrôlée avec une discipline rigide et sauvage, mais était toujours perçue comme une ressource de guerre à maintenir et à gérer, la colère des Astral Claws devenait de plus en plus arbitraire et brutale, alors que leur paranoïa croissante et les rages meurtrières auxquelles Lugft Huron était de plus en plus enclin faisaient des ravages sur les malheureux pris dans les domaines du Tyran. Sur Badab Primaris, le fait pour les non-Astartes d’oser regarder directement le visage d’un des Astral Claws était désormais passible d’aveuglement, et après qu’un assassin ait tenté de prendre la vie de Huron dans sa propre chambre de commandement (l’assaillant ayant été tué par le Tyran lui-même), les non-Space Marines furent absolument interdits dans l’enceinte du Palais des Ronces sous peine de mort, et des milliers de civils ont été tués lors de représailles infondées par les Astral Claws. Quant à l’état d’esprit des Astral Claws eux-mêmes, il semble que la plupart d’entre eux aient succombé à une mentalité d’assiégé, s’attendant à ce que la mort soit désormais inévitable, mais ils étaient animés par un sombre désir de vengeance contre ceux qu’ils croyaient leur avoir fait du tort, le dépit et la rage consumant ce qui restait de leur honneur.[46]

L'Invasion de Pireaus 3 705 911.M41[modifier]

Les Astral Claws durant l’Invasion de Pireaus.
Après avoir attendu assez longtemps pour obtenir l’avantage stratégique et de rassembler des forces pour un assaut soutenu, le Seigneur Commandant Culln a mis en action ses plans pour l’invasion et la conquête du système de Pireaus à la limite du secteur de Badab. Le commandement stratégique Loyaliste avait identifié le système du Pireaus comme la clé de voûte pour l’attaque ultérieure du système central de Badab lui-même grâce à la route Warp relativement stable entre les deux régions. Pireaus était une étape idéale pour une invasion car il possédait déjà de vastes stations orbitales lunaires et des chantiers navals mineurs centrés autour du géant gazier Kritias. Ces installations, si elles étaient saisies intactes, affaibliraient encore plus les Sécessionnistes et seraient d’une aide précieuse pour les Loyalistes en tant que base avancée. Plan longtemps en cours de réalisation, Culln avait déjà mis en place une série de fronts secondaires à Isin et Decaballus, où des raids et des actions de tirs de son propre Chapitre des Red Scorpions avec les Minotaurs et les Exorcists avaient déstabilisé une grande partie de la région et forcé les armées du Tyran à étendre leurs défenses extérieures.

Le plan d’attaque initial contre Pireaus prévoyait un assaut de la Marine pour isoler le monde industriel de Pireaus V (également connu localement sous le nom de Station Yarrow), avec un assaut direct des Space Marines contre les colonies lunaires sur la deuxième lune de Kritias, le géant gazeux dominant Pireaus. Cette attaque devait être menée par les forces combinées des Chapitres Exorcists et Red Scorpions, leur Force de Frappe représentant une force effective de six Compagnies Space Marines. La majorité du contingent Space Marine était composée de nouveaux renforts du Chapitre des Exorcists que le Seigneur Commandant Culln avait gardés en réserve pour cette phase finale de la guerre, bien que le commandement tactique global de l’assaut ait été pris en charge par le Seigneur Commandant Culln lui-même.

Dès le début, l’invasion du système de Pireaus a été sujette à un retournement de situation et à une calamité inattendue, quand l’un des Croiseurs de la Marine Impériale attaché à la force opérationnelle, le Spear of Mezoa, a subi une défaillance catastrophique de son Champ de Geller alors que la flotte d’invasion quittait le système de Larsa pour faire le transit Warp vers Pireaus, précipitant tous les passagers à bord à leur perte dans l’Empyrée en hurlant. D’autres turbulences inattendues sur la route Warp, habituellement stable, ont encore perturbé la malheureuse flotte, endommageant et dispersant plusieurs vaisseaux et forçant les autres à arriver au compte-gouttes dans l’espace réelle à la limite du système cible, plus loin que prévu et dispersés sur une période de plusieurs heures grâce aux effets de distorsion du temps. Loin du vecteur d’attaque qu’ils avaient choisi pour le système, les vaisseaux Loyalistes ont été contraints de se ré-assembler et de fonctionner à pleine puissance pendant plusieurs jours pour atteindre les mondes intérieurs de Pireaus, après quoi tout élément de surprise avait été perdu.

N’ayant pas d’autre choix que de pousser l’attaque, la flotte Loyaliste s’est rassemblée et a pris la meilleure vitesse pour s’engager. Cette flotte comprenait deux Barges de Bataille et quatre Croiseurs d’Attaque, ainsi qu’un Cuirassé et six Croiseurs de la Marine Impériale ainsi que plusieurs escadrons de dragueurs de mines et d’escorteurs ainsi que des flottilles de vaisseaux d’assaut planétaires transportant la Garde Impériale et les forces Inquisitoriales (formant un échelon arrière destiné à consolider et à exploiter une attaque réussie des Astartes). Comme prévu, la résistance initiale de l’ennemi dans l’espace s’est avérée insuffisante pour ralentir la colonne d’attaque. Les champs de mines rencontrés sporadiquement ont été percés ou contournés sans perte, et les augures à lon’ue portée n’ont détecté qu’une douzaine de navires de surveillance et une vingtaine de destroyers produits localement (copies de la classe inférieure Pugius). Cette armada de défense aurait suffi à repousser une force de raid considérable, en particulier en combinaison avec la chaîne de plates-formes d’armes orbitales qui formait une deuxième ligne autour de Pireaus V, mais contre la force que le Seigneur Commandant Culln avait rassemblée, ils avaient peu de chances de retarder longtemps, et encore moins d’empêcher, l’assaut des Loyalistes.

Malgré un bombardement inattendu de torpilles à longue portée que la flotte Loyaliste a dû endurer pendant plusieurs heures grâce à la distance imposée de leur course d’attaque, elle a atteint son point de mission intact et s’est divisée pour engager sans incident les cibles séparées. Le gros des vaisseaux de la Marine Impériale menés par le Cuirassé de classe Retribution Throne of Blood s’est séparé pour engager la flotte de défense et bombarder Pireaus V, tandis que la Force de Frappe des Space Marines s’est détournée pour attaquer la lune de Kritias Secundus. Les combats au-dessus de Pireaus V s’avérèrent particulièrement féroces, les navires de défense se lançant presque suicidairement à l’assaut des attaquants, causant de nombreux dégâts contre les Croiseurs venant en sens inverse avant d’être anéanti. "Ils se sont battus comme si la Griffe du Tyran était sur leur cou, et ils le craignaient bien plus que la simple mort à la bouche de nos canons", comme le Vice-Amiral Kagawa, commandant du Throne of Blood, devait le constater plus tard. Les navires de la Marine Impériale furent cependant empêchés d’atteindre leur objectif secondaire de bombardement rapproché de Pireaus V sous forme de tirs au sol provenant d’emplacements massifs de batteries de Macrocanons et de lasers de défense en surface, d’une force et d’une férocité imprévisibles, leur fureur paralysant le Croiseur de classe Tyrant le Gauntlet of Ages lorsqu’il s’est engagé trop près. Ailleurs, en orbite de Kritias Secundus, malgré une forte résistance, les Loyalistes ont connu un plus grand succès et, à eux deux, la puissance combinée des Red Scorpions, le Sword of Ordon et le Redeemer des Exorcists, ont rapidement détruit les forts d’astéroïdes lunaires. Les zones d’atterrissage à proximité des citadelles principales et des stations génératrices des colonies lunaires ont été rapidement identifiées et soumises à un bombardement préliminaire avant qu’un assaut planétaire à grande échelle ne soit lancé via Thunderhawk et Modules d’Atterrissage. La tâche des Space Marines était de frapper fort et avec rapidité pour prendre les colonies lunaires et leurs installations, stratégiquement précieuses, intactes. A l’atterrissage, les Red Scorpions et les Exorcists furent immédiatement confrontés à la Légion du Tyran dans une forte contre-offensive, le nombre de leurs ennemis ayant été multiplié par plusieurs par des travailleurs sous contrat portant des masques respiratoires rudimentaires pour les protéger de l’air empoisonné de Kritias et poussés par l’utilisation de colliers explosifs et armés d’à peine plus que des outils aiguisés et des bombes au prométhéum rudimentaires.

Les auxiliaires de la Légion du Tyran et leurs alliés travailleurs asservis ont été tués en masse par les Space Marines lors d’un combat rapproché et mouvementé, mais leur nombre, à lui seul, a ralenti les attaquants et les a empêchés de se déployer vers leurs cibles individuelles comme prévu. C’est à ce moment, alors que le gros des Red Scorpions et des Exorcists était engagé mais efficacement obstrué dans leurs zones d’atterrissage, que le piège des Astral Claws a été déclenché.

Des batteries au sol, auparavant silencieuses et longtemps dissimulées, ont été tirées depuis les profondeurs des forêts extraterrestres qui recouvraient la lune, frappant les Thunderhawks et les barges de débarquement, visant les vaisseaux Space Marines en orbite basse au-dessus, les ventres de leurs navires exposés durant leurs descentes pour déployer leur cargaison mortelle. Le Sword of Ordon a à peine atteint l’espace et échappé au plus fort du barrage, crachant des flammes et des débris de ses baies de lancement brisées, tandis que le Croiseur d’Attaque des Exorcists l’Aleph Argentium, qui avait déployé ses dernières forces quelques instants auparavant, a été pris dans un feu croisé de tirs de plasma convergents et a explosé en faisant pleuvoir des débris en feu sur la planète, embrasant des centaines de kilomètres carrés de végétation enchevêtrée en dessous. De l’intérieur des citadelles de la lune, les canons et les mortiers ont repris du service, bombardant les Space Marines Loyalistes de missiles et d’obus, ciblant sans discernement les combats où leurs propres forces étaient engagées de près contre des Loyalistes. Ce n’était cependant qu’un barrage annonciateur, et des bunkers cachés sous les tours à plusieurs niveaux, empilées sur disque, des dizaines de chars Land Raider et de transports Rhinos portant l’insigne de la griffe noire qui s’accroche aux étoiles rugirent ; le Chapitre des Astral Claws arrivait en force et avec leur maître Lugft Huron à leur tête. Le Seigneur Commandant Carab Culin et ceux qui se tenaient à ses côtés étaient pris entre le feu en hauteur et le Tyran dans leur dos.

Le Tyran, semble-t-il, avait depuis longtemps compris l’importance du système de Pireaus en tant que clé de voûte de la défense du secteur de Badab et avait élaboré ses propres plans en conséquence. De même, grâce à ses propres espions et ses propres augures, il avait pu anticiper le plan d’attaque des Loyalistes. Que sa décision de mener personnellement la contre-attaque ait été un coup d’éclat ou une folie peut être argumentée dans les deux cas, mais malgré son orgueil démesuré et son hérésie, Lugft Huron n’était pas un lâche et était un brillant commandant sur le terrain, dont la présence, en soi, a fourni à la force Sécessionniste de Kritias Secundus un grand atout dans la bataille. La présence d’une concentration d’Astral Claws sur Kritias, et l’amélioration secrète et le déploiement astucieux de ses défenses n’avaient pas non plus constitué l’ensemble de la stratégie du Tyran. Une heure après que les canons cachés de Kritias Secundus aient ouvert le feu et coupé le fer de lance des Loyalistes de ses navires de soutien, la propre flotte de guerre du Tyran a pénétré dans l’espace réel, à la limite du système de Pireaus intérieur. Ce qui allait suivre allait être l’un des plus grands et des derniers grands engagements navals de la Guerre de Badab.

L’armada Sécessionniste était le dernier symbole de la puissance navale jadis vantée. Son navire amiral était la dernière Barge de Bataille encore en état de marche de la flotte des Astral Claws, le puissant et légendaire Seraph of Judgment, autour desquels se trouvaient huit navires de classe de ligne. C’était les derniers vestiges des flottes du Chapitre Sécessionniste et de l’escadron Maelström, dont deux Croiseurs d’Attaque, un Croiseur lourd relique de classe Cardinal, le Thoth’s Hound et le Croiseur de classe Gothic, Dreadchild, capturés aux forces Karthans sept ans auparavant. À côté de cette force principale se trouvaient plus de soixante autres navires ; un conglomérat délabré d’escortes capitales, de frégates de patrouille, de navires de guerre de provenance inconnue et de transports armés convertis à la hâte, dont au moins une douzaine se sont révélées être des brûlots ; des armes suicides remplies de cargaison volatile et d’explosifs atomiques primitifs, et conduites devant la flotte principale. Le Vice-Amiral Kagawa, en analysant la situation tactique soudainement modifiée, a réalisé que si la flotte du Tyran pouvait affronter séparément les deux forces Loyalistes (qui avaient déjà subi des dommages et dépensé des stocks considérables de leurs munitions), elle pourrait encore obtenir une victoire écrasante. Mais si elle était opposée simultanément aux deux, les Loyalistes seraient beaucoup plus à égalité face à elle. Il ordonna immédiatement à sa flotte de se mettre en vitesse maximale et de s’éloigner des navires ennemis qui venaient en face, et a envoyé, via des canaux codés, une demande exposant son évaluation de la bataille à venir aux forces Space Marines près de Kritias Secundus - essayant d’exiger leur respect, il a réalisé que cela ne servirait à rien, et il a donc fait appel à leur plus grande chance de victoire. Les communications avec la guerre terrestre en cours étant impossibles, c’est avec le cœur lourd que le Capitaine Waite Ryder, le maître de la flotte des Exorcists, a accepté avec réticence la terrible évaluation de la situation faite par le Vice-Amiral et s’est conformé à son plan de retraite et de retraite feinte. Les vaisseaux Space Marines se sont retirés à pleine puissance, fonçant vers la géante gazeuse de Kritias en utilisant sa masse gravitationnelle pour augmenter leur vitesse.

Avec leurs ennemis apparemment en pleine déroute devant eux, la flotte Sécessionniste a fait des ravages dans le système intérieur à pleine vitesse, les différentes forces de poussée de leurs navires et l’indiscipline générale de leurs capitaines ont vite fait de rendre leur formation irrégulière et étendue, les navires les plus lents prenant du retard et les navires les plus rapides s’élançant devant. Ceux qui étaient à l’avant ont commencé à frapper des cibles par opportunité telles que les transporteurs à l’arrière des Loyalistes. Ces derniers, bien qu’ils fuyaient à leur meilleure vitesse, devinrent des proies faciles pour les chasseurs, des milliers de soldats embarqués à bord périssant sans jamais connaître la cause de leur disparition. Le Gauntlet of Ages fut très endommagé, et son capitaine se rendant compte que son navire ne pouvait pas suivre ses camarades, a mené une glorieuse et fatale dernière charge droit vers l’ennemi qui arrivait, en recherchant et en engageant délibérément les brûlots Sécessionnistes avant qu’ils ne puissent faire des ravages sur la force principale des Loyalistes. Détruisant par le feu nucléaire deux des brûlots, le Gauntlet of Ages continua à s’enfoncer dans la mêlée, ses quelques batteries restantes continuant à tirer sporadiquement jusqu’à ce que le Seraph of Judgment se referme et écrase son cœur vaillant.

En surface, sur Kritias Secundus, des combats sauvages firent rage alors que deux forces des plus grands guerriers de l’Humanité s’affrontaient sans merci. Désormais, elles étaient surpassées en nombre par un ennemi qui pouvait les égaler. Ce furent les Loyalistes qui ont été repoussés dans des cercles défensifs de plus en plus étroits au milieu des tours d’habitation empilées et des forêts d’aliens enchevêtrées. Les combattants n’ayant pas de ligne de vue claire, les combats au corps à corps sanglants et les tirs aveugles sur un ennemi à moitié aperçu étaient la voie de la bataille. Les Astral Claws se sont lancées dans une fureur sauvage et amère, sans se soucier de leurs fantassins "simplement humains" pris entre eux et l’objet de leur vengeance. Les Red Scorpions les ont rencontrés avec une haine vertueuse de leur propre espèce, tandis que les Exorcists ont fait preuve de leur calme habituel face à une force écrasante. Comme dans une bataille tirée d’un mythe ancien, ces dieux de la destruction s’affrontaient, et à leur tête se trouvent les deux maîtres de la guerre. Le Seigneur Commandant Cara Culln des Red Scorpions, se tenait comme un rocher indéfectible au milieu de la tempête de la bataille sur laquelle l’ennemi s’est brisé, et à ses côtés se trouvait Sevrin Loth, le Maître Archiviste du Chapitre, son armure brillant d’une lumière maléfique alors qu’il mettait l’ennemi en pièces avec des explosions meurtrières de force psychique. Lugft Huron, Tyran de Badab et maître des Astral Claws, frappa la ligne des Exorcists comme un coup de foudre, écrasant les Space Marines comme s’ils étaient des pièces sur un plateau de jeu, brûlant et se frayant un chemin à travers les Exorcists en armure cramoisie avec un abandon sauvage, presque fou. La garde personnelle du Tyran, éclaboussée de sang, s’est déversée dans la brèche derrière lui, formant un corridor meurtrier alors que le Tyran s’efforçait d’atteindre son véritable ennemi : Carab Culln. Silas Alberec, Capitaine et commandant des forces des Exorcists, savait que s’il n’était pas arrêté, le Tyran seul pouvait changer le cours de la bataille et s’est donc opposé à lui, menant une force de contre-attaque de la Garde Enochienne, l’élite de son Chapitre, pour affronter de front Lugft Huron. Il ntercepta la force du Tyran au pied de la pile d’habitations que les Red Scorpions utilisaient pour ancrer leur défense. Là, plutôt que d’être opposé au Tyran, Silas Alberec s’est retrouvé en duel avec l’Ancien Kleitor, l’un des plus craints et tristement célèbres frères Dreadnoughts des Astral Claws. Il a subi de terribles blessures qui ont écrasé et paralysé son Armure Terminator avant de désactiver les systèmes moteurs du Dreadnought avec sa Masse Énergétique, abattant la grande bête d’adamantium et de céramite.

Alors que la bataille faisait rage au pied de la pile de tours à plusieurs étages dans un tourbillon de confusion, de sang et de métal, les deux maîtres de guerre se rencontraient enfin. Carab Culln et Lugft Huron s’égalaient dans leurs compétences en matière de combat personnel. Il ne s’agissait pas d’un duel organisé et formel, comme on pourrait le lire dans les chroniques et les légendes, mais d’un combat brutal où tous étaient libres et sauvages, avec une presse de corps blindés autour d’eux et l’air rivé de bolts et de tirs de plasma. Le Tyran s’est mis en colère, hurlant sa haine et maudissant amèrement le Trône d'Or, tandis que Culln combattait dans un silence sinistre, chaque once de sa formidable habileté lui étant nécessaire pour manier sa lame relique afin de contrer la frénésie des coups que lui infligeait la gifle fantomatique du Tyran. Seul cet ancien héritage de son Chapitre, la Lame du Scorpion, semblait à l’épreuve des coups de son ennemi, et ce quelques instants après l’assaut de Lugft Huron, Carab Culln avait vu son Bolter Ouragan déchiqueté comme du papier, son Halo de Fer et son Armure Terminator arrachés et lacérés en une douzaine d’endroits. Les blessures causées par la sinistre Griffe Éclair que Tyran utilisait coulaient librement avec le sang, au mépris du métabolisme augmenté d’Astartes de Culln. Enfin, à la suite de l’échange de coups, Carab Culln a répondu aux railleries du Tyran par des accusations de son cru, clamant qu’Huron était un "… traître et un cabot, un cruel et mesquin faux-roi, pas mieux qu’un pion du Chaos" qui avait "amené à la ruine touts les Astral Claws qui avaient lutté et saigné dans les âges passés pour une vanité et une fierté corrompues !" Le Tyran de Badab, encore plus furieux et hurlant de rage, chargea à nouveau le Red Scorpion, qui, s'attendant à une attaque frénétique, se détourna habilement, jouant sur l’élan du Tyran emporter par sa grosse Armure Terminator. L’attaque avec la Lame du Scorpion a profondément entaillé le flanc du Tyran, coupant l’armure de son ennemi en un jet de sang. Un tel coup aurait dû abattre même le plus puissant des Space Marines, mais il n’a pas tué le Tyran de Badab. Lugft Huron se déplaçait en se retournant, sa griffe s’arqua et les lames fantomatiques frappèrent sans effort le plastron de Carab Culln, lui transperçant la poitrine, perçant la chair et les os. Avec un effort monumental de volonté, Carab Culln lutta contre son agonie et s’est jeté en arrière sur le sol ensanglanté avant que le Tyran ne puisse lui arracher de ses doigts griffus le cœur. En proie à la douleur, Culln glissa sur une pente de décombres et de corps en armure avant que le Tyran qui approchait ne fasse entendre son rire amer. Blessé, Culln chancela une fois de plus alors que la bataille se poursuivait, et qu’un nouveau soleil brûlait dans les cieux, faisant pleuvoir la destruction sur tout ce qui est en dessous.

Dans l’obscurité froide du vide au-dessus de Kritias, la bataille rassembla une fois de plus les navires de guerre désormais concentrés de l’Imperium et les renégats portant la marque de la griffe de Badab. Les Sécessionnistes étaient plus nombreux et plus armés que les Loyalistes, mais ces derniers, même si beaucoup de leurs navires ont été endommagés, avaient le plus grand nombre de navires de guerre lourds dans leur ligne de bataille, et étaient de loin les plus efficaces en qualité d’équipage, compétence et de discipline. La flotte rebelle se mit en route en une colonne d’attaque chaotique et déchiquetée, ce qui devait sceller leur défaite alors que les navires de guerre combinés de la Marine Impériale et des Space Marines se mettaient en formation serrée et traversaient latéralement en un passage oblique sur la colonne ennemie, en maximisant leurs avantages alors que les Sécessionnistes n’ont pas pu pleinement mettre les leurs à profit. Dans leur contre-attaque chaotique, plusieurs escorteurs des Sécessionnistes furent pris dans la ligne de feu des Croiseurs au centre de la colonne et furent détruits. Les deux camps ont subi de lourds dommages lors de cette première passe serrée, mais les Sécessionnistes ont connu le pire, avec le malheureux Dreadchild qui a échappé au contrôle de la colonne d’attaque renégate, brûlant de la proue à la poupe. Les deux flottes ont continué à s’éloigner l’une de l’autre, leurs propulseurs à pleine puissance. Ils se sont tous les deux efforcés de revenir, se sont resserrés en virages concentriques et se sont ré-affrontés de front, les armes prêtes à tirer, aucun des deux camps ne se retenant et chaque flotte étant prête à rencontrer la victoire ou la défaite dans un seul et même affrontement tumultueux. Le vide entre les deux camps était remplis par des tirs enflammés et de brillantes lances d’énergie, les deux adversaires lançant toutes leurs forces l’une contre l’autre, les vaisseaux de combat tombant et agonisant lorsque les vaisseaux explosaient autour d’eux dans des tempêtes de radiations et d’éclats. Le Croiseur d’Attaque God Slayer a percuté le Thoth’s Hound et lui a brisé le dos, coupant le vaisseau en deux, tandis que les tirs qui frappèrent profondément dans le Sword of Ordon désactivèrent ses principaux canons. Le Throne of Blood, dont la gouverne a volé en éclats et crachait des tirs à partir de dizaines de cratères et de blessures sur ses flancs, a affronté le Seraph of Judgement sur une trajectoire de collision à bout portant. La vénérable Barge de Bataille manœuvra frénétiquement pour mettre son canon de bombardement à contribution, mais le Throne of Blood déclencha une salve de torpilles à tête melta au dernier moment, leurs Esprits de la Machine tous verrouillés sur les réacteurs pulsés au fond de la coque de la Barge de Bataille. En un instant, tout fut inondé d’une lumière blanche incroyablement brillante et brûlante, et quand enfin elle s’est éteinte, un vaisseau de guerre qui avait survécu à un millier de batailles et à des millénaires de guerre n’était rien d’autre qu’une couronne de cendres et de brouillard de radiations. Quant au Throne of Blood, il s’est effondré, sa vaste proue blindée remplacée par une souche brûlée et noircie. La bataille des étoiles fut gagnée pour les Loyalistes avec la mort du Seraph of Judgement, mais à un prix élevé, et il restait beaucoup de combats sanglants à mener car les navires ennemis survivants furent mis en fuite ou capturés dans une série d’abordages brutaux. Avant que ce conflit enchevêtré ne puisse être résolu, un seul navire s’est libéré des affrontements, ses moteurs brûlant bien au-delà de leur capacité maximale prescrite par l’Adeptus Mechanicus ; c’était le Redeemer et il se dirigeait directement vers Kritias Secundus.

Pariant sur le fait que les défenses planétaires seraient à moitié anéanties par la bataille qui se déroulait au-dessus d’elles, le Capitaine Ryder a tout misé sur un plan dangereux pour extraire les forces échouées en surface. De tous les navires de guerre Loyalistes, le Redeemer était l’un des moins touchés, et ses baies avaient été remplies par les Thunderhawks survivants de toute la flotte pour l’opération d’urgence. L’immense Barge de Bataille s’enfonça dans l’atmosphère de Kritias Secundus à une vitesse périlleuse, se fiant à ses Boucliers Voids et à sa coque bénie pour éviter qu’elle ne se brise sous la pression de l’entrée dans l’atmosphère. Comme prévu, les batteries au sol, qui s’était auparavant révélée mortelle contre des cibles à courte distance et à déplacement lent, ne pouvait désormais plus réagir rapidement et paniquait face à cette comète venue du ciel, le feu flamboyant autour de ses boucliers faisant apparaître le Redeemer comme un terrible soleil brûlant dans le ciel. Bien que toutes les communications vers la surface aient été brouillées, l’Archiviste Taloth des Exorcists n’a pas pu s’empêcher d’observer l’âme lumineuse de Sevrin Loth et l’étincelle familière de son maître Alberec blessé. Le Redeemer s’est donc dirigé vers sa cible. Alors qu’il volait terriblement bas dans le ciel, son ventre blindé pulvérisant le sommet des tours en passant, une vague de pression a déferlé devant lui comme un tsunami et a écrasé la forêt extraterrestre, renversant bâtiments et Space Marine en armure devant sa fureur. À cette arrivée inattendue, les Astral Claws furent projetées en arrière au milieu d’une tempête de poussière et de débris, et face à cette corps immense qui remplissait le ciel, le champ de bataille où Culln et le Tyran se sont battus fut couvert de décombres et de flammes, séparant les protagonistes avant que leur combat ne puisse aboutir à une conclusion finale en faveur de l’un ou l’autre. Les opérations d’extraction commencèrent immédiatement avant que l’ennemi ne puisse se rallier à la défense, car les canons du Redeemer, conçus pour les batailles épiques de la flotte de combat, parlaient comme la voix de l’apocalypse, déchiquetant le sol et pulvérisant les tours des citadelles voisines. Au cours d’une opération difficile de près de deux heures, près de trois cinquième des Space Marines Loyalistes qui avaient atterris sur la planète ont été récupérés, bien que la plupart d’entre eux étaient des blessés ou des tailladés par le combat furieux qu’ils avaient vécu. Le Seigneur Commandant Culln n’était pas le moindre des blessés, et a été pris en charge par les Apothicaires de son Chapitre. Le Redeemer, sa coque torturée et ses moteurs surchauffés protestant sous la tension, des joints et des cloisons se sont rompus de part et d’autre de sa superstructure, a quitté l’atmosphère de la lune, sous les tirs vengeurs venant du sol, ses Boucliers Voids tenant juste assez longtemps pour que le vaisseau quitte l’orbite.

L’invasion de Pireaus était terminée : les deux camps remportant à la fois la victoire et connaissant la défaite. Pour les Sécessionnistes, les envahisseurs Loyalistes avaient été chassés et pas un seul iota de terrain ne leur avait été cédé, mais ce faisant, ils avaient mis en jeu la dernière partie de leur flotte autrefois puissante et l’avaient perdue, et avec elle tout espoir de maintenir leur domination en dehors du système de Badab lui-même. Les pertes humaines des deux côtés avaient été effroyablement élevées. Le Seigneur Commandant Culln avait vu sa force d’attaque émoussée et nombre de ses navires de ligne les plus puissants endommagés au point que leur réparation pourrait prendre des années. Pendant un bref moment, certains ont espéré que le Tyran lui-même avait été tué dans l’anarchie de l’extraction, mais Culln ne l’a pas cru, et il a rapidement eu raison. La Guerre de Badab avait sans doute été gagnée à Pireaus par les Loyalistes, mais il restait une dernière bataille à mener, et ce sera probablement la plus terrible de toutes : le siège final de Badab. Tout le système était un piège mortel lourdement fortifié, comme peu de gens en avaient jamais rencontré, mais le Tyran devait être renversé pour éviter que la situation ne se détériore. Si l’invasion de Pireaus avait une leçon à tirer, c’était qu’il ne fallait jamais sous-estimer le Tyran, et rien n’était plus dangereux qu’une bête acculée.[47]

Chapitre VII : La Chute de Badab[modifier]

La Guerre Silencieuse 03 519 912.M41[modifier]

Le Pacte d’Angstrom[48]

Les relations antérieures entre les forces Loyalistes et la présence notoirement indépendante de l’Adeptus Mechanicus à Angstrom, à la frontière orientale de la Zone du Maelström, avaient été, au mieux, compliquées. Bien que le Mechanicus ait auparavant pris ses distances par rapport au conflit, qu’il considérait comme une "affaire interne" entre les Chapitres Space Marines qui ne le concernait pas, il était devenu belliqueux envers les deux parties après que le tristement célèbre "Incident d’Angstrom" de 908.M41 l’ait poussé à la violence. Un conflit secondaire de grande ampleur entre Angstrom et les Loyalistes n’avait pu être évité que par des négociations directes et laconiques entre les Seigneurs Archimagos d’Angstrom et le Légat-Inquisiteur Frain. De plus, une ligne de dialogue était restée ouverte entre les parties et des négociations secrètes avaient été entreprises bien avant le grand conseil de guerre tenu en 912.M41. Le prix ou les concessions qui ont été payés pour l’aide d’Angstrom n’ont jamais été entièrement mis en lumière, et étant donné que l’Adeptus Mechanicus forme effectivement un Imperium "parallèle" qui lui est propre, les résultats du marché ont pu avoir des ramifications cachées très éloignées de la Zone du Maelström. En tout état de cause, une aide inestimable fut effectivement accordée aux Loyalistes, comme le prouvera le siège ultérieur de Badab.

Après les événements tumultueux entourant l’invasion ratée du système de Pireaus et le statut inconnu du Chapitre des Executioners, la Guerre de Badab est entrée dans une ère nouvelle pleine d’incertitude. Les Sécessionnistes de Badab étaient sans aucun doute au plus bas, mais les forces Loyalistes n’étaient pas non plus en mesure d’exploiter immédiatement la faiblesse de leur ennemi et de pousser l’attaque. Cette période du conflit, qui a duré de l’invasion de Pireaus jusqu’à mi-912.M41, a été connue sous le nom de "Guerre Silencieuse" car elle était composée de centaines d’engagements à petite échelle et insignifiants, des duels entre chats et souris entre des navires isolés et des escarmouches sanglantes mais de courte durée à travers la région, dont beaucoup n’ont pas été signalées et sont restées inconnues.

La Zone du Maelström ne pouvait être considérée comme pacifiée par aucun moyen malgré le saccage des domaines Sécessionnistes. Seule la présence des détachements Loyalistes des Chapitres des Minotaurs et des Sons of Medusa permettait de maintenir la viabilité des lignes d’approvisionnement impériales. De plus, seules les forces de la Garde Impériale et de l’Inquisition, peu nombreuses et rattachées au commandement Loyaliste, ont empêché les mondes repris dans la région des Étoiles Pâles de sombrer dans l’anarchie ou de succomber à des troubles civils comme ce qui s’était passé dans le système de Galen. On a également appris que les forces du Tyran se repliaient sur le système de Badab lui-même, retirant les défenses de mondes tels que Isin et Decabalus et les abandonnant à leur sort. Bien que l’on ait tenté de les en empêcher, les forces Impériales n’avaient tout simplement pas les effectifs ou les navires disponibles dans la région pour empêcher moins d’une poignée de convois et de transports de mener la retraite. La situation devint encore plus confuse lorsqu’il apparut que certaines forces de la Légion du Tyran, et même quelques petits groupes d’Astral Claws, avaient abandonné leur maître, étaient devenus complètement renégats, tentant de fuir dans la Zone du Maelström, tandis qu’une fois de plus, les observations de présence corsaire et Xenos ont commencé à augmenter dans la Zone occidentale et orientale. Face à un seul ennemi concentré, il semblait à présent aux Loyalistes qu’ils étaient sur le point d’être confrontés à de nombreux ennemis fracturés dont les actions ne pouvaient pas être facilement prédites, potentiellement répartis sur une vaste zone sauvage et dangereuse. Si l’initiative stratégique était à présent perdue ou si la victoire était incomplète, certains craignaient, et non sans raison, que le conflit pourrait engendrer un chancre lent qui se répandrait dans la région et qu’il faudrait peut-être des décennies, voire des siècles, pour l’atténuer.

Face à cette situation changeante et incertaine, le Seigneur Commandant Carab Culln, blessé mais toujours actif, convoqua un conseil de guerre complet en 519912.M41 dans le complexe de stations de combat impérial nouvellement mis en service dans le système de Vyaniah afin de déterminer une stratégie et de réfléchir sur le cours futur de la guerre. Des représentants de tous les Chapitres Space Marines Loyalistes encore impliqués dans le conflit étaient présents : les Red Scorpions de Culln, les Salamanders, les Minotaurs, les Exorcists, les Carcharodons et les Sons of Medusa. Malgré les réserves des autres, le maître des Fire Hawks, le désormais souffrant Stibor Lazaerek, sur qui une tache de blâme et de suspicion de dissidence persistait encore, a également été convoqué en tant qu’égal. Le Légat-Inquisiteur Jarndyce Frain, dont la voix était celle des Hauts Seigneurs au sein du conseil, servait d’arbitre, et à l’invitation personnelle de Frain, une députation des Archimagos du Monde-Forge d’Angstrom a également été reçue, et était maintenant accueillie comme alliée de la cause Loyaliste.

En plus de nouvelles demandes pour que le Tyran soit délogée de sa base sécurisée sur Badab Primaris et amené au jugement de l’Empereur avec toute la célérité voulue, le Légat-Inquisiteur Frain a apporté des nouvelles au conseil, bonnes et mauvaises. Le premier ordre du conseil fut l’acceptation de la reddition formelle et du repentir des survivants dispersés du Chapitre des Mantis Warriors, qui s’étaient finalement soumis à l’autorité du Légat pour éviter la destruction totale de leurs mondes. La nouvelle fut moins réjouissante lorsque Frain informa les commandants des Space Marines réunis qu’il espérait des renforts des réserves du Segmentum de la Garde Impériale et de nouveaux navires de guerre de la Marine. Les guerres et les conflits étaient partout, et les questions pressantes contre la menace des Tyranides et les nouvelles puissances Xenos à l’est galactique ont revendiqué la priorité sur tout ce qui pourrait être réuni à la cause Loyaliste dans un court délai. Cependant, les agents de l’Inquisiteur avaient enfin trouvé de nouveaux alliés pour qui le conflit de Badab aurait une résonance bien plus grande que toute autre préoccupation pour des raisons qui leur sont propres ; le sombre Chapitre Space Marine des Star Phantoms était en route, en pleine force et serait avec les Loyalistes au tournant de l’année. Une aide supplémentaire a été fournie par l’Adeptus Mechanicus d’Angstrom qui a accordé des armes et des munitions et qui a également juré d’aider l’attaque des Loyalistes sur Badab lorsque l’heure de la bataille viendrait. Des plans et des déploiements furent rapidement formulés et mis en place. Les guerriers et les navires de guerre furent rapidement redéployés dans toute la Zone du Maelström. Conformément aux nouvelles stratégies des Loyalistes, et à la dure leçon appris sur Pireaus, l’objectif ultime qu’était l’invasion et le siège de Badab serait maintenant retardé jusqu’à ce que des forces écrasantes soient disponibles. Entre-temps, un blocus et une surveillance renforcés seraient maintenus, tandis que la Zone du Maelström serait mieux placée sous la coupe impériale.

Le Raptorous Rex, l’immense Forteresse-Monastère mobile des Fire Hawks, a été amené dans le système de Pireaus pour former la cheville ouvrière du blocus renforcé, et à son arrivée, la Force de Frappe des Loyalistes a trouvé le système de Pireaus, sur lequel tant de sang avait récemment été versé, dans un état de délabrement à moitié abandonné. Les colonies lunaires de Kritias Secundus ont été ravagées et presque sans vie, et la Station Yarrow a été vidée de ses habitants et laissée à la famine par ses anciens maîtres, un sort que la colère du Raptorus Rex a scellé sur les traîtres d’en bas par un bombardement orbital prolongé. Ailleurs dans la Zone du Maelström, les Carcharodons ont été rappelés de l’Amas Endymion, leur mission ayant été effectué conformément aux engagements pris envers les Mantis Warriors dans le cadre de leur accord de reddition. Désormais disponible pour un redéploiement, la grande flotte des Carcharodons, ainsi que les navires des Chapitres Exorcists et Sons of Medusa ont été répartis en petits groupes de combat aux côtés de navires éclaireurs de la Marine Impériale envoyés dans des missions indépendantes de chasseurs-tueurs dans toute la Zone du Maelström à la recherche de cibles d’opportunité. Tandis que les forces pour l’assaut final étaient rassemblées, le système du Monde du Corbeau fut choisi comme point de ralliement.[49]

Dette d'Honneur 03 838 912.M41[modifier]

La Guerre de Badab approchant de sa sanglante conclusion, il ne restait plus que quelques questions majeures à régler, et pour certaines des factions impliquées du côté des Loyalistes, la plus grande d’entre elles restait celle du Chapitre des Executioners. Il s’avéra que les forces des Sons of Medusa et des Carcharodons commencèrent à coordonner leurs efforts pour traquer le Chapitre, et découvrir son centre d’opérations présumé dans la Dérive Stellaire de Dene, dans le but avoué de poursuivre une campagne d’anéantissement à leur encontre. En entendant cela, alors que les escarmouches et les affrontements entre eux commençaient à s’intensifier, le Capitaine Pellas Mir’sar des Salamanders a été profondément troublé. Il pensait que malgré toute leur fureur et leurs effusions de sang, les Executioners avaient agi avec honneur pendant la guerre, et d’ailleurs, il estimait que son propre Chapitre leur devait une dette qu’il n’était pas facile de rembourser à la suite des événements de l’"Heure Rouge". Avec sa propre force, petite et malmenée, renouvelée par l’arrivée du Croiseur d’avant-garde l’Obsidia des Salamanders et une demi-Compagnie de Frères de Bataille fraîchement rentrée du Segmentum Solar, Mir’san prit sur lui de rechercher le chef des Executioners, Thulsa Kane, et de négocier la fin de l’engagement des Executioners dans la guerre. Après une recherche de plusieurs mois standards le long de la périphérie sud de la Zone du Maelström, l’Obsidia s’est précipitée pour répondre aux rapports de combats qui se sont déroulés aux abords de la Cataracte Eridienne. Là, il a trouvé la Barge de Bataille Phaeton’s Wrath des Executioners et le tristement célèbre Night Hag, chassant deux vaisseaux des Sons of Medusa endommagés, les frappant dans les champs d’astéroïdes denses et les nuages de poussière du système stellaire turbulent. Agissant sans réfléchir pour la sécurité de son navire, Mir’san ordonna que l’Obsidia s’interpose entre les deux belligérants et désactiva ses propres armes, exigeant qu’un discours honorable ait lieu entre frères. Après une impasse tendue au cours de laquelle les forces Loyalistes ont été sur le point de se battre entre elles, Mir’san a réussi à forcer les deux parties à se retirer, puis à négocier le départ des Sons of Medusa et le cessez-le-feu des Executioners, en amenant le Night Hag avec Kane à bord, sous le drapeau de la sécurité personnelle des Salamanders, pour des pourparlers officiels avec le commandement Loyaliste. Leur voyage vers le Monde du Corbeau a été assombri par les échos de guerre des navires de guerre Carcharodons qui rôdaient, mais qui ne les ont pas attaqué.

Bien que de nombreux Loyalistes se soient empressés d’arrêter ou même de vouloir tuer les Executioners à vue dès que possible, la voix de Pellas Mir’san, un représentant respecté d’un Premier Chapitre Fondateur, ne pouvait pas été si facilement écartée, pas plus que les conséquences probables d’un effusion de sang déshonorante à ce stade. Le Seigneur Commandant Culln, voyant la sagesse stratégique de retirer de la guerre le dangereux et imprévisible Chapitre, pratiquement sans effusion de sang, et conscient du risque de nouveaux conflits civils dans ses propres rangs, accepta les propositions de Mir’san concernant les Executioners, mais avec quelques réserves supplémentaires de son côté. En vertu d’un armistice honorable, les Executioners devaient mettre fin à toutes les hostilités et quitter entièrement la région de la Zone du Maelström, pour ne plus jamais y revenir. Le gros de leurs forces survivantes devait alors se rendre dans leur lointain système d’origine sous serment d’y rester jusqu’à ce qu’un jugement complet puisse être rendu plus tard sur leurs actions par une Cour d’enquête Consistoriale. Leur chef, Thulsa Kane, sa Garde d’Honneur et son équipage, ainsi que le Night Hag, se sont volontairement rendus aux Salamanders et ont été internés dans le monde de Nocturne du Chapitre des Salamanders jusqu’à la fin de la guerre. Le Chapitre des Salamanders lui-même se portait désormais garant des Executioners, et de leur conduite, bien qu’il reste ceux du côté des Loyalistes qui, bien que tenus à l’obéissance en la matière, n’oublieraient jamais la rancune qu’il partageait.[50]

Briser l'Anneau d'Acier 3 117 913.M41[modifier]

Sentinel-Sigma.
Avec l’arrivée de la sinistre flotte du Chapitre des Star Phantoms transportant une force puissante de dix Compagnies, et aussi un manipule de Titans de Bataille de la Legio Crucius (les Bellicistes) amenée par l’intervention de l’Adeptus Mechanicus d’Angstrom, et avec plusieurs navires de guerre lourds comme le Sword of Ordon mis à pleine puissance, le siège final de Badab pouvait enfin commencer. L’attaque initiale elle-même n’était pas facile, car le tristement célèbre "Anneau d’Acier" de Badab possédait une puissance de feu suffisante pour repousser presque toutes les flottes d’attaquants, et avait transformé le vide entre ses planètes en un labyrinthe mortel de champs de mines et de zones de feu imbriquées. Cependant, aucun système stellaire ne pouvait être imprenable, comme l’histoire l’avait prouvé d’innombrables fois, et le haut commandement Loyaliste avait élaboré un plan peu orthodoxe pour faire tomber l’Anneau d’Acier avec un minimum de pertes, permettant un assaut planétaire immédiat. La clé de ce plan était double et il reposait à la fois sur les arts obscurs des Magos d’Angstrom et sur les effets de la paranoïa croissante du Tyran lui-même. La plus grande vulnérabilité de l’Anneau d’Acier était qu’il était en grande partie statique ; les positions de ses différents champs de mines et de ses forts stellaires massivement armés étaient prévisibles, et les quelques navires de défense et navires armés de toute taille que possédait encore Badab étaient insuffisants pour retourner la situation contre une attaque concertée localisée. La pierre angulaire de la défense du système extérieur était la forteresse stellaire fortement défendue en orbite autour de Sigma (Badab VI). Les espions Loyalistes avaient découvert qu’à Sentinel-Sigma, le principal nœud de commandement, le Tyran avait placé à cette charge l’un des rares subordonnés en qui il avait vraiment confiance, l’infâme Capitaine des Astral Claws Corien Sumatris. Cela a été décidé pour ne pas confier le contrôle des forts stellaires et des champs de mines de manière autonome à des dizaines de commandants qu’il pensait peu fiables. Si Sentinel-Sigma pouvait être pris intact, les légendaires "gros canons" du système de Badab pourraient être réduits au silence.

En 3117913.M41, l’armada d’assaut Loyaliste est entrée dans l’espace réel dans le système de Badab, très haut sur la plaine verticale du système planétaire, directement sur une trajectoire d’attaque vers Badab VI. L’armada se composait de pas moins de six Barges de Bataille Space Marines et de neuf Croiseurs d’Attaque, ainsi que de six autres navires de la Marine Impériale de ligne, d’une Caravelle de Guerre de l’Adeptus Mechanicus et de quatre-vingt-quatre navires d’escorte et d’attaque de différentes classes. À son avant-garde se trouvait le Raptorus Rex, derrière lequel, grâce à l’artisanat des Magos d’Angstrom, était remorqué un fragment de noyau stellaire en feu arraché des Cascades de Bale. Alors que les machines de guerre de Badab s’animaient en réponse à la menace, des milliers de batteries de canons se sont mises en marche et des nuages de mines assassines à la dérive se sont réveillés avec une intention meurtrière. Mais alors que les augures et les capteurs de visée balayaient l’armada en marche, il était déjà trop tard pour empêcher ce qui devait arriver ensuite. L’armada atteignit rapidement sa vitesse finale, la lourde masse cyclopéenne qu’était le Raptorus Rex engageant son moteur principal à la puissance maximale pour changer de cap, en faisant appel à l’inertie pour permettre au feu infernal du fragment stellaire de le dépasser sur sa trajectoire de collision avec la station de combat Sentinel-Sigma, tandis que l’armada des Loyalistes est tombée en formation de fer de lance à une distance sûre derrière lui.

La station Sentinel-Sigma n’avait aucun espoir d’échapper à temps au fragment d’étoile malveillant et devait faire face à une destruction certaine en cas d’impact. Si elle tombait, une brèche serait creusée dans l’Anneau d’Acier et le centre de contrôle de l’ensemble des défenses extérieures serait anéanti d’un seul coup. Bientôt, toutes les armes de la ligne de défense se trouvant à portée de l’immense boule de feu tombante se déplacèrent vers elle. Des dizaines de milliers de projectiles, de torpilles et de macro-éclats ont rempli le vide en se précipitant vers la masse dense et amorphe du plasma nucléaire et de la force élémentaire. La plupart d’entre eux n’eurent aucun succès, explosant et s’incinérant dans la couronne surchauffée avant d’atteindre son noyau. Aveuglées par la lumière de cette nouvelle et terrible étoile qui se dirigeait vers elles, les armes de l’Anneau d’Acier ne pouvaient pas voir clairement, encore moins cibler l’armada qui arrivait et les légions de mines et de plate formes d’armes. Leur système de visées, mis sous tension par la conflagration qui s’est déclenchée, ont amorcé des vagues de détonations atomiques à travers le vide, illuminant le ciel des mondes intérieurs d’un présage de feu coruscant. Ce n’est qu’à bout portant que les lasers de défense et les canons des forts stellaires ont commencé à faire des ravages dans la masse en feu, leurs faisceaux arrachant des morceaux de matière brûlante, jusqu’à ce qu’ils s’enfoncent enfin dans le noyau instable et que le fragment stellaire se déchire dans une grande vague d’énergie qui s’est abattue sur Sentinel-Sigma, léchant ses Boucliers Voids défaillants avec une flamme lambda et brûlant à travers les navires de défense et les chasseurs dans un torrent de destruction.

Le cataclysme apocalyptique que les Loyalistes avaient déclenché n’était que le commencement, et les Anges de la Mort sont apparus dans le sillage de la tempête d’énergie. Des Torpilles d’Abordage et des Béliers d’Assaut se sont écrasés sur Sentinel-Sigma, qui était en état de choc, portant avec eux la puissance des Chapitres des Sons of Medusa et des Exorcists, et qui ont déclenchés un combat mortel au milieu des voûtes et des couloirs de la station contre les Serviteurs de Combat et la fureur suicidaire de la 2e Compagnie des Astral Claws et de leur maître, l’Archi-Maréchal Corien Sumatris. Alors que cette bataille faisait rage, les Barges de Bataille Sword of Ordon et Memento Mori des Star Phantoms ont mené une escadre de Croiseurs d’Attaque pour combattre à bout portant le réseau de forts stellaires brûlés et aveuglés, les prenant les uns après les autres intacts dans une série d’abordages brutaux qui n’ont laissé aucun survivant. Pendant ce temps, les Minotaurs ont mené des attaques sur les autres sphères habitées du système, Badab Secundus et Rigeal, décapitant leurs gouvernements et leurs commandements militaires avec une terrible efficacité. Le Seigneur Asterion Moloc, le célèbre maître des Minotaurs, a chassé les membres de la satrapie dirigeante de Badab Secundus depuis la flèche de son oratoire-cathédrale. Il le fit après avoir empalé le Chapelain des Astral Claws, Varna Sabin, à l’avant de son transport personnel Land Raider, pour montrer aux traîtres le sort qui les attendait.

Lorsqu’enfin Vaylund Cal, le Thane de Fer des Sons of Medusa, communiqua du haut d’un monticule de corps brisés que Sentinel-Sigma était à eux, il a été rejoint par téléportation par les Seigneurs du Mechanicus d’Angstrom. En quelques heures, ils avaient réussi ce que Lugft Huron et sa cour avaient jugé impensable : la soumission du Silica Animus de la station, et avec elle l’accès aux nombreux Esprits de la Machine et aux armes qui lui étaient asservies. Des signaux de neutralisation et de destruction ont été envoyés à travers le vide. Une fonction qui n’était possible qu’en raison de la paranoïa possessive d’un seul homme pour contrôler un système aussi vaste. En réponse à ce commandement, le système de Badab extérieur est devenu une mer de feu. L’Anneau d’Acier fut brisé, et il ne restait plus que Badab Primaris et les défenses qui l’entouraient.[51]

L'Assaut Final 3 118 913.M41[modifier]

Le système stellaire étant désormais sous le contrôle des Loyalistes et les navires de défense survivants étant traqués et détruits. Des déploiements ont rapidement été mis en place pour encercler et assiéger Badab Primaris. Les navires du Chapitre des Exorcists ainsi que les détachements de la Marine Impériale se sont séparés pour bloquer le système stellaire afin de s’assurer qu’aucun n’échappe à ce qui devait arriver. L’assaut en orbite contre Badab Primaris devait être mené par le Raptorus Rex, mais cela n’était plus possible, l’attaque du fragment stellaire ayant causé des dommages structurels importants qui ont déstabilisé les moteurs de ce vaste vaisseau, rendant impossible les opérations en orbite rapprochée. Les canons de Badab Primaris étaient encore très redoutables et l’espoir que même une Barge de Bataille Space Marine y survive longtemps si elle ne pouvait pas être rapidement réduite au silence par des tirs de contrebatterie en orbite était bien mince. Les Star Phantoms avaient demandé et obtenu la gloire de mener la première vague, et c’est leur ancienne Barge de Bataille, le Memento Mori, qui serait la première à braver les canons de Badab.

La station orbitale de la Haute Garde, que les Astral Claws avaient d’abord utilisée comme Forteresse-Monastère avant que Lugft Huron ne descende pour s’emparer du Palais des Ronces situé en contrebas, présentait un autre danger pour l’assaut. Le plan d’attaque révisé à la hâte devait être une offensive en trois volets. Le premier axe d’attaque serait formé par deux Compagnies Space Marines des Star Phantoms qui attaqueraient la forteresse orbitale de la Haute Garde, de concert avec les petits contingents des Fire Hawks et des Sons of Medusa. Pour le second volet, les Carcharodons descendraient en force à la surface des Ruches de Badab Primaris pour écraser toute opposition. La troisième force d’attaque, la plus vitale, serait formée par le gros des Star Phantoms, soit sept Compagnies, assistées par des éléments d’assaut lourds issus de tous les Chapitres Loyalistes et des compagnies de soldats de l’Inquisition. Cela permettrait de porter la bataille au cœur de l’ennemi et d’assiéger le Palais des Ronces lui-même.

L’attaque a été annoncée par des vagues de bombardement orbital et a projeté des débris depuis l’orbite, envoyés pour semer le chaos à la surface alors que les tirs d’armes fendaient le ciel au-dessus de Badab Primaris. La forme zibeline du Momento Mori a mené l’attaque et a été secouée par des explosions alors qu’elle pénétrait dans la haute atmosphère, ses propres canons rugissant en réponse et des missiles vortex hurlant de ses ponts d’armes pour provoquer de grandes blessures dans la croûte terrestre. Derrière l’audacieuse Barge de Bataille, des dizaines d’autres navires de guerre ont été envoyées à basse altitude pour libérer une cargaison mortelle. Des lances d’énergie flamboyantes se sont élevées et le ciel s’est assombri alors que des vagues de Modules d’Atterrissage peintes en noir et gris froid à minuit pleuvaient dans des assauts exécutés avec précision. Plus lumineux encore, depuis le bord du halo de l’espace, le vaisseau-relique des Carcharodons, le Nicor, a déclenché la vaste arme destructrice de plasma dissimulée dans son ventre et a tracée une grande tranchée brûlante à la surface de Badab. Il a détruit le mur du bastion de la principale cité de Primaris, le Ruche Dominar, et peu après, les Thunderhawks et les Béliers d’Assaut ont foncé pour exploiter la brèche. La fumée brûlante, les cendres tourbillonnantes et la poussière étouffante envahissaient tout. Quand la nuit est tombée sur le continent nord de Badab, l’assaut de siège faisait rage, l’obscurité se mêlant à des traînées de flammes fulgurantes alors que les épaves tombaient depuis l’orbite.

Une heure entière s’était écoulée depuis les premiers coups de feu et les batteries de défense n’avaient pas encore été complètement réduites au silence, mais beaucoup étaient maintenant étouffées ou détruites. Les navires de transport de troupes et les Thunderhawks continuaient à descendre dangereusement dans la tempête de fumée et de feu, transportant leurs renforts protégés par leurs lourds blindages dans le tumulte de la bataille. Lorsque l’approche fut considérée comme sûre, la colossale barge de débarquement de la Legio Crucius est tombée devant le Ruche Dominar comme un marteau des dieux, son impact provoquant un puissant tremblement de terre qui a fait s’effondrer le mur du bastion. De vastes portes blindées se sont ouvertes et ont fendus les bâtiments pour que les Titans puissent marcher sur Badab, leurs sirènes retentissantes résonnant comme un cri de détresse pour le monde assiégé.

L’assaut est entré dans sa deuxième puis sa troisième heure sans aucun signe de relâchement et bientôt la Ruche Dominar était devenue une ville morte. Sur ses centaines de kilomètres de routes à plusieurs niveaux et ses vastes tours d’habitation voûtées, la Légion du Tyran mena une bataille folle et désespérée contre les géants gris qui étaient arrivés sur eux. Les carrefours de transit étaient bientôt encombrés de véhicules en feu et de débris brisés, et pour les misérables civils piégés dans la Ruche condamnée, il n’y avait rien d’autre à faire que de les terroriser et de les tuer. N’ayant aucune chance de se rendre ou de survivre, les soldats de l’Auxilia ont continué à se battre du mieux qu’ils ont pu alors que les Carcharodons leur tombaient dessus avec une fureur cauchemardesque, en attaquant sauvagement leurs lignes de défense et en ne laissant sur leur passage que des corps déchirés et des machines de guerre brisées. Face à l’imparable marée rouge-gris qui s’était abattue sur eux, toutes les prétentions de commandement et de contrôle au sein de la Légion du Tyran s’effondrèrent, tandis que les réseaux vox ne poussaient que des cris et des appels à la pitié restés sans réponse. Les incendies ont commencé à se propager de manière incontrôlée et le carnage n’a fait qu’empirer lorsque les redoutes de la Légion et les escadrons de chars isolés qui ont survécu ont commencé à bombarder sans discernement dans l’ombre des bâtiments. Leurs attaques désespérées et chaotiques étaient dans l’espoir vain de combattre un ennemi qui s’approchait d’eux avec une vitesse terrifiante pour ensuite s’éloigner et frapper à nouveau, laissant chaque fois de moins en moins de vies.

Assaut des Star Phatoms contre le Palais des Ronces.
Au nord-est de la Ruche Dominar se trouvait le Palais des Ronces. Construit sur un plateau volcanique montagneux qui s’élevait au-dessus du niveau de la Cité-Ruche, il s’agissait d’une citadelle décorée, entourée de larges places bordées de statues et de tours à canons coiffées de minarets, parsemées de lasers et de batteries de défense antiaérienne. C’était le cœur du domaine des Astral Claws et l’antre du Tyran de Badab. Au-dessus du centre du complexe du Palais, un bouclier lumineux d’une luminosité actinique ondulait et trépidait dans l’air, un vaste champ d’énergie chargé qui a désintégré tout ce qu’il touchait et a ignoré même la puissance de feu des navires de guerre qui se trouvaient au-dessus. Les places et les batteries d’armes qui s’étendaient au-delà du Palais n’étaient cependant pas aussi étanches, et c’est en leur sein que les Star Phantoms descendirent avec une précision et un timing inégalés, leurs Modules d’Atterrissage se fracassant à travers les sépulcres ornés et renversent des relais d’Auspex minces comme des aiguilles. Malgré la tempête de feu qui les a accueillis, plus de cinq cents Frères de Bataille sur les sept cents de l’effectif total ont survécu pour toucher terre, et ils se mirent immédiatement à assiéger le Palais lourdement protégé. Le combat fut, pour le Chapitre, féroce et à chaque tournant, les Star Phantoms rencontrèrent des pièges mortels et des positions de tir lourdement défendues. Ils ont mené des combats brutaux à bout portant contre les Escouades d’Assaut des Astral Claws qui ont contre-attaqués depuis des zones d’embarquements dissimulés, payant dans le sang chaque avance. Plus loin, les Land Raiders et les Predators se sont déversés des bunkers souterrains pour défendre le mur de protection de la citadelle, leur puissance égalée par le feu mortellement précis des Escouades Devastator et des Dreadnoughts des Star Phantoms qui tirèrent depuis les tours en ruines qu’ils avaient déjà prises d’assaut. Le siège se s’est rapidement transformé en un abattoir de viande sanglante. Les places ouvertes qui entouraient la citadelle devenant des zones meurtrières qui n’offraient qu’une maigre couverture à l’attaquant comme au défenseur. Pour deux ziggourats armés pris par les Star Phantoms, un autre a tenu bon ou a été repris par une contre-attaque, et bientôt les lignes du siège sont devenues une anarchie confuse où l’ennemi pouvait être contré de tous les côtés. Lentement, le siège cruel de l’enceinte extérieure du Palais commença à pencher en faveur des Loyalistes, alors qu’ils remontaient les crêtes volcaniques. Des renforts du Militarum Tempestus ont rejoint la mêlée, permettant aux Star Phantoms d’accentuer l’attaque, tandis que les Escouades Terminator Loyalistes verrouillées sur les balises de téléportation des Star Phantoms ont été envoyées à la surface à partir de Croiseurs d’Attaque bravant les tirs au sol très réduits. Mais malgré la force massive qui s’est exercée contre elle, la citadelle a tenu bon. Le champ de force autour du Palais des Ronces restait intact et les attaques se succédaient, les unes après les autres. Puis les contre-attaques meurtrières s’enchaînaient, tandis que des tirs meurtriers s’abattaient sur les murs. Les pertes des assaillants ne cessèrent d’augmenter et même les Titans Reavers de la Legio Crucius et les détachements de Sons of Medusa ne purent y changer quoi que ce soit. En effet, le premier Titan à tenter l’attaque fut mis hors d’état de nuire. Au moment où il cherchait à ajouter sa puissance de feu à l’assaut. Son pont de commandement fut éventré par un tir laser de conversion bien placé, venant de l’ombre de la citadelle. Le siège de la Place des Ronces se trouvait dans une impasse mortelle.

Alors que la nuit tombait sur la Ruche Dominar et le Palais des Ronces, les combats et les tueries se poursuivaient sans relâche, s’étendant aux sous-Ruche et aux zones industrielles de la planète. Le nuage de fumée des villes en feu de Badab s’est épaissi la nuit jusqu’à un noir assez profond pour embuer les Auspex des vaisseaux en orbite. La planète devenait pour eux une masse de chaleur indiscernable qui disparaissait sous l’épaisseur des feux en dessous. Les Titans traquaient dans les paysages urbains en ruines et en flammes, leurs puissantes armes éclairant les ténèbres comme des orages tandis que leurs pas secouaient la terre, écrasant tout moindre signe de résistance qu’ils rencontraient et en détruisant systématiquement les usines et les habitations. Les Esprits de la Machine et les équipages des Titans se délectaient de la désolation qu’ils apportaient, ce qui a conduit des vagues de réfugiés hurlants et des troupes de la Légion en déroute à fuir devant eux comme un essaim désordonné. Pendant ce temps, les Carcharodons hantaient les ombres des Ruches de Badab comme des spectres gris peints de sang. La ville était à eux.

Les Bellicistes[52]

Les Legios Titaniques de l’Adeptus Mechanicus sont parmi les entités militaires les plus puissantes de l’Imperium de l’Humanité. Ancienne et implacable, les Titans sont des machines de guerre colossales, appelées à juste titre "Machines-Divines" par certains, dont les plus petites sont assez puissantes pour détruire un escadron de chars entier en quelques secondes ou raser un pâté de maisons. Chaque Titan de Legio est un ordre de guerriers inextricablement lié au Monde-Forge (ou aux Mondes-Forges) sur lequel elle est basée, féroce et fière, avec ses propres alliances et rivalités historiques, et son propre caractère unique.

La Legio Crucius, plus connue sous le nom de "Bellicistes" en bas gothique par les autres forces armées de l’Imperium, ont leur grand Perceptorie et leur base d’opérations à Ryza, un Monde-Forge majeur au sein du Segmentum Ultima dont l’art et la sophistication n’ont d’égal que ceux de Mars elle-même d’après certains. Il n’est donc peut-être pas surprenant que la Legio Crucius, dont on dit que les associations avec Ryza sont antérieures à la Grande Croisade, soit reconnue comme l’une des Legios Titaniques en service les mieux équipées, et en nombre suffisant pour fournir des forces de garnison à plusieurs petits Mondes-Forges éloignés et aux avant-postes de l’Adeptus Mechanicus dont les Magos sont fidèles ou alliés à Ryza et à ses maîtres. L’un de ces mondes était Angstrom, le Monde-Forge mineur très indépendant et militant situé à la limite des Zones du Maelström, et par ce réseau de parenté, la Legio Crucius s’est impliquée dans les dernières batailles sauvages de la Guerre de Badab. Les forces de la Legio Crucius déployées pour le siège de Badab lui-même comprenaient trois manipules titaniques complètes, une quinzaine de machines au total commandées par le Titan Warlord Hell’s Daughter et le Haut Princeps Cadmon Krom. La tâche principale des Titans dans la bataille était de détruire les points de défense lourds dans les Cités-Ruches et les zones industrielles de Badab Primaris et d’écraser les principales poches de résistance là où elles se trouvaient, une mission qu’ils ont accomplie avec beaucoup de plaisir, se montrant pleinement à la hauteur de la réputation de longue date de leur Legio en tant que briseurs sauvages de villes et brûleurs de monde, faisant d’innombrables victimes et dévastant les dernières forces Sécessionnistes de blindés lourds. La Legio n’a subi que trois pertes au cours de l’engagement malgré la forte résistance qu’elle a rencontrée, et a réussi à récupérer tous les Titans naufragés, sauf un, lors de la retraite anarchique de la planète.

On ne peut pas dire grand-chose des actions de Lugft Huron pendant cette longue nuit de destruction. Selon certaines informations, le Tyran a été aperçu presque partout dans la défense du Palais, déchiquetant les corps de ses ennemis, hurlant sa défiance. D’autres récits le placent seul et silencieux dans la salle du trône, regardant impassiblement dans son holo-sphère la destruction de tout ce qu’il avait forgé dans la lumière vacillante. Indépendamment de la vérité, ce que l’on peut dire avec exactitude, c’est qu’aucun Astral Claw ne s’est rendue à son destin. Chacun d’eux a combattu jusqu’au bout, que ce soit au Palais des Ronces, dans les Cités-Ruches de Badab ou pour défendre la station orbitale de la Haute Garde, les Astral Claws ont donné leur vie dans un élan de fureur et de dépit.

À l’aube du deuxième jour de l’assaut, les Carcharodons ont pris les choses en main afin d’en finir. Le Haut Commandant Carab Culln leur a confié la tâche d’attaquer les infrastructures de la planète et d’empêcher une défense organisée de s’implanter. Ils avaient conçu leur propre plan pour y parvenir et avaient fixé leur propre mesure mortelle jusqu’aux extrêmes auxquels ils iraient. Après avoir ravagé les forces de la Légion du Tyran qui défendaient les villes et en mettant le feu aux Ruches, ils ont poursuivi jusqu’à la phase finale de leur plan et ont envoyé des équipes d’attaque au plus profond de la Ruche. Là, ils sabotèrent les vastes et anciens réacteurs atomiques et géothermiques qui alimentaient les Ruches et nourrissaient en énergie les batteries de défense planétaire affamées. Dans tout Badab Primaris, l’énergie a fait défaut ou a soudainement augmenté, ajoutant au chaos, et lentement, avec une horreur inexorable, les Ruches ont commencé à trembler et les tours de Badab se sont effondrées comme des arbres abattus. Silencieusement et en bon ordre, les Carcharodons commencèrent à se retirer de la surface, le coup fatal fut porté, le jugement de l’Empereur-Dieu sur la renégate Badab prononcé.

Peu de gens se rendaient compte de ce qui avait commencé, et au Palais des Ronces, la déstabilisation soudaine du pouvoir avait offert aux Loyalistes une ouverture bien nécessaire pour frapper. Alors que le champ de force et les autres défenses de la citadelle vacillaient pendant un moment avant de puiser à nouveau dans leurs propres réacteurs, une force d’assaut de Star Phantoms a réussi à percer le réseau de bunkers et les catacombes du niveau inférieur. Avec le Capitaine Zhrukal Androcles à sa tête, cette force d’assaut de Space Marines et de Terminators a finalement réussi à pénétrer dans la citadelle et au cœur de l’ennemi. L’assaut des Star Phantoms a été brutal et implacable. Un passage a été défoncé à travers les cloisons par des Marteaux Tonnerre et les murs soufflés à l’explosif, alors que les Astral Claws qui les combattaient étaient les plus fanatiques et les plus haineux de leur Chapitre - leur armure cramoisie dépourvue de tout signe de leur ancien service en tant que défenseurs de l’Imperium. Les Épées Tronçonneuses ont rugi et les Bolters ont grondé au plus près des confins de la sous-citadelle alors que les ossuaires du Chapitre des Astral Claws étaient démantelés et que chaque camp massacrait l’autre dans une lutte infernale.

Partout dans Badab, le sol a commencé à trembler et à frissonner, alors qu’à haute altitude, des augures enregistraient le bouleversement tectonique massif des structures sous-fossiles de la planète qui rayonnaient à travers d’anciennes failles géologiques, crachant du magma fondu et des cendres radioactives de la terre. Badab Primaris a commencé à mourir.

Au Palais des Ronces, le mur du bastion a finalement été percé, faisant s’effondrer le bouclier de force. Les Star Phantoms prirent d’assaut la citadelle, dont une grande partie n’était plus qu’une cour de boucherie jonchée de décombres. Au plus fort de cette dernière bataille désespérée au Palais, Lugft Huron fut mortellement blessé par le Capitaine Zhrukal Androcles des Star Phantoms, mourant. Les enregistrements récupérés après l’affrontement dans les registres d’auto-sens des Star Phantoms indiquent qu’une mêlée brutale a éclaté entre les forces d’Androcles et la garde personnelle du Tyran jusqu’à leur quasi-destruction mutuelle dans l’un des sous-niveaux profonds du Palais. Il est probable que le groupe d’Huron tentait de s’enfuir vers un vaisseau dissimulé via le sous-sol. Le Capitaine Androcles a été terrassé par le Tyran lors de l’affrontement, et, dans son arrogance, il s’est acharné sur le héros tombé en le croyant mort. Alors que la vie le quittait, le Capitaine des Star Phantoms, déterminé, a réussi à décharger son Fuseur à bout portant sur le visage de Lugft Huron. L’explosion du Fuseur a frappé la Griffe Éclair arcanique que le Tyran portait habituellement et qui a explosé de façon catastrophique, déclenchant une impulsion d’énergie maléfique. Cette explosion a incinéré le bras du Tyran et une grande partie de son flanc droit, et les restes de son armure en feu s’effondrant sur le sol ont été la dernière image enregistrée par les auto-sens du Capitaine tombé au combat. Peu de temps après, lorsqu’une deuxième escouade de Star Phantoms est entrée dans les sous-sol, elle a trouvé les restes sanglants de la mêlée, ainsi que des éclats de shrapnel et des détritus organiques identifiés plus tard par le Magos Biologis de la Cour Consistoriale comme appartenant au Tyran. La majeure partie du corps de Lugft Huron n’a cependant pas été retrouvée, ni aucun reste qui aurait pu être identifié plus tard comme appartenant au Maître de la Forge des Astral Claws, Armenneus Valthex, qui avait également été présent au combat. Une enquête plus approfondie sur la question ou une exploration plus poussée des niveaux inférieurs du Palais des Ronces s’avéra cependant impossible, car la situation générale sur Badab Primaris commença à se détériorer rapidement.

Sous les Ruches de Badab Primaris, la destruction en cascade des cœurs de réacteurs profondément enfoncés faisait des ravages. Les chocs tectoniques et les éruptions volcaniques augmentaient à un rythme exponentiel et des secteurs entiers de la Ruche se sont effondrés dans des gueules béantes qui s’ouvraient dans le sol sous ces mêmes secteurs, pour être remplacées par des mers de lave. La campagne de purge et de conquête de Badab s’est rapidement transformée en retraite anarchique et beaucoup ont été emporté dans la destruction. Partout où ils se trouvaient, les vaisseaux de toutes sortes étaient réquisitionnés par les Loyalistes et les renégats dans un effort désespéré pour fuir.

Dans l’anarchie et la ruine qui ont suivi la chute des Cités-Ruches, l’air était rempli de cendres et de retombées toxiques, et on estime que la majorité de la population de la planète a été exterminée en quelques jours standard. La confusion régnait dans les épaves éparpillées du système. Plusieurs transports de Loyalistes ont également été abattus par les navires du blocus, et on pense qu’au moins un petit navire corsaire capable d’utiliser le système Warp a réussi à s’échapper du système de Badab dans le Warp. Des rapports de renseignement ultérieurs suggèrent que moins de deux cents survivants Sécessionnistes étaient à bord, menés par Armenneus Valthex et transportant avec eux le corps brisé de leur maître.

La Guerre de Badab était terminée.[53]

Procès et Punition 2 895 913.M41[modifier]

Au lendemain de la mort de Badab Primaris, les restes des Astral Claws, des Executioners, des Mantis Warriors et des Lamenters ont été jugés devant une Cour Consistoriale spécialement convoquée par leurs pairs, leur existence même étant en jeu. Malgré les tentatives du Légat Frain pour que l’affaire soit placée sous la responsabilité de l’Inquisition, un conclave de cinq Maîtres de Chapitre Space Marines dont les forces ne faisaient pas partie du conflit a été convoqué pour rendre un jugement selon la tradition Astartes. Les représentants des combattants des deux camps ont ensuite témoigné devant le tribunal. Le témoignage du Capitaine Mir’san des Salamanders, qui a défendu de façon éloquente et émouvante l’honneur du Chapitre des Executioners, si ce n’est leurs actions, fut particulièrement remarquable. Le maître des Fire Hawks, Stibor Lazaerek, à cet instant presque mort, a également été longuement entendu et ses appels amers à éradiquer l’ennemi vaincu sans exception ont suscité une certaine sympathie de la part du tribunal. Le dernier à témoigner fut le Légat-Inquisiteur Frain lui-même, dont les paroles passionnées et sages appelaient les Maîtres de Chapitre réunis à peser à la fois les actes des hommes et la volonté de l’Empereur, et à tenir compte du jugement de l’histoire sur eux.

Un jugement a été rendu à l’unanimité, confirmant que les Astral Claws étaient de vils traîtres, coupables d’avoir pris les armes contre l’Imperium et d’avoir trompé leurs frères pour qu’ils fassent de même. La Cour Consistoriale a également déclaré coupables tous les Chapitres qui avaient participé à la Sécession de Badab, en rompant à la fois le Codex et l’ancienne alliance qu’il représentait. Dans le cadre de la purification, touts les Astral Claws survivants sous la garde de l’Imperium furent passés au fil de l’épée, les yeux bandés et enchaînées dans le déshonneur. Il fut également jugé que les autres Chapitres Sécessionnistes survivants devraient entreprendre chacun une croisade de pénitence de cent ans pour expier leurs transgressions, et qu’ils devaient le faire sans avoir le droit de recruter de nouveaux frères pendant cette période. Leur survie ou leur destruction future était alors entre leurs propres mains, et dans la grâce de l’Empereur.

De plus, les Mantis Warriors perdirent tous leurs droits sur leurs anciens domaines dans l’Amas d’Endymion, avec leurs biens et leurs effets remis aux Fire Hawks à perpétuité, et de même le Chapitre des Lamenters fut condamné à remettre aux Minotaurs les navires en réparations et leurs arsenaux (ceci n’étant en fait qu’une approbation tacite des actions déjà entreprises). Le Chapitre des Executioners, en revanche, a bénéficié d’une mesure de clémence comparable, et leurs mondes jumeaux ont été confiés au Chapitre des Salamanders et à leurs propres successeurs plutôt que d’être entièrement perdus, pouvant leur être rendus s’ils parvenaient à survivre à leur repentir centenaire et y survivre.

Quant aux hommes et aux femmes de la Zone du Maelström, pris dans une décennie de calamité et de massacre, leur vie appartient désormais à l’Administratum. De leurs côtés, l’Adeptus Mechanicus et l’Inquisition, qui avaient tous deux leurs propres intérêts à défendre allaient tous deux avoir leur dû.[54]

La Récompense des Star Phantoms 4 995 913.M41[modifier]

En guise de récompense et en reconnaissance de leurs efforts dans l’acte brutal de clôture de la guerre, le Chapitre des Star Phantoms, ayant gravement souffert, a reçu la récompense quelque peu pyrrhique de la domination de l’autrefois fier secteur de Badab, ainsi que la tâche de contrôler ses survivants par décret du Légat-Inquisiteur Frain. Cette récompense était quelque peu creuse, car le Chapitre des Star Phantoms avait été réduit à moins d’un tiers de sa force initiale par les combats, et ses nouveaux domaines n’étaient guère plus qu’un royaume en cendres. Cependant, les Star Phantoms, longtemps basés sur une flotte après la perte de leur ancien monde d’origine des siècles auparavant, ont saisi ce laurier de la victoire comme leur juste récompense. Étant donné le choix des mondes du secteur, ils ont choisi de poser leur Barge de Bataille Memento Mori, gravement endommagée, sur la surface de la lune de glace de Jahga dans le système d’Archaea (qui avait été pratiquement épargnée par le conflit) pour servir de noyau à leur nouvelle Forteresse-Monastère et ont lentement commencé à se reconstruire.[55]

La Douleur de Tranquility 5 997 913.M41[modifier]

Avec l’arrivée d’une nouvelle force opérationnelle de la Marine Impériale redéployée pour être basée à Vyaniah, et les auditeurs de l’Administratum placés sur Sagan, les autres forces Space Marines Loyalistes ayant terminé leurs opérations dans la Zone du Maelström, ont commencé à repartir pour leurs Mondes Chapitraux et leurs guerres. Les soins de la Zone du Maelström étaient désormais entre d’autres mains et le domaine de nouveaux maîtres.

Ce n’est qu’au moment où le Sword of Ordon, la dernière des Barges de Bataille des Loyalistes, a pris congé pour quitter Vyaniah pour le long voyage de retour vers Zabeaus Minoris, que la nouvelle est parvenue au système d’un sombre destin qui s’était abattu sur le système de Tranquility.

Avant de quitter la Zone du Maelström, la flotte des Carcharodons est retournée à l’Amas d’Endymion. Là, avec l’accord des Fire Hawks, ils ont frappé le système de Tranquility, dont les mondes étaient autrefois les principales planètes de recrutement et d’entraînement du Chapitre des Mantis Warriors. De ces mondes, ils ont récolté une génération entière pour renouveler leurs propres pertes, forçant ceux qui avaient été sélectionnés à se battre jusqu’à la mort pour prouver leur valeur afin de survivre dans les frères des Carcharodons.

Ainsi payée en sang neuf, la flotte des Carcharodons partit, la dernière observation connue d’eux ayant été faite par une balise-augure Explorator, qui les a marqué comme virant de bord dans le Warp, remontant le plan galactique dans l’obscurité du vide extérieur une fois de plus.[56]

Expurgation 1 009 915.M41[modifier]

De retour à Sainte Terra, avant de rendre son autorité de Légat-Inquisiteur, l’Inquisiteur Jarndyce Frain ordonna comme dernier acte qu’un Édit d’Oblitération soit exécuté sous les auspices de l’Adeptus Terra en ce qui concerne les Astral Claws, les Tiger Claws et leur maître Lugft Huron. La tâche commença donc à effacer leur nom maudit et leurs péchés des pages de l’histoire Impériale. Des versions assainies et modifiées des événements de la guerre commencèrent à entrer dans les archives officielles, déformant la nomenclature et la référence comme première étape d’une éventuelle purgation totale, tandis qu’un pogrom de données était mené par l’Inquisition pour découvrir des faits étrangers ou moralement indignes concernant la Guerre de Badab. L’œil de l’Imperium regardait à présent ailleurs.[57]

Sombrecœur[58]

5 113 927.M41

Les attaques des forces corsaires opérant dans et autour du Maelström se sont considérablement aggravées, bien qu’à l’exception de la région des Étoiles Pâles, le reste de la Zone du Maelström soit resté largement (et il semble que ce soit délibérément) non touché. Les navires et les agents envoyés dans la région ont commencé à découvrir des rumeurs sur un nouveau et puissant seigneur corsaire opérant dans le Maelström, à la tête d’un groupe de Space Marines renégats au couleur cramoisi qui ne semble devoir aucune allégeance à une faction connue et qui opère avec une férocité et une discipline tactique extraordinaires.

On dit que le seigneur corsaire porte le nom d’"HURON SOMBRECŒUR".


Est-il possible que le Tyran de Badab peut encore vivre, au moins sous une forme ou une autre, grâce à une intervention malveillante ? J’ai vu trop de miracles, à la fois merveilleux et cauchemardesques, pour prétendre qu’il ne peut en être ainsi.
Sommes-nous donc condamnés à être toujours le père de notre propre tourment, la genèse de notre propre destruction, encore et toujours ?
Empereur-Dieu, aide-nous - il en a toujours été ainsi.

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « Le travail est une prière. »
  • Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I
  • Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II
  1. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom (traduit de l’anglais par Guilhem)
  2. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Maelström (traduit de l’anglais par Guilhem)
  3. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Predation of the Maelstrom (traduit de l’anglais par Guilhem)
  4. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Death of Cygnax (traduit de l’anglais par Guilhem)
  5. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Orphan of the Warp (traduit de l’anglais par Guilhem)
  6. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Warders of the Maelstrom (traduit de l’anglais par Guilhem)
  7. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Imperial Tithe and the Fragile Threads of Human Survival (traduit de l’anglais par Guilhem)
  8. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Tyran of Badab (traduit de l’anglais par Guilhem)
  9. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Huron's Sin (traduit de l’anglais par Guilhem)
  10. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Badab Schism (traduit de l’anglais par Guilhem)
  11. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Tyrant at Bay (traduit de l’anglais par Guilhem)
  12. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter I - Maelstrom - The Lycanthos Drift Campaign and the Crusade of Wrath (traduit de l’anglais par Guilhem)
  13. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter II - Shadows of War (traduit de l’anglais par Guilhem)
  14. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter II - Shadows of War - The Destruction of the Tithe Fleet VX542/11 (traduit de l’anglais par Guilhem)
  15. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter II - Shadows of War - The Maelstrom Secession (traduit de l’anglais par Guilhem)
  16. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter II - Shadows of War - Warships of the Space Marines (traduit de l’anglais par Guilhem)
  17. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter II - Shadows of War - The Storm Breaks (traduit de l’anglais par Guilhem)
  18. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter II - Shadows of War - The Eye of the Hight Lords (traduit de l’anglais par Guilhem)
  19. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter III - The Tide of Destruction (traduit de l’anglais par Guilhem)
  20. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter III - The Tide of Destruction - The Castigation of Sidon Ultra (traduit de l’anglais par Guilhem)
  21. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter III - The Tide of Destruction - The Loyalists Gather for War (traduit de l’anglais par Guilhem)
  22. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter III - The Tide of Destruction - The Vyaniah Raids and Treachery on Surngraad (traduit de l’anglais par Guilhem)
  23. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter III - The Tide of Destruction - The Betrayal at Grief (traduit de l’anglais par Guilhem)
  24. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars (traduit de l’anglais par Guilhem)
  25. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - Lord Commander Carab Culln (traduit de l’anglais par Guilhem)
  26. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - A New Leader, Loyalist & Redeployement Reinforcement (traduit de l’anglais par Guilhem)
  27. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - The Axe Falls at Khymara (traduit de l’anglais par Guilhem)
  28. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - Huron's Sins Uncovered (traduit de l’anglais par Guilhem)
  29. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - Ennemies Unlooked For (traduit de l’anglais par Guilhem)
  30. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - The Wrath of Minautors (traduit de l’anglais par Guilhem)
  31. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - The Scourging of Cygnax (traduit de l’anglais par Guilhem)
  32. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - The Second Battle of Sagan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  33. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - The Green Tide (traduit de l’anglais par Guilhem)
  34. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - [Special Addendum : Chapter Redeployment] (traduit de l’anglais par Guilhem)
  35. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - The Destruction of the Lamenters (traduit de l’anglais par Guilhem)
  36. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - The Angstrom Incident (traduit de l’anglais par Guilhem)
  37. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - Inquest of the Renegade Chapters (traduit de l’anglais par Guilhem)
  38. Imperial Armour Vol. 9 : The Badab War - Part I - Chapter IV - The Bloody Stars - Loyalist Domination of the Maelstrom Zone (traduit de l’anglais par Guilhem)
  39. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter V - The Wrath of the Imperium (traduit de l’anglais par Guilhem)
  40. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter V - The Wrath of the Imperium - The Face of the Enemy (traduit de l’anglais par Guilhem)
  41. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter V - The Wrath of the Imperium - The Subjugation of Galen (traduit de l’anglais par Guilhem)
  42. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter V - The Wrath of the Imperium - Blood in the Dark Waters (traduit de l’anglais par Guilhem)
  43. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter V - The Wrath of the Imperium - The Tranquiliy Campaign (traduit de l’anglais par Guilhem)
  44. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VI - The Tyran Stands Alone - A Clash of Iron and Fire (traduit de l’anglais par Guilhem)
  45. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VI - The Tyran Stands Alone - The Red Hour (traduit de l’anglais par Guilhem)
  46. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VI - The Tyran Stands Alone - An Order of Death (traduit de l’anglais par Guilhem)
  47. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VI - The Tyran Stands Alone - The Invasion of Pireaus (traduit de l’anglais par Guilhem)
  48. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - The Pact of Angstrom (traduit de l’anglais par Guilhem)
  49. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - The Silent War (traduit de l’anglais par Guilhem)
  50. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - Debts of Honour (traduit de l’anglais par Guilhem)
  51. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - Breaking the Ring Stell (traduit de l’anglais par Guilhem)
  52. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - The Warmongers (traduit de l’anglais par Guilhem)
  53. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - The Final Assaut (traduit de l’anglais par Guilhem)
  54. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - Trial and Punishment (traduit de l’anglais par Guilhem)
  55. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - The Star Phantoms's Prize (traduit de l’anglais par Guilhem)
  56. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - The Sorrow of Tranquility (traduit de l’anglais par Guilhem)
  57. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - Expurgation (traduit de l’anglais par Guilhem)
  58. Imperial Armour Vol. 10  : The Badab War - Part II - Chapter VII - The Fall of Badab - Blackheart (traduit de l’anglais par Guilhem)