Guerre Souterraine

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png
La Guerre Souterraine.
L’Hérésie d'Horus s’est jetée la fierté d’Ultramar. La guerre totale fit rage dans le monde jadis glorieux de Calth, l’amenant à la ruine flamboyante sous l’enfer radioactif d’un soleil empoisonné. Les Ultramarines, ayant subi un coup de marteau de la part de la Légion Renégate de frères des Word Bearers, furent forcés de se réfugier dans les arcologies qui se propageaient dans le monde souterrain de la planète. Les Word Bearers s’y sont également dirigés, déterminés à achever leur œuvre hérétique en pourchassant chacun de leurs rivaux Ultramarines et en les tuant aux Bolters et aux Crozius.[1]

Les détails du déroulement de cette guerre ne sont pas connus. Elle fut surtout une longue guérilla qui vit la victoire des Loyalistes à un coût exorbitant, donnant naissance à des légendes d’horreurs et de monstres hantant les profondeurs de Calth.

La Bataille de Calth[modifier]

Sous couvert de stratégie galactique, Horus isola ceux qu’il savait capables de s’opposer à lui, les redéployant au-delà du cœur de l’Imperium naissant jusqu’à ses limites les plus éloignées. Il avait l’intention de frapper au cœur du domaine de l’Empereur, envahir Terra elle-même et s’assurer personnellement la mort de l’Empereur. D’abord, cependant, il prit grand soin de mettre toute les chances de son côté avant que son allégeance aux Dieux Sombres ne se révèle.

Aux Ultramarines, la plus fidèle de toutes les Légions de l’Empereur, Horus avait donné l’ordre de se rassembler sur Calth, une planète voisine de leur monde natal, Macragge. La Légion devait utiliser le monde comme poste de rassemblement pour nettoyer la frange orientale de l’infestation Orks. Horus, le Maître de Guerre, avait ostensiblement ordonné à la Légion des Word Bearers d’agir en soutien, mais en vérité, ils avaient une mission secrète qui leur était propre.

Bientôt, les étoiles au-dessus de Calth accueillirent les armadas jumelles des deux Légions, l’une resplendissante en bleu, l’autre marquée d’un écarlate profond.

De nombreux officiers supérieurs des Legiones Astartes considéraient cette décision comme un coup de maître diplomatique. Lorsque l’Empereur avait puni les Word Bearers zélés pour l’avoir vénéré comme un dieu vivant, les Ultramarines avaient agi comme sa poigne de fer. La Légion de Guilliman avait détruit Monarchia, la "Cité Parfaite" que les Word Bearers avaient construite en l’honneur de l’Empereur immortel, et avait humilié Lorgar et sa Légion dans ce processus. En assignant les deux Légions à la même mission pour la Grande Croisade contre un ennemi aussi sauvage que les Orks, il semblait qu’Horus espérait éradiquer le mauvais rapport que son père avait créé entre les deux Légions. Les liens de fraternité seraient reforgés dans le creuset rouge et chaud de la bataille. Pourtant, son véritable but était plus sournois au grand dam de Guilliman.

Les Word Bearers avaient depuis longtemps ralliés le camp d’Horus ; en effet, il y avait des rumeurs murmurées qu’un de leurs Chapelains avait provoqué la chute du Maître de Guerre pendant la guerre pour le système de Davin. Les fils de Lorgar étaient pleinement complices de son plan - non seulement pour empêcher les Ultramarines de participer à la guerre qui allait décider du sort de l’Hérésie, mais aussi de porter un coup dévastateur à leurs homologues Loyalistes, un coup dont ils ne se remettraient jamais.

Une fois les deux armadas en orbite, les Légionnaires des deux factions coordonnèrent leur rassemblement pendant que les forces terrestres et les Titans affiliés aux Word Bearers se réunissaient. Les Word Bearers avaient tout le temps nécessaire pour tendre leur piège, car Horus avait dissimulés les trahisons de Isstvan. Les architectes de l’apocalypse de Calth semèrent un code corrompu dans les cogitateurs du réseau orbital de défense, et se sont assurés que leur flotte spatiale était prête à paralyser le plus possible l’armada des Ultramarines dans la confusion qui allait suivre. De sombres sorcelleries furent accomplis en secret, les Word Bearers suivant des rituels écrits par Lorgar lui-même. Chaque nouveau rituel avait pour but d’éclaircir le voile entre la réalité et l’Empyrée, pour mieux convoquer d’étranges alliés que le traître Primarque avait gagné dans les marées psychiques de cette étrange dimension.

Peut-être plus grandiose encore, ils avaient l’intention de déclencher un événement solaire cataclysmique en empoisonnant Veridia, l’étoile vivifiante de Calth. Ce faisant, ils utiliseraient une arme d’une magnitude galactique, s’assurant ainsi que les éruptions solaires corrompues du soleil frapperaient la surface de Calth de façon plus approfondie que n’importe quelle bombe virale. Le destin de la Légion des Ultramarines fut à un tournant.

L’attaque commença avec le dernier voyage du Campanile, un vaisseau spatial capturé sur le bord du système par les forces des Word Bearers et envoyé comme une lance titanesque sur les quais orbitaux et les échelons navals de la flotte des Ultramarines. Les collisions qui en ont résulté semèrent la destruction à une échelle sans précédent, car les vaisseaux spatiaux de Guilliman étaient très compactes et incapables de s’échapper.

La force même de la catastrophe déclencha une impulsion électromagnétique qui a non seulement désactivé de nombreux navires des Ultramarines, mais aussi mis à l’arrêt le système de défense orbitale déjà compromis, permettant au Sorcier Word Bearer Kor Phaeron de le capturer et de diriger sa puissance de feu vers le cœur de l’étoile Veridia. À la surface de la planète, bien en dessous du Cardinal Noir Kor Phaeron, Erebus mena un grand rituel, permettant aux seigneurs démoniaques de se frayer un chemin dans l’espace réel pendant que le soleil de Calth brillait diaboliquement au-dessus.

L’armada des Ultramarines étant paralysée, la flotte des Word Bearers trouva une proie facile. Le ciel au-dessus de Calth brûla lorsque les carcasses de la flotte Loyaliste traversèrent l’orbite basse pour s’écraser sur la surface du monde. Des Barges de Bataille à bec d’aigle creusèrent de grands gouffres dans la croûte terrestre alors qu’elles plongeaient dans leurs tombes rocheuses. Les vaisseaux écrasèrent les villes sous leur masse et les navires de transport touchés déversèrent leur contenu à travers les cieux jusqu’à ce que des cadavres gelés et des Chars Super-Lourds tombent du ciel comme de la grêle.

Calth[2]

Désigner Calth comme un monde de caverne serait une insulte à sa grandeur. Joyau de la couronne d’Ultramar, Calth était un monde hautement civilisé, de culture et de beauté. Les villes de la planète avaient été construites pour survivre ; elle se vantait non seulement d’avoir des ports stellaires protégés et de vastes chantiers navals en orbite, mais aussi d’immenses arcologies souterraines. Elles parcouraient des centaines de kilomètres sous la surface, le refuge parfait en cas de catastrophe solaire. L’acte de trahison qui devait remodeler Calth a eu lieu, et les Ultramarines qui s’y trouvaient ont été complètement pris par surprise.

Même Guilliman, qui avait passé des semaines à préparer des contingences pour chaque éventualité imaginable que le rassemblement pouvait poser fut pris par surprise. Les rapports firent état d’une attaque d’un vaisseau à l’autre en orbite haute, mais au début, Guilliman était convaincu qu’il était témoin d’un simple désastre né d’un manque de communication. Ce n’est que lorsque les supplications du Primarque pour un cessez-le-feu devinrent des serments de vengeance que Lorgar daigna répondre à ses demandes de communication. La vérité déchirante devint claire lorsque le seigneur des Word Bearers jubila et regarda, savourant la colère de Guilliman et la consternation comme un bon vin. Une guerre dévastatrice se déroulait déjà à travers l’Imperium, l’ampleur de la traîtrise si vaste que les fidèles de l’Empereur avaient probablement déjà perdu.

Tout comme la contemplation de la trahison était étrangère à la Légion de Guilliman, le concept du désespoir l’était aussi. Bien qu’il ait perdu peut-être la moitié de sa Légion lors de cette attaque, le Primarque des Ultramarines déclara la guerre ouverte, marquant bien le point d’appui qui changea le destin de sa Légion. Il ordonna l’évacuation du système, sachant que si Veridia atteignait le sommet de sa colère meurtrière, la tempête solaire brûlerait non seulement ceux qui luttaient sur Calth, mais aussi les planètes voisines.

Les Ultramarines combattirent une arrière-garde intrépide dans une douzaine de théâtres de guerre alors que les éruptions solaires s’étendaient sur la surface ravagée de la planète. Le Capitaine Remus Ventanus de la 4e Compagnie diffusa un dernier ordre sur le réseau vox de la planète, insistant pour que chaque âme vivante se retire dans les réseaux de cavernes, qu’elle soit un Légionnaire ou un homme normal. Les Ultramarines ne furent pas les seuls guerriers à se replier sous terre. Les Word Bearers ont eux aussi reconnu le sort enflammé qui s’était abattu sur eux à travers le vide, et ils ont également fait en sorte que les arcologies de Calth soient en sécurité. Là, dans la confusion et les ravages du cataclysme, une nouvelle phase de l’Hérésie d’Horus s’est déroulée. La Bataille de Calth avait brûlé, mais brièvement. La Guerre Souterraine avait commencée.[3]

La Guerre Souterraine[modifier]

Ventanus, Sauveur de Calth.
« Ici le Capitaine Ventanus de la 4e compagnie. Je lance cette diffusion d’urgence sur la fréquence du réseau global. La surface de Calth ne constitue plus un environnement propice à la vie. Notre étoile locale souffre d’un traumatisme interne, et va bientôt irradier Calth à des niveaux mortels pour l’être humain. Il n’est plus possible à l’heure actuelle d’évacuer la planète. Par conséquent, si vous êtes un citoyen, un membre de l’Armée Impériale, un guerrier de la XIIIe légion, ou tout autre serviteur loyal de l’Imperium, rejoignez en toute hâte l’arcologie ou le complexe arcologique le plus proche. Les complexes arcologiques pourront vous offrir suffisamment de protection pour vous permettre de survivre à cet événement solaire. Nous nous abriterons là jusqu’à plus amples nouvelles. N’attendez pas, déplacez-vous immédiatement vers l’arcologie la plus proche. Les sites arcologiques et les informations d’accès seront attachés à cette diffusion sous forme de fichier codé. Au nom de l’Imperium, dépêchez-vous. Fin du message. »
- Capitaine Ventanus, Sauveur de Calth [Note 23.49.20].[4]

L’attaque des Word Bearers contre Calth ravagea l’atmosphère de la planète et son écosystème. La surface devint inhabitable sous les conflagrations plasmatiques incontrôlables qui brûlèrent le ciel, et ce tandis que les vagues de radiations affluaient depuis l’astre mourant au cœur du système de Veridia. Les morts se comptèrent par millions. Les survivants trouvèrent refuge sous la surface de Calth ; les Loyalistes comme les renégats furent poussés vers le réseau labyrinthique d’arcologies aménagé sous terre.

Leur guerre ne s’arrêta pas. Elle devint une lutte acharnée pour la survie, dans un décor obscur et inhospitalier, où toutes les ressources se trouvaient à présent extrêmement limitées, où le peu d’eau, de nourriture et de place qu’il était possible de trouver venait rapidement à manquer.

À mesure que les jours et les semaines passaient, tous les prisonniers de ce paysage sombre et impitoyable firent des efforts de plus en désespérés pour survivre. Les cavernes naturelles furent élargies par des excavations frénétiques, et les réfugiés affamés creusaient la terre de leurs mains à la recherche de nouveaux tunnels, recelant peut-être quelques vestiges alimentaires, ou un peu d’eau à boire. Tout le maillage souterrain fut ainsi grandement étendu par les factions en guerre, mais faute de matériaux de construction, et du fait d’une expertise limitée, les nouvelles cavités creusées se révélaient invariablement de piètre conception. Les forces fanatiques qui s’étaient vouées à servir les Puissances de la Ruine n’avaient aucun scrupule à faire s’effondrer les aménagements des Loyalistes pour semer chez eux la confusion, la peur et le désespoir.

Ainsi la Guerre Souterraine se prolongea-t-elle, et si les Ultramarines furent finalement en mesure de secourir les leurs au bout d’un an environ, les Traîtres demeurèrent sous terre, se retranchèrent dans les portions les plus sombres du réseau. Ce fut le point de départ d’une longue guérilla, laquelle dura près de dix ans le temps que les Traîtres soient finalement vaincus. Même alors, des rumeurs persistèrent pendant de nombreuses années quant à la présence de mutants hideux dans les entrailles de Calth, attendant leur heure pour en émerger et amener à nouveau la terreur aux citoyens de l’Imperium.

Sources[modifier]

  • The Horus Heresy, Betrayal of Calth
  • MERRET ALAN, Visions d'Hérésie - Guerre, ténèbres, traîtrise et mort, 2014
  1. The Horus Heresy, Betrayal of Calth - Introduction (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Betrayal of Calth - The Battle of Calth - Calth (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Betrayal of Calth - The Battle of Calth (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Betrayal of Calth - The Battle of Calth - The Last True Vox (traduit de l'anglais par Guilhem)