Guerre Silencieuse

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

Ce terrible conflit s’est déroulé dans les Stations Azurites d’Uranus, avant que la Grande Croisade ne franchisse les limites du Système Sol. Appelées ainsi en raison du bleu corrodé de la surface intérieure de leurs coques, les Stations Azurites étaient un croissant de citadelles spatiales reliées entre elles. Après s’être débarrassés de la domination de princes, de fous et de prophètes aux mains sanglantes plusieurs siècles avant l’arrivée de la Grande Croisade, les Azurites étaient devenus une communauté d’artisans et de pilleurs de l’espace. Malgré leur longue indépendance, les Azurites ont accueilli les envoyés de l’Empereur avec courtoisie et ont accepté de s’agenouiller devant l’autorité impériale.

Comme toutes les autres ressources de l’époque, les Azurites nouvellement mis en Conformité ont été utilisés pour alimenter la machine toujours affamée de la Grande Croisade. Un grand nombre de membres de leur civilisation ont été incorporés dans les équipages de la flotte en expansion et les combinaisons azurites, les scanners à augure et les armes à éclats ont commencé à arriver dans les mains des forces de la Grande Croisade.

La fin des Azurites a commencé avec une attaque des Pirates Solaires. Le Système Sol était un endroit encore plus sauvage en ces temps sombres, et bien que l’Empereur ait eu la fidélité de Mars et de Luna, il y avait beaucoup d’autres factions de moindre et de plus grande force qui devaient encore plier le genou devant le nouvel ordre. Des centaines de petits empires et de civilisations sauvages s’accrochaient aux champs d’épaves de vaisseaux spatiaux à moitié morts et aux orbites de planètes et de lunes encombrées de débris, et parmi eux, les Pirates Solaires étaient montés en puissance à la fin de l’Ère des Luttes. Alliance libre de divers pillards, despotes et charognards du vide, ils commandaient une multitude de vaisseaux et de bases éparpillés dans tout le système. Bon nombre des crimes de la Vieille Nuit avaient encore leur place parmi ces guerriers de la charogne : la sorcellerie, les mutations et les abominations se répandaient dans leur foule comme la pourriture dans un cadavre. Méprisant le nouvel Imperium, mais craignant sa puissance, ils encerclaient le royaume naissant comme des chacals à la limite de la lumière du feu, et alors que le gros des forces de l’Empereur était aspiré dans la spirale des guerres pour les lunes de Neptune, la faim des clans de pirates eut finalement raison de leur prudence.

Un groupe de leurs vaisseaux s’est abattu sur les Stations Azurites et, dans un but de pillage plutôt que de conquête, les vaisseaux pirates ont écorché les défenses de la station et ont déversé une horde en lambeaux dans ses entrailles. Les Azurites ont crié dans le vide, appelant leurs nouveaux maîtres à l’aide. Bien que concentré ailleurs, l’Imperium n’était pas sourd à la violation d’une partie de ses domaines nouvellement revendiqués. En réponse aux cris des Azurites, il a envoyé les Imperial Fists.

À leur arrivée, un escadron de vaisseaux système lourdement armés se fraya un chemin à travers la sphère des vaisseaux pirates et lança des vaisseaux d’assaut sur la station assiégée. Cinquante Imperial Fists ont dégorgé dans les passages remplis de combats et en vingt minutes, ils ont brisé la première vague d’abordage des pirates. En une heure, ils avaient configuré les défenses de la station et la garnison épuisée en un rempart qui a brisé trois autres assauts pirates. Les clans pirates, sentant la défaite, ont réduit leurs pertes et se sont enfuis dans l’obscurité pour panser leurs blessures. Ils n’ont cependant pas fui sans un dernier acte de rancune.

Dans une dernière attaque suicidaire, un vaisseau a percé les lignes impériales et a tiré trois torpilles d’abordage sur la station. Deux sont morts dans les flammes. L’une d’entre elles, endommagée mais toujours intacte, a traversé la station. Dans l’épave de la torpille, il n’y avait pas de corps de guerriers ou de charge d’armes exotiques, mais un homme âgé sans yeux, doigts ou oreilles. Bien que gravement blessé, le vieil homme a eu la force de prononcer un seul mot avant de mourir : "Silence". Ce n’est qu’alors que les Azurites qui l’ont trouvé ont compris qu’il n’avait pas de langue.

Les mystères du Warp, hier comme aujourd’hui, ne sont pas des chemins que les hommes sains d’esprit devraient emprunter, mais le danger des Psykers et les pouvoirs des sorciers avaient affligé l’Humanité tout au long de l’Ère des Luttes. En unifiant la Vieille Terre, chaque Légion a dû faire face à des chamans et des sorciers dont les pouvoirs défiaient la réalité. Dans cet âge noirci et en lambeaux, un nom s’était élevé pour rivaliser avec celui des plus grands despotes, bien qu’il ne s’agisse pas d’un être vivant. Ils l’avaient appelé "Le Cri", un fléau psy qui avait ravagé des civilisations et transformé le bassin inférieur de l’Hzentian en verre en brûlant les esprits des Edioth perdus. Considéré comme éradiqué depuis les premières années de la montée en puissance de l’Empereur, le Cri était revenu pour brûler à nouveau.

L’épidémie a commencé une heure après la mort de l’homme sans langue. Elle a commencé d’abord parmi les miliciens azurites qui avaient trouvé la torpille, et comme un seul homme, ils se sont mis à crier, crier et crier. Le son a secoué la station et le sang a commencé à couler sur les murs bleus corrodés. Les miliciens implorèrent leurs amis et camarades tout en les réduisant en cendres, et comme un feu de brousse, le fléau psy porté par les mots du mourant commença à se répandre, se propageant à travers les échos de leurs cris d’agonie dans le Warp jusqu’à ce que, loin sur Terra, les adeptes de la Montagne du Silence crient de douleur. Certains tentèrent de s’y opposer, mais ils échouèrent et furent immédiatement éliminés. Seuls les Imperial Fists ont tenu bon.

Alors que le fléau psy s’emparait des stations azurites, les cinquante Imperial Fists savaient qu’ils étaient les seuls à résister à une menace qui pouvait blesser la Grande Croisade elle-même. Comme un seul homme, ils se sont assourdis, réduisant leur monde au silence, alors même que des éclairs crépitaient dans les os de la station. Alors que des vagues de gens enragés se déversaient dans le labyrinthe des tunnels, les Imperial Fists leur opposaient des murs de boucliers d’abordage et des volées de feu volkite. Mais alors même que la première vague déferlait, ils savaient qu’ils ne pourraient pas tenir et gagner. Des dizaines de millions de personnes vivaient dans les Stations Azurite, et à chaque cri, les Hurleurs se répandaient et cherchaient une issue. On ne pouvait pas laisser cela se produire. Il suffisait d’une personne, d’un cri sur un vox entendu au-delà de la station et le Cri se répandrait. Avec un dernier ordre codé, ils ordonnèrent aux vaisseaux de guerre de se retirer, renouvelèrent leurs serments et allèrent à la rencontre de la mort.

Les Imperial Fists attaquèrent, avançant mètre par mètre dans le cœur du complexe de la station. Les ponts devant les murs de leurs boucliers étaient couverts de chair carbonisée et sanglante. Beaucoup d’entre eux tombèrent, tirés par des silhouettes humaines devenues des créatures de foudre, de feu et de ténèbres tourbillonnantes. Dans le silence, ils continuèrent jusqu’à ce qu’ils atteignent les zones centrales des générateurs. Réglant les réacteurs en surcharge, la poignée de Légionnaires restants transmit un dernier message, expliquant à l’Imperium ce qu’ils avaient fait et pourquoi. Une heure plus tard, les réacteurs ont explosé.

Quelques heures après que l’Imperium eut reçu le dernier message des Stations Azurite, des flottes de vaisseaux et des forces des Légions nouvellement étendues furent envoyées pour traquer les pirates. Un mois plus tard, tout ce qui restait des Pirates Solaires était des épaves éventrées et des cadavres flottant dans la nuit sans air. Le Cri n’a jamais été rendu à l’Humanité, et on dit que lorsque l’Empereur a entendu parler du sacrifice des cinquante Imperial Fists, Il a ordonné que la nouvelle Cloche des Âmes Perdues sonne pour la première fois.[1]

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Braves en vérité sont ceux qui savent tout et ne craignent rien. »
  • The Horus Heresy, Book Three - Extermination
  1. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter The Imperial Fists - Exemplary Battles - The Unheard War (traduit de l'anglais par Guilhem)