Guerre Gothique

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png

« C’est ici. » La voix du Sorcier du Chaos n’était guère plus qu’un murmure.

La petite force de renégats se trouvait dans une clairière desséchée dont l’herbe avait flétri et les quelques arbres alentours semblaient avoir été drainés de toute vie. Au centre de la clairière se trouvait une petite colline de roche abritant l’entrée d’une grotte d’où s’échappaient paresseusement des volutes de fumée noire, dont l’odeur âcre agressait les sens affûtés des Marines du Chaos. Abaddon s’avança pour jeter un œil à l’intérieur de la caverne, comme s’il défiait quelque bête hideuse d’en sortir pour l’affronter.

« J’y vais seul. Restez ici et gardez l’œil ouvert, » commanda le Maître de Guerre.

Alors qu’il pénétrait dans la caverne, Abaddon fut plongé dans une quasi-obscurité, car la faible lumière du soleil vieillissant parvenait à peine à en éclairer les premiers mètres. Ses yeux améliorés s’ajustèrent rapidement à la pénombre et il fut bientôt en mesure d’y voir clairement. La grotte était étrangement décorée : des crânes humains et animaux jonchaient le sol, des entrailles pendaient ça et là sur des crochets et des herbes odorantes séchaient étalées sur des planches de bois pourri. Des carillons à vent faits d’os creux étaient accrochés au plafond et oscillaient à ras du sol, le faible courant d’air traversant la grotte leur faisant émettre d’inquiétants sifflements auxquels venait se mêler le cliquetis des os s’entrechoquant. Le Maître de Guerre n’était pas impressionné. De telles babioles étaient faites pour effrayer les mortels, or lui-même faisait la guerre depuis dix mille ans et avait transformé des milliers de champs de bataille en charniers géants. Les populations de planètes entières avaient été réduites en esclavage ou exécutées en son nom. Il n’y avait rien qu’il puisse craindre en ces lieux.

La fumée s’échappait par intermittence d’un petit brasier au centre de la grotte, alimenté par quelque combustible nocif qui dégageait des flammes violettes, semblant davantage exagérer les ombres que fournir un véritable éclairage. Dans la pénombre, Abaddon pouvait discerner près du feu une silhouette voûtée. Elle était vêtue de haillons qui devaient un temps avoir été vert sombre, mais qui à présent paraissaient gris, sales, usés et recouverts de sang séché ou de moisissures.

« Bienvenue, seigneur Abaddon, le Trois Fois

Damné, Destructeur de Mondes. »

La voix, d’abord sifflante et chevrotante, dégénéra en une sérieuse quinte de toux pendant quelques instants. Abaddon avança en direction du centre de la grotte et vint se placer derrière la silhouette accroupie.

« Tu sais pourquoi je suis là, sorcière. Dis-moi ce que j’ai besoin de savoir ! » demanda-t-il d’une voix menaçante.

La silhouette tourna la tête et laissa tomber son capuchon délabré sur ses épaules. Le visage de la femme était hagard et creux, sa chevelure se limitant à quelques touffes blanches et filandreuses. Abaddon put constater que ses orbites étaient vides, deux trous béants d’où suintaient des larmes de sang.

« Le puissant Abaddon vient consulter la vieille Moriana… Que vas-tu m’offrir en échange ? » s’enquit la sorcière décrépie.

Abaddon s’avança et saisit le cou de la sorcière dans la Griffe d'Horus. « Si tu ne me dévoiles pas ma destinée, c’est toi qui vas payer, de ta vie ! »

La vieille partit d’un éclat de rire si strident qu’il fit grincer les dents d’Abaddon.

« Tue-moi, et tu ne sauras jamais ! » rétorqua-t-elle, ses lèvres parcheminées tordues dans un rictus de mépris. « Tu ne verras même pas la fin de cette année, éliminé par un traître issu de tes propres rangs. Arrête cette folie. J’ai déjà conspiré avec des créatures bien plus effrayantes que toi et je n’ai pas peur de mourir entre tes mains. »

Émettant un grognement, Abaddon relâcha sa prise avant de reculer. La vieille femme se releva dans un sinistre craquement d’articulations, puis se dirigea vers une rangée de poteries grossières où elle se saisit d’une poignée de feuilles malodorantes. Elle les jeta sur le feu puis sembla contempler les flammes de son regard aveugle.

« Ton avenir est tortueux et incertain. Soit tu parviendras à tes fins, soit tes maîtres te briseront pour ta félonie. Les Dieux Sombres ne tolèrent aucune trahison, et si tu crois pouvoir rivaliser avec eux… » La sorcière se remit à rire. « Je vois des forteresses dans les étoiles, un cercle de six, mais elles dorment encore et attendent que tu viennes les réveiller. Pars à la recherche de la Main des Ténèbres qui se trouve en un lieu entre le salut et la damnation, car avec elle tu conduiras les soleils à leur perte. Empare-toi

de l’Œil de la Nuit que détiennent les hommes et découvre le destin qui t’est réservé, car alors, les citadelles du Warp t’obéiront et leur pouvoir sera tien. Maîtrise les tempêtes du Chaos qui s’annoncent, rassemble tes rivaux sous ta bannière, sème la discorde et la terreur en un millier de mondes. Sois prompt, car le destin n’attend pas ceux qui prennent leurs précautions, et c’est là le seul moyen de le contrôler. Impose-toi comme un dieu vivant capable de rivaliser avec le soi-disant Empereur de l’Humanité. Un chœur de milliards de voix emplies de haine hurlera ton nom, et les étoiles même seront saignées à blanc… Si tu en as la trempe, Maître de Guerre ! » La prophétesse hocha la tête puis jeta sur les flammes l’eau d’un récipient en terre craquelée.

« Tes paroles sont des énigmes dépourvues de sens. Où se trouve cet endroit entre le salut et la damnation ? Qu’est-ce que la forteresse des étoiles ? Parle ou meurs dans l’instant ! » ordonna Abaddon tout en dégainant son Épée Démon Drach'nyen, dont la lame surnaturelle inonda la grotte d’une lueur bleue glaciale.

« Si tu as l’intention de t’ériger en dieu, il va te falloir utiliser ta tête autant que tes poings, pauvre ignorant ! » siffla la sorcière avant de cracher. Sa voix était soudain devenue forte et assurée.

« Je me souviendrai de ton insolence, vieille peau, » lança Abaddon d’un air menaçant en pointant son épée maudite en direction de la vielle femme. La sorcière ne répondit pas, puis tourna le dos au Maître de Guerre, signe que la consultation était définitivement terminée. Abaddon ricana pour lui-même, puis tourna les talons et sortit de la grotte, son imposante Armure Terminator heurtant les carillons qui se mirent à tinter.

Une intense lueur de curiosité dans le regard, le Sorcier du Chaos attendait dehors, flanqué des gardes du corps d’Abaddon.

« Qu’a-t-elle dit, maître ? A-t-elle parlé de moi ? » demanda-t-il en faisant un pas en direction d’Abaddon.

Celui-ci ignora le serviteur de Tzeentch pendant un moment, perdu dans ses pensées, puis il se tourna pour faire face à Zaraphiston, qui sursauta lorsque son maître le désigna de son épée.

« Ordonne à ma flotte de se préparer au combat, » ordonna Abaddon. « Nous allons chercher notre destinée dans les étoiles ! »


139-142.M41 - De Sombres Présages[modifier]

La Guerre Gothique.
Nombreux sont les spécialistes impériaux qui pensent que la Guerre Gothique a débuté plusieurs années avant que les premières flottes d’invasion ne pénètrent dans le Secteur Gothique. Avec le recul, on peut effectivement constater que plusieurs événements apparemment sans rapports auraient pu être reliés et qu’ils présageaient de la sombre et sanglante période à venir.

Le Raid d'Arx[modifier]

Bien que le gros des défenses impériales autour de l’Œil de la Terreur soit basé dans la région appelée la Porte Cadienne, de nombreuses stations de surveillance se trouvent disséminées à travers le Segmentum Obscurus. Ces avant-postes sont régulièrement assaillis par les ennemis de l’Empereur, mais la fréquence des attaques a dramatiquement augmenté à partir du milieu du second siècle du quarante et unième millénaire. Le point de départ aux yeux des spécialistes reste l’assaut de la station d’observation d’Arx. En raison de son aspect non prioritaire et de son faible intérêt, seule une maigre garnison de la Garde Impériale y avait été affectée, avec pour rôle de protéger les quelques Techno-adeptes nécessaires à la maintenance des équipements.

Début 139.M41, la frégate de reconnaissance Ascendance reçut un vague appel à l’aide envoyé par l’Astropathe de la station d’Arx. L’identité des attaquants n’était pas précisée, et lorsque les renforts arrivèrent quatre mois plus tard, ils n’en trouvèrent aucune trace. Les Gardes Impériaux stationnés sur la planète avaient été éradiqués, comme le Capitaine Thetis du 122ème Borlian le consigna dans son journal :
« Ils avaient été horriblement massacrés, et leurs corps mutilés abandonnés aux chiens sauvages errants, les seuls prédateurs naturels d’Arx… »
L’Inquisition envoya sur place un de ses agents, l’expérimenté Inquisiteur Horst, mais même lui ne put découvrir grand-chose d’autre.

Si Arx avait été le seul avant-poste à être attaqué de la sorte, le raid aurait rapidement été considéré comme un fait intrigant de plus dans une galaxie truffée de mystères, et donc oublié. Néanmoins, au cours des trois années qui suivirent, plusieurs attaques similaires furent rapportées dans les systèmes voisins et les secteurs limitrophes. L’Inquisiteur Horst commença alors à suspecter une attaque concertée, mais sans preuves pour confirmer son intuition ou identifier l’ennemi, il décida d’attendre que ce dernier se dévoile une fois de plus.

La Damnation se Répand[modifier]

Un peu plus d’un an après le raid d’Arx, plusieurs vaisseaux de reconnaissance firent de tristes découvertes dans le secteur Athena. De nombreux vaisseaux marchands et militaires impériaux, dont un cuirassé de classe Emperor, furent découverts à la dérive dans le vide spatial. Les troupes d’abordage trouvèrent les membres d’équipage décimés, leurs corps rongés par la maladie jonchant les couloirs et les ponts, certains même encore à leur poste. Xebal Astolax, un Magos Biologis de l’Adeptus Mechanicus, releva les différents symptômes qu’il rencontra au cours de ses examens sur les corps du vaisseau marchand Shanxi.
« Leur peau était craquelée et couverte de petites écorchures suintantes. Le sang, quant à lui, semblait exagérément fluide. Les excroissances fongieuses découvertes dans les cavités crâniennes causèrent très certainement une douleur extrême et des puissants délires tandis que les victimes étaient encore en vie. »
Tous les vaisseaux portaient en outre les traces de brefs combats ainsi que des signes d’abordage, mais aucun cadavre ennemi n’y fut retrouvé.

Alors que l’Inquisiteur Horst s’intéressait à ces nouveaux éléments, ses nombreux agents et espions lui permirent de collecter d’autres informations. Une rumeur se répandait parmi les capitaines de la flotte de guerre Impériale à propos d’un ancien vaisseau du Chaos dénommé le Plagueclaw. Dirigé par les serviteurs corrompus du Dieu de la Déchéance, ce navire était la bête noire des forces impériales depuis des millénaires, et sa récente réapparition semblait coïncider avec la contamination des équipages des vaisseaux retrouvés. Aussi, lorsqu’une force des Marines de la Death Guard mit à sac le Monde-Ruche de Morganghast, Horst eut la certitude que les troupes du Chaos préparaient une nouvelle incursion majeure. Les avant-postes autour de la Porte Cadienne furent placés en état d’alerte maximale et la flotte de guerre du Segmentum Obscurus rapatriée afin d’intensifier les patrouilles autour de Cadia.

L'Anarchie s'Instaure[modifier]

Tandis que l’Inquisiteur Horst menait des investigations sur l’activité du Chaos dans la région d’Arx et les systèmes avoisinants, les événements qui se produisirent dans le Secteur Gothique, à deux mille cinq cents années-lumière de là, aggravèrent sérieusement la situation. Les Navigators de la Navis Nobilite firent état d’importantes perturbations autour du secteur, et la menace de tempêtes Warp ne cessa de s’accroître à mesure que l’année s’écoulait.

Sur beaucoup de mondes, ces mauvaises nouvelles semèrent la panique, sentiment qui fut renforcé par les déclarations de fanatiques religieux annonçant que l’Empereur était courroucé et qu’Il avait envoyé les tempêtes Warp afin de punir les mécréants. Des sectes prirent pied parmi les populations, proclamant l’imminence de la malédiction. Ils avaient perdu tout espoir de rémission, comme le consigna le Prêcheur Flexeberg :
« Ils passent leur temps à se flageller afin de purifier leur âme, décriant les excès de leurs compatriotes. Ils forcent leurs voisins à confesser leurs péchés et leurs blasphèmes. Bien que leur attitude soit louable en elle-même, ils ont oublié leur devoir sacré envers l’Empereur. Tandis qu’ils gémissent et se plaignent, les coffres restent vides ! »

Sur de nombreuses planètes, les cultes devinrent particulièrement influents, soutenus par les populations à un tel point que l’Ecclésiarchie (et parfois même les gouvernements planétaires) ne purent rien faire pour les arrêter. L’hystérie se répandit jusqu’à ce que des bandes écument les Cités-Ruches et les colonies minières pour exécuter les impurs. Les lynchages et les mises au bûcher spontanées devinrent chose habituelle alors que les citoyens désespérés étaient gagnés par une ferveur apocalyptique, purgeant leurs semblables de péchés réels ou imaginaires à l’encontre de l’Empereur. Tout allait au plus mal. Voici l’état d’esprit de l’Amiral Bratha tel qu’il l’exprima dans un message envoyé à la base navale de Port Maw :
« Le Warp ne cesse de s’enrager et la situation devient de plus en plus désespérée. »

Sous couvert du sentiment de paranoïa généralisé, des cultes secrets finirent par se hisser jusqu’à des positions de pouvoir, convertissant toujours plus de fidèles à leur cause pervertie. Peu à peu, les serviteurs infiltrés des Dieux Sombres commencèrent à proclamer que le Chaos sauverait l’Humanité puisque l’Empereur s’était détourné d’elle. Des millions de citoyens impériaux furent séduits par ces promesses et répondirent à leur appel.

L’Inquisition eut fort à faire pour se débarrasser de chaque cultiste, déviant et hérétique, mais pour compliquer encore les choses, plusieurs vaisseaux furent détruits en spatioport, par une surchauffe de leurs réacteurs ou l’explosion de leurs réserves de munitions. Les rapports officiels justifièrent ces incidents par des erreurs d’entretien, des munitions défectueuses ou d’autres causes banales, mais beaucoup y virent des sabotages perpétrés par des rebelles infiltrés dans les rangs de la Marine Impériale.

La Main des Ténèbres[modifier]

Tandis que le Secteur Gothique sombrait dans l’anarchie, Horst essayait de déjouer les plans des hérétiques. Lorsqu’il eut vent de l’attaque du Chaos contre le monde impérial Purgatoire, il demanda la permission de se joindre à la flotte d’investigation qui y fut dépêchée. Une chose différenciait ce raid des autres : la présence de la Main des Ténèbres. Il s’agissait d’un artefact extraterrestre très ancien découvert loin sous la surface de la planète et dont l’existence n’était révélée qu’aux membres les plus sûrs de l’Inquisition. Toutes les tentatives destinées à découvrir son utilité s’étaient avérées infructueuses, mais d’anciennes légendes Aeldaris le mentionnaient avec horreur. Il semblait s’agir d’une arme surpuissante dont le fonctionnement restait un mystère. Lorsque Horst arriva à Purgatoire, ses pires craintes se révélèrent fondées : la Main des Ténèbres avait disparu. Si les serviteurs du Chaos parvenaient à s’en servir, qui pouvait dire quelle puissance ils seraient en mesure de lancer contre l’Imperium ?

L'Invasion d'Ornsworld[modifier]

Horst savait qu’il existait un autre artefact en relation avec la Main des Ténèbres selon les anciens mythes : l’Œil de la Nuit, qui se trouvait sur la planète Ratling d’Ornsworld. Alors qu’il s’y rendait, il fut informé que la planète était attaquée : une petite force de renégats avait atterri tout près de l’endroit où l’Œil se trouvait, enfermé dans une ancienne statue représentant une divinité Ratling de l’époque pré-impériale. La garnison de Gardes Impériaux parvint à les repousser, mais un mois plus tard, des vaisseaux du Chaos assaillirent Ornsworld et lancèrent une invasion à grande échelle. Les Ratlings n’eurent aucune chance face aux Marines du Chaos dépravés qui les tuèrent par millions en déversant sur les collines des pluies d’obus et de feu. Le Lieutenant Compton-Hawkins décrivit les scènes qui suivirent l’attaque :
« Des piles de crânes Ratlings s’amoncellent à travers les plaines, les bûchers funéraires noircissent les cieux tandis que les traîtres éradiquent systématiquement tout ce qu’ils croisent. À présent, le petit village de la vallée d’Esmeralda n’est plus qu’un cratère fumant, les os de ses quatre mille habitants réduits à l’état de poussière ou éparpillés parmi les ruines. Un puissant détonateur sismique a éventré le flanc de la Grande Panse (une montagne), provoquant l’avalanche de plusieurs tonnes de roche qui ont enseveli quatre-vingt deux mille Ratlings… »

Après le carnage, l’Œil de la Nuit fut extrait de sa cachette et les voleurs disparurent avec. Les forces du Chaos disposaient désormais à la fois de la Main des Ténèbres et de l’Œil de la Nuit, et peut-être du pouvoir de renverser définitivement l’Imperium. L’Inquisiteur Horst n’était plus tourmenté que par une seule question : où allaient-elles frapper en premier ? Il n’allait pas tarder à le savoir.

La Tempête se Déchaîne[modifier]

Le vieil Inquisiteur rassembla des rapports épars faisant état d’activités anormales dans une zone de plus en plus étendue et apprit dans quel état de confusion se trouvait le Secteur Gothique. Alors qu’il s’y rendait, toujours plus de vaisseaux du Chaos étaient repérés, ce qui conforta son intuition que ce Secteur serait bientôt le théâtre de la prochaine incursion majeure. Le mois suivant, trois ans après ses investigations sur Arx, une onde cataclysmique traversa le Warp, et le Secteur Gothique fut frappé par une terrible tempête qui isola la région du reste de l’Imperium. Les flottes et les guerriers qui s’y trouvaient eurent à faire face seuls à leur destin commun.

143.M41 - Attaque Surprise[modifier]

Les toutes premières batailles de la Guerre Gothique débutèrent aux derniers jours de l’année 143.M41. Au cours des premiers mois du conflit, les forces du Chaos lancèrent plusieurs assauts de grande envergure à l’encontre de bases de la Flotte Impériale disséminées dans tout le secteur.

La Première Vague[modifier]

Des rapports d’attaques orchestrées par la Flotte du Chaos parvinrent des quatre coins du Secteur Gothique. Cette première série d’assauts contre une dizaine de bases majeures avait certainement été minutieusement préparée : sans crier gare, les renégats frappèrent vite et fort, surprenant les vaisseaux impériaux tandis qu’ils étaient encore à quai. Sous l’effet de la surprise, et déjà mise en difficulté par les tensions internes qui menaçaient l’ensemble du secteur, la Flotte Impériale se trouva bien mal préparée pour réagir à cette offensive soudaine. À Bladen, le Rhadamanthine vit ses ponts de lancement tribord rasés par des salves de torpilles ; à Cherys, les Bombardiers Doomfire du Heartless Destroyer endommagèrent si sévèrement les Moteurs Warp du Lord Sylvanus qu’il fallut deux années de réparations ininterrompues pour permettre au vaisseau d’effectuer à nouveau des sauts de plus de cinq années-lumière.

Plusieurs stations orbitales furent détruites ou capturées grâce à la rapidité de l’attaque. La perte de tant de chantiers navals, comme ceux de Tripol, de Port Impérial et de Gathara eut un double impact : non seulement les vaisseaux impériaux se retrouvèrent privés des hangars de réparation dont ils avaient plus que jamais besoin, mais l’ennemi, lui, put en tirer profit. Le Capitaine Grove de l’Admiral Drake, un vieux Croiseur de classe Relentless servant de vaisseau d’entraînement, fut l’un des rares survivants de l’attaque menée contre la base Halemnet dans l’Amas du Cyclope. Grove et son équipage en réchappèrent, comme ces enregistrements le prouvent :

Quatrième quart, troisième jour d’Euphistles.
Nous sommes attaqués par des vaisseaux renégats. Ils sont arrivés avec le soleil dans le dos, aveuglant nos vigies. Des tirs de torpilles à longue portée ont détruit le Vanguard (un Croiseur léger de classe Dauntless) et criblé l’Indomitus Imperious (un Croiseur de classe Lunar). Nous avons dû évacuer les quais avec nos réacteurs à seulement 75% de leur potentiel. Un escadron d’Escorteurs renégats nous a engagés à courte portée, mettant hors service les batteries tribord et détruisant les tubes lance-torpilles.

Des incendies se sont déclarés dans les coursives par bâbord, ce qui nous a obligés à dépressuriser les cloisons de sécurité. Les pertes sont estimées à cinq mille hommes ou plus, dont une grosse partie d’artilleurs des ponts de tribord. Nous tentons de nous désengager afin d’éviter un vaisseau de classe Slaughter menaçant de s’approcher depuis le champ de gravité de Halemnet. J’ai ordonné que toute la puissance disponible soit dirigée sur les moteurs. Il ne reste plus qu’à se rendre à la chapelle et prier l’Empereur pour qu’Il nous protège.

Par chance pour l’équipage de l’Admiral Drake et de ceux d’autres vaisseaux, la flotte du Chaos n’était pas conçue pour mener de longs affrontements, préférant frapper fort avant de se retirer, laissant derrière elle les forces impériales avec de lourdes pertes et de nombreux vaisseaux de ligne nécessitant des mois de réparations.

La Défense d'Orar[modifier]

Les forces du Chaos furent néanmoins privées d’un succès total, subissant lors de quelques batailles de sérieux revers, comme le prouve l’exemple de la défense du Monde-Ruche Orar. Lorsqu’une des nombreuses flottes de guerre du Chaos, menée par le seigneur Malefica Arkham, attaqua soudainement le groupe de combat stationné près d’Orar, elle ne tomba pas cette fois sur un adversaire surpris et mal préparé. Le groupe de combat impérial, commandé par le Capitaine Compel Bast depuis le Croiseur Imperious, venait à peine de recevoir l’ordre de mater une rébellion dans un système voisin et se préparait à quitter l’orbite. En état d’alerte, les vaisseaux impériaux purent donc facilement éviter les salves de torpilles tirées par les renégats et contre-attaquer. Ce qui survint ensuite a été clairement résumé par Bast en personne :
« Dans l’impossibilité de faire machine arrière, nos assaillants essuyèrent un véritable déluge de torpilles, d’obus et de salves d’artillerie navale tirées depuis les défenses orbitales d’Orar. Notre Canon Nova frappa de plein fouet le vaisseau renégat Soulless, qui fut consumé par une énorme boule de feu, de gaz et de débris. Pour ce tir, l’équipage du canon eut droit à une double ration de bière.

Alors que nous nous rapprochions afin de porter le coup de grâce, les autres vaisseaux du Chaos tentèrent de prendre la fuite et abandonnèrent à son sort le Soulless, qui fut finalement détruit par l’implosion de ses Moteurs Warp soumis à un bombardement continu. Le vaisseau d’Arkham, le Deathbane, vit sa passerelle réduite en cendres par une salve du Iron Duke, et on dit qu’il fut le seul membre d’équipage à émerger des débris, bénéficiant sans doute de la protection des Dieux Sombres.

J’ai fait citer nos appareils d’attaque pour leur admirable performance. Plusieurs de nos escadrilles de bombardiers furent déterminantes dans la destruction du Deathskull. Malheureusement, nous ne pûmes pas faire valoir notre succès car l’épave du vaisseau fut prise dans le champ gravitationnel d’Orar puis disloquée en entrant dans la haute atmosphère. »
Seule une poignée d’Escorteurs du Chaos parvint à s’échapper et le Deathbane fut poursuivi jusqu’aux abords du système par la Flotte Impériale.

Des Alliés Inattendus[modifier]

Orar ne fut pas le seul théâtre où les forces du Chaos subirent un revers lors des premières phases du conflit. En une autre occasion, une petite force de renégats composée de plusieurs Escorteurs de classe Iconoclast et Infidel, partie mener un raid sur Denerair dans l’Amas du Cyclope, tomba sur une importante bande de pirates Orks en maraude dans la région. Les transmissions entre les vaisseaux du Chaos furent interceptées, ce qui permet de se faire une idée de ce qui se produisit alors.

Employant leur tactique habituelle consistant à se cacher à l’abri d’un champ d’astéroïdes, les Orks fondirent soudainement sur la flotte du Chaos. Dans l’impossibilité d’exploiter leur mobilité supérieure dans le champ d’astéroïdes, de gaz et de nuages de poussière, les vaisseaux du Chaos furent assaillis sans relâche par les Orks, de sorte qu’aucun d’entre eux n’en réchappa.

Lorsqu’il fut mis au courant de ces événements, le Seigneur Amiral Ravensburg prononça ces paroles: « S’il n’était pas un de ces damnés Peaux-Vertes, je ferais de leur commandant un Amiral ! », qu’il nia avoir proférées ultérieurement. Des tels faits furent néanmoins rares, d’autant que les Orks montrèrent par la suite tout autant d’enthousiasme à harceler les Flottes Impériales.

La Bataille de la Forteresse IV[modifier]

Les attaques initiales des forces d’invasion prirent en priorité pour cible des forges de l’Adeptus Mechanicus ou des bases navales. Sur les dix-sept du Secteur Gothique, six avaient été construites sur les fondations de Forteresses Noires, comme le relate le Liber Monumenta :
« L’architecture des édifices appelés les Forteresses Noires reste incompréhensible. Toutes les analyses concernant les matériaux qui les constituent ainsi que leurs méthodes de construction se sont révélées peu concluantes. Les tentatives de datation leur attribuent des âges s’étalant entre dix-sept mille et trois cents mille ans. Les Forteresses sont demeurées inactives jusqu’à leur découverte à l’aube du second millénaire du règne du divin Empereur. Même avec la majeure partie de leurs systèmes non-opérationnels, elles restent un lieu d’implantation idéal pour une base navale. »

Après des adaptations intensives apportées par l’Adeptus Mechanicus, la construction de tourelles de défense et l’ajout de divers autres systèmes d’armements, le potentiel défensif des Forteresses Noires rivalisait avec ceux des bases de commandement à Port Maw. Le fait qu’elles n’avaient jamais été mises en défaut faisait la fierté de la flotte de guerre Gothique.

Mais ceci devait changer dans le système de Rebo, où la Forteresse Noire IV orbitait autour de la cinquième planète. Sans prévenir, une force du Chaos, probablement commandée par Abaddon en personne, attaqua Rebo V. Bien que les vaisseaux impériaux qui s’y trouvaient se défendirent avec férocité, ils furent submergés par l’importante flotte ennemie : pas moins de vingt Vaisseaux de Ligne, dont deux Cuirassés de classe Despoiler, et un grand nombre d’Escorteurs assaillirent les défenseurs pour s’en prendre à la Forteresse même.

La bataille fut courte et sanglante, au moment même où la flotte du Chaos arrivait à portée, les accumulateurs d’énergie de la Forteresse perdirent toute leur puissance, ce qui empêcha l’équipage d’ouvrir le feu et de déployer les boucliers de protection des ponts d’appareillage. La totalité de la base se trouva donc sans défenses, et peu après que le chef Astropathe en eut projeté la nouvelle à travers le Warp, la Forteresse Noire IV tomba aux mains des assaillants. Aucun autre message ne fut envoyé depuis Rebo, et il fut déduit qu’il n’y restait aucun survivant. Ce fut le premier coup dur d’une série qui frappa l’Imperium à l’aube de cette guerre sanglante.

La Mort de Savaven[modifier]

La Mort de Savaven.
Alors qu’Abaddon menait l’assaut contre Rebo, un autre désastre vint empirer la situation des défenseurs loyaux du Secteur Gothique. Sur Savaven, un Monde-Cardinal appartenant à l’Ecclésiarchie, la petite flotte de défense ne fut pas en mesure d’empêcher l’assaut de la planète par un nouveau vaisseau particulièrement redoutable, surnommé le Tueur de Planètes : une barge monolithique hérissée de batteries de canons, de pièces d’artillerie et de tubes lance-torpilles. Les défenseurs n’eurent d’autre choix que de se replier devant tant de puissance, et le Tueur de Planètes se plaça en orbite autour de Savaven. Jeremiah Soldagen, commandant des forces de défense orbitales, décrivit en ces termes les événements qui s’ensuivirent :

« À l’intérieur de la cavité centrale (du Tueur de Planètes), nous avions détecté une importante source d’énergie, qui se manifestait entre autres par des crépitements le long de plusieurs conducteurs sur la coque. Dans une explosion qui aveugla nos scanners, il ouvrit soudain le feu. Le rayon persista pendant près d’une demi-heure, seul l’Empereur sait comment ils avaient pu stocker autant d’énergie. Nous essayâmes d’entrer en contact avec les survivants de la planète pour savoir ce qu’il se passait sur la surface. Le rayon se frayait un chemin à travers l’écorce de la planète, et lorsqu’il cessa enfin, du magma surgit du trou de la taille d’un continent, ce qui sonna le glas de Savaven. Les mers se mirent à bouillir et à s’évaporer, les calottes glaciaires fondirent et se déversèrent sur les populations. L’énergie délivrée fut telle que la planète fut déviée de son orbite. Je pense qu’à ce stade, plus aucun habitant n’était encore en vie, et si ce fut le cas, ils ne le restèrent pas longtemps. Tel un fruit mûr éclatant dans le poing, Savaven implosa avant de se disperser en une myriade de fragments. À présent, il n’en reste plus qu’un champ d’astéroïdes si dense qu’il est impossible de le traverser. Quatorze milliards d’êtres humains vivaient sur Savaven, quatorze milliards de morts en une heure. »

Suite à ces événements, Soldagen et les autres survivants présentèrent de graves traumatismes mentaux et finirent par se suicider collectivement. La destruction de Savaven dégrada le moral des forces impériales. Tout le monde connaissait l’existence de l’Exterminatus avec son lot de torpilles à fusion et de bombes bactériologiques, mais l’idée que l’ennemi était capable de détruire des planètes, et pas seulement la vie qu’elles abritaient, fut particulièrement horrifiante. Tandis que la Flotte Impériale digérait cette nouvelle, l’Inquisiteur Horst se demandait si cette puissance était liée à la possession de la Main des Ténèbres et de l’Œil de la Nuit.

Les Aeldaris s'en Mêlent[modifier]

Le Seigneur Amiral Ravensburg, commandant de la flotte de guerre du Secteur Gothique, eut constamment à gérer la présence d’Aeldaris dans son secteur. Ceux-ci effectuaient des raids depuis leurs repaires dans la nébuleuse Graildark, et on pense même qu’un Vaisseau-Monde se trouvait dans le Secteur Gothique à cette époque, mais ce point ne put être confirmé car le vaisseau ne fut jamais localisé. Parmi les pirates infestant l’Imperium, une force appelée les Exécuteurs se montra de plus en plus active alors que la Guerre Gothique progressait, le nombre de leurs raids passant de trois en 143.M41 à huit en 147.M41. Incapable de poursuivre jusqu’à leur base les rapides vaisseaux Aeldaris, soupçonnés d’être plus ou moins en relation avec le mystérieux Vaisseau-Monde, Ravensburg ne put pas faire grand-chose si ce n’est s’en remettre au talent de ses commandants pour réagir au mieux à cette menace.

Les Loups se Rassemblent[modifier]

Les Aeldaris ne furent pas les seuls à s’en prendre aux vaisseaux de transport marchands de l’Imperium. Des bandes de pirates humains, des renégats venus de l’Œil de la Terreur, et même les vaisseaux d’une autre race extraterrestre augmentèrent également la fréquence de leurs attaques. Surnommés les Meutes de Loups par les officiers de la flotte chargés de les pourchasser, ces petits groupes de vaisseaux s’en prenaient aux convois de toutes sortes. L’Amiral Koburn, de la Seconde Flotte de Croiseurs, décrivit ces événements avec amertume :
« En bataille rangée, les pirates n’auraient aucune chance contre notre puissance de feu, mais ils sont rusés et ne se risquent jamais à des tels conflits. Les Meutes harcèlent nos convois, capturant un vaisseau de transport par ici, un vaisseau marchand par là. Leur tactique favorite est de se dissimuler dans les champs d’astéroïdes ou d’opérer à partir de lunes désertes, où ils sont pratiquement impossibles à détecter et encore plus difficiles à battre. J’ai même entendu parler d’une Meute ayant élu domicile dans la haute atmosphère d’une géante gazeuse du système de Fullarn. Chaque mois apporte son lot de rapports concernant leurs attaques, mais nous ne pouvons nous permettre de retirer davantage de vaisseaux des affrontements principaux pour protéger les convois. »

Les forces impériales eurent donc à faire face à deux ennemis en même temps : la flotte du Chaos et les pirates. Partout, elles furent sur la défensive, obligées de protéger monde après monde, système après système. Les pertes s’accumulèrent tandis que les chantiers navals étaient plus que jamais en manque d’approvisionnements et de main d’œuvre. Une ombre s’étendit sur le Secteur Gothique, et il sembla que jamais plus la lumière n’y reviendrait.

144.M41 - Les Forteresses Noires[modifier]

L’Imperium se trouva assailli par de nombreuses flottes du Chaos commandées par des Seigneurs de Guerre (entre huit et vingt selon les estimations), chacune se trouvant opposée à un groupe de combat mis sur pied à la hâte par le Seigneur Amiral Ravensburg. Une en particulier, commandée par Abaddon, se distingua comme la plus dangereuse de toutes.

La Station Lukitar[modifier]

Devant la menace du Tueur de Planètes, nombreux furent les mondes impériaux à se rendre sans combattre. Les uns après les autres, les sous-secteurs échappèrent au contrôle impérial, ce qui impliqua la perte de nouveaux chantiers navals et d’autres stations orbitales. Tandis que l’Imperium faisait face à des difficultés croissantes pour réparer ses vaisseaux, en construire de nouveaux devint de plus en plus improbable. Grâce à leurs attaques surprise, les forces du Chaos avaient presque gagné la guerre avant même qu’elle n’ait commencé.

Cependant, la Flotte Impériale entrevit une lueur d’espoir. Sur une lune en orbite autour d’une géante gazeuse du système de Lukitar, se trouvaient des installations de l’Adeptus Mechanicus. Les Technoprêtres y effectuaient des recherches destinées à obtenir des systèmes d’armement plus performants, de meilleurs moteurs et des générateurs de boucliers plus efficaces. Quelques vaisseaux impériaux furent dotés de systèmes améliorés, mais les résultats ne se révélèrent pas satisfaisants. La capacité en énergie de tout vaisseau restait limitée, et si on augmentait sa puissance de feu, ses systèmes de communication en subissaient les conséquences, ou encore, si les moteurs étaient poussés à leur maximum, les générateurs de boucliers se trouvaient dépourvus d’énergie. Mais les recherches continuèrent, chaque nouvelle tentative se révélant légèrement plus probante que la précédente.

Mais ce fut alors que les vaisseaux d’Abaddon apparurent. Le Contre-Amiral Vandez, à la tête de l’escadron Rouge 202 constitué de quatre Frégates de classe Sword, fit partie des premières forces impériales à établir un contact visuel avec Abaddon depuis son attaque contre la Forteresse IV.

2ème quart, 19ème jour d’Aphrodael, système de Lukitar.
Les rapports de la station d’observation sont corrects. Nos assaillants disposent d’une réserve d’énergie d’une magnitude inimaginable. L’équipage redoute l’apparition du Tueur de Planètes, mais la dernière fois qu’il a été vu, c’était à Saviour, à soixante-cinq années-lumière d’ici.

9ème quart, 19ème jour d’Aphrodael, système de Lukitar.
Je n’en crois pas mes yeux ! Plusieurs Vaisseaux de Ligne renégats accompagnés de dizaines d’Escorteurs se dirigent droit sur nous. Et il y a une Forteresse Noire avec eux ! Elle semble différente, presque vivante. Nous avons repéré plusieurs armes qui ne sont pas de facture impériale. Comment ont-ils pu réveiller la bête ? Par le sang de l’Empereur, ils commencent à accumuler de l’énergie pour ouvrir le feu, même à cette distance !

3ème quart, 1er jour de Sanacleus, Immaterium.
Nous avons abandonné ce qu’il reste de la station de Lukitar. La Forteresse Noire s’est révélée pratiquement invulnérable à l’armement des rares vaisseaux étant parvenus à s’en rapprocher. Elle dispose d’armes telles que je n’en avais jamais vues, même chez les pirates Aeldaris ou les raiders Fra'al de Bhein Morr. Elle a vaporisé la station de Lukitar en quelques minutes. Brinaga ne se trouve qu’à sept années-lumières d’ici, et nous nous y rendons afin de les prévenir de l’attaque, car je pense que les renégats vont tenter de s’emparer d’une autre Forteresse Noire.

Malgré l’avertissement de Vandez, seul un petit nombre de vaisseaux avait été affecté à la défense de la Forteresse Noire VI. Comme cela avait été le cas lors de la capture de la première Forteresse, les forces du Chaos disposaient du moyen de la contrôler à distance, neutralisant ses générateurs d’énergie et la transformant en un lieu sans défense pour les dizaines de milliers de membres d’équipage à son bord. Quatre mois après l’attaque menée contre Lukitar, le système de Brinaga tomba entre les mains d’Abaddon.

Une Puissance Incommensurable[modifier]

Alors qu’il se démenait avec les problèmes militaires et logistiques auxquels était confronté son secteur isolé, le Seigneur Amiral Ravensburg reçut la visite de l’Inquisiteur Horst. Leur conversation ne fut pas enregistrée, mais le vieil Inquisiteur parla à Ravensburg de la Main des Ténèbres et de l’Œil de la Nuit. C’est ainsi que naquit le projet de reprendre les Forteresses Noires par des moyens détournés plutôt que par un assaut frontal. Mais avant que cette décision ne pût être mise en œuvre, la nouvelle leur parvint d’un autre assaut, mené par la flotte d’Abaddon contre la Forteresse Noire I dans le système de Fularis.

L’enregistreur du Lieutenant Elijah Borgia du Vindicative fut retrouvé dans la coque calcinée du vaisseau flottant à la dérive.
« La flotte d’Abaddon attaque l’autre face de Fularis II, ce qui signifie qu’elle va devoir affronter les systèmes de défense orbitaux et planétaires pour arriver jusqu’à la Forteresse Noire. Nous nous étions justement préparés à une telle éventualité et je doute que même avec ses deux Forteresses l’ennemi ait une chance. »

L’optimisme de Borgia fut rapidement pris en défaut :
« Les deux Forteresses Noires sont à présent stationnaires et séparées d’une vingtaine de milliers de kilomètres. Elles se sont arrêtées à trois cent mille kilomètres de Fularis II, juste hors de portée de nos plates-formes de tir, à l’exception des tubes lance-torpilles. Nous pouvons enregistrer un pic d’énergie entre les deux Forteresses. Le Technoprêtre Flavix dit qu’une forme d’échange se produit entre elles. Par l’Empereur, je peux l’apercevoir moi-même à présent, une colonne d’énergie crépitante relie les deux Forteresses. L’intensité continue de s’accroître et le cordon devient de plus en plus visible. Ce damné Astropathe hurle à présent, il parle de quelque chose comme une rupture dans le Warp. Quel mauvais coup sont-ils en train de nous préparer ? Par l’Emp… »
Un puissant rayon d’énergie frappa Fularis II. Le Vindicative fut heurté de plein fouet, ses boucliers instantanément saturés et sa coque éventrée par l’onde énergétique. L’atmosphère de Fularis II fut vaporisée par l’attaque, et la planète elle-même réduite à l’état de rocher sans vie. La Forteresse Noire I avait également disparu.

144-149.M41 - La Guerre Continue[modifier]

À travers le Secteur Gothique, les flottes du Chaos et impériale s’affrontèrent pendant plus de cinq ans, et les pertes dans chaque camp se comptèrent en millions. Des planètes furent envahies puis reconquises, des flottes entières tombèrent dans des embuscades, des bases se trouvèrent assaillies tandis que le secteur restait désespérément coupé de toute aide extérieure.

La Bataille dans les Étoiles[modifier]

Depuis le fin fond de la constellation du Requin jusqu’à l’Amas du Cyclope, les forces impériales menèrent un combat désespéré pour contenir les flottes du Chaos qui assaillaient le Secteur Gothique.

Dans certaines régions, les troupes de l’Empereur furent renversées par la férocité des envahisseurs, tandis que dans d’autres, bénéficiant des talents d’un commandant expérimenté, elles furent en mesure de les repousser. Il est impossible de retracer exactement les évolutions des combats, d’autant que de nombreux mondes changèrent de mains plusieurs fois. Au cours de l’année 147.M41, le sous-secteur de Lysades fut presque entièrement submergé et une dizaine de systèmes environnant Port Maw tombèrent sous le contrôle des forces du Chaos. Par contre, dans l’Amas du Cyclope, les Orks opposèrent au Chaos une vive résistance, ce qui permit aux Flottes Impériales de lancer plusieurs contre-attaques depuis les bases-relais du Détroit de Quinrox et de repousser les envahisseurs.

Tandis que les Flottes Impériale et renégate s’affrontaient, les attaques des pirates Orks, Aeldaris et humains profitant de la situation se firent de plus en plus fréquentes. De nombreux convois furent capturés et des cités se trouvèrent harcelées par des raids incessants. Les transporteurs qui parvenaient à échapper aux pirates voyaient parfois leur système de destination assailli par des forces ennemies, empêchant tout vaisseau d’y pénétrer afin d’établir l’embargo contre les planètes assiégées. Sur le monde de Stranivar, trois Cités-Ruches abritant plus de cent milliards d’âmes connurent de sanglantes émeutes dues au rationnement d’eau potable. En l’absence d’approvisionnement extérieur, les centres de recyclage de la planète furent dans l’incapacité de subvenir aux besoins de la population dont les quatre cinquièmes périrent de déshydratation avant qu’un convoi ne parvienne à déjouer le blocus. Les chantiers navals furent également privés d’approvisionnement et les vaisseaux qui y furent envoyés repartirent souvent prendre part aux combats avec des réparations de fortune et des réserves munitions à moitié vides.

Le Refuge des Pirates[modifier]

Tout en luttant contre les flottes du Chaos, les forces impériales commandées par le Seigneur Amiral Ravensburg obtinrent des résultats significatifs contre un autre ennemi. Une confédération rassemblant une vingtaine de bandes de pirates sévissait dans le Détroit de Quinrox. Composée de plus de cinquante Escorteurs, d’un Croiseur de classe Gothic capturé et de deux autres Croiseurs de classe Lunar récupérés, elle constituait une sérieuse menace pour les voyages spatiaux du sous-secteur. N’ayant pas la possibilité de se consacrer à ce problème en raison de la question prioritaire que représentait l’incursion des forces du Chaos, Ravensburg confia la responsabilité des opérations à l’Amiral Mourndark, avec pour ordre de prendre toutes les mesures nécessaires.

Mourndark réquisitionna plusieurs Vaisseaux de Ligne issus de différents groupes de combat, dont le Sword of Orion, le Havok, l’Uziel, le Fortitude et le redoutable Cypra Probatii. Il prit aussi sous son commandement le vingt-quatrième escadron de Destroyers (les Widowmakers), accompagné du premier échelon de Frégates (les Eagle Claws) ainsi que de la flotte de patrouille Anvil 206 également constituée de Frégates de classe Sword. Il utilisa un convoi de vaisseaux de transport vides afin de tromper les pirates qui se jetèrent dans son piège, et lorsque sa flotte contre-attaqua, il donna l’ordre de laisser s’enfuir au moins un des vaisseaux ennemis.

En effet, avec l’aide du Maître Navigator Absalom Draal, Mourndark put suivre les pirates jusqu’à leur repaire dans le système de Barnarus Costa. Confiants en la sécurité de leur refuge, ceux-ci n’avaient prévu qu’un faible dispositif de défense, aussi furent-ils totalement pris au dépourvu par l’attaque impériale, comme le consigna Mourndark dans son rapport :
« Nous leur sommes tombés dessus comme le loup fond sur l’agneau. Ils ont tenté de s’enfuir et d’abandonner leur havre, mais mes Escorteurs les attendaient. Le Cypra Probatii lui-même ajouta quinze noms à son tableau de chasse et les pertes totales ennemies s’élevèrent à plus de trente vaisseaux. Beaucoup se réfugièrent sur la surface de Barbarus III, pensant se mettre hors de portée de nos canons, mais ils se trompèrent lourdement. À l’aide de torpilles à plasma modifiées par le Magos Urilun de l’Adeptus Mechanicus, nous avons bombardé la planète quasi-déserte et scellé leur destin. Seuls trois de leurs vaisseaux en réchappèrent et vinrent demander grâce. Nos canons leur démontrèrent la mansuétude de l’Empereur. »
Ainsi, avec la majeure partie des pirates éliminée en une seule attaque, Ravensburg put consacrer la totalité de ses forces à contrer la menace du Chaos.

150-151.M41 - L'Imperium Réagit[modifier]

Lors des sept premières années de la Guerre Gothique, les forces de l’Imperium s’étaient contentées d’organiser la défense du secteur sur un front étendu. Mais à partir de 151.M41, le Seigneur Amiral Ravensburg décida qu’il était temps de passer à l’attaque et de reconquérir ce qui avait été perdu.

La Bataille de Gethsemane[modifier]

Ravensburg savait que les vaisseaux du Chaos étaient les plus nombreux, mais qu’ils étaient également divisés en de nombreuses petites flottes, c’est pourquoi il avait l’espoir d’en venir à bout en les affrontant séparément avec la totalité de son armada. C’était un pari très risqué, car rassembler les différentes flottes signifiait l’affaiblissement des escortes de convois, des patrouilles et des escadrons assignés à la chasse des pirates. Ravensburg expliqua les raisons de son choix dans une lettre adressée à l’Inquisiteur Horst :
« En ces temps difficiles, la situation exige que nous prenions l’initiative. Si nous n’agissons pas fermement et avec la confiance de l’Empereur, l’ennemi nous aura à l’usure en quelques années et la totalité du secteur tombera entre ses griffes. Une attaque décisive permettrait non seulement d’anéantir des vaisseaux renégats, mais aussi d’annoncer à chacun, ami ou ennemi, que l’Imperium n’a pas l’intention d’abandonner sans combattre. »

Après un certain nombre d’attaques avortées et de faux départs, Ravensburg put saisir sa véritable première chance au courant de l’année 151.M41, lorsque des vaisseaux de reconnaissance rapportèrent qu’une massive flotte du Chaos se dirigeait vers le système de Gethsemane. Ravensburg ordonna alors à la sienne de se rendre au plus vite sur les lieux, prenant lui-même le commandement du Divine Right. Avec dix-sept Vaisseaux de Ligne (dont deux Cuirassés et deux Croiseurs de Combat) et vingt Escorteurs sous sa férule, Ravensburg traqua la flotte ennemie dans le système de Gethsemane. Réalisant leur situation critique, les renégats tentèrent de s’éloigner suffisamment du soleil afin de pouvoir effectuer un saut dans le Warp, mais Ravensburg réagit en envoyant ses vaisseaux les plus rapides sur les talons des fuyards, et une course poursuite d’une semaine s’ensuivit. La suite des événements est relatée dans les mémoires du Capitaine Blythe du Guardian :
« Tandis que nous poursuivions les renégats, nous fûmes prévenus de l’approche imminente d’une autre flotte ennemie. Nous étions tombés dans un piège ! Avec le renfort d’une douzaine de vaisseaux, les forces du Chaos firent volte-face, ne nous laissant d’autre solution que de tenter de nous extirper de ce guêpier. Ce faisant, nous perdîmes trois Destroyers et quatre Frégates dans une série de petites escarmouches. Les pertes ennemies s’élevèrent à au moins cinq Escorteurs et peut-être le double ou plus. Ayant mis tous nos œufs dans le même panier sous le commandement de Ravensburg, nous ne pouvions pas prendre de risque et la fuite fut la seule solution. Le chasseur était devenu la proie ! »

Blythe rapprocha son groupe de combat du corps principal de la flotte de Ravensburg, mais même avec ses nombreux Vaisseaux de Ligne, celle-ci était nettement surclassée en puissance de feu. Pendant trois jours, les deux armadas se contournèrent et s’esquivèrent à travers le système, aucun commandant n’osant s’exposer aux canons des vaisseaux ennemis dont il ne connaissait pas la position exacte. Trois semaines après être arrivées dans le système, les deux flottes finirent par s’affronter. Six Frégates de classe Firestorm parvinrent à localiser les forces du Chaos aux abords de Gethsemane II, utilisant la couverture de tempêtes de poussière pour éviter d’être elles-mêmes détectées. Saisissant l’opportunité au vol, le Seigneur Amiral lança la totalité de sa flotte à l’attaque. Ses Destroyers Cobra tirèrent plusieurs salves de torpilles à très longue portée n’ayant que peu de chance d’infliger des dommages mais qui forcèrent l’ennemi à mettre le cap en direction de la Flotte Impériale. Le Lieutenant Martyrn, embarqué à bord du Divine Right, relata ainsi les événements :
« Contraints à un engagement frontal avec notre flotte, les renégats n’eurent pas le dessus lors de l’ouverture des hostilités. Nos torpilles fusèrent dans leur direction, certaines manquant leur cible mais d’autres faisant mouche en déclenchant d’énormes explosions. Nous étions protégés par nos boucliers frontaux et nos proues blindées, et leur riposte causa peut de dommages. Nos Escorteurs manœuvrèrent afin de forcer les renégats à rester groupés, et au moment où nous traversions leurs lignes, Ravensburg ordonna le feu à volonté. Le vaisseau fut secoué de fond en comble lorsque nous fîmes feu simultanément avec nos plus puissantes armes. À cette distance, il était pratiquement impossible de manquer notre cible ».

La Flotte Impériale percuta celle du Chaos, endommageant quatre Vaisseaux de Ligne et détruisant onze escorteurs dès les premières phases de l’engagement. Aussi, plutôt que de faire face pour combattre, auquel cas les chances auraient été de son côté étant donné la supériorité de sa flotte, la Seigneur de Guerre du Chaos préféra ordonner à ses forces de continuer tout droit afin de prendre la fuite.

La Frappe des Exécuteurs[modifier]

Tandis que les rapides vaisseaux renégats distançaient leurs poursuivants, il sembla que la flotte du Chaos allait une fois de plus échapper à la justice de l’Empereur. Mais c’est alors qu’un événement inattendu se produisit, comme le relate le Capitaine Drew du Fortitude :
« Ils attaquèrent sans prévenir. Les écrans de contrôle étaient tous silencieux, et la seconde suivante, ils annonçaient l’arrivée d’une véritable armada de vaisseaux Aeldaris en face de celle du Chaos. Lorsque nous reconnûmes sur leurs vaisseaux les couleurs des Exécuteurs, nous craignîmes pour nous vies, mais tandis que nous nous préparions à faire face à cette nouvelle menace, nous craintes se dissipèrent pour céder la place à l’allégresse : les Aeldaris attaquaient l’ennemi, pas nous ! Je me souviens des cris de joie à travers la passerelle lorsqu’un tir d’artillerie traversa la coque d’un des vaisseaux renégats, faisant exploser dans une gerbe de débris et de flammes ses batteries d’armes supérieures. »

Prise entre deux feux, la flotte du Chaos fut annihilée, même si une dizaine de vaisseaux de l’Empereur furent endommagés ou détruits pendant les affrontements. On ne saura certainement jamais pourquoi les Aeldaris combattirent aux côtés des forces impériales, mais on suppose néanmoins qu’ayant appris la capture des Forteresses Noires par Abaddon, ils conclurent que leur seul espoir de survie résidait dans cette alliance.

Le Vent Tourne[modifier]

La nouvelle de la grande victoire de Ravensburg à la Bataille de Gethsemane se répandit à travers sa flotte, mais d’autres événements prometteurs s’annonçaient. Au cours des derniers mois de l’année 151.M41, les tempêtes Warp, qui jusqu’alors avaient isolé le Secteur Gothique, commencèrent à se calmer et de nombreux vaisseaux des flottes voisines offrirent leur soutien. Des barges de combat et des Croiseurs d’Attaque de plusieurs Chapitres Space Marines vinrent également proposer l’assistance de leurs troupes d’élite. Les solides défenses impériales avaient souffert, mais elles étaient parvenues à empêcher la flotte du Chaos d’obtenir une victoire rapide. À présent, avec l’aide des Aeldaris et le soutien des vaisseaux des secteurs limitrophes, les forces de l’Empereur pouvaient lancer la contre-offensive.

La Destruction de Tarantis[modifier]

Tout comme Ravensburg n’était pas homme à connaître la défaite, il sembla qu’Abaddon n’était pas du genre à céder ce qu’il avait si durement conquis. Avec deux, et peut-être même trois Forteresses Noires sous son commandement, il représentait la plus grande menace pour les mondes impériaux du Secteur Gothique. Mais la véritable étendue du danger ne fut vraiment réalisée qu’à l’issue de l’attaque du système de Tarantis. Situé aux abords du Secteur Gothique, ce système servait de relais aux vaisseaux entrant ou quittant le secteur voisin de Tamahl. C’est donc dans le but d’endiguer le flot des renforts qu’Abaddon frappa cette région. Le gros de sa flotte, accompagnée par les trois Forteresses Noires capturées, fondit sur les quelques vaisseaux impériaux se trouvant à proximité du lieu où elle émergea du Warp, avant de se rapprocher rapidement du système dont elle submergea les défenses afin de permettre aux Forteresses de se rapprocher. Des millions de membres de la flotte et de soldats impériaux périrent, des planètes furent détruites et un nombre incalculable d’innocents tués avant que les deux puissantes armadas ne se rencontrent finalement, mais ce qui se produisit ensuite éclipsa complètement les conséquences de ce conflit.

Combinant leur puissance, les Forteresses délivrèrent une massive onde énergétique contre le soleil de Tarantis. Une fois son objectif atteint, la flotte du Chaos manœuvra pour se replier et s’enfuit une fois de plus dans le Warp.

Pendant un mois entier, le soleil de Tarantis bouillonna, sa surface parcourue de tempêtes gigantesques tandis que son diamètre en expansion engouffrait les deux planètes les plus proches. Tous ceux qui le purent fuirent le système, mais évacuer les populations des trois planètes restantes était de l’ordre de l’impossible. Quatre semaines après l’attaque, le soleil de Tarentis se transforma en supernova, détruisant tout sur plusieurs milliards de kilomètres à la ronde. Le système solaire de Tarantis n’était plus, et Abaddon avait démontré qu’il avait les moyens d’apporter la destruction où il le désirait.

Le Piège se Referme[modifier]

Ravensburg était intimement persuadé qu’Abaddon allait tenter de s’emparer des trois dernières Forteresses Noires, mais il ne savait pas laquelle serait attaquée en premier. La chasse se poursuivit pendant six mois, les vaisseaux impériaux et Aeldaris patrouillant à travers des systèmes oubliés depuis longtemps dans l’espoir de trouver le Seigneur de Guerre et ses armes de destruction. Finalement, les Aeldaris finirent par localiser la flotte d’Abaddon à Lysades et purent même la suivre à travers le Warp grâce à leur technologie sophistiquée.

Il fut possible de déduire de sa course que la flotte du Chaos se préparait à attaquer Schindlegeist, où se trouvait la Forteresse Noire V. Laissant seulement quelques vaisseaux s’occuper des autres flottes du Chaos, Ravensburg et les Aeldaris rejoignirent Schindlegeist au plus vite. Se servant d’antiques portails Warp que leur révélèrent les Aeldaris, les forces impériales traversèrent le secteur et parvinrent à rejoindre leur destination cinq jours avant l’arrivée prévue des renégats. Disposant d’un flot constant d’informations concernant les faits et gestes de la flotte d’Abaddon, les forces impériales et Aeldaris purent se préparer correctement.

En infériorité numérique et pris par surprise, les capitaines des vaisseaux renégats n’eurent d’autre choix que de se battre jusqu’à la mort. Pendant trois jours, les deux puissantes flottes s’affrontèrent, s’infligeant mutuellement des pertes désastreuses. Malgré leur férocité, les forces du Chaos ne purent venir à bout de la coalition adverse, et au terme du troisième jour, Abaddon tenta une percée avec ses Forteresses Noires pour se rapprocher du soleil. Bien qu’il savait qu’il ne pourrait pas grand-chose contre de tels béhémoths, Ravensburg ordonna à tous les vaisseaux disponibles de les intercepter. Seul le Flame of Purity était suffisamment proche pour attaquer, mais comme prévu les armes du Croiseur n’eurent pas grand effet. Les Forteresses commencèrent à accumuler leur énergie afin de lancer leur attaque cataclysmique.

Ne voyant plus qu’une seule solution, le Capitaine Abridal du Flame of Purity ordonna de concentrer toute l’énergie du vaisseau dans les boucliers et le dirigea jusqu’au point d’intersection des rayons convergents des Forteresses. Le vaisseau fut instantanément pulvérisé, mais comme l’avait espéré Abridal, la détonation absorba également l’énergie, et les Forteresses allaient avoir besoin de temps pour emmagasiner à nouveau la puissance nécessaire pour délivrer leur attaque. Par chance, le temps était précisément ce qui faisait défaut à Abaddon.

La Défaite d'Abaddon[modifier]

À court d’énergie, les Forteresses se retrouvèrent sans défenses. Après une course poursuite effrénée et un saut dans le Warp dangereusement proche du champ de gravité du soleil, Abaddon parvint tout de même à s’enfuir avec deux des Forteresses. La Flotte Impériale fondit sur la troisième et fit feu à volonté, mais sans grand résultat. Finalement, deux Croiseurs d’Attaque du Chapitre Space Marine des Angels of Redemption ainsi que les Barges d’Assaut du Divine Right abordèrent la Forteresse esseulée afin de tenter de la reconquérir. L’Enseigne de Vaisseau Goldwyn, qui faisait partie des forces d’abordage de la Flotte Impériale, fit à son retour le rapport suivant :
« Nous fûmes surpris de ne trouver personne à l’intérieur de la Forteresse. Nous ne rencontrâmes aucune forme d’opposition, et à mesure que nous progressions, je ne reconnaissais rien de la base où je m’étais entraîné. Les parois elles-mêmes émettaient des pulsations, et leur surface était devenue une sorte de matière noire et veinée, contrastant fortement avec les corridors peints en blanc immaculé qui avaient été mon foyer six ans auparavant. Il n’y avait plus aucune trace des modifications effectuées par les Technoprêtres, comme si leur passage avait été complètement effacé. Nous étions à bord depuis plus d’une heure lorsque soudain un son perçant se fit entendre et les parois commencèrent à se colorer. Nous fûmes pris de panique et entamâmes la retraite en direction des Sharks (les appareils de débarquement). Nous évacuâmes juste à temps, car l’instant d’après notre départ, la Forteresse commença à imploser, se brisant lentement en des milliers de fragments. Nous aurions dû nous réjouir à cette vue, mais bien que je ne puisse dire pourquoi, je fus empli de tristesse, envahi par le sentiment que quelque chose de merveilleux venait de disparaître. »

Au moment même où la Forteresse reconquise explosa, les autres, disséminées dans le Secteur Gothique, en firent de même. Personne ne sait si celles qui étaient restées sous le contrôle d’Abaddon subirent le même sort. Comment et pourquoi les Forteresses Noires furent détruites reste un mystère, mais l’Inquisiteur Horst s’adressa à Ravensburg en ces termes :
« Qui peut dire ce qu’Abaddon aurait fait s’il était parvenu à s’emparer des six ? Il est des choses trop dangereuses pour que leur existence soit tolérée, et quelqu’un ou quelque chose décida que les Forteresses Noires entraient dans cette catégorie… »

152-160.M41 - Le Retour de l'Ordre[modifier]

Après le départ d’Abaddon, l’attention des forces impériales se retourna contre les autres flottes du Chaos, d’autant que l’accalmie dans les tempêtes Warp permit à de nombreux renforts d’affluer dans le Secteur Gothique.

Supériorité Numérique[modifier]

La plupart des Seigneurs de Guerre du Chaos suivirent l’exemple d’Abaddon et s’enfuirent dans l’Œil de la Terreur pour digérer leur défaite jusqu’à ce qu’une nouvelle opportunité se présente. Quatre groupes de combat impériaux, chacun consistant en plusieurs dizaines de Vaisseaux de Ligne et d’Escorteurs, détruisirent systématiquement tous les renégats qu’ils trouvèrent sur leur chemin. Dans le sous-secteur de Port Maw, un conflit titanesque entre le groupe de combat de l’Amiral Storn et la flotte de guerre d’Heinrich Bale s’étendit sur près de deux années, alors que les vaisseaux du Chaos fuyaient de système en système, ne se retournant pour attaquer que lorsque les circonstances leur étaient favorables. La bataille pour le Détroit de Quinrox coûta encore de nombreuses vies, plusieurs vaisseaux du Chaos profitant d’amas de débris pour fondre sur les escorteurs et les croiseurs lancés à leurs trousses.

Le Mal est Endigué[modifier]

Même si les batailles spatiales touchaient à leur fin, il fallut plus de huit ans pour reconquérir les mondes perdus. Beaucoup d’entre eux avaient été dévastés, leurs populations réduites en esclavage ou sacrifiées au nom des Dieux Sombres. Lentement mais sûrement, la Garde Impériale purgea ces planètes de l’emprise du Chaos. Les Missionnaires et les Confesseurs de l’Ecclésiarchie entreprirent de restaurer la foi en l’Empereur et l’Inquisition s’occupa de ceux qui avaient comploté avec les serviteurs des Dieux Sombres. Mais la purge ne put être totale, et il reste encore aujourd’hui des mondes dans la nébuleuse Graildark attendant que les flottes de l’Empereur viennent les libérer. Des vaisseaux du Chaos sont toujours éparpillés dans le secteur, et deux ou trois flottes entières continuent même d’écumer les régions de la constellation du Requin et de l’Amas du Cyclope, attendant le moment opportun pour lancer une nouvelle offensive.

Les Meutes s'Éparpillent[modifier]

Toujours plus de vaisseaux du Chaos ayant été détruits ou mis en fuite vers l’Œil de la Terreur, Ravensburg affecta deux de ses plus importants groupes de combat à la traque des pirates dont les forces n’avaient cessé de croître pendant le conflit. Leurs bandes furent pourchassées les unes après les autres, et n’eurent d’autre choix que de fuir pour se réfugier dans des systèmes solaires oubliés ou des champs d’astéroïdes non répertoriés. Les Orks de l’Amas du Cyclope firent l’objet d’une campagne d’extermination et furent peu à peu chassés des mondes qu’ils avaient asservis.

Vingt années de guerre ont laissé de profondes cicatrices dans le Secteur Gothique, et il faudra des siècles de labeur et de persévérance pour soigner les blessures, tant matérielles que spirituelles, infligées par Abaddon et ses sbires.

Les Lauriers de la Victoire[modifier]

Pour la Flotte Impériale et celle du Secteur Gothique en particulier, les pertes s’avérèrent extrêmement élevées, que ce fut en vies humaines ou en vaisseaux. De lourds sacrifices avaient été consentis, et de grands héros avaient vu le jour. Mais grâce à la détermination, au courage et à la loyauté de chaque soldat, la guerre avait été gagnée.

Les Hauts Seigneurs de Terra félicitèrent la totalité de la flotte du secteur pour son efficacité, et le nom de chaque soldat qui prit part à la guerre, depuis celui du Seigneur Amiral Ravensburg jusqu’à celui du dernier mousse de la plus modeste des flottes marchandes, fut gravé sur un monolithe haut comme dix hommes spécialement construit pour l’occasion dans le Hall des Héros au sein du Palais Impérial. L’Inquisiteur Horst poursuivit sa tâche et on dit même qu’il passa le reste de ses jours à traquer Abaddon, cherchant à savoir ce qu’il était advenu des Forteresses Noires. Nul ne sait s’il réussit dans sa quête, car personne ne le revit après la fin de la Guerre Gothique.

Le Secteur Gothique avait traversé une période bien sombre et avait survécu. Il était temps pour les courageux défenseurs de l’Imperium de retourner à leurs activités habituelles : pourchasser les pirates Aeldaris et les contrebandiers, rechercher constamment toute trace d’une nouvelle incursion du Chaos, mater les rébellions d’hérétiques, ainsi que des milliers d’autres tâches pour lesquelles l’Humanité doit à la Flotte Impériale sa gratitude éternelle.

Source[modifier]

Pensée du Jour : « L’intellect est le masque des Traîtres. »
  • Battlefleet Gothic - Livre des Règles