Garran Crowe

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Greyknights-book-2.png
Greyknights-SM-3.jpg
Greyknights-SM-1.jpg
Greyknights-SM-4.jpg
Greyknights-SM-2.jpg
DeathwatchBar.jpg
Greyknights-sign-1.png
Greyknights-sign-2.png




} }}

Deco-dark-angel-10.png
Deco-dark-angel-10.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Purity-seals.pngPurity-seals.png
Greyknights-corner.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
LogoPrincipalChevaliersGris.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Castellan
« Nous apportons l’espoir au vertueux. Et la flamme à l’impur. »
- Castellan Garran Crowe.
Castellan Garran Crowe, Champion de l’Ordre de Purificators.

Le Castellan Garran Crowe est à la fois le commandant et le champion de l’ordre des Purificators. On ne saurait trouver de Chevalier Gris plus noble aux yeux de ses pairs, Crowe est un guerrier dont la pureté spirituelle l’immunise totalement aux tentations du Chaos, ce qui est une nécessité pour celui qui manie l’Épée Noire d’Antwyr.

Les Chevaliers Gris rencontrèrent l’Épée d’Antwyr pour la première fois à la fin de M37. C’était une des innombrables horreurs lâchées contre la galaxie au cours des jours noirs de l’Occlusiade. Elle avait été découverte dans les ruines d’un temple antique par les apôtres du Roi Aveugle. Cette Arme-Démon d’une puissance phénoménale corrompit rapidement le corps et l’âme de son porteur. Ensemble, ils ravagèrent les secteurs de Vidar, de Tremayne et de Darkspire, et ne furent stoppés que par la puissance combinée des huit confréries de Chevaliers Gris. Suite à ce conflit, la lame et son porteur s’évanouirent dans le Warp. Toutefois, un tel mal ne pouvait disparaître à jamais, et trois mille ans plus tard, sur la lune maudite de Tethys, l’Épée d’Antwyr rencontra une fois de plus les Chevaliers Gris. Cette fois, son porteur fut occis et l’épée capturée par ses ennemis.

Cependant, les Chevaliers Gris ne purent s’en débarrasser car elle était virtuellement indestructible et résista à toutes leurs tentatives visant à la briser. Ils ne voulaient pas plus se contenter de l’abandonner dans le vide interstellaire, car ils savaient que son aura maléfique attirerait tôt ou tard jusqu’à elle un nouveau Champion du Chaos. Pareillement, la sceller dans une crypte revenait à prendre le risque de voir ses gardiens corrompus. Décision fut prise de la confier à la garde des Purificators, qui à leur tour la remirent au champion de leur Confrérie. C’est ainsi que l’Épée d’Antwyr est passée entre les mains d’incorruptibles champions pendant des milliers d’années, avant de devenir aujourd’hui l’héritage du Castellan Garran Crowe.

Cette mission le met face à des périls aussi bien spirituels que physiques. Lorsqu’il ne combat pas les mortels insensés et les Démons frénétiques attirés par l’aura maléfique de l’épée comme des papillons autour d’une flamme, Crowe doit faire face aux tentations, car la lame lui susurre sans cesse des promesses de gloire éternelle et de puissance sans fin, et tente de le dominer à l’aide de ses pouvoirs maléfiques. Des vrilles d’énergies iridescente jaillissent de son fil, faisant noircir le métal et brûlant les chairs. À chaque décharge, Crowe se rappelle la destruction que cette arme apporte à ses ennemis.

Pour toutes ces raisons, Crowe doit être sans arrêt sur ses gardes, car les murmures de l’épée résonnent incessamment dans son esprit. Elle lui propose son assistance dans ses combats contre ses ennemis. Bien des hommes finiraient par succomber à ces attraits en pensant que leur volonté sera assez forte pour contrôler l’épée et l’empêcher de corrompre leur âme. Mais Crowe ne sait que trop bien à quoi mène un pacte avec le Chaos. Même lors des circonstances les plus désespérées, il n’a jamais succombé, et a toujours suivi avec droiture ses propres idéaux. Il sait qu’il a pour mission de veiller à ce que l’Épée d’Antwyr ne tombe pas entre de mauvaises mains, et qu’il doit pour cela rester incorruptible et inflexible jusqu’à son tout dernier souffle.[1]

Garran Crowe possède l’Équipement suivant :
  • L’Épée d’Antwyr : Bien que Crowe manie l’Épée d’Antwyr, il ne fait pas appel à son pouvoir. Par conséquent, l’Épée d’Antwyr compte comme une simple arme de corps à corps. Malheureusement pour Crowe, l’aura de la lame provoque la fureur des ennemis à proximité.[2]

L'Ascension au Rôle de Castellan : la Bataille de Sandava II

Garran Crowe est devenu le gardien d’Antwyr lors des évènements survenus sur le monde de Sandava II.

Le Castellan Merrat Gavallan

À cette époque, le gardien de l’Épée Noire d’Antwyr était le Castellan Merrat Gavallan, sur qui le fardeau reposait depuis un siècle. Crowe avait été repéré des décennies avant, Gavallan notant sa force et sa puissance et le préparant en secret à porter le manteau de Castellan après sa mort, expliquant notamment pourquoi, malgré ses hauts faits, Crowe avait eut l’honneur de porter une Armure d'Artificier.

La Prison d’Antwyr[3]

Quand le Castellan était sur Titan, l’Épée Noire d’Antwyr était placé dans le sanctuaire le plus sombre des Chambres de Pureté, car elle était trop dangereuse, même pour les Purificators, si ils restaient à proximité de ce mal aussi puissant. Cette prison n’avait qu’un seul gardien de chair et de sang : le Castellan. Des runes couvraient les murs, le plafond et le sol de marbre du couloir. Les incrustations d’argent et d’or palpitaient de la force des sceaux de protection qu’elles dessinaient, capables de réduire en cendres les engeances démoniaques. Et pourtant ce rempart sacré suffisait à peine à contenir la relique. Il n’existait qu’un seul moyen de juguler l’Épée Noire d’Antwyr, et ce moyen était un homme.

La Chambre de Pureté accueillant Antwyr était une salle circulaire, une cellule de méditation et un lieu d’archives. Un bureau se trouvait au centre de la pièce et se composait d’une lourde plaque de granit, ressemblant à un autel plus qu’à autre chose. Il était béni, et recevait chaque jour des onctions d’huiles saintes car ce bureau se devait d’être un objet sacré à part entière, pour supporter le savoir impie qui était déposé à sa surface. Les murs de la salle étaient percés de rangées de niches qui s’élevaient jusqu’au dôme du plafond, à quinze mètres de hauteur. Les niches étaient remplies de piles de parchemin.

Attachée à un des murs par plusieurs longueurs de chaînes entrecroisées contre lesquelles elle donnait l’impression de lutter, l’Épée Noire d’Antwyr était enfermée dans un fourreau et placée, en dessous d’un autel dédié à l’Empereur. L’Épée passe son temps à maudire, tenter et insulter son gardien. Le Castellan en charge de sa surveillance passe quand à lui son temps à écrire les paroles maudites d’Antwyr sur un manuscrit dans l’espoir qu’un jour, l’Arme-Démon révèle un point faible à exploiter. L’ensemble de la chambre servant de prison à l’Épée et était rempli de l’ensemble des paroles de l’Arme-Démon, des cryptes entières remplies de ces obscénités qui étaient par la suite analysées par les Prognosticars.

Un jour, Garran Crowe, alors déjà un Purificator vétéran et respecté, fut appelé par Gavallan au plus profond des cryptes de la Citadelle de Titan, là où le Castellan montait la garde face à Antwyr : les Chambres de Pureté. Crowe passa devant les niches d’un pas lent, en prenant le temps d’examiner les coffrets de stase qu’elles contenaient, afin d’honorer la mémoire des Chevaliers Gris qui avaient donné leur vie pour récupérer les objets enfermés dans les coffrets, de commémorer leur sacrifice. Il s’arrêta un instant devant le coffret contenant le Grimoire du Destin Dévoré, dont les pages ressemblaient à des écailles d’ivoire, chacune fabriquée avec des centaines de fines tranches taillées dans des dents humaines, livre récupéré sur une lune d’Uscana Secundus alors qu’aucun mortel ne pouvait se trouver exposé à ce livre sans succomber immédiatement à la plus terrible corruption car la matière même de la lune avait été empoisonnée par la présence de l’ouvrage à sa surface. Puis il se dirigea vers le sanctuaire le plus sombre, suivant un long couloir qui s’enfonçait encore plus profondément sous la surface de Titan, là où seul vivait le Castellan et Antwyr car même pour les Purificators, resté trop longtemps aux cotés de l’épée était dangereux.

Crowe connaissait déjà Antwyr et supportait ses paroles corruptrices dans son esprit quand il combattait aux côtés de Gavallan en mission. Alors qu’il s’approchait de la prison de l’Arme-Démon, il entendit de nouveau la voix d’Antwyr l’invitant à devenir son "allié". Il retrouva le Champion de Confrérie Gavallan assis à son bureau lorsqu’il franchit la porte de sa chambre. Il fut de nouveau tenté par la voix de l’Épée, enfermée dans un fourreau lui même attaché à un mur par des chaînes entrecroisées. Crowe constata que Gavallan, qui le salua sans son armure, semblait épuisé, avec une pâleur du suif et une peau tendue sous laquelle saillaient les os de son crâne chauve, affichant une teinte jaunâtre autour des yeux et des lèvres. La guerre que menait Gavallan ne connaissait jamais de fin car l’Épée ne se reposait jamais, interdisant tout repos à ses gardiens. Gavallan lui désigna d’un geste le manuscrit posé devant lui, Crowe y découvrant une litanie de malédictions rageuses, promesses de souffrances, de sang et de vengeances, rêves d’un univers en flammes. Il y avait des centaines de noms de planètes et de systèmes, chaque entrées de ce journal se terminant par une annonce d’apocalypse écrite par Gavallan. C’était les paroles de l’Épée, prise en note par le Castellan, comme tous ses prédécesseurs - dans l’espoir qu’Antwyr s’oubliera un jour et révélera un point faible à exploiter. Balayant la liste du regard, Crowe en prononça un au hasard : Sandava, ce qui sera lourd de sens plus tard.

Gavallan lui demanda de s’asseoir et d’examiner plus attentivement ce mot. Crowe étudia à en perdre la notion du temps, pour juste découvrir que Sandava et Dierna se trouvaient dans le même sous-secteur. Gavallan le regardait alors avec des yeux qui brillaient d’un feu renouvelé, révélant à Crowe qu’il était resté ici toute la nuit, faisant comprendre qu’aucun autre frère n’aurait supporté de se trouver en la présence de l’Épée durant une aussi longue période de temps. Crowe se rendit compte qu’il n’avait pas demandé au Champion de Confrérie pourquoi il avait été convoqué, comprenant alors que c’était inutile : il était ici non pas à cause de ses interprétations des textes mais pour tester ses capacités à demeurer dans cette salle le temps de les étudier. Il sera le prochain Castellan, choix approuvé par les Grands Maîtres du Chapitre. Garran Crowe en fut honoré, - malgré la voix d’Antwyr qui l’invitait déjà à céder à son pouvoir pour devenir le maître de l’univers - conscient que cette charge funeste le tuera à petit feu.[4]

Le Masque d'Or

En parallèle, des évènements ayant un lien avec Sandava allait accélérer l’accession de Crowe au poste de gardien de l’Épée. Le Cardinal Beatus Rannoch, représentant de l’Ecclésiarchie sur le monde impérial de Sandava II dans le système Dierna, un prospère Agri-Monde, fut convié à bord de l’Émissaire de la Discipline, et fut royalement reçu par la Capitaine Yaxinth Cragg. L’Émissaire de la Discipline était à l’origine un transporteur que la famille Cragg avait reconverti en vaisseau missionnaire au cours du 40e Millénaire et effectuait un voyage perpétuel, qui s’étendait sur plusieurs générations. Sa mission consistait à raffermir la foi des peuples partout où il allait, et par tous les moyens nécessaires grâce notamment à sa cargaison de reliques et d’arts religieux, et faisait commerce d’objets sacrés avec prudence, piété, et révérence. L’équipage de l’Émissaire apportait ces reliques sur une planète, afin de les offrir aux regards des fidèles et attirant des milliards de pèlerins des quatre coins d’un monde pour contempler les ossements des Saints ou les boucliers des martyrs. Rannoch recherchait une relique capable de réaffirmer la foi en l’Empereur sur Sandava II, mais fut déçu de ce qu’on lui proposa, jusqu’à ce que la Capitaine Cragg lui propose de voir un masque funéraire dans les réserves, récupéré dans l’épave de l’Apôtre Inébranlable, le vaisseau-jumeau de l’Émissaire de la Discipline, il y a trente ans de cela, sur un planétoïde du système Apsorus. Cet objet était assez mystérieux, et il n’avait donc pas sa place parmi des reliques parfaitement authentifiées mais on pensait qu’il provenait du tombeau de Sainte Estheria qui fut détruit lorsque le planétoïde accueillant le tombeau fut ravagé par une incursion Ork trois siècles auparavant. Il était également possible qu’il s’agisse du masque funéraire de Saint Praxtor bien que sa tombe n’est jamais été localisée. Emmené devant le coffret dans lequel était enfermé le coffre, le Cardinal découvrit à l’intérieur un masque en or avec des joyaux enchâssés autour des yeux et de la bouche qui surlignaient les contours bien dessinés des pommettes avec son front gravé de runes presque microscopiques, qui couraient sur la surface en lignes serrées comme des rides de vieillesse et d’expérience, qui rehaussaient plus qu’elles ne gâtaient la beauté du visage. Rannoch fut subjugué par la beauté irréelle du masque et admira l’éclat de l’or et le jeu miroitant des pierres colorées offrant un visage qui était à la fois serein et empreint d’autorité. La Capitaine Cragg referma le masque dans le coffre, refusant de l’exposer tant que son origine exact n’aura pas été clarifié. Mais Rannoch, devenu soudainement obsédé par l’objet, s’infiltrera plus tard dans la réserve et s’emparera du masque avec la ferme attention de l’exposer sur Sandava II. Il sera surpris par une homme d’équipage, Kyler Vance, qu’il tuera avec son lourd sceptre ecclésiarchique, lui éclatant la tête avec. Sans le vouloir, le Cardinal trempa le masque d’or dans le sang jaillissant du cadavre, ce dernier l’absorbant et l’instillant dans les lignes et les runes gravées dessus. Les contours du cadavre de Vance commencèrent à mousser et il perdit bientôt toute forme définissable, s’amollissant pour devenir une masse visqueuse, puis liquide avant de disparaître. Rannoch, persuadé que l’Empereur voulait qu’il emmène le masque sur Sandava II, quitta l’Émissaire de la Discipline mais en laissant ouverte la porte de la réserve, alors qu’à l’endroit où s’était trouvé le cadavre de Vance, des ombres s’agglutinaient et s’entremêlaient, des Démons commençant à se répandre dans le vaisseau… Revenu sur Sandava II, le Cardinal Rannoch rencontra le Gouverneur Planétaire Otto Glas et sa fille, la Générale Vendruhn Glas, à l’intérieur de la salle du trône du palais planétaire, située dans la capitale d’Egeta. Le père et la fille Glas avait constaté que des choses étranges étaient arrivés depuis le retour du Cardinal, la place du palais se retrouvant noire de monde dans l’attente d’une annonce officielle, agitée, comme si l’impatience circulait de corps en corps, avec une tension excessive. Rannoch quand à lui semblait illuminé, présentant le masque aux Glas qui furent très mal à l’aise en le regardant, et inquiet quand il déclara vouloir le présenter à la foule déjà étrangement perturbée. Retournant dans son siège de l’Ecclésiarchie, la Cathédrale du Martyre qui se situait à l’opposé du palais du Gouverneur Planétaire, Rannoch fut poussé par le masque à le poser sur son visage, le Cardinal s’imaginant prêcher à travers lui pour propager une ferveur religieuse. Il le fit et se condamna, lui et son monde à la damnation.

Les Frères d’Armes de Garran Crowe[5]

Avant son ascension comme Gardien de l’Épée Noire d’Antwyr, Garran Crowe était à la tête d’une escouade de Purificators. Il les connaissait aussi bien qu’il connaissait les doigts de sa main, et ensemble ils formaient le poing cuirassé de l’Empereur. Il y avait Destrian, le plus méthodique au combat, son visage n’étant plus qu’une masse de tissus cicatriciels, résultat de graves brûlures subies lors de l’explosion d’une manufactorum sur Anbeten IV. Il y avait Gorvenal, à la peau sombre, le plus pieux d’entre eux. Carac avait quant à lui des traits rugueux et un tempérament fougueux, à l’opposé du sang-froid de Destrian. Et enfin, Drake, avec qui Crowe avait livré plus de batailles qui quiconque et dont la plus grande partie du visage avait été reconstruit, tout ce métal donnant à ses traits une noblesse froide.

Un autre Frère d’Armes de Crowe était Sendrax, à la tête de sa propre escouade composé des Chevaliers Gris Doran, Ruluf, Harsath, Klandon.

Quasi instantanément, au Pinacle d’Argent, dans l’Augurium, les Prognosticars Chevaliers Gris ressentirent une confluence dans le Warp et ont prévenu Crowe lors d’une réunion d’urgence qu’une incursion démoniaque menaçant le système de Dierna - pour qui entendre ce nom peu de temps après l’avoir lu dans la liste de Gavallan était de mauvaise augure - était imminent voir avait déjà commencé. La menace était mobile, les convainquant que c’était un vaisseau. Sur ordre du Grand Maître Suprême Kaldor Draigo, un quart des Purificators devaient se rendre sur place à mettre fin à la menace avant qu’elle atteigne le système Dierna. Sachant que le système de Dierna comportait qu’une seule planète habitée, Dierna Primus, un Monde-Ruche, Crowe compris qu’il fallait se dépêcher pour sauver les citoyens impériaux. Néanmoins, Crowe présentait qu’il n’y avait pas de coïncidence sur le fait qu’il avait lu à haute voix le mot de Diarna sur les liasses des transcriptions des monologues de la Lame-Démon peu avant. Retrouvant Gavallan dans sa salle isolée, il entendra Antwyr rire, laissant percevoir un complot tissé par l’Armée-Démon. Mais Merrat Gavallan le mit en garde : Antwyr ne pouvait mettre en place un complot, juste avoir la prescience d’événements et chercher à les utiliser à son avantage, faire croire qu’il tirait les ficelles pour enduire en erreur son gardien. Commandé par leur Champion de Confrérie qui emmena l’Épée Noire d’Antwyr accrochée par des chaînes sur son générateur dorsal - et qui se tenait toujours à l’écart d’eux de ses frères, car la voix d’Antwyr chuchotait sans cesse directement à leurs âmes - Crowe et ses compagnons se rendirent dans la Chapelle de l’Onction Ardente pour prier l’Empereur de leur offrir Sa force. Les compagnons Purificators de Crowe étaient Sendrax, Doran, Ruluf, Harsath, Klandon, Destrian, Gorvenal, Carac et Drake et ensemble, ils quittèrent Titan à bord d’un Stormraven, le Lame de Répurgation, piloté par Berinon de la 1ère Confrérie, afin de rejoindre le Croiseur d'Attaque Sacrum Finem qui attendait en orbite. Sous les ordres de la Capitaine Gura - elle et son équipage ayant été détachés et sanctionnés par l’Ordo Hereticus au service exclusif des Chevaliers Gris, bien que subissant un effacement mémoriel à l’issue de chaque campagne - le Sacrum Finem les emmena dans le système Dierna.[6]

La Purge de l'Émissaire de la Discipline

Garran Crowe affrontant les Démonettes de Slaanesh dans l’Émissaire de la Discipline

Le voyage fut rapide, et très vite, les Auspex du Sacrum Finem repérèrent l’Émissaire de la Discipline à mi-chemin entre Dierna Primus et le Point de Mandeville du système. Le vaisseau avait été envahi de Démons et avait partiellement muté, sa coque extérieure présentant une chair huileuse avec un mouvement lent et pesant, comme le gonflement progressif d’un poumon. Crowe identifia la corruption comme provenant des entités de Slaanesh en analysant les images des gardes colossaux décorant le navire, tous exprimant du désir. Lui et les Purificators abordèrent le vaisseau condamné avec deux Torpilles d’Abordage, au niveau de la passerelle. Crowe se plaça aux côtés de Gavallan, constatant inquiet que le Champion de Confrérie était de plus en plus faible, comme mourant, supportant au passage Antwyr qui lui parlait de plus en plus souvent, cherchant déjà à le dominer. Les Purificators accédèrent facilement à la passerelle, ne rencontrant nul ennemi. Une fois arrivée, ils découvrirent un spectacle démentiel : des murs et le plafond voûtés couverts de sang et de viscères, d’énormes runes malsaines recouvrant les décors d’origines, des choses angulaires et difformes agressant l’esprit et soumettant les sens à une excitation bestiale et hideuse. Un monticule de débris rassemblé à l’avant de la passerelle, et des croix de métal s’élevaient à son sommet et sur son pourtour ; l’équipage et les Serviteurs avaient été décapités et crucifiés, leurs corps ni morts ni vivants se tordant dans une danse d’agonie sans fin. Les Démons voulaient que les Chevaliers Gris voient cette horreur, ces derniers répliquant en passant tout au prométhéum béni et les huiles saintes. Crowe ressentit des turbulences du Warp gagnant en puissance au niveau des deux issues de la passerelle, un piège mal préparé des Démons qui fonçaient droit sur la passerelle. Il comprit que l’infection initiale avait réclamé une importante quantité d’énergie mais que le pouvoir à l’origine de cette corruption ne se trouvait plus sur le vaisseau, qu’il affrontait que des traces rémanentes. Pour savoir où l’origine du mal avait bien pu partir, les Purificators se dirigèrent jusqu’aux quartiers du capitaine. Ils affrontèrent une horde démoniaque de Slaanesh en tentant de quitter la passerelle, Crowe restant proche de Gavallan tout en supportant le flot de malédictions impies d’Antwyr qui se déversait dans son esprit. Crowe décida de se tenir aux cotés de Gavallan, à la fois pour le soutenir, et montrer qu’il était l’héritier de sa charge. Mais un trou de deux mètres de large s’ouvrit dans le plancher, sous ses pieds, et Garran Crowe fut happé par une monstrueuse gueule d’un Démon, faites de dents incurvées et d’une langue possédant une longue excroissance osseuse, hérissée de pointes. Les dents et les lames ont déchiqueté les jointures de son armure. Crowe utilisa son Épée de Force Némésis et frappa, pulvérisant la colonne de la gueule avant de l’achever avec une rafale de son Bolter d'Assaut. Sortant de la gueule démoniaque, il fut accueillit par des Démonettes qu’il massacra aisément. Ayant un temps de repos, il comprit que les Démonettes l’attendaient et que les Dieux Sombres complotaient pour l’abattre. Durant le temps de son emprisonnement dans la gueule démoniaque, la bataille s’était déplacée dans la coursive, arrivant dans les dos des Démons, qui se retrouvèrent alors pris à revers entre lui et les Purificators, leur coupant la retraite. Crowe massacre les abominations, ralliant son camarade Sendrax dans le combat. Apercevant des Démons tentant de prendre Antwyr, Garran Crowe se rendit compte que l’Épée ne cherchait pas à tomber en la possession des Démons qu’elle attirait, mais utilisait simplement la situation pour chercher à échapper à son gardien, rien d’autre, une leçon qu’il gardera à l’esprit. Désireux d’honorer sa promesse de se tenir à la droite de Gavallan, ses frères lui tracèrent une voie à l’aide d’un Lance-Flammes à travers la horde pour enfin rejoindre le Champion de Confrérie. Côte à côte, ils éliminèrent les derniers Démons. Ressentant une atmosphère moins lourde et un calme surnaturel, Crowe déclara que la source de la corruption n’était pas à bord de l’Émissaire de la Discipline. Lui et ses frères se rendirent dans les quartiers du capitaine et découvrirent un Démon qui s’était formé à travers le corps en uniforme d’un membre d’équipage. Il fut abattu sans sommation, Crowe constatant que la transformation était incomplète et qu’il s’agissait d’un Gardien des Secrets, un écho de leur véritable adversaire. Crowe découvrit une tablette de données qui fonctionnait toujours : l’inventaire des reliques de l’Émissaire. Il y fit défiler son contenu et découvrit que quelques jours avant son arrivée, une relique avait disparue : le masque d’or, suite à la dernière escale du navire à Sandava II. En lisant le nom de la planète, celui qu’il avait lu à haute voix sur les transcriptions de Gavallan, Crowe trouvait que la piste était trop facile à suivre, et que quelque chose voulait s’en prendre à lui et le piéger.

L’Émissaire de la Discipline fut détruit à coups de torpille par le Sacrum Finem puis Crowe rejoignit Gavallan dans ses quartiers isolés, afin de lui faire part de ses troubles concernant la coïncidence des noms de Dierna et Sandava. Gavallan tenta de le rassurer, Antwyr étant puissant mais contenu, espérant qu’il en apprendra plus sur comment combattre l’Épée que lui quand viendra la jour de la porter. Retrouvant peu après son camarade Sendrax, ce dernier annonça que tous ses frères avaient compris qu’il allait devenir la nouveau Gardien, sentiment qui fut partagé par son frère d’armes Drake, qui exprima ces regrets à l’idée de voir Crowe bientôt isolé de leur fraternité.[7]

L'Arrivée sur Sandava II

Lorsque le Sacrum Finem arriva sur l’Agri-Monde de Sandava II, le chaos régnait dans la capitale d’Egeta. Lorsque le Cardinal Rannoch avait mit le masque sur son visage, il avait permis à un Gardien des Secrets de le posséder et d’apparaître dans l’univers matériel. Ce Démon Majeur de Slaanesh se nommait Mnay’salath. Hypnotisant des fidèles venue en procession continue dans la Cathédrale du Martyre, le Gardien des Secrets avait provoqué une émeute générale, la population corrompue d’Egeta se mettant à chanter une joyeuse cacophonie unie en un seul hymne. La Générale Vendruhn mena sa milice disciplinée, entraînée et équipée de Chimères contre la foule, encerclant la cathédrale. Lorsque la populace corrompue tenta de briser l’encerclement, Vendruhn ordonna de tirer, démarrant une bataille qui allait plonger la planète dans la folie alors que des Démons apparaissaient dans les rues. Vendruhn parvient à faire détruire les ponts du fleuve Rybas qui traversait le centre d’Egeta pour protéger le palais, allant jusqu’à faire bombarder aux canons les secteurs envahie, tuant des dizaines de milliers de personnes.

Trois jours après le début de l’incursion démoniaque, Crowe et ses frères Chevaliers Gris arrivèrent dans l’orbite de Sandava II alors que la milice de Vendruhn se réfugiait dans le palais afin de résister à un siège. Ils prirent leur Stormraven et descendirent sur Egeta, leur aéronef effectuant des mitraillages en rase-mottes et libérant ses missiles qui déchiquetèrent des Démons. Les Purificators débarquèrent sur le boulevard menant au palais et repoussèrent les entités du Warp pour un temps.[8]

La Chose Cathédrale

Crowe rejoignit la salle du trône du palais du Seigneur Gouverneur qui était sur le pied de guerre, ressentant du respect pour Otto Glas et sa fille Vendruhn, qui avaient été des exemples de devoir à la différence du Cardinal corrompu, reclus dans sa cathédrale. Néanmoins, ils étaient déjà condamnés, car la population entière d’Egeta avait été témoin de choses qu’il était interdit de connaître. Crowe décréta qu’un bombardement de la cité était impossible tant que l’artefact responsable de ces horreurs n’aura pas été retrouvé. Vendruhn assura que les remparts du palais pouvait tenir, Crowe comptant faire de la milice une diversion afin de pouvoir prendre d’assaut la Cathédrale du Martyre. Vendruhn, profondément répugnée d’avoir vu son peuple céder si facilement à la corruption, exigea de partir avec les Chevaliers Gris, laissant son père mener la défense du palais. Crowe fut mal à l’aise devant le ton de la voix de Vendruhn, détectant derrière la colère et la foi de la Générale une nuance d’empressement comme si elle semblait se réjouir à l’idée du massacre à venir. Vendruhn mena sa milice et fit une percée dans la horde démoniaque tandis que le Lame de Répurgation pilonnait le parvis de la cathédrale d’une volée de missiles, dégageant le terrain pour que l’Escorteur puisse se poser. Les escouades des Purificators jaillirent du Stormraven. Crowe resta auprès de Gavallan alors qu’ils avançaient vers les portes de la cathédrale, affrontant les Démons et les chants des Démonettes qui formaient un hymne hululant, secondés par des groupes d’hérétiques. Crowe rassura Gavallan sur le fait que les paroles incessante de l’Épée qui fulminait ne l’affectait en rien. Avec ses frères, Garran Crowe envoya de ses mains un tir de flammes bleu psychique contre un mur de Démons, réduisant au silence les chants démoniaques. Soudainement, les Démons restants battirent en retraite, s’engouffrant à l’intérieur de l’édifice à la surprise des Chevaliers Gris qui, mené par Crowe, les poursuivirent en leur tirant dans le dos. Crowe ressentait la puissance d’un rituel puissant en cours et compris qu’il arrivait trop tard. Les Démons répondaient en effet à l’appel de Mnay’salath qui tisait une puissante conjuration avec les mouvements de ses bras, un rituel qui créa une monstruosité titanesque : la Cathédrale du Martyre prit vie ! Dans des craquements assourdissants, les flèches de l’édifice s’incurvèrent en griffes, et leurs contreforts se soulevèrent et retombèrent comme les côtes d’une monstrueuse cage thoracique. Puis la masse centrale de l’édifice se souleva, arrachant les tours du sol pour les élever toujours plus haut, comme des bras avant de se mettre à marcher droit vers le palais !

En apercevant la cathédrale marcher droit sur le siège de son pouvoir, Otto Glas ordonna aux canons de son palais de bombarder l’abomination, mais ce fut peine perdue, le mastodonte détruisant la ville, tandis que les blindés de Vendruhn se positionnaient sur le flanc de la cathédrale en tirant sur les Démons qui s’étaient placés en hauteur. Les fenêtres furent la cible des tirs de la milice, provoquant de la souffrance à la Cathédrale-Démon.

Pourchassant l’édifice devenue mobile, Crowe et les Purificators se défendaient contre les Démons, tout en se déplaçant pour éviter les tours du bâtiment qui lui servaient de bras et qui s’abattaient sur eux, la Cathédrale-Démon tentant de les éliminer pour de bon en les écrasant comme des insectes. Alors que leur Stormraven était contraint d’effectuer des manœuvres d’évitement risquées et que la cathédrale subissait un feu nourri de l’artillerie, Crowe dut aider Gavallan qui prenait de plein fouet les pouvoirs malfaisant d’Antwyr, le traînant pour lui éviter d’être touché par une des tours. Rugissant son défi, Garran Crowe donna une voix à son courroux, et juste avant que la tour ne frappe le sol, une flamme bleue jaillit de son épée et de ses bras, tempête de feu née de son âme. Le feu psychique percuta la tour qui fut pulvérisé, sa lame Némésis brûlant la chair impie et la blessant. Conscient alors qu’il pouvait tuer la Cathédrale-Démon et profitant de la diversion qu’offrait la milice, Crowe mena les Purificators qui bondirent sur un des contreforts qui servaient de pattes et frappèrent sa chair de pierre de leur épée. Les Chevaliers Gris escaladèrent le flanc du monstre avec la ferme attention d’atteindre la seule source de lumière stable : l’œil, autrefois la rosace de la cathédrale qui avait été un chef-d’œuvre de vitraux de verracier de quinze mètres de diamètre. Ils progressèrent le long de l’épine dorsale d’un toit, et glissèrent jusqu’à l’œil en bondissant par-dessus le bord, l’épée plantée dans la façade pour descendre en sécurité bien qu’atteignant rapidement une vitesse périlleuse. Atteignant le rebord inférieur de l’œil, Gavallan annonça à la Cathédrale-Démon que l’heure du châtiment de la purification avait sonné et tous ensemble, les Purificators pressèrent la détente de leurs Bolters d’Assaut, l’œil explosant et brûlant aux contacts des Bolts, subissant en même temps l’assaut psychique de Chevaliers Gris. L’édifice s’écroula, forçant Crowe à se jeter dans le vide avant de se dégager des débris.[9]

La Mort du Castellan Gavallan

Mais la victoire était loin d’être acquise, car Mnay’salath avait emprunté un passage secret reliant la cathédrale au palais du Gouverneur Planétaire au moment où son maléfice donnait vie à l’édifice religieux. Le Gardien des Secrets, qui portait toujours le masque d’or, prit par surprise les gardes d’Otto Glas à la tête d’une horde de Démons et captura le Gouverneur Planétaire dans la salle du trône, le prenant entre ses mains pour lui montrer devant la baie vitrée derrière le trône le spectacle de la ville en flammes. Mnay’salath brisa ensuite la vitre et hurla qu’on lui apporte Antwyr, son véritable objectif, utilisant Otto Glas comme appât pour attirer les Chevaliers Gris qui entendirent son hurlement. Gavallan ordonna une approche aérienne et les Fils de Titan se dirigèrent vers une zone plus dégagée pour procéder à leur embarquement. Mais ils furent la cible des rescapés humains désespérés qui se jetèrent sur eux, animés par la peur et la folie. Crowe répugna à souiller son épée avec le sang d’un adversaire aussi insignifiant et il se fraya un chemin parmi la foule hurlante, broyant des membres à chaque enjambée avant de rejoindre le Stormraven. Puis des corps de mortels se fendirent, s’étirèrent, se déformèrent et des Démons apparurent et essayèrent de grimper à l’intérieur de la Lame de Répurgation. Fonçant vers le palais, Crowe perçu plus clairement la densité des remous du Warp et les remparts du bastion qui étaient en feu. En parallèle, Vendruhn avait elle aussi menée sa milice vers le palais, la Générale semblant avoir sombré dans une folie sanguinaire contrôlée. Crowe la contacta et lui ordonna de rejoindre la salle du trône au plus vite. Le Stormraven arriva au niveau du flanc droit face de la fenêtre de la salle du trône et les Chevaliers Gris bondirent dans la salle. Un nouveau combat débuta, Gavallan menant ses deux escouades dont l’une menée par Crowe, purifiant la zone des abominations mineures et prenant la mesure de leur véritable ennemi. À travers les fentes du masque, et tenant toujours le seigneur gouverneur dans sa main levée, le Démon Majeur les salua, Antwyr insultant violemment le Gardien des Secrets, montrant un sérieux contentieux entre eux. Otto Glas fut jeté à travers la salle tandis que Mnay’salath s’en prenait à Gavallan. Au passage, le Purificator Carac fut cloué sur place par un cri du Gardien du Secrets si puissant qu’il en fut transpercé avant d’être blessé à coups de pinces. Crowe ressentit du chagrin et au désespoir devant la situation de son frère, tirant avec rage sur le Gardien du Secret alors que Gavallan débutait le duel avec le Démon Majeur qui cherchait à pendre l’Épée. Crowe ne pouvait venir en aide au Castellan, car le chant de Mnay’salath envoya un flot d’abominations qui se déversa dans la salle du trône et qui se jeta sur les Chevaliers Gris dans une charge brutale et déterminée. Encerclé de Démonettes, Crowe tenta de bannir le Gardien des Secrets, ses Frères de Bataille joignant leur pouvoir au sien, s’attaquant aux liens entre le Warp et le materium qu’exploitait le Démon Majeur. Gavallan envoya toute sa puissance psychique pour soutenir ses frères mais se faisant, il ne vit pas Otto Glas surgir derrière lui, tendre la main et s’emparer de l’Épée sur le dos du Castellan, brisant les chaînes qui l’entravait. L’Épée Noire d’Antwyr bondit alors du dos de Gavallan dans les mains d’Otto Glas qui se métamorphosa en une silhouette d’ombre anonyme, juste destinée à porter l’Épée. La silhouette qui avait été Otto leva l’épée et trancha à moitié le cou de Gavallan, Crowe étant témoin de la scène et arrivant juste à temps pour rattraper Gavallan d’un bras alors que le Castellan s’effondrait. Puis Antwyr bondit dans les airs jusqu’à la baie vitrée et disparue après avoir menacé Garran Crowe d’un destin fait que de cendres. Mnay’salath, furieux de voir son plan s’effondrer, s’élança à son tour à la poursuite d’Antwyr avec ses Démons. Crowe se retrouva seul avec ses frères, accompagnant Gavallan dans ses derniers instants.[10]

La Traque d'Antwyr

Hagard suite à la mort de Gavallan, Crowe supporta la rage de Sendrax, les Chevaliers Gris ayant compris qu’ils aient été manipulés par les Démons alors qu’ils rendaient hommage au Castellan mort, en cercle autour de son corps. Crowe laissa Sendrax se calmer avant de déclarer que l’Exterminatus n’était pas une option car l’Épée Noire y survivra. Seule solution, traquer Antwyr. En parallèle, Vendruhn, qui était de plus en plus assoiffée de sang, rassembla ses forces en vue d’annihiler Egeta et ses derniers habitants. Alors qu’elle s’apprêtait à faire un discours à ses soldats, Crowe la remplaça, galvanisant les mortels rassemblés au bord d’un chemin de ronde du palais avant d’ordonner à la Générale de mener la milice dans des Valkyries et quelques transporteurs lourds en vue de s’en prendre au lieu où Antwyr aura trouvé refuge. Crowe renvoya à bord du Sacrum Finem le corps de Gavallan avant de partir dans une base de la milice de la Générale Vendruhn, à quinze kilomètres de la capitale. De là, il ordonna la destruction de tous les vaisseaux en orbite afin d’empêcher l’Épée de s’enfuir et de la forcer à agir afin de la localiser. Puis il exécuta la première phase de la purification de la planète et ordonna au Capitaine Gura d’effectuer un bombardement orbital, annihilant Egeta. Crowe et ses frères passèrent ensuite une nuit à rechercher psychiquement leurs ennemis mais échouèrent.

Antwyr quand à lui contrôlait le corps d’Otto Glas et à travers lui s’amusa à torturer la personnalité du Gouverneur Planétaire toujours conscient. Se déplaçant avec la grâce et la vitesse d’une ombre, Antwyr répandait le chaos sur son parcours, son influence malsaine poussant les mortels à s’entre-tuer. Il lui fallut une journée entière pour parcourir plusieurs centaines de kilomètres, atteignant à la fin la cité de Dikaia, plaque tournante du transport de marchandises agricoles pour le nord du continent et où des millions de tonnes de céréales de Sandava II arrivaient chaque jour pour être expédiées vers d’autres planètes afin de nourrir la faim insatiable de l’Imperium. Là, le Démon n’engendra aucune frénésie meurtrière, car il avait l’attention de prendre le spatioport, d’infiltrer un vaisseau de cargaisons de céréales jusqu’aux transporteurs qui attendaient en orbite et s’enfuir du système. Mais c’est à cet instant que le Sacrum Finem détruisit tous les vaisseaux en orbite de Sandava II, notamment les navettes de céréales qui explosèrent sous les yeux d’Antwyr. Acculée, l’Épée fouilla dans l’esprit d’Otto Glas, déroba sa connaissance des cités de Sandava, trouva le chiffre de la population de Dikaia et le compara à celui de tous les autres centres urbains à portée. Dikaia était le principal port de commerce de la planète avec plusieurs millions d’habitants de plus qu’Egeta. Satisfait, Antwyr se rendit vers le centre de Dikaia, là où se dressait la tour Vigilance, dont l’ombre gigantesque recouvrait l’agglomération. La chose-ombre se déplaça vers la tour, se transformant en un monstre plus grand, avec une texture qui ressemblait à un mélange de chair et de plaques de blindage avec des pointes sur ses bras et sa poitrine, et des cornes noires sur son front. Durant son trajet, Antwyr déploya sa corruption, forçant tous les habitants à le suivre peu à peu, devenant ses marionnettes sans plus aucun libre arbitre. Quand Antywr monta en haut de la tour, les dix millions d’habitants de Dikaia étaient sous sa volonté, réagissant à sa volonté comme un seul être.

Une des opératrices vox de la milice vint alors trouver Crowe, et lui appris la perte de contact de deux villes : Beroea et Dikaia. La première était officiellement envahie mais la seconde avait été plongé dans un silence soudain et total. Garran Crowe sut qu’Antwyr était alors là bas. Avec ses frères, il parti pour son dernier combat comme membre à part entière de son escouade.

Le Lame de Répurgation s’envola vers Dikaia à la tête des aéronefs de la milice planétaire. Une fois arrivée, Crowe vit que l’Épée Noire avait massé un million de personnes, la plupart des soldats armés, pour le repousser. Il vit en haut de la tour Vigilance une ombre qui pulsait, tourbillonnait et se contorsionnait. Puis les milliers de canons situés sur la tour tirèrent sur le Stormraven, son pilote se retrouvant forcé d’effectuer une course folle afin d’éviter les tirs des plus grosses pièces d’artillerie, le pouvoir de l’Épée Noire étant si puissant qu’elle pouvait tirer avec une précision terrifiante à travers des milliers de possédés. Conscient que la tour Vigilance était une cible assez massive pour éviter d’être touché par le Sacrum Finem, Crowe ordonna un bombardement orbital tout en menant ses frères dans une guerre au sol sous ce même bombardement. Mais malgré le fait qu’il ai contacté Vendruhn pour lui expliquer son plan, lui enjoignant de ne pas débarquer, la Générale n’écouta pas et dirigea ses blindés pour aller affronter Antwyr, s’en prenant aux murs d’enceinte de Dikaia avant d’attaquer la population dominée par l’Épée, commettant un véritable carnage. Le bombardement orbital débuta et Crowe et ses frères débarquèrent dans la cité sous les bombes. Ils avancèrent sous l’averse mortelle vers la tour Vigilance, se traçant une voie sanglante dans la foule qu’Antwyr envoya immédiatement contre eux. Alors que la cité s’effondrait sous les bombardements et que des millions d’humains périssaient, Antwyr savait à chaque instant où se trouvaient les Chevaliers Gris, voyant à travers les yeux de ses pantins. Garran Crowe vit Frère Doran faire un faux pas alors qu’il était assaillit de corps enflammés par le prométhéum et s’enfoncer dans un trou au milieu du monticule de cadavres alors qu’un obus frappait juste à côté du cratère, le désintégrant. Puis la cité explosa et Crowe courut au milieu des impacts, des débris de la taille d’un Land Raider volant au travers de l’avenue qu’il engageait à pied, profitant du fait qu’une horde d’hérétiques disparut dans l’explosion, lui ouvrant la voie. Atteignant enfin le pied de la tour Vigilance, poursuivis encore par quelques possédés, Crowe vit une série de prises espacées régulièrement sur la paroi de la tour, marquant la voie empruntée par le Démon. Il décida de grimper seul, ordonnant à ses frères de tuer tous les hérétiques afin de priver Antwyr d’yeux pour le surveiller et garder son attention focalisée sur les combats. Ainsi, c’est en montant du haut de cette tour que Garran Crowe allait embrasser sa destinée de gardien solitaire.

Durant l’ascension de Crowe, les dix millions d’habitants de Dikaia furent massacrés jusqu’au dernier et pas un seul bâtiment de la ville ne resta debout, la Capitaine Gura lui confirmant via son communicateur vox la destruction totale de la cité. Crowe lui ordonna de continuer le bombardement pour déconcentrer Antywr, apprenant en même temps la désobéissance de Vendruhn, ce qui le troubla. Puis ce fut au tour de Sendrax de le contacter pour lui confirmer la mort des civils et lui proposer son aide. Mais Crowe, quoi qu’honorer par la proposition de son frère, refusa, car la garde d’Antwyr était désormais son fardeau. Arrivé enfin au sommet de la tour Vigilance qui était uniformément plat, Crowe fit face à des rafales tourbillonnantes qui le frappèrent, tentant de l’emporter et de le jeter hors de la tour. Antwyr avait invoqué une tempête autour de lui et avançant dans ces ténèbres, le Purificator se retrouva enfin face à la silhouette d’ombre d’Otto Glas. Antywr l’attaqua, son Épée-Démon en main. Le monstre qui avait été Otto était désormais une créature cuirassée et hérissée de pointes, plus grande et plus large que Crowe. Elle était plus rapide aussi, et elle maniait l’Épée avec toute la précision de sa volonté prédatrice. Elle bondit sur le Chevalier Gris et un duel s’engagea. Antwyr essayait de le tuer d’un seul coup puissant, surpris de se retrouver face à Crowe. Le Purificator para tous ses coups et étudiait sa stratégie de combat. Mais son Épée Némésis explosa en parant un coup puissant, forçant le Chevalier Gris à utiliser son Bolter et à envoyer une attaque psychique qui toucha Antwyr en plein visage. La douleur du Démon offrit à l’âme d’Otto Glas l’occasion d’exercer une certaine influence sur son corps damné, luttant suffisamment longtemps pour neutraliser un coup de l’Épée dirigée vers la poitrine de Crowe. Otto Glas lutta mais échoua, Crowe acceptant le sacrifice qu’il devait consentir. La pointe d’Antwyr perça son plastron de son armure et sa Carapace Noire, brisant des côtes. C’était là la victoire d’Otto et de Crowe qui saisit alors l’Épée des deux mains, et tourna et secoua la poignée de toutes ses forces, arrachant la lame des mains du monstre. Avec des cris de rage, Antwyr fut de nouveau enfermé dans l’Épée Noire. Il ne resta plus qu’une silhouette grise brisée et suppurante, les reste du corps d’Otto Glas, à peine vivant. Garran Crowe, après l’avoir accusé du meurtre de Gavallan, le décapita avec l’Épée Noire qu’il mania pour la première fois de sa vie.

Il était désormais le Castellan.[11]

Le Combat Final Contre Mnay'salath

Pendant ce temps, Mnay’salath enrageait, son courroux déformant les champs de Sandava II en tentacules de chair qui engloutissaient les agri-serfs dans leur étreinte monstrueuse, transformant l’eau des pluies en huiles odorantes qui plongèrent hommes et bêtes dans une rage sanguinaire, souillant même l’océan alors que le Démon Majeur le survolait, porté par les énergies Warp qu’il avait évoquées, filant en direction de la pointe ouest du continent austral de Sandava II. Le Gardien des Secrets s’était dirigée vers la cité de Beroea, la ville sainte de Sandava II, où trônait le palais de l’Ecclésiarchie à l’extrémité d’une péninsule étroite qui s’avançait dans l’océan. Ces Démons massacrèrent la population afin d’effectuer des sacrifices et nourrir un sort funeste.

Antwyr de nouveau récupéré, Crowe mena l’assaut sur Beroea, avec son Stormraven à la tête des Valkyries de la milice pour le dernier combat de Santava II. Il refusait toujours l’Exterminatus, car il fallait mettre la main sur le masque d’or afin de s’assurer que plus jamais cet artefact ne ferait de mal dans le monde matériel.

Durant le voyage, le Castellan se tenait désormais à l’écart de ses frères, subissant les paroles corruptrices d’Antwyr. Il gardait une main sur le pommeau, afin de rappeler à l’épée qu’elle était son prisonnier, et se rappeler à lui-même qu’il en était le gardien.

Il demandera à Drake de rencontrer la Générale Glas, afin d’avoir son avis sur son état, se doutant qu’un destin se tissait à travers elle. Son rapport sera incertain, et sans conclusion claire mais Drake notera que Vendruhn semblait suivre une "tentation" dans la violence.

Arrivant enfin à Beroea, Crowe se retrouva face à une ville qui avait été entièrement transformée, ou plutôt recréée. Des crucifix étaient disposés en immenses cercles de sacrifice, des millions de malheureux ayant été décapités et enfoncés dans des croix, leurs corps se tordant dans une agonie sans fin. Les avenues étaient devenues des canaux rouges, qui acheminaient le sang vers le palais démoniaque. Les hab-blocs avaient été transformés en gigantesques sculptures d’os de dizaines de mètres de haut, aux façades déformées dont les convolutions végétales figées évoquaient une souffrance organique.

Jamais Garran Crowe ne répondrait à l’Épée. Il n’entamerait jamais un dialogue avec Antwyr ; ce serait entrer dans son jeu. Mais il avait une réponse pour lui-même. Il ne pouvait la détruire, mais il pouvait la contenir, et la punir. Elle cherchait à le faire souffrir, mais elle souffrira elle aussi. L’Épée frappera désormais au nom de l’Empereur, et jamais pour elle-même.

Un chant qui émanait d’un chœur de plusieurs millions de voix, dont peu étaient humaines, se faisait entendre depuis les structures de Beroea et à la place du palais ecclésiarchal se trouvait une masse faite de chair, qui se soulevait et tremblait, à la surface tachetée de vert, de gris et de blanc. De cette masse jaillissait une explosion de flèches, de tours s’empilant les uns sur les autres. Les flèches donnaient naissance à d’autres flèches, qui se hérissaient dans le ciel en devenant de plus en plus minces. Au sommet de la colline de chair, une tour dominait les autres, devenant la cible des Purificators. C’est alors que le palais s’éleva dans les airs, se révélant des centaines de fois plus grande que la cathédrale d’Egeta avec trois jambes de plus d’un kilomètre de hauteur. Le palais se redressa jusqu’à ce que la tour la plus élevée revienne à la verticale avec le sol, comme des épaules. Tout était mouvement sur le palais de l’excès, les tours tournants comme des pistons, s’enroulant les unes autour des autres, d’autres montant et descendant, faisant couler des rivières d’un sang noir qui retombait sur le sol en une pluie torrentielle. Des tours et de la chair s’entremêlèrent dans un cyclone de tissus et de fer formant des tentacules qui tentèrent d’attraper le Stormraven et les Valkyries. La moitié des aéronefs de la milice fut annihilée, le reste débarquant sur une piste d’atterrissage avec la Générale Glas qui mena le dernier assaut contre des Démons de Slaanesh qui les attendaient.

Crowe compris qu’il ne pourra pas se poser et tenta de sauter sur la chair de l’abomination, mais des milliers de gueules apparurent sur la surface du palais corrompu, cherchant à happer les Chevaliers Gris. Il décida de viser les tours, se doutant qu’il pourra y trouver une entrée afin d’y affronter le Gardien des Secrets. L’aéronef se dirigea vers la jambe avant du monstre au moment où elle venait juste de retomber au sol, Crowe pariant sur le fait qu’il avait quelques secondes pour s’y poser avant qu’elle ne rebouge. Ce pari fut gagnant, et le Castellan et ses Frères de Bataille se posèrent et empruntèrent une entrée voûtée qui s’ouvrait à un mètre au-dessus du sol, inclinée à au moins quarante-cinq degrés. Ils atterrirent sur un pan incliné fait de cartilage et de muscle, un couloir menant vers leur cible.

Le Castellan Garran Crowe fit alors une chose inédite dans l’histoire de son Chapitre. Contrairement à tous les Gardiens précédents, il dégaina Antwyr et allait s’en servir pour se battre. La leçon de la mort de Gavallan restera présente dans son esprit si bien qu’il refusera à porter l’épée attachée sur son dos.

Crowe déboucha au bas d’un immense puits avec des pointes sur les parois et laissant s’échapper un ichor visqueux. Commençant à grimper, il subit un changement de gravité, l’envoyant dans divers couloirs et escaliers qui parsemaient le puits, avançant malgré les mouvements des jambes qui faisait subir aux Fils de Titan une pesanteur équivalente à la chute d’un Module d'Atterrissage. Entourés de bouches qui s’ouvraient dans les parois de fer, l’angle de l’ascension des Purificators changea encore, le puits se faisant plus large, alors que Crowe pénétrait dans un monde de cages d’escaliers et de salle entrecroisées, où les couloirs s’empilaient et s’enchevêtraient et où les planchers, les murs et les plafonds se rejoignaient à différents angles. La voix de Mnay’salath souhaita la bienvenue aux Space Marines, leur présentant son "bal", tandis que les bouches dans son spectacle de démence exigeait l’Épée Noire. Priant l’Empereur, les Chevaliers Gris sonnèrent la charge, Crowe subissant les attaques vocales d’Antwyr qui tentait à l’aveugler. Crowe rendit alors fou de rage l’Épée Noire en la maniant pour tuer des Démonettes. Pour la première fois, un Chevalier Gris utilisait l’Épée au combat, Crowe punissant ainsi Antwyr en le maniant comme une arme contre les Dieux Sombres, une nouvelle forme de prison pour le Démon. L’Épée frappera désormais au nom de l’Empereur, et jamais pour elle-même.

Crowe monta de plus en haut, trucidant tous les Démons à sa portée, arrivant enfin dans le corps du palais monstrueux, constitués de gigantesques halls qui s’enchevêtraient en un kaléidoscope dément avec d’immenses lustres qui pendaient à l’envers depuis le sol, ou à la parallèle depuis les murs. Des volées de marches apparaissaient aussi fines que de la soie et s’entrecroisaient ou flottaient dans le vide, mélangeant les directions alors que les planchers semblaient planer, sans le soutien de murs. Dans cet espace, les Démons de Slaanesh pouvaient attaquer de toutes les directions, ce qu’ils firent. Les Chevaliers Gris plongèrent dans le tourbillon du grand bal démoniaque, chargeant à travers le plafond d’un hall immense. Crowe emprunta un escalier en spirale, faisant face à une horde de Démons qui courait sur le plafond. Sa perspective se modifia de nouveau, puis encore, alors que l’escalier franchissait d’autres salles, la gravité le tirant dans un sens, puis dans l’autre. Arrivant avec ses frères dans un palier entièrement composé de vitraux, Crowe les organisa en une formation en cercle et ils continuèrent à avancer, n’offrant aux Démons aucune occasion de s’insinuer entre eux et d’isoler l’un des leurs. Crowe sentait qu’il approchait vers le cœur de la corruption, et ce pré-sentiment fut récompensé quand un flux du Warp se mit à tourner autour de Crowe, comme un cyclone, lui révélant qu’ils étaient sur la bonne voie. Il suivit le cyclone jusqu’à l’entrée de la tour principale. C’est alors que Mnay’salath apparu devant les Chevaliers Gris qui l’attaquèrent comme un seul homme. Le Frère Drake vit son bras droit se faire arracher par le Démon Majeur alors que Crowe se jetait en avant, en hurlant un anathème aux Démons qui le retenaient, appelant la puissance de l’Empereur pour les bannir de ce monde. Il chargea ensuite Mnay’salath qui prononça un mot de toutes ses bouches, les syllabes s’entremêlant et pénétrant dans l’être même de Crowe. L’espace d’un instant, le Castellan fut paralysé et agité de spasmes, mais refusant de lâcher l’Épée. Quand Mnay’salath se pencha vers lui, Crowe fit appel à son feu psychique, et frappa avec Antwyr le masque que portait le Gardien des Secrets, qui se brisa sous l’impact. Mnay’salath hurla, les autres Démons l’imitant. Le Gardien des Secrets vit son masque d’or se briser et tomber en cendres, offrant au Castellan Crowe l’occasion de sauter et d’enfoncer dans le front du Démon Majeur l’Épée Noire. Mnay’salath explosa et une décharge d’énergie Warp se propagea en onde de choc, bannissant les Démons qu’elle touchait et provoquant la chute du palais.

Crowe rattrapa Drake grièvement blessé alors que la masse du palais plongeait vers le sol. Un gigantesque raz de marée d’architecture fluide se déversa sur les Chevaliers Gris, et la surface sous leurs pieds devint un océan. Crowe fut ballotté dans un océan de substance du rêve de Mnay’salath et lorsque le palais s’enfonça pour de bon, il s’extirpa hors de l’édifice impie, lui et tous ses frères ayant survécu au choc. Les corps décapités sur les crucifixions ne bougeaient plus et Crowe vit que la milice avait été détruite. La mort supposée de la Générale Vendruhn lui semblait étrange, comme si un motif qui se dessinait autour d’elle n’avait pu éclore. Il retourna avec ses frères sur le Sacrum Finem, et ordonna le martyre final de Sandava II, la planète subissant un Exterminatus.

Garran Crowe devint ainsi officiellement le nouveau Castellan des Chevaliers Gris suite à ces évènements tragiques.

Néanmoins, le fantôme de Sandava II reviendra le hanter prêt d’un siècle plus tard, et la Générale Vendruhn Glas, disparue durant les combats contre les Démons lors de la bataille finale, refera parler d’elle, pour le pire…[12]

La Planète Noire

« JE SUIS LA MORT INCARNÉE. JE SUIS LE FIL DE L’ÉPÉE, JE TRANCHE LES CHAIRS POUR M’ABREUVER À LA SOURCE DE LA VIE. OFFRE-MOI TON CORPS, ET JE T’APPORTERAI LA GLOIRE, LA VENGEANCE ET L’IMMORTALITÉ. TU N’AS QU’UN MOT À DIRE… »
- Antwyr, l’Épée-Dieu.

Les Démons sont des créatures vindicatives et leurs plans s’échelonnent sur des siècles, car ils ont toute l’éternité devant eux pour tenter de corrompre les mortels. Antwyr est un être très ancien qui connaît bien les Dieux Sombres, car il a eu affaire à eux plusieurs fois au cours de sa longue existence. C’est ainsi que lorsque Crowe affronte un champion des Puissances de la Ruine, il arrive que l’Épée d’Antwyr le reconnaisse. Il n’est donc pas rare que l’arme tente d’aider le Démon à tuer Crowe, en redoublant ses assauts mentaux contre lui, ou en murmurant au Démon les feintes que Garran a l’habitude d’utiliser. Parfois cependant, la lame rencontre un de ses ennemis jurés et espère bien qu’il sera renvoyé dans le Warp. Dans ce cas, elle prête main-forte au Chevalier Gris pour l’aider à remporter son duel. Cependant, Crowe n’écoute jamais les conseils de l’Épée, car il sait les risques encourus quand on prête l’oreille aux dires d’une telle créature. Malgré tout, il prend soin de répéter les moindres paroles d’Antwyr aux Prognosticars pour qu’ils en tirent des informations.

Une des ruses d’Antwyr mena à la Bataille de la Planète Noire, où la lame désirait contrecarrer les plans du Preneur de Crânes, un de ses plus vieux rivaux. En 888.M41, Le Démon de Khorne avait choisi cette planète car il avait été attiré par les miasmes de violence qui en émanaient. En effet, ce monde avait été dépeuplé suite à un raid Drukhari de près d’un an. Les milliards d’habitants avaient été réduits à quelques tribus éparses et affamées qui se terraient dans les ruines de leurs cités. Le Preneur de Crânes savait que la planète était une proie facile et entama un rituel afin de l’attirer dans le Warp, afin que les Démons puissent dévorer les âmes des vivants aussi bien que des morts.

Les Prognosticars informèrent le Grand Maître Suprême de l’imminence de l’incursion démoniaque, par conséquent celui-ci forma la Force de Frappe Iron Helm afin d’intervenir. Les Chevaliers Gris se téléportèrent depuis l’orbite basse et arrivèrent au milieu du spatioport, où ils découvrirent un véritable carnage. Des cadavres décapités s’empilaient partout sur le tarmac et dans les gares. Ils aperçurent alors une arène érigée avec les ossements des morts. Les Chevaliers Gris y pénétrèrent sous les vivats de spectateurs démoniaques et virent le Preneur de Crânes, debout sur un tapis de têtes coupées, tandis que ses serviteurs traînaient hors de l’arène le cadavre de sa dernière victime. Antwyr hurla et poussa des jurons en sentant la présence du Démon de Khorne alors même qu’une horde de Sanguinaires attaquait les Chevaliers Gris. Crowe savait qu’il était le seul en mesure de vaincre le Preneur de Crânes, et il décida de gagner du temps afin que ses frères aient le temps de s’échapper. Le Castellan lança donc un défi en pointant son épée vociférante vers le champion de Khorne. Crowe répugnait à accomplir la volonté d’Antwyr, mais il n’avait pas le choix.

Avant que le Preneur de Crânes puisse s’élancer, Crowe utilisa l’atout que lui avait confié le Grand Maître Suprême : un flacon de larmes cristallisées de l’Empereur. Elles permirent à Crowe de bénir la terre autour de lui, ce qui priva le Preneur de Crânes d’une partie de ses pouvoirs. Cependant, malgré cet avantage, Crowe ne pouvait que résister le plus longtemps possible face à son adversaire, car il ne parvenait pas à le surclasser. De plus, Antwyr criait dans l’esprit de Crowe de le libérer, promettant qu’il viendrait aisément à bout du Preneur de Crânes si le Chevalier Gris acceptait le pacte qu’il lui proposait. Néanmoins, le Castellan ignora les suppliques de l’Épée. Le Preneur de Crânes et lui combattirent des heures durant, jusqu’à ce que le Héraut de Khorne remarque que son enveloppe physique s’étiolait, car l’emprise du Warp sur la planète faiblissait. En effet, il avait été obnubilé par le désir de vaincre Crowe, et ne s’était pas rendu compte que le reste de la Force de Frappe Iron Helm avait purgé la planète. Le Démon s’évanouit en maudissant Crowe tandis qu’Antwyr éclatait d’un rire moqueur.[13]

La Bataille d'Hexenfast

Garran Crowe affrontant le Maître Infernal Xentep Korazon durant la Bataille d’Hexenfast.

Après l’ouverture de la Grande Faille, le Primarque des Thousand Sons, Magnus le Rouge, avait mené un rituel sur son Monde Démon, Sortiarius, qui était alors apparu dans l’espace réel. Ce rituel devait accélérer cent fois l’Éveil Psychique, un phénomène qui démultipliait le nombre de Psykers dans la population humaine, nourrie par la Cicatrix Maledictum qui coupait l’Imperium en deux. Un assaut sur Sortiarius fut lancée par les Chevaliers Gris, dirigés par le Frère-Capitaine Arvann Stern et le Grand Maître Suprême Kaldor Draigo, aidés par les Dark Angels menés par le Commandant Lazarus. Draigo ordonna un bombardement dévastateur sur le site du rituel qui fut pulvérisé, mettant à bas les plans de Magnus. Les Impériaux évacuèrent, mais ceux qui ont couverts la retraite furent abandonnés à leur sort.

Un Maître Infernal des Thousand Sons, Xentep Korazon, senti la défaite du rituel depuis son antre sur la géante gazeuse Hexenfast dans le Système Senvorth. Exilé dans ce système après la disgrâce de son Magister, Korazon s’était affairé à la création d’un cheptel de Démons qui lui apprit en détail la situation de Sortiarius. Il proposa à son Magister de se rendre sur-le-champ sur leur monde natal et reprendre ce qu’ils avaient perdu. Ce site du rituel n’était que ruines fumantes, sa trame pouvait être suturée, ses braises occultes attisées à nouveau. En outre, les Chevaliers Gris et les Dark Angels acculés sur la planète pouvaient être capturés et offerts à Magnus qui les récompenserait certainement. En réalité, Korazon ne se préoccupait que de son ascension et désirait plus que tout mettre la main sur Antwyr. Afin d’attirer son Gardien, le Maître Infernal comptait utiliser les prisonniers comme appât. Xentep Korazon atteignit Sortiarius et envoya ses Démons traquer les Space Marines, tandis qu’il piégeait et éliminait son Magister pour pendre le contrôle des ses Terminators du Scarabée Occulte. Allié avec le Chaman Tzaangor Razyrak le Pèlerin, Korazon captura des Chevaliers Gris de la 3e Confrérie et une poignée de Purificators, grâce à des éclats du site rituel fracturé de Magnus, emprisonnant à l’intérieur les Chevaliers Gris qui se retrouvèrent enfermés dans des obélisques primitifs pulsant d’une lueur violette morbide.

De retour après que sa Force de Frappe ait subi des pertes après des mois passés à purger les sectes de Nurgle des jungles purulentes de Diminoch, Garran Crowe se trouvait alors seul dans ses quartiers du Croiseur d’Attaque Sanctum Meditus, supportant les provocations d’Antwyr qui étaient à présent plus fébriles que jamais, et qui n’évoquaient joyeusement qu’une chose : l’épanchement de secrets. Ces mots s’avéreraient très vite étrangement bien choisis. Crowe entendit psychiquement les voix de ses frères capturés, notamment celles du Justicar Rollo, du Lexicanium Ernhalt de la 3e Confrérie et du Frère Wernfrith, un Purificator. Il comprit qu’ils avaient été capturé dans le Système Senvorth. Crowe fut sceptique car il était presque inédit que des Frères de Bataille communiquent avec lui de cette manière, et les chances qu’un message intact atteigne le Castellan était quasi nulles. Pourtant, cet appel à l’aide avait aussi atteint les Astropathes du Sanctum Meditus, ces derniers détaillant au Castellan des détails de bataille que seul Crowe et ses frères capturés pouvaient connaître, citant des versets du Cantique de l’Absolution qu’aucun imposteur n’aurait pu connaître. Mais se lancer dans ce sauvetage dans un système lointain avec ses effectifs amoindries aurait été imprudent, si bien que Garran Crowe prit la décision difficile de retourner sur Titan pour regarnir ses rangs avant de conduire une force de libération sur Senvorth. L’Épée Noire d’Antwyr se moqua de la prudence de Crowe, l’accusant de couardise, de négligence et de la mort de ses frères par son inaction. Mais c’est alors qu’Antwyr parla des secrets du Chapitre qui seront bientôt révélés. Cela glaça le sang du Castellan qui sut que le risque était réel.

Cette crainte se développa lorsque les voix des prisonniers persistèrent, mais leur ton ayant subitement changé, demandant seulement le pardon et l’absolution, affirmant que leur serment était brisé et que leurs âmes abdiquaient. Refoulant le rire assourdissant d’Antwyr dans les tréfonds de son esprit, Crowe mit le cap sur le Système Senvorth, déterminé à empêcher que des Chevaliers Gris succombent au Chaos.

Les Astropathes de Crowe remontèrent leur piste jusqu’à la géante gazeuse Hexenfast en bordure du système. La couche nuageuse supérieure de la planète abritait autrefois une ferme à phosphore bâtie sur un satellite rocheux dont on avait modifié l’orbite et criblé la surface d’usine de traitement, de puits filtrants et de silos. Mais cette installation avait été abandonnée peu après l’ouverture de la Grande Faille, lorsqu’une fissure Warp s’était ouverte dans le noyau de Hexenfast, lâchant des entités démoniaques dans l’atmosphère et changeant ses violentes tempêtes en ouragans empyréens. Le Castellan mit le cap vers la station, conscient que si les Chevaliers Gris étaient retenus captifs, s’était c’était sûrement là.

Crowe a réunit une escouade de Purificators et embarqua avec eux dans un Stormraven, convaincu que la pureté combinée de leurs âmes protégerait l’Escorteur contre les Démons qui pullulaient dans l’atmosphère. Le Stormraven traversa les nuages bouillonnants d’Hexenfast, et la sainteté des Purificators retint l’assaut démoniaque, permettant au Castellan de débarquer dans la raffinerie qui paraissait abandonnée. En avançant, lÉpée Noire exsuda un panache de fumée derrière Crowe et les réverbérations psychiques se firent plus intenses au fur et à mesure que les Chevaliers Gris s’enfonçaient dans les installations, les voix se lamentant à présent de leur trahison envers leurs frères. Crowe ne se rendit pas compte de la mutation du terrain et très vite, les coursives rouillées et les cheminées de refroidissement fusionnèrent avec la roche et des choses se tordirent et suintèrent des ombres. Les voix menèrent Crowe et sa troupe jusqu’à une chambre de distillation caverneuse, là où la corruption totale de la station se fit jour : l’usine était devenu un lieu de culte du Chaos et sur le mur opposé de la salle, la bouche d’un vaste tunnel s’enfonçait dans les ténèbres. Crowe demanda des renforts au Sanction Medina puis s’avança, certain que les prisonniers s’y trouvaient.

Cependant, avant que les Chevaliers Gris de Crowe eussent pu l’atteindre, émergeant de trappes et de fissures dans la chambre, un ost de Tzaangors s’abattit sur eux, coupant toute retraite. Pire, des Terminators du Scarabée Occulte accompagnés de Xentep Korazon sortirent des flammes tandis que Razyrak le Pèlerin fondit des hauteurs enténébrées de la caverne.

Scandant des versets sacrés de l’ordre des Purificators, le Castellan Crowe fit face aux hérétiques, déclenchant la Bataille d'Hexenfast.

Crowe combattit aux cotés de son fidèle ami Sendrax - en qui il voyait désormais son digne successeur - tout en ignorant toujours les paroles d’Antwyr qui affirmait que son frère était faible et serait responsable de la chute du Chapitre. Il réparti ses Purificators en escouades de combat, avant de lever l’Épée Noire et charger les Terminators du Scarabée Occulte, entonnant les paroles de protection tout en courant, s’entourant ainsi d’un halo lumineux qui généra une barrière temporaire contre les projectiles des Thousand Sons. La bataille fit rage et le Castellan Crowe sentit à bout d’un moment une autre force apparaître alors que le sang et l’énergie empyréenne coulaient à flots : la présence psychique de ses frères captifs. Cette révélation le galvanisa lui et ses guerriers, et ils redoublèrent tous d’ardeur face à l’adversaire. Quelques minutes plus tard, la force de Tzeentch parut céder et les Terminators du Scarabée Occulte s’évanouirent dans une déflagration de feu Warp, tandis que les Tzaangors cessèrent leur assaut pour disparaître dans des passages secrets. Les Fils de Titan furent bientôt seuls dans la chambre de distillation, Crowe en profitant pour prendre un moment pour rendre hommage aux hommes qu’il avait perdus. Puis il mena ses guerriers dans les tunnels, à l’autre bout de la chambre, se frayant un chemin dans les entrailles de l’usine corrompue jusqu’à une vaste caverne où une scène de démence l’attendait : Korazon se tenait avec ses Rubricae autour d’un gigantesque cairn d’où émanaient des rais de lumière pourpre et blanche. Des Démons tournoyait dans les airs alors que des Tzaangors apparaissaient derrière le cairn. L’écho psychique atteignit son apogée, tandis qu’Antwyr affirmait que les Chevaliers Gris arrivaient trop tard, et que leur lutte était vaine, certains Purificators doutant même de leurs chances de réussite en l’entendant parler. Mais Crowe raviva l’espoir en ordonnant à un Cuirassier Némésis de se téléporter depuis le Sanctum Meditus, piloté par Frère Torvyn.

L’affrontement final démarra mais deux conclusions de cette bataille nous sont connus.

La première conclusion vit Garran Crowe sentir le rappel des esprits des Frères de Bataille incarcérés, refusant de croire que les nobles guerriers de la 3e Confrérie avaient failli à leur serment. Tout en ordonnant aux Purificators et au Cuirassier Némésis de lancer l’assaut, le Castellan concentra son esprit et ouvrit un portail à travers l’Immaterium qui conduisait directement au cairn de flux. Il pénétra par cette porte et, lorsqu’il en ressortit, il vit que le monument était entouré de Démons, certaines des entités du Warp s’en prenant à lui. Des sortilèges de Tzeentch de toute sorte pilonnèrent Crowe - des décharges d’énergie mutagène jusqu’aux illusions élaborées et fluctuations localisées de l’espace-temps - qui riposta en faisant décrire à l’Épée Noire des arcs devant lui pour se frayer un chemin jusqu’aux pierres dressées. Alors que les Terminators du Scarabée Occulte tombaient les uns après les autres face au Cuirassier Némésis, Crowe engagea le combat contre Xentep Korazon qui se révéla être un formidable adversaire. Tandis qu’ils s’affrontaient, Antwyr les raillait tous deux, affirmant qu’aucun n’était digne de la brandir. Mais, comme pour donner tort au Démon, Crowe transperçât de sa lame l’armure ornementée du Maître Infernal, Antwyr en profitant pour absorber son essence millénaire, tuant Korazon qui n’eut qu’un aperçu fugace de la puissance du Démon. Profitant de la confusion suite à la mort du Maître Infernal, le Chaman Tzaangor Razyrak parut devant Crowe et but une longue gorgée de son plus puissant élixir, s’avançant ensuite pour anéantir le Castellan d’une décharge mystique. Crowe fut sauvé par Frère Torvyn qui verrouilla le Chaman dans le viseur de son Cuirassier et le désintégra d’une rafale de Psycanon lourd. Les abominations du Chaos s’enfuirent suite à ce dernier revers. Crowe ordonna à ses hommes de former un cercle de protection autour du cairn de flux, à l’affût de ce que ou ce qui pourrait émerger. Les Chevaliers Gris concentrèrent leur puissance mentale collective pour détruire ce qu’il restait des pierres dressées, permettant à leurs frères prisonniers de s’extirper. Une période de quarantaine et de surveillance étroite permettrait d’établir quelles séquelles spirituelles ils conserveraient après leur incarcération mais pour Crowe, son honneur étai sauf bien que tout un travail d’archivage à faire sur Titan l’attendait.

La seconde conclusion vit le Castellan atteindre le cairn de flux et établir un lien psychique avec les prisonniers. L’échange le convainquit que les esprits de ses frères n’avaient pas été souillés par ce qu’ils avaient enduré, même s’il faudrait des mois de tests sur Titan pour le confirmer. Repérant Korazon qui orchestrait l’attaque démoniaque, Crowe sonna la charge. Il affronta dans un ouragan de lames de flammes psychiques avec ses Purificators les Terminators du Scarabée Occulte qui s’étaient mis en position pour défendre Korazon, jusqu’à ce que Frère Torvyn utilise ses pouvoirs psychiques pour ouvrir un corridor empyréen devant son Cuirassier Némésis, franchisant le portail pour émerger quelques secondes plus tard à l’intérieur du cairn de flux et pointer immédiatement ses armes sur les Démons frénétiques qui attaquaient les pierres. Les Tzaangors chargèrent Crowe et les Purificatots mais dans la confusion générale, le Castellan se retrouva coupé de ses hommes. Faisant fi de son isolement, Crowe poursuivit son avance vers le Maître Infernal et très vite, les deux adversaires croisèrent le fer. Mû par une ténébreuse fureur, Garran Crowe frappa de taille et d’estoc, mais Korazon était un combattant aguerri, et il esquivait ses assauts avec une surprenante agilité, ripostant à chaque coup du Castellan avec son sceptre de force. Crowe tailla en pièces les Démons qu’invoquait Korazon, mais ce dernier en profita pour s’entretenir enfin avec Antwyr, offrant au Démon un rôle de premier plan en tant que conseiller et mentor. Lorsque Razyrak le Pèlerin surgit soudainement, il utilisa un sortilèges connu de lui seul, dévoilant le secret de sa création : la prison des Chevaliers Gris était en réalité le point de convergence d’un réseau reliant des dizaines de monuments similaires bâtis dans toute la galaxie. L’énergie combinée de ces sites se déversa soudain dans la chambre dans une véritable déflagration de lumière cramoisie, dispersant la nuée de Démons de Korazon et endommageant le Cuirassier Némésis. Les Chevaliers Gris piégés à l’intérieur des pierres furent instantanément incinérés et alors que le cairn de flux vomissait des flots de magie du changement, une fissure dans le Warp s’ouvrit autour du monument. Puis Korazon, qui s’était convaincu que l’Épée Noire avait accepté le pacte qu’il lui avait proposé, entonna les paroles d’un rituel qui la lierait à lui, alors même que le Castellan Crowe poursuivait le combat. Cependant, Antwyr avait d’autres ambitions et il déchira l’esprit de Korazon en lui renvoyant sa sorcellerie, y ajoutant ses propres conditions : si Korazon voulait s’attacher ses services, le Démon voulait être libre avec une légion d’esclaves à son service. Le Maître Infernal tenta le tout pour le tout et invoqua une nuée de Démons qui se regroupa pour former un tourbillon de corps démoniaques qui s’emparèrent de Crowe et de Korazon. Le Castellan fut précipité dans le portail Warp qui entourait le cairn de flux avec le Maître Infernal. On ignore où il aurait été précipité, mais si cette conclusion de la bataille est bien celle-ci, nul doute que Crowe mènera la lutte pour contrôler Antwyr.[14]

Sources

Pensée du Jour : « Le misérable esprit Xenos ne saurait se mesurer au regard des standards humains. »
  • Codex Adeptus Astartes Grey Knights, V8
  • Codex Adeptus Astartes Grey Knights, V7
  • Codex Chevaliers Gris, V5
  • Warhammer 40 000 - Malefeu
  • ANNANDALE DAVID, Gardien de la Lame-Démon, Black Library, 2017
  1. Informations issues du Codex Adeptus Astartes Grey Knights - Brother-Captain Stern, V8 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues du Codex Chevaliers Gris - Crowe, V5 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Premier - Renouveau de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Premier - Renouveau de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Deux - Les Ombres l'Ordonnent de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Deux - Les Ombres l’Ordonnent, Chapitre Trois - Le Début des Festivités, Chapitre Cinq - Le Miracle Froid de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Trois - Le Début des Festivités, Chapitre Quatre - Les Symétries de la Flamme de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Premier - Renouveau, Chapitre Deux - Les Ombres l’Ordonnent, Chapitre Trois - Le Début des Festivités, Chapitre Quatre - Les Symétries de la Flamme, Chapitre Cinq - Le Miracle Froid, Chapitre Six - L’Ascension de la Cathédrale de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Cinq - Le Miracle Froid, Chapitre Six - L’Ascension de la Cathédrale, Chapitre Sept - L’Heure du Martyre, Chapitre Huit - Le Champion de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Huit - Le Champion, Chapitre Neuf - La Fin de la Danse de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Dix - L’Ascension d’Antwyr, Chapitre Onze - Éruption, Chapitre Douze - Le Destin de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de Gardien de la Lame-Démon, Chapitre Treize - Beroea, Chapitre Quatorze - Le Bal Masqué de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues du Codex Adeptus Astartes Grey Knights - Garran Crowe - La Planète Noire, V7 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de Warhammer 40 000 - Malefeu et résumées par Guilhem.