Executioners

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Astartes banner.jpg
Astartes banner left.jpg
Astartes banner right 2.jpg
DeathwatchBar.jpg
Astartes-wing-2.png
Astartes-wing-1.png




Deco-dark-angel-10.png
Deco-dark-angel-10.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Astartes page corner.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
Astartes gothic.jpg
« Vous pouvez vous attacher à votre courage mais il vous fera défaut, agripper vos armes mais vous les trouverez dérisoires. Courez, serrez-vous, cachez-vous, priez, criez ou reculez - cela n’a pas d’importance, car nous arrivons. »
- Fafnir Rann.
Les Executioners.

Chapitre ancien et fier dont les origines remontent aux siècles chaotiques qui ont suivi l’Hérésie d'Horus, les Executioners sont des descendants de la fière lignée des Imperial Fists. Fondés sous le commandement de Fafnir Rann, réputé pour être le plus vicieux des derniers Capitaines de Rogal Dorn, ils ont été créés, selon leurs chroniques, dans le seul but de rechercher et de massacrer les ennemis de l’Humanité plutôt que d’entreprendre des actions plus défensives ou stratégiques. Les Executioners sont un Chapitre belliqueux, presque barbare, qui dédaigne les attributs martiaux et l’obéissance ordonnée de membres aussi vaillants et irréprochables des Astartes que les Ultramarines et leurs propres ancêtres les Imperial Fists, mais ils ont acquis une redoutable réputation d’endurance et de colère destructrice. En tant que Chapitre, ils considèrent que leurs buts et leurs objectifs sont simples : anéantir la vie de ceux qui contestent la domination de l’Imperium ou menacent l’Humanité, et ce sans remords. Au sens propre, ils se considèrent comme les élus de l’Empereur, et c’est à eux d’appliquer Son jugement.

Les Executioners sont des descendants de la noble lignée des Imperial Fists de Rogal Dorn, et à part un sens de l’honneur inviolable et une histoire d’habileté phénoménale aux armes, ils partagent peu de choses en commun avec la culture et les traditions de leurs ancêtres, et leurs liens avec leurs propres successeurs parmi les Space Marines ne sont pas forts. Au contraire, leurs anciennes coutumes et croyances sont fortement enracinées dans les Mondes Sauvages où ils ont longtemps recruté leurs Frères de Bataille. En conséquence, certains de leurs frères Space Marines sont connus pour ne voir dans les Executioners que des primitifs indisciplinés et des chasseurs de têtes couverts de sang, à peine mieux que des renégats. Cependant, cela reviendrait à ignorer un haut degré de sagesse de combat acquise par le sang et une certaine ruse délibérée qui font du Chapitre bien plus qu’une horde barbare sous l’apparence de Space Marines, et à mettre de côté des états de service inébranlables envers l’Imperium dans certaines des périodes les plus sombres de son histoire.

En vertu des lois et des traditions du Chapitre, chaque Space Marine des Executioners doit se forger son propre chemin vers la gloire et devenir digne de figurer dans les grandes chroniques tenues par les générations successives de Chapelains du Chapitre, ou "Orateurs de la Mort" comme on les appelle également. Ce sont les Orateurs de la Mort qui ont pour tâche de raconter les massacres des morts honorés du Chapitre lors des fêtes sacrées et des cérémonies commémoratives qui se déroulent dans les catacombes de Darkenvault. Leur seconde tâche, tout aussi importante, est de maintenir l’ordre au sein du Chapitre, souvent hargneux. Les Executioners ont donc un nombre inhabituellement élevé de Chapelains, chaque Compagnie en ayant trois par tradition. Ceux-ci rendent compte au Grand Chapelain Général, également connu sous le nom de "Le Seigneur Orateur des Morts". Dans le cadre de leurs fonctions, les Chapelains tiennent un registre précis des batailles dans lesquelles leurs Compagnies ont combattu, afin que les leçons de la victoire et de la défaite ne soient jamais perdues pour les futurs guerriers du Chapitre. Ce n’est qu’en faisant couler le sang, en prenant la vie des ennemis de l’Empereur, qu’un Space Marine des Executioners peut obtenir l’honneur d’une place dans les chroniques, et ainsi gagner le respect de ses frères Space Marines et, ce faisant, atteindre un rang et l’honneur dans le Chapitre.

De par leur nature intraitable, ambitieuse et prompt à la colère, les Frères de Bataille du Chapitre ont appris à venger les atteintes à leur honneur dans le sang, même parmi les leurs, mais contrairement aux quelques autres Chapitres où un tel comportement est toléré ou même encouragé dans les rangs (comme les Space Wolves ou les Marauders par exemple), peu de choses passent par la voie de la bagarre ou de la compétition bruyante parmi eux, car pour les Executioners, toutes les batailles de ce type se soldent par la mutilation ou la mort de ceux qui sont impliqués. L’honneur n’en demande pas moins. Une autre excentricité de la culture du Chapitre que les étrangers ont trouvé dérangeante est la tendance des Executioners à emporter du champ de bataille des trophées prélevés sur des victimes particulièrement remarquables, tels que des crânes, des têtes et des armes, non pas dans un but rituel, mais plutôt pour le décompte des Orateurs de la Mort après la bataille. Ils sont ensuite rapidement jetés après avoir rempli leur fonction, à moins qu’ils ne soient jugés particulièrement importants, auquel cas ils peuvent être conservés comme reliques, ornant souvent l’armure ou l’équipement du Space Marine pendant un certain temps. D’autres personnes exposées aux méthodes des Executioners se sont également opposées à leurs croyances spirituelles, qui ont perduré avant l’apparition du Ministorum. Elles prennent principalement la forme de l’animisme et du culte des ancêtres, et bien qu’ils attribuent à l’Empereur une tempérance et d’une nature divine, ils n’ont que peu d’intérêt pour l’Ecclésiarchie, ses saints et superstitions "mesquines", sauf en tant qu’outil utile pour lier les multitudes éparpillées de l’Imperium.

Comme la plupart des Chapitres postés dans les confins du vide, le Chapitre des Executioners est très indépendant dans son fonctionnement et son déploiement, menant sa propre guerre contre les ennemis de l’Humanité. Mais contrairement à d’autres, il ne s’est jamais laissé aller à l’isolationnisme ou à l’insularité, entretenant des liens de communication et des pactes de service et d’allégeance avec les autorités du Segmentum Tempestus à Bakka, Drachus et Gryphonne, et renforçant encore ces liens en permettant à la station caverneuse de Darkenvault de servir in extremis de refuge pour les missions d’exploration et les patrouilles de flotte à grande distance. Les Executioners eux-mêmes ont bénéficié de ces relations en obtenant l’accès aux ancrages de la flotte et aux stations d’approvisionnement du Segmentum. Leurs pactes avec le Mechanicus à Gryphonne ont permis au Chapitre de recevoir de nombreux cadeaux en termes d’équipements et d’armes lourdes pour mener leurs guerres, même si, étant donné la réputation du Chapitre, il faut reconnaître que nombre de leurs alliés répugnent à faire appel à eux en retour, sauf en cas de besoin urgent[1].

Mondes Natals : Stygia et Aquilon

Symbole des Executioners.

Étant un Chapitre Space Marine postés aux marges de l’Imperium, le champ d’opération commun des Executioners englobe les étendues désolées du vide au sud-sud-ouest de la galaxie, entre les frontières du Segmentum Tempestus et du Segmentum Pacificus, bien qu’il soit habitué aux grands voyages et aux quêtes désespérées au cours de sa longue histoire, ayant combattu dans des guerres à travers tout l’Imperium dans le passé. Depuis les dernières années de M37, le Chapitre a élu domicile sur les mondes jumeaux de Stygia et d’Aquilon, des planètes infâmes de feu et de glace enfermées dans une orbite perpétuelle autour d’un soleil géant qui meurt lentement, à la limite de l’étendue infinie de la frange sud de la galaxie. La Forteresse-Monastère des Executioners est une énorme base d’astéroïdes blindée connue sous le nom de Darkenvault, piégée gravitationnellement entre ces deux mondes, et c’est à partir de ce bastion morne et inhospitalier que leurs vaisseaux de guerre à tête de mort s’avancent dans l’immense obscurité au-delà à la recherche de cibles à détruire[1].

Organisation

De manière surprenante pour un Chapitre à la réputation aussi barbare et peu sophistiquée, les Executioners adhèrent très strictement aux principes du Codex Astartes dans leur structure et leur organisation, avec seulement quelques changements mineurs dans l’orthodoxie qui reflètent largement une tendance aux combats à distance rapprochée et au corps à corps brutal. Ces tactiques sont préférées car les frères du Chapitre peuvent plus facilement faire leurs preuves dans de tels combats décisifs que dans des opérations menées par la puissance de feu à longue distance ou en utilisant des tactiques de guérilla.

Sur le plan opérationnel, ce parti pris tactique s’est traduit de la manière la plus évidente dans les Compagnies de Combat du Chapitres par le remplacement de l’une de leurs Escouades Devastator standard approuvée par le Codex par une escouade de Vétérans d’Appui composée des meilleurs guerriers de la Compagnie dans leur ligne de bataille organisationnelle. À l’inverse, l’utilisation de Motos et de Motos d’Assaut est dédaignée par les Executioners, qui préfèrent utiliser des Land Speeders pour les missions de reconnaissance, et des armures lourdes pour les assauts et les reconnaissances en force. Capables de subtilité lorsque le besoin s’en fait sentir, les Executioners préfèrent s’assurer de la victoire et de la gloire de leurs guerriers en engageant le combat avec l’ennemi le plus près possible, et ne craignent pas les batailles d’usure ou de destruction mutuelle, comptant sur la capacité de leurs Frères de Bataille à surmonter et à endurer tout ce que l’ennemi peut leur envoyer et à le renvoyer avec plus de force. Parfois, cela s’est avéré être un défaut, conduisant le Chapitre à se battre une fois engagé, alors que son meilleur jugement aurait pu prévaloir avant que sa soif de sang ne soit éveillée, ce qui a également été dit de leurs anciens ancêtres dans le passé.

Au sein du Chapitre des Executioners, chaque Capitaine de Compagnie est traité comme un seigneur de guerre à part entière par le Chapitre, qui lui accorde une grande indépendance d’action. Le Maître de Chapitre, également connu sous le nom de Haut Bourreau, bien qu’il possède l’autorité suprême, doit également tenir compte de ses Capitaines de Compagnie, qui, avec le Maître Archiviste du Chapitre, le Maître de la Forge et le Seigneur Orateur des Morts, forment un conseil de guerre qui, en vertu d’un droit ancien, peut, par consentement unanime, renverser le Maître de Chapitre s’il s’avère inapte ou indigne à leurs yeux. Contrairement aux traditions de la plupart des Chapitres Space Marines, les compétition pour obtenir le commandement des Executioners peuvent être sanglants, chacun des Capitaines de Compagnie ayant le droit de se battre pour le titre de Haut Bourreau lors d’une épreuve de combat s’il le souhaite[2].

Honneurs de Batailles Sélectionnés

Des Space Marines ultra violents, appréciant le corps à corps, réglant leurs comptes dans des duels à mort et s’emparant du crâne de leurs victimes. Hummm… cela me rappelle quelque chose.

L'Invasion de Nova Sulis, le Fléau de l'Incroyance [302.M36]

Pendant les guerres qui ont marqué le début du Fléau de l'Incroyance, les Executioners ont été parmi les premiers Chapitres de Space Marines à prendre les armes contre l’empire dissident du Cardinal Bucharis basé à Galthamor, combattant notamment aux côtés des Space Wolves, des Angels of Absolution et de la Raven Guard à différents moments du conflit. Leur action la plus célèbre à cette époque fut l’invasion et la dévastation du Monde-Ruche de Nova Sulis. Les avares barons de l’eau de Sulis avaient été des partisans enthousiastes de l’Apostasie, s’emparant des richesses volées du Cardinal en échange de vastes quantités de munitions produites dans leur ruche-fabrique, qui à leur tour étaient utilisées pour le siège désastreux de Bucharis sur Fenris, le Monde Chapitral des Space Wolves. Tombant sur leurs victimes comme une comète enflammée, les Executioners ont envahi Sulis en force, leurs vaisseaux de guerre noircissant les cieux et faisant pleuvoir la mort sur les domaines et les palais des baronnies, tandis que leurs forces d’assaut blindées balayaient les districts des manufactures comme une faux, tuant tout ce qui s’opposait à eux et dévastant de vastes étendues de la surface de la planète. On raconta plus tard, dans les chuchotements de ceux qui avaient survécu à ce terrible jour de colère, que seuls ceux qui s’étaient prosternés devant les géants en armure noire pour se rendre avaient été épargnés, mais que tous les hommes et les femmes qui avaient levé les bras contre les Executioners, qu’ils soient gardes, nobles, prêtres ou prolétaires de la Ruche, avaient été abattus. Une fois Nova Sulis dévastée et les livraisons de munitions aux Traîtres de Bucharis coupées, les Executioners partirent, laissant les têtes coupées de ceux qu’ils avaient tués le long des kilomètres de rues de la ville dévastée. Le gouvernement étant littéralement décapité et l’infrastructure de la planète en lambeaux, les incendies et les explosions secondaires provoqués par les destructions se répandirent comme une peste rampante à travers le monde, qui dura des années avant d’être finalement jugulée.

Au cours des guerres de cette époque turbulente, les guerriers du Chapitre des Space Wolves, qui voyaient dans les Executioners des âmes sœurs, bien que plus sombres, ont commencé à appeler le Chapitre "les hommes de la hache qui rient" dans la vieille langue fenrisienne. Une plaisanterie délibérément ironique, mais signifiant un réel respect pour des frères d’armes. Pour leur rôle dans la lutte contre les apostats et les traîtres du Fléau de l’Incroyance les Executioners ont eu l’honneur rare de voir un nouveau Chapitre, les Iron Champions, naître de leur semence génétique lors d’une fondation ultérieure[3].

La Poursuite d'Hektor Revvokan [137.M40]

Dernier d’une lignée de Libres-Marchands, flétrie mais encore puissante, remontant à l’Âge de l'Apostasie, Hektor Revvokan s’est tourné vers les Dieux Sombres pour qu’ils lui accordent l’immortalité, mais il a été damné à jamais lorsque la mort est venue le chercher au terme d’une vie anormalement longue, alimentée par des connaissances Xenos interdites et une science obscure. Tournant ses armes vers les mondes frontaliers de l’Imperium afin d’assouvir l’appétit de sacrifice de ses maîtres, il devint une malédiction pour les secteurs sud du Segmentum Tempestus. Ce règne de terreur de cinquante-sept ans dura jusqu’à ce que sa flotte délabrée soit finalement poursuivie et coincée dans le système de Myr par une force combinée d’Explorators du Mechanicus, de la Marine Impériale et du Chapitre des Executioners. Au milieu d’une bataille stellaire grandiose et tonitruante, les Béliers d’Assaut des Executioners ont réussi à faire atterrir des équipes d’abordage sur le vaisseau amiral de Revvokan, le Night Hag, avant qu’il ne s’échappe dans le Warp. Les Executioners à bord, isolés sans espoir de secours ou d’aide, étaient lourdement surpassés en nombre et forcés d’affronter à la fois les esclaves goules de Revvokan et un groupe de Berzerks World Eaters dévoués à son service. Sans possibilité de retraite, les Executioners se sont battus avec une ardeur folle, et chambre après chambre, ils ont pris le contrôle de l’ancien vaisseau de guerre jusqu’à ce qu’ils finissent par massacrer Revvokan et sa bande de cannibales, puis par faire sortir le vaisseau dans l’espace réel dans un brasier de feu éthérique. À l’issue de la bataille, les Executioners se sont emparés du Night Hag. Avec l’aide des maîtres Archimagos de Gryphonne IV, ils ont réussi à purger le puissant vaisseau de guerre de ses souillures et à le rééquiper pour les besoins du Chapitre. En retour, les Magos ont été autorisés à retirer certaines technologies reliques du vaisseau et ont eu libre accès aux connaissances anciennes et uniques stockées dans son tabernacle de données[4].

La Bataille du Gouffre des Charognes [899.M41]

Répondant à une série d’appels de détresse frénétiques en provenance des avant-postes de l’Imperium, les forces de la 2e Compagnie des Executioners se sont retrouvées dans une lutte désespérée contre une menace éveillée dans les Mondes Morts proches de la Région du Voile, à la lisière du Segmentum Tempestus.

Un Successeur Perdu et un Successeur Potentiel[5]

Les Executioners ont eu l’insigne honneur d’obtenir un Chapitre successeur : Les Iron Champions. Mais ce que l’histoire ne dit pas c’est qu’un autre Chapitre successeur à put être créés grâce à leurs semence génétique: les Crimson Axes, mais malheureusement ils ont été déclarés perdus en 092.M39. Un autre Chapitre se revendiquent également comme successeur des Executioners : les Skull Bearers, bien que la validité de cette affirmation semble douteuse étant donné qu’aucune source ne peut l’étayer.

Ne découvrant rien d’autre qu’une traînée de ruines brisées et de bastions vides à la place des postes de surveillance impériaux, les Executioners sont tombés dans une embuscade dans les décombres de la base frontalière du Monde Mort du Gouffre des Charognes. Leurs assaillants étaient de terrifiants spectres métalliques dont les armes ridiculisaient les armures les plus solides et qui se réassemblaient et se réanimaient même après avoir été détruits. Entourés et dépassés en nombre par des ennemis qui ne voulaient pas mourir, ce n’est que grâce au leadership intrépide et à l’intelligence du Grand Chapelain des Executioners, Thulsa Kane, qu’ils ont pu survivre. S’inspirant des anciennes chroniques du Chapitre, Thulsa Kane a mené les Executioners piégés dans un contre-attaque furieux contre un point unique de la ligne ennemie, les Executioners se battant au corps à corps avec leurs monstrueux ennemis de métal où la vitesse et la férocité des Space Marines pouvaient être mises à contribution. Thulsa Kane lui-même chercha et affronta le chef ennemi, une personnification de la mort vêtue d’or et de tissu en lambeaux. Après un combat titanesque qui laissa le Crozius Arcanum de Kane brisé et son œil droit flétri dans son crâne, il parvint à terrasser le monstre, permettant à ses frères de s’échapper, et même si beaucoup voulaient se battre jusqu’au bout, la volonté de Kane l’emporta.

Addendum : Le Massacre de Corcyra[6]

Considéré par certains comme un "conte perdu" de la Guerre de Badab dont les faits réels ne seront jamais connus, ce qui fut connu sous le nom de Massacre de Corcyra fut découvert par une patrouille navale loyaliste en 339910.M41. Dans les décombres d’une ancienne base de contrebandiers dans les étendues poussiéreuses de Corcyra II se trouvaient les conséquences d’une bataille sanglante entre des forces de la taille d’une sous-compagnie des Chapitres des Executioners et des Carcharodons. Ces deux Chapitres, tous deux réputés pour leur sauvagerie et leur inflexibilité, se sont battus jusqu’à l’anéantissement mutuel, détruisant la base autour d’eux et réduisant ses anciens habitants en poussière. De nombreux corps des deux camps montraient des signes de lutte malgré d’horribles blessures, des membres coupés et des traumatismes massifs qui auraient dû terrasser même un Space Marine, et plusieurs ont été trouvés enfermés dans des étreintes mortelles, éclaboussées de sang, frappant leurs ennemis avec leurs dernières forces. On ne saura jamais quel combattant, Executioners ou Carcharodons, a rendu le dernier soupir pour remporter une victoire amère, car aucun des deux camps n’a reconnu de survivants du massacre vivant pour raconter la bataille.

Moins d’un tiers de la force réussit à sortir du piège que leurs ennemis mortels leur avaient tendu et se retira de la planète. Cette victoire à elle seule est considérée comme presque miraculeuse, et a apporté à l’Imperium l’un des premiers rapports de bataille confirmés et détaillés par une force survivante contre l’ancienne menace qui se réveillait, identifiée plus tard comme les Nécrons. Le Gouffre des Charognes restèrent en quarantaine par ordre impérial[7].

La Guerre de Badab

Les Executioners ont combattu du côté des Sécessionnistes pendant la Guerre de Badab, leur implication dans la cause de Lugft Huron étant la conséquence unique d’une dette de sang que le Chapitre devait aux Astral Claws depuis plus d’un millénaire. Le Chapitre des Executioners s’est déployé dans la Guerre de Badab en deux étapes distinctes, la première étant une Force de Frappe comprenant la 8e Compagnie renforcée commandée par le Capitaine Vanir Hex et basée sur le croiseur à grande autonomie Night Hag. Cet ancien vaisseau de Libre-Marchand possédait une autonomie et une vitesse Warp bien supérieures à celles de tout autre vaisseau de guerre sous le commandement du Chapitre, et il a été envoyé sans délai dès que le Chapitre a reçu sa demande d’aide, arrivant dans la Zone du Maelström à la fin de 904.M41. Pendant cette période, le reste du Chapitre des Executioners a rassemblé ses troupes à Darkenvault et s’est mobilisé pour une longue campagne loin de sa base d’opérations. La seconde vague comprendra le reste des forces du Chapitre, à l’exception de la 2e Compagnie (qui ne s’était pas encore totalement remise des événements du Gouffre des Charognes) et de la moitié de la 10e Compagnie, laissée en arrière pour tenir garnison à Darkenvault et maintenir la surveillance du Chapitre. Cette force totale se composait d’environ sept Compagnies en activité et était transportée au combat par une flotte combinée d’une Barge de Bataille, de trois Croiseurs d’Attaque, de deux croiseurs d’avant-garde et de deux escadres de cinq frégates de classe Sword. Cette force des Executioners, sous le commandement direct du Grand Chapelain Thulsa Kane, était pleinement engagée dans la Guerre de Badab au début de 907.M41.

Addendum : La Dette des Executioners[8]

La position des Executioners au cours de la Guerre de Badab était unique et complexe, et le fait qu’ils se soient rangés du côté de Lugft Huron et des Sécessionnistes n’était pas quelque chose que les forces loyalistes avaient prévu ou que les étrangers pouvaient prédire, et de nombreux faux récits de la guerre déforment entièrement le rôle du Chapitre dans la Guerre de Badab et sa place dans la sécession. La cause profonde de leur implication était en vérité une dette de sang vieille de plus de mille ans que, car pour les Executioners, seul le sang pouvait rembourser, même si cela signifiait la mort de leur Chapitre.

Au cours des dernières décennies du trente-neuvième millénaire, dans ce qui est aujourd’hui un épisode largement oublié de l’histoire de l’Imperium, la frange sud avait été assaillie par des vagues successives de flottes nomades Orks, de migrations xenoformes et d’étranges phénomènes psychiques qui ont eux-mêmes provoqué une quasi-épidémie de cultes maléfiques, d’infestations extraterrestres et d’incursions démoniaques. Considérés aujourd’hui par certaines sources de l’Ordo Xenos comme un précurseur de l’arrivée des Tyranides, ces événements n’ont pas été reconnus à l’époque comme formant un ensemble, car les yeux de l’Imperium étaient tournés vers d’autres menaces. Après une série de campagnes de défense des frontières de l’Imperium contre les invasions d’Orks, les invasions d’Asservisseurs et bien pire encore, le Chapitre des Executioners était réduit à moins de trois cents Frères de Bataille lorsque les mondes jumeaux de Stygia-Aquilon furent assiégés. Les assaillants étaient des Xenos cauchemardesques, des monstres de charnier rampants et torturés, jamais rencontrés auparavant. Ils frappèrent encore et encore sans avertissement, leurs étranges vaisseaux en forme de disque étant pratiquement indétectables par les défenses de Darkenvault jusqu’au dernier moment de leur attaque où leurs rayons fantomatiques traversèrent en un instant des dizaines de mètres de masse d’astéroïdes ferreux pour déverser une marée d’horreur dans les niveaux inférieurs de la forteresse. Les batailles qui s’ensuivirent dans les catacombes au cœur de la Forteresse-Monastère des Executioners furent incessantes et terribles, et en peu de temps, il ne restait plus que quelques Space Marines pour défendre le sanctuaire intérieur et le Chapitre était au bord de l’extinction.

Ce sont les Astral Claws, soutenues par les croiseurs de la Flotte de Guerre Tempestus, qui ont brisé le siège de Darkenvault ; leur arrivée est survenue au moment où les derniers Executioners se rassemblaient pour une ultime bataille. De nombreuses Astral Claws sont morts en brisant le siège, et parmi leurs pertes, elles ont compté leur Maître de Chapitre, Acas Seneca. La poignée de Executioners qui ont survécu avaient une dette de sang envers les Griffes Astrales pour le salut de leur Chapitre, et ont juré que si les Astral Claws étaient un jour menacées, ils répondraient de la même manière. Il fallut attendre près d'un siècle et demi avant que les Executioners ne retrouvent leur pleine puissance en tant que Chapitre, et ils n'oublièrent jamais leur serment. Lorsque le moment sera venu, mille ans plus tard, ils répondront à l'appel de Lugft Huron.

Bien qu’initialement accueillis à bras ouverts à leur arrivée pour aider la cause Sécessionniste par Lugft Huron et ses alliés, il était évident dès le départ que les Executioners supportaient les Astral Claws qu’à leurs propres conditions. La relation s’est détériorée lorsque Thulsa Kane a fait preuve d’un mépris total pour ses alliés, si bien que toute interaction entre lui et le commandement sécessionniste s’est rapidement faite par le biais d’intermédiaires. Bien qu’ils s’engageaient pleinement dans toutes les batailles dans lesquelles ils prenaient part, les Executioners refusaient de servir de troupes de garnison, de revendiquer de nouveaux territoires pour la Sécession ou d’attaquer tout ce qu’ils considèrent comme n’étant pas une cible militaire. Malgré ces restrictions qu’ils se sont imposées, les Executioners se sont rapidement forgé une réputation redoutable parmi les Space Marines Loyalistes qu’ils ont combattus, notamment après les lourdes pertes qu’ils ont infligées aux Howling Griffons à Khymara. Au fur et à mesure de la progression de la Guerre de Badab, les Executioners se sont avérés être la force d’aide la plus capable et la plus mobile dont disposait la cause Sécessionniste, détruisant des avant-postes, prenant en embuscade des convois et forçant avec succès les Loyalistes à disperser leurs forces dans des schémas de renforcement en échelon arrière afin d’éviter que leurs lignes de ravitaillement ne soient coupées et que leur arrière-garde ne soit sauvée par les attaques persistantes des Executioners. En particulier, le Night Hag, commandé par le Capitaine Vanir Hex, est devenu la terreur des cargos et des navires de guerre loyalistes, car il s’est avéré capable de surpasser même les croiseurs de la Marine Impériale dans les combats à un contre un, et suffisamment rapide pour échapper à tout piège tendu par des forces supérieures. Malgré leur service inestimable à l’effort de guerre sécessionniste, Huron était de plus en plus mécontent du Chapitre en 909.M41, et en particulier il est connu pour avoir protesté contre leur tendance à laisser les survivants de leurs attaques derrière eux une fois leurs objectifs stratégiques atteints, et même contre le fait qu’ils autorisaient la reddition des ennemis vaincus avec honneur. Il cherchait plutôt à résoudre ce problème en faisant en sorte que ses forces suivent les leurs "pour faire ce qui doit être fait" et à tenir le Chapitre des Executioners à l’écart du plus grand nombre possible de ses propres machinations et actions. Mais à mesure que la guerre s’aggravait pour les Sécessionnistes, ils ont été contraints de s’appuyer de plus en plus sur le Chapitre pour contester la Zone du Maelström, une politique qui s’est avérée désastreuse et qui a conduit les Executioners à se retourner contre les Astral Claws après les événements entourant la reddition de la Barge de Bataille Pyre of Glory des Salamanders. Pendant une année supplémentaire après cette tournure inattendue des événements, le Chapitre des Executioners est devenu un élément imprévisible dans la guerre, combattant chaque fois qu’il était attaqué et menant sa propre guerre privée avec ses anciens alliés jusqu’à ce que les Executioners négocient une reddition et un retrait de la zone de guerre pour le Chapitre en 911.M41.

De tous ceux qui ont été pris dans la cause Sécessionniste, le Chapitre des Executioners est peut-être celui qui a subi le moins de dommages et qui a été le moins souillé. Il a combattu honorablement et a respecté ses serments. En guise de punition, le Chapitre fut contraint de renoncer aux réparations et exilé de son système d’origine pour une période de cent ans, au cours de laquelle il entreprit une croisade de pénitence pour expier le sang loyaliste qu’il avait versé et se vit interdire d’accueillir de nouveaux initiés[9].

Source

Pensée du Jour : « La Victoire est simplement une plus grande persévérance. »
  • Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II
  1. 1,0 et 1,1 Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II - The Executioners (traduit de l’anglais par Guilhem)
  2. Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II - The Executioners - Organisation (traduit de l’anglais par Guilhem)
  3. Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II - The Executioners - The Invasion of Nova Sulis, The Plague of Unbelief (traduit de l’anglais par Guilhem)
  4. Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II - The Executioners - The Poursuit of Hektor Revvokan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  5. Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II - The Executioners - (traduit de l’anglais et résumés par Trazyn l'Infini)
  6. Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II - The Executioners - Addendum : The Corcyran Massacre (traduit de l’anglais par Guilhem)
  7. Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II - The Executioners - The Battle of Carrion Deep (traduit de l’anglais par Guilhem)
  8. Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II - The Executioners - Addendum : The Executioners' Debt (traduit de l’anglais par Guilhem)
  9. Imperial Armour Vol. 10 : The Badab War - Part II - The Executioners - Badab War Disposition (traduit de l’anglais par Guilhem)