Dynastie Sautekh

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Necrons-tomb-monolith-bg.jpg
Necron angle global.pngNecron angle global.pngNecron angle global.pngNecron angle global.png
Necron.jpg
Necron-image-deco.jpg




Decor1Necron.jpgNecron-symbols-1-alt.jpg
Decor1Necron.jpgNecron-symbols-2-alt.jpg
La Tempête Implacable
  • Avance Implacable : Rien ne peut arrêter la marche inexorable des Sautekh. Ces conquérants dédaigneux ne reculeront devant rien pour reprendre leur ancien domaine, oblitérant ceux qui osent les défier dans une tempête de mort et de destruction.

Avant le Biotransfert, la Dynastie Sautekh était classée au troisième rang parmi les dynasties royales les plus puissantes. Par chance ou grâce à leurs manigances, beaucoup de mondes élémentaires de cette dynastie souffrirent moins du passage des âges que les autres. Aujourd’hui, la Dynastie Sautekh est la plus puissante de toutes, et sa noblesse s’est lancé dans une nouvelle vague d’expansion agressive.

L’Organisation de la Dynastie Sautekh.
(Cliquez pour agrandir)
Symbole de la Dynastie Sautekh.

L’Imperium de l’Humanité et, plus récemment, l’Empire T’au souffrent tous deux grandement face aux armées Sautekh conquérantes, à mesure qu’Imotekh s’enfonce plus profondément dans la Bordure Orientale.

La Dynastie Sautekh est connue principalement pour deux choses : l’efficacité avec laquelle elle écrase ses ennemis, et la hiérarchie inextricable qui la gouverne. Chaque année, la Dynastie Sautekh absorbe, annexe ou conquiert des mondes auxiliaires voire des dynasties mineures, chaque nouvel ajout étant un rouage de plus à sa machine de destruction.

Telle une griffe d’acier jaillissant du thorax de la galaxie, la Dynastie Sautekh est sortie du Long Sommeil pour déclencher une tempête de mort et de destruction. Unifiée par la volonté inébranlable d’Imotekh le Seigneur des Tempêtes, la Dynastie Sautekh dispose d’un pouvoir inégalé par les autres dynasties. Depuis leur monde primordial de Mandragora, les légions d’Imotekh se répandent dans les étoiles et conquièrent de plus en plus de planètes au nom de leur Phaëron. Même les autres dynasties Nécrons subissent le joug de Sautekh et sont forcées de rejoindre son empire résurgent. Le Tétrarque Naszar de Sekemtar, le Celestium Emriit de Horth et le Tétrarque Szaron d’Arrynmarok ont déjà juré allégeance à Imotekh, désireux de profiter de la gloire de sa dynastie.

Resplendissantes dans leurs livrées d’argent et d’émeraude, les légions Sautekh ont déjà mis au pas des dizaines de planètes dans la Bordure Orientale. À la lueur des incendies qui ravagent des civilisations entières, les armées d’Imotekh avancent, poussées par les rêves de conquête et de réunification du Seigneur des Tempêtes. La volonté d’Imotekh est de rendre ses domaines à son peuple et de régner sans partage. Au départ, ce désir est né d’une nécessité, celle de remettre de l’ordre dans son Monde-Nécropole, ravagé par les luttes intestines quand Imotekh sortit de son sommeil. Au lieu de choisir un camp, le Seigneur des Tempêtes se débarrassa de tous ses rivaux et s’empara du pouvoir. Aujourd’hui, alors que l’influence de la Dynastie Sautekh est grandissante, l’ancien Némésor se voit comme l’architecte de la renaissance des Nécrons.

En tant que dynastie la plus populeuse, Sautekh est celle que les autres races rencontrent le plus fréquemment. Pour l’Imperium, cette dynastie est devenue synonyme des Nécrons, et beaucoup pensent à tort qu’elle rassemble l’intégralité de cette race Xenos, et que les autres dynasties ne sont que ses descendantes. Les T’au la voient comme la représentante d’un pouvoir émergent, et cherchent d’abord à s’allier avec elle, avant de lui déclarer la guerre. Aux yeux des Aeldaris, le Seigneur des Tempêtes incarne le pire des dangers, car ils savent que s’il réalise ses ambitions, la galaxie connaîtra un nouvel âge d’horreur.

Imotekh ne sait que trop bien que les ennemis des Sautekh sont aussi nombreux que puissants, et qu’il ne peut probablement pas tous les vaincre par la force des armes. Ce maître stratège a donc recours a des subterfuges pour imposer sa volonté à la galaxie. Une ombre de terreur le précède. Les mondes qu’il projette de conquérir sont ravagés par de violentes tempêtes et des éclairs surnaturels. Les armées qui vont au-devant du Seigneur des Tempêtes disparaissent dans ces ténèbres, si bien que sa réputation de terreur grandit sans cesse.

C’est ainsi que des systèmes entiers se sont rendus face à Sautekh sans combattre, préférant une vie d’esclavage sous le joug des Nécrons plutôt que d’être anéantis par ses légions. L’expansion implacable de la Dynastie Sautekh se poursuit alors qu’Imotekh se rapproche pas à pas de domination totale.

Une Dynastie très Puissante

La Dynastie Sautekh fait partie des plus puissantes Dynasties Nécrons. Ses légions progressent d’un système à l’autre dans une guerre de conquête éternelle, menées par Imotekh le Seigneur des Tempêtes.

La société des Nécrons est divisée en Dynasties qui forment des empires, des maisons nobles et des nations stellaires, chacune dotée de son héraldique, de sa culture et de ses domaines. Une dynastie est dirigée par des nobles, le plus éminent recevant le titre de Phaëron, tandis que les autres forment sa cour royale. La puissance d’un Phaëron se reflète dans la taille de ses territoires et de ses armées.

Certaines Dynasties sont petites d’autres sont immensément puissantes. Plus d’une dynastie influente a vu un jour ses mondes conquis par les races inférieures. Ou détruits par des calamités galactiques. D’autres qui étaient jadis des vassales ou des États clients ont gagné en importance, souvent parce que leurs mondes ont été épargnés par les cataclysmes, voire en ayant cannibalisé les nécropoles et les territoires de leurs rivaux avant que leurs légions se réveillent.

Au sein de ces empires turbulents, la Dynastie Sautekh se distingue, car elle fait preuve de cohésion, d’unité et de déterminations dans ses conquêtes militaires, et poursuit une politique résolument expansionniste depuis l’apparition de la grande faille. Cette dynastie a annexé implacablement des systèmes humains, extraterrestres et Nécrons, car son objectif est de reconstituer l’empire Nécron de jadis, avec bien évidemment les nobles Sautekh pour le diriger.[1]

Étranges Fortunes

Ce fut en partie par chance que la Dynastie Sautekh se réveilla dans une position galactique extrêmement favorable. Elle se trouvait à l’est de la galaxie, près de sa bordure, la plupart de ses Mondes-Nécropoles étaient donc trop isolés pour avoir été colonisés par les jeunes espèces. Certes, des planètes avaient été perdues au fil des millénaires : Atropar avait été détruite par une double supernova, Kantadar avait été atomisée par les Vaisseaux d’Extraction des Cognats, Goliga la majestueuse avait disparu sans laisser de trace…

Mais en dépit de ces tragédies, alors que les nécropoles de la Dynastie Sautekh se réveillaient, elles reprenaient contact les unes avec les autres. Des Tétrarques partirent pour les étoiles afin de rencontrer d’autres nobles de leur dynastie, et furent satisfaits de constater que de nombreux mondes élémentaires, et même des mondes frontaliers, avaient résisté au Long Sommeil. Les uns après les autres, les mondes de la Dynastie Sautekh rassemblaient leurs forces et commençaient à étendre leur influence et les territoires dans la galaxie.

Cependant, tout n’était pas rose sur le monde primordial de la dynastie : Mandragora avait toujours été le joyau de la Dynastie Sautekh, en dépit de ses reflets sombres. Alors que le processus de revivification se répandait comme une cure de jouvence dans les cryptes de stase, il apparut que ce joyau s’était fissuré au fil des millénaires. Parmi ces problèmes, le plus grave était la perte du Phaëron de la Dynastie au cours de son hibernation.

Cette tragédie laissa le pouvoir vacant, à la fois sur le monde primordial, et, par extension, sur tous les mondes Sautekh qui se réveillaient. Les nobles Nécrons ne manquent pas d’ambition et d’égocentrisme, d’autant plus que le processus de reconstitution de leurs engrammes mentaux n’était pas parfait, si bien que de nombreux nobles de la cour royale de Mandragora voyaient exacerbés leurs penchants obsessionnels et tyranniques, quand ils ne se réveillaient pas simplement totalement fous. Il ne fallut pas longtemps pour que cette assemblée d’ambitieux provoque une guerre civile.

De telles catastrophes ont précipité la chute de plus d’une Dynastie Nécron auparavant, et il semblait que la Dynastie Sautekh allait connaître le même sort. Les nobles ne cessaient de réveiller de nouvelles légions pour les lancer contre leurs rivaux. Certains commencèrent même à aller chercher des renforts sur les mondes élémentaires proches, propageant ainsi les flammes de la guerre civile dans toute la dynastie tandis que des nobliaux étaient forcés de choisir leur camp parmi les factions qui souhaitaient faire d’un de leurs membres le nouveau Phaëron.

Ironiquement, la Dynastie Sautekh n’évité le désastre que grâce à l’ambition démesurée d’un de ses nobles. Ce fut la Tétrarque Photrek qui rappela que jadis, Mandragora célébrait le grand Némésor Imotekh. Sous le commandement de ce seigneur de guerre, les légions de la dynastie avaient remportés d’innombrables victoires. Photrek décida de localiser la crypte de stase d’Imotekh pour le réveiller, afin qu’il devienne son champion et qu’il l’aide à devenir Phaëronne.

Peut-être que si la personnalité de la Tétrarque n’avait pas été endommagée pendant le processus de revivification, elle aurait réfléchi à deux fois avant d’envisager de mettre sous son joug un général aussi renommé et indomptable. On peut aussi penser que comme Szarekh n’avait donné l’ordre d’annuler les protocoles d’obéissance qu’au moment même où son peuple plongeait dans le Long Sommeil, peut-être que Photrek n’était pas simplement au courant qu’Imotekh risquait de ne pas lui obéir…

Ce qui fut le cas. Dégoûté par l’arrogance et l’égoïsme des nobles qui se querellaient, Imotekh jura de les exterminer. Même s’il venait juste de se réveiller au milieu d’une galaxie bouleversée, il comprit que la Dynastie Sautekh devait présenter un front uni pour survivre. Quand elle était tombée dans le Long Sommeil, elle était alors entourée d’ennemis, et avait pour plan de se cacher d’eux suffisamment longtemps pour qu’ils disparaissent avant son retour. Est-ce que ces mêmes ennemis se trouvaient toujours dans les étoiles ? Y avait-il de nouvelles menaces ? Imotekh n’en savait rien, mais il était enragé de voir les nobles de Mandragora s’intéresser uniquement à leurs ambitions, sans songer à défendre leur dynastie.

Il n’eut aucun mal, étant donné son prestige militaire, à unir l’essentiel des légions de Mandragora sous ses ordres. Lors d’une campagne courte et violente, il vainquit et soumis les nobles. Imotekh se moquait de l’ironie voulant qu’il ait mis un terme à la guerre civile en y prenant part, car il avait de grandes ambitions, et une stratégie à l’échelle de la galaxie. Il voulait que les légions de la Dynastie Sautekh progressent pour conquérir une bonne fois pour toute le domaine stellaire qui avait auparavant échappé aux Nécrons. S’il devait pour cela briser ses adversaires au sein de la cour royale et se faire couronner Phaëron, qu’il en soit ainsi. Ce fut le premier pas sur une route longue et sanglante, mais Imotekh n’avait pas le temps de céder à l’introspection et au doute.

Non seulement son ascension rapide mit un terme à la guerre civile, mais en plus elle marqua le début de la campagne de la Dynastie Sautekh visant à étendre son empire. Depuis, la progression de la Dynastie Sautekh a été si efficace, et si étendue que ses ennemis pensent souvent qu’elle représente à elle seule la totalité des forces des nécrons, ce qui est loin d’être le cas. Pourtant c’est ce dont de nombreux humains sont fermement convaincus. Néanmoins, les serviteur de l’Empereur ne sont pas les seuls adversaires de la Dynastie Sautekh.[2]

La Guerre dans la Matrice Nodale

À la fin du 41e Millénaire, Szarekh le Roi Silencieux a mis en branle ses plans. Il s’est assuré l’aide de l’Illuminor Szeras, le génie dément architecte du Biotransfert, et entama la construction de matrices nodales contre-immatérielles aux limites de la galaxie. Les plus importants de ces sites furent découverts par l’Imperium peu après la fin de la Noctis Aeterna, et furent diversement nommés Nexus du Paria, Zone de Silence ou encore Anomalie Nephilim.

Les Matrices nodales avaient recours à des pylônes de Noctilithe Colossaux. Cette matière pouvait être polarisée pour attirer ou au contraire repousser les énergies du Warp, dans ce dernier cas pour bloquer l’immaterium de régions spatiales entières. À l’intérieur de ce périmètre, toute communication psychique est presque impossible, les courants du Warp faiblissaient et les créatures de chair et de sang subissaient une dégradation spirituelle qui les transformait en coquilles vides, dépourvues de conscience et d’âme, tout en conservant leurs fonction vitales actives. Szarekh espérait que ces corps inertes puissent ensuite être collectés et utilisés comme réceptacles pour les âmes de son peuple. En clair, le Roi Silencieux voulait non seulement protéger l’espace réel des dangers du Warp, mais aussi inverser le processus du Biotransfert qu’il avait infligé à son peuple, afin que celui-ci retrouve une existence dans des corps de chair et de sang.

Cependant, ce n’était pas que les créatures mortelles piégées dans les Nexus Parias qui combattaient ce plan insidieux. Imotekh fut mis au courant des efforts de Szarekh, et il en fut très contrarié, car il méprisait ouvertement le Roi Silencieux. Dans l’esprit d’Imotekh, Szarekh avait failli dans son devoir et trahi les Nécrons avant de les abandonner. La seule réussite du Roi Silencieux avait été d’offrir à la population des Nécrons des corps robustes adaptés à la reconquête galactique qu’il leur faudrait entreprendre. Et désormais, il semblait que Szarekh voulait annuler son unique action positive. Plus Imotekh y pensait, plus cela l’enrageait. Même si extérieurement, il conservait son calme et sa prestance, il bouillonnait intérieurement. Imotekh avait refusé de jurer allégeance à Szarekh suite à son retour, et il avait même autoriser ses nobles subordonnés et ses dynasties clientes à attaquer les légions Szarekhan. Il comptait maintenant aller encore plus loin. Le Roi Silencieux avait montré qu’il n’était pas digne de régner sur les Nécrons, de même que toute sa dynastie. Si les Sautekh voulait parachever leur conquête galactique et prendre leur place méritée (et logique) en tant que maître de l’empire des Nécrons, ils devaient déclencher une guerre civile.

Ainsi, alors même que la guerre faisait rage entre les Groupes de Combat humains de la Croisade Indomitus et les garnisons de Nécrons du Nexus Paria, Imotekh lança plusieurs attaques bien minutés au sein de cette région. Par nécessité autant que pour des raisons stratégiques, les osts impériaux avaient établi des têtes de pont au nord-ouest et au sud-est de la matrice nodale, c’est pourquoi Imotekh entama sa propre campagne au nord-est du nexus, en attaquant des systèmes isolés dont les planètes étaient défendues par les légions Szarekhan et celles de nobles vassaux du Roi Silencieux. Au cours de la campagne qui s’ensuivit, Imotekh respecta les codes d’honneur, en prévenant ses adversaires de sa venue, en leur donnant l’occasion de se retirer, et en leur accordant des duels d’honneur pour régler les différends, plutôt que de mener des batailles à grande échelle, et ce afin d’éviter des destructions inutiles et de permettre à ses rivaux Nécrons de ne pas perdre leurs capacités militaires afin de pouvoir continuer à se défendre face aux jeunes espèces. Imotekh incarnait tout ce qui (du moins dans son esprit définissait le respect des Codes du Triarcat tels qu’ils avaient été exposés avant la Guerre Céleste. Il annonçait ainsi clairement qu’il ne défiait pas les valeurs traditionnelles des dynasties, mais seulement le tenant actuel du titre de Roi Silencieux.

La ruse stratégique et politique d’Imotekh porta ses fruits. Lorsqu’il triomphait des légions Szarekhan, c’était dans les règles, et après les avoir prévenues. Lorsqu’il parvenait à éviter des affrontements inutiles, il projetait l’image d’un conquérant éclairé dont la cause était aussi juste que son comportement était irréprochable. Une telle prestance fit grand effet auprès de nombreux nobles Nécrons affiliés à des Dynasties qui avaient juré allégeance au Roi Silencieux, et qui avaient déjà commencé silencieusement à éprouver des doutes quant aux méthodes et aux motivations de Szarekh. Une fois que qu’Imotekh le Seigneur des Tempêtes fut parvenu à repousser ses adversaires des systèmes qu’il avait définis en tant qu’objectif, il disposait d’une tête de pont dans la matrice nodale, et fut alors en mesure de prendre possession de plusieurs Portails Dolmens d’une importance stratégique vitale, tout en répandant des doutes parmi les vassaux du Roi Silencieux.

Alors que la guerre dans le Nexus Paria enflait, non seulement Imotekh attira des forces Szarekhan qui auraient été utiles ailleurs dans le conflit entre les Nécrons et les humains, mais en plus il rallia à sa cause de nombreux nobles qui étaient jusqu’alors des vassaux du Roi Silencieux, et il parvint même à faire changer de camps des dynasties entières. De plus, les méthodes expertes du Seigneur des Tempêtes et ses offensives parfaitement organisées lui permirent non seulement d’étendre ses domaines au sein de la matrice nodale, mais aussi de maintenir le Roi Silencieux sous une pression constante. Nul doute que cela força la main de Szarekh, qui décida en réaction de déchaîner toute la puissance des armes interdites des Technomandrites contre les humains. À cause de cette décision extrême, toujours plus de nobles hésitants finirent par abandonner la bannière du Roi Silencieux pour aller se placer sous celle du Seigneur des Tempêtes, parmis lesquels se trouve Orikan le Devin. Les affrontements entre les Dynasties Sautekh et Szarekhan se propageaient dans tout le nord-est de la matrice nodale. Néanmoins, la grande stratégie d’Imotekh commençait à peine à se mettre en place…[3]

Le Seigneur des Tempêtes

Seul Imotekh est autorisé à porter le Glyphe complet de la Dynastie Sautekh (qui se trouve sur sa poitrine, à la place de l’Ankh du Triarcat) représentés tout en haut. D’autres nobles Sautekh et leurs guerriers ont la permission d’arborer des éléments du glyphe dynastique comme ceux représentés ici, en haut sont représentés ceux des Tétrarques et en bas ceux des seigneurs.

Imotekh est surnommé le Seigneur des Tempêtes, car c’est effectivement une tactique qu’il applique au combat. Grâce à des technologies ésotériques connues uniquement par une poignée de Crypteks de sa cour royale, Imotekh peut invoquer des tempêtes sombres et terribles au-dessus de ses légions. Le ciel s’assombrit alors que des vents secs sifflent aux oreilles de l’ennemi. Des explosions couleur émeraude illuminent les cieux, si dévastatrices qu’elles suffisent souvent à faire fuir l’adversaire, voire à les faire mourir de terreur. Aucune pluie n’accompagne ces orages de foudre surnaturelle, même si parfois de grands nuages de cendres et de poussière s’élèvent et font suffoquer les soldats retranchés dans leurs fortifications. Finalement, la tempête éclate réellement quand des Nués de Scarabées attaquent. Elles fondent depuis le ciel en myriades qui noircissent l’horizon, leurs yeux verts scintillants ressemblant à une constellation maléfique. C’est sous le couvert de cet assaut de tueurs miniatures que les légions d’Imotekh commencent à avancer.

Ce n’est là qu’une des nombreuses tactiques auxquelles Imotekh peut faire appel, que celles-ci s’appliquent sur un seul champ de bataille, ou qu’elles englobent des continents, voire des planètes entières, s’étendant sur des systèmes stellaires et d’innombrables armées, sans pour autant jamais submerger l’esprit hyperlogique du Seigneur des Tempêtes. Les plans de conquête d’Imotekh sont tels une fractale, ils interagissent avec une perfection que peu d’esprits mortels peuvent appréhender, sans parler de l’imiter. Les couches de redondance s’assurent que chaque aléa possible du destin est maitrisé. Les ennemis d’Imotekh peuvent penser avoir gagné une bataille, parfois une campagne militaire, contre ses légions, mais au fil du temps, la complexité terrifiante de sa stratégie émerge au grand jour, et ses adversaires découvrent que le Seigneur des Tempêtes avait tout prévu depuis le début. Ironiquement, les seuls ennemis capables de mystifier régulièrement Imotekh sont les Orks, qu’il méprise par-dessus tout. Ces créatures sont si anomiques et tellement obnubilées par les énergies incompréhensibles de la Waaagh! qu’elles contrarient souvent les calculs du Seigneur des Tempêtes. Il met un point d’honneur à les exterminer dés que possible, pour éviter qu’ils viennent mettre un grain de sable dans les engrenages de ses plans.

Si Imotekh a une faiblesse, c’est sa tendance à cultiver les rivalités. Il pense qu’une galaxie sans ennemis à vaincre serait ennuyeuse. De plus, il obéit à un code d’honneur très strict lorsqu’il combat personnellement, ce qui est l’héritage des codes du Triarcat auxquels il se conforme toujours, du moins en grande partie. Imotekh ne refuse jamais un défi ou un duel, et en a livré un grand nombre contre divers adversaires redoutables. Parfois le Seigneur des Tempêtes a épargné la vie de ses ennemis les plus honorables et doués, se contentant par exemple de leurs couper une main avant de l’envoyer au peuple rival pour signifier qu’il ne faut jamais défier le Seigneur des Tempêtes. Cependant, il est également arrivé à plusieurs reprises que ce soit Imotekh le perdant de tels duels, généralement contre de vieux ennemis qui lui vouent une haine immortelle. Malgré tout, Imotekh sait que son corps peut être reconstitué à chaque fois, et que le temps joue en sa faveur, il accepte donc de bonne grâce de telles déconvenues. Après tout, sa victoire n’en sera que plus douce…[4]

Les Légions Sautekh

Les légions de la Dynastie Sautekh sont, pour plusieurs raisons, l’incarnation même de la stratégie, des tactiques et de l’organisation martiale traditionnelles des Nécrons, transposées au 41e millénaire. Guidés par Imotekh le Seigneur des Tempêtes, beaucoup de nobles de cette dynastie imitent ses préceptes guerriers, bien qu’il existe des variations, notamment parce que certains nobles manquent parfois de troupes ou de véhicules spécifiques, alors que d’autres sont obsédés par l’idée d’aligner le plus grand nombre possible d’unités d’un type donné. Quoi qu’il en soit, depuis les plus puissants Tesserarions ou Décurions, jusqu’aux légions et aux cohortes, on retrouve des constantes dans les armées Sautekh.

Tout d’abord, l’emphase sur l’infanterie. D’innombrables phalanges marchent sous les ordres des nobles de la Dynastie Sautekh, et formes des vagues irrésistibles capables de briser toute résistance. Lorsqu’un assaut en masse est nécessaire pour remporter la victoire, les Sautekh n’hésitent pas à envoyer des milliers de fantassins. Cependant, ils ne sont pas gaspiller inutilement : si une attaque grâce à des Arches Fantômes et des Monolithes, voire une frappe par le biais des Portails Dolmens, est plus appropriée, les nobles Sautekh n’hésiteront pas à recourir à de telles options. Cette importance de la polyvalence tactique et stratégique est renforcée par la présence de nombreux Immortels, dont les talents martiaux permettent d’accomplir efficacement toute mission.

Comme on peut s’y attendre de la part d’une dynastie aussi puissante, les Sautekh disposent d’un vaste arsenal, en grande partie parce qu’elle a tendance à cannibaliser les stocks des dynasties qu’elle soumet à son autorité, y compris les parcs de machines de guerre. La plupart des nobles de la dynastie disposent par conséquent de Barges d’Annihilation, de Monolithes, d’aéronefs et d’autres engins reflétant un statut élevé, et pouvant facilement écraser toute opposition. Cela concerne aussi leurs Vaisseaux-Tombes, qui sont pléthoriques et parfaitement entretenus.

En comparaison, les Crypteks de la Dynastie Sautekh sont souvent surveillés de près et n’ont que des rôles de serviteurs. Certes, beaucoup restent des conseillers et des scientifiques appréciés, pourtant il ne fait aucun doute que le plus grand Cryptek de la cour royale restent d’un rang inférieur à celui de n’importe quel noble mineur. Pour cette raison, les créations Canopteks et les Échardes C’tan sont aussi méprisées, car elles sont intimement associées aux Crypteks. Les premières sont des machines de guerre considéré comme sacrifiables, tandis que les C'tans sont traités avec la plus extrême prudence et ne sont déployés qu’en cas de situation extrême. D’autres dynasties se gargarisent de leur domination sur ces entités qui jadis les avaient réduites en esclavage, mais Imotekh et par extension tous les nobles de sa dynastie se méfient de la menace que les C’tan constitueraient s’ils venaient à s’échapper.[5]

Sources

  • Codex Necrons, V8
  • Codex Necrons, V7
  • Codex Nécrons, V5
  • White Dwarf 496 - Index Xenos: Dynastie Sautekh
  1. White Dwarf 496 - Index Xenos : Dynastie Sautekh,
  2. White Dwarf 496 - Index Xenos : Dynastie Sautekh, Étranges Fortunes
  3. White Dwarf 496 - Index Xenos : Dynastie Sautekh, La Guerre dans la Matrice Nodale
  4. White Dwarf 496 - Index Xenos : Dynastie Sautekh, Le Seigneur des Tempêtes
  5. White Dwarf 496 - Index Xenos : Dynastie Sautekh, Les Légions Sautekh