Dieux Orks

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Ork-title-banner.jpg
Ork banner left.jpg
Ork banner right.jpg




Decor1PeauxVertes.jpg
Decor1PeauxVertes.jpg
DieuxOrks.jpg
Deco-ork-12.png
Deco-ork-13.png
{{{titre}}}
Gork et Mork
On y Va ! [1]

Gork et Mork lèvent les yeux au ciel et voient une autre planète briller parmi les étoiles. Mork défie Gork de la faire tomber avec sa massue. Gork lance sa massue de toutes ses forces, mais oublie qu’elle est attachée à son poignet. La massue se dirige vers la planète et Gork la suit. Mork s’accroche à Gork et part aussi. Ce mythe représente le caractère aventureux et insouciant des Orks et leur capacité à voyager dans l’espace.

Les Orks n’adorent pas leurs dieux à la façon des autres races. Ils n’ont pas de prêtres et n’érigent pas de temples grandioses, et honorent leurs divinités en abattant les idoles et les sanctuaires des autres. Les effigies qu’ils bâtissent sont d’immenses marcheurs aux pieds métalliques desquels les Peaux-Vertes chargent au combat, offrant à leurs dieux les louanges les plus viscérales.

Les Orks sont une des grandes puissances de la galaxie, ils semblent être capables de survivre, de s’étendre et de prospérer presque sans effort par rapport à une Humanité qui éprouve des difficultés, et leurs traits de caractère ont leur image dans le Warp, au même titre que les pulsions et les émotions de l’Humanité et des Aeldaris. Ils se manifestent sous la forme des dieux Gork et Mork.

Les Orks affirment que Gork est "brutal mé ruzé", tandis que Mork est "ruzé mé brutal", ce qui est totalement différent. On peut se faire une idée de l’apparence des Dieux Orks en observant les Gargants, gigantesques machines construites à l’image de Gork (ou peut-être de Mork). Les Mékanos construisent ces engins pour illustrer l’orkitude sous une forme mécanique, ils ont donc une importante signification religieuse, au point que leurs pilotes sont souvent sous l’emprise de visions suscitées par Mork (ou peut-être Gork), qui les poussent à chercher le combat. Pour les Peaux-Vertes, ils se comportent à l’image de leurs dieux et avancent pesamment en ne laissant que mort et destruction dans leur sillage. Ils se rendent où bon leur semble et ne refusent jamais une bonne bataille. Dans certains mythes, les dieux Orks ont été abattus et réduits en pièces, puis des millions d’Orks sortent en masse et reconstituent le dieu.

Dans la mythologie Ork, Gork et Mork affrontent régulièrement les Dieux du Chaos et les dieux des autres races. Gork et Mork sont si puissant qu’ils ne sont jamais vaincus, ils se contentent de se moquer des autres dieux et de simplement de repousser leurs coups d’un simple revers de la main en éclatant d’un rire tonitruant. Puis Gork sourit, montre les dents et assène un puissant coup sur la tête de son adversaire à l’aide de sa gigantesque massue avec la force d’une comète. De même, Mork, le maître de la ruse, préfère attendre que ses adversaires regardent ailleurs pour les assommer.

Il n’est pas surprenant que l’on voie les dieux Ork triompher des Puissances du Chaos, car au combat, les Bizarboyz triomphent de leurs serviteurs humains et démoniaques. Lorsque les Démons et les Psykers sont abattus par l’énergie psychique des Boyz - qui chantent et tapent du pied - concentrée par les Bizarboyz pour bannir et détruire des ennemis aussi redoutables, en ce qui concerne les Orks, ces serviteurs du Chaos ont été réduits à néant par une explosion de pur Orkitude. Lorsque les Orks voient les horreurs du Chaos se désintégrer devant leurs adorables Bizarboyz, ils perdent toute crainte du Warp, convaincus que leur Orkitude peut tout vaincre.

Les Orks et la Mort [2]

Chaque Ork sait vaguement que lorsqu’il rencontrera sa fin sur un champ de bataille (la majorité des Orks trouvent la mort au combat), son âme fusionnera avec les puissants dieux de la guerre Orks dans le Warp. Il deviendra un membre d’équipage du grand Gargant éthéré pour l’éternité. Il n’a rien à craindre des dieux dévoreurs d’âmes devant lesquels les autres races rampent de terreur. Les dieux Orks le protégeront. Les Orks acceptent avec joie cette destinée. C’est une fin appropriée pour un guerrier Ork que de ne faire qu’un avec le grand esprit guerrier immortel des Orks.

Depuis que le Sourire de Gork a fracturé les étoiles, les cris de guerre des Dieux Orks résonnent plus fort que jamais. Des visions de carnages emplissent les esprits des Peaux-Vertes. Les Bizarboyz baragouinent et rugissent comme s’ils étaient l’incarnation de Gork et Mork, ordonnant aux autres Peaux-Vertes de lancer Waaagh! après Waaagh! pour plonger la galaxie entière dans le chaos. Dans le Warp, les Dieux Orks sont sur le sentier de la guerre métaphysique, balayant des hordes de Démons à chacun de leurs coups. Ils savent que le voile est sur le point de se déchirer, et ils quitteront alors l’Immaterium pour mener leur race dans une croisade apocalyptique appelée la Grand’Waaagh!.

Gork

Il serait faux de dire que les divinités orks sont autre chose que des dieux de la guerre, mais Gork est celui à qui ce titre correspond le mieux, car il est le plus direct et le plus belliqueux des deux dieux orks, si une telle chose est possible. Gork est un déferlement de brutalité, un tourbillon de coups de poing, de pied et de crocs dénudés, poussant des rugissements incessants. Il ne supporte pas que l'on "traînasse", ce que les Orks interprètent comme tout ce qui va de formuler un plan de bataille à utiliser des armes sophistiquées, ou se battre pour toute autre raison que le simple plaisir de la violence. L’influence de Gork se fait surtout sentir parmi les fantassins du Clan Goff, les parties de chasse tonitruantes des Alpagueurs, et chez tout Ork qui éprouve une irrépressible envie d’écraser ses ennemis sans trop "s’prend’ la tête". Son cri de guerre est le grondement des moteurs d’un Chariot d'Guerre, l'aboiement des Kanons et les beuglements bestiaux des Orks quand ils sonnent la charge. Gork est l’équivalent divin d’un coup de botte dans les dents, d’une brassée de Frags à Manche à travers une vitre ou d’un astéroïde propulsé par des fusées sur une ville ennemie. Bref, il incarne l’aspect le plus fondamental de ce que signifie être un Ork, et sa joyeuse belligérance les pousse sans cesse de l’avant.

Mork

Bien qu’il ne refuse jamais de s’adonner à la violence, Mork est une divinité rusée : au lieu de cogner ses ennemis sur la tête, il préfère s’approcher l’air de rien en cachant son gourdin derrière son dos, et ensuite de cogner ses ennemis sur la tête. C’est bien sûr un dieu destructeur, mais il aime bien détruire en douce. Quand un Mékano imagine un nouvel engin, ou qu’un Blood Axe a l’idée d’une stratégie brillante, ou encore qu’un Deathskull entrevoit une occasion de poignarder l’ennemi dans le dos, il le doit à Mork. De son influence découlent les inventions comme les Téla-Tépula, les engins volants, les rayons trakteurs et les Champ de Force Kustom. Il est l’obsession qui habite chaque Brikolo, la lueur fourbe dans le regard d’un Grot, le rictus carnassier d’un Kommando avant qu’il ne déclenche une embuscade, et si un peau-verte sournois donne un nom à ses armes, il les appellera "les Griffes eud’Mork" ou "les Crocs d’Mork". Mork est la personnification de la ruse bestiale des Orks, qui se réjouit de chaque fois où les Peaux-Vertes prennent l’ennemi au dépourvu.


Les Orks et le Culte de l’Empereur [3]

Les Orks ont entendu parler de l’Empereur de l’Humanité. Ils savent que les Humains le vénèrent comme une divinité et ont vu Ses sanctuaires et Ses icônes sur de nombreux mondes. Les Orks considèrent l’Empereur comme le dieu de la guerre des Humains. L’Empereur est quelque chose qu’ils peuvent facilement comprendre puisque leurs propres dieux sont des dieux guerriers. Ils voient l’Empereur comme le pouvoir qui contrôle de vastes armées, de grandes flottes et une technologie militaire impressionnante. Le fait que Ses serviteurs soient tous des zoms malingres ne change rien à l’impression que les Orks ont de l’Empereur en tant que puissant dieu de la guerre.

L’Empereur est même parfois considéré comme ayant un statut presque égal à celui de leurs propres dieux, car les Orks - qui sont une société de guerriers - respectent et admirent les adversaires coriaces. Les Orks lancent des raids et commettent des ravages dans tout l’Imperium, mais l’Empereur est toujours là. Pendant des milliers d’années, il a commandé la loyauté de Ses fidèles et les a envoyés au combat contre les Orks. Il existe même des légendes orks dans lesquelles l’Empereur apparaît sous la forme d’une caricature titanesque de l’espèce humaine, pour défier les dieux orks au combat. Pour la plupart des Orks, l’Empereur est considéré comme une puissance vague, lointaine et ancienne qui incite Ses fidèles à entreprendre des tâches irrationnelles et inutiles qui n’ont aucun sens pour l’esprit Ork. Comme Ses serviteurs humains, l’Empereur semble condamné à tout faire de la façon la plus compliquée ou de la mauvaise manière du point de vue des Orks. Le stress et le désespoir que les pauvres humains semblent s’infliger à eux-mêmes sont une autre source d’étonnement pour les Orks. Il n’est donc pas surprenant que les Orks utilisent le mot "om" (humain) pour désigner les choses stupides, inutiles ou peu pratiques, et qu’ils plaisantent souvent sur les Humains et l’Empereur.

Sources

Pensée du Jour : « La paix est la seule arme du lâche. »
  • Codex Orks, V9
  • Codex Orks, V8
  • Waaargh the Orks!
  1. Waaargh the Orks! - ‘Ere We Go ! (traduit de l'anglais par Christer)
  2. Waaargh the Orks! - The Ork Way (traduit de l'anglais par Christer)
  3. Waaargh the Orks! - Orks and the Imperial Cult (traduit de l'anglais par Christer)