Deuxième Guerre pour Armageddon

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Ork-title-banner.jpg
Ork banner left.jpg
Ork banner right.jpg




Decor1PeauxVertes.jpg
Decor1PeauxVertes.jpg
La Deuxième Guerre pour Armageddon.

Le Monde-Ruche d’Armageddon, planète principale du secteur Armageddon, se situe à environ dix mille années-lumière au nord galactique de Terra. Il s’agit d’un centre stratégique absolument vital de ce secteur de navigation, et ses milliers d’usines d’armement équipent la grande majorité des régiments de la Garde Impériale à des années-lumière à la ronde. La perte d’Armageddon compromettrait donc sérieusement le contrôle de l’Imperium sur cette partie de la galaxie, comme le confirma une invasion massive des forces du Chaos vers le milieu du 41e Millénaire. Cette bataille titanesque fait depuis longtemps partie de l’histoire, mais un récent conflit a démontré la vulnérabilité critique de l’Imperium dans ce secteur névralgique.

En 941.M41, le Boss de Guerre Ork Ghazghkull Mag Uruk Thraka envahissait Armageddon à la tête d’une Waaagh! mythique. À l’époque, la planète était dirigée par Herman von Strab, qui fut qualifié par le Princeps Prime Kurriz Mannheim de la Legio Titanique des Crânes de Fer de « plus grande erreur de naissance des cinq derniers siècles ». C’est en effet le manque total de préparation de von Strab qui coûta si cher à l’Imperium. Même lorsqu’un gros Space Hulk fut repéré dans le système Armageddon, von Strab ne fit rien pour enquêter ou informer les autorités impériales. Lorsque les Orks atterrirent sur le continent ouest d’Armageddon Prime, von Strab envoya au compte-gouttes ses régiments de défense planétaire, lesquels se firent progressivement écraser par des Orks bien supérieurs en nombre. Armageddon Prime capitula vite, ses couloirs de ravitaillement coupés, puis les guerriers Ork attaquèrent les ruches par les tunnels. C’est Yarrick qui ordonna aux Astropathes d’envoyer un message de détresse, ce qui lui valut les représailles de von Strab et l’exil dans la Ruche Hadès. Ce fut pourtant cette initiative qui devait tirer Armageddon des griffes de Ghazghkull Thraka.

Von Strab ne s’inquiétait guère de la perte d’Armageddon Prime, et clamait à qui voulait l’entendre que les Peaux-Vertes seraient incapables de traverser les jungles qui les séparaient d’Armageddon Secundus. Mais il se trompait lourdement. Les forces de Ghaghkull jaillirent des jungles pour tout dévaster, traversant les fleuves Stygies et Diabolus et marchant irrésistiblement sur les Ruches d’Armageddon Secundus. Von Strab ordonna alors au Princeps Mannheim de lancer ses Titans contre les armées Orks, sans le moindre appui. Ce dernier n’avait pas d’autre choix que d’obtempérer, même s’il savait que ses forces n’avaient pas la moindre chance de s’en sortir. En dépit des lourdes pertes infligées aux Orks, la Legio Metalica fut annihilée par les nombreux Gargants. Partout, les forces impériales reculaient.

Les Orks balayaient tout sur leur passage, prenant la Ruche Infernus en pleine Saison des Tempêtes. Des dizaines de milliers de réfugiés durent marcher à travers les dunes de cendres, succombant à l’environnement hostile ou aux raids éclair des Fondus d’la Vitesse Orks qui les harcelaient sans répit dans leur fuite. En descendant vers le sud, les Orks se séparèrent pour assiéger les Ruches Hadès et Helsreach. C’est là que von Strab dévoila son arme secrète, un important stock de bombes virales tiré de son arsenal personnel. Cependant, les antiques explosifs n’étaient plus en parfait état de marche, et malgré de conséquents dommages infligés aux Peaux-Vertes sans protections, de nombreux humains furent également tués par des missiles hors de contrôle qui ne manquèrent pas de tomber sur les lignes impériales ou certains camps de réfugiés. À Helsreach, des supertankers modifiés firent traverser l’Océan des Tempêtes à ceux qui ne pouvaient pas se battre. Ceux qui restèrent firent quant à eux le serment solennel de défendre leur cité jusqu’au denier homme. Des commandos suicides chargèrent dans les campements Orks dotés de bombes artisanales, tandis que des dockers s’étaient fait arrimer à l’intérieur des cabines blindées de leurs grues pour affronter les immenses Gargants qui dévastaient la cité. Bien qu’inégal, le combat fut acharné, mais Helsreach succomba aux assauts répétés des Orks.

Si la bataille pour Armageddon avait été féroce, c’est dans la Ruche Hadès que fut atteint le summum de la sauvagerie. Menés par le Commissaire Yarrick, les défenseurs de la Ruche Hadès se battirent comme des forcenés. La résistance était si acharnée que Ghazghkull Thraka dût commander ses troupes en personne. Le décor était alors en place pour l’un des plus épiques duels de l’histoire de l’Imperium. Des semaines durant, Ghazghkull Thraka essaya tous les stratagèmes enseignés par Gork et Mork, lança des attaques éclair, des feintes, de massives vagues d’assaut précédées par des bombardements. Mais Yarrick contra chaque ruse : ses commandos sabotaient les engins de siège Orks, il contre-attaquait sur les flancs aussitôt que les Orks tentaient de franchir les barricades, il reculait face aux attaques de diversion pour attirer les Orks dans des pièges. Lorsque Ghazghkull lança tous ses Kommandos pour tenter une infiltration massive, Yarrick rassembla plusieurs volontaires ayant travaillé comme ouvriers de maintenance dans le dédale des conduits d’aération, d’égouts ou de carburant de la Ruche. Dans les ténèbres, une terrible bataille s’ensuivit entre ces psychopathes gavés de drogues et les Kommandos Orks. On affirme que pas un seul Kommando n’en sortit vivant.

Tandis que Yarrick et Ghazghkull Thraka s’affrontaient à Hadès, le reste de l’armée Ork progressait tant bien que mal vers les colonies encore épargnées : Acheron et Tartarus. Les défenseurs d’Acheron jurèrent de mourir plutôt que de se rendre aux Orks. Mais ce courage ne leur fut finalement pas nécessaire car les Orks furent écrasés sous une pluie de bombes et d’obus, alors que le ciel s’emplissait de silhouettes de Thunderhawks. Les Blood Angels menaient les renforts et les officiers d’Armageddon abandonnèrent von Strab pour se mettre sous les ordres du légendaire Commandeur Dante.

Von Strab fut immédiatement mis aux arrêts pour crimes contre l’Imperium, mais parvint à s’échapper par la suite. L’arrivée des Space Marines Ultramarines, Salamanders et Blood Angels avait changé la donne. Les usines d’Acheron et Tartarus produisaient des armes et des véhicules par milliers, tandis que les Space Marines repoussaient les peaux-vertes vers le nord. Si Ghazghkull Thraka s’était préoccupé de la situation au sud pour repousser cette soudaine contre-attaque, Armageddon aurait tout de même pu tomber. Cependant, le siège d’Hadès était devenu bien plus qu’un objectif militaire. La résistance acharnée de Yarrick était un défi à la compétence et à la réputation de Ghazghkull Thraka en tant que Boss de Guerre Ork, et il se devait de le relever. Il rassembla toutes les bandes de son armée et l’immense horde se jeta sur Hadès avec la haine qu’un Ork ne réserve qu’a son pire ennemi. Malgré les mesures de rationnement drastiques, Hadès était totalement à cours de vivres et ne pourrait jamais tenir devant une telle masse d’Orks. Yarrick décida donc d’évacuer tous ceux qui pouvaient l’être par navette, bravant ainsi la menace des kanons antiaériens et des redoutables intercepteurs Orks.

Les Space Marines arrivèrent trop tard pour sauver Hadès et attaquèrent les Orks alors qu’ils parvenaient à en percer les ultimes défenses. Yarrick fut quasiment tué, mais sa volonté de fer l’empêcha de succomber aux blessures mortelles qu’il avait subies. Alors que le sort d’Hadès était définitivement scellé, Ghazghkull montra à quel point il ne fallait pas le sous-estimer. Des hordes de renforts Orks arrivèrent par l’ouest pour prendre la Ruche Tartarus plus au sud. Si Tartarus tombait, la capacité de production industrielle du sud serait réduite à néant et les Orks pourraient aisément consolider leurs positions avant que les armées impériales ne reviennent du nord. Alors que les Orks montaient à l’assaut de Tartarus et que leur avant-garde pénétrait dans les rues de la Ruche, Dante passa à l’action. Ses Blood Angels remontèrent en orbite pour lancer un assaut aéroporté au cœur de l’armée Ork. Malgré la large supériorité numérique des envahisseurs, les Blood Angels massacrèrent tous les Orks assez malchanceux pour se trouver à portée de leurs armes. Galvanisés par la fureur du juste, ils décimèrent une bonne moitié de l’armée Ork. On pensa même que Ghazghkull en personne avait succombé, mais cela ne s’avéra être qu’une rumeur. Privés de leur chef et harcelés de tous côtés par les forces de l’Empereur, les Orks refusèrent de se rendre. Certains se battirent jusqu’au bout, d’autres disparurent dans les dunes des déserts de cendres pour se réfugier dans les jungles du centre d’Armageddon.

Comme de coutume avec les Peaux-Vertes, ils ne furent jamais totalement éradiqués d’Armageddon, et il est improbable qu’ils le soient un jour. Dans les profondeurs des jungles et des ruines de Ruches détruites, ils continuent à se reproduire et sont traqués sans relâche par les équipes de chasseurs-tueurs impériaux. La Ruche Hadès est toujours en ruines, tandis que la reconstruction de Tartarus et d’Infernus est à peine entamée et les séquelles de la Deuxième Guerre pour Armageddon sont encore visibles où que l’on regarde.

Une Arrivée qui Bouleverse le Monde

La Première Guerre pour Armageddon[1]

L’assaut de Ghazghkull sur Armageddon n’était pas la première invasion de ce Monde Ruche. En 444.M41, des chefs de culte avaient incité les travailleurs réprimés à se révolter. Armageddon était un monde dur et les conditions de vie de ses citoyens étaient tout simplement épouvantables. Cependant, lorsqu’un Space Hulk portant la marque du Chaos se matérialisa dans le système, la violence prit une nouvelle dimension sinistre. De cette carcasse surgirent des Démons, des Space Marines du Chaos et des Mutants - une force redoutable dirigée par nul autre qu’Angron, le Primarque Démon des World Eaters. La moitié des Forces de Défense Planétaire d’Armageddon avait fait défection, des millions de personnes ont été massacrées et les troupes loyalistes se sont repliées devant l’assaut.

Au dernier moment, Logan Grimnar est arrivé à la tête de sa Grande Compagnie de Space Wolves. Cette arrivée, ainsi qu’une accalmie dans les Tempêtes Warp qui alimentaient la présence démoniaque, assura le changement de rythme de l’invasion. Angron, dont la fureur ne se démentait pas, commença à la reprendre à lui seul, pressant l’Imperium jusqu’au point de rupture. Alors que les lignes impériales se fissuraient, leur arme secrète arriva. Une confrérie de Chevaliers Gris - l’ordre secret des tueurs de Démons - avait été convoquée ; ils se téléportèrent directement dans la mêlée, portant le combat contre Angron. Ils bannirent le Primarque Démon dans le Warp et, avec la disparition de leur chef, l’attaque du Chaos s’affaiblit et s’effondra. La souffrance n’était cependant pas terminée, car la population entière fut liquidée par l’Inquisition afin qu’aucune souillure ne puisse se répandre. Armageddon fut recolonisé dans les dix ans qui suivirent par des gens ignorant tout de ce qui s’y était passé.

Les flottes impériales environnantes, les missiles à longue portée et les lasers de défense orbitale de la planète ont fait de leur mieux pour repousser l’inévitable. Leur puissance de feu a permis de cisailler quelques morceaux du Space Hulk qui arrivait, mais ils n’ont pas pu arrêter la plongée terminale du Tueur d’Monde, ni modifier sa trajectoire. Bien que privé d’une bonne partie de sa masse par les salves désespérées, l’énorme Space Hulk plongea à travers l’atmosphère polluée d’Armageddon pour s’écraser sur son plus grand continent, Armageddon Prime. L’impact profond de l’atterrissage secoua le monde entier, et l’onde de choc provoqua une dévastation sans précédent.

Un nuage de débris enveloppa le soleil. Des centaines de milliers d’Orks furent instantanément immolés par le contact cataclysmique de l’atterrissage. Cependant, leurs pertes ne représentaient qu’une infime partie de leur nombre. Alors que le choc s’estompait, quelques Orks réalisèrent qu’ils auraient tous dû mourir dans ce crash épique. Ghazghkull prétendit que c’était la protection des dieux, bien que le projecteur de champ de force qui absorbait le poids de l’impact ait sans doute aidé. Quoi qu’il en soit, les Orks hurlèrent leur satisfaction d’être encore en vie après ce voyage exaltant. Désireux de libérer leur agressivité refoulée, ils s’engouffrèrent dans les rampes de descente ou se contentèrent de percer de nouveaux trous de sortie à travers les ruines déjà déchirées et déchiquetées des coques restantes.

Ghazghkull divisa ses partisans en cinq hordes distinctes, chacune dirigée par l’un de ses plus puissants Boss de Guerre. Il s’agissait de chefs que Ghazghkull avait soumis sur Urk, des Orks féroces qui avaient appris en combattant à ses côtés. Dans l’obscurité de la tempête de poussière, l’imposant Boss de la Waaagh! indiqua la direction que devait prendre chacun de ses sous-commandants. D’un geste de sa Pince Énergétik', Ghazghkull lança d’interminables colonnes de machines de guerre Ork et des mers vivantes d’infanterie. D’une seule voix, des millions de personnes poussèrent un cri.[2]

Des Victoires qui S’Empilent

Les défenseurs d’Armageddon n’étaient pas préparés à ce qui les attendait. L’Astra Militarum et les forces de défense planétaires d’Armageddon étaient peut-être bien équipées, mais elles n’étaient absolument pas préparées aux vagues de violence qui déferlèrent sur leurs armées. Il était clair que les humains avaient sous-estimé la capacité stratégique de leurs ennemis. Ils avaient déjà affronté des Orks, mais ces Peaux Vertes étaient différentes ; il ne s’agissait pas d’une formule d’assaut d’un petit Boss de Guerre - c’était la Waaagh! de Ghazghkull.

Bien qu’aucun de ses sous-commandants n’ait fait preuve de l’audace et de la ruse de leur maître, Ghazghkull leur avait suffisamment inculqué les tactiques pour que certaines d’entre elles restent gravées dans leur esprit. Ils écrasèrent facilement les légions de Force de Défense Planétaire qui sortaient des Ruches pour les contenir. Les Orks ont d’abord lancé des assauts pour bloquer l’ennemi dans les désolations, tandis que les bandes de Motards et les brigades de chars de guerre ont foncés pour encercler leurs adversaires et couper leurs lignes de ravitaillement. Les Peaux Vertes ont ensuite resserré l’étau. Ils mirent en place leurs batteries de Kanons de Meks pour pilonner les défenseurs paniqués restés dans leurs abris qui ne cessait de se rétrécir. Les tentatives désespérées de sortie se heurtèrent aux lignes de feu. Sans pitié, les Orks fauchèrent tout ce qui bougeait, ricanant devant les lignes de zumains qui avançaient pour ne rencontrer que la mort, imitant leurs dernières malédictions alors qu’ils se tordaient de douleur sur la cendre tachée de sang.

Une fois les plaines nettoyées, les Orks avancèrent vers les Cités-Ruches, où ils furent stupéfaits. Construites au sommet de vastes désolations, les Ruches s’élevaient plus haut que des montagnes. Il s’agissait des grandes Villes-Usines de l’Imperium, l’élément vital de ses efforts de guerre incessants. Il s’agissait d’une puissance industrielle à une échelle jamais vue par les Orks. Les Mékanos contemplèrent les Ruches avec joie, imaginant comment ils pourraient réaffecter de tels ouvrages, ce qu’ils pourraient construire avec de tels amas colossaux de matériel.[3]

La Chute de la Ruche Volcanus

Commissaire Sebastian Yarrick[4]

Étant quelque peu mous, il est extraordinaire pour les zoms de gagner le respect des Orks - en particulier des peaux vertes dirigées par un Goff stoïque et assoiffé de combat comme Ghazghkull. Bien que les Space Marines surnommés « Grosbeks » soient considérés avec estime pour leurs compétences au combat - aucun ne l’est plus que le Commandant Luis Dante des Blood Angels - c’est un Commissaire Impérial qui a suscité le plus d’admiration de la part des Orks. Il s’agissait d’un guerrier intransigeant, aussi désireux d’abattre ses propres hommes que l’ennemi, si c’était ce qu’il fallait pour remporter la victoire. Le Commissaire Sebastian Yarrick était certainement une épine dans le pied de Ghazghkull, car les Peaux Vertes estiment que c’est lui seul qui a permis aux défenseurs de la Ruche d'Hadès de tenir aussi longtemps. Les Orks apprirent peu à peu de leurs captifs que les défenseurs de la Ruche d’Hadès en étaient venus à craindre Yarrick autant qu’ils redoutaient la fureur de Ghazghkull.

Pour les Orks, c’était le genre de Boss qu’ils pouvaient respecter. Le fait qu’il porte les couleurs de Goff - noir avec des bordures rouges - renforce encore son estime. On dit que de tous les ennemis de Ghazghkull, Yarrick est le seul qu’il n’ait jamais maudit. Les Orks qui se sont retrouvés face à face avec l’infâme "Boss des Zoms" ont souvent été déçus. En personne, Yarrick n’était que de taille humaine, même si cela était quelque peu atténué par le fait qu’il portait au moins une Pince Énergétik’ Ork et qu’il avait un œil diabolique. Chez les Boyz, on disait que les Orks qui reconnaissaient leur adversaire étaient toujours tués, car ils restaient bouche bée devant l’insulte de Yarrick et s’exposaient ainsi à un coup mortel. Les rusés Orks reconnaissaient la valeur de cette tactique, même s’il s’agissait d’un coup de Blood Axes ruzé et sournois.

La défense des Ruches par l’Imperium s’avéra plus redoutable. Les effectifs de l’Astra Militarum furent renforcés par tous les régiments disponibles, ainsi que par des citoyens armés à la hâte. Une longue série de tranchées et de redoutes encerclait chaque vaste complexe fortifié. Ghazghkull jeta un coup d’œil à la Ruche Volcanus avant de jurer hardiment qu’elle tomberait dans deux jours. Même si ses hordes étaient suffisamment nombreuses pour submerger les portes, Ghazghkull ne voulait pas gaspiller ses forces. Il n’avait pas encore libéré toute la terreur de ses Gargants Géants, mais il pensait que cette prodigieuse puissance de feu devait être gardée pour le moment où elle serait vraiment nécessaire. Au lieu de cela, son plan pour prendre l’énorme ville-usine reflétait sa ruse. C’était simple, il suffisait d’une exécution parfaite et d’une coopération sans faille - un défi de taille pour un Boss de Waaagh! typique, mais pas pour Ghazghkull.

Les barrières extérieures furent prises pour cible par les Blitz Brigades - des Chariots d’Guerre blindés. La première vague portait des béliers et avait pour mission d’ouvrir les murs extérieurs en utilisant leurs chenilles pour les transporter sur les décombres. Le deuxième groupe d’assaillants suivait les Chariots d’Guerre Orks fumants ; il s’agissait de l’infanterie mobile - principalement des Boyz du Clan Goff, avec des hordes de Kramboyz parmi eux. La troisième vague était composée de Karbonizators, qui avaient pour ordre de s’engouffrer dans les brèches et de nettoyer toutes les défenses en balayant les flammes.

Les rayons Trakteurs viseraient les portes tandis que les Chariots de Guerre franchiraient la dernière tranchée. Si le timing était bon, les chariots chargés atteindraient leur vitesse maximale juste au moment où les portes seront arrachées de leurs gonds. Les plans secondaires prévoyaient un largage de Chokboyz et des Krabouilleurs munis de boulets de démolition qui ouvriraient des brèches à des endroits stratégiques. Lorsque les vagues d’infanterie seraient enfin libérées, elles pourraient entrer dans Volcanus à volonté.

Le plan fonctionnait presque trop bien. La Ruche serait tombée en une seule journée si elle n’avait pas opposé une résistance farouche. Dans l’étroitesse des Ruches, les humains désespérés avaient recours à toutes sortes de pièges et d’embuscades. Malgré leur héroïsme, des centaines de milliers d’Orks déferlèrent sur la Ruche Volcanus et sa population fut massacrée ou réduite en esclavage. Après la capture de la Ruche Volcanus, les autres Ruches d’Armageddon Prime suivirent. Des colonnes de réfugiés humains s’étendaient au-delà de l’horizon. Tout Armageddon Prime se trouvait sous l’énorme griffe métallique de Ghazghkull. Les anciennes manufactures furent transformées en ateliers grouillant d’Orks. Les esclaves travaillaient jusqu’à la mort, dépouillant leurs propres villes de toutes les ressources que les Peaux Vertes pouvaient utiliser pour alimenter la machine de guerre. La Waaagh! se dirigea vers le sud, en direction du continent très peuplé d’Armageddon Secundus.

La Vraie Bataille Commence

Lorsque la Saison des Ombres d’Armageddon s’installa - la période cyclique où les montagnes volcaniques de la planète entrent en éruption - les cieux turbulents prirent une teinte cramoisie permanente. Pour les Orks, c’était un autre signe de leur victoire imminente. Pour atteindre Armageddon Secundus, les Orks devaient traverser une zone de jungle équatoriale considérée comme impénétrable par les humains. La région des marécages fétides était un marécage de fosses de boue qui pouvaient submerger des armées à la fois, et elle était remplie de bêtes sauvages féroces. Les Peaux Vertes s’en donnaient à cœur joie, s’attaquant à la flore et à la faune tandis que les Peaux Vertes érigeaient des pontons ou projetaient des champs de force à travers les tourbières qui s’enfonçaient. Grâce à leur dynamisme et à leur ingéniosité, les hordes d’Orks passaient plus vite que les armées impériales ne pouvaient marcher. L’infanterie, les colonnes blindées, les Hordes de Krabouilleurs et les imposants Gargants traversèrent les ponts rudimentaires et émergèrent de l’autre côté des jungles. Une fois de plus, les Orks prirent les humains au dépourvu et brisèrent leurs positions défensives. Tandis que les Orks traversaient les déserts de cendres en direction des Cités-Ruches, les imposantes machines divines et les compagnies de chars de l’Humanité s’avancèrent dans les landes à leur rencontre. À partir de ce moment-là, les batailles devinrent plus féroces et les pertes chez les Orks commencèrent à s’accumuler.

Le premier affrontement eut lieu dans le désert desséché connu sous le nom de Landes de la Mort. Tandis que les machines de guerre colossales de la légion titanesque des Crânes de Fer affrontaient les Gargants, les chars impériaux massés commençaient à faire de grands trous dans les hordes Orks. Les Peaux Vertes ne faiblirent pas et continuèrent d’avancer, quoique plus lentement, dans ce barrage tonitruant. L’énergie de la Waaagh! aurait pu s’épuiser à ce moment-là si les Dred Eud'la Mort n’avaient pas été là. Ces Marcheurs d’assaut blindés avançaient à grands pas dans la tempête d’obus. Une armada terrestre composée de Dred Eud’la Mort, de Boît'Kitus et d’imposants Morkanautes fonça sur les formations blindées ennemies. Des explosions illuminèrent les plaines tandis que des Pinces Énergétik’ arrachaient des tourelles.

Les bras bardés de lames s’avançaient vers l’équipage exposé pour le massacrer, et les cris des victimes éviscérées étaient de la musique aux oreilles des Orks. Les chars ennemis n’étant plus que des épaves fumantes, les Krabouilleurs et les Dred Eud’la Mort utilisèrent leur puissance de feu pour faire pencher la balance dans le duel équilibré entre les Gargants et les Titans. D’imposants champignons s’élevèrent des Titans impériaux détruits, et les explosions de leurs détonations tuèrent de nombreux Orks, mais lorsque les ondes de choc cessèrent, la marée verte s’écoula dans les énormes cratères.[5]

Le Plus Sanglant des Sièges

L'Acharnement de Ghazghkull[6]

Les Orks ont si peu progressé contre la Ruche d’Hadès que Ghazghkull lui-même s’est joint à l’attaque, menant ses forces depuis le front. La Bête d’Armageddon ne voulait pas arrêter la Waaagh! Le décor était ainsi planté pour le plus grand concours de volonté de toute la guerre.

Pendant des semaines, Ghazghkull essaya tous les stratagèmes que lui avaient enseignés Gork et Mork : sous le couvert de l’obscurité, des milliers de véhicules Orks sillonnèrent les rues en ruines du complexe de la Ruche dans des raids éclairs, avant de se retrouver bloqués par des tranchées et des pièges à chars ou des bâtiments effondrés spécialement pour les empêcher d’avancer. De petites équipes d’hommes armés de lance-missiles, guidées par les gangs de rue locaux, ont chassé les Kultes d’la Vitesse Ork à travers les Ruches extérieures dans un jeu mortel du chat et de la souris. Des centaines de Chokboyz ont plongé vers la ville depuis d’immenses dirigeables Orks. Yarrick avait prévu le coup et alors qu’ils atterrissaient sur les toits, les ingénieurs de combat qui les attendaient firent exploser les mines qui s’y trouvaient, réduisant les Peaux Vertes en miettes avant qu’elles ne puissent prendre pied. Ghazghkull rassembla tous ses Kommandos en une immense force d’infiltration et leur ordonna de chercher à pénétrer dans les conduits de ventilation, d’égout et de carburant qui s’étendaient à travers les veines de la Ruche. Quel que soit le résultat que le Boss de Guerre Ork attendait de cette manœuvre, il fut déçu : aucun Kommando Ork n’émergea dans la sombre lumière du jour d’Armageddon.

Thraka demanda à ses Mékanos de lui construire de puissants engins de siège, d’énormes tours dotées de marteaux-piqueurs capables de faire voler les bâtiments en éclats, des Gargants équipés de lames de terrassement capables de débarrasser les routes de milliers de tonnes de décombres et d’épaves, et des foreuses géantes capables de contourner les districts industriels soigneusement défendus où les forces impériales tenaient les Orks à distance. Les forces de défense de la Ruche étaient tirées au sort pour avoir l’honneur de rejoindre les escadrons de la mort qui sortaient la nuit et attaquaient les machines de siège avec des bombes au Prométhéum, des Épées Tronçonneuses et des Charges à Fusions.

Frustré au plus haut point, Ghazghkull entama une saison de bombardements colossaux. La Ruche d’Hadès tremblait sous l’intense barrage d’obus et de missiles. Les Orks lancèrent des centaines de milliers d’obus sur les bâtiments en ruine où les défenseurs tenaient bon et pourtant, chaque fois que le bombardement s’arrêtait et que les Orks avançaient, les défenseurs épuisés et meurtris sortaient de la poussière et des décombres pour les repousser une fois de plus.

« À Helsreach, les défenseurs jurèrent de mourir au combat plutôt que de se rendre aux Peaux Vertes et préparèrent leurs défenses en conséquence. Des superpétroliers transformés à la hâte transportèrent ceux qui n’étaient pas en mesure de se battre en lieu sûr à travers l’Océan des Tempêtes - ceux qui restaient savaient qu’il n’y aurait pas d’autre issue que la mort, et se préparèrent à la bataille à venir. Les ouvriers des docks se soudèrent aux cabines blindées de leurs grues et combattirent les gigantesques Gargants qui se déchaînaient sur la ville, tandis que des équipes d’hommes condamnés portaient des bombes artisanales au plus profond des campements Orks avant de les faire exploser avec un effet dévastateur. Pendant un certain temps, les défenseurs d’Helsreach ont tenu les Orks en échec grâce à un mélange de ruse et de désespoir, mais les Orks n’ont pas pu être arrêtés et Helsreach est finalement tombée[7]. »

Les sièges qui suivirent portèrent la guerre d’Armageddon à un nouveau degré de sauvagerie. Les humains savaient désormais ce qui les attendait et leur résistance s’est renforcée. Les Orks mirent à sac la Ruche d’Infernus après que les Blood Axes eut conclu un accord avec son gouverneur corrompu, mais ils ne purent percer les grandes Cités-Ruches d’Hadès ou d’Helsreach. En désespoir de cause, les Impériaux lancèrent des bombes à virus, une technologie malveillante et proscrite datant de leur lointain passé. Des centaines de milliers d’Orks périrent, mais ils continuèrent à se battre contre les Cités-Ruches sans grand résultat. Ses sous-commandants ne sachant pas comment percer la brèche, Ghazghkull fut contraint de diriger lui-même les assauts.

Ghazghkull essaya de nombreux stratagèmes : assauts éclairs, feintes, vagues d’attaques écrasantes et bombardements massifs. Des Chokboyz largués par avion attaquèrent depuis le ciel tandis que les tunnels des égouts étaient infiltrés par les Kommandos les plus rusés. À Helsreach, ces stratagèmes ont porté leurs fruits, chaque offensive avançant plus profondément dans cette Ruche. Les rues étant rouges de sang, la dernière tactique de Ghazghkull, qui consistait à rassembler les Bizarboyz pour que leurs esprits saturés par la Waaagh! déclenchent une tempête psychique, fonctionna à merveille. Paralysés par la folie, les défenseurs furent envahis. Dans Hadès, chaque coup de Ghazghkull est paré. Les Chokboyz furent arrachés au ciel par des tirs antiaériens, les Kommandos furent accueillis par les combattants des tunnels dans une bataille rangée qui bloqua l’avancée souterraine. Des engins de siège ont été sabotés et des équipes de commandos suicides ont abattu des Gargants. La défense de la Ruche d’Hadès était dirigée par le Commissaire Yarrick, qui était destiné à devenir l’homme le plus respecté que la Waaagh! Ghazghkull n’ait jamais rencontré.[8]

Hadès Résiste

Tandis qu’Helsreach se battait au sud, Hadès, au nord, faisait également face à la puissance des hordes Orks. Un vaste contingent de Peaux Vertes rassemblé par Ugulhard, un imposant Boss de Guerre Ork aux immenses prouesses physiques, assaillit l’amas d’Hadès. Leur tâche était simple : briser les défenseurs de l’Hadès le plus rapidement possible, afin de permettre à la Waaagh! d’avancer vers les Ruches Acheron et Tartarus. Heureusement, les Orks n’avaient pas compté sur la présence du Commissaire Yarrick et sur l’effet qu’un seul homme pouvait avoir sur la guerre.

Sous le commandement d’Ugulhard, deux millions et demi de Peaux Vertes déferlèrent sur les Désolations, une horde verte à perte de vue. Des vagues de Gretchins absorbèrent le pire de la puissance de feu des défenseurs de la Ruche, avant que des Orks plus forts et plus meurtriers ne leur grimpent dessus, piétinant leurs corps, morts ou vifs, avec indifférence. Des dizaines de Chariots d’Guerre et de Gargants étaient le fer de lance de l’assaut, absorbant les tirs grâce à leur énorme masse et punissant les défenseurs en retour avec leur arsenal dément de Rokettes et de Fling’s. Seuls les Titans postés en défense de la Ruche d’Hadès parvinrent à ralentir leur avancée mécanique.

Les Orks pénétrèrent dans Hadès même, traversant la zone industrielle extérieure. De sinistres et violents combats au corps à corps éclatèrent entre les ruines des manufactures et des bureaux administratifs, tandis que les Orks massacraient les défenseurs de la Ruche d’Hadès à coups de Kikoup’ et de Gros Fling’s. Les Chiens-Squigs ont éliminé les tireurs d’élite et les équipes d’embuscade, tandis que les Gretchins se sont jetés sur les champs de mines soigneusement préparés par les défenseurs. Les Chariots d’guerre écrasaient les bâtiments qui avaient été protégés des bombardements par la coque blindé de la Ruche, les défenseurs étant écrasés par les chutes de maçonnerie et les chenilles en fer des véhicules Ork. Partout, les forces impériales étaient en déroute et les Orks avançaient. À leur tête se trouvait le colossal Ugulhard. Entouré de ses plus valeureux guerriers, il avançait sur la basilique Sainte-Katherine où le Commissaire Yarrick, épuisé, tentait désespérément de rallier les défenseurs anéantis.[9]

L’Exploit de Yarrick

À ce moment crucial, Ugulhard et Yarrick se rencontrèrent. Dans un rugissement barbare, l’Ork se jeta sur le Commissaire. Il balança sa Pince de combat sur Yarrick et, dans un terrible bruit de déchirement, lui arracha le bras droit au niveau du coude. Mais le cri de triomphe d’Ugulhard se transforma rapidement en un hurlement d’horreur. Ignorant une douleur si intense que n’importe quel homme normal aurait perdu connaissance, Yarrick balança son Épée Tronçonneuse dans un arc cramoisi et, d’un seul coup, trancha la tête d’Ugulhard. Le corps de l’Ork resta un instant debout, le sang jaillissant de la blessure mortelle, puis s’écrasa au sol. Yarrick se pencha calmement, retira la Pince Énergétik’ du corps de l’Ork et la brandit en signe de triomphe. Pendant un instant, un silence s’abattit sur le champ de bataille. Puis, dans un grand élan, les troupes impériales chargèrent les Orks qui chancelaient et les projetèrent en arrière. Sonnés par la mort de leur Boss de Guerre, les Orks se replièrent en désordre - le grand assaut d’Ugulhard avait échoué. Ce n’est qu’une fois les Orks repoussés d’Hadès que Yarrick se permit le luxe de s’évanouir.

Si Ghazghkull avait espéré qu’Ugulhard lui offrirait une victoire rapide et décisive, il se trompait. La nouvelle de cet incident se répandit comme une traînée de poudre parmi les Orks. Ils disaient que Yarrick ne pouvait pas être tué et que son regard était mortel même pour le plus puissant des Orks. Partout où Yarrick se battait, les Orks fuyaient terrorisés, ou ce qui passait pour de la terreur dans leurs crânes verts inhumains. Yarrick comprenait bien l’esprit Ork et exploitait pleinement cette faiblesse. Il fit fabriquer une prothèse à partir de la griffe d’Ugulhard pour remplacer le bras qu’il avait perdu. Il fit même arracher son œil gauche et le remplaça par un implant bionique spécial capable de tirer une puissante impulsion d’énergie laser. Si les Orks pensaient qu’il avait le mauvais œil, alors, par l’Empereur, c’est un mauvais œil qu’il aurait ![10]

La Contre-Attaque Inattendue

Chute d’Hadès[11]

Pendant six mois, les défenseurs de la Ruche d’Hadès ont tenu bon. Ceux qui ont survécu n’en parlent pas beaucoup, si ce n’est pour louer la bravoure de Yarrick. En ces jours sombres, il semblait être partout, remontant le moral des gens grâce à sa foi inextinguible en la victoire finale. Étonnamment, il a réuni une armée capable de repousser les envahisseurs. Le temps qu’ils ont gagné avec leur sang a permis à de nouvelles forces impériales, dont trois Chapitres de Space Marines, d’arriver et de renverser la vapeur contre les Orks. Alors même que l’assaut final de Ghazghkull sur Hadès commençait, une force de secours dirigée par les Salamanders, les Blood Angels et les Ultramarines se précipita pour tenter de soulager la Ruche. Mais tragiquement, lorsque les Space Marines ont percé les lignes Ork, Hadès est tombé. Le commissaire Yarrick fut l’un des rares survivants. Son corps déchiqueté fut retrouvé dans les ruines, des dizaines de cadavres d’Orks entassés à ses pieds.

Il fallut à Yarrick de nombreux mois pour se remettre de ses blessures, et lorsqu’il y parvint, la bataille d’Armageddon était terminée. La vaillante défense de la Ruche avait ralenti l’avancée des Orks et permis à toute la puissance de l’Imperium de s’abattre sur l’armée de Ghazghkull. Il n’est pas surprenant que Yarrick soit considéré comme le Héros d’Armageddon pour ses actions, car sans son leadership, la ville et la planète seraient sans doute tombées.

Alors que Ghazghkull s’acharnait à mettre la Ruche Hadès en pièces, une autre armée Ork s’apprêtait à déferler sur la Cité-Ruche Achéron. Mais c’était avant que le ciel n’explose. Un bombardement orbital creusa des cratères parmi les hordes Orks. Alors même qu’ils contemplaient le ciel, ils virent des Thunderhawks sortir de la couverture nuageuse, le rugissement de leurs moteurs étant audible par-dessus l’onde de choc de leurs bombardements. Les Space Marines - les meilleurs guerriers au service de l’Empereur - étaient arrivés. Les Blood Angels, les Ultramarines et les Salamanders attaquèrent, et les Orks goûtèrent pour la première fois à l’amertume d’une défaite cuisante.

À ce moment-là, si Ghazghkull avait porté son attention sur la détérioration de la situation, il est probable qu’il aurait pu rallier ses armées et repousser la contre-attaque des Space Marines. S’il l’avait fait, Armageddon serait probablement tombée. Cependant, l’achèvement du siège de la Ruche d’Hadès était devenu une obsession. Tout prophète qu’il était, dans la brume rouge de la bataille, Ghazghkull n’entendait plus d’autre appel que celui d’écraser de ses bottes de fer ceux qui avaient osé le défier. Finalement, les Balaizboyz de Ghazghkull brisèrent la dernière porte anti-explosion. Les portes intérieures étant désormais ouvertes, Ghazghkull jeta toutes ses forces sur la Cité-Ruche, déclenchant son dernier déchaînement. Les Space Marines arrivèrent trop tard pour sauver la Ruche d’Hadès, et ceux qui s’y trouvaient furent presque tous massacrés.

Ses effectifs étant épuisés et dispersés, Ghazghkull ordonna aux derniers renforts d’assiéger la Ruche de Tartarus. Le sort de la planète était en jeu, mais les Space Marines se redéployèrent rapidement. Un Module d'Atterrissage frappa les Orks alors même que les Gorkanautes et les Krabouilleurs défonçaient les portes de la Ruche. Encore une fois aveuglés, les Peaux Vertes furent repoussés et sur le point de se briser lorsque Ghazghkull arriva. Sa contre-attaque commençait à peine à reprendre l’initiative lorsque Ghazghkull et ses gardes du corps disparurent complètement. La rumeur de la chute de leur illustre Seigneur de Guerre se répandit comme une traînée de poudre parmi les Orks, qui vacillèrent et se brisèrent. L’Imperium pensait ainsi avoir chassé les Orks d’Armageddon. Ce n’était pas le cas. Nombreux furent ceux qui se battirent dans les Désolations et s’échappèrent, pour finalement atteindre les profondeurs des jungles équatoriales. De plus, Ghazghkull n’a pas été tué. Certains disent que la main de Gork s’est tendue vers le bas pour extirper son élu. Les quelques détracteurs Orks de Ghazghkull ont prétendu qu’il s’était enfui, mais quoi qu’il en soit, le Seigneur de Guerre s’est échappé hors de la planète.[12]

Les Hordes de la Waaagh! de Ghazghkull

La Waaagh ! Ghazghkull avait pris une ampleur démesurée, mais lors de sa première invasion d’Armageddon, les Peaux Vertes venaient principalement d’Urk et de ses environs. Ghazghkull a lié les différentes tribus à sa propre vision de la destruction effrénée, et bien qu’il puisse tirer le meilleur parti de n’importe quel Peaux Vertes, il y a certaines Hordes ou bandes de guerre qu’il préfère à toutes les autres.[13]

Les Hordes Vertes

Pour toute personne n’ayant pas la peau verte, les armées Orks sont des hordes barbares et anarchiques, des assemblages hétéroclites sans rime ni raison. Cependant, les Orks sont extrêmement hiérarchisés et, bien qu’ils puissent sembler être des hordes désordonnées, toute Waaagh! a un ordre strict et prend le caractère de l’Ork qui la dirige. Comme sa Waaagh! a pris beaucoup d’ampleur, Ghazghkull s’appuie sur un noyau dur de Hordes et de Bandes de Guerre. Ces forces sont organisées de la manière préférée du Grand Prophète de Gork et Mork ; leurs chefs ont appris à se battre en utilisant leur propre initiative agressive, mais aussi les tactiques et la ruse inculquées par leur maître à penser. Ce sont des guerriers, des foules et des formations qui se chargent des tâches les plus difficiles et les plus brutales, en menant des assauts ou en attaquant des positions vitales.[14]

Bien que les Orks prennent rarement la peine de distinguer des forces de tailles différentes, voici les désignations impériales couramment utilisées pour estimer la taille et la menace relative des incursions Peaux Vertes :

  • Horde : L’équivalent Ork d’une escouade.
  • Bande de Guerre : plusieurs Hordes regroupés sous la direction d’un Boss de Guerre.
  • Horde de Guerre : plusieurs Bandes de Guerre regroupés sous la direction d’un Seigneur de Guerre.[15]

Infanterie Goff

Les Orks du clan Goff se reconnaissent à leur préférence pour les équipements noirs et rouges, ainsi qu’à leur symbole, le Taureau cornu. Les Goffs sont directs et sinistres ; ils évitent les couleurs criardes, mais optent pour des glyphes audacieux et des motifs à carreaux. Contrairement à d’autres clans, les Goffs prennent soin de leurs outils de travail : leurs armes. Étant lui-même un Goff, Ghazghkull préférait utiliser des Hordes de Goffs aguerris chaque fois qu’il le pouvait.[16]

Blitzboyz Goff

Ghazghkull accorde une grande importance à la mobilité, et il n’est donc pas surprenant qu’au cœur de sa Waaagh ! se trouvent de nombreuses Brigades Blitz - des colonnes motorisées de Kamions et de Chariots de Guerre, chacune transportant une foule d’Orks assoiffés de sang. Si tous les clans sont représentés, Ghazghkull accorde une importance particulière à ceux de son propre clan, les Blitzboyz du Clan Goff. Les Blitzboyz des Goff ne sont peut-être pas aussi rapides que les célèbres Fondus d’la Vitesse des Evil Sunz, mais ils sont plus percutants lorsqu’ils frappent. Les Goffs préfèrent les Chariots de Guerre dotés de Rouleaux Kompresseurs ou de béliers renforcés, d’autant plus si ces béliers ont la forme du symbole classique de la corne des Goffs. Leur infanterie est chargée d’armes ; ils ont appris à en emporter d’autres, car le déploiement rapide et l’élan même de leurs assauts ont eu pour effet d’en faire tomber quelques-unes.[17]

Les Affreux D’Ugrak

Les Affreux d’Ugrak font partie d’un noyau de Goffs aguerris et combatifs qui forment le coeur de la Waaagh! Ghazghkull. Ugrak était un champion Goff qui dirigeait une bande de Nobz sur Urk. Après un coup de tête tonitruant de Ghazghkull, il a vu la lumière (plusieurs lumières, en fait) et, une fois rétabli, Ugrak a promis sa Pince Énergétik’ au Seigneur de Guerre le plus coriace qu’il ait jamais rencontré. C’est à bord du Tueur d’Monde, après l’une des nombreuses batailles contre les Démons, qu’Ugrak s’est équipé d’une Méga Armur' pour lui et sa bande de Nobz. Ayant pris de l’importance depuis lors, Ugrak est aujourd’hui à la tête d’une bande de guerre Goff entière : les Affreux. Il s’agit d’une infanterie implacable, composée de Boyz et de Nobz en armure lourde, souvent éraflée et usée par les rigueurs du combat rapproché. À plusieurs reprises, les Affreux d’Ugrak ont joué le rôle de garde personnel de Ghazghkull, et ils ont eu l’honneur de mener l’attaque de pointe qui a permis d’enfoncer la dernière porte blindée de la Ruche d’Hadès.[18]

Horde de Dread

À l’instar d’un Goff traditionnel, Ghazghkull accorde plus d’importance à la violence brutale à courte portée que le Seigneur de Guerre de n’importe quel autre Clan Ork. Il n’est donc pas surprenant que la Waaagh! Ghazghkull attire les plus durs parmis les durs. Une profusion de Boît’Kitus, de Dred Eud’la Mort et de marcheurs encore plus grands peuvent être trouvés en train de se battre aux côtés ou au milieu de l’infanterie Goff. Ces monstruosités de métal s’accrochent à la foule des Boyz, augmentant considérablement leur puissance de frappe. Ghazghkull a appris par expérience (voire par les chuchotements des dieux eux-mêmes) à rassembler ses Boît’Kitu et ses Dred Eud’la Mort pour former des coins blindés - des unités qui crachent de la fumée et qui peuvent écraser les hordes ou les élites ennemies.

Bien que Ghazghkull trouve une place dans ses plans pour n’importe lequel de ces « Horde de Dread », il préfère ceux de son propre clan. S’il est vrai que les Goffs méprisent les Gretchins de bas étage, la plupart d’entre eux ont appris à respecter à contrecœur ceux qui parviennent à piloter un Boît’Kitu. Dans ces imposantes carcasses de métal, les Gretchins ne sont pas de maigres gringalets, mais des meurtriers capables de réaliser l’idéal Ork : exploser, piétiner et réduire les ennemis en une masse pulpeuse indiscernable. C’est pour cette raison que les Boît’Kitus sont facilement acceptés dans les Hordes de Guerre Goff ainsi que dans les redoutables Hordes de Dread. Bien sûr, il est possible que de nombreux Boyz Goff ne sachent tout simplement pas qu’il y a un Grot à l’intérieur d’une telle machine à tuer.[19]

L’Ékrazeur

« Je savais que j’avais écrasé quelque chose de grand et de bon, parce que j’ai senti l’Ekrazeur vaciller. On ne le sent pas comme ça quand on écrase des petits trucs. »
- Kaptain Grok

Qui sait comment s’appelait autrefois le Gorkanaute renommé « L’Ékrazeur » avant la bataille du Kratère Noire, à la fin de la Troisième Guerre d’Armageddon ? Quoi qu’il en soit, ce surnom a été oublié depuis longtemps et remplacé par un nouveau titre acquis dans le sang et la gloire. Après avoir stoppé à lui seul une contre-attaque des zoms, l’engin de mort métallique a foncé au milieu d’eux. Les Boyz qui suivaient son sillage furent impressionnés par la traînée de destruction que la machine de guerre laissait derrière elle. Ils passèrent devant des véhicules blindés de transport de troupes renversés, dont la coque avait été éventrée et les zoms qui s’y trouvaient écrasés. Une multitude d’ennemis étaient déchiquetés, preuve du bien nommé Méga-Fling’ Deffstorm. Plus près d’eux, des escouades entières de soldats ennemis gisaient en ruines, d’où partaient les traces sanglantes du Gorkanaute. Rattrapant enfin la machine de guerre, les Orks assistèrent ce jour-là à une telle démonstration de violence qu’ils en restèrent bouche bée. Le Gorkanaute perça la ligne de défense, dispersant les canons et l’équipement des zoms et lançant sa Griffe de Gork droit dans un bunker impérial.

Les cris des mourants furent bientôt remplacés par les chants de louanges des Orks. Les cris de "Ékra-Zeur, Ékra-Zeur, Ékra-Zeur " suivaient la bête de fer qui se déchaînait sur l’ennemi. Ce nom est resté et a été scandé sur de nombreux champs de bataille depuis lors. Le pilote de l’Ekrazeur est un Kap'tain' nommé Kaptain Grok. En bon Goff, Grok ne s’est pas laissé impressionner par le fait que son Gorkanaute est vénéré comme un dieu. Au contraire, il continue d’exiger le maximum de son équipe et rappelle aux foules qui le suivent au combat que "Ils z’ont encore rien vus". De tels propos pourraient sembler relever de l’autosatisfaction pour un autre clan Ork plus tape-à-l’œil, mais Grok confirme ces sentiments à chaque bataille. La dernière fois qu’on l’a vu, l’Ékrazeur avait rejoint la Horde de Marcheurs D’la Mort du Gros Mek Gurk. Ils étaient partis pour tuer des tanks dans les Désolations.[20]

Source

Pensée du Jour : « L’imbécile questionne, le fou demande une deuxième fois. »
  • Codex Armageddon
  • Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, V7
  • Cities of Death, V4
  1. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, They Call it Armageddon, The First War for Armageddon, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  2. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, They Call it Armageddon, World-Shaking Arrival, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  3. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, They Call it Armageddon, Victories Piled Atop Victories, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  4. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, They Call it Armageddon, Commissar Yarrick, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  5. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, They Call it Armageddon, The Real Battle Begins, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  6. Cities of Death V4, Hades Hive, Ghazghkull, (traduit de l’anglais et résumés par Trazyn l'infini)
  7. Cities of Death V4, Hades Hive, The Devastation of Infernus, (traduit de l’anglais et résumés par Trazyn l'infini)
  8. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, They Call it Armageddon, The Real Battle Begins, (traduit de l’anglais et résumés par Trazyn l'infini)
  9. Cities of Death V4, Hades Hive, Hades Resists, (traduit de l’anglais et résumés par Trazyn l'infini)
  10. Cities of Death V4, Hades Hive, Commissar Yarrick, (traduit de l’anglais et résumés par Trazyn l'infini)
  11. Cities of Death V4, Hades Hive, Hades Falls, (traduit de l’anglais et résumés par Trazyn l'infini)
  12. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, They Call it Armageddon, The Real Battle Begins, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  13. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, Mobs of Waaagh! Ghazghkull, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  14. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, Mobs of Waaagh! Ghazghkull, Green Hordes, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  15. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, Mobs of Waaagh! Ghazghkull, Green Hordes, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  16. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, Mobs of Waaagh! Ghazghkull, Goff Infantry, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  17. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, Mobs of Waaagh! Ghazghkull, Goff Blitzboyz, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  18. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, Mobs of Waaagh! Ghazghkull, Ugrak's Uglies, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  19. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, Mobs of Waaagh! Ghazghkull, Dread Mobz, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  20. Waaagh! Ghazghkull - Codex: Orks Supplement, Mobs of Waaagh! Ghazghkull, Da Mangler, (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)