Dévastation de Gaban

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png

Isolé dans les confins orientaux du Segmentum Solar, le système de Carelle Minor se trouvait loin en dessous du plan galactique. L’Adeptus Mechanicus avait espéré que la lune-forge de Caban, dans les champs d’astéroïdes de Carelle, échapperait à l’attention d’éventuels ennemis. Ils comprirent leur erreur lorsqu’un raid de la Kabale du Manteau Difforme frappa Caban.

En accord avec leurs protocoles hermétiques, les prêtres qui dirigeaient Caban n’avaient que peu de contact avec leur Monde-Forge tutélaire. Vélite religieuse de la lune-forge avait en effet pour ordre de s’abstenir de toute communication avec le monde extérieur afin de préserver le secret de son travail. La faction xanthite avait établi cette archive de biosuppliques fortifiée pour s’assurer que son œuvre serait bien défendue. Des batteries d’armes orbitales contrôlées par des Serviteurs et des flottes entières de vaisseaux de patrouille scrutaient l’infini, tandis que des cohortes de Skitarii et de Kataphrons bardés de canons demeuraient en animation suspendue, parés à se sacrifier pour préserver les secrets de leurs maîtres Ce qui se produisit sur Caban ne fut compris que bien plus tard, grâce aux enregistrements de coffres-picts, et en passant au crible les restes liquéfiés des cerveaux des Technoprêtres.

Le premier incident fut une impulsion de radiation en provenance de l’espace profond qui neutralisa trois des stations de surveillance aux abords de Carelle. Les réparations requises et l’enquête de routine furent effectuées, mais l’origine de l’impulsion ne fut jamais découverte. Cinq cycles orbitaux passèrent avant qu’un appel de détresse ne provienne d’un cargo désemparé dans le Warp, mais les seigneurs de Caban ignorèrent le signal. Dans les trois cycles qui suivirent, Caban fut le siège de phénomènes étranges. Une cohorte de Skitarii dut être rappelée après être partie en expédition dans les déserts de sel pour obéir à un impératif soi-disant divin, et nombre de Technoprêtres demandèrent des augmentations oculaires, se plaignant de lentilles défectueuses et de perturbations visuelles dans les profondeurs des géno-cryptes et des cryothéâtres.

Ces incidents étaient l’œuvre de l’Archonte Vradzek de la Kabale du Manteau Difforme. Après avoir ainsi testé les réactions des Technoprêtres à diverses situations, et les avoir contraints à consacrer leur attention à une multitude de menaces mineures, Vradzek lança son offensive. L’Archonte avait engagé par contrat ou soudoyé des dizaines de bandes pour préparer son nid dans l’espace réel. Si nombre de ses "alliés" s’imaginaient poursuivre leurs propres buts, ils ne savaient pas que Vradzek connaissait leurs ambitions et les utilisait pour les monter les uns contre les autres. Beaucoup s’étaient infiltrés dans l’infrastructure défensive de Caban plusieurs heures avant l’arrivée de la flotte de l’Archonte.

Un portail secret vomit les vaisseaux de Vradzek, outrepassant les défenses externes de la lune-forge en sortant de la Toile directement en orbite. Des traits de ténèbres lumineuses sectionnèrent le macro-couplage des barbacanes d’artillerie et firent exploser les missiles dans leurs silos. Les Magos Biologis et Magos Genetors qui dirigeaient Caban tentèrent de rappeler leurs vaisseaux de défense, mais leurs messages de réponse brouillés par les interférences indiquaient que plusieurs qu’ils livraient des engagements dans tout le système, certains signalant même qu’ils affrontaient les vaisseaux de leur propre escadron. Les agents de l’Archonte avaient en effet semé la confusion dans la flotte en brouillant les transmissions vox et les protocoles d’identification, mais aussi en déclenchant des décompressions violenta et en transmettant des ordres contradictoires.

Dans les déserts de sel, les plates-formes géothermiques mobiles de Caban, de titanesques machines dotées de plusieurs jambes semblables à celles d’un insecte et se terminant par des foreuses à la pointe de diamant, se dirigeaient vers des positions défensives afin de protéger les generatoriums de la lune-forge. Des nuées de transports antigrav et de Fléaux au service de la Kabale fondirent sur eux. Les décharges disruptriax et les lances de ténèbres endommagèrent gravement les machines colossales de Caban, certaines s’arrêtant soudainement tandis que d’autres continuaient leur course sans personne pour les diriger, pour finir par transpercer les generatoriums de leurs échasses de forage. Dans les crevasses souterraines des forges-temples de Caban, les générateurs de secours devinrent inertes quand des Mandragores surgirent des ténèbres pour massacrer les Technaugures, avant de s’enfuir avec en récompense le cerveau partitionné du Manipulus superviseur.

Aux abords de la génocrypte principale, des Cérastes du Culte de l’Œil Tailladé attaquèrent une formation de Soufredogues Serberys. Mécène du Culte, Vradzek leur avait offert en guise de théâtre le réseau de tranchées mortelles et de champs de tir mis en place par l’Adeptus Mechanicus, à la condition qu’ils ne laissent personne en réchapper.

Les Immaculés du Manteau Difforme et les Incubes du Temple des Larmes de Sang s’introduisirent dans le sanctum externe de la génocrypte. Les vestiges organiques des Skitarii étaient des proies faciles pour les salves d’éclats empoisonnés, tandis que les Klaives découpaient aisément leurs implants bioniques. Surgissant de son portail personnel sur la Toile, Vradzek prit le commandement. Sa force plongea telle une dague dans le cœur de la géno-crypte. tandis que les Skitarii et les Serviteurs périssaient dans une dizaine d’engagements séparés.

Les Gorgones se déversèrent dans la brèche ouverte par Vradzek. Leurs maîtres de la Coterie de l’Esprit Lugubre lâchèrent des meutes de Grotesques dans le dédale de couloirs et de cryochambres, s’emparant des banques de cogitateurs de la géno-crypte pour retrouver les spécimens que Vradzek leur avait promis.

En deux heures, Vradzek avait conquis Caban. Ses espions savaient en effet qu’elle ne recevrait aucun renfort. Durant l’enquête qui suivit, l’Imperium découvrit que les Drukharis étaient restés trois jours sur Caban après sa chute, prenant des milliers de prisonniers et vidant les cryptes de tous leurs spécimens. Les seuls corps que récupéra l’Adeptus Mechanicus étaient des Serviteurs insensibles et les résidus crânien de ce qui avait naguère protégé les cerveaux de leurs maîtres.

Source[modifier]

  • Codex Drukhari, V9