Dépeceur

De Omnis Bibliotheca
Alors que les Nécrons sont de froides machines de guerre dépourvues de sentiments, ils semblent néanmoins comprendre que la peur peut semer le chaos chez leurs ennemis. Les Dépeceurs disposent du même châssis métallique que les guerriers, bien qu’ils soient voûtés et équipés de vicieuses lames de combat plutôt que de mains squelettiques. Se dissimulant pour s’infiltrer et frapper au cœur même des lignes ennemies, ces maître du combat rapproché font preuve d’une agilité qui peut sembler incompatible avec leur lourde carapace métallique, mais qui ajoute du crédit à la thèse selon laquelle les créatures artificielles de type Nécron doivent autant à la sorcellerie qu’a la technologie.
« Nous pensions vaincre les lois de la nature grâce à la technologie, mais le passage du temps ne eut être éternellement vaincu, et l’univers finira par nous mettre à genoux pour notre arrogance. Cependant, ses recours pour ce faire sont limités. Nous avons mis nos corps à l’abri de la mortalité il y a bien longtemps, et échangé nos âmes contre les merveilles de la technologie et le miroir doré du pouvoir. Seuls nos esprits nous appartiennent encore : ce sont eux qui subiront la prochaine affliction. Bien que cette malédiction puisse prendre plusieurs formes, c’est sous celle de la folie qu’elle se révélera la plus meurtrière. »
- Szarekh, Dernier des Rois Silencieux.

Certains Nécrons sont frappés d’une malédiction encore plus odieuse que la folie des Destroyers. La nature de cette malédiction est peu comprise, même par le plus sage des Crypteks, mais ses résultats sont indéniables. Une victime de la malédiction du Dépeceur subit une lente et douloureuse érosion de sa santé mentale. Dans le cas des Guerriers Nécrons, cela peut passer inaperçu jusqu’à un stade avancé du processus, car un seul Guerrier défaillant parmi des milliers peut parfaitement échapper à l’attention des Némésors. Cette folie se manifeste d’abord par une volonté de tuer qui peut amener un Nécron à ignorer les ordres de cesser le feu ou de maintenir une position. Si cette envie de tuer est commune aux Destroyers, le but ultime est tout à fait différent. Les Destroyers existent pour l’acte de tuer lui-même, exterminer la vie est à la fois un moyen et une fin. Les Dépeceurs tuent pour assouvir une faim contre nature de chair et de sang ; ils tuent pour pouvoir festoyer, prenant plaisir à se vautrer dans les restes sanglants de ses victimes, et se mettent à rechercher des trophées tels que des lambeaux de peau, des tendons et des os. Petit à petit, les Nécrons tentent même de dévorer leurs proies. bien qu’ils soient physiquement incapable de consommer de la nourriture ou des breuvages d’aucune sorte, et cette faim ne peut donc jamais être satisfaite. Pourtant, les Dépeceurs ont régressé bien au-delà de la raison ou de la logique, et lorsqu’ils abattent leurs proies, ils s’arrêtent pour étaler de la viande sur leurs mâchoires immobiles, tandis que le sang coule sur leur cou d’acier et dégouline à travers leurs côtes souillées pour s’accumuler à leurs pieds. Des altérations physiques tout aussi grotesques ne tardent pas à survenir : le métal vivant du Nécron se reconfigure pour mieux servir sa nouvelle fonction et affligent leur victime jusqu’à la transformer en une parodie de Nécron incapable de continuer à assumer sa fonction. Les doigts d’un Dépeceur se transforment en griffes vicieuses, semblables à des lames de couteau, tandis que leurs jambes développent souvent une articulation supplémentaire, permettant une plus grande vitesse et dans certains cas des déplacements quadrupèdes. Pourtant, la transformation finale qui permettrait à un Dépeceur d’étancher sa soif n’arrive jamais, ce qui donne du crédit à la légende selon laquelle la malédiction fut l’ultime présent d’un des C'tan : Llandu’gor, le Dépeceur. On raconte que lorsque les Nécrons se retournèrent contre les C’tan lors des dernières heures de la Guerre Céleste, le Dépeceur ne fut pas pulvérisé en milliers de fragments comme ses frères, mais totalement annihilé. Toutefois, lors de son agonie, il eut le temps de proférer une terrible malédiction à l’encontre de ses serviteurs qui l’avaient trahi, les souillant ainsi avec son inextinguible soif de sang. L’affliction du Dépeceur demeura latente pendant des siècles, et lorsqu’elle commença à se manifester, les Nécrons avaient voyagé partout dans la galaxie et avaient répandu le mal sur d’innombrables planètes. Le plus étrange, c’est que les Dépeceurs développent une capacité à voyager entre les dimensions. De nombreux Crypteks croient que les Dépeceurs habitent une réalité alternative qui leur est propre, inaccessible aux autres Nécrons, dans laquelle ils font leurs palais-charniers et entassent les cadavres traînés de la bataille.[1]

Les autres Nécrons redoutent et détestent les Dépeceurs à cause du mal qu’ils propagent. Ceux suspectés d’être infectés sont bannis ou détruits avant qu’ils contaminent les autres Nécrons. Cependant, rien ne peut empêcher une meute de Dépeceurs de se joindre à une bataille en cours car, par des moyens inconnus, les Dépeceurs sont capables de sentir d’une manière ou d’une autre quand leurs frères Nécrons sont au combat, et sont capables de se matérialiser lorsqu’ils sentent l’odeur du sang et du carnage, apparaissant pour massacrer l’ennemi et s’emparer des macabres trophées desquels ils tirent leur nom. Généralement, ils attaquent à vue, bien qu’ils aient parfois la présence d’esprit de se placer contre le vent afin que l’ennemi ne sente pas la puanteur de charogne qui les suit comme une ombre, et d’attendre qu’il soit vulnérable. Le moment venu, les Dépeceurs chargent sans hésiter, perpétrant les pires atrocités parmi les troupes de soutien et les non-combattants, allant jusqu’à écorcher leurs adversaires au moyen de leurs affreuses griffes effilées. Si leurs victimes s’enfuient, ils les poursuivent rarement, préférant "festoyer" sur les cadavres des vaincus, et une fois drapés dans les peaux fraîchement arrachées, leur apparence macabre démoralise souvent leurs ennemis avant même que le gros des troupes Nécrons ne soit arrivé. En revanche, si l’adversaire se montre particulièrement coriace, les Dépeceurs battront en retraite et se cacheront jusqu’à ce qu’une cible plus faible passe à leur portée.

La plupart des Tétrarques ne prennent pas la peine d’adapter leur stratégie en fonction des actions - de toute façon imprévisibles - des Dépeceurs, et même s’ils avaient l’audace de donner des ordres à une meute de Dépeceurs, ceux-ci seraient simplement ignorés, aussi les Némésors se contentent-ils d’en tirer avantage lorsque l’occasion se présente. Quelle que soit l’utilité des Dépeceurs, il n’est pas rare qu’un Tétrarque ordonne l’exécution de ceux qui sont trop stupides pour être encore présents à la fin d’une bataille. En effet, la plupart des Dépeceurs disparaissent dans leur dimension secrète dès la fin des combats ; ils retournent les bras chargés de leurs macabres trophées dans les palais de chair, attendant le jour où la galaxie subira de nouveau leurs méfaits.

Comme les Destroyers sont engagés dans la bataille plus souvent que tous les autres Nécrons, les Dépeceurs ont naturellement tendance à se rassembler autour d’eux. Les Destroyers, eux-mêmes rejetés et évités par leurs compagnons Nécrons, sont beaucoup plus susceptibles de tolérer la présence des Dépeceurs que les forces Nécrons traditionnelles. Aux yeux des Destroyers, les Dépeceurs poursuivent le même but, et contrairement à un Némésor traditionnel, les Seigneurs Destroyers n’ont pas d’objectifs dans la bataille qui pourraient être compromis par le massacre frénétique des Dépeceurs.

Sources[modifier]

  • Codex Necrons, V8
  • Codex Nécrons, V5
  • Warhammer 40 000 JdR - Black Crusade : Livre de Règles
  • Warhammer 40 000 JdR - Deathwatch : The Outer Reach
  1. Warhammer 40 000 JdR - Deathwatch : The Outer Reach - Flayed Ones (traduit de l'anglais par Christer)