Cryptos

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher




« Le Xenos est un destructeur qui dévore tout sur son passage, qui murmure mensonges et tentations dans l’espoir de dominer et de soumettre l’Humanité entière ; telles sont les platitudes que ressassent les simples d’esprit bien pensants. La vérité est pire, bien pire. »
- Inquisitrice Augustine Mordecai, s’adressant au symposium hilicien.

L’étrange et sinistre espèce Xenos que l’Inquisition appelle Cryptos provient des froides ténèbres du vide interstellaire dont on a du mal à croire que la moindre vie puisse émaner. Sans véritable forme solide, ils apparaissent comme des nuages de gaz teintés d’une étrange lueur verdâtre et animes de formes vagues et délirantes. Ils peuvent traverser les matières solides, y compris les coques des navires stellaires, et pire, ils sont capables de s’emparer d’un corps humain pour servir leurs desseins insondables. C’est une espèce froide et mystérieuse dont les désirs et les idées restent inconnus, dotée d’une intelligence implacable et d’une grande patience.

Derrière ce masque de chair humaine, ils évoluent parmi l’Humanité et infestent en secret des communautés entières qu’ils corrompent jusqu’à ce qu’elles soient complètement sous leur domination. Ils traitent les humains avec un mépris total. Ces créatures apparemment immortelles se comportent comme des dieux déchus qui fuient quelque chose d’encore plus puissant et terrible, et les hommes ne sont pour eux que du bétail dont ils disposent à leur gré. Les Cryptos apparaissent comme une menace rare et insidieuse, et bien qu’aucune cité n’ait brûlé en leur nom et qu’ils n’aient pas levé d’armée contre le domaine de l’Empereur-Dieu, ils incarnent exactement les misons qui font que l’on hait les Xenos et que l’on se méfie d’eux sous toutes leurs formes.

Motivation et Infiltrations des Cryptos

Les Cryptos dominent et contrôlent des humains dont ils se servent avec une froideur digne du vide dont ils sont issus. Ils ne cherchent pas à dominer le royaume faible et carné de l’Humanité. En revanche, l’infiltration des communautés humaines leur offre la protection qu’ils cherchent. Personne ne peut imaginer la terreur qu’ils fuient et eux-mêmes ne sont peut-être même plus capables de se souvenir de sa nature (outre l’effroi qui plane au-dessus de leur mémoire collective), mais le secret et la sécurité restent leurs objectifs premiers dans cet exode.

Quelle que soit la source de leur peur, la motivation fondamentale des Cryptos reste inconnue de l’Inquisition, bien que certains savants subtils au service de maîtres plus radicaux aient commencé à émettre des hypothèses tendant vers la vérité. Une fois qu’ils se sont emparés d’un hôte humain, les Cryptos doivent se protéger contre l’Humanité elle-même et maintenir le secret absolu de leur présence, car ils savent parfaitement ce que l’Inquisition est prête à faire pour les éradiquer. Le fait d’apparaître comme les individus qui leur servent d’hôtes ne suffit pas. Ils peuvent reproduire presque parfaitement les connaissances, les réactions et la personnalité de ce récipient, mais leur obsession de sécurité les pousse à édifier des sanctuaires aux confins de la société humaine pour assurer leur protection à plus long terme.

Les Cryptos ne sont pas une espèce nombreuse et opèrent par petits groupes allant d’une poignée d’individus à une vingtaine. Quand ils s’emparent d’un hôte, ils cherchent à migrer vers un lieu obscur et peu surveillé où les effets indésirables de leur infiltration seront plus faciles à contrôler et où ils pourront exercer leur influence sur des humains normaux en s’emparant des membres notables de la communauté. Les meneurs, prêcheurs, marchands et représentants de l’autorité sont les cibles naturelles des premières étapes d’infiltration des Cryptos, car ils constituent les clés de la domination des humains. Ainsi, les Cryptos améliorent la sécurité de leur sanctuaire et rendent leur présence plus difficilement détectable.

Les petites communautés autonomes sont idéales pour leur approche, notamment quand elles sont isolées, bien qu’ils éprouvent une véritable aversion pour les sociétés vraiment primitives et n’aiment pas opérer à bord de vaisseaux spatiaux pour de longues périodes. Une fois qu’ils ont trouvé et infiltré un tel site, les Cryptos peuvent migrer d’un corps à l’autre à plusieurs reprises, laissant leurs hôtes successifs morts ou ravagés. Il leur arrive de passer plusieurs générations humaines comme dirigeants en faisant le tri pour éliminer les menaces et dissensions potentielles, avant de changer une nouvelle fois d’horizon quand ils se retrouvent en danger ou poussés par les impératifs de leur programme insondable.

Tant qu’ils ont le contrôle, les Cryptos s’efforcent d’assurer la stabilité et la sécurité des communautés dans lesquelles ils se cachent, de manière à ne surtout pas attirer l’attention. Avec le temps, ils sont capables d’exercer une influence psychique sur ceux qui les entourent. Cet ascendant se construit petit à petit, jusqu’à ce que les humains qui ont vécu à leur insu avec les Cryptos soient dociles au point d’obéir à n’importe quel ordre. Les hommes ne sont pas de véritables marionnettes, mais en proie à un pouvoir de suggestion que les Cryptos manient de manière redoutable lorsqu’il s’agit de servir leur besoin de protection ou leurs désirs. Les Cryptos profitent également des penchants humains pour la hiérarchisation et l’autorité, afin d’asseoir leur contrôle par la création de guildes et de fraternités qui s’avèrent de plus en plus importantes pour la communauté dont ils font partie. Le contrôle de ces organisations étend et cristallise la mainmise des Cryptos sur leur "communauté sanctuaire" et leur permet de créer un réseau d’espions et de serviteurs à leur service.

Ces communautés dominées secrètement peuvent exister pendant des générations, les Cryptos s’emparant de nouveaux hôtes adaptés quand la chair des précédents n’est plus à la hauteur. Si leur sanctuaire méticuleusement édifié se trouve menacé ou suscite l’attention inquisitoriale, les Cryptos feront en sorte d’éliminer le danger en recourant à toutes les ressources disponibles, avant de tout remettre dans l’ordre comme si rien ne s’était passé.

Origines et Nature des Cryptos

Les Cryptos ont une existence physique sous la forme de substances éthérées, presque ectoplasmiques, d’aspect gazeux, limitées par un champ d’énergie ésotérique qui apparaît à l’œil nu comme un nuage lumineux de vapeurs verdâtres. Dans leur état naturel, les Cryptos dérivent dans les grands vides obscurs de la galaxie, par petits groupes communiquant par voie psychique et sont immortels (bien que pouvant être détruits). Généralement, ces groupes sont réduits, comptant rarement plus d’une douzaine d’individus. Les préoccupations si étranges des Cryptos avant leurs contacts avec l’Humanité ne sont pas accessibles à l’esprit humain. Nés dans le vide profond qui sépare les systèmes stellaires, ils n’ont pas d’intelligence ou d’émotions au sens où les entendent les humains. En revanche, ils connaissent et comprennent de leur côté l’esprit de l’homme avec une objectivité surnaturelle, fruit des nombreuses possessions pratiquées au fil des années.

Personne ne sait depuis combien de temps les Cryptos existent, mais on peut tenter de déterminer quand ils ont commencé à infiltrer l’Humanité. Cette étape ne peut avoir eu lieu que durant l’ère qui a vu le déplacement de l’homme parmi les étoiles, car la situation des Cryptos, loin de la chaleur de tout soleil, les aura gardés éloignés des balbutiements de l’Humanité encore cantonnée à sa première planète. Habitants des limites enténébrées des systèmes stellaires ou du vide le plus profond, les Cryptos ont dû rencontrer l’Humanité et prendre conscience de ses faiblesses, de ses désirs matériels, de ses craintes et de son ignorance. Ils auront alors décelé le potentiel de cette race si facile à posséder, un moyen de la dominer et de se cacher, car malgré leur nature si inhumaine, les Cryptos montrent au moins une chose que l’on peut rapprocher d’une émotion : la peur. L’objet inconnu de leur terreur est peut-être même à l’origine de leur existence immatérielle, de leur fuite dans le néant pour se soustraire à quelque ennemi ancestral ou une étoile défunte depuis longtemps. Dans tous les cas, l’homme leur apparaît comme le meilleur moyen de se cacher de ce qu’ils fuient.

On ne peut estimer avec précision depuis combien de temps ont débuté cette infiltration et ce contrôle, ni le nombre de Cryptos existants. En revanche, on sait que des infestations ont eu lieu sur divers mondes impériaux sur les Segmentae Obscurus et Pacificus depuis que l’espèce a été identifiée et confirmée comme "Diabolous" au 35e Millénaire. Certains membres de l’Ordo Xenos ont remarqué que d’autres infiltrations ont pu avoir lieu bien avant, ayant été à l’époque perçues comme de la sorcellerie ou une influence démoniaque.

Savoir et Ignorance

On sait peu de choses sur les Cryptos et le peu de connaissances que l’on a est souvent amalgamé avec des détails concernant d’autres races. Voici quelques exemples de ce que différents organismes savent des Cryptos et de leurs activités en dehors de l’histoire impériale.

  • Hors-Monde et résidents de vaisseau : bien des légendes de Hors-Monde ayant trait à des incidents inexpliqués et d’étranges phénomènes peuvent avoir les Cryptos comme source véritable. On pense en particulier aux histoires de petits navires portés disparus puis retrouvés sans vie, désactivés et parfois cachés dans ne ceinture d’astéroïdes ou les géantes gazeuses des systèmes colonisés les plus reculés. De même, les récits de "lueurs fantômes" qui hantent les vaisseaux qui se rendent dans des systèmes stellaires très distants et vides ou de membres d’équipage qui se comportent bizarrement peuvent être liés aux Cryptos.
  • Ordo Xenos : l’espèce a été déclarée Xenos Diabolous et doit être éradiquée à la première occasion. Diverses factions de l’Ordo Xenos ont une perception différente de la sévérité de la menace. Certains Radicaux vont même jusqu’à croire qu’il faudrait capturer un spécimen pour sonder son savoir ayant traversé les âges.
L’Incident de la Goulette

Le Secteur Calixis n’a connu qu’une seule infiltration Cryptos identifiée comme telle depuis sa fondation, découverte et annihilée. Plusieurs autres ont néanmoins été suspectées. Cette infestation a eu lieu dans la communauté minière de la Goulette sur 88 Tanstar, il y a presque deux siècles.

Comptant moins d’un millier d’habitants, la communauté de la Goulette était relativement productive et plutôt ordinaire : elle remplissait ses quotas, les gens y naissaient, y travaillaient et y mouraient sans incident notable et les divers représentants de l’Imperium qui passaient par là n’avaient pas de raison de s’inquiéter. Les choses auraient continué ainsi sans un accident minier dont fut témoin un scribe de l’Administratum de passage pour un recensement local. L’événement fit des dizaines de victimes et le scribe vit horrifié le chef de la communauté empalé par une poutrelle. Le corps de ce dernier fut assailli de soubresauts au moment de mourir et un nuage vert lui sortit par les yeux et la bouche. Le scribe enregistra cette atroce vision dans son implant augmentique oculaire avant de filer. Sur ce, le gouverneur de la région, paniqué, déploya des unités pour prendre les lieux d’assaut et mener une enquête.

L’assaut se transforma en massacre, en raison de la résistance farouche des hommes et femmes de la communauté. L’escalade de violence ne se fit pas attendre, les mineurs s’en prenant aux agents de la loi en se servant de charges de démolition improvisées et de machines industrielles, et les représentants de l’Imperium répondant par leurs unités lourdes (les gens du cru semblaient croire à une attaque de corsaires ou de hors-la-loi). Les prisonniers montrèrent des signes de suggestion psychique et de manipulation mentale ; il était manifeste que quelque chose d’étranger et de malfaisant était à l’œuvre. Le doute ne fut plus permis quand le propre réseau vox crypté des agents de la loi se trouva exposé et qu’une force de frappe entière tomba dans le piège qui lui avait été tendu avant d’être détruite.

À un moment de l’assaut, le stock central d’explosifs détona (même si on ne sait pas si c’était un acte volontaire ou le résultat d’une balle perdue). Dans l’explosion et les flammes qui suivirent, la communauté et presque tous ses résidents disparurent, ainsi qu’un grand nombre d’assiégeants. Quand l’Inquisition se présenta sur les lieux peu de temps après, elle découvrit qu’aucun registre ne contenait le nom des survivants de la communauté (si tant est qu’il y en eut) ou des agents de la loi impliqués dans l’incident, ce qui prouvait une incompétence générale ou une conspiration Xenos. Quand on connaît la capacité des Cryptos à posséder leurs victimes, leur haute intelligence et leur efficacité dans la fuite, on peut craindre que la menace Xenos se soit simplement déplacée vers un autre trou perdu. Malgré une enquête inquisitoriale complète, nulle trace supplémentaire d’une colonie Cryptos n’a été trouvée.

Source

Pensée du Jour : « Le zèle est une excuse qui se suffit à elle-même. »
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Disciples des Dieux Sombres