Croisade de Damoclès

De Omnis Bibliotheca
La Croisade de Damoclès.
Les premières rencontres des T'au avec l’Imperium se sont faites par infiltration subtile, mais lorsque les maîtres de l’Humanité ont appris leur subversion, une tempête de violence se déclencha. La guerre qui s’ensuivit traversa le Golfe de Damoclès et se déchaîna sur les terres de l’Empire T’au. Sans les actions du Commandeur Farsight, les mondes Sept auraient bien pu être anéantis.

L’Éthéré Aun'Va, le Maître de l’Esprit Immortel, a sans aucun doute été une inspiration pour tous ceux qui l’ont entendu parler. Après Aun’Wei de la Sagesse Chuchotante lui-même, la passion d’Aun’Va pour le progrès accéléré des conquêtes avait permis l’acquisition de nombreux mondes par l’Empire T’au pendant la Deuxième Sphère d’Expansion. Que ce soit en temps de guerre ou de paix, la perspicacité politique d’Aun’Va frisait le surnaturel. Il a été dit par beaucoup de ses partisans que ce que la Caste du Feu accomplissait avec force, le Maître pouvait l’accomplir avec des mots.

Cette affirmation s’est d’abord concrétisée lorsque l’Empire T’au s’est aventuré de l’autre côté de l’anomalie stellaire connue sous le nom du Golfe de Damoclès. Situé à la frontière de l’Empire T’au, le Golfe était une région qui, depuis longtemps, ne faisait qu’apporter la confusion et la mort parmi les T’au. Des forces inconnues y existaient comme des courants océaniques imprévisibles mais surtout impossible à surveiller par les méthodes conventionnelles de l’Empire T’au. Cependant, l’invention du Moteurs ZFR Horizon par la Caste de la Terre a révolutionné la façon dont les T’au se déplaçaient à travers la mer des étoiles. L’appareil leur permettait de voyager à des vitesses proches de celle de la lumière, contournant ainsi le pire des tempêtes qui se manifestaient dans le Golfe.

Les Conquêtes Pacifiques[modifier]

Dans les années qui ont suivi l’invention du Moteur ZFR, les T’au avaient traversé avec succès le Golfe de Damoclès et commencé à explorer l’amas de mondes de l’autre côté. Au lieu de conquérir avec une série de guerres coûteuses, Aun’Va a mis au point une longue, coûteuse et subtile campagne d’intégration. Bien que cela ait pris des décennies, les T’au se sont immiscés dans les civilisations humaines qui habitaient là. Avec le commerce, la diplomatie et, surtout, la patience en tant qu’armes, ils ont efficacement converti les mondes humains en des extensions de l’Empire T’au sans tirer un seul coup de feu.

Le monstre interstellaire qu’est l’Imperium de l’Humanité était lent à réagir, mais il est aussi puissant et vengeur au-delà de toute raison. La rumeur a finalement atteint les Hauts Seigneurs de Terra que les mondes qu’ils avaient contrôlé dans le sous-secteur de Timbra, sur la Frange Est, ne payaient plus de dîmes et pire encore que leurs Gouverneurs Planétaires étaient sous l’emprise d’une race Xenos. Ils ne permettraient pas que cela reste impuni, et ainsi l’Imperium se mouva avec une force lente mais imparable.

L’expansion prometteuse de Damoclès s’est terminée par une série de guerres violentes qui ont vu les T’au repoussés de leurs nouvelles conquêtes jusqu’aux planètes des mondes Sept de la Première Sphère. Pire encore, les Flottes Impériales ne s’étaient pas contentées de chasser les T’au. Les vaisseaux de l’Imperium ont traversé le Golfe de Damoclès en utilisant une science mystérieuse qui échappait à toute compréhension, en ouvrant des portails dans le tissu de l’espace. Très vite, les guerriers humains tombèrent sur le cœur de la civilisation extraterrestre qui avait osé empiéter sur leur empire souverain.

La première cible planétaire que l’Imperium avait identifiée était le Sept Dal'yth, un système prospère et hautement cultivé avec des origines prenant racine dans la Première Sphère d’Expansion. Les moyens de défense des mondes colonies périphériques d’Hydass, Sy’l’kell et Viss’el s’effondrèrent l’un après l’autre. Les vaisseaux de l’Imperium à bec d’aigles se sont frayés un chemin à travers l’espace T’au, les cuirassés des Space Marines à leur tête. L’armada grandiose de l’Humanité ne ressemblait à rien de ce que les T’au avaient rencontré. Colossale par son échelle et avec à peine une once de grâce, c’était comme si un cimetière de tombes incrustées de marbre avait été arraché des entrailles d’une église sous-marine interdite et vomi dans les terres des T’au.

L’apparition soudaine de la Flotte Impériale prit l’Empire T’au complètement au dépourvu. Bien que la marine T’au fit appel aux vaisseaux de Dal’yth, Pray’en et Dal’yr, l’armada des colosses impériaux flottants était trop puissante. Les gigantesques navires de guerre de l’Imperium étaient comme des baleines blindées entourée de bancs de poissons aux couleurs vives. Les combattants de la Caste de l'Air qui tentaient de déchirer les flancs des impériaux se firent massacrer.

Une étrange bataille commença alors que les amiraux de chaque flotte prenaient la mesure de leurs ennemis tout en restant perplexes. Contre la puissance des plus grands cuirassés impériaux, même les destroyers Mantas, les Or'es El'leaths et les intercepteurs de classe Startide étaient surclassés. En retour, la mobilité inégalée de la flotte T’au lui a permis d’échapper aux canons impériaux et aux torpilles abordages pointée dans sa direction. Jusqu’à ce que l’armada T’au puisse répondre en force en faisant partir les flottes de croiseurs de combat des docks de la marine de Kor’vattra sur le bord du système, Dal’yth était isolé.

Une période de chaos et de confusion sans précédent éclata au fur et à mesure que la Flotte Impériale se fraya un chemin à travers les défenses orbitales de Pra’yen et fit irruption directement à Dal’yth. Le but était de faire tomber les mondes des T’au, peu importe le coût. Le Commandeur Farsight fut informé de la situation. Il déclara que ses forces rejoindraient celles de son ancienne rivale d’entraînement, O'Shaserra, en repoussant l’Imperium de Dal’yth. O’Shovah jura qu’il purifierait la planète des ordures humaines ou qu’il périrait en essayant. Il n’y aurait pas de retraite cette fois - seulement la victoire ou la mort.

Le Ciel en Feu[modifier]

La Caste de l’Air de Dal’yth savait que ses efforts allaient être déterminants pour la guerre qui était sur le point de détruire leur planète. Elle médita sereinement alors que la Flotte Impériale s’approchait, mais chaque pilote avait une étincelle de confiance dans son cœur. Cette étincelle s’est transformée en une flamme grâce au discours historique du Commandeur Farsight au Pic du Zéphyr, un discours qui fit honneur à la fierté, au patriotisme et à l’amour-propre de la Caste de l’Air, ainsi qu’à ses compétences. Sous la direction du fidèle allié de Farsight de la Caste de l’Air, l’Amiral Kor’O’Li’Mau’Teng, les pilotes des mondes Sept contre-attaqueraient en force.

L’Imperium descendit sur Dal’yth avec une telle violence meurtrière que le ciel devint noir dès la première semaine d’engagement. Les premiers à descendre furent les grotesques vaisseaux de débarquement peints dans les tons ternes olive de la Garde Impériale. Ils se sont rapprochés de Dal’yth à l’aide d’un vecteur en deux étapes qui vit d’abord l’arrivée des aéronefs puis après le débarquement, celui des transports mécanisés qui déployèrent des troupes et des chars à grande échelle. Les cieux au-dessus des hexodômes de Dal’yth bourdonnèrent et rugirent bientôt sous les moteurs des chasseurs et des transports impériaux rudimentaires.

La guerre marqua les cieux bien avant qu’un seul coup de feu ne soit tiré dans les plaines aux graminées pourpres en dessous. Avec l’engagement des forces impériales, les escadrons de Barracudas, de Razorsharks, de Tiger Sharks et de Bombardiers Sun Sharks, s’élevèrent des panneaux supérieurs d’hexodômes à travers la planète, reliant leurs suites de capteurs dans un réseau de données de support. Ils se sont réunis dans les airs en formation de combat, soutenus chacun par des nuages de Drones qui bourdonnaient dans leur sillage comme des familiers obéissants. Tout aéronef ennemi qui se faisait prendre dans leur filet était abattu en peu de temps.

Au-dessus des paysages urbains des plus grands dômes, les Thunderbolts impériaux zigzaguent pour échapper à la défense mortelle que les T’au dessinaient dans le ciel de la planète. Presque tous les vaisseaux impériaux qui ont pénétrer l’atmosphère ont été pris dans des tirs croisés d’intercepteurs et détruits. Les pesants Bombardiers Marauders furent rattrapés par les appareils de la Caste de l’Air, leurs ailes rudimentaires détruits et leurs fuselages émoussés furent taillés en pièces avant de prendre feu et de s’écraser sur les plaines en dessous.

Valkyries, Vendettas, et une douzaine d’autres types d’appareils en plus furent pourchassés par les chasseurs Razorsharks qui percèrent avec des salves de Fusil à Ions les escadrons impériaux. Rôdant loin en dessous, les cadres des intercepteurs terrestres de Farsight envoyèrent les missiles à tête chercheuse des Sky Rays pour détruire les quelques aéronefs qui étaient parvenu à se faufiler à la surface.

Avant que la Caste de l’Air ne puisse assurer la suprématie aérienne totale, les vaisseaux d’attaque à proue d’aigle en orbite basse commencèrent à se venger. Des barrages punitifs martelèrent les forces terrestres T’au et les Croiseurs d’Attaque lancèrent leur cargaison mortelle en direction de Gel’bryn, le plus grand des hexôdomes en surface. Des nacelles blindées arrivèrent du ciel en groupes serrés, leur passage vers le bas perçant les explosions aériennes et tirant des colonnes de flammes vers le bas jusqu’à leur point d’impact. Farsight devait admettre qu’il était impressionné ; la franchise et la bravoure d’un tel vecteur de déploiement étaient louables. Il décida d’emmener sa propre force d’insurrection, composée de Crisis, sur le site de cette nouvelle attaque.

La tactique de la Caste de l’Air pour défendre le ciel avait été extrêmement efficace contre les vaisseaux rudimentaires de la Garde Impériale, mais elle s’avéra insuffisante lorsque les Croiseurs d’Attaque en orbite envoyèrent leurs propres escadrons au combat. D’énormes vaisseaux de guerre aux couleurs héraldiques éclatantes déclenchèrent la poussée de leurs postcombustibles dans une approche presque verticale, des vaisseaux d’escorte à ailes tronquées de chaque côté. Les scans des drones de surveillance ont permis de repérer les icônes apposées sur les flancs de chaque véhicule. Il s’agissait de vaisseaux Space Marines, dont la coque émoussée rappelait en quelque sorte des poings volants et qui avaient été lancés avec à peu près la même intention.

Les escadrons de vaisseaux de combat Space Marines foncèrent vers le centre de coordination de la grille de défense de la Caste de l’Air avec une vitesse incroyable, les canons tirant à mesure qu’ils approchaient. Étonnement, les timoniers lourdement blindés de chaque appareil semblaient rechercher les collisions en vol, manœuvrant à un angle étroit vers le bas, directement dans les escadrons ordonnés des chasseurs T’au. Les pilotes de la Caste de l’Air furent forcés de briser leur formation, s’éloignant en faisant des manœuvres d’évitement. Comment leurs ennemis pouvaient-ils être aussi imprudents, aussi suicidaires ? Leur foi dans la divinité primitive qu’ils adoraient était-elle si forte qu’ils se croyaient immortels ?

La Frappe Farsight[modifier]

Avec ses équipes en Exo-Armures sautant des gracieux destroyers Mantas et ses forces terrestres transportées en masse par les systèmes magnorails de la planète, O’Shovah pu réagir aux incursions des Space Marines avec une rapidité impressionnante. Les données de ciblage acquises de l’autre côté du Golfe de Damoclès avaient montré que les troupes de choc impériales étaient très lourdement blindées, et Farsight avait donc pris la précaution d’avoir toutes les combinaisons de Crisis sous son commandement équipées de Fusils à Plasma double.

Cela s’est avéré être la bonne décision. Les Bolts tirés par les escouades de Space Marines qui se déployaient à partir de chaque Modules étaient certes féroces, mais peu d’entre eux pénétraient les Exo-Armures qui descendaient du ciel. Selon les instructions strictes de Farsight, chaque fois qu’une Exo-Armure Crisis était touchée, elle se détachait pour être remplacée par une autre entièrement opérationnelle. Vague après vague, les équipes Crisis descendirent, leur nombre étant tel que, de loin, ils ressemblaient à une tempête de graines de Vior'la flottant sur la terre. Des centaines de Fusils à Plasma crachèrent des rafales de feu brûlant dans les rangs des Space Marines, fondant à travers la céramite et calcinant la chair jusqu’à brûler le sol. Les guerriers impériaux n’étaient pas tant abattus que perforés, les trous grésillants de leurs torses exposant leurs entrailles à l’air.

De manière stupéfiante, beaucoup de Space Marines grièvement blessé ont continué à se battre, tirant avec de puissantes armes de poing depuis le sol et criant leur défi alors même que leurs fluides vitaux s’écoulaient. Ce fut une incroyable démonstration de force d’âme et de détermination face à une puissance de feu dévastatrice, et cela a profondément impressionné Farsight - tout comme le courage des médecins en armure blanche qui administraient des soins à leurs frères tombés au combat. Pourtant, le courage ne suffirait pas à les sauver. Au moment où les Cadres de Soutien des Guerriers de Feu arrivèrent, tout ce qui restait du débarquement Space Marines dans Gel’bryn était une ruine fumante.

La Marche sur Gel'bryn[modifier]

Alors que la guerre totale se déroulait dans le ciel, les monstrueux transports de la Garde Impériale et les marcheurs géants qui formaient leur avant-garde ignoraient tout simplement les meilleurs efforts de la Caste de l’Air. Leurs boucliers crépitants et leurs blindages épais étaient pratiquement impénétrables, sauf pour les tirs des Canons Rail, et ils le savaient. Les vastes transports de métal se dissimulèrent dans de grands nuages de vapeur avant de déployer leurs rampes comme de larges langues, dégorgeant des régiments de soldats de leurs gosiers

Les forces de frappe des T’au se déplacèrent pour les intercepter, mais partout où ils se trouvaient, les immenses marcheurs impériaux qui flanquaient chaque rampe de déploiement employaient une puissance de feu si intense que les Cadres de Chasse étaient obligés de se relier. Les immenses machines étaient des demi-dieux de la bataille ; chacune était un avatar de la destruction donné forme à une échelle insoupçonnée, même par le plus ambitieux des concepteurs d’Exo-Armures de la Caste de la Terre. C’est ici que la divinité guerrière de l’Humanité se manifesta, tout comme les marcheurs des Orks représentaient leurs propres dieux belliqueux.

Sous la protection de ces machines divines, des rangs infinis de soldats impériaux défilaient, apparaissant comme des insectes à côté de leurs imminents protecteurs. Ailleurs, des milliers de chars impériaux lourds transformèrent l’herbe indigo de la planète en boue épaisse et se regroupaient en formations d’attaque. Les Cadres de Chasse de Farsight étaient prêts à s’engager, mais même les meilleurs vétérans Sabres de Feu étaient obligés d’admettre que l’ampleur de la tâche était déconcertante. En l’espace d’une seule journée, l’Imperium avait rasé au bulldozer une série de têtes de pont sur Dal’yth avec à peine plus que la foi et la force brute. Malgré de lourdes pertes dues aux tirs de suppression à longue portée, les Impériaux convergeaient lentement vers les hexodômes de la capitale, au centre des États-Hab de l’est de la planète.

Alors que la nuit commençait à tomber, le Commandeur Farsight convoqua un conclave d’urgence des commandants qui ne participaient pas encore à la bataille. Les Space Marines qui avaient osé attaquer directement la ville de Gel’bryn avaient été neutralisés, mais le gros des armées impériales n’était pas encore engagé. Leur avance avait été bloquée par des tirs de missiles échelonnés provenant des collines autour de Gel’bryn, et leurs cavaliers avaient été tués par des équipes furtives optimisées, mais le noyau solide restait. La bataille pour Dal’yth ne faisait que commencer.

Compagnons de Guerre[modifier]

Les Hammers of Dorn avaient toujours suivi le Codex Astartes à la lettre, mais dans ce cas, les tactiques conventionnelles d’assaut planétaire s’étaient révélées peu judicieuses. C’était un massacre, rien de moins.

L’Apothicaire Antaloch s’est approché d’un Frère de Bataille tombé au combat. Le guerrier mourant avait un trou dans sa poitrine par lequel Antaloch pouvait passer son poing. Libérant la cuirasse de l’armure, il plongea son Reductor profondément dans le cou de son camarade. Un épais bruit de barattage grondait sous le rugissement de la bataille tandis qu’Antaloch extrayait les glandes progénoïdes et les rangeait avec les douzaines d’autres qu’il avait mises en flacon jusqu’alors. L’Apothicaire entonnait les derniers rites quand il y ressentit un impact ; une combinaison de guerre Xenos s’abattit devant Antaloch et posa la bout de son fusil à énergie contre son casque. L’Apothicaire se figea. L’assassin extraterrestre remplissait sa vision, énorme et mortelle. Sa taille aurait éclipsé un Terminator.

« Ce n’est pas clair, » déclara le géant dans un gothique impérial guindé, à travers des haut-parleurs cachés. « Vous devez savoir que celui-ci ne vit pas, représentant-équivalent médical. »

« Oui, » grogna Antaloch, « et pourtant son dû doit être donné. »

« Malgré la probabilité de subir vous-même des dommages mortels. »

« C’est ainsi, » dit l’Apothicaire. Il combattit l’envie de recouvrir les précieux flacons de gènes. Un moment d’immobilité passa.

« Votre position est défensive, mais n’est pas un signe d’instinct de conservation, » déclara la combinaison de guerre.

Avant qu’il ne puisse répondre, des Bolts d’un Bolter explosèrent entre les moteurs de saut du géant. Le blaster monté sur l’épaule du géant virevoltait, faisant disparaître le Space Marine qui se trouvait derrière lui. Son fusil à énergie ne bougea jamais du heaume d’Antaloch.

« Une théorie. Pendant le rituel de la mort, vous récupérez une substance et/ou un code d’information que votre caste de guerriers juge vital. »

Antaloch regarda l’imposant personnage, mais ne dit rien.

« Intéressant, » dit le géant Xenos. « Alors, allez-y. » Levant son fusil en un bref salut, l’armure s’élança dans le ciel sur des langues de flammes jumelles.

Clignant d’incrédulité, l’Apothicaire activa son communicateur vox : « Capitaine Rumann ? Quand ce sera fini, il faudra qu’on parle. »

Alors que le Commandeur Farsight menait son conclave d’urgence à un consensus d’attaque totale, une femme athlétique de la nation T’au entra dans la salle. Son contrôle de soi et sa beauté froide captaient l’attention alors qu’elle se dirigeait vers la passerelle de commandement. Elle se déplaça devant Farsight, le cachant à la vue de tous alors qu’elle exposait calmement son plan. La réserve de la Caste du Feu se joindrait à ses Cadres de Chasse dans une série d’attaques furtives utilisant l’obscurité et attirant l’ennemi à sa poursuite. Ce n’est qu’alors que les vraies contre-attaques seraient lancées. Elle donna des ordres spécifiques aux commandants n’appartenant pas au contingent de Farsight, et un par un, ils baissèrent la tête. Quand le Commandeur Shadowsun se retira, sans un mot à Farsight, la moitié du conclave d’urgence l’accompagna.

L’emprise de Farsight sur la poignée de son épée se resserra, mais il resta silencieux. Il se rappela les paroles de Maître Puretide, que même si lui et sa collègue Commandeur étaient très différents, ils se battaient pour les mêmes buts. Ce soir-là, il se contenta d’observer et d’analyser les données qu’ils avaient exploité jusqu’alors concernant l’invasion impériale. Il y avait beaucoup à apprendre.

À peine quelques heures plus tard, on signala une série d’attaques dévastatrices qui avaient été faites sous le couvert de l’obscurité. Les tactiques employées étaient celles de O’Shaserra, sans aucun doute ; le Commandeur Farsight les reconnaîtrait n’importe où. Les immenses phalanges de l’Imperium s’agitaient aveuglément, s’élançant dans toutes les directions, tandis que leurs véhicules périphériques étaient détruits les uns après les autres par des tirs d’Éclateurs à Fusion à bout portant. Des capteurs de vision avaient été ouverts à grande échelle pour scruter la nuit de Dal’ytha, et O’Shaserra avait libéré des rafales de lumière multispectrale qui aveuglaient sa proie encore plus efficacement que l’obscurité totale des plaines.

La confusion régnait autour du périmètre de chaque colonne impériale alors que les chars d’assaut placés avec soin se retrouvaient coincés dans la grande masse de chaque compagnie de véhicules. Les fers de lance de chars de combat et d’artillerie super lourde se détachèrent de la masse principale partout où ils le pouvaient, se frayant un chemin à travers les tunnels de magnorail qui les bloquaient afin de poursuivre les signaux fantômes de cette nouvelle menace. Farsight souriait. Connaissant O’Shaserra, ils auraient de la chance s’ils touchaient une seule cible Xenos.

La guerre qui se déroula au cours des mois suivants vit les différents styles des étudiants de Puretide s’écrire en grand. Leurs stratégies s’étalèrent sur la toile sanglante des champs de bataille de Dal’yth. Partout où les tactiques d’infiltration et de mauvaise orientation d’O’Shaserra aveuglaient le mastodonte militaire de la Garde Impériale, les Forces de Frappe des Space Marines se précipitaient pour les intercepter, leur technologie robuste et leur force génétiquement modifiée surpassant les équipes furtives et les forçant à se retirer. Dès que les Space Marines s’étaient engagés, O’Shovah et ses équipes en Exo-Armures leur tombaient dessus, paralysant leurs transports par des tirs des Broadsides et attaquant les survivants isolés dans une série de combats rapprochés meurtriers.

Dans la guerre du ciel, les pilotes de la Caste de l’Air de Kor’O’Li’Mau’Teng payèrent un lourd tribut - même l’Amiral en personne se joignit au combat dans son Barracuda personnalisé, chassant les vaisseaux de guerre Space Marines comme un grand rapace doré harcelant une meute de corvidés. Un jeune élève de l’original Commandeur Brightsword se distingua dans une série de combats rapprochés à la Bataille de la Porte de Var’isar, réussissant même à écraser un chef de guerre au crâne masqué, le transformant en une masse de céramite brisée et de chair en bouillie en un seul assaut. Farsight chargea son ingénieux allié de la Caste de la Terre, O’Vesa, de concevoir de nouvelles armes capables de faire face aux chars épais des armées de l’Imperium. Les équipes de scientifiques travaillèrent jour et nuit, faisant parvenir leurs innovations au fur et à mesure qu’ils le pouvaient par l’intermédiaire des messagers de la Caste de l’Air.

Cependant, les Space Marines ont riposté avec force et ont finalement assailli la ville de Gel’bryn avec un assaut de Modules d’Atterrissage si féroce qu’il brisa le toit de l’hexodôme et souffla l’atmosphère à l’intérieur. Même Farsight a dû reculer lorsque les Impériaux ont téléporté leurs propres guerriers en tenue de guerre sur la place centrale. Le sang des T’au coulait dans les rues, tandis que les compagnies blindées encerclaient la ville, coupant toute échappatoire aux Space Marines ravageant les quartiers extérieurs. Cette histoire se répéta dans cinq autres villes avant la fin de la guerre, car une Compagnie de Space Marines était engagée dans chaque conquête - une force que même le meilleur des Cadres de la Caste du Feu de Farsight avait du mal à égaler.

Les gue’ron’sha étaient là en grand nombre, je me souviens. Des éclairs d’écarlate et d’ocre dans le parc. Ma famille et moi fuyions. Un être en armure blindée s’est frayé un chemin à travers les arbres et a pointé son arme sur nous. Soudain, le grand Commandeur Farsight était là, plongeant jusqu’à une position accroupie, et levant son générateur de bouclier pour intercepter le tir. Son bouclier brillait au milieu d’un orage de son et de lumière. Un tir latéral de son blaster coupa l’armure blindée en deux à la taille. Il s’est renversé, et nous nous sommes échappés. Il est parti avant que nous ayons pu lui transmettre nos remerciements éternels. Un jour, j’espère le rencontrer.

Toute la prospérité au Commandeur Farsight !

- Le Grand Mentor Por’O’Te’Fau’Mach, après Dal’yth.

S'Adapter et Détruire[modifier]

« Les humains entièrement en armure d’abord ; puis les véhicules héraldiques, puis les chars communs. Alors, et seulement alors, vous pourrez engager l’infanterie ordinaire. »
- Le protocole de tir du Commandeur Farsight pour la Bataille de la Porte de Via’Mesh’La.
Les Hammers of Dorn affrontent les T’au.
La guerre acharnée sur Dal’yth ne s’est pas caractérisée uniquement par des prouesses martiales, mais par une une course effrénée pour l’information. Les deux empires stellaires se sont battus non seulement pour vaincre leurs ennemis mais aussi pour comprendre leurs faiblesses. L’Imperium changea de tactique après la Bataille de Via’mesh’la, où des régiments de la Garde Impériale surpassés en armes réussirent à charger une ligne de canons T’au et, malgré de lourdes pertes, remportèrent une victoire sanglante à la baïonnette. Depuis ce jour, les envahisseurs impériaux engagèrent les T’au à bout portant partout où ils le pouvaient.

Pour sa part, O’Shovah étudiait sans relâche les forces de l’Imperium. Il adapta sans cesse ses stratégies, ses contre-stratégies et ses cibles prioritaires, en distribuant des programmes de guidage de drones à tous ses commandants. L’Imperium prit son propre manuel tactique, le Codex Astartes, et appliqua ses principes à tout ce que les T’au leur lançaient. Les Hammers of Dorn furent particulièrement efficaces pour codifier les menaces des T’au et y répondre avec force, car ils respectaient chaque mot du Codex et ne s’écartaient jamais de ses enseignements, quel qu’en soit le prix. Farsight s’intéressa beaucoup aux schémas qui apparurent pendant l’effort de guerre impérial, prenant des notes détaillées et affinant même les simulations de prototypes au fur et à mesure que la guerre se déroulait.

Les armées impériales semblaient valoriser le blindage par-dessus tout - leurs véhicules étaient si lourds que même les Hammerheads avaient du mal à récolter les pertes attendues d’elles. En réponse directe, Farsight fut le pionnier du mortel schéma de combat Sunforge qui combinaient les armements de combat. Cela a permis aux équipes Crisis de descendre des destroyers Mantas sur leurs proies motorisées, de les paralyser à bout portant avec leurs Éclateurs à Fusion, puis de s’élancer à nouveau dans le ciel pour être récupérées par les Mantas durant leur repli.

Pendant ce temps, O’Shaserra emmena ses cadres Stealths Cadres du côté obscur de Dal’yth, se déplaçant constamment en rotation avec le soleil du système de sorte que chaque raid qu’elle effectua était sous le couvert de l’obscurité. Farsight surveillait sa progression non pas par une communication ouverte, mais par la traînée d’épaves fumantes qu’elle laissait dans son sillage.

Les Poings de Dal'ryu[modifier]

La mise en service par Farsight des laboratoires d’armes de la Caste de la Terre avait pris tout son sens lors de la bataille de la Mesa de Tonnerre Noir. Dal’ryu, une cité que la Caste de l'Eau considérait comme vitale pour le moral en raison de ses nombreux centres de formation de la jeunesse, avait été en proie à des bombardements d’artillerie à longue portée pendant des jours. Bien que le Haut Commandement de Dal’yth ne voulait pas l’admettre, la ville était sur le point de s’effondrer. Les Cadres de représailles du Commandeur Bravestorm s’en étaient pris à plusieurs reprises aux compagnies de blindés qui avaient rampé jusqu’au bord de la Mesa de Tonnerre Noir, mais elles manquaient tellement de munitions que leurs efforts s’avéraient vains. O’Shaserra, dans son pragmatisme impitoyable, considérait les défenseurs de la ville comme une force épuisée.

C’est alors qu’une nacelle, pas plus grande qu’une Exo-Armure Crisis, arriva à Dal’ryu via le magnorail. Marqué avec les plus hautes habilitations de sécurité, elle a été transporté au centre de commandement de la Caste du Feu et immédiatement livré au Commandeur Bravestorm. À l’intérieur se trouvaient douze énormes gantelets, chacun frissonnant d’une immense charge d’énergie potentielle.

Bravestorm, et ses Shas’vres les plus fiables, ont chacun revêtu une des créations de la Caste de la Terre, surchargeant leurs Exo-Armures pour un dernier grand assaut. Ils se mirent à nouveau en route vers la Mesa de Tonnerre Noir, descendant des vaisseaux de transport au milieu des régiments blindés. Alors que les obus des canons de combat explosaient tout autour d’eux, Bravestorm et ses équipes Crisis utilisèrent les gantelets pour frapper les flancs des chars impériaux et leur arracher physiquement leur noyau de puissance. Dans le cas du Char Super Lourd Doomhammer Terra’s Knife, le guerrier sans peur Sha’rell utilisa son gantelet pour ouvrir l’arrière du char et faire exploser manuellement ses réserves de munitions, se sacrifiant lui-même en détruisant le char en une fraction de seconde, ce qui paralysa également plusieurs autres chars à proximité. En utilisant l’épave des véhicules qu’ils avaient déjà détruits, en changeant constamment d’emplacement et en restant à basse altitude, l’équipe Crisis de Bravestorm fit un grand nombre de victimes parmi les compagnies de blindés tout en subissant relativement peu de pertes en retour.

Cela allait changer lorsque deux énormes machines divines apparurent à la vue de tous, lançant des tirs de Turbo-Laser dans les chars massifs avec un abandon impitoyable. Des dizaines d’équipages de tankers impériaux furent sacrifiés dans le chaos qui en résulta, mais le barrage des Titans eut l’effet désiré. Tous les membres de l’équipe de Bravestorm furent anéantis par la puissance de feu apocalyptique, leurs Exo-Armures Crisis éparpillées dans la compagnie de chars annihilée.

Les machines divines ont finalement été chassés à leur tour lorsque l’Amiral Kor’O’Li’Mau’Teng envoya ses Mantas pour s’assurer que le sacrifice de Bravestorm ne soit pas vain. Les équipes de récupération ont filtré à travers les épaves fumantes qui parsèment la Mesa, horrifié par la violence du spectacle que l’Imperium avait déclenché. Seul Bravestorm s’accrochait encore à la vie, son Exo-Armure étant gravement endommagé et sa combinaison autrefois éclatante aussi noire que du charbon. Étonnamment, il combat encore aujourd’hui dans les forces de Farsight, bien que son corps soit ravagé et carbonisé ; l’Exo-Armure de remplacement qu’il a reçu après la bataille de la Mesa de Tonnerre Noir étant une machine de survie autant qu’un instrument de mort.

Les Épées de Puretide[modifier]

Malgré tous leurs efforts, les forces que Farsight et qu’O’Shaserra avaient à leur disposition ne pouvaient pas être partout à la fois. L’Imperium était en effet un ennemi puissant, et contrairement à la race barbare des Orks, il semblait avoir une stratégie élaborée pour chaque environnement de combat et chaque tactique que les T’au pouvaient concevoir. Au mépris de l’esprit de défense de la Caste du Feu, l’Imperium avait progressivement, mais irrésistiblement, dépassé plusieurs villes de la planète, massacrant tous les T’au à l’intérieur et fortifiant les structures affligées par la guerre. Les Éthérés qui commandaient l’effort de guerre ne pouvaient pas supporter de telles pertes. Des mesures de plus en plus extrêmes furent prises pour retarder la percée impériale tandis que des renforts arrivaient des autres mondes Sept et au-delà, mais sur le champ de bataille, des mesures beaucoup plus drastiques furent prises.

Au grand dam de Farsight, des prototypes expérimentaux de neuropuce contenant les stratégies enregistrées du Commandeur Puretide avaient été installés chirurgicalement dans l’esprit des Commandeurs de Cadre Sabres de Feu et des Commandeurs de bataille, leur permettant de fonctionner comme des chefs militaires qui pensaient de la même façon et pouvaient s’adapter à n’importe quelle situation. C’était la théorie, du moins - et bien que les soi-disant Épées de Puretide aient connu un grand succès au début, quand les forces de l’Imperium firent apparaître des chamans étranges et décharnés qui réduisirent les Exo-Armures à l’état de ruines par des gestes de leurs mains amaigries, les neuropuces implantées n’avaient aucun schéma compatibles pour répondre à cette menace, provoquant des hésitations et des confusions qui coûtèrent des centaines de vies alors que l’esprit des Commandeurs luttait pour répondre à ce nouveau danger.

Situation Critique[modifier]

« Par le Bien Suprême, ces gue’la ont beaucoup de chars… »
- Shas’gra, au Siège de Rala’tas.

Alors que l’effort de guerre semblait sur le point de s’effondrer, les mercenaires Kroots furent envoyés par milliers à travers les réseaux de magnorails, se précipitant là où l’Imperium créait une brèche dans le réseau de tunnels qui sillonnaient Dal’yth, se déversant comme le sang d’une artère ouverte pour tomber sur les troupes impériales à proximité. Dans le ciel, des centaines de Drones d’Attaque, dont les tirs de Fusils à Impulsion faisaient des ravages tout en évitant les obus et les lames, s’élancèrent au-dessus d’eux. De cette façon, les forces impériales furent clouées en place assez longtemps pour que les cadres de Farsight ou d’O’Shaserra puissent se précipiter vers la brèche et venger les Kroots qui avaient donné leur vie pour la défense de l’Empire.

Farsight réutilisa cette tactique un peu plus tard lors du siège de Rala’tas, une ville en forme de dôme, célèbre pour ses sculptures de lumière vivante. Avec les Commandeurs T’au les plus compétents engagés de l’autre côté de la planète, un vaisseau impérial en profita pour atterrir à quelques kilomètres seulement des portes de la ville. En quelques heures, Rala’tas fut entouré de chars impériaux, dont plusieurs escadrons super lourds assez puissants pour faire sauter les murs de la ville. À l’exception des familles Kroots qui vivaient dans les vastes quartiers arboricoles du dôme, la ville n’avait qu’une petite garnison de Guerriers de Feu pour la défendre - certainement rien qui puisse faire face à plus d’un millier de chars de combat. Shas’gra, un Sabre de Feu en charge de la garnison, envoya un message urgent à Farsight, lui demandant de l’aide. O’Shovah n’a pas pu lui en donner, mais a dit qu’il y réfléchirait. Moins d’une minute plus tard, une réponse est parvenue à Shas’gra et il a fait passer le mot aux artisans de la Caste de la Terre dans la ville. Au moment où les Impériaux feront une brèche dans les murs et commenceront à faire irruption dans le périmètre de Rala’tas, la ville sombrera complètement dans l’obscurité.

Soudain, une impulsion électromagnétique massive s’est répandue vers l’extérieur alors que chacune des sculptures de lumière, des réseaux de fusion et des générateurs de la ville projetaient leur énergie dans une onde dévastatrice. Le raz-de-marée P.E.M brouilla les cogitateurs de tous les chars et marcheurs impériaux à moins d’un kilomètre des murs de la ville, les arrêtant dans leur élan. C’est alors que des escouades de Carnivores Kroots se déversèrent de chaque brèche, bondissant vers l’ennemi. Les Chiens Kroots ont écrasé ceux qui tentaient de fuir pendant que les Krootox ouvraient les écoutilles et les portes des chars réduits au silence, permettant à leurs congénères de s’introduire à l’intérieur. La scène macabre qui s’en suivi n’a jamais été diffusée sur les réseaux ouverts T’au, bien qu’on dise qu’O’Shovah l’a regardé plusieurs fois.

Dal'yth en Flammes[modifier]

« Il ne fait aucun doute qu’ils prennent notre retrait pour une défaite. Ha ! Ils devraient profiter de ce sursis tant qu’il dure. Nous reviendrons et écraserons leur petit empire jusqu’à ce qu’il ne reste plus que de la poussière. »
- Commissaire Van der Ghast, détaché auprès du XVIe Viridian.

Bien que l’Imperium ait fait un grand nombre de victimes et que la moitié des Dal’yth aient été abandonnés ou réduits à des décombres fumants, son assaut perdait lentement de son élan. Les T’au utilisèrent tout ce qu’ils avaient appris dans la guerre jusqu’à présent avec beaucoup d’efficacité, en utilisant les tactiques du P.E.M qui avaient sauvé Rala’tas pour diviser les armées impériales en parties disparates et les abattre les unes après les autres. Dans le processus, ils avaient gagné assez de temps pour que les autres Septs arrivent avec des renforts. Un flux constant de cadres de la Caste du Feu arriva sur la planète à chaque nouveau jour, et la Marine Impériale fut forcée de battre en retraite face à un nombre écrasant de soldats. Quant aux Space Marines, leur adhésion dogmatique à certaines stratégies et tactiques finit par les anéantir. En collaboration avec O’Shaserra, le Commandeur Farsight dirigea plusieurs assauts de grande envergure qui virent sa camarade attirer les Space Marines au grand jour, pour qu’O’Shovah s’abatte sur eux avec toute la rapidité et la fureur qui avaient fait sa réputation.

Au fil des semaines, les maîtres de la croisade impériale furent contraints d’admettre qu’ils avaient trop dispersé leurs forces. Maintenant que leurs lignes de ravitaillement avaient été établies, les T’au disposaient d’une réserve presque illimitée de matériel de guerre, et les messages astropathiques transmis à travers le Golfe de Damoclès parlaient d’une nouvelle menace extraterrestre assaillant l’Imperium. Régiment par régiment, compagnie par compagnie, la présence impériale sur Dal’yth commença à se retirer.

La Miséricorde des Éthérés[modifier]

« La foi est une force puissante, c’est vrai. Nous avons notre propre foi - non pas en l’un des nôtres élevé en divinité, mais en une destinée mutuelle qui ne peut être niée. »
- Commandeur Farsight.

Farsight et ses acolytes se préparaient déjà à encercler et à détruire les armées impériales en retraite lorsqu’un contingent de diplomates de la Caste de l’Eau effectua une visite officielle. Alors qu’un trio d’Éthérés franchissait les portes du Haut Commandement derrière eux, O’Shovah sentit quelque chose d’étrange s’élever dans son esprit : un sentiment de bifurcation des chemins futurs, du destin.

Après que la Caste de l’Eau ait observé l’étiquette appropriée, les Éthérés délivrèrent leur message. Les troupes impériales devaient être autorisées à fuir sans entraves. Un communiqué avait été reçu d’un Capitaine Sevalliac des Hammers de Dorn, acceptant la trêve que la Caste de l’Eau avait offerte au nom de l’Empire T’au. Par sa façon de parler, disait l’Éthéré, il était évident qu’un tel geste était extrêmement rare de la part la caste des guerriers de l’Humanité. Le Capitaine avait pris soin de souligner que sans la conduite honorable dont les T’au avaient fait preuve au début de la guerre et les préoccupations pressantes d’une invasion dans le nord, cette éventualité ne se serait jamais concrétisée.

Les ambassadeurs de la Caste de l’Eau avaient décidé de ne pas contester l’offre des humains, car ils savaient que l’Imperium avait dépensé qu’une petite fraction de sa puissance contre eux. Néanmoins, bien que la confiance des T’au dans leur propre suprématie ait été sévèrement ébranlée, ils avaient triomphé durant l’acte final et ont beaucoup appris sur l’Imperium.

Non seulement l’Imperium retira ses forces du Sept de Dal’yth, mais aussi de l’espace T’au, se repliant dans le Golfe de Damoclès de la manière aussi étrange qu’il était venu. Il abandonna derrière eux une série de technologies brisées, dont chaque morceau fut récupéré par la Caste de la Terre et étudié dans les moindres détails. La grande majorité de la technologie de guerre impériale fut déclarée inférieure et inutile au Bien Suprême, bien que O’Vesa fit des découvertes étonnantes dans les profondeurs de ses laboratoires sur les technologies ésotériques utilisées par les flottes humaines.

Quant aux Commandeurs surnommés les Épées de Puretide, tous les engrammes qui avaient été chirurgicalement insérés en eux furent retirés de force. Ces méthodes ont fait de ceux qui avaient été opérés de simples lobotomisés baveux, une triste perte pour l’Empire. Pourtant, comme la Caste de l’Eau l’a patiemment expliqué, tel était le coût parfois douloureux de la victoire.

Lorsque Aun’Va et sa garde d’honneur sont venus chercher l’ancien coéquipier de Farsight, le Commandeur Sha’vastos, pour son retrait programmé de la Puce Engrammatique, le vétéran était absent de ses quartiers. Interrogé sur sa disparition, O’Shovah les informa tristement que Sha’vastos était en fait tombé lors du dernier engagement de la guerre et que son corps avait été brûlé jusqu’à ce qu’il soit méconnaissable. Tel était le prix de la victoire, expliqua O’Shovah, exprimant le chagrin. Aun’Va plongea son regard dans celui de Farsight pendant un long moment avant de tourner le talon et de repartir par où il était venu, son escorte de cérémonie dans son sillage.

Quelques années après la Croisade de Damoclès, le triomphe de Dal’yth se teinta de tragédie. La santé du Commandeur Puretide déclina rapidement, et sa sagesse était telle qu’aucun engramme ni étudiant conventionnel ne pouvait englober entièrement ses enseignements. Le Maître Éthéré Aun’Va décréta que pour que le Bien Supérieur se manifeste, le Commandeur Puretide devait continuer à vivre par tout les moyens possible. En public, Aun’Va se joignit au deuil de la mort de Puretide, à huis clos, faisant soumettre le corps du Commandeur à des scanners cérébraux approfondis et reconstruisant son esprit disséqué en une intelligence artificielle complexe qui fut installée dans un holo-trône au sommet du Mont Kanji.

Juste au cas où son plan pour conserver la sagesse de Puretide par des moyens technologiques ne serait pas suffisant, Aun’Va publia un édit pour que ses élèves les plus éminents soient placés en stase semi-permanente. Ces maîtres de guerre ne devaient être réveillés que lorsque l’Empire T’au en aurait le plus besoin. O’Shaserra et O’Kais étaient parmi ceux qui furent ainsi figés dans le temps. Le Conseil des Éthérés avait d’autres plans pour O’Shovah ; des plans qui devaient l’élever au sommet de la gloire et, ce faisant, le précipiter dans la disgrâce.

Source[modifier]

  • Farsight Enclaves - A Codex : Tau Empire Supplement, Chapter - The Damocles Crusade (traduit de l'anglais par Trazyn l'infini)