Conclave d'Optera

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




« Dans l’œil de la tempête se trouve la vérité, car il vaut mieux périr dans les froides profondeurs du vide que d’être jeté à la surface d’un orbe détestable, là à s’agiter comme un ver et lâche. »
- Ishmael l’Ancien.

L’une des innombrables Guerres des Ombres qui se sont déroulées pendant l’Âge des Ténèbres et dont l’histoire n’aurait connaissance qu’en rassemblant des fragments d’archives éparses, fut la guerre pour la région située au sud-ouest galactique du phénomène Warp connu sous le nom de Maelström, menée loin des lignes de front et en dehors de la chaîne de commandement de chaque camp. Lorsque la nouvelle de l’Hérésie d'Horus parvint aux dirigeants des différentes planètes, la plupart furent horrifiés par la trahison du Maître de Guerre, mais aucun n’osa le dénoncer ouvertement car ils redoutaient Horus et savait que s’ils provoquaient sa colère, il pourrait les écraser d’un coup. Plusieurs voix solitaires dénonçaient ces hésitations comme lâches et déshonorantes, implorant les commandants impériaux de la région de s’unir pour défier ensemble les traîtres, mais ces voix étaient peu nombreuses et rapidement réduites au silence.

C’est dans cette ambiance d’effroi et de récriminations que les mondes de la région ont commencé à subir toute une série d’horreurs rampantes.Tout a commencé avec les Astropathes qui rapportaient d’étranges échos sur les courants æethériques, et la situation s’est rapidement aggravée lorsque les Navigators guidant les navires marchands le long des routes Warp périphériques de la région ont perçu un front de tempête qui s’approchait et qui verrait la fin de toute personne assez stupide pour tenter de naviguer sur ses courants. À l’époque, personne ne pouvait connaître le grand et terrible rite que le Primarque renégat Lorgar avait mis en place à Calth, que dans le meurtre sacrificiel de l’étoile Veridia, il avait fait naître la Tempête de la Ruine, une tempête d’une telle ampleur et d’une telle férocité que l’Imperium en serait anéanti. Lorsque l’onde de choc de la Tempête de la Ruine frappa les Étoiles Pâles, la terreur et la folie éclatèrent dans les mondes de la région. Des chœurs entiers d’Astropathes périrent dans d’affreux tourments tandis que des dizaines de vaisseaux furent perdus à la Warp et que des milliers d’âmes furent jetées dans ses marées affamées. Les masses en folie se soulevèrent, soit dans une anarchie aveugle, soit poussées par des démagogues et des prédicateurs qui, rétrospectivement, ont dû attendre leur heure pour un tel moment. Les religions, les sectes et les cultes rejetés par la Vérité Impériale des décennies auparavant refirent surface et les personnes dont les grands-parents s’étaient jadis prosternés devant des idoles païennes ont spontanément ressuscité la plus terrible des pratiques.

Ainsi, alors que la lumière de Terra était étouffée par l’orage qui s’annonçait, des pans entiers de la galaxie se sont tus pour les maîtres de l’Imperium. La loyauté des mondes des Étoiles Pâles restait inconnue de Terra, perdue dans la clameur galactique d’une guerre civile dévorante. Sans la venue d’un grand héros de l’Imperium, encore méconnu, le destin des Étoiles Pâles aurait pu passer inaperçu dans l’histoire de la grande Hérésie d’Horus ; ce guerrier était Nathaniel Garro, le soi-disant "Agentia Primus" des Chevaliers Errants.[1]

L'Envoyé de Terra[modifier]

Étiquetées sur les anciennes cartes du vide comme la Mer des Étoiles Pâles et connues par beaucoup simplement comme les Étoiles Pâles, les orbes bleu-blanc maladives de cette région sont toutes nées d’une pépinière stellaire commune et projetant une lumière blafarde et maléfique sur leurs satellites. Ces systèmes étaient connus des marins du vide pour être riches en ressources minérales, mais certains les considéraient comme mal adaptés, comme s’ils étaient victimes d’un malheur cosmique insondable.

C’est la 771e Flotte Expéditionnaire qui a été la première à cartographier la région, rencontrant de nombreuses cultures humaines dévolues et plusieurs souches de Xenos, que les éléments de la XIXe Légion ont purgé jusqu’à l’extinction. Plus tard, au cours de la Grande Croisade, la 13e "Sanglante" Flotte Expéditionnaire a traversé la région, laissant derrière elle un sillage rouge qui allait semer chez de nombreux habitants une peur profonde et durable des Légionnaires Astartes. Au moment du déclenchement de la guerre civile galactique de l’Humanité, la région des Étoiles Pâles n’avait pas encore atteint le statut de secteur, mais son monde principal - Phargos Rex - accueillait une mission de l’Administration Terrane qui était l’autorité de facto du Gouverneur sur plusieurs douzaines de domaines souverains en développement et frontaliers.[2]

- La Cartographica Imperialis, Ch. XV, Vs. LI-LV

Alors que la Tempête de la Ruine déferlait sur la galaxie, le Conseil de Terra cherchait par tous les moyens à mesurer l’ampleur réelle de la calamité qui se déroulait. Aveuglé, le Conseil cherchait désespérément d’autres moyens de mesurer la disposition des osts du Maître de Guerre et les allégeances des dirigeants de la planète. La communication astro-télépathique était alors pratiquement impossible, le Warp étant une cacophonie hurlante qui noyait leurs messages ou corrompait leur contenu de manière insidieuse. Le seul moyen d’évaluer le statut et l’allégeance des mondes dispersés de l’Imperium serait d’envoyer des émissaires et des agents pour vérifier en personne, même si le Conseil savait qu’une mission aussi dangereuse entraînerait la mort d’innombrables serviteurs loyaux et dévoués de Terra. L’un d’entre eux était Lorn Orpheus, un descendant mineur de la célèbre Dynastie Orpheus des Libres-Marchands militants. Lorn s’est vu assigner les Étoiles Pales comme destination après avoir acquis une certaine connaissance de la région en servant dans les flottilles d’éclaireurs qui ont précédé la 771e Flotte Expéditionnaire lors de la première campagne de Conformité. Cette mission aurait pu être considérée par beaucoup comme une condamnation à mort, mais Lorn était doté d’un esprit d’aventurier et d’un instinct de survie très fort, et y voyait un moyen sûr de gravir rapidement les échelons de la Dynastie Orpheus.[3]

Convergence[modifier]

Alors même que Lorn Orpheus préparait sa flottille depuis les chantiers navals de Luna, d’autres forces convergeaient vers les Étoiles Pâles. L’une était une alliance des Legiones Astartes qui, chacune pour des raisons très différentes, avaient renoncé ou rompu leurs liens avec leur sire-génétique et obscurci leur héraldique ; l’autre servait une cause tout aussi obscure, bien qu’il s’agisse d’une des organisations que la plupart des autres associaient aux Traîtres - l’Alpha Legion. La faction qui est arrivée la première sur les Étoiles Pales est un détail parmi tant d’autres aujourd’hui perdus pour l’histoire et personne ne peut dire si leurs apparitions étaient liées ou simplement fortuites - la plupart du temps, les inquiétantes marrées Warp ont simplement échoué là au même moment.

La Confrérie Noire.
Le premier groupe a été baptisé la "Confrérie Noire" par les peuples des Étoiles Pâles et plus tard dans d’autres régions, bien que personne ne puisse dire si le groupe lui-même avait déjà reconnu ou utilisé ce nom. On sait très peu de choses avec certitude sur la Confrérie Noire, et encore moins sur les circonstances de sa formation, mais il est clair que ce groupe de ce qui sera connu sous le nom de "Boucliers Noirs" s’est formé autour d’un guerrier connu sous le nom de "Faucheur Néméen", ou simplement "Le Néméen", un titre qui fait probablement référence à l’impénétrable Armure d'Artificier qu’il portait au combat ou à la suggestion qu’il était d’une force surnaturelle et impossible à tuer. L’origine de ce chef de guerre n’est guère certaine, bien que certains récits prétendent qu’il était un descendant terran de la Ière Légion et un vétéran du Troisième Xenocide Rangdan, une notion au moins partiellement confirmée par des éléments de l’héraldique personnelle clairsemée qu’il portait et par les terribles cicatrices qui parsemaient ses traits. Le Néméen était un guerrier et un chef taciturne et maussade, mais il avait réuni les guerriers disparates de la Confrérie Noire en une force cohérente et s’était empressé d’établir un refuge, un domaine souverain au fond du vide au-delà des tempêtes où lui et ses frères pourraient forger leur propre destin dans une galaxie tombée dans la folie.

C’est dans le système stellaire trinaire connu sous le nom de Cataracte d’Eridayn que la Confrérie Noire a trouvé refuge. Un dense linceul d’astéroïdes entourait les trois corps stellaires du système, dissimulant des secrets et des dangers dans lequel seul le plus accompli des maîtres du néant pouvait espérer naviguer. La Confrérie Noire possédait de tels individus, leur petite flotte de vaisseaux rapides et agiles, dont l’équipage était composé d’un assortiment hétéroclite de natifs du vide et commandé par un Capitaine de la Legiones Astartes, qui avait servi dans certaines des campagnes les plus ardues de la Grande Croisade. Ayant établi une base d’opérations sécurisée au plus profond des astéroïdes, la Confrérie Noire a revendiqué l’ensemble du royaume stellaire et les ressources naturelles illimitées qui gravitaient autour de ses trois étoiles. En quelques mois, la Confrérie Noire défendit agressivement ses intérêts, parcourant les routes Warp environnantes pour les débarrasser de tout ennemi qui pourrait contester leur possession, des pirates du vide humain et Xenos, aux patrouilleurs envoyés par la petite escadrille de l’Armada Imperialis stationnée à Phargos Rex. À la fin de l’année 007.M31, la Confrérie avait lancé un assaut soudain et massif contre le système voisin de 771/51-6. Elle y purgea brutalement les clans de pirates hybrides humains-Xenos qui s’attaquaient aux mondes périphériques de la région depuis l’époque de la Longue Nuit, le Néméen exécutant leur maître personnellement afin d’en faire une exemple pour toute cette abominable souche. Le nom du seigneur de la Confrérie Noire fut bientôt connu dans une douzaine de systèmes et plus, et les rumeurs concernant son empire se répandirent encore plus loin. Peu de temps après cet événement, la nouvelle de l’arrivée dans la région d’une Force de Frappe de l’Alpha Legion des Légions Renégates, commandée par le Maître de Frappe Ijax, un vétéran sanguinaire du massacre de Isstvan V, se diffusa.

Le Maître de Frappe Ijax était venu dans les Étoiles Pâles en tant qu’émissaire de la cause de l’Architraître, sa mission étant de s’assurer que les dirigeants de la région se déclarent en faveur du Maître de Guerre. Au lieu de se présenter directement à Phargos Rex, Ijax divisa son commandement et envoya des lieutenants comme envoyés dans toute la région, chacun allant devant un seigneur planétaire pour délivrer la missive du Maître de Guerre. Chaque destinataire fut informé que ses pairs recevaient la même offre au même moment. Ce faisant, chaque souverain était contraint de revenir sur sa propre décision sans avoir recours à ses semblables, l’envoyé de l’Alpha Legion se tenant devant eux, alimentant leurs craintes les plus sombres sur ce que les flottes du Maître de Guerre pourraient avoir en tête pour leur monde tout en faisant appel à leurs désirs les plus vénaux avec des insinuations de la faveur qu’ils pourraient gagner en se déclarant pour le Maître de Guerre. La présence de la Confrérie Noire a cependant empêché un acquiescement immédiat. En apprenant l’existence du Néméen et de son petit empire, le Maître de Frappe Ijax a tout de suite vu la nécessité de neutraliser cette faction rivale et l’opportunité de sceller le pacte avec les dirigeants de la planète. Si les Gouverneurs engageaient leurs propres forces sous son commandement dans l’effort commun de débarrasser les Étoiles Pâles de la Confrérie Noire, alors le Maître de Guerre bénirait sûrement chaque maison régnante avec ses largesses sans contraintes. Les Gouverneurs ne virent pas d’autre choix que de se soumettre.[4]

La Guerre des Ombres[modifier]

Les sous-commandants du Maître de Frappe Ijax ont pris le commandement direct des rassemblements planétaires d’une douzaine de mondes et de leurs flottilles de défense. Alors que la plupart de ces forces n’étaient que grossièrement équipées et à peine entraînées, les chefs de guerre de l’Alpha Legion les ont rapidement transformées en armées très efficaces, en utilisant la connaissance unique de chaque rassemblement de son monde d’origine et les compétences particulières qui y étaient affinées. Ayant établi un noyau d’armées défensives sur les mondes clés, Ijax ordonna à ses osts disparates de se presser vers les Étoiles Pâles, des milliers de guerriers transportés dans les cales d’une armada hétéroclite de cargos à laquelle participaient les navires d’escorte de l’Alpha Legion. L’intention du Maître de Frappe était de remettre en cause la liberté de mouvement dont jouissait la Confrérie Noire depuis son arrivée dans la région, et ce faisant, de précipiter une escalade du conflit, dicté par ses propres objectifs stratégiques.

La Confrérie Noire était loin d’être inactive lorsque l’Alpha Legion levait les troupes planétaires et lorsque les flottes alignées sur les Traîtres se sont pressées dans le vide, les navires du Néméen s’y sont immédiatement opposés. Sur les routes Warp des Étoiles Pâles, les navires de guerre à coque noire de la Confrérie Noire tombèrent sur leurs ennemis, imposant un lourd tribut à ceux qui s’opposaient à leur maîtrise des routes Warp. Les navires alignés par les Traîtres fourmillaient de troupes de milice, leurs cales étaient surpeuplées bien au-delà de leur capacité, et les arraisonnements des Boucliers Noirs ont donc été accueillis par une concentration de soldats qui les ont repoussé aussi souvent qu’ils les ont écrasé. La Confrérie Noire transforma des douzaines de transports de milice en charnier, avec le double objectif de dissuader toute attaque future tout en capturant les navires qui pourraient trouver un emploi dans leur propre flotte. Les combats ont été les plus intenses là où les guerriers de la Confrérie Noire et de l’Alpha Legion se sont retrouvés face à face, à plusieurs reprises sur le pont en feu d’un vaisseau sinistré détruit par des affres frémissantes. Il n’y eut aucune pitié, aucun des deux camps ne cédant durant ces affrontements acharnés, et d’innombrables Légionnaires des deux factions préféraient mourir plutôt que de concéder la défaite.

Les vaisseaux de guerre de la Confrérie Noire et de l’Alpha Legion se sont affrontés dans une douzaine de systèmes, le conflit se répandant à la surface de nombreux mondes alors que les milices alignées sur les Traîtres étaient déployées partout où leurs maîtres le souhaitaient. Les osts des mortels étaient pour la plupart traités comme du bétail par le Maître de Frappe Ijax et ses officiers, leur présence servant souvent de provocation pour inciter le Néméen à les attaquer. Le seigneur des Boucliers Noirs n’était cependant pas dupe, associant la ruse de l’Alpha Legion à la sienne, de sorte que des milliers de soldats des milices étaient souvent déployées dans des régions isolées au prix de grands efforts, sans résultat, en proie à des conditions locales dangereuses ou simplement en train de mourir de faim alors que la Confrérie Noire engageait ses efforts ailleurs. À Larsa V par exemple, des transporteurs de Phargos Rex ont déposé trente cohortes du rassemblement planétaire dans les mers de dunes de rhodium, qui se sont dispersées à travers les déserts et ont établi une chaîne de points fortifiés. La Confrérie Noire refusa cependant de mordre à l’hameçon et, en un mois, toute l’armée d’occupation avait péri à cause de l’exposition à l’environnement fortement irradié.

À Mirdath, trois vaisseaux de la Confrérie Noire ont réussi à contourner les moniteurs de défense sensibles qui protégeaient la forge du Mechanicum Noir qui avait longtemps orbité dans les limites du système. Frappant directement les chambres de macro-production de la forge, une force d’arraisonnement de la Confrérie Noire a capturé et s’est échappée avec des centaines de tonnes de fournitures de grande valeur. Mais pendant sa fuite, elle a rencontré une sorte d’horreur mécanique avec des fouets Mécadendrites qui a massacré la moitié d’entre eux avant qu’ils ne puissent s’échapper. Il sera déterminé plus tard que cette créature était le produit de la fonderie interne de la forge de Mirdath, le saint des saints où d’innommables blasphèmes de la machine avaient longtemps sommeillé.

Dans le système périphérique de la Dissolution, l’envoyé de l’Alpha Legion ordonna le rappel d’une armée d’occupation qui avait été engagée dans une campagne de plusieurs décennies pour éradiquer une souche indigène Xenos primitive mais très pernicieuse. Alors que les forces de garnison se rassemblaient en orbite, les Xenos, longtemps réprimés, se sont levés contre les dernières possessions coloniales, et en un seul jour, ce que la garnison avait défendu pendant des décennies tomba, et des dizaines de milliers de colons ont été sacrifiés aux dieux du feu chthoniens des extraterrestres primitifs. Alors même que la milice regardait son monde brûler depuis son orbite, la Confrérie Noire frappa et une bataille féroce éclata dans le proche espace de la Dissolution. Des milliers de miliciens alliés aux Traîtres sont morts alors que leurs transports étaient jetés en flammes à la surface, mais les forces du Néméen ont subi des pertes concomitantes, car l’Alpha Legion avait utilisé la force de la garnison comme appât pour attirer les Boucliers Noirs dans une embuscade par leurs propres vaisseaux.

Bien que la guerre qui a éclaté à travers les Étoiles Pâles ait divisé les belligérants entre ceux qui étaient alignés sur le Maître de Guerre et leurs ennemis, la Confrérie Noire ne s’est pas battue pour Terra mais pour sa propre cause. Cette cause, comme on le prétendra plus tard, était la simple survie, les Boucliers Noirs ayant déterminé que dans une galaxie tombée dans l’obscurité, la survie résidait dans la prise en charge de leur propre destin. Le Néméen s’opposa amèrement à la campagne des Traîtres qui consistait à forcer les commandants locaux à se déclarer pour le Maître de Guerre, car pour lui, cela aurait été préjudiciable à ses propres ambitions de refuge pour ses frères. Les populations des mondes des Étoiles Pâles connaissaient l’horreur de la guerre que les Traîtres avaient apportée, mais ceux qui se tournaient vers le Néméen pour obtenir la délivrance ne trouvèrent que déception, la Confrérie Noire ne tenant pas compte de leur souffrance.[5]

La Tempête se Lève[modifier]

Avec l’arrivée de la guerre dans les Étoiles Pâles, un autre malheur s’ensuivit bientôt. Les turbulences qui avaient affligé le Warp pendant tant de mois se transformèrent en une tempête furieuse, alimentée, nous pensons, compte tenu de ce que nous avons appris sur l’Empyrée, par l’effusion de tant de sang parmi les Étoiles Pâles. Les rassemblements planétaires élevés sous le commandement du Maître de Frappe Ijax avaient subis les pires pertes. En comparaison, celles subies par l’Alpha Legion et les Boucliers Noirs étaient peu importantes en comparaison. Alors que les morts se comptaient par milliers, le Warp devenait de plus en plus actif, des vrilles immatérielles tâtonnant dans l’obscurité vers le sang répandu comme des prédateurs invisibles autour d’un homme qui se noie.

Alors que de plus en plus de sang était versé, la Dissolution, Phargos Rex, Mirdath et Larsa furent subsumés dans une masse bouillonnante de ce que les Navigators appelaient autrefois l’interface Warp/espace réel, mais qui est maintenant connu par une terminologie beaucoup moins banale. Avec les tempêtes sont arrivées d’autres vagues d’insurrection et de folie plus intenses que jamais, et si l’on ne peut accorder de crédit qu’à une fraction des récits de cette période, les choses nées de l’abîme ont marché parmi l’Humanité. Des cauchemars faits de chair se sont arrachés des ombres et sont tombés sur les peuples d’une douzaine de mondes, et on raconte que les rues furent recouverts de torrents de sang. Pire encore, une grande partie de la population de Phargos Rex aurait rejoint les créatures anonymes et se serait retournée contre leurs semblables, habitée d'une folie cannibales ataviques et meurtrière sauvage.[6]

Témoignage[modifier]

Lorn Orpheus arriva finalement dans cette région de l’espace ensanglanté. Sa flottille avait parcouru les tumultueuses routes Warp de Terra, à travers les marches extérieures du Segmentum Solar et dans les profondeurs du vide d’Orion-Crux. Moins de la moitié des vaisseaux de la flottille avaient survécu au passage de la Dérive du Khymaran, car c’est là qu’ils ont rencontré la Tempête de la Ruine qui a déferlé sur la galaxie. La flottille qui s’est finalement rendue dans l’espace réel à Phargos Rex ne ressemblait guère à celle qui avait quitté Terra quelques mois plus tôt. Les vaisseaux qui ont survécu étaient visiblement meurtris, leur coque était noircie par des feux immatériels et leurs flancs blindés se fendaient et se déformaient comme s’ils avaient été pris dans les griffes d’un dieu démoniaque de l’ancien mythe. Avançant à l’intérieur du système, le flot de signaux, tant électromagnétiques qu’astro-télépathiques, a immédiatement révélé que les Étoiles Pâles étaient en proie à un terrible malheur. Parmi les nombreux noms et images répétés tout au long de ce torrent de communication vox et de trafic psychique se trouvait celui du Néméen, comme si les peuples des Étoiles Pâles cherchaient à le protéger et à se protéger de lui dans une égale mesure.

L’envoyé du Conseil de Terra savait que non seulement les récits anciens des horreurs de la Vieille Nuit étaient vrais, mais que ces mêmes horreurs étaient revenues. Des bûchers funéraires de la taille des villes brûlaient dans l’obscurité de la nuit de Phargos Rex, tandis qu’un voile de fumée dense obscurcissait les terreurs infligées à la surface du côté du jour. Orpheus était cependant allé trop loin et avait pris trop de risques pour faire demi-tour et se replier sur Terra, si un voyage de retour était même possible étant donné l’intensité toujours croissante des tempêtes Warp et l’état lamentable de sa flottille. L’envoyé décida de se rendre à la surface et de déterminer s’il restait quelque chose du gouvernement planétaire ou de la mission d’administration Terran qui y avait été basée. Mais Orpheus était bien conscient du risque qu’il prenait, et il a donc préparé de nombreux messages pour Terra, à transporter à travers les tempêtes Warp sur le navire le plus rapide restant de sa flottille.

Le message que Lorn Orpheus a composé pour le Conseil de Terra était aussi complet qu’il pouvait l’être pour rendre compte des horreurs qui avaient consumé les Étoiles Pâles. Il décrivait les phénomènes Warp qui avaient assailli ses navires alors qu’ils bravaient les tempêtes, de membres d’équipage poussés à la folie furieuse et au bain de sang qui s’ensuivit. Il parla des apparitions qui les avaient tourmentés alors qu’ils naviguaient dans les eaux turbulentes de l’Empyrée et qui s’attardaient encore à la limite de la vision, même plusieurs jours après la translation. Il raconta quelque chose sur la folie sans entrave et impénétrable qui avait noyé les canaux vox et le flot de douleur et d’horreur que les quelques Astropathes survivants diffusaient au loin. Il a conclu son message en les informant qu’il avait l’intention de descendre à la surface brûlante de Phargos Rex et de rechercher tout vestige d’autorité dans le but de remplir sa mission, et d’apprendre l’identité de l’individu dont le nom et le visage apparaissent dans tant de communications - le Néméen.[7]

La Conformité Noire[modifier]

Il faudra plusieurs semaines avant que le messager d’Orpheus n’atteigne Terra, et le fait qu’il ait survécu au voyage de retour n’était rien de moins qu’un miracle. Pendant ce temps, les horreurs qui ont frappé les Étoiles Pâles se sont multipliées. Le vide bouillonnait alors que les énergies de l’autre monde explosaient dans l’espace. Le ciel au-dessus de chaque planète se déchira dans un éclat de folie bouillonnante. L’anarchie qu’Orpheus avait rencontrée à Phargos Rex s’est propagée en cascade vers l’extérieur et avait englobé tous les mondes de la région, des millions de personnes se levant et renversant les gouvernements des planètes avant de se retourner les uns contre les autres.

Les instances dirigeantes ont été contraintes de fuir les hordes d’émeutiers et d’abandonner toute prétention de contrôle, et de nombreux commandants impériaux ont découvert que leur autorité dépendait totalement du soutien de l’Alpha Legion. À travers les mondes des Étoiles Pâles, les sous-commandants d’Ijax ont déployé des moyens de la Légion pour défendre les dirigeants de leurs propres populations rebelles et, en peu de temps, le Maître de Frappe est devenu la puissance de fait dans la région, capable de précipiter la chute de gouvernements planétaires entiers simplement en retirant ses forces et en permettant aux foules d’exercer leur vengeance sanguinaire. Même les dirigeants qui n’étaient pas assiégés par leurs propres peuples étaient parfaitement conscients qu’avec leurs Forces de Défense Planétaire directement contrôlées par l’Alpha Legion, ils dépendaient inlassablement d’Ijax pour se protéger de la Confrérie Noire.

D’un seul coup, les Étoiles Pâles étaient tombées aux mains des Traître - la Conformité à l’empire des ténèbres du Maître de Guerre.[8]

Un des Vingt[modifier]

On aurait pu s’attendre à ce que les mondes des Étoiles Pâles soient perdus pour l’Imperium, comme tant d’autres régions. La Tempête de la Ruine avait maintenant divisé la galaxie en deux et des centaines, voire des milliers de systèmes avaient été noyés dans le sang ou brutalement écrasés sous le talon du Maître de Guerre Horus, l’Architraître. D’innombrables mondes avaient été perdus à jamais, consumés dans la matière brute du Warp, leurs noms frappés sur les cartographies stellaires et leurs approches semées de bouées d’alerte à la navigation. Les voyages dans le Warp sont devenus presque suicidaires et la communication astro-télépathique presque impossible.

Il ne fait aucun doute qu’un tel sort aurait effectivement frappé les Étoiles Pâles si le messager d’Orpheus n’était pas rentré sur Terra d’une manière ou d’une autre, mais un détail important de son message avait attiré l’attention de Malcador le Sigillite, Régent de Terra et deuxième plus haute autorité de tout l’Imperium. Ce détail était la désignation du chef de la Confrérie Noire. Le guerrier surnommé le Néméen était déjà connu de Malcador, car il faisait partie de la vingtaine de Légionnaires identifiés par l’ancien Luna Wolf et membre de l’Ost de Croisade, Severian. L’intention du Sigillite était de rassembler chacun des hommes nommés par Severian en un groupe de guerriers directement sous son contrôle, un groupe qu’il allait surnommer les Chevaliers Errants. Il incombait au plus ancien d’entre eux, l’Agentia Primus Nathaniel Garro, d’aller dans la galaxie et de recruter les vingt pour la cause de son maître. C’est ainsi que Garro fut envoyé dans les Étoiles Pâles, sa mission étant de revenir avec le chef de la Confrérie Noire à ses côtés pour que le Néméen prête serment à Malcador le Sigillite.[9]

La Venue de l'Herald[modifier]

En 017008.M31, un navire à coque grise nommée l’Eusebeian Herald plongea dans les tempêtes Warp qui se rapprochaient du système périphérique d’Optera, une traînée de matière Warp se dissolvant rapidement et formant dans son sillage une traînée de condensation de plusieurs kilomètres de long. Le Heralt avait été envoyé depuis Saturne grâce à l’habilité des constructeurs de navires de ce domaine et utilisait des technologies hybrides jalousement gardées par les clans Terrawatt de l’ancienne Terra et dénoncées comme hérésie par le sacerdoce martien. Non seulement elle avait survécu à la tempête, mais elle avait fait le voyage en quelques semaines seulement et transporté ses passagers en toute sécurité à travers l’Immaterium, autrement impénétrable, jusqu’à la frontière des Étoiles Pâles. C’était un voyage que peu auraient osé faire et encore moins auraient pu survivre.

À bord de l’Eusebeian Herald se trouvait un contingent des Chevaliers Errants - Garro, anciennement de la Death Guard, Zaven, autrefois Emperor's Children, et Rubio, un ancien Ultramarines. Chaque Légionnaire avait été nommé par Severian et le Sigillite avait prévu qu’ils s’avéreraient tous indispensables pour éviter la chute de l’Imperium et combattre ce qu’il avait prédit dans ses suites. Dans la Confrérie Noire et leur mystérieux chef, Malcador espérait se procurer une autre arme pour sa longue guerre silencieuse contre les ténèbres.[10]

Le Conclave d'Optera[modifier]

À Optera, Garro ordonna à l’Astropathe affecté à sa mission d’envoyer un signal, dont l’empreinte allégorique est unique et composée pour cette circonstance spécifique. Le message ne pouvait être compris que par un Astropathe lié au service des Legiones Astartes, et son contenu précis ne pouvait être déchiffré que par un Astropathe dont la loyauté allait véritablement à Terra. Le message demandait aux destinataires de se réunir à Optera et Garro choisit comme lieu de rencontre une structure mégalithique en ruine, située sur un plateau rocheux surplombant les désolations et les cratères d’Optera IV. Les risques inhérents à l’envoi d’un tel message étaient nombreux, mais aux yeux du Sigillite, il y avait un avantage encore plus grand à gagner, et c’est ainsi que le chant de l’esprit de l’Astropathe s’est répandu à travers les étendues ravagées par la tempête des Étoiles Pâles. Vingt jours plus tard, Garro convoqua ses pourparlers.

Dans l’ombre des ruines cyclopéennes de l’ancienne structure extraterrestre, Garro et ses compagnons Chevaliers Errants attendaient en silence alors que le ciel tourbillonnant était fendu par les traînées d’une douzaine de transporteurs et de barges de débarquement de différents types. Chacun d’eux fit plusieurs fois le tour de la structure en ruines avant de s’engager à atterrir, et au bout d’une heure, la large place du temple ressemblait à l’aire d’atterrissage d’une base d’opérations des Legiones Astartes. Garro, Zaven et Rubio se tenant impassibles en son centre.

À l’heure prévue, une douzaine de rampes d’assaut s’abaissèrent et de chaque navire émergea un groupe de guerriers, certains portant ouvertement les couleurs de la Légion, d’autres avec une héraldique délibérément occultée. Si Garro et ses compagnons Chevaliers Errants ont été surpris par les couleurs de la Légion représentées devant eux, ils l’ont caché derrière leurs rudes visage à découvert. Mais en vérité, à part la tenue noire de la Confrérie Noire, personne n’aurait pu prévoir la présence de Légionnaires de deux autres Légions.

Les premiers de ces groupes étaient revêtus du rouge et de l’or distinctifs de la Legiones Astartes des Blood Angels, une Légion qui avait presque disparu lorsqu’elle fut envoyé à l’extrême est galactique presque cinq ans plus tôt et dont on n’avait plus entendu parler depuis. On savait qu’une petite garde d’honneur avait été tirée au sort pour rester sur le monde natal de la Légion, Baal, tandis que les autres se sont rassemblés sur le système de Nartaba avant de suivre les ordres de déploiement donnés par le Maître de Guerre quelque temps avant que sa trahison ne soit révélée à Isstvan. Garro a été stupéfait de voir devant lui un Capitaine des Trois Cents Compagnies, prouvant que la tragédie de la prétendue extinction de la IXe Légion et de son Primarque béatifique, l’Ange Sanguinius, était un mensonge.

Le deuxième groupe de guerriers portait l’Armure Énergétique blanc ivoire, des armures Astartes Mark II, fortement modifiée par les Artificiers de la Légion et portant l’icône de l’éclair de la Ve Légion - les White Scars. Garro connaissait le statut de la Ve, mais il ne voulait pas en parler ouvertement, du moins pour l’instant. Le reste des Légionnaires Astartes qui se sont rassemblés sous les hautes colonnes du temple Xenos formaient un groupe disparate. Aucun guerrier ne portait exactement la même marque ou le même modèle d’armure, ni ne portait la même classe d’arme. Dans de nombreux cas, leur plaque d’armure était un mélange hétérogène d’éléments clairement acquis auprès d’un large éventail de sources, certains éléments étant totalement étrangers même à l’œil expérimenté de Garro. La caractéristique commune à chacun de ces guerriers était le fait que leur armure était uniformément noire. Cependant, ici et là, des micro-fractures, des cicatrices et des éraflures trahissaient des couleurs plus anciennes, du cramoisi sanguin au vert de mer, faisant allusion à des allégeances antérieures. Compte tenu de la panoplie de gris métallisé dans laquelle les Chevaliers Errants eux-mêmes étaient revêtus, Garro refusa une fois de plus de commenter l’apparence des étrangers.

Enfin, le chef de chaque groupe s’est avancé au centre du rassemblement et Garro a fait de même, les quatre chefs des Legiones Astartes enlevant leur casque de combat pour qu’ils puissent s’adresser les uns aux autres face à face, selon les anciennes lois de la guerre.

Le chef des Blood Angels s’est déclaré Capitaine de la 121e Compagnie des Trois Cents, en se nommant lui-même Serron. Garro savait que la 121e Compagnie n’avait pas réussi à se réunir à Nartaba et Serron raconta comment les navires de guerre sous son commandement avaient été pris dans une violente tempête Warp et jetés dans les courants turbulents de l’Immaterium. Emportés sans défense pendant ce que les Blood Angels considéraient comme de simples jours, les vaisseaux furent violemment éjectés du Warp aux confins du Maelström, qui, sans raison explicite, s’était transformé en un vortex déchaîné qui avait jeté ses marées néfastes sur des centaines d’années-lumière dans toutes les directions. Les navires de la 121e avaient vaillamment combattu pour échapper aux courants du Maelström et, selon Serron, ils ont détecté l’appel astro-télépathique de Garro alors qu’ils traversaient le détroit de Mirabala. Bien que la compagnie de Serron ait connu de grandes difficultés au cours de leur voyage, pour eux, l’ordre de rassemblement à Nartaba avait été donné quelques semaines auparavant - entre-temps, plus de quatre années s’étaient écoulées dans l’univers matériel.

Le chef du contingent White Scars était un guerrier aux yeux froids, ses traits pierreux étant marqués par un réseau de cicatrices rituelles minutieusement appliquées. Il se nommait Nirun, chef d’une bande d’environ cinq cents Légionnaires issus de plusieurs sous-groupes de la Légion, connue sous le nom de "Confrérie" par les White Scars. Garro savait que les Confréries de cette Légion étaient bien plus que des divisions tactiques - chacune était une bande de guerriers si particulièrement organisée qu’un Légionnaire ne pouvait pas passer d’une Confrérie à l’autre tout comme personne ne pouvait passer d’une Légion à l’autre. Le spectacle d’un groupe de Légionnaires White Scars issus de différentes Confréries était très inhabituel, mais Garro perçut une explication dans les marques d’une Loge Guerrière que beaucoup d’entre eux portaient. Chaque jeton portait le même symbole - le bec dentelé d’un rapace de Chogoris. Nirun n’offrit aucune explication à sa présence dans les Étoiles Pâles, et Garro n’en chercha pas, du moins pour l’instant.[11]

Le Conseil des Ombres[modifier]

Et puis le chef de la Confrérie Noire s’est avancé et a baissé la capuche qui avait obscurci ses traits. La lumière crue du soleil d’Optera révéla le visage du chef guerrier avec une masse de cicatrices qui parsemait sa bouche en un air renfrogné permanent, ses yeux étant des éclats de glace noire. Garro sut instantanément que le Néméen était bien le guerrier qu’il avait été chargé de recruter pour la cause de Terra, mais la manière dont il allait le faire étant donné la présence du reste de la Confrérie Noire ainsi que des contingents Blood Angels et White Scars était une toute autre question.[12]

Le Basculement[modifier]

Face aux trois dirigeants réunis au cœur du temple Xenos en ruine, leurs osts rassemblés se sont rangés derrière eux. Garro a commencé un discours en espérant faire vibrer le cœur de chacun et les convaincre de retourner à ses côtés à Terra. Incertain de l’étendue de leurs connaissances sur le désastre que le Maître de Guerre avait fait tomber sur l’Imperium, il a décidé de présenter un compte rendu fidèle et complet des événements, sachant qu’en la matière, la vérité était son plus grand allié. Il parla en premier des événements de Isstvan III, suscitant un démenti stupéfiant de la part du Capitaine Serron, suivi d’une acceptation sinistre et stoïque de ses paroles. Lorsqu’il a parlé du Massacre de Isstvan V, il a noté un remuement dans les rangs de la Confrérie Noire, réduite au silence d’un seul coup par le geste de leur chef couvant. Il parla de Loyalistes et de Traîtres, termes qui étaient anathème pour beaucoup de ceux qui étaient réunis devant lui et pourtant apparemment familiers à d’autres. Il a décrit les batailles désespérées qui se sont déroulées à la pointe de l’avance du Maître de Guerre sur Terra et la trahison qui a été mise à exécution sur la lointaine Calth, la décrivant avec ses propres mots, car à l’exception de Rubio et de Zaven, Garro avait lui-même été témoin des horreurs qui s’étaient déroulées dans son sillage immédiat.

Tout cela, les trois chefs de guerre des Legiones Astartes l’ont écouté avec peu d’interruption, jusqu’à ce que Garro atteigne enfin le point crucial de sa mission vers les Étoiles Pâles. Le Sigillite lui avaient ordonné de recruter le chef connu sous le nom de Néméen dans les rangs des Chevaliers Errants, mais devant lui se trouvait l’opportunité de réaliser bien plus. L’Agentia Primus invita donc les trois chefs et leurs guerriers à retourner avec lui sur Terra et à servir le Régent de l’Empereur dans la prochaine guerre.

Son discours terminé, Garro s’est retiré pour se tenir aux côtés de ses frères Chevaliers Errants et attendre une réponse. Le silence retentit pendant un certain temps, avant que le Capitaine Serron ne s’avance enfin. S’il était vrai que Sanguinius était perdu, déclara Serron, son chagrin à peine contenu au moment où il parlait, alors la 121e Compagnie n’avait pas sa place dans la galaxie, sinon au tout premier rang de la guerre. Serron ne s’agenouillerait devant personne d’autre, déclarant au contraire que lui et ses guerriers iraient dans les feux de la guerre et chercheraient l’ennemi où qu’il se trouve.

Garro fit un signe de tête sinistre, sachant d’après la voix de Serron que le Blood Angel n’envisagerait pas d’autre voie. Sur ces mots, Serron se retourna et partit, les Légionnaires de la 121e n’hésitant pas à le suivre depuis le temple Xenos.

Ensuite, le chef des White Scars s’est avancé pour déclarer sa position. Les souhaits de son Primarque dans cette affaire lui étaient inconnus et jusqu’à ce qu’il reçoive des ordres du Grand Khan lui-même, Nirun continuerait sur sa voie actuelle. Quelle que soit cette voie, il n’aurait aucun rapport avec l’Agentia Primus ni avec aucune autre, et avec son refus de l’offre de Garro, Nirun conduisit ses guerriers hors du temple et s’en alla. Enfin, l’Agentia Primus et le Néméen se sont retrouvés face à face au centre des ruines cyclopéennes, le seul bruit étant celui du vent qui soufflait à travers les colonnes de marbre déchiquetées. Le seigneur Bouclier Noir n’avait qu’une seule question à poser à Garro : qu’en est-il de son père ? Mais avant que Garro ne puisse répondre, une brillante explosion s’est produite dans le ciel, suivie quelques secondes plus tard par le tonnerre roulant d’une explosion - c’était un son que chaque guerrier présent avait entendu à de nombreuses reprises tout au long de son service. C’était le bruit d’un vaisseau spatial détruit en orbite basse par le feu de l’ennemi. Tous les yeux se sont tournés vers le ciel alors que les débris s’écrasaient, chaque fragment étant aussi gros qu’un vaisseau de guerre et traînant derrière lui une traînée de condensation noire. Quelques instants plus tard, le cri monta des rangs de la Confrérie Noire - un cri accusant les Chevaliers Errants d’une trahison aussi lâche que celle que Garro avait décrite sur le Maître de Guerre. Des armes furent tirées alors que les malédictions résonnaient dans le temple, et une seconde explosion déchira le ciel.

Le vox de Garro sonna dans son oreille et le Capitaine de l’Eusebeian Herald confirma ce qu’il avait déjà deviné. Les Traîtres avaient d’une manière ou d’une autre casser le code de son Astropathe, un exploit que seule l’Alpha Legion pouvait réaliser. En un instant, le chaos s’empara du rassemblement autrefois solennel. Les Boucliers Noirs hurlaient de rage ou de déni, certains contre le ciel, d’autres contre leurs frères, mais le plus grand nombre contre Garro et les deux autres à Chevaliers Errants. Il apparut à cet instant que toute la mission de Garro vers les Étoiles Pâles était au bord de l’échec, jusqu’à ce que le Néméen écarte les bras pour repousser ses guerriers colériques. Fixant de ses les yeux l’Agentia Primus, le Néméen réitéra sa demande antérieure - qu’en était-il de son père ?

Garro lui a dit vérité - Terra n’avait reçu aucune nouvelle de Lion El'Jonson, le Primarque de la Ière Légion. Le Néméen répondit par un signe de tête solennel, mais avant qu’il ne puisse s’adresser à son groupe, une malédiction criée par ses guerriers s’est levée et des coups de feu ont fendu l’air. La Confrérie Noire se scinda en groupes rivaux et une violente fusillade à bout portant éclata. Ce qui s’ensuivit reste inconnu, si ce n’est que la rencontre s’est rapidement transformée en conflit armé. Des coups de feu et des tirs de laser ont frappé Garro alors qu’il se retirait, Rubio et Zaven tentant de le mettre à l’abri avant que le poids des armes ne devienne trop lourd, même pour sa plaque de combat Mark VI fabriquée par un Artificier. Garro hésita, sentant un tournant et une opportunité. Détachant un téléporteur de sa ceinture, il fixa le Néméen dans ses yeux. L’autre guerrier jeta un coup d’œil au chaos qui régnait derrière lui, puis hocha la tête d’un air sinistre. Garro lança une rune d’activation. Avec une éruption de lumière et une boule d’air déplacée, les quatre guerriers avaient disparu, téléportés en sécurité à bord du Herald alors même que le vaisseau des Chevaliers Errants plongeait à toute allure dans le ciel.[13]

Les Étoiles Tâchées de Sang[modifier]

Au lendemain de l’embuscade de l’Alpha Legion à Optera, une guerre de l’ombre sanglante et amère éclata dans les systèmes des Étoiles Pâles. La Confrérie Noire s’était frayé un chemin à travers la région, massacrant toute force qui se trouvait sur son chemin jusqu’à ce qu’elle disparaisse dans la Cataracte d’Eridayn, qu’elle ne retrouvera pas avant un bon moment. Les Blood Angels du Capitaine Serron se lancèrent dans un conflit total, comme s’ils étaient consumés par le besoin d’expier le péché de leur propre survie. La 121e Compagnie affronta les forces de l’Alpha Legion au plus profond des mines contaminées de Kyro IV, sur les lunes intérieures de 771/58 et à travers les marécages de Sidaiva. La force de Serron avait été vue pour la dernière fois à Psiom Zeta-I, où elle s’est brisée soudainement et inexplicablement à la suite d’une bataille qu’elle était sans doute en train de gagner et a provoqué un saut Warp précipité le long d’un vecteur qui aurait dirigée la petite flotte vers le Segmentum Solar. L’histoire n’enregistre pas avec certitude ce qu’est devenue la 121e, bien que les rumeurs persistent q’au moins une partie des membres de la Compagnie a été comptée comme présente au point culminant de la Grande Hérésie.

Parmi les White Scars que Garro a rencontrées à Optera, on peut encore moins en être certain, mais un seul fait est connu. Niron et sa petite force ont affronté un élément de l’Alpha Legion sous le commandement direct du Maître de Frappe Ijax à Pharghos Rex, quelques heures à peine avant que les tempêtes ne se rapprochent du système et le noient dans la matière première du Warp. Le sort ultime des deux chefs des Legiones Astartes reste donc inconnu. Bien que personne ne sache pourquoi, le nom du chef de White Scars est inscrit au tableau d’honneur de la Maison d’Orpheus, ce qui laisse entrevoir une certaine confluence entre le destin de Nirun et celui de l’envoyé Lorn Orpheus.

Il ne reste plus qu’à compléter le récit de Garro, Zaven, Rubio et du guerrier qu’ils étaient venus recruter pour la cause de Malcador le Sigillite dans les Étoiles Pâles. Le Néméen devait prendre sa place parmi les vingt guerriers choisis que Garro avait été chargé de rassembler par Malcador, mais c’est un récit qui n’a pas encore été conclu de manière satisfaisante. Certains disent que le Néméen était avec les défenseurs de Terra et qu’il s’est tenu jusqu’au bout sur les murs du grand palais quand l’enfer lui-même est descendu sur le monde natal de l’Humanité. Comme pour tant de récits de ces derniers jours de l’Âge des Ténèbres, la vérité est cachée sous un voile de cendres et d’os écrasés des plus grands héros de l’Imperium brisé.[14]

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Le savoir, c’est le pouvoir. Ne le gaspillez pas inutilement sur les masses. »
  • The Horus Heresy, Book Six - Retribution
  1. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - Envoy of Terra (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - Convergence (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - Shadow War (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - The Storm Rises (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - Witness (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - Dark Compliance (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - One of Twenty (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - The Coming of the Herald (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - The Conclave of Optera (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - The Shadowed Counsel (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - Fulcrum (traduit de l'anglais par Guilhem)
  14. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Eye of Storm - The Blood-Stained Stars (traduit de l'anglais par Guilhem)