Chute des Seigneurs de Gardinaal

De Omnis Bibliotheca

Il ne faut pas supposer, malgré la propagande largement propagée par les Commémoraturs chargés de promouvoir la Vérité Impériale, que la Conformité, forcée ou non, des royaumes humains dispersés et isolés pendant l’Ère des Luttes, a été facilement atteinte, même avec la puissance des Legiones Astartes. Pour chaque monde d’humains réduits à l’état de sauvages ignorants et rendus heureusement à la civilisation et à l’unité par la bienveillance de l’Empereur, il y avait un autre monde brutalement asservi par un vil oppresseur Xenos qui ne voulait pas abandonner sa proie - tel un bien mobilier. Il y avait aussi de nombreux mondes humains, voire dans certains cas de petits empires interstellaires, qui résistèrent à la Vérité Impériale par la peur, le fanatisme ou l’arrogance, et parmi eux, un certain nombre possédaient de puissantes armes, suffisante pour faire face à la Grande Croisade. L’un d’entre eux était Gardinaal, un empire solaire à la limite du Dominion des Tempêtes à l’Est galactique.

Comprenant onze mondes habités, s’appuyant sur la puissance industrielle conservée pendant l’Ère des Luttes et sur une aristocratie militaire belliqueuse, il a été considéré comme un prix digne d’être inclus intact pour l’Imperium - ses forces armées étendues et bien équipées étaient idéales pour être incorporées dans les rangs de l’Armée Impériale. La négociation fut donc considérée comme la première ligne de conduite à suivre, et une délégation complète avec une garde d’honneur issue de la Légion des Thousand Sons fut envoyée.

Dès le début, les pourparlers étaient prometteurs, mais ils ont rapidement dégénéré. La position des Seigneurs de Gardinaal devint bientôt laborieuse et obstructive, s’éternisant dans ce que les émissaires impériaux en vinrent à croire être une tentative délibérée de prévenir une invasion alors que Gardinaal se préparait secrètement à la guerre. Lorsque le détachement des Thousand Sons détecta une tentative de subversion des émissaires impériaux par le recours à la sorcellerie psychique, il intervint, massacrant la délégation de Gardinaal et, par leur action rapide, a permis à l’expédition impériale de fuir l’espace de Gardinaal, et d’apporter des nouvelles de l’attaque traître à l’Imperium. La guerre fut déclarée, et la 413e Flotte Expéditionnaire toute proche, sous le commandement du Maître Ulan Cicerus, comprenant le XVe Chapitre de la Légion des Ultramarines, un noyau fort de l’Armée Impériale composé de Marnéeens et de Peltastes Serraniques ainsi que d’une demi-Legio de la Legio Atarus furent dépêchés. Bien que les premiers succès aient permis de vaincre les défenses des mondes extérieurs de Gardinaal et d’atteindre rapidement la supériorité dans l’espace, d’établir un blocus et d’isoler les planètes entre elles, l’invasion de Gardinaal Prime allait s’avérer désastreuse. Pour les Ultramarines, l’objectif était de prendre le monde avec le minimum de pertes collatérales. En appliquant une tactique standard d’identification et de décapitation du pouvoir militaire en prenant le contrôle du siège local du gouvernement, l’invasion devait prendre pied dans les zones extérieures de la capitale fortifiée de la planète.C’est là que l’Armée Impériale encerclerait et assiégerait rapidement la ville, permettant à la force Titanique de percer ses défenses et aux Ultramarines eux-mêmes de mener l’attaque principale par la force. C’était un plan d’attaque qui avait été un succès sur des centaines de mondes, mais qui à Gardinaal allait échouer. Un atterrissage eut rapidement lieu mais l’Armée Impériale se retrouva sous un feu nourri lorsque les Gardinaaliens utilisèrent un nombre jusqu’alors jamais vu de puissants aéronefs d’attaque à basse altitude pour perturber et mitrailler les zones d’atterrissage, tandis que de nouvelles volées de tirs anti-aériens repoussaient les transporteurs impériaux et les modules de largages. La perspective que la facilité du débarquement avait été une ruse pour piéger la force impériale se confirma lorsque les Gardinaaliens poursuivirent la contre-attaque avec l’assaut de centaines de chars et de véhicules blindés de transporteurs de troupes, des variantes clairement locales des modèles SCS Predators et Rhinos, armés de particules chargées, ont rapidement envahi la zone.

Voyant le bourbier sanglant qui s’était développé sur le terrain, Cicerus, avec la perspective très réelle de perdre d’un seul coup le gros de son contingent de l’Armée Impériale et son matériel de siège, choisit d’effectuer un encerclement de combat des forces Gardinaaliennes en utilisant ses Ultramarines et les Titans de la Legio Atarus, se déployant directement dans la bataille sur les flancs, en espérant écraser la contre-attaque des Gardinaaliens entre les deux forces. Mais cette contre-attaque fut rapidement défaite, car les Gardinaaliens répondirent avec une impitoyabilité inattendue, déployant des armes atomiques rudimentaires mais efficaces dans des bombardements à saturation, sans se soucier des victimes qu’ils infligeaient dans leur propre camp ou des dommages qu’ils ont causés sur leur propre monde. Ces vagues de barrages atomiques ont été suivies par l’assaut de dizaines de quadrupèdes blindés de la taille d’un Titan Scout, venus de l’intérieur de la ville, chacun à l’image des machines de guerre des Titans Atarus, dont le nombre était largement supérieur à celui de leurs homologues. Après plusieurs heures de combat sanglant, les Ultramarines et les Titans restants ont été repoussés et forcés de se retirer hors de la planète plutôt que de continuer à se battre sans aucune possibilité de victoire.

Près de la moitié de la demi-Legio Atarus avait été perdu et les pertes des Ultramarines étaient tout aussi importantes, mais pire encore, plus de 500 000 soldats de l’Armée Impériale gisaient morts ou mourants sur Gardinaal Prime, leurs canons de siège et leurs Béliers d’Assaut ne faisant guère plus que brûler au milieu des épaves et des scories bouillantes. Repoussé et grièvement blessé, la 413e fut saigné à blanc et incapable de lancer un nouvel assaut sur la planète. Ses navires étaient encore intacts mais ne pouvaient guère faire plus que maintenir le blocus du système jusqu’à l’arrivée de nouveaux renforts, étant capables de détruire un monde, mais pas de le revendiquer. Bien qu’il soit probable que les Ultramarines auraient souhaité que la 12e Flotte Expéditionnaire de leur Primarque leur vienne en aide, l’armada qui est apparu du Warp pour leur venir en aide portait à la place les coques en fer noir et les livrées violettes et dorées des Légions des Iron Hands et des Emperor's Children.

Ferrus Manus, à la tête de l’ost, considérait le problème de Gardinaal avec une fureur froide. Il ne suffirait pas de détruire le monde depuis son orbite ; les industries de pointe de la planète avaient déjà fait leurs preuves au combat et constituaient une récompense à prendre, et non pas à détruire.

Cependant, il fallait donner une leçon aux autres mondes de Gardinaal en guise de châtiment sanglant pour avoir nié l’unité de l’Humanité. Les villes de Prime furent sa première cible, et une pluie de feu précisément ciblée provenant de ses navires de guerre, couplée à une série de raids éclair menés par le contingent des Emperor’s Children sous son commandement, sema la panique et la mort à travers le monde, incinérant les cultures, dynamitant les zones d’habitation, coupant l’alimentation électrique et en détruisant des cours d’eau et des stations de ravitaillement vitaux, mais en laissant ses infrastructures intactes. Pour la Gorgone, il ne s’agissait pas d’un acte de malveillance, ni d’une simple propagation de la peur ; c’était une attaque calculée destinée à rompre la cohésion stratégique de la planète et à aveugler et distraire ses défenseurs de ce qui allait suivre.

L’invasion des Iron Hands est arrivée au plus fort des attaques de diversion, en utilisant à son avantage le chaos propagé ; Ferrus Manus avait réparti la tâche de prendre les principales zones industrielles de Gardinaal entre les Clans des Iron Hands. Cette mission, ils la menèrent sans pitié, cherchant à atteindre leurs objectifs le plus rapidement possible. Tout ce qui se trouvait sur leur chemin, soldat, ouvrier ou machine de guerre, était abattu ou réduit en bouillie sanglante avec une efficacité brutale. Ces objectifs revendiqués, les Iron Hands ont mis en place les défenses automatisées et les ont sécurisées avec des bataillons de serviteurs de seconde ligne, les libérant pour leur prochaine phase stratégique. Pendant que les Emperor’s Children frappaient, à coups de rapière, causant la mort de Gardinaal par mille coups, les Iron Hands attendaient une contre-attaque. Là où les forces de Gardinaal se précipitèrent de leurs bastions et bunkers pour contre-attaquer ou renforcer la défense désespérée, les Clans frappèrent ; des colonnes blindées de Land Raiders terrestres grondèrent pour écraser les chars de l’ennemi, les cohortes blindées de la Légion brisèrent la fierté des soldats de Gardinaal dans des combats au corps à corps et des tirs à bout portant tempétueux. L’assaut de la Légion fut implacable et infatigable, une bataille menée à travers un millier d’engagements répartis dans le monde entier. C’était une guerre apocalyptique coordonnée par la précision et la logique d’un seul esprit - celui de Ferus Manus - et la destruction déclenchée par la fureur froidement dirigée de la Légion qui portait son nom.

En voyant leur monde s’enflammer, leurs armées décimées et leur peuple demander la reddition, le moral des Seigneurs de Gardinaal s’est enfin effondré. Désespérément, ils ont essayé d’ouvrir des pourparlers pour la paix à travers le réseau vox, mais leurs appels sont restés sans réponse. L’anarchie régnait sur Gardinaal Prime. Maintenant que les Seigneurs n’avaient plus le contrôle absolu de leur capitale fortifiée, le commandement du gouvernement militaire et civil s’est complètement effondré. Sous un ciel obscurci par le feu, les réfugiés - sans chef et terrifiés - se pressaient comme des insectes, se battant pour des restes de nourriture et de carburant, chassés par la colère vengeresse des Titans de la Legio Atarus qui carbonisèrent leurs habitations, les dispersant dans une terreur abjecte devant les géants en armure noire qui avaient marché parmi eux - les anges qui avaient semé la mort.

Leurs domaines étant tombés, les Seigneurs de Gardinaal ont offert une reddition inconditionnelle. Ferrus Manus refusa. Lorsque l’attaque de la capitale se produisit, ce fut avec la force fracassante des Iron Hands serrée comme un seul poing et déchaînée en un seul coup. Désespérément, les Gardinaaliens continuèrent à se battre, frappant avec leurs élégants engins d’attaque pour ensuite se faire arracher du ciel par les vagues hurlantes de Missiles Hyperios et les canons des Dreadnoughts Mortis. Le tonnerre de centaines de canons de siège Medusa et de canons Baneblade pulvérisa les murailles et le réseau de défense extérieur de la ville, l’amenant à s’effondrer dans une marée de sombres décombres et de poussière. Au-dessus de la ville, les canonnières dorées de la Légion des Emperor’s Children scintillèrent dans le ciel sombre alors qu’elles tiraient toute leurs munitions, pour isoler et détruire les batteries atomiques de Gardinaal, alors que les Gardinaaliens tentaient désespérément de déclencher leur réponse à cet enfer en vain.

Lorsque les tremblements des murs qui s’effondraient commencèrent à se calmer et que la poussière se répandait en un brouillard étouffant d’un kilomètre d’épaisseur, ce furent les Ultramarines qui furent les premiers à s’engager dans la brèche, ayant imploré la tâche mortelle de servir d’avant-garde et de racheter ainsi leur honneur dans le sang, une requête que Ferrus Manus leur avait accordée. Le prix à payer par les guerriers de la XIIIe Légion fut élevé, car la dernière contre-attaque des défenseurs fut totale et n’épargna aucune des forces qui leur restaient. Les Seigneurs de Gardinaal se lancèrent dans leur dernière bataille à la tête de leurs grands marcheurs, leur canon à particules flambant à travers le brouillard noir. Sous ces machines de guerre massives, des dizaines de chars Predator et de Rhinos chargés d’explosifs à des fins de kamikazes avancèrent. Derrière eux, la dernière armée des Seigneurs, des soldats insensibilisés par des drogues de combat, des marcheurs équipés de griffes hydrauliques, des chasseurs en vol stationnaire, regroupés avec des canons à fléchettes ; la peur et la haine les poussèrent à continuer, les rendant furieux et les envoyant à la mort. La première vague d’Ultramarines se pris toute la force de la contre-attaque, se flétrissant sous le feu des armes mais refusant de se briser, même lorsque Cicerus lui-même fut déchiqueté par des éclats d’obus alors qu’un Rhino portant une bombe explosa à côté de lui. Les Seigneurs de Gardinaal, perdus dans une frénésie meurtrière, pressèrent la contre-attaque, les sirènes de guerre de leurs colossaux marcheurs hurlant de triomphe et de rage quand, du sombre brouillard de poussière, la Gorgone arriva, et qu’une marée de fer noir le suivi.

Les explosions de Canons Laser sifflèrent dans l’air, sillonnant le ciel de rayons cramoisis, créant des explosion lorsqu’elles touchèrent les machines de guerre de Gardinal. Ferrus Manus traversa les décombres brisés et les fragments de céramite bleues tachés de sang en direction de l’ennemi, une phalange de Terminators dans son sillage, des armes flamboyantes, des décharges comme des éclairs crépitant de leurs marteaux.

Derrière eux, les Land Raiders ont remonté les crêtes des piles d’épaves tandis que des Escouades de Brèche formèrent des murs de bouclier autour de ceux tombés lors de la première vague. La première des machines des Seigneurs tomba en ruine, transpercé par des tirs à plusieurs reprises, puis un second explosa, tandis que des faisceaux de conversion arrachait le cœur de son réacteur, le condamnant à l’oubli. Avec une précision d’horlogerie, les Canons Laser se sont soudainement tus et un instant plus tard, de nombreux Caestus rugirent au-dessus des têtes des Iron Hands. L’éclat cramoisi de leurs fusées les propulsait comme des éclairs de tonnerre dans le cœur de l’ennemi, où leurs impacts firent éclater les denses plaques de blindage des marcheurs ennemis comme des coups de hache, en décapitant l’un et en en renversant un autre, écrasant des dizaines de soldats terrifiés dans ces jets de mort avant de se disloquer en débris et en flammes.

Les Iron Hands étaient désormais parmi eux, et leur sort était scellé. Les Bolts se moquaient des corps humains fragiles. Les Marteaux Tonnerre pulvérisèrent les plaques de carapace et les Poings Énergétiques arrachèrent les chenilles des chars et ouvrirent leurs coques pour trucider ceux qui étaient coincés à l’intérieur. Le dernier des grands marcheurs se cabra, son canon à particules flamboyant toujours furieusement quand la Gorgone vint le trouver, essayant d’arrêter ce monstre vêtu de fer qui venait de sceller son destin. Le Primarque des Iron Hands bondit. S’agrippant à la bête, il grimpa sur le marcheur, brisa ses genoux et le mit à terre. La haine frénétique que le désespoir des derniers Seigneurs de Gardinaal fut enfin brisé par la dévastation qui se déchaîna sur eux, les quelques uns qui restèrent brisés s’enfuirent, pour être abattus. Cette tâche meurtrière, les Iron Hands les ont accomplie avec une froide efficacité, tandis que la Légion des Emperor’s Children, tournaient au-dessus des têtes. La bataille était terminée. Les survivants de la capitale, civils et serfs, blottis dans des bunkers et des refuges, attendaient dans une agonie de terreur ce qui allait suivre, mais lorsque Ferrus Manus prit la parole, ses ordres n’étaient pas la condamnation à mort d’un monde, mais son sursis : « C’est terminé. » Les derniers Seigneurs de Gardinaal avaient payé pour leurs intransigeances.

La flotte de fer noir quitta le système de Gardinaal peu de temps après, ses autres mondes habités étant heureux de se rendre sans conditions à la merci de l’Imperium. La famine et les difficultés allaient ravager Gardinaal Prime pour les années à venir, conséquence de la guerre, mais l’Imperium trouva son industrie lourde et ses ressources largement intactes et, en quelques années, Gardinaal se révéla être un ajout précieux à l’Imperium.

Les Clés de Hel[1]

L’obsession de la Légion de Iron Hands pour la force et l’élimination de la faiblesse l’a amené à révérer la machine et à se méfier des défauts inhérents à la chair. Alors que d’autres Légions travaillaient le métal pour créer de grandes machines de guerre, pour les Iron Hands, inculquées dans leurs propres croyances idiosyncrasiques héritées de l’influence du Culte de la Machine sur Medusa, la machine n’était pas simplement un appendice de la chair mais son héritier. Pour eux, leurs corps, rehaussés par l’Empereur, n’étaient ni plus ni moins qu’une machine vivante de sang et de cartilage faite pour la guerre, une machine qui pouvait être réparée et améliorée selon les opportunités et les besoins.

Être aussi fort que le fer était l’ambition qui les animait, et ils valorisaient l’utilisation des remplacements cybernétiques, plus rapide à employer que les techniques de transplantation de gènes et de cuves couramment utilisées et privilégiées par les Legiones Astartes, permettant à un Légionnaire tombé ou gravement blessé de reprendre le combat avec une rapidité effrayante. En conséquence, aucun Légionnaire des Iron Hands ayant servi au combat pendant une longue période n’était totalement dépourvu d’augmentation. Ces implants étaient des marques d’honneur, et souvent améliorés et augmentés loin des besoins pressants de la bataille. Certains des vétérans les plus chevronnés des Iron Hands sont allés si loin qu’ils n’étaient guère plus que des machines qui traînaient des lambeaux de leur ancienne humanité. Pour eux, le plus grand honneur auquel on pouvait aspirer était d’être enterré dans un sarcophage de Dreadnought et donc à continuer de se battre pour leur Primarque et la grande cause de l’unification de l’Humanité pour toujours si nécessaire.

Mais il y avait des limites à ce que même Ferrus Manus pouvait tolèrer et, tant qu’il vivait, certains mystères de la cybermancie tels que les véritables rites de résurrection cybernétique restaient proscrits en tant que sciences cauchemardesques du Moyen-Âge Technologique. Lorsque de tels rites étaient trouvés par la Légion des Iron Hands pendant la Grande Croisade (et d’ailleurs seuls parmi les Légions, ils pouvaient facilement les reconnaître pour ce qu’ils étaient), ils ont été saisis et censurés par l’ordre exprès du Primarque et condamnés, selon la rumeur, même par le Mechanicum. Des murmures subsistèrent sur des honneurs tels que les Protocoles Agesiens, les Huit Dormeurs, et les Formules de Sarcosan ; tous restèrent enfermés sous les chambres des soi-disant Clés de Hel, nommées d’après une déesse mythique du panthéon de Medusa. Enfermés dans les voûtes de Medusa, des abris de rochers en orbite autour de systèmes stellaires sans vie, où seuls quelques Révérends de Fer de la Légion connaissaient leur emplacement, ils furent mis hors d’atteinte mais pas détruits.

Après la mort de Ferrus Manus, cependant, certains ont vu dans sa résistance à un remplacement plus large de la chair par la machine l’un des défauts qui l’avaient mené à sa perte face aux Traîtres ; que la rage impétueuse qui l’avait conduit à sa mort était née de la chair et que la chair lui avait fait défaut. Par la suite, dans les temps sombres qui suivirent, certains parmi les Iron Hands virent la vertu dans ce qui avait été interdit et, dit-on, ouvrèrent les Clés de Hel.

Source[modifier]

  • The Horus Heresy, Book Two - Massacre
  1. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Iron Hands - Exemplary Battle - The Fall of the Lords of Gardinaal (traduit de l'anglais par Guilhem)