Chute de Vanaheim

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png


Pendant l’Hérésie d'Horus, le Monde-Forge de Vanaheim s’est efforcé de maintenir sa neutralité. Peu de gens se souciaient de leur position et, en temps voulu, la Légion des Iron Warriors lança un audacieux assaut depuis l’espace contre les Ruches orbitales de Vanaheim, s’emparant des installations vitales du Mechanicum après dix jours de combats brutaux. La Légion des Space Wolves et des éléments de plusieurs autres forces loyalistes furent à leur tour entraînés dans le conflit, et les fils de Leman Russ lancèrent trois contre-attaques successives afin de reprendre les Ruches orbitales ; chacune d’entre elles échoua à atteindre ses objectifs. Des milliers de vies ont été perdues dans la bataille, les Torpilles d'Abordage et les Modules d’Atterrissage tombant comme de la grêle sur les Ruches orbitales, tandis que les aéronefs se battaient en duel entre les pluies d’acier.[1]

Le Monde-Forge de Vanaheim

« J’ai vu des merveilles : les flèches de Prospero, les champs verdoyants de Calth, les neuf Ruches de Vanaheim qui défient la gravité. Tout cela a disparu. J’ai la chance de n’avoir assisté qu’à la destruction d’une seule d’entre elles. J’ai vu les Ruches de Vanaheim s’embraser et Fyrstaheim agoniser lorsque la planète l’a finalement revendiquée. »
- Testament d’un survivant anonyme du largage orbital de Vanaheim, enregistré en 047.M31.

Les premières années du 31e Millénaire furent marquées par la guerre et la trahison, l’âge d’or de l’Imperium ayant été ruiné par les machinations du fils préféré de l’Empereur, Horus Lupercal. Ce qui a commencé sur Isstvan III s’est rapidement étendu à toutes les possessions de l’Humanité, déclenchant un conflit qui a menacé de noyer la galaxie dans le sang. Peu d’entre elles, si ce n’est aucune, furent épargnées. Ceux qui restaient fidèles à l’Empereur s’efforçaient de préserver ce que deux siècles d’effusion de sang avaient construit, tandis que d’autres cherchaient à instaurer un nouvel ordre, dans lequel le Maître de Guerre régnerait sans partage. Au milieu de ces deux camps se trouvaient ceux qui ne désiraient rien de plus que de rester en marge du conflit, n’aidant ni les Loyalistes ni les Traîtres. Pour certains, ce désir était motivé par une soif de pouvoir, imaginant leur propre empire renaître des cendres de la galaxie en flammes. D’autres étaient plus innocents dans leurs intentions, espérant que la marée de la guerre les dépasserait pour que leur vie puisse continuer sans être perturbée.

Le Monde-Forge de Vanaheim est un exemple de ces derniers : un monde prospère du Mechanicum située au nord du Segmentum Solar, il fut, selon ses propres dires, l’un des premiers en son genre à être colonisé au cours de l’Ère des Luttes par des arches de colonisation envoyées depuis Mars, une affirmation qui n’a pas encore été corroborée par les voûtes de données de la Planète Rouge. À Vanaheim, les colons ont trouvé un monde similaire à celui d’Uranus ou de Neptune, ravagé par des tempêtes perpétuelles et des températures extrêmes, mais plus petit et plus dense que les géantes de glace susmentionnés. Les conditions de Vanaheim rendaient la perspective d’une colonisation peu attrayante et, sans les tempêtes Warp qui laissaient les arches de la colonie malmenées et à court de carburant et de victuailles, Vanaheim n’aurait peut-être jamais senti le pas de l’Humanité. Confrontés à une mort certaine s’ils s’aventuraient ailleurs à la recherche d’un monde plus viable, les colons qui avaient trouvé leur chemin vers le système de Vanaheim se mirent en tête de conquérir le domaine glacé.

Des neuf planètes en orbite autour de l’étoile Yggdrasil, nommée ainsi en référence à l’ancienne mythologie terrienne, c’est la géante de glace Vanaheim qui offrait la plus grande valeur et qui fut donc choisie comme site central de l’empire forgé par les colons. Malgré sa sélection, la surface de Vanaheim devait rester intacte pendant plusieurs décennies après l’arrivée de l’Humanité dans le système. Se méfiant du climat hostile de Vanaheim, les colons se sont efforcés de construire un foyer dans l’orbite de la planète, ce qui a conduit à la création de la première Ruche orbitale du Monde-Forge en utilisant les ressources extraites des ceintures d’astéroïdes de Vanaheim et construites autour d’une fondation de métal réutilisé provenant des arches de la colonie. Après l’établissement de suffisamment de maisons pour loger confortablement les colons de Vanaheim, son peuple descendit sur la planète proprement dite, entamant la construction de manufactures renforcées conçues pour résister aux conditions climatiques extrêmes de Vanaheim. Au cours des millénaires qui suivirent, l’exploitation de Vanaheim se développa, ses opérations industrielles se dispersant à la surface, reliées par un vaste réseau de tunnels miniers. De gigantesques collecteurs atmosphériques s’étendaient dans le ciel, capturant les gaz et les pompant à travers la planète jusqu’à ce que des ouvriers qualifiés, travaillant par équipes et transportés depuis l’espace, raffinent et transforment tout ce qui leur parvenait. Les produits de ces travaux étaient ensuite utilisés pour soutenir les enclaves minières sur les planètes du système stellaire, ainsi que pour la construction de nouvelles Ruches orbitales et de stations agricoles qui ont permis au Monde-Forge de poursuivre sa croissance.

Lorsque la Grande Croisade redécouvrit Vanaheim, elle trouva un système soumis à l’Humanité, ses neuf planètes exploitées par les Seigneurs de la Forge de Vanaheim et ses habitants vivant dans des merveilles d’ingénierie suspendues dans le vide froid de l’espace. Les liens entre Mars et Vanaheim se sont tissés sans trop d’efforts, car les Mondes-Forges ont ainsi acquis de nouvelles connaissances. L’expertise de Vanaheim dans la production d’engins atmosphériques, y compris plusieurs modifications de modèles de SCS qui n’étaient plus connus de Mars, intéressa particulièrement l’Imperium et lui assura bientôt une place au sein de la machine de guerre impériale. Le Monde-Forge s’est rapidement développé dans les décennies qui ont suivi sa redécouverte, élargissant son réseau de manufactures à la surface de la géante de glace grâce à l’aide de délégations martiennes et à l’afflux de travailleurs venus d’autres régions de l’Imperium. La production de son industrie s’en est trouvée considérablement augmentée et peu après Vanaheim exportait de vastes quantités d’aéronefs, adaptés à la fois aux applications civiles et militaires, en service au sein des Flottes Expéditionnaires. L’estampille de Vanaheim sur un appareil fut reconnue comme un gage de soin et d’excellence, et devint très recherchée dans tout l’Imperium.[2]

Le Marteau Tombe

Suite à Isstvan, où la trahison d’Horus Lupercal a été révélée lorsque trois Légions de Space Marines sont tombées dans son piège tendu sur le sable basaltique d’Isstvan V, les feux de la guerre se sont rapidement répandus dans tous les coins de la galaxie. Le Segmentum Solar, cœur de l’Imperium et siège de l’Empereur Lui-même, n’a pas été épargné par la mort et la destruction, car à l’intérieur de ses frontières se trouvaient des mondes vitaux faisant partie intégrante des plans du Maître de Guerre. En effet, l’une des premières planètes à avoir subi la pression de l’Architraître après les événements d’Isstvan fut Paramar V, point de ravitaillement et étape des Flottes Expéditionnaires impériales pendant la Grande Croisade. Pour fonctionner comme tel, Paramar V abritait un vaste réseau de bunkers blindés souterrains qui stockaient des armes et des munitions ; c’est ce matériel que recherchait le Maître de Guerre. Immédiatement après le Massacre du Site d’Atterrissage, une force de Traîtres dirigée par des éléments de l’Alpha Legion et soutenue par la Legio Fureans s’est abattue sur Paramar V. Cet assaut éclair a rapidement évincé les forces loyalistes et conquis la ville au nom du Maître de Guerre. Pendant le reste de l’Hérésie d’Horus, Paramar V servit de point d’ignition pour le conflit, les deux camps envoyant des renforts sur le monde et les systèmes voisins pour tenter de s’en emparer.

Les Ruches de Vanaheim[3]

À l’époque de l’Hérésie d’Horus, Vanaheim comptait neuf Ruches orbitales, huit disposées en formation octogonale autour d’une neuvième Ruche centrale nommée Fyrstaheim - la première à avoir été construite et la plus grande de toutes. À l’instar de nombreux exemples de Ruches orbitales à travers l’Imperium, la base de chacune des Ruches de Vanaheim était un anneau torique, au-dessus et en dessous duquel se trouvait un monticule artificiel de habs imbriqués, de grilles de contrôle et d’autres structures indispensables à l’existence de la Ruche. Les Ruches de Vanaheim se distinguaient des exemples conventionnels par leurs modules secondaires : de vastes bras métalliques, longs de plusieurs centaines de kilomètres, abritaient des districts d’habs et d’industries construits pour compléter la croissance de chaque Ruche.

Une fois entièrement construits, les bras formaient une structure conique segmentée s’étendant au-dessus et au-dessous de l’anneau de fondation, chaque bras étant séparé par des centaines ou des milliers de kilomètres de vide et disposé en quinconce afin d’éviter que des munitions amies ne frappent les bras en cas d’invasion. Chaque bras était composé de deux parties : un côté convexe et un côté concave. Tournée vers l’extérieur de la Ruche à laquelle elle était rattachée, la face convexe était forgée dans un métal renforcé et abritait dans son armature des centaines de réseaux de Boucliers Void et de vastes réseaux de défenses orbitales. La face concave, conçue pour servir de bouclier contre les débris stellaires, a été préparée pour l’habitation par la construction de structures et de flèches qui s’étendent dans le vide entre les bras. Selon les rapports d’enquête réalisés par les Technoprêtres de la 43e Flotte Expéditionnaire - les découvreurs de Vanaheim et de ses occupants - les bras étaient disposés de telle sorte que, associés à des stations tampons gravitationnelles suspendues dans le vide entre les bras, un réseau de bulles atmosphériques se chevauchant formait une étendue d’air habitable entre les bras qui permettait aux machines et aux hommes de fonctionner comme s’ils se trouvaient sur un monde dont l’atmosphère était similaire à celle de Terra.

Une caractéristique notable de chaque Ruche était l’espace considérable consacré à l’aménagement de zones d’atterrissage et de pistes d’atterrissage pour les vaisseaux capables de se mettre en orbite, ainsi que des convoyeurs de marchandises, ces derniers étant omniprésents en orbite au-dessus de Vanaheim. Ces convoyeurs faisaient partie intégrante du transport de la population ouvrière de Vanaheim entre les Ruches orbitales et la planète. Les travailleurs de Vanaheim travaillaient selon des schémas d’équipes étroitement réglementés, les ouvriers étant échangés entre la surface du Monde-Forge et les Ruches toutes les huit heures sol standard. Les travailleurs de Vanaheim vivaient ainsi dans un confort relatif, profitant des avantages des Ruches orbitales jusqu’à ce qu’ils soient appelés à travailler à nouveau sur la surface glacée du Monde-Forge.

Cet afflux de forces combattantes dans la région, qui se trouvait à proximité immédiate de Vanaheim, plongea le Monde-Forge dans l’agitation et l’indécision, car ses hiérarques ne pouvaient pas, ou ne voulaient pas, choisir un camp dans le conflit qui se déroulait. Rongé par la peur, Vanaheim se sépara de la galaxie en ignorant les missives des Loyalistes et des Traîtres, dans l’espoir que l’Hérésie d’Horus ne touche pas le Monde-Forge. Sa seule concession a été de maintenir ses expéditions régulières de la dîme, en livrant des vaisseaux atmosphériques et des ressources conformément à ses accords de longue date avec l’Imperium. L’intention derrière une telle décision provenait sans aucun doute du désir du Monde-Forge d’éviter que des regards indiscrets se tournent vers lui et ses actions, mais, ironiquement, c’est ce qui a servi de catalyseur à la guerre qui a éclaté à Vanaheim.

On ignore si les Traîtres avaient prévu d’envahir Vanaheim avant qu’un contingent d’Iron Warriors envoyé en renfort à Paramar V ne tombe sur une Flotte de la Dîme de Vanaheim assiégée et jetée à la dérive par des tempêtes Warp. La force des Traîtres, dirigée par Orbanx Grawlen Forgeguerre du 72e Grand Bataillon, était maintenue à quai autour du port stellaire de Nindixus IX, réparant les dommages infligés par les flottes de harcèlement loyalistes chargées de stopper le flux de renégats vers Paramar V. Lorsque la Flotte de la Dîme de Vanaheim fut détectée, le Forgeguerre s’en empara rapidement, réclamant sa part pour sa propre Légion. Il fut ainsi renforcé par les connaissances extraites des Technoprêtres affectés à la Flotte de la Dîme et réapprovisionné par ses réserves. La Flotte du Forgeguerre détourna les yeux de Paramar V, estimant que ses forces souffriraient beaucoup avant de percer les flottes de patrouille loyalistes. Au lieu de cela, le Forgeguerre s’efforça de conquérir Vanaheim et d’établir sa propre forteresse personnelle à partir de laquelle il pourrait mener la guerre à travers le Segmentum Solar ; à son avis, comme en témoignent les messages envoyés au Primarque Perturabo, une telle action était plus utile aux efforts du maître de guerre que de saigner à blanc ses forces en défendant une seule planète. Vers la fin de l’année 008.M31, une flotte de la Légion des Iron Warriors (IVe) entra dans le système de Vanaheim et, après que le Monde-Forge eut proclamé qu’il se tenait à l’écart de l’Empereur et du Maître de Guerre, déchaîna sa fureur sur la planète.

Les estimations des effectifs des Iron Warriors à Vanaheim font état de près de 5 000 Legiones Astartes aux côtés de plusieurs cohortes de l’Auxilia Solar , soit environ 700 000 hommes, connus collectivement sous le nom de "Pénitence de Fer" en raison de leur engagement au service de la IVe Légion suite à la conquête de leur système stellaire d’origine. Face à cela, le Monde-Forge n’a pu rassembler qu’une force symbolique composée d’une poignée de légions Skitarii Auxilia, expérimentées dans le maintien de l’ordre sur les territoires de Vanaheim, et d’une milice de Techno-Gardes mal entraînée, assemblée à la hâte à partir de la main d’œuvre humaine. En effet, la principale puissance de Vanaheim provenait des plates-formes défensives construites autour de ses Ruches orbitales, ainsi que des emplacements placés le long de la coque extérieure de chaque Ruche. Les Iron Warriors devaient naviguer dans ce gantelet pour s’emparer des Ruches et prendre le contrôle de Vanaheim. La planète elle-même s’avéra une cible secondaire, car Grawlen avait déterminé que la nature décentralisée des opérations industrielles de la planète, combinée au nombre de Traîtres et aux conditions climatiques dangereuses de la planète, rendait une occupation conventionnelle du Monde-Forge peu probable. En revanche, les Ruches orbitales, bien que mieux défendues que la surface de la planète, abritaient la grande majorité de la population de Vanaheim et accumulaient les richesses matérielles, donnant à celui qui les contrôlait le pouvoir sur l’élément vital du Monde-Forge : sa main-d’œuvre.

La conquête de Vanaheim par les Iron Warriors a pris dix jours, bien que l’issue ait été presque inévitable en moins de la moitié de ce temps. Les premières phases de la guerre se sont déroulées dans le vide, les flottes des Iron Warriors, qui comptaient une cinquantaine de vaisseaux spatiaux, dont plusieurs de classe capitale, ayant efficacement mis en pièces une vingtaine de vaisseaux du Mechanicum. Après la mort de la flotte de Vanaheim, les Iron Warriors ont rapidement démantelé ses stations défensives afin de dominer le vide, ce qui a permis au Forgeguerre Grawlen de débarquer ses forces terrestres sur les Ruches elles-mêmes.

Ayant été conduit à Vanaheim pendant la réparation et le réapprovisionnement de sa flotte fatiguée par les guerres, le Forgeguerre souhaitait une résolution rapide du conflit et privilégiait un plan d’invasion qui mettait à profit l’avantage numérique écrasant de ses forces. Les plans d’invasion du Forgeguerre ont été élaborés à partir des connaissances extraites des Technoprêtres capturés lors des abordages effectués pendant les batailles spatiale de Vanaheim. C’est grâce à ces individus que Grawlen comprit rapidement que la menace la plus importante pour l’atterrissage sur chaque Ruche orbitale résidait dans les défenses aériennes qui surveillaient l’espace intérieur de la Ruche, entre chaque bras. Bien qu’étendu et conçu pour suivre n’importe quel aéronef pénétrant dans la zone à l’improviste, le réseau de défense reposait largement sur une routine de défense automatisée plutôt que sur des vétérans compétents capables de s’adapter au flux tactique de la bataille. Avant l’invasion principale, les Traîtres ont lancé des assauts de reconnaissance pour identifier les faiblesses des défenses de la Ruche et, ce faisant, ont découvert que le réseau de défense s’appuyait sur des protocoles de ciblage de salut de l’infrastructure, qui privilégiaient les avions chargés de munitions - tels que les bombardiers - par rapport aux vaisseaux de transport dépourvus d’armement.

Fort de ces connaissances, le Forgeguerre s’est lancé dans la conquête systématique des huit Ruches extérieures, divisant sa flotte en petits détachements pour permettre la capture synchronisée de plusieurs Ruches à la fois. Après avoir éliminé la grande majorité des défenses capables de menacer un vaisseau spatial lors du conflit initial entre les deux Flottes, les Iron Warriors manœuvrèrent leurs vaisseaux de transport jusqu’à proximité des bras étendus de chaque Ruche. Après avoir établi un contrôle orbital étroit, les aéronefs des Traîtres ont été lancés. L’objectif premier de chaque invasion était de submerger les protocoles de ciblage autonomes par un grand nombre de menaces, tout en masquant les profils des Storm Eagles et des Thunderhawks de la Légion grâce à l’installation de plaques de coque encombrantes.

Comme la plupart des conquêtes des Iron Warriors, l’asservissement de Vanaheim s’est fait par une attrition brutale. Chaque assaut contre une Ruche était composé de centaines et de centaines de chasseurs et de bombardiers volés à la flotte de Vanaheim et pilotés par des soldats de l’Armée Impériale et des matelots de la Marine Impériale jugés inutiles. N’ayant reçu qu’une formation rudimentaire et des munitions limitées, ces appareils n’étaient qu’un écran pour les vols des aéronefs vétérans de la Légion chargés de détruire les défenses de la Ruche. Par leur nombre, les appareils de la Divisio Aeronautica ont servi d’écran à l’invasion de la Légion, leurs pilotes mal entraînés étant décimés par les tirs de DCA.

Les journaux extraits des augures des réseaux de défense de Vanaheim montrent que les transports Iron Warriors obscurcis ont été délibérément dépouillés de leurs bombes et de leur armement excédentaires afin de minimiser leur profil pour le réseau automatisé. Simultanément, les bombardiers des Traîtres ont entrepris des missions de bombardement autour des zones d’atterrissage prescrites des Iron Warriors, attirant les tirs défensifs loin des transports en approche. Les quelques appareils du Mechanicum qui virent le désastre imminent furent accueillis par des écrans de Xiphons qui les pourchassèrent sans pitié au milieu des imposantes flèches des Ruches. La défense de Vanaheim ayant été largement distraite par les aéronefs sacrifiés des Traîtres, les forces terrestres des Iron Warriors débarquèrent à la périphérie de chaque Ruche sans être touchées. Une fois les zones d’atterrissage établies et fortifiées, les Iron Warriors se sont frayé un chemin à travers chaque Ruche pour s’emparer des contrôles atmosphériques et altitudinaux. Une fois ces contrôles fermement en main, Grawlen rançonna chaque Ruche et, jour après jour, un nombre croissant de la population de Vanaheim se retrouva à vivre uniquement à la merci du Forgeguerre. Lorsque les derniers feux de la résistance s’éteignaient sur une Ruche, les transports des Iron Warriors repartaient, ramenant à travers le champ de débris et d’aéronefs détruits tous les membres de la garnison, à l’exception d’une fraction, jusqu’à la Flotte, qui se tournait alors vers une nouvelle Ruche. Les appareils civils et militaires capturés dans les entrepôts de chaque Ruche étaient alors grossièrement équipés d’armes évidentes et assignés à des pilotes nouvellement enrôlés avant d’être lâchés sur une nouvelle Ruche. Fyrstaheim fut la dernière à tomber et, lorsque les feux de ses habitations en flammes s’éteignirent enfin, les Technoprêtres de Vanaheim se rendirent, cédant la planète et sa population au Maître de Guerre.[4]

Canyons de Glace de Beta-X15A

Les Temples-Forge de Vanaheim, situés exclusivement à la surface de la planète, avaient besoin d’un flux constant de travailleurs en provenance des Ruches pour fonctionner, en raison de la pénurie de main-d’œuvre au sein des manufactures. Ainsi, lorsque les Ruches tombèrent aux mains des Iron Warriors, les Technoprêtres de Vanaheim, qui étaient parmi les rares à résider dans leurs Temples-Forge, se retrouvèrent dans l’incapacité de poursuivre leur travail. Face au peu de choix, la caste dirigeante de Vanaheim capitula rapidement devant ses nouveaux supérieurs, publiant un édit qui, tout en évitant de prêter directement allégeance au Maître de Guerre ou à Grawlen, précisait que personne à Vanaheim ne devait entraver le travail des Iron Warriors et de leurs alliés. Peu après, le flux d’ouvriers vers les manufactures de Vanaheim reprit, l’atmosphère se remplissant à nouveau de milliers d’embarcations faisant la navette entre les Ruches. Les forges de Vanaheim furent rallumées, mais elles ne préparaient plus de marchandises pour l’Imperium, s’employant plutôt à réapprovisionner les forces de Forgeguerre sous l’œil vigilant des superviseurs Iron Warriors.

Dans les semaines qui suivirent la chute de Vanaheim, le Forgeguerre mit en place une campagne de fortification à la surface de la planète et dans ses Ruches orbitales, en prévision d’une éventuelle contre-invasion des forces loyalistes. Une grande partie de l’infrastructure du Monde-Forge avait survécu à l’invasion sans dommage et fut rapidement renforcée et réaffectée. Le réseau de défense automatisé de chaque Ruche était asservi à des protocoles supérieurs conçus par les Iron Warriors eux-mêmes et complété par des batteries d’armes actionnées par des vétérans du siège issus des rangs de la Pénitence de Fer. La transformation de la surface de Vanaheim s’est avérée un processus beaucoup plus long, car les tempêtes qui ont balayé la planète, des tempêtes qui arrivaient sans prévenir et disparaissaient tout aussi rapidement, ont détruit toutes les architectures, à l’exception des mieux conçues. Ces difficultés ralentirent le processus de fortification autour des Temples-Forge de Vanaheim, et nombre d’entre eux ne disposaient que de défenses incomplètes lorsque des stations de sondage périphériques détectèrent l’émergence d’une nouvelle flotte à la périphérie du système de Vanaheim.

Les Canyons de Glace de Vanaheim[5]

L’analyse des données topographiques recueillies au cours de millénaires d’étude de la surface de Vanaheim révèle que, lors de la colonisation initiale de la planète, son paysage était considérablement moins élevé que lorsque la Grande Croisade l’a redécouverte. Ces différences peuvent être attribuées aux canyons artificiels qui se sont formés à la surface de la planète, notamment autour des Temples-Forge les plus anciens, tels que Beta-X15A. Ces canyons n’étaient guère plus que d’imposants amas de déchets industriels recouverts d’un effluent protecteur destiné à conserver la densité des déchets, les empêchant ainsi d’être emportés par les désolations de Vanaheim. L’objectif secondaire de ces canyons était de stocker les déchets des Temples-Forge en vue d’un éventuel recyclage, l’effluent se transformant en une couche protectrice gelée une fois exposé aux basses températures de Vanaheim. Les piles de déchets couvraient des dizaines de kilomètres carrés autour de chaque Temple-Forge et atteignaient souvent des centaines de mètres de haut, avec des étendues de terre entre les piles laissées claires et intactes pour permettre aux équipes de récupération de les traverser.

La Flotte en question, constituée des restes de groupements tactiques loyalistes brisés et dispersés par les premières actions de la guerre civile, est arrivée à Vanaheim en réponse à des appels de détresse anciens et nouveaux. Lorsque les Iron Warriors sont tombés pour la première fois sur le Monde-Forge, ils ont lancé des appels à l’aide à tous ceux qui voulaient bien les entendre. Ces demandes avaient été interrompues après la chute de Vanaheim, mais tous les habitants du Monde-Forge ne se contentaient pas de s’incliner docilement devant le nouvel ordre. Alors que le Forgeguerre renforçait son emprise sur Vanaheim, des groupes de Technoprêtres interceptaient les rapports de mouvements de flottes destinés aux Iron Warriors et s’efforçaient d’affirmer la position des flottes loyales à l’Empereur à ceux qu’il jugeait convenables, C’est ainsi que Cazin Ru’darak, Capitaine de la 53 e Compagnie des Salamanders, survivant d’Isstvan V et légionnaire le plus haut gradé de son ban brisé, est arrivé à Vanaheim. Il était accompagné d’un groupe hétéroclite de Legiones Astartes issu des Salamanders, de la Raven Guard et des White Scars, ainsi que des restes de cohortes de l’Auxilia Solar, de régiments de l’Armée Impériale et d’escadrons de la Divisio Aeronautica rescapés de nombreuses zones de guerre.

Les Guerriers de Ru’darak étaient liés par la perte et une haine partagée pour tous ceux qui avaient fait de l’Imperium une culture commune. Loin de leur structure de commandement habituelle, les guerriers suivirent le Salamanders en grande partie par vengeance dévorante, poussés par le désir de punir le Maître de Guerre et ses alliés où qu’ils se trouvent. En arrivant dans le système de Vanaheim, Ru’darak comprit rapidement que ses forces avaient peu de chances d’arracher le contrôle des Ruches orbitales du Monde-Forge au Forgeguerre, en raison de leur infériorité numérique, tant en termes de vaisseaux que d’effectifs. Néanmoins, la rage du Capitaine Ru’darak, un trait peu caractéristique chez un membre de la Légion des Salamanders, sans doute poussée à l’avant par la trahison et la perte apparente de son Primarque, fit en sorte qu’il ne voulut pas se retirer.

Au lieu de cela, la force loyaliste se tourna vers la guérilla. Dans le vide, les vaisseaux commandés par Ru’darak tournaient autour du système extérieur, utilisant ses planètes et ses lunes pour dissimuler leurs mouvements et leur nombre afin de décourager un assaut direct des Iron Warriors. Simultanément, plusieurs vaisseaux spatiaux se sont dirigés vers les usines, les vaisseaux ont été mis hors tension et sont partis à la dérive. Lorsqu’ils atteignirent l’orbite du Monde-Forge, une flopée de modules en sortit, dispersant les forces des Legiones Astartes et de l’Armée Impériale à la surface de Vanaheim pour contester le contrôle du Monde-Forge par les Iron Warriors. Une fois leur tâche accomplie, les vaisseaux spatiaux des flottes, chacun piloté par un équipage réduit, ont engagé les flottes des Iron Warriors regroupées autour des Ruches orbitales de Vanaheim, se sacrifiant pour détruire les défenses orbitales et couvrir le déploiement des Loyalistes à la surface de la planète.

Comme les Iron Warriors l’avaient précédemment déduit, la taille et le climat de Vanaheim posaient des obstacles considérables à une occupation conventionnelle, mais ces problèmes s’avéraient bien moins préjudiciables à une guerre de nature clandestine. En effet, l’objectif des Loyalistes n’était pas d’évincer les Iron Warriors, mais de perturber leurs opérations et de limiter ainsi la capacité des Traîtres à influer sur les événements dans la galaxie. Pour ce faire, des cellules indépendantes de Loyalistes ont été disséminées à travers Vanaheim, n’entretenant que des contacts limités avec d’autres membres de leur groupe. Grâce à l’expertise en matière de guerre secrète des vétérans de la Raven Guard, ces cellules ont rapidement commencé à mener des actions de sabotage. Cette nouvelle guerre s’est déroulée sur deux champs de bataille : le premier sous la surface de Vanaheim, avec des équipes détruisant des exploitations minières, effondrant des tunnels et coupant les voies d’approvisionnement pour isoler les Temples-Forge les uns des autres ; le second dans le ciel de Vanaheim, avec plusieurs cellules loyalistes disposant d’escadrons de chasse et de bombardement destinés à lancer des attaques sur les opérations en surface, leurs effectifs étant complétés par des stocks d’aéronefs capturés dans les manufactures de Vanaheim.

Vanaheim fut bientôt le théâtre d’un conflit aérien sporadique, des escadrons loyalistes émergeant de bases aériennes dissimulées dans des régions peu développées de la planète pour bombarder les opérations du Mechanicum et traquer les cargos transportant des fournitures et des travailleurs vers et depuis l’orbite. De son côté, le Forgeguerre engagea un nombre croissant de ses guerriers à la surface de la planète, avec des escadrons d’interception chargés de localiser et de traquer les aéronefs loyalistes. Alors que les Loyalistes continuaient à échapper à la destruction, les dissensions se multiplièrent sur le Monde-Forge, où des cargaisons d’avions et de munitions disparurent pour réapparaître entre les mains des Loyalistes. Enhardi par l’apparente réussite du conflit, Ru’darak, lui-même considéré comme un pilote exceptionnel dans les annales de la Légion des Salamanders, exhorta ses forces à se lancer à la poursuite de cibles plus précieuses.

Le point culminant de la campagne des Loyalistes fut le bombardement du Temple-Forge-X15A, une vaste forge dédiée au raffinement du carburant des vaisseaux spatiaux. Au début de la guérilla, les Loyalistes ont déployé de grands efforts pour éviter les Temples-Forge de Vanaheim, ne voulant pas défier les défenses retranchées que les Iron Warriors avaient commencé à construire autour d’eux. Cette attitude changea lorsque Ru’darak reçut des informations indiquant un chemin plus sûr pour un raid aérien sur Beta-X15A. Comme de nombreux Temples-Forge de Vanaheim, Beta-X15A avait subi une transformation aux mains des Iron Warriors, mais la géographie environnante, constituée de kilomètres et de kilomètres de canyons artificiels, rendait ce processus laborieux. Les données obtenues par le Capitaine Ru’darak, fournies par des Technoprêtres dissidents situés au Temple-Forge, comprenaient le tracé topographique des canyons, les itinéraires de sécurité à travers ceux-ci, ainsi que l’emplacement et la portée des emplacements de défense construits dans les parois des canyons. Fort de ces informations, Ru’darak a mobilisé plusieurs cellules, rassemblant plus d’une vingtaine d’appareils en vue d’une attaque chirurgicale sur le Temple-Forge. Le raid sur Beta-X15A a été précédé d’une campagne de désinformation, plusieurs flux de données détaillant les faux mouvements des forces loyalistes ayant été transmis par des méthodes dont Ru’darak était certain qu’elles seraient interceptées par les forces des Traîtres. Le redéploiement des Iron Warriors de Beta-X15A vers des Temples-Forge plus éloignés, sans doute en préparation des prétendus raids aériens, a servi de signal aux Loyalistes pour lancer leur assaut.

C’est à travers les passages labyrinthiques des canyons glacés entourant Beta-X15A que Ru’darak fit voler son escadron. La géographie du terrain, combinée aux vents violents, s’avérait dangereuse pour les aéronefs qui approchaient, les rafales soudaines écrasant les appareils contre les parois des canyons avec un simple moment d’inattention de la part du pilote. Malgré l’habileté des pilotes loyalistes, plusieurs aéronefs ont été perdus de cette manière, mais des progrès considérables ont été réalisés à travers le réseau avant de rencontrer les premières défenses érigées par les Iron Warriors. Là, la nature du raid a changé, les aéronefs loyalistes luttant à la fois contre les dangers naturels et contre les canons des Traîtres. L’avant-garde des Loyalistes était composée d’intercepteurs Xiphon, équipés pour les assauts au sol, lançant des barrages de missiles anti-char pour ensevelir les emplacements sous les avalanches et briser les batteries de DCA.

Derrière l’avant-garde de Xiphons venait une deuxième vague, dont l’effectif principal était constitué de Fire Raptors escortés par une poignée de chasseurs. L’échelonnement de l’assaut avait pour but de préserver les aéronefs de combat loyalistes jusqu’à ce qu’ils émergent au-dessus de Beta-X15A, en comptant sur l’avant-garde pour dégager la route vers le Temple-Forge et essuyer les pertes inévitables. Néanmoins, l’approche des Fire Raptors attira l’attention et les quelques Iron Warriors encore stationnés à Beta-X15A s’élevèrent à leur rencontre, survolant le canyon avant de plonger dans son renfoncement pour assaillir les Loyalistes par l’arrière. Le duel dans le canyon se transforma rapidement en une affaire frénétique lorsque les Xiphons de tête inversèrent leur mouvement, s’élançant vers l’arrière à travers l’escadron loyaliste pour s’attaquer à la nouvelle menace. Dans un espace aussi restreint, un seul faux mouvement pouvait entraîner la mort, la chance favorisant les pilotes les plus audacieux et les plus habiles. Les Loyalistes se montrèrent supérieurs en audace et en habileté, dispersant les escadrons de Traîtres à l’arrière et les pourchassant dans les profondeurs glacées. Les pilotes qui avaient survécu aux horreurs d’Isstvan, et à des dizaines de batailles depuis, sacrifièrent leur vie pour éradiquer les batteries de DCA et, à travers le brouillard de fumée qui en résulta, le marteau des Loyalistes apparut.

Lorsque les Fire Raptors atteignirent Beta-X15A, jaillissant du canyon à la recherche de l’infrastructure qu’ils cherchaient à raser, aucun Xiphon Loyaliste ne se tenait à l’avant, tous étant tombés lors de l’éradication des batteries de DCA qui gardaient l’entrée du canyon. Épargnés par les combats les plus durs grâce au sacrifice de leurs alliés, les canonnières déchaînèrent leur arsenal sur le Temple-Forge, ciblant ses moissonneuses atmosphériques, dont Bêta-X15A possédait des centaines d’exemplaires. Chaque moissonneuse, qui s’élevait à des centaines de mètres dans les airs pour racler la haute atmosphère de la planète, s’effondra avec une fureur qui fit trembler la terre, ses fondations étant déchirées par des barrages de missiles Hellstrike. Une moissonneuse renversée a déclenché une cascade de dizaines d’autres, si bien que, lorsque les Fire Raptors ont épuisé leur charge utile et commencé à se retirer, Beta-X15A n’était plus que métal brisé et des brasiers alimentés au gaz. Les deux tiers de leurs appareils ont été détruits au cours de l’assaut et du retrait qui a suivi, et le Capitaine Ru’darak figurait parmi les victimes. Bien que les Loyalistes n’aient plus de chef, ils ont réussi à anéantir une grande partie de l’infrastructure de production de carburant du vide de Vanaheim, faisant du Monde-Forge un détour peu attrayant pour le réapprovisionnement des flottes des Traîtres et diminuant ainsi la valeur de la prise du Forgeguerre aux yeux de son maître.[6]

La Meute Chasse

Aucun de ceux qui se battaient à la surface de Vanaheim ne pensait que leurs efforts étaient capables de renverser les Iron Warriors - leurs actions devaient servir à ronger l’ennemi jusqu’au jour où d’autres forces de secours encore loyales à l’Empereur arriveraient. Après la destruction de BetaX15A, les rapports des manufactures indiquèrent qu’une grande partie de l’industrie du Monde-Forge avait été affectée à des efforts de fortification afin d’empêcher de futures actions loyalistes. Cela a eu pour effet de réduire considérablement les exportations de matériel hors du système, réduisant ainsi à néant la contribution de Vanaheim à l’ensemble du conflit. De plus, on estime que les deux tiers de la garnison des Iron Warriors avaient été envoyés à la surface de Vanaheim lorsqu’une seconde flotte loyaliste est entrée dans le système, laissant les garnisons chargées de surveiller les Ruches du Monde-Forge très diminuées.

La flotte nouvellement arrivée portait les armoiries des Space Wolves (VIe Légion), ses effectifs étant le résultat d’un amalgame de plusieurs groupes de combattants détournés du conflit qui opposait la VIe Légion aux Night Lords à Daverant. Dirigée par Gautrek Skyblade, un Capitaine Loup de la 4e Grande Compagnie des Space Wolves, la force loyaliste a été chargée d’évaluer la menace qui pesait sur Vanaheim et d’éradiquer tous ceux qui s’opposaient à l’Empereur. Bien qu’organisée au petit bonheur la chance, la flotte des Space Wolves nouvellement arrivée était deux fois plus importante, tant en puissance de feu qu’en nombre, que celle des Iron Warriors maintenue à Vanaheim. La flotte supérieure des Space Wolves, menée par le Grand Croiseur Helicon Spear, a servi de matraque efficace qui a facilement franchi les défenses orbitales limitées construites dans le sillage de la chute de Vanaheim par le Forgeguerre et la flotte des Iron Warriors qui y était stationnée. En un seul jour, la flotte des Iron Warriors fut brisée, chassée de sa position défensive autour des Ruches orbitales de Vanaheim et dispersée à travers le système, engageant des combats avec les restes de la flotte de feu Ru’darak qui émergeait de ses positions clandestines parmi les ceintures d’astéroïdes extérieures. Sans hésiter, la flotte des Space Wolves encercla l’anneau extérieur des Ruches, empêchant les renforts d’être acheminés depuis la surface de la planète tout en se tenant à l’écart des plates-formes défensives intérieures de Vanaheim.

On ignore ce qui a poussé Gauntrek Skyblade à prendre immédiatement d’assaut les Ruches de Vanaheim après sa victoire dans le vide. Les captures d’images extraites des vaisseaux loyalistes qui maintenaient le blocus du Monde-Forge révèlent que seules des reconnaissances limitées avaient été menées avant l’assaut. Le peu d’informations reçues a révélé que de nombreuses Ruches semblaient avoir subi des dommages considérables lors de leur chute face aux Iron Warriors, et que seules des défenses opérationnelles minimales couvraient une approche des bras de chaque Ruche. De plus, les efforts de Ru’darak et de ses forces à la surface de la planète avaient considérablement réduit la taille de la garnison des Iron Warriors, dispersant les Legiones Astartes restantes sur les neuf Ruches ; la force de la garnison restante se composait de travailleurs conscrits, de deux cohortes de Pénitence de Fer et du contingent réduit de Traîtres des escadrons de la Divisio Aeronautica. Il ne fait aucun doute que l’assaut précipité ordonné par Skyblade a présumé que de tels facteurs laissaient présager une victoire facile, ce qui l’a incité à lancer un assaut simultané sur plusieurs Ruches de Vanaheim.

Plusieurs décennies d’archives de combat issues de l’histoire opérationnelle du 72e Grand Bataillon des Iron Warriors, rassemblées pendant la Grande Croisade et analysées après l’Hérésie, décrivent le Forgeguerre Grawlen comme un maître de la guerre défensive et cette réputation fut confirmée lors du premier largage orbital sur les Ruches de Vanaheim. La force d’assaut des Space Wolves fut divisée en quatre détachements, chacun chargé de s’emparer d’un seul are sur l’anneau extérieur et se déplaça en toute hâte pour y parvenir. La construction de chaque Ruche, dont les bras s’étendent dans le vide et sont protégés extérieurement par des coques métalliques, faisait de l’approche par l’intérieur abrité entre les bras l’une des rares voies d’assaut viables. Les vaisseaux de transport des Space Wolves ont donc formé une couronne autour de la Ruche visée et c’est à partir de cette position que les premiers intercepteurs ont été lancés. Les Loyalistes ne s’attendaient pas à une grande résistance. Ils furent donc pris au dépourvu lorsque, alors que le gros de la force d’assaut était entré dans la cavité des Ruches, une horde d’aéronefs se dressa contre eux.

Tout comme lors de l’assaut initial des Iron Warriors, la force aérienne des Traîtres s’appuyait principalement sur un grand nombre de pilotes peu entraînés qui utilisaient les modèles les plus courants de chasseurs utilisés par la Divisio Aeronautica à la place des Iron Warriors déployés sur la planète en contrebas. Les chasseurs Thunderbolt, Lightning et Avenger ont déferlé en masse depuis les bases aériennes de la Ruche, emplissant le vide en réponse à l’assaut des Space Wolves. Les réflexes supérieurs et l’expérience des pilotes de la VIe ne leur conféraient que peu d’avantages face à des Ruches grouillantes d’ennemis. La victoire ne sera obtenue qu’en bloquant le flux de Traîtres. Pour atteindre cet objectif, les canonnières se faufilèrent à travers la conflagration vers des zones d’atterrissage prédéfinies, leur progression étant ralentie par des aéronefs renégats apathiques dont les tirs déchiraient plus d’alliés que d’ennemis. Cependant, à mesure que les Loyalistes s’approchaient de leurs objectifs, la véritable ampleur de la menace à laquelle ils étaient confrontés se révélait.

Les mouvements et les gémissements des blocs d’habitation en ruine, renversés lors de la conquête initiale de Vanaheim, n’étaient que le prélude de la mort à venir. Au lieu de reconstruire les blocs d’habitations, qui n’étaient plus nécessaires maintenant qu’une grande partie de la population de la Ruche était séquestrée dans des bunkers exigus à la surface de la planète, les décombres laissés derrière ont été réutilisés. Dans les semaines qui ont suivi la conquête de Vanaheim, des emplacements de défense ont été construits parmi les détritus des structures effondrées, armés principalement de batteries anti-aériennes récupérées sur la multitude d’épaves de vaisseaux dans le système stellaire. Alors que les transports des Space Wolves approchaient de leur point d’atterrissage final, des milliers de batteries de DCA, de réseaux de missiles et de déflecteurs d’auspex furent révélés et, en quelques minutes, le vide au-dessus de Vanaheim s’embrasa sous l’effet de leur conflagration destructrice.

Le premier tir de barrage fut dirigé sur les Storm Eagles les plus proches de l’atterrissage, et des centaines de Légionnaires Space Wolves furent tués dans sa fureur, leurs morts n’étant marquées que par des enregistrements vidéo montrant un flux constant de corps aspirés par la gravité artificielle de la Ruche. En réponse, les Loyalistes ne purent pas faire grand-chose, car la plupart de leurs munitions avaient été épuisées dans les duels, ne laissant que des Fire Raptors aux réserves de munitions épuisées pour couvrir une retraite qui fut rapidement ordonnée. Alors que l’assaut des Loyalistes s’éloignait, les batteries de défense poursuivirent leur assaut sans relâche ; lorsque les Space Wolves en retraite rencontrèrent les aéronefs des Traîtres, des tirs aveugles s’ensuivirent, laissant les appareils Loyalistes comme ceux des Traîtres anéantis par la colère du Forgeguerre.

Selon toutes les normes de la guerre, le premier assaut mené par Skyblade et ses forces fut une catastrophe, avec à peine un cinquième de la force d’assaut survivant pour retourner dans la flotte de la VIe Légion. Pire encore, les Loyalistes n’avaient presque rien gagné - sur les quelques dégâts infligés, la plupart étaient dus aux débris tombés lors de la bataille plutôt qu’aux efforts des Loyalistes, et la mort de quelques milliers de pilotes conscrits inexpérimentés s’ajoutait à la terrible facture de boucherie. Les quelques Space Wolves qui avaient réussi à atteindre les Ruches n’avaient pas la force d’infliger des dégâts considérables, mais se fondirent dans la Ruche pour mener des attaques successives au cours des jours suivants, de petites meutes saignant une proie plus importante jusqu’à ce qu’elles soient à son tour épuisées.[7]

Bataille pour la Flèche de Fer

Par deux fois encore, les Space Wolves ont tenté de prendre le contrôle des Ruches orbitales de Vanaheim. Les pertes subies lors de l’échec de la première bataille forcèrent Skyblade à consolider ses forces, ce qui amena le Capitaine Loup à se concentrer sur la Ruche capitale pour son prochain assaut. Cette attaque s’est avérée aussi rapide que la première et a défié les avis plus modérés de ses conseillers qui suggéraient de suspendre l’assaut jusqu’à ce que de meilleurs renseignements puissent être obtenus. L’analyse des plans tactiques publiés à l’approche du second assaut montre que Skyblade pensait que l’étendue des fortifications des Iron Warriors était désormais connue. Afin d’éviter la plus grande concentration de défenses à l’intérieur des bras des Ruches, les Space Wolves se concentrèrent sur l’atterrissage sur les fondations de l’anneau torique de Fyrstaheim ; maintenant leur déploiement à l’extérieur de l’anneau extérieur des Ruches de Vanaheim, les vaisseaux spatiaux des Space Wolves déchaînèrent des barrages de torpilles d’abordage visant directement la Ruche capitale elle-même. L’approche de ces torpilles fut accueillie par un torrent de tirs de défense ponctuelle, dont la source fut capturée des dizaines de fois sur des images avant que toute transmission ne soit interrompue entre les forces d’assaut.

Les images retransmises montraient une vaste et imposante flèche trônant au centre de Fyrstaheim, dont les fondations s’articulaient autour du centre de contrôle altitudinal de la capitale. Déguisée en l’une des nombreuses flèches de Ruche de Fyrstaheim, la structure - que l’on appelait désormais la Flèche de Fer - ne révélait sa véritable envergure que de près. Il s’agissait en fait du centre de commandement des opérations du Forgeguerre sur Vanaheim, une sentinelle à partir de laquelle il pouvait protéger la capitale et régner sur l’ensemble du système. À l’intérieur, la Flèche de Fer était équipée de déflecteurs auspex conçus pour masquer l’empreinte de ses propres capteurs, et toutes ses approches étaient suivies par des défenses anti-missiles, des batteries anti-aériennes et plusieurs canons capables de blesser de petits vaisseaux spatiaux.

Ce que les Loyalistes avaient pris pour une simple flèche parmi tant d’autres s’est avéré être la destruction du deuxième assaut. En deux assauts successifs, la force des Space Wolves avait été réduite de moitié par les capacités défensives supérieures des Iron Warriors, réduisant considérablement la supériorité numérique que les Loyalistes détenaient auparavant. Bien que l’orgueil de Skyblade ait été cruellement blessé par de telles défaites, le Capitaine Loup croyait toujours qu’il pouvait vaincre l’ennemi placé devant lui, malgré les preuves du contraire. Les Space Wolves rassemblèrent donc leurs dernières forces pour un assaut final. Aucune mesure ne fut épargnée, Skyblade engageant toutes ses réserves pour s’emparer de la Flèche de Fer dans le but de conquérir Fyrstaheim et de tuer le Forgeguerre qui le narguait.

L’assaut fut annoncé par un mouvement au sein de la flotte des Space Wolves, la majorité de ses vaisseaux abandonnant leur encerclement des Ruches extérieures pour se diriger vers le centre de la formation octogonale. Ce faisant, les vaisseaux furent exposés aux stations de défense positionnées autour de Fyrstaheim, qui blessèrent près d’une vingtaine de vaisseaux de guerre des Space Wolves avant d’être neutralisés. Lorsque l’assaut sur la Flèche de Fer commença pour de bon, la surface de la forteresse fut envahie d’appareils, Traître et Loyaliste engageant tout ce qu’ils avaient dans la bataille. Les intercepteurs Xiphon de la Légion des Iron Warriors ont chassé les aéronefs de la Légion des Space Wolves, engageant les Xiphons de la VIe Légion qui s’élevaient à leur rencontre. Les Fire Raptors des Loyalistes détruisirent les cloisons et les emplacements de canons grâce à leur puissance de feu, tandis que ceux qui portaient les couleurs de la traîtrise saignaient les vaisseaux qui s’approchaient trop près de la Flèche de Fer. En dessous de tout cela, Fyrstaheim souffrait de la pluie de débris et de corps qui s’abattait sur elle, les détritus de la bataille étant pris dans la gravité artificielle de la Ruche. Des incendies ravageaient les habs, faisant des dizaines de milliers de victimes, sans qu’aucun des deux camps ne se soucie d’éviter les dommages collatéraux.

Le Capitaine Loup lui-même, à bord d’un Fire Raptor, veillait à ce que les vaisseaux de largage Thunderhawk et Storm Eagle des Space Wolves, dont le nombre avait été décimé lors du premier assaut, arrivent à bon port. Aussi limités soient-ils, les vaisseaux de combat ne pouvaient pas porter les forces loyalistes restantes et, une fois de plus, des torpilles d’abordage furent lancées directement sur Fyrstaheim. Nombre d’entre elles visèrent directement la carapace métallique de la Ruche elle-même, mais peu réussirent à la pénétrer, laissant les passagers suffoquer à l’intérieur. Rien n’indique que Skyblade et ses guerriers aient eu l’intention de revenir après l’assaut, présumant apparemment qu’ils allaient conquérir la prise des Iron Warriors ou mourir en tentant de le faire. Des images sporadiques de la bataille montrent les pilotes des Space Wolves ignorant les chasseurs des Iron Warriors pour se frayer un chemin à travers les défenses anti-aériennes de la Flèche de Fer.

C’est au cours d’une de ces actions que Gautrek Skyblade lui-même a été déclaré perdu, les moteurs de son Fire Raptor ayant été détruits par les Xiphons des Iron Warriors qui le suivaient. Le dernier geste du Capitaine Loup fut d’orienter son appareil vers l’un des hangars ouverts de la Flèche de Fer, l’explosion qui s’ensuivit détruisant les systèmes de lancement du hangar et empêchant le déploiement d’autres appareils à partir de ses limites.

Le sacrifice de Skyblade et de ses semblables a permis d’éviter la destruction quasi-totale des forces loyalistes assaillantes. La première sortie des Space Wolves a permis d’ouvrir des couloirs pour leurs transports, limitant les pertes et permettant à plus de la moitié des Legiones Astartes de monter à bord de la Flèche de Fer. Cependant, peu d’autres succès ont été rapportés. Dans le vide, les restes de la flotte des Iron Warriors étaient revenus, écrasant le cordon réduit des flottes loyalistes et punissant les Space Wolves pour leur poussée imprudente autour de Fyrstaheim.

La défaite est survenue lorsque l’Helicon Spear a été abordé et pris d’assaut par les Escouades de Brèche Iron Warriors. La perte d’un vaisseau aussi illustre, sur lequel reposaient les éléments de commandement restants de la force des Space Wolves après la perte de Gautrek Skyblade, plongea les Loyalistes dans le désarroi. La flotte des Space Wolves, dispersée, a dû abandonner des dizaines d’appareils et de transports qui se battaient encore au-dessus de la Flèche de Fer. Avec la flotte des Space Wolves traquée par les vaisseaux spatiaux des Iron Warriors, une poursuite stoppée uniquement par l’intervention des restes de la flotte de Ru’darak qui avaient observé la catastrophe en cours, la guerre pour Vanaheim semblait terminée. Bien que la bataille fasse rage à l’intérieur de la Flèche de Fer, la forteresse restait invaincue et il ne restait que peu d’espoir d’extraction pour les Space Wolves qui respiraient encore. C’est alors que, pour la troisième fois depuis que Vanaheim était tombée aux mains des Traîtres, une nouvelle flotte émergea du Warp, avec à sa tête le cuirassé de classe Gloriana Hrafnkel, vaisseau amiral de Leman Russ, Primarque des Space Wolves.[8]

Épilogue

L’arrivée de Leman Russ et de la force principale des Space Wolves ne fut pas le moment d’émancipation que les habitants de Vanaheim souhaitaient, ni la victoire que les Loyalistes qui s’y étaient battus désiraient ardemment. Alors que le Primarque rassemblait les éléments loyalistes survivants et repoussait les Iron Warriors à leurs postes autour des Ruches orbitales de Vanaheim, il envoya des missives au Monde-Forge pour lui demander son aide. En réponse, Vanaheim plaida une fois de plus la neutralité, affirmant qu’il n’aidait ni les Loyalistes ni les Traîtres et qu’il était victime des circonstances dans le conflit qui faisait rage sur ses terres.

Une telle réponse ne suscita guère de sympathie de la part du Roi-Loup, qui considérait désormais le Mechanicum de Vanaheim comme des traîtres ne valant guère mieux que les Iron Warriors qui les avaient subjugués. Malgré sa colère, les rapports de de la flotte indiquaient que Leman Russ avait interdit à quiconque de lancer un assaut sur Vanaheim, car le Primarque reconnaissait que ses forces - épuisées par les conflits successifs à Prospero, dans la Nébuleuse d’Alaxxes et à Daverant - ne pouvaient pas se permettre la longue campagne qui aurait été nécessaire pour chasser les Iron Warriors de Vanaheim.

C’est ainsi que le Roi-Loup rassembla ses forces, prenant le commandement des membres survivants du groupe d’assaut de Skyblade et de la flotte de Ru’darak. Avant de se retirer, le Primarque déchaîna la colère de sa flotte sur Vanaheim, ordonnant à ses vaisseaux de tirer sur les Ruches orbitales. C’est Fyrstaheim qui subit le courroux du Roi-Loup ; les Boucliers Voids vacillant et la peau de métal se déchirant en des dizaines d’endroits, la capitale semblait suffisamment solide pour résister au bombardement jusqu’à ce que, sans crier gare, des explosions provenant de l’intérieur de la Flèche de Fer provoquent l’effondrement brutal du Bouclier Void de la Ruche, qui ne se ralluma pas. Profitant de cet avantage soudain, les canons du Hrafnkel se sont tournés vers le centre de contrôle altitudinal de Fyrsraheim, oblitérant la forteresse des Iron Warriors et expulsant la capitale de son orbite. Fyrstaheim, désaxée et désormais privée des moyens de corriger son orbite, commença sa chute inexorable vers la surface de Vanaheim. Dans les mois qui suivirent, Fyrstaheim s’effrita et se fragmenta, des sections de la Ruche ayant été arrachées lors de la rentrée atmosphérique et éparpillées à la surface de la planète. Le Roi-Loup ne vit rien de tout cela, car une fois le coup de grâce porté, Leman Russ ordonna le retrait de ses forces, satisfait d’avoir condamné 300 millions d’âmes, toutes traîtresses aux yeux du Primarque, à l’oubli.

Le retrait de Leman Russ permit au Forgeguerre de déclarer la victoire et les enregistrements ultérieurs de sa bannière, tant pendant l’Hérésie d’Horus que pendant la Purge qui suivit, montrent qu’elle affichait fièrement sa prétendue victoire sur un Primarque. En réalité, le conflit faisait toujours rage à Vanaheim. Les explosions qui avaient exposé Fyrstaheim aux canons de Hrafnkel étaient dues aux Space Wolves qui avaient embarqué à bord de la Flèche de Fer lors du dernier assaut raté de Gautrek Skyblade contre les Ruches de Vanaheim. Dans ses profondeurs, la VIe Légion fit face à l’ingéniosité tordue des pièges et des défenses de Grawlen, creusant un sillon sanglant à travers les Traîtres qui luttaient pour arracher Fyrstaheim des mains des Iron Warriors. Lorsqu’il devint évident que le nombre réduit de Space Wolves au sein de la Flèche de Fer n’avait que peu d’espoir de remporter la victoire, ils s’efforcèrent au contraire d’infliger une blessure durable à leur ennemi. L’arrivée de Leman Russ et le bombardement de Fyrstaheim qui s’ensuivit leur en donnèrent l’occasion, et le Capitaine Loup - qui avait survécu à son crash dans le hangar des Iron Warriors après avoir été abattu - sabota les générateurs de la forteresse. Après avoir privé la Flèche de Fer de son Bouclier Void, les Space Wolves survivants se retirèrent à la surface de Vanaheim à bord de canonnières volées. À la surface du Monde-Forge, un environnement pas si différent de celui de Fenris, Gautrek Skvblade et ses guerriers, dont il ne restait plus que 200, suivirent le même chemin que Ru’darak avant eux. Prenant le commandement des Légionnaires restés à la surface, Skyblade rejoignit les Légions Éclatées, s’engageant soi-disant à laver sa honte avec le sang des Traîtres.

Pendant toute la durée de l’Hérésie d’Horus et les années amères qui suivirent, les Loyalistes de Vanaheim blessèrent les Traîtres un millier de fois. Ils restèrent une épine dans le pied du Forgeguerre jusqu’à ce que l’Imperium revienne une fois de plus pour libérer le Monde-Forge de ses oppresseurs. Dans les années qui suivirent, le Monde-Forge fut transformé en un monument à la suprématie des Iron Warriors, ses Temples-Forge produisant un flot incessant de matériel, dont une grande partie allait alimenter la Longue Marche du Maître de Guerre sur Terra. La neutralité des Magos dirigeants de Vanaheim s’effrita au fil des ans, certains succombant aux sombres pactes proposés par les Iron Warriors tandis que d’autres s’efforçaient en secret d’aider les quelques Loyalistes encore en lice. La réputation du Monde-Forge en tant que meilleur producteur d’Aéronefs et de matériel atmosphérique disparut, sa population d’ouvriers autrefois qualifiés ayant été saignée à blanc par la brutalité des Iron Warriors. À leur tour, les travailleurs des secteurs conquis par le Maître de Guerre furent importés à Vanaheim, ne possédant que très peu des connaissances nécessaires à la construction des objets finement ouvragés dont le Monde-Forge était jadis fier. Lorsque Vanaheim fut enfin libéré, ses sauveurs trouvèrent un Monde-Forge occupé par des gens dépourvus d’esprit et de fierté, à l’exception de quelques dizaines de Space Marines survivants, portant l’héraldique érodée de quatre Légions de Space Marines, qui avaient combattu les Traîtres jusqu’au dernier.[9]

Source

Pensée du Jour : « Le Traître ne doit attendre aucun salut. »
  • Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook
  1. Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook, Chapter : Fall of Vanaheim (traduit de l’anglais par Trazyn l’Infini)
  2. Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook, Chapter Fall of Vanaheim, The Forge World of Vanaheim (traduit de l’anglais par Trazyn l’Infini)
  3. Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook, Chapter Fall of Vanaheim, The Hives of Vanaheim (traduit de l’anglais par Trazyn l’Infini)
  4. Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook, Chapter Fall of Vanaheim, The Hammer Falls (traduit de l’anglais par Trazyn l’Infini)
  5. Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook, Chapter Fall of Vanaheim, Vanaheim’s Ice Canyons (traduit de l’anglais par Trazyn l’Infini)
  6. Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook, Chapter Fall of Vanaheim, Ice Canyons of Beta-X15A (traduit de l’anglais par Trazyn l’Infini)
  7. Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook, Chapter Fall of Vanaheim, The Pack Hunts (traduit de l’anglais par Trazyn l’Infini)
  8. Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook, Chapter Fall of Vanaheim, Battle for Iron Spyre (traduit de l’anglais par Trazyn l’Infini)
  9. Aeronautica Imperialis - The Horus Heresy : Rulebook, Chapter Fall of Vanaheim, Epilogue (traduit de l’anglais par Trazyn l’Infini)