Cataclysme de Fer

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




« Qu’est-il advenu de nous tous ? Nous ne sommes pas des maîtres du fer, forts et inflexibles, mais des créatures de verre, fragiles et condamnées à se briser. »
- Témoignage du Magos Reaci de la Forge d’Arl’yeth, extrait après l’autodestruction, 012.M31.
Le Cataclysme de Fer.
Au début de l’Hérésie d'Horus, le Culte Mechanicus faisait partie intégrante de tous les aspects de l’Imperium de l’Humanité naissant, avec ses innombrables Mondes-Forges produisant des merveilles technologiques vitales à l’existence continue de l’Imperium et gardiens des innombrables secrets que le Culte thésaurisait. Officiellement, chaque Monde-Forge était lié à Mars et, par association, au Fabricator-Général lui-même, rassemblés au sein d’une entité unique tournée vers le seul but de faire progresser l’Imperium de l’Humanité. En réalité, l’unité perçue du Mechanicum était loin d’être inébranlable, car chaque Monde-Forge avait été indépendant pendant l’Ère des Luttes et, comme toute l’Humanité, le Mechanicum était plein de différences idéologiques et de rancunes mesquines.

L’Hérésie d’Horus a fourni une scène sur laquelle des griefs séculaires ont pu être exprimés, et d’innombrables Mondes-Forges ont été ruinés par la fureur de leurs frères. Peu de conflits internes du Mechanicum peuvent être comparés à celui qui a éclaté dans la Ceinture de Fer, une région de l’espace nommée en raison des nombreux Mondes-Forges de moindre importance situés dans une série de secteurs frontaliers à travers le Segmentum Tempestus et le Segmentum Pacificus. Là, à travers des milliers de mondes, le Mechanicum s’est fait une guerre acharnée contre lui-même, chaque Monde-Forge déclarant son allégeance, que ce soit à l’Empereur, au Maître de Guerre ou à lui-même, pour déterminer le destin de la Ceinture de Fer. Bien qu’il s’agisse principalement d’une guerre entre les myriades de serviteurs du Mechanicum, les feux du conflit se sont avérés aveugles, conduisant aux événements qui se sont produits dans la Ceinture de Fer, connus sous le nom de "Cataclysme de Fer".

Pour bien comprendre la portée et l’ampleur du Cataclysme de Fer, il faut d’abord connaître l’histoire de la région dans laquelle le conflit a eu lieu et des nombreux mondes qui la composent. Bien que les principaux mondes de la Ceinture de Fer soient les Mondes-Forges pour lesquels elle a été nommée, les possessions du Mechanicum ne représentaient qu’une infime partie des planètes qu’elle contenait. En effet, ces Mondes-Forges étaient séparés par des dizaines de systèmes contenant des centaines de planètes, toutes cataloguées par l’Imperium sous la Ceinture de Fer dans les registres astrocartographiques. Chacune d’entre elles avait des liens avec les Mondes-Forges ; des mondes industriels capables de fournir les vastes effectifs de l’Armée Impériale, surveillés par des Technoprêtres vigilants, aux Agri-Mondes qui nourrissaient les habitants de la Ceinture de Fer avec des cultures résistantes modifiées par les Genetors, toutes avaient été manipulées par le Mechanicum.

Il serait compréhensible, mais profondément différent de la vérité, de supposer que la Ceinture de Fer avait un but unique. Hélas, bien que la plupart des Mondes-Forges contenus dans la Ceinture de Fer aient été colonisés avant l’Ère des Luttes, la majorité d’entre eux ont traversé les millénaires suivants dans un isolement total, ignorant tout des luttes qui se déroulaient au-delà des frontières de leurs propres empires. Ainsi isolé, chaque Monde-Forge a écrit sa propre histoire, souvent marquée par des effusions de sang et des pertes, et a créé sa propre culture, ses propres traditions et ses propres valeurs qui, bien que fondées sur une base ancestrale commune, sont très différentes les unes des autres.

C’est ainsi que lorsque la Grande Croisade a commencé sa progression dans le Segmentum Tempestus et le Segmentum Pacificus, elle a rencontré de nombreux Mondes-Forges proches les uns des autres, du moins à l’échelle de la grande galaxie, mais très différents en termes d’idéologie et de tempérament. Les premières incursions dans la région qui allait devenir la Ceinture de Fer se révélèrent lucratives pour l’Imperium, car les conflits étaient rares et la volonté des mondes humains de résister à l’Unification encore plus rare. La première vague d’expansion recruta, en peu de temps, les empires des Forges de Graia, Kalibrax et Urdesh dans l’Imperium, chacun jurant allégeance à Mars après de brèves périodes de négociation entre les deux parties. De telles alliances étaient lucratives pour les deux côtés, car si les Mondes-Forges bénéficiaient désormais des connaissances et de la force de l’Imperium tout entier, la Grande Croisade avait acquis trois nouvelles Legios Titaniques avec lesquelles l’expansion à travers le Segmentum Pacificus et le Segmentum Tempestus pouvait se poursuivre.

Soutenue par cet afflux de renforts, qui ont été hâtivement intégrés dans certaines Flottes Expéditionnaires, la conquête des Segmentums s’est poursuivie à un rythme soutenu. En contribuant à l’effort de guerre de l’Imperium, les possessions des trois Mondes-Forges récemment acceptés augmentèrent avec leurs prouesses sur le champ de bataille, récompensées par l’intendance de dizaines de mondes ayant besoin de conseils dans les décennies à venir. Alors que la Grande Croisade s’étendait de plus en plus loin, les armées de Graia, Kalibrax et Urdesh furent mises à rude épreuve, car toutes ne voulaient pas se plier aux exigences de l’Imperium. Bien que les batailles contre les créatures Xenos soient la source de conflit la plus courante, les guerres les plus dures et les plus âpres furent celles contre les autres Mondes-Forges qui préfèrent l’indépendance à l’unité. C’est ainsi que la Grande Croisade a vu naître d’innombrables griefs, les Mondes-Forges se retrouvant à la tête de l’asservissement d’autres Mondes-Forges, la puissance de la Legio Graia (Astraman) et de la Legio Kulisaetai (les Gardiens de la Porte) étant souvent à l’avant-plan de ces efforts. L’effusion de sang provoquée par ces conquêtes a engendré la désunion au sein de la Ceinture de Fer, car peu d’entre eux pouvaient vraiment oublier la dévastation déchaînée sur leurs mondes par ceux qu’ils étaient maintenant censés appeler des alliés.

À la fin de la Grande Croisade, la Ceinture de Fer s’étendait d’Atar-Median, située près de la limite extérieure du Segmentum Pacificus et foyer de la Legio Atarus (les Tisons), aux lointaines Graia et Valia-Maximal dans le Segmentum Tempestus. Réunis par la conquête, les décennies qui suivirent virent les Mondes-Forges de la Ceinture de Fer s’éloigner les uns des autres, car tandis que certains cherchaient à se rapprocher de Mars, sacrifiant une partie de leur indépendance en échange de connaissances et d’influence, d’autres s’efforçaient d’obtenir une plus grande autonomie, s’éloignant de la Planète Rouge autant que possible. Tous n’acceptaient pas le nouvel ordre et se languissaient des jours passés, se rassemblant dans l’ombre pour murmurer le jour où l’Imperium n’existerait plus.

Les loyautés et idéaux disparates au sein de la Ceinture de Fer se révélèrent un terrain fertile pour les agents du Fabricator-Général et du Maître de Guerre dans les années précédant l’Hérésie d’Horus. Semés sur les mondes jugés les plus sensibles aux tentations du pouvoir et de l’influence, ces agents ont retourné beaucoup de monde contre l’Imperium, jetant les bases d’une guerre qui allait engloutir la Ceinture de Fer. Malgré la planification de la trahison dans la région, les hostilités directes se sont avérées rares au cours des premières années de l’Hérésie d’Horus. Au lieu de cela, la trahison au sein du système de Isstvan a entraîné une guerre froide sur la Ceinture de Fer, alors que les Mondes-Forges manœuvraient pour prendre l’avantage les uns sur les autres, peu d’entre eux étant désireux de déclarer leurs allégeances dans le conflit en cours. Ces années ont été marquées par les postures et les guerres par procuration, les opérations clandestines cherchant à ruiner leur ennemi avec un minimum de risques. Ces efforts se sont avérés largement futiles, car ils n’ont pas permis d’obtenir grand-chose d’autre que d’alimenter la tension qui régnait sur la Ceinture de Fer. Lorsque la guerre éclata, c’est la puissance des Legios Titaniques qui porta le premier coup et les mondes de la région tremblèrent sous leur passage, n’apportant qu’un avenir de mort et de destruction à ceux qui se trouvaient sur leur chemin.[1]

La Chronologie du Cataclysme de Fer[modifier]

« La mort vient pour vous, Traîtres, comme elle vient pour tous ceux qui se sont retournés contre l’Omnimessie et l’Empereur. N’implorez pas la pitié car vous êtes trop mauvais pour la mériter. Laissez vos corps nourrir le sol pour que de nouvelles et meilleures choses puissent pousser à nouveau. N’ayez crainte, car vos noms seront bannis de l’histoire et personne ne se souviendra de votre honte. »
- Princeps Maxima Irukile Barradro des Guêpes de Feu, annonçant leur arrivée sur Urdesh, 012.M31.

La guerre qui allait embraser la Ceinture de Fer avait toujours été destinée à être coûteuse. Dans toute la région, les empires des Forges dominaient, leur pouvoir étant assuré par les armes combinées de leurs forces personnelles et de leurs alliés parmi les Legios Titaniques et les Maisons de Chevaliers de la Ceinture de Fer. Chaque machine-divine était une magnifique construction au but mortel et la Grande Croisade avait prouvé qu’il suffisait d’une poignée de Titans pour conquérir des mondes entiers. Une Legio Titanique n’était pas une arme subtile mais une arme d’anéantissement et six Legios Titaniques notables avaient élu domicile dans la Ceinture de Fer. Lorsque les feux de la guerre se sont éteints, peu de choses sont restées intactes. Le Cataclysme de Fer, bien que se déroulant principalement entre les Mondes-Forges situés dans la Ceinture de Fer, a amené la guerre sur des centaines de planètes habitées, car même ceux qui souhaitaient s’affranchir du conflit en cours se retrouvaient souvent la cible d’ennemis ayant un grand appétit de conquête.

Étant donné l’ampleur du conflit qui a touché la Ceinture de Fer, il est impossible de raconter tous les conflits et toutes les tragédies qui ont frappé la région. Des événements tels que la peste nanyte de Grandati ou la destruction de la Forge Web de Lux Incunabula sont décrits ailleurs. Cet ouvrage se penche principalement sur les actes des Legios Titaniques qui ont été enregistrées comme actives dans la Ceinture de Fer pendant le Cataclysme, car c’est souvent leur puissance qui a façonné le conflit et leur colère qui a dévasté la vie de milliards de personnes.[2]

005-010.M31 : La Tempête qui s'Annonce[modifier]

La nouvelle de la trahison du Maître de Guerre a été accueillie avec peu de fanfare ou d’indignation dans la Ceinture de Fer, car peu de gens dans la région étaient désireux de confirmer leur loyauté. Il est bien connu qu’Atar-Median était resté fidèle à l’Empereur, envoyant une demi-Legio dans le système de Isstvan pour soutenir la tentative des Loyalistes de faire plier le Maître de Guerre, prouvant ainsi leur allégeance à tous ceux de la Ceinture de Fer. De même, Graia a proclamé son intention de combattre au nom de l’Empereur, tandis que les forces de Valia-Maximal se dressaient contre eux, soutenant ouvertement le Maître de Guerre, le Monde-Forge mobilisant rapidement ses forces dans le Segmentum Tempestus. Les rivalités de longue date entre Valia-Maximal et Graia ont été mises en évidence au cours de ces années, le premier Monde-Forge lançant plusieurs assauts sur les possessions du second. Bien que ces assauts ressemblent à des escarmouches dans le contexte du conflit galactique, ils sont remarquables en raison des nombreux rapports d’armes inconnues lancées par Valia-Maximal, dont beaucoup ont infligé des dommages durables aux mondes de Graia. Dans le but de renforcer sa position avant de s’attaquer à Valia-Maximal, Graia a envoyé des missives à travers la Ceinture de Fer, s’enquérant de l’allégeance de tous les Mondes-Forges qui s’y trouvent, bien que peu de réponses aient été enregistrées.

Pour chaque monde qui se montrait désireux de se ranger du côté de Graia et d’Atar-Median en échange de la faveur du plus grand Monde-Forge, il y avait ceux qui n’offraient que des mots vides en réponse et le temps montrerait que leur allégeance avait été achetée par le Fabricator-Général de Mars. Les données de navigation extraites des balises orbitales font état de flottes de ravitaillement en provenance d’Urdesh qui se sont glissées au-delà des cordons impériaux pour livrer des fournitures aux cellules de Traîtres cachées dans le Segmentum Solar. Ailleurs, dans le Gouffre de Findari, des flottes de construction clandestines envoyées par Kalibrax ont travaillé dur pour construire une position fortifiée près du Monde-Forge d’Atar-Median. Cependant, les actions de Kalibrax ne sont pas passées inaperçues, car le Gouffre de Findari avait été équipé de réseaux de tiges de forage destinés à avertir Atar-Median de l’approche de menaces. Reconnaissant que les assurances publiques de Kalibrax quant à leur allégeance à l’Empereur étaient loin d’être sérieuses, des garnisons de Titans des Tisons ont été positionnées à travers la Ceinture de Fer, près de mondes stratégiques en préparation de la guerre imminente.

En 010.M31, toute communication avec la Station Jerulas avait cessé, tandis que l’empire des Forges d’Arachnus avait fermé ses frontières alors que ses habitants se disputaient entre eux, incapables de décider s’ils devaient aider l’Imperium ou forger leur propre voie. Sur Pioro III, 14 Titans ont été abattus lors des affrontements entre la Legio Laniaskara (les Empaleurs) et la Legio Astraman (les Étoiles du Matin), et des millions de personnes prises entre deux feux, peu ont survécu. Au milieu de cette tension et de cette agitation, une seule flotte, portant la livrée de la Legiones Astartes des Iron Warriors, entra dans le Gouffre de Findari, sa présence passant inaperçue pour tous, à l’exception d’Atar-Median, qui la regarda avec crainte.[3]

215010.M31 : Le Gouffre en Guerre[modifier]

Dans ce qui est maintenant considéré comme le premier coup du Cataclysme de Fer, l’arrivée des Iron Warriors a incité Atar-Median à rassembler ses forces pour faire la guerre et tomber sur le Gouffre de Findari. Bien que le Monde-Forge fut depuis longtemps conscient des efforts de Kalibrax au sein du système, et qu’il soupçonnait depuis longtemps que Kalibrax restait au service du Fabricator-Général de Mars, l’arrivée de ceux qui ont prêté serment au Maître de Guerre s’est avérée être une preuve suffisante pour confirmer les motivations de Kalibrax. De plus, les Loyalistes étaient déconcertés par l’arrivée de plusieurs centaines de Légionnaires Iron Warriors, craignant que leur expertise en matière de guerre de siège ne conduise à un achèvement rapide des fortifications de la région. Après de nombreux débats et une analyse tactique approfondie, il a été déterminé que les plans des Loyalistes pour s’emparer du Gouffre de Findari ne pourraient réussir que s’ils étaient accélérés. S’étant engagé sur le chemin de la guerre, Atar-Median a transmis ses découvertes et ses plans d’attaque aux mondes jugés dignes de confiance, comme Graia, et ont tenté d’alerter Terra de leurs découvertes, avant que les forces d’Atar-Median ne se lancent dans la guerre.

Les évaluations tactiques du Gouffre avant son invasion révèlent l’étendue de sa transformation entreprise par les Traîtres. Les bords extérieurs du système montraient une concentration significative de plates-formes de défense orbitale construites sur les vastes ceintures d’astéroïdes, tandis que la planète solitaire abrite une forteresse d’une Legio partiellement construite et garnie de plusieurs manipules de Titans de la Legio Kulisaetai maintenus en stase à l’intérieur. Souhaitant contrôler le secteur et ses défenses plutôt que de le détruire totalement, les forces d’Atar-Median, sous le commandement du Princeps Maxima Millicent Nuvarss, Premier Bouclier d’Atar-Median, ont divisé leur flotte en deux. La première, composée des forces de Taghmata soutenues par plusieurs bannières de la Maison Col'Khak, formait l’avant-garde de l’invasion, sortant du Warp à proximité des défenses extérieures du système. Après avoir essuyé les tirs nourris des stations de défense des Traîtres, les forces du Mechanicum ont rapidement abordé le premier anneau de défenses, les troupes au sol éradiquant méthodiquement tout ce qui s’y trouvait. Alors que la bataille faisait rage, une seconde flotte est entrée dans le système, se dirigeant directement vers la planète solitaire. La perte des défenses extérieures n’a laissé que des batteries orbitales mineures pour repousser la flotte loyaliste et c’est avec peu d’effort que la seconde vague de vaisseaux a pris le contrôle de l’exo-sphère de la planète.

Après avoir pris le contrôle orbital, le complément de vaisseaux de la Legio Titanique Atarus fut lâché sur la planète, avec l’intention de prendre le contrôle de la forteresse des Gardiens de la Porte. Dans un plan caractéristique des actions audacieuses souvent associées aux Tisons, les transporteurs de la Legio ont dégorgé leur cargaison à la périphérie de la forteresse elle-même, risquant le torrent de feu défensif dans un effort pour prendre la Legio Kulisaetai au dépourvu. Ils ont réussi, malgré la perte de quatre Titans dans la conflagration, à atterrir à quelques kilomètres de la forteresse. Le Princeps Nuvarss fut le premier de la Legio Atarus à poser le pied sur la planète, son Titan ayant été renommé Red Naga en mémoire de ceux qui sont tombés sur Isstvan V. Quelques instants après l’atterrissage, les Titans de la Legio Atarus émergèrent, ayant renoncé aux procédures d’atterrissage habituelles afin de capitaliser sur leur audacieux assaut. Cette tactique, bien que laissant près de la moitié de la force d’assaut dans le besoin de réparations mineures, a permis aux Tisons de se déployer en peu de temps. Ce luxe n’a pas été accordé à la Legio Kulisaetai et, alors que les canons des Tisons ouvraient le feu sur les murs de la forteresse, les Traîtres se sont précipités pour réveiller les machines reposant dans leurs nacelles, en effectuant les longs rites de réveil.

La bataille qui s’ensuivit se déroula en deux étapes, les Tisons prenant facilement le dessus sur les défenses extérieures, gardées par une simple poignée de Titans des Gardiens de la Porte. Une fois que les murs extérieurs pris, les Loyalistes se sont aventurés dans le centre caverneux de la forteresse, assurant la protection d’un cadre de Technoprêtres qui, ayant obtenu l’accès aux systèmes centraux, ont travaillé pour arracher le contrôle de la forteresse aux Traîtres. Les rapports post-combat indiquent que six Titans de la Legio Kulisaetai ont été détruits après une heure de combat brutal, tandis que huit Titans de la Legio Atarus ont été endommagés, dont trois ont nécessité des réparations importantes. A leur tour, quatre autres Titans de la Legio Laniaskara, chacun encore endormi dans sa nacelle, ont été capturés par les Tisons, comblant ainsi les pertes qu’ils avaient subies. Dans les jours qui suivirent leur victoire, la Legio Atarus s’efforça de consolider son emprise sur le Gouffre de Findari, chassant les Titans des Gardiens de la Porte qui avaient échappé à la chute de leur forteresse, tandis que le Taghmata d’Atar-Median, soutenue par les Chevaliers de la Maison Col’Khak, consolidait son emprise sur les défenses orbitales du système.

En une semaine de standard solaire, les forces loyalistes avaient pris le contrôle du Gouffre de Findari, chassant les Traîtres et remportant la première victoire du conflit à venir. Regardant vers l’extérieur, Atar-Median a lancé l’appel à la guerre, sachant que ses actions seraient probablement l’étincelle qui déclencherait une guerre totale à travers la Ceinture de Fer.[4]

302010-552010.M31 : L'Invasion de Ny'Drinah[modifier]

Les enregistrements de navigation extraits des banques de données de l’ancrage de la flotte de Paradonal, situé dans le sous-secteur de Ny’Drinah, indiquent que des perturbations Warp, suggérant le mouvement d’un nombre important de vaisseaux se dirigeant vers le système, ont été détectées 17 jours standard solaires après qu’Atar-Median soit entré pour la première fois dans le Gouffre de Findari. Quelques heures plus tard, plusieurs centaines de vaisseaux, portant les couleurs d’Urdesh et de Kalibrax, ont émergé du Warp dans le système Paradonal’ny, détruisant ses stations de défense avec des pertes minimales et revendiquant le mouillage de la flotte. Peu de temps après, les Astropathes de la Ceinture de Fer firent part d’un message très répandu, envoyé depuis des origines inconnues, appelant à "…parcourir tous les mondes, anciens ou nouveaux, qui se sont détournés de l’Omnimessie et de ses représentants bénis en faveur d’idoles lointaines enveloppées de mensonges." Agissant selon des stratégies prédéfinies, les Traîtres des Mondes-Forges ont commencé à revendiquer les mondes de valeur du sous-secteur Ny’Drinah. La conquête du sous-secteur s’est avérée rapide. Après s’être assurée d’une base d’opérations grâce à la capture du système Paradonal’ny, la flotte des Traîtres s’est attaquée à ses cibles secondaires. Le cœur de la force des Traîtres était constitué de Titans issus de la Legio Damicium (les Seigneurs Inébranlables) et de la Legio Kulisaetai, dont les effectifs variaient selon les estimations entre 25 et 70 engins renégats engagés dans la conquête et dont la puissance considérable dépassait de loin celle des défenseurs éparpillés dans le sous-secteur Ny’Drinah. L’assaut des Traîtres a notamment coïncidé avec le début du cycle de négociation au cours duquel la prochaine décennie d’approvisionnement industriel a été répartie entre les mondes de la Ceinture de Fer. Ce moment était sans doute destiné à exploiter les lois qui garantissaient que seule une force symbolique de chaque Monde-Forge demandeur était autorisée à entrer dans le sous-secteur, de peur que des accusations de pression extérieure influençant les négociations ne soient portées contre le processus. Conformément à cet édit, moins d’une décade de Titans Loyalistes, composés d’un mélange de machines-divines des Legio Atarus, Venator (lrs Araignées de Fer) et de Astraman, se trouvaient dans le sous-secteur lorsque les Traîtres ont commencé leur invasion et représentaient la seule force capable de vaincre un assaut mené par une Legio Titanique. Face à une force renégate capable d’attaquer plusieurs mondes à la fois, les Titans Loyalistes ont rapidement accepté l’incapacité de leur force à défendre l’ensemble du sous-secteur et se sont redéployés dans le système Xiloci’ny, se rassemblant pour défendre la capitale du sous-secteur et attendre l’aide d’alliés plus éloignés.

Dans les semaines qui suivent la chute du système Paradonal’ny, les Traîtres renforcent leur emprise sur le sous-secteur Ny’Drinah, prennent le contrôle de quatre autres systèmes avant de tenter de conquérir le Monde-Ruche de Xiloci II. Ici, l’avancée des Traîtres s’est arrêtée, leurs Legios Titaniques étant confrontées aux défenses considérables des Cités-Ruches et aux vaillantes représailles des Titans Loyalistes, largement inférieurs en nombre. Dans un effort pour sortir de l’impasse, les mondes capturés par les Traîtres ont été utilisés pour alimenter la conquête de Xiloci II ; le flux d’approvisionnement des Mondes Miniers conquis a été canalisé vers l’intérieur, augmentant la construction de matériel pour les flottes des Traîtres dans le sous-secteur, tandis que les centres de population jugés "non essentiels" à la poursuite de l’effort de guerre ont été transformés en vastes légions de guerriers sans cervelle augmentés par la technologie profane qui ont été lancés contre les défenses des Loyalistes pour saper le moral et épuiser les ressources. En 552010.M31, seuls les systèmes Xiloci'ny et Uridoci'ny sont restés fermes face à l’invasion, leurs mondes envoyant de fréquents appels à l’aide.[5]

706010.M31 : Dévastation de Yanazar IV[modifier]

Le premier signe de soulagement pour les défenseurs du sous-secteur Ny’Drinah est apparu lorsqu’une flotte d’exploration d’Atar-Median est entrée dans le système Yanazar’ny avec l’intention d’établir une tête de pont dans le sous-secteur. Avec eux se trouvaient deux manipules de Titans de la Legio Venator envoyés d’Arachnus, ces renforts étant envoyés en signe de bonne foi à l’Imperium. Un tel acte était sans doute motivé par des missives de la Maison Impériale ayant exprimé des inquiétudes quant à l’arrêt de la production d’armes destinées à la Legio Custodes par le Monde-Forge. Les rapports officiels font état de la diminution des expéditions expédiées depuis le Monde-Forge dans les années qui ont suivi les événements du système de Isstvan, sans doute gênées par l’escalade des tensions entre les factions politiques d’Arachnus. Ce complément de Titans de la Legio Venator devait être la première de plusieurs manipules des Araignées de Fer engagées dans le conflit en cours dans le sous-secteur. La première cible de l’ire des Loyalistes fut le Monde Minier de Yanazar IV, une planète glaciale remarquable pour posséder d’importantes concentrations de dépôts de monazite et de bastnäsite sous la surface, garnie par un détachement de Titans de la Legio Laniaskara envoyé de Valia-Maximal. Sous le couvert d’un bombardement orbital, les Araignées de Fer, dirigées par la sous-Princeps Jandolla Altreax, descendirent à la surface et marchèrent sur les Titans des Empaleurs retranchés qui gardaient la seule bande de carrières minières qui avait survécu à la première invasion. Alors que la bataille s’engageait, les Araignées de Fer au sol ont été averties de l’entrée d’une flotte renégate dans le système et ont engagé la flotte loyaliste. En infériorité numérique en orbite, la flotte loyaliste a été rapidement repoussée et privée des moyens d’extraire ses alliés à la surface. Les rapports finaux notent que l’assaut initial des Araignées de Fer a été couronné de succès, les Loyalistes reprenant le contrôle des carrières avant de se retrouver piégés sur la planète et confrontés à une nouvelle vague d’atterrisseurs, portant la livrée de la Legio Damicium, descendant sur Yanazar IV.[6]

874010.M31 : Point de Bascule[modifier]

La force principale des Loyalistes, envoyée de Graia avec deux demi-Legios des machines des Étoiles du Matin et commandée par le Magos Dominus Xixos, a choisit le système Uridoci’ny comme première cible. Sur Uridoci VI, un Monde Minier dépendant de l’exploitation des gisements de phosphorite, un conflit d’un mois entre la Legio Astraman et la Legio Kulisaetai a ruiné l’industrie du monde, avec huit Titans abattus, et 13 autres nécessitant des réparations importantes. Ailleurs, la population d’Uridoci II a été réduite à moins d’un dixième de ce qu’elle était avant le Cataclysme, massacrée lors d’une campagne de boucherie massive menée par la Maison Gothrith, qui a construit des monuments de cadavres dédiés au Maître de Guerre et recouverts de symboles rituels. Les quelques survivants du monde ont été épargnés par la Maison Moritain, qui a fait le serment de défendre les derniers avant-postes de la civilisation sur la planète, engageant les guerriers de la Maison Gothrith dans les villes en ruines d’Uridoci II et les chassant de la planète. Le départ de la Maison Gothrith a été marqué par l’apparition d’une peste virulente parmi les survivants qui a fait 300 000 morts et a forcé la mise en quarantaine complète de la planète entière, la condamnant à une mort lente. Lorsqu’il a été jugé que la peste avait suivi son cours, une secte de Genetors du Mechanicum est descendue à la surface pour trouver un monde dépourvu de vie humaine, ainsi qu’un vaste catalogue de noms énumérant chaque individu dont la vie a été emportée par la Maison Gothrith et la maladie qui s’en est suivie, consigné avec diligence par les Scions de la Maison Moritain, même s’ils ont eux aussi succombé à la maladie.

Le coup de grâce pour les Traîtres a été donné sur l’Agri-Monde d’Uridoci III. Contre la petite garnison de Titans des Gardiens de la Porte, Graia a envoyé une vingtaine d’Étoiles du Matin dans une démonstration de force écrasante conçue plus comme un geste symbolique que comme une nécessité tactique. Dans un acte de représailles, les Empaleurs ont refusé d’affronter les Loyalistes en combat ouvert, faisant exploser des centaines d’ogives nucléaires à la surface de la planète, ce qui a entraîné un changement radical de l’atmosphère et la mort de toute sa population. Cet acte s’est avéré adapté pour démoraliser la résistance de ceux qui étaient encore fidèles à l’Empereur dans la Ceinture de Fer, la mort d’Uridoci III étant diffusée dans toute la région comme un avertissement à tous ceux qui s’opposaient au Maître de Guerre. En réponse, de nombreux mondes se sont rendus aux forces des Traîtres par peur de subir le même sort. En revanche, les flammes de l’insurrection se sont allumées sur le mouillage de la flotte de Paradonal, culminant avec la destruction d’un vaisseau cercueil de la Legio Damicium abritant quatre Titans Warlord, lorsque les rebelles ont pris le contrôle de plusieurs stations de défense. D’importants dégâts ont ensuite été enregistrés dans les baies d’amarrage orientales de l’ancrage de la flotte lorsque les débris de la destruction du vaisseau ont heurté la station, la rendant inutilisable et nécessitant d’importantes réparations.[7]

924010.M31 : Le Secours de Xiloci II[modifier]

Les dommages causés à l’ancrage de la flotte de Paradonal par les dissidents des secteurs contrôlés par les Traîtres ont entraîné une vaste réduction de la capacité opérationnelle de la station, causant de nombreux retards dans le déploiement des renforts des Traîtres à travers la Ceinture de Fer. Cela a conduit les Traîtres à détourner des forces du siège prolongé de Xiloci II pour renforcer d’autres systèmes. Lorsque la nouvelle est parvenue au Magos Dominus Xixos, commandant des forces loyalistes dans le sous-secteur de Ny’Drinah, une force de secours a été envoyée sur Xiloci II pour tirer parti de ces nouveaux développements.

L’objectif principal de la force loyaliste était de s’emparer de Xiloci II, en partant du principe qu’en prenant la capitale du sous-secteur, elle priverait les Traîtres de la possibilité de remporter la victoire dans la région. À cette fin, trois détachements de Titans de la Legio Astraman, totalisant 25 machines-divines, ont atterri sur Xiloci II dans des zones d’atterrissage sécurisées par les Loyalistes déjà présents à la surface. En réponse, les Traîtres ont déplacé leurs forces pour sécuriser leurs lignes de siège, créant des fortifications renforcées autour des Cités-Ruches non conquises. Ce faisant, les Traîtres ont sacrifié leur élan, formant des poches de résistance isolées que les Loyalistes pouvaient attaquer à leur guise. Tirant parti de cette situation, la Legio Astraman a mené une campagne de conquête méthodique, formant trois fronts qui ont assailli les Cités-Ruches à proximité les unes des autres pour empêcher les positions des Traîtres de se renforcer mutuellement. La conquête qui en a résulté n’a enregistré que des pertes minimes pour la Legio Astraman, les Étoiles du Matin s’appuyant sur des manipulations composées en grande partie de Reavers et de Warlords capables d’engager les éléments les plus forts de la Legio Kulisaetai et de percer les lignes des Traîtres.

Après trois mois de guerre prolongée, les Traîtres ont été évincés de la majeure partie de Xiloci II, leurs forces terrestres ne tenant qu’une poignée de Cités-Ruches après que Kalibrax ait évacué les éléments survivants de la Legio Kulisaetai. La dernière résistance au contrôle des Loyalistes a été écrasée après un assaut déterminé contre la Cité-Ruche de Tartunrus Spyre, auquel Xixos lui-même a pris part, en commandant directement le conflit depuis le Titan des Étoiles du Matin, Grace of Wrath. Peu désireux de consacrer du temps et des vies à un autre siège, le destin de Tartunrus Spyre fut scellé lorsque les canons d’Astraman furent tournés vers la montagne autour de laquelle la ville était construite, l’ensevelissant sous une avalanche de pierre. Une fois la domination de Xiloci II assurée, les Chevaliers de la Maison Col’Khak ont été chargés d’éradiquer toute résistance restante tandis que Xixos engageait ses forces pour reprendre le contrôle des mondes restants dans le système Xiloci’ny et au-delà.[8]

182011.M31 : Le Destin de la Station Jerulas[modifier]

La guerre au sein du système Ny’Drinah, bien qu’initialement un succès pour les forces renégates, se retourna rapidement contre eux après la perte du système Xiloci’ny. Les choses se sont compliquées avec l’arrivée des flottes d’Atar-Median et d’Arachnus, ce dernier Monde-Forge engageant nombre de ses Princeps les plus expérimentés de la Grande Croisade dans la guerre en cours. Ni Urdesh ni Kalibrax ne pouvaient espérer égaler la puissance des trois Mondes-Forges rassemblés et les forces de Valia-Maximal ont trouvé une grande partie de leurs forces engagées dans les secteurs orientaux de la Ceinture de Fer, les empêchant d’envoyer le niveau d’aide nécessaire pour faire reculer la force loyaliste en marche. Pour compenser, les Traîtres ont cherché à obtenir l’aide de Mondes-Forges moins importants, en envoyant des flottes d’émissaires sur des mondes tels que Lux Incunabula, Gantrin et Jerulas Station.

À Jerulas Station, le Mechanicum Noir espérait trouver un allié qui, bien que loin d’être le plus grand des Mondes-Forges, servirait de terrain fertile pour l’expansion rapide de son industrie et l’acceptation des nombreuses pratiques employées par l’ordre des Traîtres. Il était bien connu que Jerulas Station et ses habitants méprisaient l’Imperium et n’étaient maintenus en ordre que grâce à la force de la garnison stationnée sur le Monde-Forge. La Tempête de la Ruine et le Cataclysme de Fer avaient coupé les communications à travers la Ceinture de Fer et ni les Loyalistes ni les Traîtres n’avaient maintenu le contact avec Jerulas Station depuis plus de trois années standard ; le dernier communiqué enregistré en provenance de ce monde datant de 942008.M31, sous la forme d’un appel de détresse de la garnison impériale sur le Monde-Forge, signalant une rébellion généralisée ainsi que la présence d’entités d’origine inconnue dans les rangs des insurgés.

Ce n’est qu’en 011.M31 que le sort de Jerulas Station a été découvert. Une flotte envoyée d’Urdesh pour négocier un traité avec ce monde a trouvé une planète morte, dépourvue de vie et de civilisation ; des captures d’images réalisées à partir de vaisseaux renégats récupérés montrant d’imposants édifices de métal dépourvus de caractéristiques, placés là où se trouvaient autrefois des forges productives. Les restes d’innombrables vaisseaux spatiaux en orbite de Jerulas Station furent les seuls signes d’un conflit prolongé et brutal. Les auteurs de ce conflit ont été révélés quelques instants seulement après qu’une équipe de recherche Urdeshi ait atterri sur le Monde- Forge. Comme en réponse à l’intrusion, une cacophonie de données binaires a été déclenchée, les édifices de la surface se sont animés et des dizaines de signaux de vaisseaux sont apparus parmi les débris dans l’orbite de Jerulas Station, tandis que des vaisseaux métalliques de conception inconnue se sont mis en marche et ont lancé des rayons d’énergie en cascade sur la flotte. Dans une succession rapide, la flotte a été réduite à un tiers de sa force de départ, les forçant à abandonner Jerulas Station et l’équipe de recherche à sa surface.[9]

218011.M31 : La Marée Noire[modifier]

Dans les années qui ont suivi les événements survenus dans le système de Isstvan, la loyauté de l’Empire d’Arachnus était devenue suspecte. À l’intérieur des frontières d’Arachnus, deux sectes idéologiques en guerre se livraient une bataille politique qui déterminerait l’allégeance de l’Empire des Forges. Ceux qui avaient passé des décennies à servir dans la Grande Croisade avaient un grand respect pour l’Imperium et ses valeurs et préconisaient de s’opposer au Maître de Guerre pour aider l’Empereur, tandis que d’autres affirmaient que le conflit en cours était la toile de fond parfaite pour qu’Arachnus puisse à nouveau prendre le contrôle de sa propre souveraineté. Ce désaccord semblait avoir été réglé à la suite d’expressions répétées d’inquiétude de la part de l’Imperium, entrelacées de menaces implicites de la part de la Maison Impériale elle-même, qui ont demandé au Monde-Forge de reprendre les envois d’aide et de fournitures aux mondes situés dans la Ceinture de Fer et au-delà. En réponse, les dirigeants d’Arachnus ont envoyé plusieurs flottes et plusieurs dizaines de machines de la Legio Venator pour aider la poussée loyaliste dans le sous-secteur Ny’Drinah. Il incomba à ceux qui avaient largement servi durant la Grande Croisade de diriger les efforts de guerre de la Legio Venator au sein de la Ceinture de Fer, tandis que d’autres éléments se virent confier la tâche de garder les frontières d’Arachnus. Une observation attentive des dossiers de déploiement montre que la répartition de la force militaire en dehors des frontières de l’Empire d’Arachnus était en grande partie constituée de ceux qui refusaient de soutenir l’idée d’indépendance, ce qui les plaçait très loin du Monde-Forge.

Selon les archives personnelles du Général Atticus von Nyrumbar, commandant du 135e Régiment de l’Armée Impériale Bintarienne, stationné à Nizkara, deuxième lune d’Arachnus, les premiers rapports de conflit sur Arachnus sont arrivés dans les derniers jours de 010.M31, avec des données indiquant la décharge d’armes à feu dans la principale forteresse de la Legio sur le Monde-Forge. Après avoir engagé de nombreux éléments dissidents de la Legio Venator dans des conflits lointains, la Legio Titanique d’Arachnus élimina ceux qui résistaient encore à la rébellion contre l’Imperium avant de purger le Monde-Forge des autres opinions dissidentes. Dans ce qui sera connu sous le nom de "Purge du Trident", le conflit engloutit Arachnus et ses deux lunes, Iktomia et Nizkara, avec des estimations ultérieures évaluant le nombre de morts à plusieurs millions et 37 Titans enregistrés comme étant tombés. Après trois jours de conflit prolongé, les éléments rebelles d’Arachnus ont pris le contrôle incontesté du Monde-Forge et d’Iktomia, bien que les batailles ont toujours fait rage à la surface de Nizkara en raison de la résistance farouche menée par une poignée de Titans loyalistes de la Legio Venator. Dans un message adressé à tous ceux qui se trouvent dans la Ceinture de Fer, Arachnus s’est déclaré comme un état indépendant et annonça que quiconque le défierait serait puni. En reconnaissance de ce nouvel état de fait, la faction traîtresse de la Legio Venator fut rebaptisée Legio Tritonis en hommage aux trois corps célestes, Arachnus et ses deux lunes, dont la Legio Titanique était originaire. D’autres les connaissaient sous un autre nom, les appelant "Marée Noire" en raison de la destruction généralisée qu’ils provoquaient chez tous ceux qui s’opposaient à eux.[10]

441011-642013.M31 : Le Siège de Graia[modifier]

Le conflit à travers la Ceinture de Fer ne se limitait pas au sous-secteur de Ny’Drinah durant les premières années, et dans la zone orientale de la région, le conflit sporadique entre Graia et Valia-Maximal avait dégénéré en guerre totale. L’avantage était du côté de Valia-Maximal, car une partie importante des forces de Graia était engagée à la fois dans la conquête du sous-secteur Ny’Drinah et dans l’escalade du conflit dans le système Beta-Garmon. En revanche, le Monde-Forge renégats avait passé les années précédant le début du Cataclysme à rassembler ses forces en prévision de la guerre à venir. Le rôle joué par Graia dans la conquête de Valia-Maximal au cours de la Grande Croisade est bien connu, tout comme les nombreuses pétitions refusées par Valia-Maximal pour demander des réparations pour les dommages que les Étoiles du Matin ont infligés à leur monde. Désireux de se venger de ces pertes, Valia-Maximal a lâché ses forces sur trois systèmes stellaires voisins de Graia, les conquérant les uns après les autres et privant les Loyalistes de l’accès à plusieurs mondes industriels bien développés qui permettaient la production d’autres machines des Étoiles du Matin. En réponse, Graia a rapidement envoyé des manipules dans les trois systèmes tout en rappelant une grande partie de ses forces engagées ailleurs dans la galaxie, forçant ses alliés à terminer la conquête du sous-secteur Ny’Drinah. Cette réponse rapide a été motivée par des rapports indiquant que le Magos Dominus-Alpha Hieroneyum, commandant général des clades de Valia-Maximal responsables de la mort de milliards de personnes au service de Graia, était présent sur la ligne de front. Il devint rapidement évident pour les forces loyalistes que les mouvements de Valia-Maximal étaient trompeurs dans leurs intentions, les trois systèmes conquis étant occupés uniquement par les survivants choqués qui racontaient des histoires d’une brève invasion suivie d’un retrait rapide. Alors que les flottes loyalistes parcouraient le système à la recherche d’éventuels traîtres, des messages de Graia sont arrivés, révélant le véritable plan des Traîtres : les forces de Valia Maximal s’étant déplacées directement sur le Monde-Forge lui-même.

Bien que privée d’une grande partie de sa flotte et de sa Legio Titanique, Graia n’était pas sans défense, avec son réseau de défenses orbitales capable de déployer une puissance de feu considérable contre la flotte d’invasion. Pour contrer cela, Valia-Maximal avait rééquipé plusieurs de ses cuirassés avec des Canons Nova fortement modifiés destinés à surpasser les stations orbitales de Graia. Alors que la bataille faisait rage en orbite, une force d’attaque de Titans de la Legio Laniaskara a été lâchée sur le Monde-Forge lui-même, s’emparant d’une large bande de forges avant qu’une défense efficace puisse être mise en place. Les tentatives de débarquement de forces terrestres supplémentaires se sont avérées infructueuses, certains rapports suggérant des mouvements parmi le réseau de stations spatiales, malgré l’absence de trace de leur capacité à le faire, en opposition directe aux mouvements de la flotte des Traîtres. Avec le temps, la flotte renégate s’est retirée du système de Graia, laissant plus de 30 Titans de la Legio Laniaskara déployés sur le Monde-Forge qui se sont engagés dans une campagne de destruction soutenue à la surface de Graia.[11]

584011.M31 : Le Protectorat de l'Acier Insoumis[modifier]

Ceux qui étaient partagés entre la loyauté envers l’Empereur et le Maître de Guerre n’étaient pas les seuls combattants pendant le Cataclysme de Fer. Dans toute la galaxie, toutes sortes d’âmes perdues, démunies et abandonnées ont cherché un nouveau but, et beaucoup ont choisi de ne plus prêter allégeance à personne d’autre qu’eux-mêmes. Dans la Ceinture de Fer, le Monde-Forge d’Arl’yeth était devenu la cible d’une telle force opportuniste après que de nombreux Titans des Étoiles du Matin restés pour défendre le monde aient été rappelés en réponse à l’invasion de Graia. Peu de temps après, Arl’yeth a été l’un des premiers à ressentir la pression des Titans ayant prêté serment à un empire des Forges en plein essor, connu sous le nom de "Protectorat de l’Acier Insoumis". Treize Titans, portant la livrée défigurée de sept Legios Titaniques différentes, dont la Legio Astorum et la Legio Damnatus, débarquèrent sur Arl’yeth, exigeant la soumission de la planète et menaçant de la conquérir en cas de refus. Bien qu’Arl’yeth se soit montrée ferme dans sa défiance, le monde lui-même était gardé par des bataillons inexpérimentés de Taghmata du Mechanicum soutenus par trois Legio Astraman. Six heures après le début de la bataille, le dernier Titan des Morning Stars est tombé sous les balles des machines d’invasion et Arl’yeth s’est rendu, rejoignant plus d’une douzaine d’autres mondes qui avaient été incorporés au Protectorat. Dans les mois qui ont suivi la chute d’Arl’yeth, de multiples rencontres avec des Titans associés au jeune empire des Forges ont été signalées, dont beaucoup ont rapidement dégénéré en violence, le Protectorat cherchant à étendre son domaine.[12]

049012.M31 : La Conquête de Ny'Drinah[modifier]

Après la perte d’Arachnus aux mains de la Legio Tritonis, les Araignées de Fer ont manifesté leur désir de reconquérir leur monde natal, lançant plusieurs assauts infructueux contre les possessions d’Arachnus. Il est rapidement devenu évident que leurs efforts ne seraient guère fructueux sans l’aide de leurs alliés, qui considéraient tous la sécurisation du sous-secteur Ny’Drinah comme une cible plus prioritaire qu’Arachnus. Le Princeps Maxima Procolus, Grand Maître par intérim de Legio Venator, souhaitant être aidé dans ses efforts pour sécuriser sa planète natale, engagea toutes les forces des Araignées de Fer dans le sous-secteur, concluant un accord avec Atar-Median selon lequel, après la conquête complète de Ny’Drinah, la Legio Atarus engagerait une partie de ses forces dans la guerre contre Arachnus. Bien que les effectifs des Loyalistes dans le sous-secteur aient été réduits par le redéploiement de nombreux Titans de la Legio Astraman sur le front oriental de la guerre, les 60 machines apportés par la Legio Venator ont rapidement renversé la vapeur, avec une série d’assauts rapides chassant le Legio Damicium du système Yanazar’ny et récupérant les machines tombées de la Legio Venator sur la planète ravagée de Yanazar IV, son exploitation minière étant jugée inopérante en raison du niveau des dommages qui lui ont été infligés. De même, les Loyalistes ont assailli le système Paradonal’ny, engageant 50 Titans, de la Legio Atarus et de la Legio Venator, pour assiéger les Traîtres retranchés autour de l’ascenseur orbital de Paradonal I relié à l’ancrage de la flotte en orbite. Le siège qui s’ensuivit, au cours duquel 18 Titans tombèrent, prit fin lorsque les Traîtres tournèrent leurs canons vers l’ascenseur orbital lui-même, coupant le lien entre l’ancrage de la flotte et la planète. Les débris qui en résultèrent tombèrent sur la position des Traîtres, tuant le Magos Dominus Xixos et neuf Titans loyalistes ainsi que les quelques Titans renégats restants, tout en causant des dommages catastrophiques à la biosphère de la planète.

Cet ultime acte de malveillance, commis alors que les Traîtres restants se retiraient, laissa les Loyalistes au contrôle d’un sous-secteur ravagé, dont l’industrie et la population étaient sévèrement réduites par rapport à ce qu’elles étaient avant l’invasion ; les recensements effectués deux décennies après l’invasion du sous-secteur font état d’une diminution de 64% de la population et de 76% de la production industrielle, par rapport aux chiffres enregistrés avant le début de l’Hérésie d’Horus. Bien qu’il ne fut plus capable d’approvisionner les Mondes-Forges loyalistes comme il l’avait fait par le passé, le sous-secteur s’est avéré stratégiquement viable, notamment parce qu’il offrait aux Loyalistes un bastion à partir duquel ils pouvaient attaquer directement les Mondes-Forges renégats. Plus important encore, la victoire dans le sous-secteur a également servi à soutenir le moral des forces loyalistes, incitant de nombreux habitants de la Ceinture de Fer dont l’allégeance était jusque-là indéterminée à annoncer leur soutien à l’Empereur, sapant ainsi les tentatives des Traîtres de trouver de nouveaux alliés.[13]

091012-417012.M31 : Feu et Fureur[modifier]

Le Cataclysme de Fer entra dans une nouvelle phase après l’éviction des forces des Traîtres du sous-secteur Ny’Drinah. Contraints à l’arrière-plan, les Traîtres ont commencé à renforcer leurs propres possessions en prévision des incursions des Loyalistes tout en libérant des flottes spécialisées, chacune ne contenant qu’une poignée de vaisseaux, pour ravager les mondes de la Ceinture de Fer dans le but de fragmenter et de retarder les forces Loyalistes. Ces flottes se sont lancées dans une campagne de terre brûlée, parcourant la Ceinture de Fer à la recherche de points faibles à exploiter, ciblant souvent les mondes qui avaient récemment pris parti pour Graia et Atar-Median. Les rapports tactiques indiquent que ces flottes étaient équipées de nombreux exemples de vaisseaux du Mechanicum Noir conçus pour infliger des dommages maximaux à tout monde sur lequel ils étaient lâchés, les rendant souvent inhospitaliers à la vie naturelle. Beaucoup de ces flottes portaient des armes qui avaient été lâchées sur les possessions de Graia au début de la guerre et dont la puissance n’avait fait qu’augmenter au cours des années suivantes. Parmi les douzaines d’atrocités commises par ces flottes, la destruction du système d’Aultarun et la seconde invasion du Gouffre de Findari figurent parmi les plus notables.

Dans le système d’Aultarun, les Titans de la Legio Kulisaetai se sont lancés dans une campagne de massacres gratuits, s’attaquant aux milliards de réfugiés qui s’étaient installés sur les Agri-Mondes du système pour tenter d’éviter la guerre en cours. Leurs actions, bien qu’il n’y ait pas de modèle discernable, ont servi à déclencher un étrange rituel similaire dans sa conception et son but à celui qui a été infligé au monde lointain de Calth. À Aultarun, cependant, personne n’était capable d’arrêter la manipulation de son étoile et, en quelques jours, le soleil du système avait subi des milliards d’années d’expansion. Les mondes qui n’ont pas été dévorés par l’étoile ou purgés par de violentes radiations ont été consumés par une faille Warp créée par le sacrifice de milliards de personnes. La déchirure de la réalité qui en résulta fut bientôt connue sous le nom de "Cri du Réfugié", sa lumière maléfique étant visible sur les mondes de la Frange Occidentale du Segmentum Pacificus.

Dans le Gouffre de Findari, une méthode de mort différente, mais non moins destructrice, s’est abattue sur les Loyalistes. Le monde stérile qui se trouvait à l’intérieur de ses frontières a vu la trace des renégats une fois de plus quand un assaut, dirigé par les guerriers de la Maison Vextrix, a touché la planète. Cela a causé une grande confusion pour le Premier Bouclier Nuvarss qui avait été chargé de défendre le Gouffre, car la force rassemblée par les Traîtres ne représentait qu’une menace minime pour les défenses érigées par Kalibrax des années auparavant et renforcées depuis par les Technoprêtres d’Atar-Median. Les actions des forces des Traîtres étaient également en contradiction avec les tactiques d’invasion conventionnelles, avec des groupes itinérants de Chevaliers de la Maison Vextrix se déplaçant d’un endroit à l’autre, avec des preuves de l’effondrement des sites de fouilles au centre de chacun d’entre eux. Afin de comprendre la logique des forces des renégats, une directive a été émise demandant la capture et l’interrogation d’un Technoprêtre félon afin de connaître le but de l’invasion. Après plusieurs semaines de batailles, au cours desquelles la Maison Vextrix a réussi à abattre trois Titans des Tisons dans les falaises de l’épine dorsale du monde, les guerriers de la Maison Col’Khak ont atteint leur objectif, en capturant un Technoprêtre abandonné par les Traîtres qui avaient évacué précipitamment la surface de la planète.

Les journaux d’interrogatoire transmis à Atar-Median toutes les heures parlent d’un Technoprêtre apparemment rendu fou par le code corrompu qui infeste ses algorithmes. Le dernier journal, transmis alors que la flotte des Traîtres atteignait la limite du système du Gouffre de Findari, a été brusquement coupé, ses dernières secondes n’enregistrant que des rires déchirants entrecoupés de rafales de code corrompu. Quelques instants plus tard, les stations augures déployées dans le Gouffre de Findari signalèrent des signaux correspondant à la détonation d’ogives cycloniques sous la surface de Findari Prime, peu avant que le monde lui-même ne soit réduit en miettes, emportant avec lui des dizaines de milliers de guerriers Atar-Median, dont une décade de Titans des Tisons. Après la destruction de Findari Prime, les flottes de récupération d’Atar-Median sont entrées dans le système pour récupérer tout ce qui avait de la valeur et c’est là qu’elles ont rencontré un seul vaisseau renégat. Ouvrant les communications, le vaisseau traître lança un avertissement moqueur, déclarant que le destin de Findari Prime attendait quiconque continuait à s’opposer au Fabricator-Général de Mars avant de battre en retraite face aux représailles impériales.[14]

386012.M31 : L'Incendie de Malhanr[modifier]

La destruction causée par les Traîtres à travers la Ceinture de Fer a conduit à une famine généralisée, car les Agri-Mondes étaient souvent la cible d’agressions en raison de l’absence de défenses capables de repousser même une poignée de Titans. Les tentatives de s’approvisionner en nourriture ailleurs dans la galaxie se sont avérées insoutenables, car d’innombrables mondes avaient été pillés par les forces loyalistes et renégates, laissant la plupart des planètes peu disposées ou incapables de partager leurs ressources. Pour reconstituer les réserves de nourriture qui s’amenuisaient, les deux camps ont redéployé une partie de leurs forces pour sécuriser les Agri-Mondes capables d’assurer une production continue. C’est cette cause qui a conduit la Legio Atarus et la Legio Laniaskara sur le monde de Malhanr, les deux camps en guerre causant des dommages irréversibles à l’écosystème, le rendant incapable de produire de la nourriture et privant le système d’un autre précieux Agri-Monde. La situation sur Malhanr s’est compliquée lorsqu’une flotte de pillards Xenos, qui n’était plus contenue par les flottes impériales qui patrouillaient dans les secteurs environnants, a détruit les flottes impériales et renégats en orbite autour de la planète, bloquant les deux forces sur l’Agri-Monde en ruines avec peu d’espoir d’être secourues. Privées de toute chance de s’échapper ou d’obtenir des renforts, la guerre sur Malhanr se poursuivit malgré tout, les deux camps recourant à des tactiques de guérilla, les Tisons et les Empaleurs cherchant à se détruire mutuellement, leur conflit étant entrecoupé d’affrontements contre les pillards Xenos qui descendirent sur la planète. Ce n’est que des années plus tard que le sort de ceux qui se sont battus à la surface de Malhanr a été révélé, lorsque les équipes d’atterrissage de l’Imperium sont arrivées sur la planète et ont été accueillies par un seul Reaver endommagé des Tisons nommé le Fire of Resolve. Seul survivant du conflit, le Fire of Resolve était taché et abîmé par des années de guerre, mais la machine-divine restait intact, sept nouvelles marques de cibles abattues étant grossièrement gravées sur son armure.[15]

149012-856012.M31 : La Censure d'Urdesh[modifier]

La chute du sous-secteur Ny’Drinah a permis de préserver un noyau industriel qui, bien que gravement endommagé, s’est avéré suffisant pour faciliter le rééquipement rapide des Legios Titaniques Loyalistes en vue de la prochaine étape de la conquête. Bien que de nombreux conflits faisaient rage à travers la Ceinture de Fer, les Loyalistes ont jeté leur dévolu sur les Mondes-Forges d’Urdesh et d’Arachnus, détenus par les renégats.

L’assaut sur Urdesh n’était pas uniquement motivé par le désir de punir les Traîtres, car des messages en provenance de Terra même étaient parvenus à Graia, appelant à la censure de la planète pour ses efforts dans le transport de fournitures vers le Segmentum Solar. La force envoyée par Graia en réponse à ces appels comprenait plus de 40 machines des Étoiles du Matin et 60 Chevaliers de la Maison Moritain. Mais les décisionnaires sur Terra ne pouvaient risquer l’échec d’une mission aussi importante. À cette fin, une assistance a été envoyée sous forme de force martiale, Terra envoyant une octade de machines de la Legio Ignatum (les Guêpes de Feu), redéployés de la sphère de défense extérieure à travers le Segmentum Solar, à Urdesh et en rapportant des codes de diffusion, recueillis par des agents du Sigillite dispersés dans la galaxie, qui ont masqué l’approche des Loyalistes comme une flotte au service du Maître de Guerre plutôt que liée à Graia.

Cette duplicité s’est avérée utile car l’arrivée de la flotte de Graia n’a causé aucune alarme sur Urdesh, son peuple célébrant l’arrivée apparente d’alliés pour aider à la conquête de la région. En masse, les vaisseaux de débarquement loyalistes sont descendus sur le monde, dirigés vers des zones d’atterrissage à travers la surface du Monde-Forge. Ayant par inadvertance invité leur ennemi sur leur monde, la caste dirigeante d’Urdesh s’est réunie pour accueillir les représentants du Maître de Guerre, flanqués d’une garde symbolique issue de la Legio Damicium. Leurs tentatives d’hospitalité ont été accueillies par la mort, les Titans des Étoiles du Matin se dressant fièrement devant les Traîtres tandis que les rampes des vaisseaux de débarquement s’abaissaient et, d’une seule salve dévastatrice, éradiquaient les échelons supérieurs de la direction d’Urdesh. À travers le Monde-Forge, des scènes similaires se sont déroulées et dans une succession rapide, une série de zones d’atterrissage ont été sécurisées par les Loyalistes, permettant aux renforts d’être transportés à la surface.

L’assujettissement complet d’Urdesh s’est avéré beaucoup plus difficile. Urdesh étant privé d’une grande partie de ses dirigeants, la résistance à laquelle les Loyalistes ont dû faire face s’est avérée non coordonnée mais féroce, car le peuple d’Urdesh avait toujours combattu ceux qui cherchaient à le détruire. Au cours des premiers mois de la guerre, la Legio Damicium, dont les effectifs ont été réduits par le Cataclysme de Fer et par le manque de livraisons de machines suite au blocus de la Planète Rouge, a puni les Loyalistes pour leur audace en retenant la Legio Astraman, numériquement supérieure. Dans le Bastion de Ferrum, une vaste carrière abandonnée depuis longtemps épuisée en minerai, une meute de Warhounds des Seigneurs Inébranlables a utilisé ses tunnels pour tendre une embuscade aux forces loyalistes, forçant des semaines de retard pendant que la Legio Astraman les traquait. Lors du siège de Draunheim, un assaut d’un mois sur la cité des Forges, sept Titans de la Legio Astraman ont été abattus par la poignée de Warlords de la Legio Damicium, dont le Gloria Victoria, un ancien Titan de Bataille Empereur de classe Warmonger. Avec les Traîtres contestant chaque avancée des Loyalistes, les forces de Graia ont payé chaque pas dans le sang, l’invasion progressant lentement jusqu’à ce que, six mois standard après la mort des dirigeants d’Urdesh, les renforts promis du Segmentum Solar arrivent.

La réputation de la Legio Ignatum, une Legio Titanique autrefois honorée sur Mars et défenseur du Palais Impérial sur Terra, s’est vérifiée lors de leur descente sur Urdesh. En reconnaissance de leur statut de membre de la Triade Ferrum Morgulus de Mars, la première des Legios Titaniques, les Guêpes de Feu se virent confier le commandement de chaque champ de bataille qu’elle foulait, car chacune Titan de cette Legio était un vétéran d’innombrables guerres. Seuls ou en paires, les Titans de la Legio Ignatum ont rejoint les différents fronts à travers Urdesh, guidant le conflit en cours et apportant leur vaste expérience et la fureur de leurs propres Titans pour assurer la victoire. La Cité Forge d’Urdessec s’est avérée être le lieu de la dernière résistance des Traîtres, avec les restes de la Legio Damicium sur Urdesh, au nombre de 11 et portant chacun les cicatrices de la guerre, montant la garde sur le dernier bastion de la force des renégats. Si la bataille qui en résulta fut menée dans un but plus noble, à l’époque glorieuse de la Grande Croisade, les noms de ces Titans des Seigneurs Inébranlables tombés pour défendre Urdessec seront à jamais célébrés dans les annales de la gloire et non condamnés à l’ignominie. Contre trois fois leur nombre, les Seigneurs Inébranlables ont tenu bon, chacun d’entre eux ayant tué au moins un ennemi avant que la ville d’Urdessec ne soit réduite en ruines, pour ne plus jamais être reconstruite. Pour les punir de leurs crimes contre l’Imperium, les plus grandes Cités Forge d’Urdesh furent détruites par les tirs massifs des Titans, et les banques de connaissances purgées de toute technologie que le Mechanicus jugeait indigne d’Urdesh. Bientôt, l’industrie endommagée du Monde-Forge a été tournée vers l’approvisionnement des forces loyalistes, dirigées par un nouveau nombre de Technoprêtres déplacés qui faisaient maintenant partie de l’Adeptus Mechanicus nouvellement formé. Le Maître de Guerre se rapprochant de plus en plus de Terra, la grande majorité des munitions et des armes produites par Urdesh ont été envoyées directement dans le Système Sol, afin de renforcer les Portes Jumelles, reliques de l’Antiquité qui facilitaient le déploiement rapide des vaisseaux dans le système central de l’Imperium. Peu après la bataille d’Urdessec, les Titans de la Legio Astraman sont partis pour Graia, dans l’intention d’intensifier la guerre avec Valia-Maximal. Sur ordre du Régent, la Legio Ignatum fut laissée pour monter la garde sur Urdesh et ses possessions et reçut l’autorité de punir quiconque oserait s’élever une fois de plus contre l’Empereur.[16]

145013-015.M31 : Liquidation[modifier]

La perte d’Urdesh a mis à mal la cohésion et le moral des forces renégates, devenant un symbole de l’ascension des forces loyalistes à travers la Ceinture de Fer. Alors que plusieurs Mondes-Forges de moindre importance, comme Tridolii, se jetèrent à la merci de l’Imperium, d’autres, comme Narunbax, étaient tombés trop bas et furent à leur tour écrasés par la Legio Venator et la Legio Atarus, alors que les deux Legios Titaniques marchaient sur Arachnus, avec l’intention de reprendre le monde au nom de l’Empereur. Kalibrax, reconnaissant que l’attention des Loyalistes était retenue ailleurs, se retira vers l’intérieur, abandonnant ses alliés dans une tentative de fortifier ses possessions. Ce faisant, les mondes qu’ils avaient conquis ont été privés de la présence de la Legio Kulisaetai et, une fois leurs oppresseurs éliminés, nombre d’entre eux se sont soulevés une fois de plus, chassant les Traîtres qui restaient. Après s’être libérés de la domination des Traîtres, beaucoup d’entre eux ne voulurent pas rester inactifs après leurs longues années de souffrance et se rassemblèrent en petits nombres, prenant le contrôle des navires qu’ils pouvaient. Ensemble, ils formèrent une vaste flottille de vaisseaux hétéroclites, par centaines et de conception éclectique. Cette flotte, sans autre but que la vengeance, s’est abattue sur Kalibrax. Des millions de personnes sont mortes contre les armes supérieures du Monde-Forge, mais, comme c’est souvent le cas en temps de guerre, le nombre s’est avéré supérieur et la flotte a pris le contrôle de l’orbite de Kalibrax. N’ayant aucun moyen de conquérir la planète, la flottille a juré de bloquer le Monde-Forge jusqu’à ce que des forces plus importantes viennent purger la planète, piégeant les Traîtres sur leur monde pour qu’ils n’aient rien d’autre à faire que d’attendre leur destin.

Arachnus a également ressenti la colère des Loyalistes. Depuis l’annonce de son indépendance, l’Empire d’Arachnus s’était agrandi, le nom de Marée Noire s’étant avéré approprié car ses conquêtes étaient brutales et rapides, et se sont tournées vers des mondes sans moyens de se défendre. Ces mondes furent les premiers à être reconquis lorsque l’avant-garde loyaliste fonça droit sur Arachnus, tombant sur ses deux lunes avant que les éléments rebelles de la Legio Tritonis ne puissent être rappelés pour défendre la planète. Sur Nizkara, les envahisseurs loyalistes ont trouvé le monde fortement contesté par ceux qui étaient encore fidèles à l’Imperium, les défenseurs assiégés ayant survécu à un siège depuis qu’Arachnus avait sombré pour la première fois dans une guerre civile. La Legio Atarus a pris la relève des défenseurs de la lune, brisant les lignes des Traîtres et forçant la Legio Tritonis à quitter sa surface. Sur Iktomia, un sort similaire s’abattit sur les Traîtres qui la défendaient, la colère de la Legio Venator s’abattant sur ceux qui avaient renié leurs serments et volé leur patrie.

Après la conquête réussie des deux lunes d’Arachnus, les Loyalistes ont tourné leur regard vers le Monde-Forge proprement dit. Avec l’accord de ceux qui avaient été contraints à l’exil, les canons des deux lunes ont été lâchés sur le Monde-Forge, creusant de grands cratères à la surface de la planète pour ouvrir la voie à une force d’invasion. Ceux de la Legio Venator qui avaient défendu Nizkara au nom de l’Empereur eurent l’honneur d’être les premiers à fouler la surface d’Arachnus et à apporter Sa justice aux Traîtres. La véritable conquête ne fut réalisée qu’après la chute du Maître de Guerre et la grande guerre qui suivit, des dizaines de Titans tombant sur Arachnus avant que la Legio Venator ne reconquière son foyer.[17]

211013-461014.M31 : Ultérieurement : Silence parmi les Étoiles[modifier]

Le siège d’Arachnus, la chute d’Urdesh et le blocus de Kalibrax ont pratiquement mis fin à la menace renégate dans la région du Segmentum Pacificus de la Ceinture de Fer. Bien que les Mondes-Forges de moindre importance montraient encore des signes de rébellion, peu d’entre eux pouvaient contester la puissance d’Atar-Median et bientôt, des Titans des Tisons sont envoyés de la Ceinture de Fer. Beaucoup de ces flottes cherchaient à répondre à des appels de détresse longtemps ignorés, et bien que leur but fut noble, il s’avéra largement futile, les feux de la guerre ayant depuis longtemps consumé ceux qui avaient besoin d’aide.

La Ceinture de Fer n’était cependant pas exempte de guerre, car Graia restait enfermée dans une guerre apparemment sans fin contre Valia-Maximal. Le Monde-Forge Loyaliste avait beaucoup souffert aux mains des Traîtres, car les Titans de la Legio Laniaskara marchaient toujours à la surface de Graia, tandis que d’autres de leurs semblables semaient la mort sur le monde qu’ils avaient juré de protéger. Les Loyalistes ont dû faire face à une campagne d’usure méthodique orchestrée par le Magos Dominus-Alpha Hieroneyum qui cherchait à disperser la force de Graia par une série de feintes et d’assauts rapides. Ce n’est qu’avec la mort de Hieroneyum sur le monde industriel de Nalindeer que le vent de la guerre a tourné, le Magos félon ayant été tué lorsqu’un trio Warhounds des Étoiles du Matin, portant les noms de Forge Beast, Faithful Sire et Venator Ultima, et qui se sont sacrifiés pour détruire l’Ordinatus Valia dans lequel il était parti en guerre.

La mort d’Hieroneyum a jeté les plans de Valia-Maximal dans le désarroi, personne ne s’avérant capable de combler le vide laissé par la mort du Magos. Bien que les Traîtres étaient désormais incapables de lancer un assaut cohérent, le Magos défunt avait bien préparé les défenses du Monde-Forge, et une ligne inflexible de mondes se dressait toujours pour défier Graia. Ces mondes avaient, avec une vitesse défiant toute logique, été convertis en forteresses planétaires, chacune exigeant que du sang soit versé pour chaque mur qui s’effondrait. Pour que Valia-Maximal tombe, les Logiciens de Graia avaient déterminé que ces mondes devaient d’abord être conquis, de peur que leurs garnisons ne constituent une menace pour les possessions de Graia. Sur les 16 tentatives enregistrées pour capturer les "Mondes de Fer Sanglant", une seule a été couronnée de succès, la prise du monde d’Eristara, aujourd’hui disparu, au prix de 11 machines des Étoiles du Matin et d’environ 250 000 pertes du Taghmata Mechanicum. Pendant près d’un an, Graia a défendu ses possessions et attaqué celles de Valia-Maximal, jetant des millions de personnes dans le chaudron de la guerre jusqu’à ce que le Monde-Forge soit presque vidé de son sang. Puis, comme par un signal préétabli, la marée des Traîtres a diminué, les flottes de Valia-Maximal se retirant au-delà de leurs mondes forteresses. Ce changement de paramètres a provoqué une grande controverse parmi les Logis de Graia, empêchant un consensus et bloquant l’effort de guerre. En l’absence d’un nouvel assaut, les forces de Graia se lancèrent une fois de plus à l’assaut des Mondes de Fer Sanglant mais ne trouvèrent que le silence, dix Mondes Morts suspendus dans le vide et les halls de leurs fortifications vides. Valia-Maximal avait connu un sort similaire, mais encore plus déconcertant, car le Monde-Forge avait été dépouillé de ses Cités Forges, seuls les morceaux épars d’industrie qui les reliaient autrefois témoignaient de la prospérité du monde. À la surface du monde, la force d’atterrissage initiale n’a signalé aucun signe de vie détectable et n’a rencontré que les coquilles creuses des Titans de la Legio Astraman qui étaient tombés au cours des années de guerre précédentes, chacun d’entre eux étant posé comme s’il souffrait beaucoup et maintenu debout par des échafaudages complexes construits selon des modèles qui ont conduit beaucoup de ceux qui les ont vus au bord de la folie. Personne ne peut dire comment ni pourquoi Valia-Maximal est parti.[18]

Conclusion[modifier]

Le conflit qui allait être connu sous le nom de Cataclysme de Fer ne s’est pas terminé en fanfare mais en silence. Urdesh était tombé et Arachnus était en guerre, les opprimés et les maltraités avaient pris leur destin en main pour bloquer le monde de Kalibrax, tandis que le dernier refuge des Traîtres, le Monde-Forge de Valia-Maximal, avait tout simplement cessé d’exister, disparaissant d’une manière inexplicable par des moyens rationnels. Cet événement n’a pas vraiment marqué la fin du conflit et n’a pas apporté de réconfort à ceux qui ont souffert sous les canons des Legios Titaniques et à ceux qui ont marché à leurs côtés. À travers la Ceinture de Fer, de plus petits conflits faisaient toujours rage, les guerres civiles déchirant les planètes et les âmes opportunistes cherchant à s’élever au-dessus des autres. Des centaines de mondes ont brûlé et tous ont été diminués par leurs propres actions et celles de leurs ennemis, le sang de milliards de personnes souillant tous ceux qui ont levé les armes les uns contre les autres.[19]

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Sage est celui qui ne pose pas de question. Béni est celui qui ne pense pas. »
  • Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution
  1. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 005-010.M31 : Encroaching Storm, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 215010.M31 : Spoils of War, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 302010-552010.M31 : The Invasion of Ny’Drinah, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 706010.M31 : Devastation of Yanazar IV, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 874010.M31 : Turning Point, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 924010.M31 : The Relief of Xiloci II, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 182011.M31 : The Fate of Jerulas Station, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 218011.M31 : Dark Tide, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 441011-642013.M31 : The Siege of Graia, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 584011.M31 : The Protectorate of Unsubdued Steel, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 049012.M31 : The Conquest of Ny’Drinah, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  14. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 091012-417012.M31 : Fire and Fury, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  15. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 386012.M31 : The Burning of Malhanr, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 149012-856012.M31 : The Censure of Urdesh, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  17. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 145013-015.M31 : Reckoning, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  18. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 211013-461014.M31 : Onwards : Silence Amongst the Stars, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  19. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Crucible of Retribution, Chapitre : The Cataclysm of Iron Timeline - 211013-461014.M31 : Onwards : Silence Amongst the Stars, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)