Catégorie:Maisons de Chevaliers

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png
Les Maisons de Chevaliers des Mondes Questor Mechanicus traquent sans pitié les traîtres, les Xenos, les hérétiques et les partisans de Age of Sigmar.
« Les actes d’héroïsme et de gloire confèrent du renom à votre Maison, mais le zèle, la foi et la chevalerie au nom de l’Omnimessie feront perdurer votre héritage à jamais. »
- Baron Dasorakis Gau-Taranis.

Il existe des centaines de Maison de Chevaliers réparties dans l’Imperium, chacune avec son propre héritage. En étudiant l’héraldique d’une Maison, il est possible d’apprendre une grande partie de son histoire par le biais des petits détails invisibles au premier regard.

Bien que la vie des Maisons ait quelque peu changé depuis l’avènement de l’Imperium, elle reste dans la continuité du passé. Le maîtres d’une Maison tiendra sa cour dans la forteresse la plus grande et la plus prestigieuse de son ordre, et les Chevaliers qui lui ont juré allégeance logeront soit à l’intérieur de la demeure de leur seigneur, soit dans leurs propres bastions.

Maisons liées par Serment au Mechanicus[modifier]

« Ces Chevaliers sont des éléments essentiels au Taghmata qui protège le Monde-Forge, mais malgré leur fierté, ils ne sont qu’un outil parmi d’autres et ils se plieront à la volonté de l’Omnimessie ou seront brisés par elle. »
- Commentaires de l’Archmagos Draykavac lors de la redécouverte de la Maison Atrax en 3447853.M30.

Au cœur de chaque Maison de Chevaliers se trouve une panoplie d’artefacts arcaniques qui défient la compréhension de tous, à l’exception des adeptes les plus érudits du Mechanicus. Depuis les trônes à impulsion mentale à partir desquels les Armures Chevaliers sont guidées jusqu’aux Boucliers Ioniques qui repoussent la colère de l’ennemi depuis leurs imposantes coques, sans ces technologies mystérieuses, les nobles descendants des Maisons de Chevaliers seraient totalement impuissants face aux ennemis de plus grande envergure qu’ils pourraient affronter ; il n’est donc pas surprenant que de nombreuses Maisons de Chevaliers aient des liens aussi forts avec le Mechanicus.

Peu de Mondes-Forges refuseraient la loyauté d’une force aussi puissante, représentant à la fois une arme dévastatrice à manier et un symbole puissant du divin Esprit de la Machine, et de nombreux marchés ont été conclus entre un Monde-Forge et une Maison.

Contrairement à leurs frères plus indépendants, les Maisons qui ont prêté serment au service du Mechanicus sont souvent une race étrange, des siècles de service au credo des Magos qui dominent leur Forge patronale ayant déformé leurs traditions et leur apparence. Souvent, ces Maisons s’avancent au combat dans des machines bien différentes des anciennes armures de type Paladin, portant des armes étranges et terribles qui n’ont pas été vues sur le champ de bataille depuis le Moyen-Âge Technologique. Certains sont même réputés avoir été initiés aux mystères les plus vils des arts secrets du Mechanicum, parsemés d’augmétiques ésotériques, ou même scellés pour l’éternité dans la tombe de leur Armure Chevalier. Lorsque les Taghmata du Mechanicum se rassemblent pour la guerre, ils sont rejoints par ces guerriers secrets et le tonnerre de leurs cornes de guerre annonce la victoire à venir.[1]

Les Protocoles de Sidon[modifier]

Durant le Grande Croisade, de nombreuses Maisons de Chevaliers ont accepté les Protocoles de Sidon avec le Mechanicum, un réseau complexe d’obligations et de devoirs qui lie à la fois la Maison et le Monde-Forge.
Les Maisons de Chevaliers qui sont restées en contact avec l’un des lointains Mondes-Forges du Culte Martien pendant l’Ère des Luttes sont le plus souvent tombées dans une relation symbiotique avec leur protecteur, recevant des conseils technologiques et spirituels de la part des Magos, tout en agissant eux-mêmes comme un puissant bouclier pour le Monde-Forge. De nombreux Mondes-Forges auraient pu disparaître de l’histoire pendant l’Ère des Luttes sans les efforts inlassables des Maisons de Chevaliers liés à leur service. L’union de la froide logique du Mechanicum et du zèle passionné des Maisons de Chevaliers plus typiques a donné lieu à de nombreux serments très variés. Le plus commun de ces serments est la forme connue sous le nom de Protocoles de Sidon, un réseau complexe d’obligations et de devoirs qui lie à la fois la Maison et le Monde-Forge dans un accord dangereux, dont les préceptes enchevêtrés peuvent facilement conduire à la perte de tout semblant d’indépendance pour une Maison de Chevalier qui ne respecte pas les protocoles.

Parmi les droits les plus connus prévus par les Protocoles de Sidon figure le droit pour la Maison de Chevaliers de porter le symbole de l’Opus Machina, le crâne serti de roues dentées, dans leur panoplie d’armes. Ceci est à la fois un signe qu’ils portent avec eux l’autorité de Mars et du Culte Mechanicus, ainsi qu’une marque de leur devoir en tant que partie du Taghmata de leur souverain. Cela permet également de les distinguer de leurs frères impériaux, bien que tous deux puissent endosser le rôle de Questoris, leur ayant permis durant la Grande Croisade de rejoindre des équipages des Flottes Expéditionnaires. La marque de l’Opus Machina montrait qu’en fin de compte, ils devaient prêter allégeance au Mechanicum et aux ambitions de leur Monde-Forge, et non à l’Empereur. Cette distinction subtile a, par le passé, provoqué des conflits au sein des armées de la Grande Croisade et a permis aux familles qui ont prêté serment au Mechanicum d’acquérir une réputation parfois trompeuse de manque de confiance auprès des commandants impériaux.

Les Protocoles de Sidon permettent également au Monde-Forge d’affecter comme Prélat un Archmagos au monde d’origine de la Maison. En principe, le Prélat sert de conseiller et d’observateur au sein de la Maison, veillant au bien-être de ses Chevaliers et à la formation de ses Sacristains, mais dans certains cas, il fait office de tyran discret derrière le trône du maître de la Maison. Le Prélat fait également office de lien entre les descendants de la maison et la structure amorphe du Taghmata du Monde-Forge. Pour la Maison, il est un représentant du Monde-Forge, mais au sein du réseau de prestige et d’alliance en constante fluctuation qu’est le système des Taghmata du Mechanicus, il est le représentant de la Maison. Compte tenu de la puissance militaire d’une Maison de Chevaliers, une telle position confère une grande influence au Prélat Archimagos, et plus d’une Maison a été impliquée par inadvertance dans les intrigues complexes du Synode d’un Monde-Forge alors que ses membres se disputaient un poste.

La plupart des préceptes communs restants des Protocoles de Sidon traitent de l’interaction entre la Maison et le Monde-Forge, du nombre et du type d’armures à fournir, ainsi que des conditions et de la durée du service d’une Maison sous la bannière du Taghmata. C’est cette codépendance, l’échange de l’irremplaçable machinerie de guerre contre des guerriers formés et expérimentés dont les compétences sont supérieures à celles des automates bruts, qui lie les deux organisations disparates. Une relation aussi étroite a conduit beaucoup de ces Maisons à développer de curieuses cultures hybrides, conservant souvent une grande partie de la nature indépendante de leurs origines néo-féodales, mais avec des interprétations souvent étranges du Culte de l’Omnimessie, à la grande consternation du Prélat Archimagos.[2]

Des Entraves Dorées de Sang et de Fer[modifier]

Seules quelques Maisons sont restées en contact avec les domaines de l’antique Mechanicum pendant l’Ère des Luttes. Il ne fait aucun doute que beaucoup de ceux qui ne l’ont pas fait ont péri depuis longtemps, submergés par les terreurs de la Longue Nuit, ou ont perdu les dernières Armures Chevaliers qui les distinguaient, se transformant en simples Mondes Sauvages qui ne conservèrent que les traditions néo-féodales de leurs origines. Les quelques survivants des épreuves de l’Ère des Luttes, qui ont survécu seuls et sans aide, ont été des proies très recherchées par les armées en expansion de l’Humanité.

Les Flottes Expéditionnaires de la Grande Croisade se sont donné beaucoup de mal pour sécuriser un tel monde, appréciant l’habileté des guerriers d’une Maison et la puissance de leurs Armures Chevaliers. Cependant, la politique de l’Imperium a longtemps été de s’assurer de la loyauté de ces Maisons redécouvertes directement envers l’Empereur et de faire en sorte que les factotums impériaux représentent la Maison dans toutes les relations avec le Mechanicum. Car, bien que le citoyen ordinaire puisse considérer ce grand Imperium comme un seul royaume, il s’agit plutôt d’une alliance lâche de puissances concurrentes et chacune cherchant à surpasser les autres. Pourtant, en dépit des efforts des serviteurs de l’Empereur, quelques Maisons de Chevaliers ont échappé à Ses serviteurs, pour être retrouvés par hasard par des vaisseaux d’exploration du Mechanicum ou cédées au contrôle d’un Monde-Forge en échange d’une partie de sa production industrielle ou des services de ses Taghmata assemblés.

Ces Mondes Chevaliers redécouverts, qui avaient souvent besoin de nouvelles armures et qui n’avaient pas de longue association avec leur nouveau Monde-Forge, se retrouvaient pris dans une sorte de marché du diable. Leur besoin urgent d’expertise technologique et d’armures de remplacement était une simple laisse qu’un Archimagos froidement logique pouvait manier pour faire de la Maison des Chevaliers son serviteur, et cette laisse fut utilisée avec une efficacité glaçante. Si dans certains cas, les Protocoles de Sidon ont servi à lier la Maison et la Forge dans une alliance amicale, dans d’autres cas, les termes complexes de la dette et du devoir ont été manipulés pour étrangler l’indépendance de la Maison, ce qui était en soi un reflet des pires excès du Mechanicum à cet égard pendant l’anarchie et le désespoir de l’Ère des Luttes. Lorsque les maisons soumis à un tel sort ne pouvaient s’attendre qu’à un lien de courtoisie de la part de leurs nouveaux maîtres, ils fonctionnaient inévitablement comme l’avant-garde de toute opération militaire menée par le Taghmata de leur Monde-Forge, servant de force d’assaut de choc finalement sacrifiable. Ils ne s’attendaient pas non plus à recevoir les ressources que le Mechanicum accordait aux foyers capables de tirer parti d’une alliance de longue date ou d’une force armée établie, et ont été délibérément tenus à l’écart des armures entièrement fonctionnelles et souvent seulement fournis avec des modèles plus anciens et des configurations d’armes moins puissantes. On raconte que les moins chanceux de ces foyers ont été "améliorés" de force par les Adeptes Lachrimallus sur des Mondes-Forges particulièrement dévoyés, les laissant littéralement esclaves de la volonté de leur prélat Archmagos ; des guerriers sans sommeil et sans peur dont le seul désir était d’échapper à la mort. On pense que pendant les horreurs de l’Hérésie d'Horus et de la Grande Purge, cette pratique, supprimée pendant la Grande Croisade, a connu un regain d’intérêt caché, bien que si c’était le cas du côté des Loyalistes, alors ces "Maisons-Serviteurs" ont depuis longtemps été détruites ou cachées à la vue des serviteurs de l’Empereur.[3]

Les Épées de l'Omnimessie[modifier]

Quel que soit le moyen par lequel un Monde-Forge exerce son contrôle sur les Maisons de Chevaliers à son service, ses guerriers chevronnés et leurs montures sont des atouts précieux et sont rapidement incorporés dans les forces disponibles de ce Monde-Forge.

Le Prélat Archimagos assigné à la Maison les représentera normalement au sein du Synode du Monde-Forge, une réunion qui n’est ni destinée à ceux qui ne sont pas initiés aux mystères supérieurs du Culte Mechanicus, ni facilement compréhensible pour les non-augmentés, et décidera de leur déploiement si le ton est donné de les appeler à la guerre.

Le plus souvent, une Maison du Mechanicus liée par les Protocoles de Sidon devra affecter un cadre de Chevaliers à tout rassemblement important du Taghmata du Monde-Forge, servant pendant toute la durée de la campagne sous le commandement général de l’Archimagos qui dirige le Taghmata, mais servant sous ses propres officiers. Au sein des Taghmata du Mechanicum, les Chevaliers jouent un rôle vital en tant que troupes d’assaut de choc, appréciées pour leur initiative indépendante autant que pour leur puissance brute. Dans les batailles de masse, leur premier rôle est de briser les lignes, de percer les rangs de l’ennemi pour permettre aux légions cybernétiques du Culte Mechanicus d’avancer et d’attaquer l’ennemi affaibli, ou de servir d’escorte aux gigantesques machines de guerre de l’Ordinatus Locum et de l’Ordo Reductor. Peu de Mondes-Forges sont prêts à s’engager dans une bataille à grande échelle sans le soutien d’au moins une seule Maison de Chevaliers alliée, et la plupart des Mondes-Forges les mieux établis peuvent en appeler à plusieurs si le besoin s’en fait sentir.[4]

Les Chevaliers Questoris[modifier]

Les Maisons qui ont conservé une certaine autonomie, que ce soit par la force des armes ou par une loyauté sans faille, pouvaient conserver le droit de mener des opérations militaires indépendantes ou de rejoindre les rangs de l’Ordo Questoris - les forces des Maisons détachées indépendamment au service des armées impériales. Ces Maisons étaient poussées à rechercher la gloire parmi les étoiles lointaines de la galaxie, loin des Taghmata de leur Monde-Forge, ou même s’engager dans leurs propres conquêtes ; aussi loyales aux idéaux d’unité et à l’Empereur qu’elles l’étaient à leurs mécènes. Les richesses et la réputation apportées par de telles entreprises martiales indépendantes les aidaient dans certains cas à obtenir une plus grande autonomie vis-à-vis de leurs protecteurs du Mechanicus , ce qui explique pourquoi de nombreux Archimagos étaient réticents à accorder de tels droits dans le cadre des Protocoles de Sidon.[5]

Les Chevaliers et les Legios Titaniques[modifier]

Il est également courant, sur les Mondes-Forges qui possèdent une Legio Titanique, d’affecter des détachements de Chevaliers alliés aux manipules de Titans en tant que tirailleurs et éléments de reconnaissance. Ces Chevaliers sont censés protéger les plus grands Titans des formations d’infanterie et des chars d’assaut, et de nombreux Magos considèrent comme un grand honneur une telle mission de soutien aux machines-divines. Il est courant pour les Chevaliers qui ont le privilège de combattre aux côtés des Titans d’appliquer des éléments de l’héraldique de la Legio sur leur propre armure. Lors des actions menées au cours de la Grande Croisade, les races Xenos les plus terrifiantes et les plus puissantes ont été éliminées de l’existence dans des combats mortels, et peu de Chevaliers ont survécu longtemps dans l’ombre des puissantes machines de guerre qu’ils protégeaient dans ces batailles. Les Princeps des Legios Titaniques étaient fiers d’honorer le sacrifice des Scions qui étaient partis à la guerre avec eux de cette manière, et ils accordaient un grand respect à leurs Maisons de Chevaliers alliées. Ceux qui retournaient sur leurs mondes d’origine des deux côtés conservaient souvent des éléments commémorant leur fraternité dans leur héraldique personnelle, en signe d’honneur.[6]

Héraldique[modifier]

Les Chevaliers d’une Maison portent une livrée qui dénote les particularités de leur Maison et leurs faits d’armes. Ils la combinent à l’héraldique impériale afin de signifier leur rang. Les jeunes Chevaliers, nommés Chevaliers apprentis, utilisent la livrée de base de leur Maison (la couleur et le motif sont généralement ceux qui dominent sur le blason de la Maison). Les Chevaliers plus expérimentés ont des couleurs et des emblèmes additionnels qui s’ajoutent à leur héraldique afin d’indiquer leurs exploits, et leur rang supérieur à celui des apprentis. Les bannières de campagne et les honneurs de bataille sont souvent ajoutés lorsque le Chevalier participe à une croisade aux côtés de forces impériales.

Grandes Maisons[modifier]

Parmi toutes les Maisons, certaines sont prééminentes. Elles ont atteint cette position enviée par leurs pairs en accomplissant des exploits devenus légendaires, ou en s’attirant les faveurs d’une des principales institutions de l’Imperium. Comme leur nom l’indique, ces grandes Maisons sont les plus puissantes et les plus célèbres.

Rivalités entre Maisons

Il arrive que les relations entre deux Maisons de Chevaliers se détériorent jusqu’à entraîner un conflit armée, mais de tels cas sont heureusement rares. On peut compter parmi eux la vive querelle qui oppose les Maisons Navaros et Borgius depuis plusieurs millénaires. Les troubles sur Dutonis débutèrent lorsque la matriarche de la Maison Borgius fut accusé d’avoir empoisonné le fils aîné du comte de Navaros après qu’il eut repoussé ses avances. Depuis, les rapports entre les deux Maisons ont souvent dégénéré jusqu’à la guerre ouverte. Parfois, les Sacristains ont dû requérir l’intervention de Lucius, le Monde-Forge voisin, pour éviter que les affrontements bloquent l’extraction d’adamantium des mines de Dutonis. La guerre civile de 156.M41 fut si terrible que les techno-adeptes de Lucius autorisèrent le déploiement de la moitié de la Legio Astorum pour que ses Titans apaisent les dissensions

Célèbres Maisons du Questor Imperialis[modifier]

Célèbres Maisons du Questor Mechanicus[modifier]

Chevalier Sans-Fief[modifier]

Certains Nobles sont bannis ou abandonnent d’eux-mêmes leurs Maisons pour errer seuls parmi les étoiles. Ces guerriers sont appelés Sans-Fief, et doivent se frayer un chemin vers la gloire. Nombre d’entre eux sombrent rapidement dans l’oubli et la mort sur un champ de bataille loin de chez eux et de leurs proches - mais d’autres savent se montrer dignes de légendes.

Un Chevalier peut devenir un Sans-Fief pour de nombreuses raisons. Un Noble peut avoir commis une faute impardonnable, et être chassé de sa Maisonnée ou décider de lui-même qu’il ne peut plus rester. Certains Sans-Fief sont victimes des circonstances, et se retrouvent isolés loin de chez eux, ou bien combattent depuis si longtemps à travers les étoiles qu’ils ne connaissent plus que la solitude. Parfois, la destruction d’une Maison Noble entière peut voir un Chevalier abandonné et résolu à se venger seul.

C’est ainsi que des Chevaliers solitaires s’élancent dans le vide spatial. Certains sont en quête d’une noble cause à défendre, d’autres sont des redresseurs de tort. Quelques fois, un Sans-Fief deviendra un reclus, et ne se battra que pour défendre son ermitage, tandis qu’un autre, rendu fou par l’isolement ou les circonstances de son exil, se changera en meurtrier aveugle ou en vengeur silencieux plus proche d’une entité surnaturelle que du fier guerrier qu’il était jadis. Quel que soit le cas, les Nobles Sans-Fief sont plus que tout liés à leur Chevalier, et l’humain et la machine ne font plus qu’un. Avec le temps, la plupart ne sont plus connus que par le nom de leur exo-armure Chevalier, et le guerrier qui y réside n’est plus un individu à part entière.

Les Sans-Fief ont tendance à voyager seuls, ou accompagnés d’un petit groupe de suivants ou de Sacristains. Souvent, les Liges loyaux à un Noble lorsque celui-ci appartenait encore à une Maisonnée le resteront une fois que leur maître sera devenu un Sans-Fief, et leurs Armigers soutiendront le Chevalier comme par le passé. Il n’est pas non plus rare que des Sans-Fief se regroupent - peut-être après avoir été attirés par le même théâtre d’opérations lors d’une campagne - pour former des Lances qui luttent de la même manière qu’un détachement de Maisonnée, mais unis par un lien formé par les seuls combats. Après sa victoire, un tel groupe de Sans-Fief se sépare généralement, mais certains choisissent de rester ensemble pour de plus longues périodes.

En dépit de leurs tragédies passées, de leur entourage présent et des particularités qu’ils ont pu développer après tant de temps vécu loin de leur foyer, les Sans-Fief donnent toujours beaucoup d’importance aux actes d’honneur et au devoir, peut-être même plus que lors de leur vie précédente. Ainsi, où qu’il se rende, un Sans-Fief se battra pour protéger les citoyens et les soldats de l’Imperium, et punir les ennemis de l’Humanité.

Maisons Mineures[modifier]

Il existe des centaines de Maisons Mineures éparpillées à travers l’Imperium dont les exploits sont extraordinaires même si leur réputation ne franchit pas les limites de leurs systèmes planétaires. On pourrait citer les Maisons Mortan Althalos et Thalmus, qui sauvèrent plus de cent milliards de vies en défendant le Monde-Ruche Hexis Alpha lorsqu’une faille Warp s’ouvrit et que des Démons se déversèrent sur la planète. Les vaillants Chevaliers de la Maison Dorath ont toujours dominé les rangs de l’Ordre de Fer, qui rassemble les gardiens du Monde-Forge Stryken Primus. Les Chevaliers de sable de la Maison Winterveil ont repoussé des dizaines de raids Drukharis dans leur système stellaire, s’attirant ainsi une haine tenace de la part des enfants de Commorragh.

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « Les courageux marcheront toujours dans la lumière de l’Empereur. »
  • Codex Imperial Knights, V8
  • Codex Chevaliers Impériaux, V6
  • The Horus Heresy, Book Four - Conquest
  1. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter Oath-Bound Vassal Households of the Mechanicum (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter Oath-Bound Vassal Households of the Mechanicum - The Sidon Protocols (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter Oath-Bound Vassal Households of the Mechanicum - Gilded Fetters Blood and Iron (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter Oath-Bound Vassal Households of the Mechanicum - The Blades of the Omnissiah (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter Oath-Bound Vassal Households of the Mechanicum - The Knights Questoris  (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter Oath-Bound Vassal Households of the Mechanicum - Knights and the Titan Legions  (traduit de l'anglais par Guilhem)