Catégorie:Armée Impériale

De Omnis Bibliotheca
Soldats d’un bataillon de l’Armée Impériale durant la Grande Croisade.
À mesure que toujours plus de systèmes étaient rejoints par l’expansion de la Grande Croisade, les besoins en troupes de l’Imperium s’accrurent en proportion. Même les Légions de Space Marines ne pouvaient s’acquitter seules de la tâche qui leur était confiée, il fut donc décidé que les mondes nouvellement libérés participeraient à l’effort de guerre.

Ainsi, chacun était évalué et sa population faisait l’objet d’un recensement, ce à partir de quoi les administrateurs de l’Imperium calculaient la contribution que ces planètes auraient à payer sous la forme d’hommes et de matériel. L’ampleur de cette dîme variait énormément d’un monde à l’autre : ceux aux communautés les plus éparses n’avaient à fournir qu’une poignée de régiments par année, tandis que les Mondes-Ruches surpeuplés proches du centre galactique devaient annuellement lever des centaines de régiments. Le corps militaire aux proportions indicibles qui en résultait reçut le nom d’Armée Impériale ou officiellement, l’Excertus Imperialis.

Les premières vagues de conscrits furent assimilées par la structure de commandement des Légions Space Marines et tombèrent sous leur autorité directe. Les transports des Légions arrivaient sur chaque monde et emportaient les formations de l’Armée Impériale qui combattraient à leurs côtés, parfois à l’autre bout de la galaxie.

La nature capricieuse des voyages par le Warp, la taille immense de l’Imperium et le nombre de ces systèmes libérés défiaient toute tentative de fixer des standards pour l’Armée Impériale, au sein de laquelle s’observait une grande disparité du point de vue de l’équipement, des uniformes et de la discipline des divers régiments.

Chacun des mondes sujets à la dîme équipait ses troupes au mieux de ses capacités : celles des mondes industriels développés pouvaient être dotées de gilets pare-balles et de Fusils Laser réglementaires flambant neufs, pendant que les soldats des planètes primitives pouvaient s’estimer chanceux s’ils recevaient un fusil et une paire de bottes.

Certains donnaient à leurs appelés un bon entraînement, et les organisaient en escouades, en compagnies et en régiments ; ceux que d’autres mondes envoyaient à la guerre n’étaient guère plus que des bandes désorganisées. En dépit de quoi les soldats de l’Armée Impériale surent prouver leur bravoure au cours de centaines de campagnes, sur des milliers de champs de bataille.

Afin de faire régner la discipline et la loyauté au sein des régiments de l’Armée Impériale, il devint courant pour les Primarques de faire nommer des officiers spéciaux, assignés au rôle de Commissaires. Ces combattants vétérans faisaient en sorte que l’Armée Impériale se montre inflexible dans son devoir envers ses maîtres Space Marines.

Si leur puissance n’équivalait en rien à celle des unités Space Marines, ces bataillons de soldats ordinaires furent néanmoins une adjonction utile et bienvenue aux troupes des Primarques. Une Légion pouvait avoir sous ses ordres plusieurs centaines de régiments auxiliaires de l’Armée Impériale. Ceux-ci aidaient à consolider les positions gagnées par les Space Marines sur des planètes nouvellement conquises, ou étaient fréquemment utilisés lors des sièges ou des offensives de grande envergure.

Les troupes de l’Armée Impériale n’étaient que rarement déployées dans leurs systèmes d’origine : à dire vrai, cela fut même activement évité par les Primarques, afin d’avoir l’assurance que ces soldats leur resteraient loyaux, ainsi qu’à la Légion Space Marine les ayant adoptés, et auprès de laquelle ils combattaient.[1]

L'Imperialis Militia[modifier]

« Il est d’une importance capitale que les mondes de l’Imperium assurent leur propre défense tout comme le bouclier de Terra les protégea. Ils devront également veiller à la défense de l’ensemble de l’Imperium, et à la poursuite des guerres que l’Empereur, dans Sa sagesse, décrétera. À cette fin, il sera de la responsabilité première de chaque commandant impérial de veiller à la levée d’une milice en fonction des ressources, du rang et de la nature de leur monde… »
- De la Préface à la Lex Imperia Munuimenta, Vol 1.
Les Anciens Cent[2]

Parmi les toutes premières forces irrégulières levées par l’Imperium, et considérées comme les précurseurs de l’Imperialis Auxilia, se trouvaient celles de la Vieille Terre qui ont servi aux côtés de l’Empereur et de Ses régiments de Guerriers Tonnerre dans les longues Guerres d’Unification de Terra, ou dans certains cas les ont contestées au combat. Lorsque ces guerres prirent fin et que la Grande Croisade commença, les irréguliers et milices survivants furent intégrés à la nouvelle Armée Impériale, formant le noyau de l’Imperialis Auxilia, et avec le temps, ils furent connus sous le nom de "Les Anciens Cent".

Ces régiments très connus, dont les Chiliades du Géno, les Fraternités Confédérées et les Voltigeurs Thorosiens, ont remporté de nombreux honneurs de guerre alors que la Grande Croisade se poursuivait. Avec le temps, de nombreux Anciens Cent ont obtenu des droits de colonisation sur les mondes qu’ils avaient conquis, ce qui a donné naissance à une deuxième génération de régiments de Militia dont les meilleurs furent enrôlés dans l’Armée Impériale pour combattre dans les guerres en cours de l’Empereur. Cependant, certains régiments, tels que les Noirs de Lucifer et les Draks d’Ouranti, furent, pour diverses raisons, jugés d’une certaine manière comme ne méritant pas de tels droits et furent chargés d’une croisade incessante à travers les étoiles. Ces armées itinérantes s’efforçaient de remplacer leurs pertes par une levée dans les mondes qu’elles libéraient de manière ponctuelle, se transformant au fil du temps souvent en une pâle ombre de leur force passée. D’autres, dont le service était finalement lié par contrat plutôt que donné librement, se voyaient refuser même ce mode de recrutement. Ces régiments moururent en fait d’une mort lente de mille entailles sur une centaine de champs de bataille, et à l’époque de l’Hérésie d’Horus, ils n’étaient plus que des légendes.

Dans tout l’Imperium, il incombait à l’Imperialis Militia de sécuriser et de tenir les mondes amenés à la Conformité par les Flottes Expéditionnaires de la Grande Croisade. L’ensemble du vaste corps tentaculaire de l’Armée Impériale et sa structure de soutien, connus collectivement sous le nom d’"Excertits Imperialis", formaient ce qui était en fait la plus petite et la plus commune des armées impériales, ou "Imperialis Auxilia", comme on l’appelait plus précisément. Une fois qu’un monde était déclaré en Conformité et sous le contrôle total d’un commandant impérial nommé et indépendant, une partie du devoir principal de ce commandant était de lever une milice impériale pour protéger son domaine et maintenir son contrôle. Il était du devoir de cette milice d’agir en grande partie comme les exécutants de la Vérité Impériale si nécessaire, et comme les protecteurs si des Itérateurs ou des cadres d’administrateurs de tous bords qui étaient laissés derrière pour superviser la longue transition vers la pleine Conformité, si ils devaient être menacés ou rencontrer une résistance. Lorsque les osts de la Croisade partaient, ces mondes se retrouvaient seuls une fois de plus. Si une rébellion devait s’enflammer, la milice du monde entier devrait l’écraser. Si des pillards Xenos ou des parias attaquaient de l’extérieur, la milice planétaire devait tenir jusqu’à ce que les secours arrivent. L’Imperialis Militia était donc le premier, et dans de nombreux cas, le seul rempart contre la sédition et le désordre, et ses forces, qu’elles soient issues des masses grouillantes d’une Ruche, de l’ordre féodal ou des prélèvements tribaux, montaient la garde en tant que gardiens contre le retour des horreurs de la Vieille Nuit.

Dès les premiers jours de la Grande Croisade, il était courant que les forces locales des mondes conquis ou mis en Conformité fournissent également des forces pour renforcer les armées de la Croisade elles-mêmes au fur et à mesure de leur progression. Ces forces fournissaient des troupes auxiliaires ou de soutien aux Legiones Astartes et aux régiments réguliers de l’Imperialis Auxilia issu du Système Sol. Hormis leur déconnexion du monde sur lequel elles étaient nées, il y avait en effet très peu de choses pour distinguer ces unités de l’Imperialis Auxilia des divisions mieux armées ou plus culturellement guerrières des milices. Les distinctions entre les deux s’estompaient souvent, en particulier en cas d’urgence, lorsque les milices locales de l’Imperialis étaient appelées à renforcer une ligne de front, à gonfler une armée d’invasion ou à former une force de défense sectorielle contre une menace spécifique. Ce fut le cas lors du rassemblement de Calth où de nombreux régiments de l’Imperialis Auxilia des Cinq Cents Mondes d’Ultramar servirent de réserve centrale à l’immense armée levée pour attaquer les Orks à Ghaslakh. D’autres régiments du même type étaient également présents dans la suite des Word Bearers, mais ceux-ci dissimulaient leur dégénérescence en ce qui ne représentait guère plus que des cultes guerriers armées, subordonnés aux desseins occultes de leur Légion.[3]

Ordre de Bataille[modifier]

Un soldat de l’Imperialis Auxilia au service de la XIXe Legiones Astartes.
L’Imperialis Auxilia n’était en aucun cas une organisation cohérente, s’étendant sur toute la galaxie, et, sauf en cas de grande urgence, elle n’est pas soumise aux chaînes de commandement de l’Excertus Imperialis. Il s’agissait plutôt d’une force de défense coloniale issue de la population d’une planète et son commandant en chef était le commandant impérial du monde qu’elle défendait. Certaines étaient d’anciennes classes martiales dont les racines remontaient à l’Ère des Luttes, tandis que d’autres étaient des prélèvements irréguliers activés uniquement en cas de besoin extrême. Dans la plupart des cas, le modèle de structure et de hiérarchie de commandement imposé par le Principia Militaris de l’Imperium n’était respecté que dans sa généralité. Les normes d’équipement et le modèle d’accoutrement des différents régiments de l’Imperialis Auxilia de l’Imperium étaient tout aussi variés. Certains portaient des uniformes d’apparat ou des cottes de mailles en plastique brunies, d’autres des fourrures et des peaux, tandis que d’autres encore portaient des armures avancées, comme une carapace semi-propulsée à motif local. Tout cela était dicté par la culture, l’environnement et la base technologique de leur monde d’origine, et donc aussi par la diversité de leurs armes, dans le cadre d’une norme minimale établie par le commandement du Principia.

En théorie du moins, les armées de l’Imperialis Auxilia étaient de nature irrégulière, chaque membre étant d’abord et avant tout un sujet de son monde appelé aux armes uniquement en cas d’urgence, mais de nombreux mondes à forte population avaient besoin d’une armée permanente simplement pour maintenir l’ordre civil ainsi que pour faire face à toute menace extérieure. En pratique, de nombreuses forces de l’Imperialis Auxilia étaient constituées d’un noyau de soldats professionnels, complété par un afflux d’hommes et de femmes appelés à servir une période sous les armes selon les besoins, après quoi ils retournaient à leur vie antérieure. Le noyau des officiers et sous-officiers professionnels de l’Imperialis Auxilia était généralement constitué de soldats de carrière, même dans des mondes sans forte culture martiale, et dans de nombreux cas, il s’agissait souvent de vétérans de l’Armée Impériale plus âgés, retraités de la Grande Croisade dans une position où leurs compétences et leur expérience pouvaient encore servir l’Imperium.

Le côté le plus sombre de cette situation était l’engagement des prisonniers, des récidivistes et de ceux qui étaient considérés comme des Abhumains ; des mutations en dessous de la norme humaine acceptée, mais pas au point de justifier une extermination immédiate. Ces forces avaient souvent servi l’Imperialis Auxilia sans aucune volonté, leur contrôle étant garanti par des cadres de maîtres de discipline chevronnés, et l’application impitoyable de sanctions létales et d’incitations chimiques lorsque cela était nécessaire.

Dans presque tous les cas, les lignes d’approvisionnement de l’Imperialis Auxilia étaient limitées à leur propre monde, et à moins d’un legs initial d’équipement lors de leur fondation, il était inhabituel qu’elle soit régulièrement équipé par des sources extérieures, à moins que le Commandant Impérial ne soit prêt à négocier des contrats d’approvisionnement avec les Mondes-Forges ou d’autres centres industriels proches. Étant donné les niveaux technologiques très divergents des mondes de l’Imperium, il était impossible de standardiser l’approvisionnement des forces de l’Imperialis Auxilia, ce qui nécessitait une fabrication et un approvisionnement locaux dans la grande majorité des cas. Cependant, en ce qui concernait les véhicules lourds et les arsenaux, la plupart des Imperialis Auxilia étaient équipées à partir des réserves stratégiques de l’Imperium, car très peu de mondes étaient capables de fabriquer des machines de guerre aussi redoutables que le char de combat Leman Russ ou le char super-lourd à Baneblade. Ainsi, il n’était pas rare de voir un guerrier tribal en peinture de guerre et peaux d’animaux tenir la coupole de commandement d’un Baneblade, ou une compagnie de guerriers portant une cotte de mailles primitive charger depuis la baie des troupes d’un Transport d’Assaut Lourd Gorgon avec des Fusils Laser fabriqués sur Mars - telle était la diversité et l’étendue de l’Imperium.[4]

La Scission de l'Imperium[modifier]

Avec le commencement de l’Hérésie d'Horus, l’Imperialis Auxilia fut aussi divisée dans ses loyautés que toutes les autres divisions des forces armées de l’Imperium. Lorsque la trahison du Maître de Guerre fut révélée, celle d’innombrables commandants planétaires le fut également, forçant ceux qui ne partageaient pas la conspiration de leur maître à choisir de les suivre ou de s’y opposer. De nombreuses milices furent brutalement purgées au cours des premiers mois de l’Hérésie et les officiers à qui l’on ne pouvait pas faire confiance pour suivre les ordres furent remplacés, tandis que sur de nombreux mondes où la loyauté était divisée, une guerre civile ouverte éclata, des luttes intestines qui, dans certains endroits, allaient se prolonger durant toute l’Hérésie d’Horus et jusqu’aux années de la Purge jusqu’à ce qu’elle soit résolue. Ce phénomène ne se limita pas non plus aux mondes des Traîtres, car la trahison fut accueillie avec un tel choc qu’une vague de paranoïa s’étendit sur l’Imperium, de manière inégale, car les mondes se succédèrent, saisis par l’horreur de ce qui s’était passé à Isstvan III, ou bien un conflit ouvert plus local fut révélé à la population, qui craignait qu’il ne lui soit également infligé.

Alors que les lignes de bataille étaient tracées et les allégeances déterminées, les mondes de l’Imperium cherchèrent à lever davantage d’armées, soit pour se défendre contre les osts du Maître de Guerre qui arrivaient, soit pour prendre les armes à leurs côtés. Au départ, des milices de défense planétaire entières furent levées des deux côtés en nombre sans précédent, tant dans la campagne de la Conformité Noire du Maître de Guerre que dans la réponse désespérée de Dorn et de Malcador à la menace imminente de l’invasion du Système Sol.

Dans les forces de l’Architraître, de nombreux régiments de l’Imperialis Auxilia ont vite découvert qu’ils étaient les moins bien classés de tous les serviteurs du Maître de Guerre, et la vie de milliards de personnes a été impitoyablement dépensée comme chair à canon. Seuls les guerriers les plus ambitieux et les plus déterminés survécurent à de telles batailles et bientôt les armées de l’Architraître furent composées par une foule de soldats sanguinaires, qui dans de nombreux cas vénéraient leurs maîtres de la Légionne Astartes comme des demi-dieux. D’autres furent infectés en masse par les croyances cultuelles de leurs maîtres, en particulier en ce qui concernait les Word Bearers, succombant irrévocablement à la mutation et à la folie. Les Loyalistes aussi ne tardèrent pas à mobiliser les Imperialis Auxilia pour s’opposer à la trahison du Maître de Guerre, en particulier dans les secteurs situés le long de la route qu’Horus allait emprunter d’Isstvan à Terra. Des mondes entiers étaient souvent dépouillés de leurs forces de défense, des multitudes de citoyens-soldats mal préparés mais déterminés alimentaient l’inexorable machine de la guerre afin de ralentir l’avance du Maître de Guerre alors que Terra se préparait à l’inévitable confrontation finale.

Tout au long de ce qu’on appellera l’Âge des Ténèbres, des guerriers mortels d’innombrables mondes ont combattu dans l’ombre des puissantes Legiones Astartes, souvent invisibles, invariablement inaperçues. Les actions de l’Imperialis Auxilia ont rarement été enregistrées ou célébrées, tandis que celles des Traîtres devaient rester silencieuses. Bien que l’Hérésie d’Horus ait été sans aucun doute une guerre entre des frères, elle a été menée pour la maîtrise de la race humaine tout entière, et aucun peuple et aucun monde ne pouvait y survivre sans être touché.[5]

L'Auxilia Solar[modifier]

« Que mon épitaphe soit celle-ci : je suis né sans nom et abandonné dans le caniveau d’un puits sans soleil, mais je suis mort en conquérant des mondes. »
- Réputé êtres les derniers mots du Seigneur Militant Erais Slaithe Commandant de la 74e Flotte Expéditionnaire. La Chute du Golgothea Terax en 0322884.M30.
Les Innombrables Grades de l’Excertus Imperialis[6]

L’Excertus Imperialis de l’époque de la Grande Croisade était une vaste organisation dont le nombre, au sens littéral du terme, n’était pas calculé ; aucune mesure précise n’a jamais été possible, tant elle était prolifique, répandue à travers les étoiles et en mutation au fur et à mesure que les unités furent dissoutes ou subirent l’attrition, et que de nouvelles unités, recrues et contractuels venaient s’ajouter à ses rangs. En tant que structure, elle était d’une complexité presque insondable. Elle a formé la structure de soutien incompréhensiblement vaste de la Grande Croisade, incluant dans son balayage les forces auxiliaires de première ligne et les forces de réserve de deuxième ligne des Flottes Expéditionnaires (connues collectivement sous le sous-titre de l’Imperialis Auxilia - ou Armée Impériale officieuse) et les milliards de milices planétaires levées pour la défense des provinces. Elle comprenait également les myriades d’organisations de soutien, les osts de travail colossaux, les légions pénitentiaires, les navires de guerre et les équipages de l’Armada Imperialis, le vaste corps de l’Æxactory Notary et de la Dîme, et nominalement les Commémorateurs, les Itérateurs et les exécutants de la Vérité Impériale - tous étaient liés par son ordonnance. Bien qu’en théorie, c’était à l’Officio Militaris sur Terra et, par leur intermédiaire, à la Cour Impériale que les innombrables rangs de l’Excertus Imperialis répondaient, il était toujours en vérité subordonné aux principaux agents et aux pouvoirs indépendants de la Grande Croisade qui le commandaient au quotidien : les Légionnaires Astartes et leurs Primarques, le Mechanicum et leurs Legios Titaniques, les Maisons de Chevaliers, les Militants Libres-Marchands, les Commandants Impériaux qui gouvernaient les mondes de l’Imperium, la Navis Nobilite et la Collegia Psykana, tous avaient intérêt à ce que l’Excertus Imperialis obéisse. C’est ainsi que lorsque l’Imperium fut rongé par l’Hérésie d’Horus, l’Excertus Imperialis le fut aussi, devenant renégat ou restant fidèle à des maîtres habitués de longue date à les diriger, tandis que même ses bras les plus indépendants furent brusquement contraints de choisir leur camp dans une guerre dont ils n’étaient pas les auteurs. À la mort de la Grande Croisade, l’organisation qui la servait, la fournissait et alimentait sa croissance ayant pris fin, divisée par des divisions et déchirée par le sang.

Parmi la myriade de régiments et de bataillons de l’Imperialis Auxilia, plus communément appelée "Armée Impériale", l’Auxilia Solar fait partie des forces de combat les plus élitistes, les plus disciplinées et les mieux équipées, largement considérées comme la deuxième force de combat la plus efficace après les Légionnaires surhumains Astartes. Si certains observateurs font référence à des unités et des régiments particuliers dont les compétences, la puissance et la réputation peuvent dépasser celles de l’Auxilia Solar comme les légendaires Noirs de Lucifer ou les Marnéeens, ce qui distingue l’Auxilia Solar, c’est qu’il ne s’agit pas d’un simple régiment issu d’une culture particulière ou déplacé d’un monde de guerre pour servir le peuple, mais d’un modèle, d’une culture de guerre et d’un ordre de bataille qui ont été reproduits avec succès sur des centaines de mondes. En conséquence, les cohortes et les régiments de l’Auxilia Solar ont formé l’épine dorsale des forces militaires de l’Imperium depuis l’aube de la Grande Croisade. Alors que les Space Marines des Legiones Astartes ont été à la fois les porte-drapeaux de la Grande Croisade, et sans aucun doute sa force principale et imparable, les soldats de l’Auxilia Solar a souvent été ses indispensables éclaireurs et ses fantassins les plus fiables. Et, alors que l’Imperium s’étendait à des milliers de mondes, sa première ligne de protection contre ceux qui voulaient le détruire de l’extérieur ou perturber sa paix de l’intérieur.[7]

Les Origines de l'Auxilia Solar[modifier]

Comme son nom pourrait le suggérer, les origines de l’Auxilia Solar se trouvent dans le Système Sol et sur Terra, aux premiers jours de la Grande Croisade. Dès le début, l’Empereur a sans doute compris que si Ses Légions Astartes seraient Son principal outil de guerre et de conquête, l’ampleur de la Grande Croisade - qui ne serait rien de moins que la libération de la galaxie toute entière - nécessiterait bien plus de personnel, réparti sur une plus grande surface, que ce que même des centaines de milliers de Space Marines ne pourraient espérer réaliser, simplement parce qu’ils ne pourraient pas être partout à la fois, et qu’ils ne seraient pas mieux servis en assumant des rôles habilement remplis par l’Humanité ordinaire. De cette réalité est né l’Excertus Imperialis ; des milliards de troupes de seconde ligne et de soutien, de fonctionnaires, d’ouvriers, d’équipage spatiaux, de logisticiens, d’aumôniers, d’adeptes et d’officiers d’état-major, et les innombrables quantités d’armes, d’équipements et de machines de guerre, de moyens de transport dans le vide et de navires de guerre dont ils avaient besoin ; tout cela pour faire de la Grande Croisade une réalité. Au sein de ce vaste corps d’hommes et de femmes en armes, organisé et formulé par l’intelligence transhumaine de l’Empereur Lui-même, se trouvaient de nombreuses divisions hautement spécialisées, chacune créée pour servir un but singulier, chacune étant un rouage vital de la vaste machine de guerre impériale. L’Auxilia Solar était l’une de ces divisions créées dans un but précis.

Les paramètres de cette création étaient exacts ; la levée d’un corps important de soldats de première ligne dont le principal théâtre de guerre serait le vide spatial et les environnements hostiles de toutes sortes, à la fois pour soutenir les Legiones Astartes dans la bataille, et par son déploiement les libérer pour des opérations concentrées en première ligne. Là où les Space Marines devaient être avant tout le marteau de la Grande Croisade, l’Auxilia Solar devait être leurs éclaireurs et leurs sentinelles. Ces soldats devaient garnir les grands navires de guerre et les avant-postes frontaliers ; ils devaient servir aux côtés des Libres-Marchands et dans les Flottes Expéditionnaires à la fois comme agresseurs et comme explorateurs, et en tant que tels, ils devaient être disciplinés, entraînés et bien équipés bien au-delà du niveau d’un soldat de milice moyen. Une fois la Conformité obtenue sur une zone de l’espace et les fronts de bataille de la Grande Croisade déplacés, ce sera aussi l’Auxilia Solar, avec ses propres flottes et ses navires de guerre assignés, qui gardera ces mondes et systèmes stellaires qui deviendront l’Imperium grandissant, contre les maraudeurs de l’extérieur et la rébellion de l’intérieur. Bien qu’une force de frappe de l’Auxilia Solar ne pouvait pas, en fait, égaler la puissance et la force des Legiones Astartes, ces armées compactes basées sur des flottes de contrôle colonial étaient plus que capables de faire face à la plupart des "petites guerres" et des conflits locaux qui pouvaient survenir par elles-mêmes. Lorsqu’une menace s’avérait plus forte que ce qu’une force d’intervention de l’Auxilia Solar pouvait affronter seule, ces soldats étaient conditionnés et équipés pour tenir la ligne quoi qu’il arrive, jusqu’à ce que l’aide puisse être mobilisée et que les Anges de la Mort de l’Empereur se déchaînent sur les transgresseurs.[8]

L'Ordo de Saturne[modifier]

Un Soldat de l’Auxilia Solar durant la Grande Croisade.
En exposant la formulation stratégique et le schéma d’organisation de l’Auxilia Solar, l’Empereur, dans Sa sagesse, semblait avoir puisé deux deux sources principales : les grandes forces militaires des Guerres d'Unification de Terra et l’Ordo Saturnyne. La guerre était la condition générale sur Terra et dans son système stellaire depuis des milliers d’années, et le monde intérieur de l’Humanité avait vu de nombreux grands empires s’élever et tomber, et avec eux de grandes armées et cultures guerrières se former et faire face à leur destruction. De ce creuset de bataille, l’Empereur a tiré beaucoup de choses qui allaient influencer la structure et les tactiques de toutes ses armées, et l’Auxilia Solar ne serait pas différent en cela, mais ce sont les enclaves technologiques hautement militarisées de Saturne, dont l’expertise dans la guerre du vide était d’un tempérament incomparable, qui allaient le plus influencer la nature de l’Auxilia Solar.

Les comations politiques de Saturne se sont formés pendant l’Ère des Luttes ; ils étaient une ligue dispersée de domaines et de royaumes indépendants formés de dizaines d’enclaves d’astéroïdes, d’arcologies orbitales et de colonies lunaires autour de la géante gazeuse qui leur a donné leur nom. Au fil du temps, ils avaient établi une culture commune technologiquement avancée et, bien que les conflits entre États, la concurrence et la vendetta étaient monnaie courante entre eux, encouragés par leur survie, ils se sont rapidement regroupés face à la menace extérieure, qu’il s’agisse de l’influence néfaste de Mars ou des horribles prédations des Xenos et des pilleurs mutants venus s’emparer les richesses et les ressources qu’ils avaient si longtemps recherchées. Leurs forces armées, combinant de loin la flotte la plus puissante du Système Sol avant l’Unification et des forces armées d’élite connues sous le nom d’Ordo Saturnyne, avaient perfectionné les armes et les tactiques de la guerre du vide pendant des siècles et jusqu’à l’arrivée des Legiones Astartes, ces techniques étaient inégalées. Nombreux sont ceux qui ont affirmé que ce n’est qu’après l’adhésion volontaire de Saturne à l’Imperium que la Grande Croisade a véritablement commencé, leurs flottes, leurs chantiers navals et leur expertise du vide étant fondamentaux pour la vitesse et l’ampleur des premières années de l’expansion impériale. C’est également à ce moment que naquit l’Auxilia Solar, et les dix premiers régiments levés, connus collectivement sous le nom de "Béliers de Saturnes", n’étaient ni plus ni moins que les Hoplites du Vide de l’Ordo de Saturne, réorganisés et étendus - leurs armes et leur armement n’ayant pratiquement pas changé - et envoyés avec les premiers déploiements des Legions Space Marine, alors seulement connues sous leurs numéros, à la conquête des étoiles.

Bientôt, d’autres levées de régiments allaient suivre, Terra et Luna fournissant tous deux de nombreux régiments nouvellement levés selon le même schéma que ceux de Saturne pour répondre à la demande stratégique. Ces régiments ont été déployés avec les mêmes types d’armes et d’équipements éprouvés, tirés des prototypes de Saturne et rendus au Mechanicum pour approbation, modification et production de masse, y compris le blindage vide Saturne, très efficace et robuste, qui allait servir à mettre en valeur l’apparence particulière de l’Auxilia Solar tout au long de la Grande Croisade. Cet arsenal a été complétée par des variantes d’armes et d’équipements conçus pour être utilisés dans un environnement dangereux et dans le vide par un humain non évolué ; ces armes et équipements ont été appelés "Solar", une désignation fournie par le Mechanicum en accord avec les forces des Auxilia "Solar" auxquelles ils étaient destinés.[9]

Libération et Conquête[modifier]

Au fil de la Grande Croisade, l’efficacité de l’Auxilia Solar en tant que concept militaire distinct et force de combat cohérente a été prouvée à maintes reprises, et les exigences stratégiques des Flottes Expéditionnaires toujours plus nombreuses et du territoire galactique qu’elles ont conquis ont exigé que les régiments de l’Auxilia Solar soient levés en nombre croissant. Le système terran ne pouvait à lui seul répondre à cette demande croissante et le modèle de l’Auxilia Solar fut donc utilisé comme une inspiration ailleurs, et bientôt des régiments et des formations de cohortes plus importantes furent levés à travers l’Imperium, souvent constitués autour de corps d’officiers subalternes et de sous-officiers expérimentés issus des régiments existants. Ces levées étaient plus courantes dans les systèmes stellaires ayant une tradition bien établie de forces militaires et de corsaire du vide, et dans de nombreux cas servaient à absorber plus facilement une telle culture dans l’Imperium, en particulier si une lutte armée avait été nécessaire pour le soumettre à la Conformité.

Ces cohortes de l’Auxilia Solar étaient normalement envoyées loin de leur système d’origine, ce qui coupait les liens avec leur monde de naissance et réduisait tout potentiel de rébellion ultérieure dans ce dernier. Cette pratique n’était cependant pas unique, et avec l’introduction de tests d’aptitudes mentales et physiques pour un plus grand nombre de recrues, les régiments de l’Auxilia Solar ont également été élevés avec succès à partir de mondes féroces et Féodaux sans sophistication technologique globale élevée ou tradition de fonctionnement vide, souvent en parallèle avec des levées régimentaires plus conventionnels. Les plus réussis de ces cohortes combinaient la sauvagerie et l’élan que l’on trouve souvent sur ces mondes guerriers avec la discipline et la puissance de feu dont l’Auxilia Solar était réputé à juste titre, formant une combinaison vraiment mortelle. Parmi les cas célèbres, on peut citer les Chasseurs de Têtes Chthoniens qui devaient accompagner la 63e Flotte Expéditionnaire du Maître de Guerre Horus, et le Carak’tal Scarifié qui est entré dans la légende comme étant la seule force non Astartes à avoir survécu à l’assaut des Khraves à la Porte de la Perdition.[10]

La Tradition du Service[modifier]

Au deuxième siècle de la Grande Croisade, les forces du modèle Auxilia Solar formaient peut-être 20 à 25 % de la force humaine totale des armées de première ligne de l’Imperialis Auxilia, dont le nombre pouvait atteindre des dizaines de millions. Au moment de l’Hérésie d’Horus, cette force était divisée en termes de déploiement, avec environ deux tiers des cohortes de l’Auxilia Solar stationnées en permanence dans les limites de l’Imperium, divisées en commandements de forces de frappe et de garnisons, et l’autre tiers séparé en diverses Flottes Expéditionnaires, détachements de Libres-Marchands et navires éclaireurs à grande distance sur la frontière toujours plus étendue et de plus en plus éloignée. Comme elles étaient particulièrement adaptées et organisées de manière à n’avoir que peu de liens avec leur système d’origine et à pouvoir facilement fonctionner comme des commandements détachés, il est devenu courant que de nombreuses Flottes Expéditionnaires de petite taille, qui ne comportaient pas de présence importante de Legionne Astartes, soient dirigées par un noyau de l’Auxilia Solar sous l’autorité particulière d’un Seigneur Commandant nommé par le Conseil de Guerre Impérial. Le pouvoir et l’autorité temporelle de ces Seigneurs Commandants (et du plus ancien d’entre eux, les Seigneurs Militant Imperialis) étaient formidables en soi, et il était courant que les futurs commandants impériaux des colonies soient issus de ces Seigneurs et des rangs de leur personnel subordonné et des capitaines de navires de guerre, ce qui justifiait également la présence de Libres-Marchands. Avec le prix potentiel du pouvoir absolu sous l’Aquila sur des mondes entiers comme tirage au sort, il n’était alors pas surprenant que les commissions de rang au sein des Cohortes des Auxilia Solar destinées à la frontière soient devenues une chose recherchée par les officiers ambitieux, les petits nobles et les descendants des grandes maisons de Terra. Certaines de ces commissions ont été gagnées et d’autres acquises par des moyens plus directs, mais le destin et les dangers illimités des mondes à conquérir et des mondes extraterrestres non numérotés ont servi dans la plupart des cas à éliminer assez rapidement ceux dont l’ambition l’emportait sur leurs aptitudes. Quoi qu’il en soit, il fut salutaire que la poursuite du pillage ainsi que la quête de la richesse et du pouvoir personnels aient été des motivations qui ont souvent servi la Grande Croisade tout autant que le devoir et le désir de gloire et la croyance en l’unification de l’Humanité. Pour ceux des rangs inférieurs, l’attrait du service avait peut-être été plus prosaïque en fin de compte, mais pas moins précieux : un bon niveau de vie, une bonne rémunération et le respect de l’Imperium pour le sang versé avec, s’ils le souhaitaient, à la retraite après avoir servi un minimum de trente ans de service, une citoyenneté à part entière et des terres, de l’argent et une position proportionnée dans un monde colonial nouvellement fondé ou nouvellement mis en Conformité. Pour ceux qui ont choisi de servir plusieurs fois et pour qui l’Auxilia Solar était devenu un mode de vie essentiel, la récompense finale était plus grande, et ils ont reçu des traitements anti-aghatiques et des médicaments de base pour prolonger leur durée de vie et leur utilité militaire en conséquence.

En son cœur, l’Auxilia Solar était devenu et était resté un corps de soldats professionnels endurci, équipé et entraîné selon les plus hauts standards des forces humaines de l’Imperium, et une clé de voûte des énormes progrès de la Grande Croisade.[11]

Organisation Stratégique[modifier]

Selon la mesure de l’Officio Militaris de Terra, les Cohortes de l’Auxilia Solar furent le modèle définitif d’une formation d’infanterie lourde spatiale de l’Excertus Imperialis. En tant que telles, elles étaient parfaitement entraînées et équipées pour affronter des zones de guerre dans le vide et des environnements planétaires dangereux. Elles opéraient à la fois comme troupes "d’interface" (c’est-à-dire pour passer des opérations vides aux opérations au sol dans des conditions de combat) et pour mener des actions d’abordage très contestées. Les premières forces de l’Auxilia Solar étaient déployées selon le modèle standard d’une structure régimentaire de type Principia Belicosa, comprenant un effectif nominal de 5 000 soldats d’armes sous le commandement formel d’un Légat-Colonel et d’un état-major et d’un cadre disciplinaire dédié d’environ 300 officiers et spécialistes. Cependant, alors que la Grande Croisade entrait dans sa phase d’expansion et que le rôle de l’Auxilia Solar dans l’effort de guerre plus large devenait plus prononcé, et que la demande d’unités de modèle Auxilia Solar augmentait, le haut commandement de l’Officio Militaris avait reconfiguré l’Auxilia Solar a en formations de cohortes plus importantes et hautement autonomes. Ces "Cohortes Solar" devaient être très compartimentées et prenaient leurs sources à la fois aux structures employées par certaines des forces d’élite de l’Empire Panpacifique pendant les Guerres d’Unification et aux éléments utilisés pour organiser les Légions de Space Marines naissantes. Une Cohorte Solar rassemblée formait une force de combat nominale de 120 000 individus, avec plusieurs milliers de personnels de soutien supplémentaires de divers types en permanence attachés à l’unité, sous le commandement d’un Maréchal Solar. Elle était divisée en plusieurs sous-cohortes, chacune ayant une force de combat nominale de 1 200 sous le commandement d’un Légat Commandant, d’un Commandant ou d’un Sous-Commandant, selon l’ancienneté et le type particulier de la sous-cohorte.

La composante fondamentale de la Cohorte Solar au niveau tactique était le Tercio, une formation composée de trois "sections" d’Auxilia, dont la nature avait été définie par leur armement et leur rôle sur le champ de bataille. Les Tercios pouvaient être assemblés et déployés collectivement de différentes manières et en nombre variable pour répondre à un besoin stratégique particulier. La formation de Tercio de loin la plus courante était le Tercio d’infanterie, composé de trois escouades armées ; chacune comprenant vingt fantassins du vide, en armure et équipés de Fusils Laser, commandés par un officier subalterne. À côté de ces Tercios d’élite de combat "Veletaris", chacun d’entre eux était composé de trois escouades de dix soldats vétérans équipés d’armes à courte portée améliorées telles que des Armes Volkite ou des unités de Lance-Flammes, et de Tercios d’appui-feu, commandant trois batteries de trois plates-formes d’armes d’appui-feu de l’infanterie, dont le type Rapier à chenilles était le plus courant.

Chaque Tercio était lui-même une unité autonome, et chaque Auxilia des Tercios était formé non seulement comme soldat de première ligne, mais aussi pour être compétent en matière d’assaut du vide, de génie de combat fondamental, de survie en milieu hostile et de protocoles d’exploration planétaire de base. Cette combinaison particulière de capacités avait fait de l’Auxilia Solar une élite parmi les soldats humains de l’Imperium depuis les premiers jours de la Grande Croisade et avait toujours été une source de grande fierté dans leurs rangs.[12]

Doctrine Militaire[modifier]

La doctrine tactique de l’Auxilia Solar s’était développée de façon organique au fil des opérations de la Grande Croisade, et était le résultat direct à la fois des environnements inhabituels dans lesquels elle opérait couramment et en partie des qualités particulières de ses armes et de ses équipements. Chaque membre de l’Auxilia Solar devait atteindre un niveau de compétence et d’aptitude attendu pour porter une armure vide. La coordination et la discipline étaient pour eux d’une importance primordiale ; les infractions à la discipline et à la règle sur un navire vide pouvaient conduire à une catastrophe rapide pour tous, et dans une guerre spatiale, cela était doublement vrai. Ceux qui ne respectaient pas ces normes lors de leur formation étaient renvoyés pour servir comme matelots de la Marine ou dans une formation auxiliaire moins sélective, ceux qui les ne les respectaient pas durant leur service actif étaient sévèrement punis, et ceux qui les manquaient au combat étaient exécutés sommairement par leurs officiers.

La cohérence et la discipline de l’Auxilia Solar furent les clés de leur principale tactique : formations ordonnées aussi bien dans la guerre en champ libre que dans les confins d’une Zone Mortalis, concentration de la puissance de feu et défense tenace. Les stratégies de "défense agressive" furent courantes tant au niveau des petites unités qu’à celui du terrain. Elles consistaient à s’emparer agressivement d’un terrain défensif supérieur (ou à le fabriquer avec des lignes de défense préfabriquées, etc.) et à inviter l’ennemi à attaquer selon ses préférences, à simuler une retraite afin d’entraîner l’adversaire dans des zones de tir préparées à l’avance et à ralentir les poussées "roulantes" sous le couvert d’un appui blindé et aérien rapproché, et protégé par des moyens de transport mécanisés. Les attaques asymétriques par "foudre", qui engageaient des forces massives contre une partie divisée d’une ligne ennemie afin de remporter une victoire localisée tout en minimisant les pertes, étaient également courantes. Ces stratégies étaient rendues possibles grâce à la discipline des cohortes de l’Auxilia Solar et à la sophistication de leur armement. Elles furent principalement le fruit de l’utilisation des cohortes de l’Auxilia Solar comme unités d’éclaireurs à longue portée pour les forces d’exploration et d’expédition, ainsi que comme forces de réaction rapide ; dans ces rôles, l’Auxilia Solar pouvait souvent s’attendre à combattre seul et en infériorité numérique, et à affronter un terrain inconnu ainsi que des ennemis potentiellement inconnus. La célèbre discipline et la capacité à "tenir la ligne" de l’Auxilia Solar dans de telles circonstances pouvaient être considérées non seulement comme une question de capacité martiale, mais aussi comme un simple trait de survie. Sur un monde étranger ou dans la coque d’un navire de guerre ennemi, il était inutile de fuir là où il n’y a pas de refuge sûr où déguerpir, et ce faisant, on se condamnait aussi sûrement que ses camarades.[13]

Les tactiques de l’Auxilia Solar avaient longtemps été formulées en fonction de la défense active ; l’idée étant qu’au combat, ces soldats étaient plus susceptibles d’être dépassés en nombre et d’être attaqués directement, la réponse de base consistant à attirer l’ennemi sur leurs canons et à briser leurs lignes comme des vagues contre des rochers inébranlables. C’est ce qui a valu à l’Auxilia Solar sa réputation de féroce combattant et lui a permis de survivre dans de nombreux Mondes Hostiles, où l’on ne pouvait s’attendre à ce que personne, à l’exception des Legiones Astartes, ne l’emporte, bien que souvent à grands frais. La clé de cette réussite était sa capacité à se tenir côte à côte et à maintenir des tirs disciplinés avec rapidité et précision, indépendamment des terreurs impie qui s’abattaient sur elle. Ce régime et cette doctrine tactique furent aussi inébranlables qu’ils furent appliqués avec rigueur.[14]

Panoplie de Guerre[modifier]

L’une des caractéristiques les plus évidentes de l’Auxilia Solar était sa panoplie de guerres unique, qui la mettait à l’écart de la myriade de forces différentes au sein de la grande Imperialis Auxilia, et qui était informée à la fois par son histoire et par son rôle particulier dans la vaste machine de guerre de l’Imperium.[15]

Armes Personnelles[modifier]

La pièce de l’arsenal la plus singulière et peut-être la plus emblématique utilisée par un membre de l’Auxilia Solar était son armure de vide ; un gilet pare-balles de combat entièrement environnemental renforcé par une carapace et doté d’une unité de maintien des fonctions vitales entièrement intégrée. L’armure de vide portée par l’Auxilia Solar, officiellement de "Armure Solar", était elle-même une modification produite en série de l’ancienne armure de vide portée par les Hoplites du Vide de l’Ordo de Saturne. L’armure était entièrement scellée et capable de résister aux tirs d’armes légères, aux impacts balistiques et aux traumatismes dus aux chocs. Elle était auto-réparatrice contre les pénétrations et les lacérations mineures, et était particulièrement résistante aux radiations et aux effets thermiques, ce qui la rendait très efficace pour les opérations de combat dans des environnements hostiles de toutes sortes, et pas seulement dans le vide ouvert. Bien qu’efficace et résiliente, l’armure de vide ne devait cependant pas être considérée comme équivalente, en termes de durabilité ou de sophistication, à l’Armure Énergétique des Legiones Astartes, qui fonctionnait à un niveau supérieur en termes de défense et d’endurance.

Tout comme l’armure de vide portée par l’Auxilia Solar était plus sophistiquée et plus coûteuse en termes de matériel, il en allait de même pour ses armes légères, dont la plus courante est le Fusil Kalibrax à Mark V-I. Le Kalibrax fonctionnait à un niveau de puissance standard fixées par l’Officio Militaris pour l’armement de l’Imperialis Auxilia, mais il se distinguait à la fois par ses condensateurs de transfert d’énergie fortement renforcés, sa durabilité globale et ses qualités supérieures de dissipation de la chaleur par rapport à des modèles plus courants comme le Fusil Mars MkII ou la Carabine Ursh-Vantovka. Ces facteurs le rendait hautement souhaitable pour les dangers de la guerre du vide, et aussi facilement capable de supporter une variété de modifications et de systèmes additionnels, tels que les batteries de collimateurs à Bolts et les chargeurs de souffle à induction, sans la contrainte fatale que de tels dispositifs pourraient imposer à des armes de moindre importance. Historiquement, en termes de soutien léger et d’armement spécialisé, l’Auxilia Solar avait toujours privilégié diverses formes d’armes à énergie dirigée, notamment les Lances-Flammes, les Fuseurs, les Multi-Fuseurs et les Canons Laser, en particulier pour leur aptitude à annuler le combat et à simplifier la maintenance et l’approvisionnement en munitions, bien que les armes de type Canon Bolter et à rotor étaient loin d’être inconnues dans les cohortes, en particulier lorsqu’une Cohorte Auxilia Solar opérait pendant de longues périodes aux côtés d’autres forces impériales.

Autrefois l’armement standard d’un nombre important de sections d’infanterie, les Armes Volkites se firent de plus en plus rares au fur et à mesure que la Grande Croisade s’étendait, et lors de l’Hérésie l’Horus, elles étaient l’apanage que de la plus élite de leurs unités Veletaris. Porter une telle arme devenait un symbole d’une grande distinction dans les rangs de l’Auxilia Solar, les armes elles-mêmes devenant de plus en plus rare au fil du temps. Les armes de la classe des officiers de l’Auxilia Solar eurent tendance à être de nature très particulière, chaque officier étant autorisé à utiliser ses propres armes personnelles, ce qui permettait une variation considérable et même une compétition entre eux pour le faire, l’épée de différentes formes étant communément considérée comme la marque d’un officier. Les duels entre officiers de même grade en dehors de la guerre active ont toujours été autorisés dans le cadre de certains paramètres au sein de l’Auxilia Solar, à la fois pour des raisons sportives et pour des questions d’honneur (avec l’autorisation d’un Commandant). Pour cela, le Sabre Charnabal d’origine terran était l’outil le plus courant, et l’entraînement et les compétences qu’il encourageait à acquérir étaient considérés comme purement bénéfiques pour les personnes impliquées et les cohortes qu’elles servaient.[16]

Soutien Tactique[modifier]

Chaque Cohorte Auxilia Solar était destinée à fonctionner comme une force autonome, et elle était organisée et dotée d’un soutien infra-structurel supplémentaire en fonction du rôle qui lui était assigné. Par exemple, durant une mission d’exploration ou une guerre ouverte, les Cohortes opéraient presque toujours comme une force mécanisée, utilisant un grand nombre de transports blindés lourds, tout environnement confondu, comme montures et points de ralliement pour leurs troupes. Le plus courant était le transport blindé Dracosan, qui possédait à la fois la capacité de transporter des sections entières de soldats armés dans un seul véhicule et était doté à la fois d’un blindage et d’une protection contre les radiations inhérente considérablement plus importants que l’omniprésent Rhino, ainsi que d’un système de survie plus résistant. A côté de ce véhicule terrestre principal, une variante blindée spécifique et souvent armée de Arvus servait de transport de soutien le plus souvent à l’Auxilia Solar. Ce modèle de SCS était un vaisseau d’interface orbitale robuste et sûre dont la conception fiable était antérieure de plusieurs siècles à la fondation de l’Imperium. Il était utilisé dans diverses fonctions, du transport de troupes aux vaisseaux de reconnaissance, en passant par le convoyeur d’approvisionnement et même comme transporteur d’assaut improvisée.

Comme on pouvait s’y attendre étant donné la relation étroite de l’Auxilia Solar avec la guerre du vide et l’assaut orbital, un soutien naval supplémentaire par des chasseurs, des navires de combat lourds et des lanceurs orbitaux était également très étroitement pris en compte dans la sphère d’opérations des cohortes de l’Auxilia Solar, ce dernier possédant ses propres cadres de pilotes et des équipages du vide intégrés dans la propre chaîne de commandement d’une cohorte donnée pour faciliter son fonctionnement. Presque exclusivement parmi l’Excertus Imperialis, les Cohortes de l’Auxilia Solar stationnées sur les navires de ligne utilisaient également des béliers d’abordage modèle Skark spécialement modifiés pour les actions d’assaut vide, une forme d’engagement mortelle généralement supposée être la seule habilitation des puissantes Legiones Astartes.[17]

Armures Lourdes et Munitions[modifier]

Les cohortes de l’Auxilia Solar faisaient un usage intensif de blindages de soutien et d’unités d’artillerie mobiles en combat ouvert, et contrairement aux forces de l’Imperialis Auxilia plus large, il s’agissait invariablement de modèles conçus pour résister aux opérations dans le vide et au environnement hostile, y compris le blindage radiologique et les systèmes de survie internes. Il s’agissait notamment des Chars de Combat Leman Russ de modèle Mars-Solar, créés spécifiquement selon les spécifications de l’Auxilia par les Seigneurs de la Planète Rouge - à la fois plus rapides et plus sophistiqués que leurs homologues les plus courants - ainsi que des chars d’artillerie Basilisk et Medusa de variante semi-automatique montés sur ces mêmes châssis Leman Russ scellés contre l’environnement. Les Cohortes de l’Auxilia Solar furent également réputés pour leur déploiement régulier d’ouvrages de défense préfabriqués, fortifiant tout campement ou avant-poste qu’ils construisaient, même temporaire ; une procédure opérationnelle standard née de déploiements étendus sur des mondes inconnus, loin de toute aide immédiate.

La plupart des Cohortes de l’Auxilia Solar comptent également dans leurs rangs au moins une sous-cohorte de blindés super lourd entièrement équipée, dont l’arsenal contenait de nombreux types d’unités de combat générales comme le Malcador et le Baneblade, ainsi que des véhicules réservés à des rôles plus spécialisés comme le Shadowsword et le Stormhammer. Il est à noter, cependant, que les formations de siège plus spécialisées, telles que les batteries d’artillerie statiques, étaient rarement incluses dans l’ordre de bataille régulier d’une cohorte, car le devoir de siège et la guerre d’usure avaient été largement considérés comme un gaspillage des capacités particulières de l’Auxilia Solar par le commandement stratégique pendant la Grande Croisade, et l’ont laissé à d’autres formations plus spécialisées de l’Excertus Imperialis.[18]

Les Unités de l'Armée Impériale[modifier]

« Je ne me soucie pas de savoir si mes troupes me considèrent comme un tyran ou un saint ; je me soucie seulement qu'elles obéissent aux ordres. »
- Seigneur Militant Konstin Shillesse, Légat Commandant de la 187e Cohorte (Les Têtes de Mort).

Les Aéronefs de l'Armée Impériale[modifier]

Les Machines de Guerre de l'Armée Impériale[modifier]

Sources[modifier]

  • MERRET ALAN, Visions d'Hérésie - Guerre, ténèbres, traîtrise et mort, 2014
  • The Horus Heresy, Book Five - Tempest
  • The Horus Heresy, Book Four - Conquest
  1. Informations issues de Visions d’Hérésie - Guerre, ténèbres, traîtrise et mort de MERRET ALAN, 2014 et résumées par Guilhem.
  2. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Imperialis Militia and Cults Army List - The Old One Hundred (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Imperialis Militia and Cults Army List (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Imperialis Militia and Cults Army List - Order of Battle (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Imperialis Militia and Cults Army List - The Imperium Split Asunder (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - The Numberless Ranks of the Excertus Imperialis (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - The Origins of the Solar Auxilia (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - The Saturnyne Ordo (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - Liberation and Conquest (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - The Tradition of Service (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - Strategic Organisation (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - Military Doctrine (traduit de l'anglais par Guilhem)
  14. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia Crusade Army List - Solar Auxilia Special Rules (traduit de l'anglais par Guilhem)
  15. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - Panoply of War (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - Personal Arms (traduit de l'anglais par Guilhem)
  17. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - Tactical Support (traduit de l'anglais par Guilhem)
  18. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Solar Auxilia - Heavy Armour and Ordnance (traduit de l'anglais par Guilhem)