Catégorie:Éveil Psychique

De Omnis Bibliotheca
EveilPsychiqueSymbole.jpg

La Cicatrix Maledictum a déchiré la galaxie en deux, permettant aux énergies corrompues du Warp de bouillir à travers la blessure de la réalité. La présence de tant d’énergie empyréenne brute a créé des ravages incalculables dans tout l’Imperium, rendant certaines populations folles, exacerbant les tensions dans des régions autrement pacifiées et intensifiant les conflits tout au long de la Grande Faille.

Les individus psychiquement sensibles ont ressenti l’impact le plus profondément, mais il y a des conséquences d’une grande portée pour chaque race et faction. Ce phénomène a été surnommé l’Éveil Psychique, et il ne fait qu’augmenter en gravité. Un lieu de perturbation extrême peut être identifié par un tourbillon croissant d’énergies sombres, signalant une terreur et une mort inévitables.[1]

Vous trouverez ici l’ensemble des campagnes, batailles et événements en lien avec l’Éveil Psychique actuellement connues par les différentes institutions de l’Imperium.

L'Essor du Phénix[modifier]

L’Essor du Phénix.
Bien que les Aeldaris soient une race divisée et au bord de l’extinction, les vestiges de leur glorieuse civilisation se dressent encore fièrement contre leurs innombrables ennemis. Leur histoire est empreinte de tragédie, mais l’espoir demeure, car certains affirment que les Aeldaris peuvent trouver le salut dans la mort.

L’immense tempête Warp de la Cicatrix Maledictum a littéralement déchiré la galaxie. Le domaine de l’Humanité est coupé en deux, et nombre de ses mondes sont coupés du reste de l’Imperium, mais le genre humain n’a pas été le seul à souffrir de l’éclat lugubre de la Grande Faille. Les Aeldaris, un peuple ancien et puissant qui jadis régnait sur la galaxie, ont vu leur lutte pour la survie rendue plus ardue encore par l’abondance d’énergie psychique.

C’est dans cette période d’incertitude qu’apparaissent les Ynnari, disciples du dieu de la mort Ynnead. Ils sont convaincus que leur peuple peut vaincre Slaanesh, et même reprendre le cycle de réincarnations du passé. Mais pour ce faire, ils doivent retrouver les Épées Déchues de Morai-Heg ou, à défaut, offrir leurs âmes au Dieu Qui Murmure jusqu’à ce qu’il soit assez puissant pour réparer les conséquences de la Chute - mais pour cela, tous les Aeldaris devront mourir.

Quelles que soient les méthodes qu’ils emploient pour échapper au fléau de Slaanesh, cette effrayante entité engendrée par leur propre orgueil et les excès du passé, le mode de vie Aeldari a été bouleversé par l’afflux de Chaos qui embrase la galaxie. Ils doivent désormais prendre des mesures drastiques pour garantir leur propre survie.

Les Ynnari sèment les germes de la discorde partout où ils passent, car c’est selon eux le seul moyen de retrouver leur liberté et de renaître de leurs cendres. Ils gagnent chaque jour des partisans chez les Asuryanis, les Arlequins et même les Drukharis, auprès de ceux qui sont convaincus que l’aube succède toujours à la nuit.

Foi et Fureur[modifier]

La galaxie est dans la tourmente. La moitié de l’Imperium de l’Humanité est engloutie dans l’obscurité et la terreur, et les forces des Dieux Sombres ravagent le domaine de l’Humanité. Dans le système Talledus, une guerre féroce oppose les rangs de l’Empereur-Dieu et les serviteurs des Puissances de la Ruine.

L’immense tempête Warp appelée Cicatrix Maledictum a fendu l’Imperium en deux. Assaillis de toutes parts, les défenseurs de l’Humanité, dont les puissants Space Marines de l’Adeptus Astartes, s’efforcent de repousser les assauts des serviteurs du Chaos et des pillards Xenos opportunistes. L’anarchie et la terreur règnent partout, même au centre du royaume de l’Empereur, près de la Sainte Terra. Les seigneurs de guerre renégats Astartes Hérétiques lancent leurs croisades haineuses en toute impunité afin de déchiqueter le cœur de l’Imperium qu’ils servaient autrefois et répandre la vénération insidieuse des Dieux Sombres parmi la population terrifiée.

Le système Talledus fait partie de ce domaine ravagé. Cet ancien bastion du Credo Impérial a été réduit à un théâtre de guerre que se disputent les adeptes de l’Empereur de l’Humanité et les serviteurs du Panthéon du Chaos. Alors que le massacre s’intensifie, le trauma psychique généré par la Cicatrix Maledictum donne naissance à des miracles et à des manifestations psychiques d’une ampleur et d’une puissance sans précédent. Pour certains, ces occurrences terrifiantes sont une nouvelle preuve que la fin de la galaxie est proche. Pour d’autres, ces événements sont une manifestation de la volonté divine de l’Empereur-Dieu, incarnée par Ses loyaux serviteurs.

Quelle que soit la vérité, cette vague de perturbation empyréenne effilochera la trame du 41e Millénaire à jamais et donnera naissance à une nouvelle ère d’éveil psychique.

Une Foi Infinie[modifier]

Foi et Fureur.
L’ère de la Grande Faille a vu l’Imperium se recroqueviller, assailli sur un million de fronts par les forces du Chaos. Seul le retour du Primarque Roboute Guilliman et la fureur des Space Marines Primaris ont permis d’endiguer le raz-de-marée. En cette heure sombre, la puissance de la foi offre une lueur d’espoir à l’Humanité.

La Croisade Indomitus s’est abattue avec fureur depuis Terra, repoussant les forces du Chaos et apportant l’espoir à une centaine de mondes assiégés. Personne d’autre que le Primarque des Ultramarines n’aurait pu mener une telle contre-attaque. Pour les hommes sous ses ordres, Roboute Guilliman semblait combattre sans relâche. À peine avait-il remporté une victoire qu’il posait les fondations d’une autre. L’élan de la croisade ne pouvait pas ralentir, sous peine de donner aux forces hérétiques l’occasion de se regrouper.

C’est pourquoi, tandis que la croisade s’aventurait aux tréfonds des territoires occupés, s’engageant dans des régions ravagées par des hordes démoniaques et des flottes de Xenos migratrices, les territoires laissés dans son sillage furent livrés à eux-mêmes. Les menaces qu’ils affrontaient étaient nombreuses. Au lendemain de la Grande Faille, la galaxie tout entière fut accablée de phénomènes cauchemardesques, de perturbations temporelles et de violentes tempêtes Warp. Ce fut l’Imperium Nihilus - les régions de l’autre côté de la frontière de la Grande Faille - qui fut la proie des pires occurrences, mais aucun lieu de l’Imperium de l’Humanité n’en ressortit indemne. Même à travers les mondes étincelants du Segmentum Solar, l’horreur sévissait. Des tempêtes Warp isolées déchiquetaient des systèmes pris au dépourvu, engloutissaient des flottes de batailles et répandaient des entités démoniaques à la surface des mondes. La réalité était si perturbée que des armadas du Chaos, des flottes de pillage Orks et d’autres forces Xenos couvrirent de vastes distances, portées par les courants du Warp avant d’être vomies dans l’espace réel à l’autre bout de la galaxie.

Pire, les prédations du Grand Ennemi s’intensifièrent. Tels des loups affamés, les Astartes Hérétiques et leurs alliés frappèrent le ventre mou de l’Imperium, émergeant des étoiles tourmentées pour piller le Segmentum Solar. Un grand nombre de ces incursions étaient sauvages et imprévisibles, les adeptes du Chaos assouvissant leur soif de sang et de massacre. Cependant, elles masquaient un plan bien plus ambitieux, mis en œuvre par les serviteurs des Dieux Sombres. Les Word Bearers cherchaient à porter la foi hérétique au cœur même du domaine de l’Humanité. Les fils de Lorgar avaient prédit une lutte non seulement pour le territoire de l’Imperium, mais aussi pour son esprit. Les âmes des mortels étaient l’enjeu de cette guerre de foi.

Alliés à d’autres Légions Renégates, tels les pirates Night Lords et les impitoyables Iron Warriors, les Word Bearers cherchaient à semer la peur et le désespoir. Grâce à de sinistres rituels, des sacrifices à grande échelle et une stratégie de terreur, ils intensifièrent la puissance du Chaos, dans l’espoir de briser la volonté de la population mortelle de l’Imperium. Ceux qui acceptaient la primauté des Dieux Sombres étaient épargnés et leur damnation collective accéléra la propagation de la corruption.

Aveugles aux schémas hexagrammatiques des rituels Word Bearers, les forces impériales ne virent pas le désastre qui couvait derrière leurs lignes, ni la propagation insidieuse de l’hérésie. Planète après planète, l’ombre du Chaos se répandit.

Seules les Sœurs de Bataille, championnes zélotes du Credo Impérial, décelèrent cette menace meurtrière. Un grand nombre de Chanoinesses de l’Adepta Sororitas eurent les mêmes visions apocalyptiques : des gueules d’une noirceur indicible s’étirant pour dévorer la lumière des fidèles, des Aquilas bicéphales déchiquetés par des ombres avides et des étoiles baignées du sang d’innocents. Les ordres sanctifiés de la Fraternité ne purent pas relater l’horreur qu’elles avaient vue, car les communications astropathiques étaient noyées par les parasites hurlants d’entités démoniaques. Elles allaient devoir livrer ce message en personne. C’est ainsi que les Ordres Militants de l’Adepta Sororitas déployèrent leurs flottes de bataille en grand nombre, guidées par les visions de leur Empereur-Dieu bien aimé.

Alors que les Sœurs de Bataille apportaient l’espoir et l’esprit de révolte à des kyrielles de mondes ravagés, il semblait certain que les plans des Word Bearers se concrétiseraient. Mais les fils de Lorgar n’avaient pas compté sur le nouveau phénomène dramatique qui sourdait dans ces planètes contestées. L’immense éruption psychique déchaînée par la Cicatrix Maledictum donna naissance non seulement à des cauchemars engendrés par le Warp mais à des exploits de foi et à des miracles d’une ampleur inouïe. D’humbles adeptes de l’Empereur-Dieu furent témoins de manifestations de l’Empereur Angélique, de nuées d’aigles dorés et de colonnes de flammes scintillantes qui lacéraient la chair démoniaque et hérétique. Ces miracles galvanisèrent tous ceux qui y assistèrent et emplirent leur cœur d’une soif de vengeance face aux horreurs qui les avaient déchaînées. Alors commença une grande guerre de foi qui opposa les sombres prophètes Astartes Hérétiques aux manifestations d’espoir et de foi inspirés par les Sœurs de Bataille et leurs alliés.

Le Sang de Baal[modifier]

Le Sang de Baal.
La Cicatrix Maledictum pulse férocement. La moitié de l’Imperium de l’Humanité est coupée de la lumière salvatrice de Terra. Dans les ombres de l’Imperium Nihilus, les Blood Angels et leurs Chapitres Successeurs combattent pour survivre contre des hordes de Xenos, car les Tyranides sont implacables.

La région spatiale de la Balafre Rouge est un ensemble de nébuleuses de gaz et de systèmes stellaires irradiés par une lumière rougeâtre. Une vrille de la Flotte-Ruche Léviathan s’est insinuée dans ses sous-secteurs riches en biomasse. Des millions de Biovaisseaux grouillants d’horreurs ont envahi les Mondes-Boucliers de Cryptus. Ces monstres à l’évolution rapide ont submergé les défenses impériales en quelques jours à peine, si bien qu’un unique appel à l’aide a pu passer outre l’Ombre dans le Warp. Il a été intercepté par les Blood Angels, dont le Monde Chapitral de Baal se trouve directement sur la trajectoire des Tyranides.

L’appel aux armes du Maître de Chapitre Dante a été entendu par de nombreux successeurs des Blood Angels. Alors que les Tyranides s’infiltrent dans le Système Baal, ils sont si nombreux qu’ils voilent les étoiles. Des spores bouffies de guerriers Xenos tombent à la surface de Baal et de ses lunes. Les pertes s’accumulent rapidement dans les deux camps, cependant celles des Tyranides sont aussitôt remplacées, et sur tous les fronts, les Space Marines sont forcés de céder du terrain. Les Fils de Sanguinius sont menacés d’extinction quand la Grande Faille s’ouvre et engloutit l’essentiel du Système Baal dans une tempête d’énergie empyréenne.

Grâce aux dégâts qu’elle causa à la flotte de Biovaisseaux, la Cicatrix Maledictum fut tout d’abord une bénédiction pour Baal. Cependant, désormais, ses effets psychiques insidieux se font ressentir. Alors que l’ombre s’étend, les habitants de cette région spatiale sentent une présence ignoble s’insinuer dans leurs esprits…

Festin Rouge[modifier]

« Nous avons tenté de résister à Phodia, mais contre une faim aussi insatiable, nous n’aurions jamais pu triompher. Toutefois, quand je vois les Anges de Baal, j’entrevois un espoir. »
- Général Dhrost, 185e Cadien.

Lorsque le Grand Dévoreur tourna son attention vers les systèmes stellaires impériaux de la Balafre Rouge, il se retrouva face aux Blood Angels. Les fils de Sanguinius lui résistèrent férocement, non seulement pour préserver l’espace impérial, mais aussi pour défendre leur Monde Chapitral de Baal, car il en allait de la survie de leur Chapitre tout entier.

L’Ordo Xenos se donne l’impression de mieux comprendre les Tyranides en baptisant leurs diverses incursions. La Flotte-Ruche nommée Léviathan ravagea des secteurs entiers dans le sud galactique, toutefois des invasions de créatures aux colorations et aux instincts similaires frappèrent aussi d’autres zones isolées de la galaxie, car Léviathan a attaqué par le dessous du plan galactique, contrairement à toutes les Flottes-Ruches précédentes rencontrées par l’Humanité. Les régions ne pouvaient donc pas être prévenues assez tôt de son arrivée en anticipant sa trajectoire. Des bancs de Biovaisseaux en maraude apparurent de façon a priori erratique depuis les étendues glaciales du vide galactique, et dévorèrent plusieurs planètes de la Balafre Rouge avant que l’Imperium puisse organiser la moindre défense.

La Balafre Rouge apparaît telle une blessure écarlate sur les holocartes de l’Ordo Astra. Ses milliers d’étoiles brillent d’une lumière pourpre, ce qui donne aux planètes et aux nuages de gaz de cette région la couleur du sang frais. Chaque système y est sujet à de féroces radiations émises par ces soleils rouges, et la vie y est exceptionnellement difficile. Toutefois, l’Imperium ne se laisse pas abattre par de telles considérations s’il y a des ressources à extraire. Même si des milliards d’humains moururent afin d’établir des colonies pérennes, le son de l’industrie humaine finit par résonner dans les centaines de systèmes de la Balafre Rouge, sous la lumière de soleils malades. La vrille de Léviathan qui se faufile dans la Balafre Rouge n’était qu’un unique pseudopode du gigantesque organisme qui surgissait du vide intergalactique.

Malgré tout, cette vrille était la plus vaste jamais rencontrée par l’Imperium. Une de ses extrémités allait être nommée la Vrille Cryptoïde, car elle se heurta aux Mondes-Boucliers de Cryptus, un système binaire populeux que l’Imperium défendit par tous les moyens.

Vital à cause de son prométhéum raffiné et de ses centrales solaires sophistiquées, Cryptus reçut des renforts de la part de plusieurs régiments de l’Astra Militarum et d’autres forces impériales. Des Gardes Impériaux, des chars et même une mission de Sœurs de Bataille furent sacrifiés pour défendre Cryptus, mais ses mondes furent dévorés les uns après les autres. Lorsque l’appel à l’aide de Cryptus atteignit Baal, son supplice était déjà connu du Commandeur Dante, le Maître de Chapitre des Blood Angels. Même si le système résistait par miracle, les Tyranides allaient ensuite se diriger vers Baal. Néanmoins, le Monde Chapitral pouvait encore survivre si suffisamment de dégâts étaient infligés aux Xenos à Cryptus.

Les Blood Angels lancèrent de furieux assauts contre les Tyranides à Cryptus, cependant les hordes sans fin de Xenos menaçaient de submerger les fils de Sanguinius. C’est alors que la guerre sur les Mondes-Boucliers réveilla ses antiques occupants Nécrons, dont les tombes étaient en orbite autour des étoiles binaires depuis des éons, et ce à l’insu de l’Imperium. Une alliance improbable entre les Blood Angels et cette race sans âge permit finalement de débarrasser les mondes de Cryptus de la présence des Tyranides, bien que le coût fût exorbitant.

Les Blood Angels survivants retournèrent ensuite sur Baal. Sachant que la planète courait toujours un immense risque, Dante appela à la rescousse autant de Chapitres Successeurs que possible. Presque tous furent en mesure de répondre en envoyant des Compagnies complètes. Alors que la Flotte-Ruche se rapprochait, la planète fut fortifiée comme jamais depuis des millénaires. Les membres des tribus en âge de manier une arme furent équipés et positionnés dans des endroits stratégiques du système, et un grand nombre d’entre eux fut posté dans la Forteresse-Monastère de Baal. Dante espérait que cela suffirait, car lorsque Léviathan arriva à Baal, ses Biovaisseaux étaient si nombreux qu’ils obscurcirent les soleils rouges.

Les nuées s’abattirent comme un déluge de mort. Elles se précipitèrent sur les Space Marines, au milieu d’un air chargé de spores extraterrestres et lacéré par une pluie acide. Les lignes défensives soigneusement préparées des Blood Angels furent submergées les uns après les autres au bout de plusieurs semaines de combats acharnés. Les Tyranides adaptaient rapidement leurs tactiques, sans se soucier des pertes. C’est alors que la galaxie elle-même hurla.

Depuis l’Œil de la Terreur dans la Bordure Orientale, la Grande Faille déchira en deux la galaxie et le domaine de l’Humanité. Des tempêtes Warp s’abattirent sur les survivants de l’Imperium, y compris ceux du Système Baal, dont les planètes furent englouties par des énergies tourbillonnantes. Rassemblées dans l’orbite comme des prédateurs autour d’un animal mourant, les Biovaisseaux furent dévastés. Quand les Blood Angels parvinrent à rallumer leurs Auspex, il ne restait plus rien de la flotte Xenos.

En revanche, il restait encore des milliards de créatures tueuses sur Baal, qui retournèrent à leurs instincts primaires. Les Blood Angels ne comprenaient pas ce qui s’était passé dans l’orbite, néanmoins ils voyaient là une chance de reprendre l’ascendant, puisque les hordes sur Baal étaient coupées de l’intelligence galactique qui les avait guidées jusqu’à présent. Pour leur part, loin de battre en retraite, les Xenos se jetèrent férocement sur leurs adversaires.

Les Blood Angels étaient au bord de l’extinction. Même si les Biovaisseaux avaient disparu, les mondes de Baal grouillaient de Xenos. Ce n’était qu’un système parmi des milliers dans la Zone de Guerre Baal, qui englobait la Balafre Rouge et ses abords. Partout, les Tyranides assaillaient leurs ennemis et festoyaient.

Le Rituel des Damnés[modifier]

Rituel des Damnés.
Magnus le Rouge est de retour. Ce demi-dieu perclus d’amertume voit les vents de la destinée balayer l’Imperium. Il pense que l’Humanité doit atteindre son véritable potentiel à tout prix. Reclus dans son repaire, il fomente d’effroyables complots, mais les serviteurs de l’Empereur sont déterminés à contrecarrer ses funestes projets.

Désormais fendu en deux, le domaine de l’Empereur est plongé dans un état d’anarchie d’une ampleur inédite. Une ceinture mouvante de tempêtes Warp lacère la galaxie, au point de la faire ressembler aux entrailles éparpillées d’une proie éviscérée. Si la Grande Faille suscite la terreur chez la plupart des humains, d’autres y voient l’occasion de combler leurs désirs de vengeance et de pouvoir, et de mettre en œuvre de sinistres complots ourdis depuis des milliers d’années.

Après avoir dévasté le système Fenris, foyer de ses ennemis Space Wolves, Magnus le Rouge a transféré la Planète des Sorciers dans l’espace réel. Comble de malheur pour l’Imperium, Magnus a également reconquis son monde natal, Prospero, ravagé des millénaires plus tôt par Leman Russ et ses fils.

Les Space Wolves n’étaient pas les seuls à combattre Magnus et ses Thousand Sons. Ils étaient appuyés par les Chapitres des Chevalier Gris et des Dark Angels, même si de vieilles rancœurs avaient failli les amener à s’entre-tuer.

Malgré leurs différences, les défenseurs de l’Humanité empêchèrent la destruction de Fenris, et à présent que la main de Magnus a été révélée, l’Imperium assiégé ne peut plus ignorer sa menace. Les Chevalier Gris et les Dark Angels sont prêts à contrer ses moindres actes. Après avoir payé un lourd tribut face aux serviteurs de Tzeentch, les Dark Angels ont soif de vengeance. Les Chevalier Gris, quant à eux, demeurent vigilants, conscients que le Roi Pourpre ne reculera devant rien pour mettre en œuvre ses visions démentes du futur de l’Humanité.

Le Destin des Damnés[modifier]

Si l’avènement de la Grande Faille infligea des souffrances indicibles à l’Imperium, elle fut une aubaine pour de nombreux ennemis de l’Empereur. Magnus le Rouge et ses Thousand Sons ne faisaient pas exception, et le Roi Pourpre se hâta d’élaborer de nouvelles stratégies et manigances pour parvenir à ses sombres desseins.

Les Thousand Sons[modifier]

Au lendemain de l’ouverture de la Grande Faille, les serviteurs du Chaos jouirent d’une liberté que même les plus fanatiques et corrompus d’entre eux n’auraient jamais pu imaginer. Des Démons sévissaient sur des mondes impériaux et des systèmes entiers étaient isolés du reste de la galaxie, aussi vulnérables qu’une créature marine échouée sur la rive. Les vents de l’Empyrée n’avaient jamais soufflé aussi fort et les adeptes du Dieu du Chaos Tzeentch les imprégnaient de toute leur puissance et leur avidité.

La vue de ce spectacle faisait sourire Magnus le Rouge, tandis que son esprit passait en revue toutes les possibilités suscitées par cette nouvelle réalité. Des centaines de Sorciers portaient sa volonté avec une vigueur redoublée, parfois même à leur insu. Ils levaient de vastes armées et traquaient des trésors plus anciens que l’Imperium lui-même. Ils cherchaient des savoirs interdits, cachés et refoulés, dont une grande quantité gisait sans surveillance parmi le tumulte et le désordre qui assaillaient la galaxie.

Après dix mille ans d’absence, Magnus regagna Prospero, son monde d’origine. La planète ayant été dévastée dix millénaires auparavant, Magnus s’affaira à lui redonner une splendeur dont les maîtres qui l’avaient éduqué n’auraient jamais osé rêver. Il commença par ses vastes Librariums, glanant une sagesse et des savoirs à la fois anciens et nouveaux à l’intérieur de tours qui luisaient de couleurs vives et changeantes. Dans sa quête de textes et de repaires secrets, il redécouvrit des trésors ayant échappé aux guerriers qui avaient pillé Prospero. Grâce à eux, il comptait décupler la force des Thousand Sons pour en faire des guerriers invincibles.

Alors que sa grande reconstruction se poursuivait, Magnus tourna son œil unique sur le reste de la galaxie et contempla un phénomène qu’il avait longtemps désiré. La Cicatrix Maledictum augurait un essor inédit du potentiel psychique humain, une chose que Magnus avait voulu que l’Humanité explore sans restriction depuis la Grande Croisade.

Les bottes de Tolbek crissaient sur les éclats de roche et de maçonnerie. Çà et là, la pierre et le verre avaient fusionné sous l’effet des températures brûlantes. Il n’était pas venu ici depuis dix mille ans. Il se rappelait de grands bâtiments dédiés à la sagesse et à l’érudition, l’espoir et l’émerveillement, un peuple heureux et prospère. Il se souvint également de l’arrivée du Loup. Une énergie maléfique crépita autour de ses gantelets à cette simple pensée.

« Nous nous reconstruirons et ils subiront ce que nous avons subi. »

L’Imperium désormais à genoux, Magnus savait que son heure était venue. Rien ne pourrait l’arrêter.

Les Chevaliers Gris[modifier]

Peu de citoyens de l’Imperium avaient autant conscience des nouvelles menaces qui assaillaient l’Humanité que les Space Marines des Chevaliers Gris. Aucune force de l’Humanité n’aurait pu affronter le péril démoniaque avec autant d’efficacité qu’eux, et au cours de leurs millénaires d’existence, ils avaient sauvé des kyrielles de mondes d’invasions terrifiantes, contenu des explosions de non-réalité et repoussé un grand nombre de Démons dans l’enfer d’où ils étaient venus.

Jamais au cours de sa longue et noble histoire, le Chapitre n’avait vu son monde natal de Titan aussi peu protégé. La quasi-totalité de sa puissance militaire avait été déployée dans des campagnes visant à rétablir et à maintenir l’ordre à travers l’Imperium, précipitée d’un monde à l’autre sans réel espoir de se ravitailler ou de se réarmer. Les salles caverneuses et les longs couloirs de la Forteresse-Monastère du Chapitre étaient aussi silencieux qu’une tombe. Des armes prenaient la poussière dans des râteliers, abandonnées depuis des mois, voire des années. Les salles de maintenance, d’habitude en effervescence, semblaient plongées dans un champ de stase.

Seule une partie de la Citadelle de Titan ne semblait pas abandonnée. Dans la Salle des Épreuves, site des recrutements et des entraînements du Chapitre, un nombre inédit de néophytes entreprenaient le processus ardu visant à devenir un Chevalier Gris. À mesure que le nombre d’individus doués de pouvoirs psychiques croissait à travers le royaume galactique de l’Humanité, le bassin de recrutement des Chevaliers Gris s’élargissait.

Jamais le besoin de nouvelles recrues ne s’était fait autant sentir, car le Chapitre combattait dans de nombreux théâtres de guerre et ses pertes s’amoncelaient sur des dizaines de champs de bataille. La menace avait beau être immense, les Chevaliers Gris étaient déterminés à l’affronter.

Les Dark Angels[modifier]

Lorsque la Grand Faille fendit la galaxie, les Dark Angels du Roc - la vaste Forteresse-Monastère astéroïdale du Chapitre - se retrouvèrent coincés dans la région de l’espace appelée Imperium Nihilus. Là, ils livrèrent une foule de batailles, luttant pour leur existence même contre le Grand Ennemi. Le Roc était souillé par la présence de hordes démoniaques, qui estropiaient et tuaient sans distinction. Des centaines de Dark Angels et de guerriers de leurs Chapitres successeurs périrent lors du Massacre de Darkmor. Hantés par les terribles engagements dans le système de Fenris, les fils de Caliban affrontèrent les forces diaboliques du Dieu du Changement et des Thousand Sons dans le secteur Stygius.

Pendant tout ce temps, leurs Archivistes étaient assaillis de visions. Certains tombèrent à genoux, serrant leur tête de douleur et hurlant au beau milieu de briefings d’avant combat, d’exercices d’entraînement ou de méditations. D’autres ne se réveillèrent pas de terribles cauchemars qui s’étiraient sur plusieurs jours. Chaque rapport livré à Ezekiel, Grand Maître des Archivistes, évoquait de vastes déluges qui noyaient des mondes entiers ou des incendies ravageant intégralement des planètes. De toute évidence, malgré son pouvoir retrouvé, l’Humanité était encore plus vulnérable aux prédations du Warp ainsi qu’à ses ignobles engeances, et de nombreuses visions annonçaient la mort de l’Imperium dans des milliers de cataclysmes psychiques.

Le Bien Suprême[modifier]

Le Bien Suprême.
La Cinquième Sphère d’Expansion de l’Empire T'au a commencé. Guidés par les héros ayant survécu à la Quatrième Sphère, les T’au œuvrent à accomplir leur destinée manifeste et à rassembler toujours plus de planètes et de peuples sous l’égide du Bien Suprême, en dépit de l’ignorance de certains.

Pendant de nombreuses années, les T’au ont été encerclés par des empires extraterrestres très puissants et des étendues de vide spatial énormes, et ont cherché à contourner ces obstacles afin de poursuivre leur but d’unification de la galaxie au nom du Bien Suprême. La Quatrième Sphère d’Expansion fut à cette croque la plus grande de leur histoire, cependant elle échoua, et fut perdue corps et biens à cause de ce qui semblait être une catastrophe d’origine technologique. Ce ne fut que des années plus tard qu’on découvrit des survivants, et que la Commandante Shadowsun prit la tête de la Cinquième Sphère d’Expansion afin de les réunir avec le reste de l’Empire T’au. Empruntant le trou de ver du Nexus Stellaire, la flotte de Shadowsun reparut dans l’Atoll de Nem’yar, au sein d’une région appelée par l’Imperium l’Étendue de Chalnath.

Une période de colonisation intense culmina par une terrible bataille contre la Death Guard que les T’au remportèrent.

Les soldats humains acculés dans l’Étendue de Chalnath font face à tous les adversaires qui se présentent tandis que le ciel au-dessus de leurs têtes est balafré par la Grande Faille. Malgré cela, ils gardent la foi en l’Empereur, et matent les rébellions tout en repoussant les invasions de Xenos.

Même une force aussi insidieuse que les Cultes Genestealer ne peut escompter que ses plans se déroulent sans accrocs, surtout quand les T’au s’en mêlent. Toutefois, l’influence de ces cultes est fermement implantée dans l’Étendue de Chalnath, et ils feront de leur mieux pour s’en emparer au nom des Enfants Stellaires.

L'Étendue de Galnath[modifier]

L’Étendue de Galnath, qui abritait l’Atoll de Nem’yar, était ravagée par la guerre. Les flottes des T’au découvraient des mondes impériaux au bord de la guerre civile et affaiblis par des rébellions. Apporter le Bien Suprême à cette région allait nécessiter des efforts immenses, mais Shadowsun restait confiante.

Les humains de l’Étendue de Galnath avaient connu une succession de désastres : d’abord l’apparition de la Grande Faille, puis l’arrivée des T’au, et enfin des soulèvements orchestrés par des Cultes Genestealers. Les cas de mutations et de sorcellerie se multipliaient, au point que les Gouverneurs Planétaires et les conseils régnants se querellaient sur les solutions à adopter pour combattre de tels fléaux.

Aucun système n’échappa à la guerre. Shadowsun en personne attaqua Astorgius dans le Système Thaxaril. Même si les Systèmes Ctesiphus et Arrajian ne furent pas directement assaillis par les T’au, ils étaient en proie à des soulèvements de Cultes Genestealer si bien organisés que la moitié des planètes majeures tombèrent en l’espace de quelques mois. Celles qui restèrent loyales à l’Imperium étaient en mauvaise posture et ne pouvaient se raccrocher qu’à leur foi en l’Empereur. Les défenseurs d’Haephos menaient une guérilla impitoyable contre les cultistes Xenos, la situation étant aggravée par des infiltrateurs T’au hostiles et leurs diplomates retors. Le Système Riatov devint un enfer quand les T’au, l’Astra Militarum et les cultistes s’affrontèrent. Au début, les habitants de Vorotheion dans le Système Barolyr pensèrent être chanceux, avant de maudire leur destin quand les premiers accrochages avec les T’au déclenchèrent un soulèvement de masse dans les profondeurs du sous-monde de leur capitale.

La stratégie des T’au lors de cette sphère d’expansion restait la même que lors des précédentes. Les populations humaines affranchies du joug impérial étaient séduites par l’attrait du Bien Suprême. Des insurrections étaient fomentées, et leurs meneurs étaient aidés de toutes les manières possibles. Néanmoins, les T’au ne s’attendaient pas à la présence des Cultes Genestealers. L’horrible vérité éclata lors des premières autopsies de cadavres ennemis, et pendant l’analyse des données de combat : il s’agissait d’hybrides monstrueux de Tyranides et d’humains. Il devint tout de suite évident que ces parasites devaient être exterminés.

Les Tau tirèrent profit de la confusion générée par les affrontements entre les forces impériales et les Cultes Genestealers, mais ils ne furent pas uniquement surpris par la présence des hybrides de Tyranides et d’humains. Les auxiliaires Gue'vesa parlaient souvent de "miracles" accomplis par la caste des prêtres de l’Humanité, qui défiaient toute logique scientifique. Les rapports faisaient état d’anomalies dans les comportements des humains, et il arrivait même que les Gue’vesa eux-mêmes soient en proie à des accès de démence inexplicables.

Au même moment, d’étranges présages étaient annoncés par les Magus des Cultes Genestealers. Ces derniers s’attendaient à ce que l’arrivée des Enfants Stellaires soit annoncée par un voile psychique de ténèbres et de silence, conformément aux légendes. Ainsi, lorsque les chefs des cultes constatèrent une recrudescence d’humains au potentiel psychique important, et la naissance de nombreux enfants présentant les caractéristiques des Magus, ils s’inquiétèrent. Ces signes ne pouvaient signifier qu’une seule chose : les Enfants Stellaires les considéraient comme indignes, et ils allaient devoir redoubler d’efforts pour mériter leur bénédiction.

Puisque les impériaux se raccrochaient à leur foi oppressante et que les envahisseurs T’au répandaient leur philosophie du Bien Suprême auprès de plus en plus d’humains, beaucoup de Cultes Genestealers se soulevèrent au nom des Enfants Stellaires qu’ils vénéraient. Ils comptaient bien imposer leurs propres croyances afin de prouver leur mérite. Certains étaient même persuadés que la recrudescence de naissances de Magus était un signe favorable, une arme que leur offraient les Enfants Stellaires pour détruire leurs ennemis.

Aux yeux de l’Imperium, ces Xenos menaçaient jusqu’aux âmes des populations. Le Ministorum envoya en mission de nombreux prêtres, persuadé que seule une foi inviolable pouvait protéger l’Humanité en ces heures sombres. Savoir que l’Empereur veillait sur eux rassurait aussi bien le plus humble des bedeaux que le plus puissant Gouverneur Planétaire. Il avait protégé l’Humanité depuis des milliers d’années, face aux plus grandes menaces et à travers les pires épreuves, et il n’allait pas les abandonner en cet instant. En tout cas, c’est ce que proclamaient les cornes-vox de chaque hab-bloc, manufactorum et basilica.

La Saga de la Bête[modifier]

La Saga de la Bête.
Un raz-de-marée vert menace d’engloutir la galaxie. Le Sourire de Gork, comme les Orks appellent la Grande Faille, est le prétexte à moult batailles féroces, et les Peaux-Vertes en profilent. L’Imperium est vulnérable, assiégé sur tous les fronts par une kyrielle d’ennemis. Conscients de la menace, les Space Wolves se hâtent d’aller à sa rencontre.

Le Sourire de Gork à brisé des centaines d’empires Orks, poussant des milliards de Peaux-Vertes à embrasser la carrière de Korsaires. L’immense gueule a aussi vomi des légions démoniaques et des flottes renégates. Alors même qu’ils assaillent les mondes de l’Imperium, ces hérétiques sont eux-mêmes la cible des armadas brinquebalantes des Orks désireux d’en découdre.

Ghazghkull Thraka, prophète de Gork et Mork, prétend avoir reçu une vision de ses dieux lui ordonnant d’entamer la plus grosse Waaagh! jamais vue. Tribu après tribu, il conquiert et unifie sa race sauvage alors même que d’immenses migrations Peaux-Vertes traversent la galaxie pour le rejoindre.

Si les Orks ont profité du carnage, les dernières années ont été cruelles pour les Space Wolves. Leur système de Fenris a été ravagé par Magnus le Rouge et ses Thousand Sons avant même l’émergence de la Cicatrix Maledictum, et nombre de ses mondes ont été dévastés. À peine la poussière des combats était-elle retombée sur Fenris que les Space Wolves s’élançaient à l’aide de Cadia, assiégée par la Treizième Croisade Noire d’Abaddon le Fléau. Bien des Space Wolves moururent pour protéger ce système, malheureusement en vain.

Aujourd’hui, les Prêtres des Runes des Space Wolves jettent leurs osselets et scrutent l’écheveau du destin, leurs lectures et leurs visions plus alarmantes que jamais. Leurs rêves torturés sont hantés de trolls à la peau verte, qu’ils savent devoir détruire. En authentiques héros de l’Imperium, les Space Wolves continuent le combat, quel qu’en soit le prix.

Dévastation[modifier]

La menace Ork ravage la galaxie - des flots intarissables de brutes musculeuses munies d’armes dévastatrices et embarquées sur de véhicules primitifs démolissent tout sur leur passage. L’anarchie engendrée par la Grande Faille a rendu les assauts Peaux-Vertes encore plus imprévisibles et dangereux. Rares sont ceux qui ont pressenti la gravité de la situation, sinon les Space Wolves.

Les Orks[modifier]

Au fil des combats entre les Orks et les hordes grouillantes de Démons et de renégats surgissant du Sourire de Gork, les Peaux-Vertes les plus rusés conclurent que si les force du Chaos pouvaient sortir de la faille Warp, les Orks pouvaient sûrement y pénétrer. Jubilant à la perspective de toutes sortes de batailles, les flottes d’une myriade de Peaux-Vertes se dirigèrent dans les remous bouillonnant de la Grande Faille. Une partie conséquente disparut corps et biens dans la gueule de Gork mais bien d’autres furent recrachés dans des combats d’une échelle dont nul n’avait jamais osé rêver. Les rares Orks assez subtils pour voir plus loin que la violence offerte sentirent Gork leur sourire, et redoublèrent de fureur.

Les attaques Orks contre l’Imperium gagnèrent en fréquence et en intensité. D’immenses Space Hulks vomirent des millions de Peaux-Vertes sur les mondes vulnérables qui se remettaient à peine de l’horreur des invasions du Chaos. Des flottes impériales s’efforçant de naviguer sur l’Empyrée tempétueux furent prises par surprises et détruites. De fiers astronefs virent leurs flancs barbouillés de glyphes Orks grossiers et de peintures tribales. Leurs nouveaux propriétaires en transformèrent entièrement nombre d’entre eux ; on souda d’immenses plaques de métal sur leur coque déjà épaisse, et on en barda d’autres de canons démesurés.

Des Bizarboys délirants, aux yeux luisants et aux mains crépitantes d’énergie brute, rôdaient en nombre inouï dans les tribus Orks. Là où les Peaux-Vertes se regroupaient, leur énergie Waaagh! saturait l’atmosphère. De plus en plus d’Akkros apparurent, avides des soubresauts d’énergie Waaagh! et rendus fous par les étranges images qui hantaient leur psyché. Au combat, ils vomissaient des torrents d’ectoplasme vert capables de détruire des colonnes de blindées et d’éventrer des remparts. Sur certains champs de bataille, les Bizarboys téléportèrent des armées entières, des hordes indénombrables disparaissant dans un ouragan d’énergie Waaagh! pour se matérialiser ailleurs.

Convaincu d’être le réceptacle de Gork et Mode, Ghazghkull mobilisa fermement sa Grande Waaagh!. L’un après l’autre, les seigneurs de guerre se soumirent à sa volonté ou périrent écrasés. Le pouvoir émanant du carnage perpétré par Ghazghkull fut tel qu’il attira les Peaux-Vertes à des centaines d’années-lumière à la ronde, qu’ils vinssent consciemment ou non. D’autres tribus provenaient de plus loin encore, astreintes par les divagations ferventes de leurs Bizarboys.

Les Space Wolves[modifier]

L’implacable tumulte de la galaxie exerçait une pression indicible sur les Prêtres des Runes des Space Wolves. Leur esprit était ravagé par des visions de douleur et de mort à une échelle inimaginable. Si certaines n’étaient que des cauchemars effroyables, d’autres étaient des prophéties aussi sinistres que tangibles, corroborées par la lecture des runes et le renseignement militaire. Les Grandes Compagnies bondirent de guerre en guerre selon ces visions, et étouffèrent des soulèvements, exécutèrent des hérétiques et pourfendirent des monstres hideux. On écrivit de nouvelles sagas et on mit un héroïque point final à d’autres. Les guerriers aiguisaient leurs lames à la perspective de la gloire qui se profilait - certains Space Wolves y virent même là les prémices de l’Heure du Loup, et ils espéraient que Leman Russ allait les rejoindre bientôt.

La plupart des visions les plus troublantes des Prêtres des Runes mettaient en scène un grand bûcher vert se répandant dans les étoiles. Des braises émeraude tourbillonnaient autour, mais plutôt que de dériver, elles semblaient attirées par les flammes. Les prêtres débattirent de ces visions, et en vinrent à la conclusion que les Orks s’unifiaient. Tous s’accordèrent sur l’ampleur gravissime de cette nouvelle pour un Imperium déjà au bord de l’effondrement. Les Space Wolves contactèrent la Deathwatch et l’Inquisition. Lorsqu’elles apprirent la campagne meurtrière de Ghazghkull Thraka, la réalité de la situation devint limpide. Un seigneur de guerre Peau-Verte assez puissant pour fédérer son espèce venait d’apparaître.

Les fils de Russ commencèrent à mobiliser leurs alliés sans délai, de ceux qui affrontaient déjà les Orks à ceux dont la détermination était sans faille. Ils contactèrent d’abord la Deathwatch du Fort Extremis, du Bouclier de Fureur et de la Patrouille d’Onyx. Cependant, les Space Wolves qui revenaient de leur service dans d’autres stations du guet n’étaient guère optimistes. La Deathwatch livrait de nombreuses guerres, et il était clair que toutes les stations combinées n’auraient jamais la capacité de tenir en échec la menace Peau-Verte. L’appui d’autres Chapitres Space Marines serait le bienvenu. Ce fut notamment le cas des Dragonspears, qui honorèrent d’anciens serments prêtés aux Space Wolves, et des Night Raptors, dont la haine des Orks était intarissable et profondément ancrée.

Logan Grimnar réunit les Seigneurs Loups du Chapitre pour discuter de la menace croissante. Les Space Wolves dressèrent des cartes stellaires indiquant les positions et les mouvements des hordes Peaux-Vertes. Ils savaient qu’à moins de tuer Ghazghkull Thraka, rien ne pourrait arrêter la Grande Waaagh!, mais sa position était pour l’heure inconnue. Néanmoins, les guerriers de Fenris se savaient capables de ralentir les migrations des Peaux-Vertes. Ainsi, ils pourraient empêcher le nombre des partisans de Ghazghkull de croître et,ce faisant, ils pourraient protéger des mondes essentiels à l’effort de guerre impérial tandis que d’autres de leurs frères se mettraient en chasse du Grand Seigneur de Guerre.

Grimnar chargea chaque Seigneur Loup de fournir des guerriers, et d’envoyer les Grandes Compagnies sur les zones de guerre assaillies par les Orks. Tous acquiescèrent à ses ordres, la mine sombre, et se mirent à l’œuvre sur-le-champ.

La Guerre Mécanique[modifier]

Ravagée par de violentes tempêtes psychiques à cause de la Grande Faille, la galaxie est plus sombre que jamais. Des secteurs entiers sont isolés, et de terribles machinations prennent corps dans ces régions abandonnées. Sur le cauchemardesque monde industriel d’Ordex-Thaag, de sinistres ambitions s’affrontent.

Malgré leurs effectifs imposants, les forces de l’Imperium ne peuvent être partout à la fois. Même sous l’égide des champions de l’Humanité, les milliards de vaillants soldats des flottes et armées de l’Imperium sont mis à rude épreuve. Le nombre de systèmes livrés à eux-mêmes - oubliés, abandonnés ou tout simplement hors d’atteinte - est de plus en plus grand. Dans un tel contexte, les ennemis de l’Imperium se renforcent, et ses alliés sont tentés par l’indépendance.

Suffoquant sous un linceul de pollution, Ordex-Thaag est une de ces planètes isolées : Monde-Forge déchu, elle a rompu le contact avec Mars et elle abrite des Chevaliers du Chaos. Les forges corrompues de cet avant-poste oublié sont alimentées par les émanations psychiques de la techno-sorcellerie. Les machines cruelles des Chevaliers du Chaos et leurs pilotes déchus entendent utiliser ce pouvoir maléfique pour ouvrir une nouvelle brèche éthérique dans l’Imperium. Mais ils ne sont pas les seuls à avoir vu la souillure du Warp se déverser de la Cicatrix Maledictum. L’Adeptus Mechanicus se désespère de son influence illogique et corruptrice, et un culte de Technoprêtres souhaite tester une effroyable technologie sur Ordex-Thaag. Dans le même temps, les augustes Chevaliers Impériaux sont attirés sur la planète par une prophétie, et ils sont prêts à tout pour arrêter la vague psychique qui menace de tout engloutir.

Vaniteux et maniaques convergent sur Ordex-Thaag, en nombre suffisant pour attirer l’attention des serviteurs démoniaques des Dieux du Chaos. Ils promettent le pouvoir à quiconque aura la volonté d’agir.

La Guerre de l'Araignée[modifier]

Les domaines de l’Empereur souffrent suite à l’ouverture de la Grande Faille. Partout, la démence et les mutations prolifèrent et les années impériales doivent livrer des guerres désespérées contre des ennemis cauchemardesques. Le Chaos est ascendant, notamment dans la Zone de Guerre Cadia.

Le Monde-Forteresse de Cadia a longtemps résisté aux attaques d’Abaddon et de sa Treizième Croisade Noire. Cependant, il a fini par tomber, et n’est plus désormais qu’une coquille vide et dévastée. Alors qu’Abaddon se dirigeait vers de nouvelles conquêtes, la tempête Warp de l’Œil de la Terreur n’a fait que croître. Jour après jours, de nouveaux pans de la région de la Porte Cadienne ont été engloutis par le Warp, ses vrilles se propageant comme du sang dans l’eau. Les systèmes planétaires sont submergés les uns après les autres par des mutations psychiques et des vagues de démence.

L’essentiel des forces de croisade d’Abaddon l’a suivi vers la Zone de Guerre Vigilus, toutefois des hordes d’hérétiques, de Démons, de renégats et de Xenos opportunistes continuent d’attaquer les enclaves impériales. L’anarchie et la violence débordent de la Zone de Guerre Cadia et offrent des occasions inespérées aux plus ambitieux et aux plus retors.

Fabius Bile en fait partie. Il est sorti de son antre au plus profond de l’Œil de la Terreur. L’Araignée tisse une toile de cruauté et de perversion. Manipulant des seigneurs de guerre et des cobayes, il s’est attiré les foudres non seulement des agents d’élite de l’Imperium, mais aussi de la Death Guard. Il cherche à en tirer parti, et à prélever des échantillons rares sur ces ennemis afin de poursuivre ses plans machiavéliques. Néanmoins, les forces de Bile sont surclassées par le nombre, et il va devoir faire appel à toute sa ruse pour remporter cette guerre qu’il a commencée de son plein gré contre des adversaires mortels.

Paria[modifier]

Des Astres Fantômes au Voile, la galaxie est engloutie par un phénomène surnaturel et une guerre féroce. La mutation psychique se répand sur la myriade de mondes de l’Humanité. La trame de l’espace réel s’élime sous les efforts de la démence débridée du Warp. Et pourtant, dans le Secteur Nephilim, le silence règne…

Lorsque la Grande Faille s’ouvrit, son avènement fut annoncé par l’anarchie et des soulèvements dans toute la galaxie. Les mondes de l’Imperium subirent d’effroyables vagues de corruption empyréenne, de mutations galopantes et de démence. Les voyages et les communications interplanétaires déjà périlleux devinrent plus hasardeux que jamais.

Toutefois, l’Humanité ne fut pas la seule espèce affectée. La Cicatrix Maledictum répandit sa lumière morbide sur la moindre race de la galaxie, les faisant toutes plonger dans les affres du désordre d’une manière différente. Les Waaagh! Orks se succédèrent à mesure que les mondes Peaux-Vertes étaient engloutis par les tempêtes Warp et que leurs Psykers étaient tourmentés par des visions de déités vociférantes et de conquêtes. Les Aeldaris cherchèrent à dompter les reflux empyréens et à combattre les engeances du Warp qui se jetaient sur leurs peuples déjà isolés par les catastrophes. Des empires Xenos s’élevèrent et disparurent. Partout, les adorateurs des Dieux Sombres luttèrent pour le pouvoir tandis que la réalité vacillait au bord de la dévastation.

La réponse de l’Humanité prit la forme de la Croisade Indomitus. Les astronefs et les guerriers qui formèrent ses groupes de combat s’aventurèrent dans les ténèbres pour renforcer leurs défenses éprouvées. Nonobstant, l’Imperium n’était pas seul à chercher à restaurer l’ordre. Au fin fond du Secteur Nephilim, la race Xenos des Nécrons tramait un plan aussi grandiose et qu’impitoyable.

Sources[modifier]

  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : L'Essor du Phénix
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Le Sang de Baal
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Foi et Fureur
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Le Rituel des Damnés
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Le Bien Suprême
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : La Saga de la Bête
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Guerre Mécanique
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : La Guerre de l'Araignée
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Paria
  • Warhammer Community - New Warhammer 40,000 : Psychic Awakening
  1. Warhammer Community - New Warhammer 40,000 : Psychic Awakening [1] (traduit de l’anglais par Guilhem)