Campagne de Diamor

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Deco-blood-angel-05.jpg
Deco-blood-angel-06.jpgDeco-blood-angel-08.jpgDeco-blood-angel-03.png
Deco-blood-angel-06.jpgDeco-blood-angel-08.jpgDeco-blood-angel-03.png
DeathwatchBar.jpg
Astartes-wing-2.png
Astartes-wing-1.png




Deco-dark-angel-10.png
Deco-dark-angel-10.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Deco-blood-angel-04.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
Deco-blood-angel-01.jpg


« CE N’EST PAS UN SIMPLE RAID DE TERREUR. JE NE T’ENVOIE PAS EFFRAYER QUELQUES MILICIENS, NI MÊME UNE POIGNÉE DE GARDES IMPÉRIAUX. TU VAS ACCOMPLIR LA VOLONTÉ D’ABADDON, ET SI TU ÉCHOUES, JE T’ÉCORCHERAI VIF. »
- Message Warp du seigneur Xorphas à Kranon l’Acharné avant l’invasion d’Amethal.

Alors qu’Abaddon le Fléau lançait sa Treizième Croisade Noire, le diabolique Seigneur Xorphas contournait la Porte Cadienne et conduisit une invasion du système Diamor. Sur ordre du Maître de Guerre, Xorphas dirigeait les forces du Crimson Slaughter, de la Black Legion et des Word Bearers tandis qu’il recherchait une monstrueuse source de puissance capable de causer le perte de l’Imperium. Cependant, les Blood Angels se dressèrent contre lui à la tête d’une redoutable alliance de l’Adeptus Mechanicus et de Chevaliers Impériaux dont les guerriers lutteront jusqu’au dernier pour voir les adorateurs du Chaos vaincus. Opposant ruse et haine contre la noblesse et courage, le conflit qui s’ensuit fut des plus apocalyptiques.

La Longue Guerre

Dix mille ans se sont écoulés depuis que la galaxie a brûlé dans les flammes de l’Hérésie d'Horus, lorsque les Dieux du Chaos ont corrompu le plus grand des Primarques - le Maître de Guerre Horus Lupercal - et l’ont retourné contre l’Imperium. La moitié de ses frères Primarques s’étaient rebellée aux côtés d’Horus, et leurs actions plongèrent le domaine de l’Empereur dans la guerre civile la plus destructrice jamais connue par l’Humanité. Ces temps sombres ont disparu sous la poussière des éons ou ont été altérés par l’allégorie et le mythe. Une chose est sûre. Dans les derniers jours de la plus grande guerre de l’Humanité, Horus mena ses Légions Renégates sur Terra et assiégea le Palais de l’Empereur.

Le siège fit voler en éclats des chaînes montagneuses et noircit des continents. Les vaisseaux des traîtres noyèrent le berceau de l’Humanité sous un déluge d’artillerie, au point que les plaques tectoniques se fissurèrent. Des armées de machines divines s’affrontèrent parmi les ruines de cités vastes et merveilleuses, tandis que des milliers et des milliers de Space Marines renégats se ruaient sur les murs du palais. Quand tout sembla perdu, l’Empereur mena une attaque audacieuse sur la Barge de Bataille d'Horus, où les deux dieux de la guerre se livrèrent un duel à mort. L’Empereur triompha, mais Sa victoire laissa Son corps brisé et le confina à jamais dans l’édifice de survie appelé Trône d'Or. L’Imperium était en ruines, le rêve d’une utopie galactique se dispersant en cendres dans le vide stellaire.

Si la dévastation de l’Imperium semblait horrible, le sort des traîtres était pire. Horus avait tout misé dans son attaque sur Terra et avait échoué. Le Maître de Guerre mort et leurs Légions en lambeaux, les traîtres fuirent à travers la galaxie, poursuivis par les chiens vengeurs de l’Empereur. Ils trouvèrent refuge dans la faille Warp tourbillonnante appelée Œil de la Terreur. Dans ce domaine corrompu, les renégats s’entre-tuèrent. Ils se séparèrent en bandes ravageuses et luttèrent pour la faveur des Dieux du Chaos, sombrant sous les mutations et dans la folie. Leurs groupes surgissent encore de l’Œil pour se livrer à des exactions contre l’Imperium, mais ils n’ont plus rien d’une force cohérente.

Or, il en est qui poursuivent la Longue Guerre sans jamais oublier leur but initial - voir l’Imperium de l’Humanité tomber en ruine et l’Empereur tué. Premier parmi eux, Abaddon le Fléau est le successeur d’Horus et son plus grand héritier encore en vie. Abaddon s’autoproclama Maître de Guerre et jura de réussir où son père génétique avait échoué. Il passa les dix derniers millénaires à lutter pour respecter son serment. Abaddon mena douze Croisades Noires contre la galaxie, élimina les menaces et ravit des armes puissantes, en suivant un plan dont la longueur défie l’entendement des mortels. Enfin, le voici prêt, et alors que la Treizième Croisade Noire s’abat contre la Porte Cadienne, le sort de l’Imperium - et celui de toute la galaxie - est en jeu.

Diamor 19.jpg

Chapitre 1 : Le Massacre Commence

+++Chronologie stratégique d’Amethal+++


+++Début du segment 0011110000100+++

+++Omnissiahregnumperpeturari+++

ASC 000 : la domination du chaos sur les ressources militaires/logistiques du système de Diamor est de 36% [sous-réf : blocus de Peridos] [sous-réf : atrocité d’Ioline] [sous-réf : Black Legion]. Force de trahison menée par le seigneur Xorphas, sorcier de la Black Legion [sous-réf : protégé de ygethmor], [sous-réf : élu d’Abaddon].

ASC 001 : début de l’invasion de la planète Amethal par le chaos - multiples engagements au-delà de l’enveloppe atmosphérique avec l’avant-garde renégate [sous-référence : Crimson Slaughter] [sous-référence : Legio Excruciatus]. La chronologie stratégique d’Amethal commence à compter.

ASC 001-010 : le corps expéditionnaire Metalicains se mobilise pour résister/repousser l’offensive planétaire ennemie. Répartition des Skitariis 53%, Culte Mechanicus 26%, Maison Raven 11%, Legio Metalica 10%.

ASC 011-028 : déploiement d’une force de traitre majeure confirmée dans les principaux modules d’excavation des masses continentales d’Amethal-nord et d’Amethal-sud. Escalade des engagements militaires sur tous les sites. Le danger pour les objectifs de l’expédition d’Ivasnophon a augmenté au-delà des paramètres de risque inacceptables. Aide demandée a ASC 028.

+++Fin du Segment 00111100101+++[1]

La Mort Dans le Système Diamor

A la tête d’une vaste armada de traîtres, de fous et de mutants, Abaddon le Fléau lança sa plus grande attaque contre l’Imperium. Alors même que les armées de traîtres s’abattaient sur les vaillants défenseurs de la Porte de Cadia, d’autres bandes de guerriers hérétiques se mettaient en mouvement. Ces flottes d’invasion s’attaquèrent aux systèmes voisins, leurs missions étant cruciales pour la réussite du grand plan du Fléau. L’une de ces offensives renégates visait directement le système Diamor.

Dans l’obscurité du vide, la réalité se déchira comme une plaie. La fissure s’élargit rapidement, de la matière Warp immonde s’en échappant comme de l’ectoplasme dans le gosier d’un psyker. De la fissure béante sortit une proue en forme de lame de la hauteur d’une falaise. Elle fut suivie par la masse déferlante du cuirassé Red Honour, fleuron de la flotte de guerre des Crimson Slaughter. D’autres navires de guerre baroques suivirent, dont les coques longues de plusieurs kilomètres étaient incrustées de gargouilles luisantes et de symboles du Chaos hérissés. Une grande flotte de vaisseaux franchit le point de translation, et la faille Warp se referma derrière eux. Dans toute la Flotte, les volets empiriques s’agitèrent, puis remontèrent lentement dans leurs cavités. Les ponts des canons furent dégagés. Les batteries des lanceurs ont été mises sous tension. L’espace local crépitait des ondes de capteurs indiscrets des balayages à haut gain de l’auspex. Les Crimson Slaughter étaient arrivés dans le système Diamor, et ils étaient prêt pour la guerre.

Sur la surface d’Amethal, au milieu des forêts sombres et des plaines herbeuses, l’Adeptus Mechanicus était à l’œuvre. Sur les ordres du techno archéologue Dominus Ivasnophon, de nombreux sites de fouilles avaient été creusés dans la peau de la planète. Les moteurs des excavatrices avaient arraché des milliers de tonnes de terre et de pierre pour créer de vastes fosses sombres. Autour de ces fosses, les serviteurs du Monde-Forge Metalica avaient érigé des complexes parfaitement ordonnés de manufactures, de sanctuaires de cogitateurs, de blocs de générateurs et de kilomètres de défenses préfabriquées avec des zones d’abattage noircies de tous les côtés. Aucune autre force de l’Imperium n’aurait pu établir des enclaves fortifiées avec autant de rapidité et d’efficacité.

Alors qu’il se tenait au milieu de ses hommes sur les barricades ouest du site de fouilles Beta-Secundus, l’industrie même de ce spectacle remplissait de fierté l’Alpha Decimus-rho de l’avant-garde - ou du moins ce qu’il était capable de ressentir. Quant à savoir ce que le Magos Ivasnophon cherchait sous la surface d’Amethal, Decimus-rho n’en avait aucune idée. Il n’appartenait pas à une créature aussi humble que lui de comprendre de telles vérités. Ce qui comptait, c’était qu’il fasse son devoir, car c’est en accomplissant sans erreur les tâches qui lui étaient assignées que l’on servait véritablement l’Omnimessie. Certes, ces tâches avaient été rendues plus difficiles par les conditions défavorables. Decimus-rho avait vu de multiples Skitarii et serviteurs tomber en proie à la corruption des sous-programmes et à des comportements illogiques et destructeurs qui avaient nécessité leur liquidation. S’il était honnête avec lui-même - et il était incapable de l’être autrement - même Decimus-rho avait ressenti les énergies non naturelles de ce monde, entendu le susurrement de voix dans les sombres veilles de la nuit. C’était une autre question qu’il n’était pas digne d’examiner. Son devoir était plus immédiat, plus tangible. Il y a vingt-trois virgule deux sept minutes, des forces ennemies avaient été détectées en train de s’approcher en force de l’enveloppe orbitale d’Amethal. Decimus-rho était à nouveau satisfait. La guerre allait bientôt être menée, et c’était une tâche que l’Alpha était non seulement digne d’accomplir, mais qu’il était né pour accomplir.

À bord du pont cathédrale du Red Honour, Kranon l’Implacable rôdait dans sa galerie de commandement comme un prédateur en cage. La moitié de son esprit était tournée vers les choses tordues qui équipaient les consoles biomécaniques de son vaisseau de guerre. L’autre moitié luttait contre les cris et les marmonnements qui résonnaient dans son esprit. La respiration de Kranon s’éraillait à travers la grille de son respirateur dans des grognements de colère tandis qu’il essayait de lutter contre les voix.

« Ils sont bruyants aujourd’hui, mon Seigneur. »

La tête de Kranon se retourna alors que des stimulants de combat inondaient momentanément son système. Occupé par les voix, il n’avait pas entendu Draznicht, le champion de ses Élus, s’approcher.

« Je ne vous le fais pas dire » répondit-il en grognant.

« Ils sentent qu’un bain de sang se prépare. »

Draznicht s’agrippa à la rambarde de la galerie de commandement à côté de Kranon, le regard dirigé vers l’image de la planète qui remplissait les écrans principaux. Son troisième œil, au centre de son front, restait fermé. Kranon suivit son regard. Amethal. La planète était vaste et verdoyante, si ce n’est les cicatrices de l’industrie récente qui marquaient sa surface.

« Avez-vous prévu quelque chose de cet endroit, Draznicht ? » demanda Kranon.

« Une prophétie sur ce qui nous attend ? »

L’Élu leva une main vers son front, un geste inconscient qu’il arrêta à mi-chemin.

« Des indices, » admit-il.

« Des flashs rapides. Mais étranges. Et ils ont apporté avec eux une douleur et une clameur comme je n’en ai jamais connu. »

Kranon digéra cette réponse pendant un moment, observant l’équipage de la passerelle qui s’affairait à ses tâches. Ils devaient établir des liaisons Vox avec les autres vaisseaux de sa Flotte, rechercher des menaces localisées et s’assurer que son vaisseau n’avait pas subi de dommages sérieux durant sa traversée de la mer des âmes.

« Croyez-vous que nous trouverons sur Amethal un remède contre les voix, comme le prétend Xorphas ? »

Draznicht poussa un petit rire ironique.

« Ils cherchent toujours à nous mener par la laisse, hein ? Mais non mon Seigneur, je n’ai vu aucune preuve pour étayer les dires du seigneur sorcier de la Black Legion. Il y a quelque chose là-dessous. Quelque chose d’incroyablement puissant. C’est ce que j’ai clairement pressenti dans les flashs. »

Kranon acquiesça comme s’il ne s’attendait à rien d’autre.

« Il n’y a pas de doute. Quelque chose que le grand Abaddon lui-même désire. Quelque chose dont la Black Legion a besoin. Nous serons les premier à attaquer. C’est un tel honneur. »

Les mots de Kranon étaient empreints de mépris. Les Crimson Slaughter étaient hantés par des esprits qui les rendaient à moitié fous. Ils avaient plié le genou devant Abaddon et sa Black Legion, et s’étaient jurés d’être ses chiens d’attaque. Rien de tout cela ne faisait d’eux des faibles ou des imbéciles, quoi qu’en ait pensé Xorphas, le maître ultime de cette invasion. Mais cela ne servait à rien de s’appesantir, et Kranon changea de sujet en adressant un geste sec à l’un des membres de l’équipage de pont les plus expérimentés.

« Toi. » « Est-ce que la Black Legion a fait ce qu’elle a dit ? »

L’homme de main bossu s’inclina, gardant les yeux sur le pont pendant qu’il parlait.

« Oui, mon Seigneur. Les sorciers confirment que les vaisseaux de la Black Legion sont engagés au-dessus de Peridos. Ils ont attiré une grande partie de la flotte du système. »

« Et Ioline ? »

« Prise, mon Seigneur. La Black Legion s’en est emparée. Les usines sombres travaillent et les tours de garde tiennent bon. »

« Alors Xorphas a fait au moins cela de bien, » gronda Kranon. « La voie est ouverte. »

« Dois-je signaler que nous sommes prêts, Seigneur ? » demanda Draznicht, une note d’impatience s’insinuant dans sa voix.

Kranon repoussa sa cape et posa une main gantée sur le pommeau de sa lame.

« Fais-le, » ordonna-t-il, « Ce monde sera massacré et nous purifierons nos âmes dans son sang. Pas de retard, l’attaque commence tout de suite. L’attaque commence immédiatement. »

Moins d’une heure après l’ordre d’attaque de Kranon, les cuirassés et les croiseurs des Crimson Slaughter déferlèrent sur Amethal. Ils ne le firent pas sans opposition. D’imposants vaisseaux de la Flotte Mechanicus allumèrent des moteurs archaïques et se lancèrent dans la bataille. Des lances à neutrons et de vastes batteries galvaniques jetèrent la dévastation sur les vaisseaux de guerre des Crimson Slaughter, faisant trembler et s’effondrer les boucliers du vide. À bord du croiseur d’escorte, Ironwasp, des centaines de traîtres furent réduits en cendres lorsqu’une volée de torpilles à plasma guidées par des serviteurs percuta la coque du vaisseau et inonda la passerelle et les ponts de l’équipage de mort en fusion. Ailleurs, le transport lourd ,Hellbound, a tremblé sous de multiples volées d’obus au radium. Son capitaine fut contraint de sceller des masses hurlantes d’esclaves armés derrière des cloisons d’urgence pour éviter que son navire entier ne devienne un tombeau irradié.

Les navires des Crimson Slaughter continuèrent malgré tout à avancer, leurs ponts de canons tonnant et leurs batteries de lances tirant coup sur coup sur leurs ennemis. Dans l’esprit de chaque Space Marine renégat, des voix bavardes hurlaient et cajolaient, menaçaient et se moquaient. La cacophonie ne faisait que renforcer la détermination des traîtres, car c’est dans le sang qu’ils trouveraient leur libération. Assis sur le trône de commandement du monstrueux cuirassé ,Scimitar, Vorlak le Fourbe assurait sa propre paix dans le sang à chaque coup de feu tiré par ses équipes. Plus grand capitaine des Crimson Slaughter, Vorlak commandait sans effort, prévoyant les mouvements de ses encombrants ennemis bien avant qu’ils ne les fassent.

« Barre, » aboya Vorlak, ses yeux rouges brûlants fixés sur les écrans de visualisation avant, « courant fort à bâbord, roulis de treize ».

Son immense vaisseau de guerre réagit avec une rapidité réjouissante, basculant dans le vide et faisant passer inoffensivement une volée de torpilles.

« Canonnier, statut », demanda le capitaine du navire.

L’énorme créature de chair et de métal qui remplissait la fosse à munitions la plus proche bouillonna et se tortilla en répondant.

« Les chambres sont pleines et dégagées pour le tir, Seigneur. Lances chargées et prêtes. » « Bien, » ronronna Vorlak en voyant un vaisseau de guerre Explorateur apparaître sur ses écrans.

« Lances de proue, visez les moteurs de cette truie qui se vautre. »

Les écrans se couvrirent un instant d’un éclat violet lorsque les batteries de lances du Scimitar s’élancèrent. L’artilleur était d’une précision inhumaine, ses tirs étant parfaitement placés. Le feu se répandit silencieusement dans le vide tandis que les moteurs du vaisseau ennemi explosaient, entraînant l’imposant vaisseau dans une lente embardée qui le rendit incontrôlable. Vorlak saisit les accoudoirs de son trône de ses doigts griffus, traçant de nouvelles rainures dans le laiton usé, tandis qu’il ressentait le plaisir d’une victoire imminente. Il montra ses crocs vicieux dans un sourire de prédateur, imaginant son vaisseau comme un monstrueux prédateur se frayant un chemin à travers des troupeaux de bêtes de proie ennuyeuses.

« Barre, à tribord toute et à la même vitesse. Amenez-nous le long de la proie. »

Tandis que son équipage s’empressait d’obéir à ses ordres, le capitaine jeta un coup d’œil aux runes d’auspice. Le Hellbound et le Deathbringer essuyaient tous deux des tirs, mais rien que des transports aussi lourds ne puissent encaisser. Les croiseurs se déplaçaient pour les intercepter. Le Seigneur Kranon allait recevoir sa chute de planète de plein fouet, mais Vorlak n’en avait cure. Il était un prédateur du vide. Il laissait la saleté aux guerriers de moindre importance, car il avait un plus gros gibier en ligne de mire. Vorlak sentit le Cimeterre se dérober sous lui, tremblant sous la force des multiples impacts.

« Rapport ! » grogna-t-il.

« Des tirs à distance en provenance du secteur un-sept-trois, Seigneur, » répondit le mutant albinos à la console de contrôle des dégâts.

« Des coups de chance. Les boucliers tiennent. Aucun dommage à la coque ou aux systèmes. »

« Marquez les vaisseaux qui nous ont tiré dessus, » ordonna Vorlak avec colère.

« Leur impudence leur a valu l’horreur de ma colère. Pour l’instant, continuez l’attaque. »

Tuer une cible avant d’attaquer la suivante. L’un des plus vieux principes de la guerre, que même les voix gibbeuses au fond de l’esprit de Vorlak ne parvenaient pas à chasser. De plus, c’était une question de fierté pour le capitaine du navire - une fois qu’il avait marqué sa proie, elle ne s’échappait pas. Les moteurs rugissant, les boucliers vacillant sous les impacts répétés, le Cimeterre se rapprocha de sa victime blessée. Le vaisseau de la Flotte Mechanicus dégringolait lentement de son axe, tombant sans grâce dans le vide sans aucun moyen d’arrêter son élan impuissant. Sur les ordres de Vorlak, le Scimitar activa ses propulseurs et s’approcha du vaisseau, alignant ses canons à bout portant. Vorlak laissa le moment s’éterniser, savourant les secondes qui précédaient la saignée. Sa langue humide et serpentine passa entre ses crocs écartés, puis il prononça un seul ordre : « Tuez-le ».

Toutes les armes du côté bâbord du Scimitar s’ouvrirent en même temps, martelant les boucliers du vide qui protégeaient l’Explorateur blessé et répandant des explosions ondulantes le long de son flanc. Encore et encore, les ponts des canons se mirent à parler jusqu’à ce que, déchiré par les éclairs et les scintillements des explosions internes, l’Explorateur se disloqua violemment. Alors que le cuirassé malchanceux était à l’agonie, le largage des Crimson Slaughter commença, des taches sombres pleuvant sur Amethal au milieu des débris de ses vaisseaux de défense en chute libre. Vorlak et ses collègues capitaines avaient bien fait leur travail. Il revenait maintenant à Kranon et à ses guerriers renégats de poursuivre le massacre sur la planète.[2]

Sevastus Kranon l’Acharné.

Zone du Carnage

L’attaque des Crimson Slaughter était la première de plusieurs vagues prévues pour s’abattre sur Amethal. Une Flotte importante de vaisseaux de guerre de la Black Legion rôdait dans le Vide, au-delà des planètes intérieures du système de Diamor, mais sur ordre du Seigneur Xorphas, elle se tenait à l’écart. Kranon l’Acharné n’en avait cure. Il avait l’intention de prendre ce monde de ses propres mains et de prouver que ses guerriers étaient les plus grands parmi les rangs du Chaos, tout en faisant taire les voix qui les hantaient avec le sang des tués.

Les bottes de Kranon résonnaient contre la rampe de son atterrisseur alors qu’il se lançait à l’assaut d’une fusillade. Des balles au radium grésillèrent devant sa tête, faisant tomber un Ravageur qui suivait son Seigneur le long de la rampe. Kranon ignora la mort de son fidèle. À cet instant, les forces des Crimson Slaughter exécutaient des largages de troupes dans tout Amethal, frappant les principaux sites d’excavation de l’Adeptus Mechanicus. Kranon avait fait de chacun de ces sites une zone de guerre et les avait baptisés en fonction des horreurs que ses disciples y infligeraient. La sienne était la bien nommée "Zone du Carnage".

« Attaquez », beugla Kranon, sa voix amplifiée par la grille-vox de son casque à cornes, devenant un grondement de tonnerre. « Fermez la brèche. Fauchez-les comme les blés ».

Les guerriers de Kranon répondirent à ses paroles par des rugissements sanguinaires, les Space Marines du Chaos et les Cultistes chantants se précipitant à l’assaut.

La zone du Carnage était bordée à l’est par une étendue de forêt intacte, que les guerriers de Kranon utilisèrent pour couvrir leur déploiement initial. Ils déboulèrent de la lisière de la forêt vers la zone de mort noircie qui se trouvait au-delà, et se retrouvèrent directement sous les tirs des Skitarii Metalicains. Devant Kranon s’étendait un terrain vague de cendres, de souches d’arbres brûlées et de roches nues, dont l’écran de son casque lui indiquait qu’il mesurait précisément trois kilomètres de large. Au-delà s’étendait la masse sombre des bunkers et des barricades de l’Adeptus Mechanicus, avec des structures plus grandes qui se pressaient derrière eux et crachaient de la fumée dans le ciel. Les Metalicains gardaient leurs gros canons en arrière, bombardant les envahisseurs à distance, mais des groupes de Skitarii avançaient à travers le no man’s land vers les guerriers de Kranon, faisant pleuvoir le feu dans leurs rangs pour tenter de les anéantir.

C’était leur erreur, pensa le Seigneur du Chaos.

« Tuez pour le silence ! » rugit-il en se mettant à courir.

Draznicht et ses Ravageurs le suivirent, chargeant en avant sous le feu nourri de l’Adeptus Mechanicus. À la droite de Kranon, les Terminators du Chaos de Lakdar traversaient le barrage ennemi en tirant sur leurs ennemis cyborgs. À sa gauche, une meute de Machines-Démons se déchaînait sur les Skitariis qui s’étaient avancés à portée de tir. Dans l’esprit de Kranon, les voix qui le hantaient bayaient avec une soif de sang, noyant le râle de sa respiration alors qu’il chargeait. Le vox de son casque crépita, la voix tendue de Draznicht perçant le maelström de son esprit.

« La hantise se déchaîne, Seigneur. »

« Utilise-la, » râla Kranon. « Utilise la hantise. »

Comme un seul homme, les membres des Crimson Slaughter se préparèrent à l’irruption soudaine des fantômes qui tourmentaient leurs corps et leurs esprits. Les écrans du gouvernail grondaient d’électricité statique. Les liaisons Vox se remplirent de bavardages déments et de chuchotements inquiétants. Des mains invisibles traînaient les Skitariis dans les airs, puis les déchiraient comme des poupées de chiffon. Des rires insensés s’élevaient dans une tempête hurlante. Les soldats du Dieu-Machine hurlaient des codes de ferrailleur alors que des fantômes infestaient leurs augmentiques, qui prenaient feu et coulaient dans des torrents de métal en fusion. D’autres étaient contraints d’ouvrir le feu les uns sur les autres, leurs mouvements étant saccadés et semblables à ceux d’une marionnette. Saisissant l’occasion, Kranon s’élança vers l’avant, traversant la folie des esprits frappeurs, et planta sa lame dans le cou de son plus proche ennemi. Alors que le Skitarii s’écroulait au sol, sans tête, Kranon ressentit une poussée d’énergie comme il n’en avait jamais connue. Ce n’était pas le parasitage des esprits possesseurs. C’était autre chose. Quelque chose d’exaltant. Le Seigneur du Chaos abattit un autre ennemi, se glorifiant des énergies libérées de la mort.

Gorath-Hel écoutait avec satisfaction les rapports émanant de la gargouille vox de son sanctuaire privé. Les Crimson Slaughter se rapprochaient de leurs objectifs. Le Word Bearers se pencha sur le bénitier, ses yeux noirs se reflétant dans le sang épais qu’il contenait.

« Seigneur Xorphas, écoutez-moi. »

Pendant un instant, la surface de la mare de sang trembla sous l’effet des secousses du moteur du vaisseau des Word Bearers. Puis un changement s’opéra, le liquide se mit à spiraler paresseusement comme s’il s’évanouissait dans un tourbillon impossible. Le souffle de Gorath-Hel se troubla dans une soudaine bouffée d’air froid.

« Parle, Apôtre Noir, et annonce-moi de bonnes nouvelles. » La voix, riche et impérieuse, s’élevait du tourbillon de sang.

« Seigneur Xorphas. Les bénédictions du chaos sur vous. Les maudits sont descendus avec le feu au cœur. Ils ne se doutent pas que… »

« J’ai dit parler, » interrompit la voix avec une note d’irritation, « pas de sermons. Soyez bref, prêtre. J’ai une guerre à orchestrer. »

L’apôtre noir se hérissa, luttant contre la colère qui montait en lui face à une telle rebuffade.

« Les Crimson Slaughter ont débarqué, Seigneur, » dit-il, « et avancent dans les zones de guerre qui leur ont été assignées. »

« Bien » , répondit la voix en écho, le ton empreint de menace. « Maintenant, descendez et surveillez les signes. Trouvez-moi la cage, Gorath-Hel. Le Fléau attend… »

Sur ce, le bassin s’immobilisa. Le visage enflammé par son renvoi brutal, Gorath-Hel se redressa et réclama son équipement. Ses assistants cultistes se précipitèrent pour obéir, terrifiés par la colère de leur maître. Aucun d’entre eux n’aurait échangé sa place avec les soldats impériaux qui s’apprêtaient à subir son courroux. Pas pour toutes les récompenses que les dieux pourraient envoyer.[3]

Diamor 20.jpg

Amethal Incarnée

Pendant que Kranon et ses guerriers se battaient autour de la zone du Carnage, l’assaut planétaire des Crimson Slaughter s’intensifiait. Des forêts enchevêtrées des plateaux du nord à la mer d’herbe du sud, les serviteurs du Chaos plantèrent leurs crocs dans Amethal. Autour des sites d’excavation Metalicains, des combats sauvages avaient éclaté alors que le Crimson Slaughter avançait dans des zones de destruction bien préparées. Les plus grosses machines de guerre des Traîtres commençaient à débarquer en soutien, les Machines-Démons super lourdes et les Titans débarquaient pour ajouter leur feu à la bataille. Sur Amethal, les feux de la guerre s’intensifiaient d’heure en heure.

Les ténèbres s’accrochaient au champ de bataille comme un linceul. À quelques instants d’intervalle, la lumière des tirs d’armes à feu, les explosions électrostatiques rampantes ou les éclairs stroboscopiques des tirs de bolter venaient déchirer ce voile. Les sens augmentés de Kranon filtraient l’éblouissement et recouvraient sa vision d’écrans thermiques, ce qui lui permettait de voir parfaitement malgré l’obscurité. Grâce à leurs sens cybernétiquement améliorés, les guerriers de l’Adeptus Mechanicus n’avaient pas plus de mal que lui à cet égard - comme c’était le cas depuis quelques heures, leurs tirs étaient toujours d’une précision mortelle.

Kranon sortit de derrière la carcasse noircie d’un Rhino hérissé de pointes. Il s’élança tête baissée à travers le no man’s land, poursuivi par un feu nourri et foudroyant, et se jeta à l’abri d’un cratère vitrifié au plasma. Ses guerriers faisaient de même tout autour de lui, contraints à des avancées prudentes et hésitantes par la salve constante de tirs mortels des Skitarii. Ils avançaient, mais lentement. L’assaut glorieux de Kranon s’était transformé en un broyage de cadavres très lent à travers la zone de mort, et cela ne lui plaisait pas.

« Draznicht, » grogna-t-il dans le vox de son casque, « Quelles sont les nouvelles des Titans ? »

« Ils sont toujours en train d’atterrir, Seigneur, » répondit la voix du champion depuis sa position quelque part au nord. « Ils n’atteindront pas cette position avant des heures. »

Kranon jura. Au loin, au sud, il entendit un mugissement mécanique, et le sifflement d’un Fuseur roula sur le champ de bataille. Quelque chose de gros explosa, provoquant un autre rugissement. Le Métabrutus dérangé, Hakorath, faisait toujours des ravages, mais sans une poussée concertée, le Crimson Slaughter ne parviendrait jamais à percer en force pour sécuriser la zone de guerre.

Kranon serra les dents tandis que ses fantômes ricanaient et se moquaient. Mais soudain, comme si un interrupteur avait été actionné, ils se turent de manière inquiétante. A leur place, Kranon entendit quelque chose chuchoter à son oreille, différent des habituelles voix moqueuses et rancunières. Le Seigneur du Chaos se souvint de l’étrange poussée de puissance qu’il avait ressentie en massacrant les Skitarii plus tôt dans la journée. Que se passait-il ?

« Qui es-tu ? » grogna Kranon. « Qu’est-ce que tu veux ? »

« Seigneur ? » répondit Draznicht, mais Kranon ignora son subordonné. Il pouvait presque entendre les mots, plus forts maintenant, plus insistants.

« Nous sommes… nous sommes Amethal… nous sommes Amethal… nous sommes dans les ténèbres… nous voulons la lumière… donnez-nous la lumière… »

Kranon sentit à nouveau cette puissance monter dans son corps, picoter ses nerfs comme un courant électrique, faire tressaillir ses doigts. Les chuchotements s’amplifiaient à mesure que l’énergie l’envahissait.

« Nous sommes Amethal… nous vous voyons… nous vous voyons tous… nous sommes Amethal ! Nous voulons la lumière ! Vous nous donnerez la lumière ! »

« Seigneur, » la voix de Draznicht se mêla à celle des autres chefs d’escouade de Kranon.

« Qu’est-ce que c’est ? Ce pouvoir ! Qu’est-ce que… ? »

Puis tout fut étouffé par le rugissement du sang dans les oreilles de Kranon, le martèlement de ses deux cœurs et la montée de la haine dans son esprit. Il était Kranon, mais aussi Amethal. Il était le prisonnier, mais aussi l’ange de la libération. Il était la mort, deux fois déchaînée et affamée de sang. Dans un rugissement amplifié, Kranon surgit du cratère et fonça sur les barricades de l’Adeptus Mechanicus. Des tirs mortels pleuvaient sur lui, mais ils ne faisaient que vaciller et se réduire à néant face au rempart d’énergie qui enveloppait désormais son corps. D’un bout à l’autre de la ligne, Kranon avait vaguement conscience que la même scène se répétait, le Crimson Slaughter brûlant d’une puissance mystérieuse et chargeant sans se soucier des tirs des Metalicains.

Devant lui, l’un des chars ambulants de l’Adeptus Mechanicus sortit d’entre deux bunkers bardés d’armures et mit ses armes à niveau. Kranon rit d’une exaltation folle en se jetant en avant, roulant sous la coupe brûlante d’un laser à neutrons, puis se remettant debout sur le côté du véhicule. La force brûlant dans ses membres, le Seigneur du Chaos saisit la jambe la plus proche du char et tira de toutes ses forces. Ce faisant, il pivota sur son talon. Aussi incroyable que cela puisse paraître, l’Onagre des Dunes quitta le sol et s’élança comme un boulet de démolition sur le flanc du bunker le plus proche. Les étincelles et les flammes pleuvaient tandis que le char ambulant était mis en miettes, creusant de profondes fissures dans le flanc du bunker. Kranon jeta l’épave sur le côté avec un grognement, puis leva une main et sentit d’incroyables énergies déferler le long de son membre. Un bolt de force bouillonnante jaillit de sa paume et s’écrasa sur le mur endommagé du bunker, le faisant imploser dans une pluie d’éclats de rasoir. Des tirs désordonnés jaillirent de l’intérieur du bunker éventré, mais Kranon les traversa sans hésiter.

Quel était ce pouvoir incroyable, se demanda-t-il, qui s’était emparé si complètement de lui et de ses guerriers ? Ce n’était pas l’esprit de leur possesseur, il en était certain. C’était bien plus ancien. Bien plus puissant. C’était le pouvoir d’Amethal, et il serait libre.

Decimus-rho stabilisa sa visée et tira une nouvelle salve de balles au radium de sa carabine. L’obscurité n’entravait pas sa précision, et il ressentit une pointe de satisfaction lorsque ses tirs coupèrent les jambes d’un Cultiste du Chaos en train de charger. Autour de lui, les Skitarii de sa manipule tiraient leurs propres salves dans l’obscurité, les tirs se chevauchant parfaitement pour maintenir leur section de la ligne à l’abri des ennemis. Les monticules de cadavres de traîtres au-delà de la barricade témoignaient de cette efficacité, tandis que l’état inviolé des temples-forge à l’arrière de Decimus-rho était un motif de satisfaction supplémentaire. Le module Beta-Secundus continuait de fonctionner à 92 % malgré l’assaut soutenu de l’ennemi. Les données transmises par les processeurs neuraux de Decimus-rho indiquaient que les fouilles archéologiques se poursuivaient sans interruption. Louons l’Omnimessie, pensa-t-il, ses poumons sifflants se gonflant de fierté.

Les hérétiques et leurs faux dieux ne faisaient pas le poids face à la puissance de la seule divinité véritable et logique de la galaxie.

D’étranges pics d’énergie s’inscrivirent soudain dans le sensorium de l’Alpha du Vanguard. Des avertissements de danger rouges bordèrent sa vision pendant un instant, et plusieurs de ses camarades laissèrent échapper des mots de consternation codés. Au milieu de la zone d’extermination, les Crimson Slaughter sortirent de leurs chars détruits et des bords du cratère en poussant des rugissements de rage stridents. Calmement, Decimus-rho visa l’ennemi le plus proche et lui tira une rafale de balles dans la poitrine. Un code d’erreur s’enroula le long de son cortex tandis que la cible continuait d’arriver, une couronne ondulante de flammes vertes dansant autour d’elle. Decimus-rho tira encore, et encore, un froncement de sourcils plissant la chair noircie par les radiations de son front alors que sa cible refusait de mourir. Puis le Space Marine du Chaos passa par-dessus la barricade, la franchissant d’un seul bond, et assénant un coup de poing à la tête du Vanguard Phaetor-aleph. Decimus-rho ne pouvait pas paniquer, mais il savait avec une certitude de plus en plus grande qu’une variable avait été modifiée et que ses guerriers ne pouvaient plus gagner ce combat. D’un seul souffle binaire, l’Alpha ordonna à son escouade de se replier.

Le haut plafond du sanctuaire de l’Omnimessie était formé de rouages, de pistons et d’engrenages complexes. Pour un œil non averti, il s’agissait d’une masse de machines en mouvement. Pour le techno archéologue Dominus Ivasnophon, son artifice était parfait, sa représentation de la gloire de l’Omnimessie sans faille. Le Dieu-Machine se retrouve jusque dans les moindres détails, pensait Ivasnophon.

On pourrait établir une comparaison avec le prix du Magos sur Amethal, dont la complexité est une chose de toute beauté. Alors qu’il se tenait debout et cogitait dans le sifflement et le grondement du sanctuaire, Ivasnophon se flattait que ce qu’il cherchait ici pourrait s’avérer l’une des plus grandes offrandes au Dieu Machine depuis l’époque d’Arkhan Land. Le Magos était un chercheur de technologies anciennes, plongeant son regard dans les rouages de la galaxie pour en extraire les secrets qui renforçaient la puissance de l’Adeptus Mechanicus.

Il déposait ces trésors sur l’autel du Dieu-Machine, espérant ainsi reproduire leur magnificence. La compréhension n’était ni recherchée ni souhaitée, car nombre des mécanismes intemporels découverts par Ivasnophon étaient de nature xénos, ou si anciens qu’ils avaient été corrompus par le contact de la Longue Nuit. Mais maîtriser le pouvoir de l’archéotechnologie sacré ? De revendiquer ce pouvoir pour l’Omnimessie et de l’utiliser pour repousser l’extraterrestre, le mutant et l’hérétique ? C’était un travail sacré, une vocation à laquelle Ivasnophon avait volontiers consacré sa vie.

Tout ce travail sacré, la plus grande offrande des Magos et tout ce qu’il pouvait faire pour le royaume des hommes, était menacé. Les adorateurs des dieux sombres étaient venus, comme le Magos Ivasnophon l’avait prévu. Il s’était préparé du mieux qu’il pouvait à une telle éventualité. Les forces du Magos étaient importantes, comprenant de nombreux Manipules de Bataille de Skitarii, des cortèges du Culte Mechanicus, des Chevaliers de la Maison Raven et les imposantes machines divines de la Legio Metalica. Cependant, comme le montraient les projections du Magos, même une telle force martiale ne suffirait pas.

« Balus-Tao, tâche, » râla le Magos à l’un de ses Servocrânes en vol stationnaire, « transmettez une répétition de mon message au module astropathique toutes les sept virgule trois minutes. Répétez au gouverneur que les Blood Angels doivent arriver très vite ».

Le Servo-Crâne éructa une litanie codée et s’éloigna en planant pour obéir aux instructions de son maître. Ivasnophon le regarda partir, puis tourna à nouveau les lentilles de ses yeux vers le plafond, cherchant l’inspiration dans ses œuvres divines. « Les Blood Angels doivent se dépêcher, » se dit-il avec un froid détachement, sinon ils ne trouveront plus personne en vie.

Gorath-Hel s’écarta lorsque la lame bourdonnante passa à un centimètre de son visage. La lèvre frisant le mépris, l’apôtre des ténèbres fit pivoter son crozius contaminé et l’abattit sur le plastron de son assaillant. De l’énergie jaillit de la tête de l’arme dans un bruit sourd, froissant le torse du Sicarien et projetant son corps brisé au loin pour qu’il rebondisse sur un tronc d’arbre voisin.

« C’est ainsi que les maudits serviteur de l’Empereur des cadavres trouvent leur fin » , ricana le Word Bearers. « Qu’ils se tordent dans les flammes de l’enfer des dieux sombres pour l’éternité. »

L’apôtre des ténèbres jeta un coup d’œil autour de la clairière, s’assurant qu’il n’y avait pas d’autres assassins aux jambes fuselées se faufilant au sommet de la colline. La menace immédiate avait disparu, mais il pouvait encore entendre les bruits sporadiques de ses guerriers engageant la dernière patrouille de l’Adeptus Mechanicus dans les bois en contrebas. Plusieurs Word Bearers étaient à terre, têtes tranchées ou torses découpés par les lames vibrantes de leurs assaillants.

Ce n’était pas grave, pensa Gorath-Hel ; les dieux du Chaos ne se souciaient pas des faibles. D’autres étaient blessés, mais ils vivraient ou mourraient selon leurs propres mérites.

Ce qui comptait, c’était les esclaves psykers ligotés - des misérables squelettiques et sans yeux qui frissonnaient dans leurs liens au milieu des ténèbres. Ils étaient toujours blottis les uns contre les autres sur la rampe du Thunderhawk souillé des Word Bearers, sains et saufs, protégés par les imposants gardes du corps Terminator du Chaos de Gorath-Hel. C’était une bonne chose, se dit l’apôtre noir. Leur perte aurait compliqué les choses.

Gorath-Hel pointa son arme, un insigne de fonction corrompu, et adressa un geste impérieux aux psykers. Les esclaves gémirent et pleurèrent, sentant son regard impitoyable.

« Faites venir les voyants, » entonna Gorath-Hel d’une voix habituée aux rituels. « Que ceux qui n’ont pas d’yeux voient ce que même les bienheureux ne peuvent pas voir. »

Dans un gémissement menaçant de servos blindés, les Terminators avancèrent, forçant les Psykers à courir ou à se faire piétiner. Tirant sur les chaînes qui enserraient les gorges rouges des sorcières, les Word Bearers guidèrent leurs esclaves pour qu’ils se mettent en position. Les malheureux formaient un anneau lâche, parsemé autour de la colline dénudée au-dessus de la limite des arbres, entourée par les forêts brûlantes en contrebas. Vêtus de haillons et décharnés par la malnutrition, les psykers frissonnaient de façon incontrôlable dans le vent froid de la nuit. Ils gémissaient en entendant des voix chuchoter dans leur esprit et reculaient devant les explosions lointaines qui illuminaient l’horizon au nord et au sud.

« Entendez-moi » , rugit Gorath-Hel. Il leva haut son Crozius Arcanum contaminé et lut à haute voix un tome en ruine relié à l’onyx et au sang. Les mots qui sortaient de sa bouche se tortillaient dans l’air comme des êtres vivants.

« Gy’nath el’shzyl, X’gakhar y’shel y’shel ! »

« Au nom des dieux sombres du Chaos, avec la bénédiction de l’étoile du chaos impie dont le pouvoir éclipse tout le reste, regarde vers l’extérieur avec ton regard sans yeux et parle des maudits. Raconte-moi ce qu’ils ont trouvé sur ce monde de malheur. Dis-moi ! Z’ghasha H’kul ! »

Poussés par les sombres incantations, les esclaves psykers se convulsaient et gémissaient, de l’écume s’échappant de leurs lèvres tandis que leurs orbites vides brûlaient de flammes fantomatiques. Le dos voûté et les bras écartés, ils rejetaient la tête en arrière et parlaient d’une seule voix.

« Les maudits se battent. Les maudits meurent. Ils se battent sous le ciel obscurci. »

« Comment s’en sortent-ils ? » s’exclama Gorath-Hel, le vent hurlant fouettant les parchemins qui ornaient son armure. « Qu’ont-ils trouvé ? »

« La mort, le sang, le feu et la haine » , répétèrent en chœur les psykers, dont les corps se tordaient tandis que des cordes de bave nauséabonde s’écoulaient de leurs bouches ouvertes. « Beaucoup meurent pour trouver la porte. »

« La porte ? » Le ton de Gorath-Hel était teinté d’excitation. « Où est la porte ? Qu’en est-il du pouvoir sur ce monde ? Qu’en est-il de la récompense du Fléau ? »

Les psykers frissonnèrent et hurlèrent, des voix haineuses s’échappant d’eux, qui n’étaient pas les leurs.

« Dis-moi, » tonna Gorath-Hel, « Y’sothon Xesh ! Y’shel, y’shel ! »

Comme un seul homme, les corps des psykers éclatèrent en flammes spectrales, leur chair noircissant et se transformant en cendres. Pourtant, au milieu de leurs cris, les voix des Démons s’élevèrent à nouveau, psalmodiant leur réponse.

« Là où le Seigneur maudit mène le combat, les emprisonnés réclament la lumière. C’est à la porte que le piège est le plus faible, c’est là que votre maître connaîtra son destin. »

Sur ce, les corps brûlants des psykers explosèrent en nuages de cendres qui furent happés par le vent hurlant et emportés dans les cieux sombres de la nuit. Les chaînes de leurs laisses s’écrasèrent sur le sol, la fumée s’élevant du métal brûlé et tordu.

Gorath-Hel abaissa son crozius et referma lentement les pages de son tome démoniaque, le livre émettant un bruit sourd et satisfaisant lorsque ses pages se rencontrèrent. Il resta silencieux pendant de longs moments, son visage n’étant plus qu’un masque illisible. Ses disciples restaient à leur place, habitués à la colère de leur maître pour ceux qui agissaient de manière intempestive. Gorath-Hel parlait avec la voix des dieux sombres, et rares étaient ceux qui avaient le courage d’affronter son courroux.

Enfin, les traits cruels de l’apôtre des ténèbres se fendirent d’un regard torve. Il se retourna et fixa le nord, les feux dansants des batailles lointaines se reflétant dans ses yeux. Ce faisant, il claqua des doigts en direction du plus proche de ses guerriers.

« Vous. Apportez-moi les fonts baptismaux. Prends celui-là » , indiqua-t-il en désignant un Word Bearers blessé, qui gémissait et se débattait tandis que ses frères se rapprochaient. « Saignez-le comme l’exige le rituel. Je dois parler au Seigneur Xorphas. Les Crimson Slaughter ont contacté les prisonniers. Comme l’a dit le Fléau, ils nous ont conduits directement à la porte. »[4]

Diamor 21.jpg

L’Ost Maudit de Kranon

Les Massacreurs[5]

Premières forces du Chaos à débarquer à la surface d’Amethal, les Crimson Slaughter étendirent leurs forces sur chacune des principales zones de guerre désignées comme cibles principales sur ce monde maudit. L’armée dirigée par Kranon l’Acharné était la plus importante de leurs forces d’invasion, et sa puissance hantée était terrifiante à voir.

Hantés par des fantômes du Warp, les Crimson Slaughter sont des meurtriers à moitié fous qui se battent entourés d’étranges phénomènes de poltergeist. Abaddon a fait de ces renégats des troupes de terreur exceptionnelles, les lâchant sur l’Imperium pour répandre l’horreur et le désespoir. Le Seigneur Xorphas avait un autre usage de leurs âmes marquées par le Warp…

La force que Kranon l’Acharné conduisit dans le système Diamor représentait une part importante de la force de guerre de ses renégats. Certains de ses partisans, dont le sorcier Severin Drask, étaient ailleurs, engagés dans leurs propres missions de terreur et de destruction. Chaque offensive était cruciale pour les plans du Fléau, mais Kranon ne faisait confiance à personne d’autre pour la bataille d’Amethal. Le Seigneur du Chaos avait laissé à d’autres le soin de garder le Space Hulk, Lost Hope. Il avait travaillé trop dur, pendant trop longtemps, pour risquer l’avenir de son groupe de guerre sur une seule opération, même si c’était Abaddon lui-même qui donnait les ordres.

Kranon L'Acharné[6]

Kranon l’Acharné est le maître des anciens Crimson Sabres, et la sombre antithèse de tout ce qu’il représentait autrefois. Il est une parodie tordue de l’honneur et de la noblesse de l’Adeptus Astartes, un être doté de toute leur force et de toute leur détermination, mais qui n’est fidèle qu’à ses propres désirs égoïstes. Jusqu’à ce qu’ils tombent en disgrâce, les Crimson Sabres étaient un chapitre loyal de Space Marines. Leur seul défaut était une détermination excessive à prouver leur force spirituelle et une détestation intransigeante du Chaos. Il est dans la nature des Dieux Noirs de pervertir des idéaux aussi forts, et lorsque la purge des Sabres contre les cultes d’Umidia fut transformée par les Démons en un massacre génocidaire, la damnation du chapitre était inévitable. Kranon et ses guerriers se retrouvèrent hantés par d’étranges entités qui manifestaient des phénomènes de poltergeist alors même qu’ils sapaient la santé mentale des Space Marines avec les hurlements cacophoniques de ceux qu’ils avaient tués.

Les Crimson Sabres sombrèrent dans une folie sanguinaire, découvrant que seule la boucherie à grande échelle leur permettait de faire taire les voix pour un temps. Le chapitre, qui n’était plus qu’un groupe de guerre renégat se faisant appeler les Crimson Slaughter, aurait pu s’effondrer sans la détermination de Kranon l’Acharné. Chef compétent et guerrier exceptionnel malgré tous ses défauts, Kranon s’est battu avec acharnement non seulement pour maintenir l’unité de ses partisans, mais aussi pour reconstituer leurs forces. Trop fier pour accepter l’échec, le Seigneur du Chaos a poussé ses guerriers à se battre et à survivre plus que jamais. Sa quête a été si fructueuse que Kranon a attiré l’attention du Fléau lui-même. Désormais, les Crimson Slaughter combattent en première ligne de la grande guerre d’Abaddon, Kranon les menant dans des raids de terreur dévastateurs pour briser le moral impérial et semer la panique dans le royaume de l’Empereur.

Malgré tout, l’Ost maudit de Kranon était une force puissante composée de centaines de Space Marines du Chaos soutenus par une mer de cultistes fanatiques. Des armures renégates, des ailes de Heldrakes, des groupes de Machines-Démons tordues et même des machines de guerre super lourdes attendaient dans les soutes des transports lourds du Crimson Slaughter pour soutenir l’attaque sur Amethal. Cette puissante armée fut répartie sur la surface de la planète selon un déploiement simple mais efficace. De plus petites forces - des escouades de Marines du Chaos de la Crimson Slaughter ou des bandes de Cultistes zélés - étaient assignées à des cibles secondaires à la surface de la planète, frappant les relais de communication, les dépôts de carburant, etc. La force principale de Kranon était répartie entre les cinq sites d’excavation de l’Adeptus Mechanicus.

Chaque site était attaqué par un groupe de guerre important, dirigé par l’un des lieutenants de confiance de Kranon et largement soutenu par des blindés. Kranon soupçonnait la Black Legion d’utiliser ses guerriers comme des troupes de choc non indispensables, mais il avait l’intention de leur retourner leur présomption. Lui et ses guerriers enseigneraient à leurs alliés l’erreur de la sous-estimation lorsque ses assauts rapides et brutaux apporteraient la victoire sur Amethal.

Pour son attaque de la Zone du Carnage, Kranon avait sélectionné ses partisans en pensant à la force brute. Le Seigneur du Chaos ne s’intéressait guère à la subtilité, prévoyant de déséquilibrer ses ennemis et d’enfoncer ses forces comme une lance dans leur garde vacillante.

Pour ce faire, le Seigneur du Chaos dirigeait un groupe de guerre composé en grande partie de guerriers d’élite des Crimson Slaughter. Les Élus connus sous le nom de Ravageurs formaient la garde d’honneur personnelle de Kranon, leur champion surdoué, Draznicht, agissant comme son second. Ces tueurs endurcis avaient fait leurs preuves auprès de Kranon dans des batailles allant des bastions de l’Imperium aux mondes des Démons de l’Œil de la Terreur, et il savait qu’ils ne lui feraient pas défaut aujourd’hui. Les Terminators des Frères de Lakdar ajoutèrent du poids à la pointe de la lance de Kranon, leur résistance blindée et leur puissance de feu s’avérant de grands atouts au cours de l’assaut frontal à travers la zone de mort noircie de Metalican.

Kranon a personnellement sélectionné quelques-unes de ses meilleures escouades de Space Marines du Chaos pour l’assaut. En raison de l’usure due à une guerre incessante, son groupe de guerre n’avait plus le luxe de disposer d’une flotte de transports blindés pour mécaniser entièrement ses forces d’attaque. Cependant, Kranon a veillé à ce que ses guerriers disposent d’un certain nombre de ces véhicules sur la zone de guerre, afin de leur offrir une plus grande rapidité et une meilleure capacité de survie. Les Space Marines du Chaos et les Possédés enragés se lancèrent dans la bataille aux côtés de chars de combat en fer de lance et de meutes de Machine-Démon. L’Ost maudit fit également un usage prodigieux des Métabrutus Crimson Slaughter pour soutenir son attaque. Kranon avait une grande confiance dans les engins de guerre berserk, en particulier Hakorath et sa longue durée de vie, et en déploya donc un certain nombre pour fournir un appui-feu lourd et une force brute à son armée.

Les dernières composantes de la force de Kranon étaient des forces de frappe rapides et mortelles composées de motards et de rapaces du Chaos, ainsi que de bandes dispersées de cultistes du Chaos. Ces forces encerclaient le périmètre de la zone de guerre, frappant les cibles d’opportunité et forçant l’ennemi à disperser sa puissance de feu pendant que l’élite de Kranon se frayait un chemin pour arracher le cœur des défenses ennemies.[7]

L'Invasion de Diamor >>> ASC 001-028

« ANÉANTISSEZ CES MISÉRABLES. DÉSOSSEZ-LES ET BROYEZ LEUR MÉTAL. PURIFIEZ-VOUS DANS LEUR SANG ENCORE CHAUD. CES IMBÉCILES CROIENT QUE LEURS MURS ET LEURS ARMES VONT LES PROTÉGER. PROUVEZ-LEUR LE CONTRAIRE ! »
- Kranon l’Acharné juste avant l’attaque dans la Zone du Carnage.
La Campagne de Diamor.

L’attaque de Xorphas contre le système Diamor avait été organisée de façon à se dérouler en plusieurs assauts séparés, tendant tous vers un même objectif. Lors des premières étapes de l’invasion, des batailles spatiales féroces eurent lieu tandis que les défenseurs impériaux résistaient, sans se rendre compte qu’ils étaient attirés loin de l’objectif des traîtres.

L’attaque du Chaos contre le système Diamor commença par une série de raids effectués par les navires rapides de la Black Legion. Surgissant du Warp, des croiseurs de classe Murder et Carnage s’en prirent à Peridos. Cet Agri-Monde productif était le grenier à blé de tout le système. D’énormes barges céréalières effectuaient une noria constante entre cette planète et les autres mondes, afin de les ravitailler en nourriture. Peridos disposait de quelques défenses, sous la forme d’une poignée de plates-formes orbitales et de plusieurs escadrons de chasseurs Thunderbolt censés décourager les pirates. Mais face aux bâtiments de guerre qui surgirent de la ceinture d’astéroïdes de l’Amas de Zircon, elles étaient impuissantes.

La nouvelle de l’attaque atteignit rapidement la planète Tourmalid, le siège du gouvernement de Diamor. Tourmalid recelait des merveilles de technologie. Cette demi-planète avait été conquise au cours de la Grande Croisade avant d’être rebâtie pour accueillir des millions de kilomètres carrés d’industries, de chantiers navals, de docks orbitaux et de zones d’habitations gravitiques. L’hémisphère artificiel était un lieu de mouillage important pour la Flotte de Guerre Obscurus. Le Gouverneur de Tourmalid et le maître du système n’était autre que le vénérable Seigneur-Amiral Gordus, un héros désormais âgé, mais qui avait conservé toute son agressivité. Enragé à l’idée de perdre la principale source de nourriture de son système à cause de vulgaires pillards du Chaos, Gordus envoya une puissante flottille d’avisos et de navires de guerre d’Obscurus pour s’occuper de cette menace. C’est ainsi que débuta un jeu du chat et de la souris aux abords de l’Amas de Zircon, les navires du Chaos en sous-nombre se servant du couvert des astéroïdes pour échapper à leurs poursuivants tout en continuant à harceler les barges céréalières de Peridos. La flottille impériale fut forcée d’organiser des convois et de servir d’escorte avec ses croiseurs et ses bâtiments de guerre, tandis que ses navires légers traquaient les pirates.

Diamor (Géante Bleu.)
Amethal (forte présence du Mechanicus.)
Topas (Relai Astropathique, Forteresse en orbite.)/(Les Forces du Chaos ont échoués à établir une tête de pont.)
Tourmalid (Siège du Gouverneur Impérial du système, 3 chantiers navales et forteresses.)
Ioline (Ancien Monde Industriel. Hémisphère sud composé de terres irradiés. Hémisphère nord contrôlé par le chaos.)
Peridos (Zone de Guerre. Les forces de la Black Legion affrontent la Marine Impérial.)

Une fois la flotte de Diamor engluée dans ce bourbier, les forces du Chaos déclenchèrent les autres attaques. Une flotte d’invasion de la Black Legion, des Word Bearers et du Crimson Slaughter surgit du Warp et encercla la planète Ioline. Des appareils d’assaut noircirent le ciel pollué de l’hémisphère nord de Ioline en dépit des batteries Icarus et des silos de défense orbitale, et débarquèrent des milliers de guerriers dans les Cités-Ruches des États Polaires. Les milices d’Ioline se battirent courageusement mais furent balayées. Des lignes de défense furent érigées dans les habs-blocs des États de Fer du sud, mais cela ne servit à rien. Le sorcier de la Black Legion Xorphas se contenta de retourner les silos de défense polaires qu’il venait de capturer contre les États de Fer. Les têtes nucléaires s’abattirent et anéantirent l’hémisphère sud dans un holocauste radioactif.

Dès que les bottes des traîtres commencèrent à arpenter les rues d’Ioline, les Techmanciens de la Black Legion se mirent à l’œuvre. Quand le seigneur Xorphas lança son attaque thermonucléaire contre les cités des États de Fer, une série de tours biomécaniques avait déjà été érigée dans les ruines de Radvium, la capitale polaire. Gravées de symboles ésotériques, elles formaient les points d’ancrage de l’immense Hex Infernium. Suite au sacrifice apocalyptique de la population des États de Fer, les Techmanciens purent achever leur rituel. Une faille hurlante s’ouvrit entre les tours mystiques de l’Hex Infernium, et on pouvait voir les silhouettes de Démons s’agiter à l’intérieur. C’est alors que débuta le véritable travail des Techmanciens. Des manufactorums impies se mirent à cracher un flot de Machines-Démons dans lesquelles furent enfermées les entités qui se contorsionnaient dans le portail entre les mondes.

Diamor 25.jpg

Puisque la flotte ennemie était occupée à défendre Peridos et que des renforts blindés étaient rassemblés sur Ioline, les envahisseurs du Chaos étaient prêts à frapper leur véritable cible. Les navires du Crimson Slaughter se dirigèrent donc vers le monde maudit d’Amethal, et le pouvoir caché qu’il recelait.

Amethal était tout à la fois un paradis et un enfer. En apparence, c’était un monde vierge d’une beauté incroyable, aux forêts épaisses, aux prairies verdoyantes et aux océans purs qui auraient dû avoir été souillés par l’Imperium depuis longtemps. Cependant, toute tentative visant à coloniser cette planète avait échoué, car les colons se plaignaient rapidement de maux de tête insupportables, de nausées et d’un sentiment de paranoïa croissant. S’ensuivaient des insomnies et des hallucinations, jusqu’à ce que les homicides se multiplient. L’Imperium avait tenté de coloniser Amethal à douze reprises. Il ne subsistait de chaque tentative que des ruines fantomatiques et des cratères qui témoignaient de son échec sanglant.

Les vaisseaux du Crimson Slaughter qui se placèrent en orbite avaient reçu l’honneur de mener l’assaut, mais ils allaient devoir affronter des navires de l’Adeptus Mechanicus arrivés au cours des derniers mois. Même depuis l’orbite, les macro-usines et les fortifications préfabriquées des régiments de Metalica étaient clairement visibles, et apparaissaient tels des furoncles sur le paysage verdoyant. Chaque site d’excavation était immense et entouré de bunkers, de generatorums, d’usines à Serviteurs et de batteries anti-orbitales, sans compter les vaisseaux de la flotte en orbite, qui ouvrirent le feu contre le Crimson Slaughter dès qu’il s’approcha de la planète.

La puissance de feu générée par si peu de navires était démentielle. Des armes antiques striaient l’espace de rais de lumière et de salves de torpilles. Les batteries au sol opérées par des Serviteurs verrouillaient les navires du Chaos et crachaient des milliers d’obus en quelques secondes. Les bâtiments de guerre du Crimson Slaughter baptisés Red Honour et Scimitar poursuivirent néanmoins leur progression, malgré les explosions qui martelaient leurs boucliers. Les immenses navires absorbaient l’ire de l’Adeptus Mechanicus. Derrière eux arrivaient des dizaines de vaisseaux plus petits et des transports de troupes. Ils lâchèrent une pluie de Dreadclaws et d’appareils d’atterrissage atmosphériques. La force d’invasion plongea à travers l’enfer de tirs antiaériens. Les lasers perçaient les Dreadclaws et les transformaient en boules de feu. Les navettes de transport étaient ravagées par les explosions, et tombaient comme des pierres avant d’être pulvérisées à l’impact. Les moteurs prenaient feu, les cockpits en armaverre se disloquaient et les pilotes finissaient déchiquetés par les shrapnels.

Diamor 22.jpg

En dépit des pertes, le Crimson Slaughter continuait d’attaquer. Des vols de Métadracs effectuèrent des missions d’attaque au sol. Depuis l’orbite, la flotte du Chaos fit pleuvoir la mort sur les défenses de l’Adeptus Mechanicus. Les bunkers étaient réduits en miettes et les tirs d’artillerie navale ne laissaient que des cratères béants là où se trouvaient auparavant des batteries antiaériennes. Grâce à l’appui de sa flotte et des machines volantes démoniaques, un grand nombre de guerriers du Crimson Slaughter parvint à débarquer à la surface d’Amethal. Des combattants en Armures Énergétiques rouges sortaient des Dreadclaws entourés par des volutes d’énergie ectoplasmique. Les transports vomirent des hordes de cultistes. Les prairies idylliques se transformèrent en champs de boue alors que les escadrons de blindés des renégats et des meutes de Machines-Démons avançaient vers les lignes défensives de Metalica. Sans se laisser impressionner, les forces des Skitarii et du Culte Mechanicus se préparèrent à affronter les hérétiques.

Le déploiement du Crimson Slaughter ne s’était pas fait au hasard. Cinq sites majeurs de l’Adeptus Mechanicus avaient été repérés : trois dans l’hémisphère nord, deux au sud. Les forces du Chaos atterrirent en force autour (et parfois au beau milieu) des sites d’excavation lourdement défendus. Dédaignant les noms utilisés par les Metalicans pour désigner ces sites, Kranon, le maître du Crimson Slaughter, les avait baptisés personnellement. Il y avait donc au nord les zones de guerre Haine, Carnage et Malice, tandis qu’au sud se trouvaient les zones Perdition et Cruauté.

Kranon menait lui-même l’assaut dans la Zone du Carnage, alors que ses lieutenants se chargeaient de diriger les autres offensives. La mission du chef du Crimson Slaughter était d’annihiler les forces au sol de l’Adeptus Mechanicus, ce qui permettrait ainsi à la Croisade Noire d’Abaddon de s’approprier une grande source de pouvoir, mais il n’en savait pas plus.

En vérité, Kranon se souciait peu de connaître les raisons exactes pour lesquelles Xorphas lui avait ordonné d’attaquer cette planète. Les Space Marines du Chaos du Crimson Slaughter étaient des guerriers maudits, hantés par des entités surnaturelles qui les poussaient vers la folie en chuchotant sans cesse dans leurs esprits. Kranon savait que la plupart de ses rivaux considéraient sa bande de guerre comme mourante à cause de cette faiblesse, et qu’elle pouvait donc être facilement manipulée. Il comptait prouver le contraire, et remporter une victoire rapide sur Amethal avant d’attaquer d’autres planètes.

Le Crimson Slaughter était donc extrêmement motivé et se rua tête baissée contre les défenses de l’Adeptus Mechanicus. Sur chacune des cinq zones de guerre, des hordes d’hérétiques en Armures Énergétiques traversèrent le no man’s en faisant rugir leurs Bolters et leurs Épées Tronçonneuses. Ils étaient précédés par des ondes d’énergies surnaturelles et par des nuées de fantômes du Warp qui gênaient les combattants et se manifestaient sous la forme d’ectoplasmes. Les guerriers de Metalica voyaient leurs composants mécaniques se rebeller tandis que les fantômes prenaient possession de leurs rouages, et transformaient les malheureux cyborgs en cauchemars biomécaniques. Les lignes de code hurlées par les Skitarii étaient vomies sous la forme de pus acide. Malgré cela, la puissance de feu de l’Adeptus Mechanicus restait terrifiante. Les Serviteurs chenillés et les rangs de Skitarii avançaient aux côtés de marcheurs et d’antiques robots qui déclenchaient des tirs de barrages dévastateurs. Le sol tremblait sous les pas des Chevaliers de la Maison Raven, tandis que se profilaient au loin les silhouettes des Titans de la célèbre Legio Metalica. L’Adeptus Mechanicus avait établi des zones de tirs croisés mortels autour de tous les sites d’excavation, en brûlant des milliers d’hectares de forêt, si bien que le Crimson Slaughter ne bénéficiait de quasiment aucun couvert.

Des centaines de cultistes et de renégats furent massacrés, toutefois le Crimson Slaughter continua d’avancer. Il était nimbé d’énergies étranges qui absorbaient l’essentiel de la puissance de feu adverse, tandis que des renforts blindés arrivaient progressivement après avoir débarqué des vaisseaux de transports lourds. Au niveau de la zone de guerre Haine, une dizaine de machines hérétiques de la Legio Excruciatus obtint une percée dans les lignes de défense de l’Adeptus Mechanicus. À la zone de guerre Perdition, les forces de traîtres parvinrent à atterrir au beau milieu des installations ennemies. Les formations de Skitarii manœuvraient avec une précision métronomique pour prendre les nouveaux venus dans des tirs croisés redoutables, mais cela eut pour conséquence de réduire le volume de feu contre les assaillants qui progressaient dans le no man’s land. Saisissant cette opportunité, un fer de lance de machines démoniaques et de chars du Crimson Slaughter ouvrit une brèche dans les défenses.

Les combats continuaient de faire rage dans la nuit. À certains endroits, les Traîtres obtenaient des têtes de pont alors qu’à d’autres, les forces de l’Adeptus Mechanicus tenaient bon. Plusieurs zones de conflits secondaires apparurent partout sur Amethal comme les colonnes de renforts tombaient dans des embuscades et que des manœuvres de contournement et des contre-attaques étaient organisées. Même si ces batailles étaient sanglantes, aucune ne le fut plus que celle que livrèrent Kranon et ses guerriers dans la zone de guerre du Carnage. Ce fut là qu’un phénomène étrange se produisit, et accorda une force surnaturelle aux assaillants. D’abord lentement, puis avec une rapidité et une violence inouïes, le Crimson Slaughter se retrouva en proie à des énergies inconnues. Celles-ci firent taire les voix qui harcelaient les Space Marines du Chaos, et se déversèrent dans leurs corps comme de l’eau dans des récipients vides. Les Space Marines du Chaos qui furent affectés se retrouvèrent dotés d’une force incommensurable, au point qu’ils étaient capables de broyer des chars à mains nues et de résister à des tirs nourris. Doté d’un tel pouvoir, le Crimson Slaughter fut en mesure de capturer la zone de guerre du Carnage au nom de son seigneur et maître.

Attaque des Crimson Slaughters sur le site d’excavation d’Archéotechnologie.

Chapitre 2 : Tue ! Mutile ! Brûle !!!

+++Chronologie stratégique d’Amethal+++


+++Début du Segment 0011110000111+++

+++Omnissiahregnumperpeturari+++

ASC 027-029 : les forces renégates [sous-réf : Crimson Slaughter] se sont retranchées dans les fortifications autour du module bêta-Secundus. Poursuite des phénomènes warp détectés. Le taux d’aberration est de 63% et augmente.

ASC 030 : les Blood Angels frappent avec les croiseurs Angelic Blade et Flame of Baal et entrent dans le système au-delà du troisième diquartile orbital. Immédiatement engloutis dans des phénomènes psychiques inconnus. Source soupçonnée d’être le chef des traîtres [sous-réf : sorcier seigneur Xorphas] [sous-réf : Black Legion]. 92% de dégénérescence spirituelle détectée.

ASC 030.1 : Les Blood Angels frappent le croiseur sanguine tear et la Flotte qui l’accompagne dans le système, prêtent assistance au Angelic Blade et au Flame of Baal. Le vaisseau amiral de la Black Legion [sous-réf : stygian beast] se retire.

ASC 032-034 : Les forces de Blood Angels exécutent des assauts d’insertion sur des sites stratégiquement importants à travers la surface planétaire d’Amethal. Coordonnez avec les groupes de combat manipules Skitariis/Maison Raven/Titans à travers les sites d’excavation.

ASC 036-039 : Les offensives impériales combinées repoussent les Crimson Slaughter des objectifs clés. Déploiement important des Blood Angels [sous-réf : Compagnie de la Mort] au module bêta-Secundus. Les forces traîtresses subissent de lourdes pertes. Le chef [sous-réf : Kranon l’Acharné] s’échappe avec sa garde personnelle d’élite. L’effectif principal des Crimson Slaughter est anéanti. Pertes des Blood Angels : modérées-élevées.

ASC 040 : une flotte de traîtres supplémentaire détectée se déplaçant rapidement dans le système. Contact minimal avec les traîtres déjà engagés. [Sous-réf : segment 44/8hb.w du moniteur vox de l’espace profond - audio - "Tue ! Mutile ! Brûle !"]

+++Fin du segment 00111100101+++[8]

L’Onction

Les Crimson Slaughter n’ont tenu que brièvement dans les zones de guerre d’Amethal. Avec l’arrivée des Blood Angels, une contre-attaque impériale massive balaya la planète, repoussant les renégats. Même Kranon fut mis en déroute par une marée de guerriers de la Compagnie de la Mort, comme l’avait prévu le Seigneur Xorphas. Son plan comportait de nombreux éléments, dont les Crimson Slaughter n’étaient que les premiers. Et même leur mort servait les desseins du sorcier, ouvrant la voie à ce qui allait suivre.

Au plus profond des entrailles du vaisseau de guerre de la Black Legion, le Stygian Beast, se trouvait le sanctuaire du Seigneur Xorphas. La chambre était large et ombragée, son haut plafond était soutenu par huit piliers de marbre veiné de rouge, et ses huit murs étaient marqués des sigles des dieux du Chaos. Des êtres de chair Warp pendaient dans des cages d’airain, poussant des gémissements par leurs nombreuses bouches. Des créatures boursouflées, semblables à des Ogryn, rôdaient dans l’ombre, enchaînées à des tambours massifs recouverts de chair humaine. Le sol du sanctuaire portait un octagramme de charogne, un signe rituel à huit côtés fabriqué à partir des corps carbonisés et pourrissants des victimes sacrificielles. Un trio de braseros en onyx, répartis sur le pourtour de la pièce, l’éclairait de part en part. Deux d’entre eux brûlaient de flammes jaunes et vertes, l’autre d’un brasier éclatant de noir et d’or.

Au cœur de ce sanctuaire infernal, un sombre rituel était en cours. Le Seigneur Xorphas se tenait au centre de la chambre, dos à un hideux autel qui tenait autant de la viande tordue que du fer et du cristal. Les ruines calcinées d’un ancien cercueil gisaient aux pieds du sorcier - à l’intérieur se trouvait le Miserium qui avait été utilisé pour maudire les Blood Angels. Autour de lui, en cercle, se tenaient ses acolytes les plus appréciés. Sorciers de la Black Legion et démagogues de culte masqués, les figures se balançaient et psalmodiaient à la lumière du feu émeraude, formant des mots durs et sinistres qui déchiraient leurs lèvres ensanglantées.

Diamor 28.jpg

« Frères, » entonna Xorphas, sa voix profonde et riche comme de l’airain en fusion, « Acolytes. Nous accomplissons la volonté des dieux. Nous faisons la volonté du Fléau. »

« Le Fléau » , scandèrent ses acolytes.

« Le Miserium est brûlé » , s’écria Xorphas en levant haut sa lame tranchante, « la tempête a arraché les Anges à leur perchoir et les a précipités dans l’abîme de la folie. »

« L’abîme » , scandaient ses acolytes.

« Le rituel se poursuit » , sourit cruellement Xorphas, « la deuxième onction est terminée. »

« La deuxième onction » , sifflèrent les acolytes tandis que leur maître se tournait vers les petites sphères de cristal suspendues dans l’air au-dessus de l’autel. Il y en avait trois lorsque la Black Legion était entrée dans le système de Diamor, chacune remplie d’un liquide sombre et scintillant. Il n’en restait plus que deux, en orbite lente l’une autour de l’autre, au-dessus des restes de leur frère brisé.

« La seconde onction » , scandèrent à nouveau les acolytes, et tandis qu’ils s’exécutaient, le Seigneur Xorphas tendit le bras et écrasa un autre des orbes dans son poing blindé.

Un ichor noir et incroyablement brillant suinta entre ses doigts, se déversant dans une gueule baveuse qui s’ouvrit sur la surface charnue de l’autel. La langue épaisse et maladroite de l’animal se découpait sur des crocs de cristal difformes, tandis qu’il engloutissait jusqu’à la dernière goutte du liquide déversé. Alors que les dernières gouttes étaient consommées, une vague d’énergie ténébreuse déferla dans la chambre. Les acolytes poussèrent un grand cri et, aux abords de la chambre, les esclaves enchaînés aux tambours firent tonner leurs instruments, martelant un rythme endiablé. Il y eut un rugissement semblable à celui du feu d’un dragon, et les feux du second brasier se couvrirent de vrilles sombres d’énergie. Désormais, deux grands bûchers de flammes noires et dorées bondissaient et dansaient dans le sanctuaire. Il n’en restait plus qu’un seul, vert et jaune.

Alors que les tambours continuaient de résonner, le Seigneur Xorphas se retourna vers ses acolytes, levant les bras au ciel.

« C’est ce que j’ai prévu » , entonna-t-il, savourant les mots, « pour ouvrir la porte où crient les jamais nées, il faut d’abord une triple onction. Le sang des érudits, les machines vivantes ont saigné. Les maudits, hantés par le pouvoir et ouverts à la terre assoiffée. Les Blood Angels, la noblesse tournée vers la folie et le sang versé. Tout cela, nous l’avons réalisé. Il ne reste plus qu’une étape à franchir. »

Les acolytes de Xorphas chantaient et criaient, le sorcier se prélassant un instant dans leur adulation sauvage.

« Le Seigneur Kranon et ses chiens ont saigné les prêtres-machines pour nous et, par leur folie, ont montré où se trouvait la porte. »

« La porte ! » , s’exclamèrent les acolytes, accompagnés de tambours déchaînés.

« Nous avons alors provoqué la folie des anges qui, comme prévu, se sont abattus sur les frères maudits de Kranon avec une grande fureur. Alors même qu’ils faisaient la guerre, ils étaient les lames sacrificielles dans nos mains ! »

« Les lames ! » hurlèrent les membres de l’assemblée de Xorphas, dont beaucoup brandissaient leurs dagues rituelles.

« Et maintenant, » dit le Seigneur Xorphas, doit venir la troisième et dernière onction. « Le sang des amis et des ennemis doit couler à flots, afin que la pierre hurlante soit nourrie. »

Il brandit à nouveau sa lame, puis l’abattit, coupant en deux les restes calcinés du Miserium.

« Maintenant, » rugit-il, « l’heure est venue ! »

Les tambours cessèrent de battre. Les acolytes se figèrent, osant à peine respirer. Pendant plusieurs battements de cœur, le seul bruit dans le sanctuaire fut le crépitement et le scintillement des braseros.

Puis un carillon doloriste retentit, et des gueules des gargouilles vox du sanctuaire jaillit la voix du capitaine du Stygian Beast.

« Seigneur Xorphas. Mon Seigneur, les ailerons warp ont détectés de multiples contacts se traduisant au-delà d’Onyrix et se déplaçant rapidement dans le système. Leur odeur est celle de vaisseaux de guerre renégats, mais ils ne répondent pas à nos défis. Devrions-nous les intercepter, Seigneur ? »

« Vous refuseriez la lame sacrée des Dieux eux-mêmes ? » demanda Xorphas en guise de réponse.

« Seigneur ? » La réponse confuse vint au bout d’un moment, et le sorcier aboya un rire ironique.

« Tirez sur ces navires, et je vous écorcherai moi-même. L’onction finale est proche. Khârn est arrivé… »

Dans le vide, une flottille en lambeaux se dirigea vers Amethal, plongeant comme un grand poignard vers le monde maudit. Sur le flanc de chaque navire de guerre cuirassé était gravée la rune de Khorne.

Korbadash exultait dans la force G de la descente du Dreadclaw. L’ancienne nacelle plongea dans l’atmosphère d’Amethal, et les Berzerkers de Khorne qui s’y trouvaient ressentirent jusqu’au dernier kilo la pression écrasante. Ils avaient désactivé les protections atmosphériques et les compensateurs gravitiques de l’engin pour qu’il en soit ainsi ; de tels conforts étaient réservés aux faibles.

Au-dessus, au-delà de l’atmosphère de Flotte, les cuirassés de la flotte de la Horde Écarlate s’attaquaient à leurs ennemis. En bas se trouvait l’endroit prophétisé dans le sang, où les Fils de Sanguinius seraient combattus et tués. Ils avaient déjà balayé les Crimson Slaughter. Peu importe, pensa Korbadash avec une lueur brutale, les anges allaient affronter de vrais guerriers.

« Bientôt, je revendiquerai les crânes des anges déchus » , rugit Korbadash par-dessus le hurlement frémissant de la descente du Dreadclaw.

« Ha, » aboya Vrakha de l’autre côté de la nacelle. « Tu vas trébucher dans mon sillage sanglant, Korbadash. Si tu as de la chance, je te laisserai les miettes, mais les crânes des anges sont à moi. »

Korbadash grogna tandis que les Griffes du Boucher s’enfonçaient profondément dans son esprit, alimentant sa colère. Une paupière vacilla, et ses dents aiguisées s’entrechoquèrent assez fort pour faire craquer l’émail.

« Toi ? » grinça-t-il avec dégoût. « Tu es lent, Vrakha, vieux et fragile. Je prendrais ton crâne avant le leur, si c’était une offrande digne de ce nom. »

Les autres Berzerkers attachés au Dreadclaw se mirent à rire sauvagement ou à proférer des menaces et des imprécations. Les haches-tronçonneuses s’activèrent. Les poings furent frappés contre les cuirasses, le salut millénaire de la Légion perverti en un geste non pas d’honneur, mais d’agression brute.

Les fanfaronnades des Berzerkers furent réduites au silence lorsque le vox du Dreadclaw s’anima d’un hurlement statique. Dans le sifflement rauque, on entendit la voix du traître. C’était la voix du meurtre sous sa forme physique, un grognement graveleux qui portait une fureur à peine contenue dans chacun de ses mots mordants.

« Guerriers de Khorne, écoutez bien. »

Korbadash savait qu’il s’adressait à tous les vaisseaux de la vague d’attaque massive qui s’apprêtait à s’abattre sur le monde d’en bas. L’arrogance du Félon, qui ordonnait à l’ensemble de la Horde Écarlate d’écouter ses paroles, lui donna des haut-le-cœur. Les Berzerkers continuaient à crier et à se vanter, mais ils l’écoutaient quand même.

« Dans quelques instants, nous débarquons, » grogna Khârn, « et quand nous débarquons, nous tuons pour Khorne. »

« Tuez pour Khorne ! » rugirent les Berzerkers en réponse.

« Mais sachez ceci. Je mène l’attaque » , gronde Khârn d’un air menaçant. « Les crânes les plus dignes sont les miens. Ceux qui oublient, je les massacre comme des chiens. »

Les cris de guerre des Berzerkers se mêlèrent aux hurlements d’indignation et de colère. L’écume perlait sur leurs lèvres tachées de sang tandis qu’ils maudissaient le Félon. Chacun d’entre eux jurait qu’il revendiquerait plus de crânes que lui, voire qu’il tuerait Khârn lui-même, et qu’il gagnerait ainsi la faveur éternelle du Dieu du Sang.

« Du sang pour le Dieu du sang » , rugit Khârn. « Des crânes pour le trône des crânes ! Tuez ! Mutilez ! Brûlez ! »

Puis les rétro-propulseurs du Dreadclaw tirèrent avec une force dévastatrice, les sangles de retenue se relâchèrent et, tandis que l’écoutille de la capsule s’ouvrait, les Berzerkers de Khorne sautèrent dans la bataille. Ils furent accueillis par une salve de tirs. Vrakha sortit le premier, impatient de mettre en pratique ses vantardises. Il fut instantanément renversé, la moitié de son casque fondu par le plasma. Korbadash le suivit sans hésiter, ses bottes s’écrasant sur le cadavre blindé de son camarade. Il n’avait même pas eu le temps de pousser un cri de guerre que des tirs le frappaient comme de la grêle.

Un guerrier sain d’esprit aurait pu au moins tressaillir. Au lieu de cela, Korbadash souleva le corps de Vrakha comme un bouclier et s’avança dans la pluie de mort. Le corps de son ancien camarade dansait et tressaillait sous les coups, le sang giclant dans toutes les directions.

« Combien de crânes vas-tu réclamer maintenant, hein Vrakha ? » rugit Korbadash en riant à gorge déployée. « Combien ? »

Derrière, d’autres Berzerkers tombaient de leur Dreadclaw, qui était elle-même criblée de tirs de gros calibre. À l’avant, Korbadash pouvait voir des guerriers de l’Adeptus Mechanicus vêtus de gris, alignés en ligne de tir sur la crête rocheuse qui surplombait le site d’atterrissage. D’autres vaisseaux de Khorne s’abattaient tout autour, mais les Skitarii étaient présents en nombre, et au loin, Korbadash pouvait apercevoir des Chevaliers se profilant au-dessus des arbres.

« Ce ne sont que des crânes de plus à prendre » , sourit-il, puis il écarta le cadavre de son camarade et chargea.

Les balles galvaniques gémissaient autour du Berzerker, d’autres éclataient et rebondissaient sur sa plaque rouge et laiton. Des charges électriques crépitaient sur lui à l’endroit où chaque tir faisait mouche, et l’odeur de la chair cuite emplissait les narines de Korbadash. Il fit fi de la douleur, tout comme il ignora les étincelles des servomoteurs de son armure énergétique et le gémissement de son bloc d’alimentation trop sollicité.

« Des Crânes pour Khorne ! » beugla-t-il, tandis que ses bottes s’enfonçaient dans la crête rocheuse, le propulsant vers l’avant comme un bélier.

Il franchit les derniers mètres en un battement de cœur, la hache levée, puis s’écrasa au milieu de ses ennemis. Son arme tourna et tourna encore, les dents hurlantes mordant le métal et la chair. Du sang huileux gicla. Des têtes aux yeux globuleux rebondirent et roulèrent le long de la pente, la chair blafarde et les moignons de cou étincelants. Korbadash reçut une autre balle dans la poitrine, à bout portant, arrêtant net l’un de ses cœurs. Il n’en tint pas compte et se fraya un chemin à travers la presse. Ces choses étaient des étincelles, pensa-t-il à travers une brume rouge. Ils ne faisaient que gêner. C’était les crânes des anges qu’il voulait, et il les réclamerait même s’il devait combattre Khârn lui-même pour cet honneur.

Le parachutage de combat de Khorne s’est déroulé à près de vingt kilomètres de la zone du Carnage. Il n’y avait pas d’ordre dans l’attaque, pas de stratégie ou de réglementation. Dès les premiers signes de l’arrivée de la vague d’attaque du Chaos, les forces Metalicaines restantes autour de Carnage se déplacèrent pour l’intercepter. Elles se mirent en ligne de tir autour de la zone de largage. Elles projetèrent rapidement les trajectoires de vol des vaisseaux ennemis, alignèrent leurs viseurs sur des sites d’atterrissage prédéterminés, puis attendirent le moment optimal.

Les vaisseaux de Khorne furent accueillis par une pluie de tirs, beaucoup explosant avant même d’avoir touché le sol. D’autres se sont écrasés pour être réduits en miettes par des volées de missiles, ou ont été remplis de flammes phosphorescentes au moment où leurs rampes se sont ouvertes.

Les vaisseaux largueurs continuaient de pleuvoir, de plus en plus de vaisseaux rouge sang atteignant le sol à chaque minute qui passait. Des cultistes de Khorne jaillissaient des atterrisseurs à coque en pointe, avant d’être déchiquetés par des pluies d’énergie vacillantes ou atomisés par des munitions explosives. Les Berzerkers s’élançaient en hurlant depuis leurs vaisseaux, et étaient frappés de plein fouet par des tirs d’arquebuse et des rayons laser brûlants.

Ici et là, les adorateurs du dieu du sang parviennent à se frayer un chemin dans les rangs ennemis. Ils faisaient des ravages sanglants, du moins jusqu’à ce que des serviteurs de combat et des robots blindés débarquent pour les réduire en bouillie et les écraser. La marée de Khorne continuait de croître, mais l’annihilation méthodique de l’Adeptus Mechanicus suffisait à l’endiguer.

Puis, plongeant à travers l’écran de DCA, un Thunderhawk baroque apparut, sa coque torsadée en formes grotesques et peinte de la couleur du sang séché. Les ogives Icarus martelaient sa coque blindée alors qu’il s’approchait du sol. Traînant des flammes, l’appareil fonça inexorablement vers l’avant et effectua un atterrissage de combat brutal au milieu d’une masse d’électro-prêtres. La rampe avant de l’appareil s’effondra comme le pont-levis d’un château, et Khârn le Traître jaillit de l’intérieur.

Khârn observa la scène alors même qu’il fonçait sur la rampe d’assaut de son vaisseau, Carnassière rugissant dans son poing.

« Tuer » , hurla Khârn, un seul coup de hache déchiquetant trois prêtres électriques dans une gerbe de sang. « Mutiler ! » rugit-il, contournant l’élan d’une dague et brisant le crâne de son porteur d’un coup de tête tonitruant. « Brûler ! » Khârn beugla, tirant des coups de pistolet à plasma sur un Onagre des Dunes proche jusqu’à ce qu’il explose dans une boule de feu féroce.

L’écran rétinien de Khârn fourmillait de runes d’ennemis et d’avertissements de danger. Le Félon ne voyait que des crânes à prendre, des meurtres à commettre. Ses cœurs battaient à tout rompre, son système était inondé de drogues de combat et d’énergies démoniaques qui ralentissaient sa réalité.

Khârn s’écarta avec mépris pour laisser passer une volée de tirs de plasma, puis fonça au milieu des serviteurs de combat à chenilles qui les avaient tirés. Carnassière prit le premier, le fendant d’un seul coup de la tête au chariot à chenilles. Le second pivota, les gyroscopes de la cardan gémissant en essayant d’obtenir un tir dégagé. Khârn fila à l’intérieur de son arc de tir. Il coupa sa couleuvrine à plasma, puis tira avec son pistolet à travers la mâchoire pour réduire la tête de la chose en un moignon fumant.

« Tue ! Mutile ! Brûle ! » beugla à nouveau Khârn, la grille-vox amplifiant sa voix en un boom digne d’un dieu. « Du sang pour le Dieu du Sang ! » Un rugissement dérangé s’éleva des masses de Khorne, qui redoublèrent d’efforts pour se rapprocher de leurs ennemis.

Après avoir éliminé le troisième Serviteur, Khârn se lança à l’assaut de ses ennemis massés. Là où ils lui envoyaient des volées de tirs radioactifs, le Félon se glissait sous les tirs ou les traversait sans ralentir. Là où des robots au visage impassible tentaient de l’écraser de leurs poings de fer, Carnassière tournoyait pour couper les membres, briser les corps de métal et arracher les têtes des magos qui dirigeaient les machines. Rien ne pouvait résister à la fureur de Khârn. Aucun ennemi n’était assez rapide ou mortel pour arrêter son déchaînement. Il abattit les Skitariis Alpha et massacra leurs escouades. Il se fraya un chemin à travers des masses d’Electro-Prêtres, repoussant leurs coups d’arc et les mettant en pièces. À chaque instant, le Félon se déchaînait sur les forces impériales, laissant dans son sillage des monceaux de cadavres de plus en plus importants.

C’est alors que le ciel s’assombrit d’engins lourds, de monstrueux vaisseaux largueurs ressemblant à des morceaux d’architecture gothique lancés sur la planète par un dieu insouciant. Les boucliers du Vide vacillaient et brûlaient autour des vaisseaux super-lourds tandis que l’Adeptus Mechanicus les martelait de feu. Un faux crépuscule tomba tandis que leurs ombres s’amassaient et s’étendaient, avant qu’ils n’atterrissent avec une force qui ébranlait le sol.

Khârn poussa un grognement d’approbation en voyant les immenses rampes des vaisseaux s’abattre, écrasant aussi bien les Metalicains que les adorateurs de Khorne. A l’intérieur, des feux de forge infernaux brillaient, vacillant à travers les fumées sulfureuses qui se répandaient sur le champ de bataille. De leurs profondeurs jaillissaient de vastes engins de guerre Khorne, des Seigneurs des crânes et des Scorpions de laiton aux pattes acérées s’abattant sur les Metalicains comme des prédateurs alpha.

Des millénaires de guerre ont montré à Khârn que le combat basculait rapidement en sa faveur. La défense parfaite des Metalicains se fissurait. À chaque nouvelle faille, de plus en plus de Berzerkers, de Cultistes et de Machine-Démon se glissaient dans la toile de la puissance de feu. De plus en plus de vaisseaux de Khorne tombaient du ciel, atterrissant maintenant parmi et même derrière les lignes de l’Adeptus Mechanicus.

Oui, pensa le Traître, la bataille était sur le point de devenir une boucherie impie.

Le sol se mit à trembler sous l’effet des bruits de pas, et une corne vox lança un cri de guerre binharique. Levant les yeux, le Félon vit un chevalier à la carapace rouge se dresser au-dessus de lui, la tête inclinée vers le bas pour l’épingler d’un regard impassible. La lame tronçonneuse rugissante de l’engin de guerre s’abattit et Khârn se jeta sur le côté. Il roula sur ses pieds avec un rire maniaque, balayant Carnassière dans un arc de cercle tonitruant. Les dents de mica-dragon mordirent l’adamantium et la céramite dans une pluie d’étincelles, et la lame tronçonneuse du chevalier s’écrasa au sol.

La machine de guerre recula d’un pas, essayant de faire jouer son canon de combat. Mais avant qu’elle n’y parvienne, le Traître sauta haut et enfonça le genou du Chevalier le plus proche. Une fois de plus, Carnassière ne pouvait pas se dérober, et l’imposante machine laissa la moitié d’une jambe derrière elle alors qu’elle tentait de reculer. Lentement, comme un grand arbre, le Chevalier Impérial bascula sur le côté avant de s’écraser brutalement. Khârn riait tandis que ses partisans se répandaient sur la machine abattue, déchirant sa verrière et s’acharnant sur le pilote exposé à l’intérieur.

Ces imbéciles étaient condamnés, pensa le Traître avec mépris. Il était temps de partir à la recherche d’un défi plus digne de ce nom.

Korbadash s’élança sur le terrain, sautant les cratères et esquivant les épaves de chars de Crimson Slaughter criblés de balles. Le sol tremblait et se fendait sous les traces d’un Seigneur des Crânes tout proche, mais Korbadash gardait l’équilibre avec l’habileté d’un guerrier. D’autres Berzerkers s’élançaient de part et d’autre de lui, et des centaines d’autres suivaient derrière, mais un seul le devançait. Un seul était plus proche des ruines fumantes des fortifications de l’Adeptus Mechanicus, et des Blood Angels qui y attendaient.

Khârn. Traître et favori détesté de Khorne. Avec Khârn en ligne de mire, Korbadash courut d’autant plus fort. Ses deux cœurs battaient à nouveau, les remarquables propriétés curatives de l’Adeptus Astartes soutenant sa structure alors qu’il se lançait dans la bataille. Ils le poussaient vers l’avant, les jambes et les bras battant la chamade, des cris de guerre s’échappant de ses lèvres. Le bord des ruines se profilait.

Les moteurs hurlèrent lorsque, sortant de la fumée, un trio de Stormravens à coque noire s’élança au-dessus d’eux. Des missiles se détachèrent de leurs ailes en traînées de feu, filant au-dessus de la tête de Khorne et explosant au milieu de la horde de Khorne. Il sentit la chaleur dégagée par les explosions, et ses sens automatiques s’émoussèrent un instant pour préserver son ouïe du tonnerre. Korbadash continua à courir. Ceux qui mouraient étaient faibles et ne méritaient pas ses pensées. Ceux qui vivaient restaient des rivaux.

Khârn avait atteint le bord des préfabriqués, franchissant une barricade mutilée d’un seul bond et disparaissant dans les ombres des ruines qui se profilaient à l’horizon. Korbadash était sur ses talons, sautant la barricade et sprintant sur le béton fissuré d’un cortège déchiré par la guerre. Des éclairs scintillaient entre les pylônes déformés qui bordaient la route, et des tas de gravats s’étalaient devant les façades éventrées des bâtiments, comme autant de tripes répandues sur un cadavre. Khârn n’était nulle part.

« Allez ! » rugit Korbadash, tirant en l’air avec son pistolet bolter.

« Anges de la mort ! Les anges du dieu cadavre ! Où êtes-vous ? »

D’autres Berzerkers se répandaient dans la rue derrière lui, comme ils le feraient tout au long de ce complexe marqué par la bataille.

« Vous avez peur d’affronter de vrais guerriers ? » hurla Korbadash, la colère brûlant dans ses veines et embrumant sa vision d’un brouillard rouge.

En guise de réponse, les Stormravens passèrent au-dessus de lui, revenant dans l’autre sens et remontant tout droit le cortège. Une tempête hurlante de bolts balaya le sol devant eux, projetant les Berzerkers de Khorne au sol dans des halos de sang. Au même moment, les ruines de part et d’autre de la rue s’animèrent de silhouettes en armure noire. Des cris de guerre baalites retentirent dans les ruines. Les Réacteurs Dorsaux toussaient et crachaient des flammes et, comme les mâchoires d’une bête prédatrice se refermant, une vague de marines de la Compagnie de la Mort jaillit des flancs de la procession pour attaquer.

« Oui » , lança Korbadash en se retournant et en fonçant sur le guerrier à la cape noire le plus proche.

Il décrivit un long arc de cercle avec sa hache, dans le but d’éventrer son ennemi avant de le décapiter. Le Blood Angels fut trop rapide ; grommelant à travers sa grille-Vox, le loyaliste fit tournoyer son épée tronçonneuse pour parer le coup. Les deux armes se rencontrèrent dans une gerbe d’étincelles, les dents des chaînes grinçant l’une contre l’autre. Korbadash pesa de tout son poids sur son arme, essayant de percer la garde du Blood Angels, mais sa force sauvage fut tenue en échec. Les yeux du Berzerker s’exorbitèrent derrière son plastron lorsqu’il réalisa que c’était lui, et non le Blood Angels, qui était repoussé.

« Tu ne prendras pas le palais, traître ! » hurla le Space Marine vêtu de noir, son corps entier tremblant de rage. « Horus tombera ! »

En guise de réponse, Korbadash donna à son ennemi un coup de pied aussi fort que possible dans le genou. La Céramite plia, l’os se brisa, et le loyaliste bascula sur le côté tandis que sa jambe se dérobait sous lui. C’était toute l’ouverture dont Korbadash avait besoin. Le Berzerker s’écarta tandis que l’épée tronçonneuse du Blood Angels s’enfonçaient dans le sol, leva sa hache et en abattit les dents tourbillonnantes sur le cou de son ennemi. Le sang gicla tandis qu’il arrachait la tête du marine de la Compagnie de la Mort de ses épaules blindées.

Levant les bras, Korbadash arracha la tête casquée du sol, la hissa bien haut et beugla des louanges à Khorne. C’était son offrande, la première d’une longue série. C’était le creuset sanglant dans lequel la faveur du dieu du sang pouvait être gagnée.

Mais alors, si c’était vrai, pensa soudain Korbadash, où était Khârn ?

Avec un grognement, le Berzerker fixa le casque de sa victime à sa hanche et plongea dans les ruines.

Où que se trouve le Traître, pensa-t-il férocement, c’est là que se trouverait la véritable gloire.

Peut-être tuerait-il même Khârn avec sa propre lame, et alors lui, Korbadash, deviendrait l’élu de Khorne.[9]

Du Sang dans les Rues

Khârn sentait l’ennemi bouger tout autour de lui. Il savait qu’ils étaient là, il pouvait sentir l’odeur de leurs âmes, goûter le sang qui battait dans leurs veines. Leur nombre n’avait rien à voir avec celui des guerriers qui le suivaient, mais chaque ange était puissant. Khârn savait que les chefs de la Compagnie de la Mort coordonneraient leurs attaques, se déplaçant non pas en horde mais en une seule entité pour faucher les vies des adorateurs de Khorne en grand nombre.

Les Seigneurs des Crânes fonçaient dans les rues enflammées, les Blood Angels en armure noire se désintégrant sous leurs tirs. Les adorateurs de Khorne se jetaient sans réfléchir sur leurs adversaires, des dizaines d’entre eux étant emportés par une grêle de tirs de bolter avant qu’ils n’aient pu s’attaquer à la Compagnie de la Mort. Khârn les exhortait à aller de l’avant, beuglant un mantra constant de haine sanguinaire à travers le vox. Il ne se souciait ni de stratégie, ni de vies. Tout ce qui l’intéressait, c’était que Khorne reçoive son dû.

« Tue ! Mutile ! Brûle ! » rugit Khârn en traversant un mur fissuré et en s’engouffrant dans une large voie entre deux centres de données affaissées. Il émergea entre une masse de Berzerkers et de Cultistes chargeant dans une direction, et une bande de réacteurs dorsaux de la Compagnie de la Mort venant de l’autre côté. Les yeux de Khârn se posèrent sur le Chapelain de la Compagnie Mort qui menait les frères perdus. Son armure était magnifique dans son artifice, son crozius crépitait de puissance.

Voilà un crâne digne de Khorne, pensa le Traître avec un élan de soif de combat.

« Tue ! Mutile ! Brûle ! » beugla encore Khârn, fonçant tête baissée dans la rue en ruine.

Les adorateurs de Khorne le suivaient, hurlant comme des chiens enragés à la perspective d’un bain de sang. La Compagnie de la Mort ne ralentit pas, même si Khârn le Félon fonçait droit sur eux. Ils poussèrent leurs propres cris de guerre et se lancèrent à corps perdu dans la bataille.

Khârn envoya au premier des guerriers en armure noire une décharge de plasma à bout portant en plein visage. Le tir vaporisa le Blood Angels à partir du gorgerin, et Khârn écarta son cadavre avec mépris. Les Stormravens hurlaient en rase-mottes, leurs roquettes projetant des boules de feu dans la rue suivante.

« Du sang pour le Dieu du Sang ! » hurla Khârn, écartant un Berzerker de son chemin avec la Carnassière, puis s’élançant sur un Marine de la Compagnie de la Mort. Son élan fut stoppé avant qu’il n’entre en contact avec le crozius du chapelain de la Compagnie de la Mort, dans une explosion d’énergie crépitante.

« Fais-moi face, monstre » , rugit le Chapelain dans le fracas de la bataille, « je suis Daenor des Blood Angels » .

Le Traître aboya un rire.

« C’est un imbécile qui place sa tête sur le billot et défie le bourreau de prendre son meilleur élan. Et je ne suis pas un imbécile » , grogna Khârn, s’éloignant de son adversaire et verrouillant son arme sur sa cuisse. « Combien de temps penses-tu pouvoir m’empêcher de prendre ta tête, Daenor des Blood Angels ? Cinq secondes ? » Khârn balança Carnassière d’avant en arrière dans des coupes rugissantes. « Dix ? »

« Je te briserai comme Sanguinius a brisé Ka’Bandha devant les portes du palais de l’empereur, traître » , répondit Daenor. « Je suis un fils de l’Ange. »

« Il n’y a jamais eu qu’un seul Ange » , grogna Khârn, sa voix s’élevant jusqu’au cri, « et il était rouge ! »

Khârn se jeta sur le Chapelain à une vitesse stupéfiante. Daenor brandit son crozius, tentant d’écraser le crâne du Traître. Au lieu de cela, il porta l’épaule de Khârn à son plastron, la céramite se fissurant sous l’impact. Le réacteur dorsal de Daenor s’embrasa, le propulsant en arrière, hors de portée de son ennemi. C’était un geste opportun. Les dents hurlantes de la Carnassière ne manquèrent Daenor que d’un cheveu. Le Chapelain atterrit à une certaine distance du combat de rue tourbillonnant, et Khârn le suivit, taillant dans l’ami comme dans l’ennemi. Khârn chargea à nouveau, balançant la Carnassière dans une coupe aérienne. Daenor bloqua avec son crozius. Le Chapelain leva son pistolet Bolter, mais Khârn en saisit la bouche et pressa, écrasant le canon. Son ennemi lâcha l’arme avec un juron et donna un coup de poing dans le plastron de Khârn.

Khârn éclata de rire alors que son casque sonnait comme une cloche frappée. Celui-là l’amusait beaucoup. Le Traître enchaîna les coups de Carnassière à la vitesse de l’éclair, faisant jaillir des gerbes d’énergie de l’arme de son ennemi à chaque fois qu’il parait. Il fit reculer le Chapelain jusqu’à ce que son réacteur Dorsal heurte le mur du temple de données, puis il tournoya dans un puissant élan circulaire. N’ayant nulle part où aller, le Chapelain tira à nouveau sur son réacteur dorsal et s’élança droit vers le haut, mais pas assez vite. La Carnassière tournoya et attrapa le tibia du Chapelain au moment où il décollait, déformant l’armure et brisant l’os. L’ennemi de Khârn atterrit dans un trou à mi-chemin du mur du temple de données, et boita à l’intérieur. Le Traître savait que Daenor l’entraînait loin de la Compagnie de la Mort restante. Il ne savait pas que Khârn ne se souciait pas du sort de ceux qui se battaient dans la rue derrière lui. Ils n’étaient que de la viande et des crânes. Ils seraient tous réclamés.

Khârn donna un nouveau coup de Carnassière, ouvrant une brèche dans le bâtiment. En rugissant, il plongea à travers la brèche et pénétra dans l’intérieur du temple jonché de gravats. Khârn courut le long d’un couloir puis tourna dans un autre, ignorant les panneaux de verre étincelants et les piles de données sacrés qui l’entouraient. Il entendait le battement des cœurs de ses victimes, en avant et en haut. Sans réfléchir, le Traître s’accroupit, puis exécuta un saut inhumain, sa force incroyable le propulsant à travers le plafond dans le couloir du dessus. Les décombres pleuvaient tandis que Khârn atterrissait devant son ennemi résolu. Titubant sur sa jambe mutilée, Daenor leva son crozius devant lui comme un symbole sacré pour éloigner quelque Démon. En réponse, Khârn baissa l’épaule et fonça tête baissée. Il frappa le Chapelain à la taille et le propulsa hors de ses pieds. Khârn rugit en martelant le Chapelain en arrière contre le mur du fond du couloir et dans une explosion de poussière de béton armé, dans la rue au-delà.

Khârn leva lentement les yeux du corps fendu de son ambitieux meurtrier en puissance. Un Titan Reaver impérial se profilait au-dessus de lui, ses pas faisant trembler le sol. L’engin semblait emplir le monde entier de son énormité. Son ombre l’engloutit complètement, jetant un linceul sur Khârn et sur le Chapelain mutilé qui gisait encore sur la chaussée. L’emblème Metalicains sur la poitrine du Reaver ne laissait aucun doute à Khârn quant à sa loyauté.

Le Titan leva un pied de la taille d’un char d’assaut et s’avança d’un pas rapide dans la rue. Khârn recula d’un bond lorsque le pied de l’engin de guerre s’abaissa, s’abattant comme un marteau-pilon. Le sol se déforma sous le pas de la machine divine, et Khârn fut projeté sans ménagement de ses pieds. Il poussa un juron et se redressa au milieu de la poussière et de l’ombre. Le Traître sentit la pression de l’air se contracter autour de lui, ses oreilles exploser et son armure se recouvrir de corposant lorsque les boucliers de la machine de guerre passèrent au-dessus de lui et l’enveloppèrent. Le Titan n’avait même pas remarqué l’ennemi qui se trouvait sous ses pieds, ses armes s’abattant sur des cibles situées dans des rues plus éloignées. La fierté martiale du Traître fut piquée au vif d’être traité comme une chose sans importance, et il hurla de colère en tirant des coups de plasma sur l’articulation du genou de la chose. Mais ce n’était pas un Chevalier. Les rafales d’énergie s’écrasèrent sur la jambe du Titan, noircissant sa peinture mais ne faisant pas grand-chose d’autre.

Puis le Titan se remit en mouvement, balançant son autre jambe vers l’avant pour dépasser la première. La chaussée était à peine assez large pour que la machine divine puisse y progresser, mais cela n’avait guère d’importance. Là où les membres de l’arme du Titan frappaient les bâtiments, ils arrachaient simplement de gros morceaux de maçonnerie, écartant les édifices avec la même facilité qu’un homme écartant de hautes herbes. Les décombres tombèrent sur Khârn comme un glissement de terrain lorsque le Titan passa au-dessus de lui.

Le Traître poussa un juron de fureur tandis que les décombres et la poussière l’engloutissaient. Il lutta contre la marée de pierres, mais les ténèbres l’engloutirent alors que les décombres se refermaient sur sa tête. Khârn était furieux. Il se déchaîna. Il se brisa et griffa jusqu’à ce qu’il soit à nouveau libre. Lorsqu’il s’extirpa des ruines, le Titan et sa victime, le Chapelain, avaient tous deux disparu.

Privé de son crâne digne de ce nom, le Traître était en proie à une rage qui dépassait l’entendement des mortels. Une vague de fureur pure s’échappa de son armure, brûlant les décombres, et son cri de guerre assourdissant brisa les quelques fenêtres qui subsistaient sur les façades abîmées de la rue.

Par-dessus les toits des ruines qui l’entouraient, Khârn pouvait voir les formes divines d’autres Titans impériaux se déplacer, se faufilant à travers la dévastation, leurs armes traquant à droite et à gauche. Lorsqu’ils aperçurent ses partisans, leurs armes s’allumèrent avec une fureur apocalyptique, des colonnes de lumière et de feu flamboyantes s’élançant vers le bas pour faire exploser les bâtiments et raser les rues des adorateurs de Khorne. Il y avait du sang versé, pensait Khârn, mais pas de gloire. Pas les crânes des chiens de poche impériaux. Cela ne pouvait être autorisé. Les Titans doivent mourir.

Les heures qui suivirent furent un tourbillon de violence. Les Titans de la Legio Metalica s’engouffrèrent dans la zone du Carnage, détruisant au bulldozer les structures qui se trouvaient sur leur chemin et creusant des trous béants dans la horde de Khorne chaque fois qu’ils les apercevaient. Les restes de la Compagnie de la Mort, en infériorité numérique, disparurent au milieu de la pagaille, probablement tués jusqu’au dernier. Sans leurs Chapelains pour les guider, les Blood Angels perdus dans la Rage Noire n’auraient pas remarqué le danger de leur position ou reconnu un point d’extraction, même s’ils s’y trouvaient.

Les psychopathes à l’armure rouge de la Horde Écarlate s’écrasaient donc contre les Titans de la Legio Metalica comme des vagues contre d’imposantes falaises. Khârn vit des groupes entiers de fidèles écrasés par des bruits de pas descendants. Il vit des missiles de la longueur d’un rhinocéros s’abattre, l’un après l’autre, embrasant les routes et réduisant des groupes de guerriers en cendres. Il sentit la pression des armes de destruction se décharger au-dessus de sa tête, et regarda les ondes de choc thermobariques faire éclater les cultistes comme des ballons remplis de sang lorsqu’elles roulaient sur eux.

Khârn se battait comme un fou, exhortant les adeptes de Khorne à une plus grande violence et les méprisant lorsqu’ils faisaient preuve de faiblesse. C’est Khârn qui conduisit un Titan Warhound dans la place parsemée d’épaves devant le temple-forge à l’est, et directement dans les dents d’une Trinité de Sang. Poussant des cris de guerre monstrueux, les trois Machines-Démons super-lourdes ont bombardé le Titan de feu de tous les côtés, faisant s’effondrer ses boucliers et roulant vers l’avant pour le tailler en pièces à l’aide de vastes hachoirs tronçonneuses.

Korbadash s’arrêta net lorsque deux silhouettes surgirent du flanc d’un bâtiment voisin. Khârn, enfermé avec un Chapelain de la Compagnie de la Mort. Traînant des décombres, ils tombèrent du premier étage de la ruine dans la rue. Khârn atterrit sur son ennemi dans un craquement d’os audible, avant d’enfoncer son poing dans le casque du Chapelain. Le Traître se releva, chevauchant sa victime, dos à Korbadash. C’était son moment, réalisa le Berzerker. Il allait tuer à la fois le Félon et sa proie, et gagner les plus grandes bénédictions de Khorne. Le statut de démon lui tendait les bras !

Korbadash se mit à courir, réduisant l’écart entre les deux combattants meurtris. Comme au ralenti, Khârn leva haut la Carnassière et la fit s’abattre en arc de cercle. Le Chapelain leva son crozius au dernier moment, transformant le coup en une efflorescence de lumière blanche, mais alors que la lueur s’éteignait, il était clair que ce serait son dernier acte de défi. La Carnassière avait tranché le bras du guerrier et l’avait envoyé, avec le crozius, tomber dans la poussière.

La bouche de Korbadash se fendit d’un sourire affamé. Sa hache tournoya autour de lui pour porter le coup fatal. Un instant, le Félon semblait totalement inconscient, concentré sur sa proie mutilée. L’instant d’après, il se retournait, se levait, se faufilait entre les coups du Berzerker avec une rapidité qui semblait impossible pour un boucher aussi imposant.

Et puis Korbadash s’est étalé sur la chaussée. Le Berzerker tenta de se relever, mais s’affaissa en réalisant que Khârn l’avait coupé en deux. Korbadash roula sur le côté, du sang coulant de sa bouche tandis que la force jaillissait de son corps. Sa vision s’obscurcit rapidement, et tout sembla trembler, comme si le sol lui-même tremblait dans les affres de la mort en même temps que lui.

La dernière chose que Korbadash vit fut une vaste silhouette se profilant au-dessus de lui, une montagne obscure, un dieu venu réclamer son dû. C’est sur cette dernière et terrible pensée que Korbadash mourut.

C’est également Khârn qui a escaladé le flanc d’une imposante pile de factorum à la tête de cinquante Berzerkers et qui a sauté de ses hauteurs sur la carapace d’un Reaver impérial qui se déplaçait entre les zones d’engagement. Le Traître se fraya un chemin à travers la coque blindée de l’engin de guerre, à la tête des quelques Berzerkers qui avaient survécu au mitraillage des blasters gatling du Titan. Ils massacrèrent l’équipage de la machine et la laissèrent, froide et morte, au milieu de la rue.

Lorsque la nuit tomba sur les ruines flamboyantes du site de l’Adeptus Mechanicus, les pertes étaient devenues horribles dans les deux camps. Les rues avaient été baptisées une fois de plus dans le sang des morts, le sang du Dieu du Sang souillant les rues. La Compagnie de la Mort avait été anéantie, et pas moins de six engins de la Legio Metalica étaient tombés ou avaient été si gravement endommagés par leurs ennemis dérangés qu’ils n’avaient eu d’autre choix que de se désengager, incapables de poursuivre le combat sans réparations.

En retour, les Blood Angels et les machines divines avaient massacré des pans entiers d’adorateurs de Khorne. Ils avaient empilé leurs corps en monticules sanglants et réduit leurs engins de guerre à l’état de ferraille étincelante. Des dizaines de Machines-Démons avaient été pulvérisées, et de la vaste vague d’attaque rouge qui avait déferlé sur la zone d’atterrissage plus tôt dans la journée, il ne restait plus que des groupes de guerriers éparpillés. La cohésion que l’attaque de Khorne avait pu avoir était brisée, et tandis que les machines survivantes de la Legio Metalica s’éloignaient dans la nuit, les dernières forces de Khorne s’éparpillaient aux quatre vents.

Khârn vivait toujours, sur un monde plein d’ennemis. La plus grande force restante de la Horde Ecarlate suivit ses traces en quittant la zone du Carnage pour s’enfoncer dans la nuit, poussant vers l’ouest sur les plaines de poussière à la recherche des patrouilles impériales itinérantes et des installations Metalicains qui parsemaient cette étendue criblée de cratères.

Le Traître savait que le Dieu du Sang serait satisfait de ses offrandes ce jour-là, car des milliers de crânes avaient été empilés devant son grand trône d’airain. Mais il en faudrait toujours plus, car la soif de meurtre de Khorne n’est jamais rassasiée, et Khârn poursuivit sa route à la recherche de nouveaux crânes à réclamer.[10]

La Horde Écarlate de Khârn

Les Hordes Gorgées de Sang[11]

La masse tentaculaire de meurtriers que Khârn conduisait au module Beta-Secundus se comptait par milliers. Parmi les masses de Cultistes dérangés et de mutants inutilisables, les Berzerkers de Khorne couverts de sang et les imposantes Machines-Démon étaient de loin les éléments les plus dangereux de cette horde de crâneurs.

La horde de Khorne qui attaqua Amethal était une alliance hétéroclite de fous assoiffés de sang, soudée par la volonté inébranlable de Khârn le Félon. Séparée de la force d’invasion dirigée par le Seigneur Xorphas, la Horde Écarlate de Khârn a néanmoins fait avancer la volonté de la Black Legion grâce aux machinations d’Abaddon le Fléau.

Khârn le Félon mena sa monstrueuse Horde Écarlate à Amethal avec un seul objectif. Il voulait s’emparer des têtes des plus valeureux héros des Blood Angels, arracher leur crâne de leur cou et les déposer au pied du grand trône de Khorne. D’où venait cette idée, même Khârn ne pouvait le dire. La perception de la réalité du Traître était tellement déformée par la rage qu’il ne pouvait pas savoir si cette tâche lui avait été confiée dans une vision sanglante de Khorne, ou si une entité extérieure en avait planté la graine dans son esprit. Peu importe. Le service de Khârn envers Khorne était absolu, sa dévotion maniaque si puissante que - maintenant que l’idée avait pris racine dans son esprit - aucune force dans la galaxie ne l’empêcherait de massacrer les maîtres des Blood Angels comme du bétail.

Khârn le Félon[12]

Khârn le Félon est le plus grand champion mortel du Dieu du Sang. Pendant dix mille ans, il s’est frayé un chemin à travers les étoiles, récoltant les crânes de tant d’ennemis qu’ils surplombent le trône du Dieu du Sang comme une montagne. De nombreux mortels se glorifieraient d’une telle destruction, proclamant leurs exploits du haut des plus hautes tours et estimant avoir droit aux bienfaits de leur protecteur en guise de récompense. Le Félon ne se soucie pas de tout cela, car il a depuis longtemps dépassé des préoccupations aussi terre à terre que le pouvoir ou le statut.

Khârn est l’incarnation de la fureur de Khorne, l’incarnation de la Voie Octuple, et il tue non pas pour sa propre gloire mais pour celle de son dieu courroucé. Ce boucher résolu n’a que mépris pour tous ceux qui font preuve d’un manque de détermination au service de la cause du dieu du sang. Khorne ne se soucie pas de savoir d’où coule le sang, mais seulement qu’il coule. Ceux qui comprennent vraiment son credo savent que leurs propres crânes sont tout aussi bienvenus que ceux de leurs ennemis, et que même leurs alliés les plus proches ne sont que du grain à moudre pour le moulin sanglant du dieu du sang.

Il en va de même pour Khârn, qui tourne sa rage violente vers les dignes et les faibles avec le même empressement. Amis et ennemis s’effondrent, le corps déchiqueté et la tête arrachée des épaules, simplement parce qu’ils ont osé se tenir devant - ou à côté - du destructeur choisi par Khorne au milieu du chaos de la bataille. Une marée de sang s’écoule des victimes, jusqu’à ce que Khârn s’enfonce dans le sang jusqu’aux genoux, tuant tout sur son passage au nom du tout-puissant Khorne.

Khârn n’avait pas l’intention de former une vaste armée de conquête pour l’aider dans sa quête. En effet, pour Khârn, ceux qui avaient besoin des autres pour mener leurs batailles étaient des faibles qui ne méritaient pas la victoire. Au contraire, les actes brutaux du Félon s’étaient répandus dans la réalité comme des ondulations à la surface d’une mare sanglante. Le carnage qu’il avait provoqué était si spectaculaire, la boucherie de son passage si monstrueuse, que les fidèles de Khorne étaient attirés dans son sillage. Khârn s’est d’abord battu seul, puis à la tête d’une bande de guerriers Berzerkers de Khorne.

Après avoir massacré à travers le Sundered Reach, le Félon s’est retrouvé à la tête d’une armée meurtrière. Lorsqu’il eut exterminé toute vie dans les colonies pandoriques, une flotte entière de vaisseaux de guerre hérissés de piques était sous son commandement, leurs cales remplies de maniaques, de meurtriers et d’engins de guerre infernaux. Ce n’était pas le pouvoir que Khârn recherchait, mais il ne l’a pas non plus mis de côté. Comme tout véritable serviteur de Khorne, le Traître savait reconnaître une arme mortelle quand il en voyait une. Si le Dieu du Sang avait voulu qu’il manie ce puissant instrument de mort, qui était-il pour le remettre en question ?

C’est ainsi que fut forgée la Horde Écarlate, une terrifiante machine de guerre. De grandes masses de Berzerkers de Khorne formaient son cœur tonitruant, les guerriers de douzaines de groupes de guerre disparates étant rassemblés au nom du meurtre impie. Seule la volonté du Félon empêchait cette horde de tueurs psychotiques de s’entre-déchirer, et même là, le sang coulait chaque jour entre eux. Khârn ne se souciait pas de la vie de ses disciples, et ne faisait donc rien pour intercéder. Tant qu’ils massacraient l’ennemi le moment venu, peu lui importait que les faibles soient éliminés par les forts dans l’intervalle. Chaque guerrier tué était un crâne de plus pour Khorne.

Pour leur part, bien que les Berzerkers de la horde de Khârn le suivent comme un avatar de la volonté de leur dieu sanglant, beaucoup dans leurs rangs le considèrent à la fois comme un rival détesté et comme le crâne ultime à revendiquer pour s’attirer les faveurs de Khorne. Telle est la voie des serviteurs du dieu du sang. Il était rare que le Félon n’ait pas à abattre une poignée de ses propres disciples à la suite de leurs tentatives frénétiques d’attenter à sa vie.

De nombreux autres serviteurs du Dieu du Sang suivaient le sillage de Khârn, prêtant leur force et leur nombre à la Horde Écarlate. Des masses bouillonnantes de cultistes hurlaient des louanges à Khorne en suivant leurs demi-dieux du massacre dans la bataille. Des princes Démons imposants menaient leurs propres groupes de fidèles à la guerre au nom du Félon, amenant avec eux des chars de combat grondants et des Méta Brutus dérangés qui apportaient à la horde une puissance de feu considérable.

Le plus terrifiant de tous était la masse des Machines-Démon de la Horde Écarlate. Parmi les meutes de Ferrocerberus et de Profanateurs qui rôdaient, se dressaient des abominations super lourdes telles que les Scorpions de laiton et les Seigneurs des crânes. Animés par la fureur des plus puissants Démons de Khorne, ces engins d’anéantissement étaient presque aussi mortels que le Félon lui-même.[13]

Diamor 29.jpg

Massacre Débridée >>> ASC: 029-057

Le Secret d’Amethal

Les membres de l’Adeptus Mechanicus savaient ce que la Black Legion cherche sur Amethal, même s’ils ne l’ont pas révélé, car c’est la même chose qui a amené le technoarchéologue Dominus Ivasnophon à s’intéresser à cette planète maudite. Elle recelait un pouvoir d’une puissance incommensurable que l’Imperium et la Black Legion cherchaient à s’approprier pour des raisons différentes. Xorphas était également au courant d’un tel secret, car sa cabale et lui localisèrent son emplacement à la demande d’Abaddon. La bataille sur Amethal allait décider du succès ou de l’échec de la Treizième Croisade Noire, car Abaddon avait là une opportunité d’étendre le Sillon Écarlate telle une plaie béante dans l’espace impérial.

Le trésor convoité par la Black Legion et l’Adeptus Mechanicus se trouvait dans les entrailles d’Amethal. C’était un artefact incroyablement ancien de la taille d’une lune, fabriqué par des créatures d’origine divine bien avant que Terra connaisse ses premiers organismes unicellulaires. C’était une cage destinée aux créatures infernales du Warp, une arme qui faisait passer pour insignifiante la Cache de la Damnation de Pandorax qui avait échappé à Abaddon. Selon les prédictions de Xorphas et de ses acolytes, cette cage était pleine à craquer. Il suffisait de célébrer le bon rituel pour l’ouvrir. La libération d’un si grand nombre d’entités du Warp ne manquerait pas d’ouvrir une faille béante et permanente dans la réalité…

L’invasion du système Diamor par les traîtres ne resta pas sans réponse. Réagissant aux cris de détresse astropathiques, des forces de Blood Angels convergèrent vers le système. Même s’ils étaient leurrés par les ruses magiques de Xorphas, les Fils de Sanguinius atterrirent sur Amethal et repoussèrent les Crimson Slaughter. Mais le pire était à venir.

Les augures des sorciers de la Black Legion avaient révélé beaucoup de choses à propos des événements à venir dans le système Diamor. Guidé par ces prophéties, Xorphas avait établi un plan qui semblait (tout au moins aux yeux des strategos impériaux de Tourmalid) totalement bancal. Quand les premiers navires des Blood Angels sortirent du Warp dans le système Diamor, le vaisseau amiral de Xorphas les attendait. Immobile et seul dans l’espace, Stygian Beast avait été l’hôte d’un terrible rituel. En sacrifiant le Miserium, un artefact ignoble que Xorphas avait échangé contre une grande quantité de munitions, de carburant et de machines de guerres, sans compter les vies de nombreux guerriers, son rituel avait déclenché une tempête psychique de grande ampleur. Les Croiseurs d’Attaque qui transportaient les guerriers de la 5e Compagnie des Blood Angels venaient d’apparaître dans l’univers réel lorsqu’ils furent engloutis par ces énergies, et ballottés comme des coquilles de noix dans une tempête.

À bord, les systèmes grillèrent et des explosions secondaires ravagèrent tous les ponts. Mais les dégâts les plus graves furent infligés aux Space Marines eux-mêmes. Bombardés de visions de victoires d’hérétiques et de la mort de leur Primarque sous les griffes de Démons cruels, les Frères de Bataille succombèrent les uns après les autres à la Rage Noire. Celle-ci se propagea telle une maladie psychique dans les croiseurs Angelic Blade et Flame of Baal, réduisant une centaine de nobles guerriers en tueurs déments.

Les rares Blood Angels qui échappèrent à la folie attendirent que l’ennemi porte le coup de grâce, cependant celui-ci ne survint jamais. Une fois sa malédiction lancée, Xorphas ordonna au Stygian Beast de battre en retraite, juste avant que d’autres navires des Blood Angels sortent du Warp. Il s’agissait des Croiseurs d’Attaque Sanguine Tear et Halo of Blood, ainsi que des vaisseaux plus petits qui se hâtèrent de former un cordon défensif autour des bâtiments à la dérive de la 5e Compagnie.

Puisque des éléments des 1ère et 2e Compagnies des Blood Angels étaient arrivés, il semblait que la Black Legion avait manqué une occasion d’éliminer toute la 5e Compagnie d’un seul coup magistral. Cependant, les Blood Angels n’étaient pas dupes. L’Anomalie avait déjà été utilisée contre eux par le passé, et ils se doutèrent que Xorphas avait ce genre d’idée en tête. Néanmoins, ils ne parvenaient pas à comprendre comment le fait de libérer toute la fureur de l’Anomalie pourrait aider les plans des hérétiques.

Déconcertés mais courroucés, les Blood Angels décidèrent rapidement de la réaction à adopter. Sous la direction d’Astorath, des guerriers des et 2e Compagnies encadrèrent leurs frères déments et les aidèrent à préparer leur ultime combat. Après avoir envoyé une garde d’honneur sur Tourmalid pour contacter le seigneur amiral et le défendre en cas de besoin, la force principale des Blood Angels se dirigea vers Amethal.

Diamor 30.jpg

Pendant ce temps, Xorphas observait le déroulement des événements avec satisfaction. En entrant dans le système Diamor, il s’était rendu compte que les énergies étranges qui émanaient d’Amethal interagissaient avec les fils du destin et les rendaient difficiles à délier. Cependant, il savait ce qui se trouvait sous la surface de cette planète et s’était préparé à un tel problème. Il avait établi son plan longtemps à l’avance, et suivait scrupuleusement les étapes d’un rituel à grande échelle. Le phénomène qui avait affecté Kranon et ses guerriers dans la zone de guerre du Carnage avait indiqué au sorcier où se trouvait ce qu’il convoitait, tout en consacrant le sol avec une grande quantité de sang. Maintenant, les Fils de Sanguinius allaient se charger d’accomplir la seconde étape en affrontant le Crimson Slaughter et en versant toujours plus de sang, ce qui servirait les buts de Xorphas.

C’est ainsi que débuta une contre-offensive qui repoussa le Crimson Slaughter sur tous les fronts. Alors que les Croiseurs d’Attaque des Blood Angels et leurs escorteurs se plaçaient en orbite au-dessus d’Amethal, ils soutinrent les navires acculés de l’Adeptus Mechanicus avec leur puissance de feu. Les navires des renégats furent forcés de se désengager et d’abandonner leurs troupes au sol. Des messages urgents furent envoyés à travers le néant par les Psykers du Crimson Slaughter. Ils demandèrent des renforts à la Black Legion, en vain.

Des Modules d’Atterrissage, des Stormravens et des Thunderhawks des Blood Angels plongèrent à travers l’atmosphère d’Amethal. Ils déposèrent des forces d’élite pour venir en aide aux Metalicans et aux Chevaliers de la Maison Raven.

Les traîtres se retrouvèrent donc face à des forces supérieures. Dans la zone de guerre Haine, les gains obtenus par la Legio Excruciatus furent perdus en quelques heures, car les chars et les aéronefs des Blood Angels se joignirent à la Maison Raven pour former un fer de lance invincible. Les pertes impériales étaient lourdes, toutefois cinq machines de la Legio renégate furent détruites, les autres étant forcés de livrer un combat d’arrière-garde pour échapper à leurs poursuivants.

Le Crimson Slaughter fut également frappé durement aux zones de guerre Malice, Perdition et Cruauté. Dans de nombreux cas, les bandes de guerre étaient engluées dans le no man’s land aménagé par l’Adeptus Mechanicus, et n’avaient pas pu briser les défenses. Elles furent prises en étau entre les Blood Angels et les canons de Metalica. Des combats désespérés éclatèrent dans les zones de guerre Haine et Cruauté, tandis qu’à Perdition, le Crimson Slaughter occupait des défenses récemment prises à l’Adeptus Mechanicus et se retrouvait en position d’assiégé.

Les Blood Angels affrontent les World Eaters.

Ce fut à la zone de guerre du Carnage que la fureur des Blood Angels se déchaîna avec le plus de violence, exactement comme Xorphas l’avait escompté. Les nouveaux membres de la Compagnie furent lâchés des Stormravens afin de clouer Kranon et ses guerriers derrière les lignes de défense qu’ils venaient de capturer. Menée par Astorath, Lemartes et un Chapelain charismatique nommé Daenor, la Compagnie de la Mort affronta le Crimson Slaughter lors d’une série de batailles sanglantes. Les énergies étranges qui s’étaient emparées du Crimson Slaughter commençaient à avoir des effets terribles. De nombreux renégats furent victimes d’autocombustion au beau milieu des combats. D’autres subirent des mutations soudaines, des tentacules et des replis de chair jaillissant des interstices de leurs Armures Énergétiques. Les Blood Angels tirèrent parti de cette dégénérescence de leurs ennemis, et les massacrèrent jusqu’à ce qu’il ne reste plus que Kranon et une poignée de ses guerriers, qui furent obligés de tenter une percée pour s’échapper sous peine de finir encerclés et tués.

Au bout de plusieurs jours, la victoire semblait entre les mains de l’Imperium. Sur Tourmalid, les conseillers de Gordus se félicitaient en affirmant que la véritable nature des traîtres avait été révélée lorsque la Black Legion avait abandonné ses alliés du Crimson Slaughter, parce qu’elle craignait d’affronter les Anges de l’Empereur. En réalité, Xorphas attendait le bon moment pour contre-attaquer.

Le Crimson Slaughter pouvait être sacrifié, d’autant plus que cela aiderait le sorcier à célébrer son rituel. Xorphas passa à l’étape suivante de son plan. Dans les ténèbres de l’espace, de nouvelles failles dans la réalité apparurent et de nouveaux vaisseaux renégats pénétrèrent dans le système Diamor, exactement là où il l’avait prédit. Ces bâtiments arboraient la rune de Khorne, et le plus puissant d’entre eux transportait Khârn, le redoutable champion du Dieu du Sang. Il était venu pour prendre les crânes des Fils de Sanguinius.

La flotte de Khorne se rendit dans l’orbite d’Amethal sans se soucier de sa survie, et largua des Dreadclaws, des Kharybdises et des navettes de transport alors même qu’elle engageait le combat contre la flotte impériale.

Le ciel au-dessus de l’hémisphère nord d’Amethal s’empourpra de flammes et de nuages rouges lorsque les tueurs du Dieu du Sang arrivèrent. Des appels vox lancés à l’échelle de la planète répétaient les mêmes mots, repris en chœur par un million de voix démentes : « Tue ! Mutile ! Brûle ! » « Tue ! Mutile ! Brûle ! »

La horde de Khârn tomba sur la zone de guerre du Carnage comme le coup d’une hache titanesque, car elle avait été attirée là par le bain de sang qui s’y était produit. L’atterrissage était imprécis et ne suivait aucune stratégie. Les Modules d’Atterrissage et les transports se posaient partout dans la zone et vomissaient des nuées de psychopathes et de Machines-Démons lunatiques.

Au début, il sembla que les forces de Khorne avaient atterri aux pires endroits et qu’elles allaient être taillées en pièces à cause de leur manque de cohésion. Des détachements de Chevaliers et des manipules de Skitarii de l’Adeptus Mechanicus encerclèrent les sites d’atterrissage et les saturèrent avec une puissance de feu démentielle. Les premières vagues de guerriers de Khorne furent fauchées avant d’avoir pu hurler leurs cris de guerre, mais tandis que ces premiers cadavres s’écroulaient au sol, leurs camarades les enjambaient déjà pour tenter d’engager l’ennemi au corps à corps. Les séides de Khârn arrivaient en nombres sans cesse croissants, et étaient accompagnés par des meutes de machines démoniaques fraîchement sorties des forges d’Ioline. Finalement, les défenseurs impériaux furent submergés.

Les Cultistes mouraient par milliers, mais il en restait toujours autant qui escaladaient les montagnes de cadavres pour se lancer à l’attaque. Les machines de guerre de Khorne avançaient pesamment en faisant trembler le sol sous leurs chenilles en airain. Leurs énormes canons abattaient les Chevaliers ou ravageaient les phalanges de Skitarii et les bandes du Culte Mechanicus. Des hordes de Berzerkers chargeaient à travers les grêles de balles et les rayons d’énergie pour décapiter leurs adversaires ou les éviscérer à grands revers de Hache Tronçonneuse. Et à la tête de cet ost combattait un guerrier invincible : Khârn en personne. Il était tel un tourbillon de destruction autour duquel les Berzerkers se ralliaient. Courant dans la boue et les flammes du champ de bataille, Khârn hachait menu tout ce qui se présentait, et guidait son armée vers le cœur de la zone de guerre du Carnage.

Khârn le Félon affronte le Chapelain Daenor.

Ce fut là que Khârn et ses tueurs chevronnés affrontèrent les survivants de la Compagnie de la Mort. Au cours de ses combats contre le Crimson Slaughter, la Compagnie de la Mort s’était retrouvée éparpillée et avait subi des pertes notables. Les forces du Mechanicus ayant été anéanties, les fils maudits de Sanguinius étaient désormais seuls face à la rage des troupes de Khorne.

La bataille qui s’ensuivit fut d’une férocité apocalyptique. Guidée par Astorath et le Chapelain Daenor, la Compagnie de la Mort contre-attaqua violemment pour tenter de clouer l’ennemi sur place et de gagner du temps afin que des renforts arrivent. Cette tactique fonctionna en plusieurs endroits. Le Chapelain Lemartes mena un assaut suicidaire en Réacteurs Dorsaux contre un Seigneur des Crânes, engageant l’immense machine de guerre au milieu des ruines d’un fabrifactorum de Serviteurs de Combat. Encerclant la Machine-Démon en volant sur leurs ailes de flammes, les Blood Angels la harcelèrent jusqu’à être finalement en mesure de détruire ses réservoirs de sang, afin de la priver de toute source d’énergie. Toutefois, ce combat coûta de nombreux guerriers à la Compagnie de la Mort. Ils avaient péri les uns après les autres sous les coups de hachoir de la Machine-Démon.

Ailleurs, des vagues de Cultistes et de Berzerkers se jetaient contre Astorath et ses hommes. Les Blood Angels avaient été acculés dans les ruines en feu d’un temple dédié à l’Omnimessie. Des monticules de cadavres s’empilaient contre les murs dévastés tandis que les Fils de Sanguinius se mesuraient à un ennemi cent fois supérieur en nombre. Bientôt, seul Astorath combattait encore au milieu des corps démembrés de ses frères.

Dans les rues encombrées de gravats, le Chapelain Daenor et ses guerriers de la Compagnie de la Mort firent face à la charge de Khârn et de ses séides. La bataille fut rapide et d’une violence inouïe, et dégénéra en une mêlée où aucun camp ne faisait de quartier. Khârn affronta Daenor en combat singulier, ce dernier espérant que son Primarque lui donnerait la force de prévaloir face à un adversaire aussi redoutable que l’élu du Dieu du Sang.

Même s’il combattit avec courage et dextérité, Daenor fut surclassé par la sauvagerie de Khârn, et forcé de reculer sous ses assauts incessants. Les guerriers poursuivaient leur duel, mais la venue de renforts signifiait qu’il leur restait au mieux quelques minutes à vivre. Toutefois, au moment où Khârn allait porter le coup de grâce à Daenor après lui avoir tranché le bras, les Titans de la Legio Metalica arrivèrent et renversèrent le cours de la bataille. Le sol tremblait alors que les machines de guerre dévastaient les hordes de Khorne. Les Reavers et les Warlords pilonnèrent les ruines et massacrèrent les guerriers du Dieu du Sang.

Repoussés et désorientés par le maelström de violence, Khârn et ses dernières proies furent séparés et se perdirent dans les ruines. Au bout de plusieurs heures d’un combat urbain impitoyable, même les Titans furent forcés de battre en retraite pour ne pas être anéantis par la férocité des hordes de Khorne. Néanmoins, leur attaque avait fragmenté l’armée de Khârn, et les bandes de guerre qui en résultèrent se dispersèrent à la recherche d’autres crânes à amasser en l’honneur du Dieu du Sang.

Chapitre 3 : La Fin du Rituel

+++Chronologie stratégique d’Amethal+++

+++Début du Segment 0011110001101+++

+++Omnissiahregnumperpeturari+++

ASC 057 : Après la bataille contre les Blood Angels [sous-référence : Compagnie de la Mort], la force de Khorne se détourne du module Beta-Secundus, se disperse en groupes de raid qui perturbent les possessions des Metalicains sur les plaines de poussière à l’ouest du module Beta-Secundus [le journal audio X23y/ X27u enregistre les comptes rendus des actions secondaires et de la perte des biens collatéraux].

ASC 058-060 : Les forces impériales réalisent des gains stratégiques sur les continents nord et sud. Opposées à des vagues croissantes de renforts Hérétiques déployés par le Bulk Lifter depuis la planète Ioline [Sous-réf : Hex Infernium, Machine-Démon]. L’augmentation de la puissance des armures des Traîtres sape l’élan impérial. L’arrêt des renforts ennemis est une priorité stratégique : Omega.

ASC 061-063 : Les renforts d’Ioline sont identifiés comme le principal danger pour l’effort de guerre impérial sur Amethal [Augmentation de 2,4% par heure sidérale]. Le premier capitaine des Blood Angels, Karlaen, mène une force de Frappe [Sous-réf : Archanges/Garde Sanguinaire] contre les installations de production de Machine-Démon sur Ioline [Sous-réf : Hex Infernium]. Aide fournie par le Magos Dominus Ivasnophon [0011 Dégagement Récursif Binaire – Machine d’Occultation/Omnifactorial Teleportaria].

ASC 064 : Raid Ioline réussi [Sub-Ref : Sanguinor]. Hex Infernium déstabilisé, l’effondrement des sécurités hexagrammiques a déclenché un effondrement quantique. La surface de l’Ioline a été balayée par une tempête d’énergie ectoplasmatique, toutes les ressources de la Black Legion ont été détruites. Les Archanges s’extraient avec succès de la zone d’engagement. 57% de pertes subies.

ASC 066 : Le second Capitaine Aphael des Blood Angels engage un conseil stratégique hololithe global avec les principaux chefs militaires de la planète Amethal [Sous-Ref : Maison Raven, Expédition Ivasnophon, Princeps Primus Legio Metalica, Officiers de la Marine Impérial – Fichier Audio Complet X31b]. En réponse à la mobilisation de la Black Legion et aux coordonnées d’une attaque présumée, toutes les forces impériales disponibles se déplacent pour encercler le module Beta-Secundus.

ASC 066, supplémentaire : Les forces des Traîtres se déplacent pour un assaut concerté sur Amethal [Sous-renseignements : Black Legion] [Sous-renseignements : Seigneur Xorphas]. Phénomène méta-empyrique inexpliqué sur les plaines de poussière à l’ouest de Beta-Secundus, Est 82.335% de chance que le chef des Traîtres Khârn rassemble les forces disponibles restantes et entre à nouveau dans la zone d’engagement primaire.

+++Fin du Segment 00111100101+++[14]

La Pierre Banshee

Le sanctuaire était envahi par la lumière du Warp, l’illumination délirante déformant tout en formes cauchemardesques. L’autel du Seigneur Xorphas se tordait et hurlait sous l’éclat des huit braseros allumés. Même les cadavres en décomposition éparpillés sur le sol semblaient se tortiller et s’agiter. La sorcellerie noire embaumait l’air et le sentiment de puissance était écrasant.

Bien que son rituel soit presque achevé, le Seigneur Xorphas était furieux. Pire encore, pour la première fois depuis son arrivée dans le système Diamor, il ressentait une once de doute.

« Redis-le-moi, » ordonna-t-il à l’acolyte tremblant devant lui. « Sois rapide et concis. »

Le magister du culte en robe ne pouvait cacher sa peur, malgré le masque sans traits qui dissimulait son visage. Il empestait la terreur et tremblait comme une feuille sous un coup de vent.

« Les Anges, mon Seigneur, » balbutia-t-il, ont frappé Ioline. « D’une manière ou d’une autre, ils n’ont pas été détectés… nous… ils ont dû… »

« Concis, » répéta Xorphas, sa voix grave aussi froide que le vide spatial.

« Ils se sont téléportés à la surface de la planète, Seigneur. Un groupe d’élite. L’Ange d’or les dirigeait, celui qu’ils appellent Sanguinor. Ils… Seigneur, ils ont détruit l’Hex Infernium. Ioline n’existe plus. »

Le Seigneur Xorphas acquiesça, absorbant l’information et laissant la réalité de celle-ci le traverser. Un serviteur du Chaos moins important aurait pu se mettre en colère. Il aurait peut-être tué le messager dans un accès de méchanceté, et peut-être même balayé la chambre de toute vie. Xorphas aurait pu le faire en un clin d’œil. Son pouvoir était redoutable et - à ce moment-là - sa colère était grande.

Au lieu de cela, il resta parfaitement immobile pendant plusieurs secondes, tandis que son esprit tourbillonnait. Xorphas avait prévu une grande partie de ce qui s’était passé dans le système Diamor, mais avec la clameur démoniaque de Démon qui encombrait les chemins du futur, cette attaque impulsive de Blood Angels lui était restée invisible. Si cela avait pu se produire une fois, cela pouvait se reproduire.

Pire encore, maintenant que le futur avait été altéré, il était impossible de savoir comment il pourrait devenir incontrôlable. Des chemins alternatifs défilaient devant ses yeux, des aperçus oraculaires glanés avant que sa Flotte n’envahisse le système Diamor. Certaines d’entre elles menaçaient la défaite. Il ne pouvait le permettre.

Xorphas expira lentement, des étincelles de sorcellerie dansait dans son souffle. Il reprit conscience du magister, maintenant prostré sur le sol devant lui et tremblant de terreur.

« Lève-toi » , ordonna le sorcier, « je n’ai que faire des vermisseaux ».

Le cultiste se mit debout en se bousculant et s’excusa. Xorphas leva la main pour l’en empêcher.

« Tais-toi. Ecoutes-moi maintenant. Tu vas te rendre à l’arnacium et transmettre mes ordres. La pierre de la Banshee doit être réveillée et préparée pour le transit. Tout de suite. »

Le magister se retourna et s’éloigna précipitamment. Xorphas chassa l’homme de ses pensées, prenant plutôt un moment pour se concentrer avant d’ouvrir une adresse vox aux vaisseaux de sa Flotte. Sur son ordre, la Black Legion s’abattrait sur Amethal, et la dernière étape du rituel commencerait. C’est alors que les voies du destin se rejoindraient.

Le Seigneur Xorphas se tenait sur le rebord du site d’excavation de la Zone du Carnage et riait. Il n’y avait pas un seul soldat impérial présent pour repousser la Black Legion, ce qui ne pouvait signifier qu’une chose : la guerre avait trop dispersé les forces de ses ennemis. Ils avaient dû se rendre compte que l’envoi de troupes au compte-gouttes dans la Zone du Carnage ralentirait peut-être la Black Legion, mais ne l’arrêterait pas. Au lieu de cela, un esprit malin parmi les ennemis avait sûrement choisi de rassembler leurs forces, puis de leur asséner un coup fatal. C’était un raisonnement judicieux, mais il allait les mener à leur perte.

« Nos ennemis ne mesurent pas l’ampleur de leur erreur » , déclara le Seigneur Xorphas en s’adressant aux Élus qui se tenaient silencieusement derrière lui. Il parlait par l’intermédiaire du vox, compensant le grondement de tonnerre des largages de la Black Legion qui venaient se poser tout autour d’eux. Les moteurs des chars tonnaient. Les Heldrakes hurlaient lorsqu’ils passaient au-dessus de leur tête. Les armures s’entrechoquaient tandis que les guerriers de la Black Legion prenaient des positions défensives.

« Ils ont peur de nous affronter, Seigneur » , grogna le monstrueux champion Terminator, Dorzgogh le Massacreur.

« Non » , répondit Xorphas, « ce n’est pas de la peur, mais du bon sens. Ils se massent, ils nous enserrent. »

Un autre Élu, Verzekh à l’armure ornée, balaya du regard les alentours. La zone de guerre avait été réduite à l’état de ruine par les batailles successives qui s’y étaient déroulées. Il n’y avait plus que des décombres, des épaves et des monticules de cadavres.

« Ils sont sages, Seigneur » , gronda-t-il. « C’est un mauvais terrain pour un combat. Ils nous forcent à jouer le rôle de défenseur dans une bataille où l’attaque doit certainement l’emporter. »

« Verzekh dit la vérité » , Seigneur, râla le guerrier tordu connu des Élus sous le nom de Sorrow. « Si c’était moi qui attaquais, je viendrais en force, de tous les côtés. Avec nos défenses réduites, nous ne pourrons pas retenir éternellement la racaille impériale. »

« C’est exact » , approuva Xorphas, « mais il ne s’agit pas d’une bataille conventionnelle. Il nous suffit de tenir l’ennemi jusqu’à ce que mon rituel soit achevé. Leur ignorance sera leur perte. Ils nous ont donné le temps de déployer la pierre Banshee sans opposition. Elle brisera la cage. »

Les Élus se retournèrent alors qu’un ancien Stormbird de la Black Legion se posait non loin de là dans un nuage de poussière. Le long de la rampe de l’engin se trouvait une large plate-forme gravitationnelle, dont l’estrade gravée de runes était flanquée d’acolytes. Un champ d’énergie s’éleva de l’estrade, tenant en l’air un éclat de cristal tordu de la taille d’une torpille d’abordage. La surface de la pierre était gravée de visages hurlants, et des énergies de la couleur d’une ecchymose livide pulsaient dans ses profondeurs.

Le Seigneur Xorphas donna ses ordres tandis que la pierre de la Banshee était guidée vers la large rampe de terre battue qui descendait dans la fosse ombragée.

« Dorzgogh, toi et tes frères Terminators, vous m’accompagnerez dans la fosse. Les autres, répartissez-vous le long du périmètre. Mettez de l’acier dans l’échine de mes guerriers. Retenez l’ennemi coûte que coûte, saignez-les pour moi. Saignez-les pour moi. »

Les élus de Xorphas frappèrent leurs poings contre leurs cuirasses, puis se détournèrent pour obéir à ses ordres. Le sorcier jeta un bref coup d’œil vers le ciel en ébullition, marmonnant une prière aux dieux sombres. Puis il se mit en tête de la procession de ses acolytes et ouvrit la voie vers la fosse.

Verzekh se hissa sur le balcon affaissé d’une factoria en ruine. De son point de vue, il inspecta les défenses méridionales. Au-dessous de lui s’étendait une mince ligne de guerriers en armure noire, accroupis au milieu des ruines. Les Havocs pointaient leurs armes lourdes sur la zone d’abattage, observant le nuage de poussière croissant qui marquait l’approche des forces impériales. Les Oblitérateurs crachaient un code machine corrompu, le métal-chair se glissant en manifestant leurs armes de prédilection. Ici et là se cachaient des Machines-Démons ou des chars de la Black Legion.

Tous avaient soif de bataille, pensa Verzekh. Tous avaient soif du sang des loyalistes.

Les sens automatiques de l’Élu s’assombrirent soudain, s’adaptant au premier éclat du bombardement orbital de la Black Legion. Un rayon de lance descendit des nuages, laissant une vive tache céruléenne dans la vision de Verzekh. Le feu jaillit à l’endroit où il toucha le sol, une explosion qui fit rugir les guerriers de la Black Legion.

« Le massacre commence ! » beugla Verzekh, agrandissant sa vision pour admirer les chars de Blood Angels réduits à l’état d’épaves flamboyantes. Les ennemis arrivaient à toute allure, avec leurs transports blindés, leurs escadrons de motos et leurs chars grondants. Ils allaient bientôt combler l’écart.

D’autres explosions orbitales se dirigèrent vers le bas, des faisceaux de lances rejoints par des bombes de barrage en chute libre qui soulevaient de grands nuages de poussière et de fumée à chaque détonation. Le sol tremblait tandis que la pluie de feu tombait le long de l’horizon, décrivant un arc de cercle à l’est et à l’ouest de la position de Verzekh. Il y avait d’autres ennemis dehors, il le savait. Les impériaux attaquaient de tous les côtés à la fois. Son vox crépitait de rapports sur les Chevaliers et les Titans ennemis, et de multiples cyborgs de l’Adeptus Mechanicus. Verzekh entendit même parler de Kranon l’Acharné, un rapport sur les survivants des Crimson Slaughter qui arrivaient à toute allure des forêts brûlantes de l’est, avec la Legio Metalica à leurs trousses.

« Chiens, lâches » murmura Verzekh pour lui-même, puis plus fort, il s’adressa à ses guerriers. « L’heure est venue ! Puissants légionnaires noirs, serviteurs du Fléau. Montrons à ces avortons impériaux comment se battent les vrais guerriers ! »

Ses partisans poussèrent un autre mugissement féroce d’approbation. L’instant d’après, sortant de l’écran de fumée du bombardement, les Blood Angels se lancèrent à l’assaut. Les Stormraven passèrent au-dessus de leur tête, leurs canons d’assaut tirant des rafales pour faire exploser les lignes de traîtres. Dans le même temps, les unités terrestres impériales qui avaient survécu aux tirs de barrage exécutèrent leur propre charge blindée.

Il en restait beaucoup, pensa Verzekh avec une sinistre délectation.

Des missiles jaillirent des Havocs à sa gauche, traçant des lignes de feu entre leur position et les Stormravens en pleine course. Le plus proche des canonnières fut transpercé par de multiples ogives et explosa en plein vol. Un autre s’inclina violemment, avant d’être frappé de côté par un Métadrac rugissant. Les serres de la Machine-Démon s’enfoncèrent profondément, et les deux appareils dégringolèrent derrière les ruines.

Le gros des guerriers de Verzekh fit pleuvoir le feu sur les chars et les motards des Blood Angels. Les fusées éclairantes scintillaient de part et d’autre de la ligne, tandis qu’une grêle de bolts, de missiles et de tirs laser s’abattait sur les loyalistes. Un Rhino à l’armure rouge explosa, et des silhouettes flamboyantes se précipitèrent à l’intérieur. Un Land Raider a pivoté sur le côté lorsque sa chenille a été sectionnée, se détachant dans une gerbe de maillons et laissant le véhicule en rade. Des motards Blood Angels ont été arrachés de leur selle ou ont vu leur réservoir exploser sous leurs pieds. L’ennemi continuait à avancer, hurlant le nom de Sanguinius en s’échappant de leurs transports et en fonçant tête baissée sur la ligne des traîtres.

« Tenez-les ! » rugit Verzekh, son bolter doré crachant des obus sur l’ennemi en train de charger. Il fit basculer un Blood Angels, lui arrachant le bras de l’épaule. « Ne laissez personne passer ! »

Sur la droite, un Predator de la Black Legion explosa, transpercé par de multiples coups de canon laser. Sa disparition ébranla le balcon sur lequel se tenait Verzekh, le faisant chanceler un instant. Lorsque l’Élu leva les yeux, un glorieux guerrier en armure rouge sculptée s’était frayé un chemin presque jusqu’à la base du factorum. Un capitaine, à ce qu’il semblait, l’épée énergétique à la main, il se frayait un chemin à travers une bande de Légionnaires Noirs avec son escouade de commandement dans son dos.

« Il est temps de mourir, noble ange, » siffla Verzekh. Il sortit son bolter et dégaina sa propre lame, fit deux pas en arrière, puis sauta en courant du balcon et plongea dans le combat.

Tout autour du périmètre, les forces impériales frappaient fort et vite. Le bombardement orbital dévastateur s’était ralenti lorsque les cuirassés loyalistes lancèrent une attaque courageuse en orbite. Le ciel s’emplit d’étoiles filantes et de débris qui s’effondrent lorsque les vaisseaux de la Black Legion se détachent et s’élèvent pour affronter leurs bourreaux.

Au sol, les Blood Angels et l’Adeptus Mechanicus avançaient dans l’ombre des imposantes machines de guerre impériales. Les tirs de la Black Legion continuaient de pleuvoir sur eux, réduisant les chars à l’état d’épaves et anéantissant les vagues d’infanterie. Alors que les combats faisaient rage, des Thunderheads sanglants se profilaient au-dessus des plaines occidentales, se rapprochant rapidement. Elles s’élevaient au-dessus de Khârn et de son Maelström de carnage, qui se précipitaient vers l’intérieur de la bataille. Alors que le Félon s’approchait de la zone de guerre, ses yeux perçurent un mouvement devant lui. Les forces du Culte Mechanicus – Électro-Prêtres et serviteurs - battaient en retraite face à la puissance de feu écrasante de la Black Legion. Poussant des cris de guerre, Khârn et ses guerriers foncèrent sur les Metalicains par l’arrière, les transperçant comme un tourbillon de lames. Les guerriers du Culte Mechanicus tentaient désespérément de repousser les ennemis qui les frappaient de part et d’autre. Les tirs de la Black Legion pleuvaient sans distinction, tandis que les Berzerkers massacraient et que les Électro-Prêtres explosaient et tuaient.

Au milieu du carnage, Khârn aperçut une silhouette menaçante, le Magos qui dirigeait ce funeste cortège. Les armes du Magos furent perforées par des explosions de plasma focalisé qui auraient brûlé la poitrine et le casque de trois Berzerkers à la suite les uns des autres. L’instant d’après, les dents tourbillonnantes de la Carnassière arrachèrent le calibre de sa monture en mécadendrite et l’enfoncèrent profondément dans la forme vêtue du Magos. Du sang et de l’huile jaillirent. Des décharges électriques crépitèrent, et les lentilles oculaires du Magos scintillèrent d’une puissance fulgurante.

« Tu ne peux pas me tuer » , râla le prêtre, la voix brouillée par des parasites. « L’Omnimessie… »

« N’a pas la puissance de Khorne » , interrompit Khârn dans un rugissement furieux, avant de trancher la tête du Magos d’un seul coup. Le corps du magos se convulsa, puis s’affaissa sur le sol maculé de sang, tandis que sa tête étincelante roulait dans un fossé. Là, ses lentilles oculaires s’obscurcirent pour la dernière fois.

Khârn ne savait pas, et ne s’en serait pas soucié, qu’en un seul coup de hache, il avait privé l’Imperium de sa meilleure chance d’acquérir la technologie de la cage aux Démons. Il savait seulement qu’un autre crâne digne de ce nom gisait désormais aux pieds de Khorne, et qu’il devait en ajouter d’autres. Rugissant vers les nuages de sang, le Traître s’enfonça dans le carnage de la zone de guerre, découpant Metalicains et Légionnaires noirs dans sa frénésie meurtrière.

Au sud, Verzekh se battait avec hargne et habileté contre son adversaire, le Blood Angels. Le capitaine était un épéiste expert, sa lame étincelait en fendant l’air pour sonner contre la garde de Verzekh à maintes reprises. Pourtant, l’Élu pouvait voir la noblesse paralysante de son ennemi. Le capitaine se battait avec retenue, comme s’il enfermait sa véritable fureur derrière des barreaux de fer.

« Grave erreur », cracha l’Élu, faisant convulser son troisième poumon mutant pour libérer un hurlement qui fit éclater les vaisseaux sanguins de tout son corps par sa force. Le hurlement claqua comme un coup de marteau, renversant le capitaine et fissurant son armure. Verzekh leva sa lame avec un rugissement et l’abattit sur son adversaire étourdi. Son coup fut bloqué par l’épée d’or d’un autre Blood Angels, dont le bouclier de combat s’enfonça dans le casque de Verzekh.

« Recule, traître », rugit le Blood Angels, éloignant Verzekh du capitaine à terre par une série de coups de hache et d’entailles. « Ta ruse ne te servira à rien » .

« Oh, c’est possible », grogna l’Élu, ouvrant ses mâchoires et crachant une gerbe d’acide sur le plastron de son ennemi. La Céramite siffla en fondant. Poussant un juron, le Blood Angels arracha son casque. Verzekh n’avait besoin que de cette ouverture et sa lame s’enfonça dans le visage de son ennemi, désormais sans armure. Le champ moléculaire qui entourait l’épée sépara la chair et les os, et tandis que Verzekh libérait son arme, le Blood Angels s’effondra, la tête coupée en deux.

L’Élu se laissa emporter par la marée du combat, absorbant l’état de la bataille. Les choses se retournaient contre lui. Des groupes de Légionnaires Noirs se battaient encore, mais ils étaient dépassés par les Blood Angels vengeurs qui envahissaient leurs lignes. Se glissant dans l’embrasure de la porte du factorum, il actionna son vox.

« Ici Verzekh, sur le périmètre sud. Les ennemis ont percé la ligne. Maître de guerre Octorien, envoyez vos machines-Démon ».

La réponse, lorsqu’elle arriva, se fit sur fond de tirs et d’explosions féroces.

« Ils sont là eux aussi », grinça le forgeron Octorien, « Frappe par téléportation » . La voix rauque se coupa un instant et le vox de Verzekh cracha des parasites. Lorsque la voix du maître de guerre revint, elle était douloureuse et furieuse. « Ils sont en train de détruire mes machines. Ils ont atteint la fosse. Nous ne pouvons pas… »

Verzekh rompit la liaison avec un juron.

« Je dois les retenir », marmonna-t-il pour lui-même, l’esprit tourbillonnant de possibilités stratégiques. L’Élu se retourna pour découvrir la bouche incandescente du pistolet à plasma du capitaine de Blood Angels. Son ennemi l’avait retrouvé.

« Non, traître », dit le Capitaine Aphael, tout ce que tu dois faire, c’est mourir.

Le plasma jaillit et le monde de Verzekh disparut dans un feu blanc.[15]

Diamor 31.jpg

Le Destin d’Amethal

La pierre de la Banshee a hurlé, et le monde a hurlé avec elle. Enfoncé dans la roche fissurée au fond de la fosse, le cristal palpitait et se tordait. Le sang jaillit du sol rocheux et jaillit des murs de terre, s’écoulant du sol oint en ruisseaux cramoisis. La pierre de la Banshee l’absorba. Insufflée de puissance sacrificielle, elle hurla une puissance disharmonique. Le sol trembla. Les fissures s’étendirent. Sous le sol, la résonance cacophonique atteignit la carapace de la cage du Démon et brisa ses protections une à une. Le Seigneur Xorphas jeta les bras au ciel, les oreilles et les yeux saignant sous le vacarme pandémonique. Un puissant sentiment de destinée s’empara de lui. C’était la victoire. Il le savait. Son heure était venue.

« Seigneur » , la voix sifflante du guerrier connu sous le nom de Sorrow coupa court à son triomphe, à peine audible dans son vox, « Les défenses s’effondrent au sud et à l’est. Leurs Titans ont anéanti nos armures. Nous ne pouvons plus rien faire pour les ralentir. Les anges vont bientôt ouvrir une brèche dans la fosse. »

« Compris » , aboya le Seigneur Xorphas, avant de changer de vox pour s’adresser aux légionnaires noirs survivants qui se battaient au-dessus. « C’est fait » , lança-t-il. « Vous avez bien servi le Fléau. Maintenant, repliez-vous. Laissez-les s’emparer de ce monde condamné ».

Sur ce, Xorphas tourna sur lui-même et s’élança sur le sol tremblant de la fosse. Il se déplaçait rapidement, suivi par ses acolytes et ses gardes du corps Terminator. Les traîtres contournèrent les serviteurs-excavateurs morts et traversèrent les convulsions de la planète, la pierre Banshee pulsant de plus en plus fort derrière eux. Plusieurs membres de l’entourage de Xorphas disparurent lorsque le sol s’ouvrit pour les engloutir. Ignorant leur sort, le sorcier et ses disciples s’engagèrent sur la rampe de terre qui longeait le flanc de la fosse. Au-dessus d’eux, ils pouvaient voir le ciel se gonfler de nuages d’orage sanglants. À chaque pas, il se rapprochait.

Ils étaient presque en haut de la rampe quand les Blood Angels leur barrèrent la route. Xorphas vit des Terminators en armure rouge, menés par un guerrier rugissant doté d’un œil bionique et d’un marteau Tonnerre orné. Derrière lui se trouvaient des vétérans et des gardes sanguiniens dorés. Les bolters fusaient et rugissaient tandis que les Blood Angels et la Black Legion ouvraient le feu les uns sur les autres.

Xorphas leva un sigil de protection, conjurant un bouclier de puissance d’où rebondissaient les tirs ennemis. Avec un grognement méprisant, le sorcier puisa dans les pouvoirs du Warp et arracha le sol sous les pieds de ses ennemis. Une série de détonations tectoniques déferla sur la rampe, précipitant plusieurs anges dans la fosse. Xorphas n’en avait pas fini. Rugissant d’une fureur triomphante, le sorcier canalisa les énergies déchaînées de la pierre Banshee elle-même, volant une partie de son hideuse disharmonie. Le pouvoir jaillit sous la forme de bolts d’éclairs noirs crépitants et arracha un énorme morceau de roche du mur de la fosse. Les Blood Angels titubèrent tandis que l’avalanche s’abattait sur eux, en ensevelissant un grand nombre sous les décombres. Ceux qui le pouvaient encore continuèrent à tirer, arrachant plusieurs légionnaires noirs de leurs pieds.

« En avant ! » grogna Xorphas, menant ses guerriers vers le haut de la rampe et au milieu de leurs ennemis à moitié enterrés. Il se faufila entre les coups de poing furieux d’un Poing Tronçonneur, constatant avec inquiétude que les Terminators ennemis étaient déjà en train de se dégager. D’autres Blood Angels se rapprochaient au sud, et à l’est, des Titans loyalistes se profilaient.

« Stygian Beast », voxa-t-il, « Avez-vous verrouiller la téléportation ? »

« Oui Seigneur », répondit le haut gradé, « vos sigils et vos protections tiennent le coup. Les esprits de la machine ont la trace de votre sang et de celui du Félon. »

Pendant une seconde, le Seigneur Xorphas vit le Marteau Tonnerre orné du chef des Blood Angels se diriger vers son visage, traversant les énergies d’une lumière de téléportation. Puis, dans un bruit sourd, Xorphas et ses partisans disparurent de la surface d’Amethal, emportés par un téléportarium modifié par des sorts créés par Xorphas lui-même.

Diamor 32.jpg
Khârn se battait dans une brume cramoisie. Les victimes apparaissaient, puis disparaissaient au fur et à mesure que sa hache leur ôtait la vie. Il abattit les Fils de l’Ange comme ceux d’Horus Lupercal, s’emparant de leurs crânes et versant leur sang pour le seul maître qui comptait vraiment.

Le Traître s’écarta d’un bond lorsqu’un Land Raider passa en trombe, son bélier à pointes réveillant le souvenir d’une ancienne blessure, une terrible agonie dans sa poitrine. Khârn chassa le souvenir et plongea dans une masse de Skitarii, les découpant comme des bûches.

Alors que les derniers cyborgs tombaient, Khârn vit des vaisseaux décoller autour de lui, s’élançant dans les cieux avec leurs armes à feu. Des faibles, pensa-t-il, fuyant avant que la boucherie ne soit faite. Lui et ses Berzerkers ne feraient pas preuve d’une telle lâcheté. Pourtant, alors même qu’il formulait cette pensée, le Félon vit des volutes d’énergie éthérée s’enrouler autour de ses membres. Ses runes de Khorne flamboyaient, submergées par des pouvoirs de sorciers.

« Qu’est-ce que… » Les couleurs tourbillonnèrent. La gravité surgit et s’évanouit. Le téléporteur ensorcelé arracha Khârn à Amethal et le jeta sans ménagement dans la soute blindée d’un vaisseau spatial.

Les sens de Khârn furent ébranlés par la transition soudaine, les énergies du Warp laissant ses pensées momentanément léthargiques et confuses. Il entendit des voix, des mages noirs sifflant qu’ils avaient suivi les ordres du Fléau lui-même, que Khârn avait été sauvé d’une mort certaine et inutile par le vil rituel sorcier du Seigneur des Désolations. Qu’il devrait être reconnaissant d’avoir été choisi pour être sauvé alors que tant d’autres avaient été laissés à l’abandon. Leurs propos lui piquaient l’esprit comme les Griffes du Boucher, et Khârn sentait sa fureur monter. On l’avait arraché à une bataille glorieuse, on l’avait forcé à abandonner les fidèles de Khorne à leur fin sacrée comme s’il était un esclave d’Abaddon que l’on pouvait emmener à volonté. La Carnassière tournait dans le poing de Khârn, et les mages eurent juste le temps de pousser un cri de panique avant qu’il ne s’en prenne à leurs têtes.

Ailleurs, au milieu de la folie du Carnage de la Zone de Guerre, Kranon fit tournoyer sa monstrueuse lame, coupant un Blood Angels en deux. Les moitiés ensanglantées de son ennemi tombèrent sur le sol et Kranon sauta par-dessus. A sa gauche, Draznicht et les derniers Ravageurs taillaient et déchiquetaient, maudissaient et explosaient. A sa droite, le Métabrutus Hakorath menait les restes des Terminators et des Space Marines du Chaos de Kranon à travers les décombres, les armes rugissantes. Les derniers chars du groupe de combat gisaient quelque part dans leur sillage, réduits à l’état de ferraille par les canons des Titans impériaux. Mais le Crimson Slaughter quitterait ce monde infernal en vie. Ils retourneraient au Space Hulk « Lost Hope » et reconstruirait son armée. Kranon était totalement déterminé.

La zone de guerre était en proie à un véritable chaos, les armées de traîtres et de loyalistes s’enchevêtraient et se battaient avec une fureur sauvage. Les chars traversaient les murs et tiraient à bout portant sur les masses de guerriers ennemis, avant d’être à leur tour pulvérisés par leurs adversaires. Les Berzerkers de Khorne attaquaient tout ce qu’ils voyaient, faisant un carnage aveugle. Des groupes de cultistes hurlaient des prières aux dieux sombres alors qu’ils étaient encerclés et abattus par des loyalistes vengeurs. Au milieu de cette folie, un hurlement de scie s’éleva de la fosse voisine, faisant trembler et craquer le sol au rythme de ses cris déchirants pour les nerfs.

Tout autour, les légionnaires noirs battaient en retraite vers les derniers transports qui leur restaient. C’est vers le plus proche d’entre eux que Kranon se dirigeait, fauchant tous ceux qui se mettaient en travers de son chemin.

« Les voix d’Amethal » , grogna Draznicht, « se font de plus en plus fortes. C’est cet endroit maudit. »

« Tu as raison » , grogna Kranon, observant les flammes émeraude qui commençaient à ramper le long de ses membres. « Mais c’est différent maintenant » .

Il poussa un grognement d’effort en tranchant la tête d’un guerrier de la Black Legion qui s’était jeté sur lui. « Avant, ils nous voulaient, ils avaient besoin de nous comme vaisseaux pour leur volonté. Maintenant, ce n’est plus qu’un débordement. Quoi que Xorphas ait fait, il a amené les Démons si près de la surface qu’ils n’ont plus besoin de nous. Ils seront bientôt libres ».

Devant eux, des Légionnaires noirs s’entassaient à bord d’un Thunderhawk traître, les canons de l’appareil faisant feu pour repousser les Skitarii qui s’approchaient de part et d’autre.

« Cela » , grogna Kranon en levant sa lame, « est à nous ».

Le chef des Crimson Slaughter mena la charge, fonçant tête baissée vers la rampe. La poignée de légionnaires noirs tourna sur la rampe d’embarquement, et leurs bolts s’abattirent sans la moindre hésitation. Plusieurs tirs percutèrent l’armure de Kranon alors qu’il chargeait, et plus d’un membre des Crimson Slaughter tomba sous les balles de la Black Legion. Puis le Seigneur du Chaos s’élança sur ses ennemis, les Ravageurs sur ses talons. Des lames énergétiques et des masses crépitantes se balançaient. Les armures se froissaient et les os se brisaient. Les bolters explosaient dans la soute, faisant reculer les guerriers en armure rouge comme des poupées de chiffon. Le Crimson Slaughter continuait d’avancer, taillant à la hache dans la Black Legion frénétique, la faisant reculer dans la soute du Thunderhawk et la massacrant comme un rat acculé. Les derniers combats prirent fin lorsque Hakorath monta à bord. Un légionnaire noir désespéré s’élança vers la rampe, mais le Métabrutus l’attrapa à la tête avec son poing massif et lui écrasa le crâne comme un œuf.

Le feu était énorme, une conjuration rugissante de flammes vertes et jaunes qui dansaient sur un lit de moelle spectrale noirci. Il remplissait la chambre Warp d’une illumination maladive et projetait des ombres tordues sur les murs et le plafond. Abaddon se tenait devant le bûcher de Démon, les sourcils baissés alors qu’il observait les images qui nageaient dans ses profondeurs. Il regardait le système Diamor brûler, Ioline tomber. Il observa le flux et le reflux des batailles à la surface d’Amethal. Des champions victorieux entraient en scène, poussant des cris de guerre, avant d’être remplacés quelques instants plus tard par les cendres et les os des morts. Abaddon regardait tout cela, une histoire d’anges et de traîtres racontée dans les feux du Warp lui-même.

Enfin, il vit la pierre Banshee, frémissant et hurlant dans une fureur cacophonique jusqu’à ce que, enfin, les archivistes des Blood Angels la brisent par la puissance de leur esprit. « Trop tard » , siffla une voix fantomatique à ses oreilles, « il était trop tard pour l’arrêter ».

« Alors ce n’est qu’une question de temps » , gronda Abaddon, sa voix profonde résonnant dans la chambre tordue.

« Ouiii » , dirent les chuchotements. « Le rituel est terminé. Les fissures se propagent et les protections meurent » .

« Vous avez bien travaillé, Seigneur Xorphas » , murmura Abaddon.

Les flammes crépitèrent et bondirent. Les ombres dansèrent et tourbillonnèrent. Puis les chuchotements reprirent.

« Nous nous sommes cachés des yeux des loyalistes au milieu de l’Amas de Zirconl. Nous poursuivons les rites que la pierre a commencés. Les fissures s’élargissent. Nous observons. Nous attendons. »

Abaddon hocha la tête pour lui-même, un lent geste de satisfaction.

« Faites-le, répondit-il, accomplissez cette tâche et, à mon retour, vous recevrez les récompenses qu’apportent des services loyaux. »

Abaddon se détourna alors que le bûcher s’éteignait, et se dirigea vers le hublot en verre armé situé sur le mur extérieur de la chambre. Depuis l’une des nombreuses flèches baroques du Tueur de Planètes, il regarda la frange de l’Œil de la Terreur qui s’approchait. L’espace réel se brouillait avec la corruption du Warp, créant de grands nuages et des boréales vacillantes d’énergies kaléidoscopiques dans lesquelles le vaisseau amiral d’Abaddon plongeait sans relâche.

Ce n’était là que la frange, pensa le Fléau, juste la pointe du royaume tordu dans lequel il avait forgé sa vaste armada.

Il devait maintenant s’enfoncer plus profondément que jamais, laissant ses laquais gagner ses batailles pendant qu’il s’emparait du pouvoir de gagner toute la guerre. Ce pouvoir serait le sien, pensa le Fléau en serrant inconsciemment les poings. Il s’était battu trop longtemps et trop durement pour qu’il en soit autrement. Il n’envisageait pas d’autre issue. L’heure de la victoire avait enfin sonné. Le cadavre de l’Empereur brûlerait sur son trône brisé. Sur cette dernière pensée, Abaddon s’enfonça dans l’Œil de la Terreur et laissa dans son sillage les sauvages batailles de la Treizième Croisade Noire.

Kranon regarda autour de lui. Il restait à peine une quinzaine de guerriers sur une force de plusieurs centaines, sans compter les milliers de cultistes tués. Il avait perdu beaucoup de guerriers sur ce monde. Il lui faudrait du temps pour se reconstruire, et une fois qu’il l’aurait fait, le Seigneur Xorphas aurait beaucoup de comptes à rendre. Mais c’était pour un autre jour. Pour l’instant, ils devaient simplement vivre.

« Draznicht » , grogna-t-il, « prends deux de tes hommes et persuadez les pilotes que nous partons. Tout de suite ».

Le champion hocha son casque à cornes, puis disparut vers le cockpit, deux Ravageurs sur les talons. Pendant ce temps, les guerriers survivants des Crimson Slaughter se placèrent en haut de la rampe et abattirent froidement tout ce qui se trouvait dans leur champ de tir.

Quelques instants plus tard, la rampe d’assaut s’éleva dans un bruit de servos moteurs bienvenue, enfermant les Crimson Slaughter à l’intérieur. Kranon sentit les moteurs de l’appareil s’enclencher, puis le Thunderhawk s’éleva, tourna et bondit vers l’avant tandis que Draznicht mettait les réacteurs à fond.

Kranon s’accrocha à une poignée tandis que le Thunderhawk s’élançait vers la haute atmosphère, les tirs ennemis retentissant sur sa coque. Alors qu’ils s’élevaient loin de la Zone du Carnage, il sentit la pression des voix exaltantes des Démons s’atténuer dans son esprit, jusqu’à ce qu’elles disparaissent enfin complètement. Un silence bienheureux s’installa, et le Seigneur des Crimson Slaughter respira lentement avant d’arracher son casque et d’aboyer un rire las.

Les voix reviendraient, il n’en doutait pas. Pas celles d’Amethal, mais celles des entités tordues qui hantaient les Crimson Slaughter depuis si longtemps. Mais pour l’instant, l’esprit de Kranon était le sien. Et tant qu’il pouvait penser, il devait faire sortir ses disciples d’ici.

« Scimitar, » voxa Kranon, « verrouille les autodirecteurs de téléportation de nos Terminators et va au point de rendez-vous. Nous sommes dans un Thunderhawk volé. Vorlak, ne nous abattez pas. Rassemblez les autres vaisseaux autour de vous et soyez prêts à vous battre s’il le faut. Je me fiche des ordres du puissant Abaddon. Nous en avons fini avec cet endroit, et nous partons… »

[16]

La Main de Xorphas

Le Fléau d’Amethal[17]

Le Seigneur Xorphas avait passé de longues années à rassembler un puissant groupe de guerriers qu’il savait loyaux, compétents et aguerris par d’innombrables batailles. Il avait éliminé de ses rangs tous ceux qui risquaient de lui faire faux bond à l’heure de la gloire. C’est ainsi que le Seigneur Xorphas mena une garde d’élite de tueurs chevronnés dans les ruines de la Zone du Carnage.

Le Seigneur Xorphas a soigneusement rassemblé les forces de la Black Legion lors de l’invasion du système Diamor. Mis à part leur défaite sur Ioline, les guerriers du sorcier sont restés frais et dispos. La force de Xorphas n’était pas très importante comparée aux grandes armées qui s’attaquaient à la Porte de Cadia, mais elle était puissante et apte à mettre en œuvre la volonté du Fléau

Le Seigneur Xorphas le Souillé est l’un des plus grands sorciers issus des rangs de la Black Legion. Acolyte d’Ygethmor le Trompeur, Xorphas est rusé et perspicace, et ses capacités psychiques sont exceptionnellement puissantes. Le sorcier croit fermement en la cause d’Abaddon et n’éprouve que mépris et haine pour l’Imperium de l’humanité. Certains murmurent que Xorphas est bien plus vieux qu’il n’y paraît et qu’il y a bien longtemps, il appelait le Roi Cramoisi son maître. C’est de cette époque ancienne que proviendrait la haine de Xorphas pour l’Imperium, et si c’est vrai, elle ne s’est pas atténuée avec le temps. Xorphas désire par-dessus tout voir l’Empereur mort sur son trône brisé, et il fera tout ce qui est en son pouvoir pour parvenir à ses fins.

Le Seigneur Xorphas, le souillé.[18]
Le cruel sorcier connu sous le nom de Xorphas sert Abbadon - et par extension le Dieu des ténèbres Tzeentch - depuis plus de cinq siècles. Au cours de cette période, ce psyker de combat extrêmement intelligent et impitoyable a accumulé beaucoup de pouvoir et de prestige. Protégé privilégié d’Ygethmor le Trompeur, Xorphas a remporté une série de victoires, d’Ilmoritas aux Mondes brisés, qui l’ont élevé au rang de seigneur d’une grande force de Légionnaires noirs. Traversant le vide à bord de vaisseaux de guerre traîtres baroques, soutenus par des masses grondantes de véhicules de combat blindés et de Machines-Démons puissantes, cette armée noire a le pouvoir d’écraser des mondes entiers. C’est un pouvoir que Xorphas manie avec une ruse suprême, utilisant les dons de sa divinité protectrice pour prévoir l’avenir et déployer ses guerriers là où ils auront le plus d’impact sur l’ennemi. Contrairement à nombre de ses pairs, Xorphas ne gaspille pas la vie de ses partisans et n’est pas insensible à leur sort. Il ne se soucie pas de leur sort individuel, bien sûr, mais le sorcier reconnaît qu’une application judicieuse de la force est bien plus efficace que de grands actes de fureur et de destruction. C’est une stratégie qui l’a bien servi, les guerriers de Xorphas, dirigés de main de maître, écrasant ses ennemis à maintes reprises.

La haine de Xorphas est aussi froide que le vide ; il n’est ni impulsif ni enclin à l’agressivité. Au contraire, le sorcier est calculateur et méthodique. Il passe au crible les fils du temps et de l’espace pour trouver les chemins les plus propices. Il courtise les dieux des ténèbres et leur offre de grands sacrifices en échange du pouvoir de parvenir à ses fins. Le sorcier transforme la réalité elle-même en une série de grands rituels, dont les conséquences sont désastreuses pour ses ennemis. Personne n’est à l’abri des transactions diaboliques de Xorphas, qui fera aussi volontiers couler le sang de ses amis que celui de ses ennemis, à condition que cela serve ses intérêts. Xorphas n’est cependant pas un boucher de Khorne. Les vies sont la véritable monnaie d’échange du pouvoir, et Xorphas ne gaspille jamais son pouvoir. Bien qu’il ait envoyé les Crimson Slaughter à la mort comme des victimes jetées dans un volcan, et qu’il ait laissé les forces de Khârn attaquer sans soutien, ces deux étapes étaient nécessaires pour achever l’onction. Ses légionnaires noirs avaient plus de chance.

Xorphas avait certainement dépêché de plus petits groupes d’assaillants - et vague après vague de Machine-Démon depuis Ioline - à la surface d’Amethal pendant les combats. Les Légionnaires Noirs avaient mis hors d’état de nuire des modules de générateurs de boucliers, tendu des embuscades à des convois de renforts et d’autres cibles stratégiques, mais toujours dans des zones de conflit bien éloignées de celles qui étaient rituellement ensanglantées.

Aujourd’hui, la Main de Xorphas s’est abattue en force sur le monde maudit d’Amethal. Il s’agissait d’un rassemblement de forces véritablement prodigieux. A la tête de l’armée marchait une assemblée de champions de la Black Legion - guerriers élus et conquérants - aux côtés d’une assemblée des plus puissants acolytes sorciers de Xorphas. Au-dessous d’eux se battaient de nombreuses bandes de Space Marines du Chaos de la Black Legion, dont certains portaient les marques des Dieux Sombres. Les guerriers appelés les Chiens d’Abaddon et les Enfants du Tourment se battaient aux côtés de ceux de confréries moins marquées comme les Griffes noirs et les Fils de l’Oubli. Ce noyau de guerriers endurcis disposait d’un large éventail d’armes lourdes et d’équipements spécialisés qui lui permettaient de faire face à n’importe quelle menace.

La Main de Xorphas disposait d’une infanterie lourde de qualité supérieure. Des Terminators triés sur le volet par les Porteurs du Désespoir rejoignaient les Obliterators et les Havocs pour fournir un appui-feu lourd, tandis que les cultes des Mutilators faisaient jouer leurs serres et leurs lames dans l’attente d’une mise à mort. Les Raptors, les Serres du Warp, les motards de la Black Legion et les Possédés tordus fournissaient à la Main de Xorphas une puissance d’assaut rapprochée supplémentaire, tous aussi impatients les uns que les autres de faire couler le sang de loyalistes haïs et de s’approprier la gloire aux yeux du Fléau.

Pour soutenir tous ces puissants guerriers, des chars de combat, des Métabrutus et des Machines-Démons en grand nombre grondaient. Des escadrons entiers de Predators et de Land Raiders en possession de leurs armes ébranlaient le sol en passant, grondant d’impatience de tuer. Les Profanateurs et les Ferrocentaurus engloutissaient les munitions de leurs réservoirs internes et se préparaient à déchiqueter les armées de l’Imperium avec une puissance de feu infernale. Ils étaient accompagnés par les Titans de la Legio Excruciatus et les derniers vestiges des anciens alliés de Xorphas. C’était une armée capable de tuer un monde.[19]

Casser la Cage >>> ASC 058-082

Ultime affrontement dans la zone de Guerre du Carnage.

L’ultime bataille pour le Système Diamor allait se dérouler dans les environs de la Zone de Guerre du Carnage. Ce n’était qu’un des conflits qui faisaient rage dans le système, mais les autres n’étaient que des distractions - Xorphas n’avait d’yeux que pour cette bataille. La récompense d’Abaddon était là, et la Black Legion joua tous ses atouts pour la reprendre.

Suite à l’attaque de la Horde des Bouchers de Khârn, Xorphas connut son premier revers. Chaque action modifie la trame du Destin. Contrairement aux habiles prophètes Asuryanis, les adorateurs du Chaos qui prédisent l’avenir le font en interprétant les demi-vérités que murmurent les Démons. Les cris et les menaces, les tromperies et les imprécations des Démons emprisonnés emplissaient l’éther autour d’Amethal. En de telles circonstances, même l’oracle le plus doué ne pouvait rien discerner. Le troisième œil de Xorphas était aveuglé, et même s’il avait dressé ses plans du mieux qu’il pouvait, les Blood Angels s’écartaient de la voie sur laquelle il les avait placés.

Une force d’élite de vétérans Blood Angels et de la Garde Sanguinienne dirigée par le 1er Capitaine Arenos Karlaen avait mené une frappe cinglante contre l’Hex Infernium qui alimentait les usines de Machines-Démons d’Ioline. C’était une manœuvre audacieuse. Des combats féroces avaient éclaté dans les rues autour de l’Hex Infernium, avant que l’élément de surprise ne profite plus aux Blood Angels et que les effectifs des forces du Chaos commencent à peser. Alors qu’un Seigneur des Crânes s’apprêtait à broyer les assaillants, le Sanguinor frappa depuis les cieux.

Inspirés par l’ange de Sanguinius, les Blood Angels survivants parvinrent à détruire une des tours de défense biomécaniques qui contenaient les énergies de la faille. Le maelstrom démoniaque brisa ses chaînes et dévora les usines qu’il était censé nourrir. Karlaen et ses hommes s’échappèrent à bord d’escorteurs Stormraven, tandis que l’Hex Infernium détonait dans une onde d’énergie Warp qui anéantit toute vie sur la planète. La perte d’Ioline fut un coup sévère asséné à la Black Legion. Le rituel de Xorphas était sur le point de s’achever. Échouer maintenant risquait d’entraîner des conséquences abominables. Il aurait souhaité verser davantage de sang sur le sol assoiffé, mais les Blood Angels lui avaient forcé la main. Prenant la tête d’une flotte d’invasion de la Black Legion, le sorcier conduisit l’attaque finale contre Amethal.

La flotte de la Black Legion n’était pas immense, et certainement pas assez vaste pour aller renforcer tous les fronts vacillants sur Amethal. Les Strategos impériaux avaient conclu que leur ennemi hésitait à gaspiller ses forces en les fragmentant, ou que les hérétiques jouaient un tout autre jeu, dont les règles échappaient aux forces de l’Imperium. Ce second scénario emplit le Seigneur Amiral Gordus d’effroi, et l’incita à ordonner à tous les vaisseaux restants et aux levées de défense planétaire de Tourmalid de se tenir prêts. Partout où frapperait la Black Legion, Gordus consacrerait toute sa force au soutien de ses alliés afin de contrecarrer les plans des traîtres.

Le dévouement de Gordus était admirable, mais la ruse et la prescience de Xorphas allaient signer la perte du gouverneur. Cela commença à Peridos. Les croiseurs de la Black Legion se dévoilèrent, surgissant de l’Amas de Zircon pour attaquer le cordon de la Marine Impériale. La bataille allait être rude pour les traîtres en sous nombre, une de celles qui rapportent beaucoup de gloire. Mais surtout, du point de vue de Xorphas, elle garantirait qu’il n’y aurait aucun renfort disponible pour défendre Amethal.

Dans le même temps, un cuirassé du Chaos isolé stoppa les machines dans le vide juste hors de portée des canons orbitaux de Tourmalid. C’était le Cacodaemon, navire du Word Bearer Gorath-Hel. L’Apôtre Noir scrutait le monde capital et ses docks. Il veillerait à ce qu’Amethal ne reçoive aucune aide de ce quadrant.

Le plateau était en place, et Xorphas déplaça tous ses pions pour donner le coup final. Sa flotte fondit sur Amethal, en captant les reliquats éparpillés des flottes de Khorne et du Crimson Slaughter au passage. La flottille des Blood Angels et du Mechanicus lutta bravement pour endiguer la vague, mais elle affrontait une armada indemne. Après que le Croiseur d’Attaque Flame of Baal fut déchiré en deux par un bombardement soutenu de torpilles, et que deux vaisseaux Explorator du Mechanicus furent réduits en épaves à la dérive, le reste des navires impériaux se retirèrent.

Une fois les cieux éclaircis, l’invasion planétaire des forces du Chaos put commencer. Leur objectif était la "porte" de la cage du Démon primordial. Grâce au Crimson Slaughter, Xorphas savait où les protections de la cage étaient les plus faibles, et par où les pouvoirs des prisonniers pouvaient s’échapper. La Black Legion avait emporté une arme puissante, un cristal disharmonique arraché à la salle du trône d’un Prince Démon de Slaanesh qui avait eu la bêtise de s’opposer à Abaddon. Appelé la Pierre de la Banshee, cet artefact monstrueux était le réceptacle d’un rituel visant à casser les barreaux de la cage du Démon. Chaque goutte de sang versée dans la Zone de Guerre du Carnage, chaque jour de bataille insensé et infructueux en apparence, avait en fait servi de préparatifs à l’emploi de cette arme, un sacrifice à l’échelle du système, et Xorphas tenait la dague. Le sol avait été oint, la voie ouverte. Abreuvée du sang des morts, la Pierre de la Banshee allait libérer sa furie discordante pour consumer les verrous les plus fragiles de la cage du Démon. L’immense prison s’ouvrirait avec fracas, et des milliards d’entités du Warp seraient toutes délivrées en même temps.

La réalité ne saurait résister à une telle poussée d’énergie empyréenne. Le Système Diamor se déchirerait comme une plaie hideuse, ouvrant une nouvelle faille Warp qui l’engloutirait. Le Sillon Écarlate d’Abaddon serait soudain allongé, formant une ligne de fracture dans la réalité de Cadia à Diamor, et pointant sur Terra. C’était un coup de maître diabolique, et s’il réussissait, l’effort de guerre d’Abaddon gagnerait des mois, sinon des années.

La dernière étape de ce grand rituel serait accomplie dans la fosse profonde au cœur de la Zone de Guerre du Carnage. Il faudrait un certain temps pour le faire, et la Black Legion avait retenu les leçons de Pandorax. Xorphas et sa cabale atterrirent juste au bord du site de fouilles, accompagnés d’une force de Terminators, de chars et de Machines-Démons de la Black Legion. Xorphas fut alors étonné pour la seconde fois de cette campagne : ses forces ne rencontrèrent aucune résistance. Le sorcier savait que ses ennemis devaient avoir compris quel était son objectif, sinon sa motivation - ils n’étaient pas idiots. Non, se dit Xorphas, s’ils n’étaient pas ici, ils ne devaient pas être loin, probablement en train de se regrouper pour porter un coup décisif. En cela ils avaient commis une erreur, mais Xorphas devait quand même se hâter pour l’exploiter.

Sur son ordre, les appareils de débarquement atterrirent autour de la fosse, dégorgeant guerriers et blindés. Ils devaient retarder l’ennemi le plus longtemps possible, à tout prix. Les Chevaliers Renégats et les Kytans de Khorne se mirent en position au côté des dernières machines de la Legio Excruciatus, et braquèrent leurs énormes canons sur les environs du site du rituel. Des vols de Métadracs s’élancèrent dans les airs tels des dragons défendant leur trésor. Des vaisseaux se placèrent en orbite basse. Leur masse éclipsait le soleil tandis qu’ils apprêtaient leurs macrocanons et leurs batteries laser. Comme il descendait dans la fosse avec sa cabale, Xorphas sentit la main de Tzeentch sur son épaule. Il allait bientôt changer la galaxie, pour peu que ses suivants lui en laissent le temps.

Quand vint enfin l’attaque impériale, sa coordination était impressionnante. De vastes manipules de Skitarii avançaient sur chaque front, des Onagres des Dunes évoluant entre leurs rangs tandis que des Ferro-Échassiers couraient à l’avant. Des foules d’Électro-Prêtres marchaient à la bataille accompagnées de Serviteurs chenillés et d’imposants robots. Du nord arrivèrent les derniers guerriers de la Maison Raven, leurs Chevaliers exhibant des dégâts réparés à la hâte mais portant toujours fièrement leurs couleurs. De l’est vinrent les machines de la Legio Metalica, l’écho de leurs cors de guerre résonnant dans le paysage désolé. Enfin, du sud vinrent les forces des Blood Angels, directement de la Zone de Guerre Cruauté pacifiée. Les guerriers de la 2e Compagnie étaient bien en vue, leurs transports rugissant et soulevant de la poussière en fonçant vers la bataille. Des Stormravens planaient en altitude, emportant des Vétérans d’Assaut et les derniers membres de la Compagnie de la Mort présents sur Amethal.

Le nœud coulant impérial se resserrait autour des traîtres quand, avec un grondement de tonnerre et un feu qui illumina les cieux, les vaisseaux du Chaos commencèrent leur bombardement. C’était la situation inverse de l’attaque initiale du Chaos contre Amethal, mais à une échelle encore plus grande. Les forces impériales fonçaient vers la fine ligne noire de leurs ennemis, bravant le barrage d’artillerie des cuirassés en orbite. Des milliers de canons s’éclairèrent en ouvrant le feu, et des explosions enveloppèrent les lignes de bataille quand l’offensive des forces impériales atteignit des défenses extérieures de Xorphas. Même si nombre des combattants n’en comprenaient pas l’enjeu, tous sentaient que l’instant fatidique de cette guerre sauvage était arrivé.

Alors que la bataille d’Amethal faisait rage, un autre combat éclata sur Tourmalid. Des cellules de Cultistes - semées dans la population d’ouvriers de la planète par les artifices de l’Apôtre Noir Gorath-Hel - s’éveillèrent subitement. Nombre de ces malheureux avaient été enlevés et torturés par les Word Bearers, qui leur avaient gravé des runes de servitude sur les côtes avant de recoudre leur chair. À bord du Cacodaemon, Gorath-Hel activa les carcans runiques et les fit passer à l’attaque. Des bombes explosèrent dans des réservoirs de carburant et à bord d’ombilics de déchargement, endommageant les vaisseaux et éjectant hommes d’équipage et dockers dans le vide. Des hordes de Cultistes se déversèrent dans les corridors des grav-habitats et des logi-stations rotatives, leurs fusils-mitrailleurs fauchant les milices de défense planétaire en partance pour Amethal. Même si les Cultistes étaient dispersés dans les cités et les docks de Tourmalid, l’élément de surprise leur permit de semer une pagaille disproportionnée. Plusieurs croiseurs impériaux destinés à renforcer les défenses d’Amethal furent paralysés par des incendies, des décharges d’armes non autorisées, ou des dépressurisations des ponts. Les chefs des cultes déployèrent de précieuses balises de téléportation et guidèrent des frappes d’effraction à l’aide de fétiches impies. Ils invoquèrent des brutes massives en Armure Terminator écarlate, qui menèrent les cultes dans les couloirs et les grav-ascenceurs de Tourmalid autour du palais fortifié du Seigneur Amiral Gordus. Si le Gouverneur, mourait, le commandement stratégique du système s’effondrerait et les défenses de Tourmalid suivraient. Or l’offensive du Chaos buta contre les défenses du palais. Les Blood Angels avaient détaché une escouade de dix Vétérans d’Appui à la protection de Gordus. Ils raffermirent le moral de la Garde du Gouverneur et des défenseurs du palais qui s’étaient retirés devant l’attaque des traîtres. Ils transformèrent les couloirs d’approche de la forteresse en abattoirs, afin d’épuiser les forces des Cultistes à chacune de leurs vagues d’assaut. Lorsque les Terminators Word Bearers s’avancèrent, ils purent faire sortir le Chaos de l’impasse, car rien ne pouvait les arrêter. Au dernier moment, les Blood Angels demandèrent une frappe de batterie laser d’un croiseur en cale sèche, se sacrifiant pour emporter leurs ennemis dans une énorme explosion et sauvant la vie du Seigneur Amiral.

Alors que l’ennemi réduisait l’écart, les forces du Chaos le pilonnèrent avec tout ce qu’elles avaient. Les Havocs et les Obliterators mitraillaient en poussant des hurlements de haine. Les derniers vaisseaux impériaux tentèrent une manœuvre téméraire en déclenchant des frappes de harcèlement contre la flotte de la Black Legion. Les Capitaines du Chaos durent choisir entre maintenir leur position vulnérable en orbite basse, et suspendre leur bombardement pour sortir de l’atmosphère et engager la flotte impériale. Les navires de guerre hérissés de pointes remontèrent pour châtier les loyalistes à coups de lasers et de torpilles, renonçant à bombarder la surface de la planète. Des Terminators Blood Angels - tout juste revenus du raid sur Ioline - se téléportèrent au milieu des lignes du Chaos au sud du site de fouilles ; cette frappe soudaine leur permit de neutraliser un énorme meute de Machines-Démons qui patientait en réserve. Un contingent de Blood Angels et de Skitarii dirigé par le Capitaine Aphael de la 2e Compagnie en profita pour attaquer cette portion affaiblie du dispositif des traîtres. Les plus fidèles lieutenants de Xorphas menèrent la contre-attaque, mais lés loyalistes étaient si nombreux que la victoire était impossible, même pour l’élite de la Black Legion. Dans le même temps, les Titans de la Legio Excruciatus livraient un combat inégal à l’est, repoussés pas à pas par la Legio Metalica triomphante.

Même si la terrible puissance de feu de la Black Legion avait abattu beaucoup de Chevaliers au nord, et refoulé les processions du Culte Mechanicus attaquant de l’ouest, au sud et à l’est, les défenses des traîtres vacillaient.

À ce stade, le rituel au fond du site de fouilles était bien engagé. La Pierre de la Banshee avait été descendue au cœur de la fosse ; le sang d’innombrables guerriers morts s’accumulait sur le sol rocheux et jaillissait en cascades rouges des murs d’excavation afin d’abreuver la pierre. L’ignoble artefact pulsait en prenant la couleur d’une ecchymose violette, et s’était mis à diffuser une horrible cacophonie disharmonique, une note gémissante, massacrante, qui couvrait la litanie de Xorphas et de ses acolytes. Cette énergie s’écoulait sous la surface de la planète, traversant les strates de terre et de roche vers la coquille extraplanaire dans laquelle la cage du Démon vibrait de puissance primordiale. Des fissures se formaient déjà sur l’antique appareil, s’étendant lentement à ses sceaux millénaires et les brisant un à un.

L’enjeu dépassait la bataille spatiale et les affrontements en surface dans les ruines de la Zone de Guerre du Carnage : le sort de la planète, du système, voire de l’Imperium lui-même était dans la balance.

Ce fut alors que Khârn arriva des plaines brûlantes à l’ouest, attiré par le vacarme d’un conflit aussi gigantesque. Il conduisit un énorme horde de Berzerks contre le Magos Dominus Ivasnophon et ses forces du Culte Mechanicus qui battaient en retraite dans la direction opposée. Il s’ensuivit une bataille expéditive et brutale. Malgré les efforts féroces de la procession pour défendre son maître, la tête du Magos fut détachée de ses épaules et ses subordonnés massacrés jusqu’au dernier. En ravageant le champ de bataille, tuant les loyalistes comme les traîtres, Khârn piétina les espoirs de l’Imperium de dupliquer la technologie de la cage du Démon.

Pendant ce temps, la situation au sud était devenue critique. Un fer-de-lance blindé emmené par certains des plus grands héros Blood Angels avait enfoncé les lignes de défense du Chaos jusqu’au bord de la fosse. Des manipules de Skitarii s’engouffraient dans l’ouverture, tandis qu’à l’est, plusieurs machines de la Legio Metalica conduisaient un bombardement continu pour empêcher les forces du Chaos de combler la brèche. Le rituel n’était pas encore achevé, mais Xorphas comprit qu’il n’avait plus de temps devant lui. Toutefois, ce ne serait pas un autre Pandorax. La Pierre de la Banshee avait atteint une horrible hauteur disharmonique, et les verrous de la cage du Démon avaient subi des dégâts irréversibles. Tôt ou tard, ils allaient céder.

Avec un ordre psychique tonitruant, le sorcier commanda la retraite. Xorphas et sa cabale laissèrent la Pierre de la Banshee et se ruèrent sur la rampe qui conduisait hors de la fosse. Accompagnés de Terminators en armure noire, le sorcier et ses acolytes déchaînèrent toute la fureur de leurs pouvoirs psychique pour faire reculer les Blood Angels qui couraient à leur rencontre. Ayant dégagé un moment de répit et établi un vecteur de téléportation stable, les traîtres de la Black Legion furent emportés dans un éclair Warp, abandonnant leurs ennemis à leur rage.

Partout ailleurs, la bataille dégénéra en anarchie, les bandes de traîtres fuyant vers le premier appareil qui pouvait les emporter. L’élite de la Black Legion organisa d’habiles retraites stratégiques, reculant en bon ordre et décollant en continuant de faire feu de toutes leurs armes.

D’autres, comme Kranon l’Acharné et la poignée de survivants du Crimson Slaughter, se taillèrent un chemin à travers les ennemis et les alliés pour s’emparer d’un Thunderhawk renégat et s’échapper. Au nord, les derniers membres de la Legio Excruciatus montèrent à bord de leur vaisseau monumental, mais les salves des Chevaliers Raven firent exploser ses propulseurs bâbord. L’énorme appareil se mit à pencher et retomba un dessinant un arc paresseux, avant d’engendrer un nouveau soleil en s’écrasant.

Le reste des hordes du Chaos, la chair à canon des Cultistes et les Berzerkers ivres de meurtre, fut abandonné aux canons vengeurs des troupes impériales. La seule exception fut Khârn. Perdu dans la joie du massacre, il avait creusé un sillon de carnage à travers les forces de l’Imperium et du Chaos, et ne montrait aucun signe de fatigue, quand les énergies tourbillonnantes d’une téléportation l’avalèrent. Khârn avait encore son utilité, et Xorphas exécuta l’ordre d’Abaddon en s’assurant qu’il ne mourrait pas ce jour-là. Les signes de sang et les envoûtements que Xorphas avait apposés sur le teleportarium de son navire amiral lui avaient coûté cher en énergie vitale. Cela n’allait guère consoler les passagers du Hammerfang, le vaisseau sur lequel Khârn fut transporté sans cérémonie. Ses ravages meurtriers allaient durer des jours…

À la surface de la planète, le massacre continua pendant des heures avant que les dernières forces traîtresses soient détruites. Il fallut les efforts combinés de l’Archiviste Asmasael et de ses frères Psykers pour briser la Pierre de la Banshee et faire taire ses insupportables lamentations. À ce moment-là, la flotte du Chaos s’était dispersée, rejoignant des coordonnées de repli prédéterminées.

Un seul navire resta dans le système, voilé par un écheveau d’illusions. Le vaisseau amiral de Xorphas se dirigea furtivement vers la bordure de l’Amas de Zircon, où il éteignit tous ses systèmes hormis les plus vitaux. Indétectable, il attendrait les ordres d’Abaddon lui-même. L’Imperium croyait qu’il avait remporté une grande victoire sur Amethal, qu’il avait à nouveau contrecarré les plans d’Abaddon. Xorphas et les acolytes de sa cabale savaient qu’il n’en était rien. Les sorciers resteraient tapis dans le vide, protégés par leurs gardes du corps et occupés à poursuivre le rituel de délivrance disharmonique initié avec la Pierre de la Banshee. Les fissures dans la cage du Démon étaient déjà irréparables. L’énergie de la Pierre de la Banshee n’était plus nécessaire - ce n’était plus qu’une question de temps avant que Xorphas et ses suivants achèvent leur tâche diabolique. Les barreaux de la cage du Démon allaient casser. Cela avait déjà commencé.

Diamor 34.jpg
+++chronologie stratégique d’Amethal+++

+++Début du segment 01100110+++

ASC 067-082 : les forces traîtresses et loyalistes s’engagent dans et autour du module bêta-Secundus. Pertes significatives des deux côtés [taux d’attrition de 77% pour les forces traîtresses, 82% pour les forces loyalistes].

ASC 083 : retrait complet des traîtres de la zone d’engagement, la cause n’est toujours pas confirmée [sous-réf : fichier audio x43y- debrief stratégique Tourmalid].

ASC 084 : Les forces traîtresses quittent entièrement le système de Diamor. Les éléments de la Flotte du système et les vaisseaux Metalicains supplémentaires [sous-réf : cuirassé de classe explorator] rétablissent le cordon d’interdiction de l’espace profond.

ASC 085+ : les relevés empiriques enregistrés autour du module bêta-Secundus excavation zone continuent d’augmenter [sous-réf : aql 001 - journaux des moniteurs d'excavation rho77]. Mise en place d’une quarantaine totale, retrait des forces non essentielles, début de la récupération des biens Metalicains.

ASC 086 : sur autorité des Blood Angels [sous-réf : Archiviste Asmasael] communiqué astropathique codé d’autorisation vermillon expédié à la plus haute force astropathique [sous-réf : Titan/[ Chevaliers Gris ].

+++la chronologie stratégique Amethal se termine+++

+++le décompte de la quarantaine commence+++[20]

Le Sang de Sanguinius

Les Blood Angels comptent parmi les plus nobles héros de l’Imperium, défenseurs désintéressés du royaume de l’Empereur. Même parmi les Space Marines, la force et le courage de ce chapitre sont légendaires. Depuis les mondes frontaliers sauvages de l’amas d’Arnax jusqu’aux imposants sanctuaires de Glorium, on raconte des histoires sur les Blood Angels, comment ils sont venus du ciel et ont sauvé les serviteurs de l’Empereur de leur terrible colère. Les Blood Angels n’ont pas à se soucier des ratios de pertes calculés par les Iron Hands, ni des agendas secrets des Dark Angels. Pour ces glorieux guerriers d’or, aucune vie impériale n’est sacrifiable. Les tableaux d’honneur de leur chapitre regorgent de récits d’anges du sang qui se sont sacrifiés pour que le mal soit puni ou que d’autres soient sauvés à leur place. Pour le reste de l’Imperium, les Blood Angels sont des figures saintes, voire redoutables, qui incarnent tout ce que l’Adeptus Astartes a été créé pour être.

La vérité n’est pas si simple. Il y a une noirceur qui pousse les Blood Angels à aller de l’avant, un secret tragique inscrit dans leurs gènes qui donne de la peine à leur altruisme. Ce malaise spirituel trouve son origine dans les derniers jours de l’Hérésie d'Horus, la terrible guerre civile au cours de laquelle l’Imperium a failli se déchirer. Menées par le traître Horus, la moitié des légions Space Marine de l’Empereur se retournèrent contre leur maître et ouvrirent un chemin de ruine à travers l’Imperium naissant pour assiéger Terra, le berceau de l’humanité.

Ce conflit monstrueux a été défini par les actions des Primarques, les demi-dieux de la guerre qui étaient les géniteurs de chaque légion de Space Marines. Si Horus était le plus puissant d’entre eux, Sanguinius aux ailes d’ange, Primarque des Blood Angels, était presque l’égal de son frère noir. Lors de la dernière bataille désespérée pour le Palais de l’Empereur, le Primarque des Blood Angels était partout à la fois, un avatar de la guerre, beau et terrible, dont les actes d’héroïsme dépassaient l’entendement. Il a protégé ses fils de la sorcellerie de l’ennemi engendrée par le Warp. Il affronta en duel l’imposant sanguinaire Ka'Bandha dans l’ombre des murs du palais et, bien que gravement blessé, il se releva et brisa l’immense démon sur ses genoux. Lorsque, enfin, l’Empereur lança une opération d’abordage désespérée contre la barge de guerre du Maître de guerre, Sanguinius était là, aux côtés de son père. C’est au cours de ce dernier combat que Sanguinius tomba, fauché par Horus avant que l’Empereur ne tue à son tour le Maître de guerre.

Les Blood Angels étaient plus proches de leur bien-aimé Primarque que n’importe quelle autre Légion, et l’onde de choc psychique de sa mort libéra quelque chose de terrible en eux. Une malédiction est tombée sur les fils de l’Ange ce jour-là, et elle dure depuis. Une soif rouge se cache dans leurs âmes, une soif de combat frénétique qu’ils doivent tenir à distance à chaque instant. C’est un témoignage de la noblesse des Blood Angels qu’ils y parviennent, ne cédant à leurs pulsions furieuses que dans les situations les plus extrêmes. La Rage Noire est pire encore. Alors que la Soif Rouge est un défaut physique, la rage est une obscurité spirituelle logée comme une écharde dans l’âme du chapitre. Si un Blood Angel cède à cette ombre, il devient irrémédiablement fou. Il tombe dans des hallucinations délirantes de la bataille finale pour le palais de l’Empereur, ou bien se croit Sanguinius, combattant au milieu des horreurs de la barge de combat souillée du Maître de guerre.

Il est possible que tout le chapitre des Blood Angels et tous leurs successeurs finissent par succomber à la malédiction qui les hante. Certes, leur nombre a diminué au fil des millénaires, et il est de plus en plus difficile de reconstituer leurs rangs. Mais cela ne fait que pousser les Fils de Sanguinius à de plus grands actes d’héroïsme, car ils se disent que s’ils doivent faire face à une telle fin, ils quitteront cette galaxie dans un éclat de gloire et d’excellence, et non sous un voile de honte. C’est ainsi que les Blood Angels se sont lancés dans les plus grandes et les plus terribles guerres de l’Imperium, combattant avec un dynamisme et une détermination qui laissent même leurs frères Space Marines dans l’admiration. Ces derniers temps, ils se sont retrouvés plus minces que jamais, combattant simultanément dans la Troisième Guerre pour Armageddon, dans des actions autour de l’Œil de la Terreur et contre l’horreur de la Flotte-Ruche Léviathan.

C’est sur les mondes boucliers de Cryptus que le commandant Dante et nombre de ses meilleurs compagnons de combat ont Affronté les Horreurs de la Vrille Cryptoïde. Cette flotte dissidente des Léviathans se dirigeait tout droit vers [[Baal], le monde natal des Blood Angels, et son avancée devait être stoppée. Les Blood Angels ont vaincu leurs ennemis xénos, mais Baal était toujours en danger. Les forces de Dante ont traversé le Warp à toute vitesse pour revenir et renforcer les défenses de la planète du Chapitre, mais elles étaient encore à plusieurs semaines de distance lorsque la nouvelle leur est parvenue du Grand Chapelain Astorath l'Inflexible.

Une nouvelle menace est apparue dans le système de Diamor, une invasion par les armées du Chaos qui pourrait saper les défenses de la Porte Cadienne si elle était autorisée à réussir. L’aumônier était déjà en route à la tête de la 5e compagnie des Blood Angels, mais une force plus importante serait nécessaire pour vaincre l’ennemi traître. Le cœur lourd, le commandant Dante a détourné une grande partie de ses propres forces, sachant que chaque guerrier renvoyé était un autre qui ne pouvait pas défendre Baal. Pourtant, ils étaient les Blood Angels. Ils ne pouvaient pas faire moins. Dante a poursuivi sa route vers Baal avec à peine plus qu’une garde d’honneur à ses côtés, tandis que le reste de ses guerriers ont fait tourner leurs vaisseaux et sont partis en distorsion Warp vers le système Diamor.[21]

Chapitre 1 : Vengeance et Mort

+++Chronologie Stratégique D’Améthal++.

+++Engagement du Segment 0011110000100+++.

+++OMNISSIAHREGNUMPERPETUARI+++

ASC 000 : La domination du Chaos sur les ressources militaires/logistiques du système Diamor s’élève à 36% [sous-référence : blocus de Peridos] [sous-référence : atrocité d’ioline] [sous-référence : "black legion"]. Force traîtresse dirigée par le sorcier de la Black Legion, Le Seigneur Xorphas [sous-référence : Protégé de Ygethmor], [sous-référence : Élu d’Abaddon].

ASC 001 : Début de l’invasion de la planète Amethal par le Chaos multiples engagements au-delà de l’enveloppe atmosphérique avec l’avant-garde renégate [sous-référence : Crimson Slaughter] [sous-référence : Legio Excruciatus]. Début du décompte de la chronologie stratégique d’Amethal.

ASC 001-010 : Le corps expéditionnaire Metalicain se mobilise pour résister/refuser une offensive planétaire ennemie. Répartition des ressources Skitarii 53 %, Culte Mechanicus 26 %, Maison Raven 11 %, Legio Metalica 10 %.

Asc 011-028 : Le déploiement d’une force importante de traîtres a été confirmé dans les principales excavation à travers Amethal les masses continentales nord et sud. Augmentation des engagements militaires sur tous les sites. Le danger pour les objectifs de l’expédition Ivasnophon a augmenté au-delà des paramètres de risque inacceptables. Aide demandée : Les forces des Blood Angels entrent dans la sphère de combat à ASC 028.

+++Fin du Segment 00111100101+++.[22]

La Tempête S’Abat

Diamor 1.jpg

Les marées du Warp sont capricieuses. Les vaisseaux de guerre des 1e et 2e compagnies des Blood Angels ont gagné un temps considérable sur Astorath et ses guerriers de la 5e compagnie, en se déplaçant dans le système Diamor quelques minutes avant leurs frères, comme si une autre agence souhaitait les voir surgir simultanément dans l’espace réel. Ce retard momentané s’avéra crucial, car c’était tout ce qui séparait les forces du capitaine Karlaen d’une damnation soudaine.

« Au nom de l’Empereur, qu’est-ce que c’est que ça ? » La voix du capitaine Karlaen était teintée d’horreur.

La passerelle caverneuse du croiseur Sanguine Tear était éclairée par une lumière sale et vacillante qui s’échappait de ses principaux écrans. Sa source était la tempête d’énergies surnaturelles qui tourbillonnait autour des vaisseaux de la 5e compagnie, le Angel's Blade et la Flame of Baal à peine visibles parmi les vrilles qui se tordaient et qui brillaient des couleurs livides d’un mauvais bleu.

« C’est de la sorcellerie, » murmura l’Archiviste Asmasael, qui se tenait aux côtés de Karlaen. « De la sorcellerie de la plus sombre espèce. »

Le capitaine Karlaen fixa encore un moment les énergies des nuages de tempête qui frappaient et secouaient les vaisseaux de guerre de ses frères. Il semblait que le phénomène se dissipait lentement. Cela ne servait qu’à révéler les fissures et les dommages structurels répartis sur les deux vaisseaux, et l’inquiétude de Karlaen s’accentuait tandis qu’il s’occupait des chérubins dorés qui planaient autour de son trône.

« Parlez, » il fit un geste vers la première des créatures. Les yeux du serviteur papillonnant passèrent du rouge au vert, et la voix de Methusalae, le maître d’astrogation de Karlaen, sortit de sa bouche.

« Seigneur, l’auspex rapporte la présence d’un seul vaisseau de combat ennemi à 500 miles au-delà de l’anomalie, en train de battre en retraite. »

« Sans doute les auteurs de cette attaque, » se renfrogna Karlaen.

« Devons-nous poursuivre, Seigneur ? » cracha le chérubin au visage de crâne.

« Non, Methusalae. Nous devons d’abord veiller à la sécurité de nos frères. Fais passer le mot à tous les capitaines de navire, je veux un cordon défensif complet autour des navires de la 5e compagnie. »

Les yeux du chérubin se teintèrent d’ambre et il s’envola pour transmettre le message de Karlaen au vox-pit. Le premier capitaine se tourna vers une autre créature à la dérive, qui tenait une missive cérémoniale.

« Vox, » dit Karlaen, « avons-nous établi le contact avec les vaisseaux d’Astorath ? Répondent-ils à nos appels ? »

Les traits parfaits du chérubin se contractèrent et sa mâchoire se distendit pour découvrir le gril du haut-parleur.

« Oui, Seigneur, nous sommes en contact avec l’Angelic Blade. Nous avons le Chapelain Daenor de la Compagnie de la Mort. Ça a l’air grave, mon Seigneur. »

« Donnez-lui une liaison directe, » dit le premier capitaine d’un ton bourru. Le chérubin tressaillit et remua, puis une nouvelle voix graveleuse et tendue sortit de sa gueule. Elle était accompagnée de cris, de mugissements et de terribles fracas.

« Capitaine Karlaen ? Capitaine, avons-nous la communion vox ? »

« Oui, » répondit Karlaen. «  Parlez. »

« Capitaine, nous avons été victimes d’une grave attaque psychique qui a fait des ravages dans nos rangs. Ils ont frappé la malédiction. Karlaen et Asmasael échangèrent un regard froncé. »

« Nous venions à peine d’entrer dans le système qu’ils nous ont frappés. » En arrière-plan, quelque chose explosa dans un brouillard d’électricité statique. Daenor poursuivit avec un calme forcé. «  C’était une sorte de sorcellerie Warp. Elle a englouti nos vaisseaux comme une tempête, mais ses effets sur l’esprit de tous ceux qui se trouvaient à bord ont été pires encore. La tempête a provoqué… des visions… du genre de celles que nos frères espèrent ne jamais voir.  »

Karlaen marqua un temps d’arrêt pour digérer cette terrible nouvelle. La Rage Noire. Tous les Blood Angels redoutaient son contact, mais qu’elle leur soit imposée par un artifice de l’ennemi… c’était une violation de l’ordre le plus élevé.

« Combien sont tombés ? » La voix de Karlaen sonnait creux à ses oreilles lorsqu’il posa la question.

« Difficile d’en être certain pour l’instant, premier capitaine, mais il semble que ce soit la quasi-totalité de la cinquième compagnie. Karlaen ferma son unique œil organique tandis que le Chapelain poursuivait. Le Seigneur Astorath et moi, les autres Chapelains à bord, nos Bibliothécaires… ceux qui avaient un entraînement ou des défenses psychiques ont survécu. Les autres… Seigneur, c’est le chaos à bord de ces vaisseaux. Les frères de bataille sont tombés par douzaines, et les hilotes de l’équipage se sont cloîtrés dans la terreur. Certains ont été tués. »

« Nous vous enverrons nos Chapelains, » répondit immédiatement Karlaain, et la Garde Sanguinaire. Ils vous aideront à maîtriser nos morts et à remettre de l’ordre dans vos vaisseaux. »

« Compris, premier capitaine, j’en informerai le Seigneur Astorath. Nous nous remettrons de cette folie, vous avez ma parole. »

« Et puis, gronda le capitaine Karlaen avec colère en regardant les dernières énergies du Warp s’éteindre sur les écrans de son vaisseau, alors nous nous vengerons. »

Le Stormraven vacilla en s’enfonçant dans l’atmosphère d’Amethal. Le Chapelain de la Compagnie de la Mort imagina dans son esprit les flammes qui léchaient la coque noire du vaisseau. Elles semblaient en quelque sorte appropriées.

L’intérieur du vaisseau, éclairé en rouge, était rempli de marmonnements et de gémissements, de brusques éclats de voix amplifiés par vox qui résonnaient au-dessus du grondement de la rentrée atmosphérique, puis s’atténuaient à nouveau. Vêtus de leurs armures noires, leurs réacteurs Dorsaux prêts à l’emploi, les frères de la Compagnie de la Mort l’entouraient.

Le Chapelain éprouvait une haine profonde et durable à l’égard des traîtres, tandis qu’il regardait autour de lui les guerriers qui se tortillaient et marmonnaient dans leurs harnais de retenue. Chacun d’entre eux s’apprêtait à livrer sa dernière bataille. Chacun était perdu pour le chapitre à jamais, sa lumière étouffée par la folie et la rage. Tous les Blood Angels savaient que tel pouvait être leur destin, et tous s’efforçaient de l’éviter. Mais perdre presque toute une compagnie à cause de la rage noire en une seule heure ? Et pire encore, d’y être contraints par la sorcellerie des traîtres ? C’était une violation. C’était impensable.

« Combien de temps avant le largage ? » Il posa la question par vox au pilote du vaisseau, assis à l’avant dans le cockpit.

« Trois minutes dix-sept avant le Module Beta-Secundus, Frère Chapelain, » répondit le pilote. Réinsertion incontestée, » en suivant le chemin de lumière Chalice jusqu’au site de largage.

« Bien, répondit Daenor. Et la disposition de l’ennemi ? »

« Les forces ennemies investissent massivement les hémisphères nord et sud d’Amethal, comme prévu, et se concentrent autour des sites de fouilles. On dit qu’ils ont des Titans et d’autres super-hauts sur le terrain, avant son Chapelain . »

Daenor acquiesça.

« C’est ce que j’ai entendu dire, mon frère. Mais nous avons la puissance de l’Ange. Contre cela, aucune machine ou arme du traître ne prévaudra. » Daenor croyait en chaque mot qu’il prononçait, sa conviction était totale, sa foi en son chapitre et en sa lignée inébranlable. Mais il savait que le combat serait rude, et tandis que son vaisseau se dirigeait vers le site de largage désigné, il fit entendre à ses frères tombés au combat une litanie de batailles.

Le Stormraven de Daenor faisait partie d’un petit groupe de vaisseaux se dirigeant vers le Module Beta-Secundus, des Stormraven et des Thunderhawk Landers tous vêtus de l’armure de sable de la Compagnie de la Mort. Il s’agissait d’un déploiement de damnés d’une ampleur effroyable, une compagnie entière de guerriers déchus, accompagnée de Dreadnoughts fous et de transports blindés rapidement repeints. Dirigée par le premier Chapelain Astorath, accompagné par nul autre que le héros déchu Lemartes, cette armée était une arme d’anéantissement sans merci.

Après avoir maîtrisé leurs frères tombés au combat et établi la situation stratégique générale du système, les Blood Angels n’avaient pas perdu de temps pour lancer leur attaque. Ils ne pouvaient pas le faire assez vite, car les plans de l’ennemi semblaient déjà bien avancés.

Des vaisseaux de guerre traîtres harcelaient le monde agricole de Peridos, immobilisant la marine du système Diamor dans une bataille du chat et de la souris pour protéger l’approvisionnement alimentaire du système. Le monde industriel d’Ioline était tombé aux mains des traîtres, ses manufactures pan-polaires produisant désormais des machines-Démons pour alimenter l’effort de guerre des traîtres. Et ici, sur Amethal, le joyau prétendument maudit du système Diamor, une force massive de Crimson Slaughter était descendue pour attaquer les sites d’excavation de l’Adeptus Mechanicus disséminés sur le globe. Ce que les descendants du Monde-Forge Metalica cherchaient sur cette planète, les Blood Angels l’ignoraient. Mais il était clair que c’était important.

Tout comme les Metalicains avaient déployé des lignes de défense préfabriquées autour de leurs Hubs et mis en place des Skitarii, des Chevaliers et même des Titans pour les défendre, les forces du Chaos étaient descendues en force pour s’emparer de ce mystérieux butin.

Le capitaine Karlaen et le Chapelain Astorath avaient décidé que le gros de leurs forces devait se déployer pour renforcer les lignes du Mechanicus avant que les traîtres ne les percent et ne s’emparent de ce qu’ils cherchaient. À cette fin, les appareils de la Force de Frappe d’Astorath survolèrent en rase-mottes les forêts septentrionales sans nom d’Amethal. Ils traversèrent le terminus, passant de la nuit au jour, frôlant les rayons brûlants d’une nouvelle aube alors qu’ils s’approchaient de leur destination.

« Frères, » la voix sépulcrale d’Astorath se fit entendre sur le vox, une minute avant le déploiement. « L’Augure suggère que l’ancien maître de chapitre Kranon dirige les attaquants en personne à Beta- Secundus. Sachez que le personnel du Mechanicus sur le terrain signale une forme de manifestation maléfique extrême. »

« Démon ? » demanda Daenor, saisissant le manche de son crozius alors qu’il se levait et se dirigeait vers la rampe de débarquement à l’arrière du vaisseau. Ses gardiens se mirent à ses côtés, certains en lambeaux, d’autres en délire, mais tous suivant leur Chapelain comme des ailes de poussière baalite autour d’une lanterne de dune.

« Quelque chose d’autre », répondit Astorath, des parasites brouillant son vox dans un brouillage de chuchotements. « Les informations sont confuses, mais il semble que les renégats manifestent des pouvoirs physiques et non-corporels exceptionnels. La possession, peut-être. »

Daenor jeta son regard de mort sur les frères vêtus de noir dans son dos, chacun frémissant d’un désir à peine contenu de tuer tous les traîtres qui se trouvaient sur leur chemin.

« Ils n’ont rien que nous ne puissions vaincre, Seigneur Astorath. »

« C’est bien cela, » répondit le Haut Chapelain. « Allez-y avec la grâce de l’ange, mes frères. »

Le vox résonna un instant des affirmations des Chapelains qui dirigeaient l’armée de la mort. Puis le canal se dissout dans des cris chargés d’électricité statique, et Daenor coupe sa liaison avec une grimace.

« Dix secondes », appela le pilote depuis le cockpit, et dans un gémissement de servos, la rampe arrière du Stormraven s’abaissa. La canopée de la forêt se révéla à peine vingt pieds plus bas, le vent passant à toute vitesse. Un vent chaud soufflait par l’écoutille, faisant trembler les documents de serment accrochés aux armures des Blood Angels.

« Prêt au largage, les Anges descendent », dit la voix du pilote alors que la forêt cède la place à un no man’s land noirci et à une fumée bouillonnante. Les tirs d’armes à feu bégayaient et bondissaient en contrebas, et des structures défensives flamboyantes passaient en coup de vent.

« Maintenant, mes frères ! Pour la rédemption ! Pour la vengeance ! A l’attaque ! »

Sur ces mots, le Chapelain de la Compagnie de la Mort s’élança de l’arrière du Stormraven en pleine vitesse et se lança dans le maelström de la guerre.

Le réacteur Dorsal du Chapelain se mit en marche, transformant son plongeon en une descente gracieuse, à tire-d’aile. Derrière Daenor, les frères de la Compagnie de la Mort s’élancèrent dans le ciel, leurs propres réacteurs dorsaux rugissant. En contrebas, un paysage de guerre sauvage se révéla, s’élançant rapidement à leur rencontre.

L’esprit post-humain du Chapelain disséqua le tourbillon d’informations et assembla une carte tactique détaillée en quelques battements de cœur. Il vit le gouffre béant du site d’excavation du Mechanicus, les serviteurs et les engins de forage travaillant encore dans ses profondeurs stygiennes. Il vit les anneaux de lignes de défense, les factorums et les temples de données qui l’entouraient, dont beaucoup avaient été percés et étaient encore boiteux. Il vit les forces Metalicaines survivantes, luttant pour maintenir leur emprise sur les dernières rues et les derniers bâtiments avant le bord de la fosse. Il vit aussi les traîtres, les Crimson Slaughter et leurs Démons, qui se déchaînaient dans cet enfer.

C’est alors que les pieds blindés de Daenor s’écrasèrent sur la chaussée en Ferrobéton, assez violemment pour provoquer des fissures en toile d’araignée sur toute la surface.

Dans son dos, la ligne de tir des Metalicains, les Skitariis et les Electro-Prêtres se blottissaient derrière des barricades de fortune. Devant lui, une masse de renégats du Crimson Slaughter chargeait, leur chair déformée et leur armure déformée étant les stigmates de la possession démoniaque. Alors que ses frères atterrissaient autour de lui, Daenor leva son crozius et prononça un seul mot à travers le vox pour déclencher la fureur de la Compagnie de la Mort.

« Chargez ! »[23]

Les Fous et les Monstres

Diamor 3.jpg

Au Module Beta-Secundus, l’armée de la Compagnie de la Mort est tombée en deux vagues. Le Chapelain Daenor et ses frères sont descendus bien à l’intérieur du complexe Mechanicus, atterrissant entre les éléments avancés des Crimson Slaughter et leur butin. Pendant ce temps, Astorath et Lemartes menaient le gros de la Compagnie de la Mort contre la limite extérieure des défenses du site de fouilles, se resserrant dans un anneau de lames et de tirs d’armes à feu. Les Crimson Slaughter se retrouvèrent soudain pris au piège des lignes de défense qu’ils avaient si récemment dépassées.

Les bolts volaient de part et d’autre des panaches de flammes. Ils explosèrent contre les armures noires et rouges. Les guerriers étaient frappés de plein fouet, leurs armures déchirées ou leurs membres arrachés dans des gerbes de sang. Peu d’entre eux restèrent à terre, la folie délirante et les énergies non naturelles les poussant à continuer.

Au nord, le Chapelain Lemartes entraînait ses frères en délire dans de grands assauts en réacteurs dorsaux. Ils s’écrasaient au milieu des Crimson Slaughter, et les épées tronçonneuses et les haches d’armes éclaboussaient de sang les rues tandis que la Compagnie de la Mort vaquait à ses hideuses occupations. Au sud, le Chapelain Astorath menait l’attaque, ses ailes d’ébène se découpant sur le ciel déchiré par la guerre. Les ennemis étaient tout aussi puissants qu’on l’avait prévenu, nombre d’entre eux se tordant dans les affres d’une forme de possession. Ils déchiraient les armures énergétiques à coups de griffes et de crocs, ou soulevaient et lançaient des épaves de chars d’assaut comme s’il s’agissait de grenades krak. La hache d’Astorath faisait néanmoins son travail sanglant, chaque coup mettant fin au déchaînement meurtrier d’un autre traître.

Partout, c’était le carnage, car les Crimson Slaughter se heurtait à la fureur de la Compagnie de la Mort. Les cultistes se précipitaient d’une ruine à l’autre, tirant des volées de pistolets automatiques sur leurs ennemis enragés. Ils étaient de la vermine, pris dans un combat entre les plus grands prédateurs, et ils le savaient. Les troupes métaliciennes faisaient ce qu’elles pouvaient pour soutenir les Blood Angels, coordonnant les salves pour mettre hors d’état de nuire les Machines-Démons et les Métabrutus. Malgré tout, c’est l’Adeptus Astartes qui allait décider de cette bataille.

Sur le cortège principal, à la tête de la rampe d’accès qui menait à la fosse, le Chapelain Daenor et ses frères se livraient à un brutal corps à corps. Les frères à l’armure noire étaient frappés de plein fouet, l’armure se fissurant sous la force impie qui animait les poings des traîtres. Les épées tronçonneuses hurlaient dans les chairs écaillées et les os déformés, arrachant les membres qui se tordaient et hurlaient sur la chaussée ensanglantée. L’un des traîtres les plus costauds vida le chargeur de son bolter dans la poitrine du Chapelain Daenor, mais chaque tir explosa sans dommage sur l’armure du saint guerrier ou sur le champ énergétique de son rosarius. En retour, Daenor s’élança vers l’avant et balança son crozius dans un arc de cercle serré, arrachant la tête de son assaillant de ses épaules dans une gerbe de sang. Le Chapelain se retrouva à lutter encore quelques instants contre le cadavre sans tête du traître, qui se consumait dans un feu de joie de flammes émeraude alors même qu’il tentait de le déchirer membre par membre.

De l’autre côté, la Compagnie de la Mort se battait avec acharnement, et les Crimson Slaughters lui répondaient avec la même férocité. Les couloirs de cristal du temple de données de l’Omnimessie résonnaient de fracas et de cris tandis que loyalistes et traîtres se battaient en duel dans les piles sacrées. Un trio de Machines Démon s’enfonça dans le complexe de bunkers Gamma-Hadès-Gamma, avant d’être pris en embuscade par Lemartes et ses guerriers. Le maudit Chapelain atterrit sur les épaules d’un Ferrocerberus en furie, le décapitant d’un coup titanesque alors même que les marteaux tonnerre et les poings énergétiques de ses guerriers ne faisaient qu’une bouchée du Ferrocentaurus et du Profanateur qui accompagnaient la bête.

Pourtant, le combat faisait rage.

Kranon l’Implacable mugit, des flammes spectrales jaillissant de sa grille-vox. Brandissant son épée d’une seule main, il fit un huit à la vitesse de l’éclair, coupant les deux bras de son assaillant de la Compagnie de la Mort. Le sang gicla et le guerrier tomba à la renverse. Puis, incroyablement, le Blood Angels s’élança à nouveau vers l’avant, son casque s’écrasant sur le visage de Kranon.

« Je. Suis. Sanguinius ! » hurla le Space Marine dérangé tandis que Kranon titubait, goûtant le sang. En réponse, le Seigneur du Chaos leva un pied botté et donna un coup de pied dans la poitrine de son ennemi, le propulsant en arrière à travers un mur de factorum comme un boulet de canon. La maçonnerie et les gravats s’effondrèrent dans un fracas de grondement.

« Je ne crois pas », grogna Kranon, sa voix doublant puis triplant à ses propres oreilles. « Mais je suis Amethal, et je serai libre. »

Kranon secoua sa tête casquée, essayant d’éclaircir ses pensées. Il n’était pas Amethal. Mais quelque chose qui prétendait l’être parlait à travers lui. Quelle que soit cette entité, elle avait déversé sa puissance sur ses disciples, et les avait utilisés comme des bouches pour exprimer ses exigences. Avait-il envoyé un vox au vaisseau en orbite ? Kranon pensait que oui, mais il ne se souvenait pas de ce qu’il avait dit. Un message crucial, une demande impérieuse à transmettre au Seigneur sorcier Xorphas de la Black Legion, le chef de cette invasion.

« Cela n’a plus d’importance, » pensa Kranon alors que des bolts s’échappaient de son armure. Tournant sur lui-même, il brandit son pistolet à plasma et vaporisa à bout portant la poitrine d’un Blood Angels en train de charger. Porté par son propre élan, le guerrier percuta Kranon, et le Seigneur du Chaos sentit une froide agonie lui transpercer la hanche lorsque l’épée énergétique du loyaliste s’enfonça profondément. Laissant tomber sa propre lame, Kranon enfonça son poing dans le visage non masqué de son assaillant, réduisant la chair en bouillie et brisant les os. Il frappa le guerrier de la Compagnie de la Mort à nouveau, puis à nouveau, son gantelet blindé brisant le cartilage, éclatant les globes oculaires, brisant les dents. Après le troisième coup, son ennemi s’effondra en arrière, le crâne presque vidé en un cratère sanglant.

Le Seigneur du Chaos arracha l’épée de sa hanche, poussant un grognement de douleur tandis que des énergies vertes léchaient la plaie, la refermant. Quelle que soit la chose qui se faisait appeler Amethal, elle était puissante, il le reconnaissait. Mais lui et ses guerriers avaient passé de longues années sous l’emprise de la possession, et il en connaissait la sensation. Quelque chose de démoniaque se cachait dans ce monde, quelque chose qui avait trouvé facilement preneur dans les âmes déjà touchées par le Warp des Crimson Slaughters. Quelle que soit la puissance qu’elle leur conférait, elle n’était pas la bienvenue. Elle ne les aidait pas non plus à gagner, car bien que ses guerriers aient manifesté d’incroyables capacités depuis le début des combats, Kranon pouvait entendre par les vox qu’ils se consumaient et mutaient à une vitesse alarmante.

« Draznicht, » grogna Kranon par l’intermédiaire de son vox, ce combat est perdu. La réponse revint quelques instants plus tard, la voix de son champion tremblant sous l’effort de contenir la puissance contre nature qui coulait en lui.

« C’est vrai, mon Seigneur. Ils sont trop nombreux, et ils ne veulent pas… » Ses mots furent ponctués par un grognement sauvage d’effort et de haine. « …Ils ne restent pas morts ! »

« Rassemblement au temple à l’est, » ordonna Kranon. « Celui qui est surmonté des réseaux Icarus. Nous organiserons une évacuation à partir de cet endroit. »

« Oui Seigneur, » dit la voix de Draznicht, « et alors nous serons libres. » Kranon s’arrêta un instant. S’agissait-il des paroles de son champion ou de celles de la chose d’Amethal ? Le bruit des épées tronçonneuses et des pieds qui couraient indiqua au Seigneur du Chaos qu’il n’avait pas le temps de s’inquiéter et, avec un juron, il se mit à courir dans les rues bouillantes des flammes de la guerre.

L’attaque des Crimson Slaughter avait perdu tout son élan. Elle se fragmentait de seconde en seconde, rattrapée de part et d’autre par les forces de la Compagnie de la Mort et du Mechanicus. Une meute de Titans renégats venus du nord, appelés à l’aide de Kranon, fut interceptée avant d’avoir pu rejoindre le combat. Une lance de chevaliers de la maison Raven leur barra la route. Les canons de combat à tir rapide tonnèrent, détruisant rapidement les boucliers des Titans, et le Baron Dargetus di Raven mena une charge pour attaquer les engins de guerre ennemis à bout portant. Plusieurs Chevaliers en armure rouge furent détruits dans le combat qui s’ensuivit, le sol tremblant lorsque leurs formes métalliques massives s’écrasèrent sur leur dos. Les guerriers de la maison Raven continuèrent à avancer malgré leurs pertes, des chants binaires retentissant tandis qu’ils tailladaient les plus gros engins de guerre à l’aide de baïonnettes tronçonneuses rugissantes. L’un des Warhounds fut finalement abattu, le souffle direct d’un canon thermique l’envoyant s’étaler en ruines sur les prairies en flammes. Son compagnon de meute se tourna sous le vent, s’éloignant à grandes enjambées, mais une volée de tirs serrés cribla l’articulation de son genou gauche et envoya le Titan éclaireur rejoindre son frère dans la mort.

Pendant ce temps, les ravages causés par la Compagnie de la Mort étaient à couper le souffle. Les Crimson Slaughter étaient repoussés sur tous les fronts, forcés de se blottir parmi les défenses détruites à la périphérie de Beta-Secundus. De nombreux traîtres devenaient lents et maladroits, accablés par des mutations incontrôlables ou frémissant d’énergies qui les faisaient littéralement éclater en flammes.

« Tel est le prix de l’hérésie » , beugla le Chapelain Daenor, faisant tomber un autre ennemi convulsif d’un bolt en pleine tête. « Tel est l’effet des faux dieux ! Il n’y a que l’Empereur et l’Ange !»

Les guerriers de la Compagnie de la Mort à ses côtés poussèrent des hurlements incohérents. Ils s’étaient battus avec une force et un courage magnifiques, réfléchit Daenor avec fierté, malgré leur terrible affliction. Bien que l’ennemi leur ait jeté tout ce qu’il pouvait, des machines Démon à l’éclat d’airain aux créations répugnantes du Warp, les guerriers de Daenor l’avaient emporté. La Compagnie de la Mort avançait le long d’une large procession de béton armé bordée de pylônes crépitants, des éclairs bleus sautant de l’un à l’autre en séquence rapide. Derrière eux venaient les Skitarii, à la fois Vanguard et Rangers, les guerriers bioniques peinant à suivre le rythme rapide de la Compagnie de la Mort. L’auspex de Daenor lui indiqua que les ennemis concentraient leurs forces quelque part devant, autour de la base d’un temple-forge.

« Seigneur, » voxa Daenor à Astorath, je me dirige vers le temple, mais mes forces sont à bout de souffle. Les Metalicains ne peuvent pas suivre le rythme. « Compris, Chapelain Daenor, » répondit Astorath quelques instants plus tard. « Lemartes rapporte que ses frères se sont également dispersés. Le Dreadnought Lucien est à au moins un mille à l’ouest de sa position actuelle. »

« Notre attaque sera échelonnée, Seigneur, » déclara Daenor. « Devons-nous rester en retrait ? »

« Non, mon frère, » répondit Astorath, sa voix froide et mortelle comme le tranchant d’une lame. « Ces traîtres ne doivent pas respirer plus longtemps qu’ils ne le doivent. Nous attaquons dès que nous arrivons, ne leur laissons pas un instant de répit. Tuez-les tous. »

« Comme vous le voulez, Seigneur Exécuteur, » répondit Daenor, changeant de canal vox tout en préparant son réacteur dorsal à l’action.

« Chef skitarii, répondez », aboya-t-il, et il reçut une réponse immédiate.

« Compagnie de la Mort Chapelain, ici Vanguard Alpha Decimus-rho, parlez, s’il vous plaît. »

Le réacteur dorsal de Daenor se mit à rugir, le propulsant dans un long saut que ses guerriers suivirent sans hésiter. Les façades de Factorum défilaient de part et d’autre. Devant lui, son écran de visualisation distinguait des silhouettes ennemies parmi les décombres.

«Decimus-rho, par la grâce de l’ange, nous lançons notre attaque. Mettez-vous en position de soutien aussi vite que possible. » La réponse du Skitarii crépita dans le vox de Daenor alors même que les bolts ennemis commençaient à vrombir et à exploser autour de lui.

« Compris, Chapelain de la Compagnie de la Mort. » Cogitez un point deux quatre minutes en diminuant la portée de tir effective. Allez-y avec la bénédiction de l’Omnimessie. »

Daenor bondit à nouveau, une balle chanceuse frappa son tibia blindé et explosa. Le Chapelain poursuivit son chemin à travers l’explosion, élevant sa voix une fois de plus dans les litanies de la bataille alors qu’il plongeait au milieu de l’ennemi. Puis ce fut le fracas et le claquement d’un combat rapproché entre géants à l’armure énergétique. Le premier coup de Daenor atteignit un renégat sous le menton, lui arrachant son casque dans une gerbe d’ichor. Le pistolet bolter du Chapelain rugit, trois balles frappant un autre ennemi et faisant exploser son plastron. Le renégat blessé hurla et se rua en avant, avant d’être pulvérisé sur le sol par un Marteau Tonnerre descendant, tandis qu’une Compagnie de la Mort de Daenor s’écrasait dans le combat.

Un traître dont les bras étaient devenus des serres chitineuses enveloppées de fléau s’élança vers Daenor, les yeux exorbités à travers son armure. Le Chapelain arracha l’un des membres de l’abomination d’un coup de son crozius, titubant lorsque l’autre s’enfonça dans l’armure et fendit son torse. Deux autres frères de la Compagnie de la Mort atterrirent durement à ses côtés, se jetant sur l’hérétique mutant avec des épées tronçonneuses hurlantes. Le sang gicla, l’armure se brisa et les restes de l’attaquant de Daenor s’étalèrent sur le sol. En regardant autour de lui, Daenor put constater que ses guerriers étaient en train de submerger leurs ennemis tordus. Peu de ces renégats étaient capables de manier une lame, tant ils étaient déformés. L’idée lui vint à l’esprit, et le Chapelain poussa un juron en découvrant le plan de son ennemi.

« Ces monstres ne sont qu’une diversion, » voxa-t-il, « ils essaient de nous ralentir. Decimus-rho, nous avançons, nettoyez derrière nous. »

Daenor reçut un vox-pip de confirmation, les premières balles de radium percutant la chair et l’armure des hérétiques tandis que la Compagnie de la Mort déclenchait à nouveau ses réacteurs dorsaux. S’élevant le long de la route, le Chapelain Daenor voyait maintenant devant lui la cour pavée qui précédait le temple. Là, les guerriers Crimson Slaughter s’entassaient dans des chars d’assaut tandis que les Machines Démon se rassemblaient autour d’eux. Ils se préparaient à s’enfuir et à échapper à leur destin.

« Non, » grinça le Chapelain en plongeant pour un nouvel atterrissage. « Aucun traître ne quittera cet endroit vivant !»

Diamor 5.jpg

Les guerriers du Chapelain furent les premiers à atteindre la place devant le temple, et ils furent accueillis par une tempête de feu. Les Land Raiders traîtres éclaboussés de sang faisaient feu avec leurs canons laser et leurs bolters lourds, réduisant le béton armé en poussière et en gravats. Les Ferrocentaurus centraux tournoyaient et vomissaient de grandes giclées d’ectoplasma au milieu de la Compagnie de la Mort, vaporisant plusieurs guerriers. Daenor et ses frères continuaient d’avancer, leurs armes de destruction de chars prêtes à l’emploi dans leurs poings blindés. Se jetant en avant, un frère de la Compagnie de la Mort saisit la chenille d’un Rhino traître et en écrasa une grande partie, forçant le transport à s’immobiliser. Un autre atterrit à côté de l’un des Land Raiders ennemis et balança son Marteau Tonnerre directement sur la centrale électrique qui grondait. La boule de feu qui en résulta fit tomber le Blood Angels de ses pieds et projeta le char traître sur son toit dans un fracas assourdissant. Les écoutilles latérales du char s’ouvrirent en claquant et les guerriers des Crimson Slaughter en sortirent à tâtons, droit sur les lames de la Compagnie de la Mort qui les attendaient.

L’ennemi était très nombreux, mais la Compagnie de la Mort était peu nombreuse. Bien qu’ils aient paralysé plusieurs transports et neutralisé deux machines démoniaques, les guerriers Démons ont été punis pour leurs efforts. En moins d’une minute, plus de la moitié de ses guerriers étaient morts, et les autres semblaient promis au même sort. Tous les frères de la Compagnie de la Mort ", voxa Daenor en esquivant le monstrueux coup de poing d’un Métabrutus, « si vous êtes proches, nous avons besoin de votre aide ».

À peine les mots avaient-ils quitté les lèvres de Daenor qu’une façade de factorum toute proche s’effondra et qu’un trio de Dreadnoughts de la Compagnie de la Mort déboula à travers les décombres. Des fuseurs sifflèrent, perçant des trous incandescents dans le torse du Métabrutus et l’envoyant s’écraser sur le dos. Quelques secondes plus tard, la silhouette effrayante du Haut Chapelain Astorath surgit d’une rue latérale, une autre masse de la Compagnie de la Mort dans son dos. Les rhinos noirs arrivaient en trombe, l’un d’eux percutant de plein fouet un char Crimson Slaughter qui fuyait et le renversait sur le côté.

« Ne laissez personne s’échapper », rugit Astorath, sa voix amplifiée résonnant comme le tonnerre sur la place. Apprenez-leur que le prix de l’hérésie est la mort. Daenor sauta par-dessus le Métabrutus tombé à terre et s’élança. Il se jeta de côté lorsqu’un Métadrak passa en rase-mottes au-dessus de lui, ses jets hurlant et ses mâchoires crachant du warpf boiteux. Les guerriers en armure noire continuaient à se battre malgré les feux impies qui les enveloppaient de la tête aux pieds, et Daenor salua leur sacrifice. Alors que le Métadrak s’éloignait du combat, un nuage d’ogives s’éleva soudain pour l’engloutir, déchirant son corps infernal et projetant les débris dans les ruines. Daenor jeta un coup d’œil en arrière pour voir les Skitarii de Decimus-rho se répandre sur la place, de la fumée s’échappant encore de la batterie d’Icarus de leur Onagre des Dunes de tête. « Allez, mes frères, allez, » exhorta Daenor. « Exterminez-les !»

Un Rhino traître s’immobilisa devant lui et le Chapelain se hissa sur son toit. Alors que l’écoutille supérieure du char s’ouvrait, il martela son arcanum crozius dans le visage du premier renégat qui émergea, le projetant vers ses maudits camarades. Daenor amorça une grenade krak et l’envoya sur le traître mutilé, bondissant sur les ailes flamboyantes de son réacteur dorsal juste avant que le char n’explose.

Sanguinius déploya ses ailes et s’élança avec un grand cri. Il s’éleva à travers la fumée de la bataille, voyant ses ennemis s’éparpiller de peur lorsque son ombre tomba sur eux. Ils ne pouvaient échapper à sa vengeance, car il était l’Ange de Baal, et pour le traître, il était la mort. Sanguinius plongea dans la Place de la Contemplation, atterrissant dans l’ombre du Bastion de l’Étoile de Fer. Autour de lui, ses enfants se battaient furieusement contre les vils Sons of Horus. Les renégats. Des traîtres. Cette seule pensée fit monter la fureur en lui et, en poussant un cri de guerre, il fit décrire à sa lame un grand arc de cercle qui trancha la tête de l’ennemi le plus proche. D’autres tournèrent leurs bolters vers lui, osant tirer sur l’Ange. Il grimaça lorsque leurs projectiles firent mouche, causant certainement plus de douleur qu’un Primarque ne devrait en ressentir. Un artifice de l’ennemi, réalisa-t-il. Une malédiction ou un engin de guerre qui donnait de la puissance à leurs armes. Il se débarrassa de ses blessures, ignorant le sang qui s’écoulait des fissures de son armure noire.

Un autre coup d’épée, et un autre traître tomba, coupé en deux. Une parade, une pirouette, un coup et une troisième victime fut crachée. Sanguinius fut pris de court lorsque son adversaire suivant s’approcha de lui, vêtu d’une armure cramoisie qu’il ne pouvait identifier et brûlant d’un feu vert. Quelle était cette ruse ? L’instant d’hésitation faillit coûter la tête au Primarque, car le traître lui asséna un coup de hache crépitant. Sanguinius tira la tête en arrière, l’arme entaillant la plaque de son casque et craquelant l’une de ses lentilles. Furieux, l’Ange arracha cette chose ridicule de sa tête. Quel besoin avait-il d’un tel casque ? Pourquoi le portait-il ? Montrant ses crocs, l’Ange balança le casque de toutes ses forces, fracassant le visage de son ennemi avec avant de jeter l’objet offensant au loin avec dégoût.

Il se retourna et se figea un instant tandis que, tout autour de lui, la réalité semblait s’agiter. Là où il y avait des statues criblées de bolts et des jardins piétinés, il y avait maintenant l’intérieur infernal d’une vaste chambre. Des braseros brûlants qui jetaient une lumière funeste étaient suspendus à son plafond voûté, et des marches de marbre menaient à un trône monstrueux surmonté d’un œil qui voyait tout. Une silhouette se tenait devant lui. Son frère. L’Architraître, Horus Lupercal. La rage de Sanguinius monta encore d’un cran lorsque le géant gorgé de puissance croisa une griffe vers lui en guise d’invitation moqueuse. Levant sa lame, Sanguinius chargea. Il enfonça de toutes ses forces son épée dans le plastron d’Horus, le sang giclant de ses lèvres alors qu’il s’empalait à son tour sur la griffe du maître de guerre. Alors qu’il dégringolait lentement les marches, ses ailes autrefois brillantes ensanglantées et brisées, Sanguinius sourit, car par sa mort, il avait porté le coup fatal. Le maître de guerre était mort. L’Imperium était sauvé. Sur cette dernière pensée, frère Galleanus roula sur le dos au milieu des traîtres qu’il avait tués, un sourire serein s’étalant sur ses traits alors qu’il connaissait enfin la paix dans la mort.

Alors qu’il s’élevait en arc de cercle, le Chapelain pouvait voir que les mâchoires de la Compagnie de la Mort se refermaient sur la gorge de l’armée des Crimson Slaughter. Des dizaines de traîtres s’étaient répandus hors de leurs transports détruits, beaucoup trébuchant sur quelques pas avant d’exploser en désordre ou de s’effondrer au milieu de bûchers de feu émeraude. Les autres se battaient comme des bêtes acculées, tailladant, matraquant et explosant la Compagnie de la Mort tout en hurlant leur haine des serviteurs de l’Empereur. Mais avec l’arrivée de nouvelles forces impériales à chaque minute, l’équilibre de la bataille avait basculé. Ce n’était plus qu’une question de temps avant que les derniers membres des Crimson Slaughter ne soient abattus.

Alors que Daenor atterrissait une fois de plus au milieu du carnage et du chaos de la bataille, le mur ouest du temple explosa dans un puissant boum. Les décombres se répandirent en une avalanche. D’imposantes colonnes de verre armé et de circuits basculèrent, étincelantes, pour se briser contre le Ferrobéton. La poussière se répandit en une vague étouffante.

Diamor 6.jpg

Du milieu des ruines surgit un trio de Land Raiders, dont les chenilles s’agitaient furieusement en traversant la maçonnerie et les piles de données effondrés. Une poignée de marines de la Compagnie de la Mort se trouvaient sur leur chemin, encore à moitié enterrés dans les décombres, et les canons lasers des chars leur lançaient des faisceaux lumineux d’énergie meurtrière alors qu’ils passaient en trombe. Daenor poussa un juron en voyant que ces ennemis, au moins, parviendraient à s’enfuir. Les Blood Angels n’avaient rien à proximité qui puisse les rattraper.

« Laissez-les partir, » fit la voix d’Astorath, une note impérieuse qui transperça la folie des survivants de la Compagnie de la Mort. « Si nous les poursuivons, d’autres ennemis nous échapperont. Terminez ce combat et laissez les lâches s’enfuir. »[24]

L’Armée de la Mort

Les Déchus et les Perdus[25]

Lorsque les frères de combat rejoignent la Compagnie de la Mort, ils abandonnent l’organisation et la loyauté de l’escouade. Au lieu de cela, ils sont formés en confréries ad hoc par leurs Chapelains. Ces escouades portent le nom d’un frère de bataille de haut rang, comme les guerriers qui ont suivi Daenor au combat sur Amethal.

Il est rare que les Fils de Sanguinius perdent plus d’une poignée de frères à la fois au profit de la Rage Noire, car ce n’est que dans les situations de stress les plus extrêmes que les Blood Angels au caractère bien trempé tombent. C’est pourtant ce qui s’était passé dans le système Diamor, lorsque la tempête engendrée par le Warp du chef des traîtres Xorphas avait fait tomber la quasi-totalité de la 5e compagnie dans les griffes de la Faille.

Pendant de nombreux mois, le Haut Chapelain des Blood Angels avait été la force motrice de la fortification de Baal, dirigeant ses frères et les guerriers des chapitres successeurs dans l’étayage de leur monde et de ses lunes contre la tempête à venir de la Flotte-Ruche Leviathan. Pourtant, lorsque l’appel à l’aide fut lancé depuis le système de Diamor, Astorath l’Inflexible sentit le pressentiment d’un terrible danger l’envahir et sut qu’il devait répondre à cet appel. Astorath sentait que quelque chose d’effroyable était à l’œuvre, quelque chose qui réduirait en cendres tout ce pour quoi son chapitre avait travaillé s’il ne parvenait pas à l’arrêter. Pourtant, le cœur lourd, il entendit aussi le Chant des Perdus dans son esprit, et sut que cette bataille coûterait a beaucoup de ses frères leur esprit et leur âme. Tel a toujours été le fardeau d’Astorath l’Inflexible : sentir la douleur de la chute de ses frères avant même qu’ils n’en aient conscience, et la porter pour eux jusqu’à la fin.

Chapelain Daenor de la Compagnie de la Mort[26]

Du massacre sanglant des hauteurs d’Akatrian à l’invasion infernale du Puits de Cauchemar, le Chapelain Daenor a participé à certaines des batailles les plus horribles de l’histoire des Blood Angels. Jamais il n’a perdu son sang-froid. Jamais il n’a succombé à la faille, et cela suffit pour qu’il soit élevé au rang d’aumônier de la Compagnie de la Mort. Quelles que soient les circonstances ou la peur de l’ennemi, le calme glacial de Daenor ne faiblit jamais. De plus, sa profonde spiritualité et ses qualités naturelles de meneur d’hommes contribuent grandement à stabiliser les guerriers qui l’entourent. Il est une lumière dans les ténèbres, un phare d’espoir et de force morale dans l’enfer enfumé du champ de bataille, et même les plus perdus de ses frères suivent son exemple sans se poser de questions. Daenor est bien plus qu’une figure de proue, bien sûr. Son habileté au corps à corps est prodigieuse ; même en brandissant son volumineux arcanum crozius au combat, Daenor frappe et pare aussi rapidement que n’importe quel épéiste expert. C’est là, dans le feu de l’action, que le Chapelain, froidement posé, révèle sa véritable ardeur. Chaque coup est porté avec la force furieuse d’une conviction absolue. Chaque coup de tonnerre qui se connecte projette un autre ennemi brisé au sol, sa vie brisée au nom de l’Ange et de l’Empereur.

Astorath ne laissa rien paraître de ses terribles prémonitions lorsqu’il ordonna le rassemblement de ses forces, tirant les guerriers des garnisons des forteresses et des lignes de piquetage du système Baal et les préparant à partir à l’assaut des étoiles. Sa force de frappe s’articulait autour des frères de bataille de la 5 e compagnie, soutenus par des éléments de l’armurerie du chapitre et les frères éclaireurs de la 10 e. Ces guerriers embarquèrent sur leurs croiseurs de combat jumeaux avec la noble détermination de faire la guerre aux ennemis de l’Imperium et de protéger les serviteurs de l’Empereur.

Ils étaient prêts à affronter toutes les batailles, même les plus terribles. Tous avaient été témoins des travaux des hérétiques et savaient comment les détruire. Pourtant, malgré toute leur conviction, et malgré tous les pressentiments d’Astorath, personne n’aurait pu prédire les horreurs qui allaient s’abattre sur les frères de la 5 e compagnie lors de leur passage du Warp dans le système de Diamor.

Les croiseurs d’assaut n’avaient même pas encore dégainé leurs canons ou réveillé les esprits des machines de leurs augures lorsque la tempête psychique les engloutit. Dès que leurs champs Geller tombèrent, des énergies Warp hurlantes traversèrent leurs coques et s’engouffrèrent dans leurs couloirs en caquetant. Des éclairs kaléidoscopiques dansaient sur les coques étincelantes, tandis que des nuages bouillants d’ectoplasme formaient des visages luisants dans le vide. Chaque Blood Angels à bord de ces vaisseaux était assailli par d’horribles visions, des perversions de la bataille pour le palais de l’Empereur, où le feu pleuvait du ciel et où l’Ange gisait, ensanglanté et brisé, au milieu des décombres. La folie s’est répandue dans les rangs comme une traînée de poudre, les frères de bataille poussant des mugissements de fureur soudaine et incontrôlable ou s’effondrant dans des états de fugue dans les couloirs et les cellules de leurs vaisseaux. Certains se déchaînaient d’une chambre à l’autre, convaincus d’avoir combattu sur la barge de l’Architraître lui-même. Les frères perdus déchiraient les serfs et les serviteurs de l’équipage. Les systèmes des vaisseaux tombèrent en panne lorsque les Blood Angels se retournèrent contre leurs propres vaisseaux, et seule l’intervention rapide et courageuse des Chapelains de la Compagnie de la Mort empêcha le désastre de devenir un véritable massacre.

Astorath et ses Chapelains se déplacèrent solennellement parmi les frères perdus, maîtrisant leur fureur et les rassemblant. Lorsque des paroles de réconfort et de calme étaient nécessaires, elles étaient prononcées. Là où les frères perdus avaient besoin d’être maîtrisés physiquement, les Chapelains s’acquittèrent de leur tâche avec force et courage. Il était clair que la quasi-totalité de la 5 e compagnie était tombée dans la faille. Leur chagrin était si grand que les survivants brûlaient de se précipiter directement au combat et de déchirer leurs ennemis membres par membres. Au lieu de cela, ils étouffèrent leur rage et s’acquittèrent de leur devoir envers ceux qui étaient tombés au combat. Les armures énergétiques et les véhicules de transport furent repeints en noir cendré et marqués des croix rouges des Perdus. Des documents de serment furent apposés et des bénédictions finales prononcées sur des guerriers tremblants et marmonnant. Des réacteurs dorsaux et des armes de combat rapproché furent sortis des entrepôts en grande cérémonie et remis aux Perdus pour leur dernière bataille. Lorsque les Blood Angels déchaînèrent la fureur de leurs frères déchus sur les forces du Seigneur Xorphas, ils n’étaient plus une simple bande de fous, mais l’Armée de la Mort, une arme forgée dans la perte et la fureur qui arracherait le cœur de ses ennemis avant d’être finalement détruite à son tour.[27]

Diamor 7.jpg

Assaut sur Amethal >>> ASC 001-039

Les Blood Angels se dirigent à toute vitesse vers le système Diamor. À bord de leurs croiseurs d’assaut, ils se préparaient à livrer bataille à la détestée Black Legion. Cet ennemi était le fruit de la perfidie de Sons of Horus, et les fils de l’Ange étaient prêts à les punir pour leur trahison. Pourtant, ils allaient tomber directement dans les mâchoires d’un piège insidieux. À l’époque de l’arrivée des Blood Angels, le système Diamor avait déjà été plongé dans une guerre sauvage. Ses mondes colonisés brûlaient et plusieurs millions de serviteurs impériaux étaient morts aux mains des adorateurs des Dieux Sombres.

Tout avait commencé par des attaques pirates menées par des vaisseaux de la Black Legion autour de la sixième planète du système Diamor, l’agri-monde de Peridos. Des groupes de croiseurs de la Black Legion ont émergé du champ d’astéroïdes dense de la travée du Zircon et ont commencé à frapper les énormes barges à grains qui se sont échouées dans l’orbite de Peridos. Ce sont ces vaisseaux qui acheminent les vivres vers le reste du système Diamor, et leur survie est primordiale. Les défenseurs de la planète avaient riposté du mieux qu’ils avaient pu, les lasers de défense crachant du feu dans le ciel tandis que les escadrons de Lightning s’élançaient depuis les aérodromes situés au milieu des océans de cultures génétiques. Malgré l’héroïsme de ces braves pilotes, leur nombre avait été rapidement réduit, tandis que les croiseurs du Chaos continuaient leurs raids en toute impunité. La réponse impériale ne s’est pas fait attendre. La capitale du système était l’immense demi-planète de Tourmalid, étrange vestige de la Grande Croisade, qui possédait un hémisphère entier de chantiers navals, de Ruches et de structures dans le vide. Tourmalid était un centre opérationnel pour les vaisseaux de guerre de la flotte de bataille Obscurus, et à ce titre, elle était dirigée par le gouverneur planétaire Gordus, un ancien Seigneur Amiral de la Marine Impériale. Cet héroïque vétéran de la guerre du vide avait reconnu la terrible menace que représentait pour son système la perte de Peridos et de sa flotte. De plus, son infâme colère fut attisée par l’audace même de l’attaque du Chaos. En hurlant qu’elle ne serait tout simplement pas supportée, le Seigneur Amiral envoya la quasi-totalité de la force navale de sa planète pour protéger les lignes de ravitaillement de son système.

Diamor 9.jpg

Il s’agissait d’une décision rapide et décisive, prise pour de solides raisons stratégiques. C’était aussi précisément ce que les forces du Chaos attendaient. Se fondant dans la couverture de la Travée du Zircon, les croiseurs de la Black Legion entamèrent un combat du chat et de la souris, forçant la marine impériale à consacrer ses forces à la recherche de cibles et à la défense des convois vulnérables de barges céréalières péridosiennes. La flotte ennemie s’étant engagée ailleurs, l’armada principale du Chaos sortit du Warp et s’abattit sur le monde industriel d’Ioline. Le Seigneur Amiral Gordus et sa cour ne purent que regarder avec horreur les guerriers de la Black Legion et leurs alliés Word Bearers massacrer les défenseurs des Ruches pan-polaires d’Ioline. Le pire était à venir car, plutôt que de lancer un assaut conventionnel contre l’hémisphère sud du monde, les envahisseurs du Chaos déployèrent tout simplement l’arsenal atomique de Ioline contre lui. Une moitié de l’ancien monde industriel a déchiré l’autre moitié dans un acte hideux d’auto-immolation, laissant des milliards de morts et les envahisseurs fermement en possession des manufactures polaires d’Ioline. Ils n’ont pas perdu de temps pour les convertir par le biais de rituels obscurs et de sciences arcaniques, créant ainsi de monstrueuses Machines-Démons qui fourniraient un flux constant de renforts pour la guerre à venir. Ces premiers assauts n’étaient qu’un préambule, les fondations sur lesquelles la véritable attaque du Chaos serait construite. Les traîtres se tournèrent maintenant vers leur véritable objectif, le paradis maudit d’Amethal.

Immense monde-jardin idyllique doté d’une biosphère compatible avec l’homme, Amethal aurait dû être le joyau de la couronne du système Diamor. Au lieu de cela, elle a longtemps été une énigme à craindre. Les Astropathes et les Navigators ne pouvaient que constater que quelque chose ne tournait pas rond sur Amethal, l’impression d’un vaste œil fixe occulté par un voile mystérieux. Bien que de nombreuses tentatives aient été faites pour coloniser Amethal au cours des siècles, aucune n’a été couronnée de succès. Les magnifiques prairies, les forêts luxuriantes, les richesses minérales évidentes et les océans abondants de la planète ne demandaient qu’à être exploités par la voracité de l’Imperium. Mais comme un homme affamé à qui l’on présente une pomme empoisonnée, une seule bouchée s’est avérée mortelle. Quelques heures après avoir atterri sur Amethal, les colons humains ont signalé des nausées, des vertiges et des maux de tête invalidants. Des hallucinations auditives et visuelles ont suivi, accompagnées d’insomnie, de dislocation et de paranoïa. Le plus long séjour d’une colonie de préfabriqués sur Amethal a été de deux semaines. Au bout de cette période, tous les colons s’étaient suicidés ou avaient été tués par les autres. Amethal était donc restée non colonisée et inexplorée jusqu’à quelques mois avant l’invasion du Chaos.

C’est à cette époque que le techno archéologue Dominus Ivasnophon arriva à la tête d’un énorme Explorateur en provenance du Monde-Forge de Metalica. Bien que le Magos ait refusé de partager la nature de son travail avec le Seigneur Amiral Gordus, il avait insisté pour que ses forces soient autorisées à atterrir sur Amethal et à fouiller sa surface comme elles l’entendaient. Ignorant les avertissements selon lesquels le monde était maudit, les Métaliciens ont poursuivi leur route, débarquant des macro-temples préfabriqués, des usines, des forge, des défenses étendues et d’énormes machines excavatrices. Ils furent accompagnés à la surface par des centaines de milliers de Skitarii, d’Électro-prêtres et de Serviteurs de combat, ainsi que par une force non négligeable de Chevaliers de la Maison Raven, alignée sur le Mechanicus.

« Préparez-vous à la guerre, Mes serviteurs. l’Omnimessie désire les secrets de ce monde, mais nous ne les gagnerons pas sans bataille. »
- Magos Dominus Ivasnophon

Ivasnophon et ses disciples n’ont pas perdu de temps pour effectuer des fouilles archéotechnologiques massives sur des sites clés des hémisphères nord et sud d’Amethal. Il était clair qu’ils cherchaient quelque chose sous la surface, peut-être une technologie ancienne ou une arme puissante. Ils semblaient également s’attendre à être attaqués, car leurs lignes de fortification étaient redoutables et les zones de mort noircies qu’ils avaient créées autour de chacune de leurs enclaves étaient visibles depuis l’espace. Les esprits des machines des macro-temples Metalicains étaient reliés entre eux à travers la noosphère, traitant d’innombrables données pour résoudre une énigme informatique. Pendant que le Mechanicus travaillait, il acceptait l’attrition lente mais régulière de ses unités biologiques comme un coût raisonnable pour la poursuite de ses opérations sur la surface d’Amethal. Les missives Curt envoyées par Ivasnophon au bureau du Seigneur Amiral Gordus suggéraient qu’après de nombreux mois de travail, le Mechanicus était sur le point de faire une percée qui serait d’une importance capitale pour l’Imperium. C’est alors que la Black Legion et ses alliés ont frappé.

Lorsque les vaisseaux de la 5e compagnie des Blood Angels franchirent le Warp à la lisière du système Diamor, les forces métaliciennes étaient déjà fermement sur le reculoir. Kranon l’Implacable, accompagné d’une force massive de ses infâmes Crimson Slaughter, s’était lancé à l’assaut de la surface d’Amethal, s’approchant des sites d’excavation du Mechanicus et assiégeant leurs défenseurs. Les Blood Angels eurent à peine le temps de recueillir les données auspex et vox les plus élémentaires sur le système que l’ennemi frappa. Deux croiseurs d’assaut, Angelic Blade et Flame of Baal, portèrent les guerriers de la 5 e compagnie. À bord des deux vaisseaux, les alarmes hurlaient et les éclairages d’urgence clignotaient follement. Les esprits des machines tentaient de sceller les volets de transit Warp, déroutés par des Auspex inondés de données contradictoires. À bord des deux vaisseaux, les navigators cloîtrés eurent le temps de pousser un cri d’horreur avant qu’une vaste vague de fantômes et de sorciers ne s’abatte sur eux. Il ne s’agissait pas d’une catastrophe due à une distorsion Warp aléatoire, mais d’une tempête psychique provoquée par le sorcier de la Black Legion, le Seigneur Xorphas, dont le vaisseau amiral, le Stygian Beast, s’était tenu en embuscade à moins de cinq cents miles du point d’émergence des Blood Angels.

Diamor 10.jpg

Les vaisseaux des Blood Angels furent entourés de trombes d’eau et leurs occupants furent soumis à d’horribles assauts psychiques. Les membres d’équipage hurlaient de terreur tandis que leur vaisseau se mettait à osciller follement autour d’eux et que d’étranges fantômes tourbillonnaient derrière leurs yeux. Les effets de la tempête psychique sur les Blood Angels furent bien pires encore. Chaque frère de bataille fut transporté en un instant aux heures les plus sombres du siège de Terra. Ils virent des Démons hurler de tous côtés, les murs du palais de l’Empereur s’écrouler dans les flammes et l’apparition divine d’Horus, riant triomphalement dans les cieux en feu. Pire encore, chacun d’entre eux vit Sanguinius gisant, brisé, au milieu des ruines des rêves de l’empereur, tué par les mains du traître. Quelques-uns, ceux qui avaient une volonté exceptionnellement forte ou qui possédaient toute la sagesse du Reclusiam, purent résister. Des dizaines de nobles frères de bataille n’y parvinrent pas, leur santé mentale se brisant au fur et à mesure que la Rage Noire surgissait de leurs âmes pour les réclamer. Lorsque la tempête maudite se dissipa enfin, seuls Astorath, Lemartes qui était en stase et une poignée de bibliothécaires, de vétérans et de chapelains de la Compagnie de la Mort étaient encore sains d’esprit.

Les croiseurs d’assaut eux-mêmes étaient paralysés, leurs équipages assommés par le choc de ce qui leur était arrivé. À ce moment-là, le vaisseau amiral du Chaos aurait pu frapper et anéantir ses victimes tandis que le chaos régnait sur les ponts des croiseurs d’assaut. Pourtant, pour des raisons inconnues, il resta en retrait. L’arrivée opportune des vaisseaux envoyés par le commandant Dante des croiseurs d’assaut et des escortes transportant la 2e compagnie et une grande partie de la 1e vit le cuirassé du Chaos battre en retraite, laissant dans son sillage la folie et la misère. Révoltés par les horreurs commises, les capitaines Karlaen et Aphael formèrent un cordon de navires autour de leurs frères sinistrés et dépêchèrent leurs Chapelains et leurs frères vétérans pour aider à rétablir l’ordre. Il fallut tout de même une bonne partie de la journée pour que la Compagnie de la Mort nouvellement tombée au combat, forte de près d’une centaine d’hommes, puisse être rassemblée, armée et blindée comme il sied à son statut maudit. Pendant ce temps, Karlaen s’est entretenue par message astropathique avec le Seigneur Amiral Gordus et le Dominus Ivasnophon sur Amethal. Un plan d’action fut rapidement établi, et Karlaen jura qu’il verrait la Black Legion payer pour son acte odieux.

Après avoir envoyé une garde d’honneur à Tourmalid pour protéger le Seigneur Amiral, la principale force des Blood Angels s’est dirigée vers Amethal. On pensait que c’était là le véritable objectif de l’ennemi, et qu’avec leur sorcellerie déviante, ils avaient peut-être espéré empêcher les Blood Angels d’intervenir dans la bataille. Le premier capitaine Karlaen était heureux de les décevoir. Les cinq sites d’excavation disséminés sur Amethal étaient clairement les zones de première importance à la surface de la planète, ayant supporté le plus gros de l’assaut du Chaos, et les forces des Blood Angels furent donc réparties entre eux. Les trois sites de l’hémisphère nord avaient été désignés par les Metalicains comme les Modules Alpha-Prime, Beta-Secundus et Cognis-Tertius. Au sud se trouvaient les Modules Daedalus-Quartos et Enigmus-Quintus. Tous étaient assaillis par les alliés des Crimson Slaughter du Seigneur, mais Beta-Secundus et Enigmus-Quintus nécessitaient l’aide la plus immédiate. La première avait été envahie par Kranon l’Implacable et sa garde personnelle, qui faisaient preuve d’une force et d’une résistance surnaturelles inhabituelles, que le Mechanicus pensait liées à une puissance cachée sous la surface de la planète. Pendant ce temps, le Magos Ivasnophon commandait personnellement les forces combattant à Enigmus-Quintus et exigeait une audience immédiate avec le capitaine Karlaen. Le Magos prétendait être en possession d’informations stratégiques vitales, mais celles-ci étaient si sensibles qu’elles ne pouvaient être échangées, même par vox crypté.

Tandis que de petites forces de frappe des Blood Angels se séparaient pour s’opposer ailleurs aux Crimson Slaughter, Karlaen conduisit ses Archanges à Enigmus-Quintus, et toute la Compagnie de la Mort nouvellement créée s’abattit sur Kranon et ses forces de Crimson Slaughter à Beta-Secundus. Survolant à basse altitude les forêts et les rivières à bord de leurs Stormravens à la coque noire, la Compagnie de la Mort s’abattit sur les forces de Kranon lors d’une féroce attaque surprise. Ils étaient menés par un assortiment de héros : Astorath l’Inflexible, brandissant sa hache de bourreau ; le Chapelain Lemartes, tremblant sous l’emprise perpétuelle de la Rage Noire ; et le sombre Chapelain de la Compagnie de la Mort, Daenor, et ses frères du Reclusiam. Ce sont ces guerriers légendaires qui ouvrirent la voie lorsque la Compagnie de la Mort sauta des rampes d’assaut de leurs Stormravens et plongea dans la bataille. Kranon et ses partisans avaient percé les lignes de défense du Mechanicus et repoussé leurs ennemis jusqu’à la limite du site de fouilles. Cette victoire était en partie due à une étrange manifestation de pouvoirs contre nature parmi les Crimson Slaughter, quelque chose d’un ordre de grandeur supérieur à l’activité psychique extrême précédemment documentée comme se produisant en leur présence. Des Space Marines renégats ont été vus en train de soulever et de projeter des Onagres des Dunes, de repousser des tirs de lasers à neutrons et d’éventrer des bastions en Ferrobéton à mains nues. Pourtant, le pouvoir des traîtres semblait instable. Nombre d’entre eux s’étaient consumés dans ses flammes lorsque la Compagnie de la Mort frappa.

Connaître son Ennemi[28]

Depuis les premières salves de la 13 e Croisade noire, les stratèges et crypto-scriptorialistes impériaux tentent de déterminer la véritable puissance des forces d’Abaddon. Même avec l’aide obscure du Temple Vanus de l’Officio Assassinorum, ils ont mené une bataille perdue d’avance. Le chaudron de guerre tourbillonnant qui engloutit la Porte Cadienne s’est avéré presque impossible à quantifier, de nouvelles vagues de traîtres et de fous s’écoulant de l’Œil de la Terreur d’heure en heure. Cependant, lorsque les forces des traîtres ont frappé les systèmes voisins, les collecteurs de renseignements de l’Imperium ont eu plus de succès. Ces attaques ont généralement été menées par des forces triées sur le volet, de petites flottes d’invasion dirigées par des lieutenants de confiance de la Black Legion et renforcées par des groupes de guerriers renégats alliés. L’attaque du système Diamor n’a pas fait exception à cette règle, et les stratèges de Tourmalid ont rapidement rassemblé toutes les informations disponibles sur leurs attaquants. Le Seigneur sorcier Xorphas était à la tête d’un noyau de guerriers de la Black Legion, une armée de taille comparable à celle du Chapitre, embarquée à bord de plusieurs vaisseaux de guerre de la Black Legion. À cette force déjà considérable s’ajoutait une seconde Flotte, plus importante et plus diversifiée, composée de vaisseaux de guerre et d’appareils d’atterrissages en vrac des Crimson Slaughter. Telle était la force principale de la flotte du Seigneur, et ce sont les troupes de choc des Crimson Slaughter qui furent envoyées en premier contre Amethal. D’autres éléments traîtres étaient également présents en plus petit nombre, du vaisseau de guerre solitaire des Word Bearers, le Cacodémon, aux immenses machines des Légions titanique Excruciatus. Chacun d’entre eux ouvrait de nouvelles voies stratégiques que le Seigneur Xorphas pouvait exploiter, et présentait aux défenseurs impériaux une nouvelle menace à laquelle ils devaient faire face.

Les Blood Angels en armure noire tombèrent en trois groupes distincts, menés respectivement par Astorath, Lemartes et Daenor. Les deux premiers de ces groupes atterrirent en bordure de la zone de destruction par le souffle, à l’extérieur des défenses du Mechanicus, soutenus par les Dreadnoughts de la Compagnie de la Mort qui beuglaient. Ils allumèrent leurs réacteurs dorsaux et s’élancèrent rapidement dans la bataille, se dirigeant vers l’endroit où les Crimson Slaughter avaient envahi les défenses si récemment reprises aux Metalicains. Daenor et le troisième groupe se posèrent au milieu des rues jonchées de décombres, à proximité du site d’excavation et des défenseurs du Mechanicus qui avaient survécu. Guidés par la volonté résolue de leur Chapelain, ces marines de la Compagnie Mort repoussèrent le Crimson Slaughter qui se dirigeait vers le site d’excavation, et rallièrent les Métaliciens survivants.

Alors qu’ils étaient proches de la victoire, Kranon et ses guerriers se retrouvèrent soudain assaillis de part et d’autre. Ils étaient piégés au milieu des lignes de défense qu’ils avaient prises, contraints à la défensive tandis que la Compagnie de la Mort et ses alliés les attaquaient de part et d’autre. Ce fut un combat brutal, des groupes de Machines-Démons se lançant à l’assaut de conclaves de Dreadnoughts de la Compagnie de la Mort, tandis que des ailes de Dreadnought faisaient des allers-retours au-dessus des traîtres, les mitraillant de tirs nourris. À trois reprises, les forces du Chaos tentèrent de repousser leurs ennemis. Elles se heurtèrent à chaque fois à la férocité contrôlée de la Compagnie de la Mort et de ses seigneurs, et furent repoussées en désordre. Après la troisième défaite, alors que le fer de lance de Daenor se frayait un chemin à travers ses partisans au milieu des bunkers et des lignes de tranchées, Kranon l’Implacable organisa une évasion vicieuse.

Les autres membres des Crimson Slaughter n’ont pas eu la même chance. Les guerriers de la Compagnie de la Mort déchiquetèrent leurs ennemis renégats comme des poupées de chiffon, les encerclant et les submergeant par leur seule force brute. Les quelques Crimson Slaughter qui avaient échappé à l’encerclement des Blood Angels tombèrent sous les coups des Skitarii de Metalicains, criblés de balles ou vaporisés par des faisceaux d’énergie. Lorsque les armes se turent autour de Hub Beta-Secundus, une grande partie de la Compagnie de la Mort et de la garnison du Mechanicus avait été tuée, mais aucun guerrier maudit des Crimson Slaughter n’était encore en vie.[29]

Chapitre 2 : Hex Infernium

+++Chronologie Stratégique D’Améthal+++


+++Engagement du Segment 0010110010101+++


+++OMNISSIAHREGNUMPERPETUARI+++

ASC 040 : Contacts dans l’espace profond confirmés comme étant une flotte de traîtres nouvellement arrivée. Iconographie de Khorne identifiée par augure astroladique. Présence de la Persona Hereticus Extremis [sous-réf : Khârn "Le Félon"] confirmée parmi les forces traîtresses. Interaction avec les ressources existantes des traîtres minimale, avance directe et sans soutien sur l’enveloppe d’engagement planétaire.

ASC 041-45 : Confirmation d’un largage ciblé par les forces de Khorne dans le secteur H8L330 / vingt miles au sud-est du Hub Beta-Secundus. Le largage des forces de Khorne est engagé par les Skitariis Metalicains et les chevaliers de la maison Raven, forces mobilisées par les défenseurs de la zone d’excavation. Le ratio initial des pertes est estimé à 1/100 en faveur des Métalicains. A l’ASC 44, la situation se déstabilise avec le débarquement de Machines-Démons super-lourdes [sous-référence : Seigneur des Crânes].

ASC 046-53 : les forces de Khorne franchissent le périmètre du module beta-secundus et progressent à travers les vingt-et-une premières grilles intercinéennes. Les dirigeants de la Compagnie de la Mort [sous-réf : Haut Chapelain Astorath, Chapelain Lemartes, Daenor Chapelain de la Compagnie de la Mort] orchestrent une retraite ordonnée devant une force ennemie écrasante. Malgré près de 100 % de pertes dont de graves blessures pour le Chapelain Daenor lors du combat avec les forces de Khorne, les forces des Blood Angels retiennent la Force de Khorne [sous-référence : Horde Écarlate] suffisamment longtemps pour que les renforts de la Legio Metalica puissent entrer dans la zone d’engagement.

ASC 054-057 : les derniers vestiges des forces de la Compagnie de la Mort évacuent la zone d’engagement [points d’extraction 2726 / 3221 / 5454] par le déploiement de l’escadron Stormraven. Les Titans de la Legio Metalica engagent le gros de la force de Khorne dans un violent engagement urbain. Taux de pertes : 39% de pertes pour Metalica, 74% de pertes pour les forces de Khorne. La force de Khorne se détourne du Module Beta-Secundus, se disperse en groupes de raids qui perturbent les possessions de Metalica sur les plaines de poussières à l’est du Module Beta-Secundus [l’audio-log X23Y/X27U enregistre les comptes rendus des actions secondaires et des pertes de biens collatéraux].

ASC 058-060 : Les forces impériales réalisent des gains stratégiques à travers les masses continentales du nord et du sud. Opposées à des vagues croissantes de renforts hérétiques Déployées par un gros porteur depuis la planète Ioline [sous-référence : Hex Infernium, Machines-Démons]. L’augmentation de la puissance des blindés des traîtres nuit à l’élan impérial. L’arrêt des renforts ennemis est une priorité stratégique : Omega.

+++Fin du Segment 00111100101+++[30]

Les Usines de L’Enfer

L’arrivée des Blood Angels avait changé le cours de la guerre sur Amethal et rendu possible une contre-offensive concertée sur tous les fronts. De plus, l’attaque de la Compagnie de la Mort sur le Module Beta-Secundus avait jeté Kranon l’Implacable et sa garde d’élite dans le désarroi. Pendant un temps, il sembla que la guerre tournait résolument en faveur de l’Imperium. Mais lorsque la réponse du Chaos arriva, elle fut dévastatrice.

« Capitaine Karlaen. Des nouvelles de Beta- Secundus. »

Un frère de bataille vétéran tendit une tablette de données ornée, que le capitaine des Archanges prit avec un signe de tête en guise de remerciement. Le Premier Capitaine fronça les sourcils en lisant le texte. La garde d’honneur Terminator de Karlaen attendait à proximité. Ils brûlaient de savoir ce qu’il était advenu de la Compagnie de la Mort, car les nouvelles étaient fragmentaires et contradictoires depuis qu’une flotte de Khorne était entrée dans le système et avait lancé un largage de combat contre le Module Beta-Secundus. Après avoir digéré les informations, Karlaen prit la parole.

« Il s’agit d’un rapport du Princeps Kadashi de la Legio Metalica. Il confirme que l’attaque a été menée par une horde de Khorne de taille prodigieuse. Le princeps estime que l’ennemi était bien plus nombreux que la Compagnie de la Mort. Lorsque son groupe de combat a atteint Beta-Secundus, la majorité de nos frères disparus étaient déjà morts. »

« Le Princeps confirme la rumeur selon laquelle Khârn le Félon a mené l’attaque. Nous ne pouvons pas savoir si son arrivée fait partie des plans de l’ennemi, mais étant donné leur stratégie inexplicable et leurs éclairs de prescience apparents, je suis tenté de le croire. »

Karlaen resta silencieux un moment, son regard sévère distant. Le sergent de l’escouade Terminator, Frère Alphaeus, prit la parole dans le silence.

« Premier capitaine, qu’en est-il d’Astorath, de Lemartes et des autres Chapelains ? »

« Quelques bonnes nouvelles, au moins, » répondit Karlaen, revenant à l’instant présent. « Kadashi rapporte que ses Titans éclaireurs ont eu un bref échange de vox avec une paire de Stormravens qui s’est échappée de la zone de combat. Ils ont rapporté l’extraction d’Astorath, de Lemartes et du Chapelain de la Compagnie de la Mort, Daenor, bien que ce dernier ait été sévèrement blessé. On pense qu’il a combattu le Félon. »

Le sergent Alphaeus secoua la tête, stupéfait.

« Alors sa survie est une bénédiction de l’Ange. »

« En effet, » acquiesça Karlaen, « et nous avons besoin d’autant d’entre eux que possible. Les rapports Vox suggèrent que l’ennemi a envoyé de nouvelles vagues de Machines-Démons depuis Ioline. »

« Plus ? » dit l’un des Terminators, l’air renfrogné.

« L’avancée des Metalicains à travers la péninsule creuse s’est arrêtée face aux renforts ennemis, et la Legio Metalica s’est éloignée du Module Beta-Secundus. C’est ce que nous pensions. Nous devons arrêter ces renforts blindés en provenance de Ioline, ou nous perdrons Amethal. »

Karlaen et sa garde d’honneur se tenaient au sommet d’une série de marches en acier, devant la porte voûtée du temple primus du Module Enigma-Quintus. Des structures métalliques s’élevaient de tous les côtés, leurs cheminées et leurs échangeurs de chaleur s’élançant dans le ciel. Des serviteurs, des Skitariis et des prêtres des machines s’affairaient, ignorant les demi-dieux en armure qui se trouvaient parmi eux. Les Blood Angels étaient venus à la demande du techno archéologue Dominus Ivasnophon, le chef de l’Adeptus Mechanicus sur Amethal. Le Magos avait fait allusion aux sombres secrets que, selon lui, l’ennemi recherchait sur ou plutôt sous ce monde. Si sa supposition était exacte, le capitaine Karlaen redoutait de penser à ce qu’un échec pourrait signifier. Pourtant, les découvertes du Magos sur Amethal pourraient aussi annoncer une formidable opportunité pour l’Imperium…

Le train de pensées de Karlaen fut interrompu lorsqu’une série de cloches sonna une salve d’honneur au-dessus de la porte du temple. De la pénombre émergea le Magos Dominus, une présence voûtée glissant à la tête d’une procession de prêtres psalmodiant. Un quatuor de Serviteurs se tenait dans le dos du Magos, portant entre eux un volumineux engin de fer riveté, de panneaux runiques et de tubes incandescents.

« Premier capitaine, la voix du Magos sortit de ses émetteurs vocaux, vous avez toujours l’intention de lancer une attaque surprise contre l’Hex Infernium sur Ioline ? »

« Après ce que vous m’avez dit, Magos ? Plus que jamais. »

« Parfait, » fit le Magos. « Alors demandez à vos technoprêtres de prendre les dispositions nécessaires pour transporter cet appareil à bord du vaisseau spatial que vous avez choisi. Mes acolytes l’aideront à intégrer son esprit de la machine à celui de votre vaisseau. »

Karlaen regarda d’un air dubitatif l’enchevêtrement de technologies qui se trouvait devant lui.

« Qu’est-ce que cela peut faire ? »

Le Magos le gratifia de l’éclat de ses lentilles bleues.

« Il rendra votre vaisseau invisible, premier capitaine. Il vous donnera l’élément de surprise. »

Quelques jours plus tard, à des centaines de milliers de kilomètres de là, des chaînes de productions diaboliques tournaient. Les pistons battent la chamade, lubrifiés par le sang fumant. Des fours aux mâchoires en forme de crocs rugissaient, du laiton en fusion s’écoulant de leurs mâchoires dans des moules d’adamantium et d’os. Des armatures industrielles lourdes et des serviteurs gonflés travaillaient sans relâche pour marteler des runes de liaison sur des plaques de coque hérissées de pointes. Les pistolets à rivets gémissaient. Les chaînes s’entrechoquent. Des tapis roulants de métal et de chair vrombissaient sans cesse, transportant des Machines-Démons vides vers les enclos d’invocation blindés. Les ouvriers cultistes travaillaient sous les coups de fouet de leurs supérieurs, pelletant du carburant, traînant des chariots chargés et martelant des panneaux de fer jusqu’à ce que leurs mains saignent. Une pluie radioactive tombait à travers le toit brisé de la manufacture à moitié détruite, éclaboussant les masses désespérées qui travaillaient à l’intérieur. Le bâtiment massif n’était lui-même qu’un parmi tant d’autres, des rangées de structures gothiques en ruine regroupées autour des pieds du vaste et terrible Hex Infernium. Il s’agissait d’une invocation et d’une ligature à une échelle obscène, une abomination de l’industrie tordue.

C’est dans cet enfer qu’ont surgi les Blood Angels de la Force de Frappe Karlaen. Un instant, le bourbier purgatorial de l’usine de machines tournait comme il l’avait fait depuis la chute d’Ioline. L’instant d’après, des éclairs traversaient les machines infernales et une lumière Warp aveuglant follement le bâtiment. Une sphère d’énergie en expansion s’engouffra entre deux lourds convoyeurs, fauchant les conduites de vapeur et explosant les piles de donnés incrustés de runes en se précipitant vers l’extérieur. Les cultistes reculèrent en titubant de panique, aveuglés et assourdis par l’éclosion soudaine de la torche de téléportation.

Dans un boum, les énergies se dissipèrent. A leur place se tenaient les meilleurs guerriers des Archanges : Le capitaine Karlaen et ses Terminators triés sur le volet, des vétérans au casque d’or, à la fois Vanguard et Sternguard, Mephael, un prêtre Sanguinien à la peau dure, l’imposant Dreadnought, Frère Zorael, ses canons prêts à l’emploi. Et à leurs côtés, pas moins de vingt Gardes Sanguinaires, soit la quasi-totalité de leur ordre d’élite.

Les canons de la force de frappe s’allumèrent avec fureur avant même que les forces du Chaos n’aient compris qu’il y avait des ennemis parmi eux. Les bolters tempête hurlaient à la mort, percutant les cultistes qui explosaient dans des fontaines de sang. Les tirs de feu d’enfer pulvérisèrent du combustible incendiaire sur les groupes d’ennemis, dont les adorateurs du Chaos étaient ébranlés et hurlaient en brûlant. Les canons à fragments du Dreadnought Zorael se déchargèrent dans un bruit assourdissant, anéantissant un groupe de surveillants de la Black Legion qui se précipitaient vers lui. Les pistolets bolters crépitaient. Des grenades à fragmentation traversèrent les airs pour réduire des cultistes en lambeaux sanglants. En moins d’une minute, plus d’une centaine d’adorateurs du Chaos étaient morts, et la zone immédiate des Blood Angels était complètement dégagée.

« Frères, » aboya le capitaine Karlaen, « Ne gaspillons pas l’élément de surprise. Avancez, attaquez le modèle Rephalim. »

Les Blood Angels avancèrent avec la froide efficacité de guerriers chevronnés, se dirigeant vers les lointaines tours de garde de l’Hex Infernium. Il était dangereux de se téléporter plus près de ce cyclone d’énergie Warp, mais les puissantes tours de la structure constituaient un point de référence incontournable. Karlaen et ses guerriers étaient déterminés à ce que rien ne les empêche d’atteindre la plus proche d’entre elles. Ils changeaient de chargeur et rechargeaient les cellules énergétiques au fur et à mesure de leur progression, les rayons auspex balayant l’espace à la recherche de menaces invisibles au milieu de l’enchevêtrement industriel. La Garde Sanguinienne et les Vétérans de l’Avant-Garde se mirent en avant, tandis que leurs réacteurs dorsaux les portaient vers l’avant en de grands bonds. Plus lent que ses compagnons, Frère Zorael se plaça en arrière-garde, se frayant un chemin sans relâche entre les tapis roulants tonitruants, son torse sarcophage traquant les menaces à droite et à gauche.

Les Blood Angels ne tardèrent pas à être attaqués. Hurlant des louanges aux dieux sombres, des masses de cultistes chargèrent le long des passerelles entre les chaînes de production et s’entrechoquèrent le long des portiques suspendus au-dessus de leur tête. Les tirs de fusils automatiques pleuvaient sur les Blood Angels de tous les côtés, les tirs sauvages provoquant des courts-circuits autour des systèmes de l’usine dans des pluies d’étincelles. Alors que la vague de Cultistes se rapprochait, une voix cruelle résonna dans d’énormes haut-parleurs biomécaniques suspendus au lointain plafond de la manufacture.

« J’ignore comment vous avez envahi mon domaine sans crier gare, et je m’en moque. Sachez simplement que vous vous trouvez au milieu de l’un des plus grands culs-de-sac du monde. Sachez aussi que vous vous trouvez au milieu des forges du forgeron Althedrak, et que votre intrusion sur cette terre sacrée est synonyme de mort. »

Les Blood Angels ignorèrent l’écho de la voix, se concentrant sur les runes de ciblage qui défilaient sur leurs écrans rétiniens. Les bolts et les explosions d’énergie se répandaient vers l’extérieur, créant une zone de mort à travers laquelle aucun ennemi ne pouvait passer. Dans l’espace restreint entre les machines industrielles, les cultistes serrés les uns contre les autres n’avaient que peu de chances de s’en sortir. Même ceux qui se mettaient à l’abri se retrouvaient rapidement criblés d’éclats d’obus ou engloutis dans des nappes de flammes. Des étincelles jaillissaient tandis que les tirs se frayaient un chemin à travers les câbles de soutien, faisant tomber les portiques dans des cuves de laiton en fusion, emportant avec eux des bandes d’hérétiques hurlants.

Bien que l’ennemi continue d’avancer, le capitaine Karlaen ne se laisse pas arrêter. Avec le capitaine à leur tête, les Terminators d’assaut foncèrent vers l’avant, leurs Griffes Éclairs se balançant dans des arcs de cercle sanglants. Ils se frayèrent un chemin à travers l’ennemi, creusant la chair et les os comme s’ils creusaient un tunnel. De là-haut, la Garde Sanguinienne plongea, glaives carmin et bolters angéliques, pour réduire les hordes cultistes en une brume sanglante. Il ne s’agissait pas d’anges de la miséricorde, mais des anges de la mort de l’Empereur, et ils ne faisaient pas de quartier aux traîtres et aux renégats qu’ils combattaient.

Sans relâche, comme des hommes pataugeant dans des eaux de crue, les Blood Angels continuaient à se frayer un chemin vers l’avant. Les cadavres ennemis s’amoncelaient si bien que les guerriers de Karlaen devaient parfois passer à travers les monticules de morts, mais ils ne s’arrêtaient pas pour autant. Ici et là, un vétéran trébuchait un instant, repoussé par le poids du feu, puis reprenait sa marche en avant. Quelques Blood Angels tombèrent, des tirs chanceux se fichant dans les jointures des armures ou se fracassant à travers les oculaires des casques. La plupart se relevèrent et continuèrent à se battre. Quelques-uns ne le firent pas. Peu importe le prix à payer, la Force de Frappe Karlaen se fraya un chemin, se rapprochant à chaque pas de l’Hex Infernium.

En tête de leur avancée, le mur d’une ruelle s’effondra dans une marée soudaine de gravats et de poutres tordues. Frère Varrian bondit en arrière, le réacteur Dorsal de la Garde Sanguinienne le propulsant à travers la pluie sifflante et hors de danger. À travers le béton armé qui s’écroulait, une forme massive apparut, un énorme monstre de fer et de laiton dont les yeux et la gueule brillaient des feux de la fournaise.

« Une autre Machine-Démon, » voxa Varrian. « Il a bloqué cette allée avec des gravats. » Le monstre donna un coup de griffe massif et Varrian sauta sur le côté, avant d’être frappé à la poitrine par l’un des tentacules métalliques de la chose. Il sentit sa carapace noire se fissurer sous la force du coup, qui le projeta à l’entrée même de la ruelle. Varrian leva son épée carmin, prêt à parer le prochain coup, lorsqu’une voix tonitruante se fit entendre juste derrière lui.

« Baisse-toi, mon frère. »

Reconnaissant le lourd bruit de l’amorçage du canon à fragments de Frère Zorael, le Garde Sanguinien se jeta à plat ventre. Un nuage tonitruant d’éclats d’obus passa au-dessus de sa tête, suffisamment près pour que les avertisseurs de proximité de son armure se mettent à hurler. Il percuta la tête de la Machine-Démon, la faisant basculer en arrière. Une autre explosion suivit la première, martelant l’épave du visage de la Machines-Démons et explosant son torse dans une grêle de fragments de métal en rotation.

Varrian se releva, la pluie battante et le fer brûlant cliquetant sur son armure. Il se retourna et remercia d’un signe de tête le Dreadnought qui se profilait derrière lui.

« Un autre chemin est bloqué ? » gronda l’énorme marcheur.

« Oui, » répondit Varrian.

« Alors nous trouverons un autre chemin, » lança Zorael en faisant la roue et en s’éloignant à grands pas.

« Nous le ferons, » marmonna Varrian. « Mais où ? »

Le Garde Sanguinien jeta un coup d’œil rapide vers le haut et le bas de la rue. Elle était bordée des deux côtés par des manufactures scabreuses, d’où tonnait le vacarme de l’industrie continue. Ce bruit était presque noyé dans le fracas et le grondement de la bataille qui faisait rage tout autour. Malgré tous leurs efforts, les Blood Angels s’étaient de plus en plus dispersés, et leur élan s’était ralenti. Le maître de guerre Althedrak avait commencé à envoyer des Machines-Démons contre eux quelques minutes plus tôt, et les monstres liés par le fer faisaient des ravages. Les cultistes continuaient d’affluer de toutes parts, renforcés par des légionnaires noirs endurcis dont les tirs avaient déjà coûté la vie à plusieurs archanges. La tour de garde la plus proche de l’Hex Infernium se dressait au-dessus des rues juste au nord de leur position, si proche que ses énergies crépitantes donnaient des frissons à Varrian et des démangeaisons à son âme. Avec les ennemis qui déferlaient sur eux aussi vite que la pluie irradiée, et chaque route bloquée par de nouveaux obstacles, on aurait pu se trouver sur une autre planète.

Les Blood Angels se battaient avec tout ce qu’ils avaient. Ils ne céderaient jamais, quelles que soient les circonstances. Ce n’était pas dans leur nature.

« Frères, » cria le capitaine Karlaen sur le vox, « mettez-vous en position. Grenades Krak à portée de main. Nous allons abattre le mur du côté nord de la rue et avancer à travers ce manufactorum. Ils ne nous arrêteront pas. »

C’est alors que la rue se mit à trembler. Des gravats et de la poussière s’échappèrent des façades des manufactures et se répandirent dans la rue. La pluie sifflait, rouge et sanglante, des armures et du béton, et la chaussée commença à se fissurer et à éclater, vomissant du laiton en fusion et des crânes humains luisants.

« Non… » souffla Varrian, un instant avant qu’un énorme monstre de sang et de laiton ne s’écrase à travers les ruines et ne s’enfonce dans la chaussée. Aussi haut que les bâtiments qui l’entouraient, avançant en grondant sur un train de chenilles aussi large que deux Land Raiders écrasés l’un contre l’autre, le Seigneur des Crânes était un mastodonte de guerre. Des vagues de chaleur s’échappaient de l’engin. De la vapeur irradiée l’enveloppait.

Lorsque le monstre s’élança dans la bataille, les cultistes qui l’entouraient poussèrent un puissant cri d’adulation terrifiée. Le canon à canons multiples du bras de la Machine-Démon se mit en marche dans un gémissement assourdissant, et une escouade entière de vétérans de l’avant-garde disparut tout simplement dans une grêle imparable d’obus massifs.

Varrian poussa un cri d’indignation. Il déclencha ses réacteurs Dorsaux et s’élança dans la rue en direction de l’abomination. Ses frères s’envolèrent avec lui, se rapprochant de tous côtés pour combattre les Machines-Démons. La machine tourna à une vitesse stupéfiante, son immense chaîne tranchante s’élançant vers l’avant. Quatre guerriers à l’armure d’or furent frappés dans les airs, écrasés contre un mur de la manufacture par les dents de l’arme et réduits à l’état de restes sanglants.

Varrian s’élança au-dessus de la balançoire, atterrit sur l’épaulière du monstre et s’élança vers l’avant. La pointe de son épée s’enfonça dans le côté du casque de la Machine-Démon. Le cri de triomphe de Varrian fut étouffé lorsque sa lame de maître se brisa comme du verre sur l’armure de la chose.

Dans un rugissement retentissant, le Seigneur des Crânes libéra Varrian d’un coup sec. Le Garde Sanguinien dégringola sur la route en contrebas. Varrian atterrit accroupi, voyant les tirs de ses frères marteler en vain l’armure des Machines-Démons. Alors que l’engin levait son canon pour tirer une nouvelle fois, Varrian connut un moment de désespoir.

Puis le Garde Sanguinienne aperçut une lumière dorée qui plongeait dans les nuages comme une étoile filante, et l’espoir monta en lui.[31]

La Victoire ou la Mort

Karlaen, lui aussi, sentit l’espoir monter en lui lorsque le Sanguinor frappa d’en haut comme l’épée de Sanguinius lui-même. L’ange doré s’abattit sur les larges épaules du Seigneur des Crânes et enfonça son épée dans le sommet de son casque. Là où la lame du frère Varrian s’était brisée contre le cuivre forgé par l’enfer, l’épée du Sanguinor ne put être arrêtée. Elle transperça la tête de l’engin de guerre jusqu’à la garde transversale, avant de se libérer dans un geyser de laiton en fusion. Les Machines-Démons se mirent à trembler, essayant de frapper leur attaquant avec leur énorme couteau, et Karlaen eut un moment d’horreur à l’idée que cette arme monstrueuse puisse frapper l’ange d’or.

Mais le Sanguinor s’était déjà éloigné d’un bond, se posant sur l’un des réservoirs de sang bouillant dans le dos de son ennemi. D’un coup d’épée de l’ange, le flanc en verre armé du char se brisa, suivi d’un autre, puis d’un autre. Le sang brûlant se déversa en une marée sur la chaussée. Le Seigneur des Crânes s’élança à nouveau, plus lentement à présent, et le capitaine Karlaen vit son heure arriver. Tournant le dos aux cultistes qui encombraient la rue, il s’élança sur la chaussée et balança son arme de toutes ses forces. Le marteau Tonnerre de Karlaen s’écrasa contre la voie ferrée la plus proche de la Machines-Démons, la sectionnant dans un souffle de force de concussion et bloquant le monstre au milieu d’une gerbe de maillons de voies ferrées déformés.

Le Seigneur des Crânes poussa un hurlement de pure fureur, mais il fut interrompu par le Sanguinor qui descendit en piqué pour achever son ennemi paralysé. Sa lame chanta. Le métal se cisailla de manière explosive. La tête coupée de la Machines-Démons s’écrasa sur la chaussée. Le Seigneur des Crânes se mit à trembler et à spasmer tandis que du métal en fusion et du sang jaillissaient de son cou comme la lave d’un volcan, puis il s’arrêta net.

« Pour Sanguinius », cria Karlaen, et ses frères de bataille se joignirent à lui dans une puissante acclamation. Elle couvrit les gémissements des cultistes, qui regardaient avec consternation leur idole massacrée se refroidir jusqu’à devenir un métal terne sous la pluie battante.

Avec une férocité redoublée, les Blood Angels survivants se frayèrent un chemin à travers les rangs ennemis. Des dizaines de cultistes furent fauchés ou déchiquetés en quelques instants. Le sang des Traîtres se mêlait à la pluie, se répandant en nappes cramoisies et se déversant dans les caniveaux et les égouts encombrés de gravats. À chaque seconde, le nombre de morts hérétiques augmentait, la panique des cultistes les empêchant de viser et brisant leur cohésion. Si un engin de mort aussi puissant que le Seigneur des Crânes ne pouvait pas mettre à terre les envahisseurs, qu’est-ce qui pourrait le faire ?

Diamor 11.jpg

Lorsque l’ange doré descendit des épaules de la machine morte pour rejoindre le combat, les masses ennemies perdirent leurs derniers nerfs. Ils s’enfuirent en hurlant dans les rues avoisinantes, abandonnant leurs maîtres de la Black Legion en infériorité numérique à une mort rapide. Leurs cris de terreur couvrirent même la voix furieuse du forgeron de guerre Althedrak, qui résonnait toujours impuissante dans les haut-parleurs à bouche de gargouille qui bordaient la rue jonchée de cadavres. Alors que ses frères fauchaient les derniers ennemis, Karlaen s’agenouilla devant le Sanguinor. L’eau de pluie ruissela sur son visage lorsqu’il le releva pour contempler le visage doré de l’ange gardien de son chapitre. Sans mot dire, le Sanguinor invita Karlaen à se lever, puis tourna son regard vers la monstruosité biomécanique crépitante de la tour de garde voisine. Des arcs de foudre noire bondissaient et s’enroulaient entre la tour et ses homologues éloignés, puis autour de la circonférence cyclopéenne de l’Hex Infernium, formant une cage qui retenait la faille Warp tourbillonnante.

« Oui, » dit Karlaen avec détermination, « le temps est compté. L’ennemi a été repoussé, rien de plus. Nous devons en finir avant qu’ils ne reviennent. »

Le Sanguinor acquiesça une fois puis s’envola dans un tourbillon d’air, laissant Karlaen ordonner à ses guerriers survivants. Il y a tant de morts, pensa Karlaen avec aigreur en regardant le prêtre Sanguinien se déplacer entre les corps, son narthecium cliquetant et vrombissant. Les traîtres paieraient pour ces morts. Il leur donnerait un sens.

« Frères, » voxa-t-il, « à moi. Surveillez les flancs et suivez le Sanguinor. Nous avons gagné un moment de répit, profitons-en. »

Les Blood Angels se déplacèrent rapidement, leur objectif en vue et le Sanguinor planant au-dessus d’eux comme une étoile qui les guidait. Les survivants de la Garde Sanguinienne gravitaient autour de lui, sautant et glissant dans le sillage de l’ange. Karlaen surveillait attentivement son écran rétinien, absorbant les données auspex, les interceptions vox, le nombre de munitions et les dispositions stratégiques avec une efficacité surhumaine. L’ennemi tournait comme des vautours, des groupes de Machines-Démons et des bandes de Légionnaires Noirs se massaient, rassemblant les cultistes devant eux. Le cercle se refermait autour de Karlaen et de son petit groupe de survivants.

« Cela va se jouer à peu de chose, » voxa Karlaen au Sergent Terminator Alphaeus. « Si je l’ordonne, vous mènerez nos frères au point d’extraction. J’ai la grenade vortex. Il suffit d’un seul d’entre nous pour la déclencher. »

«Compris, premier capitaine, » répondit Alphaeus, son ton traduisant son mécontentement face à l’ordre, même si le devoir l’obligeait à l’accepter.

La route tourna, les manufactures s’éteignirent et les Blood Angels se retrouvèrent au bord d’une zone de décombres et d’épaves. Karlaen leva les yeux vers l’immensité obscène de la tour de garde qui s’élevait au-dessus de lui, observant ses câbles pulsants, son amalgame tordu de chair et de métal, et la prolifération incandescente des runes anciennes qui brûlaient à sa surface. Il avait le goût de la cendre et du métal dans la gorge. Son esprit recula devant le maelström bouillonnant des énergies du Warp, à moitié visible à travers les éclairs noirs qui jaillissaient de la tour.

« Impur », grogna le sergent Alphaeus. « Tuons cette maudite chose et finissons-en. »

Karlaen adressa à son subordonné un sourire dépourvu d’humour et s’élança à travers les décombres, menant ses hommes vers la base de la tour. La structure était énorme, trois fois plus haute qu’un Titan Warlord, et criblée de tunnels qui s’enfonçaient dans l’obscurité. Karlaen jeta un nouveau coup d’œil à son écran tactique. Il observa les vagues convergentes de l’ennemi qui se rapprochait. Ils n’avaient que quelques instants devant eux.

« Mes frères, » commença le premier capitaine en prenant une décision, « à partir d’ici, je continue seul. Je vais déclencher la grenade vortex à la base de la tour et libérer les énergies pour la faire tomber. Vous vous frayerez un chemin jusqu’au point d’extraction. »

Plusieurs des Blood Angels élevèrent la voix en signe de protestation, mais Karlaen les fit taire.

« Nous n’avons pas le temps et l’ennemi est trop nombreux. Votre évasion distraira l’ennemi, ce qui me donnera le temps de déclencher la grenade et d’achever la mission. Nous ne déshonorerons pas nos frères tombés au combat en gâchant leur mort. »

Ses guerriers se turent et Karlaen prit en main l’encombrante grenade à vortex, contemplant un instant la dernière arme qu’il allait manier. La puissance destructrice de cet engin rare serait plus que suffisante pour déchirer la base de la tour et la faire s’écrouler. Karlaen se retourna pour accomplir son devoir et se retrouva face au masque sans expression du Sanguinor. Quelques minutes plus tard, les frères de bataille survivants de la Force de Frappe Karlaen se frayaient un chemin dans une rue glissante sous la pluie, avec l’Infernium Hex dans le dos.

« Ces maudits nous ralentissent », grogna Karlaen en tirant sur un autre légionnaire noir et en l’envoyant au sol. « Le Sanguinor doit avoir mis le dispositif en place à l’heure qu’il est. »

« C’est vrai », déclara Frère Zorael, attrapant un traître dans son poing énergétique et l’écrasant. Le Dreadnought chancela lorsqu’une grenade anti-char explosa contre son épaule, déchirant les plaques d’armure et faisant jaillir des étincelles de fils brisés. Son poing se crispa, agrippant toujours sa victime. « Ce qui signifie que nous devons nous hâter ».

Karlaen poussa un grognement d’acquiescement et brandit son Marteau Tonnerre, écartant un groupe de cultistes. Il ouvrit la voie entre les épaves d’une paire de Machine-Démon, suivi par ses guerriers. Marchant dans le sillage de Karlaen, le Dreadnought écarta les épaves et lança des fragments dans la rue, en direction de la prochaine bande d’ennemis. D’autres Blood Angels se déversèrent dans son sillage, ripostant aux hordes ennemies qui les harcelaient.

« Hérétique, racaille ! » rugit Zorael. « Ne savez-vous pas que vous vous trouvez sur le chemin des justes ? La mort est une trop belle fin pour des gens comme vous ! »

« Ils sont plus épais que les essaims phodiens, » grinça Karlaen, alors que les tirs ennemis résonnaient dans son armure et que ses frères ripostaient tout autour de lui, « mais nous devons percer. Nos forces sont nécessaires ailleurs. »

« C’est vrai, premier capitaine, » gronda Zorael, et pendant un instant Karlaen aurait juré avoir entendu une pointe d’amusement sinistre dans la voix du Dreadnought, « mais d’après mes relevés auspex, l’ange d’or vient de faire exploser votre grenade vortex. Nous allons les voir se disperser, n’est-ce pas ? »

L’instant d’après, un immense grondement secoua le ciel. En regardant en arrière, Karlaen vit le sommet de la tour de garde trembler. Le Sanguinor avait dû réussir à déclencher la grenade vortex. Les énergies dévastatrices de l’arme allaient maintenant se déchaîner dans la base de la tour, consumant tout ce qu’elles touchaient et entraînant la matière de la réalité dans l’abîme aspirant du Warp. Le sommet de la tour trembla à nouveau, puis l’ensemble de la structure commença à s’incliner et, lentement, à basculer. Au fur et à mesure de sa chute, la tour s’accéléra, sa structure se déformant et s’effondrant au fur et à mesure qu’elle était soumise à des contraintes qu’elle ne pouvait plus supporter. Du feu blanc jaillit d’entre les supports qui se fissuraient, déchirant les tendons et faisant éclater les tuyaux qui crachaient de la bave. La tour s’effondra plus rapidement, son grondement étouffant tout autre son alors que des milliers de tonnes de métal et de chair s’élançaient vers le sol.

Karlaen sourit sinistrement tandis que la tour s’écroulait et qu’une tache dorée incandescente s’élevait de la dévastation grandissante pour disparaître au milieu des nuages tourbillonnants.

« Le Sanguinor a fait son devoir, » gronda le Dreadnought avec une sinistre satisfaction. « Partons maintenant. Ioline est sur le point de devenir inhospitalière ».

Les paroles du Dreadnought furent renforcées par une série d’explosions frémissantes qui firent trembler le sol et illuminèrent le ciel d’un feu multicolore. Des éclairs noirs jaillirent follement de la tour qui s’écroulait, s’élançant pour soulever des détonations crépitantes au milieu des sinistres manufactures.

« Frères, » rugit Karlaen au-dessus du vacarme catastrophique de la destruction, « en route vers le point d’extraction. Ne vous arrêtez pas. Avancez ! »

Les Blood Angels accélérèrent le pas, les troupes d’assaut maintenait un périmètre mobile autour de leurs camarades plus lents. Sur leurs écrans rétiniens, chaque guerrier pouvait voir la distance qui le séparait du point d’extraction diminuer lentement, l’écart se réduire entre eux et la place souillée de la Grâce de l’Empereur où leurs Stormravens attendaient de les extraire.

Tout autour d’eux, c’était la débandade totale. Là où l’ennemi se pressait de tous côtés comme les mâchoires d’une bête monstrueuse, il n’y avait plus qu’une horde désintégrée de silhouettes fuyantes. Les cultistes couraient en hurlant pour sauver leur vie, fuyant la destruction tonitruante de la tour ou se jetant au sol en priant pour leur salut. Certains membres de la Black Legion ignorèrent complètement les Blood Angels, s’élançant dans les rues vers leurs propres vaisseaux d’extraction. D’autres, les plus fanatiques, continuaient à s’en prendre aux Fils de Sanguinius. Leur haine des loyalistes éclipsait même la menace d’une mort imminente. Une meute de Raptors de la Black Legion plongea dans la rue devant les guerriers de Karlaen, faisant feu de tout bois. À la gauche du capitaine, le frère Terminator Taelador trébucha et tomba, un tunnel incandescent percé dans son ventre par un tir de fuseur. Karlaen poussa un rugissement de colère, sentant la Soif Rouge se réveiller derrière ses yeux. Il fonça tête baissée sur les troupes d’assaut de la Black Legion qui hurlaient, frappant de son marteau le porteur du canon à fusion qui s’écrasât sur le sol. D’un coup de reins, Karlaen frappa un autre ennemi au casque, lui fracassant le crâne. Les autres s’enfuirent, poussant des cris de dépit alors qu’ils bondissaient sur un toit voisin.

Les Blood Angels poursuivirent leur route, atteignirent le bout de la chaussée détrempée et débouchèrent sur la Place de la Grâce de l’Empereur. Karlaen poussa un juron en voyant leurs Stormravens assaillis par les ennemis. Plusieurs des appareils étaient au sol, canons allumés, alors que la Black Legion tentait de les prendre d’assaut. Les autres appareils planaient au-dessus de leurs têtes, tenant bon malgré les coups de vent et les éclairs qui envahissaient le ciel.

« Ils n’essaient pas de les détruire, » cria Karlaen. « La Black Legion essaie de voler nos vaisseaux. Fils de Sanguinius, tuez-les tous ! »

Arenos Karlaen.

Battus, blessés, brûlés et poussés à bout, les Blood Angels survivants lancèrent une dernière charge. Alors qu’ils se précipitaient vers l’avant, la tour de garde tombée au sol émit un dernier grondement convulsif et son champ de protection s’effondra complètement. Les réactions se succédèrent dans l’Hex Infernium tandis que les énergies déchaînées du Warp se heurtaient aux protections crépitantes des tours d’Eldritch. Les entités Démon hurlaient dans l’air, des ricanements fous tournaient en spirale autour des Blood Angels tandis qu’ils abattaient les Légionnaires Noirs sur la place. Des guerriers tombèrent des deux côtés, tailladés, empalés ou criblés de balles. Finalement, ce furent les Blood Angels qui l’emportèrent, leurs ennemis pris au piège entre les canons des Stormravens à l’avant et la force de frappe de Karlaen à l’arrière. Les rampes d’assaut s’ouvraient en gémissant et les propulseurs luttaient contre les vents violents tandis que les Blood Angels s’entassaient à bord de leurs vaisseaux. Frère Zorael fut le dernier à être récupéré, le Dreadnought boiteux étant saisi par les grappins magnétiques du dernier Stormraven en train de décoller.

Les vaisseaux des Blood Angels enclenchèrent leurs propulseurs et s’élancèrent à travers les cieux convulsés, des gerbes de matière brute du Warp s’enroulant autour d’eux. Luttant contre les forces de gravité, le capitaine Karlaen se traîna jusqu’au cockpit de son Stormraven, s’accrochant au dossier du trône du pilote tandis qu’il observait la destruction en contrebas. Il devait savoir que c’était fait.

En bas, au milieu des ruines, les tours de garde de l’Hex Infernium se tordaient, submergées par des puissances qu’elles ne pouvaient plus contenir. Les protections de sécurité se mirent en place, annulant les hexagrammes et les sorts d’abjuration qui repoussaient la faille du Warp et l’écrasaient, empêchant le débordement de l’empyrée. Les énergies qui luttaient pour refermer la brèche surchargeaient également les tours restantes. La science et la sorcellerie s’affrontèrent hideusement, déformant de manière catastrophique les lois naturelles de l’univers avant d’imploser avec la force d’une étoile mourante. La dernière chose que Karlaen vit de la surface, avant que les nuages bouillonnants de la haute atmosphère n’étendent leur voile sur tout le monde, fut une onde de choc cataclysmique se propageant à une vitesse incroyable. Rien ne survivrait à son contact.

« Frères, » voxa le premier capitaine avec lassitude, « Au nom de Sanguinius, la victoire est à nous ».[32]

Force de Frappe Karlaen

Pour l’attaque sur Ioline, le premier capitaine Karlaen rassembla une force composée des guerriers d’élites des Blood Angels. Il s’agissait d’une attaque tactique audacieuse dans laquelle l’habileté, la vitesse et la résistance l’emporteraient largement sur le nombre. Seuls les meilleurs fils de l’ange se tenaient aux côtés de Karlaen, une assemblée de héros dont la vaillance et la puissance martiale auraient fait la fierté de Sanguinius lui-même. Le premier capitaine Karlaen est l’un des plus grands stratèges de son chapitre. Le capitaine voit les grands schémas et les détails logistiques avec la même clarté, rassemblant des strates d’informations avec une rapidité incroyable et évaluant les mouvements de ses ennemis avec une précision proche de celle d’un prescient. Ce seul talent fait du capitaine Karlaen un commandant militaire extrêmement efficace. Associées à l’audace et au courage de son héritage Blood Angels, ainsi qu’à la colère de Karlaen contre ceux qui menacent l’Imperium de l’humanité, ces qualités font de lui un héros d’une valeur exceptionnelle. Les guerriers de Karlaen le suivent avec une loyauté absolue et sans faille, sûrs dans leur cœur de combattre aux côtés d’un véritable fils de Sanguinius.

C’est ce lien qui a conduit chaque guerrier sous le commandement de Karlaen et toute la Garde Sanguinienne présente sur Amethal à se porter volontaire pour le raid apparemment suicidaire contre les usines de Machine-Démon d’Ioline. Prudent et avisé, Karlaen ne choisit parmi ces courageux frères de bataille que la force dont il pensait avoir besoin, laissant les autres renforcer les défenses d’Amethal au cas où sa mission échouerait. La Force de Frappe Karlaen a reçu l’aide de l’Adeptus Mechanicus pour son attaque surprise, d’anciennes reliques d’une technologie perdue léguées par le Magos Dominus Ivasnophon lui-même. La frégate à bord de laquelle la force de Karlaen s’est lancée dans la bataille était dotée d’un système de furtivité complexe, un enchevêtrement inquiétant d’archéotechnologie incompréhensible qui dissimulait les émissions de propulsion, les signatures thermiques et les retours d’auspex du vaisseau, et qui voilait même sa présence dans le Warp. Parallèlement à ce don incroyable, le Magos Dominus a également demandé à ses serviteurs de modifier le téléportarium de l’Angelus Redemptor.

Capitaine Karlaen[33]

Stratège hors pair et guerrier invincible, c’est à juste titre que le capitaine Karlaen est surnommé le Bouclier de Baal. Cela fait maintenant deux siècles qu’il porte le manteau de capitaine de la première compagnie, et il s’est distingué à maintes reprises au cours de cette longue période. Lors de la bataille de Forlorn Falls, Karlaen et ses Terminators ont brisé les défenses de leurs ennemis Iron Warriors pour écraser les traîtres. Lors du nettoyage du Space Hulk infesté Solace in Sorrow, Karlaen a démontré toute l’étendue de son génie tactique, coordonnant sans faille les batailles sur dix zones de combat distinctes malgré la défaillance des communications des Blood Angels. Plus récemment, le capitaine Karlaen a prouvé la foi de son ancien mentor, le commandant Dante, en faisant preuve d’un héroïsme sans égal lors de la guerre contre la Vrille Cryptienne de la Flotte Ruche Léviathan. Si ce terrible essaim de xénos avait traversé les Mondes-Boucliers de Cryptus, il aurait déferlé sur le monde des Blood Angels comme une tempête dévorante. Au lieu de cela, le capitaine Karlaen a contribué à réduire les extraterrestres à l’état de cadavres à la dérive dans le vide.

À l’origine, Karlaen pensait qu’il devrait téléporter ses escouades de Terminators dans la bataille comme premier élément de son attaque, qui devraient ensuite tenir assez longtemps pour que le reste de sa force les rejoigne à bord de Stormravens. Grâce aux dons ésotériques de l’Ivasnophon, tous les Blood Angels de la Force de Frappe Karlaen et même l’imposant Dreadnought Zorael qui les accompagnait purent se déployer en un seul assaut téléporté dévastateur depuis le ciel. Grâce à ses talents de stratège, le capitaine Karlaen avait rassemblé la force parfaite pour tirer parti de ces avantages. En tête, Karlaen et son escouade de commandement en armure Terminator dirigèrent une Demi-compagnie d’Archanges. Les griffes Éclair et les marteaux Tonnerre des Terminators de cette formation étaient parfaits pour déchiqueter l’ennemi dans les limites étroites de ce combat urbain tordu. En soutien à ces guerriers résistants, la forme blindée de Frère Zorael, un Dreadnought doté d’un arsenal d’armes spécialement conçu pour les combats à courte distance contre des ennemis en masse, se déplaçait à pied.

Autour de ce noyau inflexible des meilleurs guerriers de son chapitre, Karlaen disposait des escouades de vétérans de Sternguard et de Vanguard, des guerriers endurcis des Archanges équipés pour distribuer une mort rapide, que ce soit dans la mêlée ou dans des fusillades brutales et rapprochées. Sachant qu’il allait probablement devoir affronter les Machines-Démon dont les Archanges tentaient d’arrêter la production, Karlaen veilla à ce que ces escouades soient bien équipées en armement pour faire face à ces monstruosités de fer ; les fuseurs et les armes à plasma étaient très présents, tandis que tous ceux qui pouvaient porter des bombes à fusion et des charges anti-char le firent. Le dernier atout de Karlaen était l’Hôte d’or qui l’accompagnait, un rassemblement presque sans précédent de gardes sanguiniens. Chacun de ces héros dorés était une véritable armée à lui seul, un maître intrépide du combat à distance et au corps à corps, dont la présence augmentait considérablement les chances de succès de Karlaen. Sous la direction inattendue du Sanguinor lui-même, cette force de héros angéliques était le fléau de tous les adorateurs du Chaos assez fous pour se mettre en travers de leur chemin.[34]

Le Raid Ioline >>> ASC 040-065

Partout dans le système Diamor, des vaisseaux spatiaux, des engins de guerre et des guerriers s’affrontent jusqu’à la mort. Chaque zone de guerre était un rouage d’une machine conçue par le Seigneur Xorphas. Ces rouages s’imbriquaient les uns dans les autres pour former un tout sombre et diabolique. Mais la complexité du plan du Chaos était aussi sa faiblesse : si les Blood Angels parvenaient à arracher un seul rouage de la machine, c’est l’ensemble qui risquait de s’effondrer.

Au lendemain de l’arrivée des Blood Angels, la guerre pour le système Diamor entra dans une nouvelle phase. Les Fils de Sanguinius avaient renversé la vapeur sur Amethal, leurs psychés artificielles résistant à l’étrange malédiction de la planète et leur force guerrière n’ayant rien à envier à celle des guerriers des Crimson Slaughter ravagés par les combats. Autour de plusieurs modules du Mechanicus et dans de nombreuses zones de combat secondaires disséminées sur le globe, les armées de l’Imperium se battaient pour leur résurgence. Les Titans de la Legio Metalica et les Chevaliers de la Maison Raven parcouraient les hauts plateaux sauvages, leurs armes s’entrechoquant tandis qu’ils échangeaient des volées de mort flamboyantes avec leurs homologues traîtres. Des armées de Skitariis et du Culte Mechanicus repoussèrent des meutes de Machine-Démon déchaînées, ou coordonnèrent leurs attaques avec les Fils de Sanguinius, qui se déplaçaient rapidement, pour encercler et éliminer les forces des Crimson Slaughter partout où elles se trouvaient. Des forêts vierges brûlaient et des rivières autrefois magnifiques ruisselaient de sang et d’ichor, mais les forces du Chaos étaient repoussées avec force.

Le capitaine Karlaen, quant à lui, avait appris du techno archéologue Dominus Ivasnophon ce qui était en jeu. Le premier capitaine, d’abord furieux de la convocation impérieuse du Magos, était devenu sérieux et engagé lorsqu’Ivasnophon lui avait révélé la nature de la technologie qu’il recherchait sur Amethal. Il s’agissait d’un objet ancien, fabriqué par ceux qui régnaient sur la galaxie bien avant que les premières formes de vie terriennes n’émergent de la soupe primordiale. D’autres exemplaires de ce type avaient été trouvés dans la galaxie de temps à autre, laissant entrevoir une arme incroyablement puissante contre les puissances du Chaos. Ivasnophon était spécialisé dans la localisation, l’excavation et la rétro ingénierie de tels trésors archéotechnologiques. Depuis des siècles, il suivait une piste ténue d’indices vers sa plus grande découverte. Amethal n’était pas une planète, expliqua-t-il, mais plutôt une peau de roche et une biosphère tendue comme un camouflage sur une ancienne cage. Vaste à l’extrême, entourée d’arcanes et de technologies obscures, c’était une prison éternelle pour les Démons. Le Magos Dominus était persuadé que la cage d’Amethal renfermait des êtres infernaux innombrables, piégés depuis des millénaires derrière des barreaux.

La raison pour laquelle les anciens avaient cherché à isoler ces créatures du Warp était un mystère perdu dans la nuit des temps, mais le Magos était certain qu’ils y étaient parvenus. Le capitaine Karlaen fut horrifié par cette révélation, car si c’était vrai, les détenus empyréens de ce monde représentaient un terrible danger pour les défenses de la Porte Cadienne. En même temps, il ne tarda pas à comprendre l’objectif d’Ivasnophon sur ce monde. S’appuyant sur ses innombrables décennies d’études et d’expérimentations, le Magos Dominus était presque en mesure de reproduire les technologies de la cage aux démons. Il ne lui restait plus que quelques semaines, quelques mois tout au plus, pour créer, puis produire en masse, des dispositifs capables de mettre les Démons en cage à grande échelle. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une solution permanente à la menace démoniaque, de tels dispositifs pourraient mettre fin aux incursions démoniaques dès leur début, et ainsi renverser le cours de la guerre pour la Porte de Cadia.

Diamor 13.jpg

Les fouilles de Metalica à travers Amethal avaient révélé qu’il y avait ici un terrible danger mais aussi une grande récompense. La cage du Démon avait un point faible, découvert sous le site d’excavation du module Beta-Secundus. Qu’il s’agisse d’une sortie intentionnelle ou du produit de millénaires d’usure, il y avait une zone dans l’hémisphère nord d’Amethal où les énergies démoniaques voix chuchotantes et phénomènes étranges s’infiltraient. Un certain nombre de leurs serviteurs d’excavation et de leurs gardes skitarii avaient muté ou s’étaient livrés à des massacres, mais il s’agissait là de pertes acceptables compte tenu de l’enjeu. Aujourd’hui, cependant, il semble que le Seigneur Xorphas ait également appris l’existence de ce point faible. Le Magos Ivasnophon supposa que les hérétiques avaient déployé leurs troupes de choc des Crimson Slaughter dans ce but précis. La nature hantée par les Démons des renégats était bien documentée, et il semblait que Xorphas avait cyniquement exploité cette connexion ouverte aux puissances du Warp.

Si le combat à l’échelle planétaire provoqué par le Crimson Slaughter avait été punitif, le coup de marteau ciblé qui s’était ensuite abattu sur le module Beta-Secundus avait tout d’une apocalypse. Des cieux pleuvaient des vagues successives de Dreadclaw et Kharybdis, entrecoupés de lourds vaisseaux de largage, tous peints dans le rouge sang de Khorne. Atterrissant en masse dans et autour de Beta-Secundus, les cultistes, les berzerkers et les machines divines du Dieu du Sang débordèrent de leurs transports avec Khârn le Félon à leur tête. Des éléments du Monde-Forge Metalica et de la Maison Raven neutralisèrent les sites de largage tandis que les chefs de la Compagnie de la Mort s’efforçaient de rassembler leurs frères de bataille dispersés et psychotiques. Les pertes initiales des traîtres étaient élevées.

Les hérétiques s’échappèrent de leurs vaisseaux sans se soucier de stratégie ou de cohésion et furent fauchés par centaines. Mais ce qui manquait aux forces du Chaos en termes d’acuité tactique était plus que compensé par la fureur meurtrière et le simple poids du nombre. Pire encore, elles avaient Khârn. Au cours de la première heure de combat, le Traître et sa marée de tueurs en armure rouge avaient envahi les forces de l’Adeptus Mechanicus déployées autour du module Beta-Secundus. Ensuite, ils déferlèrent en masse vers le cœur du module. La horde de Khorne s’est engouffrée dans les brèches des défenses de la zone et s’est déversée dans les rues en béton armé, entre les ruines flamboyantes des usines préfabriquées et les sanctuaires de l’Omnimessie. Les Seigneurs des Crânes avançaient en grondant au milieu de la masse, le sol tremblant sous l’effet de leur avancée.

Les frères survivants de la Compagnie de la Mort rencontrèrent leurs ennemis de plein fouet. L’expertise d’Astorath et du Chapelain de la Compagnie de la Mort Daenor, avait permis de remettre de l’ordre dans les rangs des frères perdus. Dirigée par le furieux Chapelain Lemartes, la Compagnie de la Mort contre-chargea ses ennemis, dictant la forme de la bataille plutôt que d’attendre d’être submergée. Ce fut un mouvement audacieux, qui ralentit l’avancée des troupes de Khorne. Pourtant, les Blood Angels, en infériorité numérique, subirent rapidement des pertes effroyables. Plus de quatre-vingt-dix pour cent des membres de la Compagnie de la Mort avaient été tués lorsque les multiples engins de la Legio Metalica ont pu atteindre la zone d’engagement. L’avancée tonitruante des Titans a fait reculer les forces de Khorne et a brisé leur cohésion, laissant le temps à Astorath et Lemartes d’extraire les derniers vestiges de leurs forces. Le Chapelain Daenor naquit du champ de bataille par Astorath lui-même, tailladé et mutilé par Khârn le Traître. La perte des frères de la Compagnie Mort était acceptable, car leur destin avait toujours été de périr dans des batailles désespérés, et ils s’étaient vendus aussi cher qu’ils le pouvaient. Astorath ne laisserait cependant pas Daenor périr, car le Chapelain de la Compagnie Mort était l’un des plus accomplis de son ordre.

Après l’attaque des Titans, les groupes de guerre de Khorne qui avaient survécu s’étaient dispersés loin du module Beta-Secundus, maraudant à leur guise à la recherche de sang et de crânes. Les machines survivantes de la Legio Metalica se désengagèrent également, la force des Titans étant nécessaire ailleurs pour se défendre contre les nouvelles vagues de Machine-Démon arrivant d’Ioline. Le danger ne se limitait pas non plus au module Beta-Secundus. Alors que la guerre faisait rage dans tout Amethal, les contre-attaques impériales étaient repoussées ou écrasées par d’énormes groupes de Machine-Démon nouvellement forgés. Le baron Dargetus et ses chevaliers de la maison Raven se sont alors illustrés en fonçant sur les monstrueux groupes d’engins de guerre ennemis et en arrachant le cœur des meutes de machines infernales les uns après les autres. Ce sont les chevaliers qui ont repris le module Daedalus-Quartus aux forces écrasantes des traitres, chassant les Machine-Démon qui avaient infesté ses ruines et écrasant un groupe de guerrier des Crimson Slaughter qui s’abritait au milieu des ruines. Mais cette solution n’était au mieux que temporaire. Les traîtres recevaient un flux constant de puissants renforts. Ce n’était pas le cas des forces impériales. Selon l’inéluctable arithmétique de la guerre, ce n’était qu’une question de temps avant que le Chaos ne soit victorieux.

Le capitaine Karlaen savait plus que jamais qu’il ne fallait pas laisser faire. Il opta donc pour une solution audacieuse, que seuls les guerriers surhumains de l’Adeptus Astartes pouvaient espérer réaliser. Les Blood Angels couperaient les renforts ennemis à la source. Ils détruiraient les usines de Machine-Démon sur Ioline. C’était un pari dangereux, mais le Magos Ivasnophon était capable d’améliorer les chances impériales. Avec beaucoup de cérémonies, de rituels et de chants binhariques, lui et ses acolytes les plus anciens disparurent dans les profondeurs de leur temple primaris dans le module Enigma-Quintus et en ressortirent quelques heures plus tard avec d’anciens et mystérieux appareils. Ivasnophon assura à ses alliés que les esprits-machines de ces appareils dissimuleraient tout vaisseau spatial à bord duquel ils seraient installés, permettant ainsi à un vaisseau des Blood Angels d’atteindre l’orbite basse de Ioline sans être détecté et de lancer un assaut massif de téléportation contre la planète avant même que l’ennemi ne s’aperçoive de sa présence.

Quelques jours seulement après la bataille sauvage entre la Compagnie de la Mort et les hordes de Khorne, la frégate des Blood Angels Angelus Redemptor se mit en orbite au-dessus du continent nord d’Ioline. Le monde industriel avait été réduit à une horreur méconnaissable par les attentions de la Black Legion et de ses Techmanciens. Les scans Auspex révélèrent que là où se trouvaient autrefois des Ruches et des macro-complexes industriels grouillants, il n’y avait plus que des ruines cannibalisées, de mornes sanctuaires dédiés aux Dieux Sombres et de vastes paysages infernaux de forges démoniaques arrosés par une pluie constante et irradiée.

Ces sites infâmes crachaient des fumées de soufre dans le ciel tandis qu’ils construisaient des Machines-Démons par centaines, déposant leurs carapaces effrontées dans des zones d’attente autour d’un vaste cercle de tours de garde biomécaniques. Il s’agissait de l’Hex Infernium, un cercle de protection incroyablement grand à l’intérieur duquel tourbillonnait une porte de l’enfer qui crachait des légions de Machine-Démon à travers son ménisque pour les lier aux moteurs en attente. Le capitaine Karlaen a mené l’attaque sur Ioline en personne, à la tête de ses Archanges d’élite. Par la grâce du Mechanicus, des escouades de Terminators, de Sternguard et de Vanguard se sont téléportées dans l’enfer industriel de Ioline, aux côtés de plus d’une douzaine de garde Sanguinien en armure dorée.

Ne pouvant risquer de se déployer dans les énergies tourbillonnantes projetées par l’Hex, les Blood Angels ont été projetés un peu plus au sud, au milieu de l’industrie tonitruante d’une usine de Machine-Démon. L’effet de surprise était total ; les cultistes qui travaillaient sur les monstrueuses chaînes de production moururent en masse sous les armes des Blood Angels. Quelques instants après leur déploiement, la Force de Frappe Karlaen poussait vers le nord. Les Blood Angels ne perdirent pas de temps en sabotages localisés détruire des unités individuelles de factorum reviendrait à essayer d’abattre la paroi d’une falaise avec un burin. Le plan de Karlaen consistait plutôt à faire tomber la plus proche des tours de garde avec une grenade vortex et, ce faisant, à déstabiliser l’Hex Infernium. Une telle rupture catastrophique du confinement provoquerait un effondrement implosif qui scellerait la faille et dévasterait Ioline.

Bien que leur attaque par téléportation ait permis aux Blood Angels d’avancer rapidement vers leur objectif, la résistance s’est rapidement accrue. Les Blood Angels avaient atterri dans le domaine de l’Iron Warrior Althedrak, un ancien guerrier qui avait prêté serment à la cause d’Abaddon en échange d’un grand pouvoir. Althedrak n’était pas une créature subtile ; en découvrant que des ennemis avaient infiltré son factorum infernal et se dirigeaient manifestement vers l’Hex Infernium, le Techmancien entra dans une rage folle et jeta tout ce qu’il avait sur les Blood Angels.

C’est ainsi que les forces de Karlaen se retrouvèrent embourbées dans un enchevêtrement d’appareils industriels tonitruants, de fours rugissants, de ruines menaçantes et de rues étroites. Les traîtres affluaient de toutes parts, poussés par les exhortations de leur maître forgeron, tandis que les Machine-Démon flétrissaient tout sur leur passage pour atteindre les interlopes. Fusion et ses guerriers déchiraient les moteurs ennemis, tandis que les vétérans de la garde sterling fauchaient les rangs ennemis les uns après les autres. Pourtant, les Blood Angels ne pouvaient pas rester là où ils étaient, sous peine d’être ensevelis sous les ennemis. Althedrak bloquait les allées avec les cadavres de ses subalternes et faisait s’écrouler les bâtiments sous forme d’avalanches pour tenir les Blood Angels à distance. Lorsqu’un Seigneur des Crânes beuglant se dressa au-dessus de la Force de Frappe épuisée, il sembla que l’attaque des Blood Angels était vouée à un échec cuisant. C’est alors que se manifesta le mystérieux pouvoir qui a longtemps aidé les fils de Sanguinius dans leurs heures les plus sombres. Embrasé d’une lumière dorée, le Sanguinor tomba des cieux battus par la tempête et enfonça sa lame dans le crâne de la Machine-Démon.

Guidés par l’ange vengeur de leur chapitre, les Blood Angels survivants se rallièrent et se frayèrent un chemin jusqu’à la base de la tour de garde. À peine la moitié de la Force de Frappe Karlaen était-elle encore en vie lorsqu’ils atteignirent la base de la tour. Alors que les forces des traîtres se rapprochaient de trois côtés et que le maelström hurlait de l’autre, les Blood Angels se préparèrent à vendre chèrement leur vie pour atteindre leur objectif. Mais avant que Karlaen ne puisse faire le sacrifice ultime, le Sanguinor se manifesta à nouveau. Sous le regard révérencieux du Premier Capitaine et de ses frères restants, le guerrier d’or s’empara de la grenade vortex et s’éleva dans les airs, plongeant tête la première dans l’enchevêtrement de la tour de garde. L’édifice tout entier sembla se tortiller et pulser comme s’il luttait contre la présence envahissante du Sanguinor, puis, dans un grondement de tonnerre, la tour commença à s’effondrer.

Karlaen ne tarda pas à ordonner la retraite. Avec un ouragan empyrique soufflant dans leur dos et les rangs ennemis s’effondrant dans une confusion paniquée, les Blood Angels se frayèrent un chemin à travers l’ennemi encerclé et s’élancèrent vers leur point d’extraction. Ils y parvinrent de justesse. Avec une tour de garde tombée, l’Hex Infernium devenait incontrôlable. Les énergies brutes du changement et de la folie balayèrent les rues torturées d’Ioline comme un raz-de-marée, anéantissant tout sur leur passage. Le temps que les vaisseaux d’extraction des Blood Angels se mettent en orbite et rejoignent l’Angelus Redemptor, l’Hex Infernium avait explosé.

Dans les heures qui suivirent, une onde de choc déferla sur la surface de la planète, anéantissant toute trace d’industrie chaotique sur la planète et ne laissant dans son sillage que des cendres noircies et incandescentes. Il fallut sept jours pour que la fureur des tempêtes de feu globales se réduise en fumée, et la planète n’était alors plus qu’une coquille ravagée. La destruction était inimaginable, mais les Blood Angels avaient remporté leur victoire et porté un coup terrible aux forces de Xorphas. Et le Sanguinor ? Karlaen lui-même l’avait vu échapper à l’explosion de la tour de garde, une traînée d’or s’envolant vers les cieux. Quand l’heure serait à nouveau assez sombre, il reviendrait. [35]

Chapitre 3 : Le Puits Hurlant

+++Chronologie Stratégique D’Améthal+++

+++Engagement du Segment 0011110001101+++

+++OMNISSIAHREGNUMPERPETUARI+++

Asc 061-063 : les renforts d’Ioline sont identifiés comme le principal danger pour l’effort de guerre sur Amethal [augmentation de 2,4% par heure sidérale]. Le premier capitaine des blood angels, Karlaen, dirige une force de frappe [sous-réf : archanges/garde sanguinienne] contre les installations de production de machines-démon sur Ioline [sous-réf hex infernium]. Aide fournie par le Magos Dominus Ivasnophon [0011 moteur d’occultation à dégagement récursif binharique / téléportation artificielle].

Asc 064 : ioline raid successful [sub-ref : sanguinor]. Hex infernium déstabilisé, l’effondrement des sécurités hexagrammatiques a déclenché un effondrement quantique. La surface d’ioline est balayée par une tempête d’énergie ectoplasmique, toutes les ressources de la black legion sont détruites. Les archanges s’extraient avec succès de la zone d’engagement. 57% de pertes subies.

Asc 064-066 : la réponse des traîtres au raid d’Ioline est extrêmement rapide. La flotte de la Black Legion se mobilise dans le secteur vide aleph-dau-zephra, avance contre la planete Amethal. Cuirassé des word bearers [sous-réf : "Cacodémon"] détecté en orbite profonde, hors de portée des canons navals de la planète capitale Tourmalid. Signal empyrique malveillant détecté depuis un vaisseau de guerre à ASC 065. Des soulèvements simultanés de cultes hérétiques dans les habs-grav tourmalidiens et les installations de dock-spire paralysent les organes de gouvernance du système, compromettent les chantiers navals et les éléments de la réserve orbitale [sous-réf : Word Bearers, Apôtre Noir, Gorath-Hel]. La garde d’honneur des blood angels engage le combat avec les insurgés et les forces d’élites des Word Bearers.

Asc 066 : le 2e capitaine des Blood Angels, Aphael, engage un conseil stratégique hololithe global avec les principaux chefs militaires sur la planète amethal [sous-réf : Maison raven, expédition ivasnophon, princeps primusde la legio metalica, Officier de marine subsidaire, journal de bord complet x31b]. En réponse à la mobilisation de la black legion et aux coordonnées de l’attaque présumée, toutes les forces impériales disponibles passent à la défense du module beta-secundus.

Asc 066 : les forces supplémentaires des traîtres se déplacent pour l’assaut de l’objectif sur amethal [sous-ref : black legion] [sous-ref : Seigneur xorphas]. Phénomène météoroempyrique inexpliqué sur les plaines de poussières à l’ouest de bêta-secundus, 82.335% de chance que le chef des traitres Khârn rassemble les forces disponibles restantes et réintègre la zone d’engagement primaire.

+++Fin du Segment 00111100101+++[36]

Pour L'Imperium

Stimulée par la destruction d’Ioline, la Black Legion avait frappé à Amethal. Ils concentrèrent toutes leurs forces sur le module Beta-Secundus, et la sombre récompense qui s’y trouvait. Les forces impériales s’étaient rassemblées pour former un grand nœud coulant, rassemblant leurs forces avant de porter le dernier coup pour éradiquer la menace du Chaos une fois pour toutes. Le plan appartenait au capitaine Aphael, dont les propres forces formaient l’élément le plus au sud de l’offensive. Debout sur son Rhino de commandement, le capitaine Aphael prit une profonde inspiration. Il sentit l’odeur de l’huile de machine et de la vieille sueur émanant des centaines de Skitariis qui se tenaient en rangs serrés devant lui. Il entendit le bourdonnement des armures énergétiques des guerriers Blood Angels rassemblés autour de lui.

Debout sur son Rhino de commandement, le capitaine Aphael prit une profonde inspiration. Il sentit l’odeur de l’huile de machine et de la vieille sueur émanant des centaines de Skitarii qui se tenaient en rangs serrés devant lui. Il entendit le bourdonnement des armures énergétiques des guerriers Blood Angels rassemblés autour de lui. Aphael commença à parler, sa voix amplifiée par son casque atteignant une puissance divine. Il savait que le vox transmettrait ses paroles autour du périmètre du module Beta-Secundus à tous les groupes de combat des guerriers impériaux qui y étaient rassemblés. Blood Angels. Chevaliers. Culte Mechanicus. Équipages de Titans. Tous entendraient son cri de ralliement.

« Fils de l’Ange. Serviteurs de l’Omnimessie. Guerriers de l’Imperium. Vous vous êtes déjà battus longtemps et durement pour Amethal. Vous avez déjà affronté des dangers et des épreuves qui auraient brisé des hommes plus modestes. Mais pour vous, âmes fières, ce n’est rien d’autre que votre devoir, et pour cela je vous salue. »

Aphael fit claquer un poing contre son plastron en guise de salut guerrier. Les Blood Angels autour de son char de commandement firent de même.

« Mais notre guerre pour ce monde, ce système, n’est pas terminée. L’épreuve la plus dure reste à venir. Au nord, les traîtres débarquent leurs forces dans les ruines de Beta-Secundus. Ces lâches sans foi ont renoncé à tous les serments que nous tenons pour sacrés, et ont cédé à la faiblesse et à la peur. Ils se moquent de notre foi, de notre courage, de notre espèce même. Et pourtant, dans leur arrogance, ces traîtres sans foi ni loi pensent qu’ils peuvent balayer les nobles guerriers de l’Imperium et prendre tout ce qu’ils veulent de ce monde. » La voix d’Aphael s’éleva jusqu’à un cri passionné alors qu’il se dirigeait vers la conclusion de son discours. Son auditoire le regardait, ravi.

« Frères de l’Imperium, nous venons peut-être de mondes différents, mais nous avons tous en nous la même force. C’est la force d’affronter la tentation et le mal, et de les refuser. En nous brûle un feu inextinguible, et c’est ce feu qui nous portera vers la victoire, tout en éliminant à jamais la souillure du Chaos de ce monde. »

Tout autour d’Aphael, ses frères de bataille poussèrent un grand cri d’encouragement, brandissant leurs armes pour saluer les paroles d’Aphael. Même dans les rangs des Skitarii, les dos se redressèrent, les valves cardiaques s’accélérèrent et des chants de victoire binhariques retentirent. En réponse, le capitaine Aphael brandit sa lame ornée, pointant vers le nord, là où le ciel était traversé par les traînées de condensation des avions du Chaos.

« Pour l’Empereur, l’Ange et l’Omnimessie », rugit-il, « En avant, mes frères, vers la victoire. »

Alors même qu’il parlait, une escadre de canonnières Stormraven passa en rase-mottes au-dessus de la tête d’Aphael, le rouge des Blood Angels et le noir de la Compagnie de la Mort se détachant sur le ciel brumeux du matin. Après avoir prononcé son discours, le capitaine de la deuxième compagnie des Blood Angels se laissa tomber par la trappe du toit de son Rhino. Les moteurs s’activaient et s’ébrouaient tout autour, tandis que les chars de sa force de frappe commençaient à avancer. Les motos des Space Marines tournaient en rond, soulevant des éventails de poussière et de saleté tandis que leurs pilotes balançaient leurs montures vers les ruines de Beta-Secundus. Les Skitarii marchaient au pas cadencé vers l’ennemi lointain, leurs Ferro-Échassier s’élançant devant eux comme d’étranges oiseaux sans lumière. Motivées par les paroles d’Aphael et leur haine de l’ennemi, les armées de l’Imperium avançaient sur tous les fronts, un nœud coulant destiné à étrangler une fois pour tous les partisans souillés du Seigneur Xorphas.

« Un discours efficace », grésilla la voix du Magos Ivasnophon sur le vox d’Aphael. « Je prévois qu’il va augmenter l’efficacité au combat de nos forces combinées d’une valeur variable comprise entre zéro virgule sept et quatre virgule trois pour cent. »

« Je suis heureux que vous approuviez, » répondit Aphael avec ironie, tandis que son Rhino accélérait dans les prairies agitées, « et que vous souteniez mon plan d’attaque. »

« C’est la réponse optimale aux dispositions et aux objectifs de l’ennemi, étant donné les variables difficiles présentes dans l’équation stratégique de ce monde, » répondit le Magos de sa voix monotone. « Si l’on tient compte de la dévastation presque totale du module Beta-Secundus et de la nature dispersée de nos propres forces au moment de la mobilisation de la Black Legion, tenter de sécuriser et de tenir le module aurait été une réponse inefficace. Même avec les sacrifices que notre flotte a faits pour retarder les traîtres en dehors de l’enveloppe orbitale, mes projections confirment que nous n’aurions pas été en mesure d’investir Beta-Secundus avec suffisamment de matériel pour le tenir contre un largage concerté de traîtres. »

« Au lieu de cela, » dit une nouvelle voix, coupant leur canal de commandement, « vous avez rassemblé nos forces et forcé les traîtres à se mettre sur la défensive. Faites-leur tenir ce tas de décombres et de ruines s’ils le veulent tant, et voyez s’ils aiment disperser leurs forces sur tous les fronts. Bon travail, mon frère. »

L’expression sévère d’Aphael se transforma un instant en un beau sourire.

« Ah ! Capitaine Karlaen ! Un travail inspirant sur Ioline, mon frère ». « Où es-tu maintenant ? »

« En haut, » répondit Karlaen, « en train de retourner en orbite à bord de l’Angelus Redemptor avec ce qui reste du groupe d’assaut. La flotte est en train d’arriver pour attirer les vaisseaux de la Black Legion, nous passerons à travers le blocus une fois qu’il sera suffisamment renforcé, et nous vous rejoindrons sur le terrain. Mais mon frère, sachez qu’il y a beaucoup de métal là-haut et qu’il pointe dans votre direction. Attendez-vous à de lourds bombardements avant d’atteindre le module. »

Comme s’il avait été appelé par les mots de Karlaen, le premier rayon de lance descendit des nuages quelques secondes plus tard, faisant exploser un cratère vitrifié de cent mètres de diamètre et anéantissant un escadron de Predators de Baal. Aphael regarda son auspex, le sourire disparu de son visage, tandis que les munitions commençaient à tomber et que le monde n’était plus que flammes et bruits. Il y aura des pertes terribles, pensa-t-il, mais ils devaient poursuivre leur attaque. C’était la dernière bataille pour Amethal, et ils ne pouvaient pas la perdre. Comme un seul homme, les armées de l’Imperium avancèrent à travers la zone morte brûlée que le Mechanicus avait nettoyée tant de semaines auparavant. Elles foncèrent dans le blizzard de feu lancé d’en haut par les vaisseaux de guerre de la Black Legion. Les bombes de barrage descendirent en flèche pour exploser avec une force énorme, envoyant des Chevaliers dans les airs et réduisant en cendres des escouades de Skitarii. Les rayons des Lance martelaient les boucliers des Titans ou atomisaient des escouades de Marines d’Assaut. Malgré la lourdeur du bombardement et l’horreur des destructions, les forces impériales ne ralentirent pas leur rythme.

Diamor 35.jpg

Le techno archéologue Dominus Ivasnophon avançait sans relâche dans le barrage. Les sous-programmes de ses processeurs cérébraux suivaient les schémas de tir des vaisseaux ennemis. Il faisait ce qu’il pouvait pour diriger les électro prêtres, les serviteurs et les robots qui l’entouraient hors de la trajectoire des tirs ennemis, mais Ivasnophon savait que les pertes étaient inévitables. La plupart des guerriers cybernétiques qui l’avaient suivi à la guerre étaient des reliques inestimables, de merveilleux exemples de la bienveillance de l’Omnimessie. Pourtant, ils étaient tous sacrifiables dans cette guerre. La volonté du Dieu Machine était d’arrêter l’ennemi avant qu’il ne puisse percer les secrets de la cage aux Démons, et si cela devait coûter la vie à tous les guerriers fidèles d’Amethal, l’équation s’équilibrerait quand même. De plus, pensa Ivasnophon, l’Omnimessie ne le laisserait pas trouver une mort durable tant que les secrets de la réplication de la technologie de la cage aux Démons lui resteraient cachés.

« Cela ne fait pas partie de sa conception », vocalisa le Magos, alors que des bombes s’abattaient au sud de sa position.

Bien que distante de plus de deux mille mètres, l’onde de pression de l’explosion balaya Ivasnophon et ses disciples, soulevant un vaste nuage de poussière qui les engloutit complètement. Les électro-prêtres les plus proches de la détonation trébuchèrent et certains tombèrent, leurs organes réduits en bouillie par la surpression. Les autres reprirent pied et continuèrent à marcher, le visage tourné vers le module en ruine qui se profilait devant eux. La visibilité était mauvaise. Le bombardement soulevait des nuages apocalyptiques de poussière et de fumée qui tourbillonnaient sur le champ de bataille, tandis que les impulsions électromagnétiques des coups de lance encrassaient les auspex et les augures.

« La congrégation doit répéter le cantique de l’esprit renforcé, » ordonna Ivasnophon, « et concentrer ses prières sur l’abjuration des phantasmes énergétiques hostiles. Celui qui voit avec la clarté de l’Omnimessie n’est jamais aveugle. »

La distance se réduisit rapidement. Ivasnophon calcula que ses forces quitteraient la zone de bombardement et entreraient dans les champs de feu de la Black Legion dans les vingt-cinq prochaines secondes. Il effectua un balayage cognitif et apprit qu’il était à la tête d’une force de précisément huit cent dix-sept guerriers aptes au combat. Les pertes dues au bombardement avaient été importantes, s’élevant à cinquante-six pour cent de sa force.

« Ici le techno archéologue Dominus Ivasnophon, » annonça le Magos sur le canal de commandement des Blood Angels. « Avis : ma force a subi des pertes importantes. Le bombardement ennemi est plus important que prévu. Les prévisions de réussite pour percer les défenses du module sont maintenant de quarante-deux pour cent. »

Le canal vox crépitait d’électricité statique, même les communications de l’Adeptus Astartes avaient du mal à faire face aux perturbations causées par le bombardement. Ivasnophon pouvait voir sur le réseau noosphérique que ses alliés poursuivaient leurs propres attaques, et il semblait peu probable qu’ils soient au courant de sa situation. Il ne reçut aucune réponse à ses appels. Avec une fureur soudaine, les canons de la Black Legion ouvrirent le feu. Les armes lourdes frappaient et hurlaient, lançant des tirs depuis des positions dissimulées dans les décombres. Les bolters martelaient les rangs du Culte Mechanicus, et le Magos triangulait de multiples canons de combat qui tiraient tandis que les Machines-Démons faisaient pleuvoir la mort explosive sur ses forces. Calmement, Ivasnophon envoya des ordres noosphériques à travers ses forces, les obligeant à attaquer.

Les destroyers Kataphron lancèrent des orbes de plasma brûlants sur les défenses ennemies, vaporisant les ennemis en armure énergétique. Des blasters au phosphore pulvérisèrent les extrémités du module, les robots Kastelan illuminant le champ de bataille de la lumière crue de leurs armes. Crépitant de puissance, les groupes d’électro-prêtres Fulgurite et Corpuscarii fonçaient tête baissée, résistant à la puissance de feu de la Black Legion dans leur détermination à mener l’ennemi au combat. Il fallut moins de cinq minutes de combat acharné à Ivasnophon pour se rendre compte que ses forces étaient devenues insuffisantes pour porter les défenses de l’ennemi. Lui et ses partisans n’étaient pas indispensables, mais il était inutile de les désoler inutilement. Mieux valait reculer, essayer d’attirer l’ennemi hors de ses défenses, puis sonder les points faibles et frapper à leur place.

C’est sur cette pensée que le Magos donna l’ordre de retirer du combat ses partisans survivants, au nombre de quatre cents environ. C’est alors que les augures statiques d’Ivasnophon détectèrent un mouvement à l’arrière, qui se rapprochait rapidement. Les cogitateurs cérébraux du Magos tourbillonnèrent, projetant des scénarios de menace et des réponses possibles. S’agissait-il d’un renfort ? Ce faible espoir fut réduit à néant lorsque, du milieu du brouillard, un cri de guerre bestial retentit.

« Du sang pour le dieu du sang ! Tue ! Mutile ! Brûle ! »

L’instant d’après, des silhouettes en armure rouge se lancèrent à l’assaut. Ils apportaient avec eux de vastes nuages noirs, des phénomènes météorologiques contre nature qui provoquèrent la rébellion des circuits logiques d’Ivasnophon. Mais on ne pouvait nier que des nuages d’orage illuminés de rouge roulaient au-dessus de nos têtes, ni que du sang en tombait dans un déluge sifflant. Pris entre la Black Legion à l’avant et la charge soudaine de Khârn et de ses Berzerkers à l’arrière, le Culte Mechanicus se battait désespérément. Les gantelets électrostatiques crachaient des bolts coruscants de puissance qui électrocutaient les Berzerkers et les projetaient hors de leurs pieds. Les haches tronçonneuses hurlaient en taillant dans la chair et le métal. Les missiles anti-char et les canons de combat continuaient de tomber au milieu de la pagaille, anéantissant aussi bien les loyalistes que les traîtres.

Glissant à travers la folie, Ivasnophon s’attaqua aux traîtres qui l’entouraient. À chaque coup de sa hache énergétique ou de son blaster Volkite, il envoyait un autre adorateur du Chaos s’étaler dans la boue sanglante. Il ne pensait plus qu’à affaiblir suffisamment l’ennemi pour pouvoir s’enfuir avec ses derniers guerriers et se replier. Depuis le début, le nombre avait joué en sa défaveur, et la défaite était désormais inévitable. C’est alors qu’arriva Khârn. La hache du Traître jaillit de nulle part, plus vite que l’optique d’Ivasnophon ne pouvait le suivre. Le premier coup trancha l’arme de sa mécadendrite et creusa profondément dans la chair et le métal de son corps. Alors que Khârn levait son arme pour porter un second coup, le Magos détourna toute son énergie vers les protocoles « sauveur », observant les données qui défilaient dans son esprit, s’éloignant à travers la noosphère.

« Vous ne pouvez pas me tuer, » commença-t-il, la voix toujours calme malgré ses horribles blessures. « L’Omnimessie… ».

« N’a pas la puissance de Khorne ! » rugit Khârn, ramenant sa hache hurlante autour de lui et arrachant la tête d’Ivasnophon de ses épaules.

Le maître de la force d’exploration de Metalica sentit une dernière salve de neurones rugissants, puis il ne sut plus rien. Le Rhino du capitaine Aphael résonna comme une cloche. Le véhicule, qui roulait à vive allure, se mit à tituber sous l’impact, puis s’arrêta en dérapant. De la fumée s’échappa de quelque part dans les rouages du véhicule, et la coque s’ébranla sous l’effet des tirs ennemis. Aphael n’hésita pas. Il jeta un coup d’œil aux frères de bataille de son escouade de commandement et frappa de la paume la rune d’activation pour abaisser la rampe arrière du char. Les Blood Angels débouchèrent sur une scène de bataille furieuse. Les frères de bataille de la 2e compagnie et les chars de combat à coque rouge défilaient de part et d’autre, l’arme au poing. Les tirs ennemis s’abattaient sur eux, déchiquetant les chenilles des chars et arrachant les pieds des Space Marines.

Donatos Aphael, capitaine de la seconde compagnie des Blood Angels.

« Frères en avant ! Pour l’Ange ! » Aphael contourna son Rhino et courut vers les lignes ennemies.

Il pouvait voir la Black Legion devant lui à travers la poussière et la fumée qui tourbillonnaient. Ils étaient retranchés au milieu des décombres et des ruines de la frontière sud de Beta-Secundus, mettant tout ce qu’ils avaient pour stopper l’assaut des Blood Angels. Les tirs de la Black Legion se chevauchaient avec une efficacité mortelle, les guerriers de métal et les traîtres coiffés de cornes faisant payer aux Blood Angels chaque mètre d’avance. Un frère de bataille devant Aphael fut écrasé sur le sol, son bras arraché par un tir provenant de la ruine affaissée d’un factorum. A la droite d’Aphael, une bande de Marines d’Assaut descendait en flèche sur des queues de feu pour percuter les lignes de la Black Legion. A sa gauche, l’Archiviste Asmasael menait ses frères du Librarius au combat, lançant à l’ennemi des éclairs psychiques et des ondes de choc tonitruantes.

Puis le capitaine s’est retrouvé au milieu de ses ennemis, tirant des coups de pistolets à plasma et brandissant son épée énergétique. Il planta sa lame dans la gorge d’un traître qui se trouvait à proximité, se détourna d’un tir de bolter à bout portant avant de faucher le porteur de l’arme. Les Stormravens hurlaient au-dessus de leurs têtes, les canons d’assaut hurlaient. L’escouade de commandement d’Aphael croisait le fer avec l’ennemi tout autour de lui, des silhouettes en armure énergétique luttant, taillant et explosant au milieu des ruines.

« Maintenez la pression, mes frères, » voxa Aphael, le pistolet à plasma transperçant la poitrine d’un monstrueux Obliterator. « Tous les chars, supprimez tous les hostiles qui tentent de renforcer l’ennemi. Escouades d’assaut, rassemblez-vous autour de moi. Nous allons briser leur ligne ici. »

Aphael s’était frayé un chemin dans l’ombre du factorum en ruine, l’esprit concentré sur l’évolution de la situation tactique tandis que ses guerriers repoussaient l’ennemi. La seconde d’après, un Space Marine du Chaos plongeait sur lui depuis le balcon. Aphael leva sa lame juste à temps pour bloquer celle de son attaquant. Le capitaine des Blood Angels para une série de coups rapides comme l’éclair, reculant devant la férocité de son ennemi. Le légionnaire noir était revêtu d’une armure ornée qui lui donnait l’apparence d’un Démon. Il se battait aussi comme tel. Aphael contourna le coup suivant et tenta de transpercer son ennemi, mais avant qu’il n’y parvienne, une terrible explosion d’énergie sonique jaillit de la grille vox du traître. C’était comme être frappé par un char d’assaut en pleine vitesse. Aphael fut écrasé sur le dos, ses sens hurlant sous l’effet de la surcharge. A travers une brume de douleur, il vit son champion de sa compagnie, Amadael, bloquer le coup mortel de l’ennemi et repousser le traître dans le feu de l’action. Peu à peu, comme au ralenti, la biologie surhumaine d’Aphael prit le dessus sur les os fissurés et les vaisseaux sanguins rompus qu’il avait subis, déversant des analgésiques dans son flux sanguin et aidant le capitaine à se remettre debout.

Aphael arriva juste à temps pour voir le Champion du Chaos enfoncer sa lame dans la tête d’Amadael, fendant le crâne du vaillant guerrier en deux. Le rouge teinta le bord de la vision d’Aphael alors que la rage et la culpabilité cherchaient à le submerger. Pourtant, il était un capitaine des Blood Angels et il ne céderait pas à la soif. Aphael s’élança dans le combat, abattant froidement tous les ennemis qui lui barraient la route. Le capitaine suivit sa proie à travers la porte creuse du factorum en ruine, où il trouva le Space Marine du Chaos tapi, dos à l’entrée.

« Je dois les retenir, » l’entendit-il siffler, et il ne ressentit que du mépris en levant son pistolet à plasma.

« Non, traître, » cracha le capitaine Aphael, appuyant sur la gâchette et libérant la puissance meurtrière de son arme, « Tout ce que tu dois faire, c’est mourir. »[37]

Dans la Fosse

Tandis que la bataille faisait rage sur la planète, de vastes vaisseaux de guerre se battaient en duel dans le vide au-dessus de Hub Beta-Secundus, des salves de munitions explosives éclatant contre les boucliers du vide tremblants et des faisceaux de lance fendant l’obscurité. Les chasseurs et les bombardiers grouillaient autour des vaisseaux capitaux, s’approchant pour piquer leur proie avant de s’enfuir. Au milieu de la bataille, l’Angelus Redemptor plongea, se glissant entre les plus gros vaisseaux comme un couteau entre les côtes d’un ennemi. Dans la chambre de téléportation du Redemptor, le capitaine Karlaen et les survivants de sa force de frappe se tenaient prêts à se déployer.

« Nous sommes moins nombreux que lorsque nous avons frappé Ioline », dit le capitaine au sergent Alphaeus par vox privé. « Il y a eu tant de pertes. »

« Plus petite, mais pas affaiblis, capitaine, » répondit fièrement Alphaeus. « Cette force peut encore gagner la guerre. »

« Je n’en doute pas un instant », répondit fièrement Karlaen, avant de s’adresser aux guerriers rassemblés au milieu des machines de la chambre de téléportation.

« Nous honorerons ceux qui sont tombés au combat en remportant la victoire. Chaque frère tombé sur Ioline sera récompensé au centuple lors de notre retour sur Amethal. Un grondement d’assentiment parcourut la salle »; ces frères portaient encore les cicatrices d’Ioline, et Karlaen ne s’attendait pas à des acclamations sauvages de leur part. Mais il pouvait le voir dans les yeux de ses guerriers. Chacun d’entre eux était prêt. Quelques instants plus tard, les électrodes de la chambre se mirent à pulser, et le timbre des moteurs s’intensifia. Les Techmarines présents levèrent les yeux de leurs consoles.

« Il est temps », déclara Karlaen. « Préparez-vous, mes frères. Pour l’Ange et l’Empereur. »

Les Blood Angels se rassemblèrent sur la large plate-forme du téléporteur, où brillaient des runes. Les énergies arcaniques tourbillonnèrent en une tempête crépitante, et une tempête éthérique hurla dans la chambre. Dans une implosion de lumière kaléidoscopique, Karlaen et ses guerriers se téléportèrent au cœur de la bataille pour le module Beta-Secundus. Dès sa re-manifestation, Karlaen évalua et analysa la situation. Les Archanges et la Garde Sanguinaire avaient été projetés au bord d’une vaste fosse, manifestement le site d’excavation du Mechanicus. Non loin de là, une large rampe de terre tassée descendait le long de la paroi intérieure de la fosse. De la fosse s’échappait un terrible cri de scie, une cacophonie déformée qui déchira l’esprit et l’âme. Ce son remplit Karlaen d’effroi. Les forces impériales arrivaient peut-être déjà trop tard. Le capitaine brûlait d’impatience de trouver la source de cette symphonie tordue et de la faire taire.

Karlaen et ses guerriers se tenaient sur du Ferrobéton armé, entourés par les ruines de ce qui avait été autrefois des structures préfabriquées du Mechanicus. L’enclave ordonnée n’était plus qu’une vaste étendue d’architecture effondrée, d’épaves éparpillées et de cadavres entassés et mutilés. Des Titans, loyalistes ou traîtres, dominaient les ruines au loin, se lançant des torrents de puissance de feu les uns aux autres, tandis que des nuages d’orage artificiels s’abattaient au-dessus de leur tête, déversant une pluie sanglante sur le champ de bataille. L’auspex de Karlaen était déformé par l’électrostatique, mais il pouvait distinguer les fronts de bataille impériaux qui se pressaient au nord, à l’est et au sud. Il n’avait cependant pas besoin de son auspex pour voir que tout autour de sa position immédiate se trouvaient des douzaines de contacts hostiles. Des Space Marines du Chaos. Des cultistes. Des Machines-Démons. C’était une force ennemie considérable, mais les Archanges avaient l’élément de surprise. Rapidement, le premier capitaine passa à l’action.

« Ouvrez le feu », rugit-il. « Le schéma de tir s’élargit, la priorité est donnée à la destruction de leur armure. Restez en place jusqu’à ce qu’ils soient renforcés ! »

Comme un seul homme, la Force de Frappe laissa éclater sa puissance de feu. Les bandes de légionnaires noirs s’étendirent à une vitesse surhumaine, essayant de faire jouer leurs armes. Ils furent écrasés par des tirs de bolt et des explosions de plasma. L’ennemi avait manifestement rassemblé ses meutes de machines infernales en vue d’une contre-attaque, car une vague de ces bêtes de fer surgit des ruines d’une manufacture voisine, dans un bruit sourd et rugissant. D’énormes horreurs rampantes et des monstruosités de laiton et de fer hérissées de sabots surgissaient de l’architecture de l’usine en train de s’effondrer. Des vrilles de métal s’élançaient. Des canons incandescents gémissaient en se mettant en marche. Les Métabrutus mugissaient leur folie tandis que leurs énormes griffes s’enfonçaient.

« Sur notre gauche », aboya Karlaen. Ses escouades de Sternguard mirent leurs armes à niveau et envoyèrent des faisceaux de plasma et de fuseur sifflants à la rencontre des bêtes de fer. Les Ferrocentaurus explosèrent dans des fontaines d’ectoplasma. Un Profanateur s’écrasa sur le côté, deux de ses pattes ayant été arrachées. La machine hideuse tenta de se redresser, ressemblant un instant à une araignée blessée, avant qu’une grenade anti char ne lui arrache la tête. La meute de guerre continua à avancer, ses tirs se frayant un chemin à travers les Blood Angels et en abattant plusieurs. Un Ferrocerberus, dont la coque était ornée de décorations et dont les yeux flamboyaient de puissance, s’élança et éventra trois Sternguard.

La ligne des Archanges fléchit un instant, puis Karlaen fonça à la tête de ses Terminators. Tels des chevaliers de légende, l’élite des Blood Angels affronta les monstres au corps à corps, les pieds calés au milieu des décombres et des ruines, tandis qu’ils écrasaient et frappaient leurs ennemis. Les champs d’énergie se déchaînèrent tandis que les tentacules et les griffes massives s’écrasaient contre les boucliers anti-tempête. Un Terminator fut arraché de ses pieds par un Profanateur et écrasé comme une boîte de ration, le sang et la chair en bouillie giclant à travers les serres en laiton de la chose qui pressait. En retour, Karlaen et ses frères semaient la pagaille. Les marteaux crépitants et les griffes Éclair s’entrechoquaient avec des coups assourdissants qui froissaient les armures et pulvérisaient du sang en fusion sur les ruines. Des crânes de fer furent enfoncés, des plaques de coque et des membres réduits à l’état de ferraille.

Les Machine-Démon et les Métabrutus continuèrent à avancer malgré leurs pertes, leur fureur les portant même si leur nombre diminuait. Partout où leurs canons rugissaient et où leurs serres s’élançaient, ils laissaient des cadavres aux armures rouge et or joncher les décombres. Les guerriers de Karlaen ne se laissèrent pas décourager et, en quelques instants, les dernières Machines-Démons furent encerclées par des Blood Angels vengeurs. Au même moment, les derniers membres de la Garde Sanguinienne bondirent, traversant le champ de bataille pour s’abattre sur les forge-guerre aux tentacules de fer à l’arrière de la meute de guerre. Des hallebardes énergisées s’élancèrent, s’entrechoquant avec des haches aux lames noires. Des guerriers tombèrent des deux côtés avant que la Garde Sanguinienne ne parvienne à encercler et à abattre le dernier forge-guerre. Karlaen prit un moment, le cœur gonflé par l’effort de la bataille. Son auspex montrait d’autres contacts ennemis venant du sud, mais ils arrivaient rapidement et de façon irrégulière.

« Ils n’avancent pas », sourit-il d’un air sombre, « ils fuient. » Karlaen changea de canal vox et lança un message de bienvenue.

« Capitaine Aphael, je vois que vous nous avez envoyé un cadeau, mon frère. »

Les cultistes surgirent du milieu des ruines en une masse paniquée, s’arrêtant en dérapant avec des expressions d’horreur lorsqu’ils virent les épaves de Machine-Démon entassées qui leur barraient la route. Avant que les hérétiques ne puissent se retourner et tenter de fuir à nouveau, les guerriers du capitaine Aphael leur foncèrent dessus. Les Blood Angels de la 2e ne gaspillèrent pas leurs munitions, assénant des coups de poings et des coups de crosse de bolter, ou tailladant leurs victimes terrifiées à l’aide d’épées tronçonneuses ensanglantées. Les Archanges se joignirent au massacre, chargeant de front et déchiquetant les esclaves dégénérés des Dieux Sombres. En quelques instants, tout était terminé, Aphael et Karlaen se rencontrant au-dessus d’une mer de cadavres de cultistes brisés.

« Bien joué, capitaine Karlaen, » sourit Aphael. « Vous et vos hommes avez réduit les réserves ennemies à néant, à ce que je vois. Cela explique pourquoi leurs lignes sud se sont effondrées si soudainement. »

« Heureux que tu nous aies rejoints à ce moment-là, mon frère, » répondit Karlaen. « Quelle est la situation ? Et quelle est cette cacophonie ? »

« Rien de bon, » répondit Aphael, soudainement sérieux. « La Legio Metalica se fraie un chemin depuis l’est et les Skitariis nous talonnent pour sécuriser la zone. Notre Compagnie de la Mort Stormraven a été abattue au nord d’ici, mais Astorath et le Chapelain Daenor ont mené les survivants de l’épave et se dirigent vers notre position. Les rapports en provenance du module suggèrent que les lignes de la Black Legion sont en train de s’effondrer. C’est comme si leur moral s’était effondré sur tous les fronts à la fois, ou… »

« Ou comme si l’ordre de battre en retraite avait été donné, » termina Karlaen. « Et si c’est le cas, il est peut-être déjà trop tard ».

« Pas tant que nous respirons, mon frère, » répondit le capitaine Aphael en vérifiant la charge de son pistolet à plasma et en faisant signe à l’Archiviste Asmasael et à ses frères d’avancer et de les rejoindre. « Mettons fin à cette situation. »

« Bien d’accord, » acquiesça Karlaen en se tournant vers le site d’excavation et la terrible cacophonie qui s’élevait encore de ses profondeurs. Dans la fosse…

Karlaen, Aphael et l’Archiviste Asmasael menèrent leurs guerriers au bord de la fosse hurlante, les Archanges Terminators et les survivants de la demi-compagnie de Bataille d’Aphael se tenant dans le dos des héros. Une lumière sale, couleur de sang, jaillissait d’en bas, mettant en relief les parois rocheuses de l’immense trou. De leur point de vue, les Blood Angels pouvaient voir un énorme éclat de cristal, planté comme un poignard dans le sol lointain de la fosse. Karlaen et Aphael échangèrent un regard consterné en voyant les fissures frémissantes qui irradiaient le sol à partir de la pierre gémissante.

« La cage, » cria Karlaen par dessus la cacophonie. « Ils ne cherchent pas ses secrets. Les fous, ils essaient de l’ouvrir. »

« Nous devons les arrêter avant qu’ils n’ouvrent les portes de l’enfer », répondit Asmasael, le pouvoir léchant ses yeux. Il saisit son bâton de force à deux mains. « Mes frères et moi écraserons le pouvoir de cette pierre maudite. »

« Alors allons-y, » ordonna Karlaen, « nous ne tomberons pas sans combattre. »

La rampe de terre s’enfonçait dans les profondeurs, suffisamment large pour qu’un escadron de Land Raiders puisse y rouler à deux de front. Alors que les Blood Angels s’y engageaient en trottinant, ils virent une force d’opposition s’élever à leur rencontre. Des Terminators de la Black Legion montaient à l’assaut de la rampe, accompagnés d’une bande de cultistes et de sorciers bizarrement vêtus. À leur tête se trouvait une figure sombrement royale, vêtue d’une armure baroque, avec de sombres éclairs psychiques jouant autour d’elle. Il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait du chef de la Black Legion sur Amethal, le vil sorcier Xorphas. C’était lui qui avait déclenché la tempête psychique sur les navires de la 5e compagnie, et le sang du capitaine Karlaen se mit à couler à l’idée de venger ses frères tombés au combat. Les deux forces ouvrirent le feu l’une sur l’autre alors qu’elles se rapprochaient du champ de tir, les tirs martelés se joignant aux pouvoirs psychiques déchaînés par les psykers des deux camps. Même si l’air hurlait sous l’effet des énergies du cristal du Chaos, il se tordait et crépitait sous l’effet des manipulations des puissants psykers de combat sur la rampe.

Karlaen vit l’Archiviste Asmasael tendre une main vers l’avant, ses doigts formant un signe mystique tandis que ses yeux s’illuminaient de bleu. Des arcs de foudre jaillirent de la main tendue du bibliothécaire et s’écrasèrent sur un groupe de Terminators de la Black Legion. Deux des guerriers d’élite dansèrent et se tortillèrent en brûlant, tandis qu’un autre fut projeté du bord de la rampe et plongea dans les ténèbres en contrebas. Des bolts kinétiques et des éclairs noirs allaient et venaient dans une tempête, martelant les armures des Terminators dans un bruit de forge infernale.

Karlaen encaissa une série de coups de bolter, les tirs explosant contre son plastron d’adamantium, avant de balancer son marteau dans le visage du tireur. Le casque du légionnaire noir se brisa dans un nuage de métal et de sang, et son corps lourd s’écrasa en arrière et glissa le long de la pente.

« Traîtres ! Hérétiques ! Voici la justice de l’Ange ! » rugit Karlaen en tirant une nouvelle salve de son bolter storm. Il poussa un juron lorsque les projectiles explosèrent en plein vol, stoppés par un bouclier d’énergie ondulant projeté par le Seigneur Xorphas. Karlaen commença à avancer dans le combat, mais le Seigneur sorcier n’en avait pas fini. Le sorcier aspira la puissance démoniaque de l’air qui l’entourait et projeta une onde de choc géomantique sur la rampe. Le sol compacté explosa dans une série de bruits sourds, un mur d’énergie propulsant roches et terre dans les airs avant d’arracher le sol sous les pieds des Blood Angels. Les guerriers vétérans qui avaient survécu à des journées de combat harassantes poussèrent des cris d’alarme lorsqu’ils furent projetés hors de la rampe et plongés dans la fosse. Karlaen sentit le sol se dérober sous lui et s’écrasa sur le côté avec un juron grogné. L’instant d’après, tout fut englouti dans un grondement de tonnerre tandis que les pouvoirs du sorcier bondissaient, martelant la paroi rocheuse de la fosse et répandant des fissures béantes à travers sa surface. Des rochers de la taille d’une capsule de largage se détachèrent, dégringolant sur les Fils de Sanguinius avec une force meurtrière. Une marée mugissante de terre et de gravats suivit, balayant les Blood Angels et ensevelissant ceux qu’elle n’avait pas écrasés de la rampe.

Pendant une fraction de seconde, le capitaine Karlaen perdit connaissance sous l’avalanche de gravats. Lorsque la lumière et le son revinrent, il réalisa qu’il était presque enseveli sous les rochers, et que la situation de beaucoup de ses frères était aussi mauvaise, sinon pire, que la sienne. Dans un élan de colère, il réalisa que les traîtres survivants avaient saisi leur chance. Ils se précipitaient sur l’éboulement aussi vite qu’ils le pouvaient, perçant la ligne des Blood Angels pendant que leurs ennemis étaient assommés. Utilisant chaque iota de sa force surhumaine, Karlaen se dégagea des tonnes de terre et de pierre qui l’ensevelissaient, les servos hurlant dans son armure tandis que les détritus s’écoulaient de ses plaques rouge sang. Dans un rugissement de fureur, le premier capitaine fonça sur les adorateurs du Chaos qui s’échappaient. Il fit sauter les jambes du Terminator le plus en arrière, avant d’écraser une paire d’acolytes de Xorphas sur son chemin avec son marteau. Mais alors qu’il balançait son bras en arrière pour frapper la forme fuyante du Seigneur Xorphas, les énergies brûlantes d’un éclair de téléportation s’allumèrent. Il y eut un puissant boum, un tourbillon de lumière Warp impure, et le marteau du capitaine Karlaen traversa l’air. La dernière poignée de traîtres avait été téléportée en lieu sûr, leur chef parmi eux.

Le capitaine Karlaen leva les yeux vers les Thunderhawks et les capsules d’atterrissages de la Black Legion qui s’élevaient dans le ciel, leurs canons martelant le sol au fur et à mesure qu’ils décollaient. Respirant bruyamment sa fureur, il serra le poing sur le manche de son marteau.

« Maudits traîtres ! » rugit-il. « Maudits lâches ! Vous n’échapperez pas à la vengeance des Blood Angels ! »

Karlaen sentit une main saisir fermement son bras. Il regarda le visage du capitaine Aphael, sa colère se refroidissant devant l’expression désastreuse de son camarade.

« Ils sont partis, mon frère. Laissons la flotte s’occuper d’eux. Nous devons arrêter la pierre du Chaos. »

Ainsi commença une course désespérée vers le fond de la fosse, les Blood Angels survivants s’arrachant à l’éboulement et se précipitant dans les profondeurs. Plus ils s’approchaient du cristal qui hurlait follement, plus leurs sens s’affolaient. Le nez saignait. Les yeux souffraient et étaient envahis d’hallucinations. Les oreilles résonnaient tandis que le réseau vox s’étouffait dans le baragouinage et le caquetage des voix démoniaques. Alors que les Blood Angels atteignaient le sol fissuré de la fosse, leurs bibliothécaires se mirent en avant, déployant leurs pouvoirs pour tenter de calmer le sol qui tremblait furieusement. Le sang s’écoulait de la roche autour d’eux, s’engouffrant dans les gueules béantes qui se faufilaient et hurlaient à la surface du cristal hurlant. D’autres fissures s’ouvrirent dans le sol, la lumière infernale jaillissant des profondeurs d’Amethal. Karlaen regarda Asmasael et ses frères s’avancer dans la cacophonie obscène vers la pierre, les mains tendues et les armes de force luisantes.

Un bibliothécaire tomba à genoux, les mains agrippées à ses yeux en sang, alors que son esprit était envahi. Un autre hurla tandis que des flammes éthérées l’engloutissaient, le transformant en une torche vivante. Les bibliothécaires continuaient à avancer, leurs chants résonnant dans la fosse, tandis que les autres Blood Angels étaient repoussés par les cris perçants de la pierre. Enfin, dans un craquement de force, Asmasael canalisa les énergies de ses frères du Librarius et frappa le terrible cristal avec son bâton de force incandescent. Un son retentit, comme le bris de tous les miroirs de la création, puis un silence bienheureux s’installa. Peu à peu, Karlaen retrouva l’ouïe et entendit le grésillement des voix impériales triomphantes sur le réseau vox. L’ennemi était en pleine déroute. Le cristal du Chaos avait été brisé et tué. Le Seigneur Xorphas avait été éconduit.

« Ils parlent de victoire », déclara le capitaine Aphael, les yeux brillants de triomphe.

« Dans cette bataille, peut-être », répondit Karlaen, son regard sinistre fixé sur la pierre brisée et les fissures incandescentes qui se propageaient à partir de sa base. « Mais dans la guerre ? Je crains qu’il ne s’agisse là d’un nouveau tour du sorcier… »[38]

Les Sanglants

Les guerriers héroïques des Compagnies de Bataille sont le cœur et l’âme du Chapitre des Anges de Sang. Parmi ces augustes confréries, aucune n’a acquis plus de renommée que la 2e compagnie, connue sous le nom de « Sanglants ». Les guerriers de la glorieuse 2e compagnie se sont battus et ont gagné à maintes reprises, des ruelles de Valvadire aux raffineries de gaz d’Hélios. Ces dernières années, l’étoile du capitaine Aphael a connu une ascension fulgurante. Maître du guet et commandant de la 2e compagnie des Blood Angels, Aphael s’est attiré d’innombrables éloges pour ses victoires contre des obstacles apparemment insurmontables. Le capitaine est doté d’une force, d’une énergie et d’un dynamisme sans limites. Il attache une grande importance à la vie de chaque serviteur de l’Empereur, qu’il s’agisse d’un Space Marine, d’un cyborg Mechanicus ou d’un soldat humain non augmenté, et il se battra avec tout ce qu’il a pour les préserver et les défendre.

Aphael est extrêmement charismatique. Ses traits angéliques, sa noble humilité et ses talents exceptionnels d’orateur soulèvent même les guerriers les plus désespérés et les plus vaincus, remplissant leur cœur d’un nouveau courage et d’une détermination à accomplir la volonté de l’Empereur. C’est la force de la personnalité du capitaine, son optimisme et son espoir, autant que les mots qu’il prononce, qui poussent ses disciples vers de nouveaux sommets d’héroïsme. Plus d’un combat apparemment voué à l’échec a été remporté in extremis grâce à la rhétorique passionnée et aux actes héroïques du capitaine Aphael.

Les compétences du capitaine au combat sont tout aussi remarquables que ses paroles. Aphael est un épéiste émérite et un excellent tireur, mais si son siècle et demi d’expérience sur le champ de bataille lui a appris quelque chose, c’est que l’héroïsme personnel, bien que grandiose et souvent crucial pour la victoire, ne peut rivaliser avec la puissance d’une armée de guerriers exceptionnellement entraînés et équipés, agissant comme un seul homme. Aphael a entraîné sa compagnie de combat à la perfection. Le capitaine surveille chaque aspect de la vie de ses frères de bataille, s’assurant que non seulement ils sont exceptionnellement bien entraînés au combat, mais aussi que leur concentration spirituelle est absolue et que leurs principes de commandement sont du plus haut niveau. Toutes les compagnies de combat des Space Marines sont hautement entraînées et font partie de l’élite, mais les Sanglants se distinguent par leur caractère exceptionnel, même selon ces critères. Aphael affirme avec assurance que si lui et ses lieutenants tombent au combat, n’importe quel guerrier issu de ses rangs pourrait prendre le commandement de la compagnie en un rien de temps. De plus, il est indéniable que la 2e compagnie est celle qui souffre le moins de la soif rouge et de la rage noire, à l’exception de la 1e compagnie de Blood Angels.

Capitaine Donatos Aphael[39]
Diamor 15.jpg

Héros charismatique et chef dynamique, le capitaine de la 2e compagnie Aphael est vénéré dans les statues, les vitraux et les écritures enluminées d’innombrables systèmes stellaires impériaux. Il est l’exemple même de ce que représente l’Adeptus Astartes, un bouclier pour les serviteurs de l’Empereur et une lame mortelle pour ses ennemis. Le capitaine Aphael cherche toujours à être à la hauteur de l’exemple de son Primarque angélique, car il refuse de laisser les ténèbres cachées de la semence génétique du chapitre saper ses actes héroïques. Le capitaine n’en exige pas moins des frères de bataille de sa compagnie, les poussant à exceller dans tous les domaines. Ce régime exhaustif inclut la perpétuation d’une tradition ancienne et peu connue de la 2e compagnie, le Saignement. Au cours de ce rite d’initiation, chaque frère de bataille se laisse envahir par la soif rouge et déverse la fureur sauvage qui en résulte sur un ennemi infortuné de l’Imperium. Ils acquièrent alors la maîtrise de leur propre fureur par la seule force de leur volonté, apprenant à maîtriser leur bête intérieure en la regardant droit dans ses yeux injectés de sang. C’est de ce rituel que la 2e compagnie tire son nom, et bien que cela semble barbare, on ne peut nier que les frères d’Aphael affichent les taux les plus bas de succomber à la redoutable Rage Noire.

Toutes ces qualités ont bien servi les Sanglants sur les champs de bataille d’Amethal, leur permettant de se débarrasser de l’influence pernicieuse du Chaos et de s’acquitter de leurs tâches avec une habileté et un héroïsme sans faille. Au cœur de la force de la 2e compagnie se trouvaient ses escouades tactiques, chacune équipée pour faire face à une variété d’ennemis et capable de relever n’importe quel défi stratégique sans hésitation. Chaque frère de bataille de ces escouades était un guerrier aguerri par de nombreuses décennies de combat au nom de l’Empereur. Ils étaient des fils de l’Ange, polyvalents et mortels, dont le dévouement à l’anéantissement de la menace du Chaos était total. Soutenu par une flotte de véhicules de transport, ainsi que par des blindés plus lourds provenant de l’arsenal du chapitre, ce formidable noyau de guerriers était à lui seul assez puissant pour conquérir un monde entier. Bien qu’ils soient relativement peu nombreux, chaque Blood Angels valait plusieurs fois leur nombre de guerriers humains, et leur vaillance et leurs compétences étaient telles que même les traîtres de la Black Legion auraient eu du mal à les combattre au coude à coude.

La puissance et la polyvalence stratégique de la compagnie étaient encore renforcées par les escouades d’assaut et de dévastateurs qui marchaient aux côtés de leurs frères tactiques, les premières apportant vitesse et létalité au corps à corps tandis que les secondes massacraient l’ennemi à distance avec leurs armes lourdes. Cette puissante force était complétée par les Anciens du chapitre, un trio de Dreadnoughts qui maniaient leur arsenal avec l’habileté et la sagesse de ceux qui avaient connu des millénaires entiers de guerre. Soutenus par la sage expérience et la puissance des armures de ces guerriers d’antan, les Sanglants d’Aphael constituaient une force capable de remporter la victoire sur Amethal, quels que soient les dangers auxquels ils étaient confrontés.[40]

Bataille pour Amethal >>> ASC 066-082

Après la destruction de Ioline par les Archanges, la guerre pour le système Diamor est entrée dans sa phase finale. Quelques heures après la destruction de l’Hex Infernium, les dirigeants impériaux apprirent que les combats s’intensifiaient dans tout le système. Pendant ce temps, les forces terrestres du Chaos s’apprêtaient à porter le coup de grâce. L’heure de la victoire ou de la mort avait sonné. Le groupe d’assaut du capitaine Karlaen rentra sur Amethal, où il trouva ses ennemis déjà engagés en orbite. Jusqu’à présent, la flotte compacte de la Black Legion était tapie dans le vide au-delà d’Ioline. Cette planète perdue, la Black Legion s’était empressée de s’emparer de la victoire avant que les forces impériales ne puissent reprendre le contrôle d’Amethal.

Le Seigneur Amiral Gordus et ses stratèges avaient furieusement tenté de discerner pourquoi la Black Legion s’était ainsi retenue, mais ils n’avaient pu établir ce que préparait le maître des traîtres. Pourquoi alimenter au compte-gouttes la zone de guerre d’Amethal pendant des jours de bataille coûteuse, pour ensuite voir chaque vague d’attaque se faire lentement démanteler ? Certains conseillers du Seigneur se moquaient de l’ennemi en disant qu’il était fou, mais le Seigneur Amiral avait déjà vu les machinations du Chaos. Il comprenait à quel point les plans des Puissances de la Ruine pouvaient sembler absurdes, jusqu’au moment où il était trop tard. Cependant, la majorité de ses navires étant occupés à défendre Peridos, Gordus avait à peine de quoi maintenir des patrouilles squelettiques autour de Tourmalid, sans parler de la chasse aux cuirassés ennemis. Alors que l’armada du Chaos tombait sur Amethal, Gordus prépara des ordres désespérés pour mobiliser ce qu’il lui restait de réserves.

Avant même que les ordres ne soient envoyés, de nouvelles mauvaises nouvelles parviennent au chœur astropathique de Tourmalid. Anticipant une fois de plus la stratégie impériale, le Seigneur Xorphas avait ordonné à ses pirates de s’affranchir de la Travée du Zircon et de lancer une attaque tous azimuts contre les hauts lieux d’ancrage péridosiens. C’était un combat que les croiseurs du Chaos avaient peu de chances de gagner, mais avec des capitaines vétérans avides de gloire à leur tête, et une puissance de feu et une résistance prodigieuses de leur côté, ils ne mourraient pas rapidement. Le cœur lourd, Gordus ordonna à tous les navires du convoi de faire demi-tour et de se regrouper à nouveau sur Peridos. Même s’ils triomphaient des vaisseaux pirates de la Black Legion, la marine du système Diamor ne jouerait aucun rôle dans la bataille pour Amethal.

Dans le même temps, Tourmalid elle-même fut attaquée par des cellules cachées de cultistes du Chaos qui se développèrent au sein de la population. Les combats qui s’ensuivirent furent brutaux et confus, les Terminators des Word Bearers se téléportant depuis des points inconnus pour attenter à la vie du Seigneur Amiral Gordus lui-même. L’insurrection des Word Bearers était relativement modeste, une mission suicide menée par des fanatiques voués à la destruction, mais elle avait sa raison d’être. Les chantiers navals de Tourmalid ont été plongés dans le chaos. De nombreux vaisseaux de guerre, en cale sèche pour réparation, ont été complètement détruits. Le rassemblement de Tourmalid fut anéanti et, avant que les Terminators Word Bearers ne puissent enfin être tués, tous les membres de la garde d’honneur des Blood Angels, envoyés par Karlaen pour protéger le gouverneur de la planète, vendirent chèrement leur vie pour sauver celle de l’amiral Seigneur Gordus. La destruction et la confusion régnant, aucune réserve ne fut envoyée de Tourmalid à temps pour aider les défenseurs d’Amethal. Ils étaient livrés à eux-mêmes.

Ainsi, lorsque la Black Legion déferla sur le monde maudit, seule une poignée de vaisseaux spatiaux s’opposa à elle. Pourtant, la flottille de vaisseaux de guerre des Blood Angels et du Mechanicus se battit avec acharnement, ne voulant pas céder si facilement la domination orbitale d’Amethal. Rassemblant dans son sillage les restes des vaisseaux de guerre des Crimson Slaughter et de Khorne, la Black Legion s’étendit et se jeta sur ses ennemis de tous les côtés. Les vaisseaux de guerre impériaux firent ce qu’ils purent, les Explorateurs Metalicains déployant d’anciennes super-armes qui fendirent les vaisseaux de guerre du Chaos de la proue à la poupe, tandis que les élégants croiseurs d’assaut des Blood Angels dansaient comme des lames pour découper et tuer.

Diamor 16.jpg

Très vite, cependant, la richesse des canons et des batteries de lance des traîtres commença à se faire sentir. Deux vaisseaux Explorateurs avaient été réduits à l’état d’épaves à la dérive, et le Flame of Baal avait été déchiré en deux par des torpilles contaminées lorsque les vaisseaux impériaux survivants se frayèrent un chemin et se désengagèrent. La bataille en orbite étant perdue, il ne restait plus aux forces impériales au sol qu’à stopper l’attaque. À l’origine, les commandants impériaux avaient l’intention de faire suivre la chute d’Ioline d’une offensive sur tous les fronts. Les renforts ennemis ayant été réduits, le plan avait été de chasser les envahisseurs en infériorité numérique de leurs dernières enclaves autour des modules du Mechanicus, avant de consolider leurs forces défensives autour de Beta-Secundus.

La rapidité de la réponse du Chaos rendit ce plan impossible. Les forces impériales étaient dispersées à la surface d’Amethal ou, dans le cas de Karlaen et de sa force de frappe de retour, encore plus loin. Pourtant, l’attaque de la Black Legion se concentrait uniquement sur le module Beta- Secundus. Si ce site tombait, les traîtres auraient remporté leur victoire, et avec tout ce qui était en jeu, cela ne pouvait pas se produire. La situation était désespérée. La horde de Khârn avait été dispersée lors de l’engagement précédent, mais elle avait mis en pièces les défenseurs impériaux de Beta-Secundus. Il faudrait du temps pour masser des forces suffisantes sur le site, pour renforcer ses barricades détruites et reconsacrer les esprits-machines de ses canons orbitaux, du temps qu’ils n’avaient pas. Le Magos Ivasnophon calcula qu’au moment où la Black Legion débarquerait, les forces loyalistes qui pourraient atteindre Beta-Secundus seraient singulièrement insuffisantes. Elles feraient quelques dégâts aux hérétiques, les ralentiraient même un peu. Puis ils mourraient tous.

Au lieu de cela, le capitaine Aphael préconisa une solution audacieuse, soutenue par Astorath lui-même. La Black Legion ne pouvant être arrêtée, les Blood Angels ne tenteraient pas de le faire. Au lieu de cela, toutes les forces impériales disponibles se hâtèrent de rejoindre les zones de rassemblement autour du module, prêtes à bondir dès que les traîtres débarqueraient. Les Chevaliers survivants de la maison Raven arrivèrent du nord. Les derniers Titans de la Legio Metalica se rassemblèrent à l’est. À l’ouest, un grand cortège du Culte Mechanicus mené par le Magos Ivasnophon, tandis qu’au sud, la 2e compagnie des Blood Angels, renforcée par des éléments de l’Armurerie et de la 10e, rassemblait ses forces. Sur tous les fronts, des groupes de Skitarii se mirent en place. Les éléments dispersés des innombrables Cohortes de Guerre se rassemblèrent une fois de plus en forces cohérentes, leurs signaux de contrôle binharique leur permettant de se rassembler avec une facilité qu’aucune autre armée n’aurait pu égaler.

Ivasnophon avait calculé le temps précis que les forces traîtresses mettraient à rester en orbite, et le temps qu’il leur faudrait pour atterrir, en se basant sur les données volées concernant la force et la disposition de leurs forces. Les chiffres étaient serrés, de nombreuses forces impériales se précipitant désespérément à travers des territoires hantés par l’ennemi ou des étendues sauvages en flammes pour atteindre les points de rassemblement avant que le signal d’attaque ne soit envoyé. Malgré tout, lorsque le compte à rebours de l’écran rétinien du capitaine Aphael atteignit zéro, il était clair que les armées de l’Imperium avaient rassemblé une énorme force d’infanterie, de chars, d’avions et de machines de guerre super lourds pour écraser les envahisseurs du Chaos.

Debout sur son Rhino de commandement, le capitaine de la 2e compagnie puisa dans chaque iota de ses talents d’orateur pour prononcer un discours à travers les réseaux vox qui remua même les cœurs métalliques et froids des Skitarii. Il parla de devoir. Il parla de vengeance. Il mit en garde contre les conséquences de la défaite, et expliqua comment les plans diaboliques du Fléau n’aboutiraient jamais. Aphael leva sa lame et la pointa vers le nord, là où les jets flamboyants des parachutes du Chaos et les ombres des vaisseaux spatiaux en orbite basse transformaient le ciel en ténèbres et en nuages. D’un seul mugissement, il lança l’attaque.

Le tonnerre de l’avancée impériale roula sur les plaines brûlantes. Les moteurs des chars rugissaient tandis que les escadrons fonçaient, rebondissant à travers les cratères et soulevant des panaches de poussière et de fumée derrière eux. Les Titans et les Chevaliers impériaux secouaient le sol de leurs pas, faisant retentir leurs cors de guerre de longues notes tonitruantes. Les Skitariis avançaient au pas de charge, les Servitors sur chenilles avançant à leurs côtés. Au-dessus d’eux, les projecteurs des canonnières Stormraven se plaçaient sur des vecteurs d’attaque, hurlant à travers le no man’s land en direction des lignes de la Black Legion.

Diamor 17.jpg

L’étau se resserra rapidement, les forces impériales se déplaçant à toute vitesse. Puis les tirs commencèrent. Les vaisseaux de guerre du Chaos en orbite furent les premiers à lancer leurs attaques. Le feu pleuvait des cieux tandis que les bombes de barrage et les coups de lance pilonnaient la zone de combat, projetant de grandes gerbes de roches et de terre dans les airs. Les soldats Metalicains furent réduits en cendres en un clin d’œil. Le Titan Reaver Divine Fury s’effondra à genoux, ses boucliers avait implosé et sa passerelle avait été vaporisée. Battues mais pas abattues, les forces impériales continuèrent à avancer.

Quelques instants plus tard, le bombardement orbital ralentit et, défiant les ordres du capitaine Aphael, la dernière flotte spatiale impériale reprit le combat. Voyant leurs ennemis se morfondre en orbite basse, les capitaines des Blood Angels et les guerriers du Mechanicus saisirent leur chance. S’approchant en hauteur, ils bombardèrent de leur puissance de feu la flotte ennemie la plus nombreuse. Les capitaines des vaisseaux du Chaos durent choisir entre rester à leur poste, et donc s’exposer aux tirs de torpilles et de lances impériales depuis le ciel, ou interrompre leur bombardement pour riposter. La plupart d’entre eux optent pour cette dernière solution. Alors que les vaisseaux en duel s’échangent des tirs de lance, un seul vaisseau, plus petit, se faufila au milieu du combat. Il s’agissait de l’Angelus Redemptor, transportant Karlaen et ses Archanges survivants. Sur ordre du premier capitaine, il se dirigea directement vers la zone d’engagement orbitale au-dessus du module Beta-Secundus.

Après avoir bravé le bombardement, les éléments impériaux de tête se rapprochaient des défenses de la Black Legion. Les traîtres s’étaient déployés en anneau autour du site d’excavation, les Space Marines du Chaos s’étant retranchés derrière des défenses en ruine, aux côtés de chars grondants et de Machines-Démons hargneuses. Dans la fraction de seconde qui précéda l’ouverture du feu par les lignes du Chaos, des Stormravens passèrent au-dessus d’eux en formation serrée, des missiles s’abattant de leurs ailes pour projeter les traîtres au milieu des explosions. Puis la Black Legion donna tout ce qu’elle avait, et la zone de tir se transforma en un infernal chaudron de flammes. Les chars explosèrent et s’immobilisèrent, dégageant une épaisse fumée noire. Les Ferro-Échassiers s’effondrèrent ou avancèrent sans but, leurs pilotes affalés sur leur selle. Au nord, les Chevaliers de la maison Raven se retranchèrent derrière leurs boucliers ioniques, s’avançant dans le feu de l’ennemi comme des hommes luttant contre des vents ayant la force d’un ouragan. Les guerriers impériaux mouraient par centaines, mais en tant que serviteurs de l’empereur ils ripostaient furieusement et poursuivaient leur charge jusqu’au bout.

Sur certains fronts, cela ne suffisait pas. À l’ouest, le Magos Ivasnophon et sa procession tentaculaire du Culte Mechanicus se retrouvèrent taillés en pièces par le feu nourri des Machines-Démons et des armes lourdes de la Black Legion. Calculant que ses forces seraient anéanties avant qu’elles ne puissent terminer leur attaque, le Magos commença à battre en retraite, avant de rencontrer des forces ennemies à l’arrière. Khârn était revenu des plaines de l’ouest à la tête d’un Maelström de carnage. Ivasnophon eut le malheur de se retrouver coincé entre les canons à l’avant et les Berzerkers à l’arrière. Les électros-prêtres se battaient en duel avec les adorateurs de Khorne au milieu des explosions aveugles du bombardement continu, mais les forces du Mechanicus, malmenées, étaient dépassées. Les partisans d’Ivasnophon furent tailladés et mutilés, le Magos lui-même se débarrassant de treize ennemis en armure énergétique avant que Khârn ne s’abatte sur lui avec un rugissement de haine. Carnassière pivota une fois, deux fois, et la tête tranchée d’Ivasnophon s’écrasa dans la boue gorgée de sang.

Bien que l’attaque impériale de l’ouest se soit effondrée, à l’est, la Legio Metalica était invincible. Les Princeps grognaient avec la fureur des dieux de la guerre et firent feu de tout bois sur l’ennemi. Le monde explosait devant eux, et même les machines tordus de la Legio Excruciatus ne parvenaient pas à contenir leur colère. Pendant ce temps, au sud, au sommet de la rampe de terre compactée qui menait au site de fouilles, des énergies crépitantes s’animaient tandis que Karlaen et ses guerriers survivants se téléportaient dans la bataille. Leurs armures encore brûlées et abîmées par les combats sur Ioline, les Archanges ouvrirent le feu, leurs armes frappant les légionnaires noirs choqués et faisant exploser les chars d’assaut. Karlaen et Aphael avaient coordonné leurs frappes à la perfection, car alors même que les Archanges et la Garde Sanguinienne apparaissaient dans les lignes arrière du Chaos, la 2e Compagnie frappait ses ennemis de face dans une colonne blindée rapide.

Les Archanges se frayèrent un chemin à travers une énorme meute de machines infernales, malgré les pertes sauvages infligées par les machines de guerre massives du Chaos. Tandis que les chars de combat des Blood Angels continuaient à tirer, leurs transports pivotaient et déversaient des guerriers en armure rouge dans la mêlée. Pendant ce temps, les derniers frères de bataille de la Compagnie de la Mort étaient portés au combat par des Stormravens, menés contre vents et marées par le Chapelain de la Compagnie de la Mort, Daenor, qui n’en pouvait plus. La Black Legion avait été contrainte de disperser ses défenseurs de tous les côtés, faisant face à une attaque sur tous les fronts d’un ennemi désormais numériquement supérieur grâce à ses victoires antérieures dans l’hémisphère sud. L’intelligence tactique du capitaine Aphael se révéla lorsque la puissance concentrée des Blood Angels se fraya un chemin à travers l’ennemi.

Une brèche fut ouverte dans les défenses du Chaos lorsque les deux forces des Blood Angels se rejoignirent, les capitaines de la 1ère et de la 2ème compagnie se serrant les coudes au bord de la fosse d’excavation. Avec les Skitarii qui poussaient pour élargir la brèche et les tirs de soutien de la Legio Metalica, les Blood Angels se préparaient à s’enfoncer dans les profondeurs du site d’excavation, d’où s’élevait une cacophonie infernale de cris de scie. Avec leurs héros en tête, les fils de Sanguinius s’avancèrent sur la rampe de terre tassée qui s’enroulait autour des bords de la fosse jusqu’à ses profondeurs. Ce faisant, ils virent une force de guerriers de la Black Legion se presser vers eux, et prirent conscience du terrible vacarme qui s’amplifiait d’instant en instant. La fosse était éclairée par une étrange lumière multicolore qui jaillissait d’un énorme éclat de cristal enfoncé en son cœur. Les parois rocheuses étaient gorgées de sang. C’est de l’étrange cristal qu’émanaient les sons horribles, et des fissures sillonnaient le socle rocheux tout autour. Les Fils de Sanguinius n’eurent pas longtemps à contempler ce terrible spectacle, car le Seigneur Xorphas et sa garde d’élite étaient sur eux. Le chef du Chaos frappait les Blood Angels de plein fouet, lui et ses acolytes sorciers lançant des éclairs sombres et déchirant le sol à l’aide de sorts géomantiques. Autour d’eux marchait l’élite de la Black Legion, vêtue d’armures baroques de Terminator.

L’affrontement qui s’ensuivit fut sanglant et brutal, et vit tomber de nombreux guerriers vétérans des deux côtés. Avant que les Blood Angels ne puissent terrasser le Seigneur Xorphas, des énergies de téléportation chatoyantes enveloppèrent leurs ennemis et les emportèrent hors du champ de bataille. Xorphas et ses forces d’élites ne cherchaient pas à se battre, mais à fuir, et à mesure que le sorcier et ses acolytes disparaissaient, toute l’armée du Chaos commençait à se désintégrer. L’ordre de retraite avait manifestement été donné, et les guerriers impériaux maudirent les traîtres qui s’enfuyaient vers tout vaisseau susceptible de les transporter en lieu sûr. La victoire semblait acquise, mais les héros des Blood Angels avaient la terrible impression d’avoir été manœuvrés pour attaquer trop tard. Une fois leurs ennemis disparus, les guerriers en armure rouge se précipitèrent sur la rampe d’accès et pénétrèrent dans les profondeurs obscures du site d’excavation. Là, ils firent face à l’horreur hurlante de l’artefact du Chaos, un cristal tordu de la taille d’une torpille d’abordage autour duquel le sang s’écoulait par vagues successives à travers les fissures du socle rocheux.

Diamor 18.jpg

C’était de la Sorcellerie de la plus sombre espèce, sûrement l’arme que la Black Legion utilisait pour briser les barreaux de la cage, et alors que les Archanges comme les Sanglants étaient mis à genoux par ses énergies, il semblait que Xorphas pouvait encore triompher. Finalement, ce furent les Bibliothécaires qui mirent fin à la menace, Asmasaël canalisant ses pouvoirs à travers son bâton de force pour retourner le barrage disharmonique du cristal contre lui-même et cisailler la pierre maléfique en fragments. Grâce à ce dernier effort héroïque, les Blood Angels mirent fin à la guerre sur Amethal. Il fallut attendre quelques heures avant que les dernières forces traîtresses de Beta-Secundus ne soient tuées, et des semaines avant que le reste du monde ne soit pacifié. Pourtant, Xorphas et la majeure partie de ses partisans avaient fui, emportant le Félon avec eux. Les navires de la flotte de guerre du Chaos s’emparèrent d’autant de vaisseaux en fuite qu’ils le purent avant de faire demi-tour et de s’éloigner, disparaissant dans le Warp à la périphérie du système et laissant le système Diamor vaciller dans leur sillage. La guerre avait été coûteuse et désespérée, mais la victoire appartenait à l’Imperium.

C’est du moins ce qu’il semblait, jusqu’à ce que l’Archiviste Asmasael et ses frères fassent part de leurs découvertes au capitaine Karlaen. Les Blood Angels avaient espéré que Xorphas s’était simplement laissé guider au moment même de son triomphe, choisissant de sauver sa peau plutôt que d’achever le rituel diabolique auquel il se livrait. Les sens extrasensoriels des bibliothécaires racontaient une autre histoire. Ils signalèrent des émanations de l’empyrée scintillant depuis le site de Beta-Secundus en plus grande quantité que jamais, ainsi qu’une fluctuation des courants Warp, comme si l’Immaterium se rapprochait de la surface.

« Peut-être », suggéra Asmasael d’un air sombre, l’ennemi avait-il fait plus de dégâts dans la cage du Démon que les Blood Angels ne l’avaient d’abord réalisé.

Peut-être que la défaite n’a pas été évitée, mais seulement retardée. C’était une pensée qui donnait à réfléchir, surtout si l’on y ajoutait la perte du Magos Ivasnophon et de ses connaissances sur les technologies qu’il avait été si près de débloquer. Alors qu’ils rassemblaient leurs forces pour quitter le système et retourner sur Baal, les Blood Angels laissèrent derrière eux l’Archiviste Asmasael et une escouade d’éclaireurs de la 10e compagnie. Ils resteraient sur Amethal, tentant d’évaluer l’étendue réelle des dégâts et montant la garde au cas où les barreaux de la cage de Démon menaceraient de se briser.

Pendant ce temps, à des années-lumière de là, les systèmes arcaniques s’activaient. Les unités mnémoschématiques ronronnaient et les flux biométriques s’activaient. Dans un laboratoire caché, profondément sous la surface du Monde-Forge, le Magos Ivasnophon commença la tâche laborieuse d’intégrer sa personnalité et ses algorithmes mentaux à son corps de secours. Le devoir ne s’achève que dans la mort, et le travail du Magos pour l’Omnimessie n’était pas encore terminé…[41]

+++Chronologie stratégique d’Amethal+++


+++Début du segment 0011110000100+++

ASC 067-082 : les forces traitres et loyalistes s’affrontent dans et autour du module beta-secundus. Pertes importantes des deux côtés [taux d’attrition de 77% pour les pertes des traîtres, 82% pour les impériaux].

ASC 083 : retrait complet des traitres de la zone d’engagement, cause non confirmée [sous-réf : fichier audio x43y tourmalid strategos débriefing].

ASC 084 : les forces des traîtres quittent entièrement le système de Diamor. Les éléments de la flotte du système et les vaisseaux Metalicains supplémentaires [sous-réf : Cuirassé de classe explorateur] rétablissent le cordon d’interdiction de l’espace profond.

ASC 085+ : Les relevés empyréen enregistrés autour de la zone d’excavation du module beta-secundus continuent d’augmenter [sous-réf : AQL 001 - Moniteur excavation enregistrement rho77]. Quarantaine complète instaurée, retrait des forces non essentielles, début de la récupération des biens Metalicains.

ASC 086 : Sous l’autorité des Blood Angels [sous-réf : Archiviste Asmasael] communiqué astropathique codé de niveau Vermillon envoyé à la plus haute force astropathique [sous-réf : Titan/Chapitre des chevaliers gris]

+++La chronologie stratégique d’Amethal se termine+++

+++La quarantaine d’Amethal commence+++[42]

Sources

Pensée du Jour : « La Prière purifie l’Âme et la Douleur purifie le corps. »
  • Black Crusade - Traitor's Hate
  • Black Crusade - Angel's Blade
  1. Black Crusade - Traitor’s Hate, Amethal Strategic Chronolog, Chapter 1 (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  2. Black Crusade - Traitor’s Hate, Death in the Diamor System(traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)’‘
  3. Black Crusade - Traitor’s Hate, War Zone Carnage (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  4. Black Crusade - Traitor’s Hate, Amethal Incarnate(traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  5. Black Crusade - Traitor’s Hate, The Slautherers (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  6. Black Crusade - Traitor’s Hate, Kranon the Relentless (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  7. Black Crusade - Traitor’s Hate, Kranon's Cursed Host(traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)’‘
  8. Black Crusade - Traitor’s Hate, Amethal Strategic Chronolog, Chapter 2 (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  9. Black Crusade - Traitor’s Hate, The Anointing (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  10. Black Crusade - Traitor’s Hate, Blood in the Streets (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  11. Black Crusade - Traitor’s Hate, The Blood-Soaked Hordes (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  12. Black Crusade - Traitor’s Hate, Khârn the Betrayer (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  13. Black Crusade - Traitor’s Hate, Khârn's Butcherhorde (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  14. Black Crusade - Traitor’s Hate, Amethal Strategic Chronolog Chapter 3 (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  15. Black Crusade - Traitor’s Hate, The Banshee Stone (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  16. Black Crusade - Traitor’s Hate, The Doom of Amethal (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  17. Black Crusade - Traitor’s Hate, Bane of Amethal (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  18. Black Crusade - Traitor’s Hate, Lord Xorphas the Tainted (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  19. Black Crusade - Traitor’s Hate, The Hand of Xorphas (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  20. Black Crusade - Traitor’s Hate, Amethal Strategic Chronolog, Chapter 3 (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  21. Black Crusade - Angel’s Blade, Blood of Sanguinius (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  22. Black Crusade - Angel’s Blade, Amethal Strategic Chronolog Chapitre 1 (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  23. Black Crusade - Angel’s Blade, The Storm Descends (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  24. Black Crusade - Angel’s Blade, The Mad and the Monstrous (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  25. Black Crusade - Angel’s Blade, The Fallen and the Lost (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  26. Black Crusade - Angel’s Blade, Death Company Chaplain Daenor (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  27. Black Crusade - Angel’s Blade, The Army of Death (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  28. Black Crusade - Angel’s Blade, To Know Thine Enemy (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  29. Black Crusade - Angel’s Blade, Assault on Amethal (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  30. Black Crusade - Angel’s Blade, Amethal Strategic Chronolog Chapitre 2 (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  31. Black Crusade - Angel’s Blade, The Hell Factories (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  32. Black Crusade - Angel’s Blade, Victory or Death (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  33. Black Crusade - Angel’s Blade, Captain Karlaen (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  34. Black Crusade - Angel’s Blade, Strike Force Karlaen (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  35. Black Crusade - Angel’s Blade, The Ioline Raid (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  36. Black Crusade - Angel’s Blade, Amethal Strategic Chronolog Chapitre 3 (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  37. Black Crusade - Angel’s Blade, For The Imperium (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  38. Black Crusade - Angel’s Blade, Into the Pit (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  39. Black Crusade - Angel’s Blade, Captain Donatos Aphael (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  40. Black Crusade - Angel’s Blade, The Blooded (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  41. Black Crusade - Angel’s Blade, Battle for Amethal (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  42. Black Crusade - Traitor’s Hate, Amethal Strategic Chronolog (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)