Calas Typhon

De Omnis Bibliotheca
Typhus le Vagabond, Héraut de Nurgle, Hôte de la Ruche du Destructeur, est une fois de plus en marche pour dispenser les bienfaits de son maître dans toute la galaxie.
« Contemplez-moi, sachez que je peux vous abattre selon mon bon plaisir, et qu’il ne vous reste qu’une issue : scrutez les ténèbres qui bouillonnent au fond de votre âme, et vous y trouverez Père Nurgle, qui vous fera don de la vie éternelle en échange de votre simple servitude. Repoussez-le et vous serez à moi seul. »
- Typhus le Vagabond, Héraut de Nurgle.

Lorsque Mortarion, Primarque de la Death Guard, et ses fils rejoignirent les forces du Maître de Guerre Horus pour livrer bataille à l’Empereur de l’Humanité, seul un des membres de la Légion savait ce qui les attendait et le prix qu’il leur faudrait payer. Il s’appelait Calas Typhon, et comme nombre de ses frères d’armes, avait été recruté sur le monde sauvage de Barbarus qui avait vu grandir son Primarque. Cette planète n’était cependant pas uniquement peuplée d’hommes, mais aussi de seigneurs inhumains qui les opprimaient.

Dans sa jeunesse, Mortarion avait exterminé ces êtres maléfiques, mais leur règne cruel avait engendré de nombreux bâtards des deux espèces. Typhon était de ceux-là : il possédait de puissants pouvoirs psychiques qui lui permettaient de se déplacer à sa guise sur le monde brumeux de Barbarus. S’ils n’étaient que latents à l’époque de son incorporation, ils n’allaient pas tarder à se développer.

Lorsque la Death Guard commença à recruter sur Barbarus, les talents de guerriers de Typhon le firent remarquer. Si les critères de sélection des chapitres de Space Marines sont aujourd’hui très stricts, d’une part parce que l’importance de la pureté génétique a été amplement prouvée, d’autre part parce qu’un chapitre de mille hommes peut se permettre de ne choisir que les meilleurs, il n’en fut pas toujours ainsi. À l’époque de la Grande Croisade, les Légions n’avaient besoin que de bons combattants prêts à suivre leur Primarque. Lorsqu’il s’avéra que Typhon était également un Psyker, il fut doublement apprécié car chacune des légions essayait de recruter le plus d’Archivistes possible.

Ce fut ainsi que la Death Guard en vint à accueillir cette âme corrompue, car Mortarion s’était à peine joint à la Grande Croisade que Typhon communiait déjà avec les Dieux Sombres, qui en échange lui accordaient leur protection. C’est du reste avec leur aide qu’il se hissa jusqu’au rang de Capitaine-Épistolier, à la tête du cuirassé Terminatus Est et d’une compagnie entière de la Death Guard. Lorsque la légion se joignit à Horus, ce fut Typhon qui exécuta les Navigateurs sous prétexte qu’ils étaient encore loyaux à l’Empereur. Ce fut Typhon qui prétendit être en mesure de guider ses frères vers Terra grâce à ses pouvoirs. Ce fut Typhon qui les mena à la damnation, les égarant dans le Warp où ils dérivèrent sans espoir.

Ce voyage vers le cœur de la galaxie fut la première occasion où l’une des légions renégates paya le prix de sa trahison, un prix des plus atroces. Le temps s’écoule étrangement dans le Warp et les épreuves que la Death Guard dut subir ont pu s’étaler sur seulement quelques jours aussi bien que sur des siècles, et à leur retour aucun des Marines du Terminus Est ne sut dire combien de temps ils avaient dérivé dans l’Immaterium. Au moment où le cauchemar commença, aucun d’eux ne put résister, pas même ceux qui l’auraient souhaité.

Un par un, les Death Guards furent frappés d’une maladie si virulente que ni leur multi-poumon, ni leurs reins oolithiques ne purent les en préserver. Paralysés, ils demeurèrent néanmoins conscients alors que le virus ravageait leurs corps et les emplissait d’une souffrance inimaginable. Seul leur tout puissant instinct de conservation leur permit de survivre. Cet instinct avait déjà été poussé dans ses derniers retranchements lorsque le grondement sourd des générateurs de boucliers Warp mourut au profit d’une vibration dense qui croissait en intensité. Soudain, le son devint le bourdonnement d’un million d’ailes d’insectes, et des nuées de mouches noires et bouffies venues d’on ne sut où se déversèrent par la moindre ouverture. Le Destructeur, la pire des épidémies de Nurgle, avait frappé. Les mouches se mirent à grouiller sur les Marines paralysés, se nourrissant de leur sueur, infectant leurs plaies et pénétrant dans leurs bouches et leurs narines. Dans tout le vaisseau, les corps des Death Guards furent pris de spasmes alors que les insectes du Warp pondaient dans leur chair. Peau et armure se gonflèrent de corruption, déformées et tendues jusqu’à éclatement, laissant s’écouler des jungles d’entrailles et des torrents de pus.

Sur le pont, le maître du navire, Typhon, fut le premier à reprendre ses esprits. Il se releva parmi les miasmes mortels, et un son liquide et râpeux sortit de sa gorge ravagée :

« Encore… »

De par le navire, les mouches pestifères quittèrent leurs hôtes et vinrent à lui en un vol noir. Le nuage corrompu s’engouffra dans son corps jusqu’à ce qu’il ait entièrement disparu. Malgré tout, l’immense forme ne vacilla pas. Elle était désormais Typhus, Hôte de la Ruche du Destructeur, Fils Aîné de Mortarion. Typhus reçut la récompense ultime de son véritable seigneur, Nurgle, Seigneur de la Déchéance, qu’il adorait avant même la corruption de Mortarion. Bien qu’il demeurât subordonné à son Primarque, il était clair que son seul maître était Nurgle lui-même.

Dans l’Œil de la Terreur, Mortarion avait façonné son monde démon à l’image de Barbarus. Typhus fut écœuré par une telle sensiblerie : sa loyauté allait à Nurgle, et ce dernier se nourrissait de la peur des mortels. Embarquant dans son vaisseau avec ses fidèles, il multiplia les incursions dans l’univers matériel, donnant naissance à la légende du Vagabond, le Héraut de Nurgle, l’incarnation de la maladie et de la mort. Choisi par Nurgle pour guider ses Marines de la Peste, Typhus poursuit son œuvre de destruction et d’entropie depuis le pont de son vaisseau, le Terminus Est, et, en récompense de dizaines de mondes dévastés et d’innombrables âmes damnées, Nurgle sut se montrer généreux envers son champion.


  • Équipement et Dons : Marque de Nurgle, Sorcier, Essence Démoniaque, Visage Démoniaque, Pourriture de Nurgle, Nurglings Parasites, Armure Terminator, Faucheuse, Talisman du Warp.
  • Ruche du Destructeur : Typhus est l’hôte d’un horrible fléau qui se manifeste sous la forme d’une multitude d’essaims d’insectes se déversant des crevasses de son armure et grouillant autour de ses ennemis, menaçant de les contaminer.


Système Cadien 2675999.M41


La chambre de téléportation du Terminus Est était animée d’une vibration malsaine. Les murs qui abritaient autrefois des circuits de la technologie la plus avancée dégouttaient à présent d’humeurs écœurantes et frémissaient d’une agonie infernale.

Typhus était accroupi au centre d’un pentagramme délimité par cinq bougies vertes. La corne unique qui surmontait son casque se pointa tour à tour en direction de chacune d’elles, et celles-ci vacillèrent un instant avant d’émettre un épais nuage de vapeur graisseuse. Alors que la fumée envahissait la pièce, le nuage d’insectes bourdonnant qui entourait le Vagabond revint grouiller dans les fissures de son armure, pendant que des Nurglings se blottissaient à ses pieds. La fumée formait à présent un épais cercle autour de lui.

Typhus frappa du manche de sa faux contre le sol, et les volutes le masquèrent. Il frappa un deuxième coup, la pièce était désormais vide…

Et le Héraut de Nurgle bien loin d’ici.

C’était une nuit sans lune. Des rideaux de pluie aggravaient le manque de visibilité, tandis que le rugissement de l’artillerie couvrait le moindre son. Typhus était dans une tranchée de communication, entouré de Cadiens le regardant bouche bée sous l’effet de la surprise et de la terreur.

La maladie frémit en lui puis se déversa en un nuage de mouches noires, qui s’abattirent sur les malheureux gardes. Beaucoup moururent avant même que le hurlement de rage du Vagabond ne les atteigne et couvre leur peau de bubons malsains. Typhus avança au travers des miasmes, sa faux exécutant de grands moulinets, chacun abattant une poignée de soldats avec une facilité terrifiante. Partout autour de lui, ses Nurglings s’attaquaient à la chair exposée des visages des morts et tiraient sur les jambes de ceux qui tentaient de s’enfuir. Les Cadiens ripostèrent, mais leurs tirs de fusil laser ricochaient sur l’armure Terminator du Vagabond, sans compter qu’aucune baïonnette ne parvenait à passer la garde de la Faucheuse : il était venu récolter leurs âmes. Leurs officiers se jetèrent sur lui, leurs épées énergétiques brandies, mais ils furent tous démembrés avant d’avoir pu l’atteindre.

Il n’y eut bientôt plus que la pluie, les mouches, les cris des démons et cette silhouette massive, à la corne unique, qui écumait le réseau de tranchées telle la mort incarnée. Semblable à un monstre des légendes, il tuait les soldats par dizaines. Sur son sillage, les cadavres et les blessés enflaient avant d’éclater, libérant davantage de mouches noires. Le champ de bataille était devenu un charnier. Les maladies semées ne tarderaient pas à se répandre, et ce qui avait été une position défensive imprenable ne serait bientôt plus qu’une plaie purulente.

Il hocha la tête, satisfait. Les hommes de Cadia étaient des vétérans : ils ne pourraient mettre leur défaite sur le compte des « innombrables hordes du Chaos », et même s’ils essayaient, tous sauraient qu’un seul des capitaines de Nurgle avait massacré une compagnie entière et trembleraient. Cette terreur ne leur laisserait plus aucun répit : l’histoire serait répétée et amplifiée, beaucoup déserteraient, d’autres faibliraient au dernier moment.

Un pas de plus avait été franchi dans la destruction de Cadia, et Typhus savait que son sacre approchait d’autant.

Sources

  • Codex Heretic Astartes Death Guard, V8
  • White Dwarf N°110 (Juin 2003)