Calas Typhon

De Omnis Bibliotheca
Typhus le Vagabond, Héraut de Nurgle, Hôte de la Ruche du Destructeur, Le Premier Capitaine de la Death Guard, La Main Gauche de Mortarion, Le Maître du Terminus Est.
« Contemplez-moi, sachez que je peux vous abattre selon mon bon plaisir, et qu’il ne vous reste qu’une issue : scrutez les ténèbres qui bouillonnent au fond de votre âme, et vous y trouverez Père Nurgle, qui vous fera don de la vie éternelle en échange de votre simple servitude. Repoussez-le et vous serez à moi seul. »
- Typhus le Vagabond, Héraut de Nurgle.

Lorsque Mortarion, Primarque de la Death Guard, et ses fils rejoignirent les forces du Maître de Guerre Horus pour livrer bataille à l’Empereur de l’Humanité, seul un des membres de la Légion savait ce qui les attendait et le prix qu’il leur faudrait payer. Il s’appelait Calas Typhon, et comme nombre de ses frères d’armes, avait été recruté sur le Monde Sauvage de Barbarus qui avait vu grandir son Primarque. Cette planète n’était cependant pas uniquement peuplée d’hommes, mais aussi de seigneurs inhumains qui les opprimaient.

Dans sa jeunesse, Mortarion avait exterminé ces êtres maléfiques, mais leur règne cruel avait engendré de nombreux bâtards des deux espèces. Typhon était de ceux-là : il possédait de puissants pouvoirs psychiques qui lui permettaient de se déplacer à sa guise sur le monde brumeux de Barbarus. S’ils n’étaient que latents à l’époque de son incorporation, ils n’allaient pas tarder à se développer.

Lorsque la Death Guard commença à recruter sur Barbarus, les talents de guerriers de Typhon le firent remarquer. Si les critères de sélection des Chapitres de Space Marines sont aujourd’hui très stricts, d’une part parce que l’importance de la pureté génétique a été amplement prouvée, d’autre part parce qu’un Chapitre de mille hommes peut se permettre de ne choisir que les meilleurs, il n’en fut pas toujours ainsi. À l’époque de la Grande Croisade, les Légions n’avaient besoin que de bons combattants prêts à suivre leur Primarque. Lorsqu’il s’avéra que Typhon était également un Psyker, il fut doublement apprécié car chacune des Légions essayait de recruter le plus d’Archivistes possible.

Il deviendra le Premier Capitaine de la Légion de la Death Guard, mais se verra obligé d’abandonner son rang d’Épistolier dans le Librarius de la Légion, car le Primarque Mortarion nourrissait une profonde méfiance à l’égard de ceux qui exerçaient des pouvoirs psychiques. Typhon a abandonné son don et s’est plutôt efforcé de servir comme chef de guerre. Sa force, son habileté et son comportement l’ont conduit à un rang élevé, avec comme point culminant son commandement du puissant et unique navire de guerre Terminus Est et de la charge alchimique mortelle qu’il contenait. Bien qu’il n’ait plus servi en tant que Archiviste de Bataille, l’influence du Warp s’est maintenue au sein de Typhon, car il a été l’un des premiers de sa Légion à tenir compte de l’influence de l’au-delà.

Au lendemain de la Grand Trahison de la Légion, Typhon s’est révélé comme un maître de la mort chimique et le faucheur d’hommes, abattant ses ennemis avec sa Faux Énergétique mortelle et avec des munitions blasphématoires.

Lorsque la Légion se joignit à Horus, ce fut Typhon qui exécuta les Navigators sous prétexte qu’ils étaient encore loyaux à l’Empereur. Ce fut Typhon qui prétendit être en mesure de guider ses frères vers Terra grâce à ses pouvoirs. Ce fut Typhon qui les mena à la damnation, les égarant dans le Warp où ils dérivèrent sans espoir.[1]

Ce voyage vers le cœur de la galaxie fut la première occasion où l’une des Légions Renégates paya le prix de sa trahison, un prix des plus atroces. Le temps s’écoule étrangement dans le Warp et les épreuves que la Death Guard dut subir ont pu s’étaler sur seulement quelques jours aussi bien que sur des siècles, et à leur retour aucun des Marines du Terminus Est ne sut dire combien de temps ils avaient dérivé dans l’Immaterium. Au moment où le cauchemar commença, aucun d’eux ne put résister, pas même ceux qui l’auraient souhaité.

Un par un, les Death Guards furent frappés d’une maladie si virulente que ni leur multi-poumon, ni leurs reins oolithiques ne purent les en préserver. Paralysés, ils demeurèrent néanmoins conscients alors que le virus ravageait leurs corps et les emplissait d’une souffrance inimaginable. Seul leur tout puissant instinct de conservation leur permit de survivre. Cet instinct avait déjà été poussé dans ses derniers retranchements lorsque le grondement sourd des générateurs de boucliers Warp mourut au profit d’une vibration dense qui croissait en intensité. Soudain, le son devint le bourdonnement d’un million d’ailes d’insectes, et des nuées de mouches noires et bouffies venues d’on ne sut où se déversèrent par la moindre ouverture. Le Destructeur, la pire des épidémies de Nurgle, avait frappé. Les mouches se mirent à grouiller sur les Marines paralysés, se nourrissant de leur sueur, infectant leurs plaies et pénétrant dans leurs bouches et leurs narines. Dans tout le vaisseau, les corps des Death Guards furent pris de spasmes alors que les insectes du Warp pondaient dans leur chair. Peau et armure se gonflèrent de corruption, déformées et tendues jusqu’à éclatement, laissant s’écouler des jungles d’entrailles et des torrents de pus.

Sur le pont, le maître du navire, Typhon, fut le premier à reprendre ses esprits. Il se releva parmi les miasmes mortels, et un son liquide et râpeux sortit de sa gorge ravagée :

« Encore… »

De par le navire, les mouches pestifères quittèrent leurs hôtes et vinrent à lui en un vol noir. Le nuage corrompu s’engouffra dans son corps jusqu’à ce qu’il ait entièrement disparu. Malgré tout, l’immense forme ne vacilla pas. Elle était désormais Typhus, Hôte de la Ruche du Destructeur, Fils Aîné de Mortarion. Typhus reçut la récompense ultime de son véritable seigneur, Nurgle, Seigneur de la Déchéance, qu’il adorait avant même la corruption de Mortarion. Bien qu’il demeurât subordonné à son Primarque, il était clair que son seul maître était Nurgle lui-même.

Dans l’Œil de la Terreur, Mortarion avait façonné son Monde Démon à l’image de Barbarus. Typhus fut écœuré par une telle sensiblerie : sa loyauté allait à Nurgle, et ce dernier se nourrissait de la peur des mortels. Embarquant dans son vaisseau avec ses fidèles, il multiplia les incursions dans l’univers matériel, donnant naissance à la légende du Vagabond, le Héraut de Nurgle, l’incarnation de la maladie et de la mort. Choisi par Nurgle pour guider ses Marines de la Peste, Typhus poursuit son œuvre de destruction et d’entropie depuis le pont de son vaisseau, le Terminus Est, et, en récompense de dizaines de mondes dévastés et d’innombrables âmes damnées, Nurgle sut se montrer généreux envers son champion.

Jeunesse[modifier]

Un Don Caché[2]

Calas Typhon n’a pas toujours appartenu à Nurgle, bien que les stigmates du Warp étaient présents dès sa naissance. Enfant, sur la planète toxique de Barbarus, Calas Typhon était troublé par des phénomènes nocturnes auxquels il croyait qu’il n’avait aucun contrôle. Les objets tremblaient et se brisaient autour de lui chaque fois qu’il était effrayé ou en colère, et les plantes se flétrissaient et mouraient sous son regard. Ces pouvoirs fantômes le troublaient beaucoup, mais il décida de les tourner à son avantage. Lorsque Typhon atteignit sa maturité, il avait appris à maîtriser les énergies psychiques qui résonnaient en lui chaque nuit ; un acte de volonté qui impressionna fortement ses aînés. Grâce à cet acte, Typhon devint plus fort dans sa détermination à réussir que n’importe lequel de ses pairs.

Calas Typhon est né sur l’effroyable monde de Barbarus, une planète toxique et marécageuse où les misérables petits humains concentres dans des petites communautés fortifiées vivaient sous la domination et la terreur des Seigneurs de Guerre, une race Xenos de nécromants, aussi appelés les Barbaruns Élus, qui les traitaient comme des animaux, des proies et des rats de laboratoire. Ils régnaient du haut de leurs forteresses dans les montagnes, comme des seigneurs féodaux, et terrorisaient et utilisaient les humains pour leurs expériences maléfiques et néoromantiques. La mère de Typhon était humaine, son père était un Seigneur de Guerre, et à cause de cette filiation, il fut toujours rejeté par les autres.

Un jour, alors qu’il n’était qu’un jeune homme, trapu, aux airs de renard, Typhon fut capturé avec d’autres humains, parqué dans des rampants à vapeur et emmené par les abominations de l’armée du plus puissant Seigneur de Guerre de Barbarus : Necare, le Seigneur de Guerre Suprême. Alors que la caravane montait une falaise vers la demeure de Necare, telle une récolte pour les expérimentations effroyables dans les ateliers charnels du Seigneur de Guerre Suprême, elle passa prêt d’un château lugubre dans lequel vivait un être étrange, trouvé bien des années avant par Necare et adopté par ce dernier. Cet être était un humain incroyablement grand et à la force époustouflante, mais froid et aigri à cause des mauvais traitements de soin père adoptif qui le rabaissait et l’utilisait pour faire la guerre à ses rivaux Seigneurs de Guerre. Il se nommait Mortarion.

Quand le rampant à vapeur dans lequel se trouvait Typhon passa devant la demeure de Mortarion, elle dérapa hors de la route et versa au fossé, en crachant de la fumée. Du lit de chargement éventré descendit Typhon, vêtu de guenilles et secoué par des haut-le-cœur malgré le masque respirateur qu’il plaquait contre lui. Des groupes de golems se rassemblèrent pour le traquer alors qu’il aidait d’autres humains à sortir. Puis Typhon vit de loin Mortarion qui assistait à la scène sur les murs de sa citadelle, et il courut dans sa direction, entraînant les autres derrière lui pour y chercher refuge. Mais le jeune homme se retrouva face aux golems sur ses talons, et envoya une onde psychique dans l’air autour de sa main qui fit tomber une des golems au sol, avant de faire apparaître des serpents-lamproies blanches et fines jaillissant du sol et lui dévorant les jambes. Typhon sortit un morceau de métal rouillé de sous son gilet et se battit pour sa vie, mais fut lacéré par des griffes de golems. Sa vie aurait pu s’arrêter là, mais il fut sauvé par Mortarion qui abatis de son pistolet les abominations. Le Primarque sortit de sa demeure par la suite et rejoignit Typhon, affrontant les monstres de son père adoptif, ce qui en fit alors un traître aux yeux de Necare, liant sa destinée avec l’Humanité. Un fois les golems éliminés, Typhon remercia Mortarion de son aide. Puis une sirène de guerre retentit, annonçant l’arrivée de Necare qui descendait de son sommet. Typhon fut invité par Mortarion à partir avec ses compagnons, mais Typhon refusa de l’abandonner, lui proposant de partir avec lui dans le bas de la vallée avant que le jour ne se lève. Mais Mortarion rétorqua qu’ils se feront rattrapés et qu’il allait se batte pour leur faire gagner un temps précieux. Inventif, Typhon alla manier des conduites d’alimentation d’un rampant à l’arrêt et le carburant se mit à fuiter des valves de surcharge ouvertes qui inonda le pont qui les séparait des armées de Necare. Puis Mortarion tira dans le carburant répandu, provoquant une explosion qui éventra le véhicule dans une boule de feu et causant la chute des cascades de pierres qui bloquèrent le col. Puis Typhon parti avec son nouvel ami, débutant avec Mortarion un duo qui allait marquer l’histoire de Barbarus.

Avec Mortarion, Typhon rejoignit une bourgade de deux cent âmes qui s’appelait la Taille d’Heller, une petite communauté d’agriculteurs sise dans une vallée. Beaucoup avait peur de Mortarion mais aussi de Typhon à cause de ses pouvoirs psychiques. Finalement, le jeune homme trouva refuge avec le Primarque dans une étable à l’abandon en bordure du village, les habitants leur donnant du bois pour faire un feu et de la nourriture. Ils attendirent des jours que Necare les attaque, ce qui finalement n’arriva pas. Typhon en profita pour apprendre à Mortarion que les sons étranges qu’il entendait dans le village étaient des "chansons" et les sombres origines qui étaient les siennes. Il lui proposa de quitter le village, car beaucoup d’habitants les rejetaient mais Mortarion préférait commencer à mener une révolte contre les maîtres de Barbarus, rejoignant les moissonneurs et s’engageant dans les champs pour les aider et gagner leur confiance peu à peu, allant jusqu’à sauver une enfant coincée sous une charrette. Mais Typhon apprit que des ennemis approchaient, ce qui se confirma lorsqu’une forme noire parée d’une cape se dressa depuis les épis de blé subitement noyé par un brouillard qui encercla le village, et fila à travers l’air en silence en décapitant l’un des villageois. D’autres formes spectrales se dessinèrent dans les profondeurs du banc de brouillard. C’était l’assaut d’un Seigneur de Guerre nommé Desalem, un vassal de Necare, à la tête de soldats-golems. Typhon se battit mais le combat tourna court lorsque le Primarque trouva et tua Desalem. La guerre de libération de Barbarus avait commencé et Typhon allait être un des ses principaux commandants.[3]

La Libération de Barbarus[modifier]

Calas Typhon devint le bras droit de Mortarion durant la guerre contre les Seigneurs de Guerre, guerre qui dura huit années. Ensemble, les deux compagnons inspirèrent les humains à se libérer de l’oppression et organisèrent la guerre contre les monstres qui terrorisaient leur vie. Durant ce conflit, Typhon était devenu le frère d’arme du Primarque - devenu connu sous le nom de Faucheur d’Hommes - et ensemble, ils levèrent une armée de soldats endurcis, unis dans leur haine des Seigneurs de Guerre, une armée avec pour symbole un crâne qui représentait l’ombre de la mort qui pesait sur les soldats et était à la fois leur alliée, tandis que l’astre à six pointes était supposé symboliser la lumière que cette liberté nouvelle allait apporter à Barbarus. Cette armée fut baptisée la Death Guard…

La première véritable cité libre de l’histoire de Barbarus fut un fort de brigands qui allait devenir la base des opérations de la nouvelle Death Guard de Mortation : Fort-sûr, un symbole pour tous ceux qui luttaient et un lieu où les humains pouvaient marcher sans peur sachant que ses hauts murs de pierre, ses portes de fer imprenables et les fusils des guerriers sur les remparts repousseraient tous les raids punitifs. Des battues cruelles furent organisés pour éliminer un à un les Seigneurs de Guerre et lentement, inexorablement, la situation se renversa sur tout Barbarus, et l’espoir, ou du moins ce qui s’en approchait, apparu.

Après huit années de conflit, la victoire était quasiment acquise, les Seigneurs de Guerre quasi tous exterminé, tous, à part Necare, le plus puisant de son espèce et père adoptif de Mortarion, qui régnait dans une citadelle située en haut de montagnes dont la toxicité de l’air empêchait tout humain, même Mortarion, de monter. Calas Typhon revint à Fort-sûr, victorieux d’une campagne contre un Seigneur de Guerre nommé Volcral, un vassal de Necare qui fut abandonné à son sort par ce dernier. Là, il écouta le plan de Mortarion pour survivre dans l’environnement toxique des hauts sommets et atteindre le Seigneur de Guerre Suprême : de nouvelles armures complètement étanche, où aucune toxine ne pouvait affecter celui qui la portait. Ainsi équipé, Mortarion ambitionnait de mener une escouade d’élite de la Death Guard afin d’aller tuer Necare dans son antre. Typhon proposa un autre plan, une autre idée. Il avait capturé Volcral et l’avait enfermé dans une cage, dans l’espoir de lui arracher le secret de sa "magye" et créer des golems afin de se constituer une armée capable de prendre d’assaut en masse le domaine de Necare. Mais déjà, Mortarion détestait toute forme de sorcellerie, notamment psychique, et refusa le plan de Typhon, tout en lui ordonnant de tuer Volcral. Le Seigneur de Guerre tenta alors d’offrir son savoir à Typhon en échange de la vie, mais il fit l’erreur d’évoquer l’élimination de Mortarion, ce que Calas Typhon refusait de commettre. Il tua Volcral.

Après des mois de préparation et d’entraînement d’endurance, Typhon et Mortation prirent la tête d’une petite troupe équipée d’armures étanches et ils montèrent dans le brouillard toxique vers le château de Necare, situé dans les monts de l’Échine. En chemin, il se retrouvèrent devant les ruines de l’ancienne demeure de Mortarion, là où Typhon avait rencontré le Primarque. Soudainement, il subit un bombardement de dizaines de boules de feu depuis les remparts du château de Necare, des projectiles incendiaires d’où des silhouettes humaines avec des griffes noires sortirent en chancelant, avant de se jeter sur lui et ses compagnons. Mortarion ordonna de foncer vers le château de Necare afin d’éviter d’être touché par l’intense bombardement, mais Typhon s’y opposa, ramenant le Faucheur d’Hommes à la vérité en lui rappelant que Necare voulait justement le provoquer pour lui faire prendre des décisions irréfléchies. Mais devant le bombardent sans fin, les armures furent endommagées, forçant une retraite précipitée, retournant défait à Fort-sûr. Typhon, Mortarion et les autres guerriers eurent la surprise de retrouver ce lieu vidé de ses habitants, avec seulement un messager étant resté pour les accueillir et leur apprendre une incroyable nouvelle : dans le village de la Taille d’Heller un Aigle était arrivé.

"L’Aigle" était un vaisseau en métal lustré et d’or avec une coque principale effilée fusionnant de manière lisse avec de larges ailes inversées et des surfaces portantes ventrales. Posé sur les vestiges des champs, au-dehors des murets écroulés du village de la Taille d’Heller, Typhon parvint à y déchiffrer les mots à haute voix et de manière hésitante : "Ave Imperator". Aux côtés de Mortarion, Typhon s’avança vers le vaisseau, vers la seule entrée visible afin de rencontre un être que les habitants de Barbarus appelaient l’Étranger, et dont la venue piquait sa curiosité, bien que méfiant : après tout, cet Étranger apparaissait de nul part le jour même qui aurait dû être le triomphe de Mortarion. Pénétrant dans le vaisseau avec le Primarque, il vit assis à une table des dirigeants du cadre de soutien civil aux côtés des guerriers de la Death Guard que Mortarion avait laissés en charge à sa place. Et avec eux se trouvait un être parfait qui posa Ses yeux sur lui. Typhon s’en retrouva paralysé tant était grande la force de ce regard, un regard sombre, à la fois clair et sans fond, et qui paraissait ancien. Typhon s’était soudain senti devenu transparent et il retint son souffle, et une tension lui vint dans les muscles des jambes, un réflexe instinctif de vouloir s’agenouiller, qu’il dut réprimer de manière bien consciente. Puis l’Étranger en lourde armure d’or s’avança devant Mortarion, se présentant comme un ami et affirmant qu’Il était à sa recherche, proposant que Barbarus intègre l’Imperium et de bénéficier de Ses technologies. Mortarion rejeta les propositions de l’Étranger qui alors lui proposa un défi : Mortarion devait éliminer Necare de sa main et alors Il partira pour toujours, mais si il échouait, alors Barbarus rejoindra l’Imperium et Mortarion et sa Death Guard lui jureront allégeance. Le Primarque accepta ces conditions et alors qu’il partait chercher une nouvelle armure étanche, Typhon lui demanda de rester, considérant qu’il marchait vers une mort certaine. Mortarion l’ignora et lui ordonna de l’attende, lui promettant qu’à son retour, les choses changeront. Typhon regarda partir son frère d’arme, en lui souhaitant bonne chance.

Mais Mortarion échoua, car bien qu’ayant atteint le citadelle de son père adoptif, il était sur le point de périr sous les coups de Necare avant d’être sauvé au dernier moment par l’Étranger, qui n’était que nul autre que l’Empereur de l’Humanité, qui tua de Son épée le Seigneur de Guerre Suprême. Mortarion, plein de rancune, accepta néanmoins de se soumettre, et recevant le commandement de la quatorzième Legiones Astartes, les Dusk Raiders, qu’il rebaptisa la Death Guard, ouvrant un nouveau chapitre dans la vie de Calas Typhon.[4]

La Grande Croisade[modifier]

Calas Typhon durant la Grande Croisade
Lorsque l’Empereur a récupéré Son fils Mortarion perdu dans les brumes toxiques de Barbarus, et l’a réuni avec les guerriers surhumains nés de sa semence génétique, Typhon a été parmi ceux qui ont été choisis pour rejoindre leurs rangs. La citadelle de son clan avait été visitée par les Apothicaires de la nouvelle Légion de Mortarion, et lors de leurs évaluations, la force intérieure de Typhon avait transpiré. Les processus ésotériques par lesquels Typhon est devenu membre de la nouvelle Légion de la Death Guard sont perdus même pour sa mémoire, mais lorsqu’il a appris que sa Légion rejetait l’utilisation des pouvoirs psychiques, Typhon a rapidement appris à supprimer son potentiel. Son Primarque Mortarion désapprouvait l’utilisation de ces tactiques obscures, les considérant comme une béquille indigne des vrais guerriers. Au lieu de cela, Typhon s’est rabattu sur la volonté de fer et l’endurance robuste qui l’avaient vu surmonter les événements de son enfance tumultueuse. C’était en soi une ressource remarquable - Typhon a survécu à tous les autres lors des essais de toxines et des concours d’endurance marathoniens organisés par sa Légion naissante.

Sa force d’esprit et de corps était telle que Mortarion a rapidement favorisé Typhon par rapport à tous les autres, l’élevant au rang de Premier Capitaine de la Légion de la Death Guard. Un tel honneur n’a pas échappé au guerrier stoïque. Si Calas Typhon a pu gagner un poste aussi glorieux sans même faire usage de ses capacités cachées, il était vraiment destiné à la grandeur si les circonstances venaient à changer.

Alors que les mondes errants de la galaxie étaient mis en Conformité, Typhon se distingua encore et encore. Il devint d’abord chevalier, puis roi guerrier qui contribua grandement au succès de sa Légion dans la Grande Croisade. La capacité de Typhon à ignorer les effets néfastes des zones de guerre hostiles et des armes ennemies était devenue une légende souvent évoquée. Pendant les guerres tribales sur Rothric IX, il perdit son arme et reçut un coup de massue sur le côté de la tête qui aurait pu tuer un homme de moindre importance, mais cela ne fit qu’entraîner Typhon dans une rage froide qui le vit tuer tous les guerriers tribaux des environs en utilisant seulement une courte barre de fer. Il a sauvé de façon désintéressée la vie d’une escouade de [Sœur du Silence|Sœurs du Silence] sur Madrighoul en se jetant sur une Grenade Krak défectueuse et, après moins d’une semaine à l’Apothecarium, il s’est acquitté de son service actif une fois de plus. Même la confrérie du Linceul, les quarante-neuf guerriers triés sur le volet qui servaient de garde d’honneur à Mortarion, était impressionnée par l’étrange force d’âme de Typhon. Bien qu’aucun n’en ait parlé ouvertement, les guerriers de la Death Guard obéissaient à Typhon par crainte et par respect.[5]

La Conversion au Chaos[modifier]

C’est avec la Légion des Word Bearers que Typhon a appris que les Legiones Astartes devaient suivre un chemin différent, un avenir où ses capacités psychiques durement gagnées seraient une source de grandeur plutôt qu’un tabou à cacher. Le Premier Chapelain des Word Bearers, Erebus, a fait découvrir à Typhon les secrets des Loges Guerrières qui avaient commencé à se répandre dans les Legiones Astartes. C’est à cette époque que Typhon a eu un aperçu de ce que les Space Marines pourraient vraiment devenir s’ils se libéraient du joug des ambitions de l’Empereur.[6]

C’est là que Typhon deviendra on ne sait comment un fidèle du "Père des Contagions".[7]

La Campagne de Zaramund[modifier]

La Campagne de Zaramund eut lieu en 970.M30. C’était un système qui était entré en rébellion contre l’Imperium, avant d’être repris rapidement par une force impériale commandée par le Primarque Horus Lupercal à la tête de sa Légion, les Luna Wolves. Calas Typhon commanda une force de la Death Guard qui vint en aide à Horus durant cette campagne brève et brillamment exécutée, se faisant remarquer en brisant les lignes sur les stations orbitales.

La Sentinelle Sépulcrale[8]

Ces Compagnie Terminators de la Death Guard étaient les guerriers accompagnant Calas Typhon au combat, et étaient célèbres pour être équipés d’armes alchimiques qui étaient propres à leur Légion.

Il participa par la suite à la cérémonie célébrant la reconquête de Zaramund à l’intérieur du vaisseau amiral d’Horus, le Vengeful Spirit. Là, il rencontra le commandant d’une force de Dark Angels qui avait participé à la campagne, le bras droit du Primarque de la Ière Légion, Luther. Il sympathisa avec le charismatique chef Dark Angel, chacun d'entre eux louant leurs actions durant la campagne, évoquant leurs mondes d’origines et leurs cultures, parlant notamment des Loges Guerrières au sein de certaines Légions, nées suite à la mise en Conformité d’un monde nommé Davin par la Légion d’Horus et les Word Bearers. Mais Typhon n’avait alors pas besoin d’être initié aux mystères des loges. Bien avant que le moindre Luna Wolf n’eût posé le pied sur Davin, il connaissait enfin la partie sombre de l’histoire de l’Humanité et il n’avait besoin d’aucune leçon sur la nature de l’univers, et sur l’Autre Endroit, où résidait la véritable puissance. Une enfance terrible sur Barbarus, ses jeunes années passées à explorer son potentiel psychique lui en avaient appris bien plus que des rituels fraternels et des cérémonies apprises par cœur. Il était devenu on ne sait comment le second de ce qu’il appelait les Sept Piliers, une loge secrète incarnant la volonté éternelle du Père des Contagions au milieu des frères de sa Légion, confrérie dont Mortarion ignorait l’existence.

Puis il vit Horus apparaître et s’installer sur son trône, dans la grande salle sublime de son vaisseau amiral où les officiers des différents corps des forces de l’Imperium étaient rassemblés. Typhon fut ébloui par le futur Maître de Guerre et se sentait obligé de s’incliner devant lui. Devant tout le monde, Horus loua Typhon et sa Compagnie pour leur action décisive pour neutraliser les défenses orbitales de Zaramund. Puis durant les discussions et réjouissances, le Premier Capitaine fut rejoint par le Premier Chapelain de la XVIIe Légion, Erebus… Il salua le Word Bearer qu’il connaissait et lui présenta Luther, qu’Erebus salua poliment avant de s’éloigner.

Tout prit fin lorsque Lion El'Jonson en personne apparut par surprise au sein de la grande salle du Vengeful Spirit, avançant vers Horus qui le salua. En le voyant, Typhon se sentit envahi par un élan d’obéissance impérieux, et ne résista pas à s’agenouiller comme les autres. Il fut témoin de humiliation en publique de Luther par le Lion, qui l’accusa d’avoir désobéi à ses ordres en quittant sans autorisation Caliban, leur monde natal, l’ancien Chevalier de l’Ordre y ayant été exilé. Typhon resta néanmoins admiratif de Luther qui resta noble et droit, se remémorant que lui avait failli pleurer comme un enfant le jour où Mortarion avait décrété devant lui que le Librarius était une abomination et qu’il allait être renvoyé aux Compagnies de Combat en tant que simple Légionnaire si il n’abandonnait pas l’emploi de ses dons psychiques. Il posa une main sur l’épaule de Luther, lui assurant de son soutien et qu’il n’était pas seul…[9]

La Conformité de Perditus[modifier]

Le monde de Perditus Ultima fut mis en Conformité durant la Grande Croisade par les Dark Angels commandés par le Lion et par la Death Guard de Mortarion, affrontant des cultistes mécanisés et frénétiques alors que le peuple de Perditus avait été réduit en esclavage par une machine sphérique nommé Tuchulcha. Les deux Légions avaient combattu côte à côte en signe d’unité au nom de l’Empereur contre les Perditiens qui hurlaient leur amour de leur suzerain inanimé tandis même qu’ils mouraient. Finalement, cette machine douée de conscience fut vaincu et laissée au bon soin du Mechanicum, le Lion convenant que Perditus et cet objet seraient épargnés uniquement s’ils pouvaient avoir une fonction utile à l’Imperium.

Calas Typhon participa à ce conflit et il développera un intérêt pour Tuchulcha, ce mettant à rêver beaucoup de lui.[10]

La Bataille de Iota Horologii[modifier]

À la fin de la Grande Croisade, le Primarque Mortarion rassembla sa flotte dans l’ombre du soleil du système de Iota Horologii sur ordre de l’Empereur. Le but était de prendre d’assaut un monde-cylindre d’une race Xenos nommées les Jorgall, un épais cylindre long de plusieurs kilomètres, rendu bulbeux à une de ses extrémités par ses blocs de propulsion, terminé à l’autre bout par une proue plus effilée. Les Jorgall pratiquaient des implants mécaniques pour accroître leur potentiel physique et possédaient certains traits semblables à ceux des humains, cherchant à coloniser des mondes de l’Imperium. Typhon aurait dût être le commandement de l’assaut contre les Jorgall, mais Mortarion avait choisit le Capitaine de la 7e Compagnie, Nathaniel Garro, un illustre vétéran de la Légion et d’origine Terrane, pour mener l’assaut, aidé d’un cadre de Sœurs du Silence commandé par une certaine Amendera Kendel, des Sœurs du Silence dont la présence répugnait le Premier Capitaine de la XIVe Légion, mais dont la présence s’expliquait par la traque d’une piste psychique au sein des Jorgall.

À bord du vaisseau amiral du Primarque, l’Endurance, Typhon rencontra Garro aux côtés de Mortarion, après avoir parlé à un de ses proches alliés et secrètement convertie à la cause du Dieu des Épidémies, le Capitaine de la 2e Compagnie Ignatius Grulgor. Il reçut l’ordre de Mortarion d’être son soutien direct pendant que Garro neutralisera les incubateurs.

Durant l’abordage du vaisseau-cylindre Jorgall, Typhon combattit les Xenos aux côtés de Mortarion, mais ce fut Garro qui se couvrit de gloire en avertissant le Seigneur de la Mort de l’arrivé de renfort Jorgall avec des ailes et des serres incurvées, depuis le couloir à gravité zéro au centre du monde-cylindre que Typhon prenait d’assaut, avant que le Capitaine de la 7e Compagnie ne fasse exploser les incubateurs jorgalli, le lieu où des œufs aliens étaient entreposés. La victoire acquise, la Death Guard se replia et le reste de la flotte des Jorgall fut annihilé.

De retour sur l’Endurance, Typhon accompagna son Primarque qui alla rencontrer Nathaniel Garro afin de partager avec lui un distillat de l’agent neurotoxique magenta, le venin d’une variété de scarabée xiphophore, et d’autres éléments moins identifiables, un rituel après chaque affrontement auquel le Seigneur de la Mort prenait part en personne. Typhon se vit mit en garde par Mortarion que Garro pourrait bien un jour le remplacer, ce qui le fit grimacer. Puis il but en compagnie de son potentiel rival et son Primarque une coupe rempli de poison. Puis Mortarion emmena Garro pour une rencontre avec le nouveau Maître de Guerre de l’Imperium, Horus Lupercal, dans un système nommé Isstvan…

Alors que Mortarion tentait de rallier Garro à la cause des Traîtres par des voies obscures, Calas Typhon écouta la rancœur de Grulgor qui détestait Garro, et qui exprimait sa fureur de la voir jouir de la faveur du Seigneur de la Mort. Typhon critiqua Grulgor pour ses propos sur Garro qui restait un de leurs frères au service prestigieux. Grulgor considérait que seul les natifs de Barbarus étaient dignes de faire partie de la Légion, tout en affirmant que seul Mortarion méritait leur loyauté, loyauté qui passait même avant celle envers l’Empereur. Cela intéressa Typhon, affirmant à Ignatius Grulgor qu’il aura un rôle important à jouer dans un futur proche, rôle qu’il pourra jouer si Garro ne rejoindrait pas la cause de Mortarion le moment venu…[11]

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Peut-être la révélation de Typhon a-t-elle contribué à la chute de Mortarion aux mains des Puissances de la Ruine ; peut-être Mortarion aurait-il suivi un chemin sombre de son propre chef. Quoi qu’il en soit, le Primarque troublé voyait en Horus un maître digne de ce nom, alors qu’il le voyait en l’Empereur qu’un égoïste pompeux qui lui avait volé sa gloire durement acquise en un seul jour. Le Primarque de la XIVe Légion et son Premier Capitaine étant unis dans leur rébellion cachée, il ne fallut pas longtemps pour que le reste des officiers de la Death Guard soit infecté par des pensées mutines. L’exception fut Nathaniel Garro, dont le refus de laisser s’éteindre l’honneur de sa Légion a changé le cours de toute l’Hérésie d’Horus.[12]

La Fuite de l'Eisenstein[modifier]

Corrompu par les Puissances du Chaos sur la lune de Davin, Horus Lupercal, devenu Maître de Guerre depuis le Triomphe d'Ullanor, tissa un plan de trahison complexe et était parvenu à rallier Mortarion à sa cause, jouant sur la haine qu’éprouvait le Seigneur de la Mort pour l’Empereur. Typhon attendait ce jour avec impatience, et prépara ses fidèles au conflit, sachant que les Dieux du Chaos en étaient les véritables investigateurs.

La Death Guard rallia un système du nom de Isstvan, au dessus d’une planète nommé Isstvan III, alors en rébellion ouverte contre l’Imperium suite à la trahison de son Gouverneur Planétaire, Vardus Praal. Mortarion retrouva Horus sur son vaisseau amiral, le Vengeful Spirit avec Garro, et montra une bobine de fibre mémorielle contenant un signal de détresse prouvant la trahison du gouvernement impérial de Isstvan III.

Une attaque fut organisée contre un avant-poste ennemi situé sur Isstvan Extremis, à la limite du système, attaque où Garro fut sérieusement blessé, perdant une jambe, avant d’être rapatrié inconscient sur l’Endurance. Revenu à lui, un augmentique à la place de la jambe, Garro alla retrouvé Typhon au pont de commandement pour lui demander de participer à la tête de sa Compagnie à l’assaut sur Isstvan III, ce que Typhon lui refusa car tel était la volonté de Mortarion. Puis il ordonna à Garro ainsi qu’à Grulgor de mener une opération de surveillance à bord d’une frégate de la Death Guard. Mais Calas Typhon a retenu un instant Grulgor, déçu de cette mission sans gloire, lui expliquant que Isstvan serait le tournant qu’ils attendaient tous, et qu’il savait que Garro resterait un fidèle à l’Empereur. Il ordonna à son complice de l’éliminer une fois l’Atrocité de Isstvan III déclenchée.

Grulgor et Garro rejoignirent la frégate, un modeste vaisseau qui allait changer l’histoire : l’Eisenstein.

Par la suite, Horus ordonna aux quatre Légions présentes, les Sons of Horus, les World Eaters, les Emperor's Children et la Death Guard, de débarquer sur Isstvan III pour châtier les Traîtres. En réalité, ceux envoyés à la surface étaient des éléments des quatre Légions jugés Loyalistes, et pour eux, la trahison suprême les attendait. Une fois la Cité Chorale prise et Vardus Praal tué, ils reçurent un avertissement d’éléments Loyalistes dans la flotte en orbite pour leur exhorter de se mettre à l’abri car Horus Lupercal déclencha un bombardement viral afin de les exterminer.

Typhon resta en orbite, ayant rejoint son vaisseau, le Terminus Est. Dès qu’Horus déclencha le bombardement, il envoya un message à Grulgor pour qu’il largue les armes dévoreuses de vie de l’Eisenstein et éliminer Garro et ses hommes. Mais tout ne se passa pas comme prévu, car le courageux Garro parvint à éliminer à temps Grulgor et les autres Traîtres à bord après avoir été prévenu à temps par son ami Emperor’s Children Loyaliste, Saul Tarvitz, de la terrible trahison, prenant le commandement de l’Eisenstein. Calas Typhon ignora ce retournement de situation, trop occupé à jouir du déclenchement de la guerre civile et impatient de mener enfin la guerre pour son véritable maître et de se libérer de l’ombre de Mortarion. Mais la lenteur de la réponse de Grulgor l’agaça, son complice n’étant pas du genre à rester silencieux. Il finit par recevoir une transmission de l’Eisenstein au commandement de la flotte concernant une défaillance des systèmes d’armement, puis une autre relative à un dysfonctionnement des systèmes d’alimentation. Étrangement, la frégate s’était positionné dans le quadrant tribord haut du Terminus Est. Calas Typhon réalisa que quelque chose ne se passait pas comme prévu et tenta de contacter Grulgor. Il reçut à la place un message d’officier humain de communication de l’Eisenstein qui avait trahit Garro, expliquant à Typhon ce qui s’était passé. Le Premier Capitaine assura cet officier de sa "gratitude" et chauffa ses canons à rayons situés à la proue du Terminus Est. Le navire de Typhon quitta sa position pour pourchasser l’Eisenstein qui tentait de quitter le système pour entrer dans le Warp afin de rallier Terra et prévenir l’Empereur de la trahison d’Horus. Typhon fut mit en contact avec l’Écuyer d’Horus, Maloghurst le Retors, et fut obligé d’expliquer la situation, recevant l’ordre de neutraliser coûte que coûte Garro malgré le fait que son volumineux croiseur n’arrivera jamais à le rattraper, possédant trop d’avance sur lui. L’Eisenstein se dirigea à pleine poussée vers le satellite de Isstvan III, une lune blanche, et Typhon ordonna de calquer la course de son vaisseau sur celle de la frégate Loyaliste. Mais l’Eisenstein lui échappa, car la masse du Terminus Est était trop importante et risquait de le détruire. Furieux, le Premier Capitaine ordonna un dernier tir avant d’abandonner la poursuite, parvenant à sérieusement endommager la frégate qui s’échappa dans le Warp. Garro parviendra suite à ce périple, à rejoindra Terra et à prévenir les partisans de l’Empereur des évènements de Isstvan III qui de son côté a subit durant des mois de violents combats entre Traîtres et Loyalistes avant la défaite finale de ces derniers.[13]

La Bataille de Perditus[modifier]

Calas Typhon durant l’Hérésie d’Horus.
Après Isstvan III, Calas Typhon emmena avec lui une partie de la flotte de la Death Guard mener sa propre destinée une fois l’Hérésie d’Horus déclenchée. Il mit le cap vers le monde de Perditus, afin de mettre la main sur l’appareil mystérieux nommé Tuchulcha, sur ordre du "Père". Mais à sa surprise, il fit face à des éléments de la Légion des Iron Hands meurtrie suite au Massacre du Site d'Atterrissage sur Isstvan V, qui avait vu leur Primarque, Ferrus Manus être tué par son frère Fulgrim. Typhon affronta les Iron Hands commandés par le Capitaine Midoa et les Légions du Mechanicum - qui menait les recherches sur Tuchulcha - au sein de la station Magellix à la surface de Perditus. Alors qu’il combattait les Loyalistes, Typhon reçut un message vox du Primarque des Dark Angels en personne, Lion El’Jonson, arrivé en urgence sur l’orbite de Perditus avec une flotte. Le Lion ordonna à la Death Guard et aux Iron Hands un cessez le feu. Conscient qu’il ne ferait pas le poids, Typhon contacta à son tour le Primarque, s’engageant à respecter son ordre, regardant une torpille tiré par le vaisseau du Lion qui provoqua de grandes destructions en gage d’avertissement. Le Lion ordonna à toutes les forces de la station Magellix de se retirer, garantissant un sauf-conduit de retour jusqu’à leurs vaisseaux mais Typhon devait rester à Magellix avec une garde personnelle ne dépassant pas la centaine de frères, afin d’être présent aux pourparlers qui se tiendront sous l’égide du Primarque. Le reste des troupes des deux camps devaient se retirer à deux cents mille kilomètres de l’orbite et le non-respect de ces conditions entraînerait leur destruction.

Calas Typhon accueillit le Lion qui débarque de son Warhawk dans la cour intérieur de la station Magellix en compagnie d’un millier de Dark Angels. Avec Midoa, Typhon fut autorisé à s’approcher de l’appareil du Primarque qui s’avança vers les dignitaires du Mechanicum qui l’attendaient mené par le Grand Magos Khir Doth Iaxis, superviseur de Magellix et gardien de Tuchulcha. Après avoir rendu visite à Tuchulcha, Lion El’Jonson convoqua dans la salle d’audience de son vaisseau amiral Calas Typhon et Midoa pour des pourparlers. Typhon exprima son hostilité envers le Lion qui le remit à sa place. Le Premier Capitaine reconnu qu’il voulait mettre la main sur Tuchulcha dont il connaissait l’existence pour avoir participé à la campagne de Perditus durant la Grande Croisade. D’après lui, Horus désirait s’emparer de la sphère avant d’inviter le Lion à rallier la cause de l’Architraître, bien qu’en réalité, Typhon menait ses propres plans. Après un instant de réflexion, le Lion ordonna que les vaisseaux de sa flotte se placent en formation pour le bombardement de Perditus, malgré les protestations de Typhon qui n’eut pas d’autres choix que de partir avec ses vaisseaux.

Ne s’avouant pas vaincue, Typhon créa à bord du Terminus Est un vortex miniature à travers le Warp qui lui offrit le moyen de se rendre dans la caverne où Tuchulcha était enfermé. Il massacra avec ses guerriers les Skitarii qui lui barraient la route, se dépêchant lorsqu’il apprit que le Lion, mit au courant de sa félonie, s’était téléporté avec ses Dark Angels pour le rattraper. Il parvint à trouver Tuchulcha, une immense sphère douée de conscience qui parlait à travers un Serviteur ayant l’apparence d’un jeune enfant. Typhon invita à Tuchulcha à venir avec lui, prétendant être venu le sauver, sachant que la machine était capable de se téléporter où elle voulait sans prendre en compte les courants du Warp. Mais Tuchulcha refusa, préférant rallier le Lion, et Typhon et ses hommes furent téléportés dans leurs vaisseaux, la flotte de la Death Guard ayant été elle-même envoyée hors de portée des Dark Angels par les capacités de déplacements fabuleuses de Tuchulcha.

Retournant seul dans ses quartiers, Typhon était déçu, pensant avoir échoué à secourir Tuchulcha des griffes du Mechanicum comme le Père le voulait. Mais il avait une douleur à l’abdomen et vit que contre sa peau, juste sous le plexus solaire, se trouvaient trois cloques, chacune aussi épaisse que son pouce, arrangées en triangle et entourées d’un cercle noir, suintant un liquide clair. Il n’éprouva aucune douleur en pressant doucement sur l’un des bubons avec son doigt. En vérité, la sensation lui procura un frisson de plaisir à travers tout le corps. Typhon comprit qu’il avait bel et bien libéré Tuchulcha en se rendant sur Perditus, attirant le regard du Lion sur ce monde, et mettant en marche une série d’événements dont Typhon ignorait le déroulement, mais tel était le dessein du Père. Les trois cloques sur sa peau étaient une récompense, un signe de la part du Père, lui disant que sa loyauté avait été remarquée. Il s’en trouvait marqué maintenant et à jamais, marqué par l’amour du Père.[14]

Mais bien vite, Calas Typhon se retrouva mit en difficulté par les Dark Angels commandés par Corswain, un officier a qui le Lion avait ordonné de le traquer, lui et sa flotte.[15]

Le Retour sur Zaramund[modifier]

Pourchassé par les Dark Angels commandés par Corswain, le Premier Capitaine de la Death Guard parvint à rallier épuisé le système de Zaramund en 012.M31, là où il avait mené autrefois une campagne de reconquête à la fin de la Grande Croisade. Il se retrouva face à une Barge de Bataille de la Ière. Pensant que Corswain l’avait rattrapé, il prépara ses vaisseaux au combat, mais fut contacté par le commandant du dit vaisseau qui se trouvait être Luther, le bras droit du Lion en exil depuis cinquante ans sur son monde d’origine, et qu’il avait rencontré durant la reconquête de Zaramund. Désormais à la tête de sa propre Légion de Déchus, Luther avait trahi son Primarque et proclamé l’indépendance de Caliban. Typhon fut salué par le nouveau maître de Caliban, ravi de le revoir.[16]

Calas Typhon et ses hommes furent invités par Luther à se poser sur Zaramund, que le Grand Maître de l’Ordre de Caliban avait annexé. Pendant un mois, Typhon put organiser les réparations et le ravitaillement de son vaisseau meurtrie, tout en constatant qu’il changeait, ses doigts trouvant de nouvelles lésions sur son cuir chevelu, cachée dans les couches graisseuses de ses cheveux. Il essaya de ne pas s’y attarder, mais sa main glissa ensuite à l’arrière de sa nuque où la marbrure de sa peau avait commencé plusieurs semaines auparavant. Il y avait là un amas de furoncles livides, une triade d’entre eux qui étaient étrangement froids au toucher. D’autres marques ailleurs sur son corps, similaires en nature mais mieux cachées dans les crevasses de sa musculature, devenaient lentement plus nombreuses. Et pourtant, elles ne lui causaient aucune douleur. Typhon se sentait plus fort physiquement que jamais, comme s’il s’améliorait de jour en jour, bien que quelques petites mouches noires tournaient autour de sa tête…

Conscient que Luther souhaitait qu’il parle de lui en bien à Horus, et sur les conseils de son bras droit, Hadrabulus Vioss, Typhon mit fin à son isolement et silence devant les Dark Angels en prenant contact avec le maître de Caliban dans son campement en hololithe. Typhon remercia Luther de son aide et s’excusa de son silence, car comme tout Death Guard, il était méfiant de nature et n’était pas habitué à recevoir de l’aide. Il refusa la proposition de Luther de lui envoyer des Techmarines pour l’aider aux réparations, mais lui promit de lui payer sa dette.

Plus tard, Typhon se perdit dans ses pensées, ayant des difficultés à maintenir sa concentration. Il se retrouvait de plus en plus souvent déconcentré, se retrouvant à la dérive, un sombre miasme bourdonnant froidement aux confins de ses pensées chaque fois que son esprit était censé être au repos. L’attraction magnétique subtile de ce miasme semblait plus forte lorsqu’il se trouvait à bord du Terminus Est, puis encore plus forte lorsque le navire naviguait dans le Warp, comme si un clairon l’appelait et ne sonnait que pour lui. Même à la surface de Zaramund, il se sentait différent.

Puis il vit deux Légionnaires de la Death Guard courir, sur une pente pour voir par-dessus les murs du camp et dans la limite des arbres au-delà. Il les demanda ce qui se passait, apprenant que des civils originaire de Zaramund s’approchaient dans la vallée malgré des appels vox de s’éloigner. Puis les civils répondirent, demandant à parler avec quelqu’un qui se nommait Typhus…

Calas Typhon sortit du camp et fit face aux mortels, étonné de voir qu’ils semblaient contents de le voir, comme si ils le connaissaient. Une vieille femme apparue et lui annonça qu’ils étaient venus le rencontrer. Typhon leur ordonna de partir, mais la vielle femme lui parla de "cadeaux" lui ayant permit de vivre alors qu’elle était destinée à mourir de maladie. Elle lui montra l’intérieur de son avant-bras et les lésions qui s’y trouvaient, toutes des miroirs de celles qui se trouvaient sur le cuir chevelu du Premier Capitaine. D’autres membres du groupe se sont présentés de la même manière, certains déboutonnant leur chemise pour que Typhon puisse regarder leur poitrine ou leur gorge. Il vit des marques de maladies en trois parties. Exactement les mêmes. La vieille femme lui expliqua que c’était les dons de "Grand-Père" et qu’il leur avait parlé de lui comme étant le Grand Seigneur Typhus, que cela sera son futur nom. La vieille femme posa une main sur l’avant-bras de Typhon, y dessinant des formes, un motif de trois cercles imbriqués. Là, Typhon senti le mouvement de choses plus grandes au-delà des limites de sa perception, comme les sillages de Léviathans géants et invisibles passant sous la surface de l’océan. L’air se rempli d’un étrange et puissant parfum, à la fois doux et âcre, comme des fleurs qui s’épanouissent dans la chair des cadavres et ses dons psychiques se réveillèrent. Un voile tomba sur les yeux de Typhon et il regarda de plus près le groupe face à lui lui, les voyant sous leur véritable forme : des vaisseaux sanguins brisés sur le cou et des visages d’êtres qui auraient dû être morts depuis longtemps, ramenés de leur mort et tenus en suspens par les maladies mêmes qui auraient dû les achever. La vielle femme répondit à son étonnement en lui affirmant que tout cela était possible la grâce du Grand-Père et qu’ils allaient transmettre ses cadeaux et leurs marques à tous sur Zaramund… et au-delà. Typhon vit la peau de cuir des bras de la femme onduler sous la surface de sa chair et des points noirs de moelle commencèrent à s’extruder à travers ses pores et à essaimer sur ses mains, formant une masse sombre et brillante. Tous les membres du groupe étendirent les mains dans des poses religieuses et une matière huileuse et brillante s’écoula de leur bouche et de leurs narines, suintant de leurs yeux et de leurs oreilles.

C’est à ce moment que surgit un Dark Angel du nom de Vastobal qui avait suivit la troupe de pèlerins jusqu’au camp de la Death Guard. Horrifié par ce spectacle, il s’était emparé de son épée et avança vers les pestiférés. Les mortels devant Typhon étaient devenus des cadavres ébahis, à la bouche molle, animés par des mouvements saccadés de marionnettes. C’étaient à présent des agglomérations de chairs mortes qui imitaient la forme et le corps des humains, des choses répugnantes, bien que le Premier Capitaine ne semblait pas se soucier de la transformation soudaine qui s’opérait parmi les civils. Mais il se tourna à la place vers le Dark Angel qui était assailli par les morts-vivants qu’il abattit de sa lame, ce qui libéra des corps démembrés un fluide répulsif de minuscules insectes, des mouches que les cadavres vomissaient en grands essaims bourdonnants. Alors que Vastobal allait abattre la vieille femme, Typhon intercepta de sa faux l’épée du Dark Angel, l’invitant à partir, mais un duel s’engagea. Calas Typon fut blessé à la poitrine, ce qui déclencha sa fureur, lui donnant assez de force pour couper en deux la lame du Dark Angel. Le Capitaine de la Death Guard ressentit une nouvelle sensation de puissance en lui mais le Dark Angel parvint à enfoncer un morceau émoussé de son épée brisée dans le minuscule espace entre les plaques qui protégeait le bas du torse de Typhon, s’enfonçant dans sa chair. C’était une blessure mortelle, même pour un Astartes. Mais au lieu du torrent de douleur auquel il s’attendait, Typhon vit un reflet rouge foncé se glisser le long de la partie de la lame cassée de l’épée longue qui était enfoncé en lui : ce n’était pas du sang, mais de la rouille ! En un clin d’œil, la corrosion s’était étendue à l’arme - sur la lame, la poignée, le pommeau et tout le reste - et l’épée de Vastobal se transforma en poudre granuleuse, le métal affichant mille ans d’âge en un instant. Puis il décapita le Dark Angel.

La vieille femme s’agenouilla devant lui, et tous les pèlerins firent de même, pressant leurs fronts scabreux dans la boue au milieu des corps ouverts de leurs semblables. Ensemble, ils ont prononcé un seul mot dans une course effrénée - "Typhus" - et se sont ensuite tus. Typhon tremblait d’une énergie débridée, et il lui fallut un effort physique pour s’en remettre. La blessure au niveau de son torse était encore béante, mais il n’y avait aucune douleur, seulement une sensation de froid et de moiteur, la même que celle qu’il avait ressentie autour des amas de lésions ailleurs sur son corps. Il se sentait fantastiquement fort, alors qu’il regardait le sourire admiratif de la vielle femme qui le nomma le "Héraut".

Sans prévenir Luther, Calas Typhon ordonna à ses hommes de retourner dans leurs vaisseaux en orbite, avant de partir sans un mot pour les Dark Angls Déchus alors qu’une infection non identifiée s’était déclarée dans une communauté de Zaramund.

À bord du Terminus Est, le Premier Capitaine prit sept bols baroques en acier tout en constatant que sa blessure au torses s’était refermé. Dans les flacons, il versa des mesures de poisons et de toxines et se fit des élixirs puissants et mortels. Puis il fit entrer ses gardes du corps des Sentinelles Sépulcrales afin de les "aider à faire le premier pas". Il leur annonça qu’ils allaient retrouver Mortarion avant de rouvrir la plaie faite par Vastobal au niveau du son menton et un liquide s’écoula lentement dans sa barbe épaisse, un liquide noir et huileux, laissant tomber une seule goutte de son sang sombre et contaminé dans l’infusion qu’il avait préparé. Puis il versa dans les sept coupes l’élixir et les offrit à ses frères. Ils burent ensemble, les Sentinelles Sépulcrales découvrant la "vérité".[17]

La Ruine de la Death Guard[modifier]

Calas Typhon aux côtés de Mortarion au moment de partir dans le Warp qui allait mener la Légion vers l’horreur.
Sur le chemin qui allait le mener vers Mortarion, et alors que l’Hérésie d’Horus touchait à sa fin, Typhon apprit d’Erebus, par des moyens inconnus, que son monde, Barbarus, avait été détruit par les Dark Angels de Lion El’Jonson, sa planète natale ayant été fissuré sous un bombardement d’ogives tueuses de planètes.

Puis il rallia le Monde-Forge d’Ynyx, où se trouvait Mortarion et le reste de la Death Guard qui commettaient un holocauste. Typhon se téléporta dans la haute citadelle de ce monde, et dans lequel son Primarque affrontait le maître de cette planète, un cerveau connecté dans une cuve cylindrique flottant par-dessus l’assise de l’ersatz d’un trône, et se nommant le Magister Superex Nalthusian le Quarante-Cinquième. Cette chose était un Psyker qui mit à mal Mortarion grâce à une rafale de force qui souleva le Seigneur de la Mort. Constatant les difficultés de Mortarion, Typhon trancha de sa faux le Magister Superex Nalthusian en deux. Il retrouva Mortarion après des années de séparation, sa peau désormais tirée et les dents jaunis. Le Primarque lui demanda la raison de son retour après tout ce temps et la raison. Calas Typhon resta floue, se contentant d’affirmer que la Death Guard était à nouveau entièrement réunie alors que l’acte final de l’Hérésie d’Horus approchait.

Ils sortirent de la citadelle d’Ynyx qui fut peu après détruit par des charges explosives de géoformation. Le Premier Capitaine et Mortarion discutèrent, Typhon expliquant qu’au début de l’Hérésie d’Horus, il n’était pas certain du chemin qu’il devait prendre, de "son" chemin propre. Puis ils évoquèrent Barbarus, se promettant de faire payer aux Dark Angels la destruction de leur monde et de châtier Caliban.

Là, Typhon fit une étrange requête à Mortarion, lui demandant d’amarrer sa Barge de Bataille Greenheart au Terminus Est, au lieu de rejoindre l’Endurance, soi-disant pour combler les fossés qui s’étaient creusés entre sa flotte et le reste de l’armada de Mortarion. Le Primarque accepta, et l’objectif ne serait ni plus ni moins que Terra pour la bataille finale. Puis le Terminus Est entra dans l’Empyrée avec le reste de la flotte de la Death Guard. Vers l’enfer.

Une fois la flotte entrée dans le Warp, Typhon scruta une lentille d’un projecteur et informa Mortarion que lors de la translation de la flotte, les capteurs de scrutation avaient enregistré une décharge inattendue d’énergie. Tous les vaisseaux de la flotte de la Death Guard avait subi une asphyxie générale - de même que le Primarque -, avec des milliers de morts parmi les serfs et que certains des ponts inférieurs avaient été ouverts sur l’extérieur par des membres d’équipage qui avaient déverrouillé les sas bien que les Champs de Geller étaient intacts. Mais les informations des vaisseaux de la Légion annoncèrent qu’une confrontation armée sur les ponts des machines de l’Endurance avaient eu lieu et que trois vaisseaux dans l’élément de tête s’était autodétruit durant le phénomène d’asphyxie généralisé. Calas Typhon affirma que tout cela était l’œuvre de saboteurs et qu’il allait mener l’enquête dans toute la flotte avec ses Death Guards possédant des talents psychiques ce que Mortarion accepta avec réticence. Typhon retrouva Mortarion sur le pont du Terminus Est, ses Sentinelles Sépulcrales amenant devant le Primarque les Navigators de son vaisseau, de la Maison Zegenda. Le Premier Capitaine affirma que les Navigators étaient des traîtres, ayant saboté des vaisseaux de la flotte sur ordre de Malcador le Sigillite, bras droit de l’Empereur, grâce à des glyphes psychiques codées sur des diamants hololithiques qu’il aurait trouvé dans tous les vaisseaux qu’il avait fait fouillé, cachées dans le Navis Sanctorum - là où les Navigators officiaient certains vaisseaux. Les Navigators, qui hurlaient leur innocence, furent exécutés sans cérémonie, ce qui fit hurler Mortarion de de rage car sans Navigators, il était impossible de guider les navires dans l’Empyrée. Calas Typhon prétendit que lui et ses Psykers pouvaient remplacer les Navigators, ce que Mortarion, n’ayant plus le choix, accepta. L’étape suivante de son plan pouvait commencer.

Calas Typhon a trahi Mortarion durant leur voyage vers Terra, offrant son Primarque et sa Légion à Grand-Père, les transformant en des abominations bouffies. En récompense, Typhon fut transformé. Calas Typhon n’était plus, laissant place à Typhus, le Héraut de Nurgle.
Typhon plaça ses hommes aux postes des Navigators assassinés, s’adonnant à des rites occultes, ce qui révulsa Mortarion quand il alla le retrouver dans le Navis Sanctorum, malgré les assurances de Typhon qu’il le faisait pour le "bien de la Légion". Il avoua avoir néanmoins entretenu un Librarius parallèle, malgré les interdictions de Mortarion et l’Édit de Nikaea, mais promit à son frère d’armes de Barbarus qu’il allait lui offrir la "force" qu’il recherchait depuis toujours, une force infinie et éternelle, évoquant les recherches obscures et secrètes sur la sorcellerie entrepris par le Faucheur - recherches qu'Erebus lui avait appris avant ses retrouvailles avec son père gééntique. Il affirma avoir trouvé "l’illumination" puis sortit une paire de petits récipients à boire, rempli d’un liquide visqueux et noir comme de l’encre et en but un avec Mortarion comme la tradition de la Death Guard l’exigeait. Plus tard, un Death Guard tomba gravement malade, Raheb Zurrieq, touché par une maladie. C’était inconcevable pour un Space Marine - qui plus est dans une Légion connue pour être très endurante. Zurrieq se transforma en un être ravagé par une fièvre terrible, vomissant un torrent liquide grotesque de bile noir et visqueux, hurlant de douleur et secoué de spasmes incontrôlables avec des centaines de bubons incolores sur sa peau, tous groupés par trois alors que des larves étaient en train d’éclore dans la bile répandu sur le pont avant que des mouches ne se mettent à voler. Pire, une contagion avait commencé, touchant peu peu tout les Death Guards de la flotte. Mortarion était désemparé devant cette "Peste Destructrice", Typhon lui affirmant que c’était l’œuvre des Loyalistes. Mortarion lui ordonna de trouver un moyen de revenir dans l’univers matériel alors qu’un de ses vaisseaux, le Coldreign, implosa dans le Warp après avoir tenté de revenir dans le Materium.

Typhon continua à propager cette cauchemardesque maladie, alors que le Primarque forgea un pacte avec Ignatius Grulgor, gardé enfermé et revenu d’entre les morts par les bons soins de Nurgle, transformé en une horreur bouffie de maladies et presque aussi grand qu’un Dreadnought. Mortarion voulait utiliser Grulgor pour forcer Typhon à lui obéir de gré ou de force, ce qui fit dire à Grulgor que "Typhus" avait déjà une nouvelle allégeance, ce que le Primarque ne comprenait pas. Typhon se retrouva de nouveau face à un Mortarion furieux, et entouré de son Linceul, dans le sanctorum du Terminus Est, le vaisseau étant lui aussi peu à peu contaminé par la maladie.

Dans le sanctorum envahit par le parfum de l’ancienne Barbarus, capturé et recréé, Typhon écouta son père génétique lui ordonner de mener la flotte dans l’univers matériel sous peine de mort en cas de refus. À cet instant, Calas Typhon ressemblait à une version fantomatique de son ancien lui, d’un teint pâle et cadavérique, bien plus blanc que chez le commun des Barbaruns, son armure toute sale de sang et d’immondices, comme s’il avait rampé dans les égouts d’un abattoir. Typhon admit avoir menti à Mortarion sur les Navigators et qu’il avait préparé ces horreurs avec soin afin de montrer à Mortarion le pouvoir de Grand-Père et qu’il était temps que la Death Guard suive le même chemin. Le Seigneur de la Mort lui tira dessus calcinant son armure et sa chair, mais les effets de l’arme à rayon avaient été atténués par quelque moyen invisible. Un duel s’engageant entre les deux anciens compagnons d’armes, Typhon évitant de peu un coup qui lui aurait tranché le bras et sans avoir donné aucun ordre manifeste, les Sentinelles Sépulcrales engagèrent le combat avec les gardes du corps du Primarque. Typhon et le Primarque se sont tournés autour, testant la défense de l’autre, échangeant des coups qui gagnèrent rapidement en tempo et en dangerosité. Mortarion réussit à briser la faux de Typhon avant de l’empaler au niveau de ventre et en tranchant ses deux cœurs d’une seule entaille. Typhon s’effondra sans vie mais il se releva très vite, affirmant qu’il ne pouvait pas être tué. Il arriva sur Mortarion à une vitesse impossible, une dague dans la main - l’arme qu’il avait le jour où il avait rencontré Mortarion la première fois sur Barbarus - qu’il tenta de plonger vers le cou du Primarque. Mais il fut détourné, trouvant un des interstices entre les plaques d’armure du Seigneur de la Mort et perçant à travers l’épaisse combinaison en dessous comme si cela n’était rien, la pointe de la lame mordant dans la chair. Mortarion tituba, plein de souffrance. Typhon retira la faux du Faucheur de son ventre avant de la jeter à Mortarion, des boucles d’intestin distendues et des organes carcinomateux pendant mollement de l’entaille. Mortarion pressa le bouton d’une fine baguette de métal qu’il portait sur lui avant de la jeter aux pieds de Typhon. C’était une balise de téléportation et Grulgor se matérialisa dans le sanctorum, recevant l’ordre de Mortarion de détruire Typhon. Grulgor se mit à étrangler le Premier Capitaine qui suffoqua avant de se mettre à rire avec Grulgor, ce dernier avouant à Mortarion que son serment envers le Dieu de la Pestilence passait avant tout pacte conclu avec lui. Puis Typhon et Grulgor se soumirent à "l’accolade" : Grulgor ouvrit les bras bien grand, renversa la tête pour exposer la large masse purulente de son goitre bouffi, sa chair remuant, comme si quelque chose était pris au piège en dessous et essayait d’en sortir. Typhon projeta un mur de force invisible vers Mortarion qui s’était élancé vers eux pour les abattre. Puis Calas Typhon se jeta à la gorge de Grulgor et la lui arracha de ses mains nues, provoquant l’apparition d’un ouragan de mouches luisantes, qui jaillirent et l’engloutirent, se ruant avec assez de force pour le faire tomber, tout en dévorant tout ceux présents dans la pièce et mordillant le Primarque dans chaque centimètre carré exposé de sa peau. La nuée laissa les corps desséchés des morts derrière elle et retourna vers le centre du sanctorum. Alors qu’Ignatius Grulgor était en train de se dissoudre, les mouches tournèrent autour de Typhon avant de plonger soudainement à l’intérieur de lui, s’enfonçant par la grande plaie que la faux de Mortarion lui avait laissée, où plongeant par sa bouche ouverte. Le corps de Typhon se mit à remuer, se tordit et se distendit pour faire de la place à la transformation qui le dévorait du dedans. Son dos s’enfla au milieu du craquement des os et de la céramite, et des tubes denses de corne fissurée y poussèrent, chacun crachant des nuages de mouches comme la fumée serait montée d’une cheminée. Typhon frissonna et des morceaux de chair morte et grise se détachèrent pour révéler une floraison nouvelle de muscles pourrissants. Il devint impossible de discerner où s’achevait son armure et où débutait la matière putride qui le constituait. Enfin, dans un craquement repoussant de cartilage, une protubérance de corne tordue poussa sur le visage enflé du Premier Capitaine. Typhon était devenu une ruche pour ces choses, un nid vivant pour ce nuage de contagion.

Calas Typhon était mort. Typhus était né.

La transformation achevé le nouvel Héraut de Nurgle avoua qu’il avait prévu tout ce que Mortarion allait faire, et que sa destiné était d’être remodelé. Le Primarque parti, désespéré, comprenant que la Death Guard allait être changée à jamais. Il se retrouvera dans la baie de l’espace du Termins Est, ouvrant les lourdes portes qui l’isolait du Warp avant de se retrouver devant Nurgle qui le transformera en Prince Démon. Les Space Marines de la Death Guard devinrent des Marines de la Peste et les esclaves du Dieu des Épidémies, et une fois leur transformation achevée, la flotte apparut dans le monde matériel, proche d’une planète où tout allait se jouer et déjà encerclée par la flotte d’Horus : Terra.[18]

La Bataille de Terra[modifier]

Typhus prit part à la cataclysmique Bataille de Terra et au Siège du Palais Impérial. Devant le bouclier psychique de l’Empereur qui empêchait l’invocation de Démons et aux Primarques Démons de prendre d’assaut le palais, le Primarque des Iron Warriors, Perturabo, chargé de mener le siège, avoua à Horus son impuissance. Le Maitre de Guerre lui envoya à la surface de Terra l’Apôtre Noir Word Bearer Zardu Layak pour l’aider, seconder par son Premier Capitaine, Ezekyle Abaddon. Layak demanda l’aide de Typhus pour mener un rituel, ce dernier le rejoignant dans les Plaines Katabatiques, sur Terra, près du vecteur central de la première attaque menée par la Death Guard, à plus de mille kilomètres de la Porte aux Lions dans les vestiges brisés d’un donjon défensif qui allait être le site du rituel blasphématoire du Word Bearer.

Au milieu du terrain jonché de cadavres de l’Armée Impériale, Typhus s’est tenu aux côtés d’Abaddon et de Perturabo, écoutant Layak expliquer au Primarque la nature du Warp et des Démons, sur le fait que la place des mortels au sein du Warp était comme une relation émotionnelle plutôt que physique, de la même manière qu’il existait un contexte qui liait les mortels distinctement de leurs corps, formé par le passé, l’attitude l’un envers l’autre et des expériences partagées. Le rituel que débuta Layak devait permettre aux Démons de venir sur Terra et avait une composante physique et une composante spirituelle. Il s’accroupit et plongea les doigts vers les viscères exposés d’un corps à ses pieds. Le Sorcier Word Bearer tira une longueur d’intestins malades couverts de cloques pâles et de croûtes. Son plan pour éliminer la barrière de l’Empereur consistait à faire peser sur elle une grande pression immatérielle au point que l’Empereur ne pourra plus la maintenir. Et pour cela il fallait œuvrer de l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur du Palais Impérial. Layak allait créer un passage à travers la barrière télaethésique, en employant un réceptacle physique pour masquer la présence d’un Démon ou pour l’ancrer à l’intérieur. C’est là que l’Apôtre Noir demanda à Typhus d’appeler un Démon répondant au nom de Cor’bax la Rouille Absolue. L’intestin tenu par Layak se mit à remuer dans sa main, un spasme lent remontant toute sa longueur, puis une boucle remonta hors du cadavre comme un serpent de viscères. Puis dans un bruit de rupture humide, le boyau s’arracha du corps, son bord déchiré s’agençant comme une mâchoire, où des rangées de crocs firent irruption sur la chair livide. C’était un ver de l’entropie issu du Jardin de Nurgle qui s’enroula ensuite vers Typhus, qui était émerveillé devant cette horreur. Layak arracha une cœur d’un cadavre et entama des incantations, créant une lueur du Warp qui s’intensifia, le cœur brillant dans la main de Layak comme un faible lumiglobe jaune avant de tomber dans la main d’Abaddon. Le ver autour de l’avant-bras de Typhus goba le cœur et se mit à enfler, des piquants et des écailles apparaissant à sa surface, et des rangées de paires d’ailes, s’ouvrant et se séparant à la manière d’un papillon émergeant d’un cocon. La chose dont le diamètre était devenu aussi large que les hanches d’un Astartes plongea dans la pile de cadavres et s’éclipsa dans le sol. Typhus était en extase devant les bienfaits de Nurgle, l’horreur invoquée allant affaiblir les défenses impériales durant le siège.[19]

Plus tard, il fut l’un des officiers renégats présents lors d’un briefing de Perturabo expliquant ses plans pour avancer dans l’enceinte du Palais Impérial après la prise du spatioport de la Porte aux Lions. Il a ensuite pris part à l’assaut sur la Porte des Colosses contre les forces dirigées par le Primarque Jaghatai Khan, le Capitaine-Général des Custodiens Constantin Valdor et le Premier Maître de Chapitre des Blood Angels Raldoron.[20]

Mais Horus fut finalement défait par l’Empereur et les forces du Chaos repoussées trouvèrent refuge dans l’Œil de la Terreur. Typhon accompagna Mortarion et sa Légion qui prirent un Monde Démon qui fut remodelé, et qui allait devenir la Planète de la Peste.[21]

Après l'Hérésie[modifier]

Devenu le Vagabond, Typhus ravage depuis 10 000 ans la galaxie au nom de son dieu.
Bien que l’Hérésie d’Horus se soit conclue par une défaite, les Légions ralliées aux Dieux du Chaos ont été changées à jamais. Après la mort du Maître de Guerre entre les mains de l’Empereur, les Légionnaires renégats ont fui Terra et ont tracé leur chemin à travers le Segmentum Solar vers l’Œil de la Terreur. Ils ont été poursuivis par les Légions toujours fidèles à l’Empereur. Alors que la guerre de représailles connue par les érudits impériaux sous le nom de "La Purge" flambait à travers les étoiles, les Légions Renégates se sont installées dans les limites de l’Œil de la Terreur. Typhus se retrouva à se battre contre des créatures surréalistes qu’il n’avait jamais vues. Des serpents de cristal vivant furent brisés par sa grande lame fauchée, des minotaures à huit bras furent réduits en boue biologique par ses explosions psychiques, et de belles sirènes furent empalés sur la corne d’os qui avait jailli de son front. Comme avant, il a survécu.

Mortarion, à ce stade un Prince Démon de Nurgle, avait finalement revendiqué une lointaine planète de peste comme son domaine. Il y régnait en tant que roi des Démons et corrompait les Space Marines. Typhus, à ce stade une légende impie à part entière, ne pouvait se contenter d’une existence sédentaire en tant que bras droit de son Primarque. Au lieu de cela, il rassembla ceux dont l’amère inimitié pour l’Imperium brûlait encore férocement, formant une Flotte de la Peste qui prit à nouveau les marées du Warp. À leur tête s’élança le Terminus Est, la lance que Typhus entendait enfoncer au cœur de l’Imperium. Avec la bénédiction du Père des Pestes, il allait provoquer une blessure qui ne guérirait jamais.[22]

Le Vagabond[modifier]

Depuis ce jour, Typhus a propagé cent mille maladies sur l’Imperium. La Peste du Destructeur est sans aucun doute la plus virulente de toutes, bien que son vecteur d’insectes démoniaques signifie qu’elle est d’une utilité limitée lorsqu’il s’agit d’infecter des systèmes entiers. Typhus a toujours été un homme ambitieux, et sa recherche inlassable du fléau parfait a conduit à la destruction de nations, de mondes et même de systèmes stellaires.

Typhus s’est même promené dans le Jardin de Nurgle lui-même, apprenant de nombreuses façons de transformer l’ordre et la structure en une décomposition chaotique. On murmure qu’il a suivi un émissaire humanoïde composé entièrement de ses propres Démons du Destructeur qui volait aux abords du jardin, berçant ses champignons sensibles de sa voix basse grave et enchantant ses gardiens avec des récits d’entropie et de désespoir sur le royaume des mortels. Lorsque les légions cramoisies de Khorne ont envahi le Jardin et ont abattu tous les êtres qu’elles pouvaient trouver, c’est Typhus qui a coordonné la défense du Jardin, menant la charge finale de bourdonnement des Drones de la Peste et des Bêtes ressemblant à des limaces au Ravin des Bulles.

Au point culminant de la bataille, Typhus a vaincu le gigantesque Prince Démon qui dirigeait les légions de Khorne, paralysant lentement mais sûrement cette monstruosité à tête de chien par des fléaux toujours plus virulents jusqu’à ce qu’il puisse le vaincre en combat singulier et prendre ses tripes en cadeau pour le chaudron de Nurgle. La faveur du Seigneur de la Déchéance fut telle que Typhus fut autorisé à atteindre le trône de Nurgle lui-même, présentant son offrande avant de tremper sa faux de combat dans la crasse qui se regroupait autour de sa base et se retirant rapidement avant que la mort ne le trouve enfin.

De tels récits surgissent partout où Typhus s’aventure, car son ambition est plus féroce que jamais. Alors que ses voyages à travers l’Imperium mène à la ruine système après système, Typhus devient de plus en plus convaincu qu’il est le vrai fils de Nurgle. Mortarion avait prouvé son manque de valeur en ne menant pas la Longue Guerre contre l’Imperium. Pour Typhus, le Primarque n’était que le vecteur par lequel les Marines de la Peste sont nés dans l’univers. En comparaison, Typhus a été infatigable dans la poursuite des objectifs de son véritable maître. Il a déclenché la Pourriture de Nurgle sur Carandinis VII et Protheus, transformant des milliards d’âmes malades en Portepestes qui ont inlassablement catalogué les petites maladies qui ont surgi dans le sillage de Typhus. Sur Ligeta, il a libéré un chant de la peste qui obligeait les infectés à chanter un hymne à Nurgle alors même qu’ils s’éteignaient lentement. Il a anéanti toute la population masculine de Florins avec le redoutable Flux Rouge, et a provoqué une pandémie sur Jonah’s World, réduisant ce fier Monde-Chapelle en une nécropole mondiale de tombes pourries. Pourtant, le couronnement des réalisations du Typhus fut l’introduction de la Peste Zombie dans le Segmentum Obscurus. Avec cette terrible nouvelle malédiction, Typhus a fusionné les cycles de vie et de mort, un acte qui a beaucoup plu à son maître.

La Peste Zombies était une maladie qui se propageait et qui ne pouvait infecter que ceux qui n’avaient pas d’espoir ou de foi dans leur cœur. Dans la misère insensible de la vie impériale, la grande majorité de la population pouvait être comptée parmi ce nombre. Les malheureuses victimes de cette horrible maladie pourrissaient de l’intérieur, en toussant jusqu’à la mort pendant une longue et douloureuse période. Ce n’était que le début de leur souffrance. Ceux qui tombaient ne restaient pas morts - leur corps se réanimait par l’étrange pouvoir de l’infection, et ils se jetaient sur les vivants, désespérant de ronger la chair chaude et souple. Même une seule morsure pouvait transmettre l’infection à un nouvel hôte, et le processus recommençait donc.

Une fois que le virus s’était implanté, il était presque impossible de l’arrêter. D’innombrables milliards de personnes sont tombées sous la malédiction et sont remontées à la surface sous forme de monstruosités morts-vivantes, et des bandes de zombies gémissants traquent non seulement dans les halls du Terminus Est mais aussi sur des dizaines de mondes qui gravitent autour de l’Œil de la Terreur. Agripinaa a déjà été ravagée au-delà de toute reconnaissance. Reste à savoir si cette nouvelle malédiction est le couronnement de Typhus ou simplement le dernier d’une série de fléaux vils, mais le Vagabond ne montre aucun signe d’arrêt de son saccage et est déterminé à répandre la peste partout.[23]

Les Croisades Noires[modifier]

Durant les millénaires qui se sont écoulés après l’Hérésie d’Horus, Typhus aida le nouveau Maître de Guerre du Chaos, Abaddon le Fléau, de bonne grâce pour mettre à bas l’Imperium. Durant les nombreuses Croisades Noires du Fléau, Typhus a déclenché des pandémies de Zombies de la Peste contre la Porte Cadienne.[24]

Annonciation[modifier]

Typhus a propagé au quatre coin de l’Imperium sa terrible Peste Zombie.
Typhus a commit un carnage sur le Monde-Chapelle d’Annonciation, un monde de foi exemplaire, d’unité totale de but, et d’engagement parfait dans chaque pensée, parole et action envers l’Empereur. Typhus entendit une voix le pousser à corrompre Annonciation et s’y rendit. Le Terminus Est a mis à mal les défenses orbitales d’Annonciation, permettant à Typhus de descendre à la surface de la planète dans un Thunderhawk, droit vers la Cité-Ruche Troparion, le siège du pouvoir d’Annonciation. Au sommet, surplombant la vie de deux milliards d’habitants, se trouvait la Cathédrale du Regard, le point vers lequel même les plus misérables des habitants du sous-continent tournaient leurs yeux, là où l’Ecclésiarchie diffusait la volonté de l’Empereur.

Typhus se jeta hors de son aéronef, à dix mètres de haut et fonça vers la cinquième spire de la Ruche, droit vers la cathédrale en massacrant la Milice de d’Annonciation qui lui barrait la route. Il pénétra enfin à l’intérieur de la cathédrale, faisant face à des dizaines de milliers de fidèles qui chantaient leur amour en l’Empereur-Dieu. Là, il entendit une voix à travers des centaines de haut-parleurs vox prêchant le Credo Impérial, voix qui lui causa de la douleur. Il arriva au niveau du toit de l’imposant édifice et vit debout à son pupitre l’Archi Exorciste Vandis, la voix qui prêchait à travers le réseau vox.

C’était un vieil homme, bien qu’il soit fort grâce aux traitements juvénats, et encore plus fort avec la foi. Le visage de Vandis était marqué par les cicatrices spirituelles de ses guerres et il regarda Typhus sans broncher et sans s’arrêter dans son sermon. Typhus l’a saisie par la gorge et l’a soulevé en hauteur, annonçant à Vandis qu’il allait prêcher un nouveau message à Annonciation. L’essaim d’insectes qui tournoyait autour de Typhus frappa la bouche de l’Archi Exorciste en un jet concentré, se précipita dans sa gorge, remplissant le prêtre jusqu’à ce que son corps soit distendu. Puis Typhus posa à nouveau Vandis sur le lutrin, l’Archi Exorciste étant devenu une abomination de la peste. Le Héraut de Nurgle lui ordonna à présent de prêcher la parole du Dieu de la Peste avant de lui trancher la gorge de sa faux, libérant un essaim de mouches démoniaques qui envahit Troparion, apportant la mort et la ruine. Puis les morts se levèrent pour convertir les derniers vivants d’Annonciation…[25]

La Ruche de l'Horreur[modifier]

Typhus infesta la Ruche Pandorial avec la Peste du Zombie, et s’est ensuite enfuit avant que l’Imperium puisse se venger, laissant derrière lui les cadavres ambulants de millions de citoyens dans les profondeurs du sous-monde.[26]

La Treizième Croisade Noire[modifier]

À la fin du quarante et unième millénaire, Abaddon le Fléau, Maître de Guerre du Chaos et héritier d’Horus, avait levé dans l’Œil de la Terreur une immense armée qu’il lança contre le Monde-Forteresse majeur de Cadia. Cette Treizième Croisade Noire allait changer le destin de la galaxie. Les signes avant-coureur de cette attaque massive fut l’émergence dans le système de Diablo du vaisseau de Typhus, le Terminus Est et du croiseur de la peste Plagueclaw, suivit par des Space Hulks sortant de l’Œil de la Terreur. Ils furent très vite repérés par des vaisseaux de défense de la Marine Impériale et abordés par des Space Marines protégeant la Porte Cadienne. Les Astartes découvrirent une terrible corruption au sein des Space Hulks, des épidémies qui se répandirent très vite au sein des vaisseaux impériaux. La maladie se propagea au sein de la flotte, le nombre de navires en état de fonctionnement chuta dramatiquement, et de plus en plus de Space Hulks infestés émergèrent du Warp, convergeant vers des mondes d’une importance stratégique vitale. Une petite force fut assemblée par les Impériaux pour détruire cette menace sur Belis Corona. Mais dans l’ombre du Nuage de Poussière de Frenerax, le groupe de combat fut pris en embuscade par une flotte conduite par le Terminus Est. La bataille fut brève et sanglante et Typhus laissa les survivants s’enfuir, car des milliers matelots de la Marine Impériale tombèrent malades, provocation une épidémies qui se développa dans ne nombreux systèmes, causant une dévastation qui s’accentua lorsque les millions de cadavres victimes des maladies se levèrent sous la forme de Zombies de la Peste. Typhus attaquera plus tard le système de Subiaco Diablo durement touché alors que les forces du Chaos d’Abaddon émergèrent pour lancer la Croisade Noire.

Durant les effroyables bataille de cette campagne majeure, Typhus prit personnellement part à la bataille de Macharia, se téléportant et massacrant peloton après peloton de Cadiens avant de retourner sur son vaisseau amiral.[27]

Système Cadien 2675999.M41


La chambre de téléportation du Terminus Est était animée d’une vibration malsaine. Les murs qui abritaient autrefois des circuits de la technologie la plus avancée dégouttaient à présent d’humeurs écœurantes et frémissaient d’une agonie infernale.

Typhus était accroupi au centre d’un pentagramme délimité par cinq bougies vertes. La corne unique qui surmontait son casque se pointa tour à tour en direction de chacune d’elles, et celles-ci vacillèrent un instant avant d’émettre un épais nuage de vapeur graisseuse. Alors que la fumée envahissait la pièce, le nuage d’insectes bourdonnant qui entourait le Vagabond revint grouiller dans les fissures de son armure, pendant que des Nurglings se blottissaient à ses pieds. La fumée formait à présent un épais cercle autour de lui.

Typhus frappa du manche de sa faux contre le sol, et les volutes le masquèrent. Il frappa un deuxième coup, la pièce était désormais vide…

Et le Héraut de Nurgle bien loin d’ici.

C’était une nuit sans lune. Des rideaux de pluie aggravaient le manque de visibilité, tandis que le rugissement de l’artillerie couvrait le moindre son. Typhus était dans une tranchée de communication, entouré de Cadiens le regardant bouche bée sous l’effet de la surprise et de la terreur.

La maladie frémit en lui puis se déversa en un nuage de mouches noires, qui s’abattirent sur les malheureux gardes. Beaucoup moururent avant même que le hurlement de rage du Vagabond ne les atteigne et couvre leur peau de bubons malsains. Typhus avança au travers des miasmes, sa faux exécutant de grands moulinets, chacun abattant une poignée de soldats avec une facilité terrifiante. Partout autour de lui, ses Nurglings s’attaquaient à la chair exposée des visages des morts et tiraient sur les jambes de ceux qui tentaient de s’enfuir. Les Cadiens ripostèrent, mais leurs tirs de Fusil Laser ricochaient sur l’Armure Terminator du Vagabond, sans compter qu’aucune baïonnette ne parvenait à passer la garde de la Faucheuse : il était venu récolter leurs âmes. Leurs officiers se jetèrent sur lui, leurs épées énergétiques brandies, mais ils furent tous démembrés avant d’avoir pu l’atteindre.

Il n’y eut bientôt plus que la pluie, les mouches, les cris des Démons et cette silhouette massive, à la corne unique, qui écumait le réseau de tranchées telle la mort incarnée. Semblable à un monstre des légendes, il tuait les soldats par dizaines. Sur son sillage, les cadavres et les blessés enflaient avant d’éclater, libérant davantage de mouches noires. Le champ de bataille était devenu un charnier. Les maladies semées ne tarderaient pas à se répandre, et ce qui avait été une position défensive imprenable ne serait bientôt plus qu’une plaie purulente.

Il hocha la tête, satisfait. Les hommes de Cadia étaient des vétérans : ils ne pourraient mettre leur défaite sur le compte des « innombrables hordes du Chaos », et même s’ils essayaient, tous sauraient qu’un seul des capitaines de Nurgle avait massacré une compagnie entière et trembleraient. Cette terreur ne leur laisserait plus aucun répit : l’histoire serait répétée et amplifiée, beaucoup déserteraient, d’autres faibliraient au dernier moment.

Un pas de plus avait été franchi dans la destruction de Cadia, et Typhus savait que son sacre approchait d’autant.

Les Guerres de la Peste[modifier]

Avec l’ouverture de la Grande Faille suite à la Chute de Cadia qui a conclu la Treizième Croisade Noire, Nurgle put se constituer un domaine dans le monde matériel, suite aux Guerres Délétères qui vit la corruption de trois systèmes au nord galactique d’Ultramar, baptisé les Astres Fléaux. À partir des Astres Fléaux, Nurgle lança une invasion afin d’annexer le domaine d’Ultramar à son Jardin. En parallèle, l’histoire de l’Imperium fut bouleversé par la résurrection d’un Primarque Loyaliste : Roboute Guilliman était de retour et prit les rênes du pouvoir impérial, menant une furieuse contre attaque générale nommée la Croisade Indomitus.

Quand à Typhus, il partit à la conquête d’Ultramar, étant l’un des principaux commandants des séides de Nurgle avec le Grand Immonde Ku'gath et Mortarion qui sorti enfin de son exil dans le Royaume du Chaos pour porter la guerre contre son frère Guilliman. Ce conflit fut baptisée les Guerres de la Peste et dura prêt d'un siècle.

Typhus terrorisa les frontières du secteur d’Ultramar, et les effectifs réduits de son armée, comparé à ceux de Mortarion, n’en faisait pas une menace moins préoccupante. Il s’était emparé d’un puissant fort stellaire, Euménice et concentrait ses efforts sur la prise d’autres stations spatiales. Alors que Mortarion utilisait un artefact connu sous le nom de "Main des Ténèbres", un appareil ancien datant d’âges bien antérieurs à la conquête des étoiles par l’Humanité, afin de faire relever les morts en Zombies de la Peste dans les mondes conquis, Typhus menait indépendamment sa guerre. Alors que la fin de la Croisade Indomitus sonnait au premier siècle de M.42, Guilliman était revenu dans son royaume pour chasser et châtier son frère démoniaque.

Apprenant son retour, Mortarion contacta Typhus et Ku’gath grâce au Mycota Profundis, une énorme horloge démoniaque dans son vaisseau, l’Endurance. Les images de Typhus et de Ku’gath apparurent sous la pendule et le Héraut de Nurgle salua froidement son Primarque avec qui il ne s’entendait plus depuis bien longtemps. Mortarion voulait mettre en place les dernières étapes de son plan d’invasion mais attendre l’arrivée de Guilliman afin de l’utiliser comme ingrédient de son rituel censé mener à l’annexion d’Ultramar au Jardin de Nurgle. Typhus critiqua cette stratégie, persuadé qu’il fallait porter le coup de grâce à Ultramar avant le retour du Fils Vengeur. Il invita Mortarion à enfin embrasser pleinement la sorcellerie - qui bien que Prince Démon restait dégoûté par le Warp - et de noyer Ultramar sous des épidémies. Il rappela à Mortarion qu’il appartenait corps et âme à Nurgle, et que son enveloppe n’était pas séparé de l’Immaterium, et que si il se soumettait pas, Nurgle risquait d’avoir à lui enseigner de douloureuses leçons. Il voyait bien que le Seigneur de la Mort ne croyait pas sincèrement en sa nature, et qu’il n’avait fait aucun sacrifice pour obtenir ce pouvoir, que Nurgle l’avait voulu seulement comme objet de collection, un trophée. Mortarion était un Prince Démon grâce à lui alors qu'il s’était battu de toutes ses forces pour gagner la bénédiction de son dieu et devenir son favori, si bien que le Faucheur ne pouvait pas lever la main sur lui - bien que l’envie du Primarque ne manquait pas… Typhus demanda à ce que leurs flottes s’unissent afin de frapper sans attendre Guilliman et lui priver ainsi du temps pour se préparer à établir une stratégie ou de consolider ses positions. Mais Mortarion refusa ce plan, si bien que Typhus décida de mener ses propres batailles de son côté, afin de répandre les contagions du Dieu de la Peste au lieu de suivre la vengeance mesquine de Mortarion contre son frère. Le Faucheur prédit néanmoins à Typhus qu’il le rejoindra sous ordre de Nurgle sur Parmenio, ce qui laissa Typhus prétendre qu’il y avait un "espoir" pour Mortarion, car il pratiquait de plus en plus la sorcellerie Warp sous sa forme pure. Puis il prit congé de son père génétique.

Alors que Guilliman repoussait les armées de Mortarion réfugié sur Parmenio, Typhus prit d’assaut avec ses guerriers la station orbitale du monde d’Odyssée, massacrant en première ligne les Auxiliaires d’Ultramar et les Space Marines Loyalistes issus de différents Chapitres successeurs des Ultramarines qui résistèrent jusqu’au bout. Typhus se moqua de Guilliaman qui avait démantelé les Légions, privant à ses yeux l’Imperium d’une réelle force organisée. Face à un soldat terrifié, il l’invita à renier l’Empereur et de venir profiter de la générosité de Nurgle, où il connaîtra une souffrance exquise qui ne lui causera aucun tort, où les heureux d’esprit peuvent vivre pour l’éternité dans une fange sacrée. L’homme lui répondit par un tir de laser en plein visage, l’obligeant à lui pulvériser en retour le crâne de sa puissance psychique. Il arriva au niveau du centre de commandement de la station. Cinq Space Marines lui tirèrent dessus mais d’une simple pensée, Typhus attira des vapeurs à lui, les remodela en tentacules et les envoya enfumer les Space Marines, vers les points faibles de leurs armures, assaillant leurs masques respirateurs et les articulations souples au niveau des coudes et des genoux. Les guerriers continuèrent à faire feu pendant une seconde, avant que leurs sceaux ne se dissolvent et que l’air infecté ne pénètre dans leurs harnois de guerre. Ils s’effondrèrent en se griffant la gorge, du sang jaillissant des grilles de respiration de leurs masques.

Totalement corrompu, Typhus est un Seigneur du Chaos très actif.
La station spatiale d’Odyssé finit par tomber et une vague de corruption traversa la structure matérielle de la structure, imposant un millier d’années de décomposition en un instant. Typhus avança vers les tours du portail de commandement principal qui furent abattus, de même que la porte principale, permettant à la Death Guard d’envahir la zone, affrontant une résistance acharnée, Typhus ajoutant sa puissance psychique à l’assaut. Le commandant de la station et ses gardes du corps se battirent jusqu’à la mort sur la plateforme centrale. Une fois la victoire acquise, deux des Marines de la Peste de Typhus traînèrent le commandant de la station à ses pieds. Satisfaisant, Typhus, ordonna qu’on place des charges aux endroits clés des fondations de la station afin de la faire chuter sur le monde d’Odyssé en contrebas. Le commandant lui tient tête, refusant de renier sa loyauté envers l’Empereur. Typhus posa sa main sur sa tête pour le contaminer mais à sa grande surprise, une autre force se chargea du commandant qui eut un spasme l’arc-boutant si violemment que sa colonne vertébrale céda dans un craquement retentissant et humide avant que ses cuisses n’explosent et que des esquilles d’os rosées et luisantes perforèrent ses vêtements tandis que ses lèvres se fendirent, sa langue gonflant, virant au noir et tombant de sa bouche avant de s’enfuir lentement en toute hâte, à la manière d’une limace saupoudrée de sel. Typhus fut fasciné par ce spectacle de décomposition rapide qui se déroulait sous ses yeux. Enfin, les entrailles putréfiées du commandant toujours vivant enflèrent et explosèrent, libérant un Nurgling venu pour discuter avec Typhus, afin de lui donner les ordres de son dieu. Le Nurgling dévora l’intérieur du commandant - toujours vivant - et enfla, avant que des bouches apparus sur son ventre se mettent à manger les autres cadavres de la pièce. Une fois la transformation du Nugling achevée, Typhus inclina la tête par respect en reconnaissant le Portepeste qui avait prit forme, Mollucos, Portepeste Exalté, Héraut Immortel de Nurgle, trois cent quarante-troisième fils préféré du puissant Grand-Père. Mollucos lui informa qu’il était à présent le trois centième fils préféré à présent, invitant Typhus à se remettre à jour. Le Portespeste informa Typhus que Nurgle lui ordonnait de mettre un terme à sa rivalité avec Mortarion, qu’il devait rassembler sa flotte et voguer pour se rendre sur Parmenio afin d'attaquer la puissante station spatiale Galatan et s’en emparer au nom de Nurgle. Avec les puissants canons de Galatan, Typhus devait aider Mortarion à conquérir ce monde, avec pour récompense une faveur divine pendant sept années. Si Typhus refusait, une éternité de disgrâce l’attendait. Le Héraut de Nurgle s’inclina et mit le cap sur Parmenio.

Typhus s’exécuta et dans l’espace, il aborda la gigantesque forteresse orbitale de Galatan avec sa Flotte de la Peste, le Terminus Est défonçant les hangars de la station orbitale. Galatan était défendue par le Chapitre des Novamarines dirigés par le Maître de Chapitre Bardan Dovaro et des régiments de l’Astra Militarum, soutenue par des Chevaliers Gris. Les troupes de Typhus firent une percée jusqu’à la forteresse de Crucius Portis II. Là, le Vagabond tua de ses pouvoirs psychique un Terminator qui s’avançait pour l’arrêter puis il s’enfonça à travers la ligne qui tenait la brèche pratiquée dans le mur de la forteresse, découpant les Space Marines en deux comme s’ils portaient des armures en papier. Il tua personnellement de nombreux Chevaliers Gris avant de se retrouver face à Bardan Dovaro. Le duel fut terrible, Typhus se retrouvant repoussé par le Maître des Novamarines? Mais soudainement, sa faux fusa avec une assurance implacable, et fendit la céramite de l’armure de Dovaro au niveau de la poitrine, tuant son adversaire sur le coup. Mais un nouveau champion approcha de Typhus, un Maître Psyker des Chevaliers Gris qui se montra être son égal dans le maniement des arts mystiques. Le Chevalier Gris porta un estoc dévastateur qui fit tituber Typhus, la lance à la lame étincelante de son adversaire plantée dans son armure. Un mince filet de sang rouge coula de la blessure et l’arme émit une vague de pouvoir psychique, qui le fit chanceler. Typhus s’est retiré, offrant la victoire aux Loyalistes.

En parallèle, Guilliman avait atterri avec son armée sur Parmenio et avait affronté les légions de Mortarion et de Ku’gath sur les Plaines d’Hecatone. Les deux Primarques se firent face mais les armées de Nurgle furent défaits par l’intervention de l’Empereur Lui-même à travers une jeune fille qu’Il habita de Ses pouvoirs, chassant Mortarion et Ku’gath et ravageant leurs Légions démoniaques de Ses pouvoirs. La victoire finale de Guilliman fut lorsque Galatan apparu dans l’orbite de Parmenio, détruisant les dernières troupes ennemis de ses canons. Plus tard, Mortarion et Guilliman s’affrontèrent sur Iax, mais les armées de Nurgle furent chassés, mettant fin aux Guerres de la Peste.[28]

Dans la Gueule de la Tempête[modifier]

Alors que la tempête Warp Fomori engloutit le monde de Danasar, Typhus humilia en duel le Seigneur du Chaos Huron Sombrecœur au sommet des ruines de la Spire Sans Fin. Il laisse sa victime en vie, afin de souligner non seulement la toute-puissance de Nurgle, mais aussi sa mansuétude.[29]

Le Repaire de la Gorgone[modifier]

Aux côtés de bandes de guerre de The Cleaved, The Purge et plusieurs autres, Typhus mena la 1ère Compagnie de la Peste dans un raid contre la planète chapitrale des Iron Hands, Medusa. Les fils de Ferrus Manus repoussèrent les attaquants, mais ceux-ci provoquèrent de terribles dégâts qui furent obligés à mettre des régions entières de la planète en quarantaine.[30]


  • Ruche du Destructeur : Typhus est l’hôte d’un horrible fléau qui se manifeste sous la forme d’une multitude d’essaims d’insectes se déversant des crevasses de son armure et grouillant autour de ses ennemis, menaçant de les contaminer.


Calas Typhon possède l’Équipement suivant :
  • La Faucheuse : Cette grande faux rouillée a été enduite par du mucus s’écoulant du trône de Nurgle.

Sources[modifier]

  • Codex Heretic Astartes Death Guard, V8
  • Codex Œil de la Terreur, V3
  • ABNETT DAN, Siege of Terra - Saturnine, Black Library, 2020
  • ANNANDALE DAVID, Typhus : Herald of the Plague God (Short Story), Black Library, 2006
  • HALEY GUY, Sombre Imperium, Black Library, 2017
  • HALEY GUY, Sombre Imperium - Guerre et Peste, Black Library, 2018
  • SWALLOW JAMES, La Fuite de l'Eisenstein - L'Hérésie s'Étend, Black Library, 2007
  • SWALLOW JAMES, Heralds of the Siege : Exocytosis, Black Library, 2018
  • SWALLOW JAMES, La Dague Enfouie - La Ruine de la Death Guard, Black Library, 2019
  • THORPE GAV, Les Primarques - Le Lion, Black Library, 2012
  • THORPE GAV, Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Black Library, 2016
  • THORPE GAV, La Guerre Éternelle : Par Ordre du Lion, Black Library, 2016
  • THORPE GAV, Siege of Terra - Le Premier Rempart, Black Library, 2020
  • Warlords of the Dark Millenium : Typhus
  • White Dwarf N°110 (Juin 2003)
  • Index Astartes du White Dwarf N°98 (Juin 2002)
  • The Horus Heresy, Book Two - Massacre
  • Eye of Terror : Newsletter 7[1]
  1. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix I - Calas Tyhon (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Warlords of the Dark Millenium : Typhus - A Hidden Gift (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Informations issues de La Dague Enfouie - La Ruine de la Death Guard, Intervalle II - Un Cheval Pâle, Intervalle III - La Tombe Ouverte - Intervalle IV - Aucune Chair Épargnée de SWALLOW JAMES, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de La Dague Enfouie - La Ruine de la Death Guard, Intervalle V - Immortel, Intervalle VI - Seigneurs de la Mort, Intervalle VII - La Chute de SWALLOW JAMES, Black Library, 2019
    Informations issues de La Fuite de l'Eisenstein - L'Hérésie s'Étend, Chapitre Cinq - Des Choix - Présages - Extremis de SWALLOW JAMES, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  5. Warlords of the Dark Millenium : Typhus - The Making of a Monster (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Warlords of the Dark Millenium : Typhus - The Making of a Monster (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Prologue de THORPE GAV, Black Libray, 2016 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - Grave Warden Terminator Squad et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Prologue de THORPE GAV, Black Libray, 2016 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Les Primarques - Le Lion, Chapitre VII de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de La Fuite de l'Eisenstein - L'Hérésie s'Étend, Chapitre Un - Regroupement - Une Bonne Lame - Le Seigneur de la Mort, Chapitre Deux - Assaut - Frères et Sœurs - Un Message dans une Bouteille, Chapitre Trois - Aeria Gloris - Un Calice Empoisonné - Soumis à la Question, Chapitre Quatre - Deux Visages - Un Hurlement dans les Ténèbres - Les Légendes Rassemblées de SWALLOW JAMES, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  12. Warlords of the Dark Millenium : Typhus - The Making of a Monster (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. Informations issues de La Fuite de l'Eisenstein - L'Hérésie s'Étend, Chapitre Six - Au Bord de l’Abîme - Triade de Crânes - De Nouveaux Ordres, Chapitre Huit - Le Point de Non-Retour - Sacrifice - Serment de l’Instant, Chapitre Dix - Terminus Est - L’Échappée - Plongés dans le Maelström de SWALLOW JAMES, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de Les Primarques - Le Lion, Chapitre VI, VII, VIII, IX de THORPE GAV, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de La Guerre Éternelle : Par Ordre du Lion de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  16. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Épilogue de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  17. Informations issues de Heralds of the Siege : Exocytosis de SWALLOW JAMES, Black Library, 2018 traduit par Trazyn l’infini et résumées par Guilhem.
  18. Informations issues de La Dague Enfouie - La Ruine de la Death Guard, Intervalle I - Ante Mortem, Intervalle II - Un Cheval Pâle, Intervalle III - La Tombe Ouverte - Intervalle IV - Aucune Chair Épargnée, Intervalle V - Immortel, Intervalle VII La Chute de SWALLOW JAMES, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  19. Informations issues de Siege of Terra - Le Premier Rempart, Chapitre Dix - Le Seigneur de Fer Déjoué - L’Aide d’un Sorcier' ' - Percer la Lance des Étoiles, Chapitre Douze - Des Nouvelles du Front - Apôtre du Chaos - La Rouille Absolue de THORPE GAV, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  20. Informations issues de Siege of Terra - Saturnine, Partie I : L'Enfer n'Est Profond que de la Longuerue de l'Épée, Chapitre Deux - La Théorie et l’Exécution - Des Anges Parmi Nous - Un Simple Humain de ABNETT DAN, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues de l'Index Astartes du White Dwarf N°98 (Juin 2002) et résumées par Guilhem.
  22. Warlords of the Dark Millenium : Typhus - A New Beginning (traduit de l'anglais par Guilhem)
  23. Warlords of the Dark Millenium : Typhus - Typhus the Traveller (traduit de l'anglais par Guilhem)
  24. Informations issues du Codex Heretic Astartes Death Guard - Chroniques de Virulence, V8 et résumées par Guilhem
  25. Informations issues de Typhus : Herald of the Plague God (Short Story) de ANNANDALE DAVID, Black Library, 2006 traduit par Trazyn l’infini et informations résumées par Guilhem.
  26. Informations issues du Codex Heretic Astartes Death Guard - Chroniques de Virulence, V8 et résumées par Guilhem
  27. Informations issues du Codex Œil de la Terreur, V3 - La Mort Rôde
    Eye of Terror : Newsletter 7 et résumées par Guilhem.
  28. Informations issues de Sombre Imperium - Guerre et Peste, Chapitre Dix - Les Navires De La Peste, Chapitre Dix-Neuf - Mycota Profundis de HALEY GUY, Black Library, 2018
    Informations issues de Sombre Imperium - Guerre et Peste, Chapitre Six - Typhus Défié, Chapitre Dix-Huit, Assaut Sur Galatan, Chapitre Vingt-Et-Un - La Défense de Crucius Portis II, Chapitre Vingt-Quatre - Un Héros Terrassé de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  29. Informations issues du Codex Heretic Astartes Death Guard - Chroniques de Virulence, V8 et résumées par Guilhem
  30. Informations issues du Codex Heretic Astartes Death Guard - Chroniques de Virulence, V8 et résumées par Guilhem