Légionnaire d'Élite des Legiones Astartes

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Cabale des Numérologues)
Aller à :navigation, rechercher

Astartes banner.jpg
Astartes banner left.jpg
Astartes banner right 2.jpg
DeathwatchBar.jpg
Astartes-wing-2.png
Astartes-wing-1.png




Deco-dark-angel-10.png
Deco-dark-angel-10.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Astartes page corner.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
Astartes gothic.jpg

Légionnaire d'Élite des Emperor's Children

Lames Palatines

Fraternité guerrière tirée parmi les meilleurs épéistes de la Légion, les Lames Palatines existaient en dehors des formations rigides de l’ordre militaire des Emperor's Children. C’était une société de duellistes à laquelle beaucoup aspiraient et à qui Fulgrim accordait une faveur particulière. À la discrétion des seigneurs de la Légion, les membres des Lames Palatines, avec leur propre commandement, ont également combattu ensemble sur le champ de bataille, servant d’exemple d’excellence et de perfection dans l’art de la guerre à leurs Frères de Bataille. Ils étaient souvent à la recherche des guerriers ennemis les plus aptes sur le terrain pour prouver leur supériorité.[1]

Kakophoni.jpg

Kakophoni

Peu après la trahison de Isstvan III, une force terrible s’était emparée de la Légion des Emperor’s Children sous la direction de leur maître Fulgrim, et pour beaucoup, la chute avait été rapide et terrible à voir. Des pratiques et des expériences longtemps secrètes et menées avec une extrême prudence furent libérées et fusionnées avec des forces malignes venues de l’au-delà. L’un des premiers outils maléfiques à se manifester fut les armes psycho-soniques étranges et expérimentales qui allaient être connues sous le nom de Cacophonie ou "Kakophoni" dans la forme ancienne. Sauvagement puissantes mais aussi dangereusement imprévisibles dans leurs premières incarnations.

Sur Isstvan V, les premières de ces armes ont été lancées par des membres des Emperor’s Children qui avaient déjà commencé à dégénérer et à se mutiler en réponse au chancre du Warp auquel ils avaient été exposés, une progression de la corruption psychique et physique qui allait s’accélérer à une vitesse effrayante grâce à l’exposition continue aux effets dévastateurs de leurs armes perverses.[2]

Légionnaire d'Élite des World Eaters

Saccageur.jpg

Saccageurs

Les Escouades de Saccageurs étaient des unités d’assaut de choc, formées des guerriers les plus sauvages et les plus sanguinaires d’une Légion déjà connue pour sa fureur au combat. Tous possédaient la psychochirurgie interdite qui les poussaient à des niveaux de rage toujours plus élevés. Certains ne pouvaient être retenus entre les batailles et étaient simplement connues sous le nom de Caedere ou de "Bouchers". D’autres ont concentré leur désir de tuerie sauvage par la discipline martiale, maîtrisant une variété d’armes macabres et sauvages inspirées de celles utilisées par les autres gladiateurs de l’arène d’Angron et découverts dans les mondes sauvages d’où la Légion tirait ses recrues.[3]

MainRouge.jpg

Destroyer de la Main Rouge

Au sein de la XIIe Légion, ceux qui portaient fièrement la marque de la Main Sanglante - ou, comme certains l’appelaient, la "Marque du Boucher" - sur leur armure étaient réunis, non par la fraternité ou la camaraderie, mais par la rivalité et l’inimitié. Ce symbole, tenu en plus haute estime que presque tous les autres honneurs ou accolades portés par les World Eaters, distinguait ces individus comme ayant fait preuve d’une férocité ou d’une violence exemplaire au nom de la Légion, que ce soit par le nombre d’ennemis massacrés au combat ou par la prise de la tête d’un ennemi de rang supérieur en combat singulier. Parmi les compagnies de Destroyers de la Légion d’Angron, les guerriers qui portaient cette marque formaient des cohortes connues parmi leurs frères sous le nom d’Escouades de la Main Rouge. Au fur et à mesure que l’Hérésie d’Horus se déroulait, ces escouades prenaient régulièrement place à l’avant-garde, poussant des cris inhumains de soif de sang pour prouver qu’elles étaient toujours dignes de porter cet emblème sanglant.[4]

Légionnaire d'Élite des Sons of Horus

Ravageur Catuléen

Évolution des Escouades Destroyers et d’Assaut que l’on trouvait dans l’ordre de bataille des Luna Wolves, les Escouades d’Assaut Ravageurs incarnaient à bien des égards la manière de faire la guerre des Sons of Horus. Largement influencées par les tactiques de la guerre tribale incessante de Cthonia, les Ravageurs se sont spécialisées dans les assauts fulgurants qui mutilaient et handicapaient un ennemi, frappant les chefs, abattant sans pitié tous ceux qui étaient faibles ou isolés, et semant la panique et le désordre chez ceux qui restaient. Vicieux et adaptables, les Escouades Ravageurs pouvaient se battre aussi bien sur de multiples théâtres de guerre, qu’il s’agisse d’abordages dans le vide, d’assauts de choc sur le champ de bataille, aux raids éclair et aux opérations de ratissage. Chaque Ravageur, qu’il s’agisse d’une escouade ou d’une compagnie entière, était en fait un groupe de guerre à part entière, et ses guerriers combattaient plus en tant qu’individus que comme soldats régimentaires. Idiosyncrasique en apparence et en combat, ils s’efforçaient de se faire un nom et une réputation. Parmi eux, les Ravageur Catuléen étaient les plus tristement célèbres lors des premières batailles de l’Hérésie d'Horus et étaient actifs à Isstvan III et V, mais il y en eut beaucoup d’autres. Au fur et à mesure que la guerre progressait, le modèle des Ravageur devint plus courant chez les Sons of Horus, déplaçant des formations plus régimentaires au fur et à mesure que de nouvelles unités étaient formées. En conséquence, ils possédaient les meilleures armes et les meilleurs arsenaux que le Maître de Guerre pouvait fournir.[5]

Chef Clanique

« Les chefs des Fils d’Horus avaient gagné leur rang par la loyauté, l’honneur et la violence sanglante, leur dévouement et leur qualité ayant été mesurés contre d’innombrables ennemis et n’ayant jamais été pris en défaut. Ces champions de la Légion recherchaient souvent les héros les plus vénérés parmi leurs ennemis pour mettre leur courage à l’épreuve, lame contre lame, contre ce que leurs adversaires avaient de mieux à offrir. »

Dans les cultures de gangs tribaux des Sous-Mondes Cthoniens, le titre de Chef était donné à ceux qui faisaient partie de la coterie de guerriers la plus loyale du Seigneur du gang, chacun se voyant confier le commandement d’une des possessions de guerre du gang. Suivant la tradition de leur monde d’origine, les Sons of Horus ont porté ce titre dans la hiérarchie de leur Légion, en accordant cet honneur aux officiers subalternes. Dans de rares cas, des bandes de ces chefs étaient appelées à se battre aux côtés de leur suzerain, et il leur était demandé de mettre de côté les devoirs du commandement pour l’honneur de sauvegarder un héros de la Légion et de porter sa bannière sur le champ de bataille.[6]

Légionnaire d'Élite de la Death Guard

Sentinelle Sépulcrale

Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Sentinelle Sépulcrale
SentinelleSépulcraleHH.jpg

Utilisé à l’origine comme un nom informel pour les bataillons diversement armés de la Compagnie Terminators de la Death Guard de Calas Typhon amenés au combat à bord du cuirassé Terminus Est, le terme Sentinelle Sépulcrale est finalement devenu synonyme à la fois au sein de la Légion de la Death Guard et au-delà, de Terminators équipés d’armes alchimiques qui étaient propres à la Death Guard.

Seule parmi les Legiones Astartes, la Death Guard a fait un usage libre et fréquent d’armes alchimiques telles que l’horreur rampante du Phosphex, le gaz Cullgene inimitablement mortel et le fluide Vasgotox mangeur de chair, et a équipé des unités spécialisées d’Armures Tactiques Dreadnought modifiés pour les disperser en conséquence. Là où les Sentinelles Sépulcrales marchaient, elles apportaient une mort lente et laide à tout ce qui croisait leur chemin, et lorsque la Death Guard fut lâché sur l’Imperium à la suite de la trahison du Maître de Guerre, des armes qui n’avaient été utilisées auparavant que contre les formes de vie extraterrestres les plus répugnantes et les plus résistantes se sont retournées contre l’Humanité et le nombre de meurtres commis par les Sentinelles Sépulcrales a augmenté de monde en monde.[7]

Empoisonneur Mortus

Faisant partie de l’arsenal redoutable des vaisseaux empoisonnés de la XIVe Légion, il existait un cadre spécialement formé et équipé, connu sous le nom d’"Empoisonneurs Mortus", au sein des compagnies de Destroyer. Manipulant une proportion élevée de munitions chimiques, même selon les normes de la Death Guard, les Empoisonneurs Mortus étaient le plus souvent déployés en soutien de troupes plus conventionnelles. À bord des vaisseaux ou dans l’enceinte étroite des complexes des Ruches, leurs armes redoutables constituaient un atout précieux pour dégager les positions défensives, mais les horribles flammes alchimiques qu’ils répandaient étaient le fléau de nombreux champs de bataille à travers la galaxie.

Ces armes étaient sans aucun doute efficaces contre les ennemis légionnaires, mais une exposition rapprochée aux cocktails concentrés d’agents chimiques et biologiques qui les rendaient si mortelles avait inévitablement des conséquences sur leurs porteurs. Être affecté à une escouade d’Empoisonneurs Mortus était essentiellement une condamnation à subir une mort foudroyante et inévitable. En tant que tel, il s’agissait officieusement d’un acte de censure ou d’une punition, infligée à ceux qui ne parvenaient pas à accomplir ce qui leur était demandé par leur commandement. Il y avait, cependant, ceux qui, au sein des Empoisonneurs Mortus, embrassaient le rôle avec enthousiasme, cherchant à se rapprocher de l’ennemi et à dispenser une mort toxique avec une inquiétante insouciance pour leur propre longévité.[8]

Légionnaire d'Élite des Iron Hands

ImmortelMedusa.jpg

Immortel de Medusa

Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Immortel


Pour les Légionnaires de Iron Hands qui n’avaient pas respecté les normes rigides et le sombre code de leur père au combat, qu’ils aient goûté à la défaite par les caprices du destin ou qu’ils aient été terrassés par des blessures trop terribles à supporter, il restait une voie à suivre si leur propre renommée ou leurs propres états de service ne leur permettaient pas de continuer sans le mépris de leurs frères : les rangs des Immortels de Medusa.

Les Immortels étaient le refuge des désespérés de la Légion, offrant une dernière chance de gloire et de rédemption là où la bataille était la plus féroce et le risque de survie, même pour un Legiones Astartes, le plus faible. Armés et blindés principalement en tant qu’unités de Brèche et disposant d’un haut niveau de reconstruction cybernétique, les Immortels ne portaient aucun symbole de leur Clan ou de leur Légion, à l’exception de sa numération et du symbole de la tête de mort noir sur blanc qui proclamait leur intention suicidaire. C’était leur lot et leur fierté de se battre et de mourir avec une fureur froide et inébranlable, sans jamais rompre les rangs, marchant sans relâche dans les mâchoires de l’enfer.[9]

Légionnaire d'Élite des Night Lords

EscouadeTerreur.jpg

Escouade de la Terreur

Aucune Légion des Space Marines n’a autant élevé le recours à la peur comme arme que les Night Lords. Par leurs actes terroristes et sanguinaires, des systèmes stellaires entiers ont été contraints de se soumettre, causant souvent moins de pertes humaines qu’une guerre conventionnelle. La Légion de minuit et de la tempête a servit également de juges et de bourreaux des ténèbres, exécutant le châtiment de l’Empereur contre un Gouverneur Planétaire, contre un culte récidivistes ou contre des rebelles, leurs crimes ayant été suffisamment graves pour avoir déclenché la colère de l’Imperium à leur égard.

Là où ces châtiments étaient élaborés pour être les plus viscéraux et personnels, les Escouades de la Terreur de la Légion étaient déchaînées. Chasseurs de têtes et tortionnaires, écorcheurs et mutilateurs, dans leurs rangs se trouvaient les frères des Night Lords les plus froidement impartiaux et les plus sombres dans leur imagination, et où l’art terrifiant du meurtre et du chaos qu’ils perpétraient autrefois était un moyen froidement calculé pour parvenir à leurs fins. Au fil des décennies, les Escouades de la Terreur étaient devenus un foyer pour les éléments les plus instables et les moins subtiles de la Légion, dont beaucoup étaient condamnés à mort - commués tant qu’ils se révélaient utiles à leur maître macabre.[10]

RaptorNightLords.jpg

Raptor de la Nuit

Les Raptors de la Nuit étaient une caste à part de la Légion des Night Lords - pas tant une élite martiale qu’une coterie sanglante de meurtriers unis ensemble par des tendances similaires et des styles de guerre préférés. Les Raptors de la Nuit étaient équipés de Réacteurs Dorsaux et d’une série d’armes de combat rapproché, qu’ils utilisaient tous pour faire tomber la sauvagerie sans entrave sur la tête de leurs ennemis en un seul assaut écrasant.

Là où les Night Lords, en tant que Légion, brandissaient la terreur comme une arme, les Raptors de la Nuit rejetaient toute subtilité au profit des assauts aussi sanglants et directs comme la hache du boucher qui fendait la viande. Les Raptors de la Nuit trouvaient une triste joie à s’élever au-dessus du champ de bataille comme des prédateurs hurlants à la recherche de victimes et savourant surtout ce moment de lucidité quand une victime voyait sa mort se refléter dans les yeux de son assassin. Comme beaucoup de membres de l’élite de la Légion, ils ornaient si possible leur armure de trophées macabres et utilisaient des systèmes avancés pour projeter des images de la mort à sa surface, images qui dépeignaient le destin des innombrables victimes des Raptors de Nuit en boucle éternelle, tant pour le plaisir de celui qui les portait que pour stupéfier sa cible dans une horreur insensée.[11]

Légionnaire d'Élite des Salamanders

PyroclasteHH.jpg

Pyroclaste

Les redoutables Pyroclastes étaient la fureur ardente incarnée de la Légion des Salamanders. Fuyant les unités de Destroyers conventionnels de la Légion, à l’exception d’un petit cadre retenu pour les opérations de xenocide et en raison de la nature souillée et impure des armes qu’ils portaient, Vulkan créa les Pyroclastes pour remplir le rôle de destructeur, créant pour eux des armes thermiques/incendiaires avancées et extrêmement puissantes de sa propre conception. Pour les Salamanders, le feu était plus qu’une simple arme ; il avait une fonction et une vérité presque mystique, et incarnait à la fois la destruction purificatrice et le potentiel de renaissance et de rédemption. Mais pour que le renouveau se produise, ce qui avait précédé devait être effacé, purifié par le feu. C’est ce dernier concept que les Pyroclastes incarnaient, et dans la bataille, ils furent implacables et sans remords, et là où ils se déchaînent, il ne pouvait y avoir aucune possibilité de pitié ou de répit de la part du feu.[12]

Sanctificateur

Les vétérans de la XVIIIe Légion formaient des escouades de Sanctificateurs lors des missions de pacification ou de confinement, où ils étaient appelés à rechercher et à éliminer leurs ennemis dans les ruches labyrinthiques des mondes renégats ou à l’intérieur des cavernes des vaisseaux spatiaux. Sur ces champs de bataille, la variété des armes portées par les Sanctificateurs permet une flexibilité tactique supérieure à celle des escouades tactiques ou de soutien standard, et ils sont souvent déployés là où d’autres Légions se tournent vers leurs compagnies de Destroyers.[13]

Légionnaire d'Élite des Word Bearers

Gal Vorbak

Le Gal Vorbak s’est construit sur les vestiges du Chapitre du Serrated Sun de la Légion des Word Bearers, les conquérants du monde primitif de Cadia qui ont regardé dans les profondeurs de l’Œil de la Terreur lui-même et ce faisant ont été changés pour toujours. Leur psyché infiltrée par des créatures issues des ténèbres de l’Æther, les survivants furent appelés les Gal Vorbak, ou "Fils Bénis" dans la langue des Colchis, et possédaient des forces et des capacités bien supérieures à celles des autres Astartes.

Il est dit que chacun des Gal Vorbak était l’hôte d’une forme d’entité Warp, elle-même soumise au grand schéma tracé entre le Maître de Guerre Horus et les puissances cauchemardesques de l’au-delà. Au combat, cet être en venait à dominer l’esprit et le corps du guerrier. Sa forme déjà puissante se gonflait alors que les mains se transformaient en des griffes déchirées et les mâchoires en gueules remplies de crocs tordus au-delà de la raison et de la réalité. À Isstvan V, le pacte des Word Bearers avec les horreurs de l’au-delà avait été scellé dans un grand rituel de carnage et de trahison.[14]

Cercle des Cendres

Servant aux côtés des Destroyers de la Légion des Word Bearers, le Cercle des Cendres était une formation spéciale créée dans un but unique : la destruction de la culture, de l’apprentissage et de la foi. Ces Space Marines étaient des iconoclastes, chargés au-delà du champ de bataille de traquer les œuvres de la fausse doctrine et ceux qui les propageaient, les vouant tous deux à la destruction et à l’éradication par la flamme.

Sur le champ de bataille, leur tâche n’était pas moins importante pour leur Légion ; ils cherchaient ce qui donnait à l’ennemi le cœur et le courage de se battre : des chefs charismatiques, des prêtres, des héros et des champions. Ils les repéraient, les traînaient avec les crochets de leurs haches et les détruisaient avec une ferveur brutale, en lançant souvent des attaques en piqué bien avant leurs propres lignes, sans penser à leur propre survie.

Monde après monde, le Cercle des Cendres a détruit des bibliothèques et des églises, des parlements et des sépultures, d’abord pour que la Vérité Impériale puisse les remplacer, mais ensuite pour que des croyances bien plus sombres puissent prendre racine et prospérer.[15]

Procurateurs de l'Ordre des Word Bearers

Bien que les membres de l’Ordre des Procurateurs, ou les Vor Nergeth comme on les appelait au sein de leur Légion, partent à la guerre parés du sigle en forme d’hélice de l’Apothecarion, il s’avère que leurs efforts ne se concentrent pas sur la préservation de la vie ni sur l’octroi d’une mort charitable à ceux qui sont blessés au-delà de toute aide. Au lieu de cela, ils traquent sur les champs de bataille, cherchant les morts pour profaner leurs corps et récolter leurs organes lors de leurs derniers soupirs. Cette souillure grossière servait à alimenter de sombres rituels d’invocation et de réanimation, faisant apparaître les créatures du Warp et s’imprégnant, ainsi que leurs apprentis, de la force vitale volée de leurs victimes assassinées. Les organes propres aux Légionnaires, notamment les glandes progénoïdes, s’avérent particulièrement efficaces pour faire apparaître les êtres du Warp les plus puissants et les plus agressifs, exerçant un attrait particulier sur les Procurateurs.[16]

Légionnaire d'Élite des Iron Warriors

Stor-Bezashk.jpg

Stor-Bezashk

Le Stor-Bezashk était une organisation au sein de la Légion des Iron Warriors durant la Grande Croisade. Il regroupait les maîtres de siège d’élite de la Légion. Le Stor-Bezashk regroupait notamment une très importante artillerie. L’organisation était originaire de la cité-état de Lochos, le cité où Perturabo avait grandi sur le monde d’Olympia.

Formation spécialisée et particulière au sein de la Légion, le Stor-Bezashk était réputée pour la puissance de ses munitions et ses compétences consommées en matière de guerre de siège. Les maîtres de la destruction qui le composait étaient chargés de l’entretien, de la construction et de l’utilisation des armes de siège mortelles et des singulières reliques de destruction dans l’arsenal de la Légion. Les maîtres de siège du Stor-Bezashk possédaient un arsenal que l’on retrouvait uniquement au sein de l’Ordo Reductor du Mechanicum comme des obus atomiques, des réserves de phosphex et de rarissimes munitions gravitiques. Le Stor-Bezashk servait à la fois de force experte pour briser un siège, et servir de renforts spécialisés pour les Grands Bataillons de la Légion sur le terrain.[17]

IronHavoc.jpg

Havoc de Fer

Parmi la plupart des Légionnaires Astartes, le rôle principal des escouades de soutien lourd était de saturer une zone ou de cibler les blindés ennemis avec des munitions lourdes, en oblitérant l’ennemi par le poids du feu. Les Havocs de Fer de la IVe Légion, cependant, étaient une formation d’élite qui avait élevé ces tactiques presque au rang d’art. Ces guerriers étaient parmi les meilleurs tireurs d’élite des Iron Warriors, plaçant les Bolts et les explosifs avec une précision extrême alors qu’ils avançaient aux côtés des cadres d’assaut de la Légion.

Les Havocs de Fer furent souvent attachés aux éléments principaux de tout assaut, où leur précision leur permettait de purger les fortifications et les points forts de l’infanterie ennemie avec une efficacité meurtrière, dégageant un chemin pour l’infanterie des Iron Warriors afin de balayer tout survivant.[18]

Légionnaire d'Élite de l'Alpha Legion

Chasseur de Têtes Alpha Légionnaire

ChasseursDeTetes.jpg

L’histoire de la Grande Croisade nous apprend que c’est l’Alpha Legion qui a conçu le déploiement des Escouades de Traque, une configuration d’unités qui s’est ensuite étendue à d’autres Légions au fur et à mesure de l’expansion de la Grande Croisade. La Légion ne s’est cependant pas arrêtée aux Escouades de Traque et avait depuis lors mis en place un nouveau perfectionnement du concept sous la forme d’équipes de Chasseurs de Têtes. Ces infiltrateurs extrêmement compétents se spécialisaient dans la création de conditions de chaos total dans les rangs de l’ennemi, semant la confusion en éliminant les officiers, les postes et les cibles clés. Ce faisant, les Chasseurs de Têtes firent basculer une bataille ou une campagne entière, le point d’équilibre sur lequel le destin des mondes s’équilibrait.

Les Équipes d’Extermination de Chasseurs de Têtes étaient composées des infiltrés et des assassins les plus compétents de l’Alpha Legion, et étaient placées sous le commandement direct d’un commandant supérieur. Ils avaient accès à certains des arsenaux les plus prisés que leur Légion pouvait fournir, y compris des munitions spéciales conçues spécialement pour pénétrer les Armures Énergétiques des Legiones Astartes. Dans les rangs d’une Légion déjà réputée pour sa capacité à infiltrer, détourner et assassiner, les équipes de Chasseurs de Têtes étaient presque inégalées et si leurs actes avaient été connus au-delà de leur Légion, ils auraient été craints dans toute la galaxie.[19]

Effrit

Bien qu’elle soit communément classée sous le titre officieux d’Escadron Furtif Effrit, la réalité de l’organisation et du rôle de cet échelon d’élite de la XXe Légion est bien plus complexe. Ses escadrons étaient composés d’individus très compétents, sélectionnés pour leurs capacités innées en matière de furtivité, de subterfuge et de reconnaissance, et étaient chargés de missions qui équivaudraient à un suicide pour tout autre Légionnaire. Les Escadrons de Perturbation étaient un exemple de ce type d’unités, qui entreprennaient des tâches périlleuses sur le champ de bataille, allant de l’observation rapprochée des commandants ennemis à des frappes perturbatrices sur des machines de guerre vulnérables. Ils étaient souvent infiltrés derrière les lignes ennemies pendant des mois, avec un équipement à peine supérieur à celui que peut porter un Légionnaire individuel.[20]

Légionnaire d'Élite des Imperial Fists

Templier

Gardiens du Temple des Serments à bord de la grande forteresse spatiale - le Phalanx, les Templiers étaient l’élite de la VIIe Légion, des guerriers au zèle inégalé. Une détermination sans faille et une compétence sans égale caractérisaient cette compagnie meurtrière, dont le régime d’entraînement punitif et le protocole de recrutement strict garantissent que seuls les meilleurs Imperial Fists portaient cette fière héraldique.

Bien que leur devoir les liait au Temple des Serments, ces guerriers intrépides se retrouvaient partout où les Imperial Fists propageaient la croisade de l’Empereur pour unifier l’Humanité. Ils portent le meilleur arsenal que les armureries de la Légion peuvent fournir : de l’archéotechnologie ancienne, les dernières créations du Mechanicum et des marques d’armes plus communes forgées avec une précision extrême. À la pointe du combat, ces guerriers inspiraient leurs frères par leur courage indéfectible et le chemin cramoisie et sanglant qu’ils traçaient à travers les ennemis de l’Humanité.[21]

Gardien du Phalanx

Sélectionnés parmi les rangs des Escouades de Brèche des Imperial Fists, les Gardiens de Phalanx sont des renforts de compagnie affectés à la défense du vaisseau amiral des Imperial Fists, le Phalanx. Armés d’une variété d’armes mortelles à courte portée, et gardant un formidable bouclier d’abordage des Legiones Astartes, les Gardiens de Phalanx présentaient un mur de céramite à tout agresseur qui entamait un assaut, et contre-attaquaient avec une sinistre détermination une fois l’attaque émoussée.

Même dans les rangs des Imperial Fists, les Gardiens étaient réputés pour le régime strict sous lequel ils s’entraînaient et servaient, évitant tout devoir autre que leur entraînement, la protection de Phalanx ou la poursuite de la guerre contre les ennemis de l’Humanité. Les Gardiens affichent peu d’honneurs de guerre et ne pratiquant aucun rituel vaniteux pour marquer leur réussite, considérant l’honneur de continuer leur service comme la seule marque de distinction dont ils avaient besoin.

Les Gardiens furent souvent détachés auprès d’autres compagnies des Imperial Fists, afin de perfectionner leurs compétences et de prêter leur puissance à celle de leurs frères sur les champs de bataille de la galaxie. Le plus souvent, ils servaient à bord d’un des navires de guerre de la VIIe Légion, à la fois comme dernière ligne de défense inébranlable contre les abordages ennemis et comme coup de marteau de tout assaut d’abordage impérial.[22]

Huscarl

Formées des guerriers les plus capables et les plus résistants qui gravissent les rangs des Gardiens du Phalanx, les Escouades des Huscarl étaient chargées de protéger les éléments vitaux de la force de combat de la VIIe Légion. Elles agissaient comme un rempart inébranlable dans les actions défensives et fournissaient au plus haut commandement de la Légion un bélier irrésistible avec lequel ouvrir des voies d’attaque. Aussi habiles à opérer sur le champ de bataille ouvert que dans les confins du combat spatial, les Huscarls disposaient des plus beaux exemplaires de la panoplie de guerre en vigueur à bord du Phalanx. La nature singulière de leur devoir martial fait qu’ils portent peu d’attirail cérémoniel ou symbolique ; aucun étendard de combat n’est brandi et peu de comptes rendus de leurs actions sont enregistrés, car il n’y a pas de plus grand honneur que de servir comme l’un des prétoriens de Rogal Dorn.[23]

Légionnaire d'Élite de la Raven Guard

MorDeythan.jpg

Mor Deythan

Informellement connus sous le nom de "Les Maîtres des Ombres", les Mor Deythan étaient un petit groupe d’escouades d’infiltration au sein d’une Légion déjà bien connue pour sa compétence presque inégalée dans ce domaine. Ils étaient cependant bien plus que des spécialistes de l’art de la furtivité, car chaque guerrier était un vétéran de l’Insurrection Lycaen qui a combattu aux côtés de Corax lui-même. Lorsque l’Empereur est arrivé sur Lycaeus et que le Seigneur Corbeau a appris la vérité sur sa création, certains rebelles ont cherché à rester à ses côtés. Les plus forts des jeunes combattants de la liberté furent jugés dignes d’intégrer les rangs de la XIXe Légion, ce qui rappelait constamment les racines du Primarque.

Au début de l’Hérésie, les Mor Deythan étaient peu nombreux, ayant mené d’innombrables campagnes pendant huit décennies aux côtés de leur maître et ils admettaient rarement de nouvelles recrues dans leurs rangs. La plupart de ceux qui restaient étaient des vétérans grisonnants, suprêmement confiants dans leurs capacités. Ils savaient se déplacer en silence, ne pas être vus à travers les ombres et attaquer comme et où ils voulaient. Ils utilisaient toute une gamme d’armes et d’équipements spécialisés, mais certains murmuraient que les Mor Deythan possédaient une partie des compétences préternaturelles de leur père génétique, le Primarque Corax, sa capacité à marcher sans être vu, même en pleine vue de l’ennemi, transmise d’une manière ou d’une autre par les processus inconnaissables d’implantation des gènes.[24]

FurieNoire.jpg

Furie Noire

Les Escouades d’Assaut de la Furie Noire furent utilisées par la Raven Guard pour mener des frappes de décapitation ciblées sur des chefs ennemis spécifiques et pré-définis, avec pour toile de fond le carnage de la bataille. Loin des assassins subtils qui frappent sans être vus dans l’ombre, les Furies Noires descendent au beau milieu du champ de bataille. Leurs chefs d’escouade, connus sous le nom d’Élus des Tueurs pour de bonnes raisons, engageaient la cible tandis que les guerriers découpaient tous ceux qui osaient tenter d’intervenir. Le résultat d’une décapitation réussie était une confusion totale dans les rangs de l’ennemi, et la rupture complète de la chaîne de commandement.

Les Escouades d’Assaut de la Furie Noire étaient équipées de Griffes Éclairs façonnées d’après celles portées par leur Primarque Corvus Corax, et les Élus des Tueurs recevaient des armes et des Armures d’Artificier qui faisaient d’eux des adversaires encore plus redoutables.

Les escouades étaient souvent déployées depuis les cales de navires de transport spécialisés tels que les Storm Eagle Darkwing ou les Whispercutters à châssis ouvert, sautant depuis de grandes hauteurs pour descendre grâce à leurs rétro-propulseurs silencieux de leurs Réacteurs Dorsaux directement sur la tête de leur cible par surprise.[25]

Légionnaire d'Élite des Ultramarines

Suzerain de l'Invictarus

Les Suzerains de l’Invictarus existaient en tant que classe distincte des unités de ligne des Legiones Astartes Ultramarines, car ils servaient directement le Primarque et les Tétrarques. Choisi parmi les rangs, chaque Suzerain était un guerrier marqué pour la grandeur future et le haut commandement. Ce sont des Suzerains de l’Invictarus que furent issus de nombreux futurs officiers de la Légion. En remplissant leurs fonctions nombreuses et variées, ils apprenaient non seulement les arts de la guerre, mais aussi ceux de l’ordre, du leadership et de la gouvernance.

Les guerriers des Suzerains de l’Invictarus étaient des incarnations vivantes du règne de leur Primarque et ils portaient des armes et des armures destinées à illustrer cet idéal. Leurs Haches Énergétiques Légatines étaient des symboles anciens portés autrefois par les hérauts des rois de Macragge, mais elles étaient plus que des signes d’office, elles étaient utilisées pour rendre justice instantanément à quiconque défierait la volonté du Primarque. Ils portaient des boucliers pour tenir l’anarchie et le désordre à distance et une armure resplendissante qui brillait de la lumière de la sagesse et de l’autorité de leur Primarque.

Au cours de la bataille, les Suzerains de l’Invictarus exécutaient le jugement de leur souverain sur l’ennemi, abattant les ennemis de l’Humanité afin de construire l’avenir brillant dont Ultramar serait le leader.[26]

Locutarus

Les Escouades Locutaris étaient des unités d’élite maintenues en petit nombre par la majorité des Chapitres de la Légion des Ultramarines, et déployées notamment dans des formations d’avant-garde et d’attaque. Chaque guerrier Locutarus avait été sélectionné parmi les Escouades d’Assaut, ayant prouvé qu’il était le plus compétent, le plus courageux et le plus féroce de ses frères.

Là où les unités d’assaut de nombreuses autres Légions étaient connues pour leur sauvagerie, voire leur soif de sang, les Locutarus étaient universellement plus discipliné et exigeant. Ils pratiquaient les arts du sabre et du pistolet avec précision, leurs frappes étant parfaitement synchronisées et placées de manière à produire un effet maximal.

Lors de batailles rangées, les Escouades Locutarus étaient souvent tenues en réserve, leurs commandants attendant le moment idéal pour les engager dans la bataille, et en une seule charge faire pencher l’issue en faveur des Ultramarines. Les Locutarus étaient superbement équipés pour remplir ce rôle, chacun d’eux portant une Épée Énergétique forgée par un artisan et servait autant comme marque d’honneur et de courage que comme outil de guerre meurtrier.[27]

Destroyer Nemesis

Comme c’était le cas pour les Legiones Astartes au début de la Grande Croisade, la Légion des Ultramarines disposait de chapitres entiers de Destroyers, chacun équipé d’un armement redoutable qu’eux seuls pouvaient être autorisés à utiliser contre les ennemis qui ne demandaient rien de moins que l’annihilation totale. Les Escouades de Destroyers du Chapitre Nemesis ont joué un rôle déterminant dans la résistance de la Légion à l’assaut des Word Bearers sur Calth. Contrairement à de nombreuses Escouades de Destroyers, celles du Chapitre Nemesis avaient l’habitude de conserver une forte proportion de Bolters comme armement principal, augmentant leur flexibilité tactique par l’ajout de munitions spécialisées créées pour causer des destructions si terribles dans les rangs de l’ennemi que la peur brisait l’esprit de ceux qui survivaient. Ceci, combiné à l’habileté prodigieuse et à la discipline inébranlable qui caractérisaient les Ultramarines, s’avérerait inestimable lors du combat contre les forces des Traîtres, en particulier lorsqu'il s'agirait de vaincre les fervents guerriers de la Légion des Word Bearers et de bannir les êtres Jamais Nés qu’ils invoquaient sur Calth.[28]

Légionnaire d'Élite des Thousand Sons

Khenetai

Les Khenetai Occultes étaient une secte mystique au sein de l’Ordre des Thousand Sons du Chacal qui était la gardienne des Cinq Cultes de Prospero ainsi que de leurs reliquaires et protecteurs. Liés par un serment et des liens psychiques rituellement forgés, les membres de cette élite étaient tous des initiés aux secrets intérieurs des cultes et des adeptes de leurs techniques, philosophies et arts.

Les principaux guerriers du Khenetai formaient des cabales d’épéistes, des guerriers sublimes qui avaient aiguisé leurs pouvoirs psychiques pour ne faire qu’un avec leur maîtrise de la lame. Leurs doubles Épées Énergétiques étaient formées d’une seule couche de céramite et de dorure psychocristalline infusée, avec des scènes dont on dit qu’elles correspondaient aux noms secrets du manieur et aux actes qu’il avait accomplis. Au combat, ils portaient une armure forgée et façonnée par les artificiers aveugles de la Légion en utilisant le feu et la force de leur seul esprit, et combattaient avec une précision unifiée qui les faisait ressembler à un seul guerrier avec plusieurs reflets, plutôt qu’à un groupe de combattants individuels.[29]

Ammitara

L’existence même de la secte connue sous le nom d’Ammitara Occulte est parfois mise en doute, tant la réputation de ce groupe était secrète et obscure au-delà des limites de sa Légion. Même dans les rangs des Thousand Sons, on en parlait de façon indirecte, voire même on l’ignorait, comme l’attesteront plus tard les preuves recueillies dans les ruines de Prospero.

Ce que l’Ammitara était en fait, c’était les crocs frappants de l’Ordre de la Cécité, peut-être la division la plus cachée et la plus obscure des Thousand Sons, dédiée à la manipulation, à la reconnaissance et certains prétendaient même à l’espionnage au-delà de la Légion, les Cabales d’Intercession de l’Ammitara étant spécialisées dans un autre art sombre de la guerre - celui de l’assassinat.[30]

Cabale des Numérologues

« Couramment déployés avec les éléments de l’arrière de la XVe Légion pendant la Grande Croisade, les numérologues ont souvent servi sur la ligne de front pendant l’Hérésie d’Horus. Pour minimiser les risques, beaucoup sont allés au combat avec des unités protectrices qui ont juré de protéger leur charge coûte que coûte. »

Au sein de la XVe Légion, la responsabilité de l’entretien de l’armement, des vaisseaux spatiaux et des machines de guerre incombait à l’Ordre de la Ruine, une sous-section de mystiques qui formait un tiers des "Ordres Rouges" de la Légion. Les membres de haut rang de l’Ordre étaient communément appelés Numérologues et, outre leur rôle de Techmarines, ils étaient également connus pour leur sens tactique considérable. La formulation de la logistique et des plans de bataille était une responsabilité clé des Numérologues, qu’ils assumaient avec ferveur. Il convient de noter la vitesse presque surnaturelle avec laquelle les Numérologues pouvaient développer de nouveaux plans pour contrer les mouvements de l’ennemi et se relayer les uns les autres. Les archives existantes indiquent que les groupements tactiques de la XVe Légion contenant des Numérologues pouvaient réagir aux changements de plans tactiques avec une synchronisation fluide les uns avec les autres, même lorsqu’ils étaient séparés par des centaines de kilomètres, un phénomène sans doute lié à la pratique des pouvoirs qui finiront par anéantir les Thousand Sons.[31]

Légionnaire d'Élite des Space Wolves

Deathsworn

Les Deathsworns étaient le cœur sombre de la VIe Légion et de sa malédiction qui devait finalement trouver son chemin dans la transfiguration de la chair, mais bien avant le premier "Wulfen", qui était la descente dans les profondeurs de la bête, sa souillure prédatrice ayant été trouvée dans l’esprit de ceux qui possédait le gène des Space Wolves.

Dans chaque Légion, on disait qu’il y avait des individus pour qui les horreurs de tout ce dont ils avaient été témoins et tous les actes sanglants qu’ils avaient commis au nom de la Grande Croisade avaient mutilé leur âme et endommagé leur esprit à tel point qu’ils n’étaient plus des hommes, plus des Space Marines en vérité, mais quelque chose de creux et de meurtrier au-delà de la raison. Dans certaines Légions, de telles choses pouvaient passer pratiquement inaperçues, voire même marquer un progrès, tandis que dans d’autres, le cadeau de la paix finale était offerte, ou peut-être un statut de paria comme l’un des soi-disant "Moritats" ou une place dans les unités de Destroyer. Mais chez les Space Wolves, cette pulsion dévorante de tuer et de tuer encore était mieux comprise, et les méthodes de Fenris tenaient la réponse à ces âmes sombres sous la forme du Culte de Morkai et de ses ministres, qui veillaient à ce que les mâchoires du Loup de la Mort puissent festoyer sur les ennemis de l’Humanité avec le respect qui leur était dû. Les guerriers qui se rendaient à la mort devenaient les Deathsworns ; marqués par leurs heaumes en forme de crâne de loup, ils incarnaient la faim de la mort au sein de la Légion.[32]

Tueur Gris

Sous la direction de Leman Russ et de leur adhésion à la culture guerrière froide et sauvage de Fenris qu’elle en était venu à incarner, la Légion des Space Wolves commença à changer, pour devenir un hybride singulier de la manière impitoyable et féroce de combattre de Fenris et des modèles de doctrine militaire impériale plus reconnaissables qui avaient précédé. Cette nouvelle Légion de Space Wolves n’était vraiment le reflet d’aucun de ces sœurs, mais quelque chose de totalement nouveau, et l’utilisation croissante des unités dites de Tueurs Gris était peut-être l’un des signes extérieurs les plus visibles de cette transformation.

Alors que les escouades tactiques de style Terran, de moins en moins évidentes dans l’ordre de bataille de la VIe Légion, étaient des rouages disciplinés d’une machine de guerre complexe, les Tueurs Gris étaient, en fait, des bandes de guerre individuelles compactes de Space Marines, toutes sauf autonomes sur le terrain : fluides, sûres d’elles-mêmes et largement exemptes de la dépendance des ordres directs d’en haut. On attendait d’elles qu’elles relèvent une myriade de défis par elles-mêmes si nécessaire, et surtout qu’elles se rapprochent de l’ennemi selon leurs propres conditions ; en le traquant et en le détruisant.[33]

Légionnaire d'Élite des Blood Angels

Brise-Aube

Même au sein d’une Légion dont les compétences dans les arts de la frappe orbitale et de l’assaut de choc étaient légendaires, les cohortes des Brises-Aube se distinguaient. Choisis parmi les Escouades d’Assaut les plus expérimentées et les plus audacieuses de la Légion des Blood Angels, les Brises-Aube étaient formés et équipés pour agir comme la pointe de la lance des Blood Angels, les premiers guerriers à poser le pied sur ces mondes ignorants que la Légion était appelée à sauver. N’ayant pas la polyvalence des unités tactiques ou d’assaut standard, les Brises-Aube n’avaient qu’un seul but dans la bataille : faire tomber les lignes ennemies et arracher le cœur de leur formation. Armés de lances et de lames enrubannées dans des champs de force à bords tranchants, peu de guerriers pouvaient résister à un tel assaut.

La doctrine de combat standard de ces guerriers d’élite mettait l’accent non seulement sur l’excellence martiale, mais aussi sur la nature symbolique de leur rôle, qui consistait à apporter lumière et justice dans les zones de guerre les plus infernales du tout jeune Imperium. En effet, le nom commun sous lequel ils furent connus était hérité de leur tactique préférée - un assaut mis en scène en masse depuis l’orbite juste au moment où l’aube se levait, Sanguinius à leur tête avec des ailes blanches déployées en largeur. Il y a des mondes qui parlent encore avec crainte du jour où les anges sont tombés du ciel de l’aube pour les libérer de l’oppression des tyrans et des Xenos.[34]

Larmes de l'Ange

Les Larmes de l’Ange, qui portaient les rangs et titres d’Erelim, de Masques d’Argent et de Mains de Justice, servaient la IXe Légion à la place des plus communs Destroyers des autres Légions. Ils ne se rendaient sur le théâtre de guerre que sous le commandement direct de Sanguinius lui-même, servant d’agents en ces rares occasions où le Grand Ange jugeait un ennemi digne seulement d’être anéanti. Armés des armes les mieux adaptées à l’abattage rapide de ceux qui étaient indignes d’une place dans le nouvel Imperium lumineux de l’Empereur, ils descendaient sur l’ennemi de façon soudaine et inopinée, le visage dissimulé dans les masques de mort en argent de leur Ordre et les serments de vengeance sur les lèvres.

Comme pour les autres Ordres du Premier Cercle des Blood Angels, les Larmes de l’Ange abandonnaient leurs noms et leurs identités pour la durée de leur service, prenant l’un des noms rituels qui les identifiait comme un véritable Ange de la Mort, un héraut de la destruction et un tueur sans remords. Ces signes rituels provenaient des enseignements de Sanguinius lui-même, et ne devaient leur origine ni à Terra ni à Baal, un produit de sa propre sagesse. Ils servaient à isoler ses guerriers de la mort qu’ils provoquaient, car lorsqu’un membre de l’Erelim mettait de côté son masque et retournait dans les rangs de la Légion sous son ancien nom, il ne gardait aucune trace du massacre et de la destruction causés par l’Erelim dont il portait l’identité.[35]

Paladin Pourpre

Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Paladin

Les Paladin Pourpre étaient les gardiens des halls du Primarque, un sinistre pendant des Séraphins Dorés, la Garde Sanguinienne. Lorsque ces guerriers se rendaient sur le terrain, vêtus de l’armure reliquaire de leur Ordre et revêtus des noms des immortels, ils servaient de rempart contre l’ennemi et de bouclier pour les fils de Sanguinius. Ils formaient l’ancre indéfectible sur laquelle tournait l’Ost Pourpre ; un seul bastion inébranlable de lames et de boucliers de puissance. Par leur sacrifice et leur détermination indomptable, les Blood Angels pouvaient donner libre cours à la noble fureur de leur Légion.

Connus également dans le cadre du dogme obscur de la IXe Légion sous le nom de Keruvim, ou Vents de Tempête, les Paladins Pourpres étaient l’un des ordres guerriers du Premier Cercle. Comme les autres ordres du Premier Cercle, ils abandonnaient leur nom et leur rang pour assumer une identité et un rôle qui englobaient tout le sens du moi et ne leur laissaient que le devoir singulier qui leur était assigné. Un tel sacrifice, fait au nom du Grand Ange et pour le bien de leurs frères, renforçait la détermination de ces guerriers au point qu’aucune menace ou mauvais sort ne pouvait les détourner de leur but. Il était communément admis au sein de la Légion qu’aucun guerrier portant l’armure d’un Paladin ne pouvait jamais faire un pas en arrière alors que la IXe Légion portait les armes dans un juste combat.[36]

Légionnaire d'Élite des White Scars

Keshig d'Or

Parmi les plus prestigieuses des principales unités de combat de White Scars, on trouve leurs Motojets d’assaut lourds - souvent appelés collectivement "Keshig d’Or". Ces cavaliers très compétents servaient de briseurs de ligne et d’unités d’assaut par excellence, souvent là où d’autres Légions préfèrent déployer des blindés lourds ou des unités Terminator massives. Agissant comme le fer de lance de ce que les Légionnaires de Chogoris appelaient un Zao, une attaque perçante au cœur de l’ennemi adaptée des tribus de chevaux du monde natal du Khan, le Keshig d’Or encerclaient l’ennemi à des vitesses et des directions apparemment aléatoires avant de concentrer leur élan en une seule frappe au centre d’une formation ennemie.

De telles frappes servaient généralement à perturber la ligne de front de l’avance ennemie et à semer la confusion dans les rangs. L’application du Zao a vu le Keshig d’Or désigné sur différents mondes comme le "fantôme de la tempête" ou le "dompteur de bêtes du ciel", ce dernier étant particulièrement courant sur les mondes mis en Conformité et moins avancés technologiquement pendant la Grande Croisade. La manœuvrabilité du Keshig d’Or lui donnait les moyens d’attirer l’ennemi dans des positions de faiblesse ou de le forcer à se diriger vers des champs de bataille ouverts, dans lesquels aucune couverture n’était disponible pour le sauver de l’assaut furieux de la Légion des White Scars.[37]

Griffes du Faucon

Tirant des coups de feu avant l’avancée principale des White Scars, les Griffes du Faucon servaient d’éclaireurs, d’assassins et de busards à longue portée. Avant de rejoindre la bataille, ils tentaient de marquer les points d’assaut clés, de détruire les routes de ravitaillement et d’éliminer les principaux commandants. Après la bataille, ils poursuivaient et massacraient l’ennemi qui battait en retraite. Souvent prises parmi les recrues qui avaient choisi la noble poursuite de la chasse, et en particulier celles qui avaient montré une aptitude exceptionnelle à la traque et à la chasse, les Griffes du Faucon excellaient à lire le champ de bataille et à déterminer d’où l’ennemi était susceptible de lancer son attaque, ou dans quelle direction il allait monter sa défense.

Les Griffes du Faucon furent hautement qualifiés non seulement comme éclaireurs, mais aussi comme embusqueurs capables de poser des pièges mortels contre l’ennemi. Capables de prédire les mouvements de l’adversaire avec une précision remarquable en utilisant la topographie d’une planète, ces guerriers étaient capables de donner des informations aux commandants de la Légion sur le plan d’attaque de l’ennemi, et ainsi de coordonner la mise en place d’embuscades pour décapiter la formation ennemie avant qu’elle ne prenne de l’élan. En harcelant l’avance de l’ennemi à partir de sa ligne arrière, les Griffes du Faucon conduisaient efficacement l’antagoniste vers un champ de bataille plus avantageux pour les autres forces des White Scars assurant ainsi la victoire contre ceux qui voulaient voir les nobles disciples du Khan faire profil bas.[38]

Sombres Fils de la Mort

Lorsque leur ennemi était tombé si loin de la lumière de l’Humanité, que l’espoir d’une Conformité Impériale était perdu, ou qu’une souche Xeno répugnante se dressait devant eux et ne pouvait être autorisée à exister, les White Scars faisaient appel au Karaoghlanlar pour défaire leurs ennemis. Les Sombres Fils de la Mort, un surnom utilisé par ceux qui n’étaient pas d’origine chogorienne, ont été déployés comme une mesure finale et irrévocable ; en conséquence, les libérer était une décision que peu de commandants prenaient à la légère. De manière générale, là où la Ve Légion avait un respect et une révérence pour la vie et la mort d’un guerrier ennemi, le Karaoghlanlar ne cherchait pas seulement à détruire l’ennemi physiquement, mais aussi, par le biais de rites chogoriens, spirituellement. Ce lien avec la mort totale et globale rendait mal à l’aise leurs Frères de Bataille et, à ce titre, leurs armures étaient souvent marquées de verrous de bannissement et ornées de talismans de purification pour éloigner les esprits des ténèbres qui suivaient leur passage.[39]

Légionnaire d'Élite des Dark Angels

Cebonium.jpg

Cercle Intérieur des Chevaliers Cénobites

Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Cénobite

La Légion des Dark Angels accueillait une multitude d’Ordres chiffrés, des Chambres Militantes dissimulées dans la panoplie de la Légion et dédiées à la préservation et au perfectionnement d’une doctrine de guerre singulière. Au sein de chacun de ces Ordres, les guerriers-adeptes les plus dévoués étaient chargés du rôle de Cénobite et se voyaient accorder le droit de porter le chiffre et la charge de l’Ordre, pour combattre au premier rang des batailles qui requerraient les compétences durement acquises au sein de chacune de ces cellules secrètes.[40]


Compagnons de la Deathwing

Les meilleurs guerriers et les vétérans les plus anciens au sein de la Deathwing formaient les rangs des Compagnons, chacun de ces détachements avait prêté les serments les plus stricts pour assurer la survie des officiers placés sous leur responsabilité. Les plus célèbres parmi les Compagnons étaient ceux ayant pris un coup mortel destiné à leur charge et ayant survécu. Ces guerriers avaient le droit de porter une armure blanche comme l’os en reconnaissance de leur dévouement à la Légion.[41]


Cabale Enigmatus de la Firewing

La Firewing existait pour mener un style de guerre rapide et silencieux, pour étouffer la capacité de résistance de l’ennemi, lui voler sa volonté de se battre par des frappes de précision, et obtenir des renseignements clés qui pouvaient être utilisés par d’autres forces. Les Enigmatii étaient les principaux praticiens de ce style de guerre, opérant en petites unités d’élite pour éliminer les chefs de l’ennemi, perturber leurs lignes d’avance et désorganiser leurs plans. Armés et équipés des meilleures armes et équipements disponibles, ils représentaient une menace mortelle pour ceux que le Lion jugeait suffisamment dangereux pour mériter leur attention.[42]


Interemptor de la Dreadwing

Même parmi les frères de l’infâme Dreadwing, les Interemptors étaient des êtres sinistre, dévoués dans leur objectif unique - l’anéantissement total de l’ennemi. Lorsque les Interemptors attaquaient, ils ne laissaient derrière eux aucune trace de ceux qu’ils conquéraient - pas de corps, pas de ruines, rien. Ils n’emportaient pas de trophées de leurs victoires et ne racontaient pas les histoires de ceux qui étaient tombés avant eux, ceux qui étaient morts de leurs mains étant oubliés à jamais. Ils étaient l’ultime sanction du Lion, sa dernière malédiction pour ceux qui étaient assez fous pour s’opposer à la Première Légion.[43]

Ordre de la Griffe Brisée

Parmi les ordres du Cercle Intérieur de la Première Légion, celui de la Griffe Brisée était celui qui comptait le moins d’adhérents, mais pas par insignifiance. Ils étaient les seuls responsables de la compilation du récit des batailles menées contre les redoutables Rangdans et, à la suite de la destruction de la souche Xenos, ces chevaliers furent chargés de garder le butin de ces victoires.

Lorsque les événements de l’Hérésie d’Horus se sont produits, les devoirs de l’Ordre de la Griffe Brisée ont été étendus, avec de petits groupes gardant les coffres de stase contenant des reliques et des armes acquises auprès des ennemis vaincus de la Première Légion. Chaque chevalier faisait le serment d’empêcher ces artefacts de tomber entre les mains de ceux qui s’opposaient à l’Imperium, et ce n’est qu’à la mort du gardien que ce lien sacré serait rompu.[44]

Sources

Pensée du Jour : « Puisse la colère de l’Empereur purifier nos âmes. »
  • The Horus Heresy - Book One - Betrayal
  • The Horus Heresy - Book Two - Massacre
  • The Horus Heresy - Book Three - Extermination
  • The Horus Heresy - Book Five - Tempest
  • The Horus Heresy - Book Seven - Inferno
  • The Horus Heresy - Book Eight - Malevolence
  • The Horus Heresy - Book Nine - Crusade
  • The Horus Heresy - Exemplary Battles of the Age of Darkness - Volume One
  • The Horus Heresy - The Battle of Perditus : Umbral-51
  • The Horus Heresy - The Battle of Armatura
  • The Horus Heresy - The Battle of Calth : Underworld War
  • The Horus Heresy - The Scouring of Gilden's Star
  • The Horus Heresy - The Axandria IV Incident
  • The Horus Heresy - The Battle of Nyrcon City : Visions in the Flames
  • The Horus Heresy - The Battle of Pluto : Hydra's Devastation
  • The Horus Heresy - The Battle of Trisolian : Vengeful Spirit
  • HALEY GUY, Perturabo - Le Marteau d'Olympia, Black Library, 2013
  1. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Appendix I - Palatine Blade Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - The Kakophoni of the Emperor's Children (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Appendix I - Rampager Squads (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy - The Battle of Armatura - Red Hand Destroyer Assault Squad (traduit de l’anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - Reaver Atack Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy - The Battle of Trisolian : Vengeful Spirit - Chieftain Squad (traduit de l’anglais par Trazyn l'Infini)
  7. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - Grave Warden Terminator Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. The Horus Heresy - The Battle of Perditus : Umbral-51 - Mortus Poisoner Squad (traduit de l’anglais par Guilhem)
  9. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - Medusan Immortals Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - Terror Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - Night Raptor Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - Pyroclast Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. The Horus Heresy - Exemplary Battles of the Age of Darkness - Volume One, Chapter The Purging of the Invocastus Sector - Salamanders Sanctifier Squad (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  14. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - Gal Vorbak Dark Brethren (traduit de l'anglais par Guilhem)
  15. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions and Updates - The Ashen Circle (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. The Horus Heresy - The Scouring of Gilden's Star Word Bearers Procurators (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  17. Informations issues de The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter The Iron Warriors - Unit Organisation and Structure Within the Legion
    Informations issues de Perturabo - Le Marteau d'Olympia, Chapitre Neuf - Assassinat de HALEY GUY, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  18. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Iron Havoc Support Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  19. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Headhunter Kill Teams (traduit de l'anglais par Guilhem)
  20. The Horus Heresy - The Battle of Nyrcon City: Visions in the Flames - Alpha Legion Effrit Disruption Cadre (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  21. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Templar Brethren (traduit de l'anglais par Guilhem)
  22. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Phalanx Warder Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  23. The Horus Heresy - The Battle of Pluto : Hydra's Devastation - Huscarl Squad (traduit de l’anglais par Trazyn l'Infini)
  24. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Mor Deythan Strike Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  25. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Dark Fury Assault Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  26. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions - Invictarus Suzerain Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  27. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Additions - Locutarus Storm Squad (traduit de l'anglais par Guilhem)
  28. The Horus Heresy - The Battle of Calth : Underworld War (traduit de l’anglais par Guilhem)
  29. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Khenetai Occult Blade Cabal (traduit de l'anglais par Guilhem)
  30. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Ammitara Occult Intercession Cabal (traduit de l'anglais par Guilhem)
  31. The Horus Heresy - The Axandria IV Incident Thousand Sons Numerologist Cabal (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  32. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Deathsworn Pack (traduit de l'anglais par Guilhem)
  33. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Grey Slayer Pack (traduit de l'anglais par Guilhem)
  34. The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter Legiones Astartes Appendix : The Blood Angels - Dawnbreaker Cohort (traduit de l'anglais par Guilhem)
  35. The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter Legiones Astartes Appendix : The Blood Angels - The Angels Tears (traduit de l'anglais par Guilhem)
  36. The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter Legiones Astartes Appendix : The Blood Angels - Crimson Paladins (traduit de l'anglais par Guilhem)
  37. The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter Legiones Astartes Appendix : The White Scars - The Golden Keshig (traduit de l'anglais par Guilhem)
  38. The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter Legiones Astartes Appendix : The White Scars - Falcon’s Claws (traduit de l'anglais par Guilhem)
  39. The Horus Heresy - The Battle for Kalium Gate - White Scars Dark Sons of Death Suad (Karaoghlanlar) (traduit de l’anglais par Guilhem)
  40. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter Legiones Astartes Appendix : The Dark Angels - Inner Circle Knights Cenobium (traduit de l'anglais par Guilhem)
  41. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter Legiones Astartes Appendix : The Dark Angels - Deathwing Companion Detachment (traduit de l'anglais par Guilhem)
  42. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter Legiones Astartes Appendix : The Dark Angels - Firewing Enigmatus Cabal (traduit de l'anglais par Guilhem)
  43. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter Legiones Astartes Appendix : The Dark Angels - Dreadwing Interemptors (traduit de l'anglais par Guilhem)
  44. The Horus Heresy - The Battle of Perditus : Umbral-51 - Inner Circle Knights Cenobium - Order of the Broken Claws (traduit de l’anglais par Guilhem)