Bataille de Valedor

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png





« La bête venue du néant sombrera dans l’Abysse, mais sa faim la mènera vers les flammes, où elle se consumera avec les siens et précipitera le Grand Changement. »
- La Prophétie de la Mort Rouge.
Le Système Valedor 999.M41 (Corps Stellaire de Classe Primovitae)
SystèmeValedor.jpg
Valedoran est une étoile relativement stable, dont la lumière et la chaleur permettent à des écosystèmes complexes de s’épanouir sur plusieurs de ses planètes. Les cosmologicos impériaux supposent que seuls les systèmes susceptibles d’accueillir la vie tels que celui de Valedan attirent l’attention des Tyranides, car la biomasse est la seule ressource qu’ils utilisent.

Daea entre en éruption à chaque fois que son orbite elliptique la rapproche de Valedan. Bizarrement, cela n’a pas empêché la Flotte-Ruche Léviathan d’approcher la planète en 999.11141, sans doute pour s’approprier les secrets des formes de vie très résistantes de Daea, afin d’en faire profiter ses organismes.

Jusqu’à la fin de 999.M41, la planète minière de Megus était très productive. Les veines d’adamantium qui couraient sous sa croûte terrestre avaient provoqué la prolifération de villes minières, et ses défenses planétaires comptaient parmi les meilleures du secteur. La planète fut envahie et détruite en six jours par les monstruosités lâchées par la Flotte-Ruche Léviathan, et ce en dépit d’une défense acharnée de la part des navires de guerre qui escortaient les convois de minerai vers Valedor, et des efforts courageux mais vains des régiments de la GardeImpériale stationnés au sol.

Connu par les Aeldaris sous le nom de Dûriel, Valedor fut terraformé avec le reste du système à l’aube de la préhistoire. Ce monde devait servir de refuge aux anciens Aeldaris, afin que leur empire renaisse. Cependant, l’arrivée de colons impériaux en 311.M39 vit la planète amenée dans le giron de l’Imperium en moins d’une décennie. À la fin de 321.M39, il passa du classement de type Viridien Mundus Novum à celui de Monde Civilisé. La bonne fortune de la planète prit fin brutalement en 999.M41 lorsque la faille Warp baptisée Vortex du Désespoir apparut et dégorgea une vrille de la Flotte-Ruche Kraken.

Ce fut la première planète à subir les foudres de Kraken. Les calottes polaires furent envahies en premier car elles contenaient beaucoup de biomasse sous la forme de plancton et de gros carnivores. Ector était le lieu de recrutement du Chapitre des Crimson Castellans et abritait alors une garnison de vingt Space Marines. Ces derniers coordonnèrent les défenses des principales Cités-Ruches, qui parvinrent ainsi à résister pendant trois mois avant de tomber.

  • Nuen (Perditas)

Nuen est corrompue par la faille Warp qui croise régulièrement son orbite. Elle a été déclarée Perditas depuis les tempêtes démoniaques qui se sont produites en 442.M35.

La guerre pour le système Valedor connut son apogée sur Valedor elle-même, que les Aeldaris nomment Dûriel. Cette planète paradisiaque fut envahie par l’Humanité, dévastée par les Tyranides, et amenée au bord de l’annihilation par les Aeldaris eux-mêmes.

Le Grand Dévoreur Attaque[modifier]

Depuis l’arrivée des Flottes-Ruches par la Bordure Orientale, même les Aeldaris les plus sceptiques ont fini par reconnaître la menace que font peser les Tyranides. L’horreur de ces créatures venues du néant pousse même les Grands Prophètes à pleurer des larmes de sang à leur approche.

Les Autarques et les Grands Prophètes des Vaisseaux-Mondes savent très bien que tenter d’échapper à un ennemi qui peut se rendre dans toute la galaxie est vain. D’un autre côté, attendre que ces envahisseurs s’épuisent tout seuls n’est pas non plus une solution viable. L’Empire T'au n’est qu’un bouclier temporaire contre cette marée et, au grand dam des Aeldaris, l’Imperium de l’Humanité ne fait que rendre les Flottes-Ruches plus fortes en les nourrissant, car ils jettent contre elles des millions de soldats qui finissent dévorés.

Les Prophètes et les érudits des Vaisseaux-Mondes ont longtemps suspecté que la race des Tyranides gagnait en vigueur à chaque monde qu’elle consommait par le biais des immenses biovaisseaux qui constituent ses flottes. Ces monstruosités réduisent en bouillie nutritive la biomasse de leurs victimes, celle-ci venant se mélanger à celle des Tyranides tués lors de l’attaque, avant de l’absorber. Ainsi, chaque nouvelle race rencontrée par les Tyranides est exterminée, réduite en gruau biologique et utilisée pour créer de plus en plus d’organismes tueurs.

C’est ce processus que les Aeldaris cherchèrent à stopper dans le système Valedor, car si les Flottes-Ruches poursuivaient leurs destructions, nul doute que le destin des Vaisseaux-Mondes serait funeste. Mais ce que les Aeldaris ne savaient pas, c’est que la guerre allait détruire entièrement Dûriel.

Les bonds évolutionnaires effectués par les bêtes procréatrices nommées Reines Nornes permettent aux nuées Tyranides de s’adapter très rapidement afin de contrer les avantages technologiques de leurs proies. À chaque étape de l’évolution, et à chaque nouvelle adaptation, les Flottes-Ruches améliorent l’efficacité de leurs guerriers en prévision des attaques ultérieures.

Pour les Aeldaris, les Tyranides incarnent un aspect de la mythologie du dragon : la destruction aveugle qui ravage les étoiles. Les Aeldaris savent au fond d’eux qu’ils doivent relever le défi d’affronter ces monstruosités, car ils sont les seuls à avoir la sagesse nécessaire pour les vaincre. Mais ils redoutent un tel combat, car ils sont déjà peu nombreux, alors que, si on en croit les dires des Prophètes, les myriades de Tyranides sont infinies.

Taec Silvereye d’Iyanden était un visionnaire, un Prophète excentrique dont les prédictions concernant les invasions Tyranides s’avérèrent terriblement exactes lors de la Chute d’Iyanden. Si ses pairs l’avaient écouté, sans doute auraient-ils pu éviter le désastre, ou peut-être la quasi-destruction du Vaisseau-Monde était-elle inévitable. Dans tous les cas, la nouvelle du destin tragique d’Iyanden s’est répandue rapidement parmi la civilisation des Aeldaris, et a servi d’avertissement concernant la menace que font peser les Tyranides.

Une seule vrille de la Flotte-Ruche Kraken avait détecté, traqué et massacré la majorité de la population d’Iyanden avant d’être finalement anéantie. Le Vaisseau-Monde autrefois flamboyant avait été réduit à des ruines désolées, au point que pour survivre, ses derniers habitants furent forcés de réveiller les morts afin qu’ils viennent combattre aux côtés des vivants.

Douleur et Exil[modifier]

Il est presque impossible d’échapper à une Flotte-Ruche à cause de son immensité. Et cela était encore plus vrai avec la Flotte-Ruche Kraken, dont les vrilles figuraient parmi les plus rusées de l’espèce Tyranide.

Contrairement aux méthodes d’assaut direct de Béhémoth, Kraken attaqua en envoyant une série de vrilles composées chacune des plusieurs centaines de biovaisseaux, qui testèrent les défenses qu’ils rencontrèrent avant de s’en prendre à leurs points faibles.

Alors que tout semblait perdu pour les défenseurs d’Iyanden, la vrille fut finalement vaincue grâce au retour de la flotte corsaire du Prince Yriel. Cette victoire à la Pyrrhus des Asuryanis, en conjonction avec les actions des forces impériales sur Ichar IV, brisa les principales vrilles de Kraken, qui ne fut plus dès lors que l’ombre d’elle-même. Néanmoins, les vrilles mineures encore opérationnelles risquaient encore d’achever Iyanden si par malheur elles tombaient dessus.

Les Ost de Dûriel

Les Vaisseaux-Mondes Biel-Tan et Iyanden, qui comptent parmi les plus importants, allièrent leurs forces pour éradiquer les Tyranides infestant Dûriel Ce fut la Lame du Vent de Biel-Tan qui attaqua la première, mais les guerriers fantômes d’Iyanden s’avérèrent précieux ultérieurement.

Dans le but d’échapper à la dévastation qui ravageait les systèmes situés dans la Bordure Orientale, les Prophètes d’Iyanden canalisèrent le contrecoup psychique dû à la quasi-extinction de leur Vaisseau-Monde. Au cours d’un rituel méditatif long et dangereux, ils magnifièrent ces énergies jusqu’à ce qu’elles se mettent en résonance avec le Circuit d’Infinité, la matrice psychique qui forme l’ossature des Vaisseaux-Mondes.

Toute terreur et toute la douleur due aux innombrables morts d’Iyanden furent alors projetées en un point précis du temps et de l’espace. L’énergie émotionnelle était si intense qu’elle déchira le voile entre l’univers réel et l’Immaterium, créant une tempête Warp temporaire dans le sillage du Vaisseau-Monde.

Plusieurs vrilles mineures qui poursuivaient le Vaisseau-Monde furent perturbées par ce portail infernal et changèrent de cap. Toutefois, la plus proche d’entre elles ne put réagir assez rapidement pour s’échapper, et ses biovaisseaux se tortillèrent désespérément tandis qu’ils étaient aspirés par le vortex surnaturel.

Les Asuryanis encore sous le choc des événements récents ne se soucièrent pas du destin de la vrille qu’ils avaient bannie dans le Warp, car leur survie était leur priorité immédiate. D’ailleurs, beaucoup d’Asuryanis pensaient que jamais les Tyranides ne reviendraient de ce royaume infernal. Ouvrir une faille Warp, qui risquait de devenir permanente, était d’ordinaire formellement interdit au sein de la société des Aeldaris, toutefois la situation justifiait l’emploi d’un plan aussi dangereux.

Néanmoins, cet acte allait revenir hanter les Asuryanis d’Iyanden, car les courants du Warp son capricieux, et les dieux qui vivent là sont des êtres cruels…

Dettes et Conséquences[modifier]

Le temple de la Lame Patiente est célèbre aussi bien sur Iyanden que sur Biel-Tan pour les talents de pisteurs de ses membres, appris en traquant méthodiquement les [Lictor]s de la Flotte-Ruche Kraken afin d’empêcher ces créatures de rapporter la présence des Aeldari.

La menace terrifiante des Flottes-Ruches avait éclaté au grand jour. La venue des Tyranides allait sans aucun doute déchirer toute la galaxie et pousser toujours plus les Aeldaris vers l’extinction. Il fallait réagir.

Plusieurs années suite aux événements qui avaient provoqué la destruction presque totale du Vaisseau-Monde Iyanden, le Prophète Taec Silvereye prédit une guerre future dont la conséquence ultime serait l’annihilation d’Iyanden. Ses talents pour les augures s’étaient déjà révélés précieux lors de l’invasion d’Iyanden, c’est pourquoi ses avertissements furent rapportés en toute hâte au conseil du Vaisseau-Monde.

Menés par la sublimissime Spirite Iyanna Arienal, les Prophètes d’Iyanden jetèrent leurs runes et projetèrent leurs esprits dans la trame du destin. Ensemble, les Prophètes avaient la force de s’aventurer à travers l’ombre psychique induite par les Tyranides, afin d’examiner la Prophétie de Silvereye. Ce qu’ils découvrirent alors faillit les faire plonger dans une peur panique aveugle, tant leurs visions furent alarmantes.

Le Spectre du Kraken[modifier]

Lors du Fléau d’Iyanden, la Flotte-Ruche Tyranide Kraken faillit exterminer ce glorieux Vaisseau-Monde.
La Flotte-Ruche Tyranide qui avait assailli Iyanden se souvenait des relents psychiques des esprits des Aeldaris dévorés pendant les combats. Ses créatures portaient ainsi une trace fugace, mais repérable par les Psykers Aeldaris les plus doués de la galaxie. Les Spirites d’Iyanden excellaient plus que tous les autres pour tout ce qui touchait à l’Immaterium, surtout que les Prophètes les guidaient avec une précision experte. Ainsi, ils furent en mesure de pister le chemin emprunté par la vrille de la Flotte-Ruche dans le Warp.

Alors que le rituel était sur le point de s’achever, les Spirites émirent un hurlement paniqué. La vrille disparue dans le Warp n’avait pas été détruite comme ils l’espéraient, ni emprisonnée à jamais dans ses remous, car elle avait ressurgi dans le monde réel par une faille nommée le Vortex du Désespoir. Désormais, elle se dirigeait vers un monde déjà infesté par la Flotte-Ruche Léviathan.

Léviathan était la dernière Flotte-Ruche en date à avoir pénétré dans la galaxie, et elle s’était déjà gavée de la biomasse de centaines de planètes impériales avant de s’attaquer à l’empire Ork d’Octarius. L’Imperium avait tenté de gagner du temps en évacuant ou en détruisant les mondes sur le chemin de Léviathan, et en l’attirant vers des zones de l’espace aux mains des Orks, car il n’était que trop conscient de son incapacité à stopper les Tyranides. C’est ainsi que les Aeldaris devaient porter seuls le fardeau de ce combat.

Mortelle Convergence[modifier]

La fusion de deux Flottes-Ruches majeure était une menace terrible, car elles pourraient profiter mutuellement de leurs évolutions organiques et donner naissance à des créatures d’autant plus redoutables. Si les armées de Kraken et de Léviathan étaient récupérées par les mêmes biovaisseaux, les Tyranides qui avaient attaqué Iyanden et ceux qui s’étaient endurcis au contact des Orks allaient immanquablement produire une nouvelle lignée de superprédateurs. Les poches de gestation des vaisseaux-géniteurs généreraient des hordes de monstres à la fois incroyablement robustes et dotés d’une intelligence développée, et ces marées implacables seraient alors en mesure d’écraser la résistance des Aeldaris, des Orks et des humains.

Le Destin de Dûriel[modifier]

Au sud de la galaxie, le monde de Dûriel luisait comme un joyau doré dans le firmament. Cette planète aux chaleurs tropicales et aux saisons douces se trouvait à une distance idéale de son soleil pour être colonisée. Elle avait connu un âge d’or à l’époque des Aeldaris, car ceux-ci maîtrisaient parfaitement la terraformation des planètes et créer des mondes paradisiaques.

Iyanna Arienal pensait que la prophétie de Silvereye faisait allusion à la conquête récente de Dûriel par les Tyranides jaillis du Warp. En Aeldari, ce nom signifiait "longues flammèches dansantes et réconfortantes", c’est pourquoi la Spirite était persuadée que puisque la prophétie faisait référence à des flammes mourantes, il ne pouvait s’agir que de Dûriel.

Le conseil des Prophètes se rassembla et on jeta les runes de prédiction. Tandis que les Aeldaris étudiaient les voies des possibles, ils furent frappés par le destin de Dûriel. La planète était autrefois un des joyaux de la civilisation des Aeldaris, mais les runes indiquaient qu’elle avait été d’abord colonisée par les humains, puis poussée au bord de la destruction par les Tyranides.

Dix mille ans plus tôt, tous les habitants Aeldaris de Dûriel étaient morts lors du choc psychique qui avait précipité l’anéantissement de leur empire. Il n’était resté que les cadavres privés de leurs âmes dévorées par Slaanesh, qui avaient fini par pourrir et tomber en poussière. Néanmoins, les réalisations des Aeldaris sont conçues pour être à l’épreuve du temps : lorsque les vaisseaux primitifs des colons impériaux atterrirent sur la planète, ils trouvèrent l’architecture des Aeldaris intacte.

L’Imperium colonisa petit à petit Dûriel, détruisant systématiquement les édifices Aeldaris qu’il y découvrait. Suite à une décennie de labeur et de travaux de démolition intensifs, les terres se retrouvèrent couvertes d’une couche de moelle spectrale pulvérisée, ponctuée de débris de psychoplastique.

L’Imperium entreprit ensuite d’ériger ses propres constructions sur Dûriel, remplaçant les prairies verdoyantes par des dalles de ferrobéton et érigeant des cathédrales et des hab-blocs afin que les colons puissent y vivre et vénérer l’Empereur. Au fil des ans, Dûriel fut transfigurée. Des millénaires d’exploitation intensive virent la disparition des forêts et l’assèchement des océans tandis que la population construisait toujours plus de stations géothermiques pour canaliser l’énergie du cœur de la planète. La guerre, les épidémies et les catastrophes naturelles ravagèrent la planète au fil du temps.

SymboleUriel.jpg
Les Aeldaris furent très inquiets de voir Ulaniel, la lune de Dûriel, virer au rouge lorsqu’ils arrivèrent dans le système. En effet, une lune rouge est un présage de désastre pour les Aeldaris depuis la mort d’Eldanesh, il y a de cela des millénaires.

En dépit de cela, le joug de l’Imperium n’était rien comparé à la venue des Tyranides. Les nuées de Léviathan submergèrent les défenses impériales lors d’une série d’attaques sanglantes qui s’étalèrent sur moins d’une semaine. Le processus d’assimilation débuta dans la foulée, malgré tout l’agonie de la planète était loin d’être terminée. En effet, alors que Léviathan lâchait des millions d’organismes nourriciers au sol, la vrille de la Flotte-Ruche Kraken apparut et s’approcha de Dûriel pour se joindre au festin.

Des Voix dans le Vide[modifier]

L’Œil Mystique

Le vieux Prophète Taec Silvereye guida son Vaisseau-Monde vers Dûriel. Même s’il a perdu son œil droit face à un génovore pendant l’invasion d’Iyanden, son troisième œil, qu’on dit capable de voir l’invisible, est réputé pour être presque aussi clairvoyant que celui d’Eldrad Ulthran.

Les divinations des Prophètes d’Iyanden révélaient que la vrille était ressortie du Warp suite à son odyssée, et qu’elle avait été volontairement recrachée - du moins selon ce que disaient les runes - par le Vortex du Désespoir. Désormais, elle fonçait droit vers Dûriel. Même si les armées d’Iyanden se risquaient à emprunter les tunnels à moitié effondrés de la Toile, les chances qu’elles avaient d’arriver sur Dûriel pour empêcher les deux Flottes-Ruches de se regrouper étaient minces. Seul le Vaisseau-Monde Biel-Tan, qui naviguait alors au sud de la galaxie à la poursuite de ses propres objectifs, pouvait potentiellement atteindre la zone de guerre à temps.

Sans perdre de temps, le conseil des Prophètes d’Iyanden transmit une requête psychique à ses frères de Biel-Tan. Le conseil de guerre de Biel-Tan fut divisé, certains arguant que cette guerre ne les concernait pas. Finalement, Iyanna Arienal fit parvenir un message dont elle savait que la teneur piquerait au vif l’instinct guerrier de la Lame du Vent, et qui pouvait se résumer en un seul mot: extermination.

La Lame du Vent Frappe[modifier]

Les Asuryanis de Biel-Tan attaquent les Tyranides.
En l’espace de quelques heures, le Vaisseau-Monde Biel-Tan se positionna à proximité de Dûriel. Cependant, s’en approcher en empruntant l’espace réel, et donc en se plaçant sur la route des Flottes-Ruches convergentes, aurait été de la folie, et Biel-Tan aurait sans nul doute connu le même destin qu’Iyanden. Au lieu de cela, les osts de la Lame du Vent se servirent des plus grandes galeries de la Toile pour se rendre au sol de la planète.

Un flot de chars antigravs et d’escadrilles d’aéronefs émergea des anciens portails de la Toile au sommet des plus hautes montagnes de Dûriel. Les Tyranides dans les vallées n’avaient pas conscience des engins de guerre qui prenaient position au milieu des nuages de spores. Les unités de la Lame du Vent adoptèrent une formation en fer de lance, tandis que des escadrons d’élite de chasseurs écarlates survolaient les Falcon et les Wave Serpent. Avant même le coucher du soleil, une armée invisible était parée au combat. Au matin suivant, elle s’était déployée partout sur la planète, avait localisé les nuées de Kraken qu’elle devait éliminer, et avait entamé des reconnaissances à l’abri des nuages de spores, sans jamais être détectée. Au lever du soleil, les Asuryanis étaient prêts à frapper depuis une montagne nommée le Pic des Dieux. En dessous, une mer rouge de Tyranides s’étendait dans la vallée et au-delà. Une myriade de créatures issues de la vrille de Kraken s’étirait dans les plaines, et bondissait en direction des nuées de Léviathan dans le but d’assimiler autant de biomasse que possible, y compris celle de sa rivale.

Les monstres de Léviathan ne s’étaient pas encore rendu compte de la venue des armées de Kraken, car ils s’affairaient à engloutir la biomasse des forêts pétrifiées de Dûriel, et une fois leurs gésiers pleins, ils se précipitaient dans les bassins de digestion qui constellaient le paysage ravagé. Ces nuées ne le savaient pas encore, mais elles allaient bientôt se mêler à celles d’une autre Flotte-Ruche.

Si les Tyranides de la vrille de Kraken parvenaient à se joindre au festin, et si les diverses biomasses se mélangeaient dans les bassins de digestion, les biovaisseaux en orbite n’auraient plus qu’à absorber le gruau acide résultat par le biais des tours capillaires. Il n’y avait donc pas une seconde à perdre, car pour tenir les deux nuées de Tyranides à l’écart l’une de l’autre, les armées des Asuryanis devaient frapper vite et fort, et surtout, en un point situé au milieu des deux marées d’extraterrestres.

La Lame du Vent tomba comme la foudre. Des escadrons de chars antigravs jaillirent des cieux en faisant feu avec leurs pulsars et leurs rayonneurs lasers dont les faisceaux d’un blanc éclatant traçaient des sillons sanglants dans les rangs massés des Tyranides pris au dépourvu. Les catapultes et les canons shurikens des osts de Gardiens de Biel-Tan se joignirent à la fureur de combats et réduisirent en tas de viande hachée les corps chitineux des extraterrestres. La soudaineté de l’assaut poussa les Tyranides à chercher refuge dans la végétation corrompue des forêts. Alors que les monstres reculaient, en proie à la confusion, des escouades de Guerriers Aspects chamarrés débarquèrent sur les plateaux sis au milieu de la Vallée des Dieux afin de repérer leurs proies avant de passer à l’attaquer.

L’Autarque Aloec Sunspear de Biel-Tan étudiait les Tyranides depuis longtemps. Il savait que la cohésion des essaims serait brisée par l’élimination de cibles prioritaires. Il donna calmement ses ordres. Des Faucheurs Noirs s’avancèrent au bord des mesas. Leurs salves de missiles explosèrent au milieu des Guerriers Tyranides qui coordonnaient les actions des créatures inférieures. Les armes lourdes des escadrons de Marcheurs de guerre donnèrent de la voix contre les Zoanthropes, dont les boucliers psychiques finirent par être surchargés par l’avalanche de tirs. Des Dragons Flamboyants lâchèrent des volées de Fusil à Fusion sur les Tervigons qui progressaient entre les rochers. Leur agonie provoqua des ondes de choc psychiques qui exterminèrent les essaims de Termagants à proximité. Sunspear lui-même mena une garde d’honneur d’Exarques contre les terreurs serpentines qui menaçaient de bloquer la retraite des Asuryanis. Au milieu du carnage avançait l’Avatar de Khaine, l’incarnation de la soif de combat de Biel-Tan. Des dizaines de Créatures synapses moururent de sa main.

Au grand dam des Prophètes qui les affrontèrent, les Zoanthropes qu’ils nommèrent les Voleurs d’Esprit dégageaient non seulement une aura de désespoir, mais renvoyaient aussi les échos psychiques des Asuryani d’Iyanden absorbés par la Flotte-Ruche.

Alors que le crépuscule se muait en ténèbres, le plan de l’Autarque Sunspear commença à porter ses fruits : privés de créatures synapses pour les mener, les nuées de Kraken sombrèrent dans la confusion, et se mirent à tourner en rond ou à se terrer dans le moindre trou. Ainsi, la Flotte-Ruche Kraken fut maintenue à l’écart des essaims de Léviathan, et la menace que faisait peser leur fusion fut momentanément écartée.

Le Léviathan s'Éveille[modifier]

L’Ost Phénix d’Iyanden

La puissance militaire du Vaisseau-Monde Iyanden fut sérieusement amoindrie suite à sa rencontre désastreuse avec la Flotte-Ruche Kraken en 992.M41. La population du Vaisseau-Monde avait été décimée, malgré tout, une fois les créatures de Kraken détruites, presque toutes les Pierres-Esprits des morts avaient été récupérées. Alors que l’ost squelettique voyageait à travers le Toile pour rejoindre ses alliés de Biel-Tan dans le système Valedor, les Chanteurs de Moelle d’Iyanden firent un effort prodigieux pour créer de nouveaux combattants fantômes afin de garnir les Falcon et les Wave Serpent. Lors de l’approche finale vers Dûriel, les Pierres-Esprits des morts furent intégrées à la moelle spectrale encore chaude et les rituels d’invocation furent célébrés. Ainsi, toute une génération de guerriers renaquit, tels des phénix, et ils étaient avides de prendre leur revanche.

L’Esprit-Ruche qui contrôle toute la race des Tyranides est doté d’une intelligence froide et calculatrice, et il est difficile de le duper. Une fois la surprise initiale de l’attaque passée, les créatures de la vrille de Kraken s’étaient cachées en des centaines d’endroits différents pour échapper aux Asuryanis implacables qui les poursuivaient. Des Scorpions Foudroyants éclaboussaient le sol d’ichor extraterrestre tandis que les Éperviers Voltigeurs et les araignées spectrales sautaient de rocher en rocher et massacraient les essaims avec leurs Éclateurs Lasers et leurs redoutables armes à monofilament.

Cependant, les Tyranides de Kraken n’étaient pas seuls présents sur la planète agonisante. Ce qui paraissait d’abord des nuages d’orage apparut au loin était en fait quelque chose de bien plus terrible. Des rapports alarmants de la part des éclaireurs en Vyper rapportèrent qu’une nuée de créatures volantes d’une taille sans précédent fonçait vers les positions de l’ost Asuryani : le géant endormi qu’était la Flotte-Ruche Léviathan s’était éveillé.

L’horizon noircit sous les essaims qui se déversaient dans la plaine. Des milliers de Gargouilles se dirigeaient vers les plateaux d’où les Guerriers Aspects avaient lancé leur assaut, et bien que les fers de lance blindés des escadrons Cloudstrike en abattissent des centaines, ils ne pouvaient pas toutes les arrêter. La masse chitineuse balaya les positions des Asuryanis comme un ouragan. Des cris emplirent l’air lorsque les guerriers de Khaine furent déchiquetés par les serres Tyranides. Les escouades de Guerriers Aspects battirent en retraite vers les transports antigravs qui attendaient aux sommets de mesas. Les Gargouilles les talonnaient en projetant des myriades de scarabées écorcheurs, qui recouvraient les coques des chars alors même que les Asuryanis se mettaient à l’abri à l’intérieur. Les blindés décollèrent immédiatement, sans même se rendre compte qu’en fermant leurs écoutilles, ils venaient de condamner leurs occupants à une mort atroce, dévorés par les scarabées qui avaient réussi à s’insinuer à l’intérieur. Les compartiments passagers n’étaient déjà plus que des abattoirs jonchés d’ossements d’Asuryanis et d’insectes carnassiers Tyranides repus.

La Tempête de Chair[modifier]

Juste avant avant l’invasion d’Ector, le Gouverneur Planétaire avait ordonné l’évacuation de la population vers les Cités-Ruches. Chaque Spire avait été placée sous le commandement d’un seul Space Marine du Chapitre des Crimson Castellans, malgré tout la présence de ces vingt guerriers sauva des centaines de milliers de vies. Les Tyranides commencèrent par envahir les calottes polaires, et acquirent des informations sur la population en capturant les stations sur la banquise. Une pluie de Spores Mines tomba aux alentours des Cités-Ruches. Leurs milliers d’essaims se heurtèrent aux tirs disciplinés des défenseurs. Plus d’un million de Tyranides fut abattu sans pertes significatives pour l’Imperium. Pendant ce temps, un couloir spatial fut dégagé de l’autre côté de la planète, vers le reste du système, ce qui permit aux Crimson Castellans d’évacuer une grande partie de la population.

La vague suivante présenta une évolution biologique de taille : sans aucune exception, ces Tyranides possédaient des ailes. Les plus grosses créatures s’attaquèrent aux tourelles d’artillerie : les Viragos ouvrirent des sillons dans les structures afin de permettre aux Gargouilles d’envahir leurs coursives. Des rumeurs persistantes évoquent de mystérieux guerriers qui brillaient tels du cristal et qui combattaient aux côtés des gangers des Ruches, et dont le chef se faisait appeler La Main. Il s’agissant en fait de nul autre qu’Asurmen venu ralentir l’avance des Tyranides, mais celle-ci était implacable et au final, seule l’intervention de l’Exodite dépossédé Isarion permit à Asurmen de s’échapper vers Dûriel.

Sur les plateaux, les éléments lourds de l’ost Aeldari affrontaient la nuée de Tyranides ailés qui venait de s’abattre sur eux. Des Harridans aussi gros que des navettes spatiales volaient sur leurs ailes de cuir, et s’emparaient des Marcheurs de Guerre avant de les mettre en pièces avec leurs serres, ou de les lâcher du haut du pic des Dieux. Des Tyrans des Ruches ailés et des Harpies massacraient les Éperviers Voltigeurs suffisamment courageux pour braver les nuages de spores. Des Viragos creusaient de profonds sillons dans la moelle spectrale des Titans Asuryanis qui arrivaient pour intercepter la nuée. Et pendant ce temps, l’Avatar menaçait de disparaître sous la marée de corps, sa fureur étouffée par les centaines de créatures chitineuses qui s’agglutinaient sur lui.

L’Autarque Sunspear n’avait pas le choix : il envoya une impulsion psychique ordonnant la retraite générale. Ses pires craintes étaient justifiées : toute la planète était infestée par les Tyranides. Le seul espoir de la Lame du Vent consistait à arracher une victoire rapide face à un ennemi largement supérieur en nombre, en massacrant la vrille de la Flotte-Ruche et en s’échappant avant que les essaims de Léviathan puissent intervenir. Mais ce plan avait échoué, car même si une grosse partie de la vrille de Kraken avait été exterminée, sa menace n’avait pas été totalement levée. Aussi féroce qu’avait été l’assaut de la Lame du Vent, les nuées étaient simplement trop nombreuses pour être vaincues sans une aide extérieure.

Et le prix de cette aide allait s’avérer très élevé.

Des Heures Désespérées[modifier]

Les prophètes, qui avaient jeté leurs runes sous le Dôme de Cristal des Prophètes, suspectaient déjà que la Lame du Vent ne suffirait pas à détruire la vrille de Kraken, car ses créatures étaient trop nombreuses. Même s’il restait possible de détruire un grand nombre de nuées avec les armes de la Lame du Vent, il suffirait aux biovaisseaux de générer une nouvelle vague de renforts pour annuler tous les efforts des Asuryanis. Ainsi, attaquer les Tyranides de façon conventionnelle était aussi futile que tenter de stopper une nuée de criquets en tuant les insectes un par un.

Les Prophètes accueillirent le retour des Autarques avec des mines austères et de profondes révérences. Cette fois, il n’y eut aucun débat, aucun rituel, mais une simple déclaration qui glaça le sang de ceux qui l’entendirent : Iyanden était trop éloigné pour venir en aide à Biel-Tan, et même si son ost parvenait à négocier les circonvolutions de la Toile, les mesures conventionnelles ne suffiraient pas. Même si la planète était dévastée par une tempête de feu, comme les impériaux le faisaient en cas d’ultime recours, les Tyranides risquaient de s’enterrer et de survivre.

De façon tragique, la seule façon d’empêcher les Flottes-Ruches de s’unir consistait à détruire la planète de l’intérieur, ce qui entraînerait la mort de toutes les créatures vivantes à sa surface. Un tel acte de destruction était facilement à la portée technologique de l’empire Aeldari de jadis, cependant, pour ceux des Vaisseaux-Mondes, un tel savoir des jours glorieux s’était perdu dans les brumes du temps. La puissance militaire de Biel-Tan lui permettait de mener des génocides, mais détruire une planète de l’intérieur était une autre affaire.

Au milieu des Prophètes qui méditaient dans le Dôme de Cristal des Prophètes, les runes d’Iyanden et de Biel-Tan tournaient autour de celles de l’espoir mourant et de la catastrophe imminente. Néanmoins, le symbole runique Llith’antu Khlavh, qu’on pourrait traduire grossièrement par "le couteau qui seconde la lame" était proche de la rune de l’aube. C’était un glyphe déplaisant et menaçant associé aux sinistres cousins des Asuryanis des Vaisseaux-Mondes: les Drukharis. Toutefois, il signifiait que Biel-Tan pourrait trouver de l’aide auprès de Commorragh.

L’Autarque Sunspear était le seul membre du conseil de guerre de Biel-Tan à avoir visité Commorragh et survécu. Il se souvenait du chemin vers ce lieu crépusculaire, mais beaucoup de portes qui y menaient étaient métaphysiques et risquaient d’avoir changé d’endroit au fil des siècles.

Sunspear convoqua ses pairs et déclara qu’une délégation de la Lame du Vent ne pourrait pas s’approcher de Commorragh sans se perdre, voire être massacrée. Même si elle y parvenait, elle ne reviendrait pas à temps pour empêcher la sinistre moisson des Tyranides, car les Drukharis ne révéleraient jamais les raccourcis qu’ils connaissaient à travers la Toile. En dépit de tout cela, un espoir subsistait.

D'Étranges Ambassadeurs[modifier]

Lentement et avec dignité, Sunspear traversa Biel-Tan pour se rendre au grand amphithéâtre et prit un masque en porcelaine accroché en haut de sa voûte. L’objet représentait un visage à moitié rieur et à moitié en train de pleurer. À peine s’en était-il saisi que le masque lui glissa des doigts et alla se briser au sol en des centaines de fragments.

Sous le regard fasciné du reste du conseil, chaque fragment forma une colonne de lumière qui prit la forme d’un guerrier-danseur Aeldari. Sunspear s’agenouilla devant ces silhouettes, leur exposa le dilemme d’Iyanden et la bataille récente menée par Biel-Tan, cela dans un dialecte archaïque qui n’avait pas été employé sur le Vaisseau-Monde depuis des siècles. Il implora leur aide afin d’éviter que la galaxie succombe à une menace mortelle.

Les représentations intangibles des Arlequins ne dirent pas un mot, cependant celle qui ressemblait à leur meneur fit une révérence élégante. Puis, dans une explosion multicolore, les images des guerriers-danseurs disparurent de nouveau dans les fragments dispersés autour de l’Autarque agenouillé.

Sunspear se releva et se tourna sans rien dire vers l’assistance. Finalement, il annonça que le Vaisseau-Monde allait une fois de plus se préparer à la guerre : Biel-Tan allait retourner sur Dûriel. Cependant, cette fois, la Lame du Vent ne serait pas seule : elle aurait à ses côtés deux alliés pour l’aider à accomplir sa mission.

Un Pacte dans les Ténèbres[modifier]

La situation évolua en défaveur des Aeldaris.
Le pacte infernal que Biel-Tan passa avec ses sombres cousins dans les galeries sombres de la Toile reste un mystère. Toutefois, l’idée de Sunspear d’utiliser les Arlequins en tant qu’ambassadeurs s’avéra excellente. En l’espace d’un jour, la flotte de guerre de Biel-Tan, qui avait pris position autour du portail sur la Toile de Dûriel, se retrouva épaulée par les appareils des Drukharis. Un contact avait été établi entre le Vaisseau-Monde et Commorragh, certes tendu et suspicieux au premier abord, mais un terrain d’entente avait été trouvé une fois le destin de Dûriel mis dans la balance.

Plusieurs heures stressantes passèrent, et un contact fut établi entre Sunspear et le chef des Drukharis, le Seigneur Sarnak, dont le rictus permanent était hautement perturbant. Il affirmait agir sous l’autorité d’Asdrubæl Vect en personne, et ce fait était étayé par le grand nombre de vaisseaux à sa disposition. En plus des éléments issus de la Kabale du Cœur Noir, Sarnak avait emmené avec lui plus de la moitié du culte céraste de la Discorde. C’était donc une force avec laquelle il fallait compter, et qui équilibrait les chances en faveur de Biel-Tan.

Cependant, le véritable atout que les Drukharis possédaient, et qui avait été négocié par les Arlequins, était plus qu’un simple contingent de troupes. En effet, les Kabalites de Vect disposaient de ce que Biel-Tan recherchait : un artefact capable d’annihiler une planète.

Cet objet redoutable prenait la forme d’une arme psychique de destruction massive. Il s’appelait le Cœur de Feu, c’était un résonateur nodal complexe capable de réveiller le noyau d’une planète, entraînant ainsi des éruptions volcaniques massives qui finissaient par recouvrir la planète d’océans de lave en fusion. En dépit de son potentiel, cette arme n’était pas utile aux Drukharis, car ils avaient interdit depuis longtemps l’usage de toute arme psychique car celles-ci risquaient d’attirer l’attention de Slaanesh.

Sans se départir de son rictus sadique, Sarnak expliqua que malheureusement, le Cœur de Feu ne pouvait pas être télécommandé. Il fallait qu’un cénacle de Prophètes reste à côté pour l’activer, et ce jusqu’à la dernière seconde. Les Asuryanis ne Biel-Tan n’avaient pourtant pas le choix…

Les Prophètes du Vaisseau-Monde seraient obligés de superviser la destruction de la planète, car leur sacrifice serait inévitable pour s’assurer la mort de Dûriel. Bien sûr, ils seraient dans l’incapacité d’achever le processus d’activation du Cœur de Feu s’ils n’étaient pas protégés par une force militaire conséquente.

L’Archonte ricanait hystériquement en observant les hologrammes qui lui montraient Sunspear et ses guerriers, et se réjouissait de constater le désarroi de ses cousins qui réalisaient que la destruction de Dûriel allait leur coûter la vie de leurs plus puissants Psykers.

La Part de Noirceur

Faisant face à un ennemi très supérieur en nombre, les Asuryanis furent forcés de faire appel à leurs sinistres cousins. Asdrubæl Vect autorisa la présence de la Kabale du Cœur Noir sur Dûriel, et de ses alliés du Culte de la Discorde menés par Lelith Hesperax.

Toutefois, ils n’avaient pas le choix. La Lame du Vent avait été rassemblée, et le destin de Dûriel était fixé. Il ne restait plus qu’à remporter une ultime bataille - du moins, c’est ce que croyaient les Autarques.

À la surface de la planète survint un problème que même les Prophètes n’avaient pas prévu. Au plus profond de la vallée des Dieux, un portail sur la Toile, pourtant savamment camouflé, avait été mis à jour par les ennemis des Aeldaris.

Guerre dans la Toile[modifier]

Dans leur hâte de se retirer de Dûriel avant de contre-attaquer, les armées de Biel-Tan n’avaient pas pris la peine de sceller correctement les portails flamboyants situés aux sommets des plus hautes montagnes.

L’ost Aeldari avait combattu avec la fureur de Khaine pour tenter de repousser les essaims. Les cieux au-dessus des vallées avaient été nettoyés de toute présence Tyranide, et l’ichor des Gargouilles était tombé comme une pluie violacée sur le sol. Aveuglées par leur fierté martiale, les armées du Vaisseau-Monde pensaient avoir gagné suffisamment de temps pour se regrouper. Cependant, au grand dam du conseil de guerre, il restait sur Dûriel une créature assez puissante et intelligente pour rassembler les nuées éparses de Kraken avant de se lancer à l’assaut des pics désertés et de leurs portails.

Après que Biel-Tan eût battu en retraite, les nuées Tyranides, menées par les impératifs psychiques du Maître des Essaims, pénétrèrent par centaines par le portail étincelant de la vallée des Dieux. Même l’intervention rapide des cérastes du Culte de la Discorde, qui arrivèrent à bord de leurs Raider pour intercepter les monstres, ne suffit pas. En dépit des lames des Cérastes et des salves de Lumière Noire et de Fusils Éclateurs, les Drukharis ne pouvaient retenir la horde indéfiniment. Un hurlement de détresse psychique résonna dans la Toile tandis que les Aeldaris réalisaient que leur royaume sacré avait été infecté.

Pendant que les Prophètes de Biel-Tan tenaient un conseil de guerre psychique pour contre-attaquer, les armées du Vaisseau-Monde Iyanden déployées dans la Toile continuaient de faire route vers Valedor aussi rapidement que possible. Lorsqu’elles ouvrirent les derniers portails qui les séparaient de leur destination finale, elles se retrouvèrent nez à nez avec les essaims voraces des Tyranides.

Les Asuryanis d’Iyanden battirent en retraite immédiatement, car ils n’étaient pas en mesure de repousser cet assaut subit de carapaces rouges. C’est alors que Taec Silvereye ordonna l’intervention des Soldats Fantômes. Ces derniers étaient insensibles aux griffes des bêtes de Kraken ; les machines de guerre d’Iyanden érigèrent un véritable mur de moelle spectrale qui boucha littéralement les galeries de la Toile menant au Pic des Dieux. D’énormes Carnifex s’étaient frayé un chemin à travers la Toile. Ils disloquèrent bon nombre de Guerriers Fantômes avant d’être abattus par les Chevaliers Fantômes qui arpentaient les tunnels scintillants.

Le Culte de la Discorde

Les Cérastes qui allèrent défendre la Toile formèrent un mur de lames face aux termagants qui envahissaient les tunnels. Les habiles combattants ouvraient les ventres distendus des Tervigons et tranchaient les gorges des Tyranides à leur portée. Cependant, les événements qui suivirent ces combats révélèrent les véritables motivations du culte…

Néanmoins, ce fut l’arrivée de héros parmi les Aeldaris qui permit de faire basculer la bataille en leur faveur. Menés par l’Avatar d’Iyanden et appuyés par le haut conseil du Vaisseau-Monde, les six Seigneurs Phénix bondissaient d’un pilier de moelle spectrale brisée à l’autre. Chaque shuriken, chaque coup de lance prenait la vie d’un Tyranide. Maugan Ra tua des dizaines de Gaunts avec son redoutable Maugetar. Jain Zar se battit en duel contre deux Tyrans des Ruches, et Baharroth aveugla les Carnifex les uns après les autres, ce qui permit à Fuegan d’incinérer les bêtes avec ses Piques de Feu.

Lentement, les Tyranides furent repoussés. L’ost d’Iyanden piétina les cadavres des bêtes encore chauds et émergea enfin triomphant en haut des pics de Dûriel. Malgré tout, ce n’était que le début de la bataille finale…

L'Éveil du Cœur de Feu[modifier]

Le Cœur de Feu
CoeurDeFeu.jpg
Les impulsions psychiques, du Cœur de Feu entrèrent en résonance avec les ondes de Dûriel et provoquèrent l’agitation de son noyau, au point que du magma en fusion jaillit à la surface.

planétaire

Lorsque les Asuryanis de Biel-Tan retournèrent sur Dûriel, ils furent affligés par ce qu’ils y découvrirent. La planète avait définitivement perdu sa beauté, au point que les Asuryanis eurent l’impression de ne retrouver que le crâne blanchi d’une ancienne vierge. Le monde avait été vidé de toute vie en dehors de la présence grouillante des Tyranides.

Des bassins de digestion bouillonnants et bordés de tentacules s’ouvraient à la surface de Dûriel comme des chancres immondes, et des bêtes à spores crachaient sans cesse leurs immondices dans l’atmosphère. Des nuées nourricières des deux Flottes-Ruches parcouraient les vallées pour s’emparer des derniers reliquats de biomasse avant de se précipiter dans les bassins de digestion. Abandonnées à elles-mêmes, les créatures guerrières des deux Flottes-Ruches retournaient à leurs instincts belliqueux et s’affrontaient. Plus loin, une forêt de tentacules s’étirant depuis les cieux et terminés par des bouches avides suçaient les extrémités des tours capillaires pour en extraire tout le gruau biologique. Ils ressemblaient aux appendices d’un monstre céleste à la recherche d’une proie, ce qui n’était pas loin d’être le cas.

L’Autarque Sunspear savait que les biovaisseaux étaient hors d’atteinte. Chacune de leurs bouches pouvait avaler tout rond un char antigrav, et les nuées qui les protégeaient se battraient jusqu’à la mort. Les Asuryanis n’avaient que quelques heures pour empêcher la biomasse liquéfiée dans les bassins de digestion d’être absorbée par les biovaisseaux en orbite.

La Lance de Khaine[modifier]

La Bataille de Valedor.
Alors que l’Autarque Sunspear observait le paysage désolé de Dûriel, les voix désincarnées de ses pilotes de Vyper s’adressèrent à lui. Ils avaient localisé une zone où se déroulait un combat très inhabituel, à plusieurs kilomètres au nord : ils avaient découvert une piste sinistre jonchée de cadavres de Tyranides, qui menait jusqu’à une montagne de chitine violette. Les pilotes demandaient à Sunspear ce qu’ils devaient faire. Sans perdre de temps, l’Autarque embarqua dans un Falcon.

Alors que le blindé de Sunspear menait un escadron à travers le paysage dévasté, l’Autarque perçut une lueur rougeâtre au cœur du monticule de cadavres de Tyranides au nord. L’Asuryani ne put réprimer un cri de surprise : c’était l’Avatar de Biel-Tan qui continuait le combat, bien que son fluide vital ardent s’écoulât par des dizaines de blessures. Au même instant la Suin Daellae, ou Mort Hurlante, son arme rituelle, empalait un Mawloc alors que la main de l’Avatar broyait sans la moindre difficulté la tête d’un Guerrier Tyranide. Le demi-dieu témoignait de la suprématie des Asuryanis sur leurs ennemis, et Sunspear décida que c’est là qu’ils organiseraient leurs défenses.

Sur ordre de Sunspear, les armées de Biel-Tan descendirent du Pic des Dieux pour rejoindre l’Avatar. Les Asuryanis débarquèrent sur un tapis de corps extraterrestres. L’ost de Guerriers Aspects poussa à l’unisson son cri de guerre et se prépara à gagner suffisamment de temps afin que les Prophètes puissent activer le Cœur de Feu. Ces derniers décollèrent depuis le croiseur de classe Naiad Vaul’s Caress, et demandèrent à leur escorte d’emmener le Cœur de Feu là où la croûte de la planète était la plus fine. Quelques minutes plus tard, le centre nodal de l’artéfact se mit à pulser d’une lueur rouge, et des ondes subsoniques commencèrent à faire vibrer le sol de Dûriel.

Les Prophètes ne furent pas les seuls à émerger de la navette du Caress : un Titan Fantôme sortit de la soute et se redressa de toute sa hauteur. Sa tète se perdait presque dans les nuages de spores, et ses couleurs ancestrales brillaient sous la protection de son holo-champ. Il était épaulé par une paire de Titans Revenant. Le trio de machines de guerre se déplaçait avec une rapidité époustouflante pour leur taille, et se mit en formation avec autant de grâce que les guerriers aspects à leurs pieds. Des aéronefs effilés et des nuées de fléaux orgueilleux passèrent au-dessus des épaules des Titans. Aux yeux des habitants du Vaisseau-Monde, ces Drukharis ressemblaient à des vautours en quête de pitance. Ils étaient suivis par des Venom multicolores dont les pennons clamaient la gloire du Dieu Moqueur.

Au sommet du Pic des Dieux, le portail sur la Toile brillait tandis que des unités d’Aeldaris en surgissaient pour se déployer, les armes chargées et les yeux étincelants. Le Cœur de Feu devait être activé, et ce quel qu’en soit le prix. Dûriel devait subir une mort violente par les flammes.

La Lutte Finale[modifier]

La précision et la rapidité de l’attaque des Aeldaris étaient un travail d’orfèvre. Il fallut plusieurs minutes pour que les hordes de Tyranides prennent conscience de l’ampleur des forces qui les assaillaient. Néanmoins, lorsque la présence des Aeldaris fut communiquée aux créatures synapses, la mer d’extraterrestres qui refluait se rassembla comme une lame de fond pour contre-attaquer. Faisant preuve de la fureur d’un prédateur auquel on aurait volé sa proie, la nuée feula de rage et fonça en direction des Aeldaris qui se rassemblaient.

L’attaque de la Flotte-Ruche Léviathan fut d’une violence terrifiante. Des essaims de Carnifex se frayaient un chemin à travers les tapis de cadavres, et chargeaient au milieu d’une tempête de shurikens pour défoncer les Guerriers Aspects et continuer sur leur lancée, en piétinant les Gardiens que les troupes d’élite tentaient de défendre. Ces monstres étaient suivis de près par des Tyrannofex, dont les énormes armes symbiotes crachaient la mort alors que les Drukharis survolaient les combats. Les Arlequins menèrent des danses mortelles face à une horde de Génovores qui menaçaient de prendre les Aeldaris de flanc.

Au sud, un trio de Tyrans des Ruches avançait avec des intentions meurtrières vers l’ost des Aeldaris. Les boucliers vivants qui leur servaient d’escorte les protégeaient contre les tirs des escadrons de lances étincelantes qui passaient si vite que l’œil peinait à les suivre. Sur les pentes du pic, des escouades de Cérastes éviscéraient des créatures bouffies, tandis que les Succubes se lançaient dans des concours d’agilité et de férocité contre les Rôdeurs qui surgissaient du sol. À l’est, le sol tremblait sous les pas d’un hiérophante qui progressait au milieu d’une forêt de tours capillaires. Le Titan Fantôme qui avait débarqué du Caress et son escorte de Revenant bondirent des rangs arrières de l’ost Aeldari pour intercepter la bête avec ses Pulsars et ses Lances Soniques. Chaque tir forait un trou énorme dans le corps du monstre. Celui-ci rugit furieusement et lâcha une gerbe de liquide biologique qui enduisit un des Revenant de la tête aux pieds. La moelle spectrale fut rongée et le Titan s’écroula.

La Revanche des Anéantis[modifier]

Situation finale de la bataille.
La bataille faisait rage sans qu’aucun des camps parvienne à prendre l’avantage, mais les pertes étaient terribles. Toutefois, de plus en plus de Tyranides affluaient, si bien que la balance penchait peu à peu en défaveur de la Lame du Vent et de ses alliés. Au grand dam de Sunspear, des essaims de Léviathan et de Kraken jaillissaient des collines autour du pic des anciens et fondaient sur les osts de Gardiens qui protégeaient les Prophètes tentant d’activer le Cœur de Feu. L’attaque était aussi soudaine qu’inattendue, car les vicieuses vrilles de Kraken avaient attendu qu’une brèche se forme dans les lignes des Aeldaris afin de l’exploiter. Il était trop tard pour renforcer les positions des Gardiens, car les Guerriers Aspects et les Drukharis combattaient une horde de Tyranides inépuisable. Si le Cœur de Feu était détruit, tout serait perdu.

Même si les Gardiens réussirent à tenir en respect les myriades de Tyranides à grands renforts de volées de shurikens, ils n’avaient que peu d’espoirs de vaincre la créature synapse monstrueuse qui menait l’assaut. L’énorme Tyran des Ruches fonçait tête baissée vers les Aeldaris, ses quatre sabres d’os traçant un sillon sanglant dans leurs rangs alors qu’il poussait des hurlements terrifiants. Les Prophètes déjà nerveux commencèrent à perdre leurs moyens lorsque le regard du Tyran des Ruches se posa sur eux, et le rituel qu’ils avaient entamé menaça d’échouer. Seule la voix stridente de Taec Silvereye parvint à les garder suffisamment concentrés.

Au moment où le Tyran des Ruches était sur le point de leur mettre la main dessus, des failles s’ouvrirent dans son corps, comme si son enveloppe physique disparaissait subitement. Finalement, le monstre explosa dans un geyser d’ichor. Les combattants fantômes d’Iyanden étaient arrivés sur le Pic des Dieux par le portail et venaient appuyer la Lame du Vent au moment le plus opportun. Les Canons Fantômes déchiquetaient les Tyranides alors que les Faux à Distorsion Lourdes des Chasseurs Hemlock abattaient des centaines de créatures mineures. Les Seigneurs Fantômes avançaient d’un pas confiant au milieu des Guerriers Tyranides qui coordonnaient l’assaut dans la vallée, frappant de droite et de gauche avec leurs sabres spectraux. Les Chevaliers Fantômes élégants tuaient les dernières créatures synapses avec leurs Canons Solaires et leurs Canons Fantômes Lourds. Des Gargouilles piaillantes griffaient les machines sans le moindre effet. Leur blindage était invincible, et leurs sens fonctionnaient sur le plan éthérique, si bien que les Tyranides n’étaient pour eux qu’une nuisance, comme un nuage de mouches pour un humain.

L’arrivée de l’ost d’Iyanden gagna suffisamment de temps aux Grands Prophètes pour qu’ils puissent activer le Cœur de Feu. Alors que les nodes chargés psychiquement de l’artéfact rougeoyaient, la surface de la planète se mit à trembler et à se fissurer. Des geysers de vapeur jaillirent d’un millier de failles et des colonnes de lave fusèrent vers le ciel alors que Dûriel protestait douloureusement.

La bataille dans la vallée avait sombré dans la démence, et chuta encore plus profond dans les tréfonds de l’horreur alors que le sol s’ouvrait sur des lacs de lave. Des essaims entiers de Tyranides chutèrent dans la roche en fusion. Leurs sifflements rageurs ressemblaient à des gouttes de pluie s’évaporant sur du métal chauffé à blanc tandis que Dûriel les engloutissait.

Le Pic des Dieux Parle[modifier]

L’air s’était empli de fumée et de hurlements, mais au lieu de battre en retraite dans la panique, les essaims Tyranides redoublèrent d’efforts. Les Aeldaris encore sur le sol de la planète furent obligés de combattre avec la moindre parcelle de fureur qu’il leur restait, invoquant Khaine pour qu’il leur donne de la force, et bondissant par-dessus les fissures qui s’ouvraient dans la croûte de la planète. Beaucoup n’y parvinrent pas, car des pans entiers de la surface disparaissaient dans les coulées de lave, si bien que des dizaines de Guerriers Aspects et de Guerriers Tyranides basculèrent vers la mort. Le Pic des Dieux lui-même se mit à trembler violemment avant que son sommet s’ouvre sur trois cratères qui vomirent des langues de feu. Une nuée ardente immense dévala alors les flancs de la montagne et engloutit les malheureux guerriers aspects qui y combattaient.

Les alliés Drukharis de Biel-Tan s’envolaient vers le ciel tandis que le Cœur de Feu tuait la planète, ne s’arrêtant dans leur fuite que pour capturer les formes de vie Tyranides les plus grosses avant de les enfermer dans des cages maudites runiques accrochées à leurs Raider. Des cris de désespoir s’élevèrent alors que la lave consumait des centaines d’Aeldaris pris au piège, en une parodie macabre du cycle de digestion que les Tyranides avaient mené jusqu’à présent sur la planète.

La confusion et la terreur étaient partout. Même les biovaisseaux en orbite paraissaient deviner que la destruction de Dûriel était imminente, car les tubes capillaires gigotaient et aspiraient la biomasse liquéfiée aussi vite que possible. Sunspear cria de désespoir en voyant les tubes annelés de Léviathan plonger dans les bassins de digestion de Kraken. Les tours capillaires acheminaient le gruau biologique vers les biovaisseaux dans de grands spasmes.

Les Aeldaris avaient échoué, car il ne fallait à la Flotte-Ruche qu’un petit échantillon de biomasse pour donner naissance à une nouvelle race de superprédateurs…

La Frappe Inattendue[modifier]

Alors que Sunspear avait l’impression que son cœur s’arrêtait, le rugissement d’un aéronef supersonique tonna au-dessus de lui. L’Autarque aperçut les formes affilées d’un trio de Chasseurs Stymphale qui volait dans les cieux au-dessus. Les bords d’attaque de leurs ailes brillaient sous l’effet d’un champ monomoléculaire. L’Autarque ouvrit grand les yeux alors que les Razorwing filaient à une vitesse hallucinante entre les jets de magma, et ouvraient le feu contre les tours capillaires qui suçaient la moelle de la planète. Au lieu d’éviter les grands tubes annelés, les pilotes utilisèrent les ailes effilées de leurs engins pour trancher net les tours capillaires. Le liquide biologique jaillit comme du sang d’une artère. Les tubes verruqueux des tours capillaires tombèrent au sol en déversant leur précieux liquide. Sunspear rit d’étonnement et d’incrédulité. Les biovaisseaux de la Flotte-Ruche Léviathan avaient été privés de leur ignoble repas au tout dernier instant, et comme Dûriel était sur le point d’imploser, les Tyranides n’avaient plus aucune chance de récupérer la biomasse tant convoitée.

La Morte Rouge de Dûriel[modifier]

Le Prince Yriel mena les derniers affrontements.
Puisque sa mission était achevée, l’Autarque Sunspear se retira de la planète avec autant de troupes que possible. Alors que les aéronefs aux motifs de ronces de la Lame du Vent s’envolaient en direction du Vaul’s Caress, l’Autarque reçut des nouvelles concernant une autre bataille. En effet, la contribution d’Iyanden à l’effort de guerre ne s’était pas limitée au sol de la planète, car le Prince Yriel, le grand amiral de la flotte d’Iyanden, avait coordonné l’intervention de ses deux armadas de vaisseaux stellaires en une attaque à première vue suicidaire contre la vrille de la Flotte-Ruche Kraken. Mais en réalité, suite à sa victoire qui avait sauvé Iyanden, Yriel connaissait bien les faiblesses des biovaisseaux.

Même si cela lui coûta une bonne partie de sa flotte, Yriel réussit à détruire tous les biovaisseaux de Kraken avec les Eldritch Raiders - ses serviteurs - et la flotte d’Iyanden avant d’échapper au courroux de Léviathan. Dans leurs spasmes d’agonie, les biovaisseaux de Kraken expulsèrent un grand nombre d’organismes vers Dûriel, mais ceux-ci moururent sur-le-champ lorsqu’ils atterrirent dans les lacs de lave. La vrille avait été totalement anéantie.

Dûriel avait été menée à la ruine par l’Imperium et au bord de la destruction par les Flottes-Ruches. Cependant, c’étaient les fils de Khaine qui lui avait porté le coup de grâce. Les derniers Aeldaris encore présents sur le monde étaient les Prophètes de Biel-Tan, qui continuèrent de canaliser leurs pouvoirs psychiques dans le Cœur de Feu jusqu’au moment où l’atmosphère s’enflamma et carbonisa tout ce qui restait à la surface. Alors que les Aeldaris fuyaient, ils laissaient derrière eux un soleil miniature, une flamme mourante qui se déchaîna quelques heures de plus avant de s’éteindre.

L’Autarque Sunspear méditait dans sa cabine à bord du Vaul’s Caress, et priait les dieux de jadis que le destin de Dûriel ne soit pas une métaphore pour celui de toute la race des Aeldaris.

Nul ne lui répondit.

Le Dard d'Ébène[modifier]

Au plus profond des entrailles de Commorragh, la succube Lelith Hesperax présenta ses nouveaux trophées aux Hémoncules de la Coterie du Dard d'Ébène. Les Cérastes avaient ramené six grandes cages maudites pleines d’organismes Tyranides qui feulaient de colère : trois avaient des carapaces rouges, les trois autres étant dotés de plaques de chitines violacées.

Les Hémoncules les examinèrent et conclurent que les monstres pourraient être fusionnés en une seule espèce après un passage dans les cuves de la coterie, et qu’elles feraient la joie des spectateurs dans les arènes.

L’Arlequin au costume chamarré à côté de Lelith ricana en douce, puis mima un baiser théâtral en direction de la Succube avant de s’incliner et de disparaître dans les ombres. Il avait encore beaucoup à faire : le Jeu Divin changeait sans arrêt et les Arlequins devaient s’y adapter.

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Celui qui perd un membre peut survivre, pas celui qui perd sa tête. »
  • Warhammer 40 000, Zones de Guerre Valedor, 2014