Exil de Luther

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Bataille de Sarosh)
Les Dark Angels. La Ière Légion. Les Fils du Lion. Ces glorieux guerriers figurent parmi les plus grands de l’Imperium, et combattent au nom de l’Empereur depuis les Guerres d'Unification sur Terra. Lors de l’Hérésie d'Horus, ils affrontèrent sans répit les Traîtres avec à leur tête leur Primarque, Lion El’Jonson. Néanmoins, les Dark Angels furent gravement meurtri par les événements de l’Hérésie d’Horus. Alors que l’Imperium sortait tout juste victorieux de la guerre civile, les Dark Angels perdirent leur planète natale, Caliban, et leur Primarque, qui disparu lors de ce terrible événement. Le déroulé de cette tragédie reste mystérieux pour les érudits encore de nos jours. En effet, les historiens impériaux ignorent ce qui s’est réellement passé, mais certains murmurent que les Dark Angels combattirent des Astartes Hérétiques et que l’affrontement déclencha une tempête Warp qui pulvérisa leur monde. Certains murmurent que l’identité de ces Traîtres n’étaient pas celle de membres des Légions Renégates, mais étaient des Dark Angels… C’est vrai. J’y étais. Je suis l’un d’entre eux.
Les Dark Angels ont prouvé depuis dix mille ans leur loyauté envers l’Empereur-Dieu et Son Imperium. Mais ils cachent l’existence d’être comme moi - leur frère - qu’ils traquent sans comprendre la véritable raison de notre trahison, sans comprendre notre véritable histoire, sans comprendre qui était le vrai traître…
Pour me comprendre, penchons-nous sur l’histoire des Dark Angels. Depuis la découverte de Caliban par l’Empereur, en passant par la Grande Croisade et l’Hérésie d’Horus, un nom d’un guerrier revient souvent, un guerrier originaire de Caliban, un guerrier qui a découvert un enfant Primarque qui deviendrait le Lion, qui le ramena à la civilisation et lui apprit ce qu’il devait savoir sur la société humaine. Un guerrier qui, tout au long des exploits de Jonson, se tint à ses côtés et qui a marqué ses contemporains pour son charisme, sa force de caractère et ses talents martiaux, un guerrier dont la destiné est la clé pour comprendre toute l’histoire des Dark Angels. J’ai servi avec dévotion cet homme qui ne voulait que le bien de notre peuple et restaurer notre honneur.
Ce guerrier est Luther.
À travers lui et mes écris ci-dessous, découvrez mon origine et celle de mes frères "Déchus"… Parlons de Luther et des raisons de sa disgrâce qui commença sur la planète oubliée de Sarosh, cinquante années avant la Chute d'Horus.[1]

Mission sur Sarosh

Le Retour des Anges.
Lorsque l’Empereur découvrit Caliban, il fut réunit avec Son fils, Lion El’Jonson, alors Grand Maître de l’Ordre qui avait mis fin au règne de terreur des Grandes Bêtes qui dévastaient l’existence des Calibanites depuis la Longue Nuit. Le Lion reçut le commandement de la Ière Légion, la plus ancienne Legiones Astartes. Certains des plus jeunes chevaliers de l’Ordre furent sélectionnés pour rejoindre les rangs de ceux qu’on appelait désormais les Dark Angels - nom issu de la mythologie de Caliban décrivant l’arrivée d’êtres légendaires dans un enfer de feu et de lumière.

De plus vieux guerriers eurent l’honneur de rejoindre la Ière Légion, le plus grand étant Luther qui reprit son rôle de bras droit du Lion. À cette époque, l’avenir resplendissait pour les nouveaux Dark Angels issu de Caliban devant la perspective de livrer bataille aux côtés de ces deux légendes qu’étaient le Lion et Luther. Ils accomplirent leur devoir comme tout ange nouvellement élevé et rien ne pouvait les arrêter. Ils servirent la Légion et l’Imperium dans les limites de leurs capacités. Caliban était le passé et malgré les sentiments qu’ils éprouvaient envers leur monde natal, celui-ci n’était plus qu’un rêve lointain. Leur présent, et leur participation à la Grande Croisade, était tout ce qui importait finalement. La Légion était unis par son Primarque et sa foi en l’Empereur et Son rêve.

Puis vient Sarosh, monde catalogué Quatre Trois dans les archives tenues par les scribes de la croisade.

Une partie des Dark Angels reçut l’ordre du Lion et de Luther de rejoindre cette planète qui abritait une civilisation humaine plutôt avancée et qui était arrivée à survivre au long isolement qu’avait été la Longue Nuit, conservant sa technologie et sa société intactes. C’était une magnifique planète bleutée, avec de superbes mers turquoise et de larges continents partiellement cachés sous les nuages.

Les Dark Angels avaient pour mission de relever les White Scars, commandés par Shang Khan, qui surveillaient Sarosh depuis un an. Le passage de pouvoir de cette mission ente les deux Légions eut lieu sur l’Invincible Reason, le vaisseau amiral de la 4e Flotte Expéditionnaire impériale, entre le Lion et Shan Khan. La 4e Flotte Expéditionnaire impériale des Dark Angels, était l’une des plus petites de la Grande Croisade, elle n’était composée que de sept vaisseaux en tout et pour tout : l’Invincible Reason qui faisait office de vaisseau amiral, les transports de troupes Noble Sinew et Bold Conveyor, les frégates Intrepid et Dauntless, le destroyer Arbalest et le croiseur des White Scars, le Swift Horseman, lequel devait être donc remplacé par le vaisseau des Dark Angels, Wrath of Caliban. La passation de pouvoir entre les deux Légions avait été accomplie avec le respect et la déférence de rigueur, mais en réalité, la seule présence d’un contingent de l’Astartes sur ce monde était en soi une anomalie.

La mission qui fut dévolue à la 4e flotte se résumait à veiller à la bonne coopération de mondes qui avaient déjà fait montre de volonté amicale envers l’Imperium et ses visées. Dans le cas de Sarosh, cependant, il y avait un petit problème. Les contacts initiaux avec la planète avaient été établis environ une année plus tôt avant l’arrivée des Dark Angels, et, en apparence, les habitants s’étaient montrés amicaux. Ils avaient accueilli l’Imperium à bras ouverts, proclamant largement leur acceptation de la Vérité Impériale. Pourtant, un an après, la planète n’avait pas beaucoup progressé en matière de coopération. Aucune violence, ni aucun acte de rébellion ouverte n’eurent lieu, mais à chacune des procédures engagées par les émissaires impériaux et devant déboucher sur des actes concrets, rien n’advient. Car à chaque fois qu’une nouvelle initiative était lancée, le gouvernement de Sarosh promettait de faire tout ce qui était en son pouvoir pour qu’elle aboutisse, mais à chaque fois, rien de concret n’émergeaient. La raison de ce manque de progrès s’expliquaient, selon le gouvernement de la planète, par la lourdeur de la bureaucratie Saroshi. Les fonctionnaires de Sarosh n’étaient que des employés à temps partiel, les lois de la planète permettant de fortes remises fiscales aux citoyens s’ils acceptaient de donner une partie de leur temps à l’administration. D’après le dernier recensement planétaire, opération renouvelée tous les trois mois sur Sarosh, il s’avérait qu’environ vingt-cinq pour cent de la population adulte occupait d’une manière ou d’une autre un emploi dans l’administration, le reste étant composé de tous ceux qui avaient échoué aux examens d’entrée. Cela faisait une population de cent quatre-vingts millions de fonctionnaires sur Sarosh. Avec autant de personnes concernées par chaque décision à prendre, il était presque impossible que les dossiers avancent. Pire, le système était devenu si complexe tout au long de ces cinq millénaires, qu’il n’était pas rare que les fonctionnaires eux-mêmes en aient oublié l’organisation. De l’aveu même des personnes chargées de veiller à la bonne coopération de Sarosh, durant les douze derniers mois, ils n’étaient arrivés à rien. Absolument rien. La planète en était exactement au même niveau que lorsqu’elle avait été découverte. Et c’est dans ce contexte ridicule, sur cette planète insignifiante, que la tragédie qui allait scinder la Ière Légion des décennies plus tard trouve son origine.[2]

Les Disparus

Le Masque des Saroshi[3]

Les Saroshi portaient tous un masque en permanence. Hormis dans leur plus stricte intimité et en privé, les Saroshi étaient masqués, pas uniquement en public, mais également chez eux. Ces masques étaient rigides et recouverts d’or, couvrant entièrement le visage, mais laissaient les oreilles et le reste de la tête visible. Tous étaient identiques et représentaient les mêmes traits stylisés, que ce soit pour les hommes ou les femmes. Cette coutume accentua la méfiance des Impériaux et particulièrement les Dark Angels car en l’absence de communication faciale, on ne pouvait affirmer avec certitude que les Saroshi étaient coopératifs.

Un autre mystère vint vite troubler les Astartes : la question de la justice criminelle sur Sarosh, ou plutôt son absence. Il n’y avait pas de prison sur ce monde. D’après les Saroshi, les crimes seraient très rares sur leur monde. Lorsqu’il y en avait, les coupables étaient condamnés à faire des heures supplémentaires dans leurs administrations. Plus troublant fut les statistiques établies par les Calculus Logi qui accompagnaient la flotte. Ils découvrirent que d’après le nombre de naissances et celui des morts sur Sarosh, la population de la planète devrait être bien plus nombreuse que ce qu’avait annoncé les Saroshi. Lorsque qu’on en fit part au gouvernement local, ce dernier répondit que les statistiques devaient être erronées. Or, la proportion actuelle de population existante par rapport à ce qu’elle devrait être selon ces estimations était de huit pour cent, ce qui voulait dire que prêt de soixante-dix millions de gens avaient disparu de la surface de Sarosh au cours des dix dernières années. Ces disparitions trouveront leur réponse lors de la tragédie finale sur Sarosh.[4]

L'Incident de Sarosh

Tout bascula lorsque une délégation officielle Saroshi fut accueilli sur l’Invincible Reason, arrivant à bord d’une navette qui atterrit sur le pont d’embarquement du vaisseau. Le Lion accueillie le représentant de Sarosh, le "Grand Seigneur Exalté", un homme monstrueusement énorme et affable, afin d’entériner la passation de pouvoir et imposer son autorité. Cette rencontre eu lieu au même moment où des festivals eurent lieu sur Sarosh, des fêtes culturelles qui permettaient de mettre en parenthèses les rigueurs de la sociétés Saroshi et fait en l’honneur des Dark Angels, officiellement…

Le Grand Seigneur Exalté exprima son souhait d’intégrer son monde à l’Imperium avant d’être invité, lui et sa délégation à une réception sur le vaisseau afin de s’entretenir avec les plus importants représentants impériaux du secteur. C’est là que tout bascula.

Les témoignages de l’époque soulignent que c’est lorsque la question religieuse fut soulevée dans les conversations que le Grand Seigneur Exalté, sous le regard médusé des impériaux, des Dark Angels et du Lion, expliqua que son peuple vénérait des dieux "de la nature". Le peuple de Sarosh écoutait les "Ascendim" - messagers faisant office de clercs ou d’autorité religieuse sur Sarosh - qui parlaient au nom de ces dieux. Aucun rapport n’avait été fait sur les coutumes religieuses de Sarosh car il semblait que depuis sa découverte, rien ne laissait penser qu’une quelconque foi existait chez ce peuple. En réalité, les Saroshi avaient dissimilés à l’Imperium leur culte, ayant découvert l’athéisme prôné par la Vérité Impériale, un peu trop rapidement prêchée par les premiers représentants impériaux sur Sarosh, et la sévérité avec laquelle l’Imperium châtiait la foi et les superstitions. C’est à ce moment que le Grand Seigneur Exalté expliqua que leurs dieux leur avait ordonné de dissimuler à l’Imperium leur religion - dieux dénommés les "Melachim" - et accusa publiquement l’Empereur d’être une force maléfique et un ennemi des Melachim. Il rejeta l’autorité de l’Imperium, et alors qu’il maudissait l’Empereur et le Lion, il toucha de sa main un symbole dessiné sur son front… avant de se faire trancher la gorge par la lame du Primarque.

L’Hésitation de Luther[5]

Luther avait toujours été un homme reconnu pour ses nombreuses qualités, que ce soit ses talents guerriers, son charisme, son autorité naturelle, ses aptitudes intellectuelles et physiques qui faisaient qu’aucun homme de son époque sur Caliban ne pouvait l’égaler, aucun, sauf le Lion. Que pouvait un homme face à un Primarque ? Si le Lion n’avait pas atterrit sur Caliban lors de la dispersion des navettes des futurs Primarques, Luther aurait été, à n’en pas douter, l’homme qui aurait sorti Caliban des ténèbres et mener son peuple à un nouvel âge d’or. Mais toute la gloire allait pour le Lion, Luther condamné à vivre dans son ombre.

Ce ressentiment ne peut qu’expliquer l’attitude de Luther lorsqu’il découvrit l’arme atomique dissimulé dans la navette Saroshi. Il ordonna à tous ceux présent dans le pont de débarquement de le quitter avant de lui-même partir sans révéler à quiconque sa découverte.

Mais c’est lorsque qu’un jeune Archiviste de la Légion, Zahariel, ancien chevalier de l’Ordre, découvrit l’arme apocalyptique cachée et l’attentat mortel que les Saroshi prévoyait d’accomplir, que Luther revint, honteux de ce que sa jalousie lui avait fait faire, comprenant que l’amitié entre lui et le Lion était la chose la plus importante qui soit. Revenu pour désactiver l’arme, Luther prouva son esprit chevaleresque. Malheureusement, le Primarque en jugera autrement…

Au même moment, sur le pont d’embarquement où la délégation Saroshi avait posé sa navette - un ancien modèle d’avant les Guerres d’Unification voir du Moyen-Âge Technologique qui avait dû être entretenu par plusieurs générations successives de mécaniciens - quelque chose se déclencha.

Présent au même moment sur le pont, Luther et l’Archiviste Zahariel avertirent le vaisseau que la navette Saroshi transportait une bombe et qu’elle menaçait d’exploser à tout instant. Un sourd bourdonnement enfla de la navette, avant qu’elle ne décolle dans des geysers de feu. La navette semblait chercher une cible - à n’en pas douter que le Grand Seigneur Exalté servait de balise de repérage. L’Invincible Reason, son équipage et le Lion ne furent sauvé que par le courage de Zahariel qui abaissa les portes anti-déflagrations et coupa le champ d’intégrité du pont d’embarquement, permettant à l’atmosphère de s’échapper dans le vide spatial, provoquant un vent de tempête qui entraîna avec lui tout ce qui n’était pas fixé à la structure du vaisseau. La navette Saroshi ne put lutter contre la pression et fut progressivement aspirée elle aussi dans le vide, de même que les malheureux techniciens et membres du personnel de sécurité qui n’avaient pas eu le temps de regagner les portes avant qu’elles ne se referment.

Puis dans le vide de l’espace, la bombe explosa, faisant éclater plusieurs baies d’observation de l’Invincible Reason qui fut soufflé par l’onde de choc. Des débuts de mutinerie à bord de trois navires de la Flotte Expéditionnaire se déclenchèrent, des petits groupes d’une demi-douzaine d’individus au maximum lançant des attaques contre les passerelles et les points stratégiques des vaisseaux. Dans la plupart des cas, les mutins furent neutralisés avant qu’ils ne puissent faire le moindre dommage, mais sur l’Arbalest, ils parvinrent à tirer une salve de torpilles contre le Bold Conveyor qui fut sérieusement touché.

Sur Sarosh, au même moment, les habitants commirent des actes barbares et sanguinaires sur les personnels impériaux à la surface pour profiter des festivités du carnaval. Certains furent simplement assassinés, mais d’autres s’évanouirent sans laisser de trace. Très peu d’agents impériaux sur Sarosh échappèrent au massacre mais les survivants purent raconter les événements, décrivant une population entière de la planète plongeant dans une frénésie sanguinaire dès l’instant même de l’explosion de la navette.

Les Dark Angels avaient survécu, mais la guerre contre Sarosh avait commencée.[6]

La Bataille de Sarosh

La Bataille de Sarosh.
À peine qu’un semblant d’ordre ai été imposé suite à l’attentat avorté, qu’une menace bien plus grande encore apparue dans les déserts qui s’étendaient au nord du continent principal de la planète. Ce fut l’Astropathe principal de la flotte qui révéla que les dieux baptisés les Melachim étaient selon elle le nom des créatures qui se cachent dans le Warp - ce que l’Inquisition de nos jours appellent les Démons. Le Chœur Astropathique de la 4e Flotte Expéditionnaire avait détecté une source grandissante d’énergie psychique quelque part dans les déserts du nord, probablement une faille Warp majeure. Comprenant qu’une invasion de ces créatures, probablement invoqué par de sombres rituels, était une menace majeure pour ses forces, le Lion ordonna une action immédiate. Un plan fut décidé, grâce notamment par l’intervention du Frère-Archiviste Israfael, un vétéran de la Légion, qui proposa l’emploi d’une décharge électro-psychique sur le site où la faille se formait.

Armée d’une tête cyclonique dont la charge explosive fut remplacée par un condensateur électropsychique afin de provoquer une onde qui soufflera les créatures du Warp, et déclenchée par un Archiviste de Bataille, le Lion et ses Dark Angels partirent à l’assaut du site d’invocation démoniaque.

Les Astartes furent rassemblés le long du pont d’embarquement de l’Invincible Reason afin d’embarquer sur des Strombirds prêts à être largués sur la planète. Le Lion en personne mena l’assaut mais les Dark Angels notèrent, surpris, l’absence de Luther à leurs côtés. Ils furent dispersés sur quatre Stormbirds, chacune des quatre escouades étant chargés de sécuriser différents points du site ennemi - qui se trouvait être une station minière - avant de se regrouper.

Arrivé sur les lieux, les Astartes découvrirent un lieu vide, mais rempli de flaques de sang un peu partout et empestant d’une odeur écœurante. Alors que les Dark Angels s’enfonçaient dans le complexe minier, ils furent soudainement attaqués par des créatures que les témoins de ces horreurs décrivent comme massives, couvertes d’écailles et possédant de puissants crocs. Beaucoup de Frères de Bataille soulignèrent les angles étranges des membres de ces monstres, et leur aspect non naturel, voir non réel. De nombreux Space Marines furent tués durant leurs combats contre ces terribles monstres, mais guidés par le Lion, ils parvinrent finalement à se tailler un chemin, massacrant les créatures les unes après les autres. Puis ils atteignirent les profondeurs du site ennemi, une caverne, pour y trouver un horrible secret.

Les soixante-dix millions de disparus de Sarosh étaient là, où plutôt leurs cadavres, s’étendant à perte de vue de chaque côté de la caverne dans laquelle les Dark Angels avaient pénétré, entassés dans le gouffre que des passerelles d’acier enjambaient. C’est à ce moment que l’Archiviste Israfael alerta le Lion et ses frères de la présence d’une puissante créature du Warp tentant de pénétrer le monde matériel. Pressant le pas, les Dark Angels pénétrèrent dans une nouvelle caverne, pour découvrir une assemblée de silhouettes habillées de robes qui dansaient autour d’un autel de pierre noire et entonnait un chœur innommable en entourant une femme hurlante de terreur. L’identité de cette femme restera à jamais inconnue, peut-être était-elle une impériale enlevée durant l’Incident de Sarosh, peut-être qu’elle n’était une simple citoyenne originaire de la planète, sacrifiée comme les millions d’autres avant elle. Quoi qu’il en soit, les Space Marines virent prêt d’elle un corps gélatineux ressemblait à une fosse de décantation, tremblotante, d’une apparente fragilité, parcourue d’éclairs d’un bleu électrique, possédant un million d’yeux ouverts sur son corps hideux. Alors qu’il la regardait, ils virent les contours de la créature commencer à se dissiper, mais au lieu de les rassurer, ils surent que c’était le signe qu’elle était sur le point d’accomplir son processus de transfert dans le corps de la mortelle désespérée. La faille Warp risquait à tout moment de se déclencher.

Devant ce spectacle blasphématoire, et réalisant la corruption par les forces du Warp des habitants de Sarosh, le Lion mena la charge. Le Primarque et ses fils massacrèrent les Saroshi qui ne firent rien pour se défendre. La mortelle sacrifiée fut abattue par un tir de Bolter. La créature disparue, remplacée par des brèches dimensionnels à travers lesquelles des tentacules émergèrent, fonçant sur les Dark Angels qui se défendirent du mieux qu’ils le pouvaient face à un ennemi qui semblait impossible à vaincre, chaque appendice tranché étant rapidement remplacé par un autre. Des Space Marines tombèrent, certains attirés à l’intérieur des brèches pour disparaître à jamais.

Durant ce combat final, l’Archiviste Israfael finit par activer l’arme électropsychique qui détruisit les tentacules et fermèrent définitivement les brèches immatérielles d’où ils jaillissaient. Victorieux, les Dark Angels repartirent, notant le profond silence du Lion et son regard noir.[7]

Exil

Le Seigneur Luther.
Suite à la Bataille de Sarosh, la résistance de ses habitants s’était effondrée. Des unités militaires prélevées sur d’autres Flottes Expéditionnaires stationnées non loin, ainsi qu’une demi-Legio Titanique des Fire Wasps, étaient en route pour écraser toute poche hostile résiduelle. Le monde fut par la suite pleinement déclaré coopératif.

Quelques heures après la Bataille de Sarosh, des ordres de redéploiement des forces de la Ière Légion furent décidés par le Lion. Le Primarque annonça que le recrutement sur Caliban ne suivait pas son cours normal et ne répondait pas à ses attentes, et qu’il fallait renvoyer sur place des Astartes expérimentés pour superviser le processus d’intégration de nouveaux guerriers. Officiellement, la Grande Croisade était entrée dans une nouvelle phase et les Dark Angels avaient besoin de troupes fraîches pour porter toujours plus loin la lumière de l’Imperium. Des centaines de Dark Angels furent renvoyés sans cérémonie sur Caliban, accablés par le sentiment de rejet et par l’incompréhension d’un tel renvoi. Cela ne faisait qu’une dizaine d’année qu’il avait rejoint la Grande Croisade, n’ayant eu à peine l’occasion de prendre part à ce grand événement, leur participation avait été insignifiante au regard de ce qu’il restait à faire.

Cet exil fut à n’en pas douter la plus grande erreur de Lion El’Jonson, nourri par le doute de l’infidélité d’un homme qu’il considérait comme son ami et frère, par le soupçon que ce dernier avait souhaité sa mort en laissant l’arme atomique des Saroshi sur le pont d’embarquement. Nul ne sut si Jonson avait deviné ce qui s’était passé, bien que certains évoquent une conversation entre lui et Luther. Quoi qu’il en soit, sa décision fut irrévocable.

Ainsi Luther, le second de la Légion, l’homme qui a motivé des milliers de Chevaliers de l’Ordre, fut renvoyé sur Caliban.

Les exilés revinrent sur Caliban, sans cérémonie pour le accueillir. Luther, conscient du moral de ses frères, proclama que cet exil n’en était pas un, que le Lion les honorai en leur confiant une mission de la plus haute importance en recrutant de nouveaux Frères. Luther le croyait-il ? Peu probable. Et s’il l’avait cru, sa dernière rencontre avec le Lion des années plus tard enterra pour toujours cet espoir.[8]

La Campagne de Zaramund

La Campagne de Zaramund fut la dernière rencontre entre le Lion et Luther, en 970.M30, avant l’affrontement final qui détruira leur monde dans la furie de la guerre fratricide qui scindera pour toujours les Dark Angels. Cette rencontre confirma l’exil de Luther et accentua sans aucun doute la division au sein de la Ière Légion, Luther comprenant qu’il ne reviendra certainement plus jamais dans la Grande Croisade.

Le Campagne de Zaramund fut menée par Horus Lupercal qui en plus de sa Légion, les Luna Wolves, reçu l’aide de la Death Guard, mené par Calas Typhon et un contingent des Dark Angels dirigé par Luther, afin de re-soumettre le système de Zaramund, l’un des plus anciens systèmes récupérés durant la Grande Croisade et qui avait été essentiel aux premières expéditions. Zaramund avait fait sécession de l’Imperium - l’origine de la raison de cette rébellion n’ayant jamais été identifiée - et fut rapidement reconquis par Horus qui avait réagi avec diligence et fermeté.

Suite à cette grande victoire, Horus organisa à l’intérieur de son vaisseau, le Vengeful Spirit, une grande cérémonie pour remercier et honorer tout ceux ayant participé à la campagne. À la fin de la cérémonie, à la surprise générale, Lion El’Jonson arriva sur le Vengeful Spirit, une colère froide figée sur son visage. Horus souligna la bravoure de Luther et de ses Astartes mais fut interrompu par le Lion qui le réprimanda d’avoir accepté l’aide de son second. Puis il semonça Luther d’avoir quitté Caliban, furieux qu’il est désobéi aux ordres. Il lui enleva le commandement des deniers vaisseaux sous son commandement avant de se retirer, laissant un silence de mort dans la salle cérémonial et un Luther plus désemparé que jamais.[9]

Ainsi s’achève mon récit sur le premier chapitre traitant de notre disgrâce. Le Lion, par son attitude, ses ressentiments et amertumes, avait aggravé le sentiment d’exclusion et d’injustice envers moi, mes frères et Luther, sentiment qui ne ferait que s’accentuer jusqu’à la rébellion finale. Malgré les décennies qui allaient s’écouler, et le mensonge de son discours lors de son retour sur Caliban, le charisme et la façon de diriger de Luther nous avait rapidement conquis, nous les exilés sur notre planète ainsi que les nouvelles recrues de notre Légion. Si bien, avant même que nous le sachions, nous n’étions plus loyaux envers le Lion… mais bien envers Luther, le vrai défenseur de Caliban.[10]
Mais ceci est une autre histoire.

Sources

  • SCANLON MITCHEL, Le Retour des Anges - Loyauté et Honneur, Black Library, 2007
  • LEE MIKE, Les Anges Déchus : Manipulations et Trahisons, Black Library, 2009
  • THORPE GAV, Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Black Library, 2016
  1. Informations issues de Le Retour des Anges - Loyauté et Honneur, Prélude, de SCANLON MITCHEL, Black Library, 2007,
    Informations issues du Codex Adeptus Astartes Dark Angels, V8 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Le Retour des Anges - Loyauté et Honneur, Livre IV : La Croisade, Chapitre Dix-Neuf, de SCANLON MITCHEL, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Le Retour des Anges - Loyauté et Honneur, Livre IV : La Croisade, Chapitre Vingt, de SCANLON MITCHEL, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Le Retour des Anges - Loyauté et Honneur, Livre IV : La Croisade, Chapitre Vingt, de SCANLON MITCHEL, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Le Retour des Anges - Loyauté et Honneur, Livre IV : La Croisade, Chapitre Vingt-Et-Un, de SCANLON MITCHEL, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Le Retour des Anges - Loyauté et Honneur, Livre IV : La Croisade, Chapitre Vingt-Et-Un, Chapitre Vingt-Deux, de SCANLON MITCHEL, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Le Retour des Anges - Loyauté et Honneur, Livre IV : La Croisade, Chapitre Vingt-Deux, Chapitre Vingt-Trois, Chapitre Vingt-Quatre, de SCANLON MITCHEL, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Le Retour des Anges - Loyauté et Honneur, Livre IV : La Croisade, Conclusion, de SCANLON MITCHEL, Black Library, 2007,
    Informations issues de Les Anges Déchus - Manipulations et Trahisons, Prologue : Loyauté et Honneur - Caliban - 147e année de la Grande Croisade de l'Empereur, LEE MIKE, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Prologue, de THORPE GAV, Black Libray, 2016 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Les Anges Déchus - Manipulations et Trahisons, Chapitre II : La Tyrannie de l'Abandon - Caliban - La 200e année de la Grande Croisade de l'Empereur, LEE MIKE, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.