Bataille de Prismatica V

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Carrières
  Juge
  Sage
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png
Sur Isstvan V, Fulgrim commis l’irréparable…
Sur Isstvan V, le Phénicien commis l’irréparable en prenant part à la trahison qui verra le massacre des Loyalistes sur le site d’atterrissage de la planète. Sur Isstvan V, Fulgrim assassina son frère Ferrus Manus, Primarque des Iron Hands, tranchant sa tête de ses épaules avec l’épée maudite de Laeran. Sur Isstvan V, Fulgrim perdit son âme au moment où il tua son frère et fut possédé par une chose issue des profondeurs du Warp. Par ces actes, le Phénicien commença une quête qui allait le mener à une "apothéose" effroyable et lier son destin à celui du Dieu des Excès jusqu’à la fin des temps.

Beaucoup doute encore de la réelle possession de Fulgrim par le Démon qui habitait l’épée de Laeran, certains évoquant une simple influence des Dieux Sombres, d’autres proclamant que Fulgrim était mort, son enveloppe physique étant juste occupé par une entité démoniaque. Mais le regroupement des sources et l’analyse des rapports sur le temps, notamment le témoignage du Seigneur Commandeur de l'Imperium sur les propos tenus par le Primarque déchu lors de la Bataille de Thessala durant la Purge, sous-entendent que le Phénicien fut bel et bien possédé, mais juste un certain temps.

Après la massacre de Isstvan V, Horus rassembla les Primarques rebelles pour établir les actions de chacun. Durant cette réunion, Lorgar attaqua soudainement Fulgrim, proclamant qu’il n’était pas ce qu’il prétendait être. Plus tard, l’Urizen accompagne son frère de la IIIe Légion sur son navire, le Pride of Emperor, contempler l’hécatombe de la Maraviglia. Tous les témoignages parlent du retour de Lorgar, après cet entretien, satisfait et avouant à ses plus proches conseillers que son frère était dans un "tableau" et que le Démon n’en avait plus pour longtemps. Ces paroles mystérieuses trouveront leur explication lors des événements qui auront attrait à la quête de Fulgrim sur Prismatica, un Monde-Forge qui pour les historiens de l’Hérésie d'Horus a un grand intérêt non pas pour l’insignifiante bataille qui s’y déroula, mais pour ce qu’il révélait sur la dégénérescence catastrophique des Emperor's Children et des attentions abjectes du Phénicien, plus fou et pervers que jamais…

Ce récit évoque l’évolution de la IIIe Légion, et fait directement suite à la Déchéance de Fulgrim dont nous encourageons nos lecteurs à lire les événements qui y sont retranscrits avant de découvrir les infâmes faits et actions des Traîtres Emperor’s Children.[1]

Un Primarque "différent", une Légion Dégénérée[modifier]

Après Isstvan V, Fulgrim paraissait indéfinissablement "différent", avec quelque chose d’impossible à expliquer précisément, mais bel et bien présent, quelque chose de dérangeant et floue. Certains évoquent un Phénicien ne possédant plus l’astuce ou la clairvoyance d’antan, et dont les récits sur les anciennes batailles sonnaient creux comme ceux d’un homme ayant entendu parler de leur fureur, mais sans y avoir pris part.

Certains Emperor’s Children semblaient avoir remarqué ce changement de comportement de leur Primarque, grand exploit quand on songe aux bouleversements comportementaux des Astartes de la IIIe Légion durant cette période trouble. En effet, même au sein de leurs alliés, les Emperor’s Children étaient devenus des êtres sur qui ont ne pouvaient se fier, des êtres dégénérés, recherchant des expériences et des plaisirs toujours plus ignobles et répugnants. Après Issvan V, toute discipline avait disparu, et seule l’action énergétique de "Fulgrim" permit de restaurer un semblant d’ordre et de discipline, même si ces notions elles-même furent perverties, la récompense et la punition se mêlant l’une à l’autre.

C’est dans ce climat de pure folie que la flotte de la IIIe Légion quitta Isstvan V, afin d’accomplir les volontés du Maître de Guerre. Volontés qui seront aussitôt oubliées après le départ de la Légion et de son seigneur.

On pense que les Emperor’s Children avaient pour mission de rejoindre Mars, alors en plein chaos suite à la guerre civile déclenchée par les agents du Maître de Guerre. Quoi qu’il en soit, ils ne s’y rendront jamais. Fulgrim, se pavanant à présent avec l’Anathame, l’arme qui avait grièvement blessée Horus sur Davin et offert par ce dernier au Phénicien suite à leur entretien au dessus des ruines de la Technocratie Aurétienne, rassembla ces conseillers et Capitaines lors d’un conseil de guerre à bord de son navire amiral, le "Pride of Emperor". Citons déjà la présence de l’ignoble Lucius - qui avait reçu des mains des son Primarque l’épée de Laeran, arme qu’il possède toujours dix mille ans après ces événements,- celle du Seigneur Commandeur Eidolon et des Capitaines Julius Kaesoron et Marius Vairosean.

Durant cet entretien, Fulgrim, plus mégalomane et irritable que jamais proclama à ses fils son attention d’attaquer la cinquième planète du système de Prismatica, plus précisément le cinquième monde du système, qui avait un éclat de diamant. Ce choix troubla les Emperor’s Children, Prismatica V n’ayant aucun intérêt stratégique et était bien reculé des différents zones de conflits de la guerre civile. Mais comme nous le découvrirons plus tard, Fulgrim avait d’autres projets que de participer au conflit.[2]

Une Tête en Moins[3]

Lors du conseil où Fulgrim informa son attention de détruire Prismatica V, personne n’osa contredire le Phénicien, à part le Seigneur Commandeur Eidolon, bras droit de Fulgrim. Eidolon demanda quelles étaient les raisons de détourner les forces de la Légion vers ce Monde-Forge alors qu’Horus avait ordonné de se diriger vers la Planète Rouge. C’est lors de cet échange que le caractère irritable de Fulgrim se montra au grand jour, dévoilant son narcissisme et sa tyrannie qui ne supportait pas la moindre remise en cause de ses choix (ou désirs). Eidolon fut décapité sans autre forme de jugement par le Primarque. Malheureusement pour l’Imperium, Eidolon n’avait pas fini de faire parler de lui…

La Bataille de Prismatica V[modifier]

Prismatica V[4]

Le cinquième monde du système de Prismatica était un Monde-Forge du Mechanicum. Cette planète avait un éclat de diamant et un certain nombre d’installations orbitales qui suivaient la planète dans sa rotation avec des dépôts de fret colossaux et des stations de traitement, dotées de bras pour l’arrimage de convoyeurs de masse. Ce monde possédait des plate-formes de défense pour protéger les convois de minerais qui partaient nourrir l’industrie de Mars.

Les détails concernant l’invasion de Prismatica V ne nous sont pas parvenus. Du peu que nous savons, les combattants du Mechanicum, greffés d’implants et poussés au-delà des normes mortelles, firent face à une attaque brutale et sans subtilité.

Alors que des explosions créant des champignons issus d’explosions retentissantes s’élevaient dans le ciel et que des relents pétrochimiques se répandaient dans l’air lorsque le prométhéum brut enflammé se mêla à l’atmosphère riche en fluorocarbones dans un souffle puissant, les Emperor’s Children se délectaient du carnage dans la masse des combattants. Ce qui avait débuté comme un acte de meurtre à grande échelle soigneusement orchestré était devenu un chacun-pour-soi hurlant. Les Emperor’s Children suivaient désormais leurs désirs plutôt qu’une quelconque stratégie.

Des centaines de guerriers bionisés protégeaient les raffineries centrales et les usines de traitement, mais ils n’avaient aucune chance face aux Astartes. Toute cette bataille ne fut qu’une boucherie d’une grande facilité pour les terrifiants guerriers posthumains qu’étaient les Space Marines. Des rapports soulignent qu’il n’avait fallu à la flotte des renégats qu’à peine dix heures pour s’ouvrir un chemin à travers le périmètre de surveillance du système et réduire à l’impuissance les dernières défenses orbitales. Des convoyeurs de masse avaient été capturés, des béhémoths de plusieurs kilomètres chargés de milliards de tonnes de cristaux miroitants.

Une fois l’espace orbital sécurisé, des Warhawks étaient descendus sur les principaux manufacturums à la pointe sud d’une vaste forêt de flèches de cristaux. Ce fut là que le massacre avait débuté. Les installations du Mechanicum furent ravagées, notamment par l’action des Kakophoni de Marius Vairosean qui après la Bataille de Isstvan V, donnaient libre cours une seconde fois à leur "art musical", rasant ses défenses de manière systématique, avec un parti pris brutal et méthodique. Leurs monstrueuses Armes Soniques scindaient les atomes de la matière sous des fréquences de résonance qui trouvaient leur écho quelque part entre les mondes. Les bâtiments s’effondraient comme du papier alors que les ondes labouraient profondément la roche basaltique de la planète. La folie extatique de la Maraviglia accompagnait les Emperor’s Children dans leur débauche sanguinaire.

Au milieu de ce maelström de tueries, Fulgrim trucidait tout ce qui lui passait sous la main, dirigeant la poussée principale de l’offensive au cœur des défenseurs Skitarii du Mechanicum, entouré de sa Garde Phénicienne.

Sur le flanc est, les renégats étaient dirigé par Lucius, s’enfonçant dans les rangs des Loyalistes qui n’étaient pas de taille face à réel talent d’escrimeur du Capitaine félon.

Au delà de cette bataille qui ne fut au final qu’une percée des forces du Mechanicum par la Légion Renégate, deux faits étranges sont à souligner.

Le premier, fut le face à face de Fulgrim et d’un Titan. Même un Primarque ne pouvait affronter une machine-divine du Mechanicum, portant le Phénicien terrassa le Titan par l’emploi d’une sorcellerie. D’une main libre, Fulgrim se leva vers l’engin de guerre comme pour le défier. De ce que certains témoins affirment, un nimbe de lumière brumeuse et étincelante, injecté de minuscules branches d’éclairs à peine visibles, se matérialisa autour du Phénicien. Fulgrim leva la main avant de la refermer en un poing, qu’il tourna comme s’il arrachait des câbles invisibles. Le Titan se figea dans sa charge, le cockpit levé et les bras agités de secousses spasmodiques. Puis Fulgrim leva sa main devant lui et continua de tirer et de tordre l’air. Le Titan sonna dans une horreur plaintive, ses vitres du cockpit éclatèrent, ses jambes sifflèrent. Des monceaux bouffis de chair suintante poussèrent hors du cockpit, enflant et palpitant d’une vie difforme, engloutissant le Titan et transformant sa carapace en vrilles roses de chair mutante à vif. L’emploi de cette sorcellerie Warp prouve déjà le degré de corruption de Fulgrim et sa connaissances des pouvoirs de l’Immaterium, pouvoir lui ayant permis de mettre à bas un Titan !

Le seconde fait fut le pillage des forêts de cristaux par les Emperor’s Children. De grandes pointes de cristaux luisants, aux reflets de diamant, s’élançaient du sol noir de la planète. Haute d’au moins cent mètres, des centaines de milliers de ces spires s’étendaient vers le lointain, couvrant une vaste surface de leur majesté brillante. Ces cristaux semblaient être la réelle raison de la présence de Fulgim sur ce monde

Pendant six jours après la purge du Monde-Forge, la flotte de la IIIe Légion demeura en orbite de Prismatica, affairée à récolter les cristaux des forêts de spires et à remplir de ce chargement scintillant les soutes des convoyeurs de masse capturés sur place. Notons le sort horrible des prisonniers de guerre qui servirent de "divertissement" aux Emperor’s Children, en se servant d’eux de façons trop horribles pour les décrire, avant de les céder à la Compagnie suivante. Quand ils partirent, pratiquement rien ne demeurait des forêts de cristal, l’horizon mis à nu et les silos jetés à terre à mesure qu’ils étaient vidés.[5]

Torture et Nouveau Départ[modifier]

La quête vers l’Ange Exterminatus avait commencé, et la galaxie pleurera de pouvoir contempler sa beauté terrible !
Prismatica V a été la victime de la folie du Phénicien, mais elle ne fut que la première étape d’un but fixe et concret. En effet, de tous les Primarques renégat, Fulgrim fut surement le premier à songer à une ascension dépassant les limites physiques et mortelles du monde matériel. Nous savons de nos jours ce que Fulgrim est devenu, mais à l’époque, personne, pas même ses fils, se savaient ce qu’il projetait. Un épisode répugnant eu lieu peu de temps après la Bataille de Prismatica V, dépassant les limites du bon sens et révélant ce qui semblent pour beaucoup d’historiens la totale et assumée trahison de Fulgrim envers l’Empereur, et envers l’Humanité toute entière.

De ce que nous avons compris de cet épisode, il semble que Fulgrim fut victime d’un guet appends, organisé par ses propres Astartes !

Ce fut apparemment Lucius qui lança ce projet inédit d’Astartes attaquant leur propre Primarque. Soupçonnant que le Primarque n’était pas ce qui semblait être depuis Isstvan V, Lucius aurait convaincu la plupart des Capitaines et Officiers de hauts rangs de la Légion membre d’une Loge Guerrière - la Fraternité du Phénix, - de libérer leur Primarque d’une possession qu’il jugeait de nature démoniaque, ce que beaucoup soupçonnaient dans leurs recherches sur l’Hérésie d’Horus. Bien entendu, quoi de mieux pour libérer un Primarque possédé que la torture sauvage et sanglante ? Et qui de mieux pour cette tâche que l’immoral Apothicaire Fabius Bile ?

Le Phénicien fut attiré dans une section du Pride of Emperor baptisé "La Galerie des Épées", officiellement pour retrouver Fabius Bile dans son laboratoire afin de découvrir les nouvelles inventions - pardon abominations - de l’Apothicaire dément.

Une cinquantaine d’Emperor’s Children se jetteraient sur leur père génétique, avec à leur tête Lucius, Julius Kaesoron et Marius Vairosean avec ses Kakophoni. Miraculeusement, Fulgrim fut vaincu, le rôle des Kakophoni semblant avoir été essentielle à cette étonnante victoire. Les Astartes attachèrent leur Primarque sur une table d’opération - ou de torture si vous préférez - et laissèrent libre cours à toutes les idées perverses qui leur traversaient l’esprit, avec Fabius Bile comme chef d’orchestre à cette scène délirante d’un Primarque torturé par ses propres fils. Dans leur esprit, les Emperor’s Children souhaitaient provoquer la plus grande douleur possible afin de faire quitter l’entité démoniaque du corps de Fulgrim, une forme d’exorcisme par le tourment.

Après avoir utilisé divers moyens - de la poire aux marteaux, des pinces à branches fines aux clous, des torches de soudeur aux poinçons, des rabots et vrilles à mèche fine, jusqu’à des instruments plus exotiques comme les bissecteurs de nerfs, les liquéfacteurs d’organes, les inflammateurs de chakras, les sondes épinières et les roues-pompes pour stimulants cérébraux - Fulgrim se libéra de ses entraves, ayant étonnement apprécié cette "séance".

Il révéla alors une chose à ses fils qui prouva sa totale corruption et sa folie ; bien que beaucoup continuent à douter de ce qu’il a dit : il avait été bien possédé par le Démon de l’épée de Laeran au moment où il avait tué Ferrus Manus sur Isstvan V, son âme enfermée dans un tableau sur la Fenice. Mais par sa volonté et sa nature de Primarque, il fut capable de reprendre le contrôle de son corps. Il expliqua qu’il avait découvert certaines vérités sur ses origines et le pouvoir des Dieux Sombres, pouvoir qu’il voulait maîtriser et exploiter à son profit, ce qui passait par une élévation qui dépasserait son état actuel.

Devant ses Emperor’s Children, il exposa son projet de "bâtir une cité de miroirs" à partir des cristaux de Prismatica, et que dans les reflets de cette cité, il connaîtrait l’ascension qu’il convoitait tant.

Ainsi, sa flotte se dirigea vers Hydra Cortanus, rejoindre son frère Perturabo, vers le dernier acte de la déchéance du Phénicien.[6]

Sources[modifier]

  • McNeill GRAHAM, Les Primarques - Et le Reflet se Brisa, Black Library, 2012
  • McNeill GRAHAM, L'Œil de Terra - Je Suis la Vigilance Incarnée : Aurelian, Black Library, 2017
  1. Informations issues de Les Primarques - Et le Reflet se Brisa, Chapitre 1 de McNeill GRAHAM, Black Library, 2012
    Informations issues de L'Œil de Terra - Je Suis la Vigilance Incarnée : Aurelian, Chapitre Deux - Du Sang à la Table du Conseil, Chapitre Treize - La Fenice de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library et résumées par Guilhem, 2017
  2. Informations issues de Les Primarques - Et le Reflet se Brisa, Chapitres 1, 2, 3 de McNeill GRAHAM, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem
  3. Informations issues de Les Primarques - Et le Reflet se Brisa, Chapitre 3 de McNeill GRAHAM, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem
  4. Informations issues de Les Primarques - Et le Reflet se Brisa, Chapitre 3 de McNeill GRAHAM, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem
  5. Informations issues de Les Primarques - Et le Reflet se Brisa, Chapitres 4, 5, 6, 8 de McNeill GRAHAM, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem
  6. Informations issues de Les Primarques - Et le Reflet se Brisa, Chapitres 9, 10, 11, 12, 13, 14 de McNeill GRAHAM, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem