Assaut sur le Poing'Balafré

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher




Astra militarum middle.jpg
Militarum Tempestus banner left.jpg
Militarum Tempestus banner right.jpg
DecoMetalBarLarge.png
Astra Militarum wing.png
Astra Militarum wing.png
DecoMetalBar.png
DecoMetalBar.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Astra militarum side2.png
Astra militarum pane2.png
Astra militarum pane3.png
Astra militarum gothic.jpg
Astra militarum pane.png
Astra militarum pane2.png
Astra militarum pane3.png

Les Proies des Aigles

Les Aigles Kappic du 55e régiment ont été envoyés en mission pour mettre un terme au déchaînement du Kroiseur Kitu Ork, le Poing’Balafré, avant que son équipage de Flibuztiers n’atteigne le Système de Valdax. Cependant, la mission a été compromise lorsque l’élite des Tempestus Scions, dirigée par le Tempestor Prime Magnus Krassus, s’est retrouvée face à l’élite des Peaux Vertes.

Dès l’instant où le Kroiseur Kitu Ork connu sous le nom de Poing’Balafré, est entré dans le Système de Valdax, la planification de sa destruction est devenue une priorité absolue pour les commandants impériaux du système. Le vaisseau a été réquisitionné par le tristement célèbre Kap'tain' Troglazik, à la tête d’une bande de Flibuztiers Orks vicieux et extrêmement destructeurs. Une série d’Agri-Mondes riches en protéines s’étendait devant Troglazik, et une source de nutriments pour des milliards de personnes dans tout le système était menacée. Les ressources militaires locales étant limitées, l’Ordo Tempestus décida que le seul moyen d’éviter une catastrophe était d’éliminer les Flibuztiers de Troglazik avant la chute de la planète par un régiment d’élite du Militarum Tempestus, le 55e Aigles de Kappic, commandé par le Tempestor Prime Magnus Krassus. Les Aigles devaient d’abord monter à bord du monstrueux vaisseau - une tâche monumentale en soi, car le Kroiseur Kitu était hérissé de ponts de canons et de toute sorte d’engins ayant une grande puissance de feu, et ses coques étaient remplies à ras bord de guerriers barbares. Une fois à bord, ils déposaient un accélérateur de Prométhéum au cœur des conduits de carburant volatile du vaisseau, l’activaient et battaient en retraite. Pour compliquer encore la mission, les Aigles Kappic du 55e devaient opérer à l’aveugle, la construction des Kroiseurs Kitu et de leurs passages souvent étroits et labyrinthiques n’obéissant à aucune logique.

Une poignée de Frégates Impériales vieillies, des tas de rouille destinés aux chantiers de récupération, opposaient une frêle résistance pour distraire le vaisseau Ork qui dérivait en orbite autour du premier Agri-Monde. Les Valkyries du 55e Aigles Kappic s’approchèrent du Kroiseur Kitu et déployèrent les troupes d’élite. Utilisant des Grav-Chutes, des bottes magnétiques et des masques respiratoires, les Scions montèrent à bord du Poing’Balafré. Une fois dans les passages sommairement construits, Krassus dirigea ses équipes en une seule force vers le point d’accès potentiel le plus proche aux conduits de carburant. Les Orks de l’équipage de Troglazik n’eurent tout d’abord pas conscience de la menace à l’intérieur de leur vaisseau. Krassus donna des ordres stricts pour éviter d’engager les Peaux Vertes dans la mesure du possible. Les Scions ne tirèrent qu’en cas de nécessité, éliminant les Orks qu’ils ne pouvaient éviter, afin de ne pas attirer l’attention d’une race qui se nourrissait de combats. Ce n’est que lorsque la nouvelle de la présence d’intrus parvint au pont de commandement que les Orks lancèrent une contre-attaque cohérente. Tels des papillons de nuit attirés par la flamme, les Orks se précipitèrent sur les Scions. Les guerriers du Militarum Tempestus se retrouvèrent assaillis par des dizaines de Kommandos Flibuztiers et de Chokboyz, certains des Orks les plus rusés qui soient. Au centre de la foule, dans la lumière rouge du Poing’Balafré, se tenait un Kap'tain' Troglazik furieux.[1]

La Colère des Flibuztiers

D’un simple signe de la main, les Aigles Kappic du 55e régiment altérèrent leur tactique pour passer à la quatrième des dizaines de plans prévus à l’avance. Sachant que les Orks seraient attirés par le combat le plus important, le Tempestor Prime Krassus ordonna à la force de se scinder en deux. Krassus resta avec la majorité des Scions, qui tinrent tête aux Peaux Vertes. Tandis qu’ils fournissaient une furieuse distraction, le Tempestor Geryntus dirigea une équipe plus petite qui transportait l’accélérateur de Prométhéum à travers les conduits d’aération du Poing’Balafré pour trouver un autre itinéraire. À travers une vaste soute à ferraille du Kroiseur Kitu, Krassus effectua une frappe avant foudroyante au cœur des peaux vertes. C’était la première d’une série de frappes utilisant l’agencement désordonné de la soute du vaisseau, qui exaspérait les Flibuztiers de Troglazik malgré leur nombre. Les Scions détruisirent les cibles qui se trouvaient devant eux, puis se hissèrent sur une plate-forme plus élevée. Les Chokboyz se déchaînèrent, activant leurs Rokettes Dorsales pour entamer une course folle au-dessus des étages, au milieu des portiques du vaisseau. Le Kap’tain’ Troglazik dirigea ses Kommandos, qui grimpèrent main dans la main pour intercepter les Scions au niveau supérieur, et les Orks déferlèrent vers les Aigles. Les agiles Scions esquivaient les tirs de Fling's et les coups de Kikoup's, et répondaient par des tirs précis de leurs Fusils Laser, mais leurs pertes s’accumulaient. Krassus était toujours conscient de la nécessité de continuer à avancer, d’aiguillonner davantage les Orks, de les laisser en furie avant de changer de position. La vitesse à laquelle les Scions se déplaçaient était bien supérieure à celle que les Chokboyz pouvaient atteindre dans un espace restreint. Chaque fois que les Kommandos et les Chokboyz tentaient d’encercler les escouades de Scions, les soldats changeaient rapidement de cap, réduisant les hordes en colère par des tirs nourris. Pendant ce temps, le Tempestor Prime Krassus plaçait des munitions le long de la cale, prêtes à être activées plus tard lorsqu’ils sortiraient.

Finalement, le réseau-Vox s’est mis à bourdonner avec des nouvelles du Tempestor Geryntus, de la deuxième escouade. Il alerta Krassus que l’accélérateur de Prométhéum avait été jeté dans les conduits de carburant. Les Scions étaient maintenant engagés dans une course contre la montre : l’accélérateur ne tarderait pas à déstabiliser le système d’alimentation en carburant. Tandis que l’escouade de Geryntus rampait à travers les conduits de fortune vers la coque extérieure du Kroizeur, les escouades de Scions de Krassus devaient se frayer un chemin jusqu’à l’extérieur. Leur course furieuse avait réussi à attirer l’attention des Orks, mais ils devaient maintenant se libérer de leurs ennemis et trouver leur propre sortie. Krassus avait également prévu cela. Ses escouades lui servirent de couverture pour placer les dernières munitions et activer la minuterie à l’aide de son Monitron Slate. Le piège de Krassus explosa comme prévu : une pluie de ferraille et d’éclats d’obus s’effondra sur les Orks en pleine ascension, envoyant les Chokboyz dégringoler au sol et dispersant le reste des Peaux Vertes. Dans l’accalmie de la bataille, les Scions restants disparurent par une bouche d’aération. Krassus, suivant l’itinéraire tracé par Geryntus sur son moniteur, dirigea le reste du 55e des Aigles Kappic vers la surface du Poing’Balafré. Alors que les Valkyries qui les attendaient décollaient au milieu d’une tempête de feu provenant des batteries de DCA du Kroiseur Kitu, les réserves de carburant du vaisseau commencèrent enfin à surchauffer. Les explosions qui ont suivi l’embrasement du Poing’Balafré ont illuminé le secteur comme une étoile mourante.[2]

La Guerre au Sein du Poing'Balafré[3]

Ses ordres étaient simples. Mais, comme toujours, le Tempestor Prime Krassus dut prendre des centaines de décisions en un instant pour les exécuter avec succès. À la vitesse d’un battement de cœur, son esprit passa en revue les options qui s’offraient à lui, maintenant que les Orks étaient arrivés en masse. Il transmit les coordonnées à Geryntus sur son Monitron Slate avant même d’avoir donné l’ordre, et pointa quatre doigts et un pouce vers les Scions derrière le Tempestor.

« Geryntus, suivez l’itinéraire de sortie que j’ai indiqué. Prenez ces hommes, pas plus. Lâchez l’accélérateur et sortez. Restez sur la fréquence cinq-oh-sept. »

Geryntus fit un salut. Pas de questions. Pas de demande de données supplémentaires. Il suffit d’exécuter les ordres et de faire le travail, comme il se doit.

Alors que Geryntus s’éloignait, Krassus se retourna et lança une grenade en direction de la horde de Peaux Vertes. L’explosion qui s’ensuivit fit trembler le pont du navire avec un grognement de bête primordiale. Krassus transmit le message aux Scions restants - une cinquantaine de ses hommes en tout : « Frappez et disparaissez, suivez mon exemple ».

Puis il s’élança à travers la fumée de la grenade, ses Scions sur ses talons. Leurs Fusils Lasers éclairent l’obscurité d’éclairs rouges. Il pouvait sentir la chaleur de leurs tirs, chacun d’entre eux étant un rayon de précision qui brûlait la peau épaisse d’un Ork. Se concentrant sur l’avant, il repéra des formes volumineuses et rapides, avant de lancer une autre grenade pour gagner du temps.

Un message arriva dans son casque par l’intermédiaire du vox.

« Ici Geryntus. Nous sommes en route. Rien à l’horizon. La voie est libre, monsieur ! »

« Bien reçu, Geryntus. Marée verte endiguée jusqu’à présent. »

« C’était un soulagement », pensa Krassus.

C’était une bonne chose que les Orks aiment se battre, car c’était exactement ce qu’ils allaient obtenir. Pour que Geryntus réussisse, il fallait occuper les Peaux Vertes. Krassus sortit sa lame et la tint d’une main, son Pistolet Radiant dans l’autre. Il cria d’accélérer sur la droite, et ses camarades s’y précipitèrent - glissant silencieusement, attirant la foule des Peaux Vertes. Plus haut, il pouvait voir les geysers de flammes qui jaillissaient de leurs fusées à mesure que d’autres Orks avançaient.

« Par le Trône de l’Empereur, ces choses sont rapides », pensa-t-il.

Ils pouvaient aussi manœuvrer étonnamment bien, et étaient bien plus disciplinés que le reste de la populace. Puis ils débarquèrent autour de lui - une foule vicieuse et rugissante d’Orks.

Krassus bondit sur le Peau Verte le plus proche, tournoya, fit sauter la cervelle de l’un d’eux d’un coup de son arme, et embrocha la gorge d’un autre avec sa lame. Retirez-la lame. Au suivant. Derrière lui, ses Scions étaient tout aussi efficaces. Un Peau Verte abattu, puis un autre. Et pourtant, ces satanées choses continuaient d’arriver.

Des gueules sauvages se profilaient dans son champ de vision, impossibles à manquer. Il planta sa lame dans un œil, esquiva une arme grossière, planta son arme dans le ventre d’un autre Peau Verte, appuya sur la gâchette, regarda ses entrailles se vider, scintillant dans le feu rouge du laser et éclaboussant l’Ork derrière lui. Krassus esquiva le coup de lame, vit un fusil se lever, brandit sa propre arme - et tandis que la bouche du canon s’embrasait, le bras de l’Ork fut tranché, envoyant le fusil s’écraser sur ses semblables, les balles brisant le cerveau des Xenos. Krassus lança une autre grenade dans la foule : les corps s’écrasèrent contre le mur sous l’effet de l’explosion, et la fumée se répandit dans les rangs. La confusion régnait, mais son casque activé lui permettait de voir les formes de chaleur changeantes des Orks. Une fois de plus, les Scions s’avancèrent. Une fois de plus, Krassus ouvrit la voie.

Le Tempestor Prime évalua leurs chances. Même si les Scions étaient bons, le nombre de Xenos allait rapidement devenir écrasant. Il allait devoir chronométrer son action à la seconde près. Non, il faudrait que ce soit plus raffiné que cela. Krassus attendit qu’une brèche dans la masse des Peaux Vertes apparaisse sous le bon angle et donna l’ordre à ses Scions de se replier.

« Repliez-vous vers le haut - quarante-cinq degrés. »

Les bottes magnétiques activés, le 55e des Aigles Kappic grimpèrent le long du mur, les tirs Orks s’écrasant sur les panneaux de ferraille autour d’eux. Au fur et à mesure de leur ascension, les escouades s’arrêtèrent tour à tour pour fournir un tir de couverture - leurs lasers croisés arrachant les Peaux Vertes qui bondissaient de la foule sur des packs de Rokettes enflammées. Pendant ce temps, Krassus évaluait constamment, analysait les mouvements de troupes, surveillait la progression de l’escouade de Geryntus, déplaçant les probabilités dans son esprit jusqu’à ce que la bonne option se présente d’elle-même.

Alors que les Scions atteignaient une plate-forme métallique surélevée, parallèle au pont inférieur, Krassus entendit les cris de guerre tonitruants des Orks redoubler de fureur. Un rare sourire se dessina sur ses lèvres : les choses étaient en colère et son plan fonctionnait. Mais de l’obscurité de ce niveau supérieur jaillirent des tirs d’armes. Une balle s’abattit sur l’un de ses camarades, faisant tomber le Scion la tête explosée, laissant couler le sang dans la marée d’Orks frénétiques en contrebas. Sans hésiter, Krassus se laissa tomber sur le côté de la plate-forme et tira dans les jambes de l’Ork qui venait d’arriver, envoyant le Peau Verte s’effondrer sur le bord. D’autres se redressèrent à l’endroit où le premier était tombé, les lentilles de leurs yeux rougissant dans l’obscurité. Krassus n’avait jamais rencontré ce type de Peaux Vertes auparavant - ils étaient certainement habiles avec une arme.

« Baissez-vous, » dit Krassus en rampant vers l’avant, une arme dans chaque main. « Sécurisez la plate-forme. Si nous voulons accomplir nos ordres, ces saletés doivent être éliminées avant que nous n’attaquions à nouveau en bas. »

« Monsieur ! »

Source

Pensée du Jour : « La vie est une prison, la mort, une délivrance. »
  • Codex Militarum Tempestus, V6
  1. Codex Militarum Tempestus - The Eagles' Prey (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  2. Codex Militarum Tempestus - The Eagles' Prey - Freebooters' Wrath (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  3. Codex Militarum Tempestus - The Eagles' Prey - War Within the Scarfist (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)