Assaut des Galeries Tempétueuses

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

Bien qu’il soit tout à fait probable que les guerriers de la XVIIIe aient combattu avant cet évènement, les archives de ces engagements ayant été délibérément perdues, effacées ou scellées au niveau supérieur, si bien que le premier honneur de bataille enregistré de la XVIIIe Légion, qui n’avait pas encore de nom, fut l’Assaut des Galeries Tempétueuses lors du renversement de l’Etnarchie des Terres du Caucase. Cet assaut s’est avéré être l’un des plus célèbres et, même s’il s’est produit bien avant la réunion de la Légion avec son Primarque, il a marqué sa nature et a eu une profonde influence qui perdure à ce jour.

Ce fut l’une des dernières grandes batailles des Guerres d'Unification - la conquête des Terres du Caucase - qui fit enfin de l’Empereur le maître incontesté de Terra, mais la victoire ne serait pas facile. Les oligarques eugénistes mutants qui régnaient sur les plaines avaient présenté aux forces de l’Empereur l’un des défis les plus difficiles à relever dans une guerre ouverte. Bien que peu nombreux par rapport aux zélotes du Bloc Yndonésique ou aux guerriers sauvages d’Ursh, la puissance de l’Etnarchie reposait sur un grand nombre de technologies reliques et sur les armes terribles qu’ils possédaient et qui dataient d’avant l’Ère des Luttes, tandis que ses forces militaires allaient des "Ur-Khasis" blindés et génétiquement augmentés, plus ou moins analogues aux Guerriers Tonnerre de l’Empereur, aux cercles de Psykers asservis par les narcotiques.

Les forteresses de l’Etnarchie étaient dissimulées à des kilomètres de profondeur sous les montagnes creusées des plaines désertiques et protégées des attaques venant d’en haut par des réseaux de champs électriques quasi imprenables. Une tentative des forces impériales de prendre d’assaut les forteresses montagneuses de l’Etnarchie au début des Guerres d’Unification s’était soldée par une défaite sanglante, avec la perte de près de 10 000 Guerriers Tonnerre et de plus d’un million d’autres victimes, mais avait permis de contenir et d’isoler les Désolations du Caucase. Ainsi, lorsque l’heure de la vengeance de l’Empereur a sonné, rien ne fut laissé au hasard.

Les forces de six proto-Légions entières de la Legiones Astartes furent rassemblées pour l’assaut final sur les Désolations du Caucase, ainsi que les forces massives de la Garde Custodienne, avec l’Empereur Lui-même à leur tête, et d’innombrables autres armées tributaires, bataillons mécanisés et bandes de guerriers sous la bannière rapace et foudroyante de l’unification. Mais, de tous ces éléments, la première poussée dont dépendrait tout le reste, l’Empereur la confia à la XVIIIe Légion. Bien que la décision d’utiliser ce qu’ils considéraient comme une unité largement inconnue et non testée dans un rôle aussi vital ait été remise en question par beaucoup au sein du commandement impérial, la volonté de l’Empereur fut faites. La XVIIIe Légion mena l’assaut, en utilisant des dizaines de gigantesques machines souterraines "Termite" fraîchement créées et équipées de la technologie récemment acquise sur Mars.

Toutes les membres de la proto-Légion, soit quelque 20 000 Legiones Astartes à ce stade, étaient engagées dans ce qui était considéré comme une mission suicide visant à attaquer et à détruire les vastes fours géothermiques qui fournissaient l’énergie nécessaire aux défenses inexpugnables de l’Etnarchie. Ceux-ci étaient logés bien en dessous des forteresses souterraines, et n’étaient connus que par d’anciennes légendes, dans une chaîne de cent kilomètres de vastes cavernes artificielles connues sous le nom de Galeries Tempétueuses pour les tempêtes incessantes de flammes et de force électromagnétique qui s’échappaient des anciennes machines reliques peu comprises. Leur Armure Énergétique spécialement modifiée, camouflée dans des motifs striés de jaune soufre et de noir zibeline, la XVIIIe salua son Empereur et monta calmement sur les machines martiennes non testés et perça la terre et la roche sombres à la limite des désolations, disparaissant dans un monde mortel et inconnu.

Bientôt, tous les signaux furent perdus, et même les pouvoirs des Psykers impériaux ne purent pénétrer les profondeurs turbulentes pour maintenir le contact avec la force d’assaut. Les heures se transformèrent en jours, puis les jours en semaines, et l’on n’entendit plus parler de la force d’assaut, tandis que la vaste armée de l’Empereur se tenait prête pour la grande attaque, et aucun signe ou signal ne venait. Pressé par ses commandants, on dit que l’Empereur les fit taire et répondit : « Ils ne me feront pas défaut, ils reviendront du feu, il en sera toujours ainsi ». Les rapports affirment que quelques instants après que l’Empereur ait parlé, de grandes secousses et des tremblements de terre ont secoué la région, leurs turbulences ont été ressenties aussi loin que Gorodak et la Citadelle de Jade de Hangol.

Dans leur sillage, les réseaux d’énergie qui avaient si longtemps protégé les Désolations du Caucase ont cédé et la colère de l’Empereur s’est abattue sur eux jusqu’à leur destruction totale. Le dernier Etnarque fut traîné enchaîné à la prison de Khangba Marwu et les secrets enfouis qui avaient fait sa force furent pris par le maître désormais incontesté de Terra. On ne sut rien du sort de la XVIIIe jusqu’aux derniers jours de la campagne, lorsque, loin des terres désolées, un volcan endormi depuis longtemps, près de Klostzatz, se brisa et que l’une des machines Termites s’extirpa des décombres, transportant un peu plus de mille survivants de la XVIIIe. Les rapports après action de la force opérationnelle ont été immédiatement analysés par la structure de commandement impériale, et s’ils n’avaient pas été accompagnés de preuves et de documents hololithiques, il est probable qu’ils auraient été accueillis avec incrédulité.

Près des quatre cinquièmes de la force opérationnelle avaient survécu au voyage vers leur objectif, les autres ayant été détruits par la pléthore de dangers environnementaux, écrasés comme des coquilles d’œuf entre des plaques tectoniques ou incinérés par des mers de magma lorsque leur bouclier avait cédé. Ceux qui ont ouvert une brèche dans les cavernes tapissées de carborundum des Galeries Tempétueuses ont découvert un monde étrange, emprisonné, aussi étranger que tout ce que la Grande Croisade aurait pu voir parmi les étoiles. De vastes machines en fuseau d’un kilomètre de haut tournaient au-dessus de mers de métal en fusion provenant du noyau de la planète, crachant des coronas d’éclairs aveuglants, suspendues à des toiles de silicate sur lesquelles des machines insondables et inhumaines se déplaçaient comme des araignées.

Dans cette fournaise sans air dépassant l’endurance des mortels, les Légionnaires de la XVIIIe ne trouvèrent aucun guerrier de l’Etnarchie pour les affronter, car aucun humain n’avait mis les pieds dans cet enfer depuis des millénaires, mais les défenseurs de ces machines sans sommeil, qui tournaient depuis avant l’Ère des Luttes, étaient des automates de service noircis par le feu réagissant à la menace des étrangers comme le feraient des anticorps contre une infection envahissante dans un corps vivant. Incroyablement fort et construit pour résister aux ravages de la tempête de feu qui les entourait, chacun d’entre eux aurait surpassé en puissance les Automates de Bataille du Mechanicum de sa taille, étant des produits de l’ancien passé de l’Humanité. Il y avait des milliers de ces automates, et tous se sont tournés vers la XVIIIe dans une attaque implacable et incessante. Ni les Armes à Plasma ni les Armes à Fusion ne pouvaient percer leur armure, tandis que les Bolts de Bolter ondulaient sur eux comme une pluie. Seule une force cinétique massive appliquée à courte portée contre leurs articulations pouvait les mettre hors d’état de nuire ; une leçon qui coûta des centaines de vies à la XVIIIe, contraint de livrer une bataille d’usure contre les machines implacables, et qui fut interrompue lorsque nombre de leurs transporteurs Termite furent pris pour cible et écrasés par les colossales sphères métalliques articulées et dentées utilisées par les anciens chantiers pour creuser et étendre les galeries. La XVIIIe a résisté avec un mélange de résilience stoïque et de fureur suicidaire, maintenant un ordre discipliné malgré l’assaut dans son ensemble, tandis que des Légionnaires individuels se jetaient volontairement dans la mort pour s’attaquer aux machines à tuer afin de les détruire et de sauver la vie de leurs frères.

Luttant désormais pour leur survie d’une galerie à l’autre, ils creusèrent des tunnels et rompirent les toiles de silicate derrière eux pour gêner leurs poursuivants et gagner du temps, mais leurs pertes furent énormes, des milliers d’entre eux ayant péri dans les douze premières heures du conflit, mais le temps précieux qu’ils avaient acheté par le sang, cependant, serait bien utilisé par les survivants, car ce ne serait ni l’immense résilience de la Légion ni sa volonté de sacrifice qui les mènerait à la victoire, mais leur intelligence. Faisant preuve de l’aptitude à la technologie et à l’artisanat pour laquelle ils allaient devenir célèbres, les guerriers de la Légion commencèrent par utiliser les débris des machines attaquantes et la machinerie lourde qui les entourait pour réparer et améliorer leur propre matériel, et bientôt ils arrachèrent aux automates leurs systèmes de contrôle centraux et les réparèrent suffisamment pour les renvoyer dans leurs propres rangs sous forme de berserkers sans âme. Ce n’était qu’un début : les conduits d’énergie furent redirigés et des pièges mortels furent créés, des paratonnerres cyclopéens conduisant la puissance de la couronne électromagnétique hurlante furent transformés en harpons improvisés pour brûler le cœur des plus grosses machines-bêtes, des rivières de métal en fusion furent redirigées vers les tunnels de service, des chambres atomiques furent modifiées pour exploser comme des soleils miniatures, brisant des machines qui avaient duré des dizaines de milliers d’années.

Bientôt, une sorte d’impasse avait été obtenue, mais à un prix terriblement élevé : il restait moins d’un tiers de l’effectif initial de la XVIIIe, le corps du vaste système avait été gravement blessé, mais le coup fatal n’avait pas encore été porté. Dans les profondeurs inaccessibles, l’ancien esprit-machine implacable qui liait les Galeries Tempétueuses fabriquait de nouveaux soldats pour sa cause, et c’était quelque chose que les Legiones Astartes ne pouvaient pas égaler. Consciente de cette réalité stratégique, la Légion a élaboré un plan pour engager ses forces dans une attaque unique et cohérente et détruire les Galeries Tempétueuses ou mourir en essayant.

Le plan était d’attaquer et de paralyser le nœud central de transmission d’énergie dans la plus grande des chambres galeries encore découverte, le raisonnement étant que, même si les vastes axes du générateur n’étaient pas mises hors service, cela réussirait à interrompre le flux d’énergie vers les défenses de l’Etnarchie loin au-dessus. Une stratégie d’attaque à deux volets a été élaborée.

Lorsque l’assaut fut donné, les Légionnaires sortirent en trombe de leurs positions et de leurs redoutes défensives, la plupart armés de Poings Énergétiques improvisés et de Marteaux Tonnerre, de canons à chocs et de scies coupantes fabriquées à partir des restes brisés des automates tombés au combat. Avec eux, les réserves de munitions et d’effectifs étaient au complet, rien n’était retenu. Attaquée soudainement sur de nombreux fronts, l’intelligence inhumaine qui supervisait les Galeries Tempétueuses a répondu avec une logique froide de machine, divisant et répartissant efficacement ses forces pour faire face aux menaces. Les combats ont été sauvages mais le plan a fonctionné, et la force concentrée du groupe d’assaut principal a réussi à se frayer un chemin dans la Grande Galerie, ses quelques Dreadnoughts et Batteries Rapiers restants ouvrant la voie. Comme une ruche de fourmis qui s’ouvrirait brutalement, les automates répondirent dans une marée de métal noir brûlé et de servo griffes claquantes, percutant la Légion de plein fouet sur les ponts de silicate suspendus entre la mer de feu en dessous et l’ouragan d’éclairs au-dessus. Des centaines de corps, machines et Légionnaires confondus, tombèrent dans l’abîme brûlant, les câbles électriques sectionnés produisirent des étincelles furieuses, les corps mécaniques explosèrent en plaques de feu et en éclats d’obus, tandis que le sang répandu se vaporisait en vapeur dans l’air surchauffé.

La première division monterait une série d’attaques de diversion à d’autres endroits pour confondre l’ennemi. Une fois que cela serait en cours, la deuxième division, la plus importante, attaquerait le nœud énergétique. On a supposé que si la survie était peu probable, la mort de la force d’assaut centrale serait certaine. C’est pourquoi les commandants survivants de la XVIIIe ont accédé aux souhaits de la base de la Légion et y ont affecté des Légionnaires par tirage au sort - non pas parce qu’ils n’avaient pas de volontaires pour la force d’assaut principale, bien au contraire, mais parce que c’était le souhait fervent de tous d’y participer.

Lentement, tortueusement, la Légion s’est frayée un chemin jusqu’à l’imposant nœud énergétique au centre de la galerie, achetant chaque mètre de terrain pris avec des dizaines de vies. C’est alors que le kraken est sorti des profondeurs. Une vaste bête-machine articulée apparut, la plus grande des machines qui maintenaient les Galeries Tempétueuses, gainé d’écailles blindées de diamant noir synthétique, le métal fondu s’écoulant d’elle comme de l’eau. Ses bobines auraient pu écraser un Titan de Bataille et étaient plus que suffisantes pour envelopper et briser les ponts de silicate sur lesquels la Légion combattait.

Leurs armes étant totalement inutiles contre ce nouvel ennemi, les survivants furent contraints de tenter une retraite qu’ils savaient futile alors que, un par un, les fils de silicate étaient rompus et que des centaines d’autres tombaient dans l’oubli. On ne peut que deviner ce qui s’est passé ensuite, mais la dernière transmission brouillée provenant de la Grande Galerie montrait l’une des énormes sphères à propulsion grise utilisées par les automates traversant le mur de la galerie et plongeant au-delà du moteur kraken et directement sur le nœud-nexus. On pense que la seule explication possible est qu’une partie des groupes d’attaque de diversion a profité de la confusion de la bataille pour prendre le contrôle de l’une des colossales sphères à tunnel dentelées et l’utiliser comme arme de dernier recours. Quelle qu’en soit la cause, qu’il s’agisse d’une action de la Légion ou de la calamité d’un de ses propres automates qui a déraillé, la structure nodale a explosé, faisant s’effondrer la galerie qui l’entourait, soufflant de nombreuses cavernes et tunnels environnants et créant les tremblements de terre et les secousses ressenties dans toute la région. L’explosion semble également avoir tué l’esprit-machine qui gouvernait les galeries, car après l’explosion, les automates se sont simplement éteints, les machines se sont arrêtées, les vastes générateurs s’enfonçant lentement et silencieusement dans les feux en dessous, pour ne plus jamais tourner.

Un peu plus de 1 000 des 20 000 membres de la XVIIIe ont survécu. Ceux qui ont survécu avaient été dispersés dans les Galeries Tempétueuses, beaucoup d’entre eux menant des attaques de diversion à la périphérie et faisant preuve, une fois de plus, d’une force d’âme et d’une persévérance extraordinaires pour se regrouper et reconstruire, avec intelligence, l’un des transporteurs Termite endommagés pour le difficile voyage de retour vers la surface. À leur retour, l’Empereur en personne réunit les survivants et leur décerna le laurier de la victoire pour la campagne contre l’Etnarchie (au mécontentement de certains commandants). Ce laurier sera à jamais le leur, et leur premier honneur de bataille, inscrit avec la devise "Testé dans le Feu et les Ténèbres". Cette devise devait s’avérer prophétique, et l’action dans les Galeries Tempétueuses, un sacrifice énorme pour prouver les prouesses de la Légion, et une norme de sacrifice et de victoire contre vents et marées qui allait s’avérer être un maître d’œuvre punitif pour la Légion dans les premières années de la Grande Croisade. Il est intéressant de noter que les survivants de la XVIIIe Légion ont ramené des Galeries Tempétueuses de la métallurgie et des machines datant d’avant l’Ère des Luttes, dont les secrets, en plus d’être remis au commandement impérial, ont été conservés par la Légion elle-même.[1]

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Seule la Mort met fin au Devoir. »
  • The Horus Heresy, Book Two - Massacre
  1. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Salamanders - The Assaut of the Tempest Galleries (traduit de l’anglais par Guilhem)