Alpharius Omegon

De Omnis Bibliotheca
« Les hommes mourront pour la vérité, mais la mort seule ne suffit pas à rendre une chose vraie.
La vérité ne cesse pas d’exister parce qu’elle n’est pas entendue. »
- Le Livre du Condamné.
Alpharius Omegon, L’Aleph-Zéro, L’Hydre, Le Triple Serpent, La Configuration Finale, Primarque de l’Alpha Legion.
L’Aleph-Zéro. L’Hydre. Le Triple Serpent. La Configuration Finale. De tous les Primarques des Legiones Astartes, Alpharius était sans doute le plus imprégné de mystère, de légende, de contradiction et de falsification délibérée. Certains prétendaient même que l’Alpha Legion avait plus d’un Primarque, bien qu’il soit tout à fait possible que cette croyance ne soit elle-même qu’une partie d’une rumeur élaborée de la part d’Alpharius, destinée à promouvoir les buts de sa Légion.

Le Primarque de l’Alpha Legion se couvrait de mystère, se déplaçant souvent sans être vu, même dans les rangs de sa propre Légion. Cependant, quand venait le temps de se débarrasser du manteau de la diversion, Alpharius était comme n’importe lequel des Primarques des Legiones Astartes, un être qui inspirait le respect. Vêtu d’une armure forgée à la manière d’une bête terrifiante de l’ancien mythe Terran et armé d’une panoplie redoutable d’armes d’origine inconnue, Alpharius sillonnait le champ de bataille comme un être de légende. Comme l’hydre que lui et sa Légion avaient pris pour symbole, Alpharius se battait sur le champ de bataille avec des attaques répétées provenant de directions multiples et inattendus. Nul ne pouvait prédire où et comment le Primarque frappera, quelles armes il utilisera ou lesquelles de ses nombreuses et divers forces combattront à ses côtés. Dans de nombreux cas, l’ennemi ne se rendait même pas compte qu’il se battait jusqu’au moment même où la bataille était engagée. À ce moment-là, il était déjà condamné à une défaite totale et absolue aux mains du plus rusé, sournois et fourbe de tous les Primarques des Legiones Astartes[1].

Alpharius était le plus petit des Primarques, mais n’avait jamais laissé cet état de fait saper sa confiance en lui-même. Son visage était beau et fort, son crâne rasé de frais. Sous la lumière étrange, sa peau foncée paraissait d’un gris verdâtre et ses yeux semblaient faits de tungstène. Les plaques incurvées de son armure étaient couvertes d’écailles et un cimier fait de serpents de bronze se dressait au sommet de son casque[2]

Mais sa plus grande caractéristique, son plus grand secret, était que le Primarque de l’Alpha Legion était une seule essence dans deux réceptacles : Alpharius et Omegon, formant ensemble le même Primarque de la XXe Légion. Ils étaient des jumeaux parfaits, identiques physiquement, dans leurs voix, dans leurs carrures, dans leurs manières, leurs expressions corporelles semblant se dupliquer jusque dans le moindre geste. Ils étaient les seuls jumeaux parmi les fils génétiques de l’Empereur de Terra. Nul ne le savait en dehors de leur Légion et c’était le secret le mieux protégé par leurs fils[3].

Il semble que l’Hydre ait été le dernier Primarque retrouvé. On ne sait pas où Alpharius et Omegon ont grandi, si ils étaient ensembles où séparés. Personne n’a jamais su (à part peut-être l’Empereur) du fait qu’ils étaient deux, bien que des documents évoquent la "duplicité" d’Alpharius. De l’origine de l’Hydre, un rapport parle d’un assaut d’une flotte d’une confédération humaine contre les Luna Wolves d’Horus Lupercal durant la Grande Croisade et de la rencontre entre les deux Primarques lorsque Alpharius, à la tête des attaquants, avait pénétré le navire du futur Maître de Guerre pour l’assassiner. Une autre histoire prétend qu’Alpharius avait grandi seul sur un Monde Mort, avant de s’emparer du vaisseau de pilleurs et retrouver son créateur. Un autre récit explique que le Primarque a atterri sur un monde avancé qui fut attaqué par les cauchemardesques Slaughts qui enlevèrent Alpharius et l’utilisèrent comme arme contre les mondes qu’ils attaquaient. L’Empereur l’aurait personnellement sauvé avant de le soigner sur Terra. Une dernière affirmation avance que lorsque les Primarques furent dispersés, seul resta Alpharius, qui fut élevé par l’Empereur Lui-même à l’abri des regards. Toutes ces histoires peuvent être vraies, mais sûrement fausses[4]

Alpharius combattra les ennemis de l’Humanité durant la Grande Croisade. Ses tactiques s’appuyaient sur des attaques allant dans plusieurs directions à la fois, insistant sur l’importance de se réserver des solutions de rechange sans jamais tout miser sur un seul détail, un seul individu ou une seule victoire pour remporter une guerre. Il avait toujours un plan de remplacement et enrichissait cette doctrine de tous les avantages possibles, s’attirant des alliés, encourageant la trahison dans le camp ennemi et développant des réseaux d’espions et d’informateurs au sein des populations civiles. Il nouait des contacts avec des activistes et autres rebelles, les persuadant de créer des diversions en lançant des manifestations ou des attentats au moment opportun. Néanmoins, ses doctrines étaient mal vues par la plupart des autres Primarques, Roboute Guilliman et Rogal Dorn ayant montré leur révulsion à l’encontre d’Alpharius. L’Alpha Legion inspirait la méfiance par ses méthodes et seul Horus semble avoir vu les avantages des approches du Triple Serpent et loua Alpharius même si lui-même sous-estimait avec constance la puissance du subterfuge, et avait toujours fui les armes plus subtiles qu’étaient l’espionnage et la tromperie, en leur préférant les manœuvres ouvertes et déclarées. Profitant que nombre d’Alpha Légionnaires étaient d’un aspect et d’un tempérament similaires à leur Primarque, ce dernier en profita pour prendre l’identité de ses subalternes - et vice versa - afin de prendre l’ennemi à contre pied. Ainsi, la phrase « Je suis Alpharius. » reflétait cette doctrine de détournement d’attention qui sera employé par la XXe Légion durant les prochains millénaires[5][6] [7].

Tout changea pour les Primarques jumeaux deux années avant le début de l’Hérésie d'Horus. Lors de la Conformité du monde de Nurth, théâtre d’une guerre violente dans laquelle l’Alpha Legion menait des opérations en soutien de l’Armée Impériale, les Primarques furent contactés, après un jeu du chat et de la souris, par un agent humain du (faux) nom de Konig Heniker. Ce dernier les a mis en relation avec une organisation, la Cabale, regroupant des Xenos de diverses espèces, voués qu’un à seul but : lutter et détruire l’Annihilateur Primordial. Les jumeaux rencontrèrent la Cabale sur Eolith qui leur offrit l’"Acuité", une vision de la future guerre civile qu’Horus allait déclencher et ce qui adviendra si l’Empereur l’emportait : un futur où il n’y a que la guerre et qui offrira in fine le monde matériel aux Dieux du Chaos et donc leur victoire. Alpharius et Omegon furent choqués mais apprirent ce que la Vérité Impériale dissimulait. S’alliant avec la Cabale, ils acceptèrent de se mettre du côté d’Horus durant le conflit afin de lui assurer la victoire et défaire le Chaos, mais au prix de l’extinction de l’Humanité… Par ce choix, peut-être restaient-ils fidèles à l’Empereur, l’Anathème des Dieux Sombres[8].

Quand l’Hérésie d’Horus démarra avec l’Atrocité de Isstvan III, Alpharius et sa Légion reçurent de Terra l’ordre de mater Horus et ses Sons of Horus, Fulgrim et ses Emperor's Children, Angron et ses World Eaters et Mortarion et sa Death Guard sur Isstvan V. Aux côtés des Word Bearers, des Iron Warriors, des Night Lords et de leurs Primarques respectifs, Alpharius trahira les Iron Hands, les Salamanders et la Raven Guard, sa Légion participant au Massacre du Site d'Atterrissage[9].

Tout au long de l’Hérésie, Alpharius et Omegon menèrent un double jeu, se battant pour Horus, manipulant ses ennemis et supposés alliés, tout en assurant leurs intérêts propres. Horus chargera Alpharius de s’emparer du monde stratégique de Paramar V, ce que le Primarque de l’Alpha Legion accomplira en menant une campagne froide et impitoyable contre le Mechanicum, la Legio Gryphonicus et des Iron Warriors Loyalistes.[10]Quelques temps après le Massacre du Site d’Atterrissage, Alpharius favorisera la fuite de Corvus Corax de Isstvan V, ayant infiltrés des Space Marines de l’Alpha Legion au sein des survivants de la Raven Guard, sachant que le Seigneur Corbeau allait récupérer le code génétique des Primarques sur Terra avant de retourner sur son monde natal, Kiavahr et sa base sur la lune de Délivrance, pour recréer au plus vite sa Légion. Omegon infiltra Kiavahr et organisa une rébellion des anciennes et revanchardes techno-guildes anti-impériales de la planète qui permit aux Alpha Légionnaires infiltrés dans la XIXe Légion de corrompre le code génétique et de le récupérer dans la Cache du Corbeau. Alpharius et Omegon garderont le code génétique original pour servir leur propres objectifs mystérieux[11]. Un double jeu semble avoir existé aussi entre les deux jumeaux durant le conflit galactique. Ainsi, alors qu’Horus préparait sa rébellion, il avait chargé le Primarque de l’Alpha Legion de retenir pour des années les White Scars de Jaghatai Khan dans le système de Chondax, alors que la Ve Légion menait une grand campagne xenocide contre les Peaux-Vertes survivants de la Croisade d'Ullanor. Alpharius mit en place un réseau d’installations spatiales dissimulée dans le système de Chondax grâce à ses alliés de la Cabale, chacune capable grâce à des Pylônes Xenos de bloquer les communications astropathiques afin de tenir le Khan dans l’ignorance de la guerre civile jusqu’à ce qu’Horus décide de l’attirer dans son camp[12]. Mais après des années d’isolement du Khagan, Omegon, pour des raisons mystérieuses, détruisit une de ses stations permettant à Jaghatai Khan de recevoir des messages astropathiques qui lui apprirent la guerre civile en cours avant d’affronter une flotte de l’Alpha Legion qui tentait de lui barrer le passage afin de quitter Chondax. Omegon dissimula à Alpharius son rôle dans ce sabotage[13]. En parallèle à Chondax, Alpharius faillit détruire les Space Wolves et leur Primarque Leman Russ lors de la Bataille de la Nébuleuse d'Alaxxes, affaiblissant durablement les Loups pour le reste du conflit[14].

Le Primarque Alpharius finit par faire face à son destin dans l’orbite de Pluton. Après avoir mené une vaste opération d’infiltration et de sabotage sur Terra sous une fausse identité et avec diverses équipes d’infiltrateurs, Alpharius chercha à s’emparer de Pluton, base de la première sphère de Défense du Système Sol en préparation de la future Guerre Solaire. Dorn découvrit à temps les plans du Serpent et l’affronta en duel sur la forteresse lunaire d’Hydra, parvenant à tuer Alpharius. Il cacha la mort de l’Hydre mais Omegon ressentit la mort de son jumeau et assuma l’identité d’Alpharius aux yeux de tous[15].

Alpharius - ou un Légionnaire se prétendant être le Primarque, - apparu lors du Rassemblement d'Ullanor, où Horus et ses armées se sont réunis avant d’entamer le dernier chapitre de la guerre civile. Il offrit au Maître de Guerre un cylindre qui contenait des renseignements détaillés de toutes les défenses du Système Sol. Puis il disparut[16].

Lors de la Purge, Alpharius aurait été tué par Roboute Guilliman lors de la Bataille d'Eskrado. Mais rien n’est moins sûr sur l’identité du mort[5]

Nul ne sait si Alpharius est véritablement mort, mais au fil des millénaires, des rumeurs ont circulé sur sa survie.

Jeunesse du Serpent[modifier]

« Je suis Alpharius. »

Parmi les nombreux mystères qui entourent l’Alpha Legion, l’énigme la plus fondamentale et la plus importante est la question de leur Primarque, Alpharius. De tous les Primarques qui ont fait couler le sang durant l’Hérésie d’Horus, Alpharius est certainement le moins connu. On croit généralement qu’à diverses occasions, les membres de sa Légion n’ont pas seulement revendiqué le nom d’Alpharius, mais aussi son identité, même en présence des Légions alliées et des émissaires de la Cour Impériale, et plus tard celle du Maître de Guerre. Au-delà, certains ont prétendu qu’il y avait plus d’un Primarque de l’Alpha Legion, ou qu’Alpharius était même capable de se "dupliquer" physiquement et d’apparaître à plus d’un endroit simultanément, peut-être dans des mondes différents. Certains ont même attribué la vérité cachée à l’emblème de l’hydre à trois têtes qui, plus tard, est devenue le symbole de la Légion à cet égard.

Pour approfondir ce mystère et la tromperie pure et simple perpétrée par Alpharius, de nombreux rapports fiables sur l’apparence physique du Primarque diffèrent. Bien qu’il soit noté à plusieurs reprises d’être de la même taille et de la même physionomie que l’un de ses Légionnaires et capable de passer inaperçu dans leurs rangs sans être remarqué, d’autres documents le décrivent comme une figure imposante et inspirant la crainte, à l’instar des autres Primarques, portant sinistrement une amure ornée et ciselée avec un hydre et brandissant une puissante lance à deux têtes. Des récits contemporains décrivent Alpharius comme un tacticien et un stratège magistral dont les compétences ont été jugées par les Stratèges Impériaux comme s’apparentant aux capacités légendaires de Perturabo ou de Guilliman. Son érudition était dite étonnante, mais dont la grande intelligence était aussi froide et vigilante que le regard d’une vipère.

Il est enregistré n’avoir cherché ni la camaraderie et les conseils d’aucun de ses frères Primarques sauf peut-être Horus, bien que certains rapports qui le placent également sur Caliban et Terra au même moment ne peuvent être facilement rejetés. On dit qu’il a encouragé ses commandants à opérer avec une extrême indépendance de pensée et d’action. Pourtant l’Alpha Legion était connue pour être fière de son unité inébranlable, dans sa volonté et ses objectifs. Tels sont les paradoxes qui abondent dans le sillage de la figure obscur d’Alpharius, et en cela on peut dire que ce mystère englobe sa Légion. Et ce n’est jamais plus vrai que dans l’énigme de sa découverte par l’Imperium.

L'Énigme Alpharius[modifier]

Un Primarque ayant comme un "double".
Un récit de la trouvaille d’Alpharius qui circulait secrètement entre les maisons et les factions de la Cour Impériale déclare que sa découverte fut un accident que rencontra la Légion des Luna Wolves. Ainsi, Alpharius aurait été le leader d’une confédération de systèmes humains dont l’astucieuse flotte de vaisseaux de guerre, qui ne pouvaient se mesurer à la taille ou à l’échelle des vaisseaux impériaux, était organisée pour les guets-apens, parvenant à neutraliser un cuirassé isolé des Luna Wolves. Pour répondre à cette défaite impardonnable, Horus lui-même et sa flotte se sont lancés à sa poursuite, pour se retrouver embourbés dans une embuscade après l’autre, englués dans des pièges mortels et pourchassant des ombres jusqu’à ce que le vaisseau amiral d’Horus lui-même soit attaqué. Dans l’affrontement qui s’ensuivit, les Luna Wolves ont écrasé l’attaque désespérée de la flotte ennemie, mais dans la confusion, un seul assassin pénétra dans le vaisseau amiral, et par la ruse et le meurtre, il a réussi la tâche impossible de se frayer un chemin jusqu’au centre de commandement d’Horus et à massacrer ses gardes du corps avant qu’Horus lui-même soit obligé de l’affronter. Mais Horus ne tua pas l’agresseur mais le reconnut plutôt comme un frère, Alpharius.

Cette histoire est un mensonge.

Un autre récit arraché de l’esprit d’un Centurion de l’Alpha Légion capturé par la Legio Custodes après la Chute de Seraphina raconte l’histoire de la découverte d’Alpharius. Il parla d’un Monde Mort sans nom au bord des étoiles Mandragoriennes dont la civilisation s’est élevée et a été anéantie par des êtres sanguinaires bien avant que l’Humanité ne marche pour la première fois sur Terra. Sur ce monde sans nom, l’enfant Primarque tomba dans les ruines brisées d’une cité assassinée il y a bien longtemps. Totalement seul, sans espoir et sans aide, il a été contraint de survivre contre les éléments tortueux du monde désolé et les prédations des fantômes affamés du charnier dans lequel il avait atterrit. Sa solitude n’a été brisée qu’après de longues années lorsqu’une nouvelle étoile tomba du ciel ; un vaisseau corsaire de renégats mi-humains dégénérés et de mercenaires extraterrestres qui avaient l’intention de piller ce qui restait de valeur dans les ruines désolées. Au lieu de cela, ils ne trouvèrent que la mort entre les mains du jeune Primarque, et Alpharius s’empara de leurs armes, de leurs connaissances et de leur vaisseau et il partit à la recherche de celui qui l’avait crée.

Cette histoire est un mensonge.

Deux autres récits, trouvés cryptés dans les pages de certains volumes de l’ouvrage supprimé de la corrosion mémétique connu sous le nom de Transit de l’Âme Humaine par la Lutte, ou le Codex Hydra comme on l’appelle parfois, offrent des arguments différents. Le premier est que le Primarque perdu a atterri sur un monde technologiquement évolué et oligarchique florissant connu sous le nom de Bar’Savor, mais avant la fin de sa première décennie de vie, le ciel de Bar’Savor s’assombrit au fur et à mesure que les Xenos-créatures cauchemardesques connues sous le nom de Slaughts descendent pour se nourrir. Capturant le jeune Primarque, seul être assez fort pour leur résister, les Slaughts gardèrent Alpharius comme une curiosité, torturant son esprit avec leurs horreurs et l’asservissant et l’instruisant comme une arme vivante pour semer la querelle et l’égarement sur leurs mondes proies avant qu’ils ne tombent sur eux pour festoyer.

C’est l’Empereur Lui-même qui l’aurait enfin libéré, sa Barge de Bataille dorée s’enfonçant au cœur du vaste navire de pierre des fétides Xenos pour l’ouvrir, la colère de l’Empereur étant comme celle d’un dieu vengeur de légende en représailles de ce qui avait été fait à Son fils. Pendant de longues années, Alpharius est resté aux côtés de son père pendant que l’Empereur supprimait ce qui avait perturbé Sa création. Ce récit offre également une version contradictoire des événements, disant que lorsque les Primarques furent dispersés dans les étoiles par des mains inconnues, seul Alpharius, inachevé d’une certaine manière, avait été épargné ou qu’au moins une partie de lui était restée derrière bien que gravement blessé. Ici, à l’ombre de Terra, il grandit et fut le seul Primarque élevé par l’Empereur Lui-même, son existence étant un secret jalousement gardé, même par les plus proches du Maître de l’Humanité, de peur que d’obscurs dessins ne se tournent vers lui.

À sa maturité, il devint la main secrète de l’Empereur et Son plus grand bouclier, jusqu’à ce qu’il soit enfin séparé de son père afin d’accomplir son destin.

Ces histoires sont des mensonges.

Quelle est donc la vérité, si les faits rapportés suggèrent qu’aucun de ces récits n’est réel et qu’ils ne sont que quelques-uns des fantasmes qui prétendent être la vérité sur le passé secret d’Alpharius ?

Peut-être, comme tous les plus grands mensonges, contiennent-ils chacun en eux un soupçon de vérité, une allusion à un plus grand secret, mais c’est à chacun de juger par lui-même[17].

La Grande Croisade[modifier]

Alpharius vêtu de son armure couverte d’écailles et son cimier fait de serpents de bronze.
D’après les archives de Terra, Alpharius rencontra brièvement l’Empereur après sa découverte. Le Maître de l’Humanité lui offrit le commandement de la XXe Légion, l’Alpha Legion, la dernière des Legiones Astartes à avoir été créée. À l’image de leur Primarque, ces nouveaux Space Marines étaient grands, forts et animés d’une profonde intelligence. Alpharius mena cette armée créée à son image vers les frontières extérieures de l’Imperium, avide de batailles et d’honneurs égalant ceux des autres Légions. Ses premières campagnes furent fort bien conçues et couronnées de succès, et il affina les tactiques de sa Légion.

La plupart des autres Légions occupaient des planètes qui constituaient leurs quartiers généraux, le plus souvent sur le monde où leur Primarque avait été découvert. Alpharius n’adhéra pas à cette approche trop voyante, préférant établir plusieurs bases secrètes.

On suppose qu’Alpharius œuvrait sans cesse à l’amélioration des performances de ses officiers, les encourageant à prendre des initiatives et écoutant leurs conseils. Il instaura des programmes d’entraînement, imposant à ses hommes des défis à relever même au cœur d’une bataille, afin de les forcer à s’adapter à la situation et à improviser. D’après des témoignages, le Primarque disparaissait, dans le seul but de voir comment agissaient ses troupes sans lui. Alpharius ne recherchait ni la gloire ni les honneurs personnels et n’était que rarement présent lors des cérémonies de victoire. Par ce comportement, il passa peu de temps avec ses frères Primarques et il s’écoula plusieurs années avant qu’il ne les rencontrât tous[5].

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : l’Alpha Legion

Le Xenocide Rangdan[modifier]

Lors du Troisième Xenocide Rangdan, Lion El'Jonson affronta les Xenos Cerabvores de Rangdan, une dangereuse espèce d’une puissance macabre et technologique. Sa Légion, les Dark Angels, subit de telles pertes qu’elle fut éclipsée en nombre par les Ultramarines, les Iron Hands et les Luna Wolves. Au cours des dernières phases de la guerre, Alpharius arriva dans la zone de guerre et rencontra le Lion. Il lui offrit son aide contre les Cerabvores, que la XXe Légion finisse cette campagne afin de préserver la Ière Légion dans le futur afin qu’elle reste la plus puissante. Alpharius souhaitait que le Lion devienne ainsi le futur Maître de Guerre, bien que ce titre était encore inconnu de tous à l’époque. L’Alpha Legion avait intérêt à ce que le Primarque des Dark Angels, qui comprenait comme elle l’importance de la dissimulation et des secrets dans une guerre, connaisse une telle ascension, espérant s’y faire un allié. Le Lion refusa, estimant qu’il se devait d’achever ce qu’il avait commencé, ce qu’il fit.

Point intéressant à souligner, à cette époque, la XXe Légion n’existait pas officiellement et Alpharius n’avait pas encore été retrouvé. Officiellement[18]

La Chasse aux Ak'Haireth[modifier]

L’une des premières campagnes d’Alpharius à la tête de l’Alpha Legion fut la Chasse aux Ak'Haireth, un xenocide contre cette forme de vie fongiforme, prédatrice et parasitaire qui s’alimentait de la moelle osseuse des êtres vivants, humains compris. Les Ak’Haireth opéraient au bord du Segmentum Solar occidental, et se propageaient et vivaient dans des vaisseaux spatiaux d’autres races comme des vermines où sur des mondes isolés, attaquant des mondes isolés qui ne pouvaient pas leur résister.

En 986.M30, les attaques des Ak’Haireth augmentaient et Alpharius reçut pour mission de les éradiquer. Suite à des recherches sur les lieux des attaques, l’Alpha Legion compris que les Ak’Haireth avaient des alliés humains. La XXe Légion infiltra les traîtres, recueillant des renseignements qui permit de mener des attaques ciblées, éradiquant des vaisseaux et des nids Ak’Haireth. Alpharius fit exécuter les dirigeants des mondes ayant collaborés avec les Xenos, déstabilisant ces planètes au niveau politique, climatique et organisationnelle.

Alpharius s’assura que les Ak’Haireth ne poseront plus de problèmes en créant avec l’aide de Biologis du Mechanicum, un virus qu’il sema sur les mondes humains que les aliens avaient attaqué. Si sept pour-cent de la population infectée mourut, le reste était devenu mortel à consommer pour les Ak’Haireth, les privant pour toujours de leur nourriture humaine[19].

La Campagne Contre le Prince du Monde[modifier]

Six années avant l’Atrocité de Isstvan III, les Imperial Fists dirigés par Rogal Dorn gagnèrent une guerre sur un Monde-Ruche anonyme accueillant une civilisation gouvernée par un monarque connu sous le nom de Prince-du-Monde. Initialement, le Prince-du-Monde avait refusé de rejoindre l’Imperium et avait obstinément résisté à la VIIe Légion. 

Ce Prince-du-Monde et plusieurs nobles de cette planète considéraient ce monde comme étant à eux et à eux seuls. La population ce comptaient par milliards dans les Ruches de la planète, et leur contribution potentielle à la Grande Croisade ne pouvait rester en dehors des domaines de l’Empereur. Dorn en personne s’était donc arrogé la tâche de soumettre ce monde à la tête de ses Imperial Fists et il avança Ruche après Ruche, bataille après bataille.

Alpharius s’invita dans cette campagne, annonçant sa présence à son frère en s’emparant d’une des plus petites Ruches, choisie pour être la cible de l’offensive suivante des Imperial Fists. Les instances de la Ruche en question avaient été renversées soudainement. Alpharius envoya un message personnel à Rogal Dorn six heures avant cette reddition pour annoncer qu’il était honoré de se joindre à cette guerre. Dorn tenta de joindre Alpharius et ses guerriers sans succès, menant pendant des semaines une guerre parallèle à celle de la VIIe Légion, alors que le siège du pouvoir résistait toujours aux Imperial Fists.

Puis soudainement, le Prince-du-Monde demanda la capitulation : en l’espace d’une seule heure, tous ses parents directs avaient été tués ainsi que quatre cent un membres de la noblesse régnante de la planète. L’assassin, dans chacun des cas, avait été une personne de confiance proche de la victime.

Après avoir reçu la soumission du Prince-du-Monde, Dorn rencontra Alpharius qui l’attendait en armure, assis sur le trône du Palais de la Spire, ancienne résidence d’un cousin royal. Des deux côtés du trône, deux Légionnaires de l’Alpha Legion attendaient. Alpharius avait mis en place un petit jeu pour troubler Dorn sur la véritable identité de l’Hydre. Rogal Dorn s’énerva devant ce petit jeu et testa l’authenticité de l’identité d’Alpharius en tentant de le frapper, coup que le Serpent esquiva. Dorn était furieux des assassinats perpétrés par Alpharius, considérant que si la victoire avait été acquise, ces meurtres n’avaient que planter les graines de la rancœur et de la haine, sentiments qui ne pourront que miner l’Imperium dans le temps. Il avait été contraint de laisser le Prince-du-Monde au pouvoir, l’Alpha Legion ayant tué tout les autres prétendants, un Prince qui ne pouvait rêver que de vengeance. Alpharius se défendit, estimant qu’il avait évité un bain de sang qui aurait fait plus de morts et considérant que seul importait le résultat immédiat. Il rappela que c’était sa nature d’agir ainsi, tel que l’Empereur l’avait fait. Les deux frères se quittèrent en colère l’un conte l’autre, Alpharius considérant avoir gagné la bataille, tandis que Dorn ne voyait que les germes du ressentiment et de l’amertume. Le Primarque des Imperial Fists lança une dernière pique en soulignant que si la campagne d’Alpharius était efficace, elle n’était pas optimale : si il avait laissé quelques heures de plus à l’offensive de Dorn, les capacités de communication de ce monde auraient permis à l’Alpha Legion de faire tomber les Ruches en exploitant le doute et la panique. Alpharius ne sut quoi dire.

La prochaine fois qu’il verra Dorn, se sera pour la dernière fois[20]

La Conformité de Tesstra[modifier]

La Conformité de Tesstra fut une guerre menée par Roboute Guilliman et Alpharius pour mettre à bas une alliance étroite de colonies humaines, la "Conservation". Ce régime totalitaire avait survécu à l’Ère des Luttes mais avait rejeté l’Imperium, provoquant immédiatement une guerre. Guilliman commença à mener une conquête des mondes extérieurs de la Conservation, mais Alpharius et sa Légion n’attaquèrent pas immédiatement, provoquant la colère du Seigneur d’Ultramar qui réprimanda Alpharius en conseil.

Quoi qu’il en soit, l’Alpha Legion contourna les lignes de bataille des Ultramarines et attaqua le monde intérieur de la Conservation, Tesstra. Alpharius ordonna une série d’attaque qui ne visait qu’à forcer la fortification de la capitale de la planète, du nom de Prime. Il repoussa délibérément son assaut d’une semaine entière, laissant ainsi le temps aux armées de la planète de se rassembler puis de se retrancher. Lorsque le Primarque ordonna enfin l’assaut, la XXe Légion attaqua de tous les côtés, détruisant les ponts, bloquant les voies de ravitaillement, piégeant des garnisons dans leurs lignes de défense. L’Alpha Legion était déjà à l’intérieur de Prime, forçant l’armée de Tesstra à se redéployer à l’intérieur de la cité, tombant dans des pièges et des goulets d’étranglements mis en place par la XXe Légion. Alpharius démarra à ce moment une véritable campagne d’extermination, massacrant militaires et civiles de la cité. Plus de neuf habitants sur dix avaient péri, et la planète se rendit quelques jours plus trad. Guilliman n’eut que dégoût devant un tel bain de sang et lorsqu’il demanda à l’Hydre pourquoi ne pas avoir prit la ville de Prime avant que les fortifications ne soient achevées, Alpharius répondit : « Cela aurait été bien trop facile[21]. »

La Conformité de Nurth[modifier]

"Alpharius" lors de la Conformité de Nurth.
Deux années avant le début du déchirement de l’Imperium, Alpharius et Omegon opéraient avec leur Légion sur un monde nommé Nurth, en soutien à l’Armée Impériale de la 670e Flotte Expéditionnaire Impériale sous l’autorité du Seigneur-Commandant Teng Namatjira. Les autochtones humains de la planète, les Nurthiens, avaient un niveau technologique très inférieur à celui de l’Imperium mais ils possédaient un atout qui faisait entièrement défaut à l’Imperium : la "Magie Aérienne", une forme de magie puisant sa source dans la vénération des Nurthiens au Panthéon Chaotique, mais totalement inconnu de l’Imperium à cette époque.

Ce fut Horus Lupercal, alors engagé dans la Croisade d’Ullanor aux côtés de l’Empereur, qui avait confié le soin à Alpharius d’assister le Seigneur-Commandant Namatjira. En réalité, Alpharius est intervenu pour une raison beaucoup plus mystérieuse. Sur une période d’une décennie, une puissance extérieure était parvenue à semer des suggestions en utilisant les codes de chiffrage impériaux afin de soumettre dans les données de la Grande Croisade des rapports et des bulletins concernant certaines choses qui pouvaient intéresser l’Alpha Legion. L’objectif étant que lorsque la 670e Expédition demanderait une assistance des Legiones Astartes pour la campagne de Nurth, ce serait la XXe Légion qui répondrait à l’appel.

Arrivé discrètement, le Primarque de l’Alpha Legion appliqua des techniques particulières qui furent un succès. Ainsi, il s’empara en une nuit de la cité de Tel Utan qui résistait depuis le début de la campagne de Conformité en utilisant une compagnie de l’Armée Impériale comme appât pour attirer l’effectif principal des Nurthiens et pénétrer à l’intérieur de Tel Utan.

Malgré tout, les Nurthiens résistèrent, et c’est dans ce contexte qu’un jeu de chat et de la souris va se mettre en place entres les Primarques jumeaux et un mystérieux espion humain nommé Konig Heniker.

Heniker était - officiellement - un officier du renseignement de l’Armée Impériale, efficace et talentueux qui chercha à prendre contact avec Alpharius. Une première rencontre eu lieu entre Heniker et des Alpha Légionnaires infiltrés dans la ville de Mon Lo, la dernière cité aux mains des Nurthiens. Heniker espérait rencontrer Alpharius, mais cet échange se termina par une fusillade et une fuite lorsque les Nurthiens qui les avaient en réalité piégé les attaquèrent et utilisèrent leur magie diabolique, faisant apparaître des nuées de lézards et un crocodile géant qui ravagèrent les rues, séparant Heniker des Astartes.

Plus tard, Alpharius rencontra le Seigneur-Commandant Teng Namatjira où il reçut officiellement la mission de conquérir Nurth, lors d’une immense cérémonie à la Baie de Mon Lo rassemblant des compagnies de l’Armée Impériale et des cohortes de Titans pour former une haie d’honneur au Primarque. En réalité, c’était Sheed Ranko, maître de l’élite Terminator de l’Alpha Legion qui jouait le rôle de son Primarque, accompagné néanmoins d’Omegon, présenté comme un simple commandant de la Légion. Omegon retrouva des soldats tués et mutilés à côté du pavillon où "Alpharius" et le Seigneur-Commandant débattait, impressionnant le Primarque qui compris que c’était Heniker qui s’était approché aussi prêt de leur tente.

Quant à Alpharius, il menait sa campagne dans le désert de Nurth, recrutant en autre l’Hejtman Peto Soneka, un officier de l’Armée Impériale et l’Uxor Rukhsana Saiid, du Chiliade cinq-deux du Géno et amante d’Heniker, qu’il enleva avant de lui révéler la vrai nature et identité de l’intrépide espion : John Grammaticus.

Traqué et ne parvenant pas à localiser Alpharius suite à sa fuite au pavillon du Seigneur-Commandant, Grammaticus pensait abandonner mais lorsqu’il fut contacté par l’organisation pour qui il travaillait et qui lui annonça que les Nurthiens allaient utiliser un "Cube Noir", une technologie effrayante qui détruirait la planète, il se rendit à Peto Soneka quand il compris que ce dernier travaillait pour la XXe Légion. Soneka amena Grammaticus dans le désert, où se situait la base d’Alpharius, rencontrant enfin le Primarque qui l’attendait. Il fut frappé de la ressemblance parfaite entre Alpharius et Omegon, sans se douter de la nature du dernier qui avait rejoint son jumeau après la cérémonie de la Baie de Mon Lo. Grammaticus expliqua qu’une organisation dénommée la Cabale l’avait chargé d’établir le contact afin d’organiser une rencontre de la plus haute importance. Mais il supplia d’abord Alpharius d’ordonner la retraite générale en lui expliquant les effets que le Cube Noir allait avoir. Les Nurthiens alimentaient cette arme par le sang versé, d’où leurs assauts suicidaires pour déclencher l’arme. Pour Grammaticus, l’Alpha Legion devait être préservée et malgré ses doutes, Alpharius ordonna la retraite générale, emmenant comme prisonnier l’agent de la Cabale.

Plus tard, Nurth disparut, son atmosphère coagulée en chape de cendre et de suie, avalé dans un creuset bouillonnant et sans lumière, disparaissant à jamais.

Quant à Alpharius, il fit route vers le système d’Hydra 42, Eolith selon Grammaticus, pour l’ultime rencontre[22].

La Cabale[modifier]

Alpharius et Omegon sur Eolith.
Cinq mois après la destruction de Nurth, à bord de la Barge de Bataille baptisé le Bêta, Alpharius et Omegon arrivèrent dans le système d’Hydra 42. La troisième planète du système, 42 Hydra Tertius ou Eolith selon Grammaticus enfermé depuis tout ce temps dans une cellule du vaisseau, devait être le lieu de rendez-vous entre le Primarque et la Cabale. Sur ce monde impropre à la vie humaine, la Cabale avait crée un espace de trois cents kilomètres de diamètre avec une atmosphère adapté à la vie humaine.

Mais les deux jumeaux n’avaient nullement l’attention de se présenter au rendez-vous sans avoir un avantage. Alpharius affirma à Grammaticus qu’il allait déployer une vaste flotte autour de la planète afin d’assurer leur sécurité, au grand dam de Grammaticus qui avança que cela serait vu comme une provocation par la Cabale et mettrait cette rencontre en péril. Alpharius approcha ensuite le Seigneur-Commandant Namatjira, en disgrâce après Nurth, et parvint à le convaincre d’amener sa Flotte Expéditionnaire au-dessus d’Eolith, tout en lui promettant de rétablir sa réputation auprès du Conseil de Terra. Les forces de l’Armée Impériale de Namatjira envoyèrent des troupes à la surface avec pour instruction de sécuriser la zone vivable de Eolith, et d’évaluer les potentielles forces ennemis.

Peu de temps après, Alpharius confia à Soneka la tâche de libérer Grammaticus de sa cellule, en faisant croire qu’il désobéissait aux ordres pour mettre l’espion en confiance. Soneka mena Grammaticus jusqu’au lieu où était détenu son amante Rukhsana Saiid et ensemble, ils prirent un Module d'Atterrissage afin de les mener à la surface d’Eolith, au lieu de rendez-vous afin que Grammaticus prévienne la Cabale de la présence des armées impériales.

Grammaticus rencontra ses supérieurs Xenos mais à ce moment, Soneka pointa une arme contre lui et Rukhsana Saiid, en réalité devenue une agent de la XXe, activa une balise de téléportation dissimulée, permettant à Alpharius, Omegon et cinquante Alpha Légionnaires d’apparaître et d’encercler la Cabale depuis tous les angles. La rencontre avait eu lieu, mais selon les terme de l’Hydre.

Les Xenos furent outrés mais Alpharius voulait écouter ce qu’ils voulaient lui dire. La Cabale accepta cette contrainte mais surpris Alpharius en demandant à discuter avec le Primarque "en entier" révélant qu’elle savait l’existence du jumeau d’Alpharius, Omegon, suite à des décennies d’analyse. Puis elle révéla qu’Horus allait déclencher une guerre civile, provoquant des tempêtes de cris scandalisés des Primarques jumeaux, considérant que cela relevait de l’impossible et de la manipulation. La Cabale leur proposa de partager avec eux l’Acuité, et téléportèrent les jumeaux, Grammaticus, Rukhsana et Soneka sur un immense vaisseau apparu en orbite d’Eolith, alors qu’au même moment, la Flotte Impériale du Seigneur-Commandant Namatjira se mettait en position autour de la planète.

Guidé dans une pièce sombre, éclairée par une lueur rougeoyante qui semblait provenir de partout et de nulle part, se trouvait une plaque monolithique de lumière argentée qui vibrait dans l’obscurité. Les Primarques et Soneka furent invités par la voix d’un Xeno nommé Gahet à avancer. Il leur expliqua que l’expansion de l’Humanité avait attiré le regard des Puissances de la Ruine qui complotaient pour la détruire, utilisant Horus comme détonateur de la guerre civile à venir. Il détailla que deux issus étaient possible dans la guerre entre l’Empereur et Horus : ou bien Horus gagne, et le Chaos triomphe, ou l’Empereur gagne et le Chaos est en déroute.

Si Horus l’emporte, le fragment d’honneur qui continuera à luire en lui provoquera une haine intérieure pour toutes les atrocités perpétrées en son nom. Dans sa rage, il immolera la race humaine en l’espace de deux ou trois générations, exterminant de fait l’Humanité. Le Chaos brillera d’un éclat plus intense que jamais, avant de s’éteindre, préservant la galaxie et les autres espèces.

Si l’Empereur l’emporte, Il donnera Sa vie pour parvenir à la victoire. Il tombera devant Terra en ayant vaincu Horus. Il deviendra un cadavre sur un Trône d'Or, provoquant la stagnation de l’Imperium qui cherchera à se perpétuer, encore et encore, durant des milliers d’années. Lentement mais sûrement, il sombrera dans la décrépitude et sa déchéance permettra graduellement au Chaos d’y filtrer et de le consumer. Le Chaos l’emportera au bout de dix mille a vingt mille ans de misère et de décadence.

Pour empêcher le triomphe du Chaos, l’Alpha Legion devait se ranger du côté d’Horus et s’assurer, par ses talents particuliers, du triomphe du Maître de Guerre.

Alors qu’Alpharius et Omegon refusaient cette perspective, proclamant qu’ils étaient loyaux envers l’Empereur, Gahet leur partagea l’Acuité, un instrument de perception et de focalisation temporelle basé sur les principes de prophétie Aeldaris. Ce que virent les Primarques jumeaux les firent chanceler et reculer en hurlant, les convainquant de rejoindre Horus et de s’allier avec la Cabale.

De retour après cette expérience, Alpharius et Omegon ordonnèrent l’élimination de tout les témoins, en clair, la Flotte Impériale du Seigneur-Commandant Namatjira. Le vaisseau de la Cabale disparut avec les Xenos et Grammaticus, tendit que l’espace viable sur Eolith se dissipait lentement, condamnant à une mort certaine les forces impériales s’y trouvant. La Flotte Impériale fut attaqué par les Barges de Bataille de l’Alpha Legion, le Bêta et l’Alpha, pulvérisant l’ensemble de la flotte tandis qu’Alpharius tua lui-même Teng Namatjira, en prononçant avant de l’abatte ces mots célèbres qui hanteront l’histoire de sa Légion pour les millénaires à venir : « Pour l’Empereur »[23].

L'Hérésie d'Horus[modifier]

« Donc. Si j’ai bien compris. Le fils le plus fidèle de l’Empereur va se rebeller contre Lui, après être tombé sous l’influence de dieux dont on a bien pris soin de nous enseigner qu’ils n’existaient pas. Et vous voulez l’aider à gagner pour contrarier ces fameux dieux anciens qui n’existent pas, afin qu’ils n’aient pas l’occasion d’anéantir toute existence en amenant le Warp dans la réalité. Et cela entraînera l’extinction de l’Humanité. Mais ne rien faire, ou prévenir l’Empereur aussi. »
- Myzmadra lors de son recrutement par Alpharius résumant les objectifs du Primarque.

Alpharius se rangea aux côtés du Maître de Guerre lorsque ce dernier proclama sa trahison. On ignore quand et comment il prêta allégeance mais il est certain qu’il passait plus de temps avec Horus qu’avec l’Empereur. En revanche, Alpharius n’a pas suivi aveuglément Horus et semblait avoir d’autres projets. Il profita du conflit pour prouver la supériorité de sa Légion qui se montra à la hauteur de ses espérances. L’Alpha Legion commença alors à aller de son propre côté pour chercher toujours plus de Space Marines Loyalistes à affronter[5].

L'Hydre Descend sur Pelago[modifier]

« Je suis Alpharius. Que me vaut l’honneur d’une garde rapprochée des fils de Russ ? »
- Alpharius recevant les Space Wolves.

Peu avant le déclenchement officiel de l’Hérésie d’Horus, la Folie de Magnus amena à la censure des Thousand Sons et le déploiement de petits groupes Space Wolves au sein des autres Légions, des gardes censés surveiller les Primarques et s’assurer de leur loyauté. Au quel cas, les Space Wolves avaient pour mission d’éliminer le Primarque qui se montrerait hostile envers l’Empereur…

Le Space Wolf Torbjorn, champion de la Compagnie des For, fut envoyé par Leman Russ surveiller Alpharius, accompagné d’une dizaine de ses frères. L’Hydre ne fut pas dupe lorsqu’il reçu la délégation de la VIe Légion, et demanda aux Loups de s’agenouiller devant lui. Les fiers Space Wolves refusèrent, considérant que le Roi-Loup était plus que l’égal d’Alpharius. Cela mis Alpharius en colère qui se montra ignoble et téméraire, reprochant à la VIe Légion le Sac de Prospero. Puis le combat commença, l’Alpha Legion attaquant les Loups qui se défendirent. Torbjorn affronta Alpharius, qui surclassait ses assaillants. Mais profitant de la distraction du Primarque qui dut abattre un autre Space Wolf qui tentait de le toucher à la jambe avec une hache, Torbjorn tua Alpharius d’un Bolt dans la tête avant de s’enfuir avec les Space Wolves survivants en s’emparant d’un Warhawk de la XXe Légion. Les Loups envoyèrent un message de détresse à leurs frères mais deux Alpha Légionnaires s’étaient glissés à bord, sabotant et abattant les Space Wolves. Le Warhawk tomba dans l’océan d’un monde reculé nommés Pelago.

Des pêcheurs virent le vaisseau tomber du ciel. Ils s’approchèrent et parvinrent à renter à l’intérieur de l’aéronef. Tous les passagers étaient morts, sauf Torbjorn qui, reconnaissant, fut accueillit par les pêcheurs. Ils naviguèrent vers le centre d’autorité impérial le plus proche toute une nuit.

Au matin, alors que le bateau arrivait vers une petite crique, pas loin d’un village, un vaisseau Space Wolf apparu, à la grand joie de Torbjorn. Mais en arrivant, il constata que six Alpha Légionnaires surgirent du vaisseau, avec à leur tête… Alpharius. De rage, Torbjorn se jeta sur le Primarque mais fut abattu sans somation ainsi que les pêcheurs. Seul un enfant fut épargné par le Primarque alors qu’il pointait le canon de son arme vers lui.

Puis l’Hydre partit, prendre part à la guerre civile qui allait changer le visage de la galaxie[24].

Le Massacre du Site d'Atterrissage[modifier]

Alpharius reçut l’ordre de Terra d’écraser Horus sur Isstvan V suite à la proclamation de la rébellion du Maître de Guerre. Mais il s’était déjà allié à l’Architraître même si on ignore quand il lui prêta serment d’allégeance. Ralliant Isstvan V, il participa au conseil de guerre organisé par Lorgar Aurelian des Word Bearers sur le Fidelitas Lex en présence de Konrad Curze des Night Lords et de Perturabo des Iron Warriors, scellant l’alliance entre les quatre Légions Renégates et leur soutien à Horus avant l’assaut sur Isstvan V qui verra les trois Légions Loyalistes des Iron Hands, des Salamanders et de la Raven Guard massacrées par ceux qu’ils pensaient être de loyaux alliés[25].

Lors du triomphe d’Horus après la massacre, Alpharius rejoignit les autres Primarque en haut de l’immense estrade mis sur pied dans la Dépression d’Urgall, observant le Maître de Guerre se déclarer Empereur de l’Humanité devant les milliers de Space Marines acquis à sa cause[26].

Quatre jours après la victoire sur Isstvan V, Alpharius participa en hololithe au conseil de guerre d’Horus sur le Vengeful Spirit, rassemblant les Primarques renégats. Alpharius était le dernier des quatre Primarques présents par émission longue portée. Il portait son casque quand tous les autres étaient tête nue, et son image hololithique était stable alors que toutes les autres souffraient du vaste écart entre leurs flottes. Son salut fut de faire le signe de l’Aquila. Il sera témoin de l’attaque de Lorgar contre Fulgrim, découvrant la possession démoniaque du Phénicien[27].

La Bataille de la Cache du Corbeau[modifier]

Quelques temps après le Massacre du Site d’Atterrissage, Alpharius montra sa duplicité en favorisant la fuite des secours Raven Guards qui récupèrent Corvus Corax et les derniers survivants de la XIXe Légion sur Isstvan V, empêchant Angron de mettre définitivement fin à la vie du Seigneur des Corbeaux. Ses Alpha Légionnaires infiltrés sur un navire World Eater, le Dedicated Wrath qui avait pris en chasse le vaisseau de secours de la Raven Guard, assassinèrent le Lieutenant-Commandant Delerax des World Eaters après que ce dernier ait refusé de se replier malgré les ordres vraisemblablement d’Alpharius de laisser le Primarque de la Raven Guard s’enfuir[28].

Convoqué par Horus sur le Vengeful Spirit, Alpharius fit face au Maître de Guerre qui avait à ses côtés le Premier Chapelain Erebus et le Premier Capitaine Ezekyle Abaddon. Horus lui ordonna de s’expliquer dans son rôle dans la fuite de Corax. Erebus remis en doute sa loyauté envers la causes des Traîtres tandis qu’Abaddon le traita d’hypocrite. Imperturbable, Alpharius expliqua qu’il avait fait infiltrer dans les rangs de la Raven Guard dévastée des Space Marines de sa propre Légion a qui des visages d’Astartes de la XIXe avaient été greffés durant le Massacre du Site d’Atterrissage. L’Hydre révéla que Corax allait tenter de reconstruire sa Légion en acquérant sur Terra des secrets de la Longue Nuit de la part de l’Empereur (ce qu’il avait appris de la Cabale). Alpharius exposa son plan, tout en remettant à leur place Erebus et Abaddon qui lui était ouvertement hostile. Il voulait s’emparer du code génétique original des Primarques pour servir la cause d’Horus. Le Maître de Guerre, après un long moment d’hésitation, autorisa l’Hydre à mener à bien cette entreprise, tout en lui promettant de le détruire si jamais il le trahissait… Revenu dans ses quartiers, Alpharius discuta avec l’émissaire de la Cabale - Athithirtir - qui avait la forme d’une minuscule main décharnée à sept doigt dans une sphère de verre pas plus large que sa paume, remplie de gaz tourbillonnants verts et jaunes. Athithirtir souligna l’importance de la destruction du don que Corax recevra de l’Empereur. Alpharius le rassura, lui révélant que son jumeau Omegon complotait sur la planète natale de la Raven Guard, Kiavahr, avec les forces anti-impériales de ce Monde-Forge.

Sur Kiavahr, Omegon, depuis les forges du district du Puits de Métal à Nabrik, la plus grande cité de la planète, tissa un réseau qui s’étendait au sein du Monde-Forge, composé à la fois d’agents propres à Omegon et de ceux des techno-guildes, anciennes organisations qui régnaient sur la planète avant la rébellion de Corax sur Délivrance - la lune de Kiavahr, - la venue de l’Imperium et la prise du pouvoir par le Mechanicum. Omegon avait obtenu le soutien des cinq maisons techno-guildes restantes, bien que libérer Kiavahr de l’emprise impériale ne présentait que peu d’intérêt pour le Primarque. Cependant, il savait que couper cette planète de la Raven Guard achèverait Corax. Il rencontra Armand Eloqi, un maître de guilde anti-impériale, dont la techno-guilde était autrefois l’une des plus puissantes du Monde-Forge. Le Primarque lui expliqua qu’il avait le soutien du Maître de Guerre et l’occasion rêvé de reprendre Kiavahr, lui révélant le terrible revers qui avait frappé la XIXe Légion. Durant cet entretien, un autre allié d’Omegon se présenta, le Magos Unithrax de l’Ordre du Dragon, membre du Mechanicum Noir et qui assura que les Technoprêtres de son Ordre se retourneront contre l’Imperium au moment voulu. Eloqi se retira après s’être fait inoculer contre sa volonté une neurotoxine par Unithrax qui sera déclenché si il les trahissait. Omegon avait convenu qu’une fois Kiavahr conquise, le Mechanicum contrôlé par l’Ordre du Dragon se débarrassera des techno-guildes.

Puis lors du retour de Corax et des survivants de sa Légion, le code génétique original des Primarques en sa possession, Omegon, grâce à un accès cryptoducte, parvint à établir le contact avec les Alpha Légionnaires infiltrés. Il apprit que le code génétique se trouvait dans la base de la Raven Guard sur Kiavahr, la Cache du Corbeau, une installation d’entraînement qu’employait la XIXe Légion pour se livrer à des affrontements simulés au milieu de la dévastation nucléaire qui avait eu lieu lors de la rébellion de Corax. Il ordonna de laisser le Seigneur des Corbeaux avancer dans ses recherches pour améliorer son gène accéléré qui au bout du compte, créait des Space Marines en quelques jours, qui furent baptisés les Rapaces.

Après qu’un Légionnaire de l’Alpha Legion - du nom d’Alpharius - ait incorporé à l’intérieur du code génétique original une fiole de verrite contenant un mélange gazeux se tordant d’une vie propre - aux couleurs changeantes et animé de contorsions qui rappelait les descriptions du Warp, - les nouveaux guerriers Raven Guards qui reçurent le nouveau traitement de Corax mutèrent pour devenir des abominations. C’est à ce moment qu’Omegon déclencha la rébellion, les techno-guildes et les Technoprêtres renégats de l’Ordre du Dragon attaquant, à l’aide de Skitarii et de Titans, la Cache du Corbeau. Cependant, cette attaque était purement un appât tendu par Omegon, laissant les rebelles se faire rapidement massacrer par les emplacements défensifs de la Raven Guard. Omegon, soutenu par les infiltrés dans la Raven Guard et une cinquantaine de Légionnaires venant de sa Barge de Bataille qui se cachait dans les nuages de particules au-delà de Kiavahr, ordonna à ses guerriers de détruire les stocks restants de semences génétiques de la Raven Guard et ainsi de mettre fin à tout espoir de résurrection des fils de Corax. Alors que les infiltrés partaient pour annihiler la graine génétique de la Raven Guard, le Primarque en profita pour voler le code génétique que Corax avait utilisé pour créer les Rapaces. Au moment où Omegon parvenait à voler cette technologie, ses forces infiltrées restantes éliminèrent le chef Apothicaire de la XIXe Légion avant d’être eux-même neutralisés par les Raven Guards. Acculés, les Alpha Légionnaires ont tous été abattus ou se sont suicidés pour éviter d’être capturés. Alors que la rébellion sur Kiavahr était écrasée par Corax et le Mechanicum Loyaliste, Omegon quitta le système à bord de sa Barge de Bataille, le Bêta.

À la suite de cette opération réussie, Alpharius fut forcé d’offrir à Horus les données capturées dans la Cache du Corbeau par son frère jumeau, données qui furent offertes à Fabius Bile sur ordre du Maître de Guerre afin que l’Apothicaire Emperor’s Childen découvre les secrets du code génétique original des Primarques. Mais à l’insu de tous, les données étaient pratiquement inutiles et au mieux incomplètes. Les Primarques jumeaux s’étaient assurés de conserver les données intégrales pour leur Légion, ainsi qu’une copie du code génétique corrompu. Alpharius souhaitait utiliser ces précieuses données pour élever sa Légion au-dessus de toutes les autres. Suite à cette action, Omegon rencontra le représentant de la Cabale, Athithirtir, à bord de son vaisseau, ce dernier outré du fait que le matériel génétique des Primarques n’est pas été détruit, permettant in fine, selon lui, la victoire du Chaos. Lassé, Omegon s’empara d’Athithirtir avant de le balancer dans l’espace, dans l’attente que son vaisseau viennent le récupérer… dans un ou deux siècles[29].

La Campagne de Kayvas[modifier]

Alpharius (ou Omegon) est quelque part sur cette image. Peux-tu le trouver ?
Suite à la chute de l’empire Ork d’Ullanor, nombre de tribus Peaux-Vertes avait fait de la ceinture d’astéroïdes de Kayvas leur refuge. Se taillant de nouveaux avant-postes sur les astéroïdes à la dérive, riches en minerais, les Xenos pansèrent leurs plaies et s’armèrent à nouveau, frappant les systèmes impériaux proches et leurs colonies-sœurs récemment assujetties.

Cette situation arrangea Horus, qui en préparation de sa rébellion cherchait à retenir les Blood Angels, craignant le Grand Ange Sanguinius. Kayvas a donc servi les desseins du Maître de Guerre. Il ordonna à l’Alpha Legion, sous le commandement d’Alpharius, de mener une campagne d’éradication dans les profondeurs des champs d’astéroïdes, et affecta en parallèle le Primarque ailé et le gros de sa Légion dans cette zone de guerre, en soutien à Alpharius qui détenait l’autorité. Une fois les Blood Angels arrivé, l’Hydre confia la glorieuse tâche à la IXe Légion… de rester en bordure du système pendant que l’Alpha Legion menait le xenocide. Pendant treize mois - au lieu des cinq ans prévu par Alpharius - les fis de Sanguinius interceptèrent les quelques vaisseaux Peaux-Vertes qui tentaient de s’échapper. Que fit Alpharius et ses guerriers à l’intérieur de Kayvas ? On l’ignore, car rien n’a filtré, la XXe Légion restant muette et ne refaisant surface qu’au moment d’envoyer ses communiqués réguliers à la flotte de blocus de Sanguinius, transmettant des messages laconiques ordonnant de "tenir la ligne". Mais les Peaux-Vertes furent officiellement éradiqués au bout du compte. Alpharius a fini par communiquer avec Sanguinius, affirmant avoir totalement exterminé l’infestation Xenos dans la ceinture de Kayvas et témoigna sa gratitude aux Blood Angels pour leur coopération. On ne sait si Alpharius quitta cette campagne durant son déroulement pour d’autres tâches, où si ce fut lui réellement qui contacta le Grand Ange. Quoi qu’il en soit, il avait retenu la puissante IXe Légion plus d’an avant qu’Horus ne contacte le Primarque Sanguinius pour lui donner une nouvelle mission, dans le système de Signus[30]

La Destruction de l'Installation Tenebrae 9-50[modifier]

La Destruction de l’Installation Tenebrae 9-50 reste un acte mystérieux, commis par des Alpha Légionnaires à l’encontre d’autres Alpha Légionnaires et commandité par Omegon qui le dissimula à son jumeau Alpharius.

Situé dans le système d’Octiss, une des rares régions extérieures qui ne soient pas compromises par les tempêtes Warp et prêts des régions environnantes du système de Chondax, Tenebrae 9-50 était un astéroïde qui était à l’origine le lieu d’opérations clandestines préexistantes des Démiurges, une race Xenos nomade s’aventurant rarement dans l’espace impérial. Jouissant de relations cordiales avec d’autres cultures Xenos, dont plusieurs ont été éradiquées durant la Grande Croisade, les Démiurges étaient principalement des mineurs et des marchands. Des machines de ces Xenos se trouvaient sur l’astéroïde pour extraire les minerais mais étaient inoffensives si on ne les attaquait pas. Tenebrae 9-50 cachait une base de l’Alpha Legion et abritait elle-même une technologie Xenos, un Pylône, lui-même relié à un ensemble de bases similaires qui permettait à l’Alpha Legion d’empêcher la communication astropathique entre les White Scars engagés dans une campagne à Chondax contre les Orks et le reste de l’Imperium. Ainsi, Jagathai Khan ignorait les événements de l’Hérésie d’Horus. Le Pylône était alimenté par des Psykers exploités pour cette tâche.

Omegon a prétendu à son Capitaine de l’Escouade Terminator des Lernéens, Sheed Ranko, qu’une fuite majeure venait d’avoir lieu à l’intérieur de Tenebrae 9-50 et qu’il fallait élaborer un plan pour détruire la base afin de préserver l’intégrité des autres. Il lui offrit ensuite du vin que le Capitaine accepta avec grâce.

Après avoir rappelé l’escouade Sigma, qui opérait contre les White Scars sur Phemuus IV en manipulant les Orks, Sheed Ranko exfiltra la jeune et très puissante Psyker Xalmagundi qui était traqué par les Sœurs du Silence sur le Monde-Ruche de Drusilla. En parallèle, Omegon traqua et enleva l’Adepte du Mechanicum et agent de l’Alpha Legion, Volkern Auguramus, dans l’Agri-Monde de Parabellus, qui connaissait l’intérieur de la base de Tenebrae 9-50 et qui était en train de recréer un Pylône sur cette planète. Réunissant toute l’équipe, Omegon mit en place son plan pour infiltrer et détruire la base de Tenebrae.

Omegon et l’équipe Sigma infiltrèrent l’astéroïde Tenebrae à travers des tunnels, perdant l’un des leurs suite à un effet de gravité qui l’écrasa. Contournant soigneusement les machines des Démiurges dans le cœur de l’astéroïde, ils posèrent de nombreuses charges explosives dans des lieux stratégiques avant de pénétrer dans Tenebrae 9-50, tuant tout ceux qu’ils croisaient. Aidé par Auguramus qui avait repris le système de sécurité de la station, l’équipe Sigma s’est séparé, un groupe partant neutraliser la garnison d’Alpha Légionnaires tandis que Omegon emmena deux Astartes au niveau de la prison où les Psykers alimentaient le Pylône. Ils libèrent Xalmagundi, qui s’était laissée capturé dans le cadre du plan afin de l’introduire dans ce lieu, où elle déclencha ses pouvoirs qui lui permettait notamment d’écraser les plaques d’armures ou ravager des portions entières de la base. Omegon exécuta par la suite l’Archiviste Ursinius Echion, responsable de la supervision du fonctionnement de la technologie du Pylône.

Mais les deux équipes tombèrent dans des embuscades mises en place par le responsable de la sécurité de la garnison, Arvus Janic. Pourchassé, Omegon retrouva le cadavre d’Auguramus dans le centre de sécurité avant que les explosifs que ses hommes avaient placé dans l’astéroïde explosent, poussant les machines d’extraction des Démiurges à creuser un tunnel dans l’installation et provoquant un chaos supplémentaire. Omegon tua les Astropathes du Chœur Astropathique, les empêchant d’envoyer un message de détresse, avant de recevoir trois Bolts dans l’abdomen, tiré par Arvus Janic. Révélant sa vraie nature afin de confondre Janic, le Primarque s’échappa lorsque l’attaque des machines Démiurges atteignirent la station et qu’une décompression de masse de la base vit l’atmosphère s’échapper. Rejoignant ses Space Marines survivants à la surface, Xalmagundi utilisa son pouvoir télékinétique pour détruire les hangars et les aéronefs de Tenebrae 9-50 et orienter l’astéroïde vers le soleil du système, 66-Zeta Octiss. Son travail accompli, Omegon exécuta la Psyker. L’escouade Sigma se demanda pourquoi Sheed Ranko n’était pas arrivé pour les évacuer comme prévu. Omegon retira ensuite son casque, révélant qu’il était Sheed Ranko, envoyé par Omegon pour se faire passer pour lui. Le vin que Ranko avait bu contenait du sang du Primarque, lui offrant les souvenirs de son seigneur et qui lui avaient fait croire qu’il était le Primarque. Sheed Ranko révéla qu’il accomplissait une mission suicide. Face au désespoir de la situation, l’escouade Sigma accepta son sort, car telle était la volonté d’Omegon.

Sur le pont de la Barge de Bataille du Bêta, le véritable Omegon discuta avec Alpharius durant la destruction de l’Agri-Monde de Parabellus afin d’éliminer le Pylône qu’Auguramus construisait. Durant cet échange, il était clair qu’Alpharius ignorait qu’Omegon avait détruit l’installation Tenebrae mais pensait que la base avait été comprise, comme le sous-entendait Omegon - ce qui avait justifié l’infiltration de l’escouade Sigma. Alpharius ordonna à sa flotte de faire cap vers Chondax afin de bloquer le Khan. En effet, les communications astropathiques parvenaient à présent juqu’à Chondax suite à la destruction de Tenebrae 9-50. Pourquoi Omegon a-t-il contrarié les plans prévus ? Lui seul le sait. Mais on peut en déduire qu’Omegon avait agit contre Alpharius pour contrecarrer secrètement ses actions contre les Loyalistes, détruisant la station afin de mettre en branle les événements qui amèneront les White Scars à rejoindre le camp de l’Empereur.

En se retirant dans sa chambre, Omegon contempla son "autre" armure, apparemment sans fioritures, et philosopha sur la nature secrète de sa Légion[31].

La Trahison sur Chondax[modifier]

Suite à la destruction de Tenebrae 9-50, Jaghatai Khan, qui combattait les Orks à Chondax, put enfin apprendre la terrible nouvelle de l’Hérésie d’Horus. Le Khagan reçut à la fois des messages astropathiques de Dorn lui apprenant la trahison de Isstvan et l’appelant à rejoindre Terra, d’Horus lui expliquant la destruction de Prospero par le "traître" Leman Russ, et du Roi-Loup lui-même lui demandant son aide contre l’Alpha Legion qui l’attaquait à Alaxxes. Au même moment, la Légion d’Alpharius attaquait et massacrait les White Scars dans l’ensemble du système de Chondax, alors que la flotte du Khan se retrouvait soudainement face à la flotte de l’Alpha Legion, possiblement commandé par Alpharius (ou Omegon). Restant pendant des heures face à la Ve Légion, la flotte de la XXe Légion empêchait Jaghatai de passer dans le Warp, sans pour autant l’attaquer.

Finalement, exploitant l’incroyable vitesse des ses vaisseaux, la flotte de Jaghatai parvint à briser le blocus de la flotte de l’Hydre grâce à une manœuvre incroyablement rapide qui exploita une faiblesse dans le dispositif du cordon de vaisseaux de l’Alpha Legion, permettant in fine la fuite du Khan de Chondax.

Alpharius souhaitait-il bloquer les White Scars où bien les forcer à les attaquer pour les amener à rejoindre les Loyalistes, contraignant les plans d’Horus ? Où bien voulait-il sincèrement isoler voir détruire les White Scars, afin d’assurer la victoire du Maître de Guerre ? À moins que cela soit une manœuvre d’Omegon contre les plans d’Alpharius après Tenebrae 9-50 ? Impossible de le dire[32].

La Bataille de la Nébuleuse d'Alaxxes[modifier]

En parallèle aux événements de Chondax, l’Alpha Legion prit en chasse la flotte des Space Wolves commandé par Leman Russ et qui après la destruction de Prospero, s’était rassemblée à Alaxxes. La VIe Légion avait subit de terribles pertes sur Prospero. Recevant un message astropathique de Dorn leur demandant de revenir défendre Terra, les Space Wolves furent confrontés à l’apparition de la flotte de l’Alpha Legion apparemment commandé par Alpharius (ou Omegon).

L’Alpha Legion attaqua les Loups, détruisant de nombreux vaisseaux Space Wolves et parvenant même à aborder le Hrafnkel, le vaisseau amiral du Roi-Loup qui dû personnellement repousser l’abordage. La bataille tournant dangereusement à son désavantage, la flotte des Space Wolves se réfugia dans la Nébuleuse d’Alaxxes, pourchassé par Alpharius[33].

Malgré la perte d’une Barge de Bataille, le Delta, Alpharius se serait vraisemblablement déguisé en un de ses Terminators d’élite, les Lernéens, avant de se téléporter avec eux à bord du Hrafnkel où il affronta Leman Russ. Sur le point de vaincre les Space Wolves, les plans d’Alpharius furent contrecarrés par l’arrivée soudaine de renforts d’une flotte des Dark Angels qui avait déduit après avoir intercepté les signaux de détresse des Space Wolves que les fils de Fenris étaient toujours loyaux à l’Empereur. Les Dark Angels attaquèrent l’Alpha Legion, forçant Alpharius à se replier[34].

Le Septième Serpent[modifier]

Durant la guerre civile, Alpharius fit face à la défection du Légat Chaitin, un Alpha Légionnaire Loyaliste qui cherchait à regagner l’Imperium avec des informations sensibles en sa possession. Pour lui mettre la mains dessus, Alpharius se déguisa en Shadrak Meduson, un grand chef de guerre Loyaliste Iron Hand qui avait mené d’audacieuses missions des Légions Éclatées contre les Traîtres depuis le Massacre du Site d’Atterrissage. L’Hydre envoya à de ses vaisseaux, le Zeta Morgeld, en avant-garde mais il fut abordé et purgé par les Loyalistes du vaisseau Iron Hand le Sisypheum. Néanmoins, profitant de cette attaque, des Alpha Légionnaires du Zeta Morgeld se déguisèrent en Iron Hands Loyalistes du Sisypheum qu’ils éliminèrent durant l’abordage de leur vaisseau, grâce à leur talent dans la chirurgie et la dissimulation.

Puis le Sisypheum fut attaqué par un autre vaisseau de l’Alpha Légion, le Theta Malquiant, qui devait rallier le Zeta Morgeld. Alpharius/Meduson est intervenu pour détruire au plus vite le Theta Malquiant - vide de tout équipage et piloter à distance - afin d’empêcher les Loyalistes de découvrir la manipulation. L’objectif des Traîtres était de trouver la station de Lerne Deux-Douze qui était en réalité tenu par des Loyalistes de l’Alpha Legion mais l’intervention du Sisypheum avait provoqué la destruction du premier vaisseau, créant une distorsion électromagnétique qui brisa l’attache entre le Malquiant et ceux qui le contrôlait. Quant au vaisseau d’Alpharius/Meduson, c’était une copie du vaisseau du vrai Meduson, l'Iron Heart.

Alpharius/Meduson demanda à monter à bord du Sisypheum, ce qui lui fut permis et il rencontra ainsi les Loyalistes et notamment le Capitaine Iron Hand Tyro, l’Iron Hand Sabik Wayland, le Révérend de Fer Thamatica et le Raven Guard Nykona Sharrowkyn. Alpharius/Meduson expliqua ironiquement qu’il traquait Alpharius en personne et qu’il avait possédé un Kryptos - une abomination hybride du Mechanicum Noir permettant de briser le réseau cryptographique des Traîtres - avant que ce dernier ne se consume à cause d’un génome pyronécrotique inconnu qui avait échappé aux augures de son Révérend de Fer. Malheureusement, sa traque avait prit fin à cause de l’intervention du Sisypheum. Mais Alpharius/Meduson apprit que Wayland avait pu extracharger le logistaire avionique du Zeta Morgeld avant que l’équipage ne puisse le détruire, lui expliquant que le vaisseau de la XXe se dirigeait vers la troisième planète - qui ne figurait pas évidemment dans les archives cartographiques impériales - du système où ils se trouvaient. Une alliance fut conclue.

Alpharius/Meduson fit face à la méfiance de Nykona Sharrowkyn qui infiltra discrètement l'Iron Heart avant de se retrouver face à Alpharius/Meduson qui admira son talent d’infiltration mais lui annonça que rien ni personne ne pouvait pénétrer son vaisseau sans que lui-même le sache. Le Primarque déguisé défendit le Raven Guard devant les chefs du Sisypheum apprenant à ses alliés qu’il avait fait la même chose en envoyant un espion dans le Sisypheum, découvrant ainsi leur Kryptos.

Quinze jours plus tard, après avoir traversé trois systèmes solaires isolés, l’Iron Heart et le Sisypheum dérivèrent vers un monde dénommé Eirene Septimus, un orbe avec une atmosphère incroyablement dense et constellée de dépôts de prométhéum cristallisé depuis des bouleversements géologiques d’un autre âge. Une station flottante de l’Alpha Legion, la fameuse Lerne Deux-Douze, exploitait cette ressource essentielle pour faire fonctionner les vaisseaux. Trois vaisseaux de la XXe approchaient à ce moment de la station, laissant quelques heures aux Loyalistes pour mener une action. Alpharius/Meduson avait fait croire que c’était Alpharius qui arrivait dans la station et que c’était l’occasion de l’éliminer.

Une mission d’infiltration fut décidée et menée par Alpharius/Meduson, ses guerriers et ceux du Sisypheum. Ils se déguisèrent en Alpha Légionnaires et pénétrèrent dans la station, éliminant les Space Marines de la XXe Légion qui gardaient les lieux. Ils atteignirent un ziggourat qui s’élevait des quatre coins de la structure, tout en admirant les silhouettes de deux Titans modifiés à des fins industrielles. Faisant croire qu’ils étaient attaqué par la Raven Guard, les avait infiltré, ils demandèrent aux Alpha Légionnaires de leur ouvrir l’accès au poste de contrôle, ce que leurs "alliés" firent avant de se faire massacrer. Une fois maître de la station, trois Croiseurs d’Attaque de l’Alpha Legion apparurent en orbite. Le soi disant Alpharius était arrivé.

Le Raven Guard Sharrowkyn se plaça en hauteur avec un sniper et quand la navette du Primarque se posa sur une plate-forme de ravitaillement centrale, les Iron Hands d’Alpharius/Meduson qui avaient pris l’identité des Loyalistes lors de l’abordage du Zeta Morgeld accompagnèrent la "délégation" venue rencontrer le Primarque. Là, le piège se referma et Alpharius/Meduson ordonna à ses hommes d’éliminer l’équipage du Sisypheum. Quant à Sharrowkyn, il tua d’une balle dans la tête le soi disant Alpharius, qui était en réalité le Légat Chaitin, Loyaliste que l’Hydre voulait voir mort.

Quand à Alpharius/Meduson, il attaqua le Capitaine Tyro, lui révélant sa manipulation et sa véritable identité et qu’il avait monté cette opération pour confondre les Loyalistes de sa Légion qui avaient refusé son choix de rejoindre Horus. Qui plus est, grâce aux talents du Révérend de Fer Thamatica, les trois croiseurs Loyalistes de l’Alpha Légion apparus au dessus de la station furent piégés et sur le point d’imploser. Mais ce même Thamatica utilisa ses talents pour prendre le contrôle des machines qui activèrent un des Titans de la station et qui se fracassa sur le lieu où ils se trouvaient. Alpharius disparut un instant dans les débris avant de réapparaître, furieux. Puis il blessa gravement Tyro de quatre Bolts dans le ventre tandis que les croiseurs explosaient et que leurs épaves plongeaient sur la station de Lerne Deux-Douze. Alpharius attrapa et força le Révérend de Fer Thamatica à regarder cette tempête de feu. Mais l’Iron Hand sourit car il y vit sa "délivrance".

Avec le style et le panache qui le caractérisait, Nykona Sharrowkyn apparut et fit face à Alpharius après avoir éliminé l’un de ses meilleurs épéistes sous ses yeux. Impressionné et ayant une réelle affection pour le Raven Guard, Alpharius lui révéla que de funestes événements ont eut lieu sur Délivrance puis il félicita Sharrowkyn pour son caractère et son talent. Sharrowkyn le provoqua en duel, mais Alpharius refusa, lui apprenant que le Primarque Magnus le Rouge lui avait demandé de le laisser en vie pour une raison inconnue.

Puis l’Hydre disparut dans la fumée de la station en flammes, laissant la vie sauve à Thamatica qui parviendra à rejoindre, avec Sharrowkyn et Tyros, le Sisypheum[35].

La Bataille de Pluton[modifier]

Dans le cadre de l’avancée des Traîtres vers Terra, l’Alpha Legion fut chargée par le Maître de Guerre de plonger le Système Sol dans le chaos et les flammes en vue de son arrivée. Rogal Dorn et ses Imperial Fists avaient depuis des années fortifiés l’ensemble du système, attendant les Traîtres de pied ferme bien qu’en état d’alerte élevé en raison du blocus continu de la Planète Rouge suite au Schisme de Mars et de la perte de la capitale du Mechanicum par les Loyalistes. Alpharius dirigea sa flotte vers Sol mais imagina pour infiltrer le système extrêmement fortifié de se mettre en stase, lui et tout l’équipage, éteignant ses navires pour minimiser la signature thermique. Ainsi, l’année suivante, la flotte de l’Alpha Legion dérivait proche de Sol, atteignant avec succès sa périphérie sans être détectée d’une manière que le voyage Warp n’aurait pas permis.

Alpharius affronte Rogal Dorn durant la Bataille de Pluton.
En parallèle, les équipes opérationnelles de l’Alpha Legion - Space Marines et simples humains - ont été activées dans l’ensemble du Système Sol, des cellules dormantes qui avaient été envoyées sur Terra même des années avant le déclenchement de l’Hérésie d’Horus. Les Alpha Légionnaires infiltrés avaient été mis en stase puis ensevelis sous terre avant que les agents humains ne les déterrent et réaniment. Une fois activées, ces équipes ont déclenché une série d’actes terroristes dévastateurs allant de la destruction de la barge jovienne Primigenia au-dessus de Terra, aux ravages du Spatioport Damocles par des cellules rebelles humaines de l’Alpha Legion. C’est dans ce chaos qu’un Chasseur de Têtes de l’Alpha Legion, Kel Silonius, infiltra avec ses agents le Palais Impérial. Il atteignit l’Investiaire, lieu où les grandes statues des Primarque étaient exposés. Prit dans une fusillade, Silonius parvient à s’échapper, détruisant toutes les sculptures, sauf deux : Alpharius et Rogal Dorn. Pour le Prétorien, le message était clair…

Alors que Dorn était distrait par les machinations des agents infiltrés à travers le système, la flotte de plus de 200 vaisseaux de l’Alpha Legion frappa Pluton et ses forteresses lunaires de Charon, Styx, Nix, Kerberos et Hydra. Alors que la flotte arrivait, d’autres soulèvements, dirigés de nouveau par des équipes de l’Alpha Legion, ont éclaté à travers le Système Sol, comme sur Jupiter, Saturne, Neptune et leurs lunes.

S’étant enfui avec des Alpha Légionnaires et des agents humains, dont la redoutable Myzmadra, sur le vaisseau de récupération Wealth of Kings, Silonius et son équipe rejoignirent une sphère géodésique de métal noir de trente kilomètres de diamètre, situé dans le vide du Système Sol, du nom "Artefact 9-Kappa-Mu", pour abattre un agent intermédiaire soi-disant pourchassé par la VIIe Légion, afin de ne pas laisser de témoin. C’était un piège des Imperial Fists mais Silonius massacra avec une facilité étonnante un groupe d’interception de la VIIe Légion. Perplexe, Myzmadra prononça un mot codé qui activa les souvenirs de Silonius : il était Alpharius lui-même, ayant changé d’identité avec le véritable Silonius grâce aux pouvoirs des Psykers de la XXe Légion.

Le véritable Kel Silonius commandait la flotte de l’Alpha Legion et attaqua les défenses de la première sphère de défense, située à Pluton, réussissant à capturer plusieurs des lunes de la planète. L’objectif principal de l’Alpha Legion était Hydra, une forteresse lunaire en orbite autour de Pluton et qui était le noyau de communication principal de la première sphère de défense. Alpharius lui-même dirigea une équipe de guerriers d’Alpha Légionnaires dans l’attaque de la forteresse lunaire alors que la bataille faisait rage dans l’espace entre la flotte de Silonius et celle de Sigismund, commandant des défenses de la première sphère.

Pendant ce temps, Archamus, le maître des Huscarls de Rogal Dorn, compris la véritable intention de l’Alpha Legion : saboter Hydra, ce qui ferait s’effondrer la première sphère de défense. Archamus dirigea un contingent des Huscarls contre Alpharius lui-même. Lors des combats qui ont suivi, les Huscarls furent massacrés par le Primarque et ses Terminators Lernéens, l’Hydre blessant mortellement Archamus. Alors que la bataille semblait basculer en faveur d’Alpharius et qu’Hydra fut capturé, Rogal Dorn, arriva avec Phalanx et une énorme flotte des Imperial Fists et de renforts impériaux. Dorn se téléporta avec ses guerriers dans la chambre astropathique d’Hydra, là où Alpharius l’attendait.

Alors que leurs Astartes s’affrontaient, les deux Primarques entamèrent un duel, au cour duquel Alpharius affirmait au Prétorien de Terra qu’il ne se battait pas pour Horus mais pour le futur, qu’il avait vue une vérité qui échappait à Dorn, qu’il voulait lui donner la victoire. Le Prétorien ne dit mot, continuant à abattre son Épée Tronçonneuse sur l’Hydre qui parvint finalement à planter sa double lance dans l’épale de Dorn… qui saisit d’une main la hampe de l’arme et de passer son Épée Tronçonneuse à travers les deux bras d’Alpharius, au-dessus des poignets. Puis il transperça la poitrine de l’Hydre de son épée, qui ressortit derrière le paquetage d’Alpharius. Se retrouvant au niveau de Dorn, Alpharius parvient à prononcer quelque chose à l’oreille de son frère, qui demeura un instant immobile avant de repousser l’Hydre et de le frapper d’un coup d’épée latéral qui tailla à travers le crâne d’Alpharius, et rejaillit dans une gerbe de sang et une explosion de lumière.

Alpharius était mort.

Quant à la flotte de l’Alpha Legion, mise à mal par les renforts Loyaliste, elle battit en retraite. Alors que Dorn serrait Archamus, son vétéran mourant, il affirma que les mots d’Alpharius n’avaient pas d’importance, qu’ils n’étaient que des mensonges[36]

Je Suis Alpharius[modifier]

« Je suis Alpharius. »
À l’instant du trépas d’Alpharius, Omegon se réveilla à bord du vaisseau le Bêta, envahi par un vide profond, glacé, en sueur, un goût de sang chargé de fer dans la bouche, les mains engourdies.

Il compris qu’il était à présent seul.

Lorsqu’on lui appris au même moment qu’Horus voulait parler à Alpharius, Omegon s’équipa de son armure et quitta son arsenal, le casque à écailles et à cimier du Primarque de l’Alpha Legion calé sous son bras.

Alors que l’image du Maître de Guerre apparaissait, Omegon fut frappé par l’ironie de la situation, qu’une plaisanterie ancienne était devenue une vérité moqueuse. Devant Horus, il se présenta avec ces mots qui le définiront pour le restant de ses jours : « Je suis Alpharius[37]. »

Le Rassemblement d'Ullanor[modifier]

Peu avant l’invasion du Système Sol par les armées d’Horus, les renégats se sont rassemblés sur Ullanor sur ordre du Maître de Guerre. Alpharius se rendit sur cette planète, observant dans les gradins de l’Estrade Impériale bâtie pour le Triomphe d'Ullanor l’échec de la tentative d’assassinat d’Horus sur ordre de Lorgar par l’intermédiaire du Prince Démon Fulgrim alors sous le contrôle de l’Apôtre Noir Layak. Il observa le passage à tabac de l’Urizen par Horus et son exil.

À la veille du Rassemblement d’Ullanor où Horus fut acclamé par toutes ses armées rassemblées, les Emperor’s Children et les Word Bearers rapportèrent à Horus qu’il avait un visiteur. La nuit avant le défilé, Alpharius se présenta seul à l’intérieur de l’estrade où Horus avait installé son conseil. Alpharius s’était approché à un pas d’Horus, gardant son heaume et armé en tout et pour tout, dans son étui de ceinture, d’une dague dont la poignée figurait deux serpents entrelacés. Horus lui demanda pourquoi il n’avait pas ramené sa Légion, obtenant qu’un silence pour toute réponse.

Puis l’Hydre tendit au Maître de Guerre un petit cylindre de jais et d’airain, aux extrémités duquel brillaient des prises de données. Horus prit le cylindre et le fit insérer dans un cogitateur isolé qui lui présenta un holo-lumière détaillant le dispositif de défense du Système Sol, les lunes, les habitats orbitaux, les stations spatiales et les forteresse entourés de halos d’informations où défilaient les caractéristiques, effectifs, faiblesses tactiques et paramètres de réaction aux menaces.

Le Maître de Guerre le remercia mais redemanda où était la Légion d’Alpharius qui, en silence, dégaina son couteau à double tranchant, et avec une main, empoigna la lame qu’il brisa dans sa paume. Il laissa tomber les éclats de métal et la poignée de la dague aux pieds d’Horus. Puis il partit sans demander son reste[38].

La Purge[modifier]

Alpharius a-il survécu à l’Hérésie ? Est-il toujours actif ? Nul ne le sait mais le mystère reste entier…
« La guerre n’est jamais que l’hygiène de la galaxie. »
- Attribué au Primarque Alpharius.

Après la défaite d’Horus, Alpharius poursuivit ses activités, s’inventant des objectifs et des missions sans rapport apparent avec la rébellion. Il dirigea sa Légion vers l’est de la galaxie. Peut-être cherchait-il à atteindre les Ultramarines pour se mesurer à Roboute Guilliman sur le champ de bataille et prouver la supériorité de ses théories. D’autres suppositions sous-entendent que se sont les Ultramarines qui se sont lancés aux trousses de l’Alpha Legion. Quoi qu’il en soit, la bataille marquant de l’Alpha Legion durant la Purge eu lieu sur le monde d’Eskrador[5].

La Bataille d'Eskrador[modifier]

Diverses sources décrivent la Bataille d’Eskrador, et toutes sont prises avec prudence, les faits s’y étant déroulé étant entouré de mystères.

De ce qu’on sait, Alpharius arriva le premier sur Eskrador, et pu choisir le lieu de l’affrontement contre les Ultramarines. L’Alpha Legion se déploya au cœur d’une chaîne de montagnes située au pôle de la planète, sillonnée de ravins, de pics et de défilés qui rendaient difficile tout mouvement au sol. L’Hydre était convaincu que le camp qui négocierait au mieux ces problèmes gagnerait la bataille. Alpharius connaissait les tactiques de Guilliman et lorsque les Ultramarines arrivèrent, l’Alpha Legion commença à resserrer le piège autour d’elle. Mais à la nuit tombée, Guilliman surprit Alpharius en allant à l’encontre des règles qu’il avait théorisé et mena personnellement une partie de ses troupes au cœur des montagnes, se déployant grâce à des Thunderhawks, des Modules d’Atterrissage et des téléporteurs au milieu des lignes ennemis, sans soutien ni ravitaillement. Le Fils Vengeur visait le quartier général de la XXe Légion et Alpharius lui-même.

D’après le douteux document intitulé Les Leçons du Schisme de l’Inquisiteur Kravin, les Ultramarines ont repoussé l’Alpha Legion avant qu’Alpharius lui-même ne mène la contre-attaque, heurtant les lignes Ultramarines suivi de ses gardes du corps. Se serait à ce moment que Guilliman apparut pour se jeter sur Alpharius, engageant un duel à mort. Puis Alpharius se serait effondré, mort.

Les derniers Alpha Légionnaires du camp furent massacrés et le corps de l’Hydre fut brûlé sur un bûcher.

Mais à la surprise des Ultramarines, la perte de leur Primarque des mains du Fils Vengeur n’immobilisa pas l’Alpha Legion qui mena de furieuses contre-attaques, parvenant à repousser la XIIIe Légion, organisant des embuscades où des attaques surprises dans des déguisements d’Ultramarines.

Guilliman finit par ordonner la retraite, offrant la victoire à la XXe Légion malgré la mort d’Alpharius[5].

Hydra Dominatus[modifier]

Les mois et les années après l’Hérésie d’Horus s’accumulèrent. L’Alpha Legion semblait avoir disparu. Mais elle réapparut de temps en temps au fil des millénaires pour mener des opérations de déstabilisation contre l’Imperium, agissant depuis des bases secrètes. Divisée en petites cellules, la disparition d’Alpharius semblait avoir signé le déclin de la Légion… mais régulièrement des rumeurs circulent sur des seigneurs de guerre se proclamant être Alpharius, comme celui qui ravagea les lunes du sous-secteur Danevra, riches en adamantium. L’Officio Assassinorum mobilisa six Assassins Vindicare qui tuèrent une dizaine de champions de l’Alpha Legion portant le nom du Primarque… avant que l’on ne retrouve leurs têtes congelées dans le chambre froide des Hauts Seigneurs de Terra !

Alpharius est-il réellement mort ? Plusieurs fois l’Imperium proclama son élimination, mais il semble revenir inlassablement. Après tout, le propre d’une Hydre est de voir sa tête repousser[5]<[7]

Sources[modifier]

  • ABNETT DAN, Légion - Secrets et Mensonges, Black Library, 2008
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Premier Hérétique - Corruption, Black Library, 2010
  • FRENCH JOHN, Prétorien de Dorn - L'Alpha et l'Oméga, Black Library, 2017
  • FRENCH JOHN, Esclaves des Ténèbres - Les Égares et les Damnés, Black Library, 2019
  • McNEILL GRAHAM, Fulgrim - Portrait d'une Trahison, Black Library, 2007
  • McNEILL GRAHAM, L'Œil de Terra - Je Suis la Vigilance Incarnée : Aurelian, Black Library, 2017
  • McNEILL GRAHAM, Les Légions Brisées : Le Septième Serpent, Black Library, 2019
  • SANDERS ROB, Les Primarques : Le Serpent en Dessous, Black Library, 2012
  • SWALLOW JAMES, Signus Daemonicus - L’Ange Tombe, Black Library, 2012
  • THORPE GAV, L'Âge des Ténèbres : Le Visage de la Trahison, Black Library, 2011
  • THORPE GAV, Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Black Library, 2011
  • WRAIGHT CHRIS, White Scars - Une Légion Divisée, Black Library, 2014
  • WRAIGHT CHRIS, The Burden of Loyalty : Wolf King, Black Library, 2018
  • WRAIGHT CHRIS, Scions of the Emperor - An Anthology : First Legion, Black Library, 2019
  • The Horus Heresy, Book Three - Extermination
  • The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence
  • Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8
  • Index Astartes du White Dwarf N°105 (Janvier 2003)
  1. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Alpharius (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Informations issues de Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Chapitre Deux - Convoqué par un Primarque - Fantômes et Miroirs - La Cabale Fixe le Cap de THORPE GAV, Black Library, 2011
    . Informations issues de Légion - Secrets et Mensonges, Partie I : L’Été Reptile, Chapitre Treize de ABNETT DAN, Black Library, 2008
    Informations issues de Prétorien de Dorn - L'Alpha et l'Oméga, Première Partie : Terra, Partie II : Les Gardiens aux Portes, Partie III : Le Premier Axiome , Partie IV : L'Hydre de FRENCH JOHN, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Légion - Secrets et Mensonges, Partie I : L’Été Reptile - Chapitre Treize, Partie II : Le Point d’Étape, Chapitre Huit de ABNETT DAN, Black Library, 2008 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter - Alpha Legion - The Head of The Serpent : The Alpharius Enigma et résumées par Guilhem.
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3, 5,4, 5,5 et 5,6 Informations issues de l'Index Astartes du White Dwarf N°105 (Janvier 2003) et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Prétorien de Dorn - L'Alpha et l'Oméga, Partie III : Le Premier Axiome de FRENCH JOHN, Black Library, 2017
    Informations issues de Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Chapitre Deux - Convoqué par un Primarque - Fantômes et Miroirs - La Cabale Fixe le Cap de THORPE GAV, Black Library, 2011
  7. 7,0 et 7,1 Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines - Alpha Legion, V8 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Légion - Secrets et Mensonges, Partie I : L’Été Reptile - Chapitre Un, Chapitre Deux, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Chapitre Cinq, Chapitre Six, Chapitre Sept, Chapitre Huit, Chapitre Neuf, Chapitre Treize, Partie II : Le Point d’Étape - Chapitre Un, Chapitre Deux, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Chapitre Cinq, Chapitre Six, Chapitre Sept, Chapitre Huit, Chapitre Neuf, Chapitre Dix, Chapitre Onze, Chapitre Douze de ABNETT DAN, Black Library, 2008 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Le Premier Hérétique - Corruption, Chapitre Vingt-Quatre - Istvaan V - Renégats - En Habit de Minuit, Chapitre Vingt-Six - Le Massacre du Site d’Atterrissage - Une Brèche sur le Vide - Dans l’Ombre de Grandes Ailes de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter - The Fires of Heresy, Part IV : The Invasion of Paramar V et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Chapitre Deux - Convoqué par un Primarque - Fantômes et Miroirs - La Cabale Fixe le Cap, Chapitre Six - Un Invité de l’Empereur - Le Hall des Victoires - Omegon se Prépare, Chapitre Huit - Tel Thésée - De Sombres Alliances - Défenses Cachées, Chapitre Dix - Retour sur Délivrance - Le Déverrouillage des Données Génétiques - Caesari, Chapitre Onze - La Renaissance Débute - Transmission Non Autorisée - Le Doute Surgit, Chapitre Treize - L’Espoir de Corax - Contact Deux - Le Chemin de la Victoire, Chapitre Quatorze - Diversion - Un Astartes est Né - Le Germe Empoisonné, Chapitre Quinze - Les Chanceux - Loyauté Divisée - Les Astartes Dévoilés, Chapitre Seize - Le Bombardement de Kiavahr - Mise à Sac - La Revanche de Six, Chapitre Dix-Sept - Attaque, Repli, Contre-Attaque - Couper la Tête - Vérité, Épilogue de THORPE GAV, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter Betrayal At Chondax et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues de Les Primarques : Le Serpent en Dessous, Chapitre - Alpha, Chapitre - Bêta, Chapitre - Gamma, Chapitre - Delta, Chapitre - Epsilon, Chapitre - Omega de SANDERS ROB, Black Library, 2012
    Informations issues de White Scars - Une Légion Divisée, Chapitre Deux - Le Monde Natal - Lécher ses Blessures - Escorteur, Chapitre Trois - Les Seigneurs de Terra - Jouer à des Jeux - La Lame d’un Guerrier, Chapitre Huit - Vers la Poussière - Sons of Horus - La Cage du Faucon, Chapitre Neuf - Pas le Bon Moment - À la Dérive - Le Ciseau de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de The Burden of Loyalty : Wolf King de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de Prétorien de Dorn - L'Alpha et l'Oméga, Partie I : Terra, Chapitre Un, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Chapitre Cinq, Partie II : Les Gardiens aux Portes, Chapitre Un, Partie III : Le Premier Axiome, Chapitre Un, Chapitre Trois, Chapitre Quatre - Le Souvenir, Partie IV : L'Hydre, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Chapitre Cinq, Chapitre Six, Épilogue - Un Nom de FRENCH JOHN, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  16. Informations issues de Esclaves des Ténèbres - Les Égarés et les Damnés, Chapitre Dix-Neuf de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  17. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter - Alpha Legion - The Head of The Serpent : The Alpharius Enigma (traduit de l'anglais par Guilhem)
  18. Informations issues de Scions of the Emperor - An Anthology : First Legion de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  19. Informations issues de The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter The Alpha Legion - Exemplary Battle - The Hunting of the Ak'Haireth résumées par Guilhem.
  20. Informations issues de Prétorien de Dorn - L'Alpha et l'Oméga, Partie III : Le Premier Axiome, Chapitre Quatre - Frères de Guerre de FRENCH JOHN, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues de The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter The Alpha Legion - Exemplary Battle - The Tesstra Compliance et résumées par Guilhem.
  22. Informations issues de Légion - Secrets et Mensonges, Partie I : L’Été Reptile - Chapitre Un, Chapitre Deux, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Chapitre Cinq, Chapitre Six, Chapitre Sept, Chapitre Huit, Chapitre Neuf, Chapitre Treize, Partie II : Le Point d’Étape - Chapitre Un de ABNETT DAN, Black Library, 2008 et résumées par Guilhem.
  23. Informations issues de Légion - Secrets et Mensonges, Partie II : Le Point d’Étape - Chapitre Un, Chapitre Deux, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Chapitre Cinq, Chapitre Six, Chapitre Sept, Chapitre Huit, Chapitre Neuf, Chapitre Dix, Chapitre Onze, Chapitre Douze de ABNETT DAN, Black Library, 2008 et résumées par Guilhem.
  24. Informations issues de L'Héritage de la Trahison  : La Lune du Chasseur de HALEY GUY, Black Library, 2016 et traduit par Trazyn l'infini et résumées par Guilhem.
  25. Informations issues de Le Premier Hérétique - Corruption, Chapitre Vingt-Quatre - Istvaan V - Renégats - En Habit de Minuit de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  26. Informations issues de Fulgrim - Portrait d'une Trahison, Partie V : Le Dernier Phénix, Chapitre Vingt-Cinq - Massacre- Démon - Le Dernier phénix de GRAHAM McNeill, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  27. Informations issues de L'Œil de Terra - Je Suis la Vigilance Incarnée : Aurelian, Chapitre Un - Fraternité de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  28. Informations issues de L'Âge des Ténèbres : Le Visage de la Trahison de THORPE GAV Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  29. Informations issues de Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Chapitre Deux - Convoqué par un Primarque - Fantômes et Miroirs - La Cabale Fixe le Cap, Chapitre Six - Un Invité de l’Empereur - Le Hall des Victoires - Omegon se Prépare, Chapitre Huit - Tel Thésée - De Sombres Alliances - Défenses Cachées, Chapitre Dix - Retour sur Délivrance - Le Déverrouillage des Données Génétiques - Caesari, Chapitre Onze - La Renaissance Débute - Transmission Non Autorisée - Le Doute Surgit, Chapitre Treize - L’Espoir de Corax - Contact Deux - Le Chemin de la Victoire, Chapitre Quatorze - Diversion - Un Astartes est Né - Le Germe Empoisonné, Chapitre Quinze - Les Chanceux - Loyauté Divisée - Les Astartes Dévoilés, Chapitre Seize - Le Bombardement de Kiavahr - Mise à Sac - La Revanche de Six, Chapitre Dix-Sept - Attaque, Repli, Contre-Attaque - Couper la Tête - Vérité, Épilogue de THORPE GAV, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  30. Informations issues de Signus Daemonicus - L’Ange Tombe, Chapitre Un - Récifs et haut-fonds - L’Arme Silencieuse - Une Faveur, Chapitre Deux - Rassemblés Autour d’Une Question - Acolyte - Le Visage Dans la Fumée de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  31. Informations issues de Les Primarques : Le Serpent en Dessous, Chapitre - Alpha, Chapitre - Bêta, Chapitre - Gamma, Chapitre - Delta, Chapitre - Epsilon, Chapitre - Omega de SANDERS ROB, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  32. Informations issues de The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter Betrayal At Chondax
    Informations issues de White Scars - Une Légion Divisée, Chapitre Deux - Le Monde Natal - Lécher ses Blessures - Escorteur, Chapitre Trois - Les Seigneurs de Terra - Jouer à des Jeux - La Lame d’un Guerrier, Chapitre Huit - Vers la Poussière - Sons of Horus - La Cage du Faucon, Chapitre Neuf - Pas le Bon Moment - À la Dérive - Le Ciseau de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  33. Informations issues de White Scars - Une Légion Divisée, Chapitre Deux - Le Monde Natal - Lécher ses Blessures - Escorteur, Chapitre Sept - Contemptor - Inscrutabilité - Les Courants de l’Aether, Chapitre Huit - Vers la Poussière - Sons of Horus - La Cage du Faucon, Chapitre Dix - Le Prix du Savoir - Chemin Fixé - Un Renégat Comme les Autres de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  34. Informations issues de The Burden of Loyalty : Wolf King de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  35. Informations issues de Les Légions Brisées : Le Septième Serpent, Chapitre Un - L’Oiseau - Thamatica - Pour l’Empereur, Chapitre Deux - L’Ombre et le Fer - Butins - Le Sépulcre, Chapitre Trois - Pas Seuls - Tirs Croisés - Fils de Medusa, Chapitre Quatre - Nous Sommes Seuls - La Trahison Dans le Sang - De Retour d’Entre les Morts, Chapitre Cinq - La Mission - Éveil - Ordres, Chapitre Six - Un Nouveau But - Exploration - Fugue Spectrale, Chapitre Sept - Menaces en l’Air - Faux Pavillons - Le Meilleur dans ma Spécialité, Chapitre Huit - Tête Haute - Terrain de Chasse - Résurrection, Chapitre Neuf - Décapitation - Exécution - Il Descend, Chapitre Dix - En Position - À la Dérive - Fratricide, Chapitre Onze - Spirale sans Fin - Pas d’Autre Chance - Tuez-les, Chapitre Douze - Quelque Part où Aller - Percée - Égaux de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  36. Informations issues de Prétorien de Dorn - L'Alpha et l'Oméga, Prologue - L’Ordre Donné aux Serpents, Partie I : Terra, Chapitre Un, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Chapitre Cinq, Chapitre Six, Partie II : Les Gardiens Aux Portes, Chapitre Un , Chapitre Trois, Chapitre Cinq, Partie III : Le Premier Axiome, Chapitre Un, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Partie IV : L'Hydre, Chapitre Un, Chapitre Deux, Chapitre Deux, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Chapitre Cinq, Chapitre Six de FRENCH JOHN, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  37. Informations issues de Prétorien de Dorn - L'Alpha et l'Oméga, Partie IV : L'Hydre, Épilogue - Un Nom de FRENCH JOHN, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  38. Informations issues de Esclaves des Ténèbres - Les Égarés et les Damnés, Chapitre Dix-Sept, Chapitre Dix-Neuf de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.