Catégorie:Adeptus Administratum

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Administratum)
« C’est vraiment simple. Si nous plaçons le signifiant ici, dans cette position, le reste du message codé se dévoile enfin à nous. »
- Érudit Gabel Troken, Librarium Centris sur Scintilla.
« Le savoir, c’est le pouvoir. Ne le gaspillez pas inutilement sur les masses. »
L’Adeptus Administratum (aussi appelé simplement Administratum) regroupe l’ensemble des services administratifs de l’Imperium de l’Humanité. Ils travaillent sans relâche à enregistrer et archiver tout ce qui relève du fonctionnement des domaines de l’Empereur et conservent pratiquement toutes les informations qui passent entre leurs doigts tachés d’encre. Que leur mission soit d’interpréter d’anciens grimoires savants, de tamponner les arrêtés de la Dîme Impériale ou d’envoyer à la guerre les unités de la Marine Impériale, ils gèrent l’empire le plus vaste qu’ait jamais connu l’Humanité.

L’Administratum est une imposante organisation monolithique. Il s’agit sans doute de la plus puissante de toutes les divisions qui composent l’Adeptus Terra. On dit de ce dernier que c’est le rouage qui anime l’ensemble de l’Imperium, et que l’Administratum est en quelque sorte le lubrifiant qui assure le bon fonctionnement de la machine. Sans l’Administratum, les engrenages de l’Adeptus Terra se gripperaient et l’Imperium s’effondrerait.

Structure

Les Adeptes

« Le savoir, c’est le pouvoir. Ne le gaspillez pas inutilement sur les masses. »
- Marius Hax, gouverneur de secteur.

Des milliards d’hommes travaillent pour l’Administratum, la plupart étant des Adeptes de différents grades et spécialités. Beaucoup détiennent une place héréditaire, les titres étant transmis de génération en génération. La taille de l’Administratum est telle que des départements entiers disparaissent dans un véritable océan bureaucratique pour ne réapparaître que des siècles plus tard. D’ailleurs, des divisions entières ont été créées et continuent de fonctionner d’une manière dogmatique, alors même que leur dessein originel est depuis longtemps obsolète.

Les Adeptes sont des érudits, des savants pleins de sagesse… ou du moins ils aspirent à le devenir un jour. Ils ont un don pour les langues, l’acquisition du savoir et sont souvent considérés comme le cerveau dans un groupe. Ils ne valent pas grand-chose au combat et certains sont même très frustes dans les rapports humains. Toutefois, dans le domaine de l’intelligence, ils coiffent tout le monde au poteau. La plupart des Adeptes qui travaillent dans les gigantesques complexes et salles d’archives oubliées ou auprès de vieux lecteurs de parchemins sont des érudits selon les normes impériales. On trouve parmi eux des bibliothécaires studieux, qui passent leur vie entière dans les confins poussiéreux d’archives remplies de manuscrits, mais aussi d’ambitieux érudits assoiffés de connaissances et avides de gravir les nombreux échelons de l’Administratum.

Les Inquisiteurs et leurs agents ont bien souvent besoin de tels universitaires, archivistes, conservateurs, scribes, logiciens, traducteurs et autres spécialistes. Les Adeptes côtoient les Inquisiteurs de bien des manières : certains servent déjà l’Inquisition et d’autres croisent leur chemin lors de leurs enquêtes, mais la majorité des Adeptes viennent de l’Administratum. Pour un érudit âgé, habitué à une routine rigide et dogmatique, entrer au service d’un Inquisiteur est une expérience intimidante. Certains hésitent, mais y voient tout de même un devoir qu’il leur faut remplir. D’autres l’acceptent mal, faisant bien comprendre qu’ils servent par peur ou crainte de perdre leur statut plutôt que par idéalisme ou dans le but de sauver l’Imperium. Mais tous ne réagissent pas négativement : certains Adeptes, souvent jeunes, y voient là une opportunité, une chance qui leur est faite de quitter la structure étouffante de l’Administratum, d’étancher leur soif de curiosité et d’étudier des connaissances interdites.

Sur le terrain, les Adeptes se contentent généralement d’un pistolet-mitrailleur, la puissance de feu n’étant pas de leur ressort. Leur travail consiste à prodiguer des conseils tactiques, à casser les codes, à confirmer l’existence de données SCS ou à briefer leurs camarades au sujet des us et rituels locaux. Leur place n’est pas en première ligne des combats, mais elle n’en est pas moins essentielle. Là où d’autres acolytes devront prendre une crypte de données solidement défendue au moyen de plomb et de puissance psychique, quelqu’un doit télécharger et décrypter les infos depuis le terminal au plus fort des combats.

Les Adeptes passent parfois pour des agneaux en comparaison d’autres Acolytes, mais ils ont pourtant accès à la plus puissante des armes du 41e millénaire : la connaissance.

Catégories d'Adeptes

Un Scribe de l’Administratum.

Les Compilateurs

« Les trônes t’aveuglent, mon garçon ; rapporte ces livres avant que je fasse une reliure de la peau de ton dos ! »

Les Compilateurs gardent les manuscrits et pourvoient aux besoins des Sages, filant entre les étagères chancelantes et les cryptes de données, dans l’espoir d’échapper un jour à leur servitude.

Les Copistes

« Dharkins, tes enluminures sont des plus rabiléennes. Tu feras du très bon travail ; et pas simplement en ces murs. »

Les Copistes parviennent à atteindre une place de confiance, où ils ont effectivement affaire à des parchemins, livres et tablettes de données. Bien évidemment, ce sont les principaux oppresseurs des Compilateurs, et ce n’est que justice !

Les Scribes

« Un Scribe est toujours utile… La connaissance fait parfois la différence entre la vie et la mort, notamment lorsqu’on l’envoie en première ligne… »

Les Scribes sont des réceptacles de connaissance, doués en cet art byzantin qui consiste à extraire des renseignements de toutes sortes de sources. Beaucoup craignent secrètement de ne jamais s’élever dans la hiérarchie de l’Administratum, ce qui explique certainement pourquoi ils sont prêts à prendre de si gros risques.

Les Historiographes

« Si vous devez creuser un sujet, un Historiographe est l’outil indispensable. S’il ne connaît pas ce que vous cherchez, il ira vous le dénicher. Et s’il n’arrive pas à le trouver, c’est sans doute que vous n’étiez pas destiné à l’apprendre. »

Les Historiographes sont des membres de confiance de l’Administratum, initiés à certains de ses plus grands secrets. Même les connaissances d’autres Adepta ne sont pas à l’abri de leur regard scrutateur.

Les Praticiens

« Ces praticiens, y sont bizarres. Gare s’ils veulent t’ouvrir gratos. C’est la façon qu’y t’regardent quand t’as les tripes à l’air. Tu sais plus si t’es qu’une expérience ou une côtelette de grox… »

Les Praticiens étudient les secrets de l’anatomie, examinant les chambres secrètes du cœur, les énigmes de la chair et des os, les mystères grisâtres du cerveau.

Les Érudits

« L’érudit Dharkins arrive, inclinez-vous ! Il a soigné la toux liquide et la vérole terrorisante. Les rumeurs prétendent qu’il a l’oreille du conseil de la ruche. Sans lui, seul le Trône sait où nous serions ! »

L’Érudit est au faîte de sa puissance ; c’est un sage expérimenté capable de tirer le meilleur parti de cette formidable machine qu’est l’Administratum. Lorsqu’ils ne sombrent pas dans les débats et querelles théoriques, les Érudits sont respectés et bien souvent influents.

Les Lexographes

« Les Lexographes sont si malins qu’ils inventent des mots et que nul n’ose dire que ce sont des illettrés. »

Toutes les connaissances de l’Imperium sont dissimulées dans les textes en haut gothique des temples, oratoires et archives. Le Lexographe est le gardien de ces écritures sacrées.

Les Analystes

« Arrête de le regarder comme ça, mon vieux. Les simples Compilateurs tels que toi ne doivent pas dévisager ainsi les Analystes. Certes, il a deux cerveaux, mais ce serait également ton cas si tu avais autant de boulot que lui. »

Les Analystes gèrent le flot d’informations passant par l’Administratum, tirant des faits apparemment sans liens de cette mer de connaissances pour trouver des solutions de maître et concevoir d’habiles plans d’attaque.

Les Scientistes

« Lorsque vous aurez compris les secrets de l’univers, vous vous comprendrez également vous-même. »

Les Scientistes atteignent un tel niveau de connaissance de la galaxie qu’ils finissent par se tourner vers les mystères de l’âme humaine.

Les Logiciens

« Selon les cogitations du logicien Veritas, la cité doit être rasée, ce qui résoudra les problèmes criminels et industriels en toute élégance. Comment ? Désolé, mais je crois que la purge a déjà débuté. Vous aviez pourtant dit vouloir trouver une solution rapide… »

Les Logiciens appliquent leurs pouvoirs de raisonnement et de logique phénoménaux aux problèmes les plus épineux, résolvant tous les dilemmes qui se présentent à eux grâce à leur grande intelligence.

Les Magisters

« S’il y a bien une chose pire qu’un Psyker, c’est un Psyker qui sait tout. »

Les Magisters saisissent parfaitement la nature de la galaxie et la place que l’homme y occupe. Grâce à l’étude de ces connaissances interdites, ils découvrent des pouvoirs insoupçonnés.

Les Sages

« Bien sûr que je peux retrouver la trace d’un grand-oncle du duc séparé par trots degrés. Il me suffira de procéder à un méta-analyse alpha-omega du conservatoire de Sainte Capeline. Il faudra que je m’y prenne discrètement cela dit, je ne veux pas que les data-sentinelles remontent la piste de ma signature cognitive. Elles peuvent infliger de si vives douleurs… Ça m’est déjà arrivé, su cours d’une mission sur Malfi. Il parait que je suis resté inconscient pendant trois jours… J’ai fait des rêves d’une étrangeté sans pareille à cette occasion… Au fait, je vous ai dit le que je pouvais trouver ce membre de la famille du duc dont vous voulez connaître l’identité ? Il me suffira de… »
- Adepte Gatasis (présumé mort).

De nombreux Inquisiteurs assemblent une véritable armée d’érudits et de scribes au cours de leurs opérations. Chacun d’entre eux apporte des connaissances et des compétences spécialisées qui seraient autrement tout à fait étrangères à l’Inquisiteur. Les Adeptes qui servent au sein d’une équipe d’Acolytes ont l’occasion de découvrir certaines choses que leurs collègues ne sauraient même pas imaginer et de découvrir des secrets qui les condamneraient à une purge mémorielle complète. Une fois sa tâche accomplie, un Inquisiteur se retrouve souvent face à un dilemme : il lui faut soit éradiquer les souvenirs de l’Adepte avant de le renvoyer à ses maîtres (dans un état de débilité qui peut s’avérer irréversible), soit lui permettre de devenir l’un des détenteurs des secrets de l’Inquisition. Les capacités mentales exceptionnelles de nombreux Adeptes les amènent à découvrir et à résoudre toutes sortes d’énigmes au cours de leurs recherches et bon nombre d’Inquisiteurs choisissent alors de les intégrer de façon permanente à leur équipe afin qu’ils ne communiquent pas à une tierce partie les secrets que l’Inquisition souhaite conserver.

Les Sages (ou Savants, Calculus Logi, Lexmécaniciens) font partie de ces Adeptes qui ont définitivement évolué au-delà des étroites limites de leur spécialité initiale. Bien que nombre d’entre eux conservent certaines attaches de leur vie antérieure (ce qui peut se révéler utile dans l’exercice de leurs nouvelles fonctions) ils deviennent alors des membres à pan entière de l’équipe d’un Inquisiteur. D’autres se mettent au service de l’Inquisition en général et demeurent cloîtrés dans les quartiers de l’organisation (comme le Tricorne) jusqu’à ce qu’ils soient affectés au cadre d’un Inquisiteur qui a besoin de leurs services. La plupart des Adeptes manifestant une inextinguible soif de connaissance, les Inquisiteurs préfèrent généralement faire appel à leur propre Sage afin de ne pas laisser de tels puits de science maudite s’éloigner trop d’eux.

Si les Sages sont si précieux aux yeux des Inquisiteurs, c’est qu’il n’existe pas de secret trop voilé, d’archive suffisamment bien scellée ou de mystère si impénétrable qu’ils ne parviendront pas à découvrir la vérité. Les Sages sont dévoués corps et âme à la découverte du moindre fait, tout obscur soit-il. L’acharnement avec lequel ils se lancent en quête de connaissances triviales dépasse de si loin ce dont est capable le commun de l’humanité qu’il n’est pas rare d’entendre dire que ces individus possèdent un don ou sont affligés par une sorte de malédiction, dont l’origine ne peut être que génétique, comme c’est le cas des Navigators qui héritent à la naissance de leur capacité à guider les vaisseaux au travers du Warp. Les Sages sont capables de pénétrer le logo-système de n’importe quelle archive, de se frayer un chemin parmi des strates de données accumulées au cours de plusieurs millénaires, d’accéder à des fichiers scellés il y a des éons de cela ou de briser des codes conçus pour être aussi impénétrables que possible.

Il revient souvent aux Inquisiteurs de tirer leurs propres conclusions sur la base des données récupérées par les Sages, mais les plus avisés apprennent aussi à lâcher la bride de leurs limiers. Les Sages peuvent se plonger des heures dans un univers invisible de données, procédant à la méta-analyse d’antiques archives. Certains d’entre eux deviennent si absorbés par leurs tâches qu’il faut les superviser afin de s’assurer qu’ils n’en viennent pas à négliger leurs besoins physiques et leurs fonctions organiques. Certains succombent même à une affliction du nom « d’idéo-virus », une compulsion à l’acquisition de données dépourvues de tout intérêt qui les entraîne dans une quête insensée pour la découverte des secrets les plus obscurs de l’univers.

Après de longues années de service, la tête d’un Sage est remplie par toutes les connaissances qu’il a acquises et qu’il refuse d’oublier. L’esprit humain est capable d’absorber des quantités prodigieuses de savoir mais bien peu d’hommes tirent pleinement parti de ce don de l’Empereur. Certains Sages finissent cependant par buter contre de telles limites et viennent à souffrir de la quantité brute d’informations dont ils disposent. Certains font appel aux implants que fabrique l’Adeptus Mechanicus et accroissent ainsi leurs capacités mémorielles au prix d’une parcelle de leur humanité. D’autres ont plutôt recours à des purges partielles qui leur permettent d’éliminer toutes les informations dont ils n’ont pas besoin pour l’accomplissement de leurs devoirs. Ces individus deviennent de plus en plus détachés de la réalité au fur et à mesure que le processus se répète et deviennent capables de se remémorer les obscurs détails des missions auxquelles ils ont participé sans pouvoir se rappeler la moindre chose ayant pris place durant le laps de temps qui s’est écoulé entre deux opérations.

Les Sages qui sont déployés en mission se retrouvent régulièrement dans des situations périlleuses dont ils sont incapables de se tirer sans l’aide de leurs collègues. Quand un Sage se met au travail, une requête d’information basique peut rapidement laisser place à une analyse exhaustive sans qu’il remarque le moins du monde que ses collègues sont en train de repousser vague après vague d’adversaires pendant qu’il traite les informations auxquelles lui donne accès un terminal. L’instinct de survie disparaît chez bien des Sages, écrasé par l’insatiable soif de données qui les pousse à acquérir toujours plus d’informations, nonobstant les risques qu’ils font courir à leurs compagnons d’infortune. Malgré ces risques, la plupart des Inquisiteurs estiment les services d’un Adepte de confiance indispensables à leur entreprise : dévoiler les activités des ennemis de l’Imperium.

Sources

  • Warhammer 40,000 JdR - Dark Heresy : Livre de règles
  • Warhammer 40,000 JdR - Dark Heresy : Ascension

Pages dans la catégorie « Adeptus Administratum »

Cette catégorie comprend seulement la page ci-dessous.