Catégorie:Adeptus Titanicus

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Adeptus Titanicus)
LogoTitanique.jpg


Quatre cents siècles se sont écoulés sur la surface de la Terre depuis que l’Humanité a quitté sa carcasse polluée pour la première fois pour l’abondance inconnue des étoiles froides et lointaines. Les établissements humains se sont répandus dans un million de mondes et ont trouvé des trésors et des horreurs extraterrestres insoupçonnés dans les secteurs lointaines.

L’aube nouvelle et lumineuse de l’Humanité s’est rapidement évanouie dans le tourbillon de la brutalité et de l’ignorance connu sous le nom d’Ère des Luttes. La première vague humaine de colonisation s’est scindée en mondes individuels et en petits empires dispersés dans la galaxie. L’Imperium de l’Humanité a réussi à réunir de nombreux vestiges dispersés de la première expansion et existe depuis 10 000 ans, mais mène une guerre d’usure constante contre la rébellion interne et l’invasion extraterrestre, une guerre alimentée par la chair et le sang de l’Humanité, une guerre où la seule vraie victoire est la survie.

Les forces belligérantes sont armées de gigantesques machines de guerre et d’innombrables armes d’une puissance qui ébranle les mondes. Parmi ces machines de destruction se trouvent les Titans des Legios Titaniques - des machines de guerre bipèdes aussi grandes que des gratte-ciel et contrôlés par des équipages humains.[1]


L’ÂGE DE LA CONNAISSANCE EST MORT, UNE MÉMOIRE FROIDE ET CORROMPUE,
LA MORT DE L’INNOCENCE EST VENUE
ET LE NOUVEL ÂGE DE L’IGNORANCE EST ARRIVÉ,
LES CORPS MORTELS SE DESSÈCHENT ET LES ESPRITS MORTELS S’ESTOMPENT,
ET POURTANT L’ANIMUS MACHINA EST IMMORTELLE.
ET LE DIEU-MACHINE SUPPORTE TOUT…

L'Adeptus Mechanicus Collegia Titanica

Décor1AdeptusMechanicus.png
« Les Ordres de l’Adeptus Titanicus sont la poigne de fer du règne de l’Empereur. Un gant de velours ne servirait à rien. »
- Grand Maître Augrim, Divisio Militaris, Ordre des Imperial Eagles.
Les Titans sont d’immenses machines de combat, des guerriers humanoïdes mécaniques pouvant atteindre jusqu’à 30 mètres de haut. Ils instillent la terreur par leur simple présence, et peu de choses peuvent égaler leur armement. Peu d’ennemis, à part un autre Titan, peuvent s’opposer à eux.

Les Titans sont alimentés par des réacteurs à plasma relativement désuets. Bien que rarement utilisé dans l’Imperium depuis le Moyen-Âge Technologique, rien d’autre ne peut fournir la puissance nécessaire à un Titan. Les générateurs de Boucliers Voids du Titan nécessitent à eux seuls des quantités d’énergie si énormes que rien d’autre ne pourrait l’alimenter. Même la marge d’opération réduite d’un réacteur à plasma d’un Titan - et les conséquences d’une fusion ou d’une réaction d’emballement - sont un petit prix à payer pour obtenir l’énergie nécessaire.

Les Boucliers Voids sont la principale ligne de défense d’un Titan. Un bouclier absorbe les dommages jusqu’à ce que son générateur de Boucliers Voids soit surchargé. Les sécurités empêchent le générateur de griller lorsque cela se produit, et le Bouclier Void s’effondre alors. Cependant, une fois que la puissance excédentaire a été épuisée, le générateur peut être redémarré, réactivant le Bouclier Void une fois de plus. Dans la mesure du possible, les Titans portent un générateur de Boucliers Voids suffisamment grand pour que, en théorie, certains de ses boucliers puissent être utilisés en tout temps. Dans la pratique, ce n’est pas toujours le cas, et une fois qu’un Titan a perdu ses boucliers, il est vulnérable. En cas d’urgence, les Princeps peuvent outrepasser les limites des générateurs de Boucliers Voids, les poussant aux dernières extrémités. Si cela fonctionne, cette tactique risquée peut vaincre presque n’importe quelle attaque. Si elle échoue (comme c’est souvent le cas), le Princeps réduira les défenses de son Titan à des plaques en fusion inutiles.

Les générateurs de plasma fournissent également l’énergie pour de nombreuses armes ; la transmission de l’énergie se fait par l’intermédiaire d’hydroplastiques couplés à des actionneurs. Ceux-ci font fonctionner les systèmes d’armes et d’autres installations dans l’ensemble de la machine. Les membres d’un Titan sont mus par des faisceaux de fibres électriques qui fonctionnent comme des muscles.[2]

Origine

Depuis dix mille ans, l’Imperium fait la guerre à ses ennemis. La guerre est l’état universel de l’Humanité. La paix n’est qu’un bref moment de préparation pour la suite des combats. Les races extraterrestres s’attaquent aux systèmes frontaliers de l’Imperium. La rébellion et la trahison sont monnaie courante dans des millions de mondes colonisés. Les Légions Renégates, confinées pendant des millénaires dans l’Œil de la Terreur, complotent et sapent l’Imperium. Et dans les tourbillons et les tempêtes de la dimension du Warp, les forces et les créatures des ténèbres s’agitent.

Les guerres ne peuvent avoir de fin, sinon se sera l’extinction de l’Homme. Dans ses périls, le genre humain n’a qu’un seul guide : l’Empereur. C’est à Lui qu’incombe le sort de l’Humanité. Dans Ses mains droite et gauche se trouvent l’arme et le bouclier de l’Humanité, les forces de l’Imperium - les puissants Titans de l’Adeptus Titanicus.

Les Titans sont les machines de combat suprêmes de l’Imperium, des gants recouverts d’adamantium. Ils sont armés de guerriers dévoués, armés des armes les plus puissantes que les Technoprêtres impériaux puissent concevoir, et armés de Boucliers Voids, des barrières d’énergie presque impénétrables. À travers l’Imperium et au-delà, rien n’inspire plus de crainte.[3]

L'Imperium de l'Humanité : un Empire Ancien

La connaissance est un trésor qui doit être gardé avec une jalousie féroce en cette époque. La sagesse est une arme plus haineuse et plus destructrice que n’importe quel Canon Nova ou virus dévoreur de vie. Mais la connaissance et la sagesse, bien que descendants de la même source, ne sont pas identiques. Il revient donc à l’Ordre de préserver ce qui reste de la connaissance et de cultiver autant de sagesse qu’il est possible.

Le savoir le plus sacré raconte une époque de cauchemar et de mort, où les lois mêmes qui liaient le tissu de l’univers furent déchirées. De ce que nous savons - pendant vingt-cinq millénaires, l’Humanité régna sur les étoiles, les a apprivoisées, les a réduites à sa volonté. Des merveilles inimaginables étaient monnaie courante et aucun miracle techno-arcananique n’était hors de portée. Les mondes étaient des bijoux argentés qui brillaient parmi le firmament, et l’Humanité tenait entre ses mains les moyens d’anéantir la réalité elle-même ou de la remodeler pour qu’elle s’adapte à ses désirs.

Seuls les "Yldari" hautains et, bien avant eux, les "Slanni" au sang froid, se tenaient plus haut dans les rangs de la création, et comme les domaines de ces anciens, le royaume des étoiles utopique de l’Humanité ne durera pas.

Certaines données archéologiques suggèrent que la chute a été précipitée par la manifestation spontanée de capacités psychiques à l’échelle de l’espèce ; certains documents font état d’une invasion massive de l’espace humain par une myriade de souches aliens. D’autres archives enregistrent une tempête Warp à l’échelle de la galaxie qui a anéanti les mondes de l’Humanité. D’autres racontent encore que les intelligences mécaniques créées par le génie imparfait humain, et qui finit par être essentiel à tous les domaines, se sont rebellés provoquant un effondrement sur l’ensemble des mondes de l’empire dans un seul instant d’horreur.

En vérité, il est probable que tout cela soit vrai. Certainement, quand la chute arriva, elle se produisit rapidement. Quand le coup fatal tomba, il fut donné par de nombreuses mains. Le paradis avait disparu, en grande partie à cause de l’orgueil et de la faiblesse de ceux qui ne méritaient pas les dons sacrés de la technologie.

D’un seul coup, l’empire galactique de l’Humanité s’est effondré dans l’anarchie, la folie et la mort. Les mondes qui n’étaient pas engloutis par le Warp enragé étaient consumés par des aliens cauchemardesques esclavagistes. Ceux qui n’étaient pas déchirés par les mains de leurs propres machines déclinèrent à cause de leur propre rage, une rage féroce consumant des peuples autrefois éclairés. On dit même qu’une grande partie de l’Humanité était esclave de la volonté des intelligences incompréhensibles issues du Warp même, cette réalité sur laquelle s’appuyait un vaisseau interstellaire pour traverser l’immensité de l’espace, "possédée" comme l’auraient interprétés les lointains et ignorant ancêtres du genre humain, vaincue par les Démons de l’Abysse.

À travers la galaxie, la lumière de la civilisation s’éteignit. La plus grande partie de l’Humanité fut tuée et la fraction qui restait plongea dans un âge d’anarchie, de sauvagerie. et de folie qui ferait rage à travers la galaxie pendant cinq millénaires.

C’était l’Ère des Luttes, et jamais une période n’a été aussi bien portée son nom.[4]

Mars et Terra

Même la Vieille Terre, berceau de l’Humanité, était tombée au cours de cette époque la plus sombre, ses océans ayant bouilli et ses grandes villes réduites en cendres. Les élites de l’Humanité étaient des sauvages sans cervelle. Les primitifs sanguinaires utilisaient des artefacts de haute technologie comme des bâtons émoussés pour s’entretuer dans les ruines de la gloire de leurs ancêtres, ignorants tout de l’héritage qui leur avait été enlevé.

Mars, la Planète Rouge qui avait longtemps servi de source d’émerveillement technologique, ne fut pas épargnée par le chaos. Pourtant, ici, un vestige d’ordre, peut-être la dernière once de rationalité épargnée de l’espèce entière, fut sauvé. Au milieu d’un monde de machines brisées, la préservation de la vie en est venue à dépendre de la préservation du savoir. Le plus petit morceau de sagesse signifiait la différence entre l’extinction et la survie, et ainsi ceux qui étaient capables d’extraire un fragment de fonctionnalité des vastes corps métalliques parmi lesquels ils s’accrochaient à la vie en sont venus à être considérés comme des prophètes des données les plus sacrées. Ainsi, les parcelles de la connaissance sont devenus des objets de vénération, les mécanismes par lesquels les données étaient conservées, traitées et transmises devenaient eux-mêmes des instruments de contemplation, les plus saints des saints. Les machines capables de réflexion étaient de la plus grande valeur, mais elles étaient connues pour être en partie dangereuses. Les gardiens de la connaissance prêchaient la sainteté de la machine tout en restant vigilants contre le retour de leur vraie conscience de soi, craignant toujours que les machines à penser puissent se retourner contre ce qui restait de l’Humanité comme elles l’avaient fait à l’aube de l’Ère des Luttes.

C’est ainsi que l’on peut dire qu’au milieu des décombres éparpillés dans les déserts rouge-oxyde de Mars, l’Humanité fit le premier pas sur le long et ardu combat pour la rédemption. Au fil d’innombrables générations, les gardiens de la machine ont rassemblé ce qui restait de technologie éparpillé dans les désolations et qui pouvait être récupéré, la composition d’un canon de connaissances qui préfigurerait le fondement d’une nouvelle religion - du Culte de la Machine. Bénis de secrets et pourtant isolés du l’essentiel de ce qui restait de l’Humanité, ces "Technoprêtres" élevèrent de grandes Forges à travers la surface de leur monde rouge et d’où jaillit un torrent de machines, artifices, instruments et armes de toutes formes et fonctions imaginables, des microscopiques nanorobot de guerre aux géants imposants et blindés capables de raser des villes entières.

Peut-être inévitablement, il s’ensuivit une époque de guerre pure et simple alors que les sectes rivales de Technoprêtres s’efforçaient d’obtenir la suprématie, doctrinale ou temporelle, mais l’équilibre du pouvoir était malaisé, bien que les schismes, hérésies et trahisons restaient constants. Un réseau interne de pouvoir, de patronage et d’influence est venu unir les factions en guerre, jusqu’à ce que les Technoprêtres de Mars soient suffisamment unis dans le but d’étendre leur pouvoir au-delà de la Planète Rouge et du Système Sol, dans une galaxie déchirée par les tempêtes Warp et dévorée par les tyrans et les Xenos monstrueux.

Les Titans jouèrent un rôle majeur dans la conquête de la galaxie par les armées de l’Empereur.
Aucune archive ne rappelle les détails de chaque arche de colonisation envoyée dans les ténèbres, mais il est probable que leur taux d’échec fut astronomiquement élevé et que des millions de Technoprêtres et de colons aient péri durant la soi-disant "Longue Marche". Néanmoins, certains vaisseaux coloniaux atteignirent leurs mondes cibles et les graines du Culte de la Machines furent ainsi dispersées à travers le firmament. Certains de ces mondes coloniaux allaient devenir des Mondes-Forges, semblables à Mars, et pourtant, dans bien des cas, ils possédaient leur propre variation culturelles et de rituels façonnés par des circonstances uniques. D’autres devinrent les Mondes Chevaliers, des colonies établies sur des planètes riches en ressources et qui un jour nourriront et soutiendront les puissants et voraces Mondes-Forges eux-mêmes.[5]

Les Guerres d'Unification et la Grande Croisade

Et puis, enfin, les grandes tempêtes Warp qui avaient dévasté la galaxie furent dissipées et la renaissance de l’Humanité advint. Celui connu uniquement sous le nom de "l’Empereur" a conduit Ses disciples contre les tyrans de la soi-disant Vieille Nuit et a uni tous les peuples de l’Ancienne Terre.

Certains disent que les Technoprêtres de Mars avaient depuis longtemps observé les tribus dispersées de la Vieille Terre, regardant de loin ce grand seigneur de guerre surgir des multitudes de techno-sauvages pour unir ceux qui écouteraient Son message, et conquérir ceux qui ne le rejetteront. Au fur et à mesure qu’Il gagnait en puissance, les Technoprêtres devenaient jaloux de cet individu éloigné et de Sa maîtrise de la technologie, s’imposant face à tous les autres petits seigneurs de guerre de l’Ancienne Terre, si manifestement surclassés. Et au fur et à mesure que Ses armées et Son pouvoir grandissaient, ils savaient que leurs expéditions clandestines pour récupérer les merveilles technologiques perdues dans les ruines de l’ancienne Terre allaient prendre fin.

Génie comme l’Humanité n’en avait jamais vu, l’Empereur créa les Space Marines des Legiones Astartes et mit au-dessus d’eux Ses fils génétiques - les Primarques - qui conduiraient l’Humanité dans un âge de reconquête longtemps planifié qui allait devenir connu sous le nom de Grande Croisade.

C’est sur les pentes d’Olympus Mons que cet homme, et si l’on veut appliquer une telle étiquette prosaïque, l’Empereur, mis le pied sur la Planète Rouge, Ses Guerres d'Unification ayant dépassées les limites de la Vieille Terre pour s’étendre vers l’extérieur, dans le Système Sol. Plusieurs membres de l’Ordre de Mars l’ont tout de suite pris pour une manifestation vivante de l’Omnimessie, le Dieu-Machine du Culte Mechanicus. Certains pensant le contraire, il s’en est suivi une effusion de sang, mais la plupart d’entre eux ont tenu leur langue et ajoutèrent leur voix à eux qui se sont rassemblés à Olympus Mons, pour l’instant du moins.[6]

Les Legios Titaniques

Une myriade d’osts du Mechanicum ont prêté serment d’allégeance à la Grande Croisade, des cultes belliqueux de Myrmidon aux constructions de chairs cybernétiques du Lacrymal. Les plus puissants d’entre eux étaient cependant les machines-divines du Collegia Titanica, une classe martiale singulière du Culte Mechanicus et en même temps bien distincte de celle-ci.

Les gigantesques machines-divines bipèdes connus sous le nom de "Titans" ont servi les Technoprêtres de Mars depuis l’époque appelée seulement l’ère de la Pathogenesis. Bien que peu de données subsistent, on sait que les Titans sont apparus pour la première fois au cours d’une grande et terrible guerre entre les forges assiégées du Mechanicum naissant et une caste d’hérétiques cabalistiques avilis nommée la Cy-Carnivora. De vastes pans des désolations rouges de Mars étaient tombés aux mains des Mekartisans de la Cy-Carnivora, et il a fallu la création de trois ordres entiers de ce qui allait devenir la Collegia Titanica pour les vaincre. Ces trois Ordres ont été collectivement appelés la "Triade Ferrum Morgulus", et c’est à partir du modèle de leur création que furent fondés tous les futurs Legios Titaniques.

Créé pour vaincre les monstrueuses machines-dévoreuses de la Cy-Carnivora, peu de choses pouvaient se tenir devant un Titan, et rien devant une Legio entière, qui, à son apogée, pourrait compter entre 200 et 300 énormes machines de destruction. Après avoir finalement chassé de Mars les horreurs de la Vieille Nuit, les Legios Titaniques ont été fréquemment utilisés au service d’une Forge contre une autre dans une série de guerres civiles et de schismes internes, semant des inimitiés qui allaient porter des fruits amers dans l’âge sombre à venir. Lorsque l’Empereur vint enfin sur Mars et que les accords furent signés à Olympus Mons, les Legios Titaniques furent mis au service de la Grande Croisade, où leurs armes dévastatrices, leurs armure imprenable, leur habileté et leur dévouement sans pareils de leurs pilotes se sont révélés tout aussi destructeurs contre les empires récalcitrants et les horreurs Xenos qu’ils l’avaient été contre la Cy-Carnivora.

Alors que la Grande Croisade s’étendait toujours plus loin de Terra, les osts de l’Humanité rencontrèrent de nombreux mondes humains. Nombre d’entre eux ne possédaient que les technologies les plus basiques, tandis que quelques-uns étaient les égaux de Mars elle-même. Ainsi furent découvertes les colonies envoyées dans le vide pendant la Longue Marche. Telle était l’empreinte profondément enracinée du Culte Mechanicus dont les domaines-machines indépendants, même séparé par de longs et solitaires millénaires et des dizaines de milliers d’années-lumière, reconnaissaient une forme de fidélité à l’égard de la Planète Rouge. Tandis que chaque Monde-Forge restait autonome, pour un long moment du moins, chacun prêta des serments aux Seigneurs de Mars dans la vénération partagée de l’Omnimessie.

Durant l’Hérésie d’Horus, les Legios Titaniques se divisèrent entre et s’affrontèrent sans pitié dans toute la galaxie.
Au plus fort de la Grande Croisade, des douzaines de Legios Titaniques marchèrent à la guerre. La Collegia Titanica sur Mars servait de dépôt général pour les traditions martiales et les modèles des Legios, bien qu’en réalité chacun était en fait son propre maître. Sous les auspices du Collegia Titanica, chaque Legio assuma son propre titre, y compris les noms, icônes, bannières, couleurs et autres éléments uniques de l’héraldique de style Haut Gothique et Bas Gothique.[7]

La Mort de l'Innocence et l'Hérésie d'Horus

La dévotion manifestée à l’Empereur de l’Humanité par les masses de la Planète Rouge était loin d’être totale. Ceux qui avaient gardé leurs doutes pour eux alors que le Mechanicum jurait fidélité à l’Empereur à Olympus Mons révélèrent finalement la corruption qu’ils abritaient. Kelbor Hal, le Fabricator-Général de Mars et les Magos éminents du Culte Mechanicus, dirigèrent la plus grande partie des seigneurs de Mars contre ceux qui avaient juré allégeance à l’Imperium. D’un seul coup, le Mechanicum fut déchiré lors d’une guerre civile qui consuma Mars elle-même et qui s’est répétée sur des dizaines de Mondes-Forges sur toute la longueur et la largeur de la galaxie. Ce n’est que plus tard qu’il fut révélé que la trahison de Kelbor Hal n’était qu’une partie d’une conspiration beaucoup plus grande, et dont l’archi-instigateur avait pour but de détrôner l’Empereur, nul autre que le Maître de Guerre de toutes les armées de l’Empereur - Son fils favori, Horus Lupercal.

C’est ainsi que l’Imperium de l’Humanité fut plongé dans une nouvelle ère d’anarchie et d’effusion de sang, une ère qui allait rivaliser avec le chaos de l’Ère des Luttes dont l’Humanité venait de sortir récemment. Certains ont surnommé la trahison de Kelbor Hal la "Mort de l’Innocence", car elle marquait la fin d’une période aujourd’hui appréciée uniquement pour être du passé. Mais même cette trahison n’était que le premier acte d’une tragédie bien plus grande.

La Mort de l’Innocence fut le début de l’Âge des Ténèbres, l’Hérésie d'Horus, et pour l’Imperium tel qu’envisagé par l’Empereur de l’Humanité, ce sera le début de la fin.[8]

Decor1AdeptusTitanicus.jpg

La Collegia Titanica

Les Titans de la Collegia Titanica sont les incarnations divines du Dieu-Machine et de la colère de l’Empereur !
L’histoire de Titans est très ancienne. Les Titans ont existé tout au long de l’histoire de l’Imperium et bien avant sa fondation, avant même l’Ère des Luttes. Les Titans étaient utilisés pendant le Moyen-Âge Technologique et les premières guerres extraterrestres ; à cette époque, chaque colonie humaine avait au moins une Legio Titanique, et beaucoup en avaient des douzaines déployées pour leur défense. Pendant l’Ère des Luttes, ces Legios Titaniques se sont ensuite retournées les unes contre les autres dans les guerres sauvages et destructrices qui ont déchiré l’Humanité.

C’est au cours de l’Ère des Luttes que les connaissances nécessaires à l’entretien des Titans ont été perdues, et leur utilisation est devenue de plus en plus rare. Au l’époque de l’Imperium, un seul groupe d’individus savait comment construire, entretenir et faire fonctionner les Titans - les Technoprêtres de l’Adeptus Mechanicus. Au sein de l’Adeptus, le savoir était concentré dans l’une de ses organisations militaires : la Collegia Titanica ou, pour lui donner son titre complet, l’Adeptus Mechanicus Collegia Titanica. Ce sacerdoce technologique est aussi connu sous le nom d’Adeptus Titanicus, une contraction de son nom complet.

La Collegia Titanica/Adeptus Titanicus a été réorganisé à partir des restes des anciennes Legios Titaniques. Dans le sillage de l’Hérésie d’Horus et de la trahison de nombreuses Legios Titaniques, une nouvelle organisation garantissant la loyauté était nécessaire. L’indépendance de pensée et d’action a été abandonnée ou rigoureusement contrôlée. Le rôle de la nouvelle Collegia était de balayer les anciennes Legios Titaniques, rassemblant les Titans restants en une seule force dont la loyauté pouvait être assurée. La réorganisation a été un succès : depuis l’époque de l’Hérésie, l’Empereur et Son Administratum n’ont eu que peu de raisons de s’inquiéter de la Collegia.[9]

La Collegia a quatre branches ou Divisiones : la Divisio Militaris, la Divisio Mandati, la Divisio Telepathica et la Divisio Investigatus. Chaque Divisio est à son tour divisée en un certain nombre d’Ordres. Les Ordres sont les unités de base et autonomes de la Collegia, comparables aux Chapitres des Space Marines. Chaque Ordre est commandé par son propre Grand Maître, a ses propres uniformes, insignes, couleurs et rituels. Tous, cependant, ont en commun leur loyauté envers l’Empereur.[10]

La Divisio Militaris

Les Ordres de la Divisio Militaris, généralement appelés simplement Ordres Militaires, sont les successeurs des anciennes Legios Titaniques de l’Ère des Luttes. Beaucoup peuvent retracer leur histoire au-delà de la fondation de l’Imperium, jusqu’à ces temps troublés.

Utilisés lorsqu’une Force de Frappe précise d’un Chapitre Space Marines de l’Adeptus Astartes serait inappropriée, les Ordres Militaires sont à la pointe de la Collegia. Chaque Ordre est basé sur son propre Monde-Forge, et comprend de nombreuses troupes de combat terrestre et du personnel de soutien en plus de ses Titans de Bataille. Certains des Ordres Militaires sont des forces hautement spécialisées, créées pour faire face à des siège ou des combat dans des atmosphères planétaires exotiques, par exemple.

Aucun Ordre, cependant, n’est autorisé à avoir ses propre moyens de transport spatial ; c’est une question de politique impériale qui stipule que cela revient à la Flotte Impériale. Le transport est refusé aux Ordres Militaires pour de bonnes raisons historiques. Pendant l’Hérésie d’Horus, plus de la moitié des Legios Titaniques se joignirent à la rébellion. Avec leurs propres navires de transport, ils ont pu mener des campagnes mobiles, et les Titans ont même pris part au siège du Palais impérial. Dans la réorganisation qui suivit l’Hérésie, les Ordres Militaires furent délibérément rendus dépendants de la Flotte pour le transport ; privés de mobilité, les rebelles pouvaient être rapidement isolés et détruits. Dans l’ensemble, cette politique a été un succès.

Plus d’une centaine d’Ordres du Divisio sont stationnés près de l’Œil de la Terreur pour combattre les Titans du Chaos des Legios Renégates bannies. Les autres sont dispersés dans des lieux stratégiquement importants à travers l’Imperium.[11]

La Divisio Mandati

Les Ordres Exécutifs de la Divisio Mandati voyagent dans de vastes vaisseaux-temple spatiaux, amenant la Pax Imperialis dans les mondes isolés de l’Imperium. Chaque vaisseau-temple transporte entre deux et cinq des immenses Titans Empereur en plus des prêtres, des troupes régulières, des adeptes de l’entretien et d’autres personnels de soutien. Chaque Titan Empereur est une unité autonome transportant des membres de l’Adeptus Arbites, de l’Inquisition et de l’Adeptus Terra. C’est leur tâche d’apporter la Pax Imperialis à tous les mondes qui leur sont confiés. Avec un Titan Empereur comme plate-forme, les serviteurs impériaux peuvent être persuasifs ; et là où la persuasion échoue, la puissance de feu impose la volonté impériale.

Certains Ordres Exécutifs ne dépassent jamais les limites de l’Imperium, ayant un diocèse défini sous leurs autorités. D’autres se spécialisent dans la parole de la Pax Imperialis au-delà des frontières de l’espace impérial. Ces Ordres Missionnaires, qui opèrent souvent à l’appui des Libres-Marchands, sont l’élite de la Divisio Mandati.[12]

La Divisio Telepathica

La Divisio Telepathica, aux effectifs beaucoup moins nombreux que les deux précédentes, manœuvre les terrifiants Titans Psi. Les Ordres Télépathes opèrent chacun à partir d’un Monde-Forge secret près du cœur de l’Imperium.[13]

La Divisio Investigatus

La Divisio Investigatus comprend un certain nombre d’Ordre de Recherche. C’est leur tâche de construire les Titans utilisés par toutes les Divisiones, et de concevoir et de tester les améliorations et les mises à niveau. L’ensemble de la Divisio est basé sur la planète Mars, le cœur de l’Adeptus Mechanicus, dans le système capital impérial. Il n’est pas rare qu’un Ordre de Recherche se rende sur le terrain pour tester ses nouvelles conceptions dans des conditions de combat appropriées.[14]

Decor1AdeptusTitanicus.jpg

Types de Titans

Les Titans sont classés dans certain nombre de grands types, selon leur taille et leur fonction. Les Titans de Bataille et les Titans Empereur sont parmi les plus nombreux, mais il en existe d’autres moins nombreux, comme les redoutables Titans Psi et les rapides et légèrement armés Titans Scouts.[15]

Tous les Titans sont organisés en unités appelées Legios Titaniques. Les Legios Titaniques sont chacune basées sur des Monde-Forge et restent sous le contrôle direct de l’Adeptus Mechanicus, qui gardent jalousement ces puissants véhicules et ont le pouvoir de sanctionner les zones de guerre dans lesquelles ils vont engager leurs forces. C’est ce pouvoir qui donne aux dirigeants de l’Adeptus Mechanicus une grande partie de leur influence lorsqu’il s’agit de déterminer où et quand les armées de l’Imperium vont combattre. C’est une puissance qui est convoitée par d’autres factions sur Terra - en particulier l’Ecclésiarchie qui aimerait beaucoup obtenir le soutien des Titans pour ses guerres religieuses.[16]

Pour l’Adeptus Mechanicus, les Titans sont des symboles anciens et vénérés de la puissance du Dieu-Machine, Ils chevauchent le champ de bataille comme le Dieu-Machine incarné. L’Esprit de la Machine à l’intérieur est soigneusement entretenu par des rituels et des prières. Chaque Titan combattra sur d’innombrables champs de bataille pendant des centaines d’années. La perte d’un Titan est un coup dur pour une Legio, et chaque perte étant pleurée dans son Monde-Forge.[17]

Titan de Bataille

Les Titans de Bataille mesurent entre 10 et 25 mètres de haut. Leurs membres se déplacent grâce à des faisceaux de fibres électriques qui se tordent et se fléchissent comme des muscles autour des os en adamantium et en armaplast. Ils sont protégés par jusqu'à six générateurs de Boucliers Voids et ont une armure lourde en céramique et en adamantium comparable à celle des Chars Super-Lourds. Les générateurs de Boucliers-Voids sont la première ligne de défense du Titan de Bataille, mais ils ont un besoin d'énergie féroce qui dépasse la capacité de la plupart des sources d'énergie portables. Tous les Titans surmontent ce problème en utilisant des réacteurs à plasma dangereusement volatils avec tous les risques de fusion ou d'emballement qui en découlent.[18]

Tous les Titans sont divisés en plusieurs classes selon leur conception de base. De loin, la classe la plus commune de Titans de Bataille est le Warlord.

Depuis l’époque antérieure à l’Imperium, il existait des Titans de Bataille de classe Warlord, et des millions ont été construits selon les plans de cette classe. Il est populaire auprès de tous les Ordres Militaires de la Collegia Titanica. Ses caractéristiques et capacités de manipulation bien connues en font également un cobaye test idéal pour les nouveaux appareils des ordres de recherche de la Divisio Investigatus.

Enfin, chaque classe comporte un certain nombre de variantes. Le type de variante d’un Titan est déterminé par son armement. Il existe, par exemple, quatre variantes principales du Titan de Bataille de la classe Warlord : le Night Gaunt, Eclipse, Death Bringer et Nemesis.[19]

Les Titans sont contrôlés par l’utilisation d’une Unité d'Impulsion Cérébrale ou UIC comme on les appelle parfois. Les Unités d’Impulsion Cérébrale lient les commandes directement à partir des ondes cérébrales de l’équipe à la passerelle du Titan, donnant à la machine une agilité et un temps de réaction autrement impossibles à atteindre. Dans une certaine mesure, le Titan et son équipage, en particulier son commandant ou Princeps, fusionnent en utilisant le UIC.

Les réacteurs à plasma des Titans de Bataille sont conçus pour générer suffisamment d’énergie pour que le Titan puisse fonctionner selon des paramètres stricts. Par exemple, un Titan peut bouger et tirer mais son temps de réaction sera ralenti et il ne pourra pas bouger à pleine vitesse. Alternativement, le même Titan pourrait sacrifier tous ses mouvements afin de lui donner suffisamment d’énergie pour suivre et verrouiller les cibles plus rapidement ou bien se déplacer à pleine vitesse mais être incapable de se fatiguer pendant qu’il le fait. Les Titans de Bataille ont normalement des supports d’armes multi-configuration qui leur permettent d’échanger facilement leurs armement. Cette caractéristique utile permet à un Titan de s’armer théoriquement avec la combinaison d’armes idéale pour chaque type de terrain et chaque adversaire. Bien sûr, sur un front de guerre, c’est rarement le cas, car les Titans sont souvent absents des installations de la base pendant des semaines. Il est également à noter que le Princeps et ses équipages développent rapidement un goût pour des combinaisons d’armes spécifiques.[20]

Titan Warhound

Un Titan Warhound.
Les Warhounds constituent la plus petite classe de Titans, parfois appelés, "Titans Scouts". Ils sont les yeux et les oreilles des Legios Titaniques et lors des campagnes, se projettent en avant des groupes principaux. Plus rapides et plus agiles quel les Reavers ou les Warlords, ils n’ont toutefois pas leur blindage, ni leur puissance de feu. Comme tous les Princeps, les commandants de Warhounds perçoivent et réagissent par les senseurs de contrôle et les contrôles neuraux de leur Titan. Leur audace est proverbiale. Les Warhounds opèrent presque invariablement par paires, de sorte qu’ils peuvent dépasser et déborder d’autres Titans plus grands qu’ils pourraient rencontrer.

Dans un engagement majeur, les Warhounds opèrent sur les flancs et cherchent à engager les chars et l’infanterie ennemis plutôt que d’autres Titans, où leurs Méga-Bolters Vulcans, leurs Batteries Inferno et les Turbo-Lasers (toutes des armes Titaniques plus légères), peuvent encore infliger d’immenses dégâts.[21]

TITAN WARHOUND[22]
Modèles : ......................... Types III à XXI Origine : ........................... Mars
Type de Véhicule : ............. Titans Scouts Blindage Structure : ........... 95mm
Longueur : ....................... 12,1m Blindage Superstructure : ... 95mm
Largeur : ......................... 11m Blindage Tourelle : ............. N/A
Hauteur : ......................... 14m (au repos) Protège Canon : ................. N/A
Garde au Sol : .................. 6,5m Moteur : ........................... Réacteur à Plasma Type XIV
Poids à Vide : ................... 410 tonnes Vitesse Maximum : ............. 58km/h sur route, 42km/h tout-terrain
(longueur de foulée : 8,25m)
Armement Principal : ......... Canon à Plasma Munitions Principales : ........ Illimité (tiré du réacteur)
Armement Secondaire : ...... Méga-Bolter Vulcan Munitions Secondaires : ...... 14000 coups
Angle de Tir Vertical : ......... de -33° à +36° Angle de Tir Horizontal : ..... 100°
Équipage : ........................ 4 (Princeps, 2 Moderatii, Technoprêtre)

Titan Reaver

Un Titan Reaver.
Le Reavers est un très vieux modèle de Titan, et s’il n’est pas aussi lourdement armé que le Warlord (qui constitue le pilier des Titans de Bataille des Legios Titaniques), ou aussi rapide et agile que le Warhound, il reste toujours une puissante machine de guerre à part entière.

Il est protégé par d’épaisses plaques de blindage en adamantium et doté d’une puissance de feu dévastatrice. Comme son grand cousin, le Reaver est considéré comme un machine-divine de destruction, une incarnation de la puissance du Dieu-Machine, trois fois bénie par le Technoprêtre de l’Adeptus Mechanicus avant de s’engager dans la bataille.

Chaque Reaver est commandé par un Princeps, qui est connecté directement à l’Unité d’Impulsion Cérébrale du Titan. Il est assisté de deux membres d’équipage, portant le grade de Moderatii, qui contrôlent le mouvement et les armes du Titan. La source d’énergie du Reaver est son réacteur à plasma, qui est entretenu par un Technoprêtre qui manipule avec soin l’alimentation électrique disponible du Titan et est à son tour assisté dans sa tâche complexe par des Serviteurs connectés directement dans les systèmes du Titan.

Le Reaver comprend trois supports d’armes. Son arme sur sa carapace est l’équivalent d’une arme plus petite de la taille d’un Warhound, tandis que ses bras portent les armes les plus lourdes - jusqu’à la taille d’une arme de Warlord. Les plus grosses armes Titaniques, comme les Sismo-Canons, sont encore au-delà de la capacité de charge d’un Reaver.[23]

On dit du modèle Mars qu’il est le plus vieil archétype de Titan encore en service, ses origines précédant même la Grande Croisade. L’apparition d’un seul Reaver a souvent suffi à renverser le cours d’un conflit, l’ennemi terrifié fuyant devant le colosse dans chaque pas fait trembler la terre.

TITAN REAVER[24]
Modèles : ......................... Types I à XIV Origine : ........................... Mars
Type de Véhicule : ............. Titan Blindage Structure : ........... 120mm
Longueur : ....................... 15,4m Blindage Superstructure : ... 120mm
Largeur : ......................... 18,1m Blindage Tourelle : ............. N/A
Hauteur : ......................... 22,3 Protège Canon : ................. N/A
Garde au Sol : .................. 8,25m Moteur : ........................... Réacteur à Plasma Type XXII
Poids à Vide : ................... 738 tonnes Vitesse Maximum : ............. 27km/h sur route, 19km/h tout-terrain
(longueur de foulée : 12,5m)
Armement Principal : ....... Blaster Laser
Gatling Blaster
Munitions Principales : .... 90 tirs de la batterie
30 coups
Armement Secondaire : ...... Lance-Missiles Apocalypse Munitions Secondaires : ...... 40 missiles
Angle de Tir Vertical : ......... de -33° à +28° Angle de Tir Horizontal : ..... 100°
Équipage : ........................ 4 (Princeps, 2 Moderatii, Technoprêtre)

Titan Warbringer Nemesis

Un Titan Warlord.
Le Titan Warbringer Nemesis est une immense machine de guerre. Il est conçu pour détruire à distance les cibles ennemies de classe Titan, et servir de plate-forme d’appui-feu spécialisée dans les manipules auxquels il est affecté. Il se situe entre les classes Reaver et Warlord qui sont plus courantes. Sa masse et sa puissance de feu le placent souvent sur les lignes de front du champ de bataille aux côtés des différentes classes de Titans de Bataille. Le Titan Warbringer Nemesis à un blindage frontal renforcé, lui permettant de résister à la plupart des tirs de riposte avec une facilité déconcertante, et ses batteries de défense le protègent correctement des attaques aériennes, bien que son blindage arrière relativement léger puisse le rendre vulnérable aux attaques de flanc par voie terrestre.

Au sein des Legios Titaniques, la Némésis a la réputation d’être un Esprit de la Machine agité et de conduire ses Princeps et Moderatii à des niveaux de conscience presque paranoïaques. Les artefacts de capteurs fantômes et autres phénomènes aberrants sont monnaie courante à bord d’une telle machine-divine, mais les incidents où de tels Titans ont braqué et verrouillé des cibles bien avant que leurs équipages puissent réagir sont aussi bien connus. Les Technoprêtres qui servent dans l’entourage de ces machines louent les mystères complexes qui ont amenés à cette création, et beaucoup parmi les Magos du Dieu-Machine considère que c’est un honneur d’être assigné comme serviteur d’un tel exemple merveilleux de Ses miracles.[25]

Titan Warlord

Le Titan de Bataille Warlord a toujours été le cheval de bataille des Legios Titanique, en effet sa conception est antérieure à l’Imperium lui-même. Certains Warlords de la Legio sont en service depuis le Moyen-Âge Technologique et beaucoup d’autres datent de l’Ère des Luttes. Ces anciennes machines de guerre sont soigneusement conservées et entretenues par les Technoprêtres, de sorte que l’énergie surgit encore à travers leurs membres puissants lorsque les bonnes litanies sont exécutées.

Le Warlord est un lourd Titan de Bataille destiné à l’action continue sur la ligne de front dans les grandes zones de guerre. Il est protégé par six générateurs de Boucliers Voids et l’une des armures les plus épaisses que l’on puisse voir sur un Titan de Bataille. Le Warlord peut monter jusqu’à quatre systèmes d’armes principaux indépendants et plusieurs systèmes d’armes subsidiaires pour augmenter sa puissance de feu à courte portée pour le combat urbain.

La grande longévité du Titan Warlord a conduit à une pléthore d’appareils spécialisés conçus pour lui. Il s’agit notamment de modules d’assaut, de missiles à tir unique, d’armes de siège comme les obus de démolition ou les béliers d’abordage, les centres de tir, les aires d’atterrissage, etc. Certaines Legios Titaniques sont presque entièrement composées de Titans Warlords équipés de dispositifs de guerre de siège et ne sont utilisées que pour démolir des forteresses et des villes qui résistent sottement à la volonté de l’Empereur.

Le Titan Warlord présente un inconvénient : son réacteur à plasma est monté dans la cavité abdominale, ce qui le rend vulnérable à un coups frontal. Bien qu’aussi bien blindé que possible, le réacteur reste un point faible qui est vulnérable même aux armes lourdes de l’infanterie. Par conséquent, dans les batailles ouvertes, les Warlords sont le plus souvent configurés comme des plates-formes d’artillerie, en montant un certain nombre d’armes et de missiles à longue portée pour fournir un appui-feu lourd.[26]

Titan-Psi

Alors que le Warlord Sinister semblait être une création singulière dans sa forme et sa fonction, le concept de Titan-Psi était totalement inconnu, du moins dans les annales des ennemis de la Grande Croisade, et même dans les descriptions les plus obscures de l’histoire des Titans du Mechanicum. Dans les profondeurs des événements d’avant l’Unification, il existait de nombreuses références occultées de ce que l’on pourrait décrire comme des "Psi-Titans" ; c’est à dire des Titans conçus pour être piloter et amplifier les pouvoirs d’un seul Psyker, expériences et machines reliques uniques de la guerre. Bien que supprimées depuis longtemps par l’orthodoxie martienne, ce qu’il est advenu des machines elles-mêmes ou des sous-cultes de l’Omnimessie qui les a créées et pilotées reste inconnu. Parmi les Xenos psychiquement puissants avec lesquels l’Humanité a été en guerre, les Aeldaris et les Fra'al possédaient des machines de guerre psi, et en nombre moindre les Vaxal’rek maintenant exterminé, dont certaines machines correspondaient facilement aux Titans de l’Imperium en échelle si ce n'est toujours en forme.[27]

Titan Warlord Sinister

Arme de terreur si secrètement dissimulées que peu de personnes, même au sein de la hiérarchie de l’Imperium, ne soupçonnait son existence. Le Warlord Sinister est une chose qui n’aurait pas du exister. Il représentait la fusion de la plus puissante technologie militaire sur le champ de bataille connue de l’Imperium, les Titans de Mars, et le pouvoir "militarisé" des Psykers asservis de grade alpha et saignés à blanc comme des batteries vivantes par des technologies arcanes interdites. De tels arts, dont la moindre allusion signait un arrêt de mort pour leur créateur, n’existent en général jamais. La seule exception pour libérer cette terreur venait directement de l’Empereur, et son utilisation était dédiée à l’une des agences de guerre et de contrôle politique les plus secrètes et les plus macabres de l’Imperium, l’Ordo Sinister.

L’apothéose de cette sombre science et de cette moisson maligne prit forme dans le corps du Warlord Sinister, une variante du Titan le plus connu, le Warlord. Cette variante est la seule connue à avoir été déployée par l’Imperium, en petit nombre, avant l’Hérésie d’Horus, bien que des rumeurs persistaient quant à l’existence d’autres prototypes et modèles expérimentaux cachés même aux yeux des grands et des puissants de Terra.[28]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : l’Ordo Sinister

Titan Empereur

Un Titan Imperator.
Les Titans de la classe Empereur mesurent entre 25 et 40 mètres de haut. Ils montent de véritables arsenaux d’armes et sont protégés par jusqu’à douze générateurs de Boucliers Voids et un blindage d’une épaisseur telle qu’on en trouve que sur une installation de défense planétaire. Les Titans de la classe Empereur sont parmi les plus grandes unités de combat mobiles pouvant être déployées sur une surface planétaire et chacun d’eux constitue un élément vital de la stratégie de l’Imperium. Les Titans de la classe Empereur utilisent les mêmes technologies que les Titans de Bataille, mais à une échelle massive, avec d’énormes réacteurs à plasma pour répondre à leurs besoins colossaux en énergie.[29]

Ces Titans massifs sont parmi les forces les plus puissantes que l’on puissent déployer sur une surface d’une planète. Les Titans Empereur ont une autre fonction tout aussi importante : ce sont d’immenses temples mobiles du Culte Impérial. Les Ordres Exécutifs s’en servent pour porter la parole de l’Imperium et la Pax Imperialis dans des mondes isolés.[30]

Titan Imperator

L’Imperator est l’un des plus grands exemples d’un Titan de classe Empereur. L’Imperator utilise le modèle "dynamique" du réacteur à plasma qui forme le cœur de tous les Titans de classe Empereur. Ceci permet aux Princeps du Titan de contrôler strictement la quantité d’énergie canalisée vers les différentes parties du Titan afin d’utiliser au maximum la puissance disponible.

Seuls les Princeps les plus aguerris au combat reçoivent le commandement d’un Titan Imperator et peuvent choisir des membres d’équipage parmi les autres Titans de la Legio. En comparaison avec les Titans de Bataille de toutes les classes, les Imperators sont rares, la plupart des Legios Titaniques alignant trois ou quatre Imperators dans une campagne. Les Grands Maîtres des Legios Titaniques utilisent souvent des Titans Imperators, modifiés à un degré plus ou moins grand, comme quartier général mobile. De là, ils donnent des ordres à toute la Legio ou même dirigent personnellement des assauts vitaux si la situation le justifie.

Les Imperators passent une grande partie de leur temps à servir de vastes forteresses mobiles pour renforcer les secteurs vulnérables de la campagne ou pour agir comme force de réserve derrière la ligne de front. Lorsqu’une offensive mineure commence, les Imperators lancent des assauts massifs d’hommes et de machines, leur terrifiante puissance de feu traçant un chemin à travers les lignes ennemies.

Les défenses de l’Imperator sont pour le moins impressionnantes. Douze générateurs de Boucliers Voids et une armure de plusieurs mètres d’épaisseur assurent que seules les salves les plus concentrées ont une chance de l’endommager. De plus, un groupement de Psykers de l’Adeptus Astra Telepathica protège l’Imperator des agressions psychiques et utilise leurs pouvoirs pour l’aider à viser avec ses batteries d’armes. Une compagnie complète d’infanterie et des troupes de soutien peuvent être logées à bord de l’Imperator pour le protéger contre un assaut de l’infanterie ou être transportées vers un objectif vital.

Le Titan Imperator standard est configuré pour délivrer des salves de dévastation à toutes les portées, le feu s’intensifiant lorsque l’Imperator se rapproche de sa cible. Cependant, les Imperators ne sont normalement pas équipés pour combattre d’autres Titans en combat rapproché. Au lieu de cela, ils comptent sur leur puissance de feu mortelle pour écraser leurs adversaires avant qu’ils ne puissent s’approcher trop près.[31]

Titan Warmonger

Le Titan Warmonger est très proche en apparence et en structure du Titan Imperator, mais il a un rôle différent sur le champ de bataille. Au combat, le Warmonger est habituellement retenu pour fournir un soutien-feu à longue portée en raison de l’importance de ses armes et missiles de soutien ainsi que de ses immenses capacités anti-aériennes. Le Warmonger n’est pas aussi efficace à l’assaut rapproché que l’Imperator en raison de son rôle spécifique de soutien et de centre de commandement. Les Titans de Classe Empereur sont connus pour avoir existé bien avant l’Hérésie d’Horus et bien que plusieurs Imperators du Chaos existent, il n’y a aucun Warmonger du Chaos connu.[32]

Decor1AdeptusTitanicus.jpg

Équipage des Titans

Un Princeps, pilote des Titans de l’Adeptus Titanicus.
Chaque Titan est commandé par un équipage de trois à cinq personnes, qui sont toutes reliées à leur machine par des Unités d’Impulsion Cérébrales.[33]

Princeps

Un équipage de Titan est commandé par un Princeps. C’est lui qui contrôle les mouvements du Titan. Le Princeps n’a qu’à penser qu’il marche, qu’il court ou tout autre action : le système d’impulsion cérébrale et les muscles du faisceau de fibres font le reste, traduisant ses pensées en mouvement par le Titan.

Il est responsable des systèmes défensifs du Titan, décidant quand (s’il y a lieu) surcharger les générateurs de Boucliers Voids. Il coordonne également les actions des Moderati, les membres d’équipage ordinaires qui contrôlent les systèmes d’armement du Titan. C’est la tâche des Princeps de diriger l’impressionnante puissance de feu du Titan ; chaque Moderatus doit s’assurer que son arme assignée fonctionne correctement et avec précision.

Trône de Commandement

Le Trône de Commandement blindé d’un Titan est monté au centre du pont de bataille dans la tête du Titan. Le Trône de Commandement est le centre du Titan et permet de contrôler toutes les fonctions du Titan, si nécessaire, par l’intermédiaire des systèmes de commande maîtresse. En dernier recours, le Princeps a accès à ces commandes manuelles pour contrôler les fonctions de la motricité globale du Titan, et ainsi de suite - comme montrés dans l’image à côté dans les bras du trône de commandement.[34]

Unités d'Impulsion Cérébrale

Mystère sacré de l’Adeptus Mechanicus, l’Unité d'Impulsion Cérébrale existe sous diverses diverses formes. Les plus courantes sont représentées dans l’image à côté, à savoir une série de connecteurs de cavité crânienne et d’implants cyber-optiques, et sont favorisées par les traditions de la Legio (bien que d’autres Legio Titanique préfèrent utiliser le spinal-cortex ou des mesures encore plus drastiques, telles que les réservoirs vitro-immersibles). Les Unités d’Impulsions Cérébrales assurent le contrôle direct et intuitif du Titan et permettent aux Princeps de recevoir des informations de son moteur logistique, de son Auspex et de ses systèmes de contrôle directement par leurs propres sens via des connecteurs neuronaux.[35]

Cuirasse Blindée

En plus d’aider à protéger le Princeps contre les blessures causées par les éclats d’obus causés par les dommages secondaires lors des impacts, la Cuirasse Blindée elle-même contient des systèmes d’alimentation et de survie qui fournissent au Princeps de l’air pur. Il aide également à réguler la température corporelle et à surveiller les signes vitaux pour déceler les réactions dangereuses de l’Unité d’Impulsion Cérébrale.[36]

Ombilicaux de Soutien

Ces câbles ombilicaux blindés transportent l’énergie, les systèmes de survie et les données vers le trône de commandement et intègrent de multiples canaux redondants de sorte que si l’un d’eux est coupé ou interrompu pendant le combat, d’autres peuvent prendre sa place.[37]

Moderatii

Bien que les commandes des Princeps soient exécutées principalement via l’interface de l’Unité d’Impulsion Cérébrale, de nombreuses fonctions du Titan sont entre les mains de Moderatii.

Dans un Reaver par exemple , il y a deux Moderatii, l’un dédié au contrôle des principaux systèmes d’armes du Titan, l’autre à la barre, à la surveillance de la rétroaction Auspex et aux affichages tactiques du champ de bataille.[38]

L’équipage est protégé à l’intérieur de bulles de soutien qui peuvent être éjectées du Titan en cas d’urgence. Chaque machine comprend des écrans de données et de visualisation qui affichent les visualisations des armes, des vues extérieures et des informations sur les cibles. Des commandes manuelles à utiliser en cas de défaillance de l’impulsion cérébrale sont également fournies.

L’unité d’impulsion relie l’équipage et le Titan au niveau le plus intime. Les pensées deviennent les actions du Titan ; un membre d’équipage n’a qu’à imaginer qu’une arme tire ou que le Titan entier se déplace pour que les systèmes exécutent ses ordres mentaux. Le Titan devient le corps de l’équipage tant qu’ils y sont liés. Dans la plupart des cas, les systèmes amortisseurs empêchent l’équipage de ressentir les dommages subis par le Titan. Les défaillances de ces systèmes sont heureusement rares, car l’équipage souffre alors de terribles pseudo-blessures et douleurs lorsque le Titan est endommagé.

Les pertes parmi les équipages inexpérimentés de Titan sont élevées, mais si un équipage peut survivre à une ou deux batailles, son espérance de vie au combat augmente de plusieurs ordres de grandeur. Les équipages de Titans deviennent fatalistes, légèrement paranoïaques et totalement cruels envers les ennemis de l’Empereur.

Les équipages ont également droit à une certaine tolérance dans leur comportement ; les infractions mineures aux règles commises par un Moderatii sont souvent ignorées. Les Ordres Militaires, en particulier, se considèrent comme une élite, qui n’est pas liée par les mêmes règlements mesquins que les guerriers inférieurs. Les limites de ce qui est acceptable sont bien compris par chaque Princeps, et bien que le comportement de son équipage peut être aussi idiosyncrasique que possible, sa loyauté ne doit jamais être mise en doute.

Enfin, les meilleurs équipages de Titans qui ont survécu à plusieurs campagnes et plusieurs centaines d’heures de combat sont finalement retirés des unités de ligne. Ils sont affectés à des fonctions supposés moins difficiles et surtout plus prestigieuses dans les rangs de la Divisio Telepathica ou en tant qu’équipage personnel d’un Grand Maître.[39]

Le Technoprêtre

Le dernier membre de l’équipage est un Technoprêtre. Depuis son poste dans la salle des machines, il contrôle le réacteur à plasma du Titan. C’est le cœur du Titan, fournissant l’énergie à tous les systèmes du Titan selon les besoins. Tous les Titans nécessitent de grandes quantités d’énergie, et le réacteur à plasma dangereusement volatil du Titan permet d’en produire. Avec les risques d’effondrement ou de réaction de fuite catastrophique qui en découlent, le Technoprêtre doit constamment surveiller le rendement du réacteur, en détournant l’énergie vers les systèmes au besoin.[40]

Decor1AdeptusTitanicus.jpg

Groupements Tactiques Titaniques

Plusieurs Titans de différentes classe combattent les ennemis de l’Imperium.
Les Legios Titaniques sont des organisations extrêmement flexibles. Le nombre de Titans opérationnels dans une seule Legio peut varier d’à peine une douzaine dans le cas de l’élite de la Legio Ordo Sinister à plus de cent dans la Legio Destructor. Lorsqu’ils sont en guerre, certains des Titans de Bataille de la Legio sont envoyés dans différents secteurs du front de bataille pour soutenir des compagnies spécifiques, nominalement sous le contrôle du commandant de secteur. De même, la plupart des Titans de classe Empereur sont déployés pour renforcer le front à des points clés, bien que ceux-ci demeurent sous le commandement direct du Grand Maître de la Legio.

La majeure partie des Titans de Bataille restants de la Legio est formée en groupes de trois Titans chacun, qui resteront généralement ensemble pendant toute la durée de la campagne. Chaque groupement tactique est une unité indépendante, comprenant souvent ses propres troupes de soutien ainsi que des installations de réparation et d’entretien. Les Titans d’un groupement tactique sont presque toujours du même type, Reavers ou Warlords. Cela permet de s’assurer qu’ils demeurent un groupe cohésif avec des capacités similaires.

Les Titans Scouts tels que les Warhounds n’ont pas été organisés en groupes de combat depuis les excès commis par les Scouts du Senior Princeps Esau Turnet des Têtes de Mort, qui faisaient partie de la Legio Renégate Mortis, lors de l’Hérésie d’Horus. Au lieu de cela, les Titans Scouts opèrent en paires et ces équipes sont attachées à des groupements tactiques ou à d’autres grandes formations si nécessaire

L’armement des Titans d’un groupement tactique varie considérablement en fonction du terrain sur lequel il combat et des forces de ses adversaires. Les Grands Maîtres d’une Legio Titanique réfléchissent depuis des milliers d’années aux mélanges d’armes optimaux pour les groupements tactiques. Est-il préférable d’armer les trois Titans avec des armes de même portée pour obtenir une puissance de feu massive ? Ou chaque Titan devrait-il être adapté pour soutenir ses camarades et combler leurs lacunes ? D’innombrables codex et documents ont été écrits sur le sujet de l’armement Titanique, mais les Princeps et les Grands Maîtres ont tous leur propre perception de l’arme idéale. [41]



Decor1AdeptusTitanicus.jpg

Les Couleurs des Titans de Bataille

Comme les Space Marines des Legiones Astartes, chacun des Legios Titaniques avait son propre système d’héraldique complexe. Elles sont étroitement liées à l’histoire et aux victoires de l’unité et sont souvent l’incarnation de la personnalité et du caractère collectif de la Legio.

Au cours de l’histoire de l’Imperium, les Ordres changèrent leurs couleurs et leurs motifs, mais moins que ce que l’on pourrait croire. La tradition et la fierté sont profondément ancrées dans chaque Ordre. Même les couleurs des anciennes Legios Titaniques ont été conservées et transférées à leurs Ordres successeurs pendant l’Hérésie d’Horus et la Purge qui suivi. Au temps de l’Hérésie d’Horus, les Legios Titaniques et les Ordres nouvellement formés conservèrent leurs couleurs qui devinrent bien plus qu’une marque de chaque Ordre : les couleurs devinrent des insignes de fidélité à l’Empereur ou au Maître de Guerre Horus.

Chaque Ordre Titanique a son propre emblème et ses propres couleurs. Par exemple, les couleurs de l’Ordre de la Divisio Militaris des Fire Wasps sont le rouge et l’or ; tous ses Titans sont peints dans ces deux couleurs. Son emblème, celui d’une guêpe dans un triangle blanc à bordure bleue, est peint sur la carapace de chacun de ses Titans, et chacun porte la bannière de la Divisio Militaris montée sur sa carapace. Sur le carénage inférieur de chaque jambe - de manière à être visible par les troupes au sol - se trouve le symbole de la classe du Titan.

Chaque Titan a sa propre bannière de victoire personnelle, suspendue à sa "taille". Celui-ci porte l’insigne de l’Ordre et - dans le cas des Fire Wasps - des crânes blancs comme symboles de victoire. Les équipages individuels attachent souvent des bannières de mise à mort supplémentaires aux armes de leurs Titans, enregistrant le nombre de cibles que chaque arme a éliminé. Il s’agit souvent d’un emblème non officiel adopté par le Princeps du Titan, ou par les Moderatus en charge de l’arme.

Certains Titans ont aussi des emblèmes personnels, des devises et autres sur leur carapace, leurs armes ou leurs carénages de jambes, et dans de nombreux Ordres, les équipages ont une grande liberté dans la personnalisation de leur Titan. Les couleurs de base de l’Ordre et de ses insignes doivent, bien entendu, être conservées et respectées.

Au lendemain de l’Hérésie d’Horus, les Ordres Loyalistes du nouveau Collegia Titanica ajoutèrent des Sceaux de Pureté à leurs Titans. Ces énormes sceaux de métal mou ont été appliqués par les Technoprêtres de l’Adpetus Mechanicus comme une marque de pureté et une protection contre la corruption. Peints et gravés de runes, décorés de longues bannières en ruban, les sceaux sont encore apposés sur les Titans. Ils sont un souvenir des jours honteux de l’Hérésie où des milliers de Titans se sont retournés contre l’Empereur sous l’influence obscure du Chaos.

Pendant la Grande Purge, les Titans portaient également un fanion de campagne sur la bannière de la Divisio Militaris. Ce long drapeau blanc ont été ajouté aux Titans en signe de loyauté, et portait généralement un slogan Loyaliste comme par exemple perficiii purgendi ou bellum iustum qui étaient populaires. De telles banderoles sont rarement utilisées aujourd’hui, car peu de campagnes ont exigé autant de dévouement et de fanatisme que celles qui ont été mises en place pour combattre l’Hérésie.[42]

Decor1AdeptusTitanicus.jpg

Sources

  • Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook, 2018
  • Imperial Armour Vol. 3 : The Taros Campaign
  • Imperial Armour Vol. 6 : The Siege of Vraks - Part Two
  • Imperial Armour : The Siege of Vraks : 2nd Edition
  • Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, 1988
  • Codex Titanicus, V2
  • Warhammer 40 000, Apocalypse, V6
  • The Horus Heresy, Book Seven - Inferno
  • Forge World - Règles de Legion Titanicus Warbringer Nemesis[1]
  • NetEpic 5.0 Rule Book : Optional Rules[2]
  1. Codex Titanicus : Introduction - The Galaxy (traduit de l’anglais par Guilhem)
  2. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - Titans (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - Contents (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook - Chapter - The Imperium of Mankind - The Empire of Old (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook - Chapter - The Imperium of Mankind - Mars and Terra (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook - Chapter - The Imperium of Mankind - The Unification Wars and the Great Crusade (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook - Chapter - The Imperium of Mankind - The Titan Legions (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook - Chapter - The Imperium of Mankind - The Death of Innocence and the Horus Heresy (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - The Collegia Titanica (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - The Collegia Titanica (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - The Collegia Titanica - The Divisio Militaris (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - The Collegia Titanica - The Divisio Mandati (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - The Collegia Titanica - The Divisio Telepathica (traduit de l'anglais par Guilhem)
  14. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - The Collegia Titanica - The Divisio Investigatus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  15. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - Titans - Titan Types (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. Imperial Armour Vol. 6 : The Siege of Vraks - Part Two : Reaver Battle Titan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  17. Imperial Armour Vol. 3 : The Taros Campaign : Warhound Titan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  18. Codex Titanicus : Battle Titans (traduit de l’anglais par Guilhem)
  19. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - Titans - Titan Types (traduit de l'anglais par Guilhem)
  20. Codex Titanicus : Battle Titans (traduit de l’anglais par Guilhem)
  21. Imperial Armour Vol. 3 : The Taros Campaign : Warhound Titan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  22. Imperial Armour Vol. 3 : The Taros Campaign : Warhound Titan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  23. Imperial Armour Vol. 6 : The Siege of Vraks - Part Two : Reaver Battle Titan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  24. Imperial Armour Vol. 6 : The Siege of Vraks - Part Two : Reaver Battle Titan (traduit de l’anglais par Christer)
  25. Forge World - Règles de Legion Titanicus Warbringer Nemesis Titan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  26. Codex Titanicus : Warlord Battle Titan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  27. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Ordo Sinister - The Hereteknica of the Psi-Titan (traduit de l'anglais par Guilhem)
  28. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Talos of the Emperor - Warlord Sinister Pattern Battle Psi-Titan (traduit de l'anglais par Guilhem)
  29. Codex Titanicus : Emperor Class Titans (traduit de l’anglais par Christer)
  30. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - Titans - Titan Types (traduit de l'anglais par Guilhem)
  31. Codex Titanicus : Imperator Emperor Class Titan (traduit de l’anglais par Christer)
  32. NetEpic 5.0 Rule Book : Optional Rules - Warmonger Titan (traduit de l'anglais par Guilhem)
  33. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - Titans - Titan Crews (traduit de l'anglais par Guilhem)
  34. Imperial Armour : The Siege of Vraks : 2nd Edition - Chapter Seven - On the Edge of Defeat - Titan Princeps - Command Throne (traduit de l'anglais par Guilhem)
  35. Imperial Armour : The Siege of Vraks : 2nd Edition - Chapter Seven - On the Edge of Defeat - Titan Princeps - Mind Impulse Units (traduit de l'anglais par Guilhem)
  36. Imperial Armour : The Siege of Vraks : 2nd Edition - Chapter Seven - On the Edge of Defeat - Titan Princeps - Armoured Cuirass (traduit de l'anglais par Guilhem)
  37. Imperial Armour : The Siege of Vraks : 2nd Edition - Chapter Seven - On the Edge of Defeat - Titan Princeps - Mind Support Umbilicals (traduit de l'anglais par Guilhem)
  38. Imperial Armour : The Siege of Vraks : 2nd Edition - Chapter Seven - On the Edge of Defeat - Titan Princeps - Moderatii (traduit de l'anglais par Guilhem)
  39. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - Titans - Titan Crews (traduit de l'anglais par Guilhem)
  40. Imperial Armour Vol. 3 : The Taros Campaign : Warhound Titan (traduit de l’anglais par Guilhem)
  41. Codex Titanicus : Titan Battle Groups (traduit de l’anglais par Guilhem)
  42. Adeptus Titanicus : Epic Battles Between Gigantic Robots, Chapter - Titan Battle Colours (traduit de l'anglais par Guilhem)

Sous-catégories

Cette catégorie comprend seulement la sous-catégorie ci-dessous.

Pages dans la catégorie « Adeptus Titanicus »

Cette catégorie comprend 6 pages, dont les 6 ci-dessous.