Dreadnought de la Deathwatch : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
 
Ligne 30 : Ligne 30 :
  
 
[[Catégorie:Les Chevaliers de la Longue Veille]]
 
[[Catégorie:Les Chevaliers de la Longue Veille]]
 +
[[Catégorie:Les Agents de l'Inquisition]]

Version actuelle datée du 14 juin 2019 à 16:13

Un Dreadnought de la Deathwatch.
Les Dreadnoughts sont des tombes armées, des sarcophages blindes connectés a un robuste châssis et pilotés par les restes inhumés d’un héros Space Marine mortellement blessé. Dotés d’un arsenal dévastateur pouvant être adapté au soutien antichar ou au massacre au corps à corps, ces machines de guerre polyvalentes sont des atouts précieux à la bataille.

La soif de sang des extraterrestres coûte trop souvent la vie à leurs valeureux adversaires. Lorsqu’un héros méritant se retrouve au seuil de la mort, au-delà des compétences des Apothicaires, on lui laisse le choix : mourir honorablement, conformément à son serment, ou continuer de servir, incarcéré à jamais dans le sarcophage d’un Dreadnought.

Un Dreadnought est essentiellement un blindé ambulant, un chef-d’œuvre du Culte Mechanicus. Sa conception est si réussie qu’il peut combattre à la manière d’un Terminator, mais avec une force vraiment surhumaine. Son cœur est le cercueil mécanique dans lequel le corps mutilé du pilote est inhumé, protégé par une coque couverte d’adamantium. Ce sarcophage est rempli de liquide amniotique qui le maintient en vie indéfiniment, et intègre un ensemble de relais neuraux qui lui permettent de mouvoir la machine de guerre comme si elle était son corps. Les supports brachiaux du Dreadnought peuvent accueillir une panoplie d’armes lourdes et de corps à corps capables de réduire en pièce les chars d’assaut, de pulvériser les murs des bunkers et de réduire l’infanterie extraterrestre en cadavres ensanglantés.

Les rangs de la Deathwatch comportent des Frères de Bataille Dreadnoughts de nombreux Chapitres différents. Il est courant pour de tels héros d’être considérés comme morts par leurs frères d’origine, car une fois incarcéré dans un Dreadnought de la Deathwatch, leur Longue Veille ne cessera jamais. Ils deviennent des Chasseurs de Xenos impérissables dont la guerre est sans fin.

Dreadnought Vénérable

En dépit de l’immense puissance physique d’un Dreadnought, son atout majeur est sa sagesse. Virtuellement immortel, chacun à des siècles d’expérience du combat, et est aussi précieux dans un conseil de guerre que dans le feu de la bataille. Les plus vieux d’entre eux sont appelés Dreadnoughts Vénérables, des ancêtres vivant révérés qui ont connu des millénaires de guerre.

Ces guerriers atemporels passent des décennies en animation suspendue, car affronter le passage temps conduirait à la folie même pour l’esprit le plus formidable. Ce n’est que lorsque le besoin est grand que les Dreadnoughts Vénérables d’une Forteresse du Guet seront éveillés. En pareil cas, les connaissances profondes des anciens en forces, faiblesses et tactiques des Xenos en font des guerriers redoutables doubles de conseillers stratégiques de premier ordre.

Dreadnought Redemptor

Développés pas les Magi de Mars lors de la création des Space Marines Primaris par Belisarius Cawl, les Dreadnoughts Redemptor sont des machines imposantes et surchargées. Alimentés par des réacteurs hyper-dense et des faisceaux de fibres servo-actionnées, ils exhibent une puissance et une vitesse terrifiante pour des marcheurs de ce gabarit. Un Dreadnought Redemptor peut courir aussi vite qu’un char lancé à vive allure sur de courtes distances, afin d’enfoncer un blinde avant que l’ennemi ne puisse réagir à sa présence terrifiante. L’énorme poing du Dreadnought peut réduire la tête d’un Carnifex en pulpe ou éventrer le flanc d’un Monolithe Nécron, tandis que son Canon Gatling Onslaught lourd ou son macro-incinérateur à plasma peut faucher des rangs successifs de Xenos ou annihiler leurs chefs sous des tirs cuisants.

Toutefois, une telle puissance à un prix. Pour les Technoprêtres de Mars, un être vivant, même aussi noble qu’un Space Marine Primaris, n’est qu’un assemblage de composants biologiques au sein du châssis sacré de la machine. L’énergie du Redemptor est si féroce qu’au fil du temps, elle calcine le pilote héroïque qui s’y trouve incarcéré. Enfin, la dépouille ravagée du pilote est extraite et inhumée pour de bon, laissant place à un autre héros désintéressé désireux d’accomplir le sacrifice ultime.

Le nombre de Dreadnoughts Redemptor au sein de la Deathwatch est, pour l’instant, peu élevé. Or, ou qu’ils combattent, ils ont un impact immédiat et spectaculaire. Des noms comme Purgatus Rex, Zachorial le Destructeur et Gideon le Poing d’Adamantium ont déjà été notés dans les annales des Forteresses du Guet en tant que héros de la Deathwatch. Sur les champs de mort de Namatoria, un trio de Redemptor noirs des Iron Hands, des Minotaurs et des Howling Griffons a retenu une nuée de bêtes tyranides pendant six jours et six nuits, se sacrifiant pour défendre le dernier spatioport de la planète. Dans les ruines de Gruk’s World, ce fut le Redemptor Rahellion qui démembra la garde rapprochée du Seigneur de Guerre Ork Gruk et fendit en deux le chef peau-verte dérangé, avant d’annihiler sa bombe du Juj’man Dernié d’une décharge de plasma surchauffé.

Xenomortis

Devenir un Dreadnought est un sacrifice qui dépasse l’entendement des mortels. Si l’individu qui allait prendre le nom de Xenomortis avait compris ce qu’il adviendrait de lui, sans doute aurait-il choisi la mort. Connu uniquement par la devise qui apparaît sur ses parchemins, Xenomortis a perdu son identité il y a bien longtemps. Les rumeurs qui en expliquent la cause abondent. La plus persistante veut que la quantité d’informations que la vénérable machine peut emmagasiner dans son esprit bionique est limitée, et que la haine qu’il voue aux Xenos est si profonde qu’elle a effacé tout ce qui ne concerne pas leur destruction.

Cette théorie gagne en crédit à chaque combat, car Xenomortis semble toujours suivre la voie qui mène à l’éradication la plus expéditive des extraterrestres. Son plan d’attaque est toujours dirigé contre le pivot du dispositif ennemi, et l’arme qu’il requiert adaptée à la souche xenos qui joue ce rôle. On raconte que sa colère est assez pure pour éloigner la mort à jamais, toutefois les Chapelains de la Deathwatch craignent que ce soit la folie qui finisse par l’emporter ; chaque centimètre carré de sa carcasse est oint du sang de mille espèces inhumaines, et pourtant son obsession n’est jamais étanchée.

Source

  • Codex Adeptus Astartes Deathwatch, V8