Chute d'Horus : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
(Meurtre)
Ligne 12 : Ligne 12 :
  
 
On croit généralement que c’est sur le monde de Davin qu’Horus tomba enfin dans les ténèbres. Que ce soit par l’intervention des [[Dieux du Chaos|Puissances de la Ruine]] ou comme l’aboutissement de sa propre vanité grandissante et de son ressentiment malveillant, mais plus probablement un mariage amer des deux, Horus s’est retourné contre son père et forgea un pacte avec les Dieux Sombres du [[Warp]]. Les intelligences maléfiques au-delà de notre raison promirent à Horus de lui offrir la galaxie, le prix étant le sang de son père et la vie de milliards de personnes, et sur ces termes, il leur jura fidélité. C’est ainsi que les événements se mirent en place pour que l’Imperium sombre dans la plus grande guerre civile que l’Humanité ait jamais connue.<ref>The Horus Heresy, Book Two - ''Massacre'', Chapter ''The Road to War - The Dark Age and the Rebirth - The Warmaster'' ''(traduit de l'anglais par  Guilhem)''</ref>
 
On croit généralement que c’est sur le monde de Davin qu’Horus tomba enfin dans les ténèbres. Que ce soit par l’intervention des [[Dieux du Chaos|Puissances de la Ruine]] ou comme l’aboutissement de sa propre vanité grandissante et de son ressentiment malveillant, mais plus probablement un mariage amer des deux, Horus s’est retourné contre son père et forgea un pacte avec les Dieux Sombres du [[Warp]]. Les intelligences maléfiques au-delà de notre raison promirent à Horus de lui offrir la galaxie, le prix étant le sang de son père et la vie de milliards de personnes, et sur ces termes, il leur jura fidélité. C’est ainsi que les événements se mirent en place pour que l’Imperium sombre dans la plus grande guerre civile que l’Humanité ait jamais connue.<ref>The Horus Heresy, Book Two - ''Massacre'', Chapter ''The Road to War - The Dark Age and the Rebirth - The Warmaster'' ''(traduit de l'anglais par  Guilhem)''</ref>
 +
 +
Ce récit est compilé à partir de témoignages, d’archives et d’informations collectées traitant de l’événement crucial qui vit la chute d’un héros et la naissance d’un monstre.
  
 
==La Bataille de Soixante-Trois Dix-Neuf==
 
==La Bataille de Soixante-Trois Dix-Neuf==

Version du 15 août 2019 à 15:45

« Horus, mon frère, tu ne dois rien croire de ce qu’il t’a dit. Ce ne sont que des mensonges. Des mensonges dont il veut déguiser son but exécrable. »
- Magnus le Rouge prévenant Horus de la tromperie d’Erebus.
Horus Lupercal, Maître de Guerre de l’Imperium.
Après une série de glorieuses victoires qui marquèrent l’aboutissement de l’expansion de la Grande Croisade, l’Empereur retourna sur Terra et mis en branle la prochaine étape de Son grand plan dans le secret, convaincu que Ses fils, les Primarques, pourraient poursuivre la Grande Croisade jusqu’à son terme. L’Empereur attribua au Primarque Horus Lupercal le titre de "Maître de Guerre" et lui céda le contrôle de toutes les forces militaires de l’Imperium à Sa place. Les autres Primarques eurent pour instruction de suivre Horus et de lui obéir en temps de guerre. Il y avait, dit-on, une certaine inquiétude chez les Primarques sur le fait que l’Empereur avait décidé de ne plus Se battre à leurs côtés, mais le Maître de l’Humanité était aussi inflexible qu’Il était pressé de préparer l’avenir. Après le retrait de l’Empereur, Horus s’attela avec résolution à la Grande Croisade avec une hâte presque fiévreuse, sachant que même si certains se réjouissaient de son nouveau rang et de sa nouvelle autorité, d’autres seraient au mieux indifférents et au pire rancuniers, et ce n’est que par le succès qu’il pourra se montrer digne de la foi que l’Empereur avait placé en lui. Les Primarques dont il était le plus proche était Angron, Mortarion et Fulgrim. Horus le Maître de Guerre leur promis la victoire - il leur jura qu’il ne manquerait jamais à son commandement et qu’il ne les laisserait jamais sans chef, ni privé de fraternité tant qu’il respirerait.

Si le Maître de Guerre s’occupait des opérations militaires, l’Empereur chargea un autre organe, le Conseil de Terra, d’assurer la paix et gérer l’administration de Son vaste royaume, Lui épargnant les détails du pouvoir afin de Se concentrer sur Ses projets secrets.

Dirigé par Malcador le Sigillite, le Conseil monopolisa l’administration civile de l’Imperium et servit de barrière entre l’Empereur et Ses fils Primarques, absorbant une partie de leur autorité antérieure et favorisant la propagation de l’amertume parmi leurs rangs. Les moins stables des Primarques étaient scandalisés par le mépris qu’ils ressentaient suite aux prérogatives du Conseil, les autres - même les plus fermes - étaient inquiets et troublés par la tournure des événements. Pour certains, cela semblait indiquer que l’Empereur était prêt à tourner le dos à Ses plus grands guerriers et à donner du pouvoir aux mortels sur Ses fils immortels. Ainsi, dans le cœur de certains, le chancre du doute et la bile de ressentiment furent semés.

Il semble que l’honneur d’être Maître de Guerre, si grand soit-il, n’a pas empêché une telle amertume se développer dans le cœur d’Horus. Par la suite et peut-être selon un rapport apocryphe, alors que les victoires du Maître de Guerre semblaient vaines, les sacrifices des Space Marines placés sous ses ordres apparaissaient comme négligeables et de moins en moins pertinents pour un Empereur silencieux. Il lui semblait que son autorité n’était pas aussi incontestée et respectée que l’avait été celle de l’Empereur et que plusieurs Primarques reprochaient à Horus son rang, remettant en question ses décisions ou parvenant à interpréter discrètement ses ordres plus à leur guise. Au fil des ans, les ressentiments et les rivalités qui existaient depuis longtemps entre certains Primarques donnèrent lieu à un débat ouvert et à une dissidence qu’Horus ne put réprimer aussi facilement que l’aurait fait l’Empereur, ce qui aggrava sa colère. Il en vint donc à manifester sa faveur qu’à ceux qu’il estimait le tenir en haute estime, ou du moins qui lui obéissait sans poser de questions. Il reprocha à l’Empereur ses difficultés croissantes de commandement et de conquête pour un effort militaire de plus en plus étalé et de plus en plus étendu. Peu à peu, Horus et ses partisans s’éloignèrent de plus en plus de l’Empereur et du vaste royaume qu’ils servaient, ne trouvant qu’un froid réconfort à la conquête de la galaxie afin d’acquérir toujours plus de gloire à leurs Légions.

On croit généralement que c’est sur le monde de Davin qu’Horus tomba enfin dans les ténèbres. Que ce soit par l’intervention des Puissances de la Ruine ou comme l’aboutissement de sa propre vanité grandissante et de son ressentiment malveillant, mais plus probablement un mariage amer des deux, Horus s’est retourné contre son père et forgea un pacte avec les Dieux Sombres du Warp. Les intelligences maléfiques au-delà de notre raison promirent à Horus de lui offrir la galaxie, le prix étant le sang de son père et la vie de milliards de personnes, et sur ces termes, il leur jura fidélité. C’est ainsi que les événements se mirent en place pour que l’Imperium sombre dans la plus grande guerre civile que l’Humanité ait jamais connue.[1]

Ce récit est compilé à partir de témoignages, d’archives et d’informations collectées traitant de l’événement crucial qui vit la chute d’un héros et la naissance d’un monstre.

La Bataille de Soixante-Trois Dix-Neuf

Un an après avoir été promu Maître de Guerre et de la conclusion triomphale de la Croisade d’Ullanor, Horus était à la tête de la 63e Flotte Expéditionnaire. Sa flotte entra en contact avec un système de neuf mondes, autour d’un soleil jaune. La troisième planète du système était habitée par des humains, et fut baptisée par l’Imperium sous le nom de Soixante-Trois Dix-Neuf. Mais ces habitants l’appelaient "Terra"…

Soixante-Trois Dix-Neuf était gouvernée par un "Empereur", qui affirmait qu’il dirigeait le berceau de l’Humanité, et se considérait comme le dirigeant légitime des hommes. Il exigea que les forces d’Horus lui témoignent allégeance. Amusé par les prétentions de cet "Empereur", Horus envoya une ambassade dirigé par son fils favori et membre de son cercle intérieur, le Mournival, le Capitaine de la 4e Compagnie Hastur Sejanus, que tous dans la Légion des Luna Wolves appréciaient. Ce dernier fut assassiné par les habitants de Soixante-Trois Dix-Neuf.

La Bataille de Soixante-Trois Dix-Neuf.
Horus, malgré la peine de cette perte, accorda une dernière chance à Soixante-Trois Dix-Neuf, souhaitant sauver la paix. Il envoya un second ambassadeur, son Écuyer Maloghurst, qui fut abattu par la flotte de l’"Empereur". La chute de son vaisseau et le crash qui s’ensuivit handicapa Maloghurst, le privant de porter de nouveau l’armure. Face à cette insulte, Horus n’eut d’autre choix que de conquérir le monde par la force. Ces guerriers, appuyé par des Titans et mené par son Premier Capitaine de Compagnie, Ezekyle Abaddon, et les Capitaines Tarik Torgaddon, Horus Aximand et Garviel Loken, écrasèrent les armées ennemis et prirent d’assaut le Palais Impérial de la planète. Le Maître de Guerre élimina personnellement le Faux Empereur, vengeant Sejanus. La population humaine de la planète accepta amèrement son intégration dans l’Imperium. Durant cette campagne, le Capitaine de la 10e Compagnie, Garviel Loken se distingua au point d’être intégré au Mournival, en remplacement d’Hastur Sejanus.

Suite à cette conquête, Horus discuta une dernière fois avec son frère Rogal Dorn, qui accompagnait Horus depuis quelques mois à la demande de ce dernier, afin qu’ils pussent régulièrement s’entretenir à deux des attributions et prérogatives du rôle de Maître de Guerre. Depuis que cet honneur lui était échu, Horus avait sollicité l’opinion et les conseils de tous les Primarques sur ce sujet. Être nommé Maître de Guerre l’avait brutalement coupé d’eux et élevé au-dessus de ses frères, et il y avait eu des objections réprimées, notamment de la part de ceux qui estimaient que ce titre aurait dû leur revenir. La rivalité et la compétition sévissaient parmi les Primarques comme dans n’importe quelle fratrie. Dorn ne doutait pas qu’Horus fût taillé pour ce rôle, car aucun des Primarques n’avait jamais pu rivaliser avec ses exploits ni accéder à la même intimité avec l’Empereur.

Une fois la pacification de Soixante-Trois Dix-Neuf assurée, Dorn prit congé de son frère : l’Empereur Lui avait demandé de fortifier le palais de Terra et d’en garder les remparts. Avant de partir, Dorn demanda au Capitaine Loken d’être la voix de la raison du Mournival afin de conseiller son frère Horus de la meilleure des façons. Malheureusement pour le Primarque des Imperial Fists, la prochaine fois qu’il entendra parler de son frère Horus, se sera de la bouche d’un Capitaine de la Death Guard revenant d’un périple pour porter un message d’infamie et de trahison…

Quand à Horus, il vécut amèrement sa victoire sur Soixante-Trois Dix-Neuf. C’était sa première en tant que Maître de Guerre, mais par l’incompréhension le sang avait été versé alors qu’il était persuadé de pouvoir la rallier pacifiquement, comme aurait pu le faire l’Empereur, du moins s’en convaincant-il.[2]

Meurtre

« Ce… Monde… Est… Meurtre. »
En parallèle aux événements de Soixante-Trois Dix-Neuf, la 140e Flotte Expéditionnaire commandée par le Capitaine Khitas Frome de la Légion des Blood Angels découvrit la planète Cent Quarante Vingt. Khitas Frome ordonna aux trois Compagnies Blood Angels composant sa flotte d’atterrir pour étudier et amener la planète au sein de l’Imperium.

En raison de la turbulence atmosphérique extrême, toutes les navettes des Blood Angels qui tentèrent d’atterrir sur la planète se dispersèrent et furent projetées loin l’une de l’autre, ce qui isola les troupes de débarquement impériales. L’atmosphère affectait également les communications vox et empêchait les forces impériales de coordonner leurs mouvements. Les équipes au sol ont rapidement commencé à envoyer des transmissions altérées aux navires de la flotte en orbite, signalant que la planète était habitée par des Xenos extrêmement hostiles, baptisés Arachnides, car ressemblant à des araignées géantes. Au fil des récits, ces Xenos furent décrits comme trop nombreux et trop redoutables pour être vaincus sans renforts. Peu de temps après, les Blood Angels lancèrent des appels de détresse urgents demandant des renforts et une extraction immédiate. La dernière transmission reçue par la flotte provenait du Capitaine Khitas Frome lui-même, qui prononça chacun de ces mots dans un effort qui paraissait être surhumain : « Ce… Monde… Est… Meurtre. » Le nom est resté et est devenu l’appellation informelle de l’Imperium pour Cent Quarante Vingt.

Une force des Emperor's Children sous le commandement du Seigneur Commandant Eidolon, favori de Fulgrim, arriva en réponse aux appels de détresse des Blood Angels. Ils commirent les mêmes erreurs que les Blood Angels et leurs équipes de débarquement furent dispersées par les puissantes perturbations atmosphériques de la planète. Alors que la Compagnie subissait de lourdes pertes, une escouade de combat dirigée par le Capitaine Saul Tarvitz, accompagné du Capitaine Lucius, découvrit une grande structure ressemblant à un arbre mort. Cet "arbre" portait les corps de plusieurs Space Marines Blood Angels empalés sur ses nombreuses branches. Tarvitz et ses hommes détruisirent la structure, produisant un dégagement soudain du ciel au-dessus de "l’arbre" abattu et firent disparaître les violents orages qui avaient affligé les forces impériales depuis le début de la campagne. Le Capitaine Tarvitz se rendit compte que ces structures étaient en fait des dispositifs de contrôle météorologique artificiels responsables de la turbulence atmosphérique intense de Meurtre.

Les Arachnides se mirent immédiatement à reconstruire "l’arbre" et envoyèrent des centaines de guerriers pour massacrer les derniers Emperor’s Children. Mais au moment où les Space Marines étaient sur le point d’être submergés, une force de secours composée de Luna Wolves de la 63e Flotte Expéditionnaire du Maître de Guerre Horus, nouvellement arrivé, commença à atterrir à travers la brèche dans l’atmosphère. Les Arachnides se dispersèrent et une invasion à grande échelle contre les Xenos de Meurtre commença. Horus se rendit compte que l’assaut des Emperor’s Children était mal préparé et repris l’initiative afin d’éliminer ces dangereux Arachnides.

Dix Compagnies des Luna Wolves, les survivants des Emperor’s Children, des dizaines de milliers de soldats de l’Armée Impériale et plusieurs Titans de la Legio Mortis, dont le Dies Irae, attaquèrent la planète, détruisant chacun des "arbres" rencontrés, ce qui provoqua une érosion de la barrière atmosphérique de Meurtre. Horus, qui commandait l’assaut impérial depuis son vaisseau amiral en orbite, était ravi des progrès réalisés, et le fut encore plus lorsqu’un visiteur inattendu apparu soudainement.

Le Primarque Sanguinius, un des plus proches frères d’Horus, arriva sur Meurtre afin de retrouver les Blood Angels de Khitas Frome, mais ces derniers avaient été anéantie au début de la campagne. Les larmes aux yeux, Sanguinius demanda à son frère Horus s’il le rejoindrait dans une campagne de vengeance contre les Arachnides. Le Maître de Guerre accepta.

Sanguinius et ses forces combattirent aux côtés du Maître de Guerre contre les extraterrestres. Des milliers d’Arachnides se déversèrent des fissures et des crevasses de la planète, leurs réserves semblant sans limite. Au sixième mois de la campagne, il semblait que les Arachnides seraient bientôt annihilées lorsqu’une flotte d’origine humaine apparu prêt de Meurtre. Ces humains faisaient parti d’une civilisation dénommée l’Interex qui avait piégée les Arachnides sur Meurtre - qu’il nommait Urisarach - suite à un conflit avec ces Xenos, les y exilant au lieu de commettre un xenocide, mais les privant de leurs capacités de déplacement interstellaire.

Constatant que le contact avec les humains très avancés de l’Interex était un problème plus urgent à résoudre, Horus mis fin à la campagne contre les Xenos de Meurtre. Les archives impériales n’indiquent pas le sort final de cette race alien une fois que l’Hérésie d'Horus débuta. Quoi qu’il en soit, Horus rencontra l’Interex dans l’espoir de les assimiler et par cet acte, être digne de son titre. Malheureusement les événements qui suivront marqueront amèrement le Maître de Guerre…[3]

Interex et Anathame

L’Interex était une civilisation humaine interstellaire très avancée qui existait dans quelques systèmes stellaires à l’époque de la Grande Croisade au 31e Millénaire. Contrairement à l’Imperium de l’Humanité, l’Interex avait décidé que le meilleur moyen de lutter contre les espèces Xenos intelligentes n’était pas de les exterminer ni de leur faire la guerre, mais d’essayer de coexister avec elles. L’Interex étaient devenus les alliés proches et les seigneurs nominaux d’une espèce alien appelée Kinebrach qu’ils avaient intégré dans leur propre société. Cette tolérance des Xenos créa aux sein des Impériaux une tension, certains comme le Premier Capitaine des Luna Wolves, Abaddon, souhaitant les exterminer sans tarder pour une telle admissibilité.

Ils ont été rencontrés pour la première fois par la XVIe Légion lors de la guerre contre le monde des Arachnides, Meurtre. L’Interex appris à Horus que Meurtre était en réalité une prison pour cette espèce extraterrestre agressive. Après avoir été vaincus lors d’une guerre terrible avec l’Interex, les Arachnides se virent priver de toutes leurs technologies spatiales. La technologie et la science de l’Interex étaient à bien des égards plus avancées que celles de l’Imperium, mais n’étaient pas aussi concentrées sur l’aspect militaire.

Heureux de rencontrer des cousins venant de Terra, l’ancienne Terre de leur légende et berceau de leurs ancêtres, les membres de l’Interex invitèrent Horus et Sanguinius, accompagnés d’une délégation de l’Imperium, sur Xenobia, capitale provinciale des limites de leur territoire. Horus espérait intégrer sans violence l’Interex dans l’Imperium, par la diplomatie et non par la force des armes, à l’image de son père. Le souvenir de Soixante-Trois Dix-Neuf et de Meurtre le hantait, car il voyait dans ces sanglantes campagnes ces deux échecs en tant que Maître de Guerre, et souhaitait se rattraper.

Dans cette délégation de plus de cinq cents individus, parmi lesquels des officiers de l’Astartes, des troupes d’escorte et des Itérateurs, ainsi qu’une sélection de Commémorateurs, se trouvait Erebus, le Premier Chapelain des Word Bearers, arrivé peu de temps après la fin de la campagne sur Meurtre. Erebus avait compris les pressions qu’Horus ressentait par les responsabilités que son titre lui imposait. Le Chapelain des Word Bearers parvient rapidement à s’imposer comme un conseiller de confiance du Maître de Guerre. En réalité, Erebus était en mission pour Lorgar, dans le but de corrompre Horus afin de déclencher la rébellion qu’il préparait depuis quarante ans

Arrivée dans la ville de Xenobia Principis, une cité fastueuse, royale, sur le rivage d’un océan d’ammoniac, Horus et ses pairs furent reçus par le gouvernement de l’Interex et honorés par une grande parade, dont le point culminant fut leur présentation à l’officier royal supérieur de Xenobia, un commandant général du nom de Jephta Naud. Pendant deux semaines, des discussions ne menèrent à rien de concret, convainquant Sanguinius de prendre congé mais n’entravant en rien la volonté d’Horus de continuer les pourparlers avec l’Interex.

Tout s’accéléra lorsque la Galerie des Objets - un édifice ancien auquel l’Interex prêtait apparemment une importance militaire mais dont la galerie ressemblait à un musée taillée dans une section escarpée des contreforts de la baie, et comprenant de nombreuses chambres hautes et des cryptes d’exposition présentant des collections d’armes - fut infiltré et incendié par un intrus qui vola une arme et assassina le conservateur. Cela confirma les craintes initiales de l’Interex concernant les forces impériales, craintes qui expliquaient que ses représentants faisaient traîner les négociations pour s’en assurer : le titre de Maître de Guerre, le militarisme et le bellicisme des impériaux paraissaient aux yeux de l’Interex comme des signes de l’influence du Chaos, dont ils connaissaient le danger et la nature corruptrice. Bien entendu, la délégation impériale et Horus ignoraient totalement ce qu’était le Chaos mais ils furent attaqués par les forces armées de l’Interex. Horus en fut anéanti ; non seulement il avait failli à son rang et fut bouleversé d’avoir échoué à négocier pacifiquement avec l’Interex et, pire, devait les affronter. Avant de partir combattre les soldats envoyés pour le neutraliser, Horus, dans un murmure, demanda à l’Empereur absent pourquoi il avait reçu ce fardeau sur les épaules…

Les combats se propagèrent dans toute la cité et Horus et ses hommes parvinrent à s’échapper suite à une extraction d’urgence mener par sa flotte. Les relations avec l’Interex furent rompues et Horus se replia dans l’espace impérial.

Dans le plus grand secret, Erebus cacha l’arme qu’il avait volé dans la Galerie des Objets sur Xenobia, une lame qui allait changer l’histoire de la galaxie par un coup unique. Cette lame était un Anathame

Quelques semaines plus tard, Horus fit passer un décret qui rebaptisa sa Légion, les Luna Wolves, sous le nom de Sons of Horus. Puis, à la demande d’Erebus qui demanda à Horus d’intercéder dans le règlement d’un litige mineur dans un système sous contrôle impérial, les forces du Maître de Guerre se dirigèrent vers le lieu du dit litige : Davin.[4]

La Bataille de Davin

Lors de la Bataille de Davin, les Sons of Horus combattirent des hordes de fan-boys d’Âge of Sigmar dont l’apparence montrait la vrai nature de cette engeance !
Ils sont peu nombreux dans l’Imperium contemporain à connaître le tragique événement qui frappa le destin du Maître de Guerre. Aucunes archives n’existent et les rares témoins encore vivants sont la plupart des traîtres dont la parole ne vaut rien aux yeux de l’Imperium. Ce qui devait être un simple règlement d’un litige, fut en réalité un terrible piège ourdi par les serviteurs des Puissances de la Ruine, puissances à cette époque encore inconnues même par les plus puissantes autorités impériales, comme Horus…

Davin était un Monde Sauvage balayé par des vents arides évoluant sous un brûlant soleil rouge. Sa surface était dure, faite d’argile cuite parsemée d’une végétation broussailleuse, et de forêts de hauts arbres aux senteurs marquées. L’habitat se bornait à des bourgades primitives le long des vallées fluviales fertiles. De nombreuses tribus nomades solitaires parcouraient l’immensité des déserts infestés de serpents tandis que les ruines dispersées sur ces désertes évoquaient une ancienne culture civilisée que l’anarchie de la Longue Nuit avait détruit. Anciennement nommé Soixante-Trois Huit, le huitième monde ramené à l’obéissance par la 63e Force Expéditionnaire (dirigé par Horus), Davin fut intégré à l’Imperium une soixantaine d’années avant les événements qui verront la chute du Maître de Guerre.

Les combats entre les Luna Wolves et les castes guerrières autochtones furent courts et âpres. Même si écrasés par le nombre, désespérément surclassés, les combattants locaux se battirent avec une grande résolution et n’avaient offert leur reddition qu’après avoir accompli tout ce que l’honneur exigeait. Les Luna Wolves furent impressionnés par leur courage, et par leur volonté d’accepter ensuite le nouvel ordre impérial. Horus déclara à cette époque qu’ils avaient beaucoup à apprendre d’adversaires aussi braves. Ce respect envers ces combattants encouragea l’introduction des Loges Guerrières qui encadraient la culture davinite. Les loges étaient des structures complexes, des sociétés quasi religieuses qui vénéraient divers prédateurs locaux. Par osmose culturelle, les pratiques des loges avaient été naturellement absorbées par les Légions, bien que demeuraient non officielles par décret de l’Empereur qui les interdira plus tard.

Bien que les hommes des tribus étaient séparés du génome humain par des millénaires d’isolement et partageaient peu de traits avec les colons venus s’installer après le passage des Astartes, Horus avait permis à ces individus sauvages de survivre pour leur enthousiasme à embrasser la civilisation impériale. Les érudits de la flotte, ancêtres des Itérateurs et Commémorateurs, avaient été chaleureusement accueillis grâce aux efforts dûment entrepris par les Chapelains des Word Bearers, au lendemain de la conquête, notamment par Kor Phaeron, qui entrepris d’établir de cordiales relations avec les davinites. Horus laissa l’un de ses amis de confiance, Eugan Temba, comme gouverneur de Davin, malgré les protestations de ce dernier.

Suite aux événements de l’Interex, Horus n’avait plus connu de paix depuis ce terrible bain de sang, et l’opportunité manquée d’une unification avec l’Interex ne cessait de le hanter. Les requêtes d’aide ou d’assistance lui arrivaient à répétition de toute la galaxie, émises par ses frères Primarques, par des commandants de l’Armée Impériale, et par tout le contingent d’administrateurs civils qui s’étaient engouffrés dans le sillage de leurs conquêtes. Depuis ces déboires, le Maître de Guerre s’était muré dans une mélancolie renfrognée, et demeurait de plus en plus souvent reclus dans son sanctum, où Erebus le conseillait. Le Premier Chapelain des Word Bearers était en effet parvenu à devenir le conseiller le plus proche du Maître de Guerre, surclassant le Mournival.

Mais suite aux événements de l’Interex, Erebus était parti rejoindre sa propre Légion ; puis il contacta le Maître de Guerre lui demandant de le rejoindre sur Davin afin de résoudre un litige, ce que qu’Horus accepta. Arrivé sur la planète qu’il avait conquise il y a soixante ans, Horus fut accueilli par Erebus et un contingent de Word Bearers. Lors du conseil réunissant les officiers de sa Légion et les Word Bearers, Horus apprit d’Erebus qu’Eugan Temba était un traître, suite à une expédition que le gouverneur mena contre les tribus indigènes de la lune de Davin, qui à l’inverse de ceux de la planète, n’étaient pas soumis. Erebus parla de sorcellerie employés par ces tribus pour retourner Temba contre l’Imperium. Furieux, Horus décida de mener lui-même les forces punitives sur la lune de Davin afin de châtier le traître.

Horus réunit cinq Compagnies d’Astartes, un détachement de l’Armée Impériale baptisée les Janissaires Byzantins de Varvaras, et un groupe de combat de la Legio Mortis avec notamment le Titan Imperator Dies Irae combattre Temba sur la lune de Davin. Les Sons of Horus débarquèrent sur le terrain humide et marécageux entouré de forêt aux arbres putréfiées et dont l’odeur dégoûta les Astartes. Les Sons of Horus furent interloqué par ce paysage, les rapports faisant été d’une terre chaude et aride. Dès leur arrivé, ils captèrent une transmission radio répétitive rendant gloire à un dénommé Nurgh-leth

Sur les lieux, ils découvrirent les cadavres décomposés des hommes issus des troupes laissées à Temba pour gouverner le système. Soudain, les macchabées aux chairs distendues et boursouflées, se réanimèrent, certains surgissant des eaux du marécage pour se jeter sur les Sons of Horus. Les Space Marines furent assaillis par des hordes sans fin de ces cadavres animés. Puis les morts disparurent dans les brumes.

Erebus guida Horus vers l’épave du vaisseau amiral de Temba, le Glory of Terra, gisant en ruine depuis soixante ans sur la lune et présenté comme la source des mystérieuses transmissions. Horus décida de pénétrer à l’intérieur de l’épave du vaisseau afin de découvrir la raison d’être de ce signal. Quelques instants après être entré à l’intérieur du vaisseau en ruine avec une escouade d’Astartes, des portions enterrées du Glory of Terra se libérèrent de la succion des marais, ses sections supérieures chavirèrent, et le vaisseau entier se mit à pencher. Inéluctablement, la proue colossale s’abattit vers le sol, la superstructure se désagrégeant sous son propre poids, s’écrasant avec la force d’un météore. Au même instant, les Sons of Horus restés hors de l’épave en arrière garde sous le commandement des Capitaines Loken et Torgaddon subirent l’assaut soudain des morts-vivants…

Quand il repris connaissance, Horus était seul, partiellement enfoui sous les débris du vaisseau et blessé à un poumon. Recherchant une issue, le Maître de Guerre avança dans le dédale d’acier pour constater que les parois étaient couvertes d’une sorte de poix bactérienne écœurante qui rongeait l’acier comme un mucus corrosif et que des branches d’organismes parasites dégoulinants tétaient des suppurations brunâtres d’espèces de pustules pendues aux murs. Enfin, une odeur constante de putréfaction était suspendue dans l’air, prouvant que l’atmosphère était saturé de toxines. Puis il fut attaqué par une horde de créatures faméliques à la chair contaminée, aux ventres gonflés, leurs têtes cornues et cyclopéennes couronnées de nuages de mouches. Horus les terrassa sans effort puis s’engagea sur le pont principal du vaisseau pour trouver des faisceaux de câblages de plusieurs mètres d’épaisseur : la source du mystérieux signal sonore.

En avançant, le Maître de Guerre fut saisi d’horreur par l’être qui lui faisait face. Eugan Temba attendait le Primarque des Sons of Horus, son corps gonflé, à peine plus qu’une masse remuante et corpulente, ses bouts de tissu gris collés à sa chair maladive et d’où s’échappait une terrible odeur rancie. Temba tenait dans ses mains une étrange épée que n’était autre que l’Anathame qu’Erebus avait volé à l’Interex. Le gouverneur félon accusa Horus de l’avoir abandonné dans ce système isolé mais lui proposa de lui révéler tous les mystères du Warp, la gloire de Nurgh-leth et d’embrasser la cause du Chaos. Ignorant la vraie nature du Warp et brûlant de désir de punir Temba pour sa traîtrise, Horus planta son épée dans le corps obèse de l’ancien Gouverneur Planétaire. Ce dernier ne senti rien et attaqua le Maître de Guerre avec sa funeste lame. Horus dut combattre comme jamais auparavant, abasourdi par la dextérité, l’endurance et la souplesse surnaturelle de la créature qu’il affrontait et qui parvient à arracher une de ses épaulières. Horus réussit finalement à vaincre son adversaire mais au moment où sa lame porta le coup décisif pour éliminer Temba, la lame de ce dernier pénétra dans le muscle deltoïde de Maître de Guerre, là où l’épaulière avait été arrachée. Puis Eugan Temba agonissant, sembla retrouver ses esprits, implorant à Horus de lui pardonner, avant d’expirer.

À l’extérieur, les Sons of Horus bataillaient contre des vagues sans fin de cadavres qui, au moment où Temba périt, s’écroulèrent au sol en poussant un soupir de libération. Paniqués en sachant leur Primarque à l’intérieur du vaisseau, les Astartes de la XVIee Légion fouillèrent l’épave et le trouvèrent… Horus pleurait, serrant le cadavre de Temba contre lui, se reprochant d’être la cause de la déchéance de son ami pour l’avoir abandonné sur Davin. Les Sons of Horus, guidé par le Mournival, ramenèrent Horus à l’extérieur, accablés par l’état de leur Primarque.

Une fois sorti de l’épave, tous constatèrent que la blessure à l’épaule du Maître de Guerre continuait à saigner abondamment ; puis ses yeux roulèrent dans ses orbites et ses jambes cédèrent sous lui.

Puis Horus Lupercal, Primarque des Sons of Horus et Maître de Guerre, s’effondra…[5]

Dans la Loge du Serpent

Un Prêtre Davinite. Il inspire confiance, non ?
Horus, dans le coma, fut transporté d’urgence sur son vaisseau-amiral, le Vengeful Spirit. Dans l’Apothecarion du vaisseau, les Apothicaires parvinrent à stabiliser son état. Mais la nature du mal qui tuait le Maître de Guerre leur restait totalement inconnu.

Puis Horus s’éveilla, faible et mourant. Persuadé que ces dernières heures étaient arrivées, il demanda la présence de Petronella Vivar, sa Commémoratrice personnelle, afin qu’elle recueille une archive qui dira toutes les choses qu’il lui restait à dire avant sa fin. Horus lui révéla toutes les peines que son titre de Maître de Guerre lui avait apporté, notamment la jalousie de certains de ses frères suite à sa nomination - comme le Lion ou Guilliman - la charge de gérer leurs tempéraments - comme ceux d’Angron ou de Konrad Curze. Seul Sanguinius fut encensé par Horus, en qui il voyait le seul Primarque être digne du titre de Maître de Guerre. Puis il expliqua sa tristesse d’avoir été séparer de son père, d’avoir été supplanté par les fonctionnaires et les administrateurs du Conseil de Terra et de voir le développement de la bureaucratie qui le harcelait de plus en plus. Il partagea sa peur d’être oublié et que ses conquêtes soient noyés et gérées par la bureaucratie, mettant de côtés les Astartes et les conquérants comme lui.

En parallèle, dans le plus grand secret, la Loge Guerrière des Sons of Horus se réunit dans les profondeurs du Vengeful Spirit, réunissant notamment Ezekyle Abaddon, Horus Aximand, Maloghurst le Retors et Erebus. Ce dernier déclara que le Maître de Guerre était mourant et que les Apothicaires avaient échoué à le guérir. Il déclara que seul les Loges Guerrières de Davin pouvait sauver Horus et qu’il fallait l’emmener sur la planète, dans un temple où les prêtres guériront Horus par leur maîtrise d’un "art mystique". Craignant la mort de leur Primarque, les Sons of Horus, à court d’autres solutions, acceptèrent d’emmener Horus sur Davin malgré le fait qu’ils violaient le credo de la Vérité Impériale qui rejetaient toutes superstitions.

Le Maître de Guerre, inconscient, fut amené par ses Légionnaires à l’intérieur d’un temple en pierre taillé à même la montagne et baptisé le Delphos, le temple de la Loge du Serpent. Là, les Astartes attendirent à l’extérieur car la tradition exigeait que l’homme nécessitant d’être soigné soit porté à l’intérieur du Delphos, et laissé seulement entre les mains des esprits : si il guérissait, il ouvrirait la porte de lui-même, sinon, elle ne s’ouvrirait que neuf jours après, et sa dépouille sera brûlée. Ainsi Erebus, ayant secrètement rejoint la temple, avait toute liberté de mener le rituel sans être dérangé…

Dans la chambre secrète au cœur du Delphos, la prêtresse davinite, dénommée Akshub, entreprit un rituel sanglant afin d’envoyer l’âme d’Horus et celle d’Erebus dans un monde de l’au delà : l’Immaterium. Horus se réveilla dans un monde à la fois paradisiaque et infernal, ses souvenirs lui revenant peu à peu. Il trouva Hastur Sejanus, le Capitaine Astartes décédé lors de la Bataille de Soixante-Trois Dix-Neuf. Sejanus était l’un de plus chers amis d’Horus qui fut heureux de le revoir. Hastur annonça à Horus qu’il était envoyé pour lui ouvrir les yeux sur les vérités concernant le Warp, l’Imperium et l’Empereur. Le Maître de Guerre apprit qu’il était sur le point de mourir, son âme détaché de son corps malade sur Davin et que de grandes consciences du Warp souhaitaient communiquer avec lui afin d’en faire leur émissaire dans le monde matériel. Ces entités (en réalité les Dieux du Chaos) souhaitaient faire un pacte avec lui : mettre fin à un "élément" qui détruisait leur univers en échange des moyens de satisfaire ses ambitions.

Pour le convaincre d’accepter, Sejanus traversa avec Horus un portail Warp qui les emmenèrent au milieu d’une place remplie d’une masse de gens qui semblaient de pas avoir conscience de leur présence. Entouré de pèlerins, de prêtre, de cathédrales et de bannières religieuses, Sejanus lui présenta ce lieu comme étant un Monde-Temple dédié à la gloire divine d’un personnage : l’Empereur de l’Humanité. Il fit face à une gigantesque statue en or de l’Empereur, entouré des représentations de Sanguinius, de Rogal Dorn, de Leman Russ, de Roboute Guilliman, de Corvus Corax, du Lion, de Ferrus Manus, de Vulkan et enfin de Jaghatai Khan. Horus fut horrifié de voir un monde dédié à un culte religieux, en totale contradiction avec la doctrine athée de la Vérité Impériale, qui plus est un culte rendu à l’Empereur. Sejanus présenta à Horus que cela était le futur destiné à l’Humanité si il ne réagissait pas, un futur qui révélait le véritable plan de l’Empereur : éradiquer toutes croyances pour les remplacer par Son propre culte. Il révéla au Maître de Guerre que dans ce futur, son nom serait oublié et que l’Empereur l’avait abandonné dans Sa quête pour devenir le Dieu de l’Humanité. Horus se sentit trahi, peinant à croire à un si sombre avenir.

Puis Horus fut emmené là où sa vie à commencée, dans les laboratoires secrets de l’Empereur, où lui et ses frères, à l’état de fœtus, se développaient. Sejanus lui apprit la terrible vérité : les Primarques étaient le fruit d’un pacte entre l’Empereur et les dieux du Warp, pacte que l’Empereur à rompus afin de garder pour Lui les Primarques et voler une partie de la puissance du Chaos. Le Maître de Guerre assista à l’enlèvement des fœtus par un maelström du Warp et leur dispersion dans la galaxie. Il vit son père assister à leur enlèvement et au fait qu’Il ne fit rien pour empêcher cela.

Puis les Dieux du Chaos firent défiler sous ses yeux une partie de l’avenir : un avenir où il n’y a pas de paix. Pas de répit. Pas de rédemption. Où il n’y a que la guerre ! Un avenir où l’Humanité était assaillie par les Xenos et vénérait un Dieu-cadavre sur un Trône d'Or. Seul Horus Lupercal pouvait empêcher ce sombre futur d’advenir.

Un denier acteur intervient auprès d’Horus, son frère Primarque Magnus le Rouge. Magnus avait utilisé une puissante sorcellerie sur Prospero, sa planète, pour atteindre son frère malgré l’interdiction du Concile de Nikaea d’user de sorcellerie. Le puissant Psyker cyclopéen implora son frère de ne pas écouter Sejanus, qui tenta de chasser le Roi Pourpre. Mais Magnus révéla le vrai visage de Sejanus : ce n’était autre qu’Erebus, utilisant un voile pour cacher sa véritable identité à Horus. Le Chapelain justifia cette tromperie dans le besoin de présenter un visage ami afin de convaincre Horus de se lever contre le terrible avenir qui se dessinait. Magnus expliqua qu’Erebus ne lui avait montré qu’un futur possible parmi d’autres. Furieux, Horus rejeta le Chapelain et son frère, décrétant que lui seul prendrai sa décision. Ce fut à ce moment qu’Erebus révéla la vraie allégeance de son Primarque, Lorgar, depuis les événements de Monarchia, et que la puissance de l’Urizen en fut décuplé depuis. Horus fut surpris que son frère Lorgar fut choisi en premier par de puissantes divinités. Le Maître de Guerre tenait Lorgar pour un sage ; si lui avait pactisé avec les entités du Warp, cela signifierait que c’était le bon choix ?

Enfin, malgré les supplications de Magnus, Erebus énonça les termes du pacte :

« Livre l’Empereur aux dieux du Warp, et tu pourras disposer d’une puissance sans limites. Je t’ai dit que les dieux du Warp ne s’intéressent pas aux domaines des hommes. Tu régneras alors sur la galaxie en tant que nouveau maître de l’Humanité. »

Neuf jours après son entrée dans le Delphos, le Maître de Guerre Horus Lupercal émergea, sous les acclamations de ces troupes, plus vivant que jamais.[6]

Que Brûle la Galaxie

« Je vais renverser l’Empereur et prendre sa place sur le Trône de Terra en tant que maître de l’Humanité. »
Revenu d’entre les morts, Horus ordonna à sa flotte de se diriger dans un secteur de la galaxie inconnu sans d’autres explications. La 63e Flotte Expéditionnaire arriva dans un système où deux planètes et une lune étaient habitées par une civilisation humaine développée portant le nom de Technocratie Aurétienne. Cette dernière fut surprise mais heureuse d’accueillir leurs lointains cousins. Mais pendant trois jours, la flotte d’Horus attendit avant d’entreprendre le premier contact, le temps que la 203e Flotte Expéditionnaire, sous les ordres d’Angron et de la XIIe Légion, arrive dans le secteur.

Horus, accompagné de ses Astartes, accueillie sur son vaisseau l’ambassadeur de ce monde, Emory Salignac, fabricator-consul de la Technocratie Aurétienne, afin d’établir des relations diplomatiques pacifiques avec l’Imperium. Le fabricator-consul, à moitié homme et moitié machine, en robe rouge et possédant des implants évoquant ceux des Technoprêtres de Mars, était accompagné de guerriers d’élite connus sous le nom de "La Fraternité", vêtus d’armure et maniant des armes très similaires à ceux des Space Marines, bien que n’étant pas des humains améliorés génétiquement. Horus demanda à l’ambassadeur comment son peuple avait pu développer une technologie de pointe qui ressemblait à celle de l’Imperium. 

Lorsque Emory Salignac répondit que la Technocratie Aurétienne possédaient des machines SCS, sources d’une technologie prodigieuse très convoitée par le Mechanicum de Mars et oubliée depuis l’Ère des Luttes, Horus abattit le fabricator-consul de son Pistolet Bolter, sous l’accusation que ce dernier avait attenté à sa vie. Les guerriers de la Fraternité furent massacrés et le Maître de Guerre déclencha l’invasion de la Technocratie Aurétienne afin de s’emparer de la technologie SCS.

Cette invasion dura dix mois, les Sons of Horus et les World Eaters menant les combats sur la surface de la planète, Aureus. Après des mois de massacres, le dernier bastion de la résistance aurétienne, connue sous le nom de Citadelle de Fer, tomba finalement aux mains des forces impériales après un assaut en deux temps dirigé par les Sons of Horus et les World Eaters, conduits par leur Primarque Angron. 

À la fin de l’invasion, une flotte des Emperors’s Children apparu, leur Primarque Fulgrim la dirigeant en personne. Le Phénicien avait été envoyé par le Conseil de Terra afin qu’Horus et Angron répondent de la sauvagerie de cette invasion, suite à des rapports émanant du Seigneur Commandant Hektor Varvaras, en charge des unités de l’Armée Impériale pour la 63e Flotte Expéditionnaire. Le Phénicien fut invité par Horus dans ces appartements privés, en présence d’Erebus et appris au Maître de Guerre que les Space Wolves de Leman Russ avait été lâché sur Magnus avec pour ordre de ramener le Roi Pourpre sur Terra, mais que la raison de cette disgrâce leur restait inconnu. Puis Horus et Erebus racontèrent pendant trois jours à Fulgrim ce qui était arrivé sur Davin, l’assaut contre l’épave du Glory of Terra écrasée à la surface, la trahison d’Eugan Temba et la possession nécrotique qui s’était emparée de sa chair. Horus évoqua l’Anathame, la vérité sur sa blessure, comment il serait mort sans la diligence et la dévotion de la loge de sa Légion. Du temps qu’il avait passé à l’intérieur du Delphos, l’immense temple de Davin, il ne révéla que peu de chose, excepté qu’il lui avait ouvert les yeux à de grandes vérités, et à la tromperie qui avait été perpétrée contre eux. Il lui révéla le projet de divinisation que l’Empereur mènerait pour Sa personne et les sombres origines de leur fratrie. Fulgrim refusa dans un premier temps de croire son frère mais finit par accepter de se tenir à ses côtés pour la future rébellion, ses illusions sur son Empereur envolé. Fulgrim mit sa Légion au service d’Horus et partit rejoindre Ferrus Manus afin de le rallier à la cause de la rébellion. En gage de sa confiance, Horus offrit à son frère de la IIIe Légion l’Anathame qui l’avait mortellement blessé.

Entre temps, lors de la chute de la Citadelle de Fer, le Seigneur Commandant Hektor Varvaras fut assassiné sur le terrain des opérations, officiellement par les Aurétiens, mais en réalité sur ordre d’Horus, éliminant un informateur du Conseil de Terra. Petronella Vivar, la Commémoratrice personnelle d’Horus fut tuée par ce dernier afin qu’elle ne révèle à personne les confessions qu’il lui avait dit lors de sa convalescence. Le Maître de Guerre rejoignit la Loge Guerrière de sa Légion afin de s’assurer de la loyauté des Astartes qui là composait, soit une grande majorité des Sons of Horus. Apprenant les événements sur Prospero, il contacta Leman Russ pour lui faire part de l’usage de sorts et d’invocations démoniaques que pratiquait Magnus (le Primarque des Thousand Sons étant perçu comme une menace pour ses plans), et le convainquit d’éliminer le Roi Pourpre. Lorgar, le Primarque des Word Bearers, l’assura de son soutien ainsi qu’Angron, plus qu’heureux de se venger de l’Empereur depuis l’abandon forcé de ses frères et sœurs gladiateurs sur Nuceria. De même, Mortarion, Primarque de la Death Guard, rejoignit Horus qui se contenta de lui promettre que sous son règne un nouvel âge verrait le jour, un âge ou la justice serait imposée par la force.

Fort de ces soutiens de ses frères, Horus organisa après la chute de la Citadelle de Fer une rencontre avec Regulus, l’Adepte qui représentait le Mechanicum au sein la 63e Flotte Expéditionnaire. Il promit au Martien de lui remettre toutes les bases de données SCS récupérées sur Aureus, d’offrir une plus grande autonomie politique à Mars et la levée de l’interdiction de l’Empereur sur les études des technologies interdites en échange du soutien du Mechanicum pour une future grande entreprise. Regulus accepta avec enthousiasme le marché et parti plus tard sur Mars en faire part au Fabricator-Général, Kelbor-Hal, qui accepta le pacte. De cet accord, la planète rouge connaîtra les pires heures de son histoire depuis l’Ère des Luttes. Pour cimenter l’alliance entre Horus et le Mechanicum, Horus reçut une magnifique Armure Terminator couleur d’obsidienne de la part du Fabricator-Général, avec un Œil Rouge sur son plastron, son abdomen et ses épaulières. Il reçut aussi pour l’une de ses mains un monstrueux gantelet muni de lames acérées à la place des doigts. La Griffe d'Horus

Puis dans son sanctum, le Maître de Guerre fit face au noyau dur des officiers et des commandants de sa Légion : Aximand, Abaddon, Maloghurst, Regulus, Erebus, le Princeps Turnet de la Legio Mortis, et divers officiers supérieurs de l’Armée Impériale triés sur le volet formaient l’auditoire.

Horus leur prononça les mots qui révélèrent son choix sur le pacte offert par les Dieux du Chaos :

« Je vais renverser l’Empereur et prendre sa place sur le Trône de Terra en tant que maître de l’Humanité. »

Horus acheva sa corruption en scellant définitivement son alliance avec les Dieux Sombres, lors d’une cérémonie dans le temple de la loge de sa Légion à bord de son vaisseau amiral, en présence de Regulus et d’Erebus, ce dernier se chargeant du rituel d’invocation. Le Maître de Guerre sacrifia son Astropathe, Ing Mae Sing, afin de communiquer avec une puissante entité du Warp dénommée Sarr’kell, le Seigneur des Ombres. Sarr’kel demanda à Horus de promettre de détruire l’Empereur ainsi que le grand projet qu’Il mène dans Ses laboratoires secrets, projets qui menacent les domaines des Puissances de la Ruine. En échange, les dieux promirent à Horus le trône de l’Imperium et de l’aider à gagner cet objectif. Horus leur jura de détruire l’Empereur. Le pacte fut scellé.

L’Hérésie d’Horus avait commencée.[7]

Sources

  • ABNETT DAN, L'Ascension d'Horus : Où sont plantées les graines de l'Hérésie, Black Library, 2006
  • COUNTER BEN, La Galaxie en Flammes : Où l'Hérésie se révèle, Black Library, 2006
  • McNEILL GRAHAM, Les Faux Dieux : Où l'Hérésie prend racine, Black Library, 2006
  • McNEILL GRAHAM, Fulgrim : Portrait d'une Trahison, Black Library, 2007
  • The Horus Heresy, Book Two - Massacre
  1. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Road to War - The Dark Age and the Rebirth - The Warmaster (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Informations issues de L'Ascension d'Horus : Où sont plantées les graines de l'Hérésie, Partie I : Les Abusés - Chapitre Un - Le Sang de l’Incompréhension - Nos Frères dans l’Ignorance - L’Empereur doit Mourir, Chapitre Deux - À la Rencontre des Invisibles - Au Pied d’un Trône d’Or - Lupercal, Chapitre Trois - Intégration - Parmi les Commémorateurs - Choisi comme Quatrième, Partie III : L'Effrayant Sagittaire - Chapitre Un - Ne commets pas d’Erreur - Cousins Éloignés - D’autres Habitudes, de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de L'Ascension d'Horus : Où sont plantées les graines de l'Hérésie, Partie II : Sur la Terre des Araignées - Chapitre Un Amour et Haine - Ce monde est Meurtre - Un Appétit de Gloire, Chapitre Deux - La Nature de l’Ennemi - Une Trace - La Raison d’Être des Arbres, Chapitre Quatre - Abattre les Arbres Meurtriers - Industrie Arachnide - Ravi de Faire Votre Connaissance, Chapitre Six - L’Instrument de Choix - Images Rares - L’Empereur Nous Protège, Chapitre Sept - Seigneur des Anges - Sur la Terre des Araignées - Interdiction, de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de L'Ascension d'Horus : Où sont plantées les graines de l'Hérésie, Partie III : L'Effrayant Sagittaire - Chapitre Un Ne commets pas d’Erreur - Cousins Éloignés - D’autres Habitudes, Chapitre Deux - Émissaires et Délégations - Xenobia - La Galerie des Objets, Chapitre Trois - Impasse - Illumination - Le Loup et la Lune, Chapitre Quatre - Derniers Échanges - Les Fils d’Horus - Anathame, de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Les Faux Dieux : Où l'Hérésie prend racine, Partie II : La Lune Pestiférée - Chapitre Un Descendante de Terra - Les Colosses - Lune Rebelle, Chapitre Deux - Tu Saignes - Une Bonne Guerre - Jusqu’à ce que Brûle la Galaxie - L’heure d’Écouter, Chapitre Trois - Une Feuille de Verre - Un Homme de Bonne Disposition - À Mots Cachés, Chapitre Quatre - Secrets et Cachotteries - Le Chaos - Répandre la Parole - Audience, Chapitre Cinq Notre Peuple - Un Meneur - Fer de Lance, Chapitre Six La Terre de la Décrépitude - Des Choses Mortes - Le Glory of Terra, Chapitre Sept Surveiller nos Arrières - Effondrement - Le Traître, Chapitre Huit Le Dieu Terrassé de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Les Faux Dieux : Où l'Hérésie prend racine, Partie III : La Maison des Faux Dieux - Chapitre Neuf Les Tours d’Argent - Un Retour Sanglant - Le Voile s’Affine, Chapitre Dix - Apothecarion - Prières - Confession, Chapitre Onze - Des Réponses - Un Marché avec le Diable - Anathame, Chapitre Douze - Agit-prop - Suspicion entre Frères - Le Serpent et la Lune, Chapitre Treize Qui es-tu ? - Rituel - Un Vieil Ami, Chapitre Quatorze Les Oubliés - Mythologie Vivante - Primogénèse, Chapitre Quinze Révélations - Dissension - Dispersion, Chapitre Seize La Vérité est Tout ce que Nous Avons - Le Prophète - Chez Lui, Chapitre Dix-Sept L’Horreur - Anges et Démons - Le Pacte du Sang de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Les Faux Dieux : Où l'Hérésie prend racine, Partie IV : La Fin de la Croisade - Chapitre Dix-Huit Frères - Assassinat - Ce poète turbulent, Chapitre Dix-Neuf - Isolés - Alliés - Les Ailes de l’Aigle, Chapitre Vingt - La Brèche - Une Éclaircie de Midi - Des Plans, Chapitre Vingt et Un - Illumination de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006,
    Informations issues de Fulgrim : Portrait d’une Trahison, Partie IV : Sur le Seuil - Chapitre Seize - Appelé à Rendre des Comptes - Cicatrices - J’ai Peur de l’Échec, Chapitre Dix-Sept - Ne rien Faire contre sa Conscience de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2007,
    Informations issues de La Galaxie en Flammes : Où l'Hérésie se révèle, Partie I : Les Longs Couteaux, Chapitre Quatre - Sacrifice - Un Seul Moment - Veiller sur Elle de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.