Kramboy

De Omnis Bibliotheca
Un Kramboy.
Le feu est une source de fascination pour les Orks. Mettre le feu aux gens est quelque chose de profondément ancré dans leur âme, c’est pourquoi de nombreux Orks rejoignent les rangs des Kramboyz.

Les Kramboyz sont des pyromanes dérangés qui adorent incendier les objets et les personnes qui les portent. Le spectacle d’une torche humaine gesticulant dans tous les sens avant de s’effondrer fascine les Kramboyz, qui utiliseront n’importe quel prétexte pour incinérer quelqu’un.

Les Kramboyz se reconnaissent à leurs masques de soudeurs et au long canon de leurs lance-flammes. Ces "Krameurs" crachent des langues de feu de plusieurs mètres et utilisent comme carburant un mélange à base de prométhium contenu dans les réservoirs que les Kramboyz portent en sac à dos. Les Kramboyz jouissent d’un large espace de manœuvre sur le champ de bataille, les autres Orks ayant tendance à rester à l’écart non seulement à cause de leur odeur de brûlé tenace, mais aussi parce qu’une balle perdue a tôt fait de les transformer en une énorme boule de feu.

Les Kramboyz ont dit s’adapter et se rendre utiles au sein de la société ork, car aucun Big Boss n’accepterait les "accidents" constants qu’induit la présence de ces maniaques pyromanes s’il n’y trouvait pas une contrepartie. Ainsi, les Kramboyz peuvent adapter l’embout de leurs Krameurs pour obtenir une flamme bleue d’une chaleur intense afin de s’en servir comme d’un chalumeau géant. Ils peuvent alors découper sans peine les cloisons et les plaques métalliques.

Les Kramboyz sont utiles lors des opérations de récupération visant à fabriquer des machines de guerre de grande taille, et s’activent pendant des semaines sous la supervision d’un Mékano jusqu’à ce qu’ils aient rassemblé une pile de métal suffisamment haute. Lorsqu’ils vont au combat, ils sont accompagnés par des Mékanos qui s’assurent qu’ils ne se laissent pas emporter et ne retournent pas leurs armes contre leurs camarades, juste pour le plaisir de les voir effectuer la "danse du feu". Bon an mal an, les Kramboyz forment un maillon utile de la société ork.

Comme la plupart des outils des Orks, les Krameurs sont également d’excellentes armes. Ils peuvent déloger un ennemi retranché, surtout lorsque plusieurs Kramboyz combinent les tirs de leurs lance-flammes. Les immolations à grande vitesse sont aussi un danger pour ceux qui affrontent des Kramboyz embarqués dans des Truks et des Chariots de Guerre, et qui font jaillir des langues de flammes quand leur transport se rapproche de l’ennemi. Contre les adversaires lourdement protégés, les Kramboyz changent le mode d’utilisation de leurs Krameurs pour découper les armures avec facilité. C’est pour cette raison que les Kramboyz sont parfois surnommés les "ouvre-boites", en hommage à leur redoutable efficacité.

Le sergent Lassemer observait le char des Orks se rapprocher de leur position. Le véhicule était en feu et crachait de la fumée depuis que les soldats Asmer et Shayl l’avaient atteint d’un tir de canon laser. Son moteur semblait à l’agonie. Lassemer jeta un regard à ses hommes, disposés autour de lui avec discipline, en bons Mordians. Ils affichaient des expressions calmes et confiantes, et tenaient fermement leurs Fusils Laser.

« Dés que l’écoutille s’ouvre, on leur lâche une salve de trois tirs, puis on passe en tir ciblé, » ordonna le sergent. « Qu’on en finisse proprement et rapidement, messieurs. »

Le char s’arrêta à une vingtaine de mètres de leurs lignes et son énorme rampe arrière s’ouvrit et percuta brutalement le sol. Des Orks hurlants jaillirent de l’intérieur enfumé. Les Fusils Laser tirèrent une fois, puis deux, puis trois. Les tirs faisaient mouche, trouaient la peau des Orks ou leurs masques de soudeurs rudimentaires, mais un seul d’entre eux s’effondra, suscitant l’inquiétude de Lassemer. Les autres continuaient de se rapprocher. Ils étaient armés de lance-flammes tubulaires, dont les flammèches bleues brûlaient au bout de leurs canons.

« Abattez-les » aboya-t-il en tirant avec son Pistolet Laser.

Mais les Orks continuaient d’avancer en beuglant excitation, sans se soucier des lasers. Bientôt, les Mordians se retrouvèrent nez à nez avec sept lance-flammes.

« Par l’Emper… » le reste de la phrase de Lassemer se perdit dans le rugissement des flammes qui carbonisèrent les humains. La dernière chose que ressentit le sergent avant d’être réduit en cendres fut une douleur insoutenable.

Source

  • Codex Orks, V8