Kopter

De Omnis Bibliotheca
« K’est-ce ki est plus rapide qu’un Buggy, a plus de dakka qu’une Moto de Guerre, et vole komme un oizeau ? J’en sé rien, mais j’vais bientôt l’dékouvrir ! »
- Blériork, pionnier du Kopter.
Des Kopters.
Les Kopters sont des inventions bizarres sorties de l’imagination de Mékanos obsédés par l’idée de voler. Il s’agit d’appareils d’attaque monoplaces dotés de rotors au-dessus de la tête du pilote et d’un moyen de propulsion à l’arrière. Les rotors maintiennent le Kopter, tandis que leur réacteur peut les déplacer plus ou moins vite vers l’ennemi. Toutefois, qu’il soit immobile ou en mouvement, les armes d’un Kopter ne cessent jamais de cracher la mort.

Les exemples de Mékanos ayant essayé de maîtriser la technologie du vol sont légion, mais seule une fraction d’entre eux a réussi à obtenir autre chose qu’un désastre spectaculaire. Cependant, l’attitude résolument optimiste des Orks signifie que les Mékanos ne manquent jamais de volontaires chez les Fondus d’la Vitesse pour tester leurs dernières inventions. Le Kopter est le fruit de dizaines d’années d’expérimentations qui, à dire vrai, ne sont pas encore vraiment terminées.

Si on doit attribuer un rôle au Kopter, c’est celui de véhicule de reconnaissance. Les Kopters opèrent en avant de la tribu pour repérer l’adversaire. Une fois qu’ils l’ont localisé, les pilotes de Kopters réussissent l’effort suprême de revenir en arrière pour prévenir leur armée et demander des renforts. Il n’est pas rare de voir des Kopters mener l’assaut d’un Kulte d’la Vitesse tandis que le reste de la tribu les talonne ou les suit à la trace.

Le problème est que les Mékanos sont incapables de produire des machines en série. Depuis l’invention du tout premier Kopter, les Mékanos ont inventé de plus en plus de méthodes étranges visant à transformer cette création révolutionnaire en un engin de mort. Les premiers Kopters étaient armés de gros Fling' jumelés, mais au fur et à mesure, les Mékanos les ont souvent dotés à la place de Lance-Rokettes.

La folie du pilote moyen de Kopter est telle que ces machines volantes brinquebalantes foncent souvent directement sur les soldats ennemis, le nez baissé afin que les pales du rotor servent d’armes aussi spectaculaires que salissantes. De telles tactiques sèment la terreur (et des bouts de corps) au milieu des rangs adverses, et il est rare qu’une escouade conserve son sang-froid après qu’un Kopter ait arraché la tête de son chef avec ses pales, tandis que le Fondu d’la Vitesse qui le pilote ricane comme un dément. Certains Mékanos s’amusent à créer des Kopters encore plus extravagants en leur attachant des charges explosives ou des lames de scies circulaires qui décapitent l’ennemi quand ils font des passages en rase-mottes.

Le principal avantage du Kopter sur la Moto de Guerre est sa capacité à survoler le paysage. Bien que les Motos de Guerre atteignent des vitesses de pointe pour le moins impressionnantes en terrain dégagé, les seules limites théoriques à la vitesse d’un Kopter sont les nerfs de son pilote. Mais étant donné que ce dernier est déjà un peu dérangé pour accepter de monter dans une telle machine, on voit souvent des escadrons de Kopters survoler leurs camarades au sol en hurlant de joie, et foncer à une vitesse hallucinante sur l’ennemi pour être les premiers à profiter de la baston.

Zodbrag serra fermement les manettes de contrôle de son Kopter. L’accélération le pressait contre son siège, mais il parvint à jeter un œil vers les ruines de la cité impériale en dessous. Le rotor de son engin faisait un boucan d’enfer, et se mêlait à ceux des Kopters de Nazrat et Gurzgrok pour former une cacophonie qui le fit rire comme un dément.

Il aperçut une intersection défendue par des barricades. Des soldats impériaux étaient accroupis derrière, et ouvraient le feu contre les bandes d’Orks qui essayaient de remonter la rue. Des cadavres de Peaux-Vertes jonchaient le sol.

Zodbrag pointa du doigt les barricades et reçut des signes d’approbation et de larges sourires de la part de Nazrat et Gurzgrok. Se penchant sur ses commandes, Zodbrag plongea en piqué, suivi de près par ses ailiers. Les tirs des humains les visèrent, mais beaucoup trop tard. Zigzagant à travers la fusillade, Zodbrag appuya sur les commandes de tir et envoya une salve de rokettes exploser au milieu de l’ennemi. D’autres détonations survinrent quand ses coéquipiers se joignirent à la fête.

Zodbrag survola à basse altitude les défenses affaiblies des impériaux, puis jeta un regard en arrière. Il vit des bandes de Boyz charger en poussant des cris de guerre, et s’infiltrer par les brèches. "V’la ki est mieux !" pensa-t-il.

Sources

  • Codex Orks, V8
  • Codex Orks, V4