Kommando

De Omnis Bibliotheca
« Des ombres mouvantes ? Des Orks camouflés ? Vous nous prenez pour des idiots ? Les Orks sont des barbares. C’est le dogme de l’armée, qui fonctionne très bien depuis dix mille ans, qui nous le dit. Les Peaux-Vertes chargent en une vaste horde, ils ne se cachent pas dans les ténèbres pour frapper.
Gardes ! Conduisez le prisonnier dans sa cellule, en attendant son exécution pour lâcheté et incompétence. »
- Prévôt-Major Kyne, lors de cour martiale du Lt. Gordo.
Un Kommando.
Les Kommandos sont un exemple parfait de la ruse dont savent faire preuve les Orks. Rien ne plaît plus à un Kommando que ramper dans les fourrés jusqu’à un ennemi avec le reste de sa bande sans se faire remarquer. Les Kommandos jaillissent ensuite soudainement et éliminent leur cible avec leurs Kalibr’ et leurs Kikoup' avant que celle-ci n’ait pu réagir.

Les Kommandos sont source de suspicion chez la majorité des Boyz les rares fois où ils apparaissent en public. Ils forment des petites unités de spécialistes qui restent à l’écart des autres Orks, quand ils ne s’exilent pas pendant des mois, ou qu’ils ne quittent pas définitivement leur tribu dans les cas extrêmes. Les Kommandos privilégient la tactique et la prise d’initiative, et certains d’entre eux savent même lire. Ils dédaignent l’excitation d’une charge massive ou la ruée vers les lignes ennemies à bord d’un Truk cahotant. À la place, un Kommando préfère trancher des gorges silencieusement, semer la panique à l’arrière des lignes adverses, et tendre des embuscades parfaitement minutées. Le regard horrifié de leur proie, qui pensait repérer les Orks à des lieues à la ronde, est incroyablement gratifiant pour un Kommando. Ces tactiques terrifiantes sont devenues notamment la marque de fabrique de Snikrot des Krânes Rouges, dont le nom est synonyme de terreur sur Armageddon.

Les Kommandos se chargent de faire taire les sentinelles ennemies et de détruire les emplacements d’armes lourdes pour permettre au reste de la horde de progresser sans trop de pertes. Chaque Kommando adopte souvent un rôle spécialisé au sein de son unité, ainsi qu’un nom en rapport, comme "koup’gorge" ou "flingueur". Cette organisation stricte attire bon nombre de Chokboyz, qui deviennent ainsi des Kommandos au lieu de rejoindre les bandes de boyz qui forment l’essentiel des troupes d’une bande de guerre.

Les tactiques des Kommandos sont subtiles, en tout cas selon les standards des Orks. Ils utilisent des lames fumées et des tenues de camouflage, et se peignent des stries de sang, de boue et d’excréments sur la peau pour se fondre dans leur environnement. Une telle pratique est choquante pour les autres Orks, qui trouvent que cacher sa couleur de peau est un concept étrange. Seul le clan des Blood Axes perçoit réellement l’utilité d’une telle tactique. Certains Kommandos sont encore plus inventifs et emploient des déguisements astucieux (selon les critères orks). Ils possèdent aussi parfois des armes lourdes qu’ils font parler lorsqu’elles sont en position pour détruire un char de commandement ou massacrer une unité ennemie ayant quitté son couvert.

Gurzak rampait dans le sous-bois, un poignard serré entre ses mâchoires. Le Kommando s’arrêta pour observer l’ennemi. Les T'au s’étaient extirpés de leurs Exo-Armures pour effectuer des réparations de fortune. Ils s’affairaient sur des trappes de visite et consultaient des voyants qui clignotaient sans prendre garde à quoi que ce soit d’autre. Gurzak observait en faisant jouer les mécanismes de sa Pince Énergétik’. Ils se croyaient à l’abri si loin du front. Il était temps de leur montrer combien ils se trompaient. De sa main libre, le Nob fit signe à ses gars de le rejoindre. Il leva trois doigts, puis deux, puis un. Dès qu’il eut replié le troisième doigt, il s’élança, suivi de près par les autres Kommandos, et tira son pistolet Kalibr’ et les Orks rugirent de concert. Les frags à main volèrent. Les T’au eurent à peine le temps de crier un avertissement avant que les Kikoup’ atteignent leur première victime…

Source

  • Codex Orks, V8