Catégorie:Space Wolves

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Fenris)
LogoSpaceWolf.jpg

Depuis le Croc, leur forteresse inexpugnable du Monde Hostile glaciaire de Fenris, les Space Wolves s’élancent dans la Mer d’Étoiles pour traquer les pires ennemis de l’Humanité et les tuer lors d’une bataille glorieuse. Chacun d’eux est un guerrier de légende dont les exploits sont consignés dans des sagas épiques. Tous sont des Space Marines, crées par l’Empereur et héritiers génétiques de Primarque Leman Russ. L’Imperium tremble sous le poids de l’invasion, et les Space Wolves sont sollicités plus que jamais pour repousser les hordes infinies de pirates Xenos, d’infâmes rejetons du Warp et d’ignobles hérétiques. Depuis la naissance de l’Imperium, les Space Wolves ont montré les crocs contre tous les ennemis de l’Empereur. Le nom de ce Chapitre, célèbre parmi tous ceux de l’Adeptus Astartes, ainsi que ses actions d’éclat sont connus d’un bout à l’autre de la galaxie. Aussi sauvages que déterminés, les Space Wolves sont des experts du combat rapproché, toujours à la recherche de la gloire sur le champ de bataille. Ils ne vivent que pour se battre et la peur de mourir n’a aucune emprise sur eux.

  • Fils de Russ : Pour les Space Wolves, le sens du devoir et de l’honneur régit tout et ils sont toujours poussés par un désir surpuissant de redresser les nombreux torts qui ont accablé l’Imperium de l’Humanité depuis les premiers jours de la Grande Croisade. Les Space Wolves font preuve d’une loyauté farouche envers leurs compagnons d’armes, ce qui peut même s’appliquer également à leurs homologues des autres branches de l’armée de l’Imperium. Bien qu’ils soient aussi dévoués à l’Empereur que les autres chapitres de Space Marines, les Space Wolves n’expriment pas leur foi par la prière et la piété, mais par leurs faits d’armes. Alors que les Frères de Bataille d’autres Chapitres peuvent passer la nuit précédant une bataille à méditer, les Space Wolves sont plutôt du genre à se vautrer dans la bombance, en levant leurs choppes débordant de bière fenrissienne en l’honneur des frères qu’ils pourraient pleurer après la bataille. Un Space Wolf préfère boire et faire la fête, car la mort pourrait bien l’attendre demain. La plupart des Space Wolves sont plutôt directs et abrupts, au point de parfois froisser ceux qui ne sont pas habitués à leurs manières. Ils détestent la prétention et n’ont que mépris pour les manœuvres politiques. Ils sont d’une honnêteté extrême et en attendent autant de ceux qui combattent à leurs côtés. Les Space Wolves adoptent d’emblée tous les leurs avec un enthousiasme dénué d’arrière-pensée, de la plus têtue et nouvelle des Griffes sanglantes aux Longs Crocs taciturnes et grisonnants. Chacun assume le rôle que lui réserve le destin, conscient qu’une vie consacrée à servir l’Empereur est une existence bien menée.
  • Chasseurs Déchaînés : Les Frères de Bataille Space Wolves sont des guerriers féroces. Ils ne sont en aucun cas des enragés sans cervelle, mais sont assurément animés par une fougue débordante pour le combat, auquel il s’entraînent toute leur vie. Après une longue chasse, ils se précipitent en avant tel le Loup Fenrissien sautant sur sa proie, en reprenant un chant de guerre plein d’entrain, avec des effets dévastateurs.
  • Défenseurs de l’Humanité : Les guerriers de l’Adeptus Astartes ont juré de défendre l’Imperium de l’Humanité. Tant qu’un seul Space Marine restera debout; la lumière de l’Humanité ne s’éteindra jamais.
Poussés par leur instinct et équipé des meilleures armes de Fenris, les Space Wolves s’élancent dans la Mer d’Étoiles en quête de batailles glorieuses. Ce Chapitre a été profondément influencé par son héritage tribal, et ses exploits sont entrés dans la légende. Chaque victoire remportée au nom de l’Imperium s’ajoute à sa longue et illustre sage.

Les Fils de Russ

VINRENT PAR UNE NUIT NOIRE
LES GUERRIERS DU CIEL DE FENRIS,
SUR DES PALEFROIS DE FLAMMES,
FRAPPANT COMME LA FOUDRE.

CHACUN AUSSI HAUT QU’UN OURS -
DENTS COMME DES DAGUES -
ILS AVAIENT LA FORCE DU KRAKEN,
LE SANG DES DIEUX DANS LEURS VEINES.

VÊTUE DE VIVANT ACIER,
PEAUX DE PRÉDATEURS, CRÂNES DE MONSTRES,
DE RUNES ET DE LAMES,
LA CONFRÉRIE SANS PEUR.

LE FER INFERNAL DONNEUR DE CENT MORTS,
L’ACIER PERCE LE CŒUR,
LE SOUFFLE DU DRAGON NE LAISSE QUE CENDRES,
LA LAME ENTONNE LA MÉLOPÉE.

LES CORBEAUX ONT PÂTURE SUR LEUR PASSAGE ;
LE WYRM CRAINT LEUR CRI - S’ENFUIT LE TROLL.
LES GRANDS LOUPS GALOPENT AVEC EUX,
LE LOUP TONNERRE EST TERRASSÉ.

POINT LE SOUFFLE FROID DE L’HIVER NE LES ATTEINT,
NON PLUS QUE LE VENT FUMANT DE L’ÉTÉ.
POINT LE TRÉPAS NE LES ARRÊTE,
ILS FESTOIENT SUR LEURS PROIES.

DEPUIS LES AIRES D’ASAHEIM, EN HAUT DES NUÉES,
ILS FLOTTENT SUR DES AILES DE FLAMMES -
TERRIBLES DESTRIERS LEUR ONT DONNÉ LES MAÎTRES DU MÉTAL -
LE CIEL S’IRRITE DANS LEUR SILLAGE.

ÉVENTRENT NOS ENNEMIS ET LES ÉCORCHENT VIFS,
MASSACRENT LES MONSTRES ENTRE LES MONDES,
CEUX QU’ILS CHOISISSENT POUR LES REJOINDRE
RENAISSENT AU SÉJOUR DES DIEUX.

- La Légende des Guerriers du Ciel, telle qu’elle est racontéeme
Hagar à la Main Unique, Scalde de la Tribu de la Dent du Loup.


Decor2SpaceWolves.jpg
« Pour Russ et le Père de Tous ! »
- L’un des cris de Guerre des Space Wolves.
En vérité, les cris de guerre des Space Wolves sont nombreux et varient en fonction des différentes Grandes Compagnies, mais au moment où un assaut est lancé, la voix de chaque attaquant s’élève pour se mêler aux hurlements de sa meute.
Puissants chasseurs du monde glacé de Fenris, les Space Wolves sont un Chapitre de l’Adeptus Astartes férocement indépendant. Ils lancent leur attaque au bout de longues poursuites implacables, et poussent des cris de guerre qui glacent le sang avant de déchiqueter leurs proies. Derrière cette joie belliqueuse se cachent cependant des combattants parmi les plus loyaux de l’Imperium.

Il y a cent siècles, le Maître de Guerre Horus, le plus grand général Primarque de l’Empereur, se rebella contre son père et débuta une guerre qui dévasta les étoiles. La bataille finale de l’Hérésie d'Horus condamna l’Empereur à mener une existence de mort-vivant, confiné dans les machineries du Trône d'Or de Terra. Après cela, Leman Russ, le Primarque des Space Wolves, était toujours enragé d’avoir été absent lors de l’instant fatidique. Il jura de se venger des forces du Chaos, mais sa colère arrivait trop tard. Le destin de l’Empereur annonçait une nouvelle ère pour l’Humanité. Les Primarques avaient été créés pour être des guerriers et des généraux, pas des bureaucrates et des politiciens, si bien que la gouvernance de l’Imperium passa aux mains des Hauts Seigneurs de Terra.

Les Hauts Seigneurs craignaient le retour du Chaos tout autant que les Primarques survivants ; d’innombrables mondes connurent des guerres sanglantes au cours d’une époque nommé la Grande Purge. À travers toute la galaxie, la souillure du Chaos fut traquée et éliminée. En suivant les préceptes d’un code baptisé le Codex Astartes, rédigé par le Primarque Roboute Guilliman, les Légions originelles furent divisées en Chapitres aux effectifs moins importants, et leur rôle et leur juridiction au sein de l’Imperium furent redéfinis. Alors qu’avant l’Hérésie, une Légion pouvait compter des dizaines de milliers de combattants, la taille des nouveaux Chapitres fut limitée à seulement dix Compagnies d’environ cent Space Marines. Plus jamais l’Imperium ne tolérerait que des armées de Space Marines puissent tomber sous l’influence de l’ennemi. Les Légions loyalistes, réduites désormais à un Chapitre, dit de la Première Fondation, conservèrent leur ancien nom et leurs symboles, tandis que les Chapitres qu’elles engendrèrent reçurent leur propre appellation et une nouvelle héraldique. Cet événement fut nommé la Deuxième Fondation. Tous ces Chapitres ont ainsi une filiation génétique directe avec les anciennes Légions et leurs Primarques.

Les Space Wolves ne furent divisés qu’une seule fois pour donner naissance au Chapitre maudit des Wolf Brothers. Leman Russ dénigrait l’organisation et des tactiques militaires, préférant se fier au courage et à la force de ses guerriers. Il n’avait aucune intention de morceler sa toute-puissante Légion selon le souhait de son frère. Guilliman sembla d’accord pour que les Space Wolves conservent leurs douze Grandes Compagnies restantes, toutefois chacune comprenait plusieurs centaines de combattants, car le Roi-Loup les faisait combattre à la façon des tribus de Fenris, c’est-à-dire comme une armée de guerriers avides de gloire, et non un contingent restreint de troupes disciplinées. Ainsi les Space Wolves n’ont que mépris pour les édits du Codex Astartes, auxquels ils préfèrent les enseignements de Russ, qui perdurent encore aujourd’hui.

Pour quiconque les observe au combat, les Space Wolves sont l’élite de l’Humanité, la quintessence de l’Imperium. Le rude climat de Fenris engendre des hommes à la force et à la résistance proverbiales, un matériau de choix pour de nouvelles recrues Space Marines. En outre, la culture de chaque tribu encourage la loyauté envers ses frères et son roi, un modèle qui correspond parfaitement aux idéaux de l’Adeptus Astartes. Seuls les meilleurs combattants atteignent les halls des Guerriers du Ciel, mais bien que ces nobles barbares aient passé leur vie à lutter pour atteindre cette position honorée, leur voyage ne fait que commencer.

Forger une Légende

Afin de survivre aux dangers qu’affrontent au quotidien les tribus de Fenris, chacun doit devenir un guerrier féroce et compétent. Après avoir combattu, armés seulement d’une hache et d’un bouclier, aussi bien des Trolls des Glaces, des Dracs des Mers, des loups que les barbares des tribus rivales, un guerrier de Fenris peut triompher de plusieurs hommes ordinaires. De même, un seul Space Marine, même désarmé, est l’égal d’une dizaine de ces braves élevés sur Fenris. Telle est l’ampleur des modifications subies par les aspirants lorsqu’ils sont transformés en fils de Russ, telle est la magnificence d’un Guerrier du Ciel lorsque sa métamorphose est enfin achevée.

Ces recrues sont en effet soumises au complexe processus mental et physique qui va faire d’elles des Space Marines, sans jamais se plaindre. Les aspirants savent que quels que soient les tourments qu’ils endurent, la douleur ne sera que passagère, tandis que la puissance qu’ils vont en tirer sera leur pour l’éternité. Après tout, les gens de Fenris ont conscience, plus que quiconque, que toute chose de valeur se gagne au prix du sang et de la sueur. Une fois les opérations chirurgicales terminées, le colosse barbare a cédé la place à un véritable géant conçu pour tuer, sur le point de devenir l’arme humaine ultime. Le patrimoine génétique qui lui a été implanté est accompagné d’une série d’organes qui lui accordent des capacités surhumaines. Quel que soit son Chapitre, un Space Marine dispose d’un cœur secondaire et d’un poumon auxiliaire, ce qui lui permet de survivre à de terribles blessures au thorax. Il peut guérir de lésions qui auraient raison de n’importe qui d’autre, hiberner pendant des décennies, respirer sous l’eau ou dans des atmosphères empoisonnées sans gène, cracher de l’acide et absorber les souvenirs et les pensées de ses ennemis en consommant et en assimilant leur chair. Les Space Marines sont les créations de l’Empereur, et ils sont les héritiers d’une partie de Sa puissance.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, un Space Wolf jouit de capacités surnaturelles encore supérieures à celles des Space Marines des autres Chapitres. En raison des particularités de l’héritage de Russ, chaque Space Wolf dispose de sens particulièrement aiguisés qui lui permettent de flairer l’odeur de l’ennemi au milieu d’une tempête de neige ou de déceler le rythme respiratoire d’un adversaire au cœur d’une bataille. Au cours de sa vie, ses dents vont continuer à pousser pour devenir de véritables crocs capables d’entamer le plastacier, et sa peau deviendra aussi épaisse que du cuir tanné.

Par un caprice du destin, une tare génétique s’est enracinée dans le Canis Helix au tout début de l’histoire du Chapitre, et affecte tous les fils de Russ. Pour la plupart, cela se limite à une fureur incontrôlée lorsque leur bête intérieure les submerge. Toutefois, certains sont encore plus marqués par l’empreinte génétique du Canis Helix, et l’on raconte de sinistres histoires sur les transformations que subissent certains guerriers lorsque la rage des combats est sur eux.

Les Outils d'un Guerrier

Si puissant soit-il, un Space Marine sans son équipement n’est rien comparé au combattant qu’il devient une fois harnaché pour la guerre. Chaque Space Marine porte sur le torse une interface complexe appelée la Carapace Noire. Cela lui permet de porter l’Armure Énergétique, un miracle de la technologie impériale qui est aussi l’un des signes distinctifs de l’Adeptus Astartes. L’Armure Énergétique est faite d’adamantium et de céramite, deux des matières les plus solides de la galaxie, et ses systèmes internes décuplent la force de son porteur, ce qui le rend capable de briser un crâne d’un simple coup de poing et d’arracher une gorge du bout des doigts. Revêtu de son Armure Énergétique, un Space Marine peut se jeter à travers une grêle de balles, bondir par-dessus des crevasses béante, résister à la pression des profondeurs de l’océan ou même se battre dans le vide spatial. Chaque armure est laborieusement entretenue par les Prêtres de Fer et les Artificiers des Space Wolves, car ce sont en outre des reliques presque aussi vieilles que le Chapitre lui-même.

Mais ce n’est pas le seul équipement confié aux guerriers des Space Wolves. Étant versée dans de l’escrime chaque recrue reçoit une Épée Tronçonneuse ou une Hache si habilement façonnée qu’elle peut couper un homme en deux d’un seul revers. Pareilles lames sont souvent utilisées en conjonction avec un Pistolet Bolter, une version compacte du Bolter tout aussi redoutable que l’original. Le saint Bolter est d’ailleurs l’arme d’assaut rêvée pour tout guerrier, car elle projette un ouragan de munitions explosives à chaque pression de la gâchette, par conséquent, cette arme n’est confiée qu’aux Space Wolves qui ont fait leurs preuves au combat. Telles sont, parmi d’autre, les armes des Space Wolves ; les meilleurs exemples des connaissances militaires de l’Adeptus Mechanicus, maniés par les guerriers-nés les plus féroces et les plus adroits de l’Imperium. Ce mélange sans pareil de science et de capacités innées s’est avéré imbattable sur plus d’un champ de bataille.

Il rien demeure pas moins que la plus puissante arme dont disposent les Space Wolves est leur volonté. Les Space Wolves sont immunisés aux insidieux périls du désespoir, de l’apathie ou de la frustration, car ils mènent la vie dont rêve tout guerrier : une existence faite de combats quotidiens ponctués de festins et de concours de boisson dantesques. Rien ne peut les corrompre car ils disposent déjà de tout ce qu’ils peuvent désirer, sans compter que leur loyauté les uns envers les autres et envers leur Chapitre est sans faille.

Mieux, un Space Wolf place sa foi non pas en une divinité lointaine et abstraite, mais en lui-même et en ses compagnons. Ils connaissent instinctivement la route de la gloire, et ils savent qu’elle se termine par une mort glorieuse au combat et une éternité à festoyer dans les halls de Russ. C’est pour cette raison que les Space Wolves sont des combattants infatigables sur lesquels ni le doute ni la peur n’ont prise, des guerriers qui combattent la tête haute en sachant qu’ils tiennent les rênes de leur propre destinée.

Decor1SpaceWolves.jpg

Loups de Fenris : Origines

« Aucun homme, aucune bête ne pouvait vaincre le Roi-Loup, aucun tribu ne pouvait faire face à ses armées. Au sein du royaume de Russ, une trêve tacite existait entre les hommes et les loups. Sa cour était composée des plus féroces seigneurs et des plus belles vierges de guerre. Lorqu’il était courroucé, il était tel un orage d’été mais sa sagesse était aussi profonde que le cœur de l’hiver. C’est à Asaheim, le Domaine des Dieux, que le Père de Tous retrouva Son fils perdu. »
- Extrait de la Saga du Roi-Loup.

Le Credo Impérial est enseigné sur des centaines de milliers de mondes, et même si certains détails varient, il est unanimement reconnu qu’il y a de cela des millénaires, l’Empereur de l’Humanité marchait à la surface de Terra. Ses hauts faits unifièrent les hommes dans un âge d’or spirituel et les légendes narrant Sa grandeur sont racontées dans toute la galaxie depuis des siècles. Les cryptes du Librarius Sanctus renferment de nombreuses vérités conservées par les Archivistes de l’Adeptus Astartes depuis que l’Imperium existe. L’une des légendes les mieux entretenues concerne la venue au monde des Primarques.

Au sommet de Sa gloire, l’Empereur était presque omnipotent, mais ne pouvait cependant se trouver en plusieurs endroits à la fois et la lumière qui irradiait de Sa personne ne pouvait illuminer tous les recoins sombres de cette galaxie. Ainsi, Il créa les Primarques, des fils nés de Son sang, des modèles vivants qui dépassaient les humains sous tous les aspects. Chacun d’entre eux était destiné à devenir un meneur d’hommes, un guerrier dont la puissance serait tempérée par la sérénité et la sagesse.

On ignore encore la raison pour laquelle les Primarques se retrouvèrent séparés. La théorie qui prévaut affirme que leurs incubateurs des laboratoires de Luna furent dispersés dans la galaxie alors que les Primarques n’étaient encore que des embryons. La seule certitude au milieu de tout ce mystère est que l’Empereur utilisa à la suite de cet événement les gènes des Primarques perdus comme base pour créer des humains améliorés par la manipulation génétique, les Space Marines. Chacun de ces guerriers était bien plus fort et résistant qu’un soldat humain ordinaire, et c’est avec l’aide de ces troupes d’élite que l’Empereur avait l’intention d’unifier les systèmes solaires. Les Légions Astartes furent créées à l’image de leurs Primarques, comme celle des Space Wolves, qui allait bientôt acquérir la renommée. De nombreuses informations concernant l’héritage des Space Wolves sont connues grâce aux travaux de Gnauril l’Ancien, contemporain de l’ancien roi fenrissien Thengir. Ses sagas ont été transmises oralement sur des continents n’ayant pas l’usage du langage écrit, et le fait que de tels témoignages aient survécu à plusieurs millénaires témoigne du respect que les fenrissiens manifestent envers leur mythologie. Les récits de Gnauril, dont beaucoup détaillent les premières années de la vie de Leman Russ, sont depuis longtemps passées dans la tradition de Fenris.

Leman Russ

Sagas de Fenris

Contrairement aux autres Chapitres Space Marines, les exploits des Space Wolves sont rarement couchés par écrit, mais transmis oralement. Cette coutume de Fenris fut adoptée lorsque la VIe Légion de l’Empereur retrouva Leman Russ et s’établit sur la planète glaciale. C’est au plus fort de l’hiver, quand la nuit semble éternelle, que vient le moment de narrer ces histoires. Divers poèmes et vers traitent de sujets variés, qu’il s’agisse d’odes à la mer où aux plus belles femmes de la tribu, mais la saga est réservée aux faits d’armes et au récit des batailles. Elles sont déclamées en vers et accompagnées d’un rythme lancinant pour en faciliter la mémorisation. C’est une nécessité, car en plus de s’en servir pour relater les plus grands exploits de ses ancêtres, chaque tribu ajoute de nouvelles sagas à chaque saison pour conter les guerres, duels, chasses au monstre et batailles navales livrés pour en assurer la survie. On estime que les sagas les plus épiques remontent à la Vieille Nuit, l’effroyable Ère des Luttes, avant l’ascension du Roi-Loup et l’arrivée de l’Empereur.

Le Primarque des Space Wolves arriva sur le monde glaciaire de Fenris. Sa nacelle d’incubation atterrit sur le flanc d’une énorme montagne. Émergeant de sa capsule fumante, l’enfant Primarque se retrouva vite nez à nez avec une Louve Tonnerre. Il était condamné, mais le destin en décida autrement. Sentant chez le jeune sauvage une sorte de lien de parenté transcendant leurs deux espèces, la louve géante ne le tua pas, mais l’éleva avec sa portée comme l’un de ses louveteaux.

Quelques années plus tard, le jeune enfant-loup qui allait devenir Leman Russ fut découvert par les chasseurs d’une tribu de Fenris. Lors d’une confrontation cruelle, la louve et plusieurs louveteaux de la meute moururent sous les flèches et les fers de lance des guerriers humains. Le Primarque combattit avec une fureur indescriptible, tuant une douzaine de combattants à main nue pour protéger les deux derniers loups de sa meute, Freki et Geri. Le destin intervint alors une nouvelle fois. Un des chasseurs identifia la nature humaine du Primarque et demanda à ses camarades de baisser les armes. Le jeune sauvage montrait toujours les dents, mais comprit le geste pacifique des chasseurs et parvint à contenir sa colère. Ne sachant que faire, les chasseurs menèrent le jeune Primarque et ses loups, car on ne pouvait les séparer, devant la cour du roi Thengir de la tribu de Russ. Le chef grisonnant perçut le potentiel du jeune homme et ordonna qu’on l’intègre à sa maisonnée, où il serait élevé en authentique fils de Fenris, en guerrier. Bien que la décision du roi en laissât plus d’un perplexe, le temps allait prouver la sagesse de Thengir.

Devenu adulte, le Primarque fut de loin le meilleur combattant de la tribu, et il mena ses guerriers à la victoire en plus d’un millier d’occasions. À la mort du roi Thengir, ce fut naturellement lui, Leman des Russ, qui lui succéda, et c’est ainsi que le Roi-Loup devint une légende vivante sur Fenris. Ce n’était plus qu’une question de temps avant que la nouvelle parvienne jusqu’à celui qui était désespérément à la recherche de Ses fils perdus.

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : Leman Russ
Decor1SpaceWolves.jpg

Histoire des Space Wolves

L’histoire des Space Wolves est un conte glorieux. Depuis leur fondation il y a plus de dix millénaires, ils se tiennent en première ligne des défenses de l’Humanité sur d’innombrables champs de bataille à travers l’Imperium. Les tribus de leur monde Fenris, les appellent les Guerriers du Ciel, mais ce sont les fis de Russ, des guerriers incomparables.

Il existe plus d’un millier de Chapitres Space Marines qui maintiennent une surveillance constante aux frontières de l’Imperium. Les Space Wolves sont un des plus célèbres d’entre eux, si bien que leur nom et leurs faits d’armes sont connus à travers toute la galaxie. Ils sont l’une des vingt Légions originelles fondées par l’Empereur il y a de cela plus de dix mille ans.

Les immenses Légions de Space Marines furent créées afin de participer à la Grande Croisade, la reconquête de la galaxie par l’Empereur, qui a engendré l’Imperium tel qu’il est aujourd’hui. Avant la Grande Croisade, Terra connut des milliers d’années d’isolation tandis que des tempêtes Warp cataclysmiques secouaient la partie occidentale de la galaxie. L’Empereur était piégé sur Terra, cependant Il mit ce temps à profit pour préparer Ses armées et planifier Ses futures conquêtes. Sans l’Empereur pour les guider dans cette période effroyable, les autres mondes humains disséminés à travers la galaxie étaient démunis face aux déprédations des Xenos et des créatures du Warp. Un par un, ces planètes avaient sombré dans l’anarchie et le désespoir. Il semblait que l’Humanité était condamnée à périr, ou à être réduite en esclavage par des pouvoirs innommables ou des créatures indicibles.

Les Primarques

Pendant la longue période qui vit l’isolation de Terra du reste de la galaxie, l’Empereur s’était consacré à la création de vingt êtres surhumains nommés Primarques. Ils étaient génétiquement modifiés, des humanoïdes artificiels aux pouvoirs incommensurables, y compris parfois des pouvoirs psychiques immenses. Chacun fut créé selon une méthode différente si bien qu’ils possédaient tous des talents uniques. Ils ressemblaient à des hommes, mais aux proportions titanesques et aux attributs étranges. Toutefois, l’Empereur ne put jamais mener à leur terme Ses expériences. Lors d’un accident désastreux, les capsules contenant les embryons des Primarques furent dispersées à travers la galaxie par des forces mystérieuses.

L’Empereur ne disposait ni du temps ni des ressources nécessaires pour reprendre depuis le début le processus long et difficile d’engendrement des Primarques. Cependant, Il fut en mesure de se servir de la banque génétique développée durant le projet pour créer les Legiones Astartes. Il développa en culture artificielle un certain nombre d’organes adaptés du code génétique des Primarques et destinés à être implantés dans le corps d’un humain en pleine croissance, processus complexe et long auquel tous les aspirants ne survivraient pas. Une fois implantés, ces organes étaient assimilés par le corps du receveur. Ils interagissaient avec ses diverses fonctions en augmentant la masse musculaire et en stimulant le développement neuronal pour donner naissance au guerrier ultime. Certes, ces humains n’étaient que de pâles reflets des Primarques, mais ils restaient malgré tout les combattants les plus loyaux et les plus redoutables de l’Empereur.

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : les Primarques

Les Legiones Astartes

L’Empereur créa vingt Légions de Space Marines, une à partir de la souche génétique dérivée de chaque Primarque. La plupart des implants étaient communs aux vingt Légions, mais ils présentaient des variations subtiles qui s’étaient développées en raison des différences de leurs origines. De fait, les guerriers de chaque Légion Space Marine reflétaient à divers degrés les particularités des gènes du Primarque qui avaient servi à développer leurs implants. Dans le cas des Space Wolves, ces organes surhumains furent engendrés à partir du génome de Leman Russ, appelé plus tard le Canis Helix.

À cette époque, l’Empereur savait seulement que Ses Primarques avaient été enlevés par les forces du Chaos. Il ignorait totalement où ils avaient disparu, et même s’ils avaient survécu. Ce ne fut que plus tard, au cours de la Grande Croisade, que l’Empereur les retrouva un par un. Bien évidemment, ils étaient devenus depuis des adultes au sein des civilisations dans lesquelles ils s’étaient retrouvés. Cependant, tous n’avaient pas atterri sur des mondes civilisés, et certains grandirent sur des mondes inhospitaliers, voire hostiles.

La Grande Croisade

Au cours de la Grande Croisade, les Légions de Space Marines libérèrent inexorablement des milliers de mondes humains et les unirent au sein d’un Imperium omnipotent. Le monde de Fenris fut rapidement redécouvert dans la partie nord-ouest de la galaxie. La légende du Roi-Loup arriva jusqu’aux oreilles de l’Empereur, qui comprit immédiatement qu’Il avait redécouvert un de Ses fils égarés. Il se rendit sur Fenris pour le rencontrer. On dit que l’Empereur parvint à gagner le respect et l’obéissance de Russ en le battant lors d’un duel. Le Primarque accepta la première défaite de sa vie de bonne grâce et serra fraternellement la main de l’Empereur, qui lui offrit peu de temps après le commandement de la Légion de Space Marines qui portait ses gènes, afin qu’il aille conquérir et libérer de nouvelles planètes en Son nom.

Au cours des décennies suivantes, Leman Russ mena les Space Wolves à travers maintes guerres victorieuses, et prouva qu’il était un des généraux les plus audacieux au service de l’Empereur. Fenris devint le monde d’origine des Space Wolves et une forteresse imprenable et tentaculaire fut érigée dans les montagnes, sur le continent polaire d’Asaheim, seule partie immuable de Fenris, les autres terres se morcelant et disparaissant au fil des saisons. Elle fut nommée le Croc, et c’est aujourd’hui encore l’un des bastions les plus formidables de toute la galaxie.

L'Hérésie d'Horus

Les actions de Russ rencontrèrent un tel succès que ses campagnes le menèrent dans les coins les plus reculés de la galaxie, à de nombreuses années-lumière du Segmentum Solar. Des milliers de mondes furent conquis au nom de l’Empereur, et il semblait que l’Âge d’Or ne toucherait jamais à son terme, jusqu’à ce qu’Horus, Primarque frère de Russ et Progenitor des Luna Wolves, ne se détourne de la juste voie tracée par l’Empereur, ce qui allait balafrer l’univers à tout jamais. L’Hérésie d'Horus fut une période de guerre totale où l’Imperium fut scindé par un fossé creusé dans le sillage d’Horus, dont la traîtrise et la tromperie détournèrent pas moins de neuf Légions de Space Marines, que ce fut par la contrainte ou la corruption.

Les Space Wolves ne participèrent pas pour une grande part à la défense du Palais de l’Empereur assiégé par les forces du Chaos, mais leur rôle fut déterminant dans les premiers temps de l’Hérésie d’Horus, qui virent la naissance de la rancune inextinguible entre les Fils de Russ et la Légion des Thousand Sons.

Le Sac de Propspero

Les Space Wolves affrontant les Thousand Sons durant le Sac de Prospero.
À la différence des Space Wolves, les Thousand Sons étaient obsédés par leur tradition écrite et certains de leurs ouvrages récupérés depuis nous ont beaucoup appris à leur sujet. On y trouve des textes sur la déchéance de la Légion, comme la Chute de Prospero, mais tous sont empreints de l’amertume de leur défaite. Dans ces parchemins, les Space Wolves sont dépeints sous leur plus mauvais jour, toutefois, en comparant les faits décrits avec les légendes des Space Wolves remontant à cette époque et en mettant certains événements en parallèle, il est possible de se faire une idée assez précise des causes profondes de la rancune entre ces deux Légions.

Magnus le Rouge était un géant parmi les hommes, bien plus grand que tous ses frères Primarques. Ses cheveux et son teint étaient d’un rouge livide, mais son trait le plus remarquable était un énorme œil cyclopéen planté au milieu de son front, là où les hommes dits normaux avaient deux yeux, Magnus n’en avait qu’un seul. Sa force était décrite comme égalant celle de Russ, mais il préférait passer son temps à apprendre les connaissances antiques que l’art de la guerre. Ses particularités physiques ne firent jamais l’objet d’aucune remarque de la part des Primarques car après tout, Sanguinius était ailé et la bouche de Leman Russ laissait entrevoir ses crocs. Néanmoins, le Roi des Loups craignait que le Chaos n’ait pénétré l’âme du géant, mais l’Empereur ne voulut pas entendre parler de telles suspicions, car Magnus était l’un de Ses propres fils.

Lors des événements qui menèrent finalement à l’Hérésie d’Horus, il est dit que Magnus le Rouge envoya un message psychique à l’Empereur, dont on ne peut que supposer qu’il le mettait en garde contre la trahison d’Horus. Que ce message ait été ou non de grande importance, il révéla tout de même l’ampleur des pratiques des Thousand Sons. L’Empereur refusait de croire qu’Horus, Son fils préféré, allait le trahir, et lorsque Magnus, le Primarque aux cheveux flamboyants, envoya son avertissement par connexion psychique, le meneur de l’Humanité fut ébahi de constater que les recherches de Magnus l’avaient conduit à maîtriser des arts interdits et blasphématoires. À Ses yeux, les Thousand Sons s’étaient intéressés aux mystères qu’il valait mieux laisser dormir et s’étaient aventurés de leur plein gré dans les ténèbres.

Les explications de Magnus ne suffirent pas à calmer l’Empereur. Russ crut voir ses soupçons confirmés et son insistance persuada l’Empereur que Magnus était le traître, et non pas Horus. Horrifié, Il ordonna à Russ de se mettre en route immédiatement vers le monde natal des Thousand Sons. Le Roi des Loups rassembla donc sa Légion et se prépara une fois de plus à partir en guerre. Prospero était alors l’image même du paradis, dont le paysage était parsemé de hautes tours de glace et d’ivoire, de magnifiques jardins et de lacs à la surface paisible. Russ était persuadé que ce vermis de civilisation et de culture cachait les racines du mal car, à ses yeux, tout érudit, scribe ou Psyker s’aventurait dans les profondeurs du Chaos en s’abreuvant à la fontaine des savoirs interdits. Le Roi des Loups n’avait pas le choix, il savait qu’il devait suivre à la lettre les ordres de l’Empereur et mettre à bas les Thousand Sons.

Après une série de bombardements expéditifs, les troupes du Roi des Loups tombèrent sur les habitants de Prospero. La férocité de l’attaque des Space Wolves fit qu’ils s’enfoncèrent au cœur des terres jusqu’à la capitale, mais la prescience des Thousand Sons leur permit de préparer à temps leurs défenses, et lorsque les Space Wolves parvinrent enfin aux portes des plus importantes citadelles, les fils de Magnus le Rouge étaient là et les attendaient de pied ferme. La bataille qui s’ensuivit fit rage jour et nuit, les Space Wolves se jetaient avec fureur sur les Thousand Sons qui se défendaient avec autant d’acharnement. Selon tous les récits qui en furent donnés et même si les détails sur les actions des deux camps ne concordent guère, le conflit entre les deux Légions dura longtemps et tourna au carnage. Finalement, malgré toute leur sagesse, les Thousand Sons ne purent soutenir la colère de la Légion des Space Wolves au grand complet. En première ligne se trouvaient Jorin Bloodfang et la Treizième Grande Compagnie, composée de ceux qui avaient adopté l’aspect bestial du Wulfen et qui, lorsque les combats gagnaient en intensité, se transformaient en créatures mi-hommes mi-loups. L’étendue du carnage que provoqua la Treizième Compagnie ouvrit une brèche dans les lignes des Thousand Sons et les pâturages autrefois verdoyants de Prospero furent rougis par le sang. Les guerriers de Magnus tombèrent progressivement, leur nombre fondant comme neige au soleil sous les assauts intensifs des Space Wolves. Ils ne craignaient pas pour leurs vies et se battaient jusqu’au dernier souffle pour protéger leur savoir et leur planète.

La perte de chacun des Thousand Sons est narrée dans la Complainte de Prospero qui, même si sa véracité est remise en question, reste le seul témoignage de l’acte maléfique du Primarque cyclopéen.

Du haut de sa tour, Magnus voyait les corps de ses fils être déchirés par les loups barbares de Russ. Les hurlements de la meute résonnaient à ses oreilles, perturbant sa concentration, brouillant ses protections psychiques et le conduisant à l’orée de la folie. En bondissant de son trône d’ébène, il leva les mains au ciel et rugit en implorant une aide qui sauverait sa Légion et ses travaux. Comme si quelque chose avait entendu l’appel du Cyclope, le ciel s’assombrit et l’air se chargea d’une énergie étrange. Le corps de Magnus s’en fit le réceptacle et se déforma en même temps que son âme. Du haut des balcons de sa citadelle, il observa le paysage de douleur qui s’étendait devant lui et poussa un long cri.

Par centaines, les Fils de Russ perdirent la raison lorsque la magie de Magnus s’abattit sur eux. Des éclairs multicolores déchirèrent le ciel et firent griller les sauvages Space Wolves escouade après escouade. Tels des champignons, d’innombrables mains à dix doigts sortirent du sol même de Prospero et agrippèrent aux chevilles les guerriers bestiaux qui continuèrent pourtant de se battre, leur soif de sang les rendant insensibles aux défenses surnaturelles qui entouraient maintenant les citadelles.

On présume que l’histoire se poursuit par le combat titanesque entre Russ et Magnus, conté du point de vue des Space Wolves dans la légende appelée "Le Combat des Géants"consignée par le Seigneur Inquisiteur Bastalek Grim (1087345.M41/5586741.P12).

Magnus s’élança sur le champ de bataille. Le sol ravagé se liquéfiait presque sous les pas du géant
Tandis qu’il se gorgeait du sang des Space Wolves
Qui tombaient tout autour de lui.
Là où se posait son regard, même le Long Croc le plus résistant mourait dans l’instant.
L’orbe sur son front brillait d’une lueur surnaturelle.
Et ses cheveux roux étaient hérissés par les énergies qui parcouraient son corps.
Cette abomination n’était plus le digne fils de l’Empereur.

Leman Russ se dégagea de la mêlée pour intercepter cet adversaire monstrueux.
Alors qu’il se tournait vers lui, Russ saisit l’un des traîtres par la gorge
Et le lança vers le visage de Magnus
Dont le regard mortel fut ainsi occulté pendant un instant, et c’est en faisant preuve d’une vitesse spectaculaire
Que Russ chargea le géant écarlate.
Mais cela ne suffit pas.

Le géant bougeait plus vite que ne le laissait supposer sa taille,
Et son poing s’écrasa sur la poitrine de Russ, fracassant la plaque pectorale et enfonçant des éclats de céramite dans le cœur de Russ.
Le Roi des Loups demeura inébranlable.
Saisissant le bras que Magnus levait pour rabattre une fois de plus,
Russ fut soulevé à hauteur du visage du géant et lui porta un coup dans l’œil
Le rugissement de douleur poussé par Magnus sembla fracasser les cieux, d’où se mit à couler un épais sang noir.

Russ saisit sa chance, ses bras se refermèrent autour de la taille de Magnus aveuglé.
Soulevant le Cyclope du sol, les dents serrées dans l’effort,
Le Roi des Loups lui brisa le dos.
Les Thousand Sons, voyant le corps de leur Primarque jeté à terre, tournèrent les talons et s’enfuirent.
Mais alors que Russ levait Mjalnar pour porter le coup de grâce,
Magnus prononça un mot de pouvoir et dans un râle, s’enfonça dans le sol.

Les récits varient grandement quant à la conclusion de cette bataille épique. Certains affirment que les Sorciers des Thousand Sons ouvrirent un portail vers le Warp, préférant se jeter dans la gueule du Chaos plutôt que de subir la colère des Space Wolves, d’autres clament que lorsque sa proie lui échappa, Leman Russ fit le serment de détruire cette Légion. D’autres encore affirment que les traîtres furent transformés en esprits par leur Dieu tutélaire pour les protéger.

Quelques certitudes demeurent : les Thousand Sons ne furent pas détruits, parvenant à préserver une grande partie de leurs connaissances, et Magnus ne fut pas tué, car ses serviteurs et lui ont depuis ce jour écumé l’Imperium. La Treizième Compagnie, celle des Wulfens, se lança à la poursuite des fuyards et c’est depuis cette époque que les archives impériales n’en ont plus trace. Le Grand Anneau des Space Wolves honore cette perte par une pierre muette (cf. "Observation du Croc" par Erasmus Bosch, Inq.8726/M40), et la Treizième Compagnie n’a jamais été reformée depuis.

Le Codex Astartes

Les Space Wolves n’étaient pas présents lors de la Bataille Terra qui mit fin à l’Hérésie et condamna l’Empereur à une existence confinée au champ de stase du Trône d’Or. Russ tempêta contre les événements qui l’avaient empêché d’arriver à temps pour porter secours à son seigneur. L’incarcération de l’Empereur dans le Trône d’Or annonça l’avènement d’un nouvel âge. Les Primarques étaient des guerriers, des généraux et des meneurs d’hommes, pas des bureaucrates, aussi la régence de l’Imperium passa-t-elle entre les mains des Hauts Seigneurs de Terra.

En suivant les préceptes d’un code baptisé le Codex Astartes, rédigé par le Primarque Roboute Guilliman, les Légions originelles furent divisées en Chapitres aux effectifs moins importants, et leur rôle et leur juridiction au sein de l’Imperium furent redéfinis. Cet événement fut nommé la Deuxième Fondation.

Leman Russ dénigrait l’organisation et des tactiques militaires, préférant se fier au courage et à la force de ses guerriers. Il n’avait aucune intention de morceler sa toute-puissante Légion selon le souhait de son frère. Guilliman sembla d’accord pour que les Space Wolves conservent leurs douze Grandes Compagnies restantes.

La Disparition de Russ

Le Lion et le Loup

Les relations entre les divers Chapitres Space Marines ne sont par toujours cordiales malgré leur loyauté commune envers l’Empereur et l’Imperium. Rivalités, conflits territoriaux et toutes sortes de circonstances peuvent créer la discorde entre eux. Toutefois, peu d’inimitiés sont aussi anciennes, profondes et célèbres que celle qui oppose les Space Wolves aux Dark Angels.

Selon la légende, c’est lors de la Grande Croisade que les deux Chapitres se rencontrèrent pour la premier fois. Les Space Wolves assurent que leur querelle est due à Lion El'Jonson, le Primarque des Dark Angels. Les deux Légions en vinrent aux mains sur le monde de Dulan. Les Space Wolves et les Dark Angels se battaient côte à côte contre le tyran Durath lorsque, soudainement et sans prévenir, El’Jonson et ses Space Mannes sortirent des rangs pour mener l’assaut sur la forteresse du renégat. Le flanc des Space Wolves fut ainsi exposé et beaucoup de guerriers périrent lors de la contre-attaque ennemie. Peut-être pire pour l’orgueilleux Leman Russ, les Dark Angels prirent la forteresse et remportèrent une victoire triomphale en haut de ses remparts tandis que les Space Wolves étaient embourbés dans une mêlée inextricable en contrebas.

Après combat, un Leman Russ bouillonnant se jeta sur El’Jonson, les poings en avant et la malédiction aux lèvres. Les titanesques Primarques se battirent ainsi pendant un jour et une nuit, aucun des deux ne parvenant à prendre le dessus sur son adversaire. Les combattants finirent par se séparer et Russ, percevant l’absurdité de la situation, se mit à rire et gorge déployée. Le Primarque Dark Angel n’eut qu’un regard de mépris pour lui. Il estimait que le Roi de Fenris l’avait attaqué par traîtrise et asséna à Russ un coup si terrible qu il l’assomma. Considérant son honneur lavé, El’Jonson quitta la planète. Ainsi commença une longue rivalité entre les deux Primarques.

On dit que les Primarques se battirent en duel à d’autres reprises, jusqu’à se respecter mutuellement et devenir de grands amis. Mais depuis la disparition de ces deux êtres surhumains, Space Wolves et Dark Angels se sont éloignés les uns des autres. Même s’il leur arrive encore de se battre côte à côte, leur vieille rivalité se poursuit. Ainsi, à chaque fois que les deux Chapitres se rencontrent, deux champions sont choisis dans leurs rangs et se battent en duel, faisant ainsi écho au premier affrontement entre Russ et El’Jonson pour maintenir leur honneur et la tradition.

Une fois par millénaire, le Dreadnought Bjorn Main Terrible est tiré de son sommeil sans rêves. Les Prêtres des Runes du Chapitre s’assemblent autour de lui et écoutent les antiques sagas avant d’être interrogés sur leur savoir. Le texte qui suit est une transcription fidèle du récit de Bjorn sur la disparition de Leman Russ, enregistrée par Vagnai Ravenmane en 7662/M35.

« Le Festin de l’Ascension de l’Empereur se déroulait aussi bien qu’à l’accoutumée. Des milliers de Ses fils célébraient Sa victoire finale sur le Traître. Les torches qui illuminaient les murs étaient comme des étoiles dans le ciel de la nuit, et nos chants s’élevaient tout aussi haut. Les rires et les cris de joie résonnaient dans tous les halls. Présidant aux festivités, entouré de ses amis les plus proches, se tenait le Roi des Loups en personne, Leman Russ.

Le Grand Primarque grimpa à nouveau sur le chêne brut de la table de banquet séculaire sur laquelle il avait combattu l’Empereur des siècles auparavant, menant un combat désespéré pour préserver sa vie et son honneur. Une par une, toutes les voix rauques se turent. Les discours de Russ étaient légendaires.

Les secondes s’écoulèrent et devinrent des minutes. Le Grand Hall était aussi silencieux qu’une tombe et tous les regards étaient fixés sur Russ.

Mais le Primarque ne dit rien et son corps resta de marbre. Nous qui étions les plus proches de lui pouvions voir ses grands yeux jaunes devenus vitreux et ses muscles de fer tendus à l’extrême. Le murmure de ses guerriers s’éleva lentement dans tout le hall. Au nom du Grand Kraken, que se passait-il ? Était-ce simplement une plaisanterie ? Notre Roi bien-aimé allait-il partir de son rire assourdissant et demander qu’on lui serve à boire ? Était-ce un défi, ou quelque chose de bien pire ? Nul ne pouvait le dire et nul n’osa le demander.

Soudain, Russ tomba lourdement à genoux, le bruit retentissant se réverbéra sur les murs du hall et ramena le silence. Il se tourna alors vers ses plus fidèles serviteurs et, d’une voix que personne d’autre n’entendit, pas même moi, donna ses instructions. D’un air accablé, il s’adressa à l’assemblée, et ses mots restèrent gravés dans l’âme de chacun des Space Wolves présents. Puis Russ et ses suivants tournèrent les talons et sortirent du Grand Hall. Moi seul, le plus jeune de tous les favoris du Primarque, fus laissé derrière.

Alors, chaque année son couvert fut dressé au banquet, et chaque année sa corne fut remplie au cas où il reviendrait, mais sept années longues et douloureuses s’écoulèrent, et Russ ne nous était toujours pas revenu. Le temps était glacial, et certains disaient même que le pire de tous les hivers faisait rage à l’extérieur des murs cette nuit où les Seigneurs Loups prirent leur décision. Si Russ ne revenait pas vers nous, c’est nous qui allions partir à sa recherche. Désigné comme Loup Suprême, j’ai mené les Space Wolves dans la quête de leur père, et c’est ainsi qu’a commencé la première Grande Chasse.

Les Compagnies ont embarqué sur leurs vaisseaux et vogué loin sur la Mer des Étoiles. Raconter ces batailles et la découverte de mondes serait en vérité bien long, sauf pour une veille de solstice d’hiver. Mais nos recherches furent vaines et bien grande fut la tristesse lorsque prit fin la première Grande Chasse.

L’esprit de Russ reviendra donner des visions à un vénérable Prêtre des Runes et parler à son oreille. Ses paroles seront alors les paroles de Russ en personne, et c’est alors que reprendra encore une fois la Grande Chasse. Même si aucune n’a pour l’instant atteint son but ultime, de nombreuses victoires ont été gagnées et bien des tâches glorieuses accomplies au nom de Russ. Il nous reste le réconfort de ses dernières paroles : il finira par revenir vers nous. Pour la bataille finale. Pour l’Heure du Loup. »

L'Héritage de Russ

Dans les dix mille ans qui ont suivi la fin de l’Hérésie d’Horus, les Space Wolves ont continué à servir l’Empereur avec honneur et loyauté. Le Chapitre a enduré des périodes de combats incessants, il a survécu aux siècles d’anarchie de l’Imperium et à des périodes d’isolement d’avec la Terre. Durant toutes ces années, les Space Wolves ont toujours respecté le vœu de Leman Russ qui était de servir l’Empereur sans faillir. Il serait impossible de décrire, même de façon succincte, toutes les batailles auxquelles les Space Wolves ont pris part en dix mille ans. En fait, même leurs impressionnantes archives n’en renferment pas l’intégralité. Les légendes retracent les grandes batailles contre les Marines du Chaos qui suivaient l’Hérésie d’Horus mais aucune histoire formelle n’a survécu à cette époque. Une partie de l’histoire du Chapitre à ses premiers jours n’est conservée que sous forme de poèmes épiques, contes héroïques composés par des bardes fenrissien de la cour des Seigneurs Loups. Ces récits constituent une part importante de la tradition des Space Wolves et c’est généralement sous cette forme que les guerriers du Chapitre se remémorent les exploits du passé. Il existe des milliers de ces sagas, certaines sont si improbables qu’elles relèvent certainement de la pure fantaisie, mais la plupart contiennent une part de vérité. Toutes sont cependant acceptées pour ce qu’elles sont : le testament des héros du passé.

Decor1SpaceWolves.jpg

Monde Natal : Fenris

« On raconte que lors de la création, le Père de Tous jeta Fenris dans la Mer d’Étoiles car elle n’était pas digne d’accueillir la vie. Elle trembla de froid et vint chercher un peu de chaleur auprès de l’Œil du Loup, dont l’étreinte la brûla, et elle s’enfuit de nouveau dans les ténèbres pour panser ses blessures. C’est ainsi que chaque année, Fenris tente de se réconcilier avec le soleil, mais que, dépitée, elle finit pas s’abandonner de nouveau dans les bras de l’hiver. »
- La Saga de Haakon l’Œil d’Or.
L’Hiver Infernal
Fenris.jpg
Fenris est un des mondes les plus hostiles de l’Imperium. Son climat est effroyable : les hivers sont glacials et les courts étés d’une chaleur presque intolérable. Il arrive de plus parfois que survienne l’Hiver Infernal. La longue orbite de la planète l’emmène loin du soleil, la gelant pour plusieurs années standards. À la même époque, elle passe à travers une nuée de météores qui bombardent sa surface comme une pluie de missiles. Les traînées des météores remplissent les cieux nocturnes et la terre tremble sous les impacts comme une bête effrayée. Durant cette période, les tribus de Fenris embarquent à bord de leurs navires et se mettent en quête des mers glacées pour y chercher la sécurité. Elles chargent toutes leurs possessions à bord de leurs longs vaisseaux, naviguant entre les icebergs en quête d’un refuge et construisant leurs habitations à la surface de ces îles de glace. Nombreux sont ceux emportés par les lames de fond nées des impacts météoriques et beaucoup plus encore sont victimes des Baleines des Glaces ou des Krakens.

Les Space Wolves viennent de la planète Fenris, un monde de feu et de glace situé non loin de l’Œil de la Terreur. La surface est presque entièrement recouverte d’eau, sa faible masse immergée est constituée de petites îles éparpillées sur un immense océan et d’un seul continent de taille respectable, Asaheim, qui s’étend sur le pôle nord de la planète. Le climat de Fenris est totalement imprévisible, seules les créatures les plus résistantes peuvent y survivre. La planète décrit autour de son soleil une course à l’orbite très aplatie : la conséquence directe en est que le climat de Fenris passe du froid mordant d’un hiver qui dure la plus grande partie de l’année à une chaleur étouffante lors de ses étés. La Grande Année, période de temps nécessaire à Fenris pour compléter son orbite autour de son soleil, dure environ deux années terrestres. Un froid glacial règne la majorité de cette longue année, et quand la planète atteint le point le plus éloigné du soleil, toutes les mers se couvrent d’un épais manteau de glace. Lorsqu’elle se rapproche du soleil, l’Œil du Loup, comme il est aussi appelé, grossit dans le ciel et l’été s’installe. Le ciel s’enflamme et les gigantesques plaques tectoniques se heurtent, créant de nouvelles chaînes de montagnes et des abîmes qui strient la surface de la planète. Des îles flamboyantes émergent de la mer, de la lave dévalant leurs pentes. Les volcans entrent en éruption et les océans se réchauffent. De gigantesques raz-de-marée dévastent les côtes et les terres sont englouties aussi vite qu’elles avaient jailli. Des chaînes de montagnes entières crachent des nuages de cendres qui masquent le soleil, créant presque les conditions d’un hiver nucléaire, ou emprisonnant la chaleur et créant un effet de serre.

Asaheim est la seule partie des terres qui ne dérive pas et conserve sa position au fil des années. Même dans la période où Fenris est la plus proche de son astre, son continent reste intact, bien qu’il soit ravagé par des explosions de lave et des rivières de magma.

Pourtant, au milieu des banquises flottantes et des forts courants marins, survivent les hommes de Fenris. Lorsque les continents éclatent, de nouveaux territoires émergent des eaux, des populations entières embarquent à bord de leurs navires pour s’installer sur les îles nouvellement formées ou pour fuir les restes calcinés de leur région jadis fertile. Cette migration continuelle crée un état de guerre perpétuel, chaque tribu essayant de prendre possession des nouvelles terres et d’établir sa suprématie. Des Krakens et des Dragons de Mer rôdent dans les profondeurs, faisant surface pour s’attaquer aux imprudents. Les Poissons Éventreurs, dont les dents sont pareilles à des lames de rasoir pouvant déchiqueter un homme en quelques secondes, chassent non loin de la surface. D’énormes Dragons émergents des chaudes grottes pour profiter des geysers. Dans les régions gelées du grand nord, des meutes de Loups Fenrissiens à la fourrure dure comme du métal chassent les nombreux troupeaux de caribous et d’élans.

Le Monde Hostile de Fenris, avec son temps magnifique et sa faune accueillante…
Les ravages du climat de Fenris, cruel et inconstant, ont endurci ses habitants ainsi que sa faune. Les élans géants aux bois majestueux et tranchants comme des rasoirs ou les énormes Mammouths capables d’écraser un homme comme s’il s’était agi d’un insecte sont dangereux, et une observation attentive a révélé que les prédateurs de Fenris qui chassent ordinairement les animaux cités plus haut font quant à eux partie des plus féroces prédateurs de la galaxie.
La Mythologie de Fenris

Les Guerriers de Fenris grandissent en écoulant des histoires de monstres et de héros, de loups courant dans le ciel et de monstres marins gros comme des continents. Ils ont une fière tradition orale, et apprécient presque autant une bonne histoire qu’un bon combat. La mythologie de Fenris regorge de faits héroïques, dont beaucoup impliquent les loups de Fenris.

Selon une légende ancienne, Leman Russ combattit et soumit les grandes meutes de loups d’Asaheim. Il abattit Morkai, la grande bête à deux têtes, et en fit le gardien des portes de la mort, une tâche que Morkai assure encore aujourd’hui. Russ affronta ensuite les lieutenants de Morkai, et les bannit l’un après l’autre en un lieu précis. Le plus terrible de tous était Crinière Noire, un terrifiant géant au pelage comme la nuit et dont le cri lugubre pouvait faire sortir les morts de leurs tombes. Russ affronta et tua Crinière Noire, puis fit de sa fourrure une cape qui lui permettrait de passer au-delà des portes de la mort.

Ces croyances païennes sont considérées avec dédain par l’Ecclésiarchie, néanmoins les Fils de Russ refusent de les abandonner même lorsque leurs crocs sont longs et leur peau parcheminée. Les Space Wolves sont très superstitieux et vont au combat décorés de totems et de talismans censés attirer la chance et repousser les mauvais esprits. Au cœur de ces croyances se trouvent Leman Russ et l’Empereur, qu’ils appellent le Père de Tous. Russ est plus qu’un homme, car il possédait les pouvoirs d’un dieu. Les héros sont tenus en haute estime, le plus révéré étant le Primarque lui-même, qui reviendra se batte à leurs côtés à la fin des temps.

Les Ours Blancs, animaux sauvages aussi pesants que des Requins des Neiges et presque aussi imprévisibles que le blizzard, parcourent la toundra gelée et détruisent même les plus gros bâtiments pour se nourrir de leurs occupants. Des Dragons et des Wyrms survolent les îles à la dérive en flottant sur les courants d’air chaud et nichent dans la chaleur géothermale des cavernes. Des Serpents de Mer hantent les profondeurs des mers, ainsi que des Krakens : ces terrifiantes créatures tentaculaires sont les plus terribles monstres des profondeurs. Ils ne viennent à la surface que durant l’Hiver Infernal, ce qui n’est pas plus mal car un Kraken adulte peut mesurer jusqu’à huit kilomètres de long avec des tentacules en atteignant plus de trente. Ils ne hantent habituellement que les plus profondes fosses océaniques, mais les mouvements tectoniques causés par les incessants impacts météoriques les dérangent et les poussent à remonter. L’illustre Magna Biologis Anatole Leviticus a émis la théorie que ces "Krakens" pourraient être les survivances d’une invasion Tyranide infructueuse. D’autres disent qu’ils rongent les contreforts des continents et qu’ils dévoreront un jour toutes les terres.

Une des plus anciennes légendes concernant Russ raconte qu’un jour, alors qu’il était parti pêcher, il attrapa le Père des Krakens, le monstre légendaire dont les tentacules enserrent le monde et tiennent des continents entiers dans leur étreinte. Russ arracha le monstre aux flots en l’attrapant par ces tentacules. Alors que ses camarades stupéfaits frissonnaient de peur, il déclara que l’animal était trop petit et le renvoya à la mer en disant qu’il reviendrait plus tard, quand cette demi-portion aurait grandi. Les clercs impériaux pensent que cette histoire n’est qu’une pure légende mais avec un noyau de vérité. Il est possible que Russ ait croisé et tué un Kraken, cela aurait été à la portée d’un Primarque de sa catégorie. En fait, c’est de là que pourrait provenir "l’Œuf de Kraken", une gigantesque pièce de chair tannée de plus de quinze mètres de large et placée dans la salle des trophées du Croc.

Mais le plus dangereux de tous les prédateurs de la planète reste le Loup Fenrissien : la taille de ce monstre au pelage gris est généralement celle d’un petit cheval mais peut atteindre celle d’un char, et cet animal fait preuve d’une intelligence singulière. Une brève série d’expériences a prouvé que sa morsure peut marquer le plastacier, cependant, le plus effrayant est que cet animal vit et chasse en meute, ce qui laisse peu de chances à ses proies de s’échapper. Étant donné le fait que de nombreux Space Wolves portent les fourrures de ces créatures après les avoir tuées à mains nues, la puissance des guerriers de Fenris ne tient pas de la simple conjecture.

Ce monde meurtrier où le danger est omniprésent donne ainsi naissance à des hommes rudes, où seuls les plus forts survivent, et où les faibles périssent rapidement. Ayant vu le jour en un lieu aussi hostile, peu d’endroits dans la galaxie peuvent effrayer les Space Wolves.

Asaheim - Les Guerriers dans les Nuages

Le Croc (Carte en Anglais).
(Cliquez pour agrandir)
Bien que Fenris soit le monde d’origine des Space Wolves, ils n’en occupent que l’île-continent d’Asaheim. Celle-ci se dresse comme un immense pilier de pierre au milieu de l’océan, cachée des yeux des mortels par de grands nuages blancs. Les Space Wolves ne se soucient guère du reste de la planète, et laissent sa population primitive survivre comme elle peut à travers le cycle sans gin de la saison du feu. Toutefois, si les Space Wolves n’apparaissent que rarement ouvertement aux tribus, ils gardent un œil sur elle. Les gens de Fenris les nomment simplement les Guerriers du Ciel, des êtres qu’ils n’aperçoivent que brièvement et qui détiennent des pouvoirs divins. Ce sont des guerriers légendaires, et Asaheim est leur royaume. Les traditions proscrivent de tenter de s’y rendre, car seul un guerrier élu des dieux a le droit de pénétrer dans la forteresse de Russ, située sur sa plus haute montagne. Les gens de Fenris sont habitués au fait que leurs plus jeunes et plus vaillants guerriers gagnent le droit de marcher aux côtés des dieux, et que ces derniers les emmènent vivre à Asaheim. Il en a toujours été ainsi, et cela continuera jusqu’à la fin des temps.

Le Croc

Le Croc, la célèbre citadelle des Space Wolves, est une gigantesque tour qui s’élève au-delà de l’atmosphère de Fenris. Le piémont de cette énorme montagne artificielle couvre des centaines de kilomètres, alors que le Croc lui-même s’élève jusqu’à quarante de hauteur, telle une dague perçant le ventre du ciel. C’est l’une des plus puissantes forteresses de l’Imperium, mises à part celles de Terra. La citadelle est dotée d’un blindage résistant et protégée par des champs d’énergie plus puissants que ceux de n’importe quel vaisseau. De grandes baies d’armements pointent leurs lasers de défense vers les étoiles. Une gigantesque épine géothermique cours au centre de la montagne et alimente l’armement et les ateliers du Chapitre. La montagne est couronnée par un astroport capable d’accueillir une flotte de ravitaillement entière. Des milliers de kilomètres de couloirs s’enfoncent dans le cœur de la montagne, là où les Prêtres de Fer et leurs Serviteurs forgent des armes dans le feu issu du noyau même de la planète. Même si le Croc est l’une des plus grandes citadelles de l’Imperium, elle faillit tomber aux mains de l’ennemi à plusieurs reprises tout au long de son histoire, et la première fois fut au 32e Millénaire, à la fin de l’Hérésie d’Horus.

Les sombres tunnels qui serpentent au cœur de la montagne sont parcourus par les innombrables Serfs et alliés des Space Wolves. Ces Serfs sont parfois des hommes, parfois des loups, parfois des machines et parfois un horrible mélange des trois, mais mime si beaucoup souffrent d’un aspect abominable, leur cœur est noble. On raconte qu’il y a plus de tunnels dans le Croc que de poils sur le dos d’un Troll, et qu’ils se ramifient sous la surface de Fenris sur des milliers de kilomètres, de même que les racines de l’arbre du monde s’étendent à travers l’espace et le temps.

Dans les profondeurs du Croc se trouve une série de chambres fortes, un véritable dédale s’étendant sur plusieurs kilomètres. La lumière y est rare et peu de Space Wolves s’aventurent dans cette pénombre, car c’est le lieu de repos des héros d’antan. C’est là que sommeillent les Dreadnoughts du Chapitre en attendant l’appel aux armes du Loup Suprême. Ceux-ci passent l’essentiel de leur temps à dormir, et ne sont appelés que lorsque leur présence est nécessaire au combat. Dans la mesure où le processus de réveil demande beaucoup de temps, un Dreadnought ne peut être réveillé qu’une fois tous les dix ou quinze ans. Plus un Dreadnought est âgé, plus il est lent à revenir à la conscience, et plus il lui faudra de temps pour récupérer avant de pouvoir participer à une nouvelle bataille. Le Croc abrite une centaine de ces êtres anciens, suais le Loup Suprême doit faire preuve de discernement quant à leur utilisation. Seules les circonstances les plus graves exigent le réveil de plus d’une poignée d’entre eux.

Au sommet du Croc se trouvent les docks de la flotte spatiale des Space Wolves, où des centaines de vaisseaux sont entretenues dans des hangars creusés dans la montagne. Chaque navire transporte assez de Space Wolves pour changer le cours d’une guerre en une seule journée, et peut anéantir une cité par ses bombardements. C’est de là que les Space Wolves se rendent la guerre dans toute la galaxie, et ici qu’ils reviennent avec les récits de nouvelles victoires au nom des fils de Russ.

Decor1SpaceWolves.jpg

Doctrines de Combat

« Les Space Wolves ont prouvé à mainte reprises leur capacité à repousser toute attaque sur leurs domaines, une action ouverte est donc à proscrire. Cependant, je crois qu’il est impératif de les surveiller étroitement pour détecter tout signe de corruption… »
- Balthazar von Heppel.

Les armées des Space Wolves ont une approche de la stratégie qui diffère grandement de celle de leurs frères Space Marines et chaque Grande Compagnie comprend plusieurs types distincts d’escouades, ou meutes, qui remplissent chacune un rôle différent. Tandis que se déroule la vie d’un Space Wolf et que ses crocs grandissent, celui-ci s’élève dans l’organisation du Chapitre. Si sa bravoure est sans faille, il peut obtenir l’honneur de rejoindre la Garde des Loups ou même devenir Seigneur Loup.

La plupart des Space Wolves débutent en tant que Griffes Sanglantes, jeunes guerriers impatients de faire leurs preuves qui chargent les premières lignes de l’ennemi pour tenter de recueillir leurs premiers lauriers. Les Griffes Sanglantes sont les troupes de choc des Space Wolves et le fer de lance de la majorité de leurs assauts. S’ils survivent à leur nature impétueuse, ils seront élevés au rang de Chasseurs Gris, rendus plus sages par l’expérience des combats mais néanmoins prêts à donner leur vie au nom de l’honneur. Lorsqu’un Space Wolf atteint un grand âge, que ses cheveux sont aussi blancs que ses canines sont longues, et qu’il sait rester discipliné et calme même au plus fort des combats, il devient un Longs Crocs et se voit confier l’une des Armes Lourdes de sa Grande Compagnie.

Les plus braves et les plus forts des Space Wolves, après avoir fait preuve d’un courage exceptionnel ou accompli une prouesse martiale, peuvent devenir des Gardes Loups et mener alors des meutes de guerriers moins expérimentés au combat ou intégrer la suite de leur Seigneur Loup. Peu sont ceux qui peuvent tenir tête à ces combattants, porteurs du meilleur équipement issu de l’arsenal de leur Grande Compagnie les rendant redoutablement efficaces au corps à corps.

La doctrine de combat des Space Wolves est très loin d’être aussi rigide que celle des autres Chapitres. Ne vivant que pour l’honneur, il est fort courant que les plus jeunes des Space Wolves abandonnent volontiers les tactiques classiques pour simplement se ruer la tête la première sur l’ennemi en hurlant à pleins poumons, ce qui a eu le don d’agacer de nombreux commandeurs au cours du dernier millénaire, y compris le Commandeur Stellaire Macharius qui exprima son mécontentement dans le célèbre Tactica Ultimatum :

« Les Griffes Sanglantes des Space Wolves ne mettent pas seulement en danger leurs propres existences, mais aussi celles de leurs compagnons d’armes. S’ils sont pressés de mourir et ne veulent pas prêter l’oreille à leurs supérieurs, qu’ils courent se jeter dans la gueule du loup. Je ne peux qu’espérer que certains d’entre eux y perdent la vie. »

Loin de n’être que des fous furieux incontrôlables, les Space Wolves placent tout simplement le plaisir de se battre au-dessus de tout autre. Il est de fait que malgré l’aspect simpliste que certains généraux jaloux de leur succès leur prêtent, leurs tactiques de bataille se sont avérées indéniablement efficaces au fil du temps : le Chapitre s’est battu de la même manière sur des milliers de champs de batailles depuis sa fondation, et il est peu probable qu’il change sa façon de faire simplement pour se conformer aux préceptes de l’Administratum.

Decor1SpaceWolves.jpg

Organisation : Les Grandes Compagnies

« Ces hommes-loups se croient au dessus du Codex Astartes. Au dessus de dix millénaires de sagesse et de tradition ? Soit. Qu’ils se battent selon leur coutumes. Qu’ils se battent et meurent en sauvages. »
- Capitaine Nico Trevellias des White Consuls.
Le Grand Cercle
Le Grand Cercle.
Le Grand Cercle des Space Wolves se trouve au cœur du Hall du Loup Suprême, au sommet du Croc. Il dépeint l’organisation du Chapitre : chacun de ses quartiers est un bloc de pierre gravée frappé des sceaux et des runes du Seigneur Loup qu’il représente. Lors des festins qui ont lieu dans le hall, la coutume veut que les Seigneurs Loups et leurs Gardes Loups s’assoient dans la patrie de la salle qui fait face à leur pierre. L’orientation de la dalle centrale, qui porte le symbole du Loup qui Chasse entre les Étoiles, indique la position du Loup Suprême. Elle pivote pour indiquer quel Seigneur Loup jouit actuellement de ce titre.

Chacune des dalles est aussi large qu’un char d’assaut, et il faut une dizaine des Space Wolves les plus forts pour la soulever. Le plus grand soin est apporté à la construction et à l’installation des pierres autour du cercle, car on considère que briser une pierre revient à condamner la Compagnie qu’elle représente à une fin ignoble au combat.

Lorsqu’un Seigneur Loup meurt, sa pierre est retirée du Hall du Loup Suprême et amenée au Sanctuaire des Héros, où elle rejoindra les stèles qui entourent la plus ancienne de toutes, celle de Leman Russe en personne. Elle reposera au milieu des cercles de pierre concentriques pour l"éternité, parmi les autres témoignages de l’histoire des Space Wolves.

Les Space Wolves sont organisés d’une façon très différente de la plupart des autres Chapitres Space Marines. Le Chapitre date de la Première Fondation et sa structure doit plus à la personnalité de Leman Russ qu’au Codex Astartes, elle reflète également le style de combat et l’organisation sociale des fenrissiens. Le Chapitre des Space Wolves est composé de douze Grandes Compagnies, chacune prêtant allégeance au Loup Suprême, le Maître du Chapitre (position occupée par le célèbre Logan Grimnar durant ces huit cents dernières années). Ces unités sont beaucoup plus grandes que les Compagnies des autres Chapitres Space Marines et sont bien plus autonomes. De bien des façons, chaque Grande Compagnie est une armée à part entière, et il est très rare qu’un membre de l’une d’elles soit placé sous le commandement d’officiers d’une autre. Tous les Space Wolves sont impétueux et, dans le passé, cela a même poussé certains Seigneurs Loups à renoncer à leur allégeance au Loup Suprême pour s’émanciper. Cela arriva pour la dernière fois en 815.M41, lorsque le Seigneur Loup Sven Ironhand révoqua son serment et conduisit sa Grande Compagnie en exile sur le Bord Oriental. Il fut déclaré hors-la-loi par Logan Grimnar et une nouvelle Grande Compagnie fut levée pour remplacer celle qui avait été perdue. Certains disent que Sven se forgea dans cette région lointaine un empire qu’il dirige encore.

Chaque Grande Compagnie a ses propres quartiers, ou "tanière", à l’intérieur du Croc. À presque tout point de vue, chacune des Grandes Compagnies est un corps de troupes indépendant, ayant ses arsenaux, ses vaisseaux, ses forges et ses coutumes qui lui sont propres. Chacune est dirigée par un Seigneur Loup et son cercle de conseillers. La Compagnie est connue sous le nom de son Seigneur Loup et sera souvent identifiée par les runes représentant son nom en langage fenrissien. Chaque Seigneur Loup prend comme totem un des loups légendaires de Fenris qui, selon la légende, furent domptés par Leman Russ dans les temps anciens. Le totem du Seigneur Loup devient l’insigne de sa Compagnie et sera reproduit sur les armures de ses hommes. Lorsqu’un Seigneur Loup meurt au combat, un autre est choisi pour le remplacer, et la Compagnie se recrée autour de lui, ce qui donne à ce Chapitre une structure de commandement fluide (le taux de mortalité des Space Wolves est sans surprise très élevé du fait de leur goût pour le combat rapproché, même si quelques Seigneurs Loups particulièrement vigoureux ont parfois vu leur millième année). Son remplaçant choisit également un nouvel insigne pour la Compagnie, et cela signifie que les noms et insignes des Compagnies changent constamment, ce qui a provoqué beaucoup de confusions parmi les clercs impériaux dans le passé. Par exemple, la Grande Compagnie de Ragnar tient son nom de son Seigneur Loup Ragnar Crinière Noire, qui prit comme totem le Loup à Crinière Noire, "Celui qui Hurle dans la Nuit". Cette Compagnie était connue auparavant sous le nom de Grande Compagnie de Barek, du nom du Seigneur Loup Barek Thunderfist, et avait comme emblème le Loup Tonnerre, qui courrait toujours vers Russ autour de Fenris, le son de ses pas engendrant le tonnerre et l’éclat de ses crocs les éclairs.

Il existe des rumeurs concernant une Treizième Grande Compagnie dont le Seigneur Loup aurait pris comme emblème le pelage du Wulfen, le légendaire esprit malin dont la malédiction est encore capable de transformer les Space Wolves en monstres du même nom. Ce Seigneur Loup, dont le nom s’est perdu dans le temps, prétendait pouvoir vaincre n’importe quoi, même la Malédiction du Wulfen, créature qu’il avait pour cette raison prise comme totem. Son orgueil lui coûta cher, sa Grande Compagnie disparut dans l’Œil de la Terreur pendant l’Hérésie d’Horus sans que quiconque ne puisse dire quel fut son destin. Depuis, les Space Wolves considèrent traditionnellement que le chiffre treize porte malheur et est toujours signe de mauvais présage.

Force, honneur, courage, férocité : voilà les vertus sur lesquelles sont fondés les Grandes Compagnies. Chacune est aussi redoutable qu’un croc acéré et sert à arracher des ennemis des Space Wolves.
La maison du Loup Suprême, composée de tous les plus grands héros du Chapitre, Prêtres des Runes, Prêtres de Fer, Prêtres Loups et Dreadnoughts, vient s’ajouter aux Compagnies. L’emblème de la Compagnie du Loup Suprême est toujours le Loup Rampant, "Celui qui Rôde dans les Etoiles", totem de Leman Russ. Quand un nouveau Loup Suprême est élu, les membres de sa Grande Compagnie doivent remplacer leur ancien insigne (ou l’ajouter à leur armure de façon à ce que les deux symboles cohabitent) par celui du Loup Suprême, qui reste toujours le même : le Loup qui Court la Nuit, qui fut l’emblème personnel de Leman Russ. L’actuel Loup Suprême est Logan Grimnar, l’un des plus vieux guerriers servant l’Imperium. Ce fier et rusé seigneur de guerre dirige les Space Wolves depuis plus de cinq siècles. Chaque Grande Compagnie est commandée par un Seigneur Loup qui dispose d’une suite personnelle de guerriers triés sur le volet, la Garde des Loups. La plupart des troupes de la Compagnie sont des Chasseurs Gris, guerriers à l’habileté reconnue. On trouve également les Griffes Sanglantes, jeunes et avides de gloire, et les Longs Crocs, plus vieux et plus sages.

À l’exception de la Garde des Loups, les guerriers des Grandes Compagnies combattent en escouades connues sous le nom de meutes. Ces meutes sont constituées lorsque les aspirants sont acceptés parmi les Space Wolves, et leurs membres resteront ensemble pour toute la durée de leur service. On n’ajoute jamais de nouveaux membres à une meute, ce qui signifie que les combattants d’une meute de Longs Crocs ont été instruits et ont combattu ensemble d’un bout à l’autre de leur long service au sein du Chapitre. Au combat, les Space Wolves risquent leur vie pour leurs frères de meute sans la moindre hésitation. Cela crée des dettes d’honneur et d’amitié qui peuvent mettre des siècles à trouver leur contrepartie. Ces liens subsistent même après que les frères d’armes se se soient séparés, unissant les membres Compagnie par une chaîne d’honneur et de loyauté plus solide que le plus dur des aciers trempés.

L’apparence d’un Space Wolf en dit long sur son rôle tactique. Ses cheveux grisonnent de plus en plus à mesure qu’il vieillit, ses crocs s’allongent et sa peau prend un aspect de plus en plus proche du cuir. Les vétérans, appelés Longs Crocs, constituent les troupes de support à longue portée. Les Chasseurs Gris sont les guerriers d’âge mûr et sont les plus polyvalents. Les Griffes Sanglantes sont les troupes les moins expérimentées et agissent en tant que troupes d’assaut. La structure d’une Grande Compagnie Space Wolf est moins rigide que dans la plupart des autres Chapitres. Les forces sont organisées au coup par coup, incluant toutes les unités nécessaires peur remplir la tâche assignée. Si quelqu’un dispose d’une capacité spécifique nécessaire pour faire le travail, il sera écouté, quel que soit son rang. Les Space Wolves sont des frères et leurs officiers sont tout aussi égaux, ils conservent leur statut car ils ont le respect et la confiance de leurs camarades. Il est vrai que beaucoup de Seigneurs Loups sont respectés et craints par leurs troupes, mais les forces du Chapitre ressemblent plus à une horde de guerriers qu’à une armée organisée. C’est pour cela qu’il n’y a pas de sergent dans les unités Space Wolves. C’est le guerrier le plus respecté qui assume le commandement de la meute. Sur un champ de bataille, le commandement revient à l’un des vétérans présents. Selon les circonstances, les Space Wolves peuvent être dirigés par un Prêtre Loup, un Garde Loup, un Prêtre des Runes ou simplement par le guerrier le plus respecté. Les Space Wolves sont parfois vus par des observateurs extérieurs comme moins disciplinés que les autres guerriers de l’Imperium, ce qui n’est pas tout à fait vrai. Chaque homme connaît son devoir et sait que l’honneur de son unité dépend de sa performance personnelle. La guerre faisant rage à travers l’Imperium, on retrouve toujours des Space Wolves en première ligne, toujours prêts en découdre avec l’ennemi, Lames de Givre au clair, leurs cris de guerre semblables à des hurlements recouvrant ceux de leurs ennemis. Au combat, ils suivent toujours la maxime de Russ "Conquérir ou Périr !"

Les Seigneurs de Guerre du Croc

Les Space Wolves partent en guerre au nom de Russ et du Père de Tous !
À l’instar des archipels tumultueux de Fenris, les Grandes Compagnies des Space Wolves sont des formations changeantes. Lorsqu’un Seigneur Loup meurt, un autre prend sa place pour mener ses frères, et choisit un symbole issu des mythes de Fenris. Les Space Wolves placent la force, le courage et l’honneur au-dessus de tout, car ces vertus définissaient Leman Russ.

Bran Gueule Rouge

SymboleGeuleRouge.jpg
Bran Gueule Rouge, dont l’icône est le Chasseur Ensanglanté, n’aime rien tant que chasser sous la pleine lune. Bran est animé d’un instinct rusé ; il sait deviner les manœuvres ennemies de sorte que ses Chasseurs Gris attendent toujours l’adversaire lorsqu’il se replie face à l’assaut des premières lignes Space Wolves. La sauvagerie de ses guerriers est légendaire, et une force adverse piégée par la Grande Compagnie de Bran sera littéralement taillée en pièces.

Le symbole du Chasseur Ensanglanté est associé aux porteurs de la Marque du Wulfen, et beaucoup parmi les hommes de Bran souffrent de cette malédiction. Certains murmurent même que Bran adopte une forme étrange lorsqu’il est pris par la passion de la chasse.

Engir Tue-les-Krakens

SymboleTueLesKrakens.jpg
Engir est issu d’une fière lignée de seigneurs de guerre qui règnent sur les îles australes de Fenris. Les gens du sud sont aussi sombres de peau que d’humeur, et s’avèrent aussi doués pour l’exploration que pour la navigation. Ils écument les océans de Fenris à la recherche de monstres aquatiques, harpons et haches de guerre au clair. On raconte qu’Engir a reçu le surnom de Tue-les-Krakens lorsqu’il fut attiré sous les flots par un monstre tentaculaire. Lorsque la bête et l’homme refirent surface, Engir seul cria victoire, et se vanta ultérieurement d’avoir étranglé le poulpe avec ses propres tentacules.

L’emblème d’Engir est le Loup des Mers. Sa Compagnie se rend généralement au combat dans des transports, et de nombreux Motards lui servent d’éclaireurs. Les hommes d’Engir excellent dans les opérations d’abordage et les combats spatiaux. Lorsque les Space Wolves prennent la Mer d’Étoiles, la compagnie d’Engir leur ouvre souvent la voie.

Erik Morkai

SymboleMorkai.jpg
Si les autres Seigneurs Loups connaissaient encore la peur, ils craindraient Erik Morkai. Celui-ci fut nommé d’après le Loup des Morts bien avant d’adopter son symbole bicéphale, car c’est un personnage lugubre et austère. Sa compagnie compte un grand nombre de Scouts, des vétérans qui apprécient le comportement taciturne et l’approche directe de leur commandant. Erik résout généralement les problèmes qui se présentent à lui par la violence, et il a été élu pour son efficacité plus que pour sa personnalité. Son frère jumeau, Irnist le Sage, a quitté sa Compagnie pour servir en tant que Prêtre des Runes sous le Loup Suprême ; un acte qu’Erik ne lui a jamais vraiment pardonné.

Gunnar Lune Pourpre

SymboleLunePourpre.jpg
Le Loup de la Lune Pourpre est un terrifiant dieu de vengeance dans le panthéon fenrissien, une grande bête squelettique qui arpente les sept enfers en dévorant continuellement les cadavres des indignes sans jamais grossir. Pourtant, le Seigneur Loup qui arbore son symbole est un colosse aussi bruyant que joyeux. Il apprécie les Longs Crocs plus que tout, car ils font d’excellents compagnons, que ce soit sur le champ de bataille ou à la table du festin. Grand conteur d’histoires invraisemblables, Gunnar a adopté la Lune Pourpre comme symbole après l’invasion de l’Orbe de Bal’yth, où il prétend avoir tué tant d’Aeldaris que le sol de la lune est devenu rouge.

Logan Grimnar

SymboleGrimnar.jpg
La Grande Compagnie de Logan Grimnar est fanatiquement dévouée à son charismatique et rusé commandant. Chacun de ses guerriers est extrêmement fier de son lien unique avec le chef du Chapitre, et tous font assaut de prouesses pour s’attirer les faveurs du Loup Suprême. Logan Grimnar croit fermement qu’une bataille peut être remportée par une poignée de héros déployés au bon endroit, c’est pourquoi les places parmi sa Garde Loup sont très disputées. Après tout, quel fils de Russ ne donnerait pas sa vie pour se battre aux côtés du Loup Suprême ?

Harald Loup des Morts

SymboleLoupDesMorts.jpg
Harald Loup des Morts a adopté l’emblème du Grand Dévoreur, qui symbolise l’Ère du Loup, la fin de toutes choses, lorsque Morkai dévorera le soleil et que la nuit éternelle tombera sur les étoiles.

Harald chevauche au combat le grand loup gris, Croc de Glace. On dit que l’odorat d’Harald est si affûté qu’il peut sentir la peur de ses ennemis à plusieurs lieues. Sa Grande Compagnie part en guerre accompagnée de nombreux loups, des bêtes de chair et de sang, des organismes cybernétiques et même les esprits de ces loyaux compagnons.

Bjorn Loup des Tempêtes

SymboleLoupDesTempêtes.jpg
Les campagnes de la Grande Compagnie de Bjorn Loup des Tempêtes se déroulent toujours dans le bruit et la fureur. Bjorn est une montagne de muscles rougeaude et velue pour laquelle calme et introspection sont des concepts totalement étrangers. Il a adopté le Loup Tonnerre comme emblème, car lui aussi préfère la force et la férocité à la discrétion.

Bjorn ne passe pas inaperçu, même lorsqu’il ne porte pas son énorme Armure Terminator. Lorsqu’il s’ennuie, il interrompt les dignitaires impériaux d’un rot tonitruant (ou pire). Ses assauts spectaculaires reflètent son impatience et son agressivité, et impliquent toujours de nombreuses Armes Lourdes, des Motos et des Vindicators - tout ce qui est susceptible de causer un vacarme optimal. Le Loup Suprême confie à Bjorn les assauts frontaux, de préférence aux missions de discrétion, que le Loup des Tempêtes qualifie de "travail de chiot".

Egil Loup de Fer

SymboleLoupDeFer.jpg
D’après les mythes fenrissiens, le Loup de Fer dort sous Asaheim, et il est si vaste que les montagnes sont la fourrure de son dos et les filons de métal qu’on y trouve, ses veines. Si tel est le cas, Egil Loup de Fer doit beaucoup à son totem, car sa Grande Compagnie compte de nombreuses bêtes de métal. Les assauts blindés de sa compagnie sont réputés dans tout le système de Fenris, et voient généralement des escouades mécanisées couper le couloir de retraite de l’ennemi tandis que les chars d’assaut pilonnent ses lignes. Egil en personne, une brute faite de davantage de métal que de chair, est en tête de l’assaut, embarqué dans un Land Raider personnalisé qui arbore encore le bouclier de son clan originel.

Egil Loup de Fer consentit au sacrifice ultime en donnant sa vie sur Fenris afin de renvoyer dans le Warp le Primarque Démon Magnus. Son successeur, Orven Highfell, a ensuite péri dans le ciel de Cadia, pourtant la détermination des Loups de Fer n’a pas été édentée. Vorek Gnarlfist a récemment pris le titre de Seigneur Loup et a conservé le symbole du Loup de Fer en hommage aux exploits de ses prédécesseurs.

Krom Œil du Dragon

SymboleOeilDuDragon.jpg
Krom Œil de Dragon, aussi appelé "Œil Terrible", jouit d’une présence et d’une force de volonté telles que son regard peut paralyser un être moindre. Krom n’aime pas les imbéciles et a arraché la gorge de plus d’un sot qui osait discuter ses décisions. Avide de compétition, Krom aime participer à toutes sortes de concours avec ses camarades Seigneurs Loups, qu’il s’agisse de manger, de boire, de chasser, de se battre ou de la Piste de l’Œil Tranchant, épreuve dans laquelle il excelle. Mais comme tous les Space Wolves, c’est au combat qu’il apprécie de faire ses preuves. Sa Grande Compagnie compte de nombreux Gardes Loups, car l’Œil Terrible estime que la valeur doit toujours être récompensée.

Le symbole de Krom est le Loup Solaire, dont l’antre est le ventre du soleil et qui se jette sur Fenris à chaque nouvelle aube.

Ragnar Crinière Noire

SymboleCriniereNoire.jpg
La Grande Compagnie de Ragnar Crinière Noire n’est dépassée en éminence que par celle de Logan Grimnar. Elle compte deux cents guerriers endurcis, et est menée par celui qui est peut-être le plus habile des Seigneurs Loups. Bien que Crinière Noire soit menu comparé au géant qu’est Bjorn Loup des Tempêtes et qu’il n’ait pas atteint la sagesse de Logan Grimnar, sa férocité est devenue légendaire, et c’est généralement lui qui remporte les duels annuels qui opposent les Seigneurs Loups au sommet du Croc. La Grande Compagnie de Ragnar Crinière Noire a fréquemment l’honneur de mener les assauts planétaires des Space Wolves, et à juste titre, car c’est un rôle dans lequel elle ne souffre aucune comparaison. Ses meutes sont les maîtres incontestés de l’assaut en Module d'Atterrissage appelé la Griffe de Russ.

Raganr envoie souvent des escouades de Reiver en avant-garde pour semer la confusion, et ses meutes sont les maîtres incontestés des assauts en Modules d’Atterrissage.

Sven Hurle-au-Sang

SymboleHurleAuSang.jpg
Les guerriers de la Grande Compagnie de Sven Hurle-au-Sang arborent des tatouages représentant des runes, des entrelacs abstraits et des scènes de leurs propres sagas. Celle de Sven est si dense qu’elle couvre son corps entier - et encore, il manque à présent de place, si bien qu’il utilise désormais la peau de ses victimes comme toile pour représenter ses derniers exploits.

Sven a choisi le symbole du Cracheur de Flammes, un volcan qui se trouve à quelques centaines de lieues du Croc. Lors des festins, Sven et ses hommes aiment cracher des flammes et marcher sur des charbons ardents, ce qui selon Hurle-au-Sang "échauffe efficacement ses gars". Après ces démonstrations, ils font descendre des quartiers de viande épicée avec des tonnelets d’un alcool particulièrement fort. Sven part au combat au milieu d’une horde de spécialistes du corps à corps, et la légende veut que son avant-garde crache des flammes sur les rangs ennemis en riant.

Sven Hurle-au-Sang, seigneur des Hurle-au-Sang, a disparu depuis qu’il a attaqué la Forteresse Noire Will of Eternity. Certains disent que sa sage a pris fin, mais tant que son destin est inconnu, ses Gardes Loups dirigent la Compagnie.

Kjarl Sang Farouche

SymboleSangFarouche.jpg
Féroce rival de Sven Hurle-au-Sang, Kjarl et sa Grande Compagnie arborent l’emblème du Loup de Feu. D’après la légende fenrissienne, cet animal brûle sans se consumer, et c’est sa voix de flammes qui fait fondre la neige et les glaciers avant chaque saison du feu. Kjarl semble être capable d’une grande prescience, si bien que certains murmurent - jamais en sa présence - qu’il a le Don et qu’il peut lire l’avenir dans les flammes. Sa Grande Compagnie emploie de nombreuses armes à flammes, et compte pas moins de douze Land Raiders Redeemer. Ses Chasseurs Gris doivent se soumettre à un rite de passage insolite une fois qu’ils ont tué un ennemi par le feu, ils ont le droit d’appliquer des peintures de guerre rouge sur leur visage, cette décoration clamant haut et fort qu’ils ont rejoint les rangs des célèbres Chasseurs Rouges.

La 13e Compagnie

La dalle vierge du Grand Cercle représentait jadis la Grande Compagnie de John Hurle-au-Sang, qu’on appelait le Wulfkin ; c’est cette formation qui poursuivit Magnus le Rouge dans le Warp à l’époque de l’Hérésie. Elle symbolise à présent toutes les Grandes Compagnies qui, au cours de l’histoire des Space Wolves, ont été détruites au combat, ont disparu, ou ont renoncé à leur serment de loyauté. Par conséquent, elle est entourée de rumeurs et de superstitions. Peu d’étrangers ont vu la pierre ou même eu vent de son existence, et suggérer qu’une des autres compagnies "va vers la treizième pierre" est une accusation très grave.

Même si les Wulfens sont revenus, elle continue de représenter les Compagnies perdues ou détruites au fil des âges.

Decor1SpaceWolves.jpg

Héraldique des Space Wolves

Héraldique des Space Wolves.
(Cliquez pour agrandir)

Croyances

« Sa voix était celle du tonnerre
Son regard était celui de l’aigle,
Sa force était celle du Kraken,
Sa ruse était celle du Wulfen,
Sa joie était la mort des hommes. »
- Extrait de la Saga du Prêtre Loup Voltar le Sanglant.

Les hommes de Fenris entendent dès leur tendre enfance des récits emplis de monstres, de loups courant le ciel et de Krakens plus grands que des planètes : fiers de leur tradition orale, ils ne préfèrent qu’un bon combat à une bonne histoire. La mythologie de Fenris est peuplée de héros aux hauts faits, et bon nombre de ces légendes ont trait aux loups fenrissiens qui peuplent Asaheim. Ces croyances païennes sont dénigrées par l’Ecclésiarchie, mais les Fils de Russ refusent de les abandonner même quand leurs crocs se sont allongés et quand leur peau a été flétrie par le temps. Extrêmement superstitieux les Space Wolves partent souvent au combat bardés de talismans pour leur apporter chance et protection contre les esprits malveillants.

Au centre de leur système de croyances se trouve Leman Russ qu’ils considèrent comme étant bien plus qu’un homme et à qui ils attribuent les actions d’un dieu. Les héros sont tenus en très haute estime, mais aucun autant que leur Primarque, qui reviendra se battre à leurs côtés lors de la fin des temps.

Decor1SpaceWolves.jpg

Patrimoine Génétique

« Fenris produit des héros comme une taverne des ivrognes - braillards, fiers et avides d’en découdre. »
- Grand Maître Belial des Dark Angels.
Le Test de Morkai.
Le matériel génétique des Space Wolves est unique et souvent mortel. Le potentiel effrayant du premier gène à être implanté à un Fils de Russ en puissance est légendaire et a coûté la vie à des centaines de guerriers de Fenris ; ceux qu’il ne tue pas, il les transforme en monstres aux babines écumantes.

Le Canis Helix est toutefois indispensable car sans cette part essentielle de l’héritage de Leman Russ, les autres gènes ne peuvent pas du tout être implantés par la suite. Malheureusement, son codage génétique contient un certain nombre d’acides qui ne sont pas synthétisés dans le corps humain, et leur effet sur l’aspirant Space Marine peut s’avérer désastreux. Les effets de ce gène commencent à apparaître lorsque le candidat est abandonné dans le froid et doit se frayer un chemin jusqu’au Croc. Des bouleversements s’opèrent alors dans le corps et l’esprit du guerrier, qui régresse à un état primai où ses os se déforment et fusionnent en certains endroits, où son corps se couvre de poils et où son seul désir est de se gorger de sang chaud et de dévorer de la viande crue. Lors de la transformation, sa masse corporelle augmente de près de quatre-vingts pour cent et des crocs atrophiés poussent de ses gencives. Alors que son corps n’est plus que douleur, le guerrier doit en plus réussir à surmonter les effets du gène. Les nuits de Fenris sont peuplées de créatures sauvages nommées les Wulfens, qui sont en fait ceux qui n’ont pu contenir la sauvagerie de leur nouvelle nature. Devenir un Wulfen est véritablement synonyme d’échec.

Si l’aspirant parvient à retrouver sa route jusqu’au Croc au milieu des nombreux prédateurs, des crevasses et des glaciers battus par les vents, il reçoit le reste du patrimoine génétique des Space Wolves, qui stabilise le Canis Helix et achève son introduction dans les rangs des Fils de Russ. Quelques rares membres du Chapitre n’ont jamais complètement surmonté les effets originels de ces gènes et en période de forte excitation nerveuse, retournent à l’état sauvage qui hante leur structure génétique. On dit d’eux qu’ils sont affectés par la Malédiction du Wulfen, et ils sont craints à juste titre.

La Formation d'un Space Wolf - Le Test de Morkai

es Space Wolves sont parmi les plus braves et les plus nobles des jeunes de Fenris. Lors des continuelles guerres tribales pour la possession territoriale, chaque jeune guerrier se voit offrir une chance de combattre et de mourir au service de ses Dieux guerriers, l’Empereur et Leman Russ. Les Space Marines doivent être choisis jeunes pour avoir une chance de survivre à la transformation d’un homme normal en un surhomme. Les tribus aident involontairement à ce processus en organisant leurs jeunes guerriers en meutes de Frères Loups. Ces meutes sont toujours aux avant-postes des batailles, cherchant à attirer l’honneur et le respect de leurs aînés. Quelque chose d’autre les motive : savoir qu’en tant que Frères Loups, l’Œil des Dieux est sur eux et qu’ils pourront être choisis pour rejoindre les fils de Russ. Sur Fenris, des étrangers parcourent le pays des hommes. Ce sont de gigantesques guerriers aux yeux de braise, fortement charpentés et portants des manteaux en peaux de loup. Des récits circulent autour des feux à propos de mystérieux étrangers qui viennent au milieu de l’hiver défier les meilleurs guerriers, ainsi que les plus fanfarons, pour tester leur force et leur résistance à l’alcool. Les étrangers battent toujours les plus forts des Frères Loups et saoulent les plus résistants. Ils choisissent les plus valeureux et les emmènent dans la nuit, et personne ne les revoit jamais. Nul ne peut les arrêter, que cela soit par des suppliques ou par la force, et très peu osent essayer. Ces mêmes mystérieux étrangers sont souvent vus sur les hauteurs surplombant les champs de bataille. Lorsque les bateaux accostent pour le combat et le pillage, ils se tiennent parfois en observateur et malheur à qui serait assez fou pour s’en prendre à eux. Il arrive que les étrangers descendent après les combats et choisissent les plus braves des Frères Loups. Ils sont souvent à l’article de la mort, mais les étrangers s’en moquent, ils emportent les jeunes, ne tolérant aucune interférence. Certains disent qu’ils s’évanouissent dans un éclair, d’autres qu’un grand navire volant vient les chercher. Mais tous savent que les guerriers sont partis rejoindre les Dieux.

Il arrive parfois qu’un Frère Loup accomplisse un acte extrêmement courageux, comme harponner une baleine blanche ou tuer un Dragon. Les étrangers apparaissent alors comme attirés par les rumeurs de courage. Ils parlent au guerrier et l’évaluent, et s’il semble à la hauteur de ses actions, il disparaît. Ces mystérieux étrangers sont les Prêtres Loups des Space Wolves, les Juges des Valeureux. Les jeunes qu’ils choisissent seront mis à l’épreuve pour devenir des Space Wolves, connus sous le nom d’aspirants. S’ils réussissent, ils se verront implanter les gènes de Leman Russ.

L'Interrogatoire

Le prochain réveil des aspirants a lieu dans les Halls du Croc, la titanesque citadelle des Space Wolves située au cœur du continent arctique d’Asaheim, unique zone géologiquement stable de la planète. Ils sont accueillis par des Space Wolves mais pas par les Prêtres Loups qui les ont amenés là. L’assemblée des guerriers leur demande pourquoi ils pensent être dignes d’intégrer les Élus de l’Empereur. Les aspirants doivent alors répondre d’une façon convaincante à ce premier test qui est certainement le plus facile. S’ils sont d’une fierté adéquate et si leur comportement est noble, les Space Wolves continueront à leur poser question sur question. Si le candidat se décourage devant les rangs de géants aux crocs de loups, il a échoué. Il sera pris à part et conduit dans les montagnes profondes, où il se verra offrir une place parmi les Serfs du Chapitre. Ayant vu l’intérieur du Croc, il ne pourra jamais rejoindre son peuple.

L’interrogatoire devient de plus en plus dur et insultant, l’aspirant devant se mettre à la hauteur du défi et être le meilleur possible. S’il n’y arrive pas, c’est encore un échec. S’il y parvient, Il est alors emmené dans une petite chambre glacée pour méditer sur son sort. Pendant ce temps, les Space Wolves vont délibérer à son sujet. S’ils décident qu’il est valable, il lui sera offert la chance de devenir un membre des Space Wolves. Dans le cas contraire, il deviendra un Serf. Seul un aspirant sur dix se voit offrir la chance de devenir un Fils de Russ.

Le Banquet

Si l’aspirant est retenu, il est conduit dans une chambre sombre et allongé sur une table de pierre tachée de sang. Le Prêtre Loup réapparaît et commence alors l’opération d’implantation des gènes et des organes supplémentaires destinés à faire de lui un Space Marine. Quand l’aspirant se réveille, il est une fois de plus dans le Grand Hall. Il est reçu par des rugissements et des applaudissements, puis il s’installe à la table de banquet. On lui explique alors qu’il doit manger un élan entier et boire un tonneau de bière, comme Russ le fit. L’aspirant n’a pas le choix, et doit continuellement boire et manger. On lui amène de la viande fumante plat après plat et les chopes de bière mousseuse se succèdent à ses lèvres. Il doit continuer à manger car ses nouveaux frères ne lui laissent aucun répit. Le jeune aspirant à toutes les chances de ne pas aller au bout, saoulé par la bière forte et écœuré par la venaison, son estomac est rempli et presque distendu. Son dernier souvenir est en général d’avoir été mis dans un lit aux draps doux. Il croit alors être vraiment au paradis des guerriers.

La Saignée

La Saignée permet d’éliminer les plus faibles et conserver ceux qui deviendront d’authentiques Space Wolves sous l’œil vigilant d’un Prêtre Loup.
Quand l’aspirant se réveille, il est gelé. Il repose nu dans la neige, un couteau en fer météorique à portée de main. Il est fiévreux, sa tête et ses muscles le font souffrir, ses gencives saignent et sa bouche le brûle. Près de lui se tient le Prêtre Loup qui l’a choisi, il l’informe que le véritable test a commencé. Pour prouver sa valeur, il doit se frayer un chemin jusqu’au Croc et y pénétrer. Il est maintenant à l’autre bout du continent, à plus de mille kilomètres de chez lui. Le Prêtre Loup disparaît et l’aspirant reste seul. L’aspirant l’ignore, mais le banquet avait un but. Les gênes commencent à affecter son organisme et à le réorganiser. La masse musculaire augmente, les os commencent à fusionner, et même la structure de son cerveau s’altère, améliorant ses réactions et ses sens. Des crocs commencent à pousser. La venaison lui procure les protéines brutes nécessaires et la bière sacrée contient tous les composants chimiques qui alimentent ces mutations.

L’aspirant ignore tout de cela, il est rongé par la douleur et son corps croît et s’épaissit. Son esprit est hanté par des visions et sa raison vacille, il devient comme un loup sauvage, rendu fou par la douleur et la faim. C’est le moment le plus délicat, il est constamment affamé parce que les changements de son corps nécessitent de plus en plus d’énergie pour se poursuivre. L’impossibilité de nourrir le corps serait fatale, car il commencerait à se dévorer lui-même. Ces quelques jours sont les plus critiques. L’aspirant doit se nourrir constamment, il est souvent laissé à proximité d’une source de nourriture comme un troupeau d’élans. Au bord de la folie, il doit les chasser, se repaître de leur chair crue et s’abreuver de leur sang. Quelques aspirants, incapables de relever le défi, périssent. Certains, que cela soit dû à un défaut de leur nature ou des gènes implantés, ne dépassent jamais ce stade et deviennent des créatures sans esprit, dotées d’une ruse tout animale. Ils continuent à grandir et à avoir besoin de chair, devenant finalement des Wulfens, les créatures les plus craintes de Fenris. D’autres ne jugulent que partiellement cette étape, et se transformeront en Wulfens plus tard dans leur existence, dès que surviendra une époque de crise.

Le Retour

Si l’aspirant survit aux premiers jours, sa raison revient peu à peu. Il voit le monde sous un jour nouveau et sent qu’il a changé. Ses sens sont plus aiguisés, il peut voir à plus de quinze kilomètres, entendre une brindille craquer à plus d’une lieue de là, ou sentir la trace musquée d’un loup ou d’une biche. Il sent qu’il est devenu fort au-delà de l’imagination d’un mortel, capable de déraciner des arbres et de courir pendant des jours sans ressentir la moindre fatigue. Il est presque insensible à la morsure du froid. Il se souvient qui il est et comment il est arrivé ici, ce qui n’est pas plus mal, car il aura besoin de toute son intelligence d’homme et de tous ses extraordinaires pouvoirs de Space Marines pour couvrir la distance jusqu’au Croc.

Ce pays est plein de dangers, que cela soit les bêtes sauvages, l’infâme climat ou la constante menace d’un éboulement ou d’une avalanche. Les élans de Fenris sont des bêtes énormes faisant près de quatre mètres au garrot, avec des bois de trois mètres aiguisés comme des rasoirs. Ils peuvent facilement piétiner à mort un chasseur et un seul coup de leurs bois peut éventrer un homme. Les Ours Blancs sont de sauvages machines de destruction de plus de six mètres de haut, pesant plusieurs tonnes. Les plus craints de tous sont les Loups Fenrissiens, l’un des plus sournois prédateurs de la galaxie. Les plus petits de ces loups gris ont la taille de poneys, alors que les plus vieux rivalisent avec les transports blindés Rhinos. Leurs tactiques de meute en font les chasseurs les plus efficaces à la surface de ce monde, en travaillant ensemble, ils isolent et traquent même les proies les plus grosses. Ce sont ces loups qui rendent Asaheim inhabitable pour l’homme, et les récits de ces bêtes hurlantes aux yeux rouges sont utilisés sur les îles pour calmer les enfants dissipés. Une légende raconte que jadis, les hommes qui vivaient sur Asaheim devinrent faibles et décadents. Russ vit ceci, ce qui le contraria fortement, et, dans un accès de colère, il lâcha ses loups qui chassèrent les hommes de leur terre ancestrale. Ils ne pourront récupérer leur territoire que le jour où ils seront assez valeureux pour en chasser les loups. Pour combattre le froid, les aspirants se fabriquent des habits avec les peaux de leurs proies et des lances en attachant leur couteau cérémonial à une branche. Puis ils entreprennent leur voyage de retour, traversant des forêts infestées de loups et des plaines glacées. Le paysage change et devient montagneux, le Croc devenant visible à plusieurs centaines de kilomètres. Les aspirants doivent alors gravir des corniches et franchir des glaciers. Ils rencontrent des Dragons et des Aigles de Sang, la nourriture se raréfie. Beaucoup périssent lors de ce pèlerinage, ceux qui survivent malgré tout se retrouvent finalement devant l’une des nombreuses portes du Croc. Là, au cœur du continent, à la croisée du pôle et des montagnes, ils peuvent pour la première fois admirer le Croc dans toute sa splendeur.

Les guerriers sont rassemblés à la porte pour féliciter les aspirants. Leurs applaudissements ne dissimulent plus aucune ironie, ils les accueillent comme des frères. Le loup Suprême leur fait prêter serment d’allégeance et ils sont de nouveau invités à un banquet. C’est ensuite que leur véritable entraînement commence et de nouveaux organes leur sont implantés, modifiant encore plus leur morphologie. Mais dès qu’ils ont franchi les Portes de Fenris, ils sont devenus d’authentiques Space Wolves.

Decor1SpaceWolves.jpg

Les Annales des Space Wolves

« Depuis la fin de l’Hérésie d’Horus survenue il y a dix mille ans, les Space Wolves ont servi l’Empereur avec loyauté. Leur Chapitre a connue des guerres constantes. Il a survécu aux heures d’anarchie qui ont secoué l’Imperium, ou à des périodes d’isolation prolongée d’avec Terra. L’Imperium a connu des crises intérieures ou extérieures, et il lui est arrivé d’être mis à genoux par les rébellions ou divisé par les invasions. En d’autres occasions, des tempêtes Warp ont isolé des pans entiers de la galaxie pendant des siècles.
Au cour de toutes ces années de désespoir, les Space Wolves ont respecté le serment de Leman Russ de servir l’Empereur, même s’ils ne l’ont pas toujours fait comme les Hauts Seigneurs de Terra l’auraient désiré… »
- Extrait de l’Apocryphe de Jaejonsson, Volume II.

Lors des derniers jours du 41e Millénaire, les Space Wolves ne connaissent que la guerre, sans pause ni répit. Certains des prêtres du Chapitre estiment que l’Ère du Loup approche. Ils ont décelé de sombres présages, et les signes avant-coureurs de la Fin des Temps, lorsque le loup Morkai avalera le soleil de Fenris et que tous les être vivants s’entre-tueront jusqu’à ce que la mort et les ténèbres règnent sur les étoiles. Si cela est vrai, une chose est sûre : les Space Wolves continueront de hurler leur défi jusqu’à ce que la galaxie s’éteigne pour toujours.

Decor1SpaceWolves.jpg

Sources

Pensée du Jour : L’Arme ne saurait se substituer au zèle.
  • Codex Adeptus Astartes Space Wolves, V8
  • Codex Space Wolves, V7
  • Codex Space Wolves, V5
  • Index Astartes du White Dwarf N°87 (Juillet 2001)
  • Les Loups de Fenris, White Dwarf N°75 (Juillet 2000)