Croisade Indomitus

De Omnis Bibliotheca

Alors qu’en ces heures sombres, la fin de l’Imperium semblait imminente, une lueur d’espoir naquit au cœur d’une galaxie envahie par les ténèbres : la Croisade Indomitus de Roboute Guilliman, une immense coalition de forces impériales qui porta le fer à l’ennemi et secourut des centaines de planètes assiégées.

Suite à la Noctis Aeterna, les citoyens de nombreux mondes impériaux regardèrent avec appréhension le ciel qui ondulait étrangement au-dessus d’eux, craignant ce qui risquait de jaillir des étoiles. Néanmoins, tous les hommes ne se laissèrent pas paralyser par la terreur, et firent de leur mieux pour que leur planète isolée reprenne contact avec le reste de l’Imperium. Plus d’une dizaine d’expéditions d’envergure furent entreprises une fois les pires tempêtes Warp de l’histoire de l'Imperium calmées, notamment la Croisade Aquila, et la tentative d’une force de frappe des Revilers visant à reprendre le Secteur Donlar. La plupart échouèrent, voire se terminèrent en désastre, à l’instar de la Croisade Charon. Cependant, une d’entre elles connut un franc succès.

Tandis que la Grande Obscurité envahissait des pans entiers de la galaxie, Roboute Guilliman peaufinait sa stratégie sur Terra. Il s’était rendu devant le Trône d'Or et sa détermination s’en était trouvée raffermie. Peu de temps après sa nomination au rang de Seigneur Commandeur de l’Imperium par les Hauts Seigneurs de Terra, il avait ordonné la formation d’une armada. Toutefois, pendant que les forces de cette Croisade Indomitus (notamment des Space Marines de la Fondation Ultima) se rassemblaient, les préparatifs de Guilliman avaient été interrompus par une incursion démoniaque jaillissant d’une tempête Warp inattendue. Beaucoup de défenseurs avaient paniqué en constatant la brèche ouverte dans les boucliers défensifs multispectres de Terra, néanmoins le Primarque avait mené une contre-attaque. Nul ne pouvait résister aux flammes de l’Épée de l’Empereur, et avec l’aide de l’Adeptus Custodes, des Sœurs du Silence et de plusieurs compagnies d’Ultramarines, Guilliman avait banni les Démons dans l’Empyrée.

Une Puissante Alliance

Les Frères de Bataille des Fulminators repoussent les Astartes Hérétiques à coups de bolts et d’épée, afin de les empêcher de renverser l’Imperium et de réduire l’Humanité en esclavage.
Sur Terra, des éléments de l’Adeptus Custodes et un contingent de la Confrérie Silencieuse jurèrent de se joindre à la croisade de Guilliman. Ils ne furent pas les seuls. Sur Mars toute proche, l’Archmagos Dominus Belisarius Cawl avait ouvert ses cryptes de stase et libéré le fruit de son long labeur : la Fondation Ultima. Toutefois, il lui faudrait des mois pour achever le déploiement de son œuvre majeure. Sa flotte se joignit également à celle du Primarque, notamment son cargo-hulk Zar-Quaesitor, un bâtiment de classe mécha-ark qui transportait un grand nombre de Space Marines Primaris en état d’hibernation dans un champ de stase. L’Archmagos emmenait aussi plusieurs osts de Skitarii et de la Legio Cybernetica, ainsi que trois lances de Chevaliers de la Maison Taranis. Puisque les énergies de l’Immaterium inondaient la galaxie, la portée des chœurs astropathiques de Terra était grandement réduite, malgré tout de nombreux défenseurs entendirent leur appel, dont plusieurs armées de la Garde Impériale et une dizaine de Chapitres Space Marines, le plus déterminé d’entre eux étant celui des Imperial Fists. De plus, la moitié de la flotte du Segmentum Solar de la Marine Impériale fut réquisitionnée pour transporter les soldats de l’Imperium. Enfin, alors que les troupes se mettaient en route vers les nombreux objectifs fixés à la Croisade Indomitus, elles reçurent des renforts avides de jurer allégeance à l’être légendaire qu’était le Primarque des Ultramarines.

Porter le Flambeau de l'Empereur

Puisque l’Astronomican connaissait encore des coupures intermittentes, la Croisade Indomitus ne tenta que de courts sauts à travers le Warp et progressa d’un système à l’autre. Lorsque les planètes pouvaient être sauvées, Guilliman libérait toute la puissance de ses armées. Les hordes démoniaques furent repoussées de Gathalamor, du Système Drogos et de Tallarn. Le Tyran d’Airain des Étendues de Lhorm fut vaincu. La population d’Ophelia fut libérée de l’esclavagisme imposé par le Tyran de la Flamme Bleue, même si ce Démon Majeur échappa à la justice de l’Empereur. Guilliman affronta en personne la Bête Ignoble de Caster. Bien que le monstre fût bien plus grand que lui, le Primarque le tua sans la moindre difficulté. La nouvelle de l’arrivée de la croisade suffit à étouffer les feux de la rébellion sur Necromunda. Lorsque les forces impériales atteignirent Catachan, elles constatèrent que les serviteurs des Dieux Sombres avaient déjà été exterminés par les forces locales de l’Astra Militarum, et en profitèrent pour recruter des renforts. En dépit des lourdes pertes subies précédemment, la Croisade Indomitus était plus vaste quand elle quitta Catachan que lorsqu’elle était partie de Terra.

Alors que la Croisade Indomitus s’éloignait de Terra, les effets les plus néfastes de la Noctis Aeterna commençaient à se dissiper dans la plupart des secteurs. Même si des tempêtes Warp continuaient de faire rage à proximité de la Grande Faille, la Lumière de l’Empereur parvenait peu à peu à percer les ténèbres surnaturelles qui voilaient le sud de la galaxie. La plupart des citoyens qui avaient survécu à l’oppression de leurs bourreaux démoniaques décelèrent une corrélation d’origine divine entre ces deux événements. Ceux qui virent le Primarque en chair et en os murmurèrent qu’ils reconnaissaient en lui l’Empereur en personne, qu’un être issu des plus anciennes légendes marchait de nouveau parmi les hommes. Des vidéopicts et des visions astropathiques se répandirent, ravivant la flamme de l’espoir, même sur les planètes les plus outragées.

Néanmoins, la Croisade ne remporta pas que des succès, car beaucoup de planètes étaient damnées et ne pouvaient qu’être vengées. Le Monde-Ruche Bhundar avait été irrémédiablement ravagé par une épidémie scrofuleuse, et il fallut recourir au feu rédempteur pour éviter que le mal se répande. Les rituels impies célébrés dans les ruines fumantes du Monde-Cardinal de Gloriphia furent stoppés, et l’ichor des invocateurs démoniaques coula à flots. Malgré tout, la croisade ne pouvait pas toujours assouvir sa vengeance. Les atterrissages initiaux sur Secundus Terra subirent des embuscades et des pannes catastrophiques à cause des machinations de l’Alpha Legion. Guilliman prit alors la décision difficile de battre en retraite et de contourner le Système Primagenesis pour ne pas s’enliser dans une guerre d’usure. Au cours de son odyssée, la croisade rencontra des dizaines de systèmes où les citoyens impériaux étaient devenus séides des Dieux Sombres. Chacune de ces découvertes alimentait l’amertume de Guilliman, toutefois il n’avait pas de temps à perdre à ruminer les malheurs qui s’étaient abattus sur l’Imperium.

Les Germes de l'Espoir

Tandis que la Croisade Indomitus s’aventurait de plus en plus loin dans la galaxie, Cawl forçait ses serviteurs automatisés à travailler nuit et jour, au risque de provoquer chez eux des dysfonctionnements catastrophiques, car des milliers de Space Marines Primaris étaient toujours endormis dans le dédale de soutes du Zar-Quaesitor. Il y avait aussi bien des Chapitres au complet que des contingents destinés à renforcer des Chapitres existants, et dès qu’ils étaient réveillés, ils se joignaient aux combats. Sur Rynn’s World, l’arrivée de la Croisade Indomitus permit de vaincre les légions du Prince Démon Rhaxor. Une fois les combats terminés, les Crimson Fists purent constater avec émerveillement le retour de Roboute Guilliman, et furent encore enthousiastes lorsqu’il leur présenta un contingent de Space Marines Primaris portant leur héraldique. Ces guerriers semblaient même encore plus proches génétiquement de Rogal Dorn que tous Space Marines jamais créés auparavant. En effet, Cawl avait sélectionné comme matériau brut des combattants de Terra nés quelques générations à peine après la création des premiers Imperial Fists par l’Empereur. Certains étaient en stase depuis l’époque de la Grande Croisade, et une poignée d’entre eux se rappelait même avoir rencontré Rogal Dorn. Une histoire identique se répétait à chaque fois : lorsque les Space Marines de la Fondation Ultima étaient présentés à leur Chapitre, ils étaient accueillis à bras ouverts, car en ces heures sombres, ils arrivaient à point nommé. Cela se produisit notamment sur Chogoris, Ultramar et Baal, où la croisade intervint au moment où les Fils de Sanguinius menaient un baroud d’honneur.

Au fur et à mesure qu’elle se frayait un chemin à travers les ténèbres qui enserraient l’Imperium, la Croisade Indomitus commença à se fragmenter. Lorsque les immenses cales du Zar-Quaesitor furent enfin vides, l’Archrmagos Cawl retourna vers Mars, car il avait encore d’autres cryptes secrètes à ouvrir pour achever la Fondation Ultima. Une fois déployés, les nouveaux Chapitres, comme les Rift Stalkers ou les Umbral Knights, restèrent sur les lieux des conflits qu’ils avaient remportés afin de consolider les têtes de pont. Généralement, ils en profitèrent pour faire de la planète reconquise leur Monde Chapitral. Ainsi, la croisade ne se contentait pas de libérer des planètes, car elle renforçait également leurs défenses en prévision d’invasions futures. Arriva aussi le moment où Roboute Guilliman ne put ignorer plus longtemps les appels de détresse en provenance d’Ultramar, son propre Monde Chapitral. Tous les triomphes récents n’étaient qu’une étincelle dans la noirceur du néant, car d’innombrables planètes restaient en péril, mais c’était un début encourageant. On dirait plus tard qu’au cours de cette période, la plus terrible endurée par l’Imperium depuis l’Hérésie d'Horus, ce fut la Croisade Indomitus qui donna à l’Humanité la force de survivre.

La Bataille de Raukos

L’anomalie de Raukos est une faille Warp distincte du front de tempête de la Grande Déchirure qui coupait l’Imperium en deux. Bien que cette blessure dans la trame de l’univers soit isolée, elle n’en était pas moins profonde. Elle avait l’apparence d’une zone d’espace violacée, une meurtrissure de plusieurs millions de kilomètres de long qui s’enfonçait dans le vide, jusqu’au cœur du Warp. Ses bords chatoyaient d’un pourpre malsain tandis qu’à l’intérieur, la coloration virait à un jaune putride parsemé de touches blanches. À l’épicentre de la tempête Warp, un globe sombre, strié de lignes plus claires, pareil à l’iris d’un œil énorme, tournait sur lui-même avec l’empressement et la férocité d’un pulsar.

Tout au bord de cette flétrissure de l’espace réel se languissait un système stellaire isolé que l’Humanité n’avait jamais jugé bon de coloniser, ni même de lui donner un nom, si ce n’est la désignation, décrétée par l’Adeptus Astra, de 108/Beta-Kalapus-9. Son soleil, un orbe rougeâtre de taille moyenne, semblait minuscule à côté du Gouffre tandis que des anomalies gravitationnelles tiraient de longues volutes de gaz incandescent depuis l’étoile jusque dans le vortex. Dans les années qui avaient suivi l’ouverture de Cicatrix Maledictum, l’astre pourpre avait perdu un dixième de son volume et les planètes qui l’orbitaient commençaient à être plongées dans l’ombre.

De telles brèches entre les dimensions avaient été des phénomènes aussi rares que terrifiants, mais en ces heures sombres, elles étaient malheureusement devenues presque banales, surtout depuis que la Grande Faille divisait la galaxie d’un bout à l’autre. Non seulement les profondeurs de cette déchirure communiquaient-elles directement avec celles du Warp, mais des milliers d’autres fissures semblables au Gouffre de Raukos s’étaient ouvertes à travers la matière du réel, vomissant des torrents d’énergie surnaturelle dans chaque recoin de l’espace.

Le Gouffre de Raukos était ainsi baptisé d’après un Prince Démon que Guilliman avait personnellement vaincu, mais s’il avait mis celui-là hors d’état de nuire, les abysses bouillonnants qui portaient son nom continuaient de vomir chaque jour de nouvelles plaies. Le Gouffre de Raukos était une porte grande ouverte pour les légions démoniaques des Puissances du Chaos. Des armées d’abominations s’échappaient du vortex, galvanisées par la volonté de leurs Dieux Sombres et alimentées par les énergies contre nature qui émanaient du puits vers l’Immaterium.

C’est dans ce secteur que la Croisade Indomitus affronta une grande flotte et armée du Chaos menée par les Word Bearers, ces derniers construisant une plateforme orbitale au-dessus de la planète à la gloire des Dieux Sombres.

Guilliman avait fait déployer ses troupes selon un positionnement en griffe à cinq phalanges. Chacun des doigts était une flotte de bataille indépendante, arrangée en lignes parallèles de façon à prendre les appareils approchant sous le feu de canonnades croisées dévastatrices. La paume, quant à elle, était un véritable mur de vaisseaux, avec l’Honneur de Macragge trônant en son centre. Le Primarque comptait piéger l’adversaire au creux de cette paume cyclopéenne, tandis que les doigts ralentiraient, et, en se refermant, écraseraient les flottes ennemies aussi sûrement que s’il les compressait dans un poing colossal. La flotte du Chaos se dispersa, afin d’intercepter frontalement les doigts de la griffe mais le fait qu’elle n’agissait pas sous le commandement d’un chef de guerre unique lui fut fatal. Exploitant leurs divisions grâce à son génie tactique et stratégique, Guilliman pulvérisa la flotte renégate et réduisit à un nuage en expansion de débris tournoyant la plateforme orbitale hérétique.

Une fois l’orbite de la planète sécurisée, un vaste débarquement se mit en puissance afin de purger le monde de la présence du Chaos. Des compagnies entières de Space Marines Primaris furent déployés au sol et affrontèrent des troupes constituées d’éléments issus des Word Bearers, de la Black Legion, des Iron Warriors et de divers autres groupes séditieux agissant de concert. Le principal objectif de l’Imperium fut un bastion des Iron Warriors, qu après des combats acharnés, tomba aux mains des loyalistes, condamnant les renégats à la déroute.[1]

Le Triomphe de Raukos

Suite à la victoire à la surface de 108/Beta-Kalapus-9.2, le lieu de la victoire fut aménagé pour accueillir le Triomphe de Raukos. Une nouvelle Forteresse Chapitrale fut dressée à l’emplacement du bastion des Iron Warriors. Toutes les forces de la Croisade Indomitus furent rangées en ordre de parade, face à l’Auguste Victorium, un grand édifice triomphal encadré de statues monolithiques, d’effigies héroïques impériales taillées dans la roche des montagnes, et remodelées pour cette seule occasion sur l’esplanade martiale de 108/Beta-Kalapus-9.2. Un unique coup de canon retentit et la cloche de la plus haute tour se mit à sonner cent douze fois, une pour chaque année écoulée depuis le début de la croisade. Près de vingt mille Primaris étaient réunis ainsi que quarante mille Frères de Bataille de l’Adeptus Astartes, vingt millions de soldats issus des diverses armes de l’Astra Militarum et plusieurs congrégations martiales de fantassins cybernétiques de l’Adeptus Mechanicus allant des automates de combat de la Legio Cybernetica jusqu’aux gigantesques Titans.

Trente-six Maîtres de Chapitre furent présents, avec dix-huit Seigneurs Space Marines de moindre rang, au nombre desquels venait s’ajouter tout l’échelon de commandement supérieur des Chapitres restants des Fils Innombrables (dénomination du contingent de Primaris issus des neuf Primarques loyalistes qui n’ont pas encore été affecté à un Chapitre) et de leurs groupes supra-chapitraux, ainsi qu’une demi-douzaine de membres de l’Adeptus Custodes et trois Chanoinesses de l’Adepta Sororitas. Le Commissariat était représenté par le Commissaire-Général, la Marine par les Amiraux primus, secundus et tertius, quelques autres moins importants et des dizaines de commodores et de timoniers prestigieux. Quant à l’Astra Militarum, le haut commandement avait dépêché cinq Généraux Impériaux, un certain nombre de Seigneurs de Guerre d’origines diverses et d’autres encore, de grades similaires, suivis de quantité de guerriers et de guerrières tous plus nobles et féroces les uns que les autres. Enfin, trois des Douze Hauts avaient fait le long et dangereux voyage jusqu’à Raukos.

Lorsque le dernier son de cloche finit de se réverbérer entre les montagnes sculptées, Guilliman s’adressa à la foule. Il remercia et loua le courage et les succès des troupes impériales durant la Croisade et proclama la fin de cette campagne ; le Triomphe de Raukos célébrant toutes les glorieuses victoires remportées. Les Fils Innombrables furent par la suite redirigé vers d’anciens ou de nouveaux Chapitres. Enfin, le Seigneur Commandeur annonça son départ vers Ultramar afin d’affronter son frère déchu Mortarion qui assaillait son domaine.[2]

Sources

  • Codex Adeptus Astartes Space Marines, V8
  • HALEY GUY, Sombre Imperium, Black Library, 2017
  • HALEY GUY, Sombre Imperium : Guerre et Peste, Black Library, 2018
  1. Informations issues de Sombre Imperium - Chapitre Six - La Bataille de Raukos - Chapitre Sept - Le Dernier Vol des Écus Gris de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Sombre Imperium - Chapitre Treize - Le Triomphe de Raukos de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.