Commandeur T'au

De Omnis Bibliotheca
« Il est certaines choses dont l’importance n’est comprise que des seuls Commandeurs de la Caste du Feu. Il s’agit moins de son droit que de sa personnalité que de sacrifier des milliers de vies pour en préserver des millions. Voilà le plus lourds des fardeaux du commandement, et c’est seul qu’il doit être porté. »
- Commandeur Puretide, la 99e Méditation sur le Chemin du Commandeur.
Un Commandeur.
Un Commandeur, ou shas’o en langage T'au, est le plus haut rang qu’un Guerrier de Feu puisse obtenir. Cette position prestigieuse ne peut être atteinte qu’après des années de service en gravissant un à un les échelons - il n’y a aucune alternative. L’épreuve ultime pour dépasser le rang de shas’el est d’obtenir des succès répétés au combat. Être shas’o, c’est avoir fait preuve d’une rare maîtrise martiale et tactique, tel un authentique disciple des arts guerriers. Suivant sa situation, son Sept et sa renommée, un Commandeur peut être appelé à mener aussi bien un cadre qu’une coalition entière. Le nombre et l’envergure des précédentes assignations d’un Commandeur sont représentés par les anneaux sur sa tresse. Les meneurs les plus illustres, dont les noms et les victoires sont les plus célèbres, peuvent mobiliser des millions de soldats d’un simple mot.

Il existe de nombreuses approches au sein des différents généraux de la Caste du Feu. Certains Commandeurs préfèrent mener par l’exemple, en exposant leur exo-armure en première ligne. Ces intrépides guerriers optent souvent pour la puissance de la robuste exo-armure XV85 Enforcer, bien que beaucoup préfèrent dominer les cieux à bord de l’agile variante XV86 Coldstar.

Les Commandeurs de Vior'la, Tash'var, et Ke'lshan sont réputés pour leurs qualités guerrières, et sont souvent au cœur des combats avec leur équipe d’escorte XV8 Crisis. À l’opposé, les Commandeurs issus des Septs d’Elsy'eir ou de T'olku, de nature plus cérébrale, préfèrent donner leurs ordres en retrait des lignes de front, et n’entrent en lice qu’en cas d’extrême nécessité.

Il arrive cependant que l’orgueil de ces chefs militaires prenne le dessus, ce qui pousse alors le haut conseil des Éthérés à les refréner. On dit couramment que bien que la victoire n’appelle aucune justification, sa quête doit être pondérée par le Bien Suprême. En effet, un succès obtenu avec plus de pertes que nécessaire ne sert pas les intérêts des T’au, et les hauts faits personnels, bien qu’acclamés, ne sont jamais une fin en soi. Cette philosophie suffit en général pour canaliser le comportement d’un Commandeur indiscipliné, mais en de rares occasions, une malk’la doit être appliquée - une sanction disciplinaire rituelle infligée par les Éthérés à ceux qui ont commis une erreur de jugement à l’égard du Bien Suprême. Ceux qui subissent un tel châtiment deviennent des parias qui cherchent alors à se sacrifier au nom du Bien Suprême, dans l’espoir d’accéder à la rédemption par la mort.

Une fois qu’il a atteint le rang de shas’o, un membre de la Caste du Feu servira son Sept jusqu’à la mort, à moins de mériter un retrait du service armé au sein du haut commandement, ou shas’ar’tol, bien que seuls les plus illustres chefs militaires t’au s’y voient offrir un siège. Chaque sphère d’expansion a connu ses Commandeurs de renom, des héros dont les enseignements sont toujours prodigués dans les académies de la Caste du Feu. On peut ainsi y apprendre les doctrines du Chasseur Patient, un grand conquérant des premières expansions, tout comme celles du Commandeur Quickstrike, héros du Sept de Bork'an. De nombreuses références sont faites au Commandeur Truestar, une chef militaire dont la brillante carrière fut gâchée par une seule erreur tragique, et à la Bête du Désert, le Commandeur Dawnstrike, dont les habiles feintes de retraites n’ont pas encore été égalées. Toutefois, aucune de ces figures révérées de la Caste du Feu n’a pu approcher les succès du Commandeur Puretide, le noble maître à qui l’Empire T’au doit ses plus grandes victoires lors de la Deuxième Sphère d’Expansion.

Sources

  • Codex T'au Empire, V8
  • Codex Empire Tau, V6