Chevalier Renégat

De Omnis Bibliotheca
Un Chevalier Renégat affronte un Chevalier loyaliste.
Machine de guerre humanoïde gigantesque, chaque Chevalier Renégat dispose de la puissance de feu d’une armée au bout de ses bras et sur sa carapace bombée. Au corps à corps, leurs tronçonneuses rugissantes et leurs Gantelets Thunderstrike crépitants détruisent ce qu’ils ne parviennent pas à piétiner, et les survivants terrifiés détalent devant leur marche irrépressible.

Le sol tremble sous le pas des Chevaliers Renégats. Un seul de ces engins de guerre gigantesques dispose d’une puissance de feu capable d’anéantir des régiments entiers d’infanterie, de volatiliser des colonnes blindées, et d’abattre des escadrilles aériennes. Les Seigneurs du Chaos les démagogues rebelles sont prêts à tout pour s’attacher les services d’un tel guerrier solitaire, et consentent aux pires sacrifices pour qu’un tel dieu destructeur soit dans leur camp.

Déployés en nombre, les Questor Traitoris sont encore plus redoutables, assez pour mettre une planète à genou, en la purgeant par le fer et le feu au nom des Dieux Sombres.

Corrompre l'Incorruptible

Les pilotes des Chevaliers Impériaux sont de preux et nobles guerriers, issus d’anciennes lignées de Chevaliers. Dans leur dix-huitième année, les aspirants endurent l’étrange Rituel d'Adoubement, au cours duquel l’esprit du Noble fusionne avec l’esprit de la machine du Chevalier, de sorte que le pilote installé sur le Trône Mechanicum contrôle sa machine par la seule pensée. Ce rituel, couplé à des sous-routines psychosuggestives relayées par les prises neurales du Chevalier, est fait pour évincer les âmes fragiles ou versatiles, en renforçant les notions d’honneur et d’abnégation pour minimiser le risque qu’un Chevalier cède à la tentation du Chaos.

Toutefois, personne n’est à l’abri des manigances des Dieux du Chaos, et quiconque croit le contraire fait preuve d’une dangereuse arrogance. Un Chevalier peut s’écarter de mille façons de la voie tracée par le Code Chevaleresque, et il peut s’en détourner de force. Le plus souvent, un Chevalier Errant - un Chevalier qui s’est déjà détaché de sa Maison Noble suite à quelque tragédie ou acte honteux - se retrouve contraint de commettre des ignominies pour survivre. Les fantômes d’un Trône Mechanicum sont dvune intransigeance absolue, et les voix des ancêtres défunts depuis longtemps harcèlent sans répit le Chevalier en disgrâce. Certains pilotes mettent fin à leurs jours, ou abandonnent le trône, deux sorts terribles qui reviennent peu ou prou au même pour un Noble. Faute de s’y résoudre, ou pire, de le pouvoir, c’est la folie qui guette le pilote, une folie qu’exploitent les forces obscures pour s’emparer de l’âme du Noble égaré et modeler l’esprit de la machine de son exo-harnois sous une forme bestiale. Ces dernières années, des cénacles de Techmanciens ont capturé des Chevaliers isolés qu’ils ont tourmentés pour parvenir à cette horrible fin. On chuchote même que certains Chevalier Renégats ne contiennent plus de pilote vivant, mais qu’ils sont possédés par un Démon parasite qui revêt le châssis d’adamantium de la machine de guerre comme un mortel porterait une armure de plates.

Dans des cas plus rares et plus terribles encore, une lance au complet, voire une Maison Noble entière, sombre dans la damnation. Aux heures les plus sombres de l’Hérésie d'Horus, une telle tragédie s’est répétée encore et encore, notamment quand la Maison Devine, jadis prestigieuse, céda à la tentation de Slaanesh. Maintenant que la Cicatrix Maledictum tranche la galaxie en deux, ce genre de corruption en masse est de nouveau une possibilité réelle. Ici, un Sacristain compromis se faufile d’un Trône Mechanicum à l’autre, pour les souiller tour à tour avec de l’ichor démoniaque qui exposera les Chevaliers à la démence et aux mutations. Là, un baron entreprend une noble croisade pour purger un monde de la corruption du Chaos, mais il se couvre de sang au point de devenir, lui et ses suivants, pareil aux berserks meurtriers qu’il voulait détruire. L’Inquisition a redoublé d’efforts pour étouffer les rapports parlant de Maisons de Chevaliers passées au Chaos, car l’idée même que des combattants aussi fidèles puissent trahir est aussi terrifiante que celle de Space Marines félons. Pourtant, chaque année, davantage de Chevaliers trahissent, et il est de plus en plus difficile de dissimuler leurs ravages.

Quêtes Infernales

Quand les Chevaliers Renégats se réunissent en nombre, ils sont poussés à prêter de sinistres serments aux Dieux Sombres. En une parodie dévoyée de leur noblesse perdue, ils jurent d’accomplir des tâches d’envergure sous peine de mort et de déshonneur. Cela peut consister à incendier un Monde Cardinal ou autre endroit sacré, à traquer quelque fameux héros impérial, ou à massacrer les habitants d’un système stellaire dont la résistance a offensé les dieux obscurs. Une fois qu’ils se sont fait fort d’accomplir une Quête Infernale, les Chevaliers Renégats ne renoncent jamais, ils ne peuvent que triompher ou être tués jusqu’au dernier.

Source

  • Index Renegate Knights