Chevalier Paladin

De Omnis Bibliotheca
Un Chevalier Paladin.
Que l’ennemi combatte à courte ou longue portée, qu’il engage des chars, de l’infanterie ou des monstres, le Chevalier Paladin est équipé pour faire face à toutes les situations. Il a été conçu afin d’apporter une polyvalence inégalable à une lance, et même s’il n’est pas aussi spécialisé que d’autres classes de Chevaliers Questoris dans un type de combat spécifique, c’est la monture favorite de beaucoup de Nobles.

Les Chevaliers Paladin sont très répandus au sein des armées de l’Adeptus Mechanicus, en général soutenus par l’infanterie Skitarii. La classe Paladin propose une combinaison parfaitement équilibrée de vitesse, de puissance de feu et de blindage - un exemple éminent de conception militaire. Les Nobles qui les pilotent se targuent de pouvoir remplir n’importe quelle mission avec aplomb.

L’arme typique d’un Chevalier Paladin est l’obusier à tir rapide. Cette arme d’artillerie à tir direct projette plusieurs obus en quelques secondes, ce qui permet d’avoir un taux de destruction de cible extrêmement élevé. Le bruit de cette arme est si distinctif qu’au sein des régiments de l’Astra Militarum qui ont eu la chance de combattre aux côtés de Chevaliers, il est de coutume de souhaiter que "l’écho du tonnerre" s’abatte sur l’ennemi.

L’obusier à tir rapide permet au Chevalier Paladin d’apporter partout où il est nécessaire un appui feu longue portée administré à coups d’obus de gros calibre. S’il excelle dans le rôle de pièce d’appui ou de chasseur de chars, il est aussi taillé pour le combat rapproché. Sa conception bipède, son agilité et sa vitesse le portent rapidement au contact de l’ennemi, traversant ou passant généralement au-dessus des obstacles qui ralentiraient les véhicules plus conventionnels. Son immense Épée Tronçonneuse Reaper peut trancher les plaques de blindages d’un Gorkanaut Ork, et une estocade lancée par ses puissants servomoteurs peut ficher la lame dans un bunker de ferrobéton, éventrant la structure défensive et massacrant les occupants. Si l’ennemi cherchait à submerger un Chevalier Paladin, une paire de mitrailleuses - l’une fixée sur la spalière, l’autre montée à côté de l’obusier à tir rapide - projetterait une gerbe de munitions solides, permettant au géant blindé de faucher l’ennemi qui parviendrait à échapper à son implacable piétinement.

Les Chevaliers Paladin sont si répandus dans les Maisons Nobles qu’il est rare qu’une lance n’en indue pas au moins un. La Maison Hawkshroud se réfère souvent aux Paladins en disant qu’ils sont l’âme de leurs osts, tandis qu’au sein de la Maison Vulker, on se contente de définir leur armement comme "Optimal", au point qu’ils ont reçu un tel surnom. Même si les Paladins sont parfois pilotés par des Chevaliers qui viennent d’accomplir le Rituel d'Adoubement, on leur confie plus généralement les commandes d’un Chevalier Errant. La plupart du temps, les Paladins sont les montures de Nobles expérimentés, plus à même de tirer parti de la polyvalence d’une telle machine de guerre.

La légion Skitarii de Triplex Phall 211-R envoyait manipule sur manipule de l’autre côté de la crête. Chaque vague était balayée en retour. Le Technoprêtre Dominus Jacbyte sentait chaque data-laisse se distendre, voyait les signatures sur ses senseurs internes s’éteindre. Des renforts inattendus de l’ennemi mettaient à mal les anticipations statistiques de Jacbyte. Ses Skitarii n’arrivaient pas à percer la ligne de défense, comme en témoignaient les piles de corps brisés éparpillées sur le champ grêlé de cratères devant les fortifications ennemies. À ce moment, l’harmonie électronique du code de combat binharique qui bourdonnait sur les canaux vox fut interrompue par un nouveau son discordant. Inlassablement, une trompe de bronze sonnait, ses notes claires s’élevant, suivie par le séisme des pas alors qu’une lance de Chevaliers s’avança entre les rangs Skitarii. Les troupes détachées par la Maison Krast étaient arrivées ! Atteignant le sommet de la crête, les Chevaliers attirèrent un feu nourri prodigieux, mais les tirs ne faisaient qu’étinceler sur les boucliers ioniques. Le trio encaissa la tempête et répondit du staccato lourd de ses obusiers à tir rapide. Le fer de lance de Chevaliers ne brisa pas la ligne de défense, mais l’enjamba, s’arrêtant seulement pour tirer à bout portant sur l’ennemi en contrebas ou balayer un bunker d’un revers d’épée tronçonneuse. Jacbyte envoya le reste de ses Skitarii pour exploiter la percée. La mission serait bientôt achevée, l’archéotechnologie serait sienne…

Sources

  • Codex Adeptus Mechanicus, V8
  • Codex Imperial Knights, V8